Jean-Christophe Averty dans les collections de l’Ina

Jean Christophe Averty ©Gérard Landau/ Ina

Créateur, inventeur, pionnier, avant-gardiste, Jean-Christophe Averty est une figure majeure de la télévision. Il l’envisage comme un medium à part entière où tout reste à construire et à créer et non comme le reflet d’autres média. En perpétuelle évolution, Averty est le premier à : filmer les festivals de jazz en France, réaliser des émissions pour la télévision américaine, concevoir les trucages électroniques à la télévision et est considéré comme l’un des pionniers de l’art vidéo.

L’objectif de ce guide, qui n’est pas exhaustif, est de mettre en valeur la richesse et la diversité des fonds de l’INA à travers son œuvre et de faciliter la recherche, autant que d’inspirer de nouvelles pistes d’études.

Ubu Roi ©Claude James/ Ina

A travers ses émissions de variétés, ses dramatiques, ses shows, il a pu développer les sujets qui lui tenaient à cœur, comme le jazz, le music-hall ou la bande-dessinée. L’ensemble de son œuvre, imprégnée de surréalisme, mouvement artistique dont il était membre, met en avant le merveilleux. Dans l’esprit d’Averty la télévision doit faire rêver et, au moyen de l’électronique, outil indissociable de son œuvre, il créé un langage télévisuel.

La diversité des fonds conservés à l’INA, qu’ils soient télévisuels, radiophoniques, photographiques, écrits ou web, peut alimenter les réflexions sur un pan entier de la culture audiovisuelle de la deuxième moitié du 20ème siècle, à travers son œuvre, son inventivité et la variété des techniques employées.

Guide réalisé par Sophie Rielland, documentaliste à l’INA.

Les programmes décrits dans ce guide sont archivés par l’INA et consultables dans les centres de consultation de l’inathèque 

Télécharger le guide en pdf >>

SOMMAIRE

1. PREMIERS PAS ET COLLABORATIONS

Les émissions pour enfants

Les reportages et l’actualité

Les dramatiques

2. LA TELEVISION AU SERVICE DE L’ART

Les émissions consacrées à des artistes

La musique et la danse

La littérature et le théâtre

3. UN PASSIONNE DE JAZZ

Les sessions en direct

Les sessions enregistrées

Les écrits, correspondances et les documents de travail

4. UN REVOLUTIONNAIRE DE LA TELEVISION

Le style Averty : trucages, mise en page, emploi de la couleur

Humour, provocation et subversion

Création d’un nouveau genre : la biographie rêvée

5. L’IMPACT SUR LE PUBLIC : RECONNAISSANCE ET CRITIQUE

La reconnaissance

La critique

6. AVERTY VU PAR LUI-MEME

Un grand collectionneur : des collections au service des émissions

Regard sur lui-même

7. LES OUVRAGES ET RECHERCHES SUR AVERTY

Les monographies

Le Webmedia

8. ANNEXES

Les Archives écrites

La Photothèque

Le Webmedia

NOTES

1. PREMIERS PAS ET COLLABORATIONS

Les émissions pour enfants

Martin Martine, 1ère chaine, 113 émissions, Jean-Christophe Averty co-réalisateur, 1953 à 1956, magazine

Collection d’émissions dans laquelle plusieurs réalisateurs interviennent. Les émissions présentent des suggestions de loisirs, de l’information sur le sport, les animaux mais également des feuilletons et séries. Jean-Christophe Averty a commencé à y participer à partir de 1953 et ce, jusqu’en 1956.

Martin Martine : Jules Verne, 16 photographies1, Gérard Landau, 6 février 1956, RTF, RPT0500018881

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les acteurs et l’équipe de tournage.

Pile ou face, 1ère chaine, 56 émissions, Jean-Christophe Averty co-réalisateur, 1954 à 1959, magazine

Collection de magazines d’information et de distraction pour enfants, dans laquelle plusieurs réalisateurs interviennent. Jean-Christophe Averty a commencé à y participer à partir de 1954 et jusqu’en 1959.

L’enfance de Thomas Edison, Le Théâtre de la jeunesse, 1ère chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 27 janvier 1963, 1h25’,  dramatique

Emission pour les enfants qui  prend la forme d’une dramatique. Elle retrace la vie du savant Thomas Edison, depuis ses expériences scientifiques de jeunesse aux inventions du phonographe, du télégraphe ou encore de l’ampoule électrique. Averty dira lui-même de l’émission : «C’était très bien joué, c’était très bien mis en scène, mais cela ne me satisfaisait pas pleinement sur le plan de la vision dans la mesure où j’étais encore un metteur en scène classique de la Buttechaumonterie»2.

Le Théâtre de la jeunesse : L’enfance de Thomas Edison, 50 photographies, Bernard Pascucci, 8 décembre 1962, RTF, RPT0500030003

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les acteurs et l’équipe de tournage.

La Case de l’oncle Tom, Le théâtre de la jeunesse, 1ère chaine,  Jean-Christophe Averty réalisateur, 26 octobre 1963, 1h01’,  série

Emission, pour les enfants, qui  prend la forme d’une dramatique. C’est une adaptation d’après l’œuvre de Harriet Beecher Stowe La Case de l’oncle Tom, écrit en 1852, qui met en scène un esclave noir, tolérant, respectueux et empli de sentiments chrétiens, aux Etats-Unis. Le livre met en avant ce qu’était l’esclavage à l’époque même de l’écriture du roman. Jean-Christophe Averty dira à propos de l’émission que son meilleur souvenir « est d’avoir fait jouer des comédiens noirs, ce qui, à l’époque, en France, était une chose rare, et puis d’avoir rajeuni le mythe de l’Oncle Tom dont les Noirs d’Amérique ne peuvent plus supporter la sentimentalité »3. Des interludes sont chantés par le grand pianiste de blues Memphis Slim qui collabora de nombreuses fois avec Jean-Christophe Averty. Dans cette émission, le réalisateur fait le lien également avec l’actualité américaine des années 60 et montre des images de répressions des noirs américains par des policiers.

Le Théâtre de la jeunesse : La Case de l’oncle Tom, 93 photographies, Claude James, Martine Lebon, Norbert Perrau, 12 juin 1963, RTF, RPT050002617

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les acteurs et l’équipe de tournage.

Méliès ou le Magicien de Montreuil sous Bois, Le théâtre de la jeunesse, 1ère chaine,  Jean-Christophe Averty réalisateur, 3 octobre 1964, 1h43’,  série

Emission, pour les enfants, qui  prend la forme d’une dramatique. C’est un hommage de Jean-Christophe Averty au cinéaste Georges Méliès pour lequel il avait une grande admiration. Cette réalisation est une biographie du grand réalisateur et illusionniste. Jean-Christophe Averty déclare à son propos qu’elle « tient un peu de la féérie, un peu de la comédie musicale, un peu de l’opérette »4. Georges Méliès influencera le travail de Jean-Christophe Averty et inspirera toute sa carrière.

Théâtre de la jeunesse : Méliès, le magicien de Montreuil sous Bois, 140 photographies, Claude James, Norbert Perrau, 29 avril 1964, RTF, RPT0500026900

Photographies en noir et blanc qui montrent les acteurs, les décors en fond et Jean-Christophe Averty.

Méliès ou le Magicien de Montreuil-sous-Bois : archives écrites

1 boîte d’archives écrites dans le fonds Max Debrenne, spécialiste des effets spéciaux d’Averty : ID notice : 19317-0008 : la boîte contient deux livrets du texte de Claude Veillot, l’un est annoté et la liste des différentes séquences de l’émission.

Les reportages et l’actualité

Vacances à la mer, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1952, 17’, court métrage

Premier court métrage de Jean-Christophe Averty. Il le voit comme un divertissement, non pas une critique sociale. Ce sont des images nostalgiques du début du siècle, essentiellement des cartes postales 1900, accompagnées d’une voix off.

Rendez-vous à Melbourne : XVIème Jeux Olympiques, 1ère chaine,  Jean-Christophe Averty assistant metteur en scène, 1956, 9’39,  information

Le document contextualise les Jeux Olympiques de Melbourne à travers un aperçu du pays et de la ville plus particulièrement. Il évoque par quelques images ses industries, ses rues, ses quartiers d’habitations, ses animaux emblématiques, ses sports puis l’ouverture des jeux eux-mêmes. Le document est muet, il est probable que le commentaire ait été fait en direct et donc n’ait pas été conservé.

En Direct de, 1ère chaine,  5 émissions, Jean-Christophe Averty réalisateur sur quelques émissions, 1957 à 1959, reportage, magazine

Reportages dans lesquels les journalistes, sur le terrain, présentent des lieux souvent inaccessibles ou interdits. Chaque émission donne lieu à un tour de force technique, nécessaire à la transmission des images. Les émissions alternent le plus souvent passage en direct, et reportages pré enregistrés. Deux émissions réalisées par Jean-Christophe Averty sont conservées à l’Ina. Celle du 1er avril 1959, intitulée « Du Trombone » est traitée avec humour et consacrée au trombone à coulisses.

En direct de : photographies

5 reportages : identifiants : RPT0500020277 / RPT0500020807 / RPT0500020936 / RPT0500021221 / RPT0500022007 : 96 photographies, Gérard Landau / Philippe Bataillon / Albert Courand / Dominique Gonot, 1957 à 1959, RTF

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les danseurs, les protagonistes et l’équipe de tournage.

Le Souvenir d’Albert Thomas, Le Théâtre de la jeunesse, 1ère chaine,  Jean-Christophe Averty réalisateur, 6 mai 1957, 27’51, information

A l’occasion du 25ème anniversaire de la mort d’Albert Thomas, homme politique français, retour sur sa disparition grâce à des archives vidéo et photo qui alternent avec l’interview de sa veuve.

Dim Dam Dom, 2ème chaine,  20 émissions, Jean-Christophe Averty réalisateur sur quelques émissions, 1965 à 1968, reportage, magazine

Dans ce magazine à destination des femmes, Averty réalise plusieurs reportages, en passant de la mode aux recettes de Mapie de Toulouse Lautrec. Certains sujets sont traités avec humour, c’est le cas des reportages culinaires. Les bébés en celluloïds y font également leur apparition.

Dim Dam Dom : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0028 : la boîte contient des planches contact et une coupure de presse pour l’émission du 25 novembre 1966.

Cinq colonnes à la une, 1ère chaine,  10 émissions,  réalisateur sur quelques émissions, 1961 à 1963, magazine

Premier magazine d’information de la télévision française. Il présente des reportages où le terrain et le journaliste ont la même importance et où l’on voit réellement le reporter aller à la rencontre de l’événement. Généralement Jean-Christophe Averty réalise des séquences sur des sujets qui l’intéressent, tels que le cinéma, le jazz ou encore Walt Disney.

Cinq colonnes à la une : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500024675 / RPT0500000784 : 41 photographies, Philippe Bataillon / Daniel Fallot, 1961-1962, RTF

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les musiciens, l’équipe de tournage et de l’émission.

Les dramatiques

Simone est comme ça, 1ère  chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 19 février 1957, 1h26’,  œuvre enregistrée en studio

Adapté du film de Karl Anton de 1933, lui-même adapté d’une comédie d’Yves Mirande et Alex Madis, représentée au théâtre des Capucines en 1921. Simone ne veut pas être entretenue par un homme. André, l’homme qui l’aime, accepte alors de se faire entretenir par elle jusqu’à ce que finalement, elle ne puisse plus et accepte d’intervertir les rôles. La mise en scène est classique.

Simone est comme ça, 30 photographies, Daniel Fallot, 19 février 1957, RTF, RPT0500019877

Photographies en noir et blanc qui montrent les acteurs et Jean-Christophe Averty.

La logeuse, 1ère  chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 24 juin 1958, 1h18’,  œuvre enregistrée en studio, adaptation

D’après la nouvelle de l’écrivain russe Fiodor Dostoïevski écrite en 1847. Pièce d’Arthur Adamov.
Un étudiant cherche un logement et le trouve grâce à un couple, dont la femme s’appelle Catherine. Il tombe éperdument amoureux de celle-ci. Dans cette dramatique, Averty commence à s’éloigner des adaptations classiques et entraîne le spectateur entre le réel et l’irréel. Le critique André Brincourt dira « Nous sommes restés dans le délire, sans issue possible-enfermés dans le grand guignol façon russe avec les balalaïkas, fausses barbes, icônes, vodka et crises d’épilepsie. […] C’était nous rappeler cruellement que tout jeu excessif à la télévision « brise » le contact »5.

La logeuse : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500021140 / RPT0500021159 : 47 photographies, Daniel Fallot / Philippe Bataillon, 1958, RTF

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les acteurs et l’équipe de tournage. On voit également les décors des studios.

Trésor-party, 1ère chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 8 mars 1960, 1h45’, œuvre enregistrée en studio, adaptation

Pièce de théâtre de Bernard Régnier, adaptation du roman de Wodehouse Money in the bank (« Valeurs en coffre »), paru en 1946. La dramatique met en avant l’humour de la pièce qui par le biais de nombreux personnages, qui ne sont pas ce qu’ils paraissent être, apporte le comique de la situation.

Trésor party : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500022967 / RPT0500012874 / RPT0500023015 : 57 photographies, Philippe Bataillon / Maurice Valay / Daniel Fallot, 1960, RTF

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les acteurs et l’équipe de tournage. Des images de décors sont en couleurs.

Retour au sommaire

2. LA TELEVISION AU SERVICE DE L’ART

Les émissions consacrées à des artistes

Vasarely,  2ème  chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 30 janvier 1972, 51’55,  documentaire

Documentaire sur l’artiste plasticien Vasarely, l’un des plus importants représentants de l’art optique et cinétique. Cet artiste influence Jean-Christophe Averty durant toute sa carrière, ce que l’on voit en particulier dans ses variétés. Dans ce documentaire, l’interview de Vasarely alterne avec les images de ses œuvres. Averty s’amuse à faire des trucages à partir des propos de l’artiste.

Autoportrait mou de Salvador Dali,  2ème  chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 22 décembre 1972, 1h10’,  documentaire

Autoportrait de l’artiste Salvador Dali qui se met en scène et, grâce à Jean-Christophe Averty, laisse éclater ses folies et extravagances. L’essentiel du documentaire est filmé à Portlligat dans sa maison et son jardin.

Henri de Toulouse Lautrec, France3, Jean-Christophe Averty réalisateur, 30 mars 1992, 1h03’,  documentaire

Biographie de l’artiste Henri de Toulouse Lautrec qui prend la forme d’une lettre apocryphe. Jean-Christophe Averty retrace la vie du peintre, dessinateur, affichiste grâce à de nombreuses illustrations et photographies.

Henri de Toulouse Lautrec : archives écrites

1 boîte dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notice : 25110-0007 : la boîte contient le découpage technique du documentaire.

Alfred Jarry, Un siècle d’écrivains, France3, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1er novembre 1995, 48’09, documentaire, récit portrait

Cette réalisation est une biographie-hommage à l’écrivain Alfred Jarry, illustrée par l’immense documentation que Jean-Christophe Averty a accumulée depuis 50 ans sur l’auteur. Averty était grand admirateur d’Alfred Jarry et était même membre du collège de Pataphysique. Commentaire d’Averty et de Benoît Allemane ; ce dernier joue le rôle d’Ubu dans plusieurs des fictions d’Averty.

Alfred Jarry : archives écrites

2 boîtes dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notices : 25110-0011 / 25110-0012 : les boîtes contiennent un scénario, des planches contact et des négatifs, des documents de travail et la liste des rushs.

Les deux vies du chat Radiguet, Un siècle d’écrivains, France3, Jean-Christophe Averty réalisateur, 17 juin 2000, 50’10, documentaire, récit portrait

De même que le document précédent, biographie-hommage à l’écrivain Raymond Radiguet, illustrée par l’immense documentation de Jean-Christophe Averty. Les images alternent à un rythme très dense et le commentaire est également de Benoît Allemane.

Les deux vies du chat Radiguet : archives écrites

1 boîte dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notice : 25110-0036 : la boîte contient un carnet de travail avec des notes sur l’émission.

Salvador Dali,  France Culture, 5 épisodes, Jean-Christophe Averty co-producteur et animateur, 10 au 14 mai 2004, 20’, feuilleton, adaptation, Radio

Averty se met en scène avec lui-même, il raconte sa rencontre avec Dali, parle de son documentaire de 1972 et y fait revivre l’artiste.

La musique et la danse

Les shows et émissions de musiques

Passing show, 1ère chaîne, 9 émissions, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1962 à 1969, spectacle TV

Emissions réalisées par Jean-Christophe Averty qui s’inspire du passing show américain, une revue musicale composée de sketchs et de chansons, le nom sera repris dans les années 10 et 20 par Lee et Jacob J. Shubert, une revue annuelle créée à Broadway afin de concurrencer le populaire Ziegfelds Follies (revues théâtrales produites à Broadway).
Ici, Averty mêle variétés, chanson populaire, jazz et danse. S’il ne met pas en scène de sketchs, l’humour est constamment présent.

Passing show : photographies

10 reportages : identifiants : RPT0500024887 / RPT0500001194 / RPT0500025712 / RPT0500027335 / RPT0500030871 / RPT0500032267 / RPT0500033355 / RPT0500039905 / RPT0500040026 / RPT0500033800 : 533 photographies, Dominique Gonot / Jean-Claude Mallinjod, Jean Ada / Philippe Bataillon / Norbert Perrau / Georges Chevrier / Daniel Lefevre / Louis Joyeux / Claude James, 1961 / 1962/ 1964 / 1965 / 1967 / 1968 / 1969, RTF / ORTF.

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les dispositifs techniques, les chanteurs, les danseurs et l’équipe de tournage.

Passing Show : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0016 : la boîte contient le scénario, des conducteurs ou feuilles de services, des plans de travail et des dessins au crayon des effets spéciaux ou trucages électroniques.

Line Renaud, bonsoir mes souvenirs,  1ère  chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 14 septembre 1963,  27’00, spectacle TV

Premier show réalisé par Averty, qui sera suivi par de nombreux autres. C’est dans ce show, mettant en scène la chanteuse populaire Line Renaud chantant ses succès et une troupe de danseurs, qu’il utilisera ses premières recherches sur l’électronique. C’est aussi dans celui-ci qu’il utilise pour la première fois le système des étagères invisibles, des cubes ou des éléments d’architecture recouverts de peinture noire ou blanche ou d’un tissu sur lesquelles les danseurs évoluent, permettant ainsi de faire apparaître plusieurs niveaux sur l’écran. Il remporte le premier prix des variétés au Festival d’Alexandrie en 1965.

Line Renaud : bonsoir mes souvenirs, 28 photographies, Jean-Claude Pierdet, 14 juin 1963, RTF, RPT0500026176

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les danseurs, la chanteuse et l’équipe de tournage.

Happy new Yves,  1ère chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1er janvier 1965,  46’45, spectacle TV

Show mettant en scène le chanteur populaire Yves Montand et une troupe de danseurs. L’artiste a alors une quarantaine d’années, il est déjà très connu dans le monde de la chanson. A nouveau Jean-Christophe Averty insère des trucages, permis en particulier grâce à l’utilisation du noir et blanc. Ce sera un grand succès. Au festival de Montreux, l’émission remporte la Rose de Bronze. C’est aussi pour cette émission qu’il utilise pour la première fois un storyboard.

Show Yves Montand : Happy New Yves, 67 photographies, Jean Ada / Claude James, 7 octobre 1964, ORTF, RPT0500027189

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les musiciens, les danseurs, le chanteur et l’équipe de tournage. On y voit également le système des étagères, employé par Averty.

Johnny et Sylvie,  1ère  chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 29 décembre 1965,  1h05’, spectacle TV

Show mettant en scène le chanteur populaire Johnny Hallyday et sa femme Sylvie Vartan, accompagnés d’une troupe de danseurs. Ils sont alors très jeunes mais connaissent déjà la notoriété et sont considérés comme le couple idéal. La mise en scène est très travaillée, très graphique.

Show Johnny Hallyday, 96 photographies, Norbert Perrau, 3 novembre 1965, ORTF, RPT0500031120

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les chanteurs, danseurs et l’équipe de tournage. Certaines photographies ont des annotations et montrent leur utilité dans la réalisation de l’émission.

Françoise Hardy Blues,  1ère chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 15 octobre 1966,  52’22, spectacle TV

Show consacré à Françoise Hardy qui chante ses principaux succès, entourée de Jacques Dutronc et Boby Lapointe. La chorégraphie est assurée par les ballets de Jean Guélis. Averty utilise les trucages.

Françoise Hardy Blues : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500039696 / RPT0500031811 : 83 photographies, Jean Ada / Louis Joyeux, 1966, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les décors, la chanteuse et Jacques Dutronc  et l’équipe de tournage.

Ça c’est Claude François,  1ère  chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 27 mai 1967,  1h03’, spectacle TV

Show consacré au chanteur Claude François qui chante ses principaux succès et qui s’interview lui-même, évoquant son enfance et sa carrière. C’est une sorte d’autoportrait musical présenté par le chanteur lui-même. Jean-Christophe Averty utilise, pour la mise en scène, les trucages, les tournettes, les compositions en étagères, etc. Il montre également les caméras, donnant à voir au public la réalité des studios.

Ça c’est Claude François : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500039747 / RPT0500032188 : 64 photographies, Claude James / Louis Joyeux, 1967, ORTF

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les musiciens, le chanteur et l’équipe de tournage.

C’est la vie : Maurice Chevalier, Diahann Carroll,  2ème  chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 5 novembre 1967,  54’38, spectacle TV

Show, consacré au chanteur français Maurice Chevalier et à la chanteuse américaine Diahann Carroll. Cette production co-présentée par les deux interprètes en anglais et en français, est la première réalisation franco-américaine en couleur créée à Paris. L’émission n’a pas eu le succès voulu, bien que Maurice Chevalier ait été considéré par les Américains comme le plus grand chanteur français de Music-Hall, et cela du fait qu’il partageait l’affiche avec une personne de couleur, ce qui n’a pas bien été acceptée dans les Etats du Sud. Averty emploie les illusions d’optiques, les étagères et une chorégraphie très travaillée.

C’est la vie : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500039708 / RPT0500031908 : 118 photographies, Jean-Claude Pierdet, 1966, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les dispositifs techniques, les danseurs, le chanteur et l’équipe de tournage.

Bécaud and Co,  2ème  chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 7 avril 1968,  59’22, spectacle TV

Show consacré à Gilbert Bécaud qui chante en français et en anglais. Il est accompagné par les ballets de Jean Guélis. La mise en page est caractéristique de Jean Christophe Averty, avec ses constructions en étagères, ses trucages. Dans ce show il insère de nombreux tableaux d’artistes qui composent le décor dans lequel Gilbert Bécaud évolue. Ce dernier, très énergique et maniant la gestuelle correspondait parfaitement aux créations d’Averty.

Bécaud and Co : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500039833 / RPT0500032834 : 320 photographies, Jacques Chevry / Claude James, 1968, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les danseurs, le chanteur, Averty, les trucages et les décors.

Montand chante Prévert,  2ème  chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 19 octobre 1968,  45’00, spectacle TV

Show consacré à Yves Montand, mis en images par Jean-Christophe Averty et chorégraphié par Jean Guélis. C’est un hommage au poète Jacques Prévert ; Yves Montand chante ou récite les textes de l’auteur. C’est le deuxième show d’Yves Montand sur les quatre qu’il a réalisé avec Jean-Christophe Averty. La mise en page est également caractéristique de Jean-Christophe Averty, avec ses décors, ses trucages, ses compositions en étagères. Ses différents « tableaux » prennent l’aspect des comédies musicales de Broadway. Il insère également des œuvres d’art telles que celles des artistes Vincent Van Gogh ou encore Vasarely. Yves Montand fait partie de ces artistes appréciés par Averty pour sa prestance devant la caméra et son jeu de scène tout comme Gilbert Bécaud.

Montand chante Prévert : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500032922 / RPT0500039842 : 104 photographies, Claude James, 1968, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent des images du tournage de l’émission.

Melody,  2ème  chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 22 décembre 1971,  27’52, adaptation

Conte musical de Serge Gainsbourg et Jean Claude Vannier mis en image par Jean Christophe Averty à la demande de Serge Gainsbourg. Il relate l’histoire du personnage de Melody Nelson, la muse du chanteur, qui est incarné par Jane Birkin. Jean-Christophe Averty laisse libre cours à son imagination. De nombreuses œuvres d’art surréalistes sont présentes. « Le thème est celui de la rencontre accidentelle cher aux surréalistes. Cette errance dans des lieux étranges, l’atmosphère onirique du scénario, ne pouvaient être mieux rendues qu’à travers le parcours de telles peintures»6.

Melody : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500034962 / RPT0500040354 : 42 photographies, Jean Ada, 1971, ORTF

Photographies en noir et blanc qui montrent Gainsbourg et surtout Jane Birkin.

Melody Nelson : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0029 : la boîte contient des photographies numérisées de l’émission.

 

Show Tino Rossi : Tino Rossi pour toujours, 1ère  chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 4 avril 1973, 1h19’, spectacle TV

Show consacré au chanteur populaire Tino Rossi qui chante ses grands succès dont certains avec son fils Laurent. Jean-Christophe Averty maîtrise depuis quelques années les shows de variétés, il emploie les trucages, les tournettes, les disques, les incrustations, les surimpressions, etc.

Show Tino Rossi : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500035921 / RPT0500040766 : 23 photographies, Jean- Claude Pierdet, 1973, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les danseurs, les chanteurs Tino Rossi et son fils et Averty.

Ticket de rétro, Antenne 2,  9 émissions, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1975 à 1976, spectacle TV

Emission de variétés sur les chansons des années 30. Cette émission émane d’une demande de Pierre Tchernia qui, ayant un contrat avec Pathé, propose de choisir à chaque fois 10 minutes d’images d’actualités afin d’illustrer ces années 30. C’est un important travail de documentation qui alterne donc archives et chanteurs.

Ticket de rétro : photographies

5 reportages : identifiants : RPT0500037264 / RPT0500037298 / RPT0500041048 / RPT0500041110 / RPT0500037482 : 106 photographies, Claude James / Robert Picard / Jacques Chevry, 1975, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les dispositifs techniques, les chanteurs, comme Charles Trenet ou Jean Sablon et l’équipe de tournage.

Ticket de rétro : archives écrites

  • 1 boîte dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notice : 25110-0027 : la boîte contient les storyboards de la deuxième et de la troisième émission et des dessins des effets spéciaux et trucages.
  • 1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0014 : la boîte contient le scénario, des conducteurs ou feuilles de service et des notes de travail manuscrites.
Les Cinglés du Music Hall, France Inter puis France Culture, 1805 émissions, Jean-Christophe Averty producteur et animateur, 1978 à 2006, émission à base de disques, Radio

Emission radiophonique de Jean-Christophe Averty qui est diffusée de 1978 à 2006, sur France Inter, France Musique puis France Culture. Pendant 28 ans, il évoque l’histoire de la chanson française à travers ses collections personnelles de disques 78 tours et celles d’auditeurs mais aussi de quelques interprétations. Il présente lui-même cette émission répétant cette phrase culte aux auditeurs qui souhaitent enregistrer l’émission « A vos cassettes ! ».

Les Cinglés du Music Hall : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500042024 / RPT0500042059 : 61 photographies, Jean-Claude Pierdet, 1982, ORTF

Photographies en couleurs qui montrent les dispositifs techniques et Averty avec ses collections et ses appareils techniques.

Les Cinglés du Music-Hall : archives écrites

5 boîtes dans le fonds Jean Christophe Averty du versement 2013 pour les années 1991, 1992, 1994, 1995, 1998, 2000, 2001 :  ID notices : 24211-0001 à 24211-0005 : les boîtes contiennent des transcriptions des émissions.

Henri Salvador chante Boris Vian, Antenne 2, Jean-Christophe Averty réalisateur, 21 novembre 1979, 56’23, récit portrait

Emission hommage à Boris Vian. Henri Salvador interprète plusieurs de ses chansons qui sont entrecoupées de récit d’anecdotes qui marquèrent leur amitié. Jean-Christophe Averty utilise divers décors en surimpressions, incrustations, etc.

Henri Salvador chante Boris Vian : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500041743 / RPT0500038490 : 40 photographies, Jacques Chevry / Jean-Pierre Leteuil, 1979, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent le chanteur Henri Salvador et Averty.

Emilie Jolie, Antenne 2, Jean-Christophe Averty réalisateur, 24 décembre 1980, 57’22, adaptation, spectacle TV

Conte musical de Philippe Chatel adapté pour la télévision par Jean- Christophe Averty. A travers l’histoire d’une petite fille qui lit un livre d’images, les chansons de chanteurs populaires français alternent avec le récit. Ainsi, sont présents à l’écran Henri Salvador, Françoise Hardy, Laurent Voulzy, Eddy Mitchell ou encore Alain Souchon.

Emilie Jolie : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0009 : la boîte contient le storyboard photocopié et le plan des différentes séquences de l’émission.

Fille d’amour : Jeanne Moreau chante Norge, France3, Jean-Christophe Averty réalisateur, 30 décembre 1981, 51’45, spectacle TV

Show dans lequel l’actrice et chanteuse Jeanne Moreau interprète des poèmes de Georges Norge. Jean- Christophe Averty y fait de nombreux trucages vidéo.

Jeanne Moreau chante Norge fille d’amour, 26 photographies, Jean Pimentel, 23 octobre 1981, SFP, RPT0500038812

Photographies en noir et blanc qui montrent la chanteuse, les danseurs, Averty jouant du piano.

Fille d’amour : Jeanne Moreau chante Norge : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0007 : la boîte contient le storyboard photocopié.

Les Grandes heures de l’Olympia, Y’a pas de Boulot plus rigolo, France Inter, 78 émissions, Jean-Christophe Averty producteur, 1983, 1h, interprétation, évocation scénarisée, Radio

Emission consacrée à l’histoire de l’Olympia, lorsque la salle redevient salle de Music-Hall, c’est-à-dire en 1954, après 25 ans en tant que cinématographe. Reconstitution d’ambiances et disques des chansons jouées à l’époque dans la salle.

Music Maestro Please, France Inter, 54 émissions, Jean-Christophe Averty co-producteur, 1983, 40’, interprétation, spectacle radio, Radio

Emission en direct en présence d’un public. Ce dernier choisit à partir d’une liste les morceaux qu’il veut entendre et des musiciens les interprètent.

Dalida idéale, TF1, Jean-Christophe Averty réalisateur, 7 décembre 1984, 1h16’, spectacle TV

Show consacré à la chanteuse Dalida produite par Orlando, son frère. Les ballets sont de Larry Vickers et Lester Wilson et la direction musicale de Tony Rallo. Ce show utilisant les trucages vidéo sera tourné trois ans avant la mort de l’artiste.

Dalida idéale : archives écrites

1 boîte dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notice : 25110-0037 : la boîte contient des notes manuscrites sur les décors et trucages.

Jean-Christophe Averty, Les trésors cachés des variétés, France 3, 3 février 2017, 1h52’, documentaire, document à base d’archives.

Hommage à Jean-Christophe Averty, un mois avant sa mort, réalisé par Mireille Dumas et Philippe Rouget. En mettant en scène les grandes stars de la chanson française des années 60 à 80, cette émission, à travers des témoignages et des archives, retrace le travail de Jean-Christophe Averty sur les variétés, son style, son esprit provocateur provocation et son innovation au niveau des effets spéciaux et des scénographies.

Fiches biographiques : archives écrites

2 boîtes dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notices : 25110-0043 / 25110-0044 : la boîte contient des cahiers avec des fiches manuscrites photocopiées de la biographie d’artistes classées par ordre alphabétique.

Les ballets

Les Mariés de la Tour Eiffel, France 3, Jean-Christophe Averty réalisateur, 26 décembre 1973, 52’30, spectacle TV

Ballet collectif de Georges Auric, Arthur Honegger, Darius Milhaud, Francis Poulenc et Germaine Tailleferre sur un livret de Jean Cocteau.
La réalisation de cette œuvre est une ambition de jeunesse. Pour Averty, le texte, qui ne correspondait à aucun genre et en même temps les mélangeait tous, était fait pour lui. Averty en dit «Les Mariés de la Tour Eiffel, c’est, pour moi, ce qui est allé le plus loin dans l’écriture électronique depuis Ubu enchaîné » et d’ajouter « Inutile de dire que j’y tiens beaucoup et que je donne cela comme réponse aux crétins qui prétendent que je ne me renouvelle pas !»7. Dans sa réalisation, Jean-Christophe Averty resitue l’œuvre puis propose sa propre réalisation de l’œuvre. Les comédiens deviennent des marionnettes évoluant dans un décor typique fait à partir de tournettes et d’incrustations.

Les Mariés de la Tour Eiffel : photographies

3 reportages : identifiants : RPT0500036329 / RPT0500040899 / RPT1000000753 : 31 photographies, Jean-Claude Pierdet / Auteur non identifié, 1973, ORTF, Fitoussi

Photographies en noir et blanc qui montrent les acteurs.

Les Mariés de la Tour Eiffel : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0008 : la boîte contient le storyboard photocopié et la liste des différents plans à enregistrer.

Le Bœuf sur le toit, France3, Jean-Christophe Averty réalisateur, 29 novembre 1975, 1h13’, spectacle TV, documentaire

Emission dédiée à l’œuvre Le Bœuf sur le toit, ballet-pantomime de Darius Milhaud dont l’argument est de Jean Cocteau. La réalisation de Jean-Christophe Averty se présente comme un documentaire revenant sur le contexte historique juste après la première guerre mondiale afin de situer l’œuvre, grâce à de nombreuses images d’illustrations. A l’intérieur de cette présentation, Averty a réalisé l’œuvre elle-même. Les comédiens deviennent des marionnettes évoluant dans un décor typique fait à partir de tournettes et d’incrustations. Il n’y a aucune parole, seule la musique est omniprésente. Il n’y a pas non plus d’histoire linéaire, c’est un ensemble de scènes.

Le Bœuf sur le toit : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0003 : la boîte contient le livret de la partition annoté, le storyboard photocopié, un listing des différentes séquences de tournage et une photocopie de l’allocution de Jean Cocteau le 21 février 1921.

Parade autour de parade, France3, Jean-Christophe Averty réalisateur, 5 octobre 1980, 1h01’, spectacle TV

Adaptation du ballet du compositeur Erik Satie, avec un poème de Jean Cocteau, décors, costumes et rideau de scène de Pablo Picasso. L’œuvre est une commande des Ballets russes de Serge de Diaghilev. La chorégraphie est de Léonide Massine.
De la même manière que dans la réalisation du Bœuf sur le toit, Jean-Christophe Averty resitue le ballet dans son  contexte historique, à l’aide d’illustrations. Il y  insère ensuite une explication en musique et sans parole des différents trucages utilisés pour recréer l’œuvre. Enfin, il propose sa réalisation du ballet. Tout comme dans sa réalisation du Bœuf sur le toit également, Jean-Christophe Averty fait porter des masques aux comédiens qui deviennent tels des marionnettes, évoluant dans un décor typique fait à partir de tournettes et d’incrustations.

Parade autour de parade : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500041628 / RPT0500038360 : 75 photographies, Claude James / Jean-Pierre Leteuil, 1978, SFP

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les danseurs et Averty. Nombreuses photographies de Karin Averty, la fille du réalisateur qui danse dans l’émission.

Parade autour de parade : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0011 : la boîte contient des documents de travail.

La littérature et le théâtre

Adaptations d’œuvres

Ubu roi ou les Polonais, 1ère chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 21 septembre 1965, 1h36’, œuvre enregistrée en studio

Cette œuvre est l’œuvre phare de Jean-Christophe Averty. Pour lui Alfred Jarry, auteur de la pièce, est un maître, et monter à la télévision Ubu roi, un rêve d’adolescent. Le père Ubu, influencé par sa femme, tue le roi de Pologne et prend le pouvoir, il assassine par la suite tous les nobles, les magistrats, les financiers, mais craint que son fils ne  prenne le pouvoir. Il finit par s’enfuir avec la mère Ubu. Cette pièce est, du début à la fin, une farce.
Cette réalisation est en quelque sorte le manifeste de la création électronique de Jean-Christophe Averty et reprend les idées d’Alfred Jarry. Il y efface l’omniprésence des acteurs en les transformant  en marionnettes, il supprime le décor pour ne faire que des éléments de suggestion, il supprime la perspective, il a recourt aux trucages électroniques et joue sur les contrastes du noir et blanc. Son œuvre Ubu Roi ou les Polonais correspond à sa vision de la mise en scène qu’il appelle la synthèse du plan8.

Ubu Roi : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500030770 / RPT0500030769 : 226 photographies, Louis Joyeux / Claude James, 1965, ORTF

Photographies en noir et blanc qui montrent les acteurs, quelques membres de l’équipe de tournage et des trucages.

Ubu roi ou les Polonais : archives écrites

  • 4 boîtes dans le fonds Max Debrenne : ID notices : 19317-0015 / 19317-0017/ 19317-0024 / 19317-0028 : les boîtes contiennent des articles de presse, le storyboard conçu spécifiquement pour Max Debrenne dédicacé par Jean-Christophe Averty, des documents de travail et des photographies.
Ubu :

Averty réalise également trois autres adaptations des œuvres d’Alfred Jarry consacrées à Ubu, en couleurs, suite de l’histoire d’Ubu Roi :

  • Ubu enchaîné, 2ème chaine, 2 octobre 1971, 1h31’, œuvre enregistrée en studio
  • Ubu cocu ou l’archéoptéryx, France3, 6 septembre 1981, 1h47’, œuvre enregistrée en studio
  • Ubuplus à l’œil, Canal +, 5 avril 1997, 26’24, documentaire : vidéogramme humoristique, adapté de Ubu sur la Butte, qui montre l’ensemble du dispositif, il n’y a plus du tout de décor, on y voit la création de l’émission par Jean-Christophe Averty. La réalisation est faite de nombreuses incrustations et le réalisateur est visible dans la plupart des scènes.
Ubu : photographies

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les dispositifs techniques, les acteurs et l’équipe de tournage.

  • Ubu enchaîné : 2 reportages : identifiants : RPT0500040290 / RPT0500034862 : 147 photographies, Jean Ada / Jacques Chevry / Daniel Lefevre, 1971, ORTF
  • Ubu cocu : 2 reportages : identifiants : RPT0500038566 / RPT0500041793 : 94 photographies, Jean-Claude Pierdet, 1980, SFP
Ubu : archives écrites

  • Ubu enchaîné :
    2 boîtes dans le fonds Max Debrenne : ID notices : 19317-0015 / 19317-0017 : les boîtes contiennent des notes manuscrites des différents plans, le storyboard photocopié et les séquences de tournage.
  • Ubu cocu ou l’Archéoptéryx :
    1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0015 : la boîte contient le scénario, c’est-à-dire, le texte d’Alfred Jarry et le planning de tournage.
  • Ubuplus à l’œil :
    2 boîtes dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notices : 25110-0017 / 25110-0036 : les boîtes contiennent des storyboards, des correspondances et des documents de travail.
Alice au pays des merveilles, 2ème chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 22 décembre 1970, 2h04’, adaptation, téléfilm

Adaptation du roman de Lewis Carroll. L’œuvre est un terrain parfait pour l’utilisation des trucages car elle regorge de visions alliant le merveilleux, l’absurde et le bizarre. Une recherche incroyable a été menée pour les costumes. Jean-Christophe Averty a voulu être le plus fidèle possible à l’œuvre originale d’une grande complexité. Le 14 novembre 1970, une émission présente l’œuvre ainsi que le tournage de l’œuvre, juste avant sa diffusion, avec les interviews des deux personnages principaux (cf. ID notice : CPF88000271).

Alice au pays des merveilles : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500040146 / RPT0500034511 : 63 photographies, Jean-Claude Pierdet / Georges Chevrier, 1970, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les dispositifs techniques, les acteurs et l’équipe de tournage. On voit Jean-Christophe Averty et Max Debrenne discutant.

