Histoire de l’art et audiovisuel – entretiens avec Niki de Saint Phalle

Par Clary Monaque, Edouard Julien et Catherine Gonnard, documentalistes multimédia à l’INA

L’INHA (Institut national d’histoire de l’art) ayant demandé à l’INA un inventaire des entretiens d’artistes dans ses collections, nous avons démarré une cartographie dont nous ne pouvions imaginer l’ampleur et l’importance pour les chercheurs.ses, mais aussi pour celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’art. En février 2019, lors d’un atelier « Genre, historiographies et histoires des arts : le matrimoine en questions », qui a lieu à Paris Nanterre, nous avons choisi de présenter un échantillon de notre travail, en prenant comme exemple l’artiste plasticienne Niki de Saint Phalle (1930-2002) qui est abondamment documentée dans nos fonds. Il s’agissait pour nous de décliner les différents apports de ses entretiens à la connaissance de son œuvre et de sa biographie, mais aussi à la réception de son travail suivant sa reconnaissance dans le temps.

Nous avons d’abord recherché différents documents qui rendaient compte du geste artistique du « tir », œuvre inaugurale de Niki de Saint Phalle.

Le journal télévisé de 13h, le 21 avril 1961, montre une jeune femme qui tire à la carabine dans un terrain vague sur quelques œufs et des poches de peinture cachées dans du plâtre, elle s’appelle Niki de Saint Phalle. Les téléspectateurs.trices découvrent l’artiste en action, l’œuvre explose du cadre et sort de la galerie.

Dans le sujet « Tilt » de l’émission Pour le plaisir du 3 février 1965, elle est interviewée dans son atelier. Elle revient sur les tirs : « seule une femme pouvait faire ce geste ». Elle donne ses raisons d’être féministe, dit la force d’être une femme artiste. Elle montre le travail en cours, sculpture et grillage, jouets d’enfants… L’émission est une émission d’art, elle s’adresse à un public de connaisseurs et de curieux.

Alors qu’au Grand Palais, à Paris se tient l’exposition 60-72, douze ans d’art contemporain en France, l’émission de télévision L’art Vivant  interviewe le 21 août 1972  Niki de Saint Phalle, devant une de ses œuvres – un tir. Elle explique comment son travail a évolué depuis : « c’était une révolte contre la religion, contre mon background, ma famille ». « La mariée », travail qui a suivi cette période « est prisonnière de ses rêves », « elle va aux funérailles et ne sait pas comment se libérer ». Une de ses dernières œuvres exposées est commentée : un vieux couple promène une araignée.

Dans l’émission de radio « L’invité du lundi » du 17 janvier 1977 et alors que son film Un rêve plus long que la nuit vient de sortir, Niki de Saint Phalle revient sur sa carrière : les tableaux tirs, les Nanas, les décors de théâtre et maintenant ce film. Elle évoque la grande résistance de la critique à la réception de « ses tirs » et sa difficile intégration au Nouveau réalisme.

À la radio, dans Après dissipation des brumes matinales, le 12 août 2002, l’architecte designer Andrée Putman évoque Niki de Saint Phalle décédée quelques mois plus tôt.  Elle l’a bien connue et a tourné dans un de ses films. « Son art, sa façon de vivre, ses blessures de son enfance… cela a commencé par quelque chose de très violent, ces œuvres, les résultats des tirs à la carabine, une chose effrayante pour l’époque…». Amitié d’artistes et compréhension d’une œuvre de ruptures.

Enfin, le 19 avril 2016, l’émission radiophonique Surpris par la nuit  évoque les affinités entre les plasticiens Yves Klein, Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely. Le critique d’art Pierre Restany raconte comment il a assisté à la première séance de « tirs » de Niki de Saint Phalle en février 1961, il revient sur la vie de l’artiste avant les « tirs » et avant sa rencontre avec Jean Tinguely.

 Ainsi télévision et radio se complètent dans la contextualisation de l’œuvre. 

Les documents sélectionnés :

  • Journal Télévisé, 13h, Peintures aux œufs et au fusil.  21 /04/1961, journaliste : Claude Darget,  production United press, diffusion RTF, télévision, noir et blanc. Collections INA.
  • Pour le plaisir, Tilt. 03/02/1965, producteurs : Roger Stéphane et Roland Darbois, réalisateur : Roger Kahane, ORTF, Télévision, noir et blanc. Collections INA.
  • L’art vivant, n°2, 60-72 douze ans d’art contemporain en France, 21/08/1972, producteur : Michel Chapuis, réalisateur : Derri Berkani, ORTF, 2e chaine, télévision, couleur. Collections INA
  • L’invité du lundi, Niki de Saint Phalle, 17/01/1977, producteur : Pierre Descargues, journaliste : Martine Cadieu, radio, France Culture. Collections INA.
  • Après dissipation des brumes matinales, Andrée Putman, 12/08/2002, productrice : Brigitte Palchine, réalisatrice : Stéphanie Texier, radio, France Culture. Collections INA.
  • Surpris par la nuit, Trio pour bleu, rondes et mécaniques, 19/04/2006,  productrice Simone Douek, réalisatrice : Anna Szmuc, radio, France Culture. Collections INA.

La seconde partie de la présentation explore davantage les archives issues des fonds radio.

L’expression « entretiens d’artistes à la radio » évoque une ambiance feutrée, et de longues réflexions d’artistes ayant un discours bien articulé, très posé et réfléchi. Tout cela existe bien sûr dans les fonds radio mais on peut aussi écouter les artistes dans des émissions généralistes, dans des débats ou dans des journaux d’actualité. À travers le cas de Niki de Saint Phalle, nous avons souhaité donner un aperçu de cette diversité en proposant l’écoute de trois extraits radiophoniques.

La première intervention de Niki de Saint Phalle à la radio a été faite le 18 février 1966  dans un magazine féminin, Rendez-vous à cinq heures, qui alterne rubriques pratiques et reportages sur les évènements culturels. Niki de Saint Phalle, interviewée chez Maxim’s (on entend les bruits de couverts et de brouhaha), parle des décors qu’elle a réalisés pour le ballet L’Éloge de la folie, chorégraphié par Roland Petit.

Le Masque et la plume diffusé le 10 mars 1974, nous permet d’appréhender la réception des œuvres. Nous avons choisi cet extrait comme exemple de phallocratie manifeste : on n’y entend pas la voix de Niki de Saint Phalle, mais les réactions suscitées par son film Daddy au moment de sa sortie sur les écrans : celle de Robert Benayoun (qui trouve le film remarquable), et celle de Georges Charensol (qui se déchaîne contre).

La radio reste le médium privilégié pour les entretiens : on a plus de temps qu’à la télévision et le micro se fait plus facilement oublier. L’entretien à domicile, ou dans l’atelier, permet un dialogue encore plus intime : la personne interviewée dans son élément est moins intimidée que dans un studio de radio et se livre avec spontanéité. Sur ce thème, nous avons choisi un extrait d’une série de cinq entretiens de Niki de Saint Phalle réalisés dans son atelier à l’été 1991 et qui est resté inédit jusqu’à sa première diffusion au moment de sa mort en 2002. Les enregistrements ont été effectués en trois après-midi, à l’ancienne Auberge du Cheval, que Niki de Saint Phalle avait achetée dans l’Essonne, à Soisy-sur-École et ont été interrompus par la mort de Tinguely (le 30 août 1991). Niki de Saint Phalle raconte la confection des premières « Nanas » et précise qu’elle n’imaginait pas qu’elles rencontreraient autant de succès.

Les documents sélectionnés :

La dernière partie de la présentation est consacrée aux archives issues du fonds du dépôt légal de l’INA, constitué des émissions diffusées du 1er janvier 1995 à nos jours. On y découvre notamment les dernières interventions de Niki de Saint Phalle à la télévision, et bien sûr la réutilisation des archives par les auteurs de documentaires de création afin de développer et illustrer un propos.

