Les représentations du corps à la télévision : le traitement de l’homosexualité dans les programmes d’actualité (1964-2019)

Article rédigé par Camille Claverie, Mouna El Bouhali, Capucine Milcent, Marie-Sarah Pouyau, Emma Prunel et Alexandra Renard

Introduction

Notre travail s’inscrit dans le programme d’une semaine de Séminaire organisée avec l‘INA thèque pour les étudiants du Master 2 DEFI/CRDM de l’Université Paris Nanterre, du lundi 3 mai au vendredi 7 mai 2021, avec le soutien de l’EUR ArTeC. Le choix de notre groupe portait sur l’analyse des représentations du corps dans un corpus de journaux télévisés, documentaires et reportages. Après une première analyse, nous avons pu observer la récurrence dans le corpus de sujets en lien avec la sexualité. Nous nous sommes donc orientés vers ce grand axe thématique que nous avons affiné pour choisir de ne finalement analyser que le sujet de l’homosexualité et l’évolution de son traitement médiatique depuis 1964.

Corpus et méthodologie

Notre corpus constitué par les documentalistes de l’INA comptait 160 000 notices documentaires (JT, documentaires et reportages) traitant des thématiques en lien avec le « corps ». Pour couvrir la totalité des champs sémantiques afférents, 3 sections du thésaurus de l’INA ont été retenues : corps/biologie, hygiène beauté/dentaire/corporelle et anthropologie. Les termes issus de ces champs apparaissaient soit en titre, en descripteur, descripteur secondaire ou dans le champ résumé des notices documentaires. 

Par la suite, en ne retenant dans ce corpus que les termes  ‘homosexuels’ et ‘homosexualité’, nous l’avons réduit à 4530 notices descriptives de documents. Notre approche méthodologique a combiné analyse quantitative et analyse qualitative

Questions de recherche

Nos questionnements se sont  déclinés comme suit : Comment a évolué la représentation de l’homosexualité à la télévision française ? À quelle période a-t-on vu un pic d’intérêt de la télévision pour ce sujet ? Le traitement médiatique du sujet par les chaînes nationales est-il identique pour chacune et abordé de manière neutre ? Est-ce un sujet tabou ? Y a-t-il une représentation différente des couples homme/homme et des couples femme/femme ?

Analyse quantitative

Figure 1. Nuage de mots réalisé sur Nuagedemot.com

À partir du corpus constitué par les documentalistes de l’INA, nous avons choisi de débuter par une analyse quantitative du sujet pour dégager un état des lieux de la représentation de l’homosexualité dans les programmes d’actualités télévisées de 1964 à 2019.

Nous avons d’abord procédé à une extraction des titres de toutes les notices concernées. Cela nous a permis de produire un premier visuel composé des mots récurrents au sein du corpus de notices. La taille des mots est proportionnelle au nombre de fois où le terme apparait dans le champ titre des notices. Les mots ‘homosexuel’ (singulier et pluriel), ‘mariage’, ‘gay’, ‘homophobie’ et ‘SIDA’ sont les plus visibles.

 

 

L’analyse de l’évolution temporelle du corpus montre que la télévision s’est surtout faite l’écho de sujets d’actualités liées à la thématique, cela est traduit par des pics d’informations mesurés par la répartition des notices au sein de notre corpus.

Ainsi, en 1980, on note une augmentation sensible du nombre de notices sur le sujet de l’homosexualité. Ce pic est lié à la maladie du SIDA (Syndrome d’Immunodéficience Acquise). Le traitement médiatique du SIDA a mis en avant les homosexuels et particulièrement les hommes, l’écho médiatique autour de la maladie concernant essentiellement les homosexuels, les drogués et les populations haïtiennes.

Par la suite, le nombre de notices documentaires d’information télévisée sur le sujet de l’homosexualité marque une baisse avant l’apparition des sujets liés aux PACS et aux différentes manifestations de soutien ou d’opposition à ces causes (Gay Pride et manifestations des opposants).

