Les imaginaires de l’informatique à travers quelques « figures » marquantes : bricoleur, pirate, hacker…

Article rédigé par Gilles Bertin, Romain Bigay, Marie-Noëlle Doutreix, Marinette Jeannerod, Sofia Papastamkou 

L’informatique a construit en un siècle, et surtout dans les dernières décennies, un imaginaire riche fait de promesses et de peurs, de progrès et de contrôle, d’objets et de figures emblématiques. Ce travail mené à l’INAthèque dans le cadre de la semaine MIP ArTec en décembre 2019 s’est intéressé aux pirates et aux hackers, figures ambivalentes personnalisant la dualité relative à l’imaginaire de l’informatique.

Autour des mots clés « Hacker » et « Pirate », nous avons opéré un traitement quantitatif afin de déterminer les termes les plus fréquents apparaissant dans les notices des fonds de l’INA. Dans une approche qualitative, il s’est ensuite agi d’exemplifier ces notions larges. Nous avons ainsi défini 3 axes de recherche. Tout d’abord, nous nous sommes intéressés aux premiers temps de l’informatique grand public, au cours des années 80, et particulièrement les clubs d’informatique où « M. et Mme Toutlemonde » venaient découvrir cette nouvelle curiosité, bidouiller, souder et assembler leurs propres ordinateurs. Cela nous a permis de définir un premier objet archétypal : le kit et une figure du passionné d’informatique qui se présente plutôt comme un bricoleur débrouillard et ingénieux. Très vite, le parallèle est apparu avec les Labs et hackerspaces des années 2000 et 2010, et leurs imprimantes 3D. Deuxième axe de recherche, la figure du hacker à travers le mouvement hacktiviste des Anonymous. Troisième et dernier axe de recherche, les imaginaires évoluant dans le temps autour d’un objet spécifique : les décodeurs pirates Canal +. Ces exemples permettent d’embrasser un spectre temporel allant de la fin des années 70 à la fin des années 2010, et d’aborder des objets différents : un objet technologique relatif aux médias (décodeurs Canal +), des actions politiques (Anonymous), des lieux et des pratiques (Clubs informatiques et Fab labs) mettant en lumière des évolutions mais aussi des similarités, à la fois dans leur nature, mais surtout dans leur traitement médiatique par les journaux télévisés (JT) des chaînes de télévision nationales. Les kits, les clubs, les bricoleurs, les pirates, les hackers, leurs pratiques et leurs lieux, dans leur diversité, racontent ainsi chacun une petite partie de la même grande Histoire, celle de la construction des imaginaires de l’informatique et de la technologie.

Corpus : À partir des résultats de l’étude quantitative présentée ci-après, nous avons balayé les notices afin de déterminer des corpus qualitatifs représentatifs restreints (10 à 20 vidéos par sujet) pour les quatre thématiques choisies. Pour chacune des études de cas, les corpus sont pour la plupart détaillés en notes de bas de page  accessibles via des liens .

Méthodologie : Dans une approche qualitative, nous avons procédé à un visionnage intégral des vidéos sélectionnées. Une attention particulière a été portée aux mises en situation et aux mises en images, ainsi qu’aux termes et expressions utilisés.

1. Pirates et hackers : éléments d’exploration quantitative

2. Les bricoleurs des débuts de l’informatique à la télévision nationale

3. FabLabs français et Hackerspaces américains à la télévision nationale française : des bricoleurs aux apprentis sorciers

4. Les représentations des Anonymous à la télévision nationale française 

 5. Le décodeur Canal + : imaginaire d’un symbole des années 80

 

1. Pirates et hackers : éléments d’exploration quantitative 

 Afin de définir les corpus, une exploration quantitative des notices a été réalisée. À partir de l’outil Hyperbase de l’INAthèque, une extraction a été menée à partir de l’index général sur les requêtes suivantes :

  • pirat* ET informatique
  • pirat* ET internet
  • hack* ET informatique
  • hack* ET internet

Il s’agit là de termes très généraux, les recherches menées avec des termes plus précis (bricoleur/ordinateur/cybercriminalité…) n’ayant retourné que peu de résultats, voire aucun résultat.

3642 notices (résultats mixtes télévision et radio) ont ainsi été relevées, et 2802 notices, une fois restreint aux seuls résultats de télévision. Le nettoyage des données et le regroupement des valeurs ont été réalisés avec OpenRefine, et la visualisation des données avec Voyant Tools (nuages de mots) et LibreCalc (graphiques).

Tout en tenant compte du biais que constitue le choix des termes de recherche, ainsi que les descripteurs de notices bibliographiques, nous constatons néanmoins que « piratage » et « pirates » sont les termes par excellence pour signifier le phénomène et les acteurs (comparés aux termes déplombeur, cracker, hacker…). Les calculs effectués suivant la typologie des émissions qui traitent du sujet montrent que celui-ci, majoritairement présent dans les JT, apparaît lié à l’actualité. Plus précisément, l’évolution du nombre d’émissions par année montre que le piratage est d’actualité de manière constante depuis le milieu des années 2000 et connait une hausse à partir de 2009, pour être régulièrement et abondamment présent depuis.

À défaut d’analyses qualitatives détaillées, ces indications laissent penser que le problème de la protection des droits d’auteur sur les créations culturelles et leur diffusion dans le contexte d’Internet sont au cœur de cette perception véhiculée par la télévision. À titre d’exemple, une exploration des contextes du terme « loi » (parmi les plus fréquents du corpus) montre que celui-ci renvoie quasi-exclusivement au problème du téléchargement illégal et à la loi Hadopi, créée pour y faire face en 2009. Étant pratiquement impossible d’effectuer des analyses plus fines sur l’ensemble du corpus, dans le cadre de ces ateliers exploratoires, nous avons ainsi opté pour traiter des thématiques ciblées selon les axes de recherche ci-dessus mentionnés.

 

À partir des 3 axes de recherche, nous avons constitué des corpus en faisant le choix de restreindre notre collecte aux Journaux télévisés des chaînes nationales et régionales. En effet, ce format est sur-représenté dans la typologie des types d’émissions :

 

 

Pour chacun des trois axes d’exemplification retenus, nous avons choisi entre 10 et 20 documents, permettant de couvrir une amplitude temporelle allant de la fin des années 70 à la fin des années 2010. Les recherches ont été faites à partir de l’outil Hyperbase de l’INA.

 

2. Les bricoleurs des débuts de l’informatique à la télévision nationale

La recherche s’est concentrée sur les mots « kit » et « club », dans un but qualificatif : trouver des reportages in situ dans les clubs micro-informatique de l’époque ainsi que sur ces kits permettant d’accéder à moindre coût au micro-ordinateur.

Le nom « ZX81 », nom du kit le plus populaire en France, permet d’aboutir à une présentation dans un 20 heures de télévision nationale, ainsi qu’aux promesses du PDG de la société le commercialisant, d’un « ordinateur à portée de tout le monde ». Il reprend la même formulation que celle employée par Lucien Barnier, journaliste scientifique réputé, dans un reportage au SICOB, premier salon grand public où apparaissent des kits commerciaux, en 1977 au CNIT, lieu emblématique de la modernité française.

Le nom « Microtel », du club le plus présent sur le territoire, a permis d’aboutir à un documentaire tourné dans un club d’Issy-les-Moulineaux, reportage très riche d’interviews de passionnés de l’époque, soit s’initiant à la manipulation des machines achetées en commun, soit pour les plus avancés se livrant à la programmation. Il y a aussi des personnes d’autres clubs qui viennent voir le fonctionnement de ce club. On parle beaucoup, de façon frappante, de « robot », derrière l’ordinateur c’est lui l’utopie ultime.

3. FabLabs français et Hackerspaces américains à la télévision nationale française : des bricoleurs aux apprentis sorciers (voir le corpus)

Le concept de fab lab provient du MIT, où il a été théorisé par le physicien et mathématicien Neil Gershenfeld, à partir des hackerspaces. On y retrouve ainsi de nombreux préceptes provenant de l’éthique hacker et des valeurs de la culture maker. Le mot est une contraction de l’anglais fabrication laboratory : c’est un lieu ouvert au public où sont mis à disposition des machines-outils pilotées par ordinateur (imprimantes 3D par exemple) dans le but de permettre aux entrepreneurs, designers, artistes, bricoleurs, étudiants et hackers en tout genre de passer facilement de la conception au prototypage. On y réfléchit, on y bricole, on y fabrique. Le parallèle avec les clubs informatiques des années 80 apparaît ainsi clairement, même si la dimension entrepreneuriale est largement plus marquée.

Depuis le début des années 2000, ils sont progressivement devenus une composante importante de l’imaginaire de l’informatique, reprenant les codes des communautés de hackers et programmateurs, mais avec une dimension forte d’ouverture. Ils apparaissent dans les médias télévisuels français en 2011, comme un « phénomène venu des États-Unis ».

La figure du bricoleur malin dans un garage partagé

Les sujets de JT traitant des fab labs mettent en avant cette image d’espaces où « bouillonnent les cerveaux »(France 3, 2011). Mais s’il s’agit de lieux ouverts à tous les publics, on retrouve pour qualifier celles et ceux qui les fréquentent des adjectifs et expressions qui soulignent la dimension nécessairement ingénieuse et géniale de ces hackers d’un nouveau genre: « Pro de l’infographie »(France 2, 2012), « Mordus d’électronique »(France 3, 2011), « les génies du fablab »(France 3, 2011), « As de la 3D »(France 2, 2012), « bidouilleurs passionnés »(France O, 2015), « bricoleurs en tout genre, mais aussi électroniciens en herbe, ingénieurs, informaticiens »(France 2, 2018).

Bien qu’ils introduisent les hackers en usant de mêmes adjectifs que les JT, les formats longs (France O, 2015 et Science & Vie TV, 2016) bénéficient d’un temps de diffusion qui leur permet d’approfondir leur analyse et de dépasser la figure du simple « bidouilleur génie » pour mettre en avant les enjeux que la posture marginale et que les compétences de ces personnes soulèvent. Ainsi, ils affirment que les hackers ont« dépassé les stéréotypes et deviennent activistes »car en prenant conscience des « enjeux politiques et économiques derrières nos écrans », ils concluent que « connaitre les codes, c’est un enjeu public ».

 

En comparant ainsi le contenu discursif de formats documentaires longs (54min37 et 51min05) et de formats courts de journaux télévisés (de 1min28, le plus court des sujets de JT de notre corpus à 6min23 pour le premier sujet qui est consacré en 2011), on peut ainsi observer que plus le temps qui est consacré à la description des compétences et tâches des hackers est retreint, plus les journalistes utilisent les mêmes formules de présentation de manière redondante à travers les années. Toutefois ces pratiques ont muté entre 2011 et 2019 ; les outils et leurs usages ont considérablement changé. Alors que les formats courts peinent à en exprimer les complexités, les formats longs se permettent des analyses plus concrètes sur les impacts sociaux, culturels, écologiques ou même politiques de ces pratiques, mais aussi sur les mutations idéologiques au sein de ces mouvements.

Néanmoins, les hackers restent toujours ici présentés comme des figures positives, Ils s’inscrivent généralement dans une perspective entrepreneuriale et/ou de partage de leurs connaissances dans un aspect associatif, perspective qui semble automatiquement les parer d’intentions nécessairement positives, contrairement aux « pirates ».

Venez, c’est facile ! Tout le monde peut le faire !

En parallèle de cette célébration de l’intelligence individuelle et collective faite de talents et de compétences, les JT mettent en avant la « facilité », exactement comme dans les clubs des débuts de l’informatique grand public, mais aussi dans les milieux de la radio libre de la même époque. Les formules d’accroche utilisées par les journalistes témoignent d’une volonté de leur part de rendre ces lieux familiers, de rendre envisageable pour les auditeurs la possibilité d’y contribuer sans avoir de réelles compétences manuelles ou techniques ;« Des ateliers high-tech qui s’adressent aux bricoleurs et aux designers amateurs »(France 3, 2014). Et l’on raconte alors de belles réussites d’autodidactes. Ainsi BFM en 2012 : « on vous propose de jouer au Géo Trouvetou ! Ici, pas besoin d’avoir fait de longues études, Abdel a appris tout seul, sur place, à se servir de cette imprimante 3D ».On peut également observer que cette accessibilité est appuyée par une valorisation de la « philosophie » des lieux.

Dans la bouche des journalistes et des voix off, la « mythologie » des fab labs est faite de liberté, de créativité et d’engagement, le tout dans une dimension d’entraide, de soutien et d’organisation communautaire, au service du progrès : « Tout le monde peut y inventer et créer librement (…) un espace libre, une communauté de gens qui se soutiennent et s’encouragent à faire des choses qu’ils pensent être bien » (LCI, 2017), « […] les valeurs qui sont défendues par Okhin [FabLab Le Loop, Paris] se retrouvent dans tous les hackerspaces du monde entier » (France O, 2015). Cette valorisation rejoint en 2018 les préoccupations écologiques d’actualité, en associant les fab labs à la pratique de la récupération : « [Ces déchets électroniques sont] des ressources sympas qui s’exploitent [pour] récupérer, transformer ou encore innover »(France 2, 2018).Les fab labs deviennent ainsi l’expression la plus forte de cet esprit d’innovation venu tout droit d’Outre Atlantique et de la magie d’Internet. Ils sont partie intégrante de cet univers inconnu, lointain et énigmatique, mais qui suscite fantasmes et fascination : « c’est peut-être ici, dans ce joyeux bazar, que se trouve le futur Bill Gates » (France 3, 2011).

On observe ainsi une récurrente ambivalence dans la présentation de ces pratiques. D’une part, il s’agit de faire comprendre que ce sont des lieux qui accueillent aisément les plus curieux pour les initier et d’autre part (visiblement par manque de temps), il leur est difficile d’expliquer les complexités de ces pratiques (dans l’utilisation de machines, dans la maitrise de la programmation informatique ou de la modélisation 3D par exemple). Ce dualisme renforce l’aspect ésotérique de ces pratiques ; une apparente facilité d’accès, mais une difficulté de compréhension.

C’est pourquoi les journalistes recourent à la prolifération d’images qui révèlent cet « univers » énigmatique et finalement très peu accessible ; gros plans d’écrans sur lesquels des lignes de codes défilent, plans serrés sur des écrans, claviers sur lesquels des mains tapent à toute vitesse, ou encore manipulation d’objets électroniques.

Nous avons également observé que les introductions de la majorité des émissions de notre corpus sont accompagnées de la formule « connaissez-vous les fab labs ? »(2011, 2014, 2017, 2018), qui a comme intention de « faire découvrir » cet univers méconnu. Toutefois, cette formulation introductive subsiste au travers des années.

Des peurs face aux dérives de l’apprentissage sur internet ; l’exemple des Labs de Biohackers américains

Le fait que ces connaissances soient tirées d’internet est souvent mis en avant. Quelques journalistes y voient des modifications de nos systèmes d’apprentissage, voire même des possibilités de changements profonds dans le rapport à l’information ; « Regardez bien, car c’est peut-être la fin de la standardisation »(BFM TV, 2012), « modifie le rapport à la connaissance »(Science & vie TV, 2016).

À partir de la deuxième moitié des années 2010, le seul engouement quasi béat fait également place à des craintes, récurrentes quand il s’agit d’innovation et de technologie. On distingue ainsi les bons hackers des « black  hat », des pirates mal intentionnés. On s’inquiète ainsi des conséquences, si ces petits génies venaient à s’attaquer à des domaines sensibles comme la génétique et l’armement. En 2016 et en 2019, Science & vie TV et Arte s’intéressent ainsi aux circuits scientifiques parallèles des biohackers, qui se transforment parfois eux-mêmes en « rats de laboratoires ». Si le piratage scientifique « prend de l’ampleur », il revient à la philosophie des débuts, commune aux Hackerspaces : « Au-delà de l’amélioration humaine, les biohackers semblent partager une autre idée, celle de ne pas laisser le savoir scientifique aux états et aux multinationales ». Une vision de l’open science et des sciences citoyennes.

4. Les représentations des Anonymous à la télévision nationale française 

Notre travail commun sur le hacking et ses protagonistes nous a conduit à interroger une des figures de hackers les plus médiatiques de cette dernière décennie : les Anonymous. Pour saisir ses représentations, nous avons procédé à une analyse de corpus audiovisuel au sein de la télévision nationale hertzienne des débuts d’Anonymous jusqu’à aujourd’hui. À cette fin, nous avons utilisé dans la base de données de l’Ina les mots clés « Anonymous » et « Hack* » pour lesquels nous avons obtenu 50 résultats en tout et 36 résultats une fois les doublons supprimés. Ce corpus s’étend de 2008 à 2016 : 44 résultats sur 50 se situent entre 2011 et 2015 avec 23 résultats en 2012, soit près de la moitié. Les 36 émissions se répartissent de la manière suivante : TF1 (1), France 2 (6), France 3 (5), Canal+ (13), France 5 (4), M6 (2), Arte (5).

Sur les 36 vidéos du corpus, nous avons analysé 16 programmes aux formats variés et issus de toutes les chaînes de télévision hertziennes. En prêtant attention aux dénominations employées pour qualifier les Anonymous, nous trouvons trois constantes : la mise en avant des capacités techniques des Anonymous (Génies de l’informatique ; Génie du net ; Virtuoses du net ; Virtuoses de l’informatique ; Bidouilleurs de génie ; Très bons hackers ; Passionné d’informatique ; Féru d’informatique ; Nerds ; Hackers de hautes volées), celle de leur engagement politique (Groupe très déterminé ; Cyber activistes ; Hackers activistes ; Hacktivistes ; Cybermilitant ; Nouveaux justiciers ; Anticapitaliste ; Antimilitariste ; Libertaire ; Robin des bois) et celle de leur dimension illégale (Criminels du net ; Saboteurs high-tech ; Cracker ; Nébuleuse floue ; Cybercriminel ; Cyberdélinquants ; Dangereux liberticides ; Conspiration ; Trolls). Au croisement entre leur engagement militant et leur dimension illégale, nous retrouvons également de nombreuses expressions autour de l’idée de pirates informatiques : Dangereux pirates informatiques ; Pirate normal ; Réseau de pirates ; Sorte de pirates ; Nouveaux pirates ; Pirates militants ; Pirates du net ; Tout jeune pirate ; Corsaire. La récurrence de termes apparentés au piratage est due en partie au mot-clé « hack* » que nous avons sélectionné pour constituer le corpus en lien avec notre thématique générale du hacking.-

 

Les Anonymous sont également présentés suivant une opposition manichéenne : « Démocratie ou censure » ; « Contre pouvoir ou pouvoir menaçant » ; « Potentialité d’action ou pouvoir de nuisance » ; « Pirates ou robins des bois » ; « Dangereux liberticides ou robins des bois du web » ; « Cyber militants ou cyber délinquants » ; « Message guerrier ou parodie ridicule » ; « White hatou black hat ». Derrière l’usage médiatique habituel de la polarisation se dessine une difficulté à caractériser, voire même à nommer, les Anonymous.

 

Dans le cadre de notre analyse de corpus, nous nous sommes aussi intéressés aux images utilisées dans les productions télévisuelles. Pour illustrer les reportages, journaux télévisés et émissions sur les Anonymous, quatre sortes principales d’images sont mobilisées :

  • Les images fournies par les Anonymous eux-mêmes (extraits ou captures d’écran des vidéos qu’ils publient sur Internet, mettant généralement en scène un individu masqué et vêtu de noir sur fond sombre ou trouble)
  • Les images d’interviews (Les Anonymous sont masqués ou ont le visage flouté alors que d’autres « hackers » moins politisés sont à visage découvert)
  • Les images d’écrans de sites internet piratés ou en déni de service
  • Les images de manifestations prises par les médias où on voit des Anonymous avec ou sans masque

 

 

5Le décodeur Canal + : imaginaire d’un symbole des années 80 (voir le corpus)

Canal +, lancée le 4 novembre 1984 par Havas, est la première chaîne privée à péage en France. Sans revenir en détail sur son histoire, elle est avant tout un symbole fort des années 80 : l’ouverture des médias au marché et la mise en concurrence de l’audiovisuel public. Une libéralisation économique qui doit s’accompagner d’un changement de ton et de sujets, pour marquer dans le paysage audiovisuel le virage culturel des « années fric », et la tension libérale-libertaire qui les accompagne. André Rousselet, premier président de la chaîne, prononce la sentence de façon très claire au JT d’Antenne 2 midi, la veille du lancement (3/11/1984) : « L’État n’a pas sa place sur cette chaîne ! ». Les promesses de ce nouvel Ovni du PAF sont marquées, avant son lancement, par le vocabulaire utilisé pour décrire des « programmes innovants », qui vont « dépoussiérer la TV ». C’est d’ailleurs tout l’imaginaire, qui subsiste encore aujourd’hui, 35 ans plus tard, avec des axes forts présents dès la jeunesse de « la 4 » : le cinéma, l’érotisme et la pornographie, plus tard le sport et ce ton décalé, le fameux « esprit Canal ».

 

Cette nouvelle chaîne privée, dont le modèle économique est rappelé systématiquement dans les JT, va donc créer une nouvelle catégorie de téléspectateurs : les abonnés. Les JT se mettent à parler de cette nouvelle chaîne peu de temps après l’annonce de sa création par le président de la République François Mitterand le 21 juin 1982. Mais comme les JT n’ont rien à montrer de cette chaîne en cours de création, c’est le décodeur qui devient l’objet qui la symbolise, qui matérialise cette promesse de modernité réservée aux quelques « happy fews ». Dans la bouche des présentateurs, ce boîtier devient « précieux », « mystérieux »,« personnalisé ». Et pour bien faire comprendre ce fonctionnement avec une carte, l’analogie avec le ticket de métro est récurrente.

Alors les plateaux des JT exhibent cette nouvelle star, comme au 20h de TF1 du 15 novembre 1983 : « nous vous le présentons en exclusivité. Nous sommes les seuls à Paris à l’avoir » :

À l’image, la volonté des JT de montrer la modernité associée à la technologie se fait à la fois en recourant à des effets visuels, mais aussi en montrant des images de composants électroniques. Dans le même temps, le ton est très didactique, avec de véritables tutoriels pour expliquer son fonctionnement et son installation. Le spectacle proposé peut paraître surprenant : les JT des chaînes publiques font de la publicité, presque du téléachat, pour une chaîne privée concurrente !Tout est fait pour susciter l’envie : le fameux décodeur est un objet rare, accessible aux seuls abonnés, ceux qui sauront saisir l’importance de ce « chamboulement vers la modernité ». Et puisque l’abonnement est cher (120 francs par mois), le versant illégal de ce symbole des années 80 va très vite apparaître : les décodeurs pirate

 

 

Du bricolage à la cybercriminalité : les fabricants de décodeurs pirates dans les JT des télévisions nationales et régionales (voir corpus)

Le traitement médiatique des fabricants de décodeurs pirates par les JT des chaînes nationales peut être découpé en deux périodes :

  • Jusqu’au milieu des années 90 : « le gentil bricoleur » :

Dans les reportages, on insiste sur l’accessibilité des composants (des composants usuels, peu chers et achetables dans n’importe quel magasin d’électronique) et la facilité de fabrication. On parle de personnes malines, de débrouillards, de bricoleurs. Les sujets des JT montrent des magasins d’électronique et interviewent des vendeurs, dont certains se sont fait « prendre ». Le discours est le même : c’est facile, à la portée de tout le monde, les composants sont disponibles, et l’on souhaite rendre service à des clients qui se sont lancés un petit défi. Les kits avec le schéma sont préparés et vendus sous des « noms de code » : kit d’initiation à la radiodiffudion, kit de démarrage pour l’image, etc.

  • À partir de la fin des années 90 : les génies et les criminels

À partir de la fin des années 90, le discours change : on insiste sur la difficulté technique et la grande intelligence des fabricants de décodeurs. Ils sont décrits comme des génies, des scientifiques de haut vol. Cette évolution est en partie due à la plus grande complexité des appareils, qui accompagne les sécurités grandissantes mises en place par les fabricants officiels. De plus, il ne s’agit plus seulement d’assembler et de souder des composants. Il faut également recourir à de la programmation informatique. Et l’on voit ici un exemple de la mythologie qui accompagne le code informatique et ceux qui le pratiquent : une discipline technique complexe réservée à des initiés.

Les reportages insistent également de plus en plus sur la dimension judiciaire, sur l’organisation en réseau, fonctionnant « comme des trafiquants de drogue ». Les gentils bricoleurs amateurs, passionnés et isolés ont laissé place à des réseaux mafieux d’économies parallèles. On parle désormais de cybercriminalité, de hackers professionnels, et le bidouillage est remplacé par le « défi technique ». À l’image, sont montrés des gendarmes, des saisies, des procès.

Conclusions 

À travers les différents exemples analysés, on remarque que le traitement médiatique des hackers revêt toujours un caractère mettant en avant une bipolarisation manichéenne.

La figure du hacker – celui qui ne se contente pas d’utiliser ce qu’on lui vend, qui démonte, remonte selon ses besoins, bidouille, bricole – est ambivalente. Des clubs informatiques des années 80 où l’on montait des ordinateurs en kit, aux fab labs où les imprimantes 3D tournent à plein régime pour donner vie à des concepts, la fascination pour l’intelligence et l’ingéniosité des génies voisine avec la répulsion pour les criminels. Cette tension semble en partie « résolue » médiatiquement par l’opposition dualiste entre bons hackers (ceux qui, dans les clubs puis les fab labs officiels, accueillent le progrès et l’innovation à bras ouverts), et les dangereux pirates, ennemis intérieurs insaisissables qui mettent en péril les démocraties contemporaines. Sur ce dernier point, la dimension politique est assez vite évacuée pour laisser place, dans les journaux télévisés, à un traitement fortement polarisé par le prisme des affaires judiciaires.

Pour poursuivre ce travail exploratoire, plusieurs pistes seraient envisageables :

  • Ouvrir le corpus à l’ensemble des archives : TV, web et radios.
  • Identifier de nombreux exemples et multiplier les études de cas sur des « objets » de l’imaginaire de l’informatique. Un peu à la manière de Roland Barthes, on pourrait imaginer un recueil des Mythologiesde l’imaginaire informatique.
  • Les notions de bricolage, de kit et de hack pourraient également faire l’objet de recherches plus approfondies. Ce serait l’occasion également de mettre en comparaison nos résultats avec le traitement médiatique opéré à propos de la vogue du bricolage dans la première moitié des années 70 (Salon du bricolage : le kit, un état d’esprit, JT 13h du 31/10/1973).
  • Enfin, des analyses textométriques à partir des transcriptions des contenus sonores permettraient de mieux qualifier les champs lexicaux opérant cette bipolarisation.

A lire aussi :

Corpus large #1:

Nous avons constaté que le mot-clé « Hacking » menait à très peu de résultats de notices concernant les communautés de bricolage / réparation / détournement / innovation informatique qu’on appelle aujourd’hui les fab labs. Ce mot-clé y est lié dans certaines conditions :

  • Lorsque ces communautés se trouvent aux États- Unis, on parle plus facilement de « hackerspaces » que de « fab labs », et donc de « hackers » plus que de « bricoleurs ».
  • De façon très récente, lorsque ces pratiques sont liées au « biohacking ». 

Pour trouver des contenus liés au Hacking dans une dimension collective dans les programmes télévisuels français, nous avons ajouté à « Hacker » le mot-clé « Communauté », puis des mots-clés plus précis, tels que « Fab Labs » et « Hackerspaces ».

Requête « Hacker » + « Communauté » : TV Nationale (1), TV Satellite (2)

Requête « Fab Lab » : TV Nationale (30), TV Régionale (225)

Requête « Hackerspace » : TV Nationale (0), TV Satellite (3)

Corpus restreint#1 :

Restriction aux JT des chaînes de télévision nationales, satellite et régionales : information grand public

Restriction temporelle : de l’année 2011, premier reportage sur une chaine nationale, à aujourd’hui.

Notice la plus ancienne : 11/11/2011

9 vidéos retenues de 2011 à 2019 : France 2, France 3, France O, Science & vie TV, BFM TV, LCI et Arte :

11 / 11 / 2011[Différents Fablabs, lieux où des jeunes inventeurs se retrouvent et partagent leurs connaissances] JT 12/13 Edition Paris Ile de France, 6min23. TV Régionale, France 3 Paris Ile de France.

Mot clé : FabLab.

22 / 08 / 2012[La mode des Ateliers participatifs ou FabLab] JT 20h Edition nationale, 1min45. TV Nationale, France 2.

Mot clé : FabLab.

10 / 09 / 2012[Arrivée en France du « FabLabs », un concept américain] Week end première, 1min28. TV Satellite, BFM TV.

Mot clé : FabLab.

01 / 04 / 2014 [Le lancement d’un Fab Lab  en milieu rural] JT 19/20 Edition nationale, 2min36. TV Nationale, France 3.

Mot clé : FabLab.

06 / 05 / 2015[les gardiens du nouveau monde] Documentaire, 54min37. TV Satellite, France O. Production : Production Normandie TV et Les films d’un jour 2015.

Mot clé : Hacker ET Communauté / Hackerspace.

23 / 04 / 2016[Hacker/Maker : la science des amateurs] Documentaire, 51min05. TV Satellite, Sciences & Vie TV Production : AB Productions, 2016.

Mot clé : Hacker ET Communauté.

24 / 12 / 2017[Dernière étape à San Francisco, Hugo décrypte le monde : Dans l’univers d’un Hackerspace.] JT « Le brunch de l’info », 4min05. TV Satellite, LCI (La Chaïne Info).

Mot clé : Hackerspace.

23 / 06 / 2018[Recyclage : L’atelier de l’entraide] JT 20h, 4min31. TV Nationale, France 2.

Mot clé : Fab Lab.

01 / 01 / 2019[Les bio hackers] Arte Journal, 2min26. TV Nationale, ARTE.

Mot clé : Hacker ET Communauté.

Corpus large #2:

Requête « décodeur canal plus » : 149 résultats

Corpus restreint #2 :

Restriction aux JT des chaînes de télévision nationales et régionales : information grand public

Restriction temporelle : pré et post lancement de la chaîne le 4 novembre 1984, entre 1982 et 1984.

Notice la plus ancienne : 27/10/1982

Émissions analysées :

JT 20 heures Antenne 2 du 27 octobre 1982

JT 20 heures Antenne 2 du 01 mai 1983

JT 20h TF1 du 15 novembre 1983

JT TF1 20h du 01 mars 1984

JT Antenne 2 midi du 03 novembre 1984

JT 20  heures Antenne 2 du 03 novembre 1984

JT13h TF1 du 04 novembre 84

 

Recherches sur l’expression : « décodeur pirate »

45 résultats de 1987 à 2012

Peu de résultats sur les TV nationales. Ce sont surtout les éditions régionales de FR3 qui traitent des saisies et procès.

8 vidéos retenues :

19/20 France 3 du 14 août 1987

JT FR3 Rhône Alpes du 06 juillet 1989

JT midi Poitou Charentes du 13 février 1990

JT Reims FR3 Champagne Ardennes 05 juillet 1993

JT FR3 Provence Alpes du 29 janvier 1997

JT 20 heures TF1 du 13 décembre 2001

JT 13 heures France 2 du14 décembre 2001

-9/20 France 3 Rhône Alpes du 19 mars 2008


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Naudin dit :

    votre article éclaire aussi les représentations forgées (et évolutives) des nombreuses personnes en difficulté numérique, « incapables » de comprendre et de suivre la marche de la brillante modernité : hackers, fablabs, …et donc à l’écart. » 43% des 16-74 ans ont un score global de capacité numérique faible, pour 2/3 des adultes Internet est un frein aux démarches administratives » (Insee octobre 2019)

  2. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.