Compte rendu du colloque « Feuilletons et séries diffusés sur les écrans de la RTF et de l’ORTF » (1949 – 1974)

NB : Toutes les productions  à l’affiche de ce colloque sont consultables à  l’Inathèque. Téléchargez le  Guide des sources rédigé pour l’occasion par Murielle Pethoud et Anne Pavis

Ce colloque, organisé les 6 et 7 juin par Sabine Chalvon-Demersay, directrice d’études à l’EHESS, Bernard Papin, maître de conférences de l’université Paris Sud et membre du CIM CEISME et Myriam Tsikounas, professeure d’histoire et audiovisuel à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, a proposé 15 interventions sur la « préhistoire » des fictions produites, coproduites et diffusées sur les chaînes de la RTF et de l’ORTF. Les deux journées ont été ponctuées d’extraits issus des collections de l’Ina et du documentaire Histoires de fiction, de Sabine Chalvon-Demersay et Patrick Jeudy (Telfrance, 2004)

Il s’agissait de remettre en perspective l’attention que de nombreux chercheurs consacrent désormais aux séries – et qui prend essentiellement pour objet les séries anglo-saxonnes, le plus souvent américaines, qui seules incarneraient la « Quality TV ». Or, la fiction sérielle n’est pas née au tournant des années 2000. L’idée première de ce colloque était donc de réorienter le regard des chercheurs vers cette préhistoire des séries, diffusées par une télévision publique – aux temps de la RTF et de l’ORTF –, qui proposa les premières séries américaines mais fit également la part belle aux productions anglaises, canadiennes… et françaises.

La première partie était consacrée à la politique culturelle de la RTF et ORTF ainsi qu’aux coproductions françaises et internationales, aux productions régionales et aux sources écrites.

Bruno Henocque, maître de conférences à l’université du Havre, puis Bruno Cailler, maître de conférences à l’université de Nice Sophia Antipolis, ont évoqué la place des feuilletons et des séries dans la politique culturelle de l’ORTF ainsi que ses coproductions avec des acteurs privés de la production française, essentiellement cinématographique comme Gaumont Pathé, et avec de grandes chaînes européennes de service public comme la RAI ou la ZDF. La politique de coproduction de l’ORTF, expliquent-ils, n’a pas été pensée dans le cadre d’un marché international organisé (pour offrir des contenues adaptés à un marché mondial, par exemple), mais dans un souci d’économie et d’ajustement budgétaire .

L’exposé de Yannick Lebtahi, maîtresse de conférences à l’université Lille 3, portait sur la fiction régionale, à travers l’exemple de la série Les petites enquêtes du Père Fichau de Léopold Simons, réalisée par Fernand Vincent. Produite en région par Télé Lille mais conçue pour une diffusion nationale, cette fiction était destinée à mettre en scène une figure emblématique régionale du Nord-Pas-de-Calais, afin de présenter la culture et le paysage de cette région, dans un souci informatif et éducatif. Un autre exemple de cette production régionale est la série L’homme de Picardie. Yannick Lebtahi a émis l’hypothèse d’une mini collection de fictions dédiée aux régions avec notamment  Grain de Sel , produite par la région de Lyon.

Marine Zelverte, archiviste paléographe et conservatrice du patrimoine, responsable du pôle Beaux Arts Culture aux Archives nationales, a présenté les différents fonds conservés aux Archives nationales concernant la programmation, la fabrication et la réception des fictions de la RTF et l’ORTF. Ces fonds sont :

  • Les fonds de la direction de la télévision, versés suite à la dissolution de l’ORTF, comprenant des dossiers de propositions de feuilletons, des fiches de lecture, des dossiers sur des feuilletons non retenus, des dossiers de coproductions, des courriers de téléspectateurs. Ils se composent aussi de sous-fonds, comme celui du comité de la télévision, du service des études d’opinion ou celui des directeurs des programmes.
  • Les fonds de l’ORTF, versés plus tardivement, ceux versés par TF1, par le Centre d’études d’opinion (enquêtes d’opinion) ou ceux versés par les anciens directeurs de l’ORTF.

Les autres sources écrites sur le sujet sont conservées à l’Ina, dans les cabinets des ministres (ministre de l’Information, ministre des Affaires Culturelles), à la BnF et à Radio France.

La seconde partie du colloque était consacré aux héros des séries télévisées et au rôle de la télévision comme vecteur d’un message gouvernemental.

Sébastien Le Pajolec, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, a présenté la figure du héros humanisé incarnée par Steeve McQueen dans la série télévisée Au nom de la loi, diffusée sur la 1e chaîne à partir du 25 mai 1963. Hélène Monnet Cantagrel, docteure en sciences de l’information et de la communication, a évoqué le célèbre fantôme du Louvre Belphégor et sa série télévisée réalisée par Claude Barma, diffusée du 30 mars au 24 avril 1965.

Pierre Fournier, chercheur à l’université Aix Marseille, a expliqué le rôle de la télévision comme vecteur d’un message gouvernemental à travers l’exemple de la série télévisée Les Atomistes (voir aussi cet article), diffusée en 1968 sur la 1e chaîne. Cette série, qui raconte les aventures de scientifiques autour d’une activité utilisant la radioactivité à des fins civiles, semble s’inscrire dans une politique d’instrumentalisation de la télévision par l’État qui souhaite diffuser des messages favorables à sa politique dans le domaine du nucléaire. D’autres séries ont été réalisées à la suite de demandes ministérielles comme Sylvie des Trois ormes, qui a été en partie financée par le ministère de l’Agriculture, ou encore Les Chevaliers du ciel, réalisée avec l’implication du ministère de la Défense. A partir de 1966, le SLII, Service de Liaison Interministérielle pour l’Information, organisme interne du Ministère de l’information, possédait un budget propre destiné aux financements de productions télévisées de l’ORTF.

La troisième partie du colloque était consacré aux figures de garçons et de filles et aux rapports de genre dans les feuilletons. Aline Garin, récompensée par une mention au prix d’Encouragement de l’Inathèque 2016, a présenté son travail sur Le Tour de la France par deux enfants (1957-1958) et sur les conditions de productions de ce feuilleton de la RTF, notamment sur son écriture, qu’elle a étudié à partir des archives de l’Ina. Maëlla Kancel, doctorante, à évoqué la représentation différenciée des jeunes gens et des jeunes filles dans plusieurs feuilletons des années 1960 évoquant l’arrivée à Paris, lieu d’épanouissement et de liberté (pour les garçons), mais aussi porteur de dangers (pour les filles). Taline Karamanoukian, docteure en études cinématographiques et audiovisuelles, est intervenue sur les figures de « femme moderne » dans diverses fictions.

Enfin, la dernière partie a portée sur l’écriture, le « langage spécifique » de ces feuilletons et sur leurs publics. Séverine Barthes, maîtresse de conférences de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, a présenté Suivez Budart d’André Voisin, qu’elle qualifie de « néo-feuilleton », puis Marie-France Chambat-Houillon, maîtresse de conférences de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, a analysé l’humour très particulier de L’Affaire Faber, feuilleton dont le style peut être qualifié d’expérimental, et qui a d’ailleurs reçu un accueil mitigé. Géraldine Poels, responsable de la valorisation scientifique des collections à l’Ina, a présenté, pour finir, ses recherches sur l’audience des fictions sérielles dans les années 1960 et 1970, et mis en évidence l’ampleur considérable du public de nombreux feuilletons aujourd’hui oubliés, tels que Hondo ou SOS Fréquence 17.

Compte rendu rédigé par Murielle Pethoud , Documentaliste à l’Ina


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *