MEMORIA ABIERTA : Une mémoire du terrorisme d’Etat argentin (1976-1983)

Dans le cadre d’une politique de conventions et collaborations nationales et internationales où les fonds patrimoniaux en lien avec les droits de l’homme prennent une place de plus en plus importante, en  juillet 2009,  l’Ina signait  avec Memoria Abierta  une convention de dépôt d’un fonds d’archives orales, afin d’en assurer la conservation et la communication  pour la recherche. Ces archives historiques sont désormais mises en consultation dans tous les centres de l’Inathèque. 

Le 24 mars 1976, un coup d’état, mené par le général Jorge Rafael Videla, renverse le gouvernement d’Isabel Peron, dernière épouse de Juan Domingo Peron, père fondateur du péronisme. La dictature civico-militaire installée en Argentine en 1976 représente le point culminant de 30 ans de crises politiques qui ont vu l’alternance de dictatures militaires et de régimes démocratiques réduits.

La dictature du général Videla , proclamée « Processus de réorganisation nationale », met en place un régime répressif qui, par ses nature, dimension et modalités, n’a aucun précédent dans l’histoire nationale. Près de 30 000 mille de détenus–disparus, 15 000 assassinés, 9000 prisonniers politiques, 1,5 million d’exilés, au moins 500 enfants enlevés aux parents et élevés par des familles proches du pouvoir, la parole politique réduite au silence ainsi qu’un modèle économique régressif ont été le solde d’un régime qui fit de la terreur un instrument de domination et de discipline.

Malgré la répression, la lutte contre la dictature s’organise très vite et le 30 avril 1977, un petit groupe de mères de détenus-disparus, les « desaparecidos »,  se réunit sur la place de Mai pour réclamer leur libération . Quarante ans plus tard, « Les mères de la Place de Mai », défilent encore autour de la place tous les jeudis à 15h30, un foulard blanc brodé de bleu noué sur la tête et brandissant les photos de leurs proches disparus.

C’est la guerre des Malouines en 1982 qui marquera le recul de la dictature militaire. Les forces armées entament alors un retrait du pouvoir et élaborent un rapport, une  sorte d’auto-amnistie « justifiant » leurs actes et les « erreurs et excès » commis lors de la « guerre contre la subversion et le terrorisme ». Le 10 décembre 1983, Raul Alfonsin est démocratiquement élu président de la nation argentine. Artisan de la transition démocratique, avec la création de la Commission nationale sur la disparition des personnes (CONADEP) et les premiers procès des militaires (Juicio a las Juntas), il est également à l’origine de l’amnistie de nombreux responsables (Leyes de impunidad de 1987).

Depuis, et progressivement se construit, une mémoire des victimes du terrorisme d’Etat au travers de leurs témoignages ou de la parole de leurs proches. L’association Memoria Abierta est l’un des acteurs essentiels de cette construction.

Archivo Oral : le fonds  Memoria Abierta disponible à l’Inathèque pour la recherche

Issue du regroupement de huit organismes argentins de défense des droits de l’homme,  Memoria Abierta travaille à préserver la mémoire des événements survenus pendant la période de terrorisme d’Etat, de 1976 à 1983. Dès sa création, en 2000, l’association a produit et filmé les témoignages de proches de détenus-disparus (mères, pères, grands-parents, époux, frères), survivants, anciens prisonniers politiques, exilés, intellectuels, etc. Le travail est mené avec la collaboration d’un groupe d’historiens spécialistes d’histoire orale.

Bon nombre des témoins sont et/ou ont été militants, et pour la plupart, habitués à raconter leur histoire personnelle et à réfléchir sur les questions politiques et sociales. Les personnes sont filmées chez elle ou dans le lieu de leur choix, et interviewées, suivant une trame définie, sur leur histoire, leur engagement politique replacé dans le contexte historique argentin des années 60, 70, et la période du terrorisme d’Etat.

Dans son témoignage, Marcos Weinstein, président de la Fondation Mémoire historique et Sociale Argentine, et père de Mauricio, détenu-disparu à 17 ans le 18 avril 1978, insiste ainsi sur l’importance de retrouver l’identité des disparus et de constituer une mémoire collective de ce funeste épisode de l’histoire argentine.

Aujourd’hui  plus de 750 témoignages (près de 2000 heures filmées) forment le fonds documentaire audiovisuel des Archives Orales de Memoria Abierta, consultable au siège de Memoria Abierta à Buenos Aires ainsi que dans les centres de consultation de  l’Inathèque.  Le fonds continue de s’enrichir régulièrement des versements de nouveaux témoignages filmés.

Un  éclairage contextuel et historique des documents peut être apporté par la consultation des programmes diffusés à la radio ou à la télévision pendant la période contemporaine de la dictature,  ou d’autres programmes, ultérieurs et réflexifs sur les événements,  qui sont également accessibles à l’Inathèque.

Mémorial Abierta. Témoignage de Marcos Weinstein enregistré le 12 mai 2001, durée 1h17

Article rédigé par Emmanuelle Luccioni, documentaliste à l’Ina. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.