Alice au pays des merveilles : archives écrites

  • 3 boîtes dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notices : 25110-0018 à 25110-0020 : les boîtes contiennent les trois storyboards photocopiés.
  • 2 boîtes dans le fonds Max Debrenne : ID notices : 19317-0001 / 19317-0019 : les boîtes contiennent des photographies de l’émission.
Un Beau ténébreux, 2ème chaine, Jean-Christophe Averty réalisateur, 8 octobre 1971, 1h52’, téléfilm, adaptation

Film en couleurs d’après le livre de Julien Gracq Un beau ténébreux qui relate l’histoire de deux amants qui finissent par se suicider. La réalisation de cette œuvre était un rêve de jeunesse mais a été difficile du fait qu’elle ait été tournée en extérieur dans de mauvaises conditions climatiques. Averty a tenté de rester le plus fidèle à l’œuvre, il n’y a aucun trucage.

Un Beau ténébreux : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500032533 / RPT0500039798 : 141 photographies, Claude James, 1967, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les dispositifs techniques, les acteurs, Marie-Blanche Vergne et l’équipe de tournage.

Mouchoir de nuages, France 3, Jean-Christophe Averty réalisateur, 20 mars 1976, 1h16’, œuvre enregistrée en studio

Tragédie de Tristan Tzara, figure majeure du mouvement Dada. Averty est resté très fidèle à l’œuvre, une farce tragique, en utilisant les trucages vidéo. Dans un premier temps, Averty resitue l’œuvre dans son contexte, expliquant le mot Dada et le mouvement artistique avec humour et insérant une interview du poète Philippe Soupault. Dans un deuxième temps, Averty propose sa lecture de l’œuvre, la précédant d’une introduction explicative. Pendant toute la diffusion de l’œuvre Averty montre le studio de télévision, les caméras et les outils de trucages.

Mouchoir de nuages : photographies

3 reportages : identifiants : RPT0500037650 / RPT0500037672 / RPT0500041174 : 46 photographies, Alain Liennard / Jean Pimentel, 1976, SFP

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les dispositifs techniques, les acteurs et l’équipe de tournage.

Mouchoir de nuages : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0009 : la boîte contient la photocopie du storyboard, un listing des séquences de tournage et la photocopie du texte de Tristan Tzara.

Impressions d’Afrique, France3, Jean-Christophe Averty réalisateur, 22 octobre 1977, 2h09’, adaptation, téléfilm

Adaptation de l’œuvre de Raymond Roussel utilisant les trucages vidéo et les illustrations d’époque. Un bateau fait naufrage sur les côtes africaines et les membres de l’équipage sont faits prisonniers. Un grand spectacle a lieu avant leur libération. Le roman est complexe et joue sur la polysémie des mots. Les décors africains s’inspirent des tableaux du Douanier Rousseau, de nombreux décors sont dessinés.

Impressions d’Afrique, 25 photographies, Jean Ada, 10 septembre 1974, ORTF, RPT0500037148

Photographies en noir et blanc qui montrent les acteurs.

Impressions d’Afrique : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0006 : la boîte contient le storyboard photocopié ainsi que le listing des différentes séquences de l’émission.

Chantecler, France 3, Jean-Christophe Averty réalisateur, 23 décembre 1977, 2h35’, œuvre enregistrée en studio

Adaptation de l’œuvre d’Edmond Rostand, Chantecler, utilisant les trucages vidéo et l’incrustation en particulier. L’intrigue révèle un coq dans une basse-cour, très orgueilleux et sûr de faire se lever le soleil grâce à son chant. Mais il découvre l’amour en une faisane et oublie de chanter, le soleil se lève malgré tout et il devient la risée de la basse-cour. Cette dernière qui le déteste le pousse à un combat contre un autre coq. Il s’en sort vainqueur et après avoir sauvé la basse-cour d’un épervier il récupère son aura. La faisane, délaissée se sacrifie et se porte au-devant d’un chasseur qui tire mais c’est le rossignol à la voix d’or qui est touché.

Chantecler : photographies

3 reportages : identifiants : RPT0500041296 / RPT0500037892 / RPT1000000513 : 185 photographies, Claude James / Alain Liennard / Robert Moret, 1976, SFP

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les acteurs et Jean-Christophe Averty leur montrant son storyboard.

Chantecler : archives écrites

2 boîtes dans le fonds Max Debrenne : ID notices : 19317-0003 / 19317-0004 : les boîtes contiennent des documents de travail.

Le Surmâle, Antenne 2, Jean-Christophe Averty réalisateur, 27 août 1980, 1h53’, adaptation, téléfilm

Adaptation de l’œuvre d’Alfred Jarry. L’histoire consiste en un questionnement sur l’amour et le nombre de fois qu’un homme peut faire l’amour. C’est « une interprétation paranoïa-critique de l’œuvre vue à travers le grand œuvre de Marcel Duchamp« 9.
Averty est parti du postulat que Le Surmâle aurait suscité chez Duchamp son œuvre la « Mariée mise à nue par les célibataires, même » (1912) et la réalisation qu’il propose tend à le démontrer par la conjonction des deux œuvres.

Le Surmâle, 54 photographies, Jean-Pierre Leteuil / Alain Liennard, 8 avril 1978, SFP, RPT0500038307

Photographies en noir et blanc qui montrent les acteurs et Averty.

Le Surmâle : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0012 : la boîte contient un scénario et notes manuscrites, un scénario vierge, des listes de plans à tourner et diverses notes manuscrites.

Les Mamelles de Tirésias, TF1, Jean-Christophe Averty réalisateur, 24 juin 1982, 56’40, œuvre enregistrée en studio

Drame pré-surréaliste de Guillaume Apollinaire. L’héroïne Thérèse, décide de changer de sexe et d’établir l’égalité homme/femme. Elle prend le nom de Tirésias et oblige son mari à se travestir et à enfanter. Averty utilise les trucages vidéo et de nombreuses illustrations d’époque. En première partie un comédien imitant l’auteur est mis en scène et explique son œuvre, en deuxième partie, diffusion de l’œuvre elle-même.

Les Mamelles de Tirésias, 19 photographies, Jean-Claude Pierdet, 1er septembre 1981, SFP, RPT0500038798

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les acteurs et Averty.

Les Mamelles de Tirésias : archives écrites

  • 3 boîtes dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notices : 25110-0021 / 25110-0087 / 25110-0088 : les boîtes contiennent des notes et documents de travail, un landau rose et blanc en polystyrène, et des éléments d’incrustation pour les décors.
  • 1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0007 : la boîte contient la photocopie du storyboard.
Une Visite à l’exposition de 1889, France 3, Jean-Christophe Averty réalisateur, 30 décembre 1983, 1h20’, œuvre enregistrée en studio

Vaudeville d’Henri Rousseau dit le Douanier Rousseau, écrit en 1899. Un couple de Bretons en voyage à Paris découvre la capitale lors de l’exposition universelle. Averty utilise son immense documentation, des illustrations d’époque, des cartes postales, issues du Journal des voyages, de l’Illustration, du Monde Illustré. Les comédiens y sont incrustés.

Une Visite à l’exposition de 1889, 20 photographies, Jean-Claude Pierdet, 1er décembre 1982, SFP, RPT0500038920

Photographies en noir et blanc qui montrent les acteurs et Averty.

Le Désir attrapé par la queue, France 3, Jean-Christophe Averty réalisateur, 27 décembre 1988, 1h00’, adaptation

Pièce de théâtre surréaliste du peintre Pablo Picasso. Les personnages sont des allégories et il n’y a pas d’histoire. Jean-Christophe Averty resitue l’œuvre, grâce à diverses illustrations d’époque, puis il propose sa vision de la pièce en utilisant les trucages vidéo.

Le Désir attrapé par la queue : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500039341 / RPT0500042613 : 68 photographies, Jean-Claude Pierdet, 1988, SFP

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les acteurs et l’équipe de tournage.

Tentative de description d’un dîner de tête à Paris France, Arte, Jean-Christophe Averty réalisateur, 25 février 1996, 24’28, feuilleton, œuvre enregistrée en studio

A partir du poème de Jacques Prévert, Jean-Christophe Averty donne une vision personnelle de l’œuvre avec de nombreux effets spéciaux. Ce texte est humoristique, satirique et critique.

Tentative de description d’un dîner de tête à Paris France : Archives écrites

6 boîtes dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notices : 25110 0001 à 25110 0006 /  25110-0036 : les boîtes contiennent les découpages de l’émission, une partie du storyboard original, des classeurs de fiches techniques et des documents de travail.

Emissions littéraires

Les Décraqués, France Culture, 176 émissions, Jean-Christophe Averty chroniqueur, 1984 à 2004, 28’, feuilleton, œuvre enregistrée en studio, radio

Emission quotidienne qui est une version courte de l’émission hebdomadaire Des Papous dans la tête. Cependant, Averty participe dans Les Décraqués aux jeux littéraires des invités et non pas à une chronique sur le jazz comme dans les Papous. L’émission est supprimée en 2004.

Comics club, 5 émissions,  1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1972, 1h, animation, création audiovisuelle

Collection d’émissions autour de la bande-dessinée, dont Averty était un grand amateur. Il tente de redonner ses lettres de noblesse à cette littérature mal perçue. Pour lui la bande-dessinée n’est pas exclusivement à destination des enfants. Pour traiter ce sujet, Averty utilise l’humour à travers des sketchs de Grosso et Modo qui alternent avec des interviews d’auteurs de bandes-dessinées, d’extraits de dessins-animés et chansons de vedettes populaires.

Comics club, 5 photographies, Georges Roussillon, 29 juin 1972, ORTF, RPT0500035443

Photographies en noir et blanc qui montrent des humoristes jouant les frères Dalton.

Comic’s club : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0005 : la boîte contient la photocopie du storyboard de l’émission n°4, des textes transcrits et un listing des séquences de tournage.

Retour au sommaire

3. UN PASSIONNE DE JAZZ

La carrière d’Averty est étroitement liée à l’histoire du jazz telle qu’elle a été racontée à la télévision française.
Dès 1957, il participe à la première série d’émissions sur le jazz en France intitulée A la Recherche du jazz. Il en réalise de nombreuses par la suite, en expliquant les origines du genre, en interviewant des musiciens, des compositeurs, des spécialistes, en tentant de transmettre aux spectateurs sa passion pour cette musique. En outre, s’il réalise des émissions en studio, il enregistre également les festivals de jazz du Sud-est de la France de 1958 à 1990 (le dernier enregistrement sera diffusé en 1991). Les présentateurs ne sont jamais filmés, seuls les musiciens l’intéressent. Il immortalise les performances des artistes sur scène et ces images sont l’unique témoignage audiovisuel dont nous disposons. Pour les retransmissions de ces festivals il filme avec des plans très rapprochés, très rapides et n’utilise pas de trucages afin de conserver l’immédiateté de la performance.
Grâce à sa persévérance, malgré les difficultés et les obstacles, et aux nombreuses émissions consacrées exclusivement au jazz, il a contribué à la diffusion de ce genre musical à la télévision et à la constitution d’« une mémoire visuelle du jazz » 10.

Les sessions en direct

Jazz festival de Cannes 1958 : émission du 1 janvier 1958, Jazz festival de Cannes 1958, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1er janvier 1958, réalisation dans un lieu public

Retransmission du festival de jazz de Cannes de 1958.

Festival de jazz d’Antibes Juan-Les–Pins (titre collection), 224 émissions,  (1ère chaine, 2ème chaîne, Antenne2, France3, France2, TF1), Jean-Christophe Averty réalisateur, 1960 à 1991, retransmission

Retransmission du festival de jazz d’Antibes Juan-Les–Pins.

Festival de jazz Antibes Juan Les Pins : Photographies

4 reportages : identifiants : RPT0500027087 / RPT0500039872 / RPT0500033130 / RPT0500034337 : 268 photographies, Dominique Gonot / Daniel Lefevre, 1964 / 1968 / 1970, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les chanteurs et musiciens comme Ella Fitzgerald ou Aretha Franklin.

La Grande parade du jazz, 146 émissions, Antenne 2, France 3 et TF1, Jean-Christophe Averty réalisateur,  1976 à 1988, retransmission

Retransmission du festival de jazz à Nice

La Grande parade du jazz : Photographies

3 reportages : identifiants : RPT0500041441 / RPT0500038107 / RPT0500038108 : 194 photographies, Claude James, 1977, SFP

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les musiciens et le dispositif technique.

Jazz festival Newport à Paris, 13 émissions, 1ère chaîne, 2ème chaîne, Antenne2, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1965 à 1976, réalisation dans un lieu public

Retransmission du festival de jazz de Newport.

Newport à Paris, 50 photographies, Dominique Gonot, 13 novembre 1973, ORTF, RPT0500036502

Photographies en noir et blanc qui montrent les musiciens, dont Duke Ellington ou encore le guitariste B.B. King.

Modern jazz at the Blue Note, 8 émissions, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1960 à 1962, réalisation dans un lieu public

Concerts au cabaret de jazz parisien le « Blue note « , avec le public, filmés en direct par Jean-Christophe Averty.

Jazz au Blue Note : Phil Woods et Henri Renaud, 20 photographies, Daniel Fallot, 3 février 1960, RTF, RPT0500022887

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les dispositifs techniques, les musiciens et l’équipe de tournage.

