Migration espagnole en France dans les collections de l’Ina

Les conséquences de la guerre d’Espagne : l’engagement des intellectuels et l’émigration vers la France dans les fonds de l’Ina.

Ce guide des sources souhaite apporter un éclairage sur l’histoire de l’Espagne à travers la représentation de la guerre d’Espagne dans les médias audiovisuels français, événement annonciateur de la Seconde guerre mondiale qui mobilisera des volontaires internationaux et beaucoup d’intellectuels engagés. Dans un second temps, nous nous sommes intéressés d’une part à l’arrivée massive des réfugiés espagnols qui fuient le régime autoritaire de Franco puis à ceux qui, plus tardivement, viennent en France pour des raisons économiques, et d’autre part aux conditions d’accueil de ces réfugiés, à l’image de la communauté espagnole dans les médias français ainsi qu’à son intégration dans la société française. Les exemples de ce guide sont représentatifs mais non exhaustifs.

Guide réalisé par Miriam Diaz de Arcaya, documentaliste à l’Ina.

Les programmes décrits dans ce guide sont archivés par l’INA et consultables dans les centres de consultation de l’inathèque 

Télécharger le guide >>

SOMMAIRE

Les conséquences de la guerre d’Espagne : avènement de l’intellectuel engagé et émigration vers la France 

1 – LA GUERRE D’ESPAGNE (1936-1939)

1.2 Les écrivains engagés et la guerre d’Espagne

André Malraux (1901 – 1976)

Simone Weil (1909 – 1943)

Joseph Kessel (1898 – 1979)

George Orwell (1903 – 1950)

Arthur Koestler (1905 – 1983)

1.3 Films consacrés à la guerre d’Espagne/le cinéma pendant la guerre

1.4 Les Brigades internationales/Brigadas internacionales

Ernest Hemingway (1899 – 1961)

Georges Bernanos (1888 – 1948)

2. L’IMMIGRATION DES ESPAGNOLS QUI FUIENT LE REGIME AUTORITAIRE

2.1. La Seconde République espagnole en exil (1939-1977)

2.2 Les vagues migratoires

Les camps de concentration français et les travailleurs forcés

2.4 La vie des réfugiés, exilés et immigrés espagnols en France

Paco Ibañez

3. PERSONNALITES INTELLECTUELLES ESPAGNOLES EXILEES OU EMIGREES EN FRANCE

Pablo Casals (1876 – 1973)

Pablo Picasso (1981 – 1973)

Jorge Semprun (1923 – 2011)

Juan Goytisolo (1931 – 2017)

Antonio Machado (1875 – 1939)

4. DEBATS SUR L’IMMIGRATION ET L’EXIL

5. DOCUMENTS CONNEXES

6. PARCOURS A TRAVERS LES FONDS : autour de l’œuvre du documentariste José Maria Berzosa, réalisateur espagnol émigré en France en 1956

7. Emissions produites et diffusées à l’attention de populations immigrées

Les conséquences de la guerre d’Espagne : avènement de l’intellectuel engagé et émigration vers la France

1. LA GUERRE D’ESPAGNE (1936-1939)

Discours d’André Malraux à l’université de Columbia, chaîne non déterminée, 20.03.1937, 26’, déclaration,  radio

André Malraux prononce ce discours à l’université de Columbia, aux Etats Unis, le 20 mars 1937. Après un exposé de divers événements à portée internationale, se déroulant en Italie, en Russie et aux Etats Unis, il réaffirme la nécessité pour les intellectuels de faire savoir la vérité et de faire connaître la réalité de la situation en Espagne. Il plaide pour une union des étudiants, professeurs et écrivains afin de mener à bien la lutte engagée contre le fascisme.

Léon Blum : Discours à Luna-Park, prod. Paris : Ministère des Postes Télégraphes et  Téléphones, chaîne non déterminée, 06.09.1936, 51’, déclaration, radio

 Alors que le gouvernement du Front Populaire est en place depuis trois mois, Léon Blum, Président du conseil, prononce un discours à la fête commémorative de la République organisée par la fédération de la Seine au Stade Luna Park, à Paris. Il fait un bilan des premiers mois qui se sont écoulés depuis son entrée à la tête du gouvernement et cherche à justifier ses choix politiques vis-à-vis de l’Espagne auprès des militants.

Geneviève Tabouis : la guerre d’Espagne, producteur Paris : Radio Cité, chaîne non déterminée, 18.01.1939, 3’, causerie, radio

Chronique de politique internationale de Geneviève Tabouis qui analyse les relations complexes entre l’Allemagne, l’Italie et la France avec, au centre, la question de la guerre d’Espagne et la victoire de Franco.

Allocution d’Adolf Hitler adressée à la Légion Condor qui rentre d’Espagne, chaîne non déterminée, 06.06.1939, 10’, Producteur Berlin : Reichs Rundfunk Gesellschaft, radio

Allocution d’Adolf HITLER en allemand. Adolf Hitler s’adresse aux soldats et marins de la Légion Condor de retour d’Espagne.

Extrait : “Vous avez connu la cruauté du capitalisme mais vous avez également appris à connaître un peuple fier qui a combattu farouchement, fermement, pendant presque trois ans, pour son indépendance nationale et sa liberté ; et vous avez également eu la chance de servir un général qui par ses seules forces est devenu le sauveur de son peuple. Aujourd’hui, du fond de notre cœur, émettons tous le souhait de voir l’Espagne prendre un nouvel et fier essor sous la conduite géniale de cet homme… Légionnaires et soldats, vive le peuple allemand ! Vive le peuple espagnol et son chef Franco ! Vive le peuple italien et son duce ! Peuple allemand, vive notre Légion, Sieg Heil!”.

28 mars 1939, Flash sur le passé, réal. Maurice Beuchey, 2ème chaîne, 28 mars 1965, 5’, magazine, reportage, télévision

Emission consacrée au 26ème anniversaire de la fin de la guerre d’Espagne survenue le 28 mars 1939 quand les nationalistes espagnols entrent dans Madrid. Les militaires défilent devant le «caudillo» Francisco Franco. Des milliers de républicains se dirigent vers la frontière française.

Historique 3 : la guerre civile, Géopolis, journaliste Evelyne Goldman, France 2, 12.03.1994, 2 min, magazine, télévision

Edition du magazine Géopolis consacrée à la guerre d’Espagne et au Pays basque espagnol. Le reportage retrace les étapes les plus marquantes de la guerre dans cette région : du bombardement de Guernica, le 26 avril 1937 à l’exil des nationalistes à la fin de  la guerre, en passant par la chute de Bilbao aux mains des Italiens.

La mémoire des vaincus : histoires intimes de la guerre d’Espagne, prod. Patrick Pépin, France Culture, du 26.07 au 27.08.2004, 30’, 25 documents, radio

Série documentaire en 25 parties de 30 minutes, consacrée à la guerre civile d’Espagne à travers les témoignages de ceux qui ont vécu la lutte contre le franquisme ou de ceux qui, attachés au devoir de mémoire, rendent hommage aux républicains disparus sous le joug du dictateur. Cette série rassemble des témoignages de « militants de la mémoire », à forte charge émotionnelle. Cette mémoire est d’abord portée par les descendants, enfants et petits-enfants des victimes.

Archéologie de la Guerre d’Espagne : de la bataille de Madrid aux camps de concentration franquistes, Le Salon noir, Culture société, prod. Vincent Charpentier, France Culture, 20.01.2015, 29’, documentaire, radio

 Avec 150 000 victimes et plus de 88 000 disparus, le bilan de la Guerre d’Espagne est particulièrement lourd. Aujourd’hui, des recherches archéologiques mettent à jour des fosses et charniers, des camps de concentration ainsi que des camps de travail qui témoignent d’une violence impulsive, puis institutionnelle, enfin symbolique qui ne prendra fin qu’en 1975. Avec la participation d’Alfredo González-Ruibal, chercheur, Institut des Sciences du Patrimoine (Conseil supérieur espagnol de la Recherche scientifique CSIC).

1.2 Les écrivains engagés et la guerre d’Espagne

Ce conflit scinda le monde entre fascistes et antifascistes, clivage central qui divisa également l’univers des intellectuels, et tout particulièrement la sphère littéraire.

Archives du XXe siècle, prod. Jean Jose Marchand, INA, 1969 – 1974, entretiens, télévision

Série d’entretiens produits par Jean José Marchand pour l’ORTF entre 1969 et 1974. Environ 150 personnalités du monde littéraire et artistique ont été filmées et pour certaines d’entre elles, il n’existe aucun autre document audiovisuel.

Parmi ces personnalités : José Bergamin (1895 – 1983), acteur et écrivain espagnol, Juan Larrea (1895 – 1980), poète et essayiste espagnol, Stephen Spender (1909 – 1995), écrivain britannique, Maria Teresa Leon (1903 – 1988), romancière espagnole, femme du poète Rafael Alberti, Raymond Abellio, écrivain et philosophe français, Salvador de Madriaga, homme d’Etat espagnol et pacifiste, John Dos Passos (1896 – 1970), écrivain américain, Maurice-Edgar Coindreau, traducteur qui a beaucoup contribué à faire connaître la littérature américaine des années 1930 en France. Egalement, entretiens avec trois poètes de la génération de 27, groupe littéraire qui apparait en Espagne entre 1923 et 1927, Damaso Alonso (1898 – 1990), philologue, écrivain et poète espagnol, Rafael Alberti (1902 – 1999), poète et dramaturge espagnol, et Gerardo Diego (1896 – 1987), poète espagnol.

Un siècle d’écrivains, France 3, 1995 – 2000, 267 documentaires, télévision

Série de documentaires littéraires diffusés cinq années durant, le mercredi en fin de soirée. Présentée et dirigée par Bernard Rapp, cette collection propose deux cent soixante sept portraits d’écrivains français et étrangers du XXème siècle réalisés par autant de réalisateurs différents. Chacun de ces documentaires privilégie la narration biographique tressant des liens entre la vie et l’œuvre de l’écrivain étudié. Il est enrichi par des images d’archives, des photographies, et des interviews.

Parmi ces écrivains : Miguel Delibes, Rafael Alberti, Arthur Koestler, John Dos Passos, Ernest Hemingway, Georges Bernanos, François Mauriac, Georges Bernanos, Nikos Kazantzakis et Alejo Carpentier.

Les intellectuels s’engagent, Le Sens de l’histoire, réal. Jean Charles Deniau, France 5, 11 janvier 1998, 52’, documentaire, télévision

Documentaire à base d’archives qui étudie le rapport des intellectuels français aux évènements politiques au cours du XXème siècle. Depuis Zola avec J’accuse jusqu’à nos jours, l’histoire de ces relations est commentée par des historiens, des écrivains, des philosophes. Une partie est consacrée à la guerre d’Espagne.

André Malraux (1901 – 1976)

Ecrivain et homme politique, André Malraux combat en 1936-1937 aux côtés des Républicains espagnols avec son escadrille España dont il devient le colonel. Son engagement dans la guerre d’Espagne le conduit à écrire un roman L’Espoir, publié en décembre 1937, et à en tourner une adaptation filmée Espoir, sierra de Teruel en 1938

André Malraux, La Légende du siècle, réal. Claude Santelli, 2ème chaîne, 29.04 au 2.12.1972, récit portrait, 9 documents, télévision

Série de neuf émissions d’environ 50 minutes de Claude Santelli et Françoise Verny. André Malraux y partage ses réflexions sur l’histoire du XXe siècle. Dans la cinquième émission, Viva la muerte, André Malraux évoque l’Espagne et la Guerre d’Espagne.

 

Spécial événement : Malraux, L’Evénement, réal Jean Marie Drot, Claude Deflandre, TF1, 23.11.1976, 3h, magazine, télévision

Soirée spéciale consacrée à la disparition d’André Malraux. De très nombreux invités vont se succéder sur le plateau auprès de Julien Besançon et Jacques Legris. Des sujets à base d’archives (Malraux recevant le prix Goncourt, pour son roman La Condition humaine, discours de Malraux qui rend hommage à Jean Moulin, dans la cour du panthéon…) retracent la carrière de l’écrivain, homme politique, brillant orateur et homme de culture.

Diffusion en fin d’émission du premier volet de la série Journal de voyage avec André Malraux : l’Irréel, une émission de Jean Marie Drot, avec la participation d’André Malraux

Les invités : Françoise Giroud, actuelle secrétaire d’état à la culture, Georges Soria, ami et correspondant de guerre en Espagne, Julien Segnaire, pilote pendant la guerre, Jean Guehenno, écrivain et ami d’André Malraux, Manes Sperber, écrivain, Roger Stéphane, écrivain, journaliste et ancien résistant, André Chamson, essayiste, historien et romancier, Paul Nothomb, aviateur et écrivain, René Andrieu, résistant et rédacteur en chef de “l’Humanité”, Père Bockel, aumônier de la brigade Alsace-Lorraine, Brigitte Frianc, déportée, journaliste et collaboratrice de Malraux, en duplex de Genève, Léopold Sedar Senghor, Président du Sénégal, Jacques Baumel, résistant et homme politique, Georges Loubet, chef de cabinet de Malraux à partir de 1958, Martine de Courcelles, écrivain, et Jean Marie Drot, écrivain et documentariste.

 

 

André Malraux à Madrid, L’Espagne une croisade révolutionnaire, Les après-midi de France Culture, prod. Jean Montalbetti, France Culture, 26.12.1980, 1h20’, documentaire, radio

Sur les pas d’André Malraux en Espagne quand éclate la guerre civile, le documentaire alterne les interviews de compagnons d’André Malraux parmi lesquels Jose Bergamin, écrivain, Julien Segnaire, ancien combattant et l’écrivain Jorge Semprun. Lectures d’extraits de L’Espoir par l’acteur Sami Frey.

André Malraux, le visionnaire et le bretteur, Chroniques sauvages, Prod. Robert Arnaut, France Inter, 06.12.1986, 51’, documentaire, création sonore, radio

Emission réalisée avec des interviews de Clara Malraux, femme d’André Malraux, Alain Malraux, son neveu, Claude Tannery, auteur, spécialiste de Malraux, Christian de Bartillat, écrivain et éditeur, et avec les voix d’A.Malraux, Paul Eluard, Maria Casares, Victoria de Los Angeles et Hélène Martin. Loin du Malraux homme politique et ministre de la culture, cette émission nous fait découvrir un Malraux plus intime : “L’aventurier romantique” ou “Le pater familias”.

Malraux ou la grande vie, Thema. André Malraux, réalisation Alain Ferrari, Arte, 28.11.1995, 1h30’, documentaire, télévision

Daniel Rondeau dévoile les divers visages d’André Malraux, écrivain, combattant, homme politique, ou amateur d’art. Il rend ainsi hommage à un homme entraîné par les puissances conjuguées de l’action et de la méditation.

 

Simone Weil (1909 – 1943)

Philosophe humaniste. Dès 1931, elle enseigne la philosophie et s’intéresse aux courants marxistes anti-staliniens. En août 1936, malgré son pacifisme, Simone Weil décide de prendre part à la guerre d’Espagne. Elle s’engage alors dans la colonne aux côtés des anarchistes et des révolutionnaires.

Simone Weil : confidences et témoignages, réa Pierre Nivollet, 2ème chaîne, 18.04.1968, 2h6’, documentaire, télévision

Pierre Nivollet a recueilli les témoignages de proches de Simone Weil. Son frère, André Weil, qui, pour la première fois devant une caméra, parle de leur jeunesse commune ; Jacques Ganuchaud qui l’a connue au lycée Henri IV ; Anne Reynaud-Guerithault, ancienne élève au lycée de Roanne évoque le prof de philo qu’elle fut, Urbain et Albertine Thevenon, enseignants, parlent de la militante syndicaliste qui, résolue à partager le sort des plus pauvres, s’est engagée comme ouvrière fraiseuse chez Renault, Ferdinand Charbit et Louis Berchet, membres du groupe Révolution Prolétarienne, Messali Hadj, le docteur Jean Daniel Martinet, M et Mme Ballard, animateurs des Cahiers du Sud qui publièrent plusieurs études de Simone Weil, l’écrivain Gustave Thibon chez qui elle vécut l’expérience d’un retour à la terre, le révérend père Perrin, Louis Closon qui l’a accueillie à Londres au sein de la France libre, Ulla Rosin, une amie anglaise qui l’a accompagné jusqu’à sa mort, et miss Francis, sa logeuse anglaise. 

En contrepoint de ces témoignages, des extraits de l’œuvre posthume de Simone Weil auxquels Danièle Netter prête son visage et sa voix, confirment ou corrigent les souvenirs évoqués. L’iconographie, d’autre part, permet de situer le personnage de Simone Weil dans l’activité politique et sociale de son temps et d’évoquer le Front populaire, la guerre d’Espagne, l’apogée du nazisme et la résistance.

Simone Weil, Les Lundis de l’histoire, Les Matinées de France Culture, Prod. Jacques Le Goff, France Culture, 05.11.1973, 01h25’, débat, radio

Simone Pétrement, philosophe, Raymonde Nathan, Guillaume Guindey, philosophe, Gilbert Kahn, journaliste, Aimé Patri, professeur agrégé de philosophie et membre du Cercle communiste Marx et Lénine, Maurice Schumann, écrivain, ministre des Affaires étrangères, participent au débat présenté par Pierre Sipriot à propos du livre de Simone Pétrement La Vie de Simone Weil. Ils évoquent son enfance, les ressemblances et les différences entre la pensée de Simone Weil et celle du philosophe Alain, sa franchise, les raisons de son engagement politique, son attitude à l’égard de l’URSS et du socialisme, son pacifisme jusqu’en mars 1939, Simone Weil pendant la Deuxième Guerre mondiale et sa mort. Michel Collinet, enseignant, syndicaliste, militant marxiste, et résistant, et François Carpentier évoquent Simone Weil pendant la guerre d’Espagne.

Simone Weil, l’irrégulière, Réa Florence Mauro, Arte, 01.02.2009, 01h10’, documentaire, récit portrait, télevision

Documentaire consacré à l’œuvre, aux idées et à l’action de Simone Weil, à l’occasion du centenaire de sa naissance. A travers les différentes étapes de sa vie, évocation de son enfance et de ses études de philosophie, de son travail d’enseignante, de son engagement syndicaliste révolutionnaire, de ses réflexions sur le travail et la condition ouvrière, de son entrée à l’usine Alstom comme ouvrière, de son engagement aux côtés des Républicains en Espagne en 1936, de son rapport au christianisme et de ses réflexions mystiques, de son engagement aux côtés de la France libre à Londres et de son décès de la tuberculose en 1943. Commentaires et lectures d’une lettre de la mère de Simone Weil, de lettres et d’extraits d’ouvrages de Simone Weil sur images d’archives et d’illustration alternant avec les interviews de spécialistes.

Joseph Kessel (1898 – 1979)

Romancier français, correspondant de guerre pendant la guerre d’Espagne.

Joseph Kessel témoin parmi les hommes, Programme national, Prod. Paul Guimard, 09 mars au 01 juin 1956, entretien, radio

Série de douze entretiens avec Joseph Kessel qui raconte sa vie et ses voyages en Espagne pendant la guerre civile.

10 jours dans la guerre d’Espagne, La Case du siècle, France 5, réa Patrick Jeudy, 14 .02.2016, documentaire, télévision

Documentaire consacré à la guerre d’Espagne. Bâti sur des images d’archives et enrichi par les photographies de Jean Moral, ce documentaire retrace le périple de Joseph Kessel et de son compagnon photographe dans une Espagne dévastée par deux ans de guerre.

George Orwell (1903 – 1950)

Ecrivain et journaliste britannique qui, en décembre 1936, rejoint les Brigades internationales en Espagne et combat dans les milices du POUM. Il publie Hommage à la Catalogne le 25 avril 1938.

Kafka, Orwell, Kundera, Apostrophes, Prod. Bernard Pivot, Antenne 2, 27.01.1984, 1h12’, magazine, télévision

Bernard Pivot reçoit Milan Kundera, Maurice Nadau et Simon Leys, de son vrai nom Pierre Ryckmans, sinologue, enseignant qui vient de publier Orwell ou l’horreur de la politique. Discussion autour de cet ouvrage sur la vie et l’œuvre du journaliste et écrivain : sa découverte de la misère ouvrière qui va le convertir au socialisme, son engagement aux côtés des républicains durant la guerre d’Espagne, sa conviction que la révolution est possible, sa découverte de la réalité du totalitarisme.

A très bientôt Mr Orwell, Les Chemins de la connaissance, Les Nuits de France Culture, production Roger Dadoun, France Culture, du 24 au 28.05.1999, 27’ x 4, documentaire, radio

Documentaire en quatre parties et consacré à George Orwell. Roger Dadoun s’entretient avec Gérard Henri Durand, écrivain, traducteur, comédien et producteur à France-Culture, et avec Jean Gattegno, intellectuel, dirigeant d’administration publique français, à propos de l’écrivain anglais George Orwell, de son rôle d’observateur de la vie politique, de la guerre d’Espagne et du rapport entre la politique fiction et la réalité politique.

George Orwell 1936 : un Anglais en Catalogne, Autant en emporte l’histoire, Stéphanie Duncan, France Inter, 25.09.2016, évocation scénarisée, interview, radio

Stéphanie Duncan reçoit le philosophe et écrivain Bruce Begout, auteur de La Décence ordinaire pour parler de l’écrivain George Orwell. L’interview est illustrée par George Orwell 1936 : un Anglais en Catalogne, une fiction radiophonique de François Luciani.

Jean Jacques Rosat, Partir avec, prod. Stéphanie Duncan, France Inter, 01.O7.2011, 47’, interview, radio

Stéphanie Duncan s’entretient avec Jean Jacques Rosat, professeur de philosophie, maître de conférences au Collège de France, au sujet de l’engagement de l’écrivain anglais George Orwell dans la guerre d’Espagne. Alternance d’archives sonores (actualités cinématographiques) et de lectures, par Stéphanie Duncan et d’extraits d’Hommage à la Catalogne de George Orwell.

Arthur Koestler (1905 – 1983)

Romancier, journaliste et essayiste d’origine juive hongroise, naturalisé britannique. Journaliste couvrant la guerre d’Espagne, il est emprisonné et condamné à mort par les franquistes, mais finalement et heureusement échangé contre un prisonnier espagnol par le gouvernement britannique. De cet épisode de sa vie naît le livre Un Testament espagnol.

Les Bienfaits de la déraison, Un Certain regard, émission de Quentin Ritzen ou Pierre Debray-Ritzen, production ORTF, 1ère chaîne, 10.01.1971, 44’, série documentaire, télévision

Documentaire en deux parties consacré à l’écrivain Arthur Koestler. A Londres, dans une petite maison au sud de Hyde Park, Quentin Ritzen s’entretient avec Arthur Koestler, écrivain, romancier et essayiste, dont le nom est attaché à l’histoire du communisme mais aussi à la philosophie de la connaissance. Les deux parties, entrecoupées par des lectures d’extraits des œuvres principales de l’écrivain, sont le résultat de ces conversations au cours desquelles se révèle l’expérience humaine remarquable, faite d’engagement et de renoncement, qui fut celle d’Arthur Koestler. Dans la première émission, Arthur Koestler évoque les différentes étapes de sa vie dont sa condamnation à mort pendant la guerre d’Espagne où il était correspondant de presse. Emprisonné durant trois mois dans une prison de Séville, Arthur Koestler vivra une expérience intérieure quasi mystique qui lui inspirera son Testament espagnol

Arthur Koestler, Panorama, réal Jean Cazenave, 1ère chaîne, 24.01.1994, 10’, Interview, Radio

Interview d’Arthur Koestler, né en Hongrie, élevé en Autriche et qui écrit ses livres en anglais. Interview en français sur l’Europe, “réalité vivante, synthèse du gréco-romain et du judéo christianisme, les Européens ont en commun une culture c’est à dire des valeurs partagées”.

Arthur Koestler 1905 à 1983, Un Siècle d’écrivains, réal Georges Nizan, France 3, 07 mai 1997, 50’, documentaire, télévision

Bernard Rapp présente ce film documentaire consacré à l’écrivain Arthur Koestler. L’évocation de sa vie est très largement illustrée par des archives films et photos. Des interviews de l’écrivain (en français et en anglais) ponctuent le récit.

1.3 Films consacrés à la guerre d’Espagne/le cinéma pendant la guerre

Madrid tumba del fascio, Films documentaires, prod. Confédération nationale du Travail ou Fédération anarchiste (CNTFA)  Espagne , 01.01.1936, 17’, documentaire, presse filmée

5ème volet de la série dédiée aux combats en Aragón et intitulée Aguiluchos de la FAI por tierras de Aragón (1936). Ce documentaire est consacré à la défense de Madrid. Commentaire en espagnol de Jacinto Torynho, directeur du journal anarchiste Solidaridad obrera et responsable de la Oficina de Prensa y Propaganda de la CNT-FAI, et musique classique sur les images de la capitale espagnole bombardée, des immeubles et des rues dévastées.

La Guerre d’Espagne vue par le Cinéma, Les Cahiers de la cinémathèque, directeur de la publication José Baldizzone, 1977, périodique, documentation écrite

  • 1ère partie : Histoire et cinéma, l’événement filmé.
  • 2ème partie : Réalités et fictions : mémoire sublimée ou romanesque de la guerre d’Espagne.
  • 3ème partie : Mémoire préservée et mémoire recouvrée : trois projets de films non aboutis.

Terre d’Espagne, réal. Joris Ivens, Arte, 26.01.1996, 48’, documentaire, noir et blanc, télévision

Film documentaire américain de propagande anti-franquiste, tourné entre mars et mai 1937. Ce film est financé par une association de soutien à la République espagnole. Les commentaires sont dits par les écrivains américains Ernest Hemingway et John Dos Passos.

Documentaire (8), Fonds Arte : documentaire, archives institutionnelles, Documentation écrite

Diapositives et des photos extraites de documentaires diffusés par La Sept-Arte entre 1989 et les années 2000, et notamment du documentaire Terre d’Espagne  de Joris Ivens.

Le Masque et la plume, RTF/Paris Inter, prod. Michel Polac, 11.04.1963, 46’, magazine, radio

A la fin de ce magazine consacré au cinéma, l’invité Frédéric Rossif, documentariste et réalisateur du film Mourir à Madrid, évoque la guerre d’Espagne ainsi que le discours prononcé à l’université de Salamanque en 1937, jour de la Fête de la race, par Miguel d’Unamuno, philosophe, romancier basque et recteur de l’Université de Salamanque.

Raymond Méjat, Témoins, Fonds Pierre Bellemare, réal. Grégory Frank, Divers fonds vidéo, 1970, 52’, récit portrait, télévision

Ce volet de la série Témoins rend compte de l’évolution du métier de grand reporter à travers le témoignage de Raymond Méjat. En répondant aux questions de Pierre Bellemare, ce reporter cameraman qui a couvert de nombreux événements historiques, raconte ses souvenirs, décrit ses croquis, et conte quelques anecdotes marquantes, notamment sur la guerre d’Espagne (Un dimanche à Séville, Aux portes de Madrid)

La Guerre d’Espagne au cinéma, l’illusion lyrique, Mardis du cinéma, France Culture, prod Jacques Munier, 02.06.1987, 1h30’, magazine, radio

Entretien dirigé par Jacques Munier avec Jorge Semprun, Marcel Oms et Emmanuel Larraz avec alternance d’extraits de films, de musiques et de lectures. Evocations et analyses du premier film tourné pendant la guerre d’Espagne et produit par les anarchistes, Le Reportage du mouvement révolutionnaire, du film de propagande tourné au lendemain du coup d’état, du reportage de José Escandell, Radio CNT-FAI, sur le front de Saragosse, de la fonction du cinéma pendant la guerre, du film Terre d’Espagne de Joris Ivens, tourné à l’initiative d’un collectif américain de mars à mai 1937, avec un commentaire écrit et lu par Ernest Hemingway, de la propagande fasciste et des cinéastes étrangers venus sur le terrain, enfin du film : L’Espoir de Malraux sorti en 1945. 

Le Théâtre des hostilités, Propaganda : l’image et son pouvoir, réal François Porcile, France 3, 11.06.1989, 54’, documentaire, télévision

3ème émission de la série Propaganda consacrée à l’image et au pouvoir et en grande partie composée d’extraits de films et d’images d’archives. Extrait de Hispanisa  réalisé par Roman Karmen en 1939.

La Grande aventure de la presse filmée, Les Dossiers de l’Histoire, Réal Serge Viallet, France 3, 09.05.2001, 52’, série documentaire, télévision

Troisième volet d’une série documentaire consacrée à l’histoire des actualités filmées. Cette partie présente les images tournées dans l’entre-deux guerres, avec notamment des images d’archives des actualités républicaines et nationalistes.

La guerre d’Espagne, en juillet 1936, représente un cas unique où l’opinion mondiale est informée par les deux belligérants : les Actualités républicaines et les Actualités nationalistes sont envoyées dans les différents pays européens et dans les pays d’Amérique Latine.

La Guerre d’Espagne dans les actualités filmées Pathé, Les Repères de l’histoire, Documents x 4. Histoire, Réal Guy Seligmann et Gilles Dinnematin, France 5, 18.12.2002, Documentaire, débat, Télévision

Emission consacrée à la guerre d’Espagne et composée d’un documentaire présenté par Jean Michel Gaillard et d’un débat animé par Laurent Joffrin avec comme invités Joseph Perez, historien, spécialiste de l’Espagne, professeur à l’université de Bordeaux et Pierre Daix, écrivain, historien de l’art contemporain.

