Johnny et son public : histoire d’une passion cathodique

Article rédigé par Laetitia Overney à l’occasion de la parution de l’ouvrage qu’elle co-publie avec Jean-François Laé, « Johnny, j’peux pas me passer de toi ». Écritures de séparation et mémoire, (Paris, Bayard, 2019). Dans cet ouvrage, les auteurs posent leurs regards de sociologues sur les dix mille pages du livre d’or, ouvert à l’Eglise de la Madeleine, qui continuent de tisser les liens entre Johnny et son public. L’article qui suit souligne combien le petit écran a joué un rôle majeur dans cette relation d’intimité entre l’idole et ses fans.   

Le 9 décembre 2017, les obsèques de Johnny Hallyday ont occupé la majeure partie du temps d’antenne des nombreuses chaînes de notre télévision nationale.  Les téléspectateurs ont pu suivre en direct la descente du cercueil sur les Champs-Élysées devant une foule immense, la cérémonie à la Madeleine des heures durant, puis d’innombrables lives et émissions spéciales. Cette médiatisation a fait réagir. Mouvement populaire sincère ? Simple injonction à l’émotion collective orchestrée par les médias et les autorités de l’État ?  Cet article n’ouvre pas le débat mais se penche sur la relation d’attachement tissée entre des anonymes et une célébrité, exceptionnelle co-dépendance dont ont notamment témoigné les milliers de messages du livre d’or de la Madeleine.

Christmas blues, émission réalisée par Jean Christophe Averty et diffusée sur la 1ère Chaine, le 24/12/1960

À l’évidence, la télévision a joué un grand rôle dans cette relation interpersonnelle au chanteur. Les archives de l’INA nous ont permis d’explorer ce qui  constitue « le fond commun de l’expérience télévisuelle »[1]de Johnny Hallyday, c’est-à-dire une expérience historiquement construite et socialement maintenue au fil des apparitions du chanteur à la télévision.

Génération ORTF

Génération ORTF, tous les jeunes des années 1960 ont d’abord découvert Johnny sur un petit écran en noir et blanc dans une salle de télé-club ou chez une voisine qui avait le fameux poste de télévision. Il faut mesurer la force visuelle de ces visages,  des images vibrantes  de ces premières années décisives.

Avec parcimonie, une trentaine de minutes par semaine seulement — on s’en souvient dans les messages du livre d’or — les visages timides des artistes apparaissent. Une grande énergie physique se dégage de l’émission Âge tendre et tête de bois,  présentée par Albert Raisner et diffusée pour la première fois en mai 1961, en direct intégral[2]. Johnny y est invité. La télévision montre pour la première fois des corps désarticulés et déhanchés sur des rythmes endiablés. Les images dévoilent ce vif, de corps encore engoncés dans les costumes et les corsets, mais plus pour très longtemps.

Plus encore, la télévision instaure un lien de proximité inédit entre les vedettes et le public. L’ORTF cimente cette passion. Avec Johnny, cette proximité joue à plein. L’écouter et le voir en concert, mais aussi, et d’abord pour beaucoup à la télévision, pendant soixante ans, créera une relation intime très forte.

Le 25 septembre 1964, les téléspectateurs peuvent partager une « journée du soldat Smet »[3]. La caméra a pu se glisser au sein de la caserne. Par ces images, les futurs appelés sont rassurés : Johnny va bien et embrasse sa vie de soldat avec le sourire ! Combien de jeunes garçons de 16 ou 18 ans sont alors devant le poste de télévision dévorés par l’angoisse à l’idée de partir faire leurs armes ? Et que dire de ceux qui hier ont perdu un frère, un cousin, un ami pendant la Guerre d’Algérie qui a tué tant d’appelés ? Est-ce qu’ils peuvent s’identifier au jeune soldat Smet ? Le visage de Johnny souriant sera t-il capable de rassurer leurs fiancées, qui elles aussi se rongent les sangs ?

Croiser son regard

À la télévision, tout est déjà dans le visage, tout est dans les yeux. « Croiser [s]on regard », c’était depuis ces années 1960 l’espoir de celles et ceux qui écriront dans le livre d’or de La Madeleine. L’habitude avait été prise avec les concerts et les rendez-vous télévisuels. Ces relations initiées par la télévision n’ont rien d’exceptionnel. Écrire à une personnalité publique non plus. On peut faire le rapprochement avec l’explosion d’écriture qui survient dès la naissance de la télévision, en 1948, avec des empilements de courriers inimaginables, qu’ont étudié Anne-Marie Sohn[4]et Géraldine Poels[5]. L’ORTF devient une véritable réserve de mots, où la moindre personne vue à la télévision suscite des correspondances. Pourquoi un tel investissement ?