Les sessions enregistrées

A la Recherche du jazz, 10 émissions,  1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur de nombreuses émissions, 1957 à 1958, magazine, documentaire

Emission documentaire sur le jazz. Elle représente la première série sur le jazz à la télévision française, auparavant il n’y a que quelques émissions qui en parlent. Il n’en est pas le premier réalisateur en 1955 mais le devient en 1957. Cette émission tente de donner une place au jazz à la télévision. Plusieurs spécialistes sont interviewés. L’émission Visages du jazz lui succède.

A la Recherche du jazz : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500020044 / RPT0500020661 : 24 photographies, Jean-Claude Pierdet / Gérard Landau, 1957 / 1958, RTF

Visuel en noir et blanc des montages, des dispositifs techniques, des musiciens et de l’équipe de tournage.

Au Clair de la Lune, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 25 décembre 1957, 17’15, spectacle TV

Emission de Noël qui se compose de plusieurs tableaux comprenant des chants, des danses africaines et une performance du trompettiste Miles Davis. Il est accompagné de Barney Wilen au saxophone ténor, René Urtreger au piano, Pierre Michelot à la contrebasse et Kenny Clarke à la batterie. Ce quintette, formé par Miles Davis lors de son séjour en France, est celui qui a enregistré la bande originale du film Ascenseur pour l’échafaud de Louis Malle quelques jours plus tôt. C’est la première apparition du trompettiste Miles Davis à la télévision française.

Variétés Noël : Au Clair de la Lune, 17 photographies, Gérard Landau, 7 décembre 1957, RTF, RPT0500020556

Visuel en noir et blanc des dispositifs techniques, des musiciens et danseurs et de l’équipe de tournage.

Jazz Memories, 25 émissions,  1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1958 à 1961, réalisation dans un lieu public

Emission enregistrée dans des clubs de jazz parisiens, tels que le Caveau de la Huchette ou encore le Blue Note. Elle rend généralement hommage à des musiciens et prend la forme d’un concert de jazz en direct avec danseurs qui alterne avec un commentaire off sur des illustrations d’époque ou des dessins de Pierre Merlin, graphiste. Elle resitue l’artiste ou le thème évoqué.

Jazz Memories : photographies

13 reportages : identifiants : RPT0500021199 / RPT0500021230 / RPT0500022017  / RPT0500022617 / RPT0500022729 / RPT0500022756 / RPT0500022812 / RPT0500022911 / RPT0500023138 / RPT0500023370 / RPT0500023455 / RPT0500023464 / RPT0500023589 : 142 photographies, Philippe Bataillon / Gérard Landau / Jean-Claude Pierdet / Dominique Gonot / Daniel Fallot / Albert Courand, 1958 à 1960, RTF

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les musiciens et danseurs et l’équipe de tournage.

Jazz Land, 24 émissions,  1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1958 à 1961, réalisation dans un lieu public

Une émission de Jean-Christophe Averty et Lucien Malson. Alternance de prestations, d’archives émanant de ses émissions ou autres, de présentations de disques, de revues, de petites interludes de Grosso et Modo et d’interviews de spécialistes et de musiciens. Quelques incrustations sont présentes.

Jazz Land : photographies

7 reportages : identifiants : RPT0500040058 / RPT0500034145 / RPT0500040077/ RPT0500039550/ RPT0500040337 / RPT0500034926 / RPT0500036488 : 113 photographies, Meurillon / Jean Ada / Daniel Lefevre / Robert Picard, 1970 / 1971 / 1973, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les dispositifs techniques et les musiciens.

Jazz Land : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0007 : la boîte contient des documents de travail sur des chanteuses de jazz et de blues, en particulier sur les premières émissions.

Télé Music, 40 émissions,  1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1960 à 1968, création audiovisuelle

Emission de 10 à 15 minutes de prestations de musiciens de jazz moderne, c’est-à-dire contemporain de Jean-Christophe Averty, tels que Eddy Louiss, Martial Solal ou encore Georges Arvanitas. Ces prestations sont enregistrées au studio 4 et Averty y insère quelques trucages. Cette émission fait partie de celles qui succèdent à A la recherche du jazz et est la synthèse des expérimentations de cette dernière.

Télé Music : Modern Jazz au studio quatre, 9 photographies, Daniel Fallot, 9 février 1961, RTF, RPT0500024156

Photographies en noir et blanc qui montrent les musiciens jouant dans le studio.

Un hommage à Sidney Bechet, (2 émissions), 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 12 mai 1969 et 16 juin 1969, 1h08’ et 1h11’, interprétation, documentaire

Emission consacrée au musicien Sidney Bechet. Elle retrace sa carrière à travers un diaporama de dessins de Pierre Merlin et des incrustations. Ces images sont entrecoupées de prestations artistiques dansées, jouées ou chantées par divers artistes. André Francis, grand producteur de radio et spécialiste du jazz sur ce medium, fait le commentaire et régulièrement Sidney Bechet lui-même raconte des anecdotes. Il y a plusieurs interviews dont celui de sa femme Elisabeth Ziegler, du musicien Claude Luter et de Charles Delaunay.

A propos de Sidney Bechet, 8 photographies, Claude James, 1er mai 1968, ORTF, RPT0500033055

Photographies en noir et blanc qui montrent les musiciens.

Mi-fugue Mi-raisin, 231 émissions,  France Culture, Jean-Christophe Averty chroniqueur, 1975 à 1981, magazine, Radio

Emission hebdomadaire de Jérôme Bertrand qui eut lieu de 1975 à 1981. Jean-Christophe Averty est l’auteur de la séquence « Jazz Averty ». Il présente des enregistrements rares de jazz issus de sa collection personnelle.

Nouvelle Orléans Bien aimée : 1ère partie : Du vieux carré à Storyville et Nouvelle Orléans Bien aimée : 2ème partie : Des rives de Pontchartrain au Mississipi, France 3, Jean-Christophe Averty réalisateur, 2 et 9 octobre 1976, 1h15’, création audiovisuelle

A l’occasion du bicentenaire de la fondation des Etats-Unis d’Amérique, Averty, qui commente les émissions, rend hommage à la ville de la Nouvelle-Orléans, telle qu’elle a été créée et surtout à l’époque de la naissance du jazz. Entre images présentes et illustrations anciennes, il retrace l’histoire de la ville et de quelques-uns de ses personnages célèbres.

La Nouvelle Orléans bien aimée, 12 photographies, Jacques Chevry, 30 avril 1976, SFP, RPT0500041241

Photographies en couleurs qui montrent le défilé des Champs-Elysées en l’honneur de la Nouvelle Orléans et Averty.

Nouvelle Orléans bien aimée : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0010 : la boîte contient la transcription de l’émission en deux parties et le découpage de l’émission par plans.

Le Cri du homard, 29 émissions,  France Culture, Jean-Christophe Averty chroniqueur, 1984, magazine, Radio

Emission quotidienne de Jérôme Bertrand qui eut lieu en 1984. Jean-Christophe Averty est l’auteur de la séquence Jazz for the happy few. Il présente des enregistrements rares qui proviennent de ses collections personnelles, jamais réédités en microsillons, seulement en 78 tours.

Des Papous dans la tête, 586 émissions,  France Culture, Jean-Christophe Averty chroniqueur, 1984 à 2004, magazine, Radio

Emission hebdomadaire de Jérôme Bertrand et Françoise Teussard, version longue des Décraqués, qui eut lieu de 1984 à 2018. Jean-Christophe Averty est l’auteur de la séquence J.C.A Crazy Jazz. Il présente des enregistrements rares de jazz.

Une Histoire du jazz français, 3 émissions, France 3, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1995, 52’00, documentaire, documents à base d’archives

Trois émissions consacrées à l’histoire du jazz français et intitulées respectivement Première époque : 1917-1940, Deuxième époque : 1940-1960, Troisième époque : 1960-1993. Alternance d’interviews d’artistes, musiciens et chanteurs ayant vécu ces périodes et qui racontent leurs souvenirs et de documents d’époques qui illustrent des chansons et morceaux de jazz. Il n’y a pas de voix off.

Une Histoire du jazz français : archives écrites

3 boîtes dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 ID notices : 25110-0013 à 25110-0015 : les boîtes contiennent des documents de travail, des photographies, des retranscriptions, des interviews et un dossier de presse.

4. UN REVOLUTIONNAIRE DE LA TELEVISION

Le style Averty : trucages, mise en page, emploi de la couleur

Il est impossible d’évoquer Jean-Christophe Averty sans mentionner les trucages électroniques. Il est le premier à les utiliser dans presque toutes ses émissions. C’est grâce à son imagination inépuisable que de nombreux procédés ont pu être mis au point à l’aide de ses collaborateurs et notamment Max Debrenne, son spécialiste des effets spéciaux. L’objectif des trucages consiste à transcrire en images ce que le texte donne à voir et à créer un univers imaginaire.
A cela, s’ajoute la mise en page, essentielle pour Averty. Il conçoit l’image télévisuelle comme la mise en page d’un journal. L’espace offert par l’écran doit être entièrement utilisé, il est compartimenté comme pour une bande-dessinée sans laisser de vide. Contrairement au cinéma, le spectateur domine l’écran, il ne peut donc y avoir de profondeur. L’écran de télévision est pensé comme étant un espace bidimensionnel où chaque plan est à plat et où tout élément de décor pouvant donner une perspective ou du relief est supprimé. Il propose ainsi une nouvelle conception de la télévision qui rompt avec celle du grand écran.
Le passage à la couleur a marqué l’histoire de la télévision et la carrière d’Averty. En effet, l’utilisation de la couleur à la fin des années 60 s’impose et Averty en fait un nouveau moyen d’expression. Néanmoins, la couleur rend l’image plus réaliste, ce qui, pour Averty, entrave la rêverie et l’imaginaire : des effets que l’image en noir et blanc plus abstraite, offrait. Ainsi, l’emploi de couleurs vives, tranchées, non naturelles, vise à réinventer les contrastes et l’abstraction du noir et blanc. « La couleur a compliqué le problème, surtout pour ceux qui comme moi, aiment les abstractions, les images très contrastées, etc. L’avantage du noir et blanc sur la couleur est qu’il facilite l’abstraction. Nous ne vivons pas dans un univers en « noir et blanc », mais dans un univers de couleurs. Par conséquent dès que l’on fait un film en « noir et blanc », on s’arrache automatiquement à la « réalité » »11.
A travers ses trucages vidéo, sa mise en page singulière et l’utilisation qu’il fait de la couleur, il revendique un « langage télévisuel ».

Memphis Slim on the road, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 18 août 1962, 44’25, oeuvre enregistrée en studio

Memphis Slim joue différents morceaux de blues au piano. Averty utilise les trucages électroniques dans des jeux d’images en négatif et positif.

Memphis Slim on the road, 9 photographies, Philippe Bataillon, 1er août 1962, RTF, RPT0500025452

Photographies en noir et blanc qui montrent le pianiste Memphis Slim, Jean-Christophe Averty et des trucages sur des écrans.

Micros et caméras : émission du 18 septembre 1965, Micros et caméras, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty participant, 18 septembre 1965, 35’, magazine, reportage

Dans cette émission Averty explique, par le biais de son émission Ubu Roi ou les Polonais, qui ne sera diffusée que trois jours plus tard, sa vision du medium télévisuel. Il appuie sur l’importance de l’électronique « qui devient un langage télévisuel » et présente son idée de la mise en scène des dramatiques à la télévision.

Porte ouverte : Jean-Christophe Averty, Caméra 3, 2ème chaîne, Jean-Christophe Averty participant, 06 juin 1967, 19’21, magazine, interview, entretien

Dans cette émission, Averty raconte ses débuts professionnels et son travail actuel. Il évoque les trucages qu’il emploie et  montre ses storyboards. Il parle de « langage télévisuel ».

Show effroi, 2ème chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 2 mai 1969, 54’56, spectacle TV

Emission de variété dans laquelle il utilise pour la première fois les décors dessinés dans sa mise en scène. C’est lors de l’Exposition de Montréal de 1967 qu’il découvre des spectacles audio-visuels immenses. C’est ce qui lui donnera l’idée des décors dessinés. Averty alterne ici chansons et sketchs qui parodient de nombreux sujets.

Le songe d’une nuit d’été, 2ème chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 25 décembre 1969, 2h21’, œuvre enregistrée en studio

Comédie de William Shakespeare qui se déroule en Grèce. L’action est complexe et mêle deux couples dont chacun n’aime pas celui qui lui est promis mais celui qui ne l’est pas. Selon Averty, c’est la première fois qu’il utilisait les couleurs en incrustation électronique avec un tel rendu. Les trucages ont été très complexes à réaliser.

Le songe d’une nuit d’été : Photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500040043 / RPT0500033946 : 248 photographies, Daniel Lefevre / Georges Chevrier, 1969, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les acteurs et Averty.

Le songe d’une nuit d’été : Archives écrites

4 boîtes dans le fonds Max Debrenne : ID notices : 19317-0011 / 19317-0018/ 19317-0028 / 19317-0029 : les boîtes contiennent des articles de presse, des notes sur la réalisation technique, sur les trucages, des photographies et le storyboard conçu spécifiquement pour Max Debrenne.

Boîte à malices : émission du 30 septembre 1973, Boîte à malices, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty participant, 30 septembre 1973, 25’45, jeu

Dans cette émission de jeu, Averty accompagné de Max Debrenne fait une démonstration de trucages avec les familles candidates.

Les trucages, Voir, France3, 15 mai 1975, 20’, magazine

L’émission tente d’expliquer les trucages de manière simple pour le plus grand public. Un extrait de la fiction Alice au pays des merveilles réalisée par Jean-Christophe Averty illustre les propos de Max Debrenne, spécialiste des effets spéciaux d’Averty, qui est interviewé.

Des effets très spéciaux : l’art du trucage, Aujourd’hui madame, Antenne 2, Jean-Christophe Averty participant, 19 mai 1977, 56’55, magazine

Dans cette émission, nous pouvons voir le tournage de l’émission de Jean-Christophe Averty, Chantecler. Avec Max Debrenne son spécialiste des effets spéciaux, ils expliquent les trucages de cette fiction.

Trucages : archives écrites

  • 9 boîtes dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notices : 25110-0088 à 25110-0096 : les boîtes contiennent des éléments de décors et d’incrustations pour les émissions.
  • 3 boîtes dans le fonds Max Debrenne : ID notices : 19317-0023 / 19317-0029 / 19317-0030 : les boîtes contiennent des textes écrits par Max Debrenne sur les trucages à la télévision, des photographies numérisées de trucages et le double d’un cahier offert par Max et Françoise Debrenne à Jean-Christophe Averty pour l’anniversaire d’Ubu Roi en 1966 retraçant leur collaboration.

Humour, provocation et subversion

A la fois applaudi et détesté, Averty a eu une relation particulière avec le public. Pour lui, ce dernier ne doit pas être passif, il doit réagir. Averty a donc recours à la provocation et l’humour noir afin de produire des réactions. Cette attitude à l’égard du public est manifeste notamment dans les émissions qui ont fait sa notoriété, comme Les Raisins Verts.

Histoire de sourire, 4 émissions, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1ère chaîne, 1963, spectacle TV

Première émission de Jean-Christophe Averty avec Michèle Arnaud. Grâce à elle, il commence véritablement sa carrière dans les variétés. Cette émission était une émission de chansons, Averty y ajoute des sketchs et des interludes. L’humour noir et la provocation sont présents. Cette émission est à l’origine des Raisins Verts qui la remplacera.

Histoire de sourire : Photographies

6 reportages : identifiants : RPT0500025899 / RPT0500030128 / RPT0500026001/ RPT0500026079/ RPT0500026231 / RPT0500026267 : 132 photographies, Martine Lebon / Bernard Pascucci / Jean-Claude Mallinjod / Georges Galmiche / Georges Chevrier, 1963, RTF

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les chanteurs et humoristes et l’équipe de tournage.

Les Raisins Verts, 1ère chaîne, 10 émissions, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1963 à 1964, création audiovisuelle, spectacle TV

Cette émission de variétés est celle qui a fait connaître Averty, il en obtiendra des prix, même à l’étranger12. L’émission était programmée le samedi soir tout d’abord, sur la seule chaîne disponible à l’époque. Elle possède un rythme rapide et un humour noir et grinçant. Elle présente des chanteurs, souvent des gloires fanées ou démodées et chaque interprétation alterne avec de petits sketchs, dans la même dynamique que Histoire de sourire. L’émission critique tout, c’est une révolte contre le conformisme, elle se moque de tous les sujets, enlève les présentateurs, ce qui en fait une émission très subversive et très différente de ce qui passe sur les ondes à cette époque. Elle sera très mal reçue par bon nombre de téléspectateurs qui se sentent attaqués. Averty l’explique très bien dans le livre de Jacques Siclier13.

Les Raisins Verts : Photographies

12 reportages : identifiants : RPT0500026348 / RPT0500026398 / RPT0500026423 / RPT0500026450 / RPT0500026551 / RPT0500026619 / RPT0500026653 / RPT0500026688 / RPT0500030304 / RPT0500026796 / RPT0500026811 / RPT0500032699 : 975 photographies, Georges Galmiche / Jacques Chevry /Norbert Perrau / Jean-pierre Loth / Claude James / Dominique Gonot / Dominique Pascucci/ Jean-Claude Pierdet / Jean Ada, 1963 / 1964 / 1967, RTF et ORTF

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les chanteurs, danseurs, humoristes et l’équipe de tournage. On y voit également le système des étagères que Jean-Christophe Averty emploie dans le générique.

Les Raisins verts : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0015 : la boîte contient des articles de presse.

Les Verts Pâturages, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 24 décembre 1964, 1h50’, adaptation, œuvre enregistrée en studio

Adaptation d’une pièce de théâtre de Marc Connoly, qui représente la Bible vue par les Noirs-américains. Tous les personnages bibliques sont noirs. Claude Santelli, le dialoguiste y voyait un humanisme ouvert, pour Averty c’était surtout un moyen avec Max Debrenne de réaliser de nombreux trucages électroniques. L’émission a reçu des critiques extrêmement virulentes, que ce soit vis-à-vis des Noirs, ici personnages de la Bible mais aussi de l’utilisation systématique des trucages électroniques.

Les Verts pâturages, 156 photographies, Jean Adda / Louis Joyeux, 27 août 1964, ORTF, RPT0500027122

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les acteurs, danseurs et l’équipe de tournage. On y voit le système des étagères employé par Jean-Christophe Averty.

Les Verts Pâturages : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne: ID notice : 19317-0029 : la boîte contient des photographies numérisées.

Douches écossaises, 9 émissions, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1965 à 1966, spectacle TV

Emission de variétés, qui, comme les Raisins Verts, alterne chanteurs et sketchs de transition. C’est la même recherche dans la mise en page et Averty fait toujours appel à l’humour noir. Averty réalise de nombreux trucages électroniques.

Douches écossaises : photographies

10 reportages : identifiants : RPT0500031076 / RPT1000000586  / RPT0500031170 / RPT0500031239 / RPT0500031293 / RPT1000000585 / RPT0500031360 / RPT0500031440 / RPT0500031504 / RPT0500031575 : 323 photographies, Albert Courand / Norbert Perrau / Jean-Claude Pierdet / Louis Joyeux / Jean Ada / Georges Chevrier, 1965 / 1966, ORTF

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les danseurs, chanteurs, musiciens, animaux et l’équipe de tournage.

Douches écossaises : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0005 : la boîte contient des documents de travail et une liste des différents plans des séquences de l’émission.

Au risque de vous plaire, 33 émissions, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1966 à 1973, spectacle TV

Emission de variétés, qui, comme les Raisins Verts, alterne chanteurs et sketchs de transition et succède à l’émission précédente. C’est la même recherche dans la mise en page et Averty fait toujours appel à l’humour noir. Averty réalise de nombreux trucages électroniques.

Au risque de vous plaire : photographies

18 reportages : identifiants : RPT0500032093 / RPT0500032382 / RPT0500032824 / RPT0500039847 / RPT0500032969 / RPT0500033020 / RPT0500033302 / RPT0500039901 / RPT0500033420 / RPT0500033797 / RPT0500034155 / RPT0500034199 / RPT0500034370 / RPT0500042935 / RPT0500034796 / RPT0500034908/ RPT0500040306 / RPT0500034991 : 500 photographies, Albert Courand / Georges Chevrier / Claude James / Daniel Lefevre / Louis Joyeux / Jean / Alain Liennard, 1967 à 1971, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent le dispositif technique, les chanteurs, les danseurs et l’équipe de tournage.

Au risque de vous plaire : archives écrites

3 boîtes dans le fonds Max Debrenne : ID notices : 19317-0001 / 19317-0028 / 19317-0029 : les boîtes contiennent des documents sur les émissions de 1966 à 1973 et des photographies, dont certaines de l’équipe de tournage.

Si le cœur vous en dit, 6 émissions, 1ère chaîne et 2ème chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1971 à 1972, spectacle TV

Courte série de variétés qui est la continuité de l’émission Au risque de vous plaire. De la même manière que cette dernière, l’émission est une alternance de chansons, de sketchs et de virgules humoristiques. Averty y pratique l’humour noir et réalise de nombreux trucages électroniques.

Si le cœur vous en dit : photographies

5 reportages : identifiants : RPT0500034991 / RPT0500035177 / RPT0500040482 / RPT0500040563 / RPT0500035431 : 188 photographies, Alain Liennard / Georges Chevrier, 1971 / 1972, ORTF

Photographies en noir et blanc qui montrent les chanteurs, dont Véronique Sanson, Eddy Mitchell ou encore Jane Birkin et Gainsbourg et l’équipe de tournage.

Si le cœur vous en dit : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0013 : la boîte contient le storyboard photocopié de l’émission n°3.

Académie des Bas Arts, 4 émissions, TF1, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1983 à 1984, 1h, magazine

Emission de variétés en 4 parties, qui alterne chansons peu connues et sketchs. L’orchestre du générique de début est un orchestre de femmes. Averty réalise de nombreux trucages électroniques.

Académie des Bas Arts : archives écrites

2 boîtes dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notices : 25110-0029 / 25110-0035: les boîtes contiennent le storyboard original de l’émission n°2, des conducteurs, des projets de programmation et des droits d’auteurs.

Création d’un nouveau genre : la biographie rêvée

Les biographies rêvées sont des biographies, teintées de poésie et de nostalgie, qui se fondent sur des personnages et des faits historiques en y introduisant l’imaginaire. Averty fait revivre d’anciennes vedettes en mêlant l’Histoire au merveilleux, la réalité à la fiction. Ce genre qu’il nomme « biographie rêvée » rompt avec la hiérarchie des genres télévisuels traditionnelle. Il élabore un nouveau genre éclectique qui emprunte des éléments aux variétés, aux comédies musicales, au documentaire et à la fiction.

Fragson, un roi du caf’conc, 2ème chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 24 octobre 1969, 1h27’, spectacle TV

Cette émission est la première biographie rêvée de Jean-Christophe Averty et s’intéresse au compositeur Harry Fragson, auteur, compositeur et interprète de la fin de 19ème et du début du 20ème siècle de musique populaire.

Fragson, un roi du caf’conc : photographies

3 reportages : identifiants : RPT0500039962 / RPT0500033651 / RPT0500033726 : 114 photographies, Claude James / Louis Joyeux / Jean Ada, 1969, ORTF

Photographies en couleurs et en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les danseurs, les acteurs et l’équipe de tournage. On y voit très bien les étagères mises en place par Averty.

Fragson, un roi du caf’conc : archives écrites

3 boîtes dans le fonds Max Debrenne : ID notices : 19317-0005 / 19317-0028 / 19317-0029 : les boîtes contiennent des documents de travail, des coupures de presse et des photographies numérisées.

Jolly Jolie Al Jolson ou la vie rêvée de Al Jolson, Grand Public, 2ème chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 08 mai 1971 et 05 juin 1971, 1h, spectacle TV

Emission consacrée à Al Jolson, chanteur et acteur, l’un des artistes de music-hall les plus populaires du 20ème siècle aux États-Unis.

Jolly Jolie ou la vie rêvée d’Al Jolson : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500034717 / RPT0500034760 : 87 photographies, Jacques Chevry / Daniel Lefevre, 1971, ORTF

Photographies en noir et blanc qui montrent les acteurs, chanteurs et l’équipe de tournage.

Original Dixieland Jass Band, (4 émissions), 2ème chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1970, création audiovisuelle

C’est à l’occasion du 53ème anniversaire de l’arrivée du jazz en France que Jean-Christophe Averty rend hommage au groupe Original Dixieland Jass Band14, le premier à avoir enregistré un disque de jazz en 1917. Cette émission resitue dans un premier temps le groupe dans son contexte grâce à des documents d’époque puis Averty retrace leur carrière avec des acteurs dans des décors dessinés, utilisant l’incrustation. Les textes alternent avec les morceaux interprétés.

Original Dixieland Jass Band : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500034266 / RPT0500040096 : 139 photographies, Georges Chevrier / Jean-Baptiste Servant, 30 mai 1970, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les dispositifs techniques, les acteurs et l’équipe de tournage.

Original Dixieland Jass Band : archives écrites

  • 1 boîte dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notice : 25110-0030 : la boîte contient le storyboard photocopié de 1970.
  • 2 boîtes dans le fonds Max Debrenne : ID notices : 19317-0010 / 19317-0029 : les boîtes contiennent des photographies numérisées, la deuxième partie du scénario de Claude Veillot et des invitations à la projection.
Musidora, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 29 décembre 1973, 1h47’, spectacle TV

Emission consacrée à Musidora, c’est un télé-roman selon Averty. Il a lui-même rencontré Musidora, actrice et réalisatrice de la première moitié du 20ème siècle, muse des surréalistes, et estime qu’elle mérite un hommage et la connaissance du public.

Musidora : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0009 : la boîte contient une liste des différents plans des séquences de l’émission.

Rien que des tubes ou la vie chantée de Vincent Scotto : 1ère partie et Rien que des tubes ou la vie rêvée de Vincent Scotto : 2ème partie, 2ème chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 23 décembre 1973 et 30 décembre 1973, 1h30’, spectacle TV

Emission consacrée à Vincent Scotto, compositeur. L’essentiel de sa carrière date de la première moitié du 20ème siècle. Nombre de ses chansons sont des succès internationaux. Il a été très productif et a aussi composé pour le cinéma.

Rien que des tubes ou la vie chantée de Vincent Scotto : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500035288 / RPT0500035329 : 23 photographies, Jacques Chevry, 1972, ORTF

Photographies en noir et blanc qui montrent les acteurs.

