LE THEÂTRE, LA DANSE ET l’ART LYRIQUE

Le théâtre, la danse et l’art lyrique sont présents dans de nombreuses collections et ressources documentaires de l’Ina. Ce document vise à présenter la diversité des fonds audiovisuels, web et écrits disponibles et à susciter l’intérêt pour ces sources de la recherche, qu’il s’agisse d’un projet universitaire (études théâtrales, histoire, sociologie, etc.), d’un projet professionnel ou personnel (travail de création, préparation d’une mise en scène ou d’une interprétation, etc.).

Guide réalisé par Arlette Aucher et Rachel Denoeud, documentalistes à l’Ina.

Les programmes décrits dans ce guide sont tous archivés par l’Ina et consultables dans  leur intégralité dans les centres de consultation de l’inathèque 

Ce guide est téléchargeable >>

SOMMAIRE

1- TELEVISION ET PRESSE FILMEE
Des oeuvres
Autour des œuvres
2- RADIO
Des œuvres
Autour des œuvres
3- WEB MEDIAS
4- FONDS TIERS
Théâtres nationaux
Centres dramatiques nationaux
Festival d’Automne
CNSAD
Opéra national de Paris
Opéra de Lille
5- DOCUMENTATION ECRITE
6 – PARCOURS A TRAVERS LES FONDS

1- TELEVISION ET PRESSE FILMEE

Ce fonds rassemble :
– les programmes diffusés sur les chaînes de télévision françaises de 1947 à nos jours, incluant depuis 2001 les chaînes du câble et du satellite et, à partir de 2005, les chaînes de la TNT.
– un fonds de presse filmée de la société Actualités françaises (1940-1969).
De nombreuses collections ou émissions ponctuelles ont été réalisées autour du théâtre et de l’opéra :
– des représentations des œuvres mêmes, sous la forme de retransmissions depuis une salle de spectacle, de créations ou d’adaptations filmées pour la télévision ou le cinéma, d’extraits utilisés dans des films
publicitaires.
– des émissions portant sur cet univers, autour des œuvres, de leurs auteurs ou de leurs interprètes sous la forme d’entretiens, de documentaires, de reportages d’actualité, de magazines et de fictions.
La liste ci-dessous est une sélection représentative mais non exhaustive.

1 – Des œuvres

Théâtre

Des retransmissions

Au Théâtre ce soir, 1ère chaîne ORTF puis TF1 (1966-1986)
Retransmissions en public depuis le Théâtre Marigny de pièces classiques et contemporaines (production, réalisation Pierre Sabbagh). Ex. Le Noir te va si bien de Jean Marsan d’après Saül O’Hara, mise en scène Jean Le Poulain, enregistrée exceptionnellement au Théâtre Edouard VII à Paris (22.12.1975).
Le Bonnet de fou de Luigi Pirandello, F3 (18.08.2000), mise en scène Laurent Terzieff, Comédie Française.
Théâtre en direct, Direct 8 (2005-2008)
Retransmissions en direct depuis le cinéma Mac Mahon. Ex. Mauvaise rencontre de Charles de Gaulle, mise en scène Jean-Luc Jeener (06.04.2005).
Mitterrand et Sankara de Jacques Jouet, France Ô (13.06.2008), mise en scène de Jean-Louis Martinelli, Théâtre Nanterre-Amandiers (co-production FÔ, Connaissance partagée).
Le Soulier de satin de Paul Claudel, diffusé en six parties sur ARTE (novembre-décembre 2009), mise en scène Olivier Py, Odéon-Théâtre de l’Europe (réalisation Vitold Krysinsky).

Des adaptations télévisées ou «Télé-Théâtre»

Le Mariage de Figaro ou la folle journée de Molière, 1ère chaîne RTF (25.12.1961), réalisation en studio par Marcel Bluwal.
Dom Juan ou le Festin de pierre de Molière, 1ère chaîne ORTF (06.11.1965), réalisation en décors naturels par Marcel Bluwal.
Le Soulier de satin de Paul Claudel, FR3 (10.01.1982), adaptation de Jean-Louis Barrault enregistrée en studio et interprétée par la compagnie Renaud Barrault (collection Théâtre pour toujours 1981-1982).
La Guerre de Troie n’aura pas lieu de Jean Giraudoux, A2 (08.02.1982), enregistrée sans public, mise en scène et réalisation de Raymond Rouleau.

Des longs métrages de cinéma

Elvire Jouvet 40 de Benoît Jacquot (1986), diffusé sur FR3 le 18.11.1987

Alors qu’il est professeur au Conservatoire supérieur d’art dramatique, Louis Jouvet a fait travailler à une jeune élève, Claudia, la dernière scène d’Elvire dans le Dom Juan de Molière. Ces leçons ont été sténographiées puis revues et corrigées par lui-même.

Mein Kampf, adapté de la farce de George Tabori, réalisé par Urs Odermatt (2009), diffusé sur ARTE le 27.08.2012.

A Vienne, au début du 20e siècle, un cuisinier et un colporteur juif prennent sous leur protection le jeune Adolf Hitler, étudiant aux Beaux-Arts.

Danse

Des retransmissions

Roméo et Juliette, 1ère chaîne RTF (21.06.1957), par le Ballet de l’Opéra de Paris au Festival Lyon Charbonnières, en direct du Théâtre antique de Fourvière : chorégraphie Serge Lifar, musique Tchaïkovski, interprètes Liane Daydé et Michel Renault (réalisation François Chatel).
Giselle, A2 (01.01.1978), chorégraphie Alicia Alonso, avec Noëlla Pontois et Mikhaïl Barychnikov au Palais Garnier (réalisation Dirk Sanders).
Danse en Avignon : retransmissions sur Mezzo de ballets contemporains donnés à Avignon en 2002 : chorégraphies d’Opiyo Okach, Christian Rizzo et Rachid Ouramdane, Christine Ficker, Bruno Pradet…etc

Des interprétations en plateau

Ballets de France, 1ère chaîne RTF (1951-1952), 27 ballets filmés par Jean Benoît-Lévy dans les studios de la télévision pour la RTF, orchestrés pour certains par Jean Wiener, produits par Jean Epstein, directeur de l’Edition française cinématographique.
Ex. Le Poignard, chorégraphie et interprétation de Jean Babilée, avec Xenia Palley et Serge Perrault (1952).
L’Invitation à la danse, 1ère chaîne RTF (1959-1965), magazine produit par Robert Fabre Le Bret et René Delange, présenté par Dany Robin (réalisation Pierre Viallet)
Ex. La nuit est une sorcière, dansé par Pierre Lacotte et Gene Robinson, musique Sidney Bechet, 02.05.1959.
Leda, ballet de Maurice Béjart dansé par Maïa Plissetskaïa et Jorge Donn (réalisation Dirk Sanders, Antenne 2, 1981), diffusé sur A2 le 14.03.1983.

