La médiatisation de l’entreprise et de l’entrepreneuriat en Afrique

Co-publié au sein du numéro 245 (2021/1) de la Revue internationale des études du développement consacré à l’entrepreneuriat en Afrique, cet article propose une exploration des grandes tendances de la médiatisation des entreprises et entrepreneurs en Afrique dans les émissions télévisées et radiophoniques, généralistes et spécialisées, de 1950 à 2020.

L’étude s’appuie sur une recherche par mots-clés dans les notices du catalogue. Les noms des pays africains ont été indiqués dans le champ « descripteur » pour circonscrire la recherche à cette aire géographique. Les mots-clés « entreprise », « entreprenariat » et « entrepreneuriat » ont ensuite été utilisés pour constituer le corpus de 4 101 émissions et sujets de journaux télévisés (JT). Cette recherche met en évidence quelques tendances et jalons, sans prétendre à l’exhaustivité – car des archives peuvent être manquantes, ou leurs notices incomplètes, notamment pour la période antérieure au dépôt légal mis en oeuvre au 1er janvier 1995. Les chiffres indiquent donc des ordres de grandeur et des tendances.

1. Une médiatisation centrée sur les grandes entreprises et l’événement

Pas moins de 4 101 émissions ou sujets de JT, consacrés aux entreprises et à l’entrepreneuriat en Afrique, datées entre 1950 et 2020, ont pu être identifiées (fig. 1). Cette médiatisation est majoritairement rythmée par l’actualité de grandes entreprises, françaises ou multinationales, qui y sont implantées : Areva, Vinci, GDF Suez, Shell, Total, Michelin-SATI, Peugeot Algérie, etc. Ces sociétés sont liées de manière récurrente à des prises d’otages d’employés (1 918), au terrorisme (1 274) et, dans une moindre mesure, à des scandales financiers (294) et des guerres (126). Parmi les secteurs économiques (1 279), l’industrie (906) et l’extraction minière (462) sont fortement représentées. Les accords économiques et de coopération internationale (629), parfois en lien avec des voyages officiels, sont également mis en avant. La présence de Français à l’étranger (376) est par ailleurs déclinée selon les événements médiatisés. Les pics de 2010 et 2013 sont liés à la prise d’otages de sept employés d’Areva et Sogea-Satom (filiale du groupe Vinci), dont cinq Français, au Niger.

Figure 1 : Médiatisation de l’entrepreneuriat et de l’entreprise en Afrique, en nombre d’émissions dédiées par an

Alors que le regard porté sur l’entreprise dans les médias se fait encore aujourd’hui majoritairement au travers d’événements porteurs d’une connotation négative, certains thèmes minoritaires positifs se dégagent et prennent de l’ampleur dans les années 2000. Une visibilité médiatique grandissante est accordée aux femmes de pouvoir dans le monde du travail (144 occurrences de femmes d’affaires, cheffes d’entreprise, business women et Nana Benz depuis 1985, dont seulement 17 avant 2000), au commerce équitable (123 occurrences, dont 2 avant 2002), à l’environnement (178 occurrences, dont 7 avant 2002), à l’écologie (64 occurrences dès 2002) et au développement durable (49 occurrences dès 2002).

Les termes employés dans les notices descriptives rédigées par les documentalistes ne sont qu’un indicateur : ils permettent de repérer certaines tendances. Ainsi, le terme « patron » est le plus usité dans notre corpus, sur la durée, avec une fréquence accrue dans les années 2005-2016. Il coexiste avec d’autres appellations : « commerçant », « chef d’entreprise », « marchand », ou encore « PDG » et « fondateur de start-up », plus marginaux (l’emploi du masculin est générique, ici, mais l’entrepreneuriat se décline au féminin, comme nous le montrons ci-après). Mais la qualification d’« entrepreneur » s’étend à partir des années 2000 pour se placer en deuxième position en 2019, derrière « patron ». De manière concomitante, l’enjeu de la « création d’entreprise » en Afrique semble également émerger dans les médias au début des années 2000. Cependant, seul un travail approfondi sur les discours médiatiques permettrait d’appréhender l’évolution de la représentation des acteurs de l’entreprise.

Parallèlement, il est possible de se focaliser sur l’ensemble des émissions mentionnant de manière générale l’entrepreneuriat sans prendre en compte le mot-clé « entreprise ». 727 émissions diffusées entre 1951 et 2020 ressortent alors, avec une évocation de l’entrepreneuriat, d’un entrepreneur ou d’un chef d’entreprise dans des émissions ou sujets consacrés à l’Afrique (fig. 2). On observe ainsi une tendance comparable, avec une médiatisation croissante qui se stabilise globalement vers 2009, en dehors d’un pic médiatique en 2011 sur divers sujets. Ce sous-corpus s’émancipe de la question des prises d’otages relatives aux grandes entreprises pour se concentrer sur différents sujets (par ordre décroissant) : l’entreprise, la politique, l’économie, les femmes dans le monde du travail, la jeunesse, les crises – politiques, économiques – et la société. Arrivent ensuite les questions des guerres, mais aussi des associations, du travail et du développement.