A Paris, festival mondial du Rock&Roll, Actualités Françaises, 01/03/1961

Entre Johnny et son public, c’est une relation de soixante ans qui s’est scellée par des rendez-vous réguliers en concert ou à la télévision. Comme avec des proches, on se suit de près, on se voit grandir, mûrir et vieillir, les visages changent au fil des étapes de la vie (service militaire, mariage, bonheurs et coups durs). Les passionné.es ont tout vu, tout perçu de ces évolutions

Dix ans après son service militaire, les cheveux de Johnny ont poussé, il les porte mi-longs, et de grosses pattes blondes couvrent désormais ses pommettes. Il a troqué son costume bien sage contre une tenue en jean incrustée de strass façon faux-diamants. Le sourire du jeune premier se fait plus carnassier. En 1974, la télévision consacre une émission de 51 mn au rocker[6]. Il est interviewé au volant de sa voiture dans un huis-clos qui donne une forte intensité à son dialogue avec le journaliste, Michel Lancelot. Le téléspectateur le retrouve aussi en peignoir, tout juste sorti de scène, fumant une cigarette. L’émission n’a jamais aussi bien porté son nom : « À bout portant ».

Dans la décontraction et la proximité du rocker de 1974 se retrouvent celles du « soldat Smet » dix années plus tôt. Là encore, Johnny dit parler franchement et droit dans les yeux. « Je serais très malheureux sûrement si je devais arrêter de faire ce métier. ». À quelques centimètres de lui, le journaliste lance : « ça irait jusqu’où ce malheureux ? ». Johnny, dans un demi-sourire : « va savoir ». Il parle alors de sa tentative de suicide : « j’avais flippé comme on dit, (…), j’étais très fatigué ». En son temps, et bien avant la télévision de l’intimité des années 1990, Johnny  livrait une parole privée dans l’espace public télévisuel.

L’émission en couleurs alterne des plans très rapprochés sur les traits du visage de Johnny – on voit le grain de sa peau –, des plongées dans ses yeux bleu transparents, et des interludes musicaux – Johnny sur scène, en transe et en sueur, se tordant sous les riffs de sa guitare, devant le public en effusion.

Ces précieuses archives de la télévision rendent préhensibles le corps-à-corps dont parlent abondamment les scripteurs de la Madeleine. Son regard oblige : soit l’on détourne les yeux, soit l’on s’y plante. L’intensité de ce regard en vient à troubler le journaliste : « Tu sais que tu as un drôle de regard ? » Johnny sourit à pleines dents : « Non ». Il fixe le journaliste et soutient le regard. Et puis, intimidé peut-être, il relâche le regard, tire sur sa cigarette. « Si, tu as un regard très étrange (…) Il y a quelque chose par moment de très… cruel, très détaché ». Johnny réplique : « Il paraît que c’est les yeux bleus qui font ça ».

Les messages du livre d’or font surgir ces liens forts,  ces relations construites par des chansons réconfortantes, des interviews à la télévision, une main effleurée lors d’un concert, un regard de loup croisé à travers l’écran, un poster collé dans le placard de l’usine ou un geste de sympathie dans la rue. Comme les témoignages rédigés dans le livre d’or, ces expériences télévisuelles s’inscrivent dans une histoire sociale des émotions[7].

[1]   Chambat, Pierre, et Alain Ehrenberg. « De la télévision à la culture  de l’écran. Sur quelques transformations de la consommation »,  Le Débat, vol. 52, no. 5, 1988, pp. 107-132.

[2]   Pidard, Gilles. « Rock et télévision : un rendez-vous manqué ? Les émissions musicales pour la jeunesse ». In La télévision des Trente Glorieuses, édité par Évelyne Cohen et Marie-Françoise Lévy, 145-161. CNRS Éditions, 2007.

[3]   « La journée du soldat Smet », Sept jours du monde, ORTF, 25 septembre 1964, 12’46, réalisateur : Gilbert Larriaga, journaliste : Jean-Pierre Lannes.

[4]   Sohn Anne-Marie. « Pour une histoire de la société au regard des médias ». In: Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 44 N°2, Avril-juin 1997. pp. 287-306.

[5]   Poels, Géraldine. « “Les vedettes que vous avez choisies” : les téléspectateurs, aux sources du vedettariat télévisuel ». Télévision6, no1 (2015): 21-34

[6]   A bout portant, ORTF, 26 septembre 1974, 51’39, réalisateur : Roger Sciandra, présentateur: Michel Lancelot.

[7]Pasquier, Dominique. La culture des sentiments: L’expérience télévisuelle des adolescents. Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.