Des courts métrages

Le p’tit bal, réalisé par le chorégraphe Philippe Découflé (Téléma et Arcanal, 1993), diffusé sur ARTE le 21.06.1995.
Kok réalisé par la chorégraphe Régine Chopinot (Alain Renault Productions, Compagnie Chopinot, Centre Chorégraphique de Poitou Charentes, 1993), diffusé sur ARTE le 01.05.1995
Emmy réalisé par le chorégraphe Daniel Larrieu (Heure d’Eté Productions et Canal Plus, 1995), diffusé sur C+ le 30.10.1995.
Art lyrique

Des retransmissions

La Grande nuit de l’opéra, 1ère chaîne (19.12.1958), retransmission en Eurovision depuis le Palais Garnier du premier récital de Maria Callas en France (réalisation Roger Benamou).
Wozzeck, ARTE (25.01.1995), opéra d’Alban Berg mis en scène par Patrice Chéreau, enregistré au Deutsche Staatsoper Berlin Unter den Linden pour la télévision (réalisation Bernard Sobel, ARD/BR 1994).

Des interprétations en plateau

La Belle Hélène, 1ère chaîne (21.01.1956) de Jacques Offenbach, adaptation pour la télévision par le réalisateur Stellio Lorenzi et le compositeur et chef d’orchestre Gérard Calvi.

Des courts métrages

Opéra imaginaire, série d’animation, extraits d’opéras en images de synthèse (Pascavision, CIM, Ina, SAF3, 1993), diffusée sur La Cinquième en 1995.
Le Diable boîteux de Jean Françaix (réalisation Christine Paillard et Raymond Pinoteau, La Sept ARTE et C+, 1994), diffusé sur Arte le 15.01.1997.

Des longs métrages de cinéma

Don Giovanni, film de Joseph Losey (1979), diffusé sur F3 le 29.12.2000.

Collections pluridisciplinaires

Musique pour vous, 1ère chaîne (1954-1969), magazine à visée didactique enregistré en studio, produit et présenté par Lucienne Bernadac.
Ex. L’Histoire du soldat d’Igor Stravinsky, interprété par des comédiens, des musiciens et des danseurs, parmi lesquels Jean-Pierre Marielle, Wladimir Skouratoff et Joan Cadzow (réalisation Marcel Bluwal, 12.07.1960).
A l’école des vedettes, 1ère chaîne (1956-1963), spectacles télévisés produits par Aimée Mortimer. Ex. Claude Bessy et son filleul dans l’émission, Cyril Atanassoff (17 ans), interprètent des fragments de Pas et Lignes de Serge Lifar, sur la Petite suite de Claude Debussy (réalisation Claude Barma, 10.01.1959).
Le Miroir à trois faces, 2ème chaîne (1964-1968), spectacles télévisés produits par Aimée Mortimer, présentant trois interprétations d’une œuvre : dramatique, lyrique et chorégraphique.
Ex. Roméo et Juliette (réalisation Roger Kahane, 28.04.1964).
Le Grand échiquier, 1ère chaîne puis A2 (1972-1989), spectacles télévisés produits par Jacques Chancel, composés d’entretiens et d’œuvres interprétées en plateau.
Ex. L’émission du 10.07.1975 réunit acteurs (Judith Magre), chanteurs (Chœurs de Radio France), musiciens (Ivry Gitlis) et danseurs (Ghislaine Thesmar et Michael Denard) autour du thème de la fête (réalisation André Flédérick).

2 – Autour des oeuvres

Théâtre

Des magazines

Jean Louis Barrault 1955 A Bureaux fermés, 1ère chaîne ORTF (1955), magazine d’Aimée Mortimer sur l’histoire des théâtres parisiens.
Ex. Le Théâtre de l’Atelier (24.01.1955), réalisation François Chatel.
A l’envers du décor, 1ère chaîne ORTF (1958-1959), magazine d’actualité théâtrale associé aux festivals d’art dramatique.
Ex. Shakespeare (17.07.1959), réalisation Hubert Knapp.
Théâtre d’aujourd’hui, 2ème chaîne ORTF (1967-1971), production de Lucile de Guyencourt et Jean- Louis Mingalon.
Ex. Festival de Nancy (16.08 et 19.07.1969) sur la préparation du 7ème Festival mondial de théâtre universitaire de Nancy, réalisation José Maria Berzosa.
Place au Théâtre, 1ère puis 2ème chaîne ORTF (1971-1974), magazine d’entretiens produit par Lise Elina et Max Favalelli.
Ex. Madame Marguerite de Roberto Athayde (19.01.1974), interviews d’Annie Girardot et Jorge Lavelli.
Les Feux de la Rampe, F3 (2002-2004), magazine de Bernard Rapp avec entretiens et portraits (Annie Girardot, Patrice Chéreau, etc.).

Actualités cinématographiques ou télévisées

Le Soulier de satin, presse filmée France Actualités (26.11.1943), reportage sur les répétitions de la mise en scène de Jean-Louis Barrault à la Comédie Française, en présence de Paul Claudel.
Le Roi se meurt. Page théâtre, 1ère chaîne ORTF (24.06.1962), rubrique d’actualité théâtrale incluse dans le journal télévisé.

Des documentaires

Roger Planchon. Théâtre d’aujourd’hui, 2ème chaîne ORTF (10/05/1969), documentaire tourné au Théâtre de la Cité de Villeurbanne, réalisation Jean Mailland.
Peter Brook ou pour un théâtre sans fard. Un certain regard, 1ère chaîne. ORTF (15.02.1970), série documentaire, interview par Enrico Fulchignoni, réalisation Maurice Dugowson.
Jean Le Poulain. A bout portant. TF1 (24.01.1976), interview par Pierre Bouteiller, réalisation Roger Sciandra.
La Leçon de théâtre, France 5 (1999-2004), série documentaire sur des cours donnés par des metteurs en scène (Stanislas Nordey, Patrice Chéreau, etc.)
Bernard Marie Koltès : comme une étoile filante. Un siècle d’écrivains, F3 (05.11.1997), réalisation François Koltès.
L’Ecole et le futur, France 5 (17/03/2002), documentaire sur la formation des comédiens au Théâtre national de Strasbourg.
Le Dernier Caravansérail (Odyssées), ARTE (30.10.2006), documentaire réalisé par Ariane Mnouchkine sur sa pièce de théâtre Le Dernier Caravansérail.

Danse

Actualités cinématographiques ou télévisées

Répétition d’un ballet télévisé par Serge Lifar, presse filmée France Actualités (26.11.1943)
Interview de Pina Bausch (8’) par Yves Mourousi sur le plateau du journal, TF1 (15.04.1987)
Roméo et Juliette, reportage sur le ballet d’Angelin Preljocaj, FR3 Lyon (27/12/1990)

Des magazines

Reflets de la danse, TF1 (1973-1982), magazine d’actualité de la danse, prod. Maximilien Roussin.
Du côté de chez Fred, A2 (1988-1990), magazine produit et présenté par Frédéric Mitterrand, dont plusieurs numéros comprennent de longs entretiens avec des danseurs (Yvette Chauviré, Maïa Plissetskaïa), des chorégraphes (Merce Cunningham, Roland Petit, etc.), le librettiste Boris Kochno.

