Cinéma d’animation : compte-rendu du colloque “Des mondes possibles” (Amiens, 5-6 novembre 2018)

Michaël Courmont, documentaliste à l’INA, propose un aperçu du colloque organisé en novembre dernier par l’Université Picardie Jules Verne et la NEF Animation, en partenariat avec l’INA, intitulé “Des mondes possibles. Le Service de la Recherche de la RTF/ORTF et le cinéma d’animation” (voir le programme complet).

Lieu d’expérimentation par excellence dans le paysage audiovisuel public des années 1960 et 70, le Service de la Recherche de la RTF puis de l’ORTF s’est montré particulièrement productif dans le domaine de l’animation. Aujourd’hui disponibles à la consultation, près de 300 documents audiovisuels représentent le produit d’une exploration du genre, des thématiques, des techniques et des formes plastiques par les auteurs du Service de la Recherche. L’étude d’une partie de ce corpus par les intervenants de ce colloque met en lumière la diversité et les points de convergence des voies empruntées par les auteurs du Service de la Recherche avec, en filigrane, l’omniprésence des questionnements schaefferiens.

En considérant le Service de la Recherche en tant qu’organe de la télévision publique française (RTF puis ORTF), il est tout à fait pertinent de le rapprocher d’autres structures étrangères dont les missions et les statuts sembleraient analogues. Caroline Zeau, Maître de conférences à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens, ainsi que Pascal Vimenet, expert en cinéma d’animation et enseignant à l’EMCA, ont ainsi relevé les similarités et les dissemblances entre le Service de la Recherche, l’Office National du Film au Canada et la GPO Film Unit en Angleterre. Le parcours de Roger Martin, exposé par Nicolas Thys, Doctorant à l’Université Paris-Nanterre, a rendu compte des liens existant entre la RTF et l’ONF concernant les techniques d’animation et la problématique du rapport du son à l’image.

L’animation au Service de la Recherche, vaste terrain d’exploration, apparaît aujourd’hui comme un point d’entrée propre à révéler la diversité des démarches créatrices des auteurs, mues par une même énergie d’expérimentation. Guillaume Soulez, Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, a dressé un panorama des pistes d’investigation identifiables. Il a été relevé, entre autre points, que l’animation permettait de transposer la méthode de recherche sonore à l’image dans un contexte de maîtrise accrue par la technique (image par image, rapport son/image) et par les possibilités plastiques du medium. En outre, le potentiel narratif ou abstractisant de l’animation était utilisé pour exposer au public l’état d’une expérimentation de manière « didactique et digeste ». Dès 1960, avec Patamorphose, André Martin et Michel Boschet ont mis en images les premiers jalons d’une vaste réflexion tournée vers l’animation. Amandine Bertin, chercheuse indépendante, a montré comment ce court-métrage peut se définir comme une grammaire du dessin animé et une rhétorique de l’animation à destination du public mais aussi des auteurs. Cet exercice de style(s) propose en effet vingt manières différentes de traiter un unique sujet et apparaît comme un répertoire des moyens mis à disposition de l’animateur.

L’approche expérimentale de l’animation par le Service de la Recherche interroge le genre lui-même, comme l’a souligné Hervé Joubert Laurencin, Professeur des universités en Esthétique et Histoire du cinéma à l’Université Paris-Nanterre. La Jetée de Chris Marker (1967), constitué d’une succession d’images fixes en prise de vue réelle mais sans décomposition du mouvement, est aujourd’hui perçue comme une œuvre hybride et complexe, entre roman-photo, cinéma d’animation et cinéma en prise de vue réelle. Cette volonté de traverser les frontières d’un genre à l’autre, qui se retrouve largement au Service de la Recherche, peut compliquer la tâche du chercheur. Antoine Rigaud, Doctorant à Paris X-Nanterre, s’est penché sur la question du film d’animation dit « utile » et s’est heurté à la réalité du corpus, car peu de productions finalisées entrent en réalité dans cette catégorie limitante.