Rien que des tubes ou la vie rêvée de Vincent Scotto : archives écrites

  • 1 boîte dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notice : 25110-0022 : la boîte contient les storyboards originaux et des droits d’auteurs.
  • 1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0015 : la boîte contient, la photocopie du storyboard, la liste des différentes séquences de l’émission et la transcription d’un sketch.
To Bix or not to Bix : une biographie rêvée de Léon Bix Beiderbecke, Antenne 2, Jean-Christophe Averty réalisateur, 21 octobre 1976, 1h40’, spectacle TV

Emission consacrée au cornettiste, compositeur et pianiste de jazz américain mort à 28 ans en 1931, Léon Bix Beiderbecke. Bien qu’ayant eu une carrière très courte, il a enregistré quelques disques de son vivant. Cette émission lui rend hommage.

To Bix or not to Bix : une biographie rêvée de Léon Bix Beiderbecke , 21 photographies, Picard, 18 juillet 1974, ORTF, RPT0500037070

Photographies en noir et blanc qui montrent les dispositifs techniques, les acteurs et l’équipe de tournage.

To Bix or not to Bix : archives écrites

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0013 : la boîte contient le storyboard photocopié, des notes manuscrites ainsi que la liste des différents plans de l’émission.

Stéphane Grappelli : portrait rêvé, 2 émissions, Antenne 2, Jean-Christophe Averty réalisateur, 6 avril 1991 et 13 avril 1991, 52’, documentaire, interview entretien, récit portrait

Seule personnalité vivante pour laquelle Averty ait fait une biographie rêvée, Stéphane Grappelli est un violoniste, pianiste, et jazzman français né au début du siècle. Il est connu surtout pour son orchestre le Quintette du Hot Club de France dans lequel il jouait avec le guitariste Django Reinhardt. Averty l’a filmé de nombreuses fois. Cette émission est émaillée de son interview.

Stéphane Grappelli : portrait rêvé : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500039388 / RPT0500042819 : 17 photographies, Pierre Guibert, 1er novembre 1989, SFP

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent Stéphane Grappelli et Jean-Christophe Averty.

Stéphane Grappelli : portrait rêvé : archives écrites

1 boîte dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notice : 25110-0008 : la boîte contient une biographie et une discographie de Stéphane Grappelli, une continuité dialoguée en français et en anglais, une interview retranscrite datant de février 1990 et le découpage du film datant d’octobre 1990.

Retour au sommaire

5. L’IMPACT DU PUBLIC : RECONNAISSANCE ET CRITIQUES

La reconnaissance

Le 1er octobre 1967 est une date charnière dans l’histoire de la télévision car elle marque le passage à la couleur de la deuxième chaîne. Cette soirée spéciale est confiée à Jean-Christophe Averty avec la collaboration de Dominique Reznikoff. Deux émissions réalisées par Averty sont diffusées : le show Amont Tour et la comédie-ballet Le croupier amoureux. Le choix d’Averty pour cet événement majeur témoigne de la reconnaissance de son parcours à la télévision.

Celui-ci est jalonné de nombreux prix obtenus tout au long de sa carrière en France comme à l’étranger. Sa notoriété lui permet de réaliser des émissions tant télévisuelles que radiophoniques à l’étranger mais également de diversifier sa production en s’essayant à d’autres formes de créations, comme la publicité ou encore le théâtre.

Amont tour, 2ème chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1er octobre 1967, 58’20, spectacle TV

Show consacré  au chanteur Marcel Amont qui interprète ses principaux succès. Jean-Christophe Averty utilise, pour la mise en scène, les trucages, les tournettes, les compositions en étagères ; il montre une grande maîtrise de son travail.

Amont tour : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500032141 / RPT0500039736 : 97 photographies, Daniel Lefevre, 1er avril 1967, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les dispositifs techniques, les danseurs, le chanteur et l’équipe de tournage. On y voit également les trucages et Averty jouant du piano.

Le Croupier amoureux, 2ème chaîne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1er octobre 1967, 22’43, spectacle TV

Comédie-ballet sur un argument de François Régis Bastide. L’histoire se passe dans un casino où un jeune croupier tombe amoureux d’une jeune femme qui danse dans un cortège, de passage dans le casino pour atteindre la salle de bal. Les danseurs évoluent sur des jeux de casinos agrandis.

Le Croupier amoureux : photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500039764 / RPT0500032317 : 329 photographies, Georges Chevrier : Claude James, 1er mai 1967, ORTF

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les dispositifs techniques, les danseurs et l’équipe de tournage.

Les prix

Averty prix de la critique, JT 13H, 1ère chaîne, 7 février 1964, journal télévisé

Averty a reçu le prix de la meilleure émission de l’Association de la critique. C’était un prix important au sein de la RTF car il permettait de hausser les variétés aux rang des genres nobles de la télévision mais aussi de valoriser le travail anticonformiste et conséquent de tous les collaborateurs. Le 6 février, il y eu le banquet traditionnel, c’est lors de cette soirée que le reportage muet est réalisé.

Paris à l’heure de New York : émission du 28 mai 1964, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty participant, 28 mai 1964, 16’22, spectacle TV, magazine, reportage

Emission consacrée au prix reçu par l’équipe des Raisins Verts aux Etats-Unis. En mai 1964, l’émission Les Raisins Verts reçoit l’Emmy Award de la meilleure production étrangère. Michèle Arnaud, la productrice et Averty se rendent aux Etats-Unis pour recevoir la statuette.

Au-delà de l’écran : Les Raisins verts, 22 photographies, Bernard Pascucci, 11 juin 1964, RTF, RPT0500030381

Photographies en noir et blanc de la soirée à la Maison de la Radio, pour fêter l’Emmy Award remis à l’équipe de l’émission Les Raisins Verts.

Le « soleil » de télé-journal décerné à Jean-Christophe Averty, Inter actualité de 22h00, France Inter, 11 décembre 1978, 0’55, reportage, Radio

Reportage consacré au prix reçu par Jean-Christophe Averty par Télé journal, qui décerne un prix à la meilleure émission radiophonique de l’année, en l’occurrence Les Cinglés du music-Hall.

Remise des prix de l’Académie Charles Cros, Inter actualité de 19h00, France Inter, 11 mars 1982, 1’05, reportage, Radio

Reportage consacré au prix reçu par Jean-Christophe Averty par l’Académie Charles Cros pour l’émission Les Cinglés du music-Hall. Il a reçu le prix le plus important : le prix du président de la République.

La 6ème nuit des 7 d’or, La nuit des 7 d’or, TF1, Jean-Christophe Averty participant, 17 décembre 1990, 2h55’, retransmission, enregistrement dans un lieu public

Retransmission de la soirée de la nuit des 7 d’or de la télévision. Averty y reçoit le 7 d’or d’honneur.

Emissions à l’étranger

How the Beatles changed the world : Photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500038166 / RPT0500041476 : 55 photographies, Jean-Pierre Leteuil / Robert Picard, 1er octobre 1977, SFP

Photographies en noir et blanc et en couleurs qui montrent les dispositifs techniques, les chanteurs et Averty.

How the Beatles changed the world : Archives écrites

Emission de variétés consacrée au groupe anglais Les Beatles, intitulée How the Beatles changed the world diffusée le 22 novembre 1977 sur la chaîne NBC aux Etats-Unis. L’émission mêle des performances de Rickie Havens, Melanie et Frankie Valli et Melissa Manchester.

  • 1 boîte dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notice : 25110-0037 : la boîte contient des partitions de la chanteuse Melissa Manchester, pour ses interprétations dans l’émission.
  • 1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0006 : la boîte contient le storyboard photocopié ainsi que des informations sur le générique de l’émission.
Bee Gees 1968 Ideas German Television, Jean-Christophe Averty réalisateur, 8 octobre 2013, 1h, émission de television (Auteur : 00RobinHood/ Hébergeur : Youtube/ URL : https://www.youtube.com/watch?v=62Vx6JOifyU)

Emission de Jean-Christophe Averty, diffusée en 1968 sur la télévision allemande ZDF archivée par l’INA dans le Webmedia. Le time code est visible à l’écran et l’émission est en allemand non sous-titrée.

Diversifications

Perugina : Chocolats fins en boîte, Antenne 2, Jean-Christophe Averty réalisateur, 15 décembre 1978, 00’26, message publicitaire
Haribo : La leçon du crocodile, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1er mars 1981, 00’10, message publicitaire
Spot publicitaire du Crédit industriel et commercial (CIC) : Photographies

2 reportages : identifiants : RPT0500039154 / RPT0500042308 : 15 photographies, Rodolphe Rutman, 1er novembre 1985, SFP

Photographies en noir et blanc et en couleurs des acteurs, des dispositifs techniques et de Jean-Christophe Averty.

Iseki : Les 4 saisons, Jean-Christophe Averty réalisateur, 1er mars 1982, 00’35, message publicitaire
Sacem : organisme de gestion des droits d’auteurs, Canal +,  Jean-Christophe Averty réalisateur, 2 juin 1991, 00’54, message publicitaire

La publicité concerne les 200 ans de la Sacem. Averty  est très influencé par Méliès dans ce petit message publicitaire en utilisant les têtes d’artistes jetées sur une portée pour faire des notes de musique. Il se met lui-même en scène en dernier.

Renault Garantie Or : promotion automobiles d’occasion garanties, Jean-Christophe Averty réalisateur, 18 octobre 1991, 00’47, message publicitaire
Biennale de Lyon 2000, Jean-Christophe Averty réalisateur, 12 juin 2000, 00’32, message publicitaire

Message publicitaire  concernant la Biennale de Lyon au rythme très soutenu suivant la musique.

Mission 2000 en France : le français dans tous ses états à Lyon,  Jean-Christophe Averty réalisateur, 6 novembre 2000, 00’31, message publicitaire
Boyfriend : archives écrites

Comédie musicale Boy Friend de Sandy Wilson mise en scène par Jean-Christophe Averty au théâtre Antoine de septembre à novembre 1965. L’action a lieu dans les années 20 et présentent l’amour de deux jeunes gens qui se cachent, l’un à l’autre, leurs origines sociales.

1 boîte dans le fonds Max Debrenne : ID notice : 19317-0015 : la boîte contient des articles de presse.

On purge bébé : archives écrites

Pièce de Georges Feydeau, mise en scène par Jean-Christophe Averty au théâtre des Bouffes-du-Nord en 1991. Monsieur Follavoine souhaite décrocher un marché, en fournissant l’armée de ses pots de chambre incassables. Mais lors de la visite de l’acheteur rien ne se passe comme prévu, car son témoin, son fils, constipé, refuse de prendre sa purge.

3 boîtes dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notices : 25110-0032 à 25110-0033 : les boîtes contiennent le storyboard original en trois parties.

Le Rêve d’une ville, Mardi chez vous, France 3 Bretagne, Jean-Christophe Averty réalisateur, 28 février 1995, 27’30, magazine

Film réalisé par Jean-Christophe Averty à l’occasion de l’exposition Le rêve d’une ville : Nantes et le surréalisme qui eut lieu au musée des Beaux-Arts et à la Médiathèque de Nantes en 1995. Averty réalisa ce film de 26 minutes qui fut projeté en permanence au musée. C’est une adaptation de la nouvelle d’André Laude, Nadja, rue Saint-Martin, qui est elle-même, un hommage à l’œuvre d’André Breton Nadja. Elle présente des images de la ville de Nantes et des surimpressions d’illustrations et de textes surréalistes.

Le Rêve d’une ville : Nantes et le surréalisme : archives écrites

1 boîte dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notice : 25110-0010 : correspondances, notes, découpage du film, scénario, note d’intention, documentation, photocopies de la nouvelle d’André Laude, Nadja, rue Saint-Martin.

La critique

Sondage à la foire de Lille, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty participant, 1er janvier 1965, 37’, réalisation dans un lieu public

La télévision organise un face à face entre les membres de l’ORTF et le public. Averty en fait partie et répond à des critiques de téléspectateurs.

Télévision et variétés un quart d’heure avec JC Averty, Micros et caméras, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty participant, 16 mars 1968, 17’, magazine, reportage

Jean-Christophe Averty répond aux critiques des téléspectateurs en expliquant son travail et sa conception de la télévision. L’émission montre également le dispositif technique des réalisations.

Mireille Dumas : Jean-Christophe a réellement créer (sic !) une œuvre, 3 février 2017, 6’15, interview (Auteur : Europe 1/ hébergeur : Youtube/ URL : https://www.europe1.fr/emissions/L-invite-medias/mireille-dumas-jean-christophe-averty-a-reellement-creer-une-oeuvre-2968421)

Interview sur Europe 1 de Mireille Dumas, qui avait réalisée l’émission Les trésors cachés des variétés consacrée aux variétés réalisées par Jean-Christophe Averty tout au long de sa carrière. Lors de cette interview elle rend hommage au réalisateur.

Retour au sommaire

6. AVERTY VU PAR LUI-MEME

Cette partie présente des émissions consacrées à Jean-Christophe Averty, où il s’exprime et jette un regard sur lui-même. Il s’est souvent exprimé durant sa carrière et justifié sur ses intentions et ses choix. Ces émissions montrent un homme extraverti, qui se livre facilement et ayant un goût pour la provocation. Elles révèlent également un collectionneur passionné. Depuis son plus jeune âge, Averty collectionne avec frénésie les timbres, les disques, les partitions de musiques, les journaux, etc. Il rassemble d’immenses collections qu’il utilise comme illustrations dans toutes ses réalisations.

Ces émissions permettent ainsi de mettre en avant les différents aspects de la personnalité de Jean-Christophe Averty.