Le film : La Guerre d’Espagne dans les actualités filmées Pathé, propose une succession d’archives filmées sonores ou commentées, extraites des actualités filmées Pathé journal et analysées par Emmanuel Larraz, universitaire et écrivain (tantôt off, tantôt in). Les archives sont datées de 1931 à 1939, certaines sont signalées comme inédites car censurées à l’époque.

Roman Karmen, portrait d’un cinéaste en général, Grand format, Réal  Patrick Barberis et Dominique Chapuis, Arte, 25.02.2002, 1h30’, documentaire, télévision

Documentaire consacré au cinéaste soviétique Roman Karmen dont l’œuvre retrace au fil d’images marquantes une grande partie de l’histoire du 20ème siècle : le visage exsangue d’une fillette fuyant, sous les bombes, Madrid en flammes en 1936, le silence de la répression dans les stades chiliens ou encore la bataille de Stalingrad, la chute de Berlin, la défaite française de Diên Biên Phû ou la prise du pouvoir de Fidel Castro à Cuba. Le documentaire embrasse une grande partie de l’histoire tourmentée du siècle dernier et abonde d’images tournées par le cinéaste. Il se compose à la fois d’extraits de ses films, de ses photos et d’images qui le montrent sur le terrain. Commentaire off lu par l’acteur Philippe Torreton.

Le Cinéma en Espagne pendant la guerre, L’Humeur vagabonde, Prod  Kathleen Evin, France Inter, 21.02.2002, 50’, reportage, interview, radio

Interview de Patrick Barberis à propos de son documentaire sur le cinéaste soviétique Roman Karmen, de l’histoire de ce film, des raisons pour lesquelles il s’est intéressé à ce cinéaste, de sa manière insolite de filmer la guerre, et de la guerre d’Espagne qui est capitale dans l’oeuvre de Karmen. 

Mourir à Madrid, réal. Frédéric Rossif, Planète, 04.06.2006, 01h25’, documentaire, télévision

Documentaire lauréat du prix Jean Vigo en 1963 et consacré à la guerre civile espagnole. Alternance d’archives sur la Guerre civile avec des documents d’Union Soviétique, des États-Unis, de France, d’Allemagne et d’Espagne.

Guernica, Libre court, réal. Alain Resnais et Robert Hessens, France 3, 06.05.2014, 13’, court métrage, télévision

Court métrage de 1950 qui revient sur le bombardement de Guernica en mélangeant des images d’archives et des œuvres d’artistes avec en fil narratif un poème de Paul Éluard, La Victoire de Guernica, dit par Maria Casarès et Jacques Pruvost.

Ce film a été réalisé à l’aide des peintures, dessins et sculptures que Picasso exécuta de 1902 à 1949. Le tableau intitulé Guernica, peint durant la guerre civile espagnole, a fourni l’argument de ce documentaire.

 

1.4 Les Brigades internationales/Brigadas internacionales

Composées de volontaires antifascistes venant de 53 pays différents, les Brigades internationales se sont battues au côté des républicains contre les rebelles nationalistes, lors de la guerre civile espagnole, entre 1936 et 1938.

Les Brigades Internationales, Les Chemins de la connaissance, prod  Roland Auguet, France Culture, 14.11 au 25.11.1983, documentaire, radio

Emission en 10 parties consacrée aux Brigades internationales avec la participation de Roger Codou, ancien combattant des Brigades internationales, Jean-Pierre Rioux, historien, Patrick Laureau, historien spécialiste de l’aviation, Geneviève Dreyfus, historienne, et de Joris Ivens, réalisateur néerlandais. L’émission évoque les premiers combattants volontaires arrivés en Espagne pendant l’été 1937, les contradictions et rivalités au sein du gouvernement républicain et des forces combattantes de gauche, la formation des Brigades internationales et les rapports entre les militants français et espagnols du Front populaire, la position de l’Angleterre vis à vis de la République espagnole, le choix de Léon Blum   d’une politique de non-intervention en Espagne, la composition sociale des Brigades internationales, l’aide du Mexique et de la Belgique à la République espagnole. 

La Grande Bretagne vue de Paris, Regards croisés, Océaniques : Des idées, des hommes, des œuvres, France 3, 27.05.1991, 41’, Documentaire, Télévision

Intervention de Sir Stephen Spender qui évoque l’influence d’André Malraux sur les jeunes écrivains anglais et l’engagement d’un certain nombre d’entre eux dans les Brigades internationales.

Les Brigades Internationales pendant la Guerre d’Espagne, La Marche de l’histoire, prod Jean Lebrun, France Inter, 22.06.2016, documentaire, radio

Jean Lebrun s’entretient avec le journaliste Michel Lefebvre à propos des brigades internationales durant la Guerre d’Espagne. Des témoignages et archives sonores illustrent leurs propos.

La Tragédie des Brigades internationales, Thema, réal Patrick Rotman, Arte, 25.10.2016, documentaire, télévision

Documentaire consacré aux Brigades internationales, 35000 volontaires venus du monde entier pour combattre le franquisme pendant la guerre civile espagnole. Le film composé exclusivement d’archives (documents filmés et photographies) décrit les différents évènements militaires, les luttes internes du camp républicain, l’engagement des intellectuels et des artistes.

Roger Codou : un ancien des brigades internationales, 7 et demi, La Guerre d’Espagne, 60 ans après, Arte, 18.07.1996, magazine, télévision

Roger Codou, âgé de 90 ans, combattant des Brigades internationales en Espagne et militant communiste s’est engagé au service d’un idéal, contre le fascisme. Il raconte ses souvenirs, étayés par quelques photographies, et déclare ne rien regretter malgré certaines désillusions.

Staline en Espagne : la guerre civile dans la guerre civile 1936 1939, Les Brulûres de l’histoire, réal Christophe Muel, France 3, 29.06.1996, magazine, documentaire, télévision

Documentaire consacré au rôle que joueront Staline et les Brigades Internationales dans la guerre d’Espagne (1936 – 1939). Le récit des événements est divisé en 6 parties chronologiques : le coup d’Etat et la résistance populaire, intervention et non-intervention, les brigades internationales, le poids de Moscou, l’affrontement et la bataille de l’Ebre.

Ernest Hemingway (1899 – 1961)

Ecrivain et correspondant de guerre américain qui couvre la guerre civile espagnole. Il est l’auteur du roman Pour qui sonne le glas inspiré de son expérience pendant la guerre d’Espagne.

Ernest Hemingway, Les Bonnes adresses du passé, réal.Roland Bernard, 1ère chaîne, 17.05.1969, 1h10’, documentaire, télévision

La bonne adresse de l’émission est la maison musée Finca Vigia à San Francisco de Paula, à Cuba, où vécut l’écrivain Ernest Hemingway. Ce documentaire dresse son portrait et son parcours.

Hemingway et le cinéma, Thèmes et variations du cinéma, réal. Jean Pierre Chartier, 2ème chaîne, 19.01.1970, 45’, portrait, télévision

Portrait d’Ernest Hemingway à travers les adaptations cinématographiques de ces œuvres, des documents d’archives et photographiques.

Extraits et photos des films suivants : L’Adieu aux armes (1957) de Charles Vidor, Le Soleil se lève aussi (1957) De Henri King, Les Neiges du Kilimandjaro (1952) de Henry King, Pour qui sonne le glas (1942) de Sam Wood (photos), Le Port de l’angoisse (1944) de Howard Hawks, Breaking point (photos), Le Vieil homme et la mer(1958) de John Sturges (photos) et Terre d’Espagne (1937) de Joris Ivens (photos).

Cycle Hemingway, prod. Claude Mourthe, France Culture, 04.10.1971, fiction, radio

Pour le dixième anniversaire de la mort d’Hemingway, Claude Mourthe propose un cycle Hemingway en adaptant cinq de ses plus grands romans, dans leur ordre chronologique de parution : Le Soleil se lève aussi (1926), L’Adieu aux armes (1929), En avoir… ou pas (1937), Pour qui sonne le glas (1940) et Au-delà du fleuve et sous les arbres (1950). Chacune des œuvres est mise en ondes par un réalisateur différent et interprétée par des comédiens différents.

Pour qui sonne le glas, Théma. Au cœur de la vie, Ernest Hemingway, réal. Sam Wood, scénario Ernest Hemingway, Arte, 22.01.2006, 2h06’, fiction, télévision

Adaptation cinématographique du roman d’Ernest Hemingway réalisé en 1943.

Ernest Hemingway, à la vie à la mort. Archives, Grandes traversées, Production Olivier Barrot, France Culture, du 16 au 19.08.2011, 53’, Document à base d’archives, Radio

Série de quatre émissions à base d’archives consacrées à Ernest Hemingway.

  • 1 – Les grand espaces, Chicago, l’Amérique des années 1899 1918.
  • 2 – Le Paris d’Hemingway.
  • 3 – La société inhumaine : la guerre d’Espagne.
  • 4 – La gloire de l’écrivain : le cinéma d’Hemingway.

Georges Bernanos (1888 – 1948)

Ecrivain français, catholique et monarchiste. La guerre surprit Georges Bernanos et sa famille à Palma de Majorque, aux Baléares. Choqué par la violence barbare de l’armée franquiste et la complicité de l’église, il écrivit, en réaction à cette violence, Les Grands cimetières sous la lune, roman dans lequel il dénonce les répressions franquistes.

Fonds Bernanos (don à l’Ina), 1946, Enregistrement sonore

Discours de Georges Bernanos à la conférence de Genève pour la paix de 1946 d’une durée d’environ 1h30’. Le discours est suivi d’une interview avec José Bergamin, intellectuel espagnol, qui rend hommage à Georges Bernanos.

Extrait du discours : « Messieurs, l’humanité est visiblement obsédée par des images de mort. L’humanité a peur d’elle-même, peur de son ombre, peur de ses mains sur la table, peur du tiroir entr’ouvert où brille doucement le canon bien huilé du browning. Quand l’humanité restreint peu à peu volontairement et comme inexorablement sa part héréditaire de liberté, en affirmant qu’elle fait ce sacrifice à son bonheur futur, ne la croyez pas un instant. Elle sacrifie sa liberté à la peur qu’elle a d’elle-même. »

La France de Bernanos, prod. Raoul Girardet, TF1, 29.08.1978, 1h, récit portrait, télévision

Jean Loup Bernanos, fils de l’écrivain, évoque Georges Bernanos à travers différents épisodes de sa vie : son enfance en Artois, son adolescence et ses premiers engagements politiques, la guerre de 1914, la guerre d’Espagne, sa fuite au Brésil, lors des événements de Munich en 1938, d’où il s’élèvera contre le régime de Vichy, et le gaullisme. Cette évocation est illustrée d’extraits du film Le Journal d’un curé de campagne de Robert Bresson, de films d’actualités, et de passages de ses principales œuvres.

L’Espoir, Paris Paris où le temps d’une génération, réal Yves Kovacs, Antenne 2, 04.09.1983, 1h, documentaire, télévision

Cette émission est composée de deux volets. Le premier,  consacré à la période 1936-1944  et le second à la période 1945-1958. De nombreuses archives  illustrent ce documentaire et des témoignages viennent en contrepoint de cette évocation. Parmi ceux-ci : Henri Lefebvre, Jean Cassou, Edouard Pignon, Jean Louis Barrault, Nathalie Sarraute, Claude Levi Strauss, Jean Bazaine et Pierre Schaeffer, et  Georges Bernanos.

Georges Bernanos en Espagne, Voyages, prod. Pierre Dumayet, Roger Colombani, France Culture, 17.03.1988, 1h, documentaire, radio

Deuxième volet d’une série de cinq émissions, consacrée aux voyages de grands écrivains. Ce volet est consacré à Georges Bernanos avec la participation de Jean Loup Bernanos, son fils, et Luc Estang, écrivain.

Le séjour en Espagne de Bernanos, entre 1934 et 1938, nous donne l’exemple d’un de ces retournements dont sa vie fut le théâtre permanent. Proie d’une situation financière dramatique, Bernanos quitte la France en 1934 et  s’installe à Majorque où il espère pouvoir vivre de sa plume. Monarchiste adepte des idées de Drumont, il prend parti pour Franco. Son fils s’engage dans la Phalange. Le spectacle de l’ignominie du régime le fait vite changer de camp et il fustige dans des écrits antifranquistes la “croisade” des “ruffians violets” qui composent l’épiscopat espagnol. Les Grands cimetières sous la lune sera son cri d’indignation.

Retour sommaire

2. L’IMMIGRATION DES ESPAGNOLS QUI FUIENT LE REGIME AUTORITAIRE

2.1. La Seconde République espagnole en exil (1939-1977)

Le fonds des Actualités françaises rassemble les reportages d’actualité projetés dans les salles de cinéma avant la diffusion des films. Couvrant la période 1940-1969 avec plus de 33 000 documents, ce fonds est divisé en quatre ensembles chronologiques : Les Actualités Mondiales (1940-1942), France Actualités (1942-1944), France Libre Actualités (1944) et Les Actualités françaises (1945-1969).

Don Juan au Portugal, Jose Giral et Aguirre à Paris, Les Actualités Françaises, 15.02.1946, 2’, presse filmée

Quelles opportunités politiques s’offrent au chef de l’Etat espagnol, le général Franco, isolé après le refus de l’ONU d’admettre l’Espagne franquiste en son sein ? Faire alliance avec Don Juan de Bourbon, fils, d’Alphonse XIII et héritier du trône, qui vient de quitter Londres pour Lisbonne, ou céder la place à José Giral, chef du gouvernement de la République espagnole en exil, qui vient de quitter le Mexique pour s’installer à Paris où il travaille à la formation d’un nouveau gouvernement élargi ?

Commentaire sur des images de l’Assemblée générale de l’ONU réunie à Londres, de Juan de Bourbon prenant l’avion à Londres en compagnie de son épouse Mercedes de Bourbon; de José Giral à Paris, travaillant à la Cité universitaire, s’entretenant avec Jose Antonio Aguirre, président du gouvernement basque exilé, et avec des personnalités républicaines; ainsi que des images d’archives du général Franco (sujet AF du 22/01/1942).

Réception du gouvernement républicain espagnol à l’ambassade de Pologne, Actualités Françaises, 01.01.1946, 4’, presse filmée

Document muet non diffusé (rushes). L’ambassadeur de Pologne et madame Skrzeszewski reçoivent, dans le salon de l’ambassade, diverses personnalités espagnoles du gouvernement républicain espagnol en exil dont José Giral, Diego Martinez Barrio, ministre de la Guerre, monsieur Lazota, ministre de l’Intérieur, Dolorès Ibarruri connue sous le nom de « La Pasionaria », secrétaire générale du Parti communiste espagnol. 

Obsèques de Largo Caballero, Actualités Françaises, mars 1946, 6’, presse filmée

Document muet non diffusé (rushes). Obsèques, en France, de Francisco Largo Caballero, Premier ministre du gouvernement républicain Espagnol en exil : convoi funéraire sur le boulevard de la Chapelle et entrée au cimetière du Père Lachaise par la porte principale. Discours de José Giral, président de la Seconde République en exil. Images de Dolores Ibarrurri, « La pasionaria », secrétaire générale du parti communiste Espagnol, et intervention sonore de Léon Jouhaux, secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT). Ouverture du cercueil dans la chapelle ardente du parti socialiste français pour voir le visage de Francisco Largo Caballero. Parmi les personnalités présentes : Enrique de Francisco, président du parti socialiste espagnol, José Antonio Aguirre, président du gouvernement autonome du Pays basque espagnol, José Irla, Président des Généralités de Catalogne et le colonel José Villalba Rubio.

Monsieur Negrin, refugié républicain espagnol à Paris, Actualités Françaises, 1946, 31′, presse filmée

Document muet non diffusé (rushes). Juan Negrin, ancien ministre du gouvernement de Francisco Largo Caballero, se promenant sur les Champs Elysées.

Personnalités espagnoles : messieurs Joseph Tarradellas et Mariano Anso, Actualités Françaises, 1946, Presse filmée

Images de Joseph Tarradellas, conseiller du gouvernement catalan et président de la Généralité de Catalogne en exil de 1954 à 1977, et de Mariano Anso, ministre de la Justice dans le gouvernement de Juan Negrin.

Ces vues ont été prises en 1944 dans la salle de projection de France Libre Actualités, 35 rue François Premier, à Paris.

Franco et le référendum en Espagne, Tribune de Paris : Les hommes, les événements, les idées à l’ordre du jour, Programme National, 04.07.1947, 20’, Magazine, débat, Radio

Onze ans après le coup d’Etat, Franco appelle les Espagnols à se prononcer sur la forme du régime. Jean Guignebert anime un débat sur le sujet entouré de : Rudolfo Lliopis, président du gouvernement de la République espagnole, Madeleine Braun, députée communiste de la Seine, Paul Rivet, député socialiste de la Seine, et   Louis Terrenoire, député MRP de l’Orne et rédacteur en chef de L’Aube.

 

2.2 Les vagues migratoires

Des quatre vagues migratoires qui se succèdent entre 1936 et 1939 en direction de la France, la dernière se révèle la plus importante. Elle commence début 1939, juste avant la fin de la guerre et la victoire de Franco, le 1er avril 1939. La victoire de Franco provoque l’exil de près de 500 000 républicains espagnols qui fuient majoritairement vers la France afin d’échapper à la répression franquistes.

Les camps de concentration français et les travailleurs forcés

275 000 hommes, femmes et enfants fuyant l’Espagne franquiste sont accueillis dans des « camps de concentration », « camps d’internement », « camps spéciaux », « centres de regroupement » ou « camps de triage », selon les diverses appellations officielles. Ces camps sont créés dans diverses villes françaises comme Argelès, Le Barcarès, Agde, Le Vernet, Sète, Lodève, Clermont-l’Hérault, Montpellier Béziers, Pézenas…

Le Magazine de Mosaïque : émission du 30 novembre 1986, réal. Youssef El Ouazzani, France 3, 25’, magazine, reportage, télévision

Présenté par Mouloud Mimoun, ce numéro du magazine à destination des populations immigrées interroge la mémoire de l’exode des Républicains espagnols en France au travers de deux reportages et d’un débat en plateau.

Reportage 40 ans après : Vincent Alcacer et François Sola, anciens combattants de l’armée républicaine espagnole, se souviennent de leur arrivée en France à partir de décembre 1938. L’historien Louis Stein et le journaliste Jacques Queralt, auteur du livre Vous avez la mémoire courte, évoquent l’attitude du gouvernement français, l’installation des camps sur les plages de la côte Vermeille en plein hiver, la réaction de la population locale, la contribution des réfugiés républicains espagnols à la Résistance et à la Libération de la France.

Pau 3, Le Pays d’ici, prod. Laurence Bloch, France Culture, 22.12.1988, 50’, documentaire, radio

Montage d’entretiens enregistrés à Pau. Entretien avec Julian Castéron, réfugié espagnol qui évoque son passage de la frontière le 15 avril 1939 et le camp de Gurs. ll parle, avec beaucoup d’amertume, du mépris de l’administration française pour les réfugiés espagnols. Entretien avec Marie Carmen Bazin, réfugiée espagnole qui évoque son passage difficile de la frontière le 10 février 39, son arrivée au camp et son entrée dans la résistance dans le Béarn pendant la Seconde guerre mondiale. Entretien avec Francisco Guzman, réfugié espagnol, ancien membre de l’Armée Républicaine Espagnole qui se rappelle des souffrances vécues dans les camps de “concentration” français. Il évoque la marche des réfugiés espagnols sur Argelès et son entrée dans la résistance. Bernard Barrere, professeur de littérature espagnole à la Faculté de Pau, propose une hypothèse sur le nombre d’espagnols qui passent la frontière au printemps 1939. Il raconte aussi la gestion administrative de cet afflux d’exilés par le gouvernement et l’organisation militaire du camp de Gurs.

Contes de l’exil ordinaire, réal. Christian Marc, FR3, 29.03.1989, 52’, documentaire, télévision

Ce documentaire évoque l’internement des réfugiés républicains espagnols dans les camps du sud de la France et en retrace l’histoire au travers de nombreux témoignages et images d’archives. 

Les Camps dans le sud-ouest de la France : des trous dans la mémoire nationale, Voix du silence, Réal. Daniel Finot, France Culture, 02.07.1994, 40’, Documentaire

Après la chute de Barcelone le 26 janvier 1939, commence l’exode des républicains espagnols. Le gouvernement Daladier autorise le passage de la frontière de manière sélective et ce n’est qu’à partir du 5 février que les soldats républicains pourront entrer en France. Des réfugiés espagnols seront parqués sur les plages d’Argelès, de Barcarès, de St Cyprien, d’autres dans la montagne. Cinq camps seront ouverts à partir du mois d’avril : Bram, Agde, Gurs, Le Vernet, Sept Fonds tous placés sous l’autorité de l’armée. Quelques mois plus tard, des Allemands, des Autrichiens, antinazis et juifs vont rejoindre les Espagnols restés au Vernet d’Ariège et à Rieucros. Ces camps deviendront des camps pour “indésirables”. Les camps de Récébédou et de Noé seront rebaptisés camps hôpitaux mais on y mourra de faim et de froid tout autant qu’ailleurs pendant les hivers 41 et 42. Des organisations privées s’efforceront d’améliorer le ravitaillement et proposeront des loisirs aux internés qu’ils soient Espagnols, juifs ou gitans. Les camps du sud-ouest de la France se videront à partir d’août 42 après que le gouvernement ait donné son accord, le 4 juillet, à la déportation des juifs étrangers des deux zones pour Auschwitz via Drancy. Avec les témoignages de victimes exilées espagnoles et la participation d’Anne Grynberg, historienne, maître de conférence à l’Inalco, auteur de Les Camps de la honte, d’Eric Malo, historien, co-responsable de la publication d’un collectif Les Camps du sud-ouest de la France, de Laurette Alexis Monet, auteur de Les Miradors de Vichy, et de Friedel Bohny Reiter, auteur de Journal de Rivesaltes.

Le Cercle de minuit, réal. Pierre Desfonds, France 2, 12.01.1995, 1h12’, magazine, interview, télévision

Pour évoquer le martyr des résistants espagnols au franquisme et au nazisme, Laure Adler a convié plusieurs écrivains déportés en France pendant la deuxième guerre mondiale : Michel Del Castillo, Neus Catala, auteur du livre Ces Femmes espagnoles, et l’historien Michel Reynaud.

L’Avant-guerre des immigrés 1920-1940 : l’exil forcé des Républicains espagnols, L’Histoire immédiate, prod. Marion Thiba, réal. Annie Flavell, France Culture, 03.08.1995, 1h, documentaire, radio

Documentaire en cinq parties dont la quatrième est consacrée à l’arrivée en France, en février 1939, des réfugiés républicains espagnols qui fuient les massacres commis dans leur pays par les fascistes, et qui seront ensuite transférés dans des camps. Cet épisode historique est raconté à travers le témoignage de trois réfugiés : Antonio Cascarosa, fils d’agriculteur républicain, qui évoque la guerre d’Espagne, son arrivée en France et le “camp d’hébergement” d’Argelès, Théodore Gomez, qui raconte ses souvenirs du “camp de concentration” d’Argelès, son travail de mineur à Gardanne et son enfance dans un orphelinat, Antonio Soriano, qui parle des injustices sociales et des périodes sombres en Espagne, puis de sa vie en France. Leurs propos sont ponctués par des extraits des films L’Espoir d’André Malraux et La Guerre est finie d’Alain Resnais, et par deux archives (interview de l’écrivain Michel del Castillo et interview de Raphaël Gandia, président de l’association départementale des guérilleros espagnols de Haute Garonne). 

Les Travailleurs forcés du Mur de l’Atlantique, La Fabrique de l’histoire, Prod. Emmanuel Laurentin et Véronique Lamendour, France Culture, 09.03.2003, 1h30’, Documentaire, débat, Radio

Série d’émissions qui évoque la construction du mur de l’Atlantique par l’Organisation Todt, groupe de génie civil et militaire du Troisième Reich. Ce premier volet, composé d’un documentaire et d’un entretien, est consacré aux travailleurs forcés internés dans les camps disciplinaires de la Manche. Réflexions sur les tractations entre les entreprises françaises et l’organisation TODT, sur le travail obligatoire, sur les moyens de pression mis en œuvre par les entreprises françaises, sur les travailleurs raflés (les Espagnols, mais aussi des Africains au début de la construction du mur), sur le manque de travail historiographique en France concernant cet évènement historique. Les témoins : Juan Somarriba, grand père de la journaliste, républicain espagnol raflé et obligé de travailler dans les camps Todt dans le Cotentin, Arthur Kery Escoriguel, républicain espagnol, engagé volontaire dans l’armée française et livré à l’organisation Todt sur ordre du gouvernement français dès 1941, Pierre Pouillen, ancien prisonnier, Armonia Fombonnat et Pompeya Bellot, tante et mère de la journaliste. En début d’émission, Mariannick Bellot présente son enquête. Dans la seconde partie de l’émission, les historiennes Françoise Passera et Annie Lacroix Riz débattent du sujet.

France : le miracle d’Elisabeth, Mediterraneo, TV5 Monde, 04.11.2006, 10’, magazine, reportage, télévision

Résumé producteur : « En 1939, après 3 ans de guerre civile, des centaines de milliers de républicains espagnols se sont réfugiés en France où ils furent regroupés dans des camps. Parmi ces réfugiés, il y avait des femmes enceintes, dont les enfants ne devront la vie qu’à l’initiative d’une petite infirmière suisse qui organisa pour eux une maternité à proximité des camps. La maternité d’Elne a ainsi sauvé près de 600 enfants, d’abord des Espagnols puis des Juifs et des Tziganes victimes du régime de Vichy. »

No Pasaran, album souvenir, La Lucarne, réal. Henri François Imbert, Arte, 28.09.2008, 1h07’, documentaire, Télévision

À partir d’une série de cartes postales sur les réfugiés espagnols de 1939, le réalisateur Henri-François Imbert propose une méditation sur les camps et sur l’oubli, de la frontière sud de la France à Sangatte. Sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs, Cannes 2003.

Sol y sombra, Spéciale guerre d’Espagne, réal. Philippe Claude, Histoire, 06 .02.2008, 54’, documentaire,  télévision

Retour sur l’histoire du couple andalou Diego et Maria qui fêtent la naissance de leur fille quand se produit le soulèvement militaire du 18 juillet 1936, qui va plonger l’Espagne dans la guerre civile et séparer le couple durant neuf ans. A la manière d’une enquête, le petit fils retourne sur les lieux de son histoire familiale à Almeria. 

Les Réfugiés de la guerre d’Espagne arrivent en France, La Marche de l’histoire, Production Jean Lebrun, France Inter, 07.09.2015, 27′, Documentaire, Radio

Jean Lebrun s’entretient avec l’historien Denis Peschanski, à propos de l’arrivée et de l’accueil en France des réfugiés espagnols après la guerre civile d’Espagne à la fin des années 1930. Des témoignages et archives sonores illustrent leurs propos.

Le Camp d’internement de Rivesaltes, Billet retour, Journalistes Sévérine Bardon, Charles Villanove, France 24, 12.11.2017, 16’, Magazine, reportage, Télévision

Reportage consacré à l’histoire du camp d’internement de Rivesaltes. L’ampleur de la politique française de l’internement des étrangers a été officiellement révélée lors de l’ouverture du mémorial de Rivesaltes le 16 octobre 2015.

En 1939, ce sont les républicains espagnols qu’on enferme, puis les Juifs étrangers ou apatrides et les Tziganes français fuyant les persécutions nazies. En 1942, 17 000 personnes de 40 nationalités cohabitent dans ces camps d’internement. Certains survivants témoignent, mais une partie des descendants de ces victimes ignorent l’histoire de leurs familles. La visite du camp se fait dans un premier temps avec Abdelkader Goutta, puis avec Bastien Caumont qui guide une classe de lycéens. Des photos et des images du mémorial sont ponctuées par les interviews d’Agnès Sajaloli, directrice du mémorial du camp de Rivesaltes, de lycéens, de David Korn, survivant, de Farid Sid, petit fils de Harki.

 

2.4 La vie des réfugiés, exilés et immigrés espagnols en France

L’immigration des années 60 a introduit une profonde diversification des sources de recrutement : déclin progressif de l’immigration italienne au profit de l’immigration espagnole surtout après l’accord franco-espagnol de 1961.

A partir de 1974 et avec la fin des 30 glorieuses, la France met en place une politique restrictive de contrôle des flux migratoires.

Parisien d’où viens-tu ?, chaîne nationale, 1953 – 1954, 40′, documentaire, radio

Emission produite par Georges Beaume et Robin Livio et réalisée par François Billedoux. Pour rendre compte de la diversité culturelle et artistique parisienne et de l’intégration des étrangers, Georges Beaume et Robin Livio s’entretiennent avec des émigrés devenus célèbres. 
Parmi eux : André Salmon, Salvador De Madariaga, Henri Troyat, Georges Enesco, Eugène Ionesco etc. Les entretiens sont illustrés par des lectures de courts extraits de textes et de poésies lus par Robert Marcy.

 

Troubles scolaires ? Les employées de maison, Page de la femme, Journalistes Claude Thomas, Jeanne Dubreuil, 1ère chaine, 21.05.1962, 10’, magazine, télévision

Parmi les deux thèmes abordés dans l’émission, un concerne les employées de maisons et notamment les employées espagnoles (l’Espagne à Paris).

Goyescas Bordelaises, réalisation Marc Chevillot, France 3 Aquitaine, 09.12.1962, 20’, magazine, télévision

Evocation des souvenirs de Goya à Bordeaux, à travers la communauté espagnole y vivant aujourd’hui. C’est à l’âge de 80 ans que l’artiste, méconnu en France, arrive dans la capitale d’Aquitaine.

Ils sont deux millions de travailleurs étrangers, Sept jours du monde, journaliste Michel Honorin, 1ère chaîne, 12.06.1964, 14’, magazine, télévision

En 1964, hormis les Algériens qui bénéficient d’une clause de libre circulation et représentent 800 000 personnes, la population étrangère en France est estimée à 2 millions de personnes dont 1 million sont des travailleurs. Enquête auprès d’immigrés, Espagnols, Grecs, Portugais ou Africains.

 

France terre d’accueil : 1ère partie, réal. Georges Folgoas, Chaîne non déterminée, 16.02.1965, 24’, magazine, interview, télévision

Interviews de diverses personnes d’origine étrangère vivant en France dont un couple d’Espagnols venu en France pour des raisons politiques et qui affirme avoir été très bien accueilli.

L’Emigration économique des travailleurs espagnols, Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 24 février 1965, 4’, Presse filmée

Images de la vie et de la misère en Espagne, à Tolède, à Gérone, au milieu de la campagne espagnole. La vie quotidienne de femmes, d’enfants, d’un paysan, d’un berger, d’un ouvrier. Arrivée à la gare de Paris-Austerlitz d’un train en provenance d’Espagne. Un groupe d’ouvriers espagnols descendent du train. Une pancarte : “Information et Orientation sociale des Espagnols”. Images de Paris, rue de la Pompe, de groupes d’Espagnols discutant près du métro, sur la Place de l’Etoile. Réunion de nombreux Espagnols : trinquant ensemble, lisant des journaux de leur pays.

Bordeaux à l’heure espagnole, réal. Roger de Fontaine, 1ère chaîne, 29.09.1966, 30’, reportage, interview, télévision

Interview du Consul d’Espagne à Bordeaux qui parle de la colonie espagnole établie dans la ville. Sortie de la messe du “Solar espagnol”. Interview du prêtre de cette église, de danseuses espagnoles dans un cabaret, et d’un chanteur espagnol

José en Alsace, Bouton rouge, réal. Guy Demoy, 2ème chaîne, 13.04.1968, 40’, magazine, reportage, télévision

Pierre Lattes présente ce reportage consacré à José Garcia, âgé de 17 ans. José a quitté son pays natal, l’Espagne, pour venir s’installer avec ses parents en Alsace. Il raconte son arrivée à Digenheim et la manière dont sa famille a été accueillie. Il donne sa vision de l’Alsace et de la France.

Les Bonnes espagnoles, Radioscopie, prod. Jacques Chancel, France Inter, 06 .03.1972, 55’, entretien, Radio

Jacques Chancel s’entretient avec Carmen, une “bonne espagnole”. Pourquoi elle a quitté l’Espagne et comment elle devenue domestique. Les problèmes d’adaptation, de langue, de travail, les patrons et l’Espagne actuelle.

Ces Enfants d’ailleurs, Inf2 dimanche, 03.12.1972, 12’ magazine, télévision

Magazine consacré à la population immigrée d’Aubervilliers, en Seine Saint Denis, à travers la famille Da Costa, de ses enfants, et de Philippe, fils d’immigrés espagnols. Ils parlent de l’accueil en France, du racisme, de l’école et du retour au pays d’origine.

Le Travail des femmes, Immigrés parmi nous, réal. Jacques Audollent, France 3, 23.05.1976, 26’, magazine, reportage, télévision

Invitée en plateau, Loy Rolim Ramos, journaliste, correspondante de la radio télédiffusion portugaise. Le reportage recueille les témoignages de plusieurs femmes immigrées. Déolinda Diaz, Portugaise, mère de cinq enfants, fait des journées de travail de 10 heures et, les week-ends, doit s’occuper de son foyer et de sa famille. Ses filles Nathalie et Isabèle évoquent leur scolarité. Maria Ollo, Espagnole, partage sa vie entre son travail dans une école et ses cours au centre culturel de Fontneuve pour améliorer son français. Quatre sœurs portugaises parlent de leur parcours depuis leur arrivée en France et leur besoin d’émancipation. Loy Rolim Ramos réagit aux différents témoignages.

Les Espagnols en Lorraine, France 3 Lorraine, 30.09.1976, 13’, reportage, télévision

Quatrième contingent de travailleurs immigrés en Lorraine, la colonie espagnole, composée aux trois quarts d’ouvriers spécialisés, travaille dans la sidérurgie et les houillères. Deux espagnols sur trois sont venus en Lorraine seuls, laissant derrière eux familles et corridas qu’ils gardent dans le cœur comme un soleil vagabond. Difficile d’être chez soi, difficile de l’être chez les autres, ces conquistadors des ZUP, truelles à la main, chantent demain : l’Espagnol est fils de ses œuvres. Travailleurs sérieux et fiers, ils repartent maintenant un à un chez eux. Difficile de vivre partout.

Que faire pour se défendre, A la bonne heure, journaliste Philippe Madelin, TF1, 19.01.1978, 5’, magazine, reportage, télévision

Reportage sur le travail de confection à domicile souvent non déclaré, effectué par des travailleuses immigrées, activité non protégée et mal payée.

 

Les 10 jours d’Espagne, Ensemble, journalistes Evelyne Billot, Marie Paule Guillemard, France 3 Pas de Calais, 26.04.1979, 6’, magazine, télévision 

Pour les   “10 jours d’Espagne”, un représentant du consulat espagnol présente l’immigration espagnole dans le Nord Pas de Calais. Evocation des différences entre générations et de l’insertion dans le Nord.

Un petit tour et puis s’en vont, Rencontres, France 3 Centre, 10.11.1979, 15’, magazine, interview, télévision

A l’occasion de la Semaine du Dialogue entre les Français et les étrangers, Henri Mas reçoit sur le plateau de “Rencontres” José-Luis Perez, officiel espagnol du service des Affaires sociales, et François Robin, directeur de l’administration générale et de la réglementation. Ensemble, ils parlent des courants migratoires espagnols et de la gestion des étrangers dans la région Centre.

La Communauté espagnole, Ensemble, France 3 Pas de Calais, 23.04.1981, 13’, magazine, télévision

Marc Drouet et Selim Fares présentent les activités de l’association espagnole de Grande Synthe, forte de 120 familles. Ils nous font également découvrir le chanteur Mokhtar, avant sa tournée dans la région et en Belgique.

Interview d’Antonio del Pozo, président du centre espagnol de Grande Synthe, et de Francisco Gracia, professeur d’espagnol.

Projet d’activité éducative du lycée Jean-Zay : l’immigration espagnole à Orléans, Le Magazine d’actualité de FR3 Centre, France 3 Centre, 18.05.1983, 15’, magazine, télévision

Rencontre avec des professeurs d’espagnol du lycée Jean-Zay d’Orléans, une élève de BTS, un membre de l’Officina Laboral Expanola, le président de l’APFEEF (Association des pères de familles espagnoles émigrés en France), et le président de l’Association Iberia Cultura.

Portrait d’un inconnu : Rodolphe Diaz Jimenez, Aujourd’hui la vie, réal. Françoise Boulain, Antenne 2, 08.07.1983, 58’, magazine, récit portrait, télévision

Magazine présenté par Martine Chardon. Portrait de Rodolphe Diaz Jimenez, Espagnol venu en France en 1967 à l’âge de 17 ans. Il raconte cette période difficile de sa vie, son adaptation à la société française, son engagement politique et son mariage avec une Française de l’Ile de Bréhat, où ils vivent désormais.

J’avais oublié tout ça, Atelier Varan, réal. Arianne Laan, 1984, 15’, documentaire, télévision

Documentaire en espagnol sans traduction. Portrait d’une famille d’émigrés espagnols originaire de la région où Luis Bunuel a tourné “Las Hurdes”. Installés dans la région parisienne depuis les années 60, les parents ont gardé en mémoire les souvenirs de leur pays, mais qu’en est-il des enfants, nés et élevés en France ?

Immigration : Enfants des courants d’air, Géopolis, jou. Caroline Glorion, France 2, 20.11.1993, 25’, reportage, télévision 

En 1959, le cinéaste Edouard Luntz réalise Les Enfants des courants d’air, film sur les immigrés et leurs enfants à la Plaine-Saint-Denis qui obtient le prix Jean Vigo en 1960. Plus de trente ans après, Caroline Glorion retrouve quatre des enfants du film et les interroge sur leur parcours depuis le tournage du film. Les interviews alternent avec des extraits du film.

L’Espagne, Le Monde vu d’ici, prod. Geneviève Ladoues, France Culture, du 22 au 24.08.1990, 2h25’, magazine, radio

Série de trois émissions consacrées à l’Espagne. A travers les interviews d’immigrés espagnols vivant en France et la participation de José Maria Berzosa, réalisateur, Juan Dias, chef cuisinier, José Luis Herrera, directeur de la Casa española, et les écrivains Agustin Gomez Arcos, et Emilio Sanchez Ortis.

Aubervilliers, Thema. Prévert, inventaire, réal. Eli Lotar, Arte, 25 février 1996, 23’, documentaire, télévision

Ce documentaire, filmé pendant l’été 1945, présente les conditions d’existence des habitants des quartiers insalubres d’Aubervilliers, banlieue proche de Paris. La misère est le thème central de ce documentaire constitué de portraits de familles avec des illustrations sonores faites de chansons. Le commentaire et les chansons, écrits par Jacques Prévert, sont marqués par un puissant engagement politique.

Ce film avait été commandé par Charles Tillon, député-maire communiste d’Aubervilliers.

Etranges étrangers, Un siècle d’immigrations en France, Les Dossiers de l’histoire, réal. Mehdi Lallaoui, France 3, 24.11.1997, 56’, documentaire, télévision

Documentaire historique sur les immigrés en France depuis l’exil espagnol de 1939 jusqu’à la fin des années 1970. Construit selon un mode chronologique avec, en incrustation, quelques dates évènementielles, ce document s’appuie sur de nombreuses archives confrontées à des témoignages actuels et quelques tournages. Il est illustré en off par des textes ou chansons tels que : Etranges étrangers de Jacques Prévert, Nuit et brouillard de Jean Ferrat, Les Bidonvilles et Lili de Pierre Perret, alternant avec le commentaire.

Mémoires d’un exil espagnol : effets de l’Histoire collective sur l’histoire des individus, Les Nuits magnétiques, prod. Véronique Lamendour et Colette Fellous, France Culture, 02.02.1998, 1h, documentaire, radio

Brigitte Bataille consacre deux émissions à l’exil espagnol de 1939 : la France accueillit la population fuyant l’Espagne franquiste. Avec de nombreux intervenants, dont Michel Del Castillo, Antonio Soriano et Narcisse Liora.

Une Histoire de l’immigration, Le Cabinet de curiosités, réal. Malika Mezghach, France Culture, 13.10.1998, 26’, magazine, radio

Troisième émission d’une série de cinq retraçant l’histoire de l’immigration en France, à l’occasion de l’ouverture de l’exposition Toute La France. Histoire de l’immigration en France au XXème siècle, organisée par le Musée d’Histoire contemporaine. Cette émission, proposée par Emmanuel Hirsch, aborde le thème de l’immigration espagnole, avec la participation d’historiens spécialistes de la question qui évoquent les différentes vagues d’immigration espagnole en France. Emile Témime, historien spécialiste de l’immigration, évoque l’installation des Espagnols, après la guerre de 14-18, dans les départements méridionaux. Il rappelle l’accueil qui est réservé à cette population généralement bien acceptée mais peu considérée. La question de la guerre civile est abordée ainsi que le rôle des immigrés espagnols pendant la 2ème guerre mondiale et leur entrée en résistance. Enfin, le débat porte sur l’importance de la migration espagnole entre 1956 et 1958 et un bilan de cette immigration pour la société française clôt l’émission.

Emission illustrée d’archives sonores et de lectures d’extraits de textes.

Vieillir et après : les travailleurs étrangers à l’âge de la retraite, Pot au feu, prod. Jean Lebrun, France Culture, 29.05.2003, 1h10’, magazine, radio

Quatrième émission d’une série de cinq consacrées aux questions du vieillissement. Aujourd’hui, en direct de la MJC de Chenôve, en Côte D’Or, pour une émission consacrée au vieillissement des travailleurs étrangers. Entretiens avec l’historien Nourredine Bouabane et avec  l’adjointe au Maire de Dijon chargée de l’Action Sociale et de nombreux habitants de Chenôve, en alternance avec des reportages enregistrés sur place par Vincent Lemerre.

Mémoires d’immigrés : la communauté espagnole, Les Pieds sur terre, prod Sonia Kronlund, France Culture, du 6 au 08.04.2004, 25’, reportage, radio

Série de trois émissions consacrées aux immigrés espagnols en France. Interview de Mercedes gardienne d’immeuble dans le 16ème arrondissement, et de Paquita, héroïne modeste de la guerre d’Espagne, puis immigrée politique et personnage phare de son quartier en Seine et Marne.

Etrangers, ne nous laissez pas seuls avec les Français, Atelier de création radiophonique, prod Jean François Priester, Marie Pierre Aiello, France Culture, 05.09.2004, 1h15’, création sonore, radio

Documentaire consacré à l’histoire des immigrés espagnols anti franquistes et des sans-papiers maghrébins et enregistré à Perpignan en janvier 2003. Ces histoires dessinent un des visages de la frontière franco-espagnole des Pyrénées-Orientales. Tous ont arpenté les sentes du Perthus, du Boulou, de la Cerdagne ou ont fréquenté les quais de gare à Cerbère ou Port-Bou dans l’espoir de trouver refuge de ce côté-ci de la montagne. A leur arrivée en France, c’est, pour ceux arrivés en 1939, le camp de concentration et, pour les autres arrivés par la suite, le centre de rétention administrative de Rivesaltes depuis 2003 ou l’expulsion. Aujourd’hui, ils luttent côte à côte pour qu’il n’y ait plus jamais de problème de “sans-papiers” ni en France, ni ailleurs.

Les récits ne se fondent pas, ne se confondent pas ; ils résonnent et leurs échos rappellent la continuité des politiques ” d’accueil ” des étrangers en France. 

La Communauté espagnole de Labastide Rouairoux, JT Locale Albi, Journaliste Henri Rohfritsch, Albi, 21.04.2005, 02’, Journal télévisé, reportage, interview, Télévision

Reportage. 35% de la population de Labastide Rouairoux est issue de familles espagnoles. Au début du siècle, de nombreux immigrants sont venus au village pour travailler dans l’industrie textile. Les usines ont aujourd’hui disparu mais les familles sont restées.

Celui qui chante son mal enchante, La Case de l’oncle doc, réal Linda Roca Ferrer, France 3, 26.04.2005, 50’, documentaire, télévision

La réalisatrice de ce documentaire explore son histoire individuelle et la manière dont elle s’inscrit dans l’Histoire collective, en interrogeant son père, Espagnol réfugié en France après la guerre d’Espagne, sur les chansons espagnoles qu’il fredonne depuis toujours en travaillant dans son atelier d’ébéniste. Le film propose une alternance de séquences tournées dans l’atelier d’ébénisterie, de témoignages et d’extraits de films. Le commentaire en voix off de la réalisatrice s’intercale et précise ses questionnements et ses motivations.

Plaine de vies : entre Paris et St Denis, réal Patrick Le Gall, Public Sénat, 14.01.2006, 56’, documentaire, télévision

Documentaire retraçant l’histoire et les métamorphoses de la Plaine Saint Denis, quartier de la banlieue parisienne situé au nord de la capitale. Le documentaire est composé principalement d’interviews d’habitants, d’élus, d’historiens, d’urbanistes dont les propos sont illustrés d’images d’archives, films et photos.

Immigrés, travailleurs de pères en fils, Lundi Histoire, réal François Rabaté, France 5, 08.10.2007, 52’, documentaire, télévision

Rétrospective des différentes vagues d’arrivées des immigrants européens en France à l’occasion de l’ouverture de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

Silences, Surpris par la nuit, prod Mariannick Bellot, Alain Veinstein, France Culture, 30 juin 2009, documentaire, radio

Alain Veinstein présente le documentaire Silences de Mariannick Bellot qui a pour thème les souvenirs des descendants des républicains espagnols réfugiés en France depuis 1939.

Nos petites Espagnes, réalisation Xavier Baudoin, France O, 19.08.2009, 55’, documentaire, télévision

Documentaire consacré aux centres espagnols de Perpignan, Rennes, La Plaine Saint Denis, Bordeaux et Lyon. Ces associations ont été créées par les immigrés espagnols fuyant le régime fasciste de leur pays durant la seconde guerre mondiale. Ces centres proposaient une aide précieuse aux nouveaux arrivants qui devaient se loger et travailler et étaient le lieu de convergence de tous les immigrés espagnols. A présent, ces associations encouragent la promotion de la culture espagnole à travers des cours de chant, de danse flamenco, de théâtre. Les membres de ces différents centres se souviennent de leur départ d’Espagne pour fuir la dictature, des problèmes d’adaptation à la France, de leur culture, de leur mode de vie ou de leur langue natale, mais aussi de leur engagement politique et de la vie en communauté.

I Republicani Spagnoli in Aiaccio, Ghjenti, réal Dominique Lanzalavi, France 3 Corse, 04.02.2012, 1h04’, documentaire, télévision

Documentaire consacré à la vie de Sébastian Piera, âgé de 89 ans, Augustin Yuste-Gimenez, âgé de 86 ans, et de Josep Alijarde, âgé de 90 ans. En 1936, ils se battent pour la jeune République espagnole, menacée par un coup d’Etat militaire. En 1939, après trois ans de combats fratricides, la chute de Barcelone, en Catalogne, précipite la défaite des républicains. La prise de pouvoir du général Franco entraîne alors un exode sans précédent. De février à mars 1939, plus de 500 000 opposants au nouveau régime passent la frontière pour se réfugier en France. La plupart d’entre eux sont parqués dans des camps dans des conditions de vie abominables. Sébastian, Augustin et Joseph font partie de ces réfugiés. Leurs trajectoires vont alors diverger avant de se croiser à nouveau, douze ans plus tard en Corse. C’est alors un autre combat qui commence : trouver du travail, apprendre un nouveau métier et s’intégrer dans la population insulaire. Témoignage de Maximo Rubiera, réfugié espagnol marié à une corse, habitant Ajaccio depuis 1959, et de la famille Lucena, dont les parents, fuyant l’Espagne franquiste, sont venus habiter en Corse en 1939.

Enfances déplacées, La Marche du monde, prod Valérie Nivelon, Radio France Internationale, 09.10.2016, 50’, magazine, interview, radio

Lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois, consacrés cette année au thème “Partir”, Valérie Nivelon évoque avec ses invités les cas des enfants réfugiés ou déplacés au cours du 20ème siècle. Dans la 1ère partie, Célia Keren, historienne, évoque l’histoire des enfants de Républicains espagnols évacués pendant la guerre civile et accueillis dans divers pays d’Europe, avec des extraits sonores du documentaire d’Anne Rizzo Los Ninos. Dans la seconde partie, Marta Craveri, historienne, et Anne-Marie Losonczy, anthropologue, parlent des enfants européens déportés au goulag. Extrait des Archives sonores du goulag (RFI CERCEC).

 

 

Paco Ibañez

Chanteur, guitariste, né à Valence, en Espagne, en 1934, exilé avec sa famille en France dès 1937. A la fin des années 60, il s’installe à Barcelone puis quitte l’Espagne en 1971. En 1973, il lui est interdit de chanter sur tout le territoire national. En 1990, il retourne vivre en Espagne et vit à Barcelone depuis 1994.

La Fin de l’exil ?, Seize millions de jeunes, réal Francisco Espresate et Claude Kiejman, 2ème chaîne, 03 .01.1967, 24’, magazine, reportage, télévision

Emission consacrée au chanteur espagnol Paco Ibanez qui, au travers d’interviews de lui ou de ses amis, se livre sur son exil parisien, sa vision de l’Espagne qu’il a quittée très jeune, son engagement politique et la société française qui l’accueille depuis toutes ces années, dans l’espoir d’un hypothétique retour au pays. Le reportage s’ouvre sur des images d’archives de la guerre d’Espagne. On assiste ensuite à un déjeuner en famille chez l’artiste qui chante à table, sous le regard fier de sa mère, réfugiée de la guerre civile, qui, interviewée, en profite pour fustiger la mentalité “arriérée et trop religieuse” de son pays natal.

Un Espagnol à Paris Paco Ibanez, A l’affiche du monde, réal Bernard Bouthier, 1ère chaîne, 22.03.1969, 15’, magazine, reportage, télévision

Reportage consacré à Paco Ibanez. A Aubervilliers, où sa famille a émigré, le poète discute en espagnol avec sa mère de sa tournée annulée à cause de l’état d’exception en Espagne et de la vie en France. Il chante Lo que puede el dinero. Paco Ibanez se rend à une fête organisée par le peintre espagnol en exil Ortega, dans son atelier parisien. Il chante plusieurs morceaux dont Espana en marcha et parle de ses origines, de la classe ouvrière et de la chanson engagée.

A l’huile c’est plus difficile,   Ina,   réal Xavier Baudoin, Production Ateliers Varan, 01.01.1993, 17’, documentaire, télévision

A Montparnasse, un refugié espagnol peintre en bâtiment, retraité et artiste peintre de cœur, met la dernière touche à un tableau et retrouve en compagnie de Paco Ibanez un flamenco d’antan.

Paco Ibanez : à la source, Sur les docks, Le 5 à 7, prod Irène Omélianenko, France Culture, 03.11.2014, 53’, documentaire, radio

Documentaire consacré à Paco Ibanez. Dans cette première partie, retour sur son enfance au Pays Basque. Commentaire en alternance avec les interviews de Paco Ibanez et de ses proches.

Retour sommaire

3. Personnalités intellectuelles espagnoles exilées ou émigrées en France

 

Pablo Casals (1876 – 1973)

Violoncelliste, chef d’orchestre et compositeur espagnol, fuit en France dès le début de la guerre d’Espagne, en 1936. Apôtre de la paix, défenseur acharné de la Catalogne, il s’est engagé en faveur de la République et de la liberté, contre toutes les dictatures, et en particulier celle de Franco en Espagne.

Pablo Casals, Ecouter, voir, production RTF, 1ère chaîne, 25.02.1955, 12’, magazine, reportage, télévision

Pierre Dumayet et Pierre Desgraupes vont à la rencontre de Pablo Casals, violoncelliste. Ils se rendent dans son pavillon situé dans les montagnes. Après avoir joué au piano un air catalan, Pablo Casals, assis avec son violoncelle, raconte comment, enfant, il en est venu à jouer de cet instrument. Il évoque également son amitié avec Albert Schweitzer.

Pablo Casals à Prades, Edition spéciale des actualités télévisées, 1ère chaine, 16.08.1964, 10’, journal télévisé, reportage, télévision

A Prades, sur une estrade dressée dans la rue, Pablo Casals interprète la “Pastorale” de Jean-Sébastien Bach devant un public attentif. Pablo Casals revient tous les ans à Prades, où abattu et épuisé, il s’était exilé en 1939. Le Festival de Prades, qui a lieu tous les ans depuis 1950, est l’occasion d’un témoignage de ferveur populaire autour du musicien.

Au pied du Canigou, Casals avait choisi d’habiter une maison à laquelle il donna le nom d’une de ses œuvres. Il vit désormais plus haut dans la montagne à Molitg-Les-Bains. Interviewé, le compositeur et violoncelliste affirme que le Festival vient répondre à une dette qu’il avait envers Prades, le village qui l’avait accueilli pendant si longtemps. Il parle de son discours à l’ONU et rappelle que la musique élève l’humanité. Il croit à l’effet moralisateur de l’œuvre musicale. Un trio de Schubert interprété par Pablo Casals, David Oistrakh et Mieczyslaw Horszowski vient clore le reportage.

Pablo Casals, Les Grands musiciens, Production Laetitia Le Guay, France Culture, 19.06.1998, 28’, émission à base de disques, radio

Série de 5 émissions consacrées à la vie et au portrait de Pablo Casals, musicien catalan.

Barcelone et la guerre d’Espagne au tournant des 19ème et 20ème siècles, Par les rues, par les chemins, production François Szymczak, France Musique, 10.10.2004, 58’, émission à base de disques, interview, radio

François Xavier Szymczak consacre son émission à Barcelone et à la guerre d’Espagne au tournant des 19ème et 20ème siècles. En cours d’émission, il s’entretient avec le violiste et chef d’orchestre espagnol, Jordi Savall au sujet de l’implication du compositeur Pablo Casals durant cette période. Le magazine est illustré par une programmation d’extraits discographiques de compositeurs et instrumentistes espagnols.

 

Pablo Picasso (1981 – 1973)

A partir de 1904, Pablo Picasso s’installe à Paris, au Bateau-Lavoir. À la suite du bombardement de Guernica, le 26 avril 1937, Picasso se lance dans la création d’une de ses œuvres les plus célèbres Guernica, exposée au Pavillon espagnol de l’Exposition internationale de Paris, en 1937.

L’Art retrouvé, Films Documentaires, prod Philippe Este, Actualités françaises, 01 novembre 1945, 10’, documentaire, presse filmée

Les musées Galliera, Cluny, Versailles et le Louvre, fermés pendant la guerre, retrouvent les œuvres des grands maîtres. La vie artistique reprend à Paris, dans les ateliers d’artistes mais aussi dans les rues et les cafés de Montparnasse et de Montmartre. Les artistes ouvrent leurs ateliers aux caméras : Pablo Picasso, entouré des membres du comité France Espagne, prépare sa « Révolution continue ».

Un Evénement, un peintre : Guernica, Pablo Picasso, Présence des arts, production François Le Targat, France Culture, 24 avril 1977, 30’, documentaire, radio

A l’occasion des quarante ans du bombardement de la petite ville de Guernica, François Le Targat et Michel del Castillo proposent, sous la forme d’un récit écrit, de retracer l’histoire de l’événement, d’évoquer ses répercussions dans le monde et surtout de parler de la toile de Pablo Picasso réalisée à la suite de ce drame en 1937.

Treize journées dans la vie de Pablo Picasso, Thema. Picasso, prod Pierre André Boutang, Pierre Daix et Pierre Philippe, Arte, 07.09.1999, 3h, documentaire, télévision

Documentaire en trois parties qui retrace, en treize chapitres, les moments clés de la vie et de l’œuvre prolixe de Pablo Picasso. La mise en valeur d’une somme monumentale de documents souvent inédits (archives filmées de l’époque, photos, témoignages, carnets de dessins, œuvres célèbres ou bien secrètes) éclaire sur la démarche artistique et la personnalité du peintre à travers un montage très élaboré, notamment dans l’utilisation des fondus enchaînés qui montrent les étapes successives des esquisses à l’œuvre finale. Au début de chaque chapitre, une voix off à la première personne imite celle du peintre livrant ses réflexions.

  • 1 – Du jeune génie, étudiant à Barcelone, à l’inventeur du cubisme
  • 2 – Des Ballets russes à l’Occupation, puis à la libération de la France 
  • – De l’artiste engagé au triomphe du mythe et à la mort solitaire

Picasso, l’œil du minotaure, Grandes traversées, prod. Matthieu Garrigou Lagrange, France Culture, du 23 au 28.07.2012, 58’, débat, document à base d’archives, radio

Collection consacrée à Picasso et composée de documentaires, de montages d’archives et de débats. Pour les débats, Matthieu Garrigou Lagrange reçoit, tout au long de la semaine, le peintre espagnol, Miquel Barcelo, qui analyse chaque jour une œuvre de Picasso, et propose ensuite un débat.

1ère émission : le documentaire Naissance d’un mythe, le débat Picasso, Matisse, lequel de ces deux peintres aura le plus marqué le XXème siècle ?, et l’archives Silence radio : à la recherche de la voix perdue de Picasso 

2ème émission : le documentaire Picasso et l’imaginaire de l’Espagne, le débat Picasso, homme de pulsions, et l’archive «Les Femmes de Picasso témoignent .

3ème émission : le documentaire : Picasso dans l’histoire de l’art et Picasso au travail, le débat Picasso au cœur de la capitale des arts : le Paris de l’entre-deux guerres, et l’archive Kahnweiler, marchand de Picasso .

4ème émission : le documentaire Picasso dans l’histoire de l’art, le débat Picasso était-il un peintre engagé ? et l’archive Guernica.

5ème émission : le documentaire Exposer Picasso, les débats Picasso était-il un peintre engagé ?, Rencontre avec l’un des enfants du peintre, Claude Picasso et l’archive Regards sur Picasso.

 

3.3 Jorge Semprun (1923 – 2011)

Résistant, déporté au camp de concentration de Buchenwald, dirigeant clandestin du Parti communiste espagnol (PCE), écrivain et ministre, né à Madrid. Enfant, il quitte précipitamment l’Espagne avec ses frères et parents en 1936 quand éclate la guerre civile. Sa famille fuit d’abord aux Pays-Bas, puis s’installe en France en 1939.

Jorge Semprun, Le Bon plaisir, Production François Maspero, France Culture, 01.12.1984, 3h30’, documentaire, radio

Documentaire. Entretien en 1984 avec Jorge Semprun, écrivain, conduit par François Maspero et enregistré devant le lycée Henri IV où Jorge Semprun a fait ses études. Ensemble, ils reviennent sur son enfance, l’exil dû à la guerre civile espagnole, la résistance, ses œuvres, sa carrière politique. Des archives radiophoniques ponctuent leurs propos, notamment le discours de Léon Blum en 1939 sur la chute de Barcelone. Participent également à cet entretien Yves Montand et Simone Signoret, le peintre, sculpteur décorateur Eduardo Arroyo, qui témoigne du Franquisme et Michel Heller, historien, dissident russe qui évoque le goulag et parle de cet autre témoin des camps, l’écrivain Varlam Chalamov.

Jorge Semprun, A voix nue : grands entretiens d’hier et d’aujourd’hui, production Jean Lacouture, France Culture, 20.05.1996, série d’interviews, 5 documents, radio

Jorge Semprun est interviewé par Jean Lacouture à propos de sa vie et plus particulièrement de la déportation et de la clandestinité révolutionnaire.

Le Siècle de Semprun : 1914/1945, Le Sens de l’histoire, réal Francis Girod, La Cinquième, 02.01.2000, 50’, documentaire en 2 parties, télévision

Face au journaliste Olivier Barrot, Jorge Semprun revient sur les grands tournants historiques du XXème siècle et sur sa propre vie politique. Dans cette première partie, il parcourt et commente les grands événements historiques entre 1914 et 1945. Entretien entrecoupé par des images d’archives et des photographies.

Jorge Semprun : l’écriture et la vie, réal Franck Apprederis, France 5, 10 juin 2011, 51’, documentaire, télévision

Portrait de Jorge Semprun, écrivain et scénariste espagnol de langue française, exilé en France après avoir fui le franquisme, ancien résistant durant la Seconde guerre mondiale et déporté à Buchenwald. Son engagement communiste le porte vers la vie politique, la littérature engagée et le cinéma. Des images d’archives alternent avec des extraits de films, des interviews de Jorge Semprun ainsi que des images d’illustration.

 

3.4 Juan Goytisolo (1931 – 2017)

Ecrivain né à Barcelone en 1931, exilé en France dès l’arrivée au pouvoir de Franco. A partir de 1997, Juan Goytisolo s’installe au Maroc.

Lectures pour tous, prod Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet, 1ère chaine, 25.07.1962, 55’, magazine, interview, télévision

Interview de Juan Goytisolo à propos de son livre Pour vivre ici.

Faites en des succès d’été, Apostrophes d’été, produit par Bernard Pivot, Antenne 2, 01.07.1988, 1h20’, magazine, télévision

Bernard Pivot reçoit plusieurs invités dont Juan Goytisolo qui présente le deuxième volume de son autobiographie Les royaumes déchirés où il raconte son arrivée en France à 26 ans alors jeune intellectuel anti-franquiste et pro-communiste. Il explique son évolution depuis cet évènement et raconte en particulier sa rencontre avec son ami Jean Genet. 

Juan Goytisolo, A voix nue : grands entretiens d’hier et d’aujourd’hui, prod Pascale Werner, France Culture, du 01.01.1996 au 05.01.1996, interview entretien, radio

Entretien en cinq parties, d’une durée de 28 minutes chacune, avec Juan Goytisolo, écrivain de l’exil qui vit à Paris depuis 1956. Son œuvre, couronnée en 1985 par le Primus Europalia, nous plonge dans l’enfance de l’Europe, ses racines et ses horizons. 

Quartiers d’été, prod Ali Baddou, France Culture, 09.08.2005, 1h30’, tranche horaire, interview, radio

Ali Baddou s’entretient avec l’écrivain espagnol Juan Goytisolo qui revient sur la dictature franquiste et sur la sortie de son prochain livre Et quand le rideau tombe qui parle du deuil de l’être aimé.

 

 

3.5 Antonio Machado (1875 – 1939)

Poète espagnol, figure du mouvement littéraire Génération de 98. Le 28 janvier 1939, deux jours après la chute de Barcelone, Antonio Machado traverse la frontière franco-espagnole accompagné de sa mère, de son frère et de sa compagne. Il meurt à Collioure quelques jours plus tard dans l’exil.

L’Exilé de Collioure, Mediterraneo, Journaliste Michel Dumas, France 3 Provence Alpes, 14.02.1995, 07’, magazine, reportage, télévision

En février 1939, Antonio Machado mourrait à Collioure. Il y était arrivé de Barcelone le 28 janvier 1939, après un exode de six jours pour fuir le franquisme. Il est arrivé à Collioure avec sa mère Ana Ruiz, son frère José, sa belle-sœur Matea et l’écrivain Corpus Barga. Manolo Valiente, secrétaire de la Fondation Machado, parle des nombreux visiteurs espagnols qui viennent se recueillir sur la tombe du poète et des lettres cachetées que ces visiteurs déposent en son honneur. Les messages et papiers griffonnés sont déposés aux archives de la Fondation Machado. Manolo Valiente explique que la boite aux lettres installée pour recueillir les témoignages écrits des visiteurs est toujours pleine.

Antonio Machado, Une vie, une œuvre, prod Francesca Piolot, France Culture, 04.04.1996, 1h25’, documentaire, radio

Documentaire consacré à la vie et à l’œuvre d’Antonio Machado, avec la participation de : Georges Colomer, Jacques Issorel, professeur honoraire à l’Université de Perpignan, Paul Combeau, trésorier de la fondation Machado, Miguel Martinez, poète, Bernard Sese,  universitaire, essayiste, traducteur et poète, Michel Hernandez, Antonio Soriano, libraire, fondateur de la librairie espagnole de Paris, les enfants de l’Ecole Jules Ferry à Collioure et la voix de Pauline Quintana. Les poèmes d’Antonio Machado sont chantés par Paco Ibanez, Colette Magny et Francisco Montaner. Textes lus par Jacques Fayet.

L’Enigme : Antonio Machado, La Vie comme elle va, prod. Francesca Piolot, France Culture, 10.04.2003, magazine, radio

Francesca Piolot consacre l’émission d’aujourd’hui à Antonio Machado, poète et philosophe espagnol. Elle reçoit Victor Martinez, traducteur d’Antonio Machado, Jean Louis Prat et Etienne Gruillot, philosophes.

Retour sommaire

4. DEBATS SUR L’IMMIGRATION ET L’EXIL

Les Deux Espagne, Le Vif du sujet, Les Après-midi de France Culture, prod. Jean Montalbetti, France Culture, 27.04.1978, 51’, interview, radio

Jean Montalbetti consacre cette émission au deux Espagne, celle de l’intérieur et celle de l’immigration. Il reçoit des intellectuels espagnols qui ont connu l’expérience de l’exil, dont certains d’entre eux ont décidé de rentrer en Espagne où ils animent la nouvelle vie culturelle tandis que d’autres préfèrent demeurer en France. Les invités : Fernando Arrabal, écrivain, Jacques Vidal, marchand de tableaux , Gotzonne Ficheverria, Basque espagnole, Roger Ibanes, comédien, fils d’un anarchiste espagnol, Antonio Sender, décorateur catalan, Carlos Sembrun Maura, journaliste écrivain ; Rosa Chacel, romancière, Xavier Domingo, journaliste et romancier ; José Martinez, éditeur et fondateur de “Ruedo Ibérico”, Juan Martinez Alier, professeur de sociologie, Francas Vicens, critique d’art, directeur de la Fondation Miro, Juan Goytisolo, romancier et Jorge Semprun, romancier.

Débat sur l’émigration espagnole ; comment chacun d’entre eux a vécu cette émigration ; les passages clandestins ; les idéaux politiques ; la plus ou moins bonne adaptation à la vie française ; la situation actuelle de la vie culturelle en Espagne (en multiplex).

L’Exil et le langage, Dialogues, prod Roger Pallaudin, France Culture, 29.09.1981, 1h4’, Débat, Radio

Dialogue proposé par Roger Pillaudin, enregistré à Madrid, et dont les invités sont Jorge Semprun et Juan Goytisolo, romancier. Les deux écrivains parlent en Français et en Espagnol.

Républicains espagnols, les migrations de l’exil, Concordance des temps, prod. Jean Noël Jeanneney, France Culture, 21.11.2015, 59’, magazine, interview, radio

Entretien avec Denis Peschanski, directeur de recherches eu CNRS, sur la migration en France des Républicains espagnols en 1939. Des documents d’archives illustrent le thème.

Retour sommaire

5. DOCUMENTS CONNEXES

John Dos Passos, Images et idées, Le Nouveau dimanche, Journalistes Roger Grenier et Daniel Costelle, 2ème chaîne, 18.02.1968, 46’, documentaire, interview, télévision

L’écrivain John Dos Passos reçoit Roger Grenier et Daniel Costelle dans sa propriété en Virginie. Portrait de l’écrivain qui évoque ses amis, les auteurs qui l’ont influencé.

José Vicente Ortuno, Radioscopie, prod Jacques Chancel, France Inter, 21.04.1971, 01h, entretien, radio

Jacques Chancel s’entretient avec José Vicente Ortuno, écrivain espagnol, à propos de son œuvre autobiographique Mémoires de ma haine, de son enfance et adolescence, de la mort de ses parents pendant la guerre d’Espagne, du tome 1 de ses mémoires Les Racines amères, de l’assassinat de sa mère, de ses rapports avec le Parti communiste espagnol, de ce qu’il pense des réfugiés espagnols en France, des séquelles de ses séjours en prison et au bagne, de ce qu’il recherche, de sa croyance en Dieu, de son amour de la France, de ses peurs et de son refus de retourner en Espagne.

José Luis Aranguren, Un Certain regard, réal Jean Pierre Gallo, 1ère chaine, 02.04.1972, 49’, documentaire, interview, télévision

Jose Luis Aranguren est philosophe et penseur mais aussi témoin et acteur de l’évolution actuelle de l’Espagne. Disciple de José Ortega y Gasset, professeur de philosophie à l’université de Madrid, Jose Luis Aranguren s’est vu retirer sa chaire en 1955 pour des raisons politiques. Depuis lors, il partage sa vie entre les universités américaines, Madrid, où entouré d’amis de tous âges il s’efforce de hâter la prise de conscience espagnole, et la retraite qu’il s’est aménagée près de la vieille cité d’Avila, sa ville natale. C’est là qu’Alain Prévost et Jean Pierre Gallo sont allés interroger et écouter cet Espagnol exilé dans son propre pays.

L’Espagne avec et sans Franco, Les Dossiers de l’écran, réal Guy Laourasse, Jacques Gérard Cornu, Antenne 2, 28.10.1975, 2h56’, débat, télévision

Jacques Garat anime un débat, en duplex de Paris, avec des personnalités politiques espagnoles exilées en France et Gilbert Khan, depuis Madrid, avec des personnalités espagnoles franquistes.

A Madrid : Mr Gonzalo Fernandez de La Mora, ancien ministre de Franco, Blanca Valdecasas, Juan Tomas de Salas, rédacteur en chef de la revue “Cambio 16”, Miguel Boyer, socialiste, Javier Carvajal et Layola de Palacio.

A Paris : Fernando Valera, président du gouvernement espagnol en exil, Federica Montseny, ancien ministre du gouvernement républicain, Federico Melchor, membre du comité exécutif du PCE, Jesus Maria Leizaola, président du gouvernement basque en exil, Vicente Sastre, professeur de sociologie religieuse à Madrid, Max Gallo, historien, Jean Meyriat, professeur à l’IEP, Antonio Alonzo Bano, professeur de droit, Michel Del Castillo et Christian Pinaud, ancien ministre.

La Violence dans l’histoire, Apostrophes, réal Jean Cazenave, Antenne 2, 02.04.1976, 01h05’, magazine, débat, télévision

Débat animé par Bernard Pivot sur la violence à travers l’histoire. Sont invités, Pierre Miquel, auteur de Histoire de la France, Bernard Clavel La Saison des loups roman qui se déroule pendant la guerre de Franche Comté au XVII siècle Mika Etchebehere Ma guerre d’Espagne à moi, récit de ses combats dans l’armée républicaine. Max Gallo dans son roman Le Palais des fêtes parle des oppressions économiques et sociales, et Yves-Marie Berce dans son livre Fête et révolte parle des exutoires de l’agressivité.

Henri Rol Tanguy, Mémoires du siècle, prod Georges Léon, France Culture, 27.08.1987, 59’, Eentretien, radio

Emission proposée par Georges Léon qui s’entretient avec le colonel Henri Rol Tanguy qui joua un rôle important pendant la Seconde Guerre Mondiale. Fort de son humanisme, il s’engage tout d’abord dans la Jeunesse communiste puis dans les Brigades internationales. Il deviendra l’un des héros de la résistance et un fervent défenseur de la liberté.

Les Trois derniers mois de Federico Garcia Lorca, Les Nuits magnétiques, production Charles Gonzalès, France Culture, 04.06.1996, 1h18’, documentaire, radio

Emission consacrée au poète espagnol Federico Garcia Lorca, composée d’entretiens et témoignages et ponctuée d’archives sonores. Montage d’entretiens avec Laura Garcia Lorca, nièce du poète et dramaturge, Claude Couffon, écrivain, hispaniste, Ian Gibson, écrivain hispaniste, Isabel Garcia Lorca, sœur du poète, Pepin Bella, ami du poète, Ruiz Alonso, le maire de Grenade, Manuel Montesinos, beau-frère du poète, et reportages près du lieu où est enterré Federico Garcia Lorca.

 

Pépita Carpena, Mémoires du siècle, Nos contemporains, prod Philippe Esnault, France Culture, 20.08.1996, 1h, interview entretien, radio

Pépita Carpena, résistante pendant la guerre d’Espagne, est née en 1919 à Barcelone dans une famille ouvrière. Aînée d’une famille de 6 enfants, elle se fait embaucher à l’usine, à 12 ans, sans le dire à ses parents pour tirer sa famille de la misère. A 14 ans, elle adhère à la CNT, le puissant syndicat anarchiste de l’époque dont elle toujours membre. Durant la “Révolution” (1936-1939), elle milite dans le groupe féministe des “Femmes livres” et près des combattants. Elle est une des dernières combattantes à quitter Barcelone pour se réfugier en France. D’abord internée dans le midi, elle se marie puis divorce et s’établit enfin à Marseille où cette autodidacte anime un centre de documentation réputé sur le mouvement anarchiste.

Rafaël Alberti, Portrait sans pareil, Ces Etrangers qui font la France, prod Robert Grelier, France Culture, 26.07.2004, 01h25’, documentaire, radio

Portrait de Rafaël Alberti, poète espagnol, à propos de son enfance, sa famille, ses études, son exil. Montage d’entretiens, d’archives, de textes.

François Mauriac, vous comprenez. Archives, prod Mathieu Garrigou Lagrange, France Culture, du 31.07.2006 au 04.08.2006, document à base d’archives, 5 documents, radio

Série de 5 émissions consacrées à François Mauriac. Montage d’entretiens.

Entretien avec Fernando Arrabal, Images et visages du théâtre d’aujourd’hui, réal Moussa Abadi, Chaine non déterminée, date non déterminée, 42’, magazine, entretien, radio

Entretien en deux parties avec Fernando Arrabal, écrivain espagnol d’expression française, romancier, cinéaste et auteur dramatique.

Lucio l’anarchiste, Nous autres, prod Zoé Varier, France Inter, 26.09.2008, 53’, magazine, reportage, Radio

Zoé Varier s’entretient avec Lucio Urtubia, militant anarchiste espagnol, qui s’est battu contre Franco et contre l’impérialisme. Ensemble, ils reviennent sur son parcours d’éternel rebelle et sur sa vie digne d’un roman.

Espagne : le village de Mijas et les vestiges du franquisme, Grand reportage, Radio France Internationale, 19.11.2010, 19’, magazine, reportage, radio

A l’occasion des 35 ans de la mort du général Franco, reportage dans le village de Mijas en Espagne où Manuel Cortes, dernier maire républicain, a vécu 30 années caché dans sa maison pour échapper à la répression de Franco. Un musée rappelle ce devoir de mémoire des années sombres du franquisme, devoir de mémoire que le village perpétue. Interviews d’habitants et de la petite fille de Manuel Cortes.

Feuilleton n° X Républicains espagnols, 19 20. Edition Midi Pyrénées, journaliste Sandrine Morch, France 3 Midi Pyrénées, du 23 au 27.09.2013, reportage, 5 documents, télévision

L’exil espagnol est le thème du feuilleton de la semaine raconté à travers l’histoire de la famille Rubiella, 5 frères chassés de leur village par Franco en 1938, exilés de la 1ère vague. Trois d’entre eux, alors enfants, ont franchi les Pyrénées au péril de leur vie. Ils ont aujourd’hui 80 ans et plus. Unis comme les doigts de la main, ils racontent leur fuite, leur arrivée à l’hospice de France à côté de Luchon, et leur installation et leur insertion en France. Lors du dernier épisode les journalistes accompagnent la famille Rubiella dans leur village d’origine, à Naval, en Aragon. Ils n’y étaient pas retournés depuis plus de 60 ans.

Ni travail, ni famille, ni patrie : journal d’une brigade FTP MOI, Grand format, réalisation Mosco Boucault, Arte, 09.01.1998, documentaire , télévision

Des survivants d’une brigade FTP-MOI, Francs-tireurs et Partisans de la Main- d’Œuvre Immigrée) témoignent de leur engagement à Toulouse de 1943 à 1945. Les entretiens, filmés à leur domicile ou dans les rues de Toulouse, sont illustrés de photographies et d’actualités cinématographiques.

Don Quichotte et l’Oncle Sam, Côté doc, réal Isabelle Millé, France 3 Midi Pyrénées, 02.12.2006, 52’, documentaire, télévision

Documentaire sur l’association Spanish Refugee AID, fondé par Nancy Mac Donald à New York en 1953, qui a aidé financièrement et matériellement des milliers de réfugiés républicains espagnols en France, parmi les plus démunis, et les plus fragiles physiquement.

Federica Montseny l’indomptable, , réalisation Jean Michel Rodrigo, France 3 Languedoc Roussillon, 9.05.2016, 52’, documentaire, télévision

Documentaire consacré à Federica Montseny, première femme ministre nommée en Espagne en 1936, anarchiste, révolutionnaire et militante pour l’amélioration de l’éducation et des conditions de vie des femmes.

Ce portrait est basé sur de nombreuses images d’archives qui retracent les moments-clés de sa vie, des sons d’archives (en particulier des extraits d’interviews et de discours prononcés par Federica Montseny) et les témoignages de personnes qui l’ont connue.

Retour sommaire

6. PARCOURS A TRAVERS LES FONDS : autour de l’œuvre du documentariste José Maria Berzosa

José Maria Berzosa (1928 – 2018), réalisateur espagnol émigré en France en 1956

 

Tranche horaire « Le Nouveau dimanche », 2ème chaîne, réalisation des reportages :

  • Le Musée de la police, 16 avril 1967
  • Le Musée de Sèvres, 21 mai 1967
  • Le Musée des arts et métiers, 04 juin 1967
  • Le Museum d’histoire naturelle, 25 juin et 2 juillet 1967
  • La Réalité dépasse la fiction, 25 février 1968
  • Le Corbusier : l’homme et la mémoire, 21 avril 1968
  • Miguel Angel Asturias : un Maya à la cour du roi Gustave, 06 octobre 1968

Collection « A dossier ouvert » , 1ère chaîne, réalisation des reportages :

  • Le Droit syndical dans les entreprises : Feu rouge…feu vert, 11 décembre 1968
  • Le Temps de vivre, 15 janvier 1968
  • L’Ascension sociale, 16 avril 1969

Collection « Champ visuel », 2ème chaîne, réalisation des reportage :

  • L’Architecture imaginaire de Jean Dubuffet, 07 mars 1969
  • Santons, 19 décembre 1969
  • Exposition de Giacometti à l’Orangerie, 19 décembre 1969
  • François Mathey ou le Musée Eclaté, 29 janvier 1970
  • Daumier à l’Assemblée, 26 mars 1970
  • Saint-Tropez des arts, 23 avril 1970
  • Matisse : la simplification, 25 juin 1970

Collection « Télé villages », 1ère chaîne, réalisation des reportages :

  • Des Fermiers dans l’angoisse : le contrat de fermage, 17 février 1970
  • Qui êtes vous Raymond Mineau ?, 07 avril 1970
  • La Guerre des gruyères, 19 mai 1970
Collection « Le Monde des arts », 2ème chaîne, réalisation des documentaires :
  • Francis Bacon ou l’ultime regard, 05 décembre 1971
  • Fernand Leger, 05 décembre 1971
Série documentaire « La Musique et nous », 1ère chaîne :
  • La Musique de l’exil, les Russes, 18 avril 1972
  • La Musique de l’exil, les Algeriens en France, 13 juin 1972
  • Le Mystère d’Elche, le 08 et le 22 janvier 1973

« Chili impressions », Antenne 2, du 09 avril au 07 mai 1978, Documentaire

« Luis Bunuel portrait de l’artiste en son absence », FR3, 16 mai 1981, Reportage

« De la Sainteté », TF1, du 01 au 22 avril 1986, Série documentaire

Adaptations

  • Le Grand Inquisiteur, Antenne 2, 12 avril 1979
  • Maigret se défend, 18 avril 1984
  • Silence, 30 mars 1986
  • Passe-temps, 22 avril 1987

Documentaires

  • Antonio Saura : quelques rêveries d’un promeneur solitaire ou presque, 26 juin 1983
  • Zurbaran ou la vie des moines et l’amour des choses, FR3, 30 mars 1988
  • Franco, un fiancé de la mort, derniers voyages, FR3, 13 janvier1996
  • Rafael Alberti, Un siècle d’écrivains, FR3, 09 décembre 1998

Collection Esbozos, Radio France Internationale, réalisation de :

  • Atahualpa Yupanqui, chanteur argentin, 10 novembre 1978
  • Mauricio Ohana, compositeur franco-espagnol, 10 novembre 1978
  • Alejo Carpentier, écrivain cubain, 17 novembre 1978
  • Jean Cassou, traducteur franco-espagnol, 24 novembre 1978
  • Julio Cortazar, écrivain argentin, 24 novembre 1978 et 01 janvier 1979
  • Andres Segovia, guitariste espagnol, 19 novembre 1979
  • Octavio Paz, écrivain mexicain, 19 novembre 1979
  • Maria Casares, actrice espagnole, 23 novembre 1979

 

Périodique

  • Veuillez agréer ma subjectivité la meilleure (José Maria  Berzosa 
    interrogé par Claudine Cerf), Cahiers de la production télévisée : [juin 1975]
  • Les Jeux sont faits, nos enfants un jour peut être, Cahiers de la production télévisée : [octobre 1978]
  • La passion des saltimbanques , Dominique Pelegrin, Jacques
    Marquis et Alain Rémond,  Télérama du 14 au 20 juin 1975, pp. 12-15.

Archives écrites

  • Vivre fou et mourir sage, Fonds scénarios
  • Vivre fou et mourir sage, Divers scénarios de fictions (1), Fonds Georges Orset
  • Quatre documentaires pour la série Chili Impressions, réalisés par
    José Maria  Berzosa , diffusés sur Antenne 2 en avril 1978, Production INA : Chili – Impressions, Fonds INA : Institut national de l’audiovisuel
  • Dossiers de presse : 1978 – 1990, Fonds INA : productions DPCR
  • Où es tu ?, le diable de José  Berzosa  (1993), Programmes audiovisuels co produits par l’INA (7), Fonds INA : SDEC
  • L’héritage / Les cerfs volants / Le garçon d’appartement, Fonds SFP

Monographie

  • Choix d’oeuvres dramatiques de télévision sélectionnées par le Service Central des Textes et Projets d’Emissions de l’ORTF, 1972
  • Festival international de programmes audiovisuels FIPA 18 au 23 janvier, catalogue,  2000, Biarritz
  • De la sainteté : quatre Epîtres perplexes autour de la foi, la crédulité et la croyance ; Paris, Grenade, Angers, Rome, San Calogero, dossier de presse, éditeur TF1, 1986
  • Un siècle de documentaires français, Cinéma, auteur Guy Gauthier, éditeur Armand Colin, 2004

  

Retour sommaire

7. EMISSIONS PRODUITES A DESTINATION DES POPULATIONS IMMIGREES

Dans les années 70, en France, le Fonds d’Action Sociale (FAS), grâce à des politiques volontaristes, s’est investi pour la prise en compte des populations d’origine immigrée au sein des médias. Récemment, d’autres organismes publics, notamment le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) ou le Haut Conseil à l’Intégration (HCI), sont intervenus aussi dans ce domaine.

 

Immigrés parmi nous, production Jean Marie Carzou, France 3, du 01.01.1976 au 19.12.1976, magazine, 30’, 87 documents, télévision

Emission consacrée à la vie en France des travailleurs immigrés et de leurs familles. Cette émission apporte les informations nécessaires à l’insertion des immigrés dans la société française.

Chaque émission, présentée par Jean-Marie Carzou, comporte des rubriques, des reportages, et des invités en plateau.

Mosaïque, Production Jack Karsenty, Raymond Hermantier, Maurice Delbez, France 3, 1976 – 1987, tranche horaire, 419 documents, télévision

Emission à destination de la population issue de l’immigration. Diffusée chaque semaine pendant près de 10 ans sur FR3 le dimanche matin, elle traite la question culturelle des immigrés en association avec une mission informative, s’efforçant de procurer aux immigrés une meilleure connaissance de leurs droits et d’informer le reste de la population sur leurs manières de vivre et leur culture. L’émission est composée de rubriques, de reportages, d’invités en plateau, de débats, de variétés et de folklore.

Jean-Michel Dhermay présente l’émission en compagnie d’une équipe d’animateurs qui interviennent régulièrement dans leur langue d’origine : en arabe pour Djelloul Beghoura, en serbo-croate pour Mirjana Robin, en turc pour Kerem Topuz, en portugais pour Jorge Verissimo et Luisa Lemos Viana, en espagnol pour Miguel Pons. Guy Menga représente les différentes communautés africaines. Mouloud Mimoun anime la rubrique culturelle et cinématographique.

Mosaïque a été traitée comme une tranche horaire car trois émissions ont été diffusées dans cet espace de programmation :

  • Images de : du 19/10/1980 au 18/10/1981
  • Le magazine de Mosaïque : du 8/01/1984 au 28/06/87
  • Vivre ensemble : du 13/10/1985 au 4/05/1986

 

Rencontres, Production Association des Rencontres Audiovisuelles, France 3, 1989 – 1991, magazine, reportage, interview, télévision

Magazine qui se veut une émission d’intégration pour les communautés immigrées vivant en France. Elle est composée de reportages, d’invités en plateau, de variétés et de rubriques d’informations sociales, économiques et culturelles.

Diffusée le dimanche matin à partir du 1er octobre 1989. Rencontres éclate en 3 émissions, Racines, Relais et Rencontres. A partir du 10 février 1990, elle est diffusée le samedi après-midi. A partir du 12 mars 1991, l’émission est reformatée en 26 mn et est diffusée tous les mardis matin dans la tranche horaire Droit de cité. L’émission de 58 mn continue sa programmation le samedi.

Saga-Cités, production Bernard Loche, Roger Telo, France 3, 1992 – 2002, magazine, reportage, 542 documents, télévision

Magazine d’actualité composé d’un ou de plusieurs reportages et d’une rubrique d’actualités. Il est présenté par une personne différente à chaque émission. Ce magazine, issu de la production régionale, est réalisé avec le soutien du Programme développement et solidarité de la Caisse des Dépôts, de la Délégation interministérielle de la Ville, du Fonds d’action sociale de l’Union Nationale des HLM.

 

Les radios et les télévisions associatives :

Dans le cadre du dépôt légal, l’Ina détient également un fonds consacré aux radios dites “pirates” ou “libres” des années 1970 et 1980, comme Carbone 14, Radio Lorraine cœur d’acier, Génération 2000, Radio FLIP, Radio Verte ou Paris 80. Il a été constitué grâce à des dons et consiste non seulement en des enregistrements sur divers supports, mais aussi en une précieuse documentation écrite[1].

Fonds Epra, programme d’échanges et productions radiophoniques, 1993 – 2015, 27136 documents, Radio

Créé en 1992 avec l’aide de l’Institut du monde arabe et de RFI, l’EPRA groupement d’intérêt public, a permis pendant plus de 20 ans de financer et d’aider à la diffusion des émissions destinées à favoriser l’intégration en France des populations issues de l’immigration. L’EPRA finançaient chaque année 400 heures de programmes de proximité au profit de 171 radios locales et/associatives. Les fonds de l’EPRA ont été mis en dépôt à l’Ina en 2014. 

Zalea TV, TéléViZone d’Action pour la Liberté d’Expression Audiovisuelle, 2001 – 2007, télévision

Créée en 2000, télévision associative et engagée, Zalea TV est la première chaîne associative autorisée à diffuser sur le réseau hertzien. En 2002, elle réussit à diffuser depuis la Tour Eiffel. Pour la première fois, une télé libre touche l’ensemble de la région parisienne. 

Après plusieurs campagnes de diffusion et des combats épiques, l’association s’est auto-dissoute en 2007, suite à son éviction des ondes par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA).[2]

 

Retour sommaire

[1] https://institut.ina.fr/collections/80-ans-de-radio

[2] http://www.lesmutins.org/on-la-fermera-pas-zalea-tv


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.