Des documentaires

Entrez dans la danse, FR3 (1976), série de documentaires pédagogiques de Françoise Dupuy avec les Ballets modernes de Paris (réalisation Patrick Martin).
Les Enfants de la danse, A2/La SEPT (1988, actualisé en 1997), documentaire de Dirk Sanders sur l’Ecole de danse de l’Opéra de Paris.
Un jour, je serai danseuse, ARTE/Point du Jour (2005), feuilleton documentaire de Julie Lojkine.

Des fictions

L’Âge heureux, Le Trésor des Hollandais et L’Âge en fleur, 1ère chaîne puis A2 (1966, 1969 et 1975), feuilletons de Philippe Agostini d’après Odette Joyeux, avec des danseurs et des professeurs de l’Opéra de Paris.
Les Chaussons rouges, long métrage de Michael Powell (1948), diffusé sur Arte le 07.12.1998.

Art lyrique

Actualités cinématographiques ou télévisées

Franz Lehar à Paris, presse filmée (Les Actualités Mondiales, 25.01.1941).
Régine Crespin invitée en plateau pendant toute l’édition d’Antenne 2 Midi (04.06.1981).

Des magazines

Musiques au cœur, A2/F2 (1983-2009), magazine d’actualité de la musique et de la danse d’Eve Ruggieri comprenant interviews, reportages, retransmissions, œuvres interprétées en plateau.
Opéra, FR3 (1989-1992), magazine de Claire Newman composé de reportages sur des artistes, les métiers ou l’histoire de l’opéra.
Ex. Entretien avec Janine Reiss, chef de chant (29.10.1990)

Des documentaires

Vous reprendrez bien un peu d’opéra ! Voyage musical dans les maisons d’opéra en France, Mezzo/LGM (2007) de Yan Proefrock, diffusé sur Mezzo le 14.02.2007.
L’Opéra, quelle histoire ?!, série d’animation sud-coréenne de Lee Yong-Jee racontant les opéras aux enfants, diffusée sur ARTE en 2015.

Des fictions

Les Folies Offenbach, A2 (1977) feuilleton retraçant la vie de Jacques Offenbach, par Michel Boisrond avec Michel Serrault (coproduction A2, RTS, SFP).
Verdi, A2 (1983) feuilleton retraçant la vie de Giuseppe Verdi, par Renato Castellani (coproduction européenne RAI, A2, Bavaria, BBC, SVT2, TSS).

Films publicitaires

Groupama : fête (1998), réalisée par Patrice Chéreau. Annonceur : Groupama
Agence : Euro RSCG BETC
Producteur : Téléma
Soupline : la danseuse (1981) Annonceur : Colgate Palmolive Agence : DMB et B
Producteur : Télé 2000
Téléviseur Goldstar : la cantatrice (1996) : extrait de « La Flûte enchantée » de Mozart, réalisation Xavier Giannoli
Annonceur : Goldstar Agence : Louis XIV

Retour au sommaire

2- RADIO

Programmes radiophoniques diffusés de 1933 à nos jours, incluant depuis 2002 les chaînes nationales privées ainsi que RFI et Mouv’.

1 – Des œuvres

Théâtre

Des retransmissions

Le Prince de Hombourg de Heinrich von Kleist, mise en scène de Jean Vilar avec Gérard Philipe, en différé du Festival d’Avignon (1951).

Des dramatiques

Théâtre populaire Juin 44, Paris Inter (1949-1959) puis France Culture (1964-1970), série de dramatiques produites par le groupe d’action culturelle Juin 44.
Théâtre pour rire, Programme parisien (1951-1952), dramatiques humoristiques produites par André Roussin et Louis Ducreux, réalisées par Jean-Jacques Vierne.
Ex. Une Corneille qui abat des noix de Lambert Thiboust (27.12.1951) – Les Vaudevillistes du Second Empire.
Théâtre sur mesure, France Inter (1975-1976), dramatiques produites par Louis Rognoni. Ex. Les Otages de Jean-Jacques Varoujean (25.11.1975), réalisation Philippe Guinard.
Théâtre et Cie, France Culture (2007-2016), tranche horaire produite par Blandine Masson. Ex. Le Fou d’Elsa d’après Louis Aragon (29.09.2013).

Des créations sonores

Beckett pour ne pas finir, France Culture (26.11.2006), production des Ateliers de création radiophonique à partir de deux pièces radiophoniques de Samuel Beckett.

Art lyrique

Des retransmissions

Récital d’Elisabeth Schwarzkopf au Festival d’art lyrique d’Aix en Provence, avec Hans Rosbaud au piano, en différé sur Paris Inter le 29.07.1954.
Parsifal de Richard Wagner au Festival de Bayreuth, sous la direction de Pierre Boulez, en différé sur France Musique le 07.08.2004.
Festival de Radio France et Montpellier Languedoc Roussillon, France Musique (1985-2016), renommé en 2017 Festival Radio France Occitanie Montpellier.
Les concerts en direct, ou En direct d’Aix en Provence, Radio Classique (2009- )

Des interprétations en studio

Le Pont des artistes, France Inter (1989-2013), spectacles radio de Roland et Isabelle Dhordain associant plusieurs genres musicaux.
Ex. le 14.04.1989 : invité d’honneur, le baryton-basse Jean-Philippe Lafont.

2 – Autour des œuvres

Théâtre

La Petite gazette du théâtre français. RTF (1951-1957), magazine d’actualité théâtrale produit par Jacques Reynier et Jean de Beer
Ex. Georges Le Roy : souvenirs sur Mounet-Sully et Julia Bartet, Programme parisien (09.01.1955), causerie.
Jean-Louis Barrault et Madeleine Renaud, RTF (17.04.1954), entretien du magazine Rendez-vous à 5 heures.
Images et visages du théâtre d’aujourd’hui. RTF et ORTF (1959-1976), série d’entretiens réalisés par Moussa Abadi avec des personnalités du monde du théâtre.
Ex. Entretien avec Michel Bouquet (08.06.1967).
Les Coulisses du théâtre de France. RTF et ORTF (1960-1968), magazine d’actualité théâtrale avec extraits de pièces et interviews, produit par Roger Pillaudin, puis Harold Portnoy, avec la participation de Jean-Louis Barrault.
Ex. A propos du Rhinocéros et du Théâtre (09.10.1960).
Une journée au conservatoire d’art dramatique, France Culture (09.04.1994), reportage de la collection Grand Angle.

Histoire des théâtres et politique culturelle

Histoire du Théâtre de l’œuvre, RDF (1947), émission produite par Jacques Dapoigny.
Ex. L’otage de Paul Claudel le 10.07.1947 : lecture, extrait de la pièce et entretien avec Suzanne Desprès (Réalisation Jacques Reynier).
Les Maisons de la culture et la décentralisation, France Culture (01.11.1966), débat avec Jean Dasté, Guy Parigot, Hubert Gignoux, Maurice Sarrazin.
Jean Vilar, la véritable histoire du TNP, France Culture (28.05.1991), production Lucien Attoun, collection Hommage à.
Théâtre populaire : quel avenir ?, France Culture (22.10.1996), production Lucien Attoun, collection Tranche libre du mardi. Débat enregistré à la Fête de l’Humanité le 14.09.1996 avec Stanislas Nordey, Hélène Cixous, Alain Françon, Georges Lavaudant, Julie Brochen, Gabriel Monnet, Jack Ralite.

