Teri Wehn Damisch au séminaire « Les professionnelles de la télévision, approches historiques et socio-culturelles »

Dans le cadre du séminaire consacré aux professionnelles de la télévision, l’Ina et l’IRCAV recevaient mardi 20 mars Teri Wehn Damisch. Productrice et réalisatrice, elle est revenue avec une grande modestie sur son parcours, marqué par son rôle de médiatrice des mondes de l’art (français et américains) et son travail auprès de grandes intellectuelles du XXe siècle.

Après avoir travaillé dans une galerie d’art, Teri Wehn Damisch fait ses débuts télévisuel sur la chaîne publique new-yorkaise WNYE TV, où elle présente une émission de cours de français. C’est là qu’elle rencontre Pierre Schaeffer, lors d’un voyage de ce dernier aux États-Unis, qui lui propose de rejoindre le Service de la Recherche. Jean-Marie Drot la fait ensuite travailler sur un de ses projets, puis, en 1975, le directeur des programmes d’Antenne 2 lui propose de produire une émission sur l’art – ce sera Zig Zag, émission mensuelle « d’informations artistiques ». Avec le concours de réalisateurs comme Yves Kovacs, Zig Zag couvre l’actualité des grandes expositions et des musées parisiens.

Teri Wehn Damisch a consacré plusieurs réalisations à des femmes immigrées, juives, telles que Sonia Delaunay, la photographe Gisele Freund, qui est le sujet de son premier film en tant que réalisatrice, Gertrude Stein ou encore Julia Kristeva.

Interrogée sur son statut de femme à l’ORTF, elle se rappelle avoir attendu longuement (8 ans) sa carte de réalisatrice – à une époque où, d’ailleurs, les réalisateurs étaient majoritairement des hommes. Ce statut lui permet aussi de s’affranchir de la dépendance au directeur de chaîne qu’impliquait le statut de productrice déléguée. Cette autonomie, affirme-t-elle, lui paraît alors plus essentielle que l’égalité salariale – surtout à une époque et dans un pays où les salaires sont considérés comme confidentiels.

Après l’arrêt de Zig Zag, en 1982, et une période de chômage de 3 ans, elle est recrutée au service audiovisuel du Centre Georges Pompidou, mais retourne finalement à la télévision – où elle réalisera pas moins de 29 émissions sur les expositions organisées par le nouveau musée. Elle continue à rendre compte de l’actualité artistique et poursuit son travail de médiation de grandes figures américaines.

L’art n’étant pas considéré comme une thématique sensible, elle travaille avec une grande liberté.  Elle réalise notamment Ping Pong, une fresque sur le va et vient des cultures entre les grandes capitales, qui mêle la danse, la musique, le spectacle.

En parallèle, elle poursuit ses portraits d’intellectuelles – Françoise Héritier, Julia Kristeva -, nourris d’amitiés durables.

En 2017, Teri Wehn Damisch a fait don de ses archives à l’Ina. Elle a également accordé un long entretien patrimonial retraçant sa carrière. Ses archives et l’entretien seront prochainement consultables à l’Inathèque.

Intervention appuyée sur les extraits suivants issus des collections de l’Ina :

« Le Centre Georges Pompidou : un outil pour demain », Zig Zag, réal. Yves Kovacs, prod. Antenne 2, 26/09/1975

« Sonia Delaunay », Zig Zag, réal. Yves Kovacs, prod. Antenne 2, 15/01/1976

« Ping Pong Paris New York » « 1e partie : 1905-1940 », 19/12/1977 ; « 2e partie: 1940-1977 », réal. Pierre Desfons, prod. Centre Georges Pompidou/Antenne 2, 26/12/1977

« Photographie et société, réalité de l’image », d’après Gisele Freund, réal. Teri Wehn Damisch, prod. TF1, 30/11/1984

« Françoise Héritier, la pensée de la différence », Empreintes, réal. Teri Wehn Damisch, prod. Cinétévé, diff. France 5, 16/01/2009

« Julia Kristeva, Histoires d’amour et de passerelles », Empreintes, réal. Teri Wehn Damisch, prod. Cinétévé, diff. France 5, 07/10/2011

Séminaire ouvert à tou.te.s. Université Paris 3 – Centre Censier – Salle 49 – 13, rue de Santeuil – 75005 Paris

Organisation:   Kira Kitsopanidou (Paris 3 – IRCAV), Géraldine Poels (Ina) et Catherine Gonnard (Ina).

Prochaines séances :

Mardi 27 mars 2018, de 14h à 16h : Laurence Leveneur, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Toulouse Capitole. « Le rôle et la représentation des femmes productrices, réalisatrices et animatrices dans les jeux et variétés télévisés ».

Mardi 3 avril 2018, de 14h à 16h : Joëlle Matos, productrice de Canal +.

Mardi 10 avril 2018, de 14h à 16h : Marlène Coulomb-Gully, Professeure en Sciences de l’Information et de la Communication universités, Université de Toulouse 2. « 8 femmes sur un plateau : histoire de la télévision française à travers celle de 8 femmes journalistes politiques ».

Mardi 24 avril 2018, de 14h à 17h : Séance double consacrée aux exposés


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.