Abordant les orientations narratives des scénarii des films du Service de la Recherche, Sébastien Denis, Professeur Université de Picardie Jules Verne, a mis en lumière une partie du corpus consacré à la science-fiction. La mise en parallèle de ses travaux avec les publications de Pierre Schaeffer montre comment peut s’établir un lien entre la Théorie de la Communication et les mécanismes de la science-fiction (expression des problématiques contemporaines, évocation du passé et des perspectives futures, interrogations sociétales et mise à distance relative du sujet abordé). Relai des avancées technologiques liées au média, le Service de la Recherche a également nourri des liens très étroits avec le film scientifique, comme l’a montré Marcelo Publio, Doctorant Université de Picardie Jules Verne. Au-delà d’une volonté de vulgarisation, les auteurs du Service de la Recherche ont puisé dans l’imagerie scientifique et l’imaginaire technique afin d’en extraire de nouveaux motifs visuels qui tendent souvent vers l’abstraction. Danse (1961) de Piotr Kamler ou Caustiques (1960) de Gérard Patris et Jacques Brissot illustrent cette approche.

Patrick Barrès, Professeur à la faculté de Toulouse, a présenté à l’auditoire du colloque la démarche de Robert Lapoujade, peintre et réalisateur français. Ce dernier a mené une expérimentation plastique du film d’animation où le travail pictural et la technique cinématographique se complètent et s’unissent pour donner naissance à une forme hybride d’œuvre audiovisuelle. Les étapes d’un dessin en mouvement sont perceptibles dans Trois portraits d’un oiseau qui n’existe pas (1965) ; l’abstraction intervient dans un contexte narratif dans Foules (1960) ; des slogans publicitaires sonores envahissent l’espace pictural et harcèlent un personnage en fuite dans Vélodrame (1965).

Au cœur des préoccupations du Service de la Recherche, le rapport entre l’image et le son trouve un terrain d’expérimentation privilégié. Serge Verny, à travers l’étude du court-métrage Araignéléphant (1968), a dégagé l’apport de la musique du GRM (et notamment, de la musique concrète) à l’animation. Posant le principe selon lequel « le son contient de l’image », Robert Cohen-Solal a explicité la notion d’image mentale en tant que représentation psychique abstraite qui surgit en présence d’une composition sonore. Auteur de la bande sonore du court-métrage Le Trou de Piotr Kamler (1965), Robert Sohen-Solal a expliqué de quelle manière il a mis à profit ce système. François Bayle, compositeur au GRM, a commenté la réalisation de deux œuvres réalisées en collaboration avec Piotr Kamler (Lignes et points, 1966) et Pierre Lapoujade (Trois Portraits d’un oiseau qui n’existe pas, 1965). Les productions de la recherche image et celles du son se rencontrant pour créer des œuvres audiovisuelles, il est possible d’en envisager chaque partie séparément afin d’en étudier les rapports dans un second temps. Pour cela, Jérôme Dutel, Maître de conférences à l’Université Jean Monnet (St-Etienne), a mené une triple analyse du court métrage Planète verte (1966), démontrant que se rejoignent dans cette œuvre collaborative les univers très distincts et vastes de Piotr Kamler, Ivo Malek et Jacques Sternberg.

Cécile Welker, enseignante à l’École supérieure d’art et de design d’Amiens, a dressé un bref historique de la production d’œuvres d’animation à l’INA dans le cadre d’Imagina. Une table ronde visant à définir l’héritage du Service de la Recherche dans la production d’aujourd’hui s’est déroulée en fin de colloque. Elle a réuni Ron Dyens, Producteur Sacre Bleu, Pascal Faure, Productrice Canal +, Vergine Keaton, Réalisatrice, Jayne Pilling, Professeure à l’Université national des arts de Taipei et Julie Roy, Productrice ONF.

Au terme de la première journée de colloque, une projection composée de 17 court-métrages spécialement restaurés par l’INA a été organisée. Cette sélection, proposée par Sébastien Denis, a rendu compte de la diversité de la production et a offert l’occasion au public de redécouvrir ces œuvres à la lumières des brillantes interventions de la journée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.