L’archive augmentée : nouvelles pratiques de collecte et traitement pour les contenus diffusés en ligne

 

Comme le soulignait un précédent  billet intitulé  « L’équation non linéaire » ou comment les offres de consommation TV entendent se renouveler , la télévision linéaire s’enrichit désormais de contenus et programmes délinéarisés en adéquation avec l’ultra personnalisation des services et les nouveaux modes de consommation qui en découlent. Face à ce changement de paradigme, comment devraient évoluer les activités archivistiques et documentaires liées à l’audiovisuel ? Comment la diffusion détermine-t-elle la collecte et la documentation des fonds ? Faut-il repenser l’archivage audiovisuel, et si oui, comment ? Ce texte s’appuie  sur le travail de recherche et de synthèse mené par Tiphaine Gaumy dans le cadre de son stage d’élève conservateur du patrimoine,  au dépôt légal du web de l’INA en  juin 2018.

Une modification des modes de production

Si la prédiction faite dans les années 2000 par Jean-Louis Missika quant à la disparition totale de la télévision[1]n’est pas encore totalement vérifiée en 2018, il est indéniable que les logiques de production et de proposition de consommation des chaînes télévisuelles ont considérablement évolué ces dernières années. En complément de leur diffusion linéaire, les groupes médias ont fait et continuent de faire évoluer leur offre et par là même, l’éditorialisation de leurs contenus. Après l’avènement du replay, décliné en plateformes et applications mobiles, payantes ou gratuites, les diffuseurs continuent de se réinventer pour répondre aux nouvelles habitudes de consommation du public : playlists personnalisables, bookmarking, partage d’émissions, commentaires, programmes courts, vidéos verticales, … la télévision se consomme à la carte, s’inspire des pratiques des pure-players et s’exporte donc tout naturellement sur les réseaux sociaux.

Tous les éléments du processus de consommation télévisuelle sont ainsi modifiés : le téléspectateur s’efface au profit de l’internaute, le téléviseur laisse place au smartphone et la « simple » télévision devient Social-TV. Les chaînes s’ adaptent en conséquence : une majorité d’émissions possèdent ainsi leur chaîne Youtube, leur compte Twitter et leur page Facebook comme autant de déclinaisons d’un même contenu poussé vers des publics différents. L’éditorialisation est adaptée : la promotion d’une émission en 280 caractères ne s’appuie pas sur les mêmes codes que ceux utilisés pour produire une bande annonce à destination de Youtube ou pour écrire un post sur Facebook. De même, les logiques de production des programmes évoluent et ne répondent plus seulement à la question « qui est mon public cible ? » mais aussi à « où se trouve mon public cible ? ».

La télévision se fait participative  au delà de la grille de programmation et le téléspectateur peut désormais contribuer à l’émission. Il peut être sollicité pour la création ou pendant le déroulement des programmes (intrigues parallèles pour les séries policières (Braquo sur Canal Plus) ou vote pour le choix des designs des personnages (Pigeons et Dragons sur Arte), …) . L’objectif étant de créer et fédérer  une communauté, la promotion du programme  sera ainsi naturellement portée par cette communauté .

En regard de ces nouveaux usages, les pratiques d’archivage doivent s’adapter : si le programme diffusé se limitait auparavant à un contenu et aux éventuels documents d’accompagnement fournis par le diffuseur, après une transition pendant laquelle il fut parfois enrichi de pages web et autres comptes de réseaux sociaux, il importe désormais d’apréhender un ensemble comprenant le programme et tous les objets web qui lui y sont liés. Chaque élément de cet ensemble étant considéré à la fois du point de vue de sa collecte et de son enrichissement  documentaire.

Du fait de la nature hétéroclite des objets archivés (captation vidéo, sites web, flux Twitter), le concept d’archive augmentée se dessine de lui-même et traduit à la fois l’évolution du processus d’archivage et de l’archive ainsi constituée.

