Imagina, une histoire française de l’image de synthèse

Quel est le pont commun entre une théière, la réalité virtuelle et Tomb Raider ? Le festival Imagina, évidemment ! Avec l’entrée de ce fonds dans les collections, l’INA thèque propose désormais aux chercheurs un ensemble de documents consacrés à la 3D et l’image de synthèse unique en France.

Billet rédigé par Pia Roussel, rédactrice multimédia, INA

Initié en 1981 par Philippe Martin, directeur de recherche à l’Ina, le festival Imagina constituait le rendez-vous annuel en Europe du milieu de l’image animée et de l’image de synthèse.

Organisé en association avec le festival de télévision de Monte-Carlo et soutenu par de nombreux partenaires, Imagina proposait à un public de professionnels un cycle de conférences, une compétition internationale – le prix Pixel – Ina – un village de l’innovation et une exposition industrielle.

Chercheurs, infographistes, éditeurs de logiciels, ou encore personnalités du cinéma, artistes et professionnels du multimédia (le pionnier de la réalité virtuelle Jaron Lanier, le réalisateur et producteur John Lasseter, le peintre Matta…), tous étaient présents à Monte-Carlo pour découvrir les dernières avancées du domaine et les lauréats de la compétition. Pour la petite histoire, le trophée du prix Pixel – Ina, une théière, faisait référence à la première image de synthèse réalisée en 1975 par Martin Newell, la théière de l’Utah.

Pionnier de l’image de synthèse en Europe, le festival Imagina rayonnait partout dans le monde, ce qui avait permis à l’équipe organisatrice de nouer des liens forts avec son pendant américain, le Siggraph, où Imagina disposait d’un stand tous les ans. Par la suite, le succès d’Imagina a donné lieu à la création d’un second festival, le festival de la jeune création en infographie, toujours sous l’impulsion de l’Ina.

C’est en l’an 2000 que l’Ina se retire de l’organisation du festival, pour se recentrer sur d’autres missions.

Les archives écrites du fonds Imagina regroupent donc les archives administratives de l’équipe Ina en charge de l’organisation du festival à Monte-Carlo, de 1982 à 2000. Elles permettent de retracer tout un pan de l’histoire de l’image de synthèse et de la 3D, depuis les premières expérimentations dans des laboratoires de recherche jusqu’à leur banalisation dans les jeux vidéo ou le cinéma (Toy Story, Star Wars) en passant par les balbutiements de la télévision haute définition, et les essais de réalité virtuelle.

En 1993, le festival est le siège d’une expérience de télévirtualité inédite : le père Di Falco, à Monaco, muni d’un casque et de gants de réalité virtuelle, est guidé à travers une reconstitution en 3D de l’Abbaye de Cluny par la conservatrice du musée, demeurée à Paris. En 1999, ce sont les « Dancing babies » qui sont à l’honneur, avec le premier championnat du monde, organisé en partenariat avec Kinetix, créateur de ce premier « meme » qui hante toujours Internet, plus de vingt ans après sa première apparition.

Les archives écrites d’Imagina, multilingues, comprennent les documents préparatoires à l’organisation (recherche des intervenants et des partenaires, préparation des stands, sélection des œuvres en compétition…), les supports de communication, mais aussi des éléments de comptabilité et un ensemble de dossiers relatifs aux festivals internationaux où étaient projetées des sélections d’œuvres lauréates du prix Pixel –Ina. Des photographies et des affiches complètent le fonds, tout comme les théières remises aux gagnants de la compétition. On y trouve également des études techniques et scientifiques, de la documentation d’entreprise, des projets de films, et aussi une édition spéciale « Imagina » de deux jeux vidéo célèbres, Tomb Raider et Under a Killing Moon.

Riche de presque vingt ans d’histoire d’image de synthèse, ce fonds d’archives écrites fait le lien entre plusieurs fonds audiovisuels conservés à l’INAthèque et consacrés à la même thématique : Imagina (fonds vidéo), festival de la jeune création en infographie (FEJCI), E.Magiciens, et Siggraph. D’autres fonds conservés à l’INA thèque contribuent à la thématique : celui des Gobelins, de Maurice Benayoun, ou encore de Fred Forest. Les 332 boîtes d’archives du fonds Imagina complètent donc un ensemble de 8671 vidéos conservées dans la collection « Autres fonds ».

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search