Danse

L’Ombre de la danse, Paris Inter (1954), causeries : présentations d’arguments de ballets. Ex. Le Jeune homme et la mort présenté par son auteur, Jean Cocteau, le 16.03.1954.
La Danse contemporaine, France Culture (1976), série d’entretiens avec des chorégraphes produite par Claude Hudelot, Daniel Dobbels, Lise Brunel.
Le Temps de la danse, France Culture (1992-1998), magazine d’actualité de la danse, produit par Gérard Mannoni, François Deletraz, Jacqueline Thuilleux, Antoine Livio.
Studio danse, France Culture (1999-2002), magazine sur la danse contemporaine produit par Stéphane Bouquet, Laurent Goumarre, Aude Lavigne.

Art lyrique

Allons à l’opéra, Paris Inter (1954-1955), magazine d’actualité lyrique de Michel de Bry.
Consuelo, comtesse de Rudolstadt, France Culture (1979-1980), feuilleton radiophonique d’après le roman de George Sand sur le parcours d’une cantatrice au 18ème siècle. Adaptation de Denise Bonal, réalisation de Jean-Jacques Vierne.
L’Atelier des chanteurs, France Musique (2004-2008), collection de reportages de Stéphane Goldet sur le travail d’interprétation des chanteurs lyriques.
Le Casque et l’enclume, France Musique (2011-2015), débats animés par Lionel Esparza sur l’actualité des disques, des spectacles d’art lyrique et des concerts.

Collections pluridisciplinaires

Le Masque et la plume, France Inter (1956 à nos jours), tribune critique hebdomadaire sur l’actualité des livres, du cinéma, du théâtre ou de l’opéra.
Ex. Théâtre en Avignon (19/07/2015)
Le Matin des Musiciens, France Musique (1978-2014), émissions d’analyse musicale. Ex. La leçon de musique de Janine Reiss (chef de chant) du 21 au 24/01/2008
Le Rythme et la raison, France Culture (1987-2006), séries documentaires diffusées du lundi au vendredi et portant sur des chorégraphes ou des compositeurs, l’histoire de la danse et de l’opéra, la vie des institutions d’opéra.
Arts scéniques et bouts de ficelle, France Inter (1990-1994), magazine d’André Blanc sur l’actualité du spectacle vivant et des arts de la scène : théâtre classique, théâtre lyrique, création contemporaine, spectacles musicaux ou chorégraphiques.
A voix nue : grands entretiens d’hier et d’aujourd’hui, France Culture (1997 à nos jours), entretiens avec une personnalité déclinés sur une semaine (Laurent Terzieff en 1997, Jean-Claude Gallotta en 1997, Gérard Mortier en 2005, etc.).
Classic Classique, RTL (2001-2011), entretiens menés par Alain Duault avec des personnalités en lien avec le monde de la musique, musiciens, danseurs, acteurs.
Théâtre et danse, France Culture (2003-2006), magazine de Joëlle Gayot et Laurent Goumarre.
Daniel Schick, Europe 1 (2002-2007), entretiens avec des artistes, musiciens, danseurs,
chorégraphes, acteurs, metteurs en scène.

 

Quelques producteurs d’émissions théâtrales ou musicales en radio  : Lucien Attoun ©FC.2013 ; Denise Bonal ©TF1.1979 ; Lionel Esparza. ©FC.2017

Retour au sommaire

3- WEB MEDIA

Dépôt légal du web

Sites internet liés aux médias audiovisuels, collectés par l’INA selon le périmètre défini par le Dépôt Légal de l’Internet depuis 2009.
Sont archivés aussi bien les sites que les blogs, forums, plateformes vidéo ou comptes de réseaux sociaux.

Sites de diffuseurs : chaînes de télévision et de radio, Web TV, Web Radio – Sites de producteurs audiovisuels
Sites de programmes, parmi lesquels des web documentaires : Ex. La Traviata, fabrique d’un opéra sur francemusique.fr
Plateformes de retransmissions de spectacles :
Ex. ARTE Concert : arte.tv/fr/videos/arte-concert
Ex. CultureBox de France Télévisions : culturebox.francetvinfo.fr
Fresques Ina.fr : En Scènes. Le spectacle vivant en vidéo (théâtre, danse, opéra, marionnettes etc.)

 

 

 

 

 

 

 

Fonds partenaires
Sites internet associés aux Fonds tiers conservés par l’INA.
Sites institutionnels :
Théâtres nationaux, Centres dramatiques nationaux, Conservatoire national supérieur d’art dramatique (CNSAD), Festival d’Automne
Opéra national de Paris, Opéra de Lille
Site associatif : Les Archives du Spectacle.

4- FONDS PARTENAIRES

L’Ina conserve des fonds audiovisuels issus de théâtres et d’opéras dans le cadre de conventions.

  • 4 Théâtres nationaux : Odéon-Théâtre de l’Europe, Théâtre National de la Colline, Chaillot-Théâtre national de la danse, Théâtre national de Strasbourg.
  • 4 Centres dramatiques nationaux (CDN) : Nanterre-Amandiers, Comédie de Reims, La Manufacture CDN
    Nancy-Lorraine, Théâtre national Populaire de Villeurbanne.
  • Festival d’Automne
  • Conservatoire national supérieur d’art dramatique (CNSAD)
  • Opéra national de Paris : Palais Garnier, Opéra Bastille, Ecole de Danse
  • Opéra de Lille

Théâtres nationaux

Odéon-Théâtre de l’Europe

Historique
Érigé en 1782 pour la Comédie-Française, le Théâtre-Français du faubourg Saint-Germain (1782-1789) a successivement pris les noms de : Théâtre de la Nation (1789-1793), Théâtre de l’Egalité (1794-1796), Théâtre de l’Odéon (1797-1808), Théâtre de Sa Majesté l’Impératrice et Reine (1808-1818), Second Théâtre-Français (1819- 1990). C’est sur ses planches qu’est révélée au XIXe siècle l’actrice Sarah Bernhardt. Occupé par les étudiants en Mai 68, il devient Théâtre national de l’Odéon en 1971. Le 1er juin 1990, il prend son indépendance vis-à-vis de la Comédie-Française, sous le nom d’Odéon-Théâtre de l’Europe. En janvier 2016, Stéphane Braunschweig est nommé à sa direction.

Fonds versés à l’Ina
Vidéo : 737 supports saisons de 1977-1978 à 2012-2013. Audio : 362 supports, saisons de 1969-1970 à 2005-2006. Programmes imprimés de saisons, de spectacles, affiches.