Conséquences pour la collecte et l’archivage

Si la captation du flux dit broadcast est essentielle à la constitution d’une mémoire télévisuelle et ne saurait être remise en question, il est nécessaire d’y adjoindre une part importante d’efforts et de moyens archivistiques pour la captation des objets web intégrés dans ce nouvel ensemble que constitue désormais le programme télévisuel. La collecte devient transmedia et implique logiquement plusieurs compétences, couvrant toute la chaîne de traitement archivistique, pour tous les types d’objets considérés. Il est donc nécessaire que les services incarnant ces compétences s’organisent en amont, afin de définir des axes de collecte communs et de s’accorder sur la politique de liens à créer entre les différentes natures d’objets et de contenus archivés.

Cette prise de conscience s’est amorcée dès 2006 avec l’extension réglementaire du dépôt légal au périmètre du web [2]. Ainsi, depuis 2009, l’INA archive au titre du dépôt légal les sites web liés à l’audiovisuel. En complément de ce premier archivage, la captation des plateformes vidéo a été mise en place en 2010 et la collecte des tweets liés à l’audiovisuel français s’effectue depuis 2014.

Naturellement, ces nouveaux objets nécessitent la mise en œuvre de nouvelles méthodes de travail et de nouveaux champs d’expertises de la part des professionnels de l’archive. Le travail documentaire doit évoluer pour répondre aux différentes caractéristiques de ces nouveaux objets web, la composante web prenant de plus en plus d’importance :

  • Ces objets étant auto-documentés de par leurs nombreuses métadonnées (un tweet est constitué de 30 métadonnées, une chaîne Youtube de plus d’une centaine), le travail de documentation doit apporter une complémentarité à ces informations embarquées.
  • Face à ces objets délinéarisés et hors des logiques de flux, la maîtrise des moteurs de recherche et la connaissance des outils de veille s’avèrent indispensables pour identifier l’intégralité des objets web liés à un programme.
  • Pour gérer ces objets hétéroclites, il faut repenser les logiques de stockage des données et des métadonnées et utiliser des bases de données adaptables, flexibles et complétées par des moteurs de recherche puissants.

Conséquences pour la valorisation des collections

L’une des principales finalités de ce travail d’archivage et de documentation est la mise à disposition, l’exploitation et la valorisation de cette archive, désormais augmentée, auprès des usagers.

Pour ce faire, il apparaît nécessaire d’offrir la possibilité de création de corpus mêlant tous types d’objets collectés,  à partir d’un moteur de recherche unique proposé via une interface unifiée. Les outils de consultation devront permettre de contenir et de maîtriser entièrement, qualitativement et quantitativement, les contenants et les contenus.

Des projets d’inter-contextualisation de ces objets sont également de plus en plus pertinents. Le projet « Second Screen » sur lequel travaille l’équipe R&D du dépôt légal du web de l’INA propose ainsi de mettre en parallèle un flux twitter et une captation télévisée de manière à synchroniser et mettre en regard la diffusion et la réception du programme. 

Enfin, de manière prospective, la prochaine étape rendra compte de la notion de « transmedia » dans ce qu’elle a de mouvement et de “gestuelle”.  En effet, la façon de naviguer sur les plates-formes de partage, dans les jeux vidéo et applications immersives est au cœur de la stratégie des créateurs de contenus. Afin de garder trace de l’expérience complète de l’utilisateur, il s’agit donc de collecter ces gestes, par exemple par une capture vidéo de la navigation.
Des premiers retours d’expérience sur ce nouvel objet d’archivage ont été présentés par l’Institut néerlandais de l’image et du son lors de l’International Conference on Digital Preservation(iPRES) 2018 et confirment que les missions de l’archivage numérique ne peuvent être pleinement accomplies que si les pratiques de collecte et de description évoluent avec les modes de production et de consommation.

[1]Missika Jean-Louis. La fin de la télévision. Seuil, 2006 110p,ISBN 2020860872

[2]La loi 2006-961 du 1er août 2006 relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information, dite loi DADVSI (Titre IV relatif au dépôt légal), a introduit au sein des dispositions du Titre III du livre I du Code du patrimoine (articles L 131-1 et suivants) le dépôt légal d’Internet.

Article rédigé par Eléonore Alquier et Boris Blanckemane


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.