« Il y a de l’an 2000 dans l’air » : Imaginaire informatique dans la presse filmée (1940 – 1969)

Article rédigé par Priya Ange et Mourad Hammadache

A l’occasion de l’atelier INA-ArTec 2019, plusieurs projets d’« explorations numériques » sur « les imaginaires dans l’informatique » ont été proposés aux participants. L’un deux, avait pour objectif de restituer, sous la forme d’un court-métrage, l’analyse d’un corpus de presse filmée entre 1940 et 1969. Autrement dit, de transcrire en images l’imaginaire informatique de cette période. Le corpus en question est composé de 278[1]vidéos d’archives de la collection Les Actualités françaises, laquelle fut diffusée à cette même époque dans les salles de cinéma, afin notamment d’informer la population des innovations scientifiques et technologiques en France et dans le monde. La particularité du montage réalisé et projeté à l’issue de la semaine de travail à l’INAthèque réside donc dans une écriture audiovisuelle et artistique inscrite dans un temps long, et surtout, avec des objectifs différents, qui pourtant se télescopent. D’une part, les prises de vues ont été réalisées entre 1940 et 1969 dans le but de produire ces séries documentaires. D’autre part, la scénarisation et le montage de la vidéo ont été réalisés en 2019, à des fins de recherche, et au moyen d’un traitement audiovisuel de ces images d’archives, notamment à l’aide de l’outil OKAPI. Le présent article revient donc sur la méthodologie de réalisation du montage de quatorze minutes, tout en questionnant l’usage de cet outil à des fins académiques. Par ailleurs, la réalisation de cette vidéo est à la croisée du domaine scientifique et juridique, car les images ne sont pas libres de droit, et donc non publiables. Par conséquent, elle n’est pas destinée à circuler, ni accompagner l’article, mais à rester dans les archives de l’INA. Se pose alors la question des enjeux d’une approche audiovisuelle dans des recherches ayant recours aux archives numériques.

  Scénarisation par visionnages successifs

Un peu plus de la moitié du corpus a été visionnée afin de sélectionner les séquences les plus pertinentes à intégrer dans la vidéo de restitution de l’atelier. Son analyse n’a été possible que grâce à un travail de visionnage répété des extraits d’émissions donnant lieu à plusieurs niveaux de classement des informations. Ceux-ci correspondent in fine aux différentes étapes de la scénarisation avant montage.

Un visionnage préliminaire, basé sur la pertinence des titres des vidéos, a été l’occasion d’un premier tri des extraits à conserver, avec un classement par catégories en rapport avec le thème de l’atelier, à savoir « les imaginaires de l’informatique ». Cette étape a permis de dégager les tendances émergentes du corpus. Aussi, à partir de cette classification, nous avons remarqué la récurrence des thèmes suivant : les progrès militaires, la transmission et la télécommunication, la conquête de l’espace, l’automatisation, les arts audiovisuels, et entre-autre, la gadgetisation.

La deuxième étape du classement des vidéos et de l’écriture du scénario consistait à lancer une recherche sur la plateforme en ligne OKAPI en se basant sur la reconnaissance audio par mots clés, ou descripteurs, tels que : informatique, ordinateur, technologie, moderne, robot, futur. Grâce à cette commande nous avons pu cibler plus précisément les extraits que l’on souhaitait intégrer au montage. En effet, ceci a été possible en nous alignant sur les grands thèmes précédemment identifiés. A partir de là, nous avons convenu de trois critères pour sélectionner les extraits qui devaient apparaître dans la vidéo finale. D’une part, les séquences ont été retenues si elles montraient des technologies de l’époque existant encore de nos jours. Ensuite, nous avons prêté attention aux vidéos présentant des discours avant-gardistes sur l’informatique et la technologie. Enfin, les extraits avec certains comportements et gestes d’utilisateurs faisant échos à ceux de notre époque ont été gardés. Par exemple, dans l’une des émissions, nous voyons un homme qui, en le rapprochant de son oreille, se sert du premier émetteur radio portable, sans fils, et de la taille d’un smartphone actuel. Son geste nous a rappelé celui que chacun effectue avec son téléphone portable en 2019, lorsqu’il passe un appel. Le choix des visuels a donc été fait selon un critère subjectif basé sur notre regard au XXIesiècle.

Enfin, la dernière étape pour sélectionner les vidéos, consistait en une recherche à partir des métadonnées contenues dans le corpus, ainsi que par mots clés, toujours à l’aide de l’outil OKAPI. Il y avait alors la possibilité d’ajouter des filtres sur les dates, la durée, ou encore des annotations et commentaires, en précisant le contenu du fichier. A l’issu de cette phase de classement plus affinée, et en référence aux trois critères retenus, nous avons identifié trois catégories d’images devant figurer dans la vidéo et comprenant, « l’imaginaire des années 2000 », « le discours sur la performance » et « les objets connectés ». Ces derniers constituent in fine les trois axes du scénario de montage de la vidéo finale.

OKAPI : outil de recherche, de scénarisation ou de montage ?

Les deux dernières méthodes de classement ont été possibles grâce à la plateforme OKAPI, conçue spécifiquement pour le traitement numérique de la base de données des archives de l’INA, à des fins universitaires. OKAPI est accessible dans le cadre du projet ANTRACT. Les participants de notre atelier ont bénéficié d’une formation à la prise en main de l’outil et d’un suivi personnalisé en fonction des besoins et questionnements qui émergeaient au fur et à mesure de l’avancée du projet de montage. Aussi, tout au long de l’atelier, nous avons eu un dialogue constant avec les concepteurs pour suggérer telle ou telle fonctionnalité à rajouter ou modifier.

Les différents outils d’OKAPI permettent de lancer une recherche sur la transcription automatique des bandes sonores du corpus, mais également à partir des métadonnées des fichiers, et par reconnaissance textuelle des images. En outre, l’utilité d’OKAPI réside dans la possibilité de créer des sous corpus afin de faciliter le classement des vidéos à conserver pour le montage. Il est aussi intéressant pour apposer des annotations textuelles à différents moments des extraits d’émissions et les ranger selon l’ordre souhaité et les thèmes identifiés. Suite à cela, un export en format tableur comprenant ces différentes annotations temporelles a pu être généré à partir de la plateforme, et qui a facilité le travail de montage.

Par ailleurs, OKAPI dispose de fonctionnalités plus avancées qui peuvent aussi servir à un traitement audiovisuel des archives numériques avec la possibilité d’effectuer un montage de recherche virtuel, mais sans finalité esthétique. En effet, la plateforme dispose d’un onglet pour créer des arborescences, et classer les idées en établissant des connections par mots clés. Cette option est intéressante pour écrire un scénario de montage directement sur la plateforme, en liant tel extrait de vidéo choisi à tel thème ou mot clé, afin d’exporter le fichier et le réutiliser lors de l’assemblage des séquences en cabine. Ceci permet notamment à OKAPI de générer automatiquement un prémontage en découpant virtuellement les émissions d’archives en fonction du minutage et des extraits choisis. Autrement dit, les fonctionnalités de scénarisation et de prévisualisation du rendu proposées par la plateforme sont prometteuses pour un traitement thématique et visuel des données d’un corpus, mais dans un but de recherche, où seule la consultation des archives est privilégiée.  

Toutefois, en voulant essayer le montage virtuel d’OKAPI, nous nous sommes rendu compte de ses limites par rapport à notre objectif initial : produire une vidéo exportable en format mp4.  Aussi, nous avons choisi de ne pas explorer davantage ces deux dernières fonctionnalités de la plateforme. D’une part, en raison du peu de temps dont nous disposions pour terminer le projet audiovisuel. D’autre part, cela aurait été un double travail de scénarisation, d’organisation et de sélection des vidéos d’archives. Nous avons seulement utilisé la plateforme pour visionner, rechercher et trier les extraits d’émissions qui nous ont intéressés. Puis nous avons imprimé le tableau récapitulant les annotations temporelles afin d’effectuer le montage dans les cabines prévues à cet effet.  

 Du montage vidéo aux résultats de l’exploration numérique 

La réflexion sur l’esthétique du montage dans un traitement audiovisuelle des images d’archives n’aurait pas pu se faire avec la seule fonctionnalité de prévisualisation virtuelle d’OKAPI. En effet, lors de la phase de montage sur un logiciel indépendant de la plateforme (iMovie), un travail de re-visionnage des extraits sélectionnés a été nécessaire afin de construire une narration visuelle fluide et cohérente. Cette mise en corrélation des séquences d’images a été répétée pour chacun des trois axes identifiés : « les imaginaires de l’an 2000 », « les discours sur la performance », et « les objets connectés ». Nous avons opté pour un montage non chronologique, mais linéaire, c’est-à-dire, sans superposer plusieurs pistes vidéo et audios, et en privilégiant une logique visuelle à la narration. Autrement dit, faire en sorte que tel geste ou telle action s’enchaîne de manière fluide à la suivante. Aussi, les transitons les plus basiques ont été choisies, tel que le fondu enchaîné, le fondu au noir et le simple cut. Précisons que la découpe des extraits a été plus précise avec le logiciel (à l’image près) qu’avec la plateforme OKAPI (à la minute approximative). Une attention particulière a été portée aux enchaînements entre deux extraits vidéo, car souvent issus d’émissions produites à différentes époques et donc de qualité visuelle et sonore non équivalente. Par exemple, les images du début du corpus sont plus saccadées (1940), tandis que ceux vers la fin (1960) ont des séquences à la fois en noir et blanc et en couleurs. Il y a aussi la différence du débit vocal du narrateur, que nous avons ajusté en égalisant le volume de chaque vidéo. Mise à part cela, il n’y a pas eu de mixage son, ni d’étalonnage des images d’archives. Hormis pour l’introduction de la deuxième partie, où nous avons trouvé le mot « performance » dans les archives, les extraits sans texte ont été préférés. Ceci, pour laisser parler les images d’elles-mêmes.

