Vaccins : On prend les mêmes et on recommence ?

Article rédigé par Fabrizio Defilippi, Hugo Gaillard, Olivier Ghezal, Mahdi Lounis, Justine Vaillant et Andreas Verner

Dans le cadre du séminaire ” Explorations numériques des archives de l’INA “, nous avons eu l’opportunité d’étudier l’épineuse question des vaccins et de leur médiatisation, à travers deux corpus de notices extraites des bases de données de l’INA ainsi qu’une exploration des archives vidéo à l’INA thèque. Dans cet article, nous présentons les questions de recherche soulevées, la méthodologie employée ainsi que les résultats obtenus.

Vaccins : un thème historiquement fort et résolument inscrit dans l’actualité

La crise sanitaire que nous traversons a profondément bouleversé nos habitudes. Confrontés à des restrictions de liberté, nous avons été contraints de nous adapter et de repenser nos lieux et modalités d’échange et de réflexion. En toute logique, la question du vaccin – et des différents enjeux qu’elle soulève – a refait surface, aussi bien dans nos espaces privés que publics. C’est dans ce contexte particulier que nous avons choisi de nous intéresser à médiatisation de la question vaccinale au travers de différents traitements que exposerons ci-dessous.

Mettre en valeur la richesse des corpus de l’INA

Dans un premier temps, nous avons pris connaissance du corpus constitué par les documentalistes de l’INA, et procédé à une exploration des données, en essayant d’identifier les catégories les plus utiles et intéressantes pour notre analyse. Le corpus dans son ensemble était constitué de 23 000 notices contenant le mot « vaccin* » (donc vaccin, vaccination, vaccinal, vacciné etc.). Nous avons choisi de travailler principalement sur le corpus de la télévision nationale en faisant l’hypothèse que la communication autour des vaccins et des campagnes vaccinales serait privilégiée par les grandes chaînes  de la télévision nationale. 

Le corpus de la télévision nationale était constitué de 9 966 notices sur un intervelle de temps compris entre le 16/01/1942 et le 28/03/2021. Nous avons observé la distribution temporelle des notices du corpus (nombre de notices par an) et avons identifié deux pics qui correspondent à la médiatisation de la grippe A (H1N1) en 2009 (1 098 notices) et du coronavirus en 2020-21 (3 297 notices). De plus, nous avons observé que la majorité des notices à disposition se concentre sur la période 1985- 2021 (9 303 notices).


Distribution temporelle des notices du corpus “vaccins” dans la base INA de télévision nationale


Ensuite, en poursuivant l’exploration du corpus, nous avons procédé à une analyse lexicale pour faire émerger les questions et thématiques les plus représentées, ainsi que les maladies et les virus les plus mentionnés. Nous avons donc réalisé un nuage de mots à partir des titres et résumés des notices. Cela nous a permis de faire ressortir les maladies les plus citées. En ordre décroissant du nombre de fois où elles sont citées, les maladies associées à la médiatisation de la question d’un vaccin sont : Covid/coronavirus, Grippe A (H1N1) Sida, Aviaire, Rage, Méningite, Cancer, Rougeole, Hépatite, Tuberculose, Poliomyélite, Choléra. L’analyse des occurrences textuelles dans les titres et dans les résumés nous a aussi permis de faire émerger la centralité de certains groupes sociaux très présents dans le corpus, notamment les médecins (médecin/docteurs/professeur) et les enfants. Nous avons donc décidé de mettre ces deux catégories au centre de notre travail. 

Hypothèse : si les formes de médiatisation des enjeux de santé publique liés à la vaccination à évolué pour devenir plus “politiquement correctes”, le fond reste le même au fil du temps et implique une responsabilisation, voire une culpabilisation du citoyen et plus spécifiquement des publics jeunes (enfants, adolescents).