Contenu du fonds vidéo :

  • Répétitions et représentations de pièces classiques ou contemporaines françaises ou étrangères, parfois réunies en collections (Théâtre Feuilleton), organisées en saisons (Saison européenne, Saison anglaise) ou lors de festivals (Festival Automne).
  • Concerts et spectacles chorégraphiés,
  • Master class, entretiens avec des metteurs en scène, documentaires sur la pratique théâtrale,
  • Conférences de presse (comédiens, metteurs en scène, directeurs),
  • Evénements spéciaux ou soirées thématiques,
  • Documents issus du fonds personnel d’Olivier Py (CDN d’Orléans-Loiret-Centre),
  • Documents sur les coulisses d’un spectacle,
  • Bandes-annonces promotionnelles, présentations de saison,
  • Documents sur la vie du théâtre et personnalités de la scène, matériaux de documentation.
 Contenu du fonds audio :

  • Spectacles,
  • Séries de rencontres (Les Carrefours de l’Odéon), débats (Le théâtre dans un pays étranger, le masque au théâtre, etc.) et colloques internationaux (Colloque international des experts du théâtre, Rencontres parlementaires Europe Amérique latine, etc.).
  • Collections de lectures publiques (Textes dits, Lectures A.T.A.C, Lectures irlandaises, Lectures hispaniques, Le Temps des Livres, Paroles de poètes, Viva Vox),
  • Cartes blanches ou autoportraits d’auteurs dramatiques contemporains,
  • Documents issus du fonds personnel d’Olivier Py (CDN d’Orléans-Loiret-Centre),
  • Documents sur la vie du théâtre et personnalités de la scène, matériaux de documentation.

Théâtre national de La Colline

Historique
L’histoire du Théâtre de la Colline débute en 1962 avec l’acquisition du Zénith-Cinéma par le ministère d’Etat chargé des Affaires culturelles, qui attribue la salle à la compagnie théâtrale « La Guilde » du metteur en scène Guy Rétoré et la transforme en Centre dramatique national (CDN). Dix ans plus tard, le Théâtre de l’Est parisien (TEP) obtient le statut de Théâtre national. En 1982, Jack Lang décide son transfert dans une nouvelle salle plus grande, qui prend le nom de Théâtre national de la Colline en 1987, avec l’arrivée de Jorge Lavelli à la direction. Alain Françon poursuit à partir de 1996 l’œuvre de ses prédécesseurs, privilégiant la création contemporaine française et étrangère. En avril 2016, Wajdi Mouawad est nommé à sa direction.
Fonds versés à l’Ina
Vidéo : 419 supports, saisons de 1985-1986 à 2012-2013.
Audio : 184 supports, couvrant partiellement les saisons de 1985-1986 à 2005-2006. Programmes imprimés de saisons, de spectacles.

Contenu du fonds vidéo :

  • Répétitions, représentations de pièces classiques ou contemporaines, spectacles lyriques
  • Entretiens, rencontres et débats, soirées
  • Documents sur les coulisses d’un spectacle, présentations de saison
  • Documents sur la vie du théâtre et personnalités de la scène, matériaux de documentation.

Contenu du fonds audio :

  • Entretiens, débats, colloques, conférences, soirées spéciales (hommages, remises de prix), lectures publiques (œuvres littéraires ou poétiques, pièces de théâtre) : Cycle Hispanité, Explorations, Lectures de La Colline, Lectures Italiennes,
  • Présentations de saisons
  • Documents sur la vie du théâtre.

Chaillot-Théâtre national de la danse

Historique
Le Théâtre du Palais de Chaillot, construit en 1937 par les frères Niermans, devient le lieu symbolique du théâtre populaire, associé aux grands noms tels Jean Vilar puis Antoine Vitez, et affecté au TNP en 1972. Il est reconnu Théâtre national en 1975 et abrite une école jusqu’en 2006.
En 1993, l’ancien danseur Michel Reilhac crée le Bal Moderne à l’occasion du Festival Paris Quartier d’été, où les néophytes sont invités à apprendre des mini-chorégraphies créées à leur intention par des professionnels. En 2007, la programmation s’oriente vers la danse contemporaine. En juillet 2011, Didier Deschamps prend sa direction et est reconduit en 2016. Dans le même temps, le théâtre devient Chaillot-Théâtre national de la danse.
Fonds versés à l’Ina
Vidéo : 295 supports, saisons de 1979- 1980 à 2007-2008. Programmes imprimés de saisons, de spectacles, affiches.
Contenu du fonds vidéo :

  • Répétitions et représentations de pièces classiques ou contemporaines françaises, parfois réunies en manifestations pour la jeunesse (Enfants, Théâtre des enfants)
  • Concerts, spectacles chorégraphiés ou pluridisciplinaires français ou étrangers (La Havane à Chaillot, Buenos Aires Tango, Flamenco)
  • Documents sur les coulisses d’un spectacle (dont entretiens avec des metteurs en scène)
  • Documents sur la vie du théâtre et personnalités de la scène, matériaux de documentation.

Théâtre national de Strasbourg

Historique
Premier Centre dramatique national (CDN) créé en province en 1946, le Centre dramatique de l’Est basé à Colmar s’installe en 1954 à Strasbourg et devient Théâtre national en 1968 selon la volonté d’André Malraux. Sous la direction de Jacques Lassalle depuis 1983, le TNS mène une politique d’exploration de textes français ou étrangers méconnus. La programmation reflète l’ancrage territorial de l’institution autant que la volonté de restituer ce répertoire à un plus large public. Il forme aussi depuis 1954 (Michel Saint-Denis) aux métiers du spectacle au sein de son Ecole Supérieure d’Art Dramatique (ESAD). Stanislas Nordey est le directeur depuis le 26 septembre 2014.
Fonds versés à l’Ina
Vidéo : 45 supports, saisons de 1982-1983 à 1992-1993.
Contenu du fonds vidéo :

  • Représentations de pièces classiques ou contemporaines françaises ou étrangères, parfois à l’occasion de festivals (Festival d’Automne)
  • Créations musicales
  • Matériaux de documentation.

Centres dramatiques nationaux

Nanterre-Amandiers, centre dramatique national

Historique
Le Théâtre Nanterre-Amandiers ou Théâtre des Amandiers est né en 1965 du premier Festival de Nanterre, sous unchapiteau au lieu-dit Côte des Amandiers où la Compagnie Pierre Debauche se produit. En 1969, le théâtre s’installedans un bâtiment provisoire avec une préfiguration de la Maison de la Culture et devient Centre dramatique national en 1971. Se succèdent à la direction de l’une et l’autre institution Pierre Debauche/Pierre Laville, puis Xavier Pommeret/Raoul Sangla. Elles sont dissoutes en 1982 pour constituer la SARL Nanterre-Amandiers, dont la Direction est confiée à Patrice Chéreau et Catherine Tasca jusqu’en 1990, puis à Jean-Pierre Vincent. L’Atelier de Théâtre et de Musique (ATEM) de Georges Aperghis s’y installe en 1991 et une troupe permanente est créée en
1995. Stanislas Nordey et Jean Jourdheuil sont associés à la marche artistique de Nanterre-Amandiers mais Stanislas Nordey et sa troupe partent en 1997. En 2001, Jean-Pierre Vincent et l’ATEM quittent le théâtre. Les directeurs suivants sont : Jean-Louis Martinelli en 2002 puis, en 2014, Nathalie Vimeux et Philippe Quesne ; depuis juillet 2016, ce dernier assure seul la direction du théâtre.
Fonds versés à l’Ina
Vidéo : 234 supports, saisons de 1984-1985 à 2007-2008. Programmes imprimés de saisons, de spectacles, affiches.
Contenu du fonds vidéo :

  • Répétitions, extraits ou représentations de pièces classiques ou contemporaines françaises ou étrangères, in situ ou en tournée et parfois dans le cadre de manifestations (Enfant du siècle) ou de festivals français ou européens (Festival d’Automne, Festival d’Avignon, Festival de l’Union des Théâtres d’Europe)
  • Répétitions, spectacles de marionnettes, spectacles chorégraphiés ou pluridisciplinaires français ou étrangers, spectacles lyriques, concerts
  • Documents sur les coulisses d’un spectacle
  • Documents sur la vie du théâtre et personnalités de la scène
  • Matériaux de documentation.

Comédie de Reims, centre dramatique national

Historique
La Comédie de Reims est l’ancienne Maison de la Culture André Malraux où se succèdent André Meignan dit « Marial » (1962 et 1968), René Jeauneau (1969-1971), Alain Guy (1972-1978), Jacques Darolles (1978-1986).
Sous la direction de Jean-Pierre Miquel (1979-1983), et, pour éviter la cohabitation avec les activités de la maison de la culture, s’installe dans l’ancien collège des jésuites en prenant le nom de Théâtre de la Comédie. Avec Jean-Claude Drouot (1984-1986), il est renommé Le grand nuage de Magellan en s’appropriant l’espace André Malraux. Denis Guenoun (1987-1990) lui succède. Christian Schiaretti (1991-2001) organise des réaménagements significatifs et le théâtre devient Comédie de Reims. Emmanuel Demarcy-Motta (2002-2008) crée un collectif permanent (scénographes, musiciens, auteurs) qui développe des formes artistiques autour de la poésie et de la découverte d’auteurs contemporains, comme la quinzaine Les Langagières. Ludovic Lagarde lui succède en janvier 2009.
Fonds versés à l’Ina
Vidéo : 267 supports, saisons de 1976-1977 à 2001-2002. Programmes imprimés de saisons, de spectacles, affiches.
Contenu du fonds vidéo :

  • Représentations de pièces classiques ou contemporaines, de spectacles lyriques, in situ ou en tournée en France et en Europe
  • Lectures, concerts, spectacles musicaux, soirées spéciales, rencontres, débats publics, cartes blanches, joutes verbales, dans le cadre de la quinzaine Les Langagières.
  • Eléments vidéo intégrés aux spectacles
  • Documents sur les coulisses d’un spectacle
  • Documents sur la vie du théâtre et personnalités de la scène, matériaux de documentation.

La Manufacture, centre dramatique national Nancy-Lorraine

Historique
Dans les années 60, Henri Dégoutin crée à Nancy une compagnie théâtrale qui devient la Comédie de Lorraine. En 1979, elle obtient le statut de Centre Dramatique National pour l’Enfance et la Jeunesse (CDNEJ). Ses activités (1984-1987) sont à l’origine de la création du Théâtre de la Manufacture (ancienne manufacture des tabacs), labellisé Centre dramatique national en 1988. Il est successivement dirigé par Anne Delbée (1988-1992), Charles Tordjman (1992-1999), sous l’appellation La Manufacture-CDN Nancy-Lorraine. En 2010, Michel Didym prend sa direction, fait réaliser des travaux et crée les RING (Rencontres Internationales des Nouvelles Générations) à destination du jeune public. Orienté vers des textes contemporains et le répertoire classique, le théâtre présente ses créations et accueille des spectacles nationaux, régionaux et étrangers. Il est aussi un lieu de formation pour tous publics (élèves du secondaire en option-théâtre, universitaires en formation théâtrale et professionnels, mais aussi des publics dits «empêchés»).
Fonds versés à l’Ina
Vidéo : 238 supports, saisons de 1986-1987 à 2013-2014. Programmes imprimés de saisons, de spectacles.
Contenu du fonds vidéo :

  • Représentations de pièces classiques ou contemporaines françaises ou étrangères, parfois dans le cadre de manifestations (Les nuits de la pleine lune, Théâtre d’été, 1919-1914 : l’Europe des Avants-Gardes), des rencontres de la quinzaine (RING) ou d’un festival (Passages)
  • Spectacles de cirque et de marionnettes français et étrangers
  • Lectures publiques, concerts, récitals, spectacles musicaux ou chorégraphiés, français et étrangers
  • Entretiens de personnalités de la scène, rencontres et débats à thèmes, parfois dans le cadre d’une manifestation (Les nuits de la pleine lune) ou d’un festival (Passages)
  • Documents sur les coulisses d’un spectacle, matériaux de documentation.

Théâtre National Populaire de Villeurbanne

Historique
Fondé en 1920 par Firmin Gémier (inventeur en 1911 d’un théâtre national ambulant), le Théâtre National Populaire est logé dans le Palais du Trocadéro à Paris. Après la mort de Gémier, la guerre et l’Occupation, l’institution connaît une longue éclipse. En 1951, Jean Vilar prend la tête du TNP, réintègre Chaillot après le déménagement de l’ONU. Il conçoit son théâtre comme un « service public » et tisse un réseau avec des associations, comités d’entreprise, étudiants, clubs. Il crée l’association Les Amis du Théâtre Populaire et relance la revue Bref initiée par Gémier. En 1963, Georges Wilson lui succède. Parallèlement, le Théâtre de la Cité de Villeurbanne, fondé en 1957 par Roger Planchon et son équipe (Isabelle Sadoyan, Jean Bouise, Claude Lochy…), devient un théâtre de création. En 1972, il devient Centre dramatique national au sigle de « Théâtre National Populaire ». Roger Planchon partage avec Patrice Chéreau et Robert Gilbert sa direction, et le TNP devient le lieu de la décentralisation. En 1986, Georges Lavaudant succède à Patrice Chéreau et partage avec Roger Planchon la direction jusqu’en 1996. En janvier 2002, Christian Schiaretti perpétue les fondamentaux de son prédécesseur et, en 2011, inaugure un nouveau Grand théâtre.
Fonds versés à l’Ina
Vidéo : 106 supports, saisons de 1972-1973 à 2014-2015. Programmes imprimés de saisons, de spectacles.
Contenu du fonds vidéo :

  • Répétitions, générales, représentations de pièces classiques ou contemporaines françaises ou étrangères, in situ ou en tournée, parfois dans le cadre de festivals (Festival de Union des Théâtres d’Europe, Festival d’Automne) ou de manifestations (Intégrales)
  • Spectacles lyriques, parfois dans le cadre de manifestations (Intégrales), des spectacles chorégraphiés ou théâtro-musicaux, des concerts
  • Documents sur les coulisses d’un spectacle
  • Présentation de saison, conférences publiques, bandes-annonces de programmes
  • Matériaux de documentation.

Festival d’Automne

Historique
Le Festival d’Automne (régi par la loi de 1901) a été fondé en 1972 par Michel Guy, avec le soutien du président Georges Pompidou. Dirigé ensuite par Alain Crombecque de 1992 à 2009, sa direction est aujourd’hui confiée à Emmanuel Demarcy-Mota. Chaque année, de septembre à décembre, ce festival international
propose une programmation de spectacles pluridisciplinaires (théâtre, musique, danse, arts plastique, cinéma, etc.), expérimentaux ou proposant une découverte des arts traditionnels extra-occidentaux. Sans lieu spécifique, il s’associe à des structures culturelles de Paris et de sa région pour accueillir les spectacles des artistes produits (Odéon-Théâtre de l’Europe, Ménagerie de Verre, Centre Pompidou, Nanterre-Amandiers, Théâtre du Châtelet, Scène Watteau de Nogent-sur-Marne, Chapelle des Récollets, Nouveau théâtre de Montreuil, tarmac du Centre national de la danse, etc.).

Fonds versés à l’Ina
Vidéo : 449 supports, saisons de 1991-1992, puis de 1995-1996 à 2012-2013. Audio : 28 supports, saisons 1985-1986 et 1996-1997.
Programmes imprimés de saisons, de spectacles, dossiers de presse.
Contenu du fonds vidéo :

  • Représentations de pièces classiques ou contemporaines, spectacles lyriques, concerts, spectacles chorégraphiés, français ou étrangers
  • Matériaux de documentation.

Contenu du fonds audio

  • Spectacles lyriques ou musicaux.

Conservatoire national supérieur d’art dramatique (CNSAD)

Historique

Anciennement Ecole royale de chant et de déclamation (1784), Conservatoire de musique et de déclamation (1806), le Conservatoire national de musique et d’art dramatique créé en 1934 se scinde en 1946 en deux institutions distinctes : Conservatoire national de musique et Conservatoire national d’art dramatique. Paul Abram devient alors le premier président de ce dernier, installé rue du Conservatoire (Paris 9e). Lui succèderont Roger Ferdinand (1955-1967) ou encore Pierre-Aimé Touchard (1968-1974), tandis qu’Antoine Vitez (dès 1970) ou Michel Bouquet (de 1977 à 1988) rejoignent l’équipe enseignante. En 1991, l’établissement devient Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Il est dirigé depuis décembre 2013 par Claire Lasne-Darcueil.

Fonds versés à l’Ina

Vidéo : 1566 supports, promotions de 1969-1970 à 2003-2004.

Programmes imprimés : bordereaux polycopiés de programmes ou d’ateliers, classés par années scolaires, et quelques flyers.

Contenu du fonds vidéo :

  • Extraits de pièces classiques ou contemporaines ou « Scène à scène », dans le cadre du concours de fin de scolarité ou « journées de sorties », « Concours Publics », « Journées du Conservatoire », « Journées de Juin ».
  • Représentations de pièces classiques ou contemporaines, adaptations ou créations originales, issues d’ateliers d’élèves ou «Atelier Spectacle » dirigés par les professeurs du CNSAD ou d’autres professionnels accueillis puis, à partir de 1972, parfois à l’initiative de l’association “Le Jeune Théâtre national”, mises en scène par d’anciens élèves du CNSAD (insertion professionnelle).
  • Spectacles musicaux ou chorégraphiés.
  • Quelques cérémonies de remise de prix de concours publics (1971, 1981, 1982).
  • Une séance d’audition d’élèves étrangers, cours et stages divers (caméra, chant, expression corporelle et vocale, danse, masque neutre, initiation à la commedia dell’arte, diction, improvisation, escrime).
  • Des documents qui témoignent de la vie du théâtre : séminaires, conférences/colloques/débats, avec des invités spécialistes français et étrangers (acteurs, metteurs en scène et auteurs dramatiques), des cérémonies ou évènements exceptionnels (« Jean-Pierre Miquel, décoré de la Légion d’Honneur au CNSAD.1990», “Bicentenaire du CNSAD en1986”, “Hommage à Louis Jouvet à l’Athénée le 14 décembre 1987 »).
  • Documents sur les coulisses d’un spectacle, du conservatoire, film d’élèves et divers matériaux de documentation.

 

Opéra national de Paris

Historique
Sous Louis XIV sont créées l’Académie royale de Danse (1661) puis l’Académie royale de Musique (1669).
Le Palais Garnier est inauguré en 1875, l’Opéra Bastille en 1989. Les deux lieux forment l’Opéra de Paris en 1990, dénommé Opéra national de Paris en 1994.
L’établissement (EPIC) comprend le Ballet de l’Opéra national de Paris, l’Ecole de Danse, l’Orchestre et le Chœur de l’Opéra national de Paris, l’Atelier lyrique.
Les fonds versés à l’INA
Environ 10.000 supports
Captations audio et vidéo effectuées par les équipes techniques de :
– l’Opéra Garnier : saisons de 1971-1972 à 2008-2009 (incluant l’Opéra-Comique de 1979 à 1988),
– l’Ecole de Danse : promotions de 1975-1976 à 2008-2009,
– l’Opéra Bastille : saisons de 1989-1990 à 2008-2009. Programmes imprimés de la saison, du spectacle.
Contenu du fonds vidéo :

  • Danse
    Représentations, répétitions générales et filages, à Paris, à Nanterre ou en tournée.
    – Ballets classiques et contemporains interprétés par le Ballet de l’ONP, des compagnies invitées, les élèves de l’Ecole de Danse ;
    – Créations du Groupe de Recherches théâtrales de l’Opéra de Paris de Carolyn Carlson (GRTOP 1975-1980) puis du Groupe de Recherche chorégraphique de l’Opéra de Paris (GRCOP 1981-1989). > Art lyrique
    Représentations et répétitions générales d’opéras, de récitals, de spectacles de l’Atelier lyrique.
  • Musique instrumentale
    Concerts de musique symphonique ou de musique de chambre donnés par les musiciens de l’Opéra.
  • Activités pédagogiques
    – Jeune public : représentations pour les scolaires et les familles
    – 10 mois d’école et d’opéra : spectacle final d’un programme pédagogique en partenariat avec des écoles de zones d’éducation prioritaire
    – Cours publics : master class, démonstrations de l’Ecole de Danse, cours d’interprétation de ballet
  • Conférences et rencontres débats, entretiens patrimoniaux

Contenu du fonds audio :

  • Captations sonores de spectacles, répétitions, conférences.

Exemples de captations

Roméo et Juliette, 1991, Opéra National de Paris, Palais Garnier

Captation audiovisuelle le 13 décembre 1991 au Palais Garnier de la répétition générale de Roméo et Juliette, ballet chorégraphié et mis en scène par Rudolf Noureev d’après Shakespeare, sur la musique de Serge Prokofiev. Les danseurs du Ballet de l’Opéra de Paris sont accompagnés par l’Orchestre national de l’Opéra de Paris dirigé par David Porcelijn.

Le Lac des Cygnes, 1990, Opéra National de Paris, Palais Garnier

Captation audiovisuelle du ballet Le Lac des Cygnes, dans une chorégraphie et une mise en scène de Rudolf Noureev d’après Marius Petipa et Lev Ivanov et sur une une musique de Piotr-Ilitch Tchaikovski, donné le 10 mai 1990 à l’Opéra Garnier (Paris).

GRCOP : LA, 1986, Opéra National de Paris, Palais Garnier

Captation audiovisuelle le 14 janvier 1986 à l’Opéra Comique de la répétition générale du ballet LA des chorégraphes Anne Koren, Mathilde Monnier, Josef NADJ, Alain Rigout et François Verret. Il est présenté en création mondiale par les danseurs du GRCOP, Groupe de Recherche Chorégraphique de l’Opéra de Paris, sur une musique de Ghédalia Tazartes.

La Fille mal gardée, 1993, Ecole de danse au Palais Garnier

Captation audiovisuelle de la répétition générale du ballet en mars 1993 au Palais Garnier, pour un spectacle donné par les élèves de l’Ecole de Danse de l’Opéra de Paris.

Le Bal des cadets, 1988, Ecole de danse au Palais Garnier

Captation audiovisuelle en mai 1988 du ballet , lors d’un spectacle donné par les élèves de l’Ecole de Danse de l’Opéra de Paris au Théâtre des Champs Elysées. Copie de travail plans larges.

Am Anfang, 2009, Opéra Bastille

Captation audiovisuelle de la répétition générale d’une oeuvre commandée par l’Opéra national de Paris à l’occasion du 20ème anniversaire de l’Opéra Bastille et du départ de Gerard Mortier de la direction : Am Anfang (“Au commencement”), installation de l’artiste plasticien allemand Anselm Kiefer sur des textes de l’Ancien Testament lus par des récitants, et une musique du compositeur Jörg Widmann.

Les Contes d’Hoffmann, 1992, Opéra Bastille

Captation audiovisuelle à l’Opéra Bastille le 13 avril 1992 de la répétition générale de l’opéra de Jacques Offenbach Les Contes d’Hoffmann, dans une nouvelle production mise en scène par Roman Polanski. Les solistes, l’Orchestre national et les Choeurs de l’Opéra de Paris sont placés sous la direction de Ion Marin.

Récital Teresa Berganza, 1992, Opéra Bastille

Captation audiovisuelle d’un récital donné dans la grande salle de l’Opéra Bastille le 2 juin 1992 par la mezzo-soprano espagnole Teresa Berganza, accompagnée au piano par Juan-Antonio Alvarez Parejo. Elle interprète un programme d’airs de Gioacchino Rossini. La soirée s’achève par six “bis”.

Myung Whun Chung, 1991, Opéra Bastille

Captation sonore d’un concert donné à l’Opéra Bastille par l’Orchestre national de l’Opéra de Paris dirigé par Myung Whun Chung, avec la participation de François Leleux, hautbois.

Opéra de Lille

Historique
En 1923 est inauguré le « Grand Théâtre », construit de 1907 à 1913 sur les lieux du précédent opéra et occupé par les Allemands pendant le premier conflit mondial.
En 2003, l’Opéra rouvre après cinq ans de travaux, quelques mois avant le lancement de Lille 2004 Capitale européenne de la Culture.
L’institution (EPIC depuis 2008) produit ses spectacles en collaboration avec d’autres théâtres en France et à l’étranger. Elle dispose d’orchestres partenaires (Orchestre national de Lille et Orchestre de Picardie), accueille en résidence le Concert d’Astrée (baroque) et l’ensemble belge Ictus (musique contemporaine). En danse, elle invite compagnies et chorégraphes pour des créations contemporaines ou des reprises du répertoire classique.
Les fonds versés à l’INA
Environ 540 supports
Captations vidéo et audio effectuées par les équipes techniques de l’Opéra de Lille de décembre 2003 à la saison 2010-2011
Contenu du fonds vidéo :
Enregistrements de répétitions générales et de chacune des représentations.

  • Danse
    Prédominance de la danse contemporaine.
  • Art lyrique
    Opéras et récitals.
  • Musique instrumentale
    Concerts de musique de chambre et symphonique, du baroque au contemporain, incluant certaines saisons les musiques du monde.
  • Activités pédagogiques
    – Représentations pour les scolaires et les familles
    – Ateliers musicaux pour les enfants.
    – Cours publics : master class
  • Cycles de conférences et rencontres débats
  • Contenu du fonds audio :
    Enregistrements de spectacles et de conférences.
Eau, 2008, Opéra de Lille

Captation audiovisuelle de la première du ballet Eau, de la chorégraphe Carolyn Carlson sur une musique de Joby Talbot, création à l’Opéra de Lille donnée le 02 avril 2008. L’Orchestre National de Lille est dirigé par Christopher Austin. Les danseurs de la Compagnie Carolyn Carlson interprètent la chorégraphie.

Rain, 2005, Opéra de Lille

Captation audiovisuelle du spectacle de danse Rain de la compagnie Rosas, donné le 30 septembre 2005 à l’Opéra de Lille. L’ensemble Ictus et Synergy Vocals sont dirigés par Georges Elie Octors. La chorégraphie est de Anne Teresa De Keersmaeker.

La Flûte enchantée, 2006, Opéra de Lille

Captation audiovisuelle de la première représentation cette saison de l’opéra La Flûte Enchantée de Wolfgang Amadeus Mozart donnée le 26 février 2006 à l’Opéra de Lille. La mise en scène est de William Kentridge. L’Orchestre de Picardie et le Choeur de l’Opéra de Lille sont dirigés par Pascal Verrot.

Musique ottomane d’Alep, 2006, Opéra de Lille

Captation audiovisuelle du concert de musique ottomane traditionnelle d’Alep donnée par l’Ensemble Al-Kindî le 04 février 2006 à l’Opéra de Lille.

Retour au sommaire

5- DOCUMENTATION ECRITE

Fonds d’archives
Documents de travail, scénarios, dossiers de presse, photos, plans de tournages, comptes rendus de conférences, rapports, etc.
– Archives institutionnelles : chaînes de télévision et de Radio France, CSA, SFP (Société française de Production), INA, Comité d’Histoire de la Télévision, etc.
– Archives versées par des professionnels de l’audiovisuel : administrateurs, réalisateurs, techniciens, décorateurs, etc.
– Fonds scénarios : scénarios d’émissions télévisées, parmi lesquelles des adaptations théâtrales de 1961 au début des années 1980.
Ex. Le théâtre de la jeunesse, Au théâtre ce soir, Dom Juan ou le festin de Pierre de Marcel Bluwal, etc.
Périodiques
Journaux de programmes de télévision et de radio. Articles de revues spécialisées.
Exemples :
L’Antenne : Le théâtre radiogénique est-il prêt d’atteindre à la perfection ? (1931)
Etudes et documents d’information (Unesco) : Le film, la télévision au service de l’opéra, du ballet et des musées (1961)
Cahiers de la production télévisée : Ballet et télévision : antinomies ? (Y.- A. Hubert, 1976)
Images juridiques : Aide à la production audiovisuelle de la musique et de la danse (1989)
Monographies
Analyses des politiques culturelles.
Conventions collectives des artistes interprètes pour des émissions de télévision (1977-1992). Etudes sur les émissions culturelles et les cahiers des charges des diffuseurs.
Travaux universitaires déposés à l’Ina Thèque (mémoires et thèses).
Documents diffuseurs
Bulletins de presse des chaînes de radio et de télévision.
Programmes de saison et flyers déposés par plusieurs des institutions théâtrales et opéras, décrits dans les fonds tiers.

Retour au sommaire

6 – PARCOURS A TRAVERS LES FONDS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.