L’année 2004 est marquée par le premier mariage homosexuel célébré par Noël Mamère à Bègles. Cet événement met en lumière la thématique du mariage entre homosexuels et suscite ensuite de nombreux débats de société. Dans le graphique le pic le plus important apparait en 2013. Il est effectivement lié à la légalisation du mariage pour les couples homosexuels.

France 3(France 3, FR3 1004
France 2 (France 2, Antenne 2) 1000
TF1 722
ARTE 535
Canal + 501
M6 466
France 5 (la cinquième, France 5 et la 5) 294
1ère chaine 6
BBC 1 3
2ème chaîne 1

 

 

Distribution par chaînes des notices du corpus « homosexualité »

 

En prenant en considération la distribution par chaînes des notices issues de notre corpus, nous avons constaté que France 3 et France 2  abordait plus fréquemment le sujet de l’homosexualité devant TF1 qui diffusait  également moins de documentaires/reportages sur ce sujet.  Au delà, les chaînes France 2 et France 3 restent mobilisées sur le sujet, ces deux chaines publiques ont en effet réalisé un grand nombre de longs formats sur l’homosexualité. Le graphique met en lumière la corrélation des pics de notices sur le sujet et les événements d’actualité afférents. Les chaînes publiques France 3 et France 2 ont le plus traité le sujet de l’homosexualité tandis que la représentation du sujet dans les programmes d’actualité de TF1 et M6 dessine une courbe beaucoup moins marquée.

Nous considérons dans le tableau ci-dessous la citation des pays dans les notices de notre corpus portant sur le traitement de l’homosexualité dans les JT, documentaires et reportages 

 
France 97
Etats-Unis 84
Grande-Bretagne 35
Russie 28
Vatican 28

La France est évidemment le premier pays avec 97 citations, tandis que les États-Unis se classent deuxième à ce palmarès avec des notices qui renvoient aux manifestations de soutien (Gay Pride, élection miss gay, défense des droits, etc.).

À partir de 1981, le SIDA est en effet un sujet d’actualité majeur aux États-Unis. Pendant plusieurs années, les informations évoquent des morts, les possibles causes de la maladie  et la recherche d’un traitement, les medias français s’en font l’écho.

En Grande-Bretagne, le traitement médiatique tel qu’il est restitué par les chaînes françaises s’attache aux droits des homosexuels (mariage et adoption), aux manifestations de soutien et aux faits divers.

Quand les medias français évoquent la Russie pour les sujets liés à l’homosexualité , ils renvoient aux différentes manifestations (durant les JO de Moscou ou encore les Gay Pride). Les journaux télévisés parlent également de la répression en Russie à l’égard des personnes homosexuelles.

Le Vatican apparaît aussi dans ce corpus en écho aux déclarations de l’autorité catholique opposée aux droits des homosexuels.

Si l’on considère les mots les plus utilisés dans les notices, la thématique du mariage est celle qui est la plus fréquemment traitée. Même avant le 2013, cette thématique est dominante et renvoie à la situation dans d’autres pays du monde et au mariage célébré par Noël Mamère en 2004.

Analyse qualitative 

Traitement médiatique de l’homosexualité de 1964 à 2019

Pour l’analyse qualitative, nous avons axé notre première problématique de recherche sur le traitement médiatique de l’homosexualité en fonction des époques. L’objectif était d’étudier la manière dont l’homosexualité est représentée dans les médias, la manière dont la population en parle et l’appropriation politique du sujet au fil des époques. Cette approche nous a semblé convenir pour restituer  l’état de l’opinion à des moments charnières des luttes homosexuelles tels que nous les avons identifiés au travers de l’analyse quantitative. Pour cela, nous avons procédé à un découpage temporel en 4 périodes : 1964-1980, 1980-2000, 2000-2010 et 2010-2019

  • 1964-1980 : un sujet tabou

Pour la période 1964-1980, seulement une trentaine de reportages ou émissions, toutes chaînes nationales confondues, parlent d’homosexualité. Au départ le sujet est abordé timidement, souvent en lien avec l’art, au cinéma notamment, mais pas sous l’éclairage de l’orientation sexuelle. Dans les années 1970, le sujet est évoqué dans certaines émissions à des heures de diffusion tardive, aux alentours de minuit. Philippe Bouvard justifie d’ailleurs ces horaires en 1977 en soulignant que le sujet ne convient pas à tous les publics. Les termes employés dans ces émissions sont violents et péjoratifs, reflet de l’ignorance et de la méfiance de la société à l’époque. On peut, par exemple, entendre les mots « monstres », « vice », « pêché », « sales» ou encore « maladie ». Au niveau des titres des reportages sur cette période, on retrouve les expressions « folie », « mœurs », ou « amitiés », ce dernier mot illustre bien la réticence à parler d’amour ou de couple. Les questions des journalistes reflètent également très bien l’opinion de l’époque : on demande à des homosexuels s’ils vivent normalement, s’ils ont toujours été « comme ça » ou encore s’ils ne pourraient pas tendre vers l’hétérosexualité malgré tout. L’homosexualité n’est pas traitée comme un sujet à part entière, mais systématiquement mise en opposition avec l’hétérosexualité, et abordée comme un problème ou un phénomène.

  • 1980-2000 : SIDA, débats et PACS

À partir des années 1980, la parole commence à se libérer. On peut, par exemple, entendre dans une émission du 4 septembre 1984, diffusée sur Antenne 2, que l’homosexualité n’est plus vraiment un sujet tabou. Pourtant dans cette même émission, le présentateur lance le débat en parlant du « problème de l’homosexualité ». Parmi les invités, des homosexuels, hommes et femmes, mais aussi des psychiatres. On retrouve les mots employés pendant la décennie précédente comme «   maladie », « infirmité », « vice », « perversité » et aussi des témoignages très violents « C’est dégoûtant, ces gens-là ne méritent pas de vivre ». À cette période, l’homosexualité est un sujet au cœur des médias suite à l’arrivée de l’épidémie de SIDA en France. « SIDA » est d’ailleurs le mot le plus employé entre 1983 et 1994 dans les titres des notices parlant de l’homosexualité.

La fin des années 1990 est marquée par un événement majeur qui amorce une appropriation politique des débats liés à l’homosexualité : le PActe Civil de Solidarité, plus connu sous le nom de PACS. Lorsque l’on parle de PACS à la télévision française nationale dans les années 1998-1999, on parle essentiellement de « débats houleux » pour ne pas dire de confrontations brutales voire violentes. La principale critique faite au PACS étant qu’il dénaturerait le mariage et de fait, les valeurs de la famille. La gauche comme la droite (majoritairement anti-PACS) sont, plus que jamais, divisées sur ce sujet. Ainsi, en 1998, on pouvait entendre à l’antenne de France 3, le maire UDF de Felletin dans la Creuse s’inquiéter de la possibilité pour les couples homosexuels d’avoir recours au PACS : « Ce qui nous dérange, c’est qu’il y est assimilation entre le mariage laïque républicain, destiné à fonder une famille et les unions homosexuelles ». Toujours à l’antenne de France 3, le député MPF, Philippe de Villiers s’exclamait « Votre innovation du PACS, c’est un retour à la barbarie ». Au 20h de France 2, la présentatrice parle de « révolution sociale », destinée « aux couples vivant dans une union libre, ainsi qu’aux homosexuels ». À cette époque, quand on évoque le PACS, le rapprochement entre homosexualité et la notion de couple libre, socialement acceptée depuis de nombreuses années pour les couples  hétérosexuels, n’est que très rarement formulé sur les chaines nationales. C’est encore révélateur de la mentalité d’une époque où l’homosexualité n’est toujours pas considérée comme une orientation sexuelle mais encore comme un comportement déviant.

En 1999, les manifestations en opposition à cette nouvelle loi sont nombreuses à Paris, France 3 consacre une partie de son JT à l’une de ces manifestations qui rassemble près de 200.000 opposants au PACS. Les arguments des opposants sont multiples : « On ne veut pas qu’il y ait de PD, on ne peut pas construire une famille quand il y a deux PD qui sont ensemble, c’est pas possible ! ». De manière générale, la parole est largement donnée à la droite dans ce débat autour du PACS.

Au cours de ces deux décennies, les discours sur l’homosexualité se sont progressivement et de manière générale banalisés et les médias abordent moins le sujet, s’ils le font c’est à des heures de grande écoute et sans censure. Les propos homophobes et messages de haine subsistent néanmoins.

  • 2000-2010 : premier mariage homosexuel, controverse et retard face aux pays européens voisins

Archives INA – juin 2004

Le sujet de l’homosexualité dans les médias connaît un nouveau tournant au début des années 2000. À partir de mars 2004, les reportages dans les journaux télévisés (13h et 20h) des grandes chaînes TF1, France 2, France 3 ou M6 se multiplient. La raison de ces reportages nombreux : la célébration d’un mariage homosexuel annoncé par le maire de Bègles, Noël Mamère. Jusqu’en juin 2004, date du mariage, les médias multiplient les reportages sur ce sujet. On parle beaucoup du « premier mariage homosexuel », quelle que soit la chaîne. Les années 2000 marquent également une importante utilisation du mot « gay », presque autant utilisé dans les médias que « homosexuel ». Ce mariage suscite beaucoup de réactions dans la société, elles sont mises en lumière dans certains journaux télévisés. Au 13h de France 2, le 25 mai 2004, quelques jours avant la célébration du mariage, on peut entendre des passants dire que « c’est une honte d’avoir deux types qui vivent ensemble et se marient » ou encore « le mariage homosexuel ça me choque, qu’ils vivent ensemble c’est leur affaire, mais un mariage, non ». Autre aspect très médiatisé, les nombreux mails et lettres envoyés au Maire de Bègles, contenant des propos homophobes, des insultes ou des menaces de mort. L’événement est traité presque comme une actualité « people » sans parler du sujet de fond et d’une éventuelle avancée sociétale. En revanche, on remarque que la justice est au cœur de l’affaire, on retrouve dans presque chaque reportage, des personnalités, pour ou contre ce mariage, utilisant les textes de loi comme argument incontestable, les mots « tribunaux », « loi », « procureur » sont également très employés. Le jour du mariage, 5 juin 2004, toutes les chaînes sont présentes pour relayer l’événement. Les sujets diffusés à cette occasion donnent la parole à des opposants à ce mariage, par exemple, le politique Philippe de Villiers qui s’exprime lors de l’édition nationale du 19/20 de France 3 : « La liberté oui, la chienlit non »

Après cet évènement et jusqu’au début des années 2010, on observe une nette diminution des sujets sur l’homosexualité à la télévision française. Hormis l’annuelle Gay Pride à l’occasion de laquelle les médias donnent la parole à la communauté homosexuelle, peu de sujets sont diffusés. Les médias traitent surtout de l’homosexualité à l’étranger : en Belgique, en Espagne, en Angleterre et dans certains états des États-Unis. Dans ces reportages, sont mis en avant les avancées des autres pays, notamment les pays européens par rapport à la France, on entend ainsi au 13h de France 3 en octobre 2005 le mot « espoir » ou au 20h de France 2 en février 2006 que « la société française est prête » ou encore au 20h de TF1 en juin 2006 « qu’il est peut-être temps de se jeter à l’eau » en comparant la législation de nos voisins européens. De manière générale, les sujets sur l’homosexualité sont très politisés dans les médias. Chaque actualité, notamment la Gay Pride annuelle, se focalise en premier lieu sur les personnalités politiques présentes ou sur leurs déclarations puis dans un second temps, la parole est donnée aux homosexuels et à leurs revendications.