Figure 2 : Médiatisation de l’entrepreneuriat, de l’entrepreneur et du chef d’entreprise en Afrique, en nombre d’émissions avec mentions par an

2. Cartographie de l’entreprise : un panorama sur 48 pays d’Afrique

Dans les 4 101 émissions du corpus, 48 pays africains ont fait l’objet de sujets consacrés à une entreprise ou à l’entrepreneuriat en Afrique (fig. 3). Le premier reportage identifié concerne le Maroc : dans le cadre de l’émission radiophonique « Chronique de l’efficience », diffusée le 12 juillet 1950 sur la Radiodiffusion-télévision française (RTF), le journaliste Victor Simsen s’entretient avec le président de la chambre de commerce et d’industrie de Rabat pour évoquer les petites et moyennes entreprises au Maroc. Le Niger est le pays le plus médiatisé, sous cet angle, avec un total de 918 sujets, tous diffusés entre 1999 et 2019 (fig. 4). Deux pics médiatiques importants (781 sujets) y contribuent fortement, couvrant entre 2010 et 2013 l’enlèvement à Arlit, au Niger, de sept personnes travaillant pour les entreprises Areva et Sogea-Satom (filiale du groupe Vinci), puis leur libération. C’est le Soudan du Sud qui arrive en fin de classement, avec trois sujets seulement. Le documentaire « France dictatures : les liaisons dangereuses », diffusé le 24 octobre 2011 sur Canal+, traite des relations entretenues entre des entreprises françaises et des régimes dictatoriaux, et aborde la position de l’entreprise Total au Soudan du Sud faisant suite à la proclamation de l’indépendance du pays en janvier 2011. Plus récemment, deux sujets diffusés au sein du JT « 20 heures » du 23 février 2020 sur France 2 reviennent sur le parcours de l’entrepreneur et réfugié Sud-Soudanais Lual Mayen. Ce fondateur du studio de jeux vidéo Junub Games aux États-Unis a développé un jeu où le joueur incarne un réfugié. L’impact économique et social de l’industrie des jeux vidéo y est mis en avant.

Figure 3 : Médiatisation de l’entrepreneuriat et de l’entreprise en Afrique par pays, en nombre d’émissions dédiées

Figure 4 : Les vingt pays les plus médiatisés sur l’entrepreneuriat en Afrique, en nombre d’émissions dédiées

3. La place centrale des chaînes à vocation internationale

Depuis 1950, c’est la station radiophonique publique Radio France internationale (RFI) qui a le plus couvert cette thématique (672 sujets, soit 16,4 % de la couverture globale médiatique sur ce thème), suivie de la chaîne télévisée publique France 2 (340 sujets, soit 8,3 %). La chaîne de télévision publique d’information en continu France 24 se place juste derrière (336 sujets, soit 8,2 %). En quatrième et cinquième positions se succèdent la station radiophonique publique France Inter (306 sujets, soit 7,47 %) et la chaîne télévisée privée TF1 (301 sujets, soit 7,35 %). La position de France 24 en troisième place est d’autant plus notable que la chaîne n’est créée qu’en 2006. Sur sa seule période d’existence, France 24 remonte en deuxième position (avec 10,2 % de la couverture globale médiatique sur ce thème entre 2006 et 2020) (fig. 5).

Figure 5 : Médiatisation de l’entrepreneuriat et de l’entreprise en Afrique, en nombre d’émissions dédiées par an sur le top des chaînes couvrant le sujet (Cliquer sur la figure pour l’agrandir)

Sur les chaînes généralistes, ce sont principalement les journaux télévisés et parlés qui traitent de cette thématique. Pour France 2, sur les 340 sujets qui y sont consacrés, 182 sont issus du JT « 20 heures ». En complément des journaux diffusés sur des chaînes nationales majoritairement publiques, des chaînes à destination de téléspectateurs nationaux et internationaux proposent des magazines phares sur la question. Totalisant 115 émissions sur ce thème, c’est le magazine « Afrique plus », diffusé sur RFI depuis 2004, qui couvre le plus ce sujet. Avec l’ambition annoncée de rendre compte de la dimension entrepreneuriale africaine, le journaliste camerounais Alain Foka y dresse le portrait de décideurs et d’acteurs économiques africains engagés pour le développement en Afrique (fig. 6). En matière de réception, il est à noter que les deux chaînes à vocation internationale du groupe France Médias Monde – RFI et France 24 – bénéficient d’une importante croissance de leur audience, avec une augmentation du nombre de foyers couverts à l’international, notamment grâce à l’extension d’accords de diffusion et à la progression de la TNT en Afrique subsaharienne depuis 2015.

Figure 6 : Les quinze principaux magazines télévisés et radiophoniques ayant traité de l’entrepreneuriat en Afrique, en nombre d’émissions dédiées

À partir des années 1990, la multiplication des chaînes télévisées et radiophoniques, et l’arrivée de chaînes thématiques sont venues enrichir l’offre des chaînes généralistes historiques, contribuant à une augmentation de la couverture de l’actualité internationale. RFI est créée en 1975 dans la continuité de radios internationales françaises. Sa captation par l’INA est échantillonnée dans les années 1980-1990 puis est intégrale dès 1999. Plus récente, la chaîne France 24 est collectée par l’INA dès sa première diffusion en 2006. Par la suite, l’arrivée de nouveaux modes de consommation en ligne et la délinéarisation de la diffusion – qui a rendu les émissions consultables de manière isolée en dehors du flux d’une journée de programmes et sur des plateformes multiples – ont également contribué à élargir le public potentiel de ces émissions, reçues en dehors du territoire français.

4. Les femmes et l’entrepreneuriat : l’exemple des Nana Benz, au Togo

« C’est des pointures, les Nana Benz. […] Des meufs qui tiennent le commerce à Lomé, au Togo, et qui circulent en Mercedes. » C’est ainsi que la chanteuse Brigitte Fontaine présentait le phénomène des Nana Benz, dans « Le réveil culturel », sur France Culture, le 11 mars 2019. Le 16 novembre 1982, la première mention des Nana Benz dans les médias semble être une création sonore radiophonique intitulée « Le marché des Nana Benz » dans la collection « Sons : le voyage au Togo » diffusée sur France Culture. Dès 1990, ces femmes d’affaires sont présentées comme des piliers de l’économie togolaise ayant fait fortune dans les années 1970 et 1980 à travers le commerce de pagnes en wax hollandais. À partir de 2008, des reportages sont consacrés à la crise économique du marché du textile qui frappe les Nana Benz, mettant en cause la concurrence asiatique et la dévaluation du franc CFA. Un effondrement économique de la production de pagnes africains au Togo, qui signe la chute de ces figures ayant incarné la réussite sociale et l’émancipation des femmes. Dans la filiation des Nana Benz, on observe une tendance globale à l’augmentation de la médiatisation des cheffes d’entreprise, femmes d’affaires et business women en Afrique à la radio et à la télévision française (fig. 7).

Figure 7 : Médiatisation des cheffes d’entreprise en Afrique, en nombre d’émissions dédiées par an

Autour de la thématique

L’INA a également consacré deux numéros spéciaux de son baromètre thématique à « L’Afrique dans les JT » et La Revue des médias a publié une série d’articles sur « Les télévisions africaines au défi de la TNT ».

 

LE DÉVELOPPEMENT DANS LES MÉDIAS

Cet article a été rédigé dans le cadre de la rubrique « Le développement dans les médias », créée en partenariat avec la Revue internationale des études du développement (RIED) et l’Institut national de l’audiovisuel (INA), qui propose d’illustrer chaque dossier thématique de la RIED, en offrant un aperçu de la médiatisation de divers phénomènes liés au développement, au fil des 20 millions d’heures audiovisuelles qui composent les collections de l’INA.

Créée en 1960, la Revue internationale des études du développement (anciennement Revue Tiers Monde) est une publication scientifique pluridisciplinaire éditée en France, accueillant des travaux originaux – en français, en anglais et en espagnol – qui s’inscrivent dans les débats actuels sur le développement et sont fondés sur des terrains, des données ou des archives explicites. La revue est produite par l’Institut d’études du développement de la Sorbonne (IEDES) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et publiée par les Éditions de la Sorbonne.

Le site www.inatheque.fr propose une présentation complète des collections de l’INA et les informations pratiques concernant leur mise à disposition dans 50 centres de consultation.

Cette rubrique fait l’objet d’une co-publication au sein de la revue, disponible en version imprimée en librairie et sur abonnement, et en version numérique sur la plateforme Cairn.info.

Cet article est publié sous licence Creative Commons CC BY-NC-ND.


Laëtitia Larcher

Chargée de mission en documentation et valorisation pour le dépôt légal à l'Institut national de l'audiovisuel (INA)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search