Dans un deuxième temps, après ce travail préliminaire sur les données, nous avons consulté le site en ligne de l’INA (ina.fr) pour visionner les documents accessibles à partir d’une requête avec le mot-clé « vaccin » qui a abouti à un lot résultat de 166 vidéos, 31 documents audios et 58 pubs. Cela nous a permis de commencer à formuler des questions pour une analyse qualitative. Nous nous sommes répartis le visionnage des documents par catégorie et date. Ce visionnage a fait émerger des questionnements autour des campagnes vaccinales et des publicités pour les vaccins. Nous avons aussi décidé d’explorer un autre corpus de données issues des collections de l’INA  et consacré aux videos de “campagnes de santé publique”  diffusées par les chaînes de télévision (4 707 notices issues des bases de données de TV nationale, régionale, satellite et publicités). Nous avons ensuite exclu les notices qui ne concernaient pas les vaccins (par exemple les campagnes liées à la consommation d’alcool, de tabac, à la sécurité routière etc.) et obtenu un sous-corpus de 378 notices. Cela nous a permis une vision d’ensemble plus globale, en élargissant le premier corpus composé essentiellement de sujets du journal télévisé à un deuxième corpus de campagnes de santé publique et de publicités. Une fois des grands axes de recherche déterminés, nous avons affiné notre analyse durant toute la troisième journée du séminaire. Enfin, lors d’une ultime journée de visionnage à l’INA thèque nous avons approfondi les sujets déjà identifiés dans les deux corpus et mis en avant des exemples pertinents.

Vaccination : de la place des acteurs aux leviers d’incitation

Nous avons identifié deux questionnements majeurs à partir de l’investigation des corpus. De ces interrogations, nous avons dégagé plusieurs questions de recherche qui ont abouti à la formulation d’hypothèses. Ces hypothèses ne sont pas exhaustives et n’excluent pas l’émergence de nouvelles interrogations au cours de l’analyse qualitative :

  • Quelle place pour les médecins sur les plateaux de télévision ?

Hypothèse : la figure de l’expert médical fait office d’argument d’autorité, à la fois prescripteur et garant du savoir médical.

  • Quelles évolutions sur les leviers utilisés pour inciter à la vaccination ?

Hypothèse : si la forme du message à évolué pour devenir plus “politiquement correcte”, le fond reste le même et implique une responsabilisation, voire une culpabilisation du citoyen et plus spécifiquement des publics jeunes (enfants, adolescents).

  • Quelle place pour les enfants dans le journal télévisé ?

Hypothèse : dans l’information TV nationale, la place occupée par le sujet de la vaccination des enfants est plus important en 2009 qu’en 2020, en raison de la nature du virus.

  • Quelles représentations pour les enfants dans les campagnes de santé publique liées à la vaccination ?

Hypothèse : l’enfant est utilisé comme représentation de l’innocence et dépendant des adultes pour sa sécurité vaccinale. Le message s’adresse aux parents : les enfants sont utilisés comme leviers d’empathie pour impulser l’action des parents.

  • Quelle mobilisation des personnalités publiques dans les campagnes de santé publiques liées à la vaccination ?

Hypothèse : le recours à des influenceurs n’est pas nouveau : la stratégie de mobilisation d’icônes culturelles pour inciter la population à se faire vacciner est ancien. On joue sur un biais psychologique nommé “effet de halo” en tentant de transférer la relation de confiance de la population avec ses icônes culturelles vers celle qu’elle entretient avec le vaccin.

Une médiatisation de la stratégie vaccinale peu évolutive

Interview d’un professeur sur l’utilité des vaccins, 09/04/1962

Les différents résultats auxquels nous avons abouti à partir de l’analyse des corpus nous permettent de constater que la médiatisation de la stratégie vaccinale n’a pas connu d’évolution majeure depuis 1960. 

Autorité et blouses blanches

Le visionnage des sujets révèle la présence systématique de médecins, docteurs ou professeurs. Ils sont présents sur les plateaux ou interviewés dans leur cabinet, manifestement sollicités pour appuyer et soutenir les campagnes de vaccination. Des années 60 avec la poliomyélite, en passant par 2009 avec la grippe H1N1 et jusqu’à la période actuelle avec le Covid-19, les médecins interviennent pour conforter l’action publique et rallier l’opinion aux enjeux des campagnes vaccinales. Le médecin en blouse blanche est une véritable figure d’autorité et de légitimité : l’exactitude et la précision de son discours témoignent de ses compétences et expertise et incitent à suivre son avis.