La sélection reprend ainsi certains documents déjà évoqués précédemment et tire parti du travail des réalisateurs et des techniques contemporaines, notamment grâce aux montages mêlant la voix de l’artiste issue d’entretiens radiophoniques aux images de captations de performances et d’expositions.

Nous avons privilégiés trois films documentaires :

Deux extraits proviennent du film titré en français Niki de Saint Phalle, qui de nous deux est le monstre, réalisé par Peter Schamoni en 1995, dont le texte est co-écrit par Niki de Saint Phalle elle-même. Ce document rare, diffusé pour la première fois le 29 avril 1998 sur Arte, possède un caractère autobiographique et réalise le bilan d’une vie entière consacrée à l’art, proposant au spectateur un témoignage intime et authentique.

Le premier extrait présente Niki de Saint Phalle avec ses propres mots puis évoque Daddy, film introspectif de l’artiste, à la thématique résolument féministe, avec lequel elle tenta d’exorciser une sévère blessure de l’enfance : un viol par son père lorsqu’elle avait 11 ans. Au moment de la diffusion de Daddy, cet inceste n’est pas encore révélé et ne le sera que 20 ans plus tard au travers du livre Mon Secret.

Le second conclut avec légèreté sur l’intimité des deux artistes, Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely par des échanges taquins. Ils opposent leurs conceptions bien distinctes d’un monde se composant de machines masculines, austères et belliqueuses et de nanas joyeuses et généreuses, œuvrant pour la paix et l’amour.

Suit un extrait tiré du film documentaire Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely, les Bonnie and Clyde de l’art », réalisé par Louise Faure et Anne Julien en 2010 et diffusé sur Arte le 23 août 2010.

Niki évoque ses motivations, et la satisfaction qu’elle trouve dans l’acte de création, qui se veut en adéquation avec son temps, c’est la femme d’aujourd’hui qui s’exprime pleinement et sans entrave.

Enfin, trois extraits issus du film documentaire Niki de Saint Phalle, un rêve d’architecte, toujours réalisé par Louise Faure et Anne Julien, en 2014, pour l’exposition rétrospective tenue au Grand Palais cette même année et diffusé sur France 5, le 28 septembre 2014.

L’artiste y évoque son enfance et son éducation, à l’origine de son art, caractérisé par un profond dégoût de la discrimination. Elle y révèle que ses œuvres s’adressent aux gens de la rue, et non pas aux bourgeois qui, comme ses propres parents, sont enfermés dans leur « prison gratte-ciel ».

Puis, elle explique la signification des tirs et décrit son processus créatif en atelier. Elle insiste sur l’opposition des genres dans son travail, explique en quoi le propos s’inscrit dans la suite du surréalisme, et mentionne la dualité que portent ses nanas. Elle évoque le paradoxe de nos sociétés dans lesquelles les femmes, malgré leur capacité unique de pouvoir donner la vie, sont opprimées par la masculinité d’un monde essentiellement froid et scientifique.

Dans le dernier extrait, Niki revient sur la raison d’être de ses nanas, elle se fiche de savoir si cela est bien de l’art ou non, l’essentiel pour elle est de transmettre une certaine joie de vivre et c’est bien là tout ce qui importe.

Documents sélectionnés :

  • Niki de Saint Phalle, qui de nous deux est le monstre. Réalisateur : Peter Schamoni. Diffusion : 29.04.1998. Chaîne : Arte. Télévision. Couleur. Collections INA.
  • La galerie France 5 : « Niki de Saint Phalle, un rêve d’architecte ». Réalisateur : Louise Faure, Anne Julien. Diffusion : 28.09.2014. Chaîne : France 5. Télévision. Couleur. Collections INA.
  • Le documentaire culturel : « Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely, les Bonnie and Clyde de l’art ». Réalisateur : Louise Faure, Anne Julien. Diffusion : 23.08.2010. Chaîne : Arte. Télévision. Couleur. Collections INA.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. zed zad dit :

    Je vous remercie infiniment pour vos recherches ! Zzz fan de Niky S P (ps. soyez béni par l’Art !)

Répondre à zed zad Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.