Migration latino-américaine en France à travers l’exemple du Chili et de l’Argentine

Dans les années 70, la France a connu une arrivée importante de réfugiés latino-américains. Ce guide souhaite à la fois apporter un éclairage sur cette immigration à travers l’exemple de l’Argentine et du Chili et montrer l’intérêt porté par les médias audiovisuels français aux crises politiques vécues dans ces deux pays. Il retrace différentes étapes de l’immigration et ses spécificités : l’accueil des réfugiés argentins et chiliens qui fuient les régimes autoritaires, l’engagement de personnalités intellectuelles et politiques françaises auprès des réfugiés, le travail d’artistes et d’intellectuels argentins et chiliens en France et leurs échanges avec les intellectuels français, les communautés chilienne et argentine en France. Ce guide propose une sélection non exhaustive .

Guide réalisé par Miriam Diaz de Arcaya, documentaliste à l’Ina.

Les programmes décrits dans ce guide sont archivés par l’INA et consultables dans les centres de consultation de l’Inathèque 

Télécharger le guide >>

SOMMAIRE

CHILI

1 – LE GOUVERNEMENT DE SALVADOR ALLENDE ET LE COUP D’ETAT DU 11 SEPTEMBRE 1973

Salvador Allende

Le coup d’Etat de 1973

Réactions politiques françaises au coup d’Etat

Les instruments de l’implication  des Etats Unis dans la politique intérieure chilienne : la CIA au Chili et l’école de Chicago

2 – L’EXIL CHILIEN EN FRANCE

Les exilés et réfugiés politiques chiliens en France

Zoom sur Angel Parra

Les intellectuels chiliens en exil 

Pablo Neruda (1904 – 1973)

Francisco Coloane, Roberto Bolano, Alejandro Jodorowsky, Waldo Rojas, Isabel Allende, Luis Sepulveda, Armando Uribe

Le théâtre et la troupe Aleph

3 – CINEASTES CHILIENS EXILES EN FRANCE ET CHRIS MARKER

Helvio Soto

Patricio Guzman

Raul Ruiz

Carmen Castillo

Chris Marker

4 – L’AFFAIRE PINOCHET (16 octobre 1998 – 04 mars 2000) et la réaction de la communauté chilienne en France

5 – SUJETS CONNEXES

6 – PARCOURS A TRAVERS LES FONDS : autour du réalisateur Raoul Ruiz, cinéaste franco chilien

ARGENTINE

1 – L’ARGENTINE AVANT LE COUP D’ETAT

2 – LE COUP D’ETAT DU 24 MARS 1976 ET LE TERRORISME D’ETAT

3 – LA REDECOUVERTE DES DROITS DE L’HOMME et LA SOLIDARITE FRANÇAISE ENVERS LE PEUPLE ARGENTIN

La coupe du monde de football en 1978 et le COBA (Comité de boycott à la Coupe du monde de football en Argentine)

4 – LUTTE CONTRE LES VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME

Adolfo Perez Esquivel

Ernersto Sabato (1911 – 2011)

Le système répressif de la disparition de personnes à travers l’exemple de Léonie Duquet et Alice Domon, religieuses disparues

Les mères de la place de mai

Les témoignages de proches de détenus-disparus à travers les archives orales du Fonds Memoria abierta

5 – LES ARGENTINS EN FRANCE : ARTISTES ET MILITANTS

Quino

6 – LA CHUTE DE LA DICTATURE ET LE RETOUR AU PAYS EN 1983

7 – VIE CULTURELLE DES INTELLECTUELS ARGENTINS EXILÉS EN FRANCE

Les pionniers, Victoria Ocampo et Jorge Luis Borges

8 – ECRIVAINS ARGENTINS EXILÉS ET LEURS TEMOIGNAGES

Julio Cortazar

Hector Bianciotti

Alberto Manguel

Miguel Benasayag

9 – LES CINEASTES ARGENTINS EXILÉS EN FRANCE

Fernando Solanas

Hugo Santiago

10  – DOCUMENTS CONNEXES

11 – PARCOURS A TRAVERS LES FONDS : autour de l’œuvre du réalisateur Edgardo Cozarinsky

CHILI

1 – LE GOUVERNEMENT DE SALVADOR ALLENDE ET LE COUP D’ETAT DU 11 SEPTEMBRE 1973
Salvador Allende

Exclusif : dernière interview du Président Allende, JT 20H, journalistes Paul Nahon, Jacques Segui, 2ème chaîne, 13.09.1973, 5’, journal télévisé, interview, télévision

Dernière interview du Président Allende, le 08 septembre 1973, trois jours avant le coup d’Etat du général Pinochet.

Le Président Salvador Allende est assis dans un fauteuil et parle des difficultés essentielles qu’il rencontre pour gouverner et en particulier de l’existence d’une opposition de type fasciste au Chili. A la question « Avez-vous de la chance ? », il répond « Non mais une foi absolue ». Il déclare avoir été loyal avec le peuple. A propos de l’interventionnisme américain : « Les Etats-Unis font partie des puissances qui ont voulu s’immiscer dans nos affaires intérieures ». En fin d’interview, à la question « Renonceriez-vous au pouvoir pour éviter la guerre civile ? », il répond « Incontestablement ».

Allende : dernière interview, Magazine 52, Journaliste Josy Dubié, 3ème chaîne, 14.09.1973, 11’, magazine, télévision

Dernière déclaration télévisée du Président Allende, trois jours avant le coup d’Etat du général Pinochet, par le journaliste de la télévision belge Josy Dubié.

Les 100 photos du siècle, réal Marie Monique Robin, Arte, 15.02.1999, 6’, série documentaire, télévision

Présentation de la photographie de Salvador Allende, président Chilien, lors du coup d’Etat du général Pinochet le 11 septembre 1973. L’ancien médecin personnel de Salvador Allende commente cette photographie prise à la Moneda et qui est la dernière photo connue de lui. Rappel historique, sur images d’archives, du contexte politique, interview du journaliste qui avait sauvegardé la photographie et interview d’Isabel Allende, nièce de l’ancien président.

4 septembre 1970 : Salvador Allende président du Chili, La Marche du monde, prod Valérie Nivelon, RFI, 26.10.2003, magazine, Radio

Valérie Nivelon consacre son magazine à l’élection démocratique de Salvador Allende, candidat marxiste, à la présidence du Chili le 4 septembre 1970. Elle revient sur les 1000 jours de gouvernement de l’unité populaire, grâce au témoignage de Waldo Rojas, historien chilien, et de Pierre Kalfon, alors correspondant à Santiago pour le quotidien Le Monde.

Coup d’Etat à Santiago : Les derniers jours de Salvador Allende, Assassinats politiques, réal Michael Trabitzsch, La Chaine parlementaire Assemblée Nationale, 11.01.2007, 52’, documentaire, télévision

[Source iMedia] Retour sur un suicide, celui de Salvador Allende, et sur les années d’une présidence socialiste et démocratique à laquelle mit fin le coup d’Etat de Pinochet.
Le 11 septembre 1973, le gouvernement d’Union populaire est renversé par le général Pinochet. Depuis quelque temps, la rébellion couvait (…). L’expérience socialiste tentée par Allende n’a pas tenu toutes ses promesses et les mécontents sont légion en cette année 1973. Le général Pinochet, grand adversaire d’Allende et traître qui, la veille encore, a juré fidélité au président, passe à l’attaque au matin du 11 septembre. Lorsque l’aviation bombarde le palais présidentiel, Salvador Allende, pris au piège, se suicide. L’expérience socialiste chilienne s’achève dans un bain de sang tandis que s’ouvrent les années sombres de la dictature de Pinochet.

Le coup d’Etat de 1973

Situation Chili après coup d’état, JT 20H, jou Christian Brincourt, 1ère chaîne, 11.09.1973, 2’, journal télévisé, reportage, télévision

Coup d’état au Chili : le général Pinochet et les forces armées viennent de renverser le président Allende. Commentaire sur images factuelles et d’archives : Santiago, les chars militaires, les hélicoptères des soldats dans les décombres, images d’Allende lors d’une de ses dernières sorties, les soldats repoussant les manifestants, une ambulance, les soldats dans les rues.

Le Coup d’Etat au Chili, Inter actualités de 19H00, France Inter, 11 septembre 1973, reportage, radio

Robert-André Vivien, député UDR, est interviewé à son retour du Chili à propos de l’audience accordée à la mission française par le Président Allende. Il dresse le portrait du Président et parle de la gravité de la situation économique. Controverse de Michel Rocard sur les responsabilités des Etats-Unis dans cette crise.

Premières images coup d’Etat au Chili, JT 20H, jou Edouard Lor, 2ème chaîne, 15.09.1973, 3’, journal télévisé, reportage, télévision

Premières images du coup d’Etat au Chili fomenté par les forces armées du général Pinochet qui ont renversé, dans le sang, le président démocratiquement élu Salvador Allende.

Séquences filmées : place de la constitution à Santiago, rassemblement des chars autour du palais de la Moneda, roquette éclatant sur le palais, le palais prenant feu, des chars encerclant les monuments, les ruines du palais, un corps supposé être celui du Président Allende évacué rapidement par une ambulance.

Chili : le coup d’Etat, Magazine 52, 3ème chaîne, 20.09.1973, 6’, magazine, interview, télévision

Premières images du coup d’Etat, images en couleur, avec un témoignage privilégié, celui de Sylvain Julienne, photographe de l’agence Sygma.

Interview du général Pinochet, JT 20H, 2ème chaîne, 24.09.1973, 4’, journal télévisé, interview, télévision

Le Général Augusto Pinochet, en uniforme, raconte (en castillan non sous-titré) le dernier entretien de la junte militaire avec le Président Allende qui n’aurait pas accepté les conditions qu’on voulait lui imposer. Lui-même dit n’avoir jamais eu de contact direct avec le président Allende durant cette journée du 11 septembre. Il raconte son suicide. Il donne les raisons pour lesquelles la junte a décidé le bombardement du palais présidentiel, La Moneda. Selon lui, il n’y aurait pas eu plus de 50 morts et 200 blessés. Il conclut l’entretien en ajoutant que son régime est « totalement apolitique ».

La Répression au Chili, Inter actualités de 13h, France Inter, 25.09.1973, radio

Reconnaissance officielle du nouveau gouvernement chilien par les Etats-Unis. Interview d’un membre d’un groupe des jeunesses communistes : récit du putsch.

Chili images, JT 20H, jou Christian Bousquet, 1ère chaîne, 25.09.1973, 35’’, journal télévisé, télévision

Reportage sur la situation au Chili : « La chasse aux « extrémistes » se poursuit. Environs 7 000 prisonniers sont toujours enfermés dans le stade national. L’armée interdit toute communication avec les prisonniers. Elle aurait utilisé la torture et procédé à des exécutions sommaires ».

Chili : à l’ombre des épées, Magazine 52, réa Jacques Grignon Dumoulin, 3ème chaîne, 27.09.1973, 30’, magazine, reportage, télévision

Reportage à Santiago réalisé 16 jours après le coup d’Etat. Images factuelles : suspects emprisonnés dans le Stade de Santiago. Images de la résidence personnelle de Salvador Allende, le palais de la Moneda, bombardé, qui est devenu un lieu de promenade familiale en ce jour de Fête Nationale chilienne. File d’attente sur les trottoirs pour les demandes de renseignements concernant les personnes disparues. Militaires dans les rues et gardant des usines.

Interviews de familles d’opposants arrêtés, d’un officier de l’armée de terre, de la « jeunesse dorée » sur l’Avenida Providencia à propos du coup d’Etat, d’ industriels et de propriétaires très « complaisants » envers le coup d’Etat, d’Henrique Lira, journaliste au Mercurio, et unique journaliste à avoir été autorisé à entrer dans La Moneda le jour du coup d’Etat, et d’ouvriers. Conférence de presse du général Pinochet, commandant en chef de l’armée de terre et leader de la junte militaire, et du commandant en chef de l’armée de l’air. Interviews de Patricio Alwyn, président de la Démocratie Chrétienne et d’opposants sur la question de la répression politique et des libertés (de dos, visages cachés).

Homenaje a Salvador Allende y al pueblo chileno, Noticiero ICAIC Latinoamericano, réal Santiago Alvarez, Fonds ICAIC, 03.10.1973, 28’, presse filmée

Sur la place de la Révolution à La Havane, cérémonie de commémoration du XIIIe Anniversaire des CDR (Comités de Défense Révolutionnaire) dédiée au président Salvador Allende. Intervention de Fidel Castro qui rend un hommage vibrant au président chilien devant une foule réunie pour cette occasion. Beatriz Allende prononce un discours sur son père assassiné par les fascistes le 11 septembre au palais de la Moneda.

Le Coup d’Etat chilien, Dialogues, France Culture, 19.03.1974, 1h18’, reportage, débat, radio

Pierre Kalfon, qui fut correspondant du Monde au Chili, et Alain Touraine, auteur de Vie et mort du Chili populaire (Seuil) analysent les causes économiques et politiques de l’échec du gouvernement populaire d’Allende. Ils répondent aux questions des spectateurs sur le rôle de la petite bourgeoisie dans le coup d’Etat militaire. Voix d’Isabel Allende et témoignage d’un Chilien.

Chili 1983, Résistances, réa Gilles Daude, Pierre Desfons, Antenne 2, 08.09.1983,1H22’, magazine, reportage, débat, télévision

Ce numéro de Résistances est consacré à la situation politique au Chili. En préambule : la dernière déclaration enregistrée de Salvador Allende s’adressant au peuple. Une première partie propose une rétrospective du coup d’Etat du 11 septembre 1973, mené par Augusto Pinochet, qui mit fin au mandat de Salvador Allende par la force en renversant son gouvernement pour instaurer une dictature militaire. Une seconde partie propose un débat avec la participation de Juan Garcez, ancien conseiller d’Allende, Sergio Poblete, général d’aviation, Peter Kornbluh, Armand Mattelard. Une 3ème partie est consacrée à la situation du Chili en 83 avec Alain Cances. Une 4ème partie propose la rediffusion de l’émission spéciale  de Jacques Segui et Dominique Merlin juste  après le coup d’Etat. Ensuite, le débat reprend et en fin d’émission, diffusion d’un reportage tourné en juillet 83 dans des villages du nord de Santiago.

Chili : historique, Géopolis, Chili, vingt ans après, réal Evelyne Goldman, 11.09.1993, magazine, documentaire, télévision

Documentaire consacré à l’histoire du Chili depuis l’arrivée au pouvoir de Salvador Allende jusqu’à aujourd’hui.

Interview du général Gustavo Leigh, commandant en chef de l’armée de l’air au moment du coup d’Etat contre le régime du Président Salvador Allende, témoignage de Carlos Jorquera dit El Négro, ancien attaché de presse du Président Salvatore Allende, qui était présent dans le Palais de la Moneda, le 11 septembre 1973, lors du putsch militaire conduit par Augusto Pinochet, témoignage d’Hortensia Allende, épouse de Salvatore Allende, et interview Stephen Suffern, chercheur.

Le Dernier combat de Salvador Allende, Les Dossiers de l’Histoire, réa Patricio Henriquez, Roberto Sanchez, France 3, 11.09.1998, 53’, documentaire, télévision

Ce documentaire reconstitue le fil de la dernière journée du Président Allende grâce à divers témoignages : Isabel, sa fille, Hortensia, sa femme, deux militaires putschistes, un agent de liaison américain, l’ambassadeur des Etats-Unis en poste à l’époque, deux de ses gardes du corps, son conseiller politique…. La chronologie s’appuie sur des images d’époque mais également sur des archives sonores qui permettent de suivre le bras de fer qui opposa Salvador Allende aux putschistes (communiqués officiels diffusés à la radio, liaison radio entre les membres du Haut commandement militaire chilien).

Salvador Allende : « Ils croient qu’en éliminant un homme, un leader, ils feront disparaître le processus social. Ils se trompent. Ils pourront le retarder, le rendre plus long, mais ils ne pourront pas l’arrêter. Dans le cas du Chili, s’ils me tuent, le peuple poursuivra son chemin. A une différence : les choses seront plus dures et plus violentes…. Ces gens-là ne reculent devant rien. »

La Secrétaire de Salvador Allende,TF1 20 heures, journalistes Jean Marc Pillas, Gérard Ramirez, TF1, 24.11.1998, 2’, journal télévisé, reportage, télévision

A l’occasion de la demande d’extradition du général Pinochet que doit examiner la Chambre des Lords anglaise, rencontre au Chili avec Miria Contreras, secrétaire du Président Salvador Allende. Elle raconte le coup d’Etat et la prise du pouvoir par le Général Pinochet. Récit sur des images d’archives.

Septembre chilien, réa Bruno Muel, TV5 France Belgique Suisse, 11 .09.2003, 40’, documentaire, télévision

[Source iMedia] Retour sur le coup d’Etat militaire au Chili mettant fin, en 1973, au pouvoir de Salvador Allende et sur les premiers signes de résistance populaire.

Le 11 septembre 1973, la radio et la télévision chiliennes annonçaient que les forces militaires marchaient sur les bâtiments officiels pour en « déloger les gouvernants devenus illégitimes ». L’expérience socialiste tentée par le gouvernement de Salvador Allende prenait fin dans le sang. Une manifestation de quatre cent mille mères de famille, désespérées par la misère, avait sonné, quelques jours plus tôt, le glas d’un régime incapable de maîtriser l’inflation et de garantir l’approvisionnement des villes. Une intraitable opposition de droite et le concours de la CIA firent le reste. Le Président Allende, isolé dans le palais présidentiel bombardé, s’est probablement donné la mort avec le pistolet mitrailleur que lui avait offert Fidel Castro. Pour le Chili commençait une longue et terrible période de dictature militaire, sous l’égide du général Pinochet.

Réactions politiques françaises au coup d’Etat

Le Coup d’Etat au Chili, Inter actualités de 19H00, France Inter, 11.09.1973, Reportage, Radio

Robert-André Vivien, député UDR, est interviewé, à son retour du Chili, sur l’audience accordée à la mission française par le Président Allende. Portrait du Président Allende. La gravité de la situation économique.

Stirn Conseil des ministres, JT 20H, Journaliste Jacques Hébert, 1ère chaine, 19.09.1973, 01’35’’, journal télévisé, télévision

Olivier Stirn, secrétaire d’Etat chargé des relations avec le parlement déclare que le président George Pompidou déplorait les conditions dramatiques dans lesquelles le président Allende a disparu. Qu’il a néanmoins rappelé un principe de la 5ème République qui est de ne pas se mêler de la politique intérieure des Etats, qu’il espérait que la paix civile se rétablisse au Chili et qu’il n’avait pas encore évoqué la reconnaissance du nouveau gouvernement chilien.

Réaction François Mitterrand, JT 20H, jou Jean Claude Paris, 2ème chaîne, 12.09.1973, 1’25’’, journal télévisé, télévision

Après l’annonce du suicide de Salvador Allende, réaction de François Mitterrand, premier secrétaire du Parti Socialiste français.

François Mitterrand : « Aucune comparaison possible sur le plan économique et social entre un pays sous développé de 10 millions d’habitants et la France, pays industriel… aucune comparaison possible entre le socialisme de la pénurie succédant à un capitalisme d’oppression et de misère et le socialisme de l’abondance... »

Le Coup d’Etat au Chili,Inter actualités de 19H00, France Inter, 15.09.1973, 01’, reportage, radio

Georges Marchais, secrétaire général du Parti Communiste, fait lecture du communiqué établi en accord avec le parti communiste italien qui appelle à l’action pour lutter contre la répression au Chili.

Conférence de presse de monsieur Pompidou, Président de la République, 1ère chaine, 27.09.1973, 1h40’, conférence de presse, télévision

9ème conférence de presse du Président de la République Georges Pompidou. Parmi les différents sujets de politique intérieure et extérieure traités, il s’exprime à propos du coup d’Etat au Chili.

Nous ne reconnaissons pas le gouvernement chilien car la France a des relations avec des états mais ne reconnait pas les gouvernements… nous continuerons d’avoir des relations avec le Chili tel qu’il sera, il n’en est pas moins vrai que certains aspects des événements chiliens nous touchent, dans la mesure où il apparait que des vies humaines sont sacrifiées et tout d’abord celle du président Allende… (..)»

-« …nous faisons de notre mieux, d’une part pour protéger les Français qui sont au Chili, pour accueillir éventuellement des étrangers qui viennent se réfugier dans notre ambassade… »

-«…l’expérience tentée par le président Allende, s’il n’y avait pas eu de putsch, allait probablement et j’ose dire certainement à l’échec. »

Les instruments de l’implication  des Etats Unis dans la politique intérieure chilienne : la CIA au Chili et l’école de Chicago

Entre 1953 et 1956, en pleine guerre froide, les Etats-Unis ont dépensé 12,9 millions de dollars pour étendre leur influence au sein des universités d’Amérique latine. En 1955, l’université de Chicago et l’université pontificale catholique du Chili signent un partenariat.

Opérations secrètes de la CIA : témoignage d’un ex-agent, TF1 Actualités Dernière, jou Michel Anfrol, TF1, 11.06.1975, 5’, reportage, interview, télévision

Harry Rositzke, l’un des experts les plus qualifiés de la CIA dans la lutte contre les services secrets soviétiques du KGB, est interviewé dans le jardin de sa ferme située à Middleburg en Virginie, aux Etats-Unis. Interrogé plus particulièrement sur le Chili et le financement apporté, dès les années 1960, à l’opposition politique dirigée contre Salvador Allende et qui a débouché sur le renversement en 1973 du Président chilien, l’ex-agent de la CIA confirme que tous les points de cette opération qualifiée d’anti-communiste et de long terme, ont été approuvés par le Comité 40 et le Président des Etats-Unis lui-même.

Interview du metteur en scène de « La Spirale », Centre Actualités, jou Yves Thaler, France 3 Centre, 07.05.1976, 02’25’’, journal télévisé, interview, télévision

Interview d’Armand Mattelart à propos de son film La Spirale réalisé en 1975, deux ans après le coup d’Etat au Chili. Il parle de sa rencontre avec Chris Marker, cinéaste, qui est à l’origine de son film. Le film explique comment la droite chilienne, avec l’aide directe des Etats-Unis, a réussi à devancer les forces de gauche et à mobiliser certains secteurs de la société parmi lesquels la petite bourgeoisie chilienne.

La télévision publique refusa de diffuser le film en 1977 (déclaration d’Armand Mattelart dans Le Monde diplomatique  de septembre 2013).

Les Hommes de la Maison Blanche, Les Mercredis de l’Histoire, réa William Karel, Arte, 15.11.2000, 58’, documentaire, télévision

Deuxième volet d’une série de trois consacrée à cinquante ans de vie politique aux Etats Unis. Ce documentaire construit sur les témoignages des acteurs de la vie politique américaine de l’époque alterne interviews des proches des présidents et images d’archives. Il retrace chronologiquement les moments forts des présidences de Richard Nixon, Gérald Ford et Jimmy Carter.

Depuis 1973, tout était prêt pour aider l’armée chilienne qui entretenait de bons rapports avec le Pentagone. Richard Nixon ne voulait pas qu’Allende devienne le président du Chili et il donna carte blanche à la CIA. Henry Kissinger craignait que des gouvernements semblables à celui de Castro s’étendent en Amérique centrale. La CIA reçut l’ordre de se débarrasser d’Allende. Le 11 septembre 1973, un coup d’Etat militaire dirigé par le général Pinochet avec l’aide de la CIA, renverse le gouvernement démocratiquement élu de Salvador Allende.

Henry Kissinger et Pinochet, Le Vrai journal, jou Victor Robert, Canal +, 03.06.2001,03’, magazine, reportage, télévision

Récit de la responsabilité de Henry Kissinger, prix Nobel de la paix, dans le coup d’Etat de Pinochet en 1973, au Chili, et dans la mort du président Allende. Henry Kissinger était un des responsables du plan Condor visant à surveiller les opposants chiliens réfugiés en France. Il devait être entendu ces jours-ci comme témoin dans cette affaire à Paris.

Alternance de commentaires sur images factuelles et images d’archives. Interviews de l’avocat des familles des victimes de la dictature chilienne, et de la sœur d’un opposant français exécuté.

Les Mutations du capitalisme : 2ème partie, Les Guerres du capitalisme, L’Economie en questions, Les Humanités. Questions d’époque, prod Caroline Broué, 16.06.2008, 57’, magazine, interview, radio

Deuxième partie d’une émission consacrée aux réflexions sur les mutations du capitalisme. Pour évoquer les guerres du capitalisme, Caroline Broué et Olivier Pastré reçoivent Naomi Klein, essayiste et réalisatrice, auteure de No logo : la tyrannie des marques et de La Stratégie du choc, la montée d’un capitalisme du désastre, et Jean-Hervé Lorenzi, économiste, professeur d’économie à l’université de Paris Dauphine. Parmi d’autres propos, Naomi Klein dénonce les conséquences de l’ultralibéralisme de Milton Friedman et de l’enseignement de l’université de Chicago. Elle démontre comment le Chili a pu être le laboratoire de la théorie économique de Milton Friedman.

Le Krach parfait, Là-bas si j’y suis, prod Daniel Mermet, France Inter, 17.02.2009, 53’, magazine, radio

Première partie d’un entretien de Daniel Mermet avec Ignacio Ramonet, auteur de l’ouvrage Le Krach parfait. Parmi ses propos, Ignacio Ramonet évoque, notamment, l’école des idéologues néolibéraux Von Hayek et Milton Friedman ainsi que leurs laboratoires vivants : l’Indonésie de Suharto et le Chili de Pinochet.

Chili : les archives soulèvent le voile de l’histoire, Une Semaine aux Amériques, jou Christophe Dansette, Richard Tompsett, France 24, 19.08.2009, 1h39, magazine reportage, télévision

Reportage consacré à l’ouverture d’archives qui révèlent que, lors d’une rencontre en 1971, le président américain, Richard Nixon, et son homologue brésilien Emilio Medici ont évoqué le projet de renverser le gouvernement chilien de Salvador Allende jugé trop proche des communistes. Le 11 septembre 1973, un coup d’Etat dirigé par le général Pinochet a lieu contre Salvador Allende.

Brève histoire du néo-libéralisme / Revue du MAUSS, L’Essai et la revue du jour, Les Matins de France Culture, prod Jacques Munier, France Culture, 19.06.2014, 05’, chronique, Radio

Résumé producteur : « Au départ, il y a la constitution de ce groupe d’économistes connus sous le nom de Chicago Boys du fait de leur attachement aux théories néolibérales de Milton Friedman, alors professeur à l’Université de Chicago. Ce groupe fut invité à plancher sur la reconstruction économique du Chili après le coup d’Etat de Pinochet. Il y avait en son sein des Chiliens dont la formation avait été assurée par un programme mis en place dans le contexte de la guerre froide pour contrer l’influence de la gauche en Amérique latine. Le résultat est connu : démantèlement de toutes les formes d’organisation populaire, comme les centres de santé communautaires dans les quartiers pauvres,  libéralisation du marché du travail, notamment à l’encontre des syndicats et surtout, négociations de prêts avec le FMI de manière à imposer les solutions économiques néolibérales, privatisation des biens publics et des ressources naturelles comme de la protection sociale. »

D’Est en Ouest : Révolutions conservatrices, Déréguler pour ordonner : dans le sillage des Chicago Boy, Culturesmonde, prod Florian Delorme, France Culture, 03.02.2016, 50’, magazine, interview, radio

Troisième épisode d’une série de quatre présentée par Florian Delorme et consacrée à l’essor du conservatisme dans le monde. Il aborde le libéralisme et l’école de Chicago, groupe d’économistes emblématiques du libéralisme. Pour en parler, il reçoit Paul Jorion, anthropologue et sociologue, Carlos Quenan, économiste, professeur à l’IHEAL, et Patricia Commun, professeure d’études germaniques, spécialiste du libéralisme allemand.

Les Chicago Boys, réal Carola Fuentes, Rafael Valdeavellano, Histoire, 14.06.2017, 01h30, documentaire, télévision

L’histoire des disciples chiliens de Milton Friedman qui, de retour au Chili après avoir suivi leurs études aux Etats-Unis, ont révolutionné l’économie de leur pays.

 

Un documentaire insolite : « Chili impressions »

Une fresque de la dictature chilienne qui dresse un portrait sarcastique du chef de l’Etat, le général Pinochet. Réalisé en 1977 par José Maria Berzosa qui y confronte le discours officiel à la réalité des disparus et des morts. 

Chili impressions, réalisation José Maria Berzosa, Antenne 2, 09  avril 1978, documentaire, télévision

Série de quatre émissions diffusées sur Antenne 2 en 1978 et Histoire en 2013.

4 épisodes :

1ère épisode : « Les Pompiers de Santiago » (09 avril 1978, 01h15’). Première partie qui s’articule autour de deux thèmes : l’observation du milieu social des partisans du général Pinochet et de la junte gouvernant le Chili et d’autre part, l’observation du milieu social de ceux qui ont à souffrir du régime instauré par la junte, c’est-à-dire notamment les femmes et les familles des disparus.

2ème épisode : « Voyage au bout de la droite » (16 avril 1978, 01h18’). Dans un premier temps, diverses personnalités expliquent leur engagement politique. Monseigneur Gilmore, aumônier général des armées, encense l’armée qui forme l’élite de la jeunesse. Il fait également l’éloge du général Pinochet. Monsieur Ortuzar affirme que les communistes voulaient exterminer des millions de Chiliens. Le responsable syndical de la mine d’El Teniente, Guillermo Medina, explique pourquoi il s’est fait le défenseur inconditionnel du régime de Pinochet. La seconde partie de l’émission présente la situation des artistes restés à Santiago et considérés comme suspects par principe.

3ème épisode : « Au Bonheur des généraux » (23 avril 1978, 01h07’). Portraits des trois autres membres de la junte, le général Mendoza, chef des carabiniers (gendarmerie), le général Leigh, commandant l’aviation et l’amiral Merino, commandant la marine. Ces portraits sont entrecoupés d’interviews de deux jeunes femmes dont les maris ont disparu sous le régime de Pinochet. Les officiers putschistes sont interviewés à leur domicile, en compagnie de leur épouse, et répondent à des questions d’ordre littéraire, musical, philosophique. Ils donnent également leur opinion, d’un point de vue global, sur le Chili actuel, et font part de leurs conceptions politiques.

4ème épisode : « Monsieur le président » (07 mai 1978, 01h15’). José Maria Berzosa consacre cette dernière émission au général Pinochet.

Selon un article de l’Humanité du 08 novembre 1978, cette série n’a pu être diffusée sur Antenne 2 qu’après une décision de justice.

Production INA : « Chili – Impressions », Fonds INA : Institut national de l’audiovisuel, INA, 1978, Documentation écrite

Archive constituée de deux dossiers avec les relevés intégraux des entretiens et du commentaire off, version espagnole et version française.

Retour sommaire

2 – L’EXIL CHILIEN EN FRANCE

Les exilés et réfugiés politiques chiliens en France
Les Réfugiés politiques du Chili, Au rendez-vous des grands reporters, 1ère chaine, 11.01.1974, 8’, débat, interview, reportage, télévision

Des photos de Raymond Depardon, de l’agence GAMMA, un reportage de Theo Bouchat (SSR) et de Louis Poirot (ORTF) illustrent le débat sur les réfugiés politiques du chili. Ces films retracent la vie des refugiés à l’ambassade du Venezuela où ils sont soumis à un filtrage et une surveillance étroite par la junte militaire, et dans un monastère transformé en camp d’internement pour refugiés étrangers. Discussion en plateau avec les journalistes Pierre Kalfon, du journal Le Monde, Bernard Ullman, de l’Agence France Presse, un réfugié chilien en France, et Louis Poirot, journaliste.

Les Réfugiés chiliens en France, Inter actualités de 19H00, France Inter, 17.01.1974, 5’, reportage, radio

Interviews de réfugiés (en espagnol, traduction simultanée, puis par l’entremise d’un interprète) qui témoignent de leur reconnaissance envers la France, du rôle de l’Ambassadeur de France au Chili, de leur profession, de leur espoir de trouver du travail et de retourner au Chili. Interview du responsable de l’Agence pour l’Emploi de Pithiviers qui évoque les problèmes rencontrés par ces Chiliens.

Chili : interview de Carlos Altamirano, Magazine 52, jou Johan Van Minnen, 3ème chaîne, 28.02.1974, 8’, magazine, interview, télévision

Interview de Carlos Altamirano, ex secrétaire général du parti socialiste chilien en exil, par Johan Van Minnen, membre d’une équipe de télévision néerlandaise, à Sofia, en Bulgarie. Arrivé de Cuba, Carlos Altamirano parle de la terreur qui gouverne le Chili.

L’interview est précédée d’une introduction évoquant les disparitions de chefs de l’Unité populaire. L’Unité populaire est un mouvement qui regroupe des socialistes, des communistes et des révolutionnaires d’extrême gauche appartenant au Mir.

On n’est pas en balade : les réfugiés, Bande à part, réal Jacques Fansten, Antenne 2, 27.11.1978, 26’, documentaire, télévision

Deux femmes exilées, Maria, réfugiée argentine, en France depuis trois mois, et Isabel, réfugiée politique chilienne, en France depuis deux ans. Elles sont seules à Paris avec chacune un enfant. Isabel vit dans une HLM d’Alfortville. En France, elles ne sont pas, comme le dit Maria « en balade ». Elles ne pensent qu’à rentrer chez elles.

Chiliens en France, C’est la vie, journalistes Didier Régnier, Jérôme Bony, Antenne 2, 31.12.1980, 8’, magazine, télévision

Reportage sur la communauté chilienne de la région parisienne. Interview d’Hernan Poblete sur les débuts du groupe Los Jaivas en France, et sur ses engagements. Interview d’Alejandro Parra, membre de Los Jaivas, sur les activités d’animation scolaire du groupe, et les problèmes d’insertion des réfugiés dans la société française. Images de l’équipe de foot Salvador Allende à l’entraînement au stade. Interview du président du club, Alejandro Nunez sur le recrutement des footballeurs chiliens, tous réfugiés politiques, et de l’entraîneur du club, Raoul de La Fuente, sur la difficulté de trouver un terrain de jeu.

Débat animé par Emmanuel Yvon et Henri Mas, Mais encore ?, France 3 Centre, 08.09.1982, 14’, magazine, télévision

9 ans après le coup d’Etat au Chili, débat consacré au Chili d’aujourd’hui vu à travers des refugiés chiliens et des représentants de l’ambassade du Chili en France. Les invités : Pablo Vasquez, réfugié chilien, économiste,  José Manuel Silva, attaché de presse à l’ambassade du Chili, Hernan Mena, attaché économique à l’ambassade du Chili, et Alfonso Romero, réfugié chilien, technicien.

El Exilio, Fonds Ateliers Varan, réalisation Victor Musa, Sans canal, 01 janvier 1983, 15’, documentaire, télévision

Des musiciens chiliens en exil à Paris parlent (en espagnol) de leurs combats militants. Séquences de la vie quotidienne d’une famille, le petit-déjeuner, l’école… Rencontre avec une femme, membre de l’association franco-chilienne de Fontenay-sous-Bois formée d’anciennes militantes de l’Unité populaire. Mobilisation des exilés chiliens place du Chili, à Paris, contre Pinochet. Concert d’un groupe de musiciens chiliens. Le film se termine sur une séquence avec des enfants chiliens, en français.

Chili : le tortionnaire repenti, Sept sur sept, journaliste Lucas Mouzas, TF1, 04.05.1986, 5’, magazine, reportage, télévision

Témoignage d’Andrés Valenzuela, un tortionnaire chilien exilé en France et repenti. Andrés, à Paris, avec sa femme et ses 3 enfants, raconte pourquoi il a refusé de poursuivre ses activités de tortionnaire. Il parle de ses victimes, de la disparition des cadavres, de l’organisation du commando. Réunion d’exilés à Paris à laquelle participe Andrés. Parmi eux se trouvent Roberto, une de ses victimes. Interview d’un autre exilé également torturé par Andrés et qui refuse de lui pardonner. A Santiago, au Chili, manifestation des mères et des épouses de disparus qui déposent des photos de leurs époux ou de leurs enfants sur un monument.

Le reportage est illustré par une photo du Commando uni, commando qui formait l’équipe des tortionnaires.

UNESCO et le droit d’asile, JT Toulouse, journalistes jean Claude Cassan, Gérard Valles, France 3 Midi Pyrénées, 15.10.1986, 4’, journal télévisé, reportage, télévision

A l’occasion du mois des droits de l’homme, reportage sur les réfugiés et le droit d’asile. Interview de Marcos, réfugié chilien à Toulouse, de Jeanine Gibrat, conseil régional Clubs Unesco, et de Doudou Diene, sous-directeur de l’Unesco.

Chili, Passerelles, journaliste Dominique Agniel, France Inter, 19.03.1988, 57’, magazine, radio

Reportage au Chili, sur le retour de réfugiés politiques. 1ère émission d’une série de 2. Témoignages de plusieurs réfugiés, de retour au Chili après avoir été contraints à l’exil en Argentine ou France après le coup d’état, de membres de leurs familles et d’une femme, ancien membre du mouvement de la Gauche révolutionnaire (MIR), expulsée en Belgique pendant 10 ans, de retour à Santiago du Chili depuis 3 ans.

Journaliste chilien, Antenne 2 Le Journal de 20H, journaliste Michel Monpontet, Antenne 2, 21.08.1986, 01’35’’, journal télévisé, interview, télévision

Interview en espagnol avec traduction off  d’Ulises Gomez Navarro, journaliste chilien, exilé en France après huit ans de prison dans son pays. Il raconte dans quelles circonstances il a appris sa libération. Il parle des conditions de sa détention.

« La vie politique chilienne est fluctuante, c’est comme une spirale, il y a des moments de lutte intense auxquels répond une répression très violente. Dans ces moments, mes camarades et moi avons été sauvagement torturés. La dictature me considérait comme dangereux, j’ai changé dix fois de prison pour être éloigné de ma famille.« 

Pour lui la situation des droits de l’homme ne fait qu’empirer.

Rencontres en… Aquitaine, Le journal des journaux, France 3, 11.09.2003, journal télévisé, reportage, Télévision

Reportage tourné à Bordeaux. A l’occasion de l’anniversaire du coup d’Etat de Pinochet au Chili, le journaliste rencontre une famille de Chiliens exilés à Bordeaux, les Menriquez.

Les étrangers de Mosset, La Case de l’oncle doc, réalisation François Maillart, France 3, 05.04.2005, 52’, documentaire, Télévision

Documentaire consacré à Mosset, petit village de 350 habitants des Pyrénées Orientales, qui a la particularité d’accueillir de nombreuses personnes d’origines étrangères aux parcours personnels atypiques. Actuellement, on compte, à Mosset, 11 nationalités qui représentent plus de 30% de la population totale.

Focus, journaliste Shona Bhattacharyya, France 24, 26.11.2014, 04’, reportage, télévision

Reportage tourné en région parisienne au sein de la communauté chilienne. Interview d’Alexandre Nunez, de l’association franco chilienne, au cours de la fête annuelle de la communauté. Présentation de plusieurs lieux où l’on peut rencontrer la communauté chilienne. Commentaire sur images factuelles.

Angel Parra (1943-2017)

Chanteur chilien. A la suite du coup d’Etat de Pinochet, il est emprisonné au stade national du chili puis il est emmené à la prison de Chacabuco dans le désert d’Atacama. En 1974, il s’exile au Mexique puis en France où il s’installe avec sa famille.

La Passion selon Saint Jean : Angel Parra, Magazine du dimanche, Le Jour du seigneur, TF1, 23.03.1986, 19’, magazine, télévision

Marie-Pierre Turquet reçoit Angel Parra, musicien chilien exilé qui, lors de son incarcération dans un camp, a composé une Passion selon Saint Jean dont il interprète avec ses musiciens de larges extraits. Il raconte comment est née cette musique et ce qu’elle représente pour lui et ses compagnons de prison.

Chili : Angel Parra, musicien, Je suis un citoyen du monde, réalisation Michaëlla Vidler, La Cinquième, 01.08.2001, 01h25’, interview, télévision

Témoignage d’Angel Parra, exilé chilien, auteur, compositeur et interprète. Il évoque le coup d’Etat du 11 septembre 1973, la dictature qui réprime les artistes et les raisons pour lesquelles il a choisi de s’exiler en France.

Le 11 septembre 1973, L’Humeur vagabonde, production Kathleen Evin, France Inter, 11.09.2003, 46’, reportage, interview, radio

Kathleen Evin s’entretient avec  Carmen Castillo, scénariste et documentariste, au sujet de l’anniversaire du coup d’Etat du 11 septembre 1973 au Chili et de l’assassinat de Salvador Allende. A l’époque, Carmen Castillo luttait dans les rangs de l’extrême gauche. Reportage de Martine Abat qui interviewe Angel Parra, chanteur chilien, sur la violence psychologique inouïe que le coup d’Etat du 11 septembre 1973 a représenté pour des milliers de Chiliens de l’époque, sur son arrestations et son emprisonnement au stade national pendant trois mois, sur le régime de terreur mis en place par la dictature avec son cortège d’arrestations, de persécutions, d’exécutions, sur la façon dont l’image politique d’Allende perdure dans l’imaginaire du peuple chilien, sur son sentiment que le message politique et social d’Allende est bien vivant et qu’une vraie démocratie peut se reconstruire peu à peu avec l’aide de la jeune génération.

Les intellectuels chiliens en exil

Nombre d’intellectuels chiliens se réfugient en France où ils trouvent un milieu artistique plus ouvert qui les accueille après le coup d’Etat.

Retour au Chili ou la vie culturelle après Pinochet, Bouillon de culture, prod Bernard Pivot, France 2, 30 .05.1997, 01h08’, magazine, télévision

Présenté par Bernard Pivot, cette émission aborde le thème du Chili et de son histoire contemporaine troublée par la dictature. C’est à Santiago du Chili qu’est réalisé le magazine, à l’intérieur du congrès, dans l’hémicycle des sénateurs. Il reçoit les écrivains chiliens Antonio Skarmetak et Jorge Edwards, Carolina Rossetti, journaliste et Eduardo Olivares, correspondant du Monde au Chili. Ses autres invités sont Ramon Griffero, dramaturge, Milan Ivelic, directeur du musée des Beaux-Arts, et Jaime Antunez, rédacteur au Mercurio.

Pablo Neruda (1904 – 1973)
Ecrivain chilien très engagé politiquement. En 1969, le Parti communiste le désigne comme candidat à l’élection présidentielle mais Pablo Neruda renonce en faveur d’Allende, candidat unique de l’Unidad Popular. Après l’élection de ce dernier, Pablo Neruda accepte le poste d’ambassadeur en France. En 1971, il obtient le prix Nobel de littérature.
Interview et lecture de Pablo Neruda, Chaine non déterminée, 1949, 4’, interview, radio

Interview de Pablo Neruda, poète chilien, à l’occasion de la publication de son poème épique Chant général. Le poète débute l’interview en répondant à la question Qui êtes-vous, Pablo Neruda ? et la termine en lisant un extrait de son poème en espagnol.

Pablo Neruda, prod Gilbert Maurice Duprez, France Culture, du 07 au 12.09.1970, entretiens, radio

Entretien, en 7 parties, avec le poète chilien Pablo Neruda interrogé par Gilbert Maurice Duprez. L’entretien est entrecoupé de fragments de poèmes dits par Pierre Constant. Thèmes traités : sa conception de la poésie, la poésie urbaine, la poésie naturelle, la poésie politique, l’Espagne, Luis Bunuel, ses rapports avec les poètes de la République espagnole et en particulier avec Federico Garcia Lorca, la responsabilité historique du fascisme, ses racines, le Machupichu, sa vie en exil, la langue espagnole et la culture de l’Amérique.

Pablo Neruda,  L’Indivisible, Un Certain regard, réal Isidro Romero, 1ère chaine, 18 .04.1971, 55’, documentaire, télévision

André Camp et Isidro Romero présentent Pablo Neruda, prix Nobel de littérature, homme politique, poète chilien et, depuis mars 1971, ambassadeur du Chili en France.

Extrait de Elégie à Pablo Neruda de Louis Aragon :

« Entre mourir et non mourir cet homme-ci a fait son choix croyant qu’il n’était pas trop tard. D’à vivre ou d’à périr préférer la guitare et pour mieux l’écouter les mots s’étaient assis »

Pablo Neruda, poète engagé, réalisation Uwe Belz, Planète, 06.09.2003, 20’, documentaire, télévision

Le poète le plus populaire du Chili, Pablo Neruda, a lutté toute sa vie pour la démocratie et les droits de l’homme. En 1971, Pablo Neruda reçoit le prix Nobel de Littérature. Il décède en 1973, quelques jours seulement après le putsch militaire organisé par le général Pinochet et la mort de Salvador Allende. L’indignation contre la violente répression qui s’ensuit au Chili n’a pas perdu de son intensité lorsque la réalisatrice Uwe Belz tourne ce film en 1974. Tourné en noir et blanc, enrichi de nombreuses photographies, il prend vie grâce aux vers du poète.

Francisco Coloane, Roberto Bolaño, Alejandro Jodorowsky, Waldo Rojas, Isabel Allende, Luis Sepulveda, Armando Uribe
Armando Uribe, Poésie ininterrompue, prod Claude Royet Journoud, France Culture, 03.04.1978, 01h44’, causerie, radio

Propos d’Armando Uribe, poète chilien : rappel du passé colonial de l’Amérique latine, la caste dominante et son absence de culture, les prolongements de la violence issue de la conquête espagnole et portugaise, les dictatures en Amérique latine, l’exil des poètes, le thème de la mort, le devoir de lutter, le poids des Etats-Unis sur l’Amérique latine (allusion au coup d’Etat de 1973 au Chili), la situation actuelle, la signification du retour aux sources chez les écrivains d’Amérique latine aujourd’hui (allusion à Ruben Dario), l’union indissoluble de la poésie et de la politique en Amérique latine, le christianisme et sa signification.

Poèmes de Pablo Neruda (extraits du Chant Général), d’Armando Uribe, de Gabriela Mistral, de Vicente Huidobro, de Jorge Manrique, etc…, dits par Armando Uribe (en français et parfois en espagnol).

Agora, prod Gilles Lapouge, France Culture, 25.01.1979, 25’, interview, radio

Gérard de Cortanze présente Armando Uribe et son livre Ces Messieurs du Chili dont Gérard de Cortanze a assuré la traduction et l’édition. Interview d’Armando Uribe à propos de son livre. Il évoque la période de 1933 pour parler du coup d’Etat militaire de 1973 au Chili et tente de trouver les raisons profondes de ce coup d’Etat.

Alejandro Jodorowski, Le Bon plaisir, prod Marie Berthe Servier, France Culture, 18.05.1991, 3h, documentaire, entretien, radio

Résumé producteur : « Très tôt dans son Chili natal, ce fils d’émigré juif polonais s’est fait connaître : comme marionnettiste, metteur en scène de théâtre, créateur de happenings. Il est aussi mime, comédien, compositeur à l’occasion, auteur de sketches. Ayant rompu jeune avec sa patrie, son exil le mènera aux quatre coins du monde pour suivre sa carrière artistique, mais aussi pour faire les expériences les plus curieuses ; car il est également spécialiste en tarots, a inventé la psycho-généalogie, la psycho-magie, ayant suivi l’enseignement d’une sorcière mexicaine, ici, d’un moine zen, là. Il a aussi fait l’apprentissage de la dissidence, en créant avec Arrabal et Topor le groupe « Panique ». Cinéaste (El Topo, La Montagne sacrée, Santa Sangre…), homme de théâtre (a mis en scène plus de 347 pièces), écrivain (Le Paradis des perroquets…), Alejandro Jodorowski, aujourd’hui, soulageant souvent, se laissant appeler maître parfois, créant toujours, se joue en permanence du point limite de rupture entre intuitions géniales et facéties grotesques. Avec la participation de ses enfants Théo, Brontis Eugénie, Axel et Adam. »

Francisco Coloane l’écrivain du bout du monde, Métropolis, réal Olivier Guiton, Arte, 30 .08.1997, 13’, magazine, télévision

Entretien avec l’écrivain chilien Francisco Coloane qui évoque ses souvenirs personnels : la mort de son père, son expérience de berger… Il définit aussi le rôle qu’il donne à l’écriture, évoque Pinochet, etc. Cet entretien est ponctué par des lectures d’extraits de ses œuvres.

Auteur de Tierra del Fuego, de Cap Horn et plus récemment du Golfe des peines, Francisco Coloane, 86 ans, est considéré comme l’un des écrivains chiliens les plus importants de cette fin de siècle. Métropolis l’a rencontré chez lui à Quintero, un port au nord de Valpareiso.

Francisco Coloane, Un Siècle d’écrivains, réalisation Olivier Guiton, France 3, 06.05.2000, 50’, documentaire, récit portrait, télévision

Documentaire brossant le portrait de l’écrivain chilien Francisco Coloane. Alternance d’un entretien avec l’écrivain et de lectures de ses textes illustrées par des images en mer.

L’Amérique latine entre besoin de justice et oubli des dictatures, Radio libre, Emmanuel Laurentin, France Culture, 13.09.2003, 02h, magazine, radio

A l’occasion du 30ème anniversaire du coup d’Etat contre Allende au Chili, Emmanuel Laurentin propose deux tables rondes successives avec plusieurs invités : la première sur l’influence des années de répression sur les arts et les lettres au Chili et chez les artistes chiliens exilés ; la seconde sur les rapports de l’Amérique latine avec la mémoire, la justice et la politique. Des extraits de journaux radiophoniques de l’époque des événements, des textes littéraires et des chansons illustrent les discussions.

Table ronde consacrée à l’influence des années de répression au Chili sur les arts et les lettres avec Angel Parra, chanteur, Waldo Rojas, poète, professeur d’université, Oscar Castro, fondateur de la compagnie Aleph et Fédérica Matta, artiste plasticienne.

Isabel Allende : les mots de la vie, Thematinée. Culture, réal Paula Rodriguez Sickert, Arte, 06.01.2008, 01h10’, documentaire, récit portrait, télévision

Résumé producteur : « Composé d’extraits de ses œuvres et de documents filmés inédits, un portrait de la femme de lettres chilienne Isabel Allende (…).

Isabel Allende est la principale narratrice de ce documentaire qui revient sur les grandes étapes de sa vie et fait partager son quotidien, public et privé. Née au Pérou, Isabel Allende a fui le Chili en 1975, deux ans après l’assassinat de son oncle, le président Allende. Boute-en-train et rieuse, femme d’affaires avisée et rigoureuse, l’écrivaine règne en matriarche sur sa famille. Des extraits de ses œuvres, en regard avec les différentes périodes de son existence, mettent en lumière la manière dont fonctionne celle qu’on a surnommée ‘la machine à livres’. Anecdotes, archives et séquences prises sur le vif livrent un portrait où la poésie se mêle à l’histoire contemporaine ».

Luis Sepulveda, l’écrivain du bout du monde, réal Sylvie Deleule, Arte, 09 octobre 2011, 43’, documentaire, récit portrait, télévision

Documentaire consacré à la vie de Luis Sepulveda, écrivain chilien exilé en Espagne. Son œuvre est nourrie par son engagement politique et écologique ainsi que par son goût du voyage, contribuant au travail de mémoire. L’interview traduite de Luis Sepulveda alterne avec des images d’illustration, factuelles, d’archives, des photographies ; interviews d’anciens militants proche du Président Salvator Allende ; de l’épouse de l’auteur.

Né en 1949, l’auteur du Vieux qui lisait des romans d’amour a payé au prix fort son opposition à la dictature du général Pinochet. Emprisonné de 1975 à 1977, il a ensuite connu l’exil en Amérique latine, puis à Hambourg et à Gijón, où il vit actuellement. Des épreuves qui ont nourri son œuvre, marquée par son engagement politique et écologique et par son goût du voyage.

La Danza de la realidad, Nouveau genre : ‘Le mois de l’étrange’, réalisation Alejandro Jodorowsky, Canal + Cinéma, 03.09.2014, 2h05’, long métrage, télévision

Résumé producteur : « Alejandro Jodorowsky revient sur les lieux de son enfance, à Tocopilla, au Chili, et se souvient de ses relations avec sa mère aimante et son père brutal. Dans son style poétique et halluciné, il raconte ses jeunes années. Il avait notamment des rapports conflictuels avec son père, Jaime, un personnage brutal et autoritaire. Grand amateur de Staline, ce juif russe immigré était propriétaire d’une boutique de lingerie féminine. Mais le réalisateur évoque aussi son affection pour sa mère, Sara, une cantatrice frustrée. Il revient ensuite sur le parcours de son père, perdu pendant des années dans une quête vengeresse contre le dictateur au pouvoir… »

Luis Sepulveda, Hors champs, Production Laure Adler, France Culture, 14.01.2016, 44’, interview, radio

Laure Adler reçoit Luis Sepulveda pour évoquer son parcours et les motivations qui l’ont poussé à devenir écrivain.

Roberto Bolaño : cauchemars du Chili, La Compagnie des auteurs, production Matthieu Lagrange Garrigou, France Culture, 20 septembre 2016, 58’, magazine, interview, radio

Magazine littéraire présenté par Matthieu Garrigou Lagrange. Second volet d’une série de quatre émissions consacrées à l’écrivain chilien Roberto Bolaño. Pour évoquer le rapport de l’écrivain avec son pays, le Chili, Matthieu Garrigou Lagrange reçoit l’écrivain et professeur de français Bernardo Toro.

Né à Santiago en 1953, Roberto Bolaño retourne au Chili en 1973, au moment du coup d’Etat de Pinochet. Il est détenu huit jours puis libéré grâce à deux amis détectives. Dans ce second volet, c’est au rapport de Roberto Bolaño au Chili que nous nous intéressons.

Le Théâtre et la troupe Aleph

Oscar Castro fonde le théâtre Aleph à Santiago du Chili. En 1976, à sa sortie des camps de concentration chiliens, il est exilé en France. C’est à Paris que la troupe poursuit le travail accompli par des artistes emprisonnés après le coup d’Etat.

Nancy théâtre du monde, Aujourd’hui madame, réal Ado Kyrou, Antenne 2, 26.07.1977, 57’, magazine, reportage, télévision

15ème édition du Festival mondial de théâtre à Nancy consacré aux exilés chiliens en France.

Interview de Fernando Montes, architecte chilien, qui, par l’intermédiaire des « brigades », a assuré la décoration des espaces publics. Conférence de Régis Debray,  écrivain et philosophe, sur les exilés chiliens. Anton Parra, chanteur chilien, membre du groupe Aleph, raconte ses cinq années de captivité dans un camp militaire. Julio Cortázar parle du musée qu’il a créé sur une idée de Salvador Allende. Après le coup d’Etat, le musée a dû poursuivre son activité à l’extérieur du pays, à l’étranger. C’est un musée itinérant, Le Musée en exil. Il est composé d’œuvres d’artistes chiliens mais aussi d’œuvres d’artistes internationaux qui soutiennent le peuple chilien. Interview de la femme de Salvador Allende, Hortensia Allende qui évoque la situation des femmes au Chili depuis le coup d’Etat.

Mourir chez soi ou vivre ailleurs, réal Bernard Martino, Michel Honorin, TF1, 24.11.1983, 1h14’, magazine, reportage, télévision

Michel Honorin et Bernard Martino ont choisi de parler des problèmes de déracinement et d’intégration des réfugiés politiques. Ils ont rencontré des réfugiés originaires de différents pays qui ne rencontrent pas les mêmes difficultés. Les dissidents venus de l’est, à travers l’exemple du couple Siniavski, se sont regroupés et organisent l’accueil de leurs compatriotes, de même les sud-américains forment une communauté très solidaire. L’Etat par l’intermédiaire de l’OFPRA (Office français des réfugiés politiques et apatrides) accueille les réfugiés et contrôle le caractère politique de leur exil.

Les diverses communautés se heurtent souvent au racisme. Mais tous affirment avec force que, malgré le déracinement douloureux que cela représente et malgré les difficultés rencontrées, l’exil était la seule solution pour échapper à la torture et à la mort et pour continuer la lutte. Des extraits du spectacle d’Oscar Castro et la troupe Aleph et de Gilda Troche interviennent entre les interviews.

On s’aimait tant à Santiago, Résistances, journaliste Frédéric Laffont, Antenne 2, 17.11.1988, 58’, magazine, télévision

Reportage. A l’occasion du referendum du 5 octobre 1988, Oscar Castro a eu l’autorisation de rentrer au Chili après 12 ans d’exil en France. Retrouvailles, visites dans des lieus clés de son enfance, de sa vie estudiantine et de sa vie de prisonnier politique, Oscar montre à quel point la dictature a bouleversé la vie de la société chilienne.

Oscar Castro : de Santiago à Ivry, le théâtre comme survie, D’Ici, d’ailleurs, prod Zoé Varier, France Inter, 15.07.2015, 54’, récit portrait, interview, Radio

Zoé Varier reçoit Oscar Castro, metteur en scène chilien, opposant au régime d’Augusto Pinochet, arrivé en France en 1976. Il parle du Chili, de Salvador Allende, de Pablo Neruda, du coup d’État de Pinochet, du camp de concentration, de joie, de liberté, de théâtre, d’exil et de Pachamama, la déesse-Terre.

Retour sommaire

3 – CINEASTES CHILIENS EXILES EN FRANCE ET CHRIS MARKER

Une nouvelle génération de cinéastes chiliens s’attaque à la dictature d’un point de vue autobiographique. Depuis le coup d’État de 1973, le cinéma remplit un rôle fondamental de mémoire historique.

Chili, un état des lieux du cinéma face à la mémoire : 3ème partie, Amérique latine un état des lieux, prod. Michel Pomarède, France Culture, 26.07.2006, 1h30’, documentaire, radio

Troisième volet d’une matinée consacrée au cinéma en Amérique latine, ce documentaire traite de la manière dont les réalisateurs chiliens sur place ou en exil, ont mis en images leur pays sous la dictature de Pinochet. Images réelles et mentales. Avec la participation des réalisateurs Andres Wood, Gonzalo Justiniano, Pablo Perelman, Silvio Caiozzi, Orlando Lubbert et Patricio Guzman.

Elles sont loin les Amériques, réal Carlos de los Llanos, TF1, 03.09.1984, 55’, documentaire, télévision

A l’occasion du festival du cinéma latino-américain et ibérique qui s’est déroulé à Biarritz pendant l’été 1983, Guy Braucourt a rencontré de nombreux réalisateurs d’Amérique latine. Au cours d’entretiens croisés et entrecoupés de nombreux extraits de films, ces cinéastes parlent de la double origine de leurs civilisations (ibérique et indienne), des caractéristiques de leurs sociétés qu’on retrouve dans leurs films. Par ailleurs, certains d’entre eux évoquent leur exil en Europe et les rapports entre leur pays et l’occident.

Participent à cette émission : Ruy Guerra (Brésil), Raoul Ruiz, Luis Figueroa (Pérou), Miguel Littin (Chili), Antonio Skarmeta (Chili) Bruno Barreto (Brésil), Helvio Soto (Chili), Edouardo Calcagno (Argentine), Hugo Santiago (Argentine), Valeria Sarmiento (Chili) ainsi que la sociologue Véronique Flanet qui décrit la société mexicaine.

Helvio Soto
Cinéaste chilien (1930 – 2001) qui travaillait à la Télévision nationale du Chili. Le coup d’État militaire l’oblige à s’exiler en France.
Pour le cinéma, réal Pierre Mignot, TF1, 19.10.1975, 1h, magazine, interview, télévision

Magazine consacré au cinéma. Extraits de plusieurs films dont Il pleut sur Santiago avec l’interview du réalisateur Helvio Soto. Le film met en scène le coup d’Etat du 11 septembre 1973 au Chili, coup d’Etat déclenché par le message codé « il pleut sur Santiago », diffusé à la radio à l’initiative des putschistes, à destination des militaires.

Chili : salpêtre sanglant, Cinéma sans visa, réal Gérard Poitou, France 3, 27.05.1982, 30’, magazine, débat ; télévision

Débat autour du film Salpêtre sanglant réalisé en 1969 par Helvio Soto, avec la participation du réalisateur lui-même et celle de Jacques Chonchol, ingénieur agronome et homme politique chilien. Le film raconte un épisode de la guerre du Pacifique qui, de 1879 à 1884, vit le Chili affronter le Pérou et la Bolivie.

Chili : vote+fusil, Cinéma sans visa, réal Gérard Poitou, France 3, 28.07.1983, 52’, magazine, débat, télévision

Présentation du film Vote + fusil réalisé par Helvio Soto à l’époque de l’Unité populaire. Le cinéaste, invité sur le plateau, parle des conditions de réalisation, du film, de l’historique de la gauche au Chili, de son engagement politique. Autre invitée, Carmen Castillo qui défend encore aujourd’hui les positions du M.I.R qui soutenait à l’époque le gouvernement Allende. Alain Touraine, sociologue français, tente de dégager les grandes tendances permettant de comprendre l’arrivée au pouvoir et la chute de l’Unité populaire. Flora Lewis, journaliste américaine, rappelle les réactions de l’opinion publique américaine et française aux évènements du Chili.

Patricio Guzman

Cinéaste né 1941 au Chili, connu pour ses nombreux documentaires sur l’histoire de son pays. Forcé à s’expatrier en 1973, il réalise dans les années 1970 La Bataille du Chili, une trilogie documentaire pour laquelle il collabore avec Chris Marker. Il vit actuellement en France.

La Mémoire obstinée, Les Mercredis de l’Histoire, réal Patricio Guzman, Arte, 19.11.1997, 56’, documentaire, télévision

Après 23 ans d’exil, le cinéaste Patricio Guzman retourne au Chili avec l’intention de montrer, enfin, à ses amis et aux jeunes  La Bataille du Chili, film qu’il réalisa en 1973, et qui retraçait l’histoire de l’Unité Populaire jusqu’au coup d’Etat du 9 septembre. Ce documentaire, composé de nombreux témoignages, illustrés par des documents d’archives, dresse, entre le souvenir douloureux des anciens combattants et la méconnaissance des faits d’une jeune génération, un état de la mémoire collective chilienne.

Le Cas Pinochet, réalisation Patricio Guzman, Canal +, 16.10.2002, 1h50’, documentaire, télévision

Documentaire qui retrace le processus judiciaire qui a amené à l’arrestation du général Pinochet.

La Bataille du Chili, réalisation Patricio Guzman, Planète, 06.09.2003, documentaire série

Film réalisé en 1973, neuf mois avant le coup d’État militaire au Chili. Ce documentaire montre les événements qui ont fait basculer le Chili d’Allende à Pinochet. Il est constitué de trois parties : L’Insurrection de la bourgeoisie 1975, Le Coup d’État militaire, 1977, et Le Pouvoir populaire , 1979. La troisième partie n’a jamais été diffusée à la télévision.

Témoignages autour du procès Pinochet, réal Patricio Guzman, Histoire, du 8 au 12.09.2003, documentaire, série, télévision

Série documentaire présentée par Bruno Patino et réalisée à partir des rushes du film Le Cas Pinochet de Patricio Guzman. La série est basée sur les témoignages de victimes de la dictature du général Augusto Pinochet qui dirigea le Chili de 1973 à 1990. Ces témoignages parlent de l’impact d’une dictature violente sur la population chilienne qui a dû subir des années de répression et les arrestations ou disparitions organisées par la police militaire du régime.

Elle comprend cinq parties : Loyauté, La famille, La jeunesse, La justice et Le présent.

Patricio Guzman, une histoire chilienne, réalisation Catalina Villar, Histoire, 15.10.2004, 53’, documentaire, récit portrait, télévision

Rencontre avec le cinéaste chilien Patricio Guzman à l’occasion de la présentation à Paris de son documentaire Le Cas Pinochet. Il revient sur son parcours de documentariste, ses méthodes de travail, les rapports de la mémoire à l’histoire en  commentant les images de ses films qui ont raconté l’histoire du Chili depuis trente ans, et en particulier La Bataille du Chili, tourné pendant la présidence d’Allende jusqu’au coup d’Etat militaire.

Patricio Guzman, Affinités électives, prod Francesca Isidori, France Culture, 15.09.2005, 58’, interview, radio

Entretien avec Patricio Guzman, cinéaste chilien dont le travail est intimement lié à l’histoire de son pays. Patricio Guzmán est né le 11 août 1941 à Santiago de Chili. A l’université de Santiago, il étudie la philosophie, le théâtre et le cinéma. En 1969, il obtient son diplôme de réalisateur à l’Ecole officielle de l’art cinématographique de Madrid. Durant la période du pouvoir de Salvador Allende, il réalise plusieurs documentaires. Suite au coup d’Etat, il est arrêté et emprisonné pendant quinze jours au Stade National, avant de quitter le Chili et de poursuivre son travail contre l’oubli et l’injustice.

Salvador Allende, Grand format, réal Patricio Guzman, Arte, 10.09.2007, 1H40’, documentaire, récit portrait, télévision

Documentaire. Portrait du président chilien Salvador Allende (1908- 1973), renversé par un coup d’Etat militaire et qui se suicida. Un portrait fervent et documenté du président socialiste, porteur, selon le cinéaste, de la dernière utopie du XXe siècle : une révolution démocratique

Spéciale Cannes : Patricio Guzman, production Marie Richeux, France Culture, 16.05.2011, interview, radio 

Interview en 5 parties. A l’occasion du Festival de Cannes, Marie Richeux s’entretient avec le cinéaste chilien Patricio Guzman qui poursuit son analyse de l’histoire récente du Chili, notamment à travers son dernier documentaire Nostalgie de la lumière.

La Bobine Kodak de Patrizio Guzman, Les Objets, prod Sophia Aouine, France Culture, 08.08.2011, 5’, chronique, interview, radio

Patrizio Guzman, cinéaste chilien, présente un objet qui lui évoque des souvenirs : la bobine Kodak et l’histoire des pellicules offertes en 1973 par le cinéaste français Chris Marker qui lui ont permis de continuer la réalisation de son film La Bataille du Chili.

Amérique latine, la fin d’une époque, Géopolitis, réal Urbain Husher,  TV5Monde, 14.01.2018, 15’, magazine, télévision

Magazine présenté par Marcel Moine et consacré à l’Amérique latine en pleine mutation politique à travers le regard de l’invité Patricio Guzman, cinéaste chilien expatrié à Paris.

Raul Ruiz
À la suite du coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili, Raul Ruiz s’exile en France où il finit par prendre la nationalité française. Peu de temps après son arrivée à Paris, le cinéaste rejoint le service de la recherche de l’Ina. L’Ina  produit ainsi plusieurs de ses premiers films réalisés en France. En 1986, il est nommé, par Jack Lang, à la tête de la Maison de la culture du Havre.
Raul Ruiz,  Le Cinéma des cinéastes, production Claude Jean Philippe, France Culture, 06.05.1979, 50’, magazine, interview, radio

Raul Ruiz est l’invité de Claude Jean Philippe, Caroline Champetier et Bernard Pierre Donnadieu à l’occasion de la sortie à Paris de son film L’Hypothèse du tableau volé.  Il raconte comment il est devenu cinéaste, ses origines, ses études. Il parle de son film La Contradiction, de l’humour noir des Chiliens, de l’influence de la culture française au Chili, et des films qu’il a réalisés en France, Dialogue d’exilés, La Vocation suspendue, L’Hypothèse du tableau volé. Il parle de Jorge Luis Borges, de son goût pour le jeu, de ce qu’il recherche dans ses films, de son travail avec Henri Alekan pour un film sur le Château de Chambord.

Lettre d’un cinéaste Raul Ruiz, Cinéma cinémas, réal Raoul Ruiz, Antenne 2, 06.04.1983, 15’, documentaire, reportage, télévision

Le cinéaste Raul Ruiz est retourné dans sa ville natale, Santiago du Chili, et en a rapporté un film tourné en super 8 : Le Retour d’un amateur de bibliothèques. A travers la quête d’un mystérieux livre à la couverture rose, Raul Ruiz effectue une balade dans la ville de Santiago et dans ses faubourgs, dans sa maison natale et chez des amis retrouvés. En filigrane, le coup d’Etat de septembre 1973 et le régime d’Augusto Pinochet.

Raul Ruiz, Les Mardis du cinéma, Ces Etrangers qui font la France, prod Claude Liscia, France Culture, 30.04.2004, 1h31’, documentaire

Portrait de Raul Ruiz, cinéaste chilien, avec des spécialistes de son cinéma, Benoit Peeters, écrivain, scénariste de bandes dessinées, Alain Rimoux, comédien et Pascal Bonitzer, critique aux Cahiers du Cinéma.

Carmen Castillo
Ecrivaine et cinéaste française d’origine chilienne. Le 5 octobre 1973, son compagnon Miguel Enríquez, le leader du Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR), est abattu par un commando de militaires. Au cours de l’attaque, Carmen Castillo, enceinte, est grièvement blessée. Sous la pression internationale, elle est expulsée du Chili vers l’Angleterre où elle perdra son bébé quelques mois plus tard. Elle s’installe définitivement en France, en 1976.
Carmen Castillo, ‘Strophes, prod Bernard Pivot, Antenne 2, 15.02.1988, 14’, magazine, interview, télévision

Bernard Pivot reçoit Carmen Castillo pour son récit autobiographique Ligne de fuite. Elle y raconte le séjour de quelques semaines qu’elle a effectué au Chili après plusieurs années d’exil en Europe. Elle parle notamment de la honte d’être une survivante, de son mari et de ses amis qui ont été torturés et tués par les sbires du général Pinochet, de la mémoire déformée de ses compatriotes, de « la férocité des souvenirs » qui détruit tout espoir de vivre le présent, de l’accueil de sa famille, de son identité partagée entre son pays de naissance et celui qui l’a recueillie…

La Flaca Alejandra, réal Carmen Castillo, France 3, 27.02.1994, 1h, documentaire, télévision

Il y a vingt ans au Chili après le coup d’état militaire les militants du MIR, mouvement de la gauche révolutionnaire passé dans la clandestinité, sont traqués par la DINA, la police politique de Pinochet. Nombre d’entre eux sont arrêtés et torturés ; parmi eux Marcia Merino, dite la Flaca Alejandra qui, en livrant ses camarades, deviendra le symbole de la trahison. Parallèlement Carmen Castillo, également militante, est expulsée vers la France après l’assassinat de son compagnon, Miguel Enriquez, dirigeant du MIR. Avec le retour de la démocratie Marcia Merino réapparaît et en 1992 devant la Commission des Droits de l’Homme demande publiquement pardon ; en 1993 elle rencontre Carmen Castillo, de cette rencontre naitra ce documentaire.

Carmen Castillo et Mahamat Saleh Haroun, Des Mots de minuit, réal Pierre Desfons, France 2, 09.10.2002, 1h32’, magazine, interview, télévision

Philippe Lefait reçoit Carmen Castillo, écrivain, réalisatrice et militante de la gauche chilienne, à l’occasion de la sortie de son livre Santiago-Paris, le vol de la mémoire, coécrit avec sa mère Monica Echeverria, et Mahamat-Saleh Haroun, réalisateur.

Rue Santa Fe : De défaite en défaite jusqu’à la victoire finale, Grand format, réal Carmen Castillo, Arte, 07.02.2009, documentaire, télévision

Le 5 octobre 1974, quelques mois après le coup d’Etat du général Pinochet à Santiago de Chili, Miguel Enriquez, dirigeant du MIR (Movimiento de la izquierda revolucionaria), est retrouvé mort dans sa maison Calle Santa Fe. Carmen Castillo, sa compagne de l’époque fût gravement blessée. Aujourd’hui, elle retourne à Santiago du Chili à la recherche de souvenirs, de témoignages pour mieux comprendre ce qui s’est passé et voir si l’engagement des militants du MIR a été utile pour le pays. Elle retrouve des habitants du quartier de la rue Santa Fé, sa famille, d’anciens militants et amis pour savoir comment eux-mêmes ont vécu ou vivent encore cette époque. Commentaire de la réalisatrice sur images d’archives de la télévision chilienne et française en alternance avec les témoignages des personnes qu’elle rencontre.

Chris Marker
Chris Marker a participé, avec de nombreux cinéastes chiliens (cités précédemment), directement ou indirectement au processus de production des films suivants : La Batalla de Chile (Patricio Guzmán, 1975, 1977, 1979), On vous parle du Chili, ce que disait Allende (1973) ; Septembre chilien (1973, de Bruno Muel et Théo Robichet), La Spirale (1976) et Le Fond de l’air est rouge (1977).
Compañero Presidente, Plein cadre, réal Chris Marker, Miguel Littin, 1ère chaîne, 21.09.1973, 14’, magazine reportage, télévision

Conversation en espagnol et filmée en janvier 1971 par le cinéaste chilien Miguel Littin et le français Chris Marker, entre Régis Debray, écrivain et philosophe français, compagnon de route de Che Guevara, et le Président chilien Salvador Allende, assassiné 10 jours avant la diffusion du document. Interview en alternance avec des images d’archives ou des photos des affrontements entre la population et les forces armées, de discours de Salvador Allende devant la foule. Salvador Allende évoque son peuple, la situation économique de son pays, l’anti-impérialisme et la nationalisation des richesses, la révolution, le socialisme, le rôle de l’armée. L’interview s’achève sur une question prémonitoire concernant son éventuel assassinat.

La Solitude du chanteur de fond, réalisation Chris Marker, France 3, 11.01.1976, 59’, documentaire, télévision

Le 12 février 1974, Yves Montand était triomphalement acclamé à la suite d’un one man show donné au profit des réfugiés politiques fuyant le Chili de Pinochet. Chris Marker filme cette prestation mais il nous montre surtout la difficile préparation en solitaire de l’acteur. Cela fait près de dix ans que Montand n’a pas fait de scène, et, en Normandie où il prépare sa rentrée, Chris Marker le retrouve avec sa caméra.

Le montage mêlant répétitions et extraits du One man show, est coupé de courts extraits de films (Z, L’Aveu, Etat de siège), de Montand sur la scène américaine dans les années 50, d’interviews de Montand sur le Chili, sur l’engagement politique, sur les femmes et ses chansons. On peut aussi voir la complicité qu’entretient Montand avec son pianiste Bob Castella. Il chante Le Chant des partisans pour la première fois sur scène.

Le Fond de l’air est rouge, Grand format, réalisation Chris Marker, Arte, 31.05.1996, 3h, documentaire, document à base d’archives, télévision

Ce film documentaire est composé de deux parties (Les Mains fragiles et Les Mains coupées). Il retrace les événements politiques et sociaux qui ont marqué les années 60 et 70. La version présentée par ARTE a été réalisée en 1988, à partir de la version originale de 1977, plus longue. Il s’agit d’un montage d’archives et d’extraits de films.

[Résumé producteur] De Che Guevara à Rudi Dutschke, de Lénine à Mao, de Charonne à la rue de Gay-Lussac, de Cuba à Santiago, Le Fond de l’air est rouge retrace la montée puis la retombée des utopies révolutionnaires dans les années 60 et 70. Extraordinaire montage d’archives, ce film culte de Chris Marker est inédit sur les chaînes hertziennes françaises depuis sa sortie en 1977.

Retour sommaire

4 – L’AFFAIRE PINOCHET (16 octobre 1998 – 04 mars 2000) et la réaction de la communauté chilienne en France

« C’est au cours de cette affaire que les Chiliens exilés à l’étranger apparurent sur la scène médiatique. » (Bail, 2004)

Manif anti Pinochet Niort : Londres, 20 heures le journal, journaliste Christophe Vallambras, France 2, 24.10.1998, 02’, journal télévisé, reportage

Reportage. Une soixantaine d’exilés chiliens vivant dans la région de Niort sont allés protester à Londres devant les fenêtres de la clinique où est retenu le général Augusto Pinochet. Ils souhaitaient ainsi manifester leur soutien à la demande d’extradition vers l’Espagne établie par un juge qui enquête sur la disparition d’Espagnols au Chili au temps de la dictature. Images factuelles. Photos de disparus. Interviews de deux réfugiés chiliens.

Commentaire d’un exilé chilien, Inter soir 19h00, France Inter, 28.10.1998, 55’’, journal parlé, radio

Marco Antonio Enriquez Espinosa dont le frère a été assassiné sous Pinochet, commente l’invalidation du mandat d’arrêt d’Augusto Pinochet, détenteur d’un passeport diplomatique qui lui confère une immunité, prononcée par la Haute Cour de justice britannique. Il estime que la Grande-Bretagne fait passer la raison d’Etat et ses intérêts économiques au Chili avant la justice

Fête à Paris / Pinochet, 13 heures le journal, journaliste Agnès Gardet, France 2, 26.11.1998, 02’, journal télévisé, reportage, télévision

A Paris, des réfugiés chiliens ont célébré l’annonce faite par la chambre des Lords de la validation de l’arrestation d’Augusto Pinochet. Ils s’étaient donné rendez-vous à la Mairie du XIXème arrondissement.

Pinochet : explication procédure, 20 heures le journal, journaliste Etienne Leenhardt, France 2, 10.12.1998, 01’52’’, journal télévisé, reportage, télévision

Reportage. La décision du Ministre de l’intérieur britannique d’extrader Augusto Pinochet vers l’Espagne est hautement symbolique en ce jour de commémoration du 50ème anniversaire de l’adoption de la Déclaration des droits de l’homme. Les procédures s’engagent sur le terrain judiciaire et le juge espagnol Baltasar Garzon vient de publier, aujourd’hui jeudi 10 décembre, l’acte d’inculpation contre le sénateur chilien Pinochet. A Londres, Amnesty International organisait une manifestation en hommage aux 3 000 victimes de la dictature chilienne en déposant des œillets blancs devant le ministère de l’intérieur tandis que des partisans de l’ancien dictateur défilaient dans les rues londoniennes. Images factuelles. Interviews de David Medhurst, avocat, spécialiste de l’extradition et de Carlos Reyes, exilé chilien.

Réaction communauté chilienne/France, 13 heures le journal, journaliste Ilana Moryoussef, France 2, 15.04.1999, 01’32’’, journal télévisé, reportage, télévision

Le ministre britannique de l’intérieur, Jack Straw, a autorisé la poursuite de la procédure d’extradition du général Augusto Pinochet engagée par l’Espagne. Réactions des ressortissants chiliens vivants en France.

Réaction de la femme chilienne/bordeaux, 13heures le journal, journaliste Caroline Pham, France 2, 09.08.2000, 01’35’’, journal télévisé, reportage, télévision

En France, à l’annonce de la levée de l’immunité parlementaire du général Pinochet, la réaction de la communauté chilienne oscille entre joie et doute. Augusto Pinochet sera-t-il vraiment jugé ? A Bordeaux, la veuve d’une victime du dictateur et le président du collectif Chili de Gironde n’osent y croire.

5 – SUJETS CONNEXES

Les Révolutionnaires, Apostrophes, réal Robert Kahane, Antenne 2, 19.09.1975, 1h05’, magazine, télévision

Alors qu’à Madrid cinq révolutionnaires espagnols viennent d’être condamnés à mort, qu’à San Francisco la police a arrêté Patricia Hearst, qu’au Tchad Françoise Claustre est toujours détenue, Bernard Pivot propose une émission consacrée aux révolutionnaires, en compagnie d’écrivains engagés.

Raymond Abellio présente son livre Les Militants, Régis Debray évoque son premier roman L’Indésirable, sur l’engagement révolutionnaire en Amérique Latine, Olivier Todd, auteur de Les Canards de Ca Mao, Natacha Michel auteur du livre La Chine européenne, Jean-Paul Dolle, auteur du roman Le Myope, sur les révolutionnaires communistes, Gilles Lapouge, auteur du livre Le Bref été de l’anarchie : la vie et la mort de Buenaventura Durruti, Hubert Juin parle des mémoires de Pablo Neruda publiées sous le titre J’avoue que j’ai vécu et enfin Gilles Lapouge, auteur de Le Mexique insurgé.

L’émission est ponctuée par les images de Jacques Seguy des obsèques de Pablo Neruda, le 23 septembre 1974 au Chili.

Photojournalisme 1967-1977, Zig Zag, réalisation Michel Pamart, Antenne 2, 30.01.1978, 30’, magazine, interview, télévision

A l’occasion d’une exposition réalisée par Pierre de Fenoyls au Fonds National de la Photographie, cette émission tente de définir ce qu’est le photojournalisme avec la contribution de trois photographes, Raymond Depardon, Jean Ker et Jean Gaumy. L’émission est illustrée de quelques reportages et clichés.

Juillet 73, avant le coup d’Etat militaire à Santiago du Chili : images d’un reporter de la télévision suédoise, Leonardo Henrichsen, filmant sa propre mort. Réaction de Raymond Depardon.

Le Chili, Voix du silence, prod Antoine Spire, France Culture, 27.10.1984, 29’, magazine, radio

Suite d’entretiens sur le Chili depuis le coup d’Etat d’Augusto Pinochet, sur la situation des intellectuels, sur la répression et les espaces de liberté, de lutte. Avec la participation de Jacques Chonchol, ancien ministre de l’agriculture de Salvador Allende, d’Eduardo Carrasco, membre du groupe de musique Quilapayun, de Pedro Miras, philosophe chilien, qui évoque la répression qui s’est abattue sur les intellectuels chiliens après le coup d’Etat, de Solédad Bianchi, sociologue, qui parle de la littérature chilienne, d’Oscar Castro, comédien, qui présente le troupe de théâtre Aleph et parle du théâtre chilien en général, et de Carmen Castillo, cinéaste, qui défend les femmes au Chili et parle de l’exil.

Si toutes les femmes du monde…, France Culture, 18.07.1989, 1h, documentaire, radio

Résumé producteur : « Du Sénégal, de l’Inde, d’Egypte ou du Chili, elles sont venues des 4 coins de la planète crier leur espérance et leur souffrance. Le congrès de la Fédération Internationale des Droits de l’homme a ainsi été l’occasion pour les porte-parole des femmes du monde entier de se rencontrer et de réfléchir à l’articulation indispensable entre les luttes de leur peuple pour la libération et leur combat spécifiquement féminin. »

Parmi les invitées, Hortensia Allende, femme du Président chilien Salvador Allende, qui parle du rôle des femmes avant, pendant et après le coup d’Etat, dans le processus démocratique, du machisme, de la femme chilienne comparée à celle d’Amérique latine, des droits obtenus, de son retour au Chili et de son rôle à venir.

Chili : la caravane de la mort, Reporters, journalistes José Maldavsky, Gonzalo Arijon, La 5, 15.12.1989, 10’, magazine, télévision

Reportage consacré à la caravane de la mort, escadron de la mort qui sillonna le Chili du 30 septembre au 22 octobre 1973, et fut dirigé par Sergio Arellano Stark. Une centaine de syndicalistes et de dirigeants de gauche sont enlevés, détenus puis exécutés. 16 ans après, des militaires témoignent. Les femmes de Calama cherchent toujours leurs morts.

Interviews du commandant Efrain Jana, du capitaine Juan Villalobos, de Carmen Hertz, femme d’une des victimes, de Carlos Oviedo, évêque de la région au moment du massacre, des femmes de Calama, du Major Fernando Reveco, ancien président de la cour martiale de Calamaca à l’époque des faits.

Entretien avec le juge Guzman, réalisation Rodrigo Vazquez, Histoire, 06.09.2003, documentaire, interview, télévision

Depuis 1998, le juge Guzman est le magistrat chilien chargé d’enquêter sur les exactions et les crimes commis sous la dictature du général Pinochet. Dans cet entretien, enregistré à Santiago le 21 mars 2002, il évoque les difficultés de son travail, liées à l’histoire de son pays et à la réputation jusqu’alors impeccable dont bénéficiait l’armée. Devant l’incrédulité de l’opinion publique, il insiste sur le fait que seulement quelques militaires se sont rendus coupables de crimes. Le 1er juillet dernier, la cour suprême chilienne a mis un terme à la procédure judiciaire mettant en cause le général Pinochet dans l’affaire de la caravane de la mort, en 1977.

Escadrons de la mort : l’école française, Lundi investigation, réal Marie Monique Robin, Canal +, 01.09.2003, 59’, documentaire, télévision

Enquête de Marie Monique Robin sur le rôle de la France dans la genèse et le maintien des dictatures sud-américaines des années 60 à 70.

A partir de 1960, des militaires français ont été envoyés en mission en Amérique du Sud pour former les dictateurs sud-américains aux techniques d’interrogatoire, de torture et d’élimination de témoins. La bataille d’Alger devint le modèle de lutte par excellence contre la guerre subversive.

Antoine Bonfanti, traces sonores d’une écoute engagée, réal Suzanne Durand, TV5 France Belgique Suisse, 21.05.2003, 55’, documentaire, télévision

De Godard à Resnais en passant par Chris Marker, Antoine Bonfanti, chef-opérateur de talent, a travaillé avec les plus grands. Il est aussi un fervent militant du cinéma engagé.

Professeur au sein de l’INSAS à Bruxelles, il a formé plusieurs générations d’ingénieurs du son à travers le monde, de Cuba en Angola, en passant par tous les pays où faire du cinéma relève d’un combat.

Chili, les héros sont fatigués, La Vie en face, réalisation Marco Enriquez, Arte, 12.09.2003, 53’, documentaire, télévision

Fils d’un révolutionnaire assassiné sous Pinochet, Marco Enriquez-Ominami examine les méandres de la politique chilienne en s’entretenant avec les anciens compagnons de son père qu’il n’a jamais connu. Certains sont aujourd’hui au pouvoir. S’il exprime quelques réserves sur le passé extrémiste de son père, il n’en reste pas moins dépité par l’attitude de cette nouvelle gauche qui, en accédant aux plus hautes responsabilités, s’est acoquinée avec les ennemis du passé.

Ce documentaire, commenté off, est illustré par de nombreuses images d’archives.

Le Chili invisible d’aujourd’hui, Surpris par la nuit, prod Carmen Castillo, France Culture, 7 et 8.06.2005, 1h29’, magazine, documentaire, radio

Série de deux émissions consacrées au Chili. La 1ère émission rend hommage à Miguel Enriquez, opposant chilien, mort au combat le 5 octobre 1974. La seconde émission est un voyage qui nous mène de la prison de haute sécurité, la CAS, aux témoignages de femmes survivantes.

Un diplomate français à Santiago (1973-1976), réal Patricio Paniagua, TV5MONDE, 07.09.2009, 1h, documentaire, télévision

Documentaire consacré à Roland Husson, conseiller culturel à l’ambassade de France à Santiago du Chili entre 1973 et 1976 alors que la guerre civile secouait le pays et qui protégea des artistes chiliens contre le régime militaire.

Témoignages de Roland Husson, ancien conseiller culturel au Chili, Michelle Bachelet, Présidente de la République du Chili, Jean Noël de Duillante de Lacoste, ancien diplomate, Françoise de Menton, femme de l’ambassadeur, Oscar Castro, directeur du théâtre Aleph, Gaspar Galaz, sculpteur, Elsa Poblete, comédienne, Patricia Souper, professeur d’université, Guillermo Nunez, peintre, Roser Bru, peintre, Gustavo Meza, metteur en scène, Francisco Brugnoli, directeur du Musée d’art contemporain, Gonzales Robles, comédien, José Balmes, peintre, Michel Bourguignat, ancien peintre, José Valenzuela et Domingo Rojas.

Santiago, ce 11 septembre, Là-bas si j’y suis, prod Daniel Mermet, France Inter, 11.09.2013, 50’, magazine, reportage, interview, radio

Magazine d’actualités sociales. Aujourd’hui, Daniel Mermet s’entretient avec Armand Mattelart, chercheur et Bruno Muel, réalisateur du documentaire Septembre chilien, filmé à Santiago, quelques jours après le coup d’Etat du 11 septembre 1973. L’émission est ponctuée d’extraits du film et d’un reportage de Claire Martin à Santiago au cœur de la manifestation, le 08 septembre.

Les Soldats de l’information, Le Siècle des journalistes, réal Bruno Lorvao, Toute l’Histoire, 03.05.2015, 55’, documentaire

Série documentaire en trois parties. Ce premier volet est consacré aux soldats de l’information, les journalistes qui couvrent les conflits des années 70-80 et rendent compte des clivages de la société dans le monde divisé en deux blocs de la guerre froide. Le commentaire alterne images d’archives, de reportages, de photos, en alternance avec les témoignages de journalistes qui ont exercé durant cette période.

Chapitre 1 : Révolution, Régis Debray : itinéraire d’un candide, Le Documentaire culturel, réal Yannick Kergoat, Arte, 18.05.2016, 55’, documentaire, télévision

Premier chapitre d’un documentaire autobiographique en deux parties consacré à la figure de Régis Debray, écrivain et intellectuel engagé. Dans ce premier chapitre, évocation de ses années « révolutionnaires » de 1960 à 1973, à l’aide d’images d’archives et d’extraits de films alternant avec les témoignages de ses proches.

Désirée et Alain Frappier, Paso doble, Le Grand entretien de l’actualité culturelle, prod Tewfik Hakem, France Culture, 24.02.2017, 20’, interview, radio

Tewfik Hakem reçoit Désirée Frappier, journaliste et écrivaine, et Alain Frappier, peintre, graphiste et illustrateur pour leur roman graphique Là où se termine la Terre aux éditions Steinkis.

Ce roman raconte l’histoire de l’élection de Salvador Allende du point de vue d’un jeune militant révolutionnaire chilien, Pedro Atias, qui a dû s’exiler en France après le coup d’Etat militaire de Pinochet.

Retour sommaire

6 – PARCOURS A TRAVERS LES FONDS : autour de l’œuvre du réalisateur Raoul Ruiz, cinéaste franco chilien (1941-2011)

A la suite du coup d’Etat du 11 septembre 1973 au Chili, Raoul Ruiz s’exile en France où il finit par prendre la nationalité française. Peu de temps après son arrivée en France, le cinéaste rejoint le service de la recherche de l’Ina. L’Ina  produit ainsi plusieurs de ses premiers films réalisés en France

TELEVISION

Adaptations d’œuvres de Pierre Klossowski pour la Collection Camera je, TF1, production INA :

  • La Vocation suspendue, 27 juillet 1978
  • L’Hypothèse du tableau volé, 30 aout 1979

Reportages :

  • Ombres chinoises, Juste une image, Antenne 2,01 novembre 1982
  • Classification des plantes, Botaniques, Antenne 2, 29 aout 1982

Pour la collection Expressions, TF1 :

  • Des Formes et des couleurs, 18 avril 1980
  • Image de sable, 26 juin 1981

Fiction/Créations audiovisuelles :

  • De grands événements et des gens ordinaires, Antenne 2, 07 novembre 1983
  • Alice transit : Voyages d’une main, INA nuits d’été, TF1, 18 juillet 1984
  • Le Domaine perdu, Canal +, 19 septembre 2006, long métrage

Court métrages :

  • Le Film à venir, Kinociné. Court circuit, Arte, 18 août 1997
  • Le Colloque des Chiens, Courts particuliers, Paris Première, 16 février 2002
  • Querelles de jardins, Botaniques, Antenne 2, 05 septembre 1982

Téléfilms :

  • La Présence réelle, FR3, 03 juillet 1984, Thématique théâtre
  • Voyage d’une main, L’Inaperçu, Antenne 2, 06 juillet 1987, Thématique fantastique
  • L’Ile aux Merveilles de Manoël, Chaine non déterminée, 01 janvier 1989, téléfilm en deux partie : « Le pique- nique des rêves » et « Les destins de Manuel », Thématique fantastique
  • Les Mystères de Lisbonne, Arte, 19 et 20 mai 2011, série en 6 épisodes

Documentaires :

  • Petit manuel d’histoire de France, Rue des archives, FR3, 23 septembre 1979,
  • Le Jeu de l’oie : une fiction didactique à propos de la cartographie, Zig Zag, Antenne 2, 17 septembre 1980
  • L’Or gris, Antenne 2, 01 janvier 1981, documentaire en 2 parties
  • Les Divisions de la nature : quatre regards sur le château de Chambord, Un homme un château, Antenne 2, 12 aout 1981
  • Lettre d’un cinéaste Raul Ruiz, Cinéma cinémas, Antenne 2, 06 avril 1983
  • Chronique d’une mise en scène, Classic opéra, Mezzo, 16 septembre 2006

Documentation écrite

Communiqués, dossiers et articles de presse, filmographies et biographies des réalisateurs, scripts et synopsis, continuitées dialoguées, textes de traductions, de sous titres, génériques, fiches techniques, photos, droits d’auteur, correspondances et programmes de manifestations dans lesquelles ils sont diffusés…

Archives :

Dossiers de presse : 1980 – 1989, Fonds INA : productions DPCR, archives institutionnelles

Programmes audiovisuels co produits par l’INA (9), Fonds INA : SDEC

Antenne 2 : 1983 (2), Fonds Ina : productions et coproductions INA

Cinéma (1), Fonds Arte : cinéma

Monographie :

 L’année du cinéma 1999

Périodique :

L’Histoire à la télévision, Dossiers de l’audiovisuel, 1 mars 1989

Retour sommaire

ARGENTINE

Le coup d’Etat du 24 mars 1976, le terrorisme d’Etat, la solidarité française et les artistes en exil en France

1 – L’ARGENTINE AVANT LE COUP D’ETAT

Le Retour de l’exilé, Plein Cadre, jou Pascal Michel, 1ère chaine, 17.11.1972, 10’, magazine, reportage, télévision

Ce reportage retrace la carrière politique de Juan Domingo Perón, ancien Président de la République argentine (1946 – 1955). Quelques mois avant les élections présidentielles en Argentine, interview, en espagnol traduite en voix off, de Juan Domingo Perón, militaire et homme politique, en exil à Madrid. Il parle de sa politique économique, de la situation en Argentine, des conditions de son retour, du fascisme, de la jeunesse et de l’avenir.

Des images d’archives illustrent son accession au pouvoir en 1946, au côté de sa femme Eva Perón, décédée en 1952, sa destitution par un putsch, diverses manifestations et rassemblements populaires, les 8 présidents qui lui succèdent, sa villa madrilène, sa troisième femme Isabel et le régime militaire.

Montoneros : une histoire argentine, Grand format, réal Frédéric Compain, Arte, 23.04.1999, 01h34’, documentaire, télévision

Ce documentaire propose une analyse de l’histoire récente de l’Argentine à travers une enquête sur les Montoneros, mouvement armé de la jeunesse péroniste. Une réconciliation entre deux ennemis d’hier est au cœur de ce documentaire : Rodolfo Galimberti, ancien responsable des Montoneros, qui devient, en 1996, associé d’une entreprise de marketing, avec l’homme d’affaires Jorge Born qu’il avait enlevé et séquestré en 1974.

Outre les interviews des deux hommes, le documentaire propose des témoignages d’anciens Montoneros et d’intellectuels. Construit comme une enquête policière, s’appuyant sur de nombreuses images d’archives, il évoque la figure de Juan Perón et la douloureuse histoire de l’Argentine dont l’impact sur la mémoire du pays se traduit par un « consensus du silence », un pardon qui s’apparente à l’oubli et à l’amnésie.

Buenos Aires : chronique d’une cité, Festival International de Films de Femmes 1990. Films, réal Carmen Guarini, Divers fonds vidéo, 06.04.1990, 50’, documentaire, télévision

Ce film (en espagnol) retrace les luttes menées par les occupants de ces poches de pauvreté pour éviter la destruction de leurs maisons dans les bidonvilles. En 1976, le régime militaire décide leur élimination. Près de 200 000 personnes sont expulsées de la ville. Après avoir été déplacés, maltraités, elles se réinstallent et assistent à l’arrivée dans le bidonville d’une population issue de plus en plus des couches moyennes. Alternance de témoignages des victimes.

A la mémoire des oiseaux, Festival International du Film de Femmes 2003. Films non sélectionnés, réal Gabriela Golder, Divers fonds vidéo, 08.04.2003, 20’, documentaire

[Source FIFF] Année 1976. La dictature militaire s’installe en Argentine et avec elle le terrorisme d’Etat. J’avais cinq ans. La terreur a persisté jusqu’en 1983.

Retour sommaire

2 – LE COUP D’ETAT DU 24 MARS 1976

Situation en Argentine, TF1 Actualités Dernière, jou Michel Badaire, TF1, 23.03.1976, 01’15’’, journal télévisé, télévision

Reportage consacré à la situation politique en Argentine où le meurtre politique devient un acte courant. Une réunion d’urgence a été organisée, hier soir, par la Présidente, Isabel Perón, avec ses ministres et les différents chefs de son armée. Isabel Perón annonce un coup d’Etat militaire pour demain.

Le général José Embrioni, maire de Buenos Aires, a donné sa démission. Les partis politiques sont en alerte. Le programme des militaires : dissolution du parlement, loi martiale et rétablissement de la situation économique.

Commentaire sur des images d’archives au moment du coup d’Etat à Buenos Aires, ambulance emmenant un corps, allocution (muet) d’Isabel Perón entourée de chefs militaires, des soldats courant dans la rue, groupes de civils dans la rue.

Argentine, TF1 Actualités 13H, jour Michel Badaire, TF1, 24.03.1976, 01’42’’, journal télévisé, télévision

Illustration du coup d’Etat militaire qui porte le général Jorge Videla à la présidence de la République, après mise en détention d’Isabel Perón. Retour sur le parcours d’Isabel Perón.

Argentine : renversement J. Perón Videla (serment), TF1 Actualités 20H, TF1, 24.03.1976, journal télévisé, télévision

 Après le coup d’État dirigé par une junte de militaires et attendu depuis des semaines, la Présidente Isabel Perón a été arrêtée loin de Buenos Aires. C’est la fin du péronisme. La junte militaire a commencé par rétablir la censure, interdire la circulation fluviale et aérienne, instituer la peine de mort pour les responsables d’attentat et suspendre les droits syndicaux. Le contrôle de la CGT péroniste a été institué, le parti communiste argentin a été cerné par un détachement militaire et toutes les activités politiques ont été suspendues. Les Etats-Unis continuent d’entretenir des relations diplomatiques normales avec l’Argentine et, selon le porte-parole du département d’Etat, le problème de la reconnaissance du nouveau régime ne se pose pas.

Diffusion d’un reportage « Argentine : renversement Perón » qui retrace brièvement la carrière d’Isabel Perón.

Discours de Jorge Videla, commandant général de l’armée de terre argentine, qui a prêté serment ce matin.

Putsch militaire en Argentine, Inter actualités de 13H00, jour Ralph Pinto, France Inter, 24.03.1976, 2’, journal parlé, radio

Ralph Pinto, en plateau, revient sur les circonstances du coup d’Etat mené par les militaires en Argentine. Les militaires doivent, à présent, faire face à la corruption, à la guérilla urbaine et à la banqueroute économique.

Argentine, TF1 Actualités Dernière, jou Régis Faucon, TF1, 29.03.1976, 01’46’’, journal télévisé, télévision

Portrait du général Jorge Videla, nommé Président de l’Argentine, par l’envoyé spécial Régis Faucon. A la une des journaux, l’annonce de la nomination du général Videla à la tête du gouvernement argentin. Les nouveaux militaires ne veulent pas qu’on les confonde avec  « certains voisins ». Ici, disent-ils, on est en Argentine pas au Chili.

L’Argentine après les Perón, L’Evénement, jou Régis Faucon, TF1, 22.04.1976, 12’, magazine, reportage, télévision

Ce reportage fait le point sur la situation en Argentine, un mois après le coup d’Etat militaire et l’emprisonnement de la Présidente Isabel Perón.

Le journaliste, Luis Garascino, parle de la situation politique et économique du pays. Il analyse les actions des commandos de droite. Le général Lopez Aufranc, ancien commandant en chef de l’armée, considère que les structures politiques argentines manquent de solidité. Une femme raconte l’assassinat d’un de ses frères, communiste. Le propriétaire d’une estancia rappelle que les Argentins ruraux sont peu politisés et moins péronistes que les urbains. Un responsable d’usine décrit la condition ouvrière.

Retour sommaire

3 – LA REDECOUVERTE DES DROITS DE L’HOMME et LA SOLIDARITE FRANCAISE ENVERS LE PEUPLE ARGENTIN

La coupe du monde de football en 1978 et le COBA (Comité pour le boycott de l’organisation par l’Argentine de la Coupe du Monde de football)

Le COBA fut à l’origine du grand mouvement de solidarité de la société civile française contre le régime militaire argentin en 1978.

Argentine : les partis et la coupe du monde, Antenne 2 Le Journal de 20H, jou Monique Atlan, 12 .01.1978, 04’, journal télévisé, télévision

Reportage consacré aux commentaires de différents représentants des partis politiques français à propos du choix de l’Argentine pour l’organisation de la prochaine coupe du monde de football. Réunion d’un groupe de réfugiés argentins dans une église, à Choisy. Interview de l’un d’eux à propos des sévices et des enlèvements subis par certains membres de sa famille restés en Argentine. Interview de l’écrivain Marek Halter à propos de la violation des droits de l’homme en Argentine et de la volonté du gouvernement argentin de faire de la coupe du monde une grande manifestation politique.

Déclaration de Lionel Jospin (PS ): « Nous nous opposons au projet de coupe du monde… ». Déclaration de Guy Hermier (PC ): « le boycott enlèverait de l’efficacité au combat… » Déclaration de Jean Pierre Soisson (PR): « on ira en Argentine et on gagnera, j’accompagnerai Hidalgo et voilà » (il se lève brutalement). Déclaration d’Yves Guena (RPR) : « s’il fallait boycotter tous les pays dont la politique ne nous plaît pas, on ne se déplacerait pas souvent… « 

La Passion du football, Apostrophes, prod Bernard Pivot, 12.05.1978, 1h15’, magazine, interview, télévision

Depuis le Palais du festival de Nice où se déroule le Festival du Livre et à l’occasion de la prochaine Coupe du monde de football, une discussion passionnée de spécialistes et d’amoureux du football s’organise autour des thèmes suivants : la violence, le recrutement des joueurs, l’exploitation politique et commerciale du football, les liens avec la publicité, la question des pronostics, les rapports du sport et de la politique. La Coupe du monde se déroulant en Argentine à un moment de forte répression, les journalistes sont amenés à justifier leur participation.

Avec la participation de Michel Hidalgo, entraîneur et sélectionneur de l’équipe de France, Lucien Leduc, entraîneur de Monaco, Dominique Bathenay, footballeur de l’équipe de France et de Saint Etienne, Jacques Ferran, rédacteur en chef de L’équipe, directeur de Football Magazine et France FootballThierry Roland, auteur de la bande dessinée Les Bleus en Argentine et Raymond Pittet, ancien joueur Suisse, reporter à la Tribune de Lausanne.

Question de temps, réal Jean Pierre Elkabbach, Antenne 2, 17.05.1978, 01h01, magazine, reportage, débat, télévision

Magazine consacré aux rapports entre le football et la politique à travers plusieurs reportages dont Argentine : football et politique  de Bernard Benyamin et Jean Rey qui traite le problème de la répression politique et des droits de l’homme. Alternance des interview de Me Martin, avocat, du capitaine Allara, vice-ministre des Affaires étrangères, d’Hippolito Hirrigoven, leader de l’opposition légale en exil à Paris, et de Fernando Nadra, membre du bureau politique du Parti communiste, et du discours du Général Videla, Président de la République.

Le reportage est suivi d’un débat sur la coupe du monde de football, le concours de pronostics en Italie, et l’organisation de la profession avec Michel Hidalgo, Henri Michel, Michel Platini, Jean Marc Guillou, Henri Patrelle vice-président de la FFF, Claude Papi.

Dossier Argentine, TF1 Actualités 20H, jou Alain Escoube, TF1, 17.05.1978, 03’, journal télévisé, Télévision

Roger Gicquel évoque les problèmes liés aux droits de l’homme en Argentine, pays où l’on compte plus de deux mille personnes disparues ou avec lesquelles on n’a plus de contact depuis leur incarcération. Vingt deux ressortissants français ont disparu en Argentine. Sur des archives montrant la répression policière, il parle des différents exercices anti-terroristes menés dans ce pays en vue d’accueillir la prochaine Coupe du monde de football.

Interview de M. Hermier, membre du bureau du PCF, de Fernand Sastre, président de la Fédération française de football et de Denis Le Moullac, du Comité pour la libération des prisonniers français en Argentine.

Manifestation anti mondial, TF1 Actualités 13H, jou Claude Pierrard, TF1, 25.05.1978, journal télévisé, Télévision

Claude Pierrard commente les images  d’une manifestation organisée par le Coba contre la Coupe du monde de football organisée en Argentine où sévit une dictature militaire. Les manifestants se battent contre la police qui tire des bombes lacrymogènes.

Manifestation Argentine, Antenne 2, Les Nouvelles dernière édition, jou Jean Michel Mercurol, Antenne 2, 31.05.1978, 1’, journal télévisé, télévision

Manifestation à Paris pour le boycott du Mondial de football. Les manifestants scandent « Videla assassin, Giscard D’Estaing complice ». Les CRS surveillent les groupes de manifestants qui circulent dans les rues.

Argentine : jour J-1, FR3 dernière, jou Michel Drhey, FR3, 31.05.1978, 02’, journal télévisé, Télévision

Reportage consacré à la préparation de la Coupe du monde de football qui a lieu en Argentine. Le petit gauchitto, emblème de la coupe du monde de football 1978. Les derniers travaux et préparatifs dans les stades argentins sont en cours. Images des rues de Buenos Aires. Le journaliste commente les mesures de sécurité prises par la junte du général Videla pour améliorer l’image de l’Argentine après une campagne de dénigrement orchestrée, selon les dirigeants argentins, par la subversion internationale. Entraînement des équipes dans différents stades.

Mundial, TF1 Actualités 13H, Journaliste Michel Denisot, 01 juin 1978, 2’, Journal télévisé, Télévision

Yves Mourousi évoque l’ouverture du Mundial : la Coupe du monde de football en Argentine. En studio à Buenos Aires, Michel Denisot rappelle combien l’attente de l’ouverture de la compétition a été longue et que le début de la compétition marque la fin de la guerre des nerfs. En effet, l’espionnage sportif est devenu un phénomène pesant au cours de ces derniers jours de préparation. Les joueurs français et italiens partagent le même hôtel et les mêmes terrains d’entraînement. Michel Platini doit s’exercer en cachette à son exercice favori, les coups francs. Par ailleurs, la peur de l’espionnage sportif a conduit nombre d’équipes à contrôler de manière drastique les contacts des joueurs avec la presse : une seule conférence de presse par semaine, entraînements à huis clos.

Cérémonie d’ouverture coupe du monde de football en Argentine, Football. Coupe du monde, TF1, 01.06.1978, retransmission, Télévision

Cérémonie d’ouverture de la coupe du monde. Discours d’Alfredo Francisco Cantilo, président de l’AFA (Association de football argentin), Joao Havelange, président de la FIFA, et le général Jorge Videla, président de la nation Argentine, qui prononce son discours de paix et d’ouverture de la coupe du monde (en espagnol).

Manifestation Dijon, Le Journal de 20H, jou Patrick Poivre d’Arvor, Antenne 2, 01.06.1978, 35’’, Journal télévisé

La manifestation contre le Mondial 1978,  organisée par le Coba, hier soir, à Dijon, a réuni environ 2000 personnes. La manifestation a dégénéré avec des bagarres contre les policiers. Les policiers ont chargé les manifestants. Images de vitrines cassées.

Les Parents des disparus en Argentine, Antenne 2 Le Journal de 20H, jou Philippe Rochot, Antenne 2, 10.06.1978, journal télévisé, Télévision

Réactions en France, après les informations fournies par les dirigeants de l’équipe de France de football concernant les Français disparus en Argentine. Interview de Danielle Duport, de l’association Français disparus en argentine, qui exprime sa déception par rapport aux informations données par la junte. Certaines accusations sont fausses. Interview de monsieur Domergue. La junte reconnaît l’existence de son fils, Yves.

Stade 2, réa Gérard Van Der Gucht, Antenne 2, 11.06.1978, 01h02’, magazine, télévision

Magazine présenté par Jean Michel Leulliot proposant un reportage sur Henri Michel, capitaine de l’équipe de France de football, pendant la Coupe du monde en Argentine. Interview d’Henri Michel qui exprime sa tristesse après le match contre l’Argentine, et qui parle de l’action des dirigeants en faveur des disparus français en Argentine. Il relate aussi sa rencontre avec des parents de disparus et de prisonniers.

Supporters. Foot : Argentine-Pérou, TF1 Actualités 20H, 22.06.1978, 02’, journal télévisé, Télévision

Supporters argentins explosant de joie après la victoire de l’Argentine sur le Pérou. Liesse dans les rues. Jorge Videla et Henri Kissinger au milieu des invités. Extrait de la rencontre Argentine-Pérou au stade de Rosario. 6 buts à 0 pour l’Argentine.

Interview Videla, TF1 Actualités 20H, TF1, 24.06.1978, 2’, journal télévisé, déclaration, Télévision

Déclaration du général Videla à la veille de la clôture de la Coupe du monde de football (trad. Off) : » L’Argentine est un pays qui a son histoire… Il n’y a pas d’époques avant et après la coupe du monde… L’important est d’avoir fait venir tant de gens, et d’avoir pu montrer au monde que l’Argentine est un pays organisé, uni, une nation au destin sûr et que son peuple est décidé a s’unir pour l’accomplissement de ce destin… ».

Sport et politique : Mundial 78 : sur un air de boycott, La Fabrique de l’histoire, prod Emmanuel Laurentin, Aurélie Luneau, France Culture 03.10.2007, 54’, magazine, documentaire, radio

Documentaire consacré à la tentative de boycott qui eut lieu lors du Mondial de football de 1978 qui se déroulait en Argentine, alors une dictature.

Avec les témoignages de François Gèze, ancien dirigeant du COBA, Michel Hidalgo, entraîneur de l’équipe de France de football, Dominique Rocheteau, un des joueurs favorable au boycott, et Jean-Pierre Soisson alors ministre de la jeunesse, des sports et des loisirs. Un documentaire émaillé de très nombreuses archives sonores dont certaines sont inédites.

Football : l’opium du peuple ?, Où, quand, comment ? L’histoire, La Chaine parlementaire Assemblée Nationale, 05.06.2010, 01h25’, tranche horaire, télévision

Tranche horaire présentée par Jean-Pierre Gratien et consacrée au football. Jean-Pierre Gratien reçoit Michel Hidalgo, ancien sélectionneur de l’équipe de France de Football, François Hollande, député PS de Corrèze, Eugène Saccomano, journaliste sportif et auteur de Mes Secrets du foot. Après la diffusion du documentaire  Une Histoire du football, les trois hommes débattent des enjeux et des impacts politiques, financiers ou économiques du football, du cas de l’organisation en Argentine (alors dictature militaire) de la Coupe du monde 1978, de l’internationalisation de ce sport et des dérives et abus qui en découlent.

Bienvenue chez Basse, prod Pierre Louis Basse, Europe 1, 09.02.2011, 44’, magazine, interview, radio

Résumé producteur : « Où étiez-vous le 12 juillet 1998 ? Invités : Carlos Ferrari-Lopez, argentin, conseiller parlementaire ; Jorge Ferrari ; Anthony Bellanger, directeur de l’information au Courrier International ; François Xavier Roth, chef d’ orchestre; Laurent Lasne, écrivain ; Jean Durry, historien du Sport ; Paul Dietschy, historien du sport ; Guy Roux, consultant football. Ils évoquent la Coupe du Monde de Football de 1978, quand ils prônaient le boycott de la compétition dans l’Argentine de la dictature. »

François Gèze : 1ère partie, A voix nue : grands entretiens d’hier et d’aujourd’hui, prod Thomas Baumgartner, France Culture, 21.10.2013, 28’, interview, radio

Emission présentée par Thomas Baumgartner qui, à l’occasion des 30 ans des éditions La Découverte, propose toute cette semaine une série d’entretiens avec François Gèze, président directeur général des éditions La Découverte. Dans ce premier volet, l’éditeur évoque ses premiers engagements. Il évoque notamment la création d’un comité de soutien et une opération de boycott des matchs de la coupe du monde de football en 1978, les résultats du soutien au peuple argentin contre la dictature et la libération entre autres de Miguel Benassayag.

Argentine coupe du monde 1978, Affaires sensibles, prod Fabrice Drouelle, France Inter, 13.06.2016, 53’, document à base d’archives, interview, radio

Fabrice Drouelle propose de revenir sur les affaires les plus sensibles des cinquante dernières années. Aujourd’hui, il parle de la coupe du monde de football 1978 qui s’est déroulée sous ordre de la junte militaire du général Videla. La première partie est consacrée au récit de l’événement. En seconde partie, il reçoit Paul Dietschy, historien français, spécialisé dans le domaine du sport et particulièrement dans l’histoire du football, venu apporter son témoignage. L’émission est émaillée d’archives sonores.

Retour sommaire

4 – LUTTE CONTRE LES VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME

À partir du coup d’État de 1976, le système de la disparition de personnes a été appliqué à l’échelle nationale. La disparition est devenue la modalité répressive par excellence. Comme dit Maria Soledad Catoggio dans son article sur la dictature argentine (Catoggio, 2010), la stratégie répressive  structurée autour du système clandestin de détention et de disparition de personnes sera considérée par la suite comme un terrorisme d’État .

Cinq cent mille prisonniers politiques, Questionnaire, réal Arlette François, TF1, 06.03.1977, 51’, magazine, reportage, télévision

Sean Mac Bride, Irlandais de 73 ans, l’un des fondateurs d’Amnesty International, est l’invité de l’émission de Jean Louis Servan Schreiber. Il nous explique, en français, la création, les buts et le fonctionnement de cette organisation. Il témoigne avec force et conviction de l’action de ce mouvement et de sa vie qu’il a consacrée au pacifisme et aux droits de l’homme. Un dévouement inlassable qui lui valut, en 1974, le prix Nobel de la Paix.

Argentine : la répression au pouvoir, Question de temps : les droits de l’homme, Journaliste Jacques Abouchar, Antenne 2, 29.06.1977, 20’, magazine, reportage, télévision

Jean François Kahn présente ce reportage sur la situation politique en Argentine et sur la répression exercée par l’armée au pouvoir.

Interview d’un responsable péroniste qui parle d’exécutions sommaires dans des villages. Un prêtre ouvrier français raconte l’attentat dont il a été victime : « ici on voit du marxisme partout… ». Interview de Robert Cox, directeur du journal Buenos Aires Herald à propos de son arrestation conséquence direct de son métier, des questions des droits de l’homme, de la loi contre la subversion et de la liste des journalistes disparus et assassinés en Argentine. Interview également du président de l’association de  la presse argentine, du père d’un Français disparu en Argentine, d’un propriétaire terrien, à propos de la situation politique en Argentine qu’il juge bonne, et de la liberté.

Images de la présence militaire partout  et principalement dans la province de Tucuman. Interview de Ramon Diaz Bessone, ministre argentin du Plan, à propos de la vision que l’Europe a de l’Argentine et de la dictature militaire. Il déclare « la situation de violence était plus importante sous Péron…« .

Ambassadeur d’Argentine, Antenne 2 Le Journal de 20H, jou Jacques Abouchar, Antenne 2, 11.07.1977, Antenne 2, 02’, journal télévisé, télévision

Après la libération sans procès de M. Et Mme Wilinski, en Argentine, sur l’intervention de M. Jullian, PDG d’Antenne 2, interview, en plateau,  de M. De Anchorena, ambassadeur d’Argentine à Paris, sur le respect des droits de l’homme dans son pays, le nombre de disparus dont la presse fait écho et les 13 franco-argentins détenus depuis 1974.

La Torture en Argentine, Le Téléphone sonne, France Inter, 28 avril 1978, 34’, magazine, radio

Débat autour de la réalité de la torture en Argentine et des violations des droits de l’Homme avec Marie-José Protais, membre du comité exécutif d’Amnesty international, un journaliste de retour d’Argentine, et Michel Puechavy, responsable de la coordination argentine au sein de la section française d’Amnesty.

Lwoff, Antenne 2 Le Journal de 13H, jou Bernard Rapp, Antenne 2, 28.05.1978, 50’’, journal télévisé, télévision

La situation politique en Argentine divise les scientifiques français. A l’occasion de l’interview de Georges Mathe, professeur, rediffusion d’une déclaration d’André Lwoff, prix Nobel de médecine, datée de mars 78,  au lendemain de la Conférence de Belgrade. André Lwoff déclare qu’il refusera de se rendre dans un pays coupable de violations manifestes des principes de la déclaration universelle des droits de l’homme et de recevoir, dans ses laboratoires, des chercheurs venant  de pays ne respectant pas les droits de l’homme. Georges Mathe justifie sa présence au congrès de cancérologie qui se tient en Argentine et affirme qu’il demandera une audience au chef de l’Etat argentin afin de lui remettre une liste de scientifiques dont la situation est inquiétante.

Français libérés d’Argentine, Antenne 2 Le Journal de 20H, journaliste Bernard Benyamin, Antenne 2, 04.09.1978, journal télévisé, télévision

Arrivée à Orly de quatre Français libérés des prisons argentines. Conférence de presse à l’aéroport. Déclaration de Gérard Guillemot, cinéaste qui insiste sur les nombreux Argentins emprisonnés et autres Français disparus. Il indique le motif de sa condamnation, le port d’armes illégal, mais précise que la vraie raison est d’ordre politique (il tournait un reportage sur Perón et Evita). Il précise n’avoir eu aucun contact avec les autres Français détenus.

Boycott du congrès de cancérologues qui se tient en Argentine, Inter actualités de 08H00, France Inter, 06.10.1978, 01’, reportage, radio

Interview du professeur Léon Schwartzenberg : « Il y a toujours de nombreuses disparitions en Argentine, c’est pourquoi nous organisons un autre congrès à Paris « .

Droits de l’homme : réfugié argentin, Antenne 2 Le Journal de 13H, jou Edouard Lor, Antenne 2, 10.12.1978, 02’33’’, journal télévisé, télévision

Reportage sur un avocat, écrivain argentin, réfugié politique en France avec sa famille. Il est en France depuis le coup d’Etat. Il parle de son action en Argentine pour la défense des prisonniers politiques. Il explique le cas de l’écrivain Argentin Aroldo Conti, enlevé en mai 76 et dont on n’est toujours sans nouvelles. Il aurait été torturé et assassiné.

Interview d’un opposant argentin, Soir 3, jou Pierre Geny, FR3, 05.09.1979, 01’15’’, journal télévisé, télévision

Interview de Juan Gelman, journaliste et écrivain argentin dont le fils a disparu en Argentine. Il parle de la solution finale du problème des disparus : « Ils ont commencé à tuer les prisonniers politiques non reconnus et qui étaient dans les camps de concentration… »

Jacques Miquel, Inter actualités de 07H30 : Parlons clair, France Inter, 22.03.1980, 06’, journal parlé, radio

Interview de Jacques Miquel, président de la commission des droits de l’homme du CDS, à propos de la lutte internationale pour le respect des droits de l’homme et du totalitarisme en URSS et en Argentine. Il critique le voyage de Georges Marchais en URSS. Il rend hommage à Amnesty international.

La Torture : la chaise du dragon, Nuits magnétiques, France Culture, 02.10.1980, 01h24’, magazine, radio

Emission de Carole Sandrel et Médi El Hadj consacrée à l’utilisation de la torture dans les régimes militaires et notamment en Argentine, à travers les témoignages de nombreux réfugiés qui ont été torturés.

Avec la participation de Jean François Lambert, président de la section française d’Amnesty international, du docteur Survile Elier, médecin généraliste, membre de la commission médicale d’Amnesty, de Daniel Bacri et Michel Ternisien, auteurs du livre La torture, la nouvelle inquisition, de Vadim Delonay, poète russe, réfugié politique, du Docteur Christian Manuel, biologiste et chercheur, fondateur avec le professeur Schwarzenberg de la Charte internationale de Déontologie médicale, et de Jacques Miquel, avocat à la Cour d’Appel, défenseur des victimes de la répression en Amérique latine et dans les Pays de l’Est.

Jean Claude Casadesus et l’orchestre philharmonique de Lille, Le Grand échiquier, réalisation André Flédérick, Antenne 2, 26 juin 1980, 3h10, spectacle TV, interview, télévision

Interview de Jean Claude Casadesus, chef de l’orchestre philharmonique de Lille. Parmi les sujets évoqués, celui du problème des droits de l’homme en Argentine et la libération, en Uruguay, de Miguel Angel Estrella, invité de l’émission.

Argentine : Droits de l’homme, Résistance, réa Gilles Daude, Pierre Desfons, Antenne 2, 03.11.1983, magazine, reportage

Reportage sur la situation actuelle en Argentine au moment où Raul Alfonsin vient d’accéder au pouvoir après 7 années de dictature militaire. Un commentaire sur des images de la capitale, Buenos Aires, et de sa banlieue, est ponctué d’interviews de différents protagonistes de la société argentine (avocat, militant des droits de l’homme, ancien chef de la police,…).

Adolfo Perez Esquivel

Artiste argentin engagé. En octobre 1980, il reçoit le prix Nobel de la paix pour son travail de défense des droits humains.

Esquivel Prix Nobel paix, Antenne 2 Le Journal de 20H, jou Bruno Albin, Antenne 2, 13.10.1980, 01’30’’, journal télévisé

Interview (en espagnol avec traduction simultanée) de l’Argentin Adolfo Perez Esquivel, Prix Nobel de la paix. Il évoque la misère des pays de l’Amérique latine et affirme que les armes ne sont pas une solution. Il finit par citer Martin Luther King adepte de la non-violence qu’il prône lui-même.

Portrait Esquivel : Prix Nobel, Question de temps, jou Bernard Benyamin, 17.11.1980, 10’, magazine, reportage, télévision

Portrait du Prix Nobel de la paix l’argentin Adolfo Perez Esquivel dont la nomination n’a pas été très bien accueillie par la junte. Il répond aux questions d’étudiants argentins : sa nomination au Prix Nobel de la paix, son combat pour les droits de l’homme, les pressions qu’il peut subir de la part des autorités…. Interview d’une femme membre des Folles de la place de Mai sur la question de la recherche des disparus en Argentine.

Inter actualités de 08H00, France Inter, 14.10.1980, journal parlé, radio

Journal présenté par Thierry Bourgeon. Parmi les sujets d’actualités, l’attribution du Prix Nobel de la paix à Adolfo Perez-Esquivel, un des fondateurs du mouvement pour le respect des droits de l’homme dans son pays. Il a connu les prisons du général Videla. Réaction de Michel Grolot, membre de la Mission de France, qui dresse un portrait intime d’Adolfo Perez Esquivel. Il parle de ses études à l’école des beaux-arts, de sa rencontre avec sa femme, pianiste, de ses premiers engagements avec la découverte de la non violence comme action sociale et politique.

Ernersto Sabato (1911 – 2011)

Ecrivain, il critique les excès du péronisme et dénonce, tout en décidant de rester dans son pays, les exactions commises par les militaires après le coup d’État.