  • 2010-2019 : mariage pour tous, manifestations, homoparentalité et adoption

Le début des années 2010 est marqué par la libération progressive de la parole sur le sujet, notamment dans le domaine du sport. Le tabou persiste malgré tout : « La norme est l’hétérosexualité ». Le sujet le plus médiatisé reste la question du mariage, descripteur le plus utilisé dans les notices documentaires des sujets sur l’homosexualité diffusés de 2004 à 2014 sur les chaînes nationales. « Contre » est en 2013, le deuxième mot le plus utilisé dans les titres et résumés des notices documentaires.

Nuage de mots à partir des titres de notices extraites pour l’année 2013

Cette thématique est au cœur de tous les médias, notamment à partir de 2011, lors des campagnes électorales puis en 2012, année de l’élection présidentielle. Les discussions autour du « mariage pour tous » s’accompagnent d’une recrudescence d’homophobie et d’agressions homophobes. Les médias traitent et diffusent majoritairement les images et témoignages des anti-mariage pour tous, notamment lors des manifestations. Si toutes les chaînes ne traitent pas le sujet à quantité égale, comme vu dans la partie précédente, le ton employé est plutôt identique. Ce qui ressort le plus de ces reportages est la violence des affrontements entre pro et anti mariage : « opposition violente », « radicalisation des manifestants » ou encore « menaces de mort ». Une fois la loi mariage pour tous adoptée, les médias se focalisent sur l’aspect politique : les divergences d’opinions au sein de la droite sur le sujet dominent concernant les évolutions sociétales et les avancées légales. Depuis la loi mariage pour tous, on a pu observer une importante baisse du traitement médiatique au niveau quantitatif. Les sujets principaux mais faiblement abordés sont ceux liés à la PMA, la GPA et à l’adoption. Comme au début des années 2000, les sujets comparent de manière récurrente la législation française et celle des autres pays européens. La parole est très souvent donnée aux opposants.

La différence hommes/femmes dans le traitement médiatique de la communauté homosexuelle

Au fil de l’analyse du corpus, une seconde thématique s’est peu à peu dégagée. Nous avons constaté qu’un fossé se creusait nettement entre le traitement médiatique des couples gays et celui des couples lesbiens. Nous soulignons ici que, si la communauté homosexuelle a lutté pour l’obtention de droits identiques à ceux des couples hétérosexuels, une différence demeure concernat le traitement médiatique des couples homosexuels selon qu’ils sont des couples de femmes ou d’hommes .

Sur une période de 1983 à 2019, la question des droits est traitée de manière différente en fonction des genres.

Ainsi, dès le début des années 1980, les médias français vont évoquer l’apparition d’une nouvelle maladie sexuellement transmissible (MST), le virus du SIDA, en l’associant seulement à la communauté homosexuelle masculine. C’est en seulement 1982, soit deux ans plus tard, que les scientifiques vont élargir les effets et portées du virus. Ce n’est plus seulement une MST mais également, une maladie qui peut se transmettre par voies sanguines, notamment lors de transfusions. la maladie restera pourtant longtemps associée à la communauté homosexuelle.

En effet, suite à l’apparition du virus, le gouvernement français interdit dès 1983 le don de sang pour les homosexuels. Les lesbiennes ne sont pas concernées par cette mesure, exclues de toutes « relations sexuelles à risques ». Il faudra attendre 2015, date clé pour les collectifs de lutte contre le SIDA, pour que l’interdiction soit levée – sous certaines conditions pour les hommes. La décision qui avait été soutenues par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, dans un contexte d’importante pénurie de sang dans les hôpitaux en France.

Source : PHILIPPE HUGUEN / AFP

Un autre événement marquant creuse la différence entre le traitement médiatique des couples de même sexe, selon qu’ils sont masculins ou féminins, celui de la reconnaissance d’union civile. Ainsi, jusqu’en 1999, les couples de même sexe n’étaient pas officiellement reconnus comme des couples officiellement unis. La France instaure par la loi du 15 novembre 1999, le pacte civil de solidarité (PACS) – soit la reconnaissance officielle de l’union civile entre deux personnes de même sexe ou de sexe opposé – reconnaissant ainsi les couples homosexuels au regard de la loi. En France, le premier PACS entre deux personnes de même sexe a suscité un engouement médiatique puisqu’il s’agissait de la première union légale entre deux hommes. Une image forte qui va principalement véhiculer l’idée d’une union possible plutôt entre deux hommes,  grâce au PACS à partir des années 1990 ou par le mariage dès 2013.

Le traitement médiatique est en effet très fortement polarisé sur les couples homosexuels hommes et les lesbiennes ne sont que très rarement évoquées dans les sujets en lien avec l’union civile. Au delà de ce constat, nous avançons que la représentation médiatique de la lutte des droits homosexuels en France renvoie à question de l’union et du rôle d’époux pour les couples masculins, tandis que les lesbiennes seront plutôt concernées par la procréation et la maternité.

Cette disparité de traitement entre les couples homosexuels suivant leur genre, se creuse principalement en 2013, suite à l’élection de François Hollande à la Présidence de la République.  Dès sa première année de mandat, le Président focalise son programme autour du mariage homosexuel – plus communément appelé « mariage pour tous » – et de l’adoption homoparentale. Le premier mariage homosexuel officiel est célébré le 29 mai 2013 à la mairie de Montpellier. Il s’agit de l’union civile du premier couple homosexuel pacsé en France, en 1999, ayant également eu recours au mariage homosexuel en Belgique, quelques années auparavant. On se souvient qu’avant la promulgation de la loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe, la première union homosexuelle officiellement célébré par Noël Mamère à la mairie de Bègles en 2004 concernait auss un couple homosexuel masculin. La représentation médiatique du mariage homosexuel est de fait essentiellement masculine, autant que celle que véhiculent les médias pour le PACS.

Manifestation en faveur de la PMA pour toutes , 15/06/2013 à Lyon. Source : AFP / Philippe Desmazes

À titre de comparaison, la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour les couples de même sexe concerne principalement les femmes, qu’elles soient célibataires ou en couple avec une personne de même sexe. Par le vote récent de la loi bioéthique au Parlement, le recours légal à la PMA est aujourd’hui autorisé pour les couples de femmes. En effet, si, et seulement si depuis 2013, les lesbiennes peuvent adopter les enfants issus de la PMA – à l’étranger – elles ne pouvaient pas y avoir recours sur le territoire français. À l’aune de ces avancées législatives, la question de  la gestation pour autrui (GPA) pour les couples masculins reste ouverte.Notre constat sur la différence de traitement médiatique entre hommes et femmes issus de la communauté homosexuelle reste  frappant. Nous remarquons par ailleurs un fossé considérable entre la représentation médiatique des homosexuels et leurs luttes pour l’égalité de droits. Les avancées sociétales et legislatives se polarisent dans des traitements médiatiques qui concernent les unions civiles pour les hommes et la procréation pour les femmes . Deux représentations antagonistes qui, finalement, reproduisent des schémas de société séculaires.

Conclusion

Les recherches conduites dans le cadre de l’analyse des données issues des fonds de l’INA ont mis en avant l’évolution des traitements médiatiques et celle de la neutralité des médias et des journalistes à l’égard d’un sujet de société central. Dans les premières années où l’homosexualité est abordée à la télévision, les journalistes donnent leur avis et le plus souvent celui-ci est péjoratif. Au fil des années, le sujet est de plus en plus abordé et de manière de plus en plus objective tandis que la communauté LGBT se bat pour accéder aux mêmes droits que les couples hétérosexuels. Il nous a cependant semblé qu’une distinction s’opère pour la représentation médiatique des couples homosexuels selon qu’ils ont hommes ou femmes.

Sitographie

https://www.ina.fr//

https://www.franceculture.fr/droit-justice/la-lente-avancees-des-droits-pour-les-homo sexuels-en-france

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search