Un grand collectionneur : des collections au service des émissions

Jean Christophe Averty, L’homme en question, France3, Jean-Christophe Averty participant, 2 octobre 1977, 27’14, récit portrait

Dans cette émission on voit en particulier son intérêt pour les documents et disques anciens. Il parle de son côté collectionneur. Il évoque également son travail, ses storyboards et montre ses planches graphiques. Il défend la télévision qu’il fait et critique l’évolution du monde de la télévision.

Il faut que je mette un peu d’ordre là-dedans, L’œil du cyclone, Canal +, Jean-Christophe Averty co-réalisateur et participant, 13 avril 1996, 27’56, documentaire, document à base d’archives

Ce vidéogramme a été réalisé par Hélène Hazera et Jean-Christophe Averty. Il se déroule chez Jean-Christophe Averty et montre ses collections et ses manies de collectionneurs.

Il faut que je mette un peu d’ordre là-dedans : archives écrites

1 boîte dans le fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notice : 25110-0016 : la boîte contient la transcription de l’émission, la continuité dialoguée et des notes sur le tournage.

Ensemble de journaux et magazines d’époque conservé : archives écrites

29 boîtes, fonds Jean Christophe Averty : versement 2014 : ID notices : 25110-0057 à 25110-0086 : les boîtes contiennent divers journaux et magazines d’époque, tels que L’Intransigeant, Le matin, Le Petit Marseillais, Comoedia ou encore Le petit écho de la mode.

Regard sur lui-même

Au delà de l’écran : émission du 13 octobre 1963, Au-delà de l’écran, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty participant, 13 octobre 1963, 25’ 30, magazine, reportage
Conférence Jean Christophe Averty, Claude James, 10 mars 1965, ORTF, RPT0500030745

Reportage de 11 photographies concernant une conférence tenue par Jean Christophe Averty au studio 102.

L’homme de télévision, Un certain regard, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty participant, 12 septembre 1965, 17’, série, documentaire

Plusieurs réalisateurs parlent à tour de rôle.

Jean Christophe Averty, Choses vues, 1ère chaîne, Jean-Christophe Averty participant, 1er janvier 1969, 1h08’, documentaire

Interviews d’Averty et de ses collaborateurs afin d’expliquer la globalité du travail de réalisation dans ses œuvres.

Jean-Christophe Averty, Humour amer, France Culture, Jean-Christophe Averty participant, 8 septembre 1977, entretien, Radio

Martine Breteuil interviewe Averty.

Jean Christophe Averty, Microfilms, France Culture, Jean-Christophe Averty participant, 21 février 1988, magazine, entretien, Radio

Serge Daney interviewe Averty. Il y évoque, au-delà de sa carrière professionnelle, les projets qui n’ont pas abouti.

Jean-Christophe Averty, Le Bon plaisir, France Culture, Jean-Christophe Averty participant, 28 décembre 1991, documentaire, Radio

Interviews de gens qui ont participé à ses émissions, comme le professeur Choron, ou qui l’ont connu, comme son coiffeur.

Jean-Christophe Averty, Mémoire retrouvée, 2 émissions, France Musique, Jean-Christophe Averty participant, 20 et 21 juillet 2000, documentaire, Radio

Emission en deux parties qui se compose d’un entretien de Jean-Christophe Averty par Arièle Buteaux. A travers la musique qui l’a entouré depuis sa naissance il évoque sa vie, depuis son enfance à ses dernières créations.

Averty à la télé, A la télé, Canal +, 21 juillet 2001, 27’14, documentaire, récit portrait, document à base d’archives, série

Emission faite à partir d’un montage d’archives de toute la carrière d’Averty. Il s’y explique lui-même.

Jean Christophe Averty, A voix nue : grands entretiens d’hier et d’aujourd’hui, 5 émissions, France Culture, Jean-Christophe Averty participant, 23 au 27 novembre 2015, interview entretien, Radio

Série de cinq entretiens de Jean-Christophe Averty âgé de 86 ans, par Noël Herpe. Il retrace sa vie professionnelle, à travers plusieurs thématiques.

Entretiens patrimoniaux Inathèque

Entretien, en deux parties de 2h10 chacune, de Jean-Christophe Averty sur sa vie et sa carrière. Cet entretien a été réalisé en janvier 2012 dans les locaux de l’INA ; il était alors âgé de 84 ans.

Retour au sommaire

7. LES OUVRAGES ET RECHERCHES SUR AVERTY

Les monographies

Siclier, Jacques, Un homme averty, Jean-Claude Simoëns, Paris, 1976, 204 p.

Notice ID : 7129

Collectif dirigé par Etienne Ithurria, Un mythe ? un boufon ? un génie ? : Jean Christophe Averty, Université du Mirail de Toulouse, Centre de promotion de la recherche scientifique, 1978,  étude, 60 p.

Notice ID : 26906

Duguet,  Anne-Marie, Jean Christophe Averty, Dis Voir, Paris, 1991, 159 p.

Notice ID : 663

24 images : Les 50 ans de l’art vidéo, Montréal-Québec, 2013, n°165, 64 p.

Notice ID : 27097

Initiales : Jean Christophe Averty, Lyon, 2015, n°6, 116 p.

Notice ID : 25471

Cinémas : La télévision selon Jean Christophe Averty, Montréal-Québec, 2016, n°26, 250 p.

Notice ID : 27076

Pierre, Sylvie, Jean Christophe Averty, une biographie, INA, Bry-sur-Marne, 2017, 340 p.

Notice ID : 26231

Pierre, Sylvie, Jean Christophe Averty : penser la télévision au XXème siècle, Paris, 2017, 179 p. (disponible à la consultation début 2020).

Le Webmedia

Jean-Christophe Averty, septembre 2012, 2 épisodes, Jean-Christophe Averty participant, 26 septembre 2012, 9’30 et 8’52, colloque (Auteur : CeismeParisSorbonne/ hébergeur : Youtube/ URL : https://www.youtube.com/watch?v=yUYnHfEKDjk / https://www.youtube.com/watch?v=QFgmniPDSZ8)

Lors du colloque international « Qu’est-ce qu’une télévision de qualité ? » organisé par le Professeur François Jost, directeur du Laboratoire Communication Information Médias et du Centre d’Etude sur les Images et les Sons Médiatiques, qui s’est tenu du 12 au 14 septembre à l’Institut du Monde Anglophone et à l’Institut National de l’audiovisuel, Jean-Christophe Averty a fait une intervention. Dans cette dernière il parle de son travail et exprime son mécontentement concernant la télévision d’aujourd’hui en critiquant les sondages, la satisfaction du public et les émissions de sport.

Au service de Jean-Christophe Averty mode Shakespeare, Jean-Christophe Averty participant, 3 décembre 2014, 1h07’, journée d’étude (Auteur : Billy Schneider/ hébergeur : Youtube/ URL : https://www.youtube.com/watch?v=pqI2wbHa5Hk)

Présence et intervention de Jean-Christophe Averty lors de la journée d’étude 5 du 22 novembre 2014, des Journées d’étude 2014-2015 Surréalistes et rebelles organisées par Caroline Barbier Reulle, Henri Béhar et Françoise Py, qui lui était consacrée.
Cette retransmission d’une partie des interventions a été réalisée par Gérard Courant en réalisant une surimpression avec des images de l’émission Le songe d’une nuit d’été.

Au service de Jean-Christophe Averty mode Jarry, Jean-Christophe Averty participant, 1er mars 2019, 1h07’, journée d’étude (Auteur : Gérard Courant/ hébergeur : Youtube/ URL : https://www.youtube.com/watch?v=K-rJVM42kZ4)

Présence et intervention de Jean-Christophe Averty lors de la journée d’étude 5  du 22 novembre 2014, des Journées d’étude 2014-2015 Surréalistes et rebelles organisées par Caroline Barbier Reulle, Henri Béhar et Françoise Py, qui lui était consacrée.
Cette retransmission d’une partie des interventions a été réalisée par Gérard Courant en réalisant une surimpression des images de l’émission Ubu Roi. Cette émission, tout comme la précédente, a la même bande son, seules les bandes images diffèrent.

Retour au sommaire

8. ANNEXES

Les Archives écrites

Dans le cadre du Dépôt légal, les sociétés de programmes déposent la documentation professionnelle et promotionnelle relative à la programmation comme aux émissions elles-mêmes. Elle comporte des bulletins de presse, avant-programmes, programmes définitifs, rapports de chef de chaîne ainsi que des documents dits d’accompagnement liés aux émissions et à la diffusion.

Jean-Christophe Averty avec un de ses storyboards ©Gérard Lebon/ Ina

Le contenu de ces fonds se compose également de fonds d’archives versés par des professionnels de l’audiovisuel et par des institutions et des fonds d’archives privées versées par des acteurs majeurs de l’audiovisuel. Le fonds des Archives écrites est riche de 21598 monographies, 750 publications périodiques et 288 fonds d’archives.

Quatre fonds d’archives écrites permettent de s’intéresser à la carrière et à la personnalité de Jean-Christophe Averty. Dans ces fonds, deux sont des versements du réalisateur lui-même. Le premier date de 2013 et correspond au fonds déposé par Christian Farnoux, ancien responsable du Département Droit audiovisuel Ina, à la demande du réalisateur. Le second provient de son bureau de la SFP et date de 2014.

A cela, vient s’ajouter un fonds issu de l’un de ses collaborateurs. En effet Jean-Christophe Averty a travaillé en synergie avec une équipe qui a pu rendre possible  ses réalisations et à laquelle il n’a cessé de rendre hommage. Max Debrenne, ingénieur spécialiste des effets spéciaux, est un des membres clefs de l’équipe de Jean-Christophe Averty. Françoise Debrenne, sa veuve, a versé à l’Inathèque en décembre 2008 un fonds d’archives qui est constitué principalement de documents mettant en lien la collaboration de Max Debrenne et Jean-Christophe Averty.

Enfin, l’Inathèque conserve le fonds Scénarios, dans lequel nous retrouvons les scénarios de plusieurs émissions.

La Photothèque

Les Raisins Verts © Jacques Chevry/ Ina

La photothèque contient des fonds inhérents aux tournages des productions télévisées de la RTF, de l’ORTF, de la SPF et de l’Ina de 1950 à 1990 ainsi qu’aux enregistrements d’émissions radiophoniques de 1953 à 1974. Il s’agit de conserver des témoignages uniques des premières émissions télévisées enregistrées et non enregistrées, sauvegarder une mémoire visuelle des productions radiophoniques et mettre à disposition des sources d’illustrations pour les infrastructures radiotélévisées.

Douches écossaises ©Norbert Perrau/ Ina

C’est ainsi que la photothèque possède un fonds argentique de près de 1 200 000 photos et 40 000 reportages mais aussi un fonds numérisé (fin 2018) d’environ 600 000 photos et 25 000 reportages.

Parmi ces fonds se trouvent de nombreux reportages photographiques réalisés lors des tournages des émissions de Jean-Christophe Averty. Les dates mentionnées dans les reportages sont indicatives ; ce sont les dates déposées par l’auteur du reportage elles différent donc généralement de celles de l’émission et du tournage. Plusieurs reportages sont cités dans ce guide et permettent par exemple de se rendre compte des dispositifs techniques utilisés et de l’ambiance des tournages. Ils peuvent également donner à voir des émissions non archivées et dont ils restent les uniques témoignages. Les fonds sont consultables sur rendez-vous pris auprès de la photothèque et relèvent d’une procédure particulière.

Le Webmedia

Pour l’exercice de la mission de dépôt légal de l’Internet, le législateur a désigné deux institutions dépositaires, l’INA et la BnF. L’INA conserve, pour sa part, les sites en rapport avec son activité patrimoniale d’archivage des productions issues du secteur de la communication audiovisuelle.
Plus de 15000 sites sont aujourd’hui conservés.

La carrière de Jean-Christophe Averty est essentiellement antérieure à l’arrivée d’internet en  France. Les documents que l’on peut trouver concernant le réalisateur sont des conférences, alors qu’il était âgé, dans lesquelles il participe généralement.

Retour au sommaire

NOTES

[1] Les photographies peuvent être mises à disposition sur demande. Elles relèvent d’une procédure particulière.

[2] SICLIER, Jacques, Un homme averty, Paris, Jean-Claude Simoën, 1976, p.52.

[3] ibid, pp. 76-77.

[4] “Entretien de Jean-Christophe Averty avec Claude Fléouter“, Le Monde,  1er octobre 1964.

[5] DUGUET, Anne-Marie, Jean-Christophe Averty, Paris, Dis voir, 1991, p.19.

[6] DUGUET, Anne-Marie, Jean-Christophe Averty, op. cit., p.55.

[7] SICLIER, Jacques, Un homme averty, op. cit., p.175.

[8] DUGUET, Anne-Marie, Jean-Christophe Averty, op. cit., pp.40 et 42.

[9]PIERRE, Sylvie, Jean-Christophe Averty, une biographie, Bry-sur-Marne, Ina, 2017, p. 275.

[10] MOUELLIC, Gilles, Le jazz à la télévision française dans les années 1950 : du didactisme des premières représentations aux expérimentations de Jean-Christophe Averty”, Cinéma, Vol.26, 2016, p.68.

[11] Nous les garçons et les filles, décembre 1967, n°53.

[12] Cf La sous-partie « La reconnaissance ».

[13]SICLIER, Jacques, Un homme averty, op. cit., pp. 58-65.

[14]Le mot « Jass » est une des premières orthographes du mot « Jazz », qui ne prendra cette dernière forme que plus tard.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.