ANTRACT : Un corpus audiovisuel historique sur “la paillasse” partagée de laboratoires SHS et sciences de l’ingénieur

Le projet ANTRACT est officiellement lancé depuis le 31 janvier dernier où les membres partenaires se sont réunis à l’Inathèque pour une journée Kickoff d’échanges transdisciplinaires.

Coordonné par Pascale Goetschel, Directrice du Centre d’histoire sociale du XXe siècle  et sélectionné au titre de projet de recherche collaborative – entreprises (PRCE) du dernier appel générique de l’ANR, le projet  ANTRACT (Analyse Transdisciplinaire des Actualités filmées ) réunit des chercheurs et historiens issus du Centre d’Histoire sociale du XXème siècle de  l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, des ingénieurs et chercheurs d’Eurecom , des laboratoires Irhim de l’ENS-Lyon et Lium de l’université du Maine , de la start-up Voxolab ainsi que des documentalistes et chercheurs de l’Ina,

Le corpus soumis à l’étude et analyse croisée des partenaires concerne la collection de l’Ina, dite des “Actualités françaises” .  Cette collection regroupe les documents de presse filmée projetés chaque semaine, entre 1945 et 1969, dans les salles de cinéma sous la forme d’un journal d’actualités en images. Plus de 24 000 documents pour 1262 journaux filmés qui composent un récit animé de l’évolution de la France contemporaine et de son regard sur le reste du monde. Les angles d’analyse sont multiples, faits sociaux, représentations médiatiques, dimension mémorielle ou médiologique …   pour lesquels les outils d’exploitation et analyse de données massives confronteront ou serviront les hypothèses et problématiques formulées par les historiens.

Ainsi, telle qu’elle est promue par le projet, l’approche transdisciplinaire s’inscrit dans le mouvement actuel des Humanités numériques. Elle s’appuie sur des outils innovants :  détection et analyse systématique de contenus textuels et audiovisuels, analyse de l’image, de la vidéo et du son, transcription automatique de la parole et textométrie. Cet appareillage offrira aux chercheurs SHS des cadres d’analyse renouvelés. Pour les chercheurs-ingénieurs, l’enjeu portera sur l’amélioration des technologies d’analyse existantes ainsi que sur la mise en œuvre d’outils spécifiquement adaptés tant aux documents traités qu’aux usages prescrits par les historiens.

A l’issue des 36 mois consacrés au projet, les résultats seront mis à disposition le plus largement possible. Le corpus enrichi des données et métadonnées produites sera rendu accessible à la communauté scientifique et technologique. Dans la mesure du possible, les modules logiciels seront proposés en open source et un portail grand public sera ouvert.

 

A suivre … ! 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.