Peur et culpabilité : les maîtres mots de l’incitation

Dans l’ensemble du corpus, les champs lexicaux de la peur et de la culpabilisation sont très présents et se manifestent par des allusions très directes à la mort et à la responsabilité individuelle. Ainsi, dans la partie du corpus qui rassemblait les programmes radios sur le sujet des vaccins, nous avons remarqué une incitation systématique en fin d’émission pour les sujets consacrés à la vaccination contre la poliomyélite. Même constat pour les publicités contre la grippe saisonnière : un parallèle existe clairement entre les spots des années 1960 et les campagnes actuelles de prévention contre le Covid-19. On y retrouve le même axe commun : enfants et jeunes sont tenus pour responsables de la propagation de la maladie ou du décès de leurs proches âgés. Une différence notable se situe dans le ton, beaucoup plus direct dans les années 90 : on n’hésite pas à dire au petit Benjamin que son grand- père ne viendra pas le voir car il est mort de la grippe. Dans les spots récents, ce sous-texte de culpabilité est imagé plutôt que verbalisé.

Vaccins infantiles : de la recommandation à l’obligation

Dans les sujets de journaux télévisés consacrés au vaccin, les enfants sont mis en scène dans des vaccinations massives à l’école, pour la poliomyélite ou plus récemment pour la grippe H1N1. On insiste sur le caractère nécessaire et vital de la vaccination : les parents y répondent favorablement. Pendant des années, les vaccins étaient recommandés et non obligatoires bien que la vaccination infantile par les médecins soit devenue systématique.

Différents scandales et polémiques autour de vaccins ont durablement installé la méfiance des publics à leur égard. En effet, en France, une défiance notable s’illustre notamment par une baisse de la couverture vaccinale chez les plus petits, allant jusqu’à entraîner la résurgence de maladies dites disparues. Au fil des années, les reportages sur la vaccination infantile ont mis en lumière la méfiance des parents allant jusqu’au refus de la vaccination. En contrepoint, des rappels de l’efficacité et sûreté des vaccins sont étayés par des statistiques ou interventions de médecins. Rappelons que suite à la proposition d’Agnès Buzyn, alors ministre des Solidarités et de la Santé d’étendre l’obligation vaccinale à 8 vaccins supplémentaires, jusqu’alors recommandés pour la petite enfance, la  loi du 30 décembre 2017 rend donc 11 vaccins obligatoires pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018.

Campagne vaccination contre les maladies infantiles 01/05/1990

Campagne vaccination ROR  09/03/2005

Dans notre corpus, les maladies principalement concernées par les campagnes de santé publique infantile sont le trio ROR : rougeole, oreillons et rubéole. Le registre de l’empathie est utilisé pour inciter les parents à vacciner leurs enfants contre ces maladies : des jeux d’enfants sont mis en scène, des musiques enfantines murmurées en arrière-plan sonore. La représentation de la maladie s’incarne de manière détournée,  sans jamais figurer aucun enfant malade, ainsi par exemple comme dans l’illustration ci-dessus où un adorable lionceau traduit le danger menaçant de la maladie.

Icônes culturelles : influenceurs d’antan ?

Grippe, faites-vous vacciner ; Michel Galabru 1997, 25/09/1997

Si la représentation de la relation de confiance entre le public et les figures d’autorité est plutôt impersonnelle, il n’en est rien pour ce qui relève du rapport aux célébrités. Des icônes ont ainsi été souvent sollicitées pour apparaître dans les campagnes de prévention et vaccination. En effet, la notoriété de ces figures médiatiques créé de fait un lien étroit avec les publics. Ainsi, à la fin des années 90, appartenant lui-même à la tranche d’âge concernée par la campagne de prévention contre la grippe, l’acteur Michel Galabru est apparu dans plusieurs spots. Il affirme s’être fait vacciner et incite à faire de même. La présence de “stars” dans les campagnes de vaccination installe un registre d’exemplarité et de modèle à suivre. Aujourd’hui, cette stratégie est reprise, le gouvernement ayant fait appel à des personnalités pour la campagne de vaccination contre le Covid-1

Vaccins : la représentation du genre induit-elle une vision sexiste ?

Un sous-texte pour le moins inattendu est également apparu au visionnage du corpus des publicités en lien avec la grippe : les publicités des années 90 du laboratoire commercialisant le vaccin Vaxigrip mettent en effet en scène des hommes blancs de plus de 50 ans, chefs d’entreprises ou occupant des postes à hautes responsabilