Un rêve de mai : Le fonds Marielle Burkhalter Université de Vincennes

Sur quelques régimes de signes

Cours du 2 mars 1976, Gilles Deleuze

Eté 1968. A la suite d’une décision du ministre de l’éducation nationale Edgard Faure, le Centre universitaire de Vincennes est créé. L’objectif affiché est de rompre avec un enseignement supérieur élitiste, mais également d’écarter du quartier latin les agitateurs en tout genre. Saisissant l’occasion, les insurgés de mai se lancent avec ferveur dans le chantier et investissent ce Centre universitaire, qui devient un véritable « foyer rouge ». A la lisière de Paris, les espoirs s’élaborent autour de cette université idéale où l’on « s’autorise à penser ». Foucault, Deleuze, Hélène Cixous, François Châtelet…se réunissent dans ces nouveaux bâtiments en préfabriqués. Face à eux, des étudiants français ou non, bacheliers ou non, favorisés ou non. L’université autogère son découpage disciplinaire. Les cours magistraux n’existent plus, la parole se libère et chaque intervention, même intempestive, est disséquée (cf document « Langage et pouvoir »). La transdisciplinarité s’installe et sont enseignées des matières aussi diverses que les sciences humaines, la philosophie, la linguistique, l’informatique, la psychanalyse… Des premiers cours de Gilles Deleuze face à des élèves exaltés jusqu’au transfert à l’Université Saint-Denis en 1980, le fonds Marielle Burkhalter Université de Vincennes retrace en images une utopie brûlante faite d’expérimentations artistiques, pédagogiques, intellectuelles et politiques. A ces archives, se mêlent des instants pris sur le vif, de fêtes, de jeux d’enfants, et même d’un Gilles Deleuze étendu sur un sofa, l’air moqueur : « Notre con de voisin a fait des fenêtres bleu blanc rouge, je peux pas supporter ».

Discussion sur l'enseignement "spécifique et expérimental"

Cours à Vincennes de François Châtelet (1980)

Au total, une centaine d’heure de vidéo, principalement en noir en blanc, d’une durée de quelques minutes à un peu moins d’une heure. L’ensemble des documents relève d’une donation de Madame Marielle Burkhalter à l’INA, par l’intermédiaire d’Antoine Châtelet, fils du philosophe, qui souhaitait pérenniser, entre autres, les enregistrements des cours de son père. La convention de donation est signée le 29 janvier 2007. Par la suite, 284 supports (VHS, Umatic, BetaSP) sont numérisés.

Marielle Burkhalter, nom inconnu du grand public mais familier pour les documentalistes de l’Ina, est une pionnière de la vidéo légère, au département philosophie de Vincennes. En effet, dans les années 70, l’arrivée de la vidéo légère en France coïncide avec la refondation du système universitaire français. Elle est caractérisée par un dispositif peu encombrant et une idéologie de déconstruction, à l’opposé d’une télévision conventionnelle, contrôlée. A Vincennes, pour la première fois, le cinéma est enseigné à l’université. La vidéo devient l’instrument et le témoin d’un décloisonnement universitaire où l’ordre établi est renversé, au profit de nouvelles manières de faire « circuler la pensée ». Par sa composition hétéroclite, le fonds d’archives de Marielle Burkhalter reflète cette effervescence si particulière. Il est structuré en six collections de documents : les cours à Vincennes, principalement ceux de Deleuze ; les archives filmées de diverses projections ou enregistrements télévisées ; les conférences de presse ; des travaux artistiques composés de clips ou séquences vidéo ; les travaux pratiques et reportages faits par les étudiants dans le cadre de leurs cursus ; et enfin des éléments de tournage composites.

De discussions de cafétéria sur la place des femmes à un micro-trottoir réalisés par des enfants, « Vous les aimez, vous, les immigrés ? », en passant par le témoignage d’Alain, dit « Le Breton », sans domicile fixe à Gare de Lyon, des montages de cours sur la sémiotique du désir, ou bien des making-of de films de fiction…L’œil de la caméra navigue et nous plonge dans ces archives de vies. Nous voilà spectateurs du bricolage de jeunes gens insouciants, qui prennent leurs inventions au sérieux. Une époque se dessine à travers ces brèves incursions en images. Et sur les visages de ces rêveurs de Vincennes, se lit la même fierté d’être « là où ça se passe ».

Billet rédigé par Nelly Dusouchet, stagiaire à l’Inathèque et étudiante en première année du double cursus Sciences Po-Humanités littéraires et Sciences sociales


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *