Renouveler les sources pour l’étude de l’habitat social et l’histoire des femmes : les archives télévisuelles des années 1960

Article rédigé par Laetitia Overney, Maîtresse de Conférences ENSA de Paris-Belleville, Chercheure à l’Ipraus-UMR AUSser

Sur l’écran de longs travelling montrent des façades d’immeuble qui n’en finissent pas. En contre-point, au sol, des petites fourmis s’activent : elles traversent les dalles de béton pour conduire les enfants à l’école. Puis elles retournent prendre l’escalier pour astiquer leur appartement moderne et confortable. Une vue aérienne oblique accentue ce gigantisme urbain : sur fond de musique jazzy, des plans-masses de plus de mille logements se succèdent en accordéon géant. Ainsi la télévision des années 1960 nous fait découvrir un nouveau monde : les grands ensembles, les formes architecturales inédites, les femmes qui s’activent.

« Quarante mille voisins », Cinq colonnes à la Une, 2 décembre 1960

Ces trois éléments forment un tout indissociable. A l’image, les femmes (et les enfants) sont les figures centrales des grands ensembles. En journée, quand les hommes sont au travail à l’extérieur des cités, elles se consacrent aux tâches domestiques. La bande-son insiste : des « villes sans bureau, sans usine, sans atelier, sans fumée, sans bruit, sans circulation »[1]. Des cités d’un genre nouveau ! Et ce sont les femmes qui les habitent, semblent nous dire les archives.

Que sait-on de ces femmes qui ont espéré pendant de longues années leur logement neuf ? Quels rôles prennent-elles dans la vie collective ? Quelles pratiques et quels savoirs le logement social moderne vient-il mettre en jeu pour les femmes ?

En s’appuyant sur des sources encore peu exploitées – les nombreuses archives télévisuelles des années 1960- mes recherches interrogent le rôle des femmes dans les grands ensembles. Précieux témoin des processus sociaux en cours, la télévision des trente glorieuses tend un miroir à la société alors en pleine mutation. La question sociale et politique relative à la place des femmes se formule par de très nombreux documentaires. Entre conformisme et émancipation, les reportages télévisés constituent un vecteur d’expression publique inédit où se révèlent les perceptions et les aspirations des habitantes. A voix haute ou à mi mot, que disent-elles alors de leur travail et de leur logement,? Qu’est-ce qui est laissé dans l’ombre ou tout juste suggéré ? Finalement, à qui parlent ces femmes à travers la télévision ?

Un mot sur le corpus. Il est constitué de 26 documents conservés par l’Institut National d’Audiovisuel  et diffusés entre 1959 et 1973 – période phare de construction des grands ensembles, qui nous laisse aussi entrevoir les recompositions des rapports de genre propres aux années 1968. J’ai privilégié les reportages et les documentaires longs (de dix minutes à une heure) dans lesquels les femmes s’expriment abondamment, par de-là le jeu journalistique des questions/réponses qui ne récolte que des paroles convenues. Ces documents reposent pour la plupart sur une enquête approfondie des réalisateurs et témoignent d’un véritable travail documentaire, source précieuse d’analyse pour le sociologue[2]. C’est le cas par exemple des films de 52 minutes de l’émission Les femmes…aussi, produite par Éliane Victor de 1964 à 1973.

Le corpus nous permet par ailleurs d’appréhender les différences d’approche entre les émissions destinées à un public féminin (Les femmes… aussi, Aujourd’hui Madame, Le magazine féminin, Hebdo femmes du JT) et les émissions de reportages « tout public » (Cinq colonnes à la Une, Hexagone, Le troisième œil, Signes des temps, l’Avenir est à vous, JT, Des richesses et des hommes).

« Une femme dans la cité », Maurice Dugowson, Les femmes… aussi, 1ère chaîne, 9 octobre 1972

En privilégiant ces archives audio-visuelles, la recherche renouvelle les sources et les approches méthodologiques concernant l’habitat social. Parce qu’elles donnent longuement la parole aux locataires et offrent un contact sensible avec les habitantes et les lieux, elles nous aident à mieux connaître de l’intérieur les usages des logements sociaux construits pendant les trente glorieuses. On assiste à une sorte d’exhumation inédite du quotidien, la vie matérielle, les pensées, les gestes et les voix des grands ensembles. Il est étonnant de découvrir que les années 1960 sont soucieuses des nouvelles manières d’habiter, de la sphère domestique la plus ordinaire jusqu’aux équipements collectifs toutes portes ouvertes. Au total, ces archives constituent une source primordiale pour l’analyse de la diffusion des savoirs et des pratiques de l’habitat social.

C’est aussi l’histoire des femmes qui se trouve problématisée à travers ces fonds. Les documentaires télévisés retransmettent les sensibilités populaires et fourmillent d’indices de la réception des idées féministes. Ils font parler des femmes qui, sans doute, ne s’engagent pas dans les mouvements et ne se  revendiquent pas comme féministes, mais tiennent haut des propos incisifs sur leur condition. Leurs voix se font entendre clairement si l’on veut bien agrandir notre attention. Ces présences incarnées nous saisissent au fur et à mesure que l’on pénètre dans ces cités nouvelles, véritable monde de femmes, chantier inédit d’un puzzle qu’il faut pendre comme tel.

C’est pourquoi – si l’on veut  comprendre ce qui se joue là – il faut renoncer à une posture critique assurée qui prétendrait savoir lire et décoder les images, et qui chercherait la réalité derrière le masque ou l’imaginaire du réalisateur. Il faut « décevoir l’attente de qui veut lire là où il y a simplement à voir », nous souffle Jacques Rancière. Regarder ce qui est à l’écran, soit des femmes et des gestes de femmes, et reconnaître « la résistance du visible à se laisser lire »[3]. Dès lors, il faut abandonner « l’analyse des représentations des femmes » pour remettre en cause le grand partage qu’elle introduit : d’un côté, le point de vue « savant » qui accèderait au secret des images et révèlerait le poids des représentations, et de l’autre, le point de vue des femmes, peu conscientes de leur condition et déterminées à agir selon une idée du féminin qu’elles ont incorporée. Une vive attention envers les gestes des archives bouleverse profondément cet ordre des choses.

« Micheline, 6 enfants, allée des Jonquilles », Claude Goretta, Les femmes… aussi, 1ère chaîne, 24 avril 1967

Dès lors comment faire ? Il faut trouver un point de rupture dans notre habitude de regarder la télévision. J’ai donc travaillé l’archive en coupant le son afin de redresser le sens de la vue. Plus de discours, que des gestes. Plus de mots, que des mimiques et des sourcils causeurs. Puis dans un second temps, à l’inverse, j’ai retranscrit la bande sonore pour être au plus près des émotions dites et des mots de ces femmes. J’ai scruté leur visage, revenant en arrière lorsque j’avais mal entendu, quelques mots doux de l’une d’elles susurrés à l’oreille de son enfant malade. J’ai ensuite multiplié les angles et les distances ; j’ai analysé les mouvements de caméra, la manière de filmer le corps des femmes, le rapport entre les mots prononcés et les images du travail, les effets de montage, tout en resituant ces archives dans leur contexte de production et de diffusion. Travailler mes perceptions de ces détails, c’est agrandir des traits essentiels : objets, vêtements, silence et insistance. Ainsi peut-on entrer autrement dans la télévision des années 1960 ?

Un premier volet de cette recherche vient d’être publiédans la revue Images du travail/Travail des images, « Le métier de femmes en HLM : archives télévisuelles des années 1960 », dossier« Femmes au travail : quelles archives visuelles ? » coordonné par Marianne Cailloux, Françoise F. Laot et Anne Monjaret. Il sera présenté le 3 juin, à la BnF, à l’occasion d’une journée d’étude « Travail, genre et images : Les archives revisitées « . 

[1]   « Quarante mille voisins », Cinq colonnes à la Une,2 décembre 1960.

[2]   Ce pli de l’enquête approfondie s’expérimente dès les années 1950 avec des émissions qui cherchent à initier les français aux problèmes de la cité. C’est le cas de la magnifique série A la découverte des Français, entre autres les documentaires de l’anthropologue P-H. Chombart de Lauwe.

[3]   Rancière J. (1993), « L’histoire « des » femmes : entre subjectivation et représentation (note critique), Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, n°4, p. 1011-1018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.