Les féministes et leurs archives

Du 26 au 28 mars s’est tenu à l’Université d’Angers le colloque international « Les féministes et leurs archives (1968-2018). Militantisme, mémoire et recherche ».

Les féministes, comme d’autres mouvements politiques, ont compris très tôt que pour garder trace de leur histoire il fallait créer leurs propres archives. C’est ainsi que la directrice du journal La Fronde (1897-1905), Marguerite Durand (1864-1936), va léguer ses fonds d’archives à la ville de Paris pour en faire la Bibliothèque Marguerite-Durand. Ce geste va être répété tout au long du XXe siècle en France, en Europe, partout dans le monde par l’ensemble des groupes militants féministes sous forme d’archives privées gérées par des associations ou remises à des institutions publiques. Si l’accès aux archives semble si essentiel pour les militantes féministes, c’est qu’elles ont compris très vite qu’en tant que femmes, elles étaient invisibles par le silence des sources. Pour que les traces d’un combat perdurent, il faut qu’elles soient conservées, transmises et valorisées.

Les fonds des collections de l’Ina dans leur grande diversité gardent bien sûr en mémoire les grands moments du féminisme dit de la deuxième vague, qui a pris son essor en France après mai 68 : Manifestation à l’Arc de Triomphe d’août 1970, manifestation à Paris d’octobre 1971… Cependant, bien avant cela, les magazines féminins des années 1950 et 1960, entre deux cours de coupes ou de cuisine, ont su aussi interviewer les pionnières suffragettes, exploratrices ou sociologues, spécialistes de la « condition féminine » ou montrer les premiers gestes de self-défense. Le journal télévisé aime les pionnières : marin pêcheur, garde champêtre ou arbitre de football…

Mais la télévision ne montre-t-elle pas l’exemple, elle-même sans le vouloir, des nouveaux modèles de femmes au travail au cœur d’un nouveau média et des nouvelles technologies : productrices animatrices, speakerines, journalistes y ont leur place même réduite, visibles par de nombreuses spectatrices. Les journaux et magazines d’informations en 1965 sont obligés d’expliquer largement les changements des régimes matrimoniaux qui donnent de nouveaux droits aux femmes mariées, il en sera de même pour les luttes pour la contraception et le droit à l’avortement. L’émission d’Eliane Victor Les femmes aussi, à partir de 1964, donne largement la parole aux femmes… Autant de moments qui pourraient nous faire penser qu’à la télévision, la parole des féministes s’entend et se voit bien avant 1968, si on y est attentif.

Quelques pistes
Avant 1968
La femme matelot, Pénestin Morbihan, 26/10/1965, JT 13h, journaliste : Irène Allier.
Interview de Geneviève Gennari : Dossier de la femme, 08/11/1965, Magazine Féminin.
Interview de Jeanne Nemo par Jean Nohain, 23/01/1966, Au-delà de l’écran.
Les droits de la femme, 21/03/1966, JT 13h, journaliste : Christiane Delacroix.
Travaux préparatoires loi régulation des naissances : Neuwirth et Vailland Couturier, 20/12/1966, Pour les femmes et pour les hommes, réalisateur : Daniel Costelle.
Madame Inter à la bourse, 02/03/1967, JT nuit, journaliste : François Loncle.

Le mouvement post 68
Manifestation femmes place de l’étoile, 26/08/1970, JT 20 h, journaliste : François Cornet.
Manifestation de femmes à New York, 27/08/1970, JT 20h, journaliste : Emmanuel de Taille.
Ouverture des États Généraux de la femme, 20/11/1970, JT 13h, journaliste : Jean-Pierre Lannes et Annick Beauchamps.
Anne Zelinsky et Claude Hennequin, 20/07/1971, Variances.
Manifestation de femmes à Paris, 20/11/1971, JT 20 H, journaliste : Hervé Chabalier.
Françoise D’Eaubonne, 03/05/1972, Le féminisme, Aujourd’hui Madame.
Assises MLF, 15/05/1972, JT nuit, journaliste : Hervé Chabalier.
L’année des femmes, 19/11/1972, JT 20h, journaliste : Jacques Lenoir.
Affaire avortement Grenoble maître Halimi, Neuwirth, 10/05/1973, JT 20h, journalistes : Jacqueline Collins, Guy Sarthoulet.
Monique Wittig « les lettres portugaises », 14/05/1973, Ouvrez Les guillemets, réalisateur : Claude Barma.
Un groupe de femmes de Saint Chamond, 07/06/1973, Magazine 52, Femmes en colère, journalistes : Martine de Barsy et Jacques Renoir.
Grève des femmes, 09/06/1974, JT 20h, journaliste : Jean-Jacques Dufour.
Femmes battues, 27/10/1975, JA2 18h30, journaliste : Martine Laroche-Joubert.
Droits des femmes, 27/11/1975, IT1 20H, journaliste : Jacqueline Collins.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.