Le fonds d’archives écrites du GRM : les traces d’une aventure musicale majeure

Article rédigé par Aurore Baudin, diplômée du Master Gestion de patrimoines audiovisuels et numériques d’INAsup

En 1960, Pierre Schaeffer fonde le Service de la Recherche au sein de l’ORTF que Bernard Spehner [1]  décrit ainsi : “On était les dingues de Schaeffer qui tapions sur des casseroles pour le reste des 14 000 [employés] de l’ORTF ; on était 200, et en face de nous ils étaient 14 000.” Ce Service, un peu en marge donc du reste de l’Office, suit de deux ans la création du Groupe de Recherches Musicales (GRM), qui est son modèle d’organisation.

Partition de musique concrète ©Laszlo Ruszka/INA

Héritier du Groupe de Recherche de Musique Concrète (GRMC) fondé en 1951 par Pierre Schaeffer et Pierre Henry, au sein du Club d’Essai de la RTF de Jean Tardieu, le GRM se définit comme un lieu de recherche et de création en musique électroacoustique, fille de la musique concrète, inventée par Schaeffer lui-même.

Ainsi, le GRM est un lieu polymorphe, toujours en questionnement et en mouvement. Depuis les débuts, son activité s’articule autour de trois pôles : Recherche, Essais et Application, un protocole appliqué plus généralement par Schaeffer à l’ensemble du Service de la Recherche. Au moment de la création de l’Institut National de l’Audiovisuel en 1975, le GRM en rejoindra  la direction du Département de Recherches et de Créations.

Pionnier de la création musicale, le GRM s’inscrit très vite dans un réseau mondial de recherche en musique électroacoustique et tisse des liens avec d’autres studios de recherche en France, comme à l’étranger (Suède, Allemagne,Etats-Unis…). Ses activités de recherche et création portent sur le travail du son comme matière ainsi que sur ses effets, avec une attention particulière portée à la pédagogie musicale, avec des stages co-organisés avec la Ville de Paris, des programmes  didactiques pour la radio, des dispositifs ludiques à la Cité des Sciences et de l’Industrie, ou la création du festival Présences électroacoustiques en 2005 , alors que les musiques dites “nouvelles” s’inspirent de  pratiques initiées par le GRM…

Le fonds d’archives écrites du Groupe de Recherches Musicales de l’INA est désormais consultable à l’INAthèque. Il est constitué de treize mètres linéaires de boites d’archives conservées par différents et successifs collaborateurs du Groupe, directeurs, chercheurs ou ingénieurs. Le fonds retrace ainsi l’activité du GRM sur la période 1958-2000 et comprend même des documents annexes antérieurs.  On y trouve un grand nombre de documents administratifs  sur l’activité du Groupe et les évolutions concernant son fonctionnement, comme la nature de ses travaux de recherche et productions . S’y dessine ainsi la réflexion profonde et permanente de ses collaborateurs sur l’organisation et le rôle du GRM .

Mise en lumière des hauts-parleurs du GRM pour un concert ©René Pichet/INA

Une autre partie du fonds concerne les archives de recherche théorique et technique : elles documentent les grandes réalisations du GRM : les logiciels de traitement du son comme SYTER (SYstème TEmps Réel),  les GRM Tools, les consoles spécifiquement créées pour la composition,  les différents dispositifs de diffusion ou encore  l’Acousmonium, célèbre orchestre de haut-parleur,.

D’autres documents retracent la programmation et les commandes musicales du Groupe, particulièrement sa collaboration avec la radio publique, ainsi que les archives de son activité pédagogique, avec le Conservatoire de Paris dont la classe de composition électroacoustique a formé de nombreux musiciens, tels Jean-Michel Jarre, ou d’autres qui ont ensuite et pour un temps rejoint le GRM. Enfin, la correspondance et les dossiers personnels des chercheurs éclairent l’ambiance et les relations de travail au sein du GRM, à différentes périodes.

L’ensemble du fonds retrace ainsi l’histoire d’un groupe toujours  à l’avant-garde de la création musicale !

[1] Bernard Spehner était responsable technique de la fabrication au Service de la Recherche ; cité par Sébastien Denis dans “Les Shadoks. Histoire, esthétique et ‘pataphysique”, Bry-sur-Marne, INA éditions, 2016, p.10

 

Consultez le Guide des sources GRM

Consultez aussi la chronologie GRM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.