A l’issu du montage, et en visionnant le court-métrage, nous avons réalisé que l’ensemble du corpus, soit la période allant de 1940 à 1969, ne présentait qu’un seul type d’imaginaire informatique axé sur des projections de ce que pourrait être la vie en l’an 2000 avec un discours progressiste sur la modernité. Celui-ci valorise la performance technologique et technique, qui se caractérisent à cette époque par la simultanéité, la vitesse, la communication et la mondialisation. Ces termes sont ceux qui reviennent fréquemment dans les propos des commentateurs des émissions. Ces performances sont possible grâce aux différents appareils électroniques et de télécommunication, dont la connectique est assurée au moyen des ondes radars. Visuellement ils ressemblent à des prototypes d’objets portatifs et miniatures qui existent encore de nos jours. Nous les avons qualifiés de « connectés ».

L’imaginaire traité dans le corpus s’apparente donc au domaine de l’électronique et non pas à celui de l’informatique à proprement parlé. Grâce au travail de montage, l’approche audiovisuelle dans le traitement numérique des archives a permis de mieux cerner les limites temporelles du corpus. En effet, les images utilisées sont pour la plupart issues des émissions entre 1951 et 1967. La période allant de 1940 à 1950 a été exclue car elle porte exclusivement sur les progrès militaires et spatiaux, mais est très peu en lien, même indirectement, avec le thème de l’informatique. Nous avons cependant conservé deux extraits significatifs, en date de 1942 et 1949, montrant respectivement une machine à calculer et l’installation d’une antenne de télévision sur la Tour Eiffel. Par ailleurs, le choix a été fait d’arrêter le corpus, non pas en 1969, date de fin des émissions Les Actualités françaises, mais en 1967, car aucun élément n’était visuellement pertinent à notre sujet après cette date. De plus, à partir des années 1970, commence l’ère de la micro-informatique avec le microprocesseur Intel en 1971. Aussi, juste avant le générique de fin repris des émissions, nous avons visuellement restitué ce changement de période, et donc d’imaginaire informatique qui lui est associée, en montrant une séquence de l’IBM 704 en cours d’utilisation, même si celui-ci a été commercialisé pour la première fois en 1954, et que le terme « ordinateur » est apparu en 1955.

Conclusion

Tout le long de cette exploration audiovisuelle, la délimitation temporelle du corpus a été envisagée dans une approche davantage sociologique, qu’historique. Ceci, parce que l’objectif de l’atelier était de représenter visuellement l’imaginaire informatique dans les archives de la presse filmée française. Les variantes historiques de cet imaginaire, et leur présentation chronologique n’ont donc pas constitué la trame narrative du court-métrage. Toutefois, un traitement plus approfondi de l’ensemble du corpus avec une approche historique, et datée, serait un plus pour analyser la manière dont se décline cet imaginaire électronique à différentes périodes du corpus et en fonction des sujets abordés.

Par ailleurs, la réalisation de ce film pose la question de la temporalité de cet imaginaire à deux niveaux. En effet, le traitement de ces archives confronte les imaginaires de deux époques différentes. D’une part, celle du corpus, qui est une projection futuriste de la vie en l’an 2000. D’autre part, ce même futur correspond en réalité au vécue contemporain des participants de l’atelier ayant exploré, par l’audiovisuel, le corpus à des fins de recherche. Leur regard sur ces archives est une forme de rétrospection. Les deux points de vue sont donc confrontés et mis en dialogue au moyen du film réalisé. La temporalité de cet imaginaire intervient aussi, et à un deuxième niveau, dans la définition du corpus et des termes qui le caractérisent. Aussi, ce projet a permis de réfléchir à ce qu’est l’imaginaire informatique dans la presse filmée française à partir d’un corpus traitant initialement des technologies électroniques. La réalisation d’un documentaire de recherche, permettrait d’affiner cette idée.

In fine,cette exploration audiovisuelle des archives numériques de l’INA met en dialogue d’une part, les logiciels de montage dans leur dimension artistique et créative, et d’autre part, la plateforme OKAPI, en tant qu’outil de recherche, de scénarisation et de prémontage virtuel sans finalité esthétique. Les deux usages peuvent se compléter ou non, en fonction des objectifs de recherche. L’écriture audiovisuelle sert-elle à documenter, illustrer, explorer un corpus, ou encore tester une hypothèse de recherche ? Se pose alors la question de la place d’une production audiovisuelle dans un travail académique

[1]    Le corpus initialement proposé était constitué de 328 documents, mais lors de son traitement à l’aide de l’outil en ligne OKAPI, il s’est avéré que 50 d’entre eux n’avaient qu’une retranscription partielle des scripts de l’audio.

A lire aussi :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.