“Making of” : L’étude sur la médiatisation de la Covid-19

Le 1er octobre 2020, l’INA publié dans La Revue des médias une étude sur la médiatisation de l’épidémie de Covid-19 dans les JT. Ce type d’étude, ainsi que le Baromètre des JT, trimestriel,  s’appuient sur des données et des analyses produites par les documentalistes, mais elles peuvent également être réalisées par des étudiant.es ou des chercheur.es intéressé.es par les approches quantitatives. Les auteurs ont donc souhaité partager ici quelques éléments de méthodologie, et proposer de nouvelles pistes pour de futures études.

Par Delphine André, Juliette Benâtre, Boris Blanckemane, Véronique Lefort, Céline Plège et Géraldine Poels.

1.     25 ans de données sur les JT du soir des 5 grandes chaînes

« Entre le 18 janvier et le 3 juillet 2020, le coronavirus SARS-CoV-2 a suscité 8 466 sujets, soit  50 sujets en moyenne par jour dans les JT de 20 heures. Cela représente 60 % de l’offre d’information globale du 1er semestre 2020 (en nombre de sujets). La Covid-19 a ainsi occupé 253 heures et 43 minutes du temps des JT du soir des cinq principales chaînes (TF1, France 2, France 3, Arte, France 5, M6), ce qui représente 56 % de leur durée totale. Si cette proportion est relativement similaire quelle que soit la chaîne, TF1 est celle qui a accordé le plus de place au sujet : 59,4 % de la durée de son JT sur les six mois étudiés (58,6 % pour France 2 ; 57,2 % pour M6 ; 56,2 % pour France 3 ; 40 % pour Arte). […] Pendant les huit semaines de confinement, la part des JT consacrée à la pandémie a atteint un record de 80,5 %.»

Point méthodo :

L’étude du nombre de sujets et de leur durée porte sur le périmètre des JT du soir des « grandes chaînes » (TF1, France 2, France 3, Arte et M6 – sachant que Canal + ne diffuse plus de JT du soir depuis juin 2018). Ces éditions sont indexées très précisément par les documentalistes de l’INA et les sujets qui composent le JT sont « time codés » (avec leurs horaires de début et de fin), on dispose donc de données très précises sur le contenu de ces JT. Cette indexation détaillée est effectuée depuis 1995, ce qui permet la réalisation d’études sur la longue durée.

2.     La répartition thématique des sujets au JT

« Suivant l’évolution exponentielle du nombre de cas et de décès, le mois de mars représente un basculement dans l’information télévisée : le volume horaire occupé par la pandémie dans les JT augmente sur toutes les chaînes (sauf Arte), et la crise sanitaire balaie alors toutes les autres thématiques des JT. »

Point méthodo :

Le Baromètre repose sur l’application du même nom, qui classe automatiquement les sujets de JT dans l’une des 14 catégories prédéfinies, en fonction des mots clés (ou « descripteurs ») qui leurs sont attribués par les documentalistes de l’INA. Son fonctionnement et le détail de ces catégories sont présentés ici :  http://www.inatheque.fr/publications-evenements/ina-stat/ina-stat-methodologie.html

On peut donc étudier l’évolution relative de ces thématiques : c’est ainsi qu’il est possible de donner des informations objectives sur la place croissante, dans les années 2000, des faits-divers au JT, par exemple.

Les résultats hebdomadaires et trimestriels de ce classement thématique sont en accès libre, sur le site de l’INAthèque et la plateforme data.gouv.fr.

3.     Le classement des prises de parole 

« Le top 10 des personnalités qui sont le plus intervenues dans les JT ne comprend pas de femmes (Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des Solidarités jusqu’à la mi-février, occupant la 11e place). Il est composé des responsables politiques, de Jérôme Salomon, chargé des points quotidiens d’information et des médecins consultants de TF1 et France 2. »

Vous pouvez retrouver et télécharger les données sur l’ensemble de l’année 2020 (Nombre de prises de parole dans les JT du soir de 5 chaînes – TF1, France 2, France 3, M6, Arte -, dans les sujets traitant de la pandémie de Covid-19, quelle qu’en soit la forme: interview en plateau, liaison par application en ligne, reportage, extraits d’allocution…): Top prise de parole covid 2020

Point méthodo :

Sont comptabilisés ici, et qualifiés de « prises de parole », les passages à l’antenne des personnalités quelle qu’en soit la forme : elles peuvent être invitées sur un plateau, interviewées par un journaliste lors d’un reportage ou par téléphone ; il peut s’agit d’un extrait d’allocution ou de déclaration publique… Ces personnalités sont identifiées par les documentalistes comme « participant.es » au JT (dans le champ « générique » des notices). 

Ce classement ne prend pas en compte la durée des interventions. Il s’agit d’un classement des personnes « qui parlent » (hors journalistes), et non des personnes « dont on parle » (dont le nom est cité – voir ici un exemple portant, à l’inverse, sur la médiatisation de Didier Raoult, qui repose sur le comptage du nombre de fois où son nom est cité). 

Ce classement peut être réalisé, comme ici, sur une thématique donnée. Il est aussi réalisé chaque mois sur l’ensemble des JT, tous sujets confondus. De manière récurrente, ce sont le Président de la République française et le premier ministre qui occupent les deux premières places.

4.     Analyser l’info, au-delà du JT : les magazines

« Si la santé est un thème marginal dans les JT en temps normal, c’est que le format « phare » pour le traiter est le magazine. Ou plutôt : le magazine de France 5. Car ce sont bien les chaînes « éducatives », La Cinquième puis France 5, qui détiennent un quasi-monopole de la diffusion de magazines sur le sujet. »  

Point méthodo :  

Les magazines ne sont pas indexés avec le même niveau de précision que les JT, on ne dispose donc pas de données aussi fines sur leur contenu – du moins, pas de manière systématique. Néanmoins, les émissions relevant de ce genre sont identifiées : on connaît au minimum leur date, heure et chaîne de diffusion, leur titre et le nom des participants (présentateurs, chroniqueurs et invités). Chaque magazine est également classé (par les documentalistes) en fonction de sa thématique principale : information, société, politique, média, économie, médecine santé, arts et spectacle, sport, humour, littérature, sciences, religion… 

5. La structure des grilles des chaînes de TV

« Les journaux télévisés ne sont pas les seuls programmes à avoir été bouleversés par la crise sanitaire provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2. En effet, toutes les chaînes — à l’exception d’Arte, moins touchée car proposant moins d’émissions de flux — ont dû revoir leurs grilles de programmes. » 

  nouvelles émissions  émissions au dispositif adapté aux mesures sanitaires  émissions déprogrammées  émissions remplacées par des rediffusions  Total par chaine 
TF1  19 
France 2  10  11  32 
France 3  14 
Canal+  13  24 
France 5  20 
M6  19 
Arte     4 
TOTAL  32  41  41  18  132 
En nombre d’émissions, du 22 février au 11 mai 2020.

  

Point méthodo :  

Ce comptage a été effectué dans le cadre d’une veille réalisée par les documentalistes de l’INA (appuyée sur l’actualité des chaînes de télévision communiquée dans la presse et sur les réseaux sociaux, sur le visionnage partiel des programmes par les documentalistes référents de chaque chaîne en amont du traitement documentaire, ou sur les données documentaires après le traitement réalisé à J+15 après diffusion), pendant la crise sanitaire, sur une durée de 11 semaines, portant sur 7 chaînes.  

Il est difficile de détecter automatiquement les « nouvelles émissions ». En effet, une émission peut changer provisoirement de titre et apparaître comme « nouvelle » dans la base de données, alors qu’il s’agit en réalité d’une déclinaison temporaire d’une émission récurrente. Ainsi, Qui veut gagner des millions à la maison n’est pas une émission réellement nouvelle, à l’inverse de La maison Lumni

Les bases de données de l’INA mentionnent le « statut de diffusion » des émissions : première diffusion, rediffusion, multidiffusion… Il est ainsi possible de réaliser des études sur la part de rediffusion que comptent les grilles des différentes chaînes, et son évolution au cours du temps. Dans notre tableau, le décompte ne porte toutefois que sur les rediffusions remplaçant, à titre exceptionnel, la diffusion d’émissions dont le tournage s’est arrêté en raison du confinement (exemple : Plus Belle la vie). 

Quant aux émissions déprogrammées, il s’agit des programmes dont la diffusion a dû être interrompue, sans être remplacée par des rediffusions de cette même émission, pour multiples raisons : la diffusion d’inédits n’était plus une priorité dans la grille et a été provisoirement annulée au détriment de l’actualité (exemple : 20h30 le samedi), tous les événements sportifs à couvrir ont été annulés (exemple : Téléfoot), ainsi que les tournages qui ne pouvaient être réalisés dans le respect des règles sanitaires (exemple : Un si grand soleil). Il faut noter que certaines émissions ont été déprogrammées avant de revenir à l’écran avec un nouveau dispositif adapté aux mesures sanitaires (exemple : C’est Canteloup). 

6. Radio : la libre-antenne, le format du confinement 

En complément de l’étude publiée dans la Revue des médias, nous proposons quelques éléments de comparaison avec l’adaptation des grilles radiophoniques au confinement. 

Bien évidemment, la radio a également été affectée par l’actualité de la crise sanitaire et ses nouvelles contraintes. Avec un format gagnant durant le confinement : la libre antenne. Pour entretenir la proximité avec des auditeurs dont les habitudes d’écoute ont été chamboulées, les radios généralistes se sont en effet appuyées sur ce dispositif bien rodé.  

Si certaines émissions de télévision ont été raccourcies, toutes les radios ont à l’inverse étendu leurs plages de libre-antennes, et parfois créé de nouveaux rendez-vous. C’est France Inter qui a le plus exploité les possibilités, avec pas moins de 4 nouveaux créneaux ouverts aux auditeurs (comme Message personnel et Le grand rendez-vous), tandis que le Téléphone sonne et Grand bien vous fasse ! ont vu leur durée doublée pour atteindre 2 heures.  

Face à l’arrêt des compétitions sportives, qui a perturbé la programmation de RMC, la radio a réagi avec l’ouverture RMC Mobilisation Générale de 18h à 22h. De son côté, Europe 1, qui n’a pas créé de nouvelle émission de libre-antenne à proprement parler, a néanmoins intégré à divers programmes les questions laissées par les auditeurs sur son répondeur, très sollicité. France Culture reste finalement la seule station à ne pas proposer ce format — sauf par l’intermédiaire de la mutualisation des programmes, puisque la station a, pendant le confinement, diffusé la matinale de France Inter. 

  Émissions et séquences de libre antenne  dont nouvelles 
Europe 1 
RTL 
RMC 
France Musique 
France Inter 
RFI 
France Info 
France Culture 
TOTAL  33  14 
En nombre d’émissions, du 22/02/2020 au 11/05/2020

Point méthodo :  

Ce comptage a été effectué dans le cadre d’une veille (appuyée sur les bases de données de l’INA, et complétée par la lecture de la presse) réalisée par les documentalistes de l’INA pendant la crise sanitaire, sur une durée de 11 semaines, portant sur 8 stations de radio. Il a été décidé d’agréger à la fois des émissions et des séquences de libre-antenne au sein d’une émission. 

Au-delà de cette analyse des grilles, il est difficile de produire des analyses comparatives fines sur les matinales des stations de radio, par exemple, qui ne sont pas indexées avec le même niveau de précision que les journaux télévisés, même si un découpage et un traitement sont réalisés sur certains journaux parlés (France Inter, RFI, France Info). Les niveaux de traitement sont variables, allant du simple catalogage avec des données importées, au traitement plus approfondi, en passant par un échantillonnage. Il faut aussi compter avec le délai nécessaire à l’indexation : au moment où cette étude a été réalisée, seule France Inter avait été traitée.  

Sur la base des données disponibles, il est néanmoins possible de travailler sur la structure et les invités des matinales, comme nous l’avions fait dans cette étude : https://larevuedesmedias.ina.fr/les-matinales-de-radio-la-loupe  

7. Diffusion des prises de parole officielle sur les chaînes d’information en continu 

Pour mesurer le rôle de la télévision comme relai de la communication gouvernementale, nous avons comptabilisé la durée des prises de paroles officielles (allocutions, conférences de presse…) sur 4 chaînes d’information en continu, pendant 3 semaines, précédant et suivant l’annonce du confinement. En temps de crise, en effet, la communication du gouvernement, très suivie par le public, prend une part inédite sur toutes les antennes. Si les chaînes d’information en continu ont toutes accordé une place importante à ces retransmissions incontournables, elles ont aussi fait des choix éditoriaux qui les différencient. Ainsi, BFMTV a été la première à leur faire de la place, puisque dès la semaine du 7 mars, les prises de paroles officielles occupent 05 heures 40 de l’antenne. Sur les 3 semaines étudiées, BFMTV aura ainsi diffusé plus de 17 heures de communication. À l’opposé, France 24 (qui s’adresse à un public francophone international, qui n’est pas directement concerné par le confinement en France), n’a commencé à en diffuser que la semaine du 14 mars, et pour une durée limitée à 04 heures 37 minutes. 

Dans le détail des intervenants, ce sont les points presse de Jérôme Salomon qui ont été les plus retransmis (14 heures de retransmission), loin devant les allocutions du Président (5 heures 11) et des membres du gouvernement. 

Bous: télécharger les données détaillées: Editions spéciales_chaînes infos

Voir l’étude complète sur les grilles des chaînes d’info en continu en temps de Covid.

Durée des prises de parole officielles sur les chaînes d'info

 

Point méthodo :  

Pour cette étude, ont été comptabilisées les différentes prises de parole officielles (point presse, conférence de presse, déclaration, déclaration à la presse, allocutions – à l’exception des retransmissions des séances de questions au gouvernement à l’Assemblée Nationale et au Sénat) du chef de l’Etat, du Premier ministre, des différents membres du gouvernement, des représentant.es de l’Etat au niveau local et des représentant.es des autorités sanitaires. 

Les durées relevées sont celles indiquées par les documentalistes au cours de leur travail sur ces semaines, la dernière avant le confinement et les deux premières du confinement. Quand plusieurs personnes interviennent, le temps de parole a été partagé entre les différent.es intervenant.es de manière approximative. Les questions des journalistes ont été intégrées au temps de parole de celui qui y répond. 

8. Sur Twitter, les chaînes info dominent les discussions sur la Covid-19 

La crise sanitaire est également un sujet de discussion sur les réseaux socionumériques. Nous avons collecté les tweets comprenant 149 hashtags liés à l’épidémie (de #Covid19 à #ALaMaison en passant par #StopCovid ou #MerciAuxSoignants), et envoyés ou mentionnant des comptes liés aux télévisions nationales (chaînes « historiques » et chaînes d’information en continu). Comme en temps ordinaire, les chaînes d’information en continu compensent leurs audiences plus faibles par une présence active dans les discussions menées sur Twitter : 80 % des tweets sont liés à ce groupe de chaînes. Parmi celles-ci, BFMTV et LCI sont les plus actives et présentes dans les conversations, avec respectivement 38 % et 26 % des tweets collectés pour ce type de médias (CNews 18 %, franceinfo: 13 % et France 24, 5 %). 

Bonus: télécharger les données et la méthodologie détaillées : INADlweb – Etude Twitter – Coronavirus

L’analyse du contenu des tweets montre aussi des univers différenciés selon les types de chaînes.  

Ainsi, les chaînes TV « historiques » semblent avoir beaucoup utilisé Twitter pour promouvoir les programmes diffusés pendant le confinement, et notamment ceux qui font leur spécificité, à savoir les programmes de fiction et de divertissement (#cyril_lignac, #secretshistoire), refuges face à une actualité anxiogène. La tonalité globale des tweets liés à ces comptes est donc plutôt positive, ce qui dessine l’image d’une télévision généraliste « feel good ».

Top  émojis Covid

Top des émojis les plus utilisés en lien avec les chaînes « historiques », et comportant des hashtags liés à la thématique « confinement » 

Sur les chaînes d’information en continu, la tonalité des tweets confirme une stratégie orientée vers la mise en avant de la polémique. Au sujet des soignants par exemple, quand la twittosphère des chaînes « historiques » relaie les messages de solidarité (#ensembleavecnossoignants etc.) ; celle des chaînes d’information interpelle les responsables politiques et emploie plus volontiers des termes comme « polémique », « colère, ou « manque ». Parmi les émojis, l’un de ceux qui est utilisé exclusivement dans cette sphère illustre d’ailleurs la colère (). 

Pour en savoir plus sur la collecte des Tweets : 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search