La présence numérique des candidat•e•s aux émissions de télé-réalité

Article rédigé par Juliette Benâtre, documentaliste multimédia à l’INA

Les documents identifiés sont consultables dans les centres de consultation de lʼINAthèque, à Paris et en région.

Un corpus transmédia composé d’environ 2500 objets collectés et archivés à l’INA au titre du Dépôt légal du web, cible la présence numérique des participant•es aux émissions de télé-réalité, notamment sur les réseaux sociaux (hashtags, pages/comptes Facebook, comptes Twitter, comptes Instagram, chaînes YouTube, sites web et pages Wikipédia). Cet article souligne la transformation des usages média et met en lumière la complémentarité des sources disponibles à l’INA pour la recherche. 

On se souvient forcément des prémisses des “reality show” à la télévision française et des nombreux détracteurs de ce nouveau genre. Selon Nathalie Nadaud-Albertini, sociologue et autrice de “12 ans de téléréalité… au-delà des critiques morales” (INA Éditions)la télé-réalité est un genre audiovisuel qui fait peur, ce format installe à l’écran un rapport faussé à la réalité tandis que l’exposition de l’intimité des participantes brouille les frontières entre les sphères  publique et privée. 

Ce qu’on ne soupçonnait pas en 2001, lors de la diffusion de la toute première émission de télé-réalité à succès Loft Story, c’est que quelques années plus tard les réseaux sociaux allaient permettre aux stars du petit écran de mettre elles-mêmes en scène cette (sur-)exposition de leurs émotions, de leur vie privée et de leurs états d’âmes. 

Un travail documentaire mené au sein du service du dépôt légal du web à l’INA à partir d’un recensement des collections de télé-réalité diffusées par les chaînes nationales et satellites a permis d’enrichir ce corpus par larchivage des comptes, pages et chaînes de réseaux sociaux d’un échantillon1 d’ancien.ne.s candidates, de sociétés de production et d’émissions.

Ce jeu de données correspond à 2589 objets web accessibles à la consultation à l’INA thèque à Paris et dans les sites partenaires en régions. Les identifications et métadonnées des objets de ce corpus sont publiées sur la plateforme de données publiques Data.gouv.fr.

 

Mark Zuckerberg l’avait annoncé : “la vie privée n’existe plus” et les modalités de présence en ligne des personnalités de la télé réalité le démontrent. Leur omniprésence est objectivée dans ce corpus transmédia.

Une fois apparus à la télévision, ces ex-candidat•e•s d’émissions populaires refusent souvent de retomber dans l’anonymat et se tournent rapidement vers des métiers où leur notoriété les aide à percer, que ce soit dans la chanson, comme présentateur•rice•s ou comme chroniqueur•euse•s. En parallèle, ils.elles entretiennent constamment un contact via les réseaux sociaux avec le public qui les a découvert.e.s à la télévision. Ils.elles fédèrent ainsi autour d’eux une « communauté » grâce à leurs activités de blogueurse•s ou d’influenceur•se•s. Cette présence numérique devient de ce fait un élément fondateur de leur carrière.

Exemple d’une publication Instagram de Nabilla Vergara datant du 29/08/2020. Avant d’être une influenceuse suivie par plus de six millions de personnes sur Instagram et deux millions sur Twitter, elle était apparue dans l’émission L’Amour est aveugle en 2011 sur TF1 puis dans Les Anges de la téléréalité sur NRJ 12 où elle prononça cette fameuse petitephrase “Allô ! Non, mais allô quoi !”. Elle devient ensuite le sujet principal de nouvelles émissions de télé-réalité comme Allô Nabilla.2

En confrontant les types d’émissions de télé-réalité et le choix des plateformes sur lesquelles s’expriment les ancien•ne•s participant•e•s, on remarque notamment que les candidat•e•s des jeux-concours de chant sont plus nombreux à posséder une chaine YouTube afin de publier des clips ou des vidéos musicales, alors que ceux.celles des émissions dites « d’enfermement », de prouesses et de stratégies s’approprieront plutôt Instagram ou Twitter pour partager des détails de leur vie privée, du contenu rémunéré par des marques ou communiquer sur leurs propres projets commerciaux.

Ce phénomène est notable lorsque l’on compare les 51 participant.e.s à la saison 1 d’Audition secrète, un concours de chant diffusé et produit par M6, et les 52 participant.e.s des saisons 2 et 3 de Friends trip, un jeu de stratégie entre anonymes sur NRJ 12, produit par La Grosse Equipe. On remarque que les candidat.e.s d’Audition Secrète sont plus nombreux à posséder une chaîne YouTube tandis que ceux de Friends Trip vont favoriser Instagram et Twitter :

La dimension narrative transmédia inhérente à ce corpus est d’autant plus marquante que les candidat•e•s des émissions télévisées de télé-réalité peuvent être présents à l’écran dans des séries d’émissions en cours de diffusion tout en entretenant des liens étroits avec leur communauté sur les réseaux sociaux.

Ce chassé-croisé de contenus entre le petit écran et les plateformes de réseaux sociaux illustre la manière dont les dispositifs en ligne participent – voire sont indispensables – au rayonnement médiatique des candidat•e•s des émissions de téléréalité.

Le cas de Jazz Correia, apparue pour la première fois à la télévision dans l’émission de télé-réalité Qui veut épouser mon fils ? diffusée sur TF1 en 2015 et produite par Starling, est en ce sens exemplaire.

Après plusieurs apparitions télévisées, elle est la vedette de programmes de télé-réalité intitulés JLC Family, l’incroyable été de Jazz et Laurent  et JLC Family : la famille avant tout  diffusées en 2019 et 2020 sur TFX et produit par Ah! Production.

Elle anime également un compte Twitter, un compte Instagram à son nom et un pour chacun de ses deux enfants, Chelsea et Cayden, en plus d’une chaîne YouTube où elle se met en scène avec les membres de sa famille. Cette omniprésence nourrit le lien étroit et personnel avec ses abonné•e•s et les téléspectateur•ice•s, et lui permet de gagner sa vie grâce à des partenariats rémunérés sur les réseaux sociaux.

Cette étude de cas sur la présence en ligne des stars de la téléréalité à partir de sources archivées à l’INA illustre l’évolution des pratiques médiatiques en même temps que celle de l’économie numérique. Elle expose aussi le périmètre enrichi des collections disponibles pour la recherche à l’INA.

La liste des émissions constituant le corpus est disponible ici : Corpus_TV_réalité_liste_émissions

Pour aller plus loin

Lundi de l’Ina : « Lambdas », paroles d’anonymes (à partir de 00:56:20)

Captation réalisée le lundi 15 janvier 2018

Articles

Podcasts

1Le corpus porte sur les collections diffusées à la télévision dite « nationale » et « satellite », où les candidat.e.s ne sont pas connu.e.s du grand public mais sont suivi.e.s sur une période de temps assez importante pour accéder à une certaine notoriété. 

Le travail d’archivage des objets web inclut les comptes, pages, chaînes de réseaux sociaux et les sites web des ancien.ne.s candidat.e.s, des émissions de télé-réalité et des sociétés de production, des collections dont la première saison a été diffusée entre août 2014 et octobre 2020.

2 – Déclinaisons de l’émission Allô Nabila

Allô Nabilla : ma famille en Californie

Allô Nabilla : en famille à Paris 

Allô Nabilla : en famille à Tokyo

Allô Nabilla : nos fiançailles à Marrakech


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search