Ernesto Sabato un écrivain argentin à Buenos Aires, Ah vous écrivez, réal Nicolas Ribowski, Antenne 2, 25.08.1978, 20’, magazine, interview, télévision

Ernesto Sabato, interviewé chez lui à Buenos Aires en Argentine, par Bernard Pivot, parle en français de la littérature sud-américaine, de l’âme de villes comme Paris, Rome, Buenos Aires, du tango, expression de l’âme populaire, du football, à l’occasion de la Coupe du monde du football qui a lieu en Argentine, et de son livre L’Ange des ténèbres (Prix du meilleur livre étranger en 1976). Mais surtout il dit, pourquoi et comment, lui, écrivain libéral, supporte de vivre dans un pays totalitaire. « Je suis un socialiste démocratique dans le sens personnaliste du mot. Je dois rester ici« . Il termine en lisant un texte (dont il est l’auteur) sur ce qu’il pense de son pays aujourd’hui. Dans ce texte, il exprime son angoisse, lance un appel pour la pacification, contre la barbarie et tout totalitarisme de droite comme de gauche, pour la défense des droits de l’Homme. Il pense que la lutte contre le terrorisme doit se faire uniquement par la loi.

Ernesto Sabato, Apos’, réa Jacques Cristobal, Antenne 2, 15.05.1988, 15’, magazine, interview, télévision

Bernard Pivot accueille Ernesto Sabato, écrivain argentin qui a publié trois romans, les autres, dit-il, « je les ai brûlés, c’est sanitaire« . Maintenant il peint. Ses toiles seront exposées à Beaubourg l’an prochain. Il a été auparavant, physicien, mathématicien, ami des surréalistes. Il avoue son admiration pour Jean Paul Sartre, artiste rebelle. Opposant à la dictature en Argentine, il se dit pessimiste car le monde est cruel, l’homme penche vers le mal. Son dernier livre Mes fantômes publié chez Belfond est une série d’entretiens.

Ernesto Sabato : de la littérature, Voix du silence, Les Temps modernes, France Culture, 01.10.1988, 40’, magazine, radio

C’est à Paris en 1938 qu’Ernesto Sabato, physicien et mathématicien argentin a renoncé à sa carrière scientifique pour se consacrer à la littérature. Si aujourd’hui il refuse de se considérer comme un écrivain engagé, il se définit comme citoyen toujours préoccupé par la Res Publica. Il a présidé la commission chargée d’ouvrir le dossier des disparus en Argentine, à la demande du Président Alfonsin. Ce fut, a-t-il déclaré un des plus grands traumatismes de sa vie. Il rappelle que le devoir de l’écrivain est de manifester contre toute forme de violation de la condition humaine.

Le système répressif de la disparition de personnes à travers l’exemple de Léonie Duquet et Alice Domon, religieuses disparues

La brutalité de la répression militaire et la disparition de plusieurs Français parmi lesquels deux religieuses françaises disparues en 1977 ont aidé à la prise de conscience, en France, de l’horreur de la répression en Argentine.

Enlèvement de deux religieuses françaises en Argentine, Inter actualités de 07H00, France Inter, 13.12.1977, 01’, reportage, radio

Enlèvement de deux religieuses de l’ordre des missions étrangères par des inconnus armés à Buenos Aires, en Argentine. La première a été enlevée après la célébration d’une messe pour les disparus organisée en faveur des droits de l’homme, et la seconde à son domicile. Interview de la supérieure de l’Ordre des missions étrangères à propos des missions de ces religieuses en Argentine.

Les réactions après l’enlèvement des sœurs Alice et Léonie en Argentine, JT FR3 Franche Comté, jou Yves Dubois, France 3 Franche Comté, 14.12.1977, journal télévisé, télévision

Reportage suite à l’enlèvement de deux sœurs françaises Alice et Léonie en Argentine et réaction de leurs proches. Commentaire sur des images factuelles, photos et interviews de deux de leurs collègues religieuses ainsi que du père d’Alice, Antoine.

Argentine : commission enquête, TF1 Actualités 20H, journaliste Michel Badaire, TF1, 06.09.1979, 48’’, journal télévisé

Reportage consacré à l’enquête de l’O.E.A. sur les disparus en Argentine. Déclaration de Denis Le Moullac, président de l’association des parents des disparus en Argentine, qui réagit à la nouvelle loi promulguée au sujet des disparus. Dorénavant, 5 avis de recherche seront publiés dans les journaux. Si, après la publication du 5ème avis, les disparus ne sont pas retrouvés, on considérera qu’ils ont été tués par l’armée argentine. Interview de l’ambassadeur d’Argentine en France, Thomas de Anchorena sur le sort des deux religieuses : « nous n’avons pas de nouvelles des 2 religieuses ». Il affirme qu’il n’y a pas de camps de détention clandestins en Argentine.

Manif ambassade Argentine, TF1 13 heures, TF1, 04.12.1980, journal télévisé, Télévision 

Manifestation devant l’ambassade d’Argentine pour la libération de deux religieuses françaises. Parmi les manifestants, les acteurs Yves Montand, Catherine Deneuve et Michel Piccoli.

Disparitions en Argentine, Résistances, jou Bernard Benyamin, Jean Rey, Antenne 2, 05.09.1985, 02’26’’, magazine, reportage, télévision

Reportage en Argentine, à Buenos Aires et dans sa région, où témoigne un ancien tortionnaire durant la dictature militaire (1976 -1983). Dans un récit parfois très dur, cet homme, Claudio Vallejo, en exil au Brésil revient pour l’occasion sur les lieux de ses anciens crimes. Il raconte, à visage découvert, la tragédie vécue par les deux « célèbres » religieuses françaises, Léonie Duquet et Alice Domon, investies, toutes les deux, dans la recherche des disparus et ardentes défenseurs des Droits de l’Homme, notamment en soutenant les Mères de la place de Mai. Les deux femmes furent enlevées, détenues et torturées dans les locaux de l’école de mécanique de la marine, avant de mourir en décembre 1977. Le tout sur ordre du capitaine Alfredo Astiz, le tristement dénommé Ange blond de la Mort. Commentaires sur des images factuelles (tournées essentiellement en caméra cachée) des différents lieux témoins de ce drame, alternant avec l’interview de cet ancien bourreau.

Le capitaine argentin Alfredo Astiz pourrait être jugé par contumace – Interview de Francis Szpiner, Inter actualités de 19H00, jou Alain Bedouet, Fabrice Le Quintrec, France Inter, 12.05.1989, journal parlé, interview, radio

Interview de maître Francis Szpiner, avocat des familles des deux religieuses françaises qui ont disparu en Argentine. Il évoque le combat des familles pour que cet homme soit jugé et condamné.

Moi, Soeur Alice Domon, Agapè des hommes des femmes Dieu, réal Alberto Marquardt, France 2, 04.07.1999, 01h, magazine, débat, documentaire, télévision

Présenté par Claudette Marquet et Hervé Jegou, ce documentaire constitué de témoignages, d’extraits de lettres et d’images d’archives, retrace l’histoire de la sœur française Alice Domon que les militaires argentins ont fait disparaître en 1977.

Les mères de la place de mai

Depuis le 30 avril 1977, des femmes luttent et effectuent des rondes hebdomadaires sur la place de Mai, située en face du palais présidentiel à Buenos Aires, pour retrouver leurs enfants disparus sous la dictature et enlevés par la junte militaire (1976 – 1983). Ce mouvement, Les Mères de la place de Mai, est le premier mouvement de défense des droits de l’homme à apparaître sous la dictature mais aussi l’unique organisation de ce type composée exclusivement de femmes. Les Mères de la place de Mai que les militaires appelaient avec mépris Les folles de la place de mai  reprirent à leur compte  ce qualificatif pour en faire un cri de guerre qui imprégnera fortement leur mouvement.

Argentine : les enfants de la nuit,  Dimanche magazine, jou Bernard Benyamin, Jean Rey, Antenne 2, 12 février 1984, 17’, magazine, reportage, télévision

En Argentine, 30 000 personnes ont disparu entre 1976 et 1983 et parmi elles, des milliers d’enfants. Les journalistes accompagnent deux familles dans leur recherche. La deuxième partie du reportage montre les différentes étapes qui ont permis à une mère de retrouver son fils de 7 ans.

Argentine Buenos Aires : mai 1986, allons tous à Viedma !, TAXI, jou Françoise Prébois, FR3, 28.11.1986, 21’, magazine, télévision

Lorsqu’il arrive à la Casa Rosada, en novembre 1983, le président Raul Alfonsin promet aux Argentins la démocratie pour cent ans. En avril 1986, il propose de faire des réformes pour la justice, l’administration et le régime politique. Il envisage même de décentraliser la capitale Buenos Aires à Viedma, ville située à 1000 km au sud, en Patagonie. Les journalistes rencontrent des Argentins qui ont la volonté de renforcer la démocratie, gage de leur avenir.

Interview d’Hébé Bonafini, présidente des Mères de la place de Mai (interview en espagnol, traduction simultanée) : « Il n’y a pas de démocratie, il y a un gouvernement élu« .

Les Tangos des disparus, Constats à l’amiable, l’Argentine, prod Marie Paule Vettes, France Culture, 14.08.1989, 48’, documentaire

Résumé producteur : « Enquête réalisée à Buenos Aires peu avant les élections qui portèrent Carlos Menem à la Présidence de la République, sur les composantes socio-économiques de la réalité argentine. Réalité d’abord politique au sein d’une population qui s’affronte en deux camps, avec un Péronisme désormais « rénové », mais de triste mémoire et au triomphe arrogant. Un pays où les fantômes de la dictature sont partout présents.

[…] L’Argentine en train de recoller les morceaux : quelques années seulement après la terrible déchirure, le retour de ceux qui étaient partis en exil, puis revenus. Mais dans quel état et dans quel nouveau pays ? Une génération absente : celle des disparus dont témoignent encore tous les jeudis les manifestations des femmes de Mai. »

Avec les témoignages d’une ancienne avocate à Buenos Aires, exilée en France durant la dictature, d’une avocate dont le mari a disparu en 1985, d’Hebé de Bonafini, présidente de l’association des Mères de la place de Mai, de Rosa Avila, ex-comédienne au théâtre du Soleil, rentrée en Argentine après son exil, de José-Luis Castineira de Dios, compositeur de musiques de films.

Libération Argentine, TF1 13 heures, jou Christiane Pichon, TF1, 30.12.1990, journal télévisé, télévision

Montage d’images d’archives illustrant la libération, cette nuit, des officiers argentins qui avaient instauré une dictature militaire entre 1976 et 1983. Cette libération a été accordée par le Président Carlos Menem. Manifestation, sur la Place de Mai, de mères de disparus portant des pancartes autour de leur cou.

L’Argentine : 9ème émission, Là-bas si j’y suis, prod Daniel Mermet, France Inter, 21.12.1995, 55’, magazine, radio

Magazine consacré aux Mères de la place de Mai à l’occasion des 1000 jeudis, des 1000 rondes, commencées en 1977, et qu’elles ont réalisées pour se battre contre l’oubli quand la dictature a instauré le terrorisme d’Etat. Daniel Mermet rappelle la commission d’enquête, les lois d’amnistie, et revient sur l’année 1990 lorsque le Président argentin a gracié, au nom de la réconciliation, les responsables du génocide. Il évoque la responsabilité de l’église en Argentine, la responsabilité des Etats-Unis et celle des militaires formateurs français, le passage de l’action individuelle à l’action collective, les positions politiques des disparus et l’évolution politique des mères, leur prise de conscience et leur refus de percevoir des indemnités gouvernementales.

Argentine : l’association des « grands-mères de disparus sous la dictature » crée un site Internet, Journal 08H00, Les Notes économiques, jou Alain Passerel, Aron Matthieu, France Inter, 02.12.1998, 40’’, journal parlé, interview, radio

Interview d’Anna Maria de Leonardo, directrice d’une clinique regroupant, à Buenos Aires, toutes les données génétiques des familles de disparus. Ces données ont, par exemple, permis à un jeune homme qui avait été adopté par la famille d’un général tortionnaire, de retrouver ses parents disparus sous la dictature. Interview de Jeanne Dupuy, responsable en France de l’association des grands-mères de disparus.

Butin de guerre, La Vie en face, réa David Blaustein, Arte, 17.10.2000, documentaire, télévision

Documentaire consacré à la période de la dictature militaire en Argentine de 1976 à 1983, période marquée par de nombreux enlèvements, disparitions et assassinats d’opposants et d’enfants d’opposants au régime fasciste. C’est le combat de femmes argentines au courage étonnant, les Grands-mères de la Place de Mai, qui est évoqué dans ce documentaire composé, pour l’essentiel, de témoignages croisés de parents et d’enfants de victimes. Des images d’archives, des photos viennent aussi illustrer ces témoignages des années noires de l’Argentine.

Argentine : les Grands-mères de la place de Mai, Reportages, jou Antoine Raux, France 24, 28.03.2007, 2’, reportage, télévision

Réalisé à Buenos Aires, ce reportage évoque l’action menée par les Grands-mères de la place de Mai. Sous la dictature, plus de cinq cents enfants d’opposants ont été enlevés par le régime de l’époque. Alternance d’images factuelles et des témoignages de Raquel Arcoshin, abuela de Plaza de Mayo, d’Alba Lanzilloto, secrétaire de l’association Abuelas de Plaza de Mayo, et d’un fils de disparus.

Argentine : Les 30 ans des Mères de la place de Mai, Une Semaine aux Amériques, jou Jennifer Knock, France 24, 02.05.2007, 02’, reportage, télévision

Reportage, en Argentine, consacré au mouvement des Mères de la place de Mai, organisation regroupant des mères qui manifestent depuis 30 ans dans le but de connaître la vérité sur leurs enfants enlevés sous la dictature militaire.

En avril dernier, les tribunaux argentins ont mis fin à l’impunité des anciens dictateurs.

Témoignages de mères, d’Hebe de Bonafini, présidente du mouvement, et de Maria Vasquez, première mère de la Place de Mai.

Les Folles de mai et le rock, Au nom des mères, des fils et du rock and roll, réal Mylène Sauloy, France O, 19.1O.2011, 52’, documentaire, télévision

Pendant la dictature sanglante en Argentine (1976 – 1983), trente mille personnes sont portées disparues. Depuis 1977, chaque jeudi, des mères de disparus se retrouvent à Buenos Aires sur la place de Mai. Elles souhaitent connaître la vérité sur les disparitions et les enlèvements. Elles ont été rejointes par des enfants de disparus regroupés au sein d’associations comme Hijos  et qui mènent également des actions contre les anciens militaires et jouent dans des groupes de rock engagés. Interviews de mères et d’enfants de disparus en alternance avec des images factuelles, d’illustration et d’archives.

Argentine – Ouverture des archives – L’Église aidera les Grands-mères de la place de Mai, Inter treize, journalistes Edwide Coupez, Caroline Vicq, France Inter, 31.07.2013, 01’40’’, journal parlé, radio

Après des années de silence, l’église argentine s’est enfin engagée à collaborer aux recherches sur les disparus de la dictature (1976-1983) et sur les enfants volés, exigence portée depuis plus de 30 ans par les Grand-mères de la place de Mai. Celles-ci réclament notamment, un accès aux livres de baptême de la période de la dictature et aux archives du Mouvement familial chrétien apparemment impliqué dans des adoptions illégales. Interview d’Estela De Carlotto, présidente de l’organisation des Grands-mères de la place de Mai.

Identités volées, Reporters. Le Doc, réal Bertrand Deve, France 24, 08.10.2016, 28’, magazine, reportage, télévision

Reportage en Argentine sur l’histoire de plusieurs personnes qui ont pu, grâce au travail des Grands-mères de la place de Mai, retrouver leurs familles biologiques après avoir vécu des dizaines d’années dans des familles ayant soutenu le pouvoir militaire. Sous la dictature du général Videla, environ 500 bébés ont été volés à leurs mères accusées d’être des opposantes et qui souvent ont été finalement assassinées.

Plusieurs enfants volés témoignent du choc vécu en apprenant la vérité, de leur réaction vis-à-vis de leur famille d’adoption, de leur difficulté de vivre avec le passé et de tenter de renouer avec leurs racines pour essayer de se reconstruire.

1977, la Place de Mai, La Marche de l’histoire, prod Jean Lebrun, France Inter, 01.05.2017, 30’, documentaire, interview, radio

Pour évoquer le mouvement des Mères de la place de Mai, Jean Lebrun reçoit l’anthropologue Alice Verstraeten.

Extrait du résumé producteur : « La junte est dirigée par des généraux et des amiraux qui paraissent interchangeables. Quotidiennement, elle fait enlever ses adversaires : les opérations menées dans de longues voitures noires sans immatriculation se font la nuit, les personnes arrêtées sont enveloppées d’une cagoule, transférées dans des centres de détention dissimulés. On dit ensuite aux familles que leurs proches ont disparu. Leur nombre, selon les estimations, s’établit entre 20000 et 30000 dont quelques 500 enfants, enlevés en même temps que leurs jeunes parents ou bien nés de femmes enceintes séquestrées.

L’opinion internationale a été rapidement sensible au mouvement des Mères de la place de Mai qui est naît timidement le 30 avril 1977. Regroupant des femmes de 40 à 60 ans, elles étaient lasses d’entendre leurs interlocuteurs dans les commissariats de police et les palais de justice leur dire que non, ils ne savaient pas où avaient pu passer leurs fils et leurs filles. »

Les témoignages de proches de détenus-disparus à travers les archives orales du Fonds Memoria abierta

Depuis sa création en 2000, l’association Memoria abierta travaille, en collaboration avec un groupe d’historiens spécialistes de l’histoire orale, à préserver la mémoire des témoins, proches de disparus, des événements survenus pendant la période du terrorisme d’Etat en Argentine (1976 – 1983).

Fonds Memoria Abierta, Divers fonds vidéo, du 26 avril 2001 au 23 avril 2012, durée variable, entretiens, 744 témoignages

Témoignages filmés de personnes ayant subi la répression du régime militaire argentin : survivants des centres clandestins de détention, parents de disparus, anciens prisonniers politiques, intellectuels, militants politiques.

Les témoins sont filmés chez eux ou dans un lieu de leur choix, et sont interviewés, suivant une trame définie, sur leur histoire personnelle et leur engagement politique dans le contexte historique argentin du terrorisme d’Etat et de la vie sociale et politique des années 60 et 70.

Les témoignages sont enregistrés en espagnol. La collecte de témoignages se poursuit encore aujourd’hui.

Exemple de ce fonds à travers le témoignage de Nora Lafont, journaliste et présidente de l’association Cronicas de Espectaculos (ACE) enregistré le 17 octobre 2011 :

Témoignage de 1h52’ de Nora Lafont qui raconte son enfance, ses années d’étude, son parcours professionnel en tant que journaliste, son enlèvement en 1976, et sa vie après cet évènement tragique.

Nora Lafont parle de ses débuts dans le journalisme, de son poste de rédactrice chez Canal 13, de son activisme syndical et de son engagement contre le SAT (Syndicat Argentin de Télévision), qu’elle qualifie de syndicat fasciste. Elle évoque également la création du journal La Calle ainsi que le militantisme dans le secteur journalistique. Au moment du coup d’Etat de 1976, Nora Lafont est déléguée syndicale élue à la télévision et devient la première femme à participer aux réunions paritaires organisées entre le patronat et les syndicats. Elle parle de la politique culturelle à la télévision avant le coup d’Etat et rappelle qu’immédiatement après ce coup d’Etat, l’armée a interdit l’entrée à Canal 13 aux syndicalistes, aux militants, ainsi qu’aux personnes dénoncées par le SAT. Elle évoque brièvement la disparition de quelques collègues, ceux qui n’ont plus pu travailler et ceux qui ont décidé de rester en Argentine. Au milieu de son témoignage, elle fait le récit de son enlèvement en juin 1976, alors qu’elle sort de chez elle. Nora raconte tout ce qui lui passe par la tête lorsqu’elle est embarquée, de force, dans sa propre voiture. Transportée dans un endroit inconnu, les ravisseurs lui cachent le visage et la font monter dans le coffre d’une autre voiture, une Ford Falcon. Arrivés dans un autre lieu tenu secret, ses ravisseurs lui ordonnent de se déshabiller. Elle est ensuite attachée par les poignets et les chevilles. Dès le début de l’interrogatoire, ses tortionnaires la torturent en utilisant notamment la technique de la « picana », méthode qui consiste à envoyer de fortes décharges électriques dans le corps de la victime. Elle reçoit ensuite un coup de pied dans l’oreille au moment où elle cite le nom d’un militaire. On la menace de faire disparaître sa fille mais elle continue à nier. Ils finissent par mettre un terme à cet interrogatoire. On lui demande de se rhabiller et elle est à nouveau jetée dans une voiture qui la ramène à sa propre voiture. Elle peut rentrer chez elle malgré son état d’épuisement et son corps violenté et torturé. Nora exprime ce qu’elle ressent à ce moment-là, la difficulté de survivre à une telle brutalité et de surmonter l’enlèvement et la séquestration. A la fin de son récit, elle autorise la consultation publique de son témoignage et parle du métier de journaliste et de son rapport à la vérité. Ensuite, elle s’adresse à la jeunesse et déclare que les moyens de communication sont des outils fallacieux qui ne disent pas la vérité. On ne trouve pas l’information avec Google, l’information se trouve dans les livres, « il faut lire, beaucoup lire ». Les réseaux sociaux ne pourront jamais remplacer un ami. « La chose la plus importante dans la vie est de se cultiver et de cultiver ses amis. »

 

Retour sommaire

5 – LES ARGENTINS EN FRANCE : artistes et militants

Jean-Marc Gardeux rencontre Atahualpa Yupanqui, Court Circuit, La Vie est là, réa Guy Seligmann, 1ère chaîne, 21.03.1974, 21’, interview, télévision

Rencontre entre Jean-Marc Gardeux, âgé de dix-huit ans, étudiant qui prépare le concours d’entrée aux métiers d’arts et Atahualpa Yupanqui, poète, chanteur et guitariste argentin engagé dont le jeune étudiant apprécie les chansons, le goût pour la liberté, l’attachement à la terre et la manière de voir le monde.

Dans un salon d’appartement, les deux hommes s’entretiennent sur différents sujets tels que le folklore, la liberté, l’amour, la musique et l’engagement de l’artiste au sein de la société. Atahualpa Yupanqui, qui s’exprime en espagnol, évoque sa rencontre avec Pablo Neruda, poète chilien. A cette occasion, il récite un poème en hommage à son ami disparu intitulé Cancion para Pablo Neruda.

Carlos Gabetta, Rencontre, prod Patrice Galbeau, France Culture, 08.11.1979, 55’, magazine, radio

Carlos Gabetta, journaliste, écrivain, spécialiste de questions politiques, a quitté l’Argentine en 1976. Osvaldo Soriano, journaliste, a quitté l’Argentine en 1976. Jean Domergue, chef d’entreprise, a vécu en Argentine de 1959 à 1974, l’un de ses enfants a disparu. Ensemble, ils parlent du livre de Carlos Gabetta Argentine, le diable dans le soleil, des coups d’Etat militaires en Argentine, de la violence politique, des disparus, de la responsabilité de l’armée, des camps de concentration, des témoignages sur les disparus, des victimes de la violence politique, des raisons du coup d’État, des problèmes économiques et politiques de l’Argentine et de l’attitude du gouvernement français vis-à-vis des Français disparus.

UDF et RPR, L’Emission des formations politiques, TF1, 05.06.1980, 15’, magazine, reportage, télévision

Michel Pinton présente des témoignages de réfugiés politiques dont celui de Cécilia Lutzky, réfugiée argentine, emprisonnée pendant trois mois dans un camp de concentration et de torture à Buenos Aires. Émue, elle exige du gouvernement argentin qu’il rende la liberté à son frère qu’elle avait laissé en vie, en Argentine, et ainsi qu’à tous les disparus.

Réfugié argentin, Magazine, Journaliste Guy Bencimon, France 3 Nantes, 27.02.1986, 5’, magazine, télévision

Reportage consacré à Jose Bustos, réfugié argentin qui habite à Nantes depuis 1979. Ancien journaliste militant, il a participé à la lutte armée dans son pays. Il a été emprisonné en Argentine, en Bolivie et au Pérou. En France, il a participé à la campagne pour le boycott de la coupe du monde de football organisée en 1978 en Argentine. Aujourd’hui, il est conducteur de bus, marié et père de deux enfants.

Copi, Du côté de chez Fred, réa Michel Hermant, Antenne 2, 25.10.1988, 01h15’, magazine, télévision

Frédéric Mitterrand rend un hommage posthume à Copi, dessinateur et homme de théâtre d’origine argentine, décédé en décembre 1987. Pour cet hommage, il a réuni autour de lui de nombreux artistes de la communauté argentine de Paris dont Jorge Lavelli qui a mis en scène la pièce de Copi Une visite inattendue au Théâtre de la Colline. Jorge Lavelli est le plus loquace des invités présents, ayant été un ami proche de Copi, Argentin et homme de théâtre comme lui.

Mémoire de l’Argentine, Mauricio Kagel, prod Françoise Malettra, France Culture, 15.05.1989, 01h, magazine, documentaire, retransmission, radio

30 ans après, l’exil reste encore une blessure. Homme devenu universel, aux multiples pays comme terre d’attache, Mauricio Kagel, compositeur, chef d’orchestre et réalisateur argentin, réinvente son langage. Entretien avec Mauricio Kagel : sa vision de l’Argentine aujourd’hui, réflexions sur la liberté, l’égalité, la fraternité, la fonction de l’artiste dans la vie politique, le rôle de la musique contemporaine.

Les Enfants de la guerre, Questions d’époque, production Eliane Contini, France Culture, 29.03.1997, 50’, magazine, radio

Débat enregistré à la suite du symposium international qui s’est tenu les 6 et 8 mars 1997 au Centre international de l’enfance et de la famille à Paris. Avec, notamment, le témoignage d’Alicia Oiberman, victime, avec sa fille, des militaires argentins. Elle raconte la déception d’une grande partie de la population argentine quand l’amnistie des militaires responsables du coup d’Etat a été votée. Elle parle de l’indignation de la population qui voit les tortionnaires vivre dans l’impunité en Argentine et du travail sur la mémoire avec l’organisation Les Grands-mères de Mai.

Les Chemins de Buenos Aires, Surpris par la nuit, prod Andrea Cohen, Alain Veinstein, France Culture, 29.06.2001, 01h30, magazine, radio

A partir du livre d’Albert Londres, l’émission, dont le sujet est l’immigration fondatrice de l’Argentine moderne, est composée trois volets : un volet fiction dans lequel on reconstitue le reportage d’Albert Londres, Le Chemin de Buenos Aires, un volet musical qui retrace l’histoire du bandonéon, et un volet documentaire constitué de témoignages d’Argentins qui vivent en France, enfants et petits-enfants de ces Européens partis au début du siècle pour l’Argentine.

Les Juifs d’Argentine : une voix, des cœurs, La Source de vie, Les Chemins de la foi, réa Josy Eisenberg, Pascale Kenigsber Cahen, France 2, 08.06.2003, 44’, magazine, interview, télévision

Reportage. Première partie d’une série en deux volets, consacrée à la communauté juive de Buenos Aires : ses origines, sa diversité, son organisation, l’enseignement religieux qu’elle dispense, et surtout son unité et sa solidarité. La communauté juive de France a lancé une campagne de solidarité avec les juifs d’Argentine. Dans ce premier volet, nous découvrons l’importante communauté de Buenos Aires qui se caractérise par un rare éclectisme en matière religieuse et communautaire.

Juan Solanas, Double culture, prod Tewfik Hakem, France Culture, 19.05.2005, 15’, Interview, radio

A l’occasion du festival du cinéma à  Cannes, Tewkik Hakem s’entretient avec le cinéaste d’origine argentine, Juan Solanas qui évoque le déchirement de l’exil.

30 ans après le coup d’Etat en Argentine, les enfants de l’exil, Travaux publics, prod Jean Lebrun, France Culture, 22.03.2006, 01h, magazine, radio

Emission présentée en direct et en public d’El Sur, par Jean Lebrun qui reçoit, à l’occasion de l’anniversaire du coup d’Etat du 24 mars 1976 en Argentine, de nombreux Argentins exilés en France, autour de Marina Franco, historienne, Horacio Hormazabal de France, terre d’asile, Nora Markman, psychanalyste mais également l’acteur Marcial Di Fonzo Bo, ainsi que les musiciens Javier Estrella et Juan Carlos Caceres.

Sœurs de résistance : Eléna Alfaro et Lucie Aubrac, La Marche du monde, Radio France Internationale, 15.07.2006, 20’, magazine, reportage, radio

Entretien avec Eléna Alfaro, résistante en Argentine sous la dictature de Jorge Rafael Videla et Lucie Aubrac, grande figure de la résistance française. Eléna Alfaro raconte son combat pour la justice et les droits humains et explique les raisons pour lesquelles elle a choisi Lucie Aubrac pour lui remettre la légion d’honneur, 30 ans après le coup d’Etat militaire en Argentine.

Les Argentins de Paris, 1,70, jou David Bobin, Planète, 16.02.2011, 8’, magazine, reportage, télévision

Reportage sur la communauté argentine de Paris. Présentation des milongas, soirées tango, évocation de l’immigration argentine en France et rencontre avec Alicia Bonet- Krueger, présidente de l’association Collectif pour la Mémoire et réfugiée politique.
Interviews de professeurs de tango, d’Alicia Bonet-Krueger et d’Hernan Bonet, comédien.

Miguel Angel Estrella, D’ici, d’ailleurs, prod Hélène Delye, France Inter, 06.08.2015, 53’, magazine, interview, radio

Hélène Delye reçoit Miguel Angel Estrella, pianiste d’origine argentine vivant actuellement en France, pour évoquer son parcours personnel. Pour retracer le parcours de l’invité, ils évoquent : Eva Perón, le poète et musicien argentin Atahualpa Yupanquin, et le professeur de piano Nadia Boulanger.

Résumé producteur :

« C’est lorsque qu’il était emprisonné en Uruguay, entre 1977 et 1980, qu’il a fait le serment de dédier son art à la défense des droits de l’homme, de faire une musique contre la torture, de jouer du piano contre les sauvageries humaines, contre l’apartheid. Miguel Angel Estrella est un immense pianiste, et un grand humaniste. Il est né en Argentine en 1940, il a été arrêté, emprisonné, torturé pour ses idées politiques, pour son ouverture d’esprit, pour sa volonté de partager son art avec tous. En 1980, grâce notamment à la solidarité de nombreux artistes et intellectuels, il a été libéré, et il a pu trouver refuge en France. Depuis 2003, il est ambassadeur de l’Argentine auprès de l’UNESCO. »

Quino

Scénariste et dessinateur de bande dessinée argentin. À travers la série Mafalda, Quino exprime ses idées sur son époque, et fait allusion à l’actualité argentine contemporaine, notamment à la dictature militaire. Il a été fait Officier de la Légion d’Honneur après 60 années  de dessins. Ses insignes lui ont été remis par l’Ambassadeur de France en Argentine.

La bande à BéDé : émission du 17 janvier 1984, La bande à BéDé, Récré A2, réa Olivier Baudoin, 17.01.1984, Antenne 2, 43’, Magazine

Magazine consacré à Quino, dessinateur argentin, et à sa bande dessinée Mafalda, créée en 1964.

La CITA, festival cultures d’Amérique Latine : auteurs engagés, Quino et Marie Monique Robin, Edition Euskal Herri Pays Basque, jou Stéphanie Deschamps, Bayonne, 02.10.2003, 2’, journal télévisé, reportage

Reportage sur le Festival des cultures latino-américaines avec la présence d’auteurs engagés dont Quino, le dessinateur argentin de Mafalda, qui rencontre son public. Projection du documentaire de Marie Monique Robin Les Escadrons de la mort, école française qui dénonce les implications militaires de la France dans les dictatures d’Argentine et du Chili. Ce film a causé la chute de généraux en Argentine. En France, une commission d’enquête parlementaire pourrait s’ouvrir.

Argentine : cinquante ans de carrière de Quino, Planète Europe – Planète monde, jou Marine de La Moissonnière, France Inter, 24.08.2004, 02’, chronique, radio

Correspondance de Marine De la Moissonnière depuis Buenos Aires à l’occasion de l’exposition consacrée au dessinateur caricaturiste argentin Quino pour ses cinquante ans de carrière.

Story : Mafalda, Journaliste Xavier Privat, Denis Batardière, Arte, 25.05.2014, 35’, magazine, reportage, Télévision

Reportage  consacré à la bande dessinée argentine Mafalda, créée par le dessinateur Quino. Les invités discutent de l’importance de cette petite héroïne qui a influencé la conscience politique de plusieurs générations d’Argentins et qui  symbolise l’humour et l’esprit frondeur argentin. Avec Rep dessinateur, Hugo Maradei, directeur du musée de l’humour et Leila Guerriero, journaliste.

Retour sommaire

6 – LA CHUTE DE LA DICTATURE ET LE RETOUR AU PAYS EN 1983

Retour Estrella Argentine, Antenne 2 Le Journal de 20H, journaliste Bernard Benyamin, Antenne 2, 02 juillet 1984, journal télévisé, télévision

Retour au pays pour le pianiste argentin Miguel Estrella qui, après deux ans et demi de prison suivis de 5 années d’exil en France, retrouve ses amis. A l’aéroport de Buenos Aires, Estrella embrasse son frère, effusion de tendresse avec ses amis qui l’entourent et l’embrassent. Puis, Miguel Estrella, assis à une table d’un café de Buenos Aires, écoute un duo bandonéon et piano qui joue un tango. Interview d’Estrella : «… comme un rêve qui devient réel… des gens me montraient toute l’espérance et ces retrouvailles avec des milliers d’Argentins […] Je reconstruis l’art dans cet entourage, je pense à vous aussi, à vous Français qui avez fait que je sois là aujourd’hui ».

Le Retour à la terre natale, Du côté de chez Fred, réalisation Michel Hermant, Antenne 2, 31 mai 1990, 01h15’, débat, interview, télévision

Quatre exemples particulièrement émouvants de personnes exilées pour des raisons politiques et historiques et qui ont retrouvé leur patrie après un temps fort long, et sans d’ailleurs y être retournées définitivement, tant le « contentieux » semble resté lourd : un Yougoslave victime de Tito et des communistes, un Argentin victime de Perón puis de la dictature militaire, une Chinoise victime de Mao et du communisme, un pied-noir victime de la fin de l’Algérie française. Leur point commun: ils ont témoigné à la fois de leur exil et de leur retour en écrivant chacun un livre.

Automne à Buenos Aires, Les Nuits magnétiques, production Andrea Cohen, Colette Fellous, France Culture, 14 octobre 1997, 1h18’, documentaire, radio

Documentaire, en trois parties, consacré à la ville de Buenos Aires.

1ère partie : « Automne à Buenos Aires : le retour » : cette première partie est consacrée au retour en Argentine de différentes personnalités exilées en France depuis le coup d’Etat de Videla : Fernando Solanas, cinéaste, Alicia Dujovne Ortiz, journaliste et auteur, Luis Felipe Noe, artiste, écrivain, Graciela Schneier, écrivain, Martha Montero, auteur, Martin Capparros, écrivain. Tous vont découvrir une nouvelle ville, de nouveaux visages et toutes les difficultés du retour, le travail, les amis d’enfance, la nostalgie …

2ème partie : « Automne à Buenos Aires : les mythes portenos » avec la participation de César Stroscio Jairo, Eduardo Bergara Leumann, Natu Poblet, José Maria Pena, Javier Castello, Luis Cardei.

3ème partie : « Automne à Buenos Aires : la ville et la mémoire » : avec la participation de  Graciela Fernandez Meijide, de Maria Laura Stirnemann et de femmes de la place de Mai.

7 – VIE CULTURELLE DES INTELLECTUELS ARGENTINS EXILES EN FRANCE

Regards croisés sur l’Amérique Latine : la persécution et l’art d’écrire, Les Chemins de la connaissance, producteur Jacques Meunier, France Culture, 07 juin 2006, 30’, documentaire, radio

Troisième émission d’une série de 5 consacrée à l’Amérique Latine. José Garcia Romeu, maître de conférences, spécialiste de littérature contemporaine argentine, explique les formes d’oppressions et de persécutions envers les écrivains qui les poussaient à l’autocensure pendant la dictature en Argentine. Il parle des listes noires des artistes argentins. Pendant cette période, les écrivains qui n’ont pas fuit le pays s’arrêtent d’écrire, suspendent la publication de leurs livres jusqu’au retour à la normalisation du pays.  Il évoque la place de l’intellectuel en 1970 en Argentine, principale cible de la répression militaire et décrit le thème du roman de Ricardo Pigliat Respiration artificielle.

Les pionniers, Victoria Ocampo et Jorge Luis Borges
Victoria Ocampo (1890 – 1979)

Ecrivaine argentine qui reçoit une grande partie de son éducation en français et suit des cours de philosophie à la Sorbonne. Elle fait partie des grandes figures de la littérature argentine.

Victoria Ocampo : 1ère partie, Victoria Ocampo, production Viviane Forrester, France Culture, 04 au 17 décembre 1973, entretien, radio

Série de neuf entretiens consacrés à l’écrivaine Victoria Ocampo. Elle parle des écrivains qu’elle a fait connaître en Amérique du Sud, de la littérature française, de la visite de Coquelin et de sa troupe à Buenos Aires et des représentations de l’ Aiglon d’Edmond Rostand, de son retour à Paris à l’âge de 18 ans, de sa rencontre avec Maurice Rostand, de son départ à nouveau pour Buenos Aires, de sa rencontre avec Stravinsky en 1934, de ses rencontres avec Paul Valery, Drieu La Rochelle , Maurice Ravel, Anna de Noailles, Le Corbusier et Eisenstein, de la création de la revue Sud en 1935 et de beaucoup d’autres sujets sur sa vie littéraire et personnelle ponctuée de nombreuses rencontres avec des écrivains illustres, des intellectuels et de nombreuses anecdotes liées à la vie culturelle de son époque.

Roger Caillois : 2ème partie, Archives du XXème siècle, Production Jean Jose Marchand, TF1, 20 avril 1977, 53’, Interview, récit portrait, Télévision

Dans le second volet de cet entretien, Roger Caillois évoque Victoria Ocampo dont il dresse le portrait : une femme belle, intelligente, riche qui était liée aux plus grands écrivains et artistes de son époque. Grâce à elle, il a pu fonder Les Lettres françaises, une revue partisane qui éditait des textes d’écrivains qui ne pouvaient plus publier dans la France occupée.

Jorge Luis Borges (1899 – 1986)

 

Ecrivain argentin considéré comme l’un des plus grands écrivains du XXème siècle.
Jorge Luis Borges, Lectures pour tous, production Pierre Desgraupes, Pierre Dumayet, 1ère chaîne, 09 novembre 1964, 23’, interview, télévision

Pierre Dumayet interviewe Jorge Luis Borges à l’occasion du numéro spécial que lui ont consacré les Cahiers de L’Herne. Jorge Luis Borges s’est senti à la fois accablé et reconnaissant de cet hommage dont il dit se sentir un peu indigne. Il parle de sa cécité presque complète et des personnes qui lui font la lecture. Il parle de ses positions politiques au cours de sa vie : du côté des Alliés pendant les deux guerres mondiales, puis anarchiste romantique opposé à Perón dont il ne veut même pas prononcer le nom. Il raconte comment il a perdu son emploi de bibliothécaire d’où on l’a chassé en l’humiliant. Sa mère et sa sœur ont été en prison. Il se considère comme un démocrate, à la conscience claire, mais précise qu’il n’y a pas d’interférence dans son œuvre. Il n’a jamais fait de littérature engagée. Il parle de son retour en Argentine en 1921-22, après ses études en Europe, de la découverte de son pays d’origine et de Buenos Aires, sa ville. Il parle d’un de ses textes Borges et moi et de la façon dont il se perçoit lui-même. Il répond à quelques questions sur les symboles dans son œuvre. Il explique aussi pourquoi il a écrit sous des pseudonymes. Il préférerait que le monde l’oublie mais qu’il se rappelle de quelques-unes de ses pages. Il ne pense jamais à sa renommée personnelle.

Borges, Un Certain regard, réalisation José Maria Berzosa, 1ère chaîne, 09 et 16 novembre 1969, documentaire, récit portrait, télévision

Documentaire, en 2 parties, consacré à la vie et à l’œuvre de Jorge Luis Borges. Nourri dès sa plus tendre enfance à toutes les sources de la littérature mondiale, des plus populaires aux plus ésotériques, Borges connaît aussi bien la poésie persane que les romanceros populaires espagnols, aussi bien Goethe ou Flaubert que le haïku. Interview de la mère de Jorge Luis Borges.

1ère partie : Le passé qui ne menace pas  ; 2ème partie : Les journées et les nuits

Livres en fête, réalisation Georges Barrier, Jean Claude Lubtchansky, TF1, 27 mars 1979, 01h21, magazine, reportage, télévision

Reportage de Jean Claude Lubtchansky à Buenos Aires où Jean d’Ormesson a rendu visite a Jorge Luis Borges. L’écrivain parle des livres qu’il aime (les siens et surtout ceux des autres),  il se sent poète et non raisonneur, pense que la poésie est plus importante que les hommes. Il évoque ses insomnies pendant lesquelles il écrit, il pense que la vie est en majorité une littérature, que tout est éphémère, et il se moque d’être oublié.

Il est filmé assis sur un canapé, puis au bras d’une jeune femme dans une grande allée bordée d’arbres.

Remise de la Légion d’honneur à Jorge Luis Borges, journaliste Noël Mamère, Antenne 2, 20 janvier 1983, 24’’, journal télévisé, télévision

François Mitterrand remet la Légion d’honneur à l’écrivain argentin Jorge Luis Borges.

Spécial Argentine, Le Cercle de minuit, réalisation Gilles Daude, France 2, 14 juin 1993, 01h03’, magazine

Michel Field consacre cette soirée à l’Argentine et plus particulièrement à l’écrivain Jorge Luis Borges, en compagnie, entre autres, d’Hector Bianciotti, écrivain et journaliste argentin, Susana Rinaldi, actrice argentine, Edgardo Cozarinsky, réalisateur argentin, et Jorge Lavelli, metteur en scène.

Spécial Odéon : exil, Jorge Luis Borges, Cosmopolitaine, production Paula Jacques, France Inter, 31 mai 2015, 53’, interview, radio

Emission consacrée à Jorge Luis Borges dans le cadre de la série Exils, destin d’écrivains. Paula Jacques s’entretient, depuis le Théâtre de l’Odéon, avec Hugo Santiago, réalisateur, au sujet de l’écrivain Jorge Luis Borges. Ensemble, ils évoquent la vie et l’œuvre de l’écrivain. Le comédien Denis Podalydès lit des extraits de son œuvre.

8 – ECRIVAINS ARGENTINS EXILES ET LEURS TEMOIGNAGES

Julio Cortazar
En 1951, opposé au gouvernement de Perón, l’écrivain argentin Julio Cortázar s’établit à Paris où il restera jusqu’à sa mort.  En 1963, il réalise son premier voyage à Cuba. Par la suite, Cortazar s’intéresse aux droits de l’homme et à la gauche politique en Amérique latine. Après le coup d’Etat de Pinochet au Chili, il participe activement à l’organisation du Dossier noir du Chili, et,  dans le seul but de parler du Chili, l’écrivain accepte pour la première fois de passer à la télévision française (voir la partie concernant le Chili)
Ouvrez les guillemets, production Bernard Pivot, 1ère chaîne, 25 novembre 1974, 01h17’, magazine, interview

Bernard Pivot consacre cette émission aux lauréats de prix littéraires. Parmi les invités, Julio Cortazar, prix Médicis étranger pour son livre Livre de Manuel. Cortazar se définit plus comme un latino-américain vivant en France que comme un Argentin. Il s’engage auprès des résistants chiliens contre le fasciste Pinochet. Il parle de son travail de traducteur et de l’évolution de sa façon d’écrire qui consiste à faire passer un message sans sacrifier la littérature, l’art. Julio Cortazar ne se considère pas comme un déraciné mais comme « un habitant de la planète terre avec ses racines ».

Les Après-midi de France Culture, France Culture, 14 au 17 juin 1976, 02h58’, Tranche horaire, Radio 

Série de quatre émissions dont l’invité est Julio Cortazar qui parle de sa vision du fantastique, de l’influence de l’Europe sur l’Argentine, du fantastique dans la littérature Argentine, de son attachement à l’Amérique latine. Il évoque le monde actuel, la France, son œuvre, ainsi que la littérature engagée, son écriture, son soi-disant hermétisme, sa recherche d’une qualité littéraire et la mission de la littérature sud-américaine actuelle. Enfin, il donne sa conception de l’écrivain.

Naturalisation française des écrivains Julio Cortazar et Milan Kundera, Antenne 2 les Nouvelles dernière édition, Journaliste Monique Atlan, Antenne 2, 01 juillet 1981, 2’, Journal télévisé, Télévision

Naturalisation française de deux écrivains étrangers : l’Argentin Julio Cortazar et le Tchèque Milan Kundera. Déclaration de Julio Cortazar.

« Je vis en France depuis 30 ans et mon statut d’étranger m’a obligé à rester en marge des affaires politiques du pays. J’ai pu écrire, ici, une grande partie de mon œuvre et participer de plusieurs façons à la lutte que nous et tant de latino-américains livrons pour la liberté de nos pays opprimés par des dictatures… »

Plateau invité : Julio Cortazar, écrivain, Télé Poitou-Charentes actualités, journaliste Louis Lara, France 3 Poitou Charente, 22 juin 1983, journal télévisé, télévision 

Interview de l’écrivain argentin Julio Cortazar à l’occasion de son passage à Poitiers. Il est l’invité du comité local de l’association France-Amérique latine. Il sera l’animateur, à la Maison du Peuple, d’une conférence sur le Nicaragua. Il parle des violations des droits de l’homme en Amérique latine et de la capacité de certains pays du sud à se sortir des impasses dans lesquelles ils se trouvent.

Julio Cortazar, Une Vie, une œuvre, Les Matinées de France Culture, France Culture, 27 décembre 1984, 01h25’, Magazine; Document à base d’archives, Radio

Hubert Juin s’entretient avec Hector Bianciotti, Severo Sarduy, Laure Guille Bataillon et Florence Delay. Ensemble, ils évoquent Julio Cortazar, décédé en février, sa personnalité, son œuvre, ses contradictions, son goût pour le fantastique, ses origines argentines, son travail de traducteur, la musique argentine, Carlos Gardel, sa volonté d’obtenir la nationalité française par engagement politique, son humour, son livre « Marelle », son rapport à l’enfance, son engagement personnel qu’il différenciait de son travail d’écriture et sa fascination pour la « logique détraquée », « le jeu du métro et de la marelle », l’évolution de son écriture, et son travail de traducteur.

Julio Cortazar entre terre et ciel, Surpris par la nuit, production Alain Veinstein, Andrea Cohen, France Culture, 05 décembre 2001, 01h30’, magazine, document à base d’archives, radio

L’émission propose un portrait intime de l’écrivain Julio Cortazar à travers des témoignages de ses proches, des entretiens d’archives et la lecture d’extraits de son œuvre littéraire.

Résumé producteur : « Julio Cortazar (1914-1984) est né à Bruxelles de parents argentins. Il a vécu la première partie de sa vie en Argentine puis s’est installé en France dans les années 50. L’intérêt pour l’œuvre de Julio Cortazar n’a cessé de grandir aussi bien en Amérique latine qu’en Europe. Julio Cortazar est lui-même multiple : tantôt écrivain maître du fantastique, tantôt homme engagé ; il le devint dans sa maturité en découvrant la Révolution cubaine au début des années 60. Si, à partir de cette période, Julio Cortazar mène une action politique conséquente, dénonçant la dictature militaire en Argentine, soutenant la Cuba socialiste et le Nicaragua sandiniste, il ne renoncera pas pour autant à sa liberté de créateur et à ses choix esthétiques. Entre terre et ciel, entre deux villes -Paris et Buenos Aires – que parcourt Oliveira (son double) dans le roman Marelle (Rayula), entre deux mondes, comme dans ses nouvelles : portrait intime de l’écrivain à partir de visites à ses proches, à Paris, à Saigon, dans le Luberon où Cortazar avait sa maison d’été et dans le Var où séjourne son ami l’écrivain belge Pierre Mertens. »

Hector Bianciotti (1930 – 2012)
Ecrivain, acteur, journaliste, qui n’échappe pas à la surveillance et à la délation sous Perón. Il s’installe à Paris en 1961 et est naturalisé français en 1981.
Le Temps de lire, production Pierre Dumayet, 1ère chaîne, 15 janvier 1973, 51’, magazine, interview, télévision

Pierre Dumayet interviewe Hector Bianciotti qui présente son livre Ce Moment qui s’achève. Il parle de son livre et de sa vie dans la Pampa, en Argentine, de l’Europe à travers ce que son père lui racontait quand il était enfant, de sa relation avec son père qui était Italien. Il commente une phrase que son père lui a dite lorsqu’il avait 7 ans et qui l’a marqué « Il n’y a ni dieu ni diable, nous tous finissons sur la terre ». L’interview alterne avec des photos.

Alberto Manguel
Ecrivain et traducteur argentin. En 1968, il quitte l’Argentine et habite par la suite dans divers pays. En 2001, il s’installe en France.
Le Bonheur d’écrire, la passion de lire, Bouillon de culture, production Bernard Pivot, France 2, 20 mars 1998, 01h12’, magazine, télévision

En direct du Salon du livre, Bernard Pivot reçoit, pour parler du bonheur d’écrire et de lire, trois auteurs Marie Darrieussecq, Alberto Manguel, Jean-Marie Gourio.

Alberto Manguel, auteur de Une Histoire de la lecture, souligne la place importante du livre dans sa vie et cela depuis la petite enfance. Il parle de sa rencontre avec Borges qui était également un grand lecteur. Il défend le principe de la lecture à haute voix qui se pratique encore dans les monastères, par exemple. Bernard Pivot lit des extraits du livre d’Alberto Manguel sur la lecture à haute voix, sur la relation entre écrivain et lecteur et un passage où l’écriture et la lecture se rejoignent.

Littérature : Alberto Manguel, Inter treize quatorze, Journaliste Christophe Hondelatte, France Inter, 29 mars 2000, 10’, journal parlé, interview, radio

Interview d’Alberto Manguel, pour son livre Dans la forêt du miroir (éd. Actes sud) : c’est un essai sur le livre, le lien entre le monde et les mots que nous choisissons pour le nommer. Chaque lecture est renouvellement pour le  livre, avec l’exemple d’Alice au pays des merveilles (au cours de sa vie, il en a fait plusieurs interprétations). Né en Argentine, Manguel est maintenant canadien. Il s’interroge sur la complexité de la nature humaine (exemple de son professeur qui lui a révélé le goût de la littérature et qui a aussi dénoncé ses camarades). Pour lui, la littérature a quelque chose de meilleur que l’homme. Il se considère comme couard car il était à l’étranger pendant la dictature. Il parle de son admiration pour le Che (une icône alors qu’en réalité, il était très égoïste…), de la bêtise de la dictature ; et de Borges qu’il accompagnait au cinéma alors qu’il était aveugle.

Alberto Manguel, L’Humeur vagabonde, production Kathleen Evin, France Inter, 28 septembre 2005, 48’, reportage, interview, radio

Kathleen Evin reçoit l’écrivain argentin Alberto Manguel à l’occasion de la publication de son dernier roman, Un retour, rêve fantastique et douloureux sur le passé retrouvé, sur son pays l’Argentine, une évocation de la période de dictature en Argentine. Dans son reportage, Julien Cernobori a interviewé la comédienne argentine Marilu Marini qui parle du livre d’Alberto Manguel.

Alberto Manguel, Double je, France 2, 25 novembre 2005, 26’, Magazine, interview, Télévision

Bernard Pivot s’entretient avec l’écrivain canadien d’origine argentine Alberto Manguel, chez lui, dans le Poitou. L’artiste revient sur son arrivée dans le village poitevin, sur sa passion pour la lecture et présente son imposante bibliothèque. Ensemble, ils évoquent l’enfance de l’écrivain, son apprentissage de plusieurs langues, ses voyages, son choix de la langue anglaise pour l’écriture, la langue française, l’arrivée à Paris, la France et ses lectures pour Jorge Luis Borges.

Miguel Benasayag

Philosophe, psychanalyste franco-argentin, arrêté sous la dictature de Videla puis torturé. Il est libéré en 1978 grâce au programme de libération des prisonniers français en Argentine.
Interview de Miguel Benasayag, journaliste argentin, Le journal du matin 7h00, journaliste Christian Marie Monnot, Antenne 2, 29 mai 1986, 3’, journal télévisé, interview

A l’occasion du 25ème anniversaire d’Amnesty international, témoignage de Miguel Benasayag, philosophe, qui raconte les conditions de sa libération lors du boycott de la coupe du monde de football en 1978 ainsi que son arrestation et la torture dont il a été victime.

24 mars 1976 : le coup d’Etat du général Videla en Argentine, Les Jours du siècle, production Ladislas de Hoyos, France Inter, 02 décembre 1997, 30’, documentaire, interview, radio

Interview de Miguel Benasayag, philosophe, à propos des quatre ans et demi qu’il a passé dans les prisons argentines sous Videla, de la répression après le putsch, des disparitions, de l’Alliance Argentine Anti communiste (AAA), du rôle de la CIA dans la dictature, de l’Argentine sous la répression, des 300 centres de torture en Argentine sous Videla, du grand centre d’interrogatoire de l’armée, l’école de mécanique de marine à Buenos Aires, et des Folles de Mai.

Extrait du témoignage anonyme d’un Argentin, diffusé le 26 août 1976 par France Inter à propos de la répression sanglante.  Extrait du reportage d’un journaliste d’Antenne 2, Richard Diau, sur les Folles de Mai.

Cahiers d’identité, production Miguel Benasayag, France Culture, 28 juillet au 29 août 2003, reportage, radio

Série de 25 reportages, journal de voyage de Miguel Benasayag, philosophe, psychanalyste, ancien combattant contre la dictature, exilé en France. Entre rencontres et réflexions personnelles, Miguel Benasayag part à la rencontre des Mères de la place de Mai, des Indiens, des jeunes et de ses proches. Au gré des lieux qu’il affectionne, il évoque des souvenirs, lorsqu’il s’engagea très jeune dans la résistance active contre la dictature

Miguel Benasayag, En sol majeur, Production Yasmine Chouaki, Radio France Internationale, 24 mai 2010, 50’, Magazine, interview, Radio

Interview de Miguel Benasayag, philosophe, psychanalyste, chercheur en épistémologie et ancien résistant guévariste franco-argentin, à l’occasion de la publication de son livre  Organismes et artefacts. Il parle de Cuarteto Cedron, chanteur engagé, de la dictature argentine, de sa généalogie, de son arrivée en France après sa détention en Argentine, du collectif Malgré tout, de la coupe du monde de football de 1978 organisée en Argentine, sous la dictature, et de l’identité culturelle.

Retour sommaire

9 – LES CINEASTES ARGENTINS EXILES EN FRANCE

Les cinéastes argentins les plus engagés émigrent en France, notamment, Edgardo Cozarinsky, Hugo Santiago et Fernando Solanas qui signent à distance des œuvres militantes, expérimentales, ou simplement nostalgiques.

Fernando Solanas

Cinéaste et homme politique argentin, auteur d’une œuvre cinématographique très engagée. Il s’exile en France après le coup d’État militaire de 1976
Cinéma critique : émission du 20 juin 1969, Cinéma critique, réalisation Pierre André Boutang, 2ème chaîne, 20 juin 1969, 27’, magazine, interview, télévision

Michel Ciment, critique de la revue Positif, présente les particularités du film La Hora de los Hornos (L’heure des brasiers), documentaire argentin de Fernando Solanas. Il replace ce documentaire dans une histoire du cinéma politique, le comparant à Calcutta de Louis Malle pour en souligner l’originalité. Enfin, il s’étonne de l’absence de films militants en France. Sa chronique est encadrée et illustrée d’extraits du film de Fernando Solanas.

Le Cinéma du tiers monde, Mosaïque, réalisation Dominique Giuliani, Taïeb Louhichi, FR3, 14 janvier 1979, 1h30’, tranche horaire, télévision

L’émission est consacrée au cinéma du tiers monde avec de nombreux invités parmi lesquels Fernando Solanas à l’occasion de la sortie de son film Les fils de Fierro. Fernando Solanas parle de l’Argentine et de la recherche de son identité culturelle, de son défi, en tant que cinéaste du tiers monde, de se battre du côté de la révolution avec des formules et un langage qui doivent accompagner la réalité.

Moteur, France 3 Pas de Calais, 20 novembre 1985, 06’, magazine, interview, télévision

Interview de Fernando Solanas, réalisateur, à propos de son film Tangos, l’exil de Gardel dont le thème principal est l’exil qui impose une rencontre avec une autre culture. Il parle aussi de son amour pour Paris. Il se définit comme un cinéaste engagé qui souhaite  l’indépendance et la liberté de son peuple.

Les Etoiles du cinéma, réalisation André Blanc, France Inter, 14 mai 1988, 1h30, magazine, radio

Dans cette émission en direct du festival Cannes, interviews de Carlos Saura et de Lambert Wilson pour Eldorado,  d’André Delvaux pour L’Œuvre au noir, de Luc Besson pour Le Grand bleu et de Fernando Solanas pour Le Sud.

Fernando Solanas présente son dernier film Le Sud sur le retour à la vie du peuple argentin après la dictature. Il souligne la dimension poétique de ses films, regrette le manque d’imagination du cinéma actuel, parle de l’importance du tango dans son film, évoque les énormes difficultés qu’il a rencontrées pour faire ce film et souhaite que le Festival de Cannes lui permette une plus grande diffusion de son film.

Portraits : Fernando Solanas, Production Marie Paule Vette, France Culture, 19 août 1990, 01h, Magazine, Radio

Fernando Solanas, cinéaste argentin, est surtout connu par son film Tangos, l’exil de Gardel qu’il réalise après huit ans d’exil en France, de 1977 à 1985. En Argentine, on le surnomme « le Fellini Argentin » car, s’il conçoit ses films comme une des formes de son engagement politique, il refuse le réalisme et choisit de s’exprimer avec l’écriture esthétique du cinéma et la culture à laquelle il appartient.

Fernando Solanas, production Robert Grelier, France Culture, 18 octobre 1993, 27’, interview, radio

Série de 5 émissions consacrée à la vie et à l’œuvre du cinéaste politique Fernando Solanas.

1ère émission : Fernando Solanas parle de son enfance, de la mort d’un de ses frères, de ses parents, de son éducation, de l’évolution économique de l’Argentine après la guerre et de la domination économique des Anglais qui provoque une réaction nationaliste.

2ème émission : il parle de son amour de la musique, de la littérature et du cinéma, du tango, de Carlos Gardel et d’Astor Piazzola, de son film Le Sud, et des cinéastes qu’il admire.

3ème émission : il parle de ses études de théâtre à Buenos Aires, de son travail de scénariste de bande dessinée, de ses films de publicité, de son premier voyage en Europe, de son premier film, de son intérêt pour les sujets sociaux, et de l’histoire de son pays.

4ème émission : il parle de ses films, des réactions de ses compatriotes à la dénonciation de la colonisation de l’Amérique du Sud par les Européens, des conditions de tournage en fonction de la situation politique, de l’exil à partir de 1976, et de son film sur les handicapés.

5ème émission : il parle de ses films Tango l’exil de Gardel, Le Sud, Le Voyage, de la corruption, des inégalités sociales et de tout ce qui le révolte en Argentine et en Amérique du Sud, de la censure et des menaces à la suite de ses positions politiques.

Fernando Solanas, Une Journée particulière de cinéma, réalisation Juan Solanas, Canal +, 19 mars 1995, 5’, tranche horaire, télévision

« Après 8 années d’exil, Fernando Solanas revient à Buenos Aires, le 22 mai 1991. Extrêmement critique vis à vis du gouvernent argentin, il reçoit 6 balles dans les jambes en guise d’avertissement. Il s’engage alors ouvertement dans la vie politique. Député depuis un an, il travaille parallèlement à l’écriture de son prochain film. »

La journée chargée de Fernando Solanas : chez lui à son travail d’écriture, au parlement où il est député, puis dans une école de cinéma pour un cours de mise en scène.

Fernando Solanas ou la rage de transformer le monde, Cinémaction, auteur René Predal, Gillo Pontecorvo, date de parution 01 octobre 2001, périodique

Articles :

– 1936 – 1976 : 40 ans de cinéma politique : premier entretien avec Fernando Solanas, René Predal

– 1968 : Solanas au festival de Pesaro, Lino Miccichè

– Vers un troisième cinéma /Fernando Solanas,, Octavio Getino

– 1977 –  2001: Argentine, Amérique latine.  Un cinéma d’opposition : deuxième entretien avec Fernando Solanas, Maria Valeri Battista

– Solanas vu d’Argentine / Leonardo M. D’Esposito

Fernando Solanas, cinéaste visionnaire, Metropolis, Arte, 25 septembre 2004, 07’, Magazine, reportage, Télévision

A Mar del Plata, en Argentine, entretien avec le cinéaste Fernando Solanas qui présente son dernier film Argentine, le holdup du siècle : mémoire d’un saccage dans lequel il dresse un bilan des vingt dernières années de son pays. Ses propos alternent avec des extraits du film.

Mémoires d’un saccage de Fernando Solanas, L’Actualité du cinéma, Production Catherine Ruelle, Radio France Internationale, 03 octobre 2004, 20’, magazine, interview, radio

Interview de Fernando Solanas, cinéaste argentin, à l’occasion de la sortie de son film Mémoires d’un saccage.

Résumé producteur : Mémoires d’un saccage, film de Fernando Solanas. Le grand cinéaste argentin, Fernando Solanas, auteur de L’heure des brasiers ou des Fils de Fierro, a partagé sa vie entre l’Argentine, son pays, et la France, sa terre d’exil. Dans ce documentaire intitulé Mémoires d’un saccage, il présente, comme un livre ouvert en chapitres lui permettant d’organiser le temps, les dix dernières années de l’Argentine avant l’accession au pouvoir en 2002 du président actuel. Un film pour nous faire mieux comprendre à la fois la destinée singulière de ce pays mais aussi à quel point l’Argentine, et l’Amérique latine en général peuvent être considérées comme des laboratoires de la globalisation. »

Hugo Santiago (1939 – 2018)

Réalisateur de films cultes, il est, entre autres, l’auteur d’Invasion présenté au Festival de Cannes en 1969. Il vit en France depuis 1959.

« Grâce à la production de l’Ina, Santiago entreprend la réalisation de ce qu’il appelle ses objets audiovisuels pour la télévision : une douzaine de films de toute nature, de toutes formes novatrices, à propos de tout genre de sujets ».

Films de théâtre : Adaptations visuelles selon les mises en scène d’Antoine Vitez (1930 – 1990)

Electre, FR3, Réalisation Hugo Santiago, 21 juillet 1990, 01h42’, Œuvre enregistrée en studio

Adaptations d’Electre de Sophocle, d’après le spectacle créé le 24 avril 1986 au Théâtre National de Chaillot.

La Vie de Galilée, Réalisation Hugo Santiago, Ina, 22 janvier 2006, réalisation dans un lieu public

Adaptation de La Vie de Galilée de Bertolt Brecht, d’après le spectacle de la Comédie Française créé le 24 mars 1990.

Films de musique

Oresteia, gibellina une geste sicilienne, réalisation Hugo Santiago, La Cinq, 30 avril 1990,

Autour du spectacle créé en août 1987 aux Orestiadi di gibellina, conçu et mis en scène par Yannis Kokkos et qui encercle l’opéra de Iannis Xenakis l’Orestie, d’après la tragédie d’Eschyle.

Réflexion narrative et poétique sur la Sicile.

Francis Poulenc : La voix humaine, Musicales : Cycle musique française, réalisation Hugo Santiago, FR3, 18 novembre 1990, 01h, réalisation dans un lieu public

Alain Duault présente le dernier numéro du cycle musique française avec la diffusion de l’œuvre La voix humaine : tragédie lyrique en un acte de Francis Poulenc sur livret de Jean Cocteau avec Dame Gwyneth Jones et l’Ensemble orchestral de Paris, dirigé par Serge Baudo. Un film d’opéra inspiré du spectacle créé en mai 1989 au théâtre Châtelet sous la direction de Stéphane Lissner et mis en scène par Alain Francon, décors et costumes de Yannis Kokkos.

Réalisations de retransmissions et documentaires

Christophe Coin, le musicien, Musica, réalisation Hugo Santiago, Arte, 22 mai 1996, 01h30’, documentaire, récit portrait

Portrait du violoncelliste Christophe Coin que l’on suit pendant plusieurs mois lors de répétitions, de concerts, d’enregistrements, seul ou en formation, jouant et dirigeant. En voix off, la voix de Hugo Santiago qui évoque la personnalité discrète de ce musicien complet. Christophe Coin travaille les magnifiques petites messes brèves de Mozart à la tête de l’Ensemble baroque de Limoges.

Le Quatuor Mosaïques joue Beethoven, Maestro, réalisation Hugo Santiago, Arte, 07 mars 1999, 43’, retransmission

Retransmission du concert donné par le Quatuor Mosaïques au Château La Borie le 27 septembre 1998. Au programme, le Quatuor n°14 de Beethoven. L’interprétation du Quatuor Mosaïques est précédée d’une présentation de l’œuvre par Christophe Coin.

Maurice Blanchot, Un siècle d’écrivains, réalisation Hugo Santiago, France 3, 30 septembre 1998, documentaire

Evocation de la vie et de l’œuvre de l’écrivain Maurice Blanchot. Témoignages et analyse de son œuvre illustrée par des lectures ou séquences filmées de ses livres pour dessiner le cheminement d’une œuvre et de son auteur à travers le siècle. Des documents d’archives illustrent le parcours politique de Maurice Blanchot.

Maria Bethânia do Brasil, Music Planet. Musica do Brasil, réalisation Hugo Santiago, Arte, 26 mai 2001, 01h30’, documentaire

Hugo Santiago a réalisé un documentaire consacré à la chanteuse la plus célèbre du Brésil : Maria Bethania. A travers un voyage effectué sur les lieux qui ont marqué son enfance et sa carrière, et la diffusion d’images d’archives, d’extraits de concerts, le réalisateur interviewe la chanteuse. Avec la participation de son frère, Caetano Veloso et du compositeur et chanteur Chico Buarque qui parlent de sa carrière et de sa personnalité.

Fonds Ina : productions et coproductions INA, Archives écrites

Fonds Ina : productions DPCR, Archives écrites

Nombreux documents écrits relatifs aux films d’Hugo Santiago, produits ou coproduits par l’Ina, notamment des dossiers de presse et des revues de presse.

Cinémagazine, production Philippe Esnault, France Culture, 08 mars 1975, 45’, magazine, radio

Magazine consacré au cinéma. La première partie de l’émission est consacrée à la vie et à l’œuvre d’Hugo Santiago, cinéaste argentin. Il parle du cinéma argentin et particulièrement du cinéma fantastique, de la « Nouvelle Vague » argentine, de ses films et de son équipe, de la production, de la liaison entre les cinémas d’Amérique latine et de sa conception du cinéma.

Plateau : Hugo Santiago, A2 édition de la nuit, Journaliste Hervé Claude, Antenne 2, 19 avril 1987, 02’30’’, Journal télévisé, Télévision

Invité du journal, le cinéaste argentin Hugo Santiago parle du dénouement rapide de la mutinerie des corps d’infanterie de Buenos Aires et de Cordoba, analyse les raisons de cette crise, explique l’importance historique de l’Armée et la force de la démocratie représentée par le Président Alfonsin.

Décryptage : Invasion, Cinébus, Karin Viard, France 5, 09 octobre 2002, 03’, magazine, reportage, télévision

Reportage consacré au film Invasion réalisé par le cinéaste argentin Hugo Santiago et dont le scénario avait été écrit par l’écrivain Jorge Luis Borges. Ce film, qui annonce la dictature du général Videla, avait disparu sous la dictature argentine. Il ressort aujourd’hui après restauration.

Le sujet alterne des extraits du film avec l’interview d’Hugo Santiago. Il parle du vol du film qui avait été réalisé entre 1968 et 1969, de la récupération du film et de sa restauration, de sa collaboration avec Jorge Luis Borges, écrivain, et du genre fantastique pour les Argentins, une manière de percer le réel.

10  – DOCUMENTS CONNEXES

Chaillot : Creuset des cinémas différents, Cinémathèque en liberté, production Chantal de Béchade, France Culture, 12 juin 1980, 01h24, documentaire, radio

Documentaire consacré à la Cinémathèque française et Henri Langlois, au rôle que la cinémathèque a joué dans le cinéma, et notamment dans l’éclosion de la nouvelle vague. Avec la participation de Hugo Santiago, Jean Rouch, Ababacar Samb, réalisateur sénégalais, Jean Charles Tachella, Georges Franju, Adine Wanono, réalisatrice super 8 et ancienne élève d’Henri Langlois, Judit Elek, cinéaste hongroise, etc…

Aluap, Festival International de Films de Femmes 1998. Films sélectionnés, réalisation Tatiana Merenuk, Hernan Belon, Divers fonds vidéo, 05 avril 1998, 18’, court métrage

Résumé producteur : « Argentine, 1976 : Paula a cinq ans, c’est son anniversaire. Il y a un gâteau, des ballons, des bougies mais tout n’est pas complètement normal. Par exemple, elle doit donner ses jouets à ses amis, au lieu d’en recevoir. En réalité, la famille est sur le point de s’exiler. Les enfants essaient de comprendre ce qui se passe. »

Rodolfo Walsh, le violent métier d’écrivain, Surpris par la nuit, production André Cohen, Alain Veinstein, France Culture, 17 février 2009, 1H14’, documentaire, radio 

Documentaire consacré à Rodolfo Walsh, 1927-1977, écrivain, journaliste argentin qui s’engagea dans la lutte contre la dictature. Interviews de Martin Caparros, écrivain, Noé Jitrik, écrivain, Eduardo Jozami, biographe de Rodolfo Walsh, Alejandro Valente, chef du service espagnol de RFI, Ignacio Ramonet, journaliste, Augustin Tealdo, professeur à l’école de radio ETER à Buenos Aires et de résidents de la Maison d’Argentine à la Cité Universitaire à Paris. En alternance avec des archives sonores et des extraits de textes de Rodolfo Walsh lus par Rodolfo de Souza.

Résumé producteur : « Depuis que la démocratie est revenue en Argentine (25 ans  en décembre  dernier) le nom de Rodolfo Walsh est devenu une référence. On assiste en Argentine et dans le monde hispanique à des hommages, études critiques, colloques sur son œuvre, réédition de ses livres, dont le plus célèbre, ‘ Opération massacre ‘, considéré comme précurseur du nouveau journalisme, vient d’être réédité en Espagne. Un jour avant d’être tué par les militaires, il avait écrit une lettre, sorte de j’accuse zolien, adressée à la junte qui gouvernait son pays. Ce texte est aujourd’hui lu dans les écoles à chaque anniversaire de ce dernier coup d’état militaire. C’est pourquoi  Osvaldo Bayer évoque au sujet de Rodolfo Walsh ‘ le tabou et le mythe ‘. Rodolfo Walsh représente la tension  de l’intellectuel entre littérature et engagement révolutionnaire, dans l’Amérique latine des années 70.  Aujourd’hui, certains privilégient la valeur politique de son œuvre et d’autres   signalent la dimension littéraire et intime de son écriture.

11 – PARCOURS A TRAVERS LES FONDS : autour de l’œuvre du réalisateur Edgardo Cozarinsky

EDGARDO COZARINSKY

Films de théâtre

Sarah, Théâtre, Arte, 09 janvier 1996, Documentaire

La Barraca : Lorca sur les chemins de l’Espagne, Théâtre, Arte, 23 janvier 1996, Documentaire

Films de musique

Christian ZACHARIAS joue Domenico SCARLATTI à Séville, Opus, FR3, 28 septembre 1991, Documentaire

Un opéra rescapé : Le Violon de Rothschild, Arte, 06 août 2000, Documentaire, adaptation

Tango désir, Danse, Arte, 16 mars 2003, Retransmission

– Le Violon de Rotschild, Mezzo, 08 décembre 2009, Long métrage

 

Films portraits de personnalités artistiques :

Mary MCCarthy, Mémoire, TF1, 07 décembre 1982, Interview

Jean Cocteau, autoportrait d’un inconnu, La Cinquième, 24 septembre 1995, Documentaire

Ingrid Caven, Profils, Arte, 05 octobre 2001, Documentaire, Récit portrait

Van Gogh et son double, Thema. Les fantômes de Vincent Van Gogh, Arte, 02 mars 1999,    Documentaire

– Les feux de la rampe, 1951, Chaplin aujourd’hui, Les arts, France 5, 22 décembre 2002, Documentaire

– Citizen Langlois, Canal+, 20 février 1995, Documentaire

Pour la série documentaire « Un Siècle d’écrivains » de Bernard Rapp :

Stefan Zweig, Un siècle d’écrivains, FR3, 14 janvier 1998, Documentaire

Italo Calvino, Un Siècle d’écrivains, FR3, 15 novembre 1995, Documentaire

Films historiques :

Pour mémoire : les Klarsfeld, une famille dans l’histoire, Vendredi, FR3, 14 février 1986, Documentaire

Ernst Jünger, journal d’occupation, Passé simple, TF1, 07 mai 1986, Documentaire

Quelques exemples de la documentation écrite :

Périodiques avec des articles consacrés au cinéma documentaire d’Edgardo Cozarinsky :

Cahiers du cinéma, Editions de l’Etoile, mars 1999, Périodique à propos du documentaire « Van Gogh et son double »

Positif, Mars 1980, Périodique

Cinématographe, Editions Jacques Fieschi, Juillet 1979, Périodique

Magazine littéraire, Directeur de la publication Guy Sitbon, mai 1979, Périodique

Archives : dossiers de presse, de revues de presse, documentation liée aux programmes audiovisuels co-produits par l’Ina ainsi que des diapositives et des photos accompagnées de documents de promotion :

Programmes audiovisuels co-produits par l’Ina, Fonds INA : SDEC, Donateur Sylvie Richard sur « Boulevard du crépuscule »

Antenne 2 : 1983, Fonds INA : productions et coproductions INA : sur le film « Autoportrait d’un inconnu par Jean Cocteau

Fiction 67, Fonds Arte : fiction, sur « Vincent Van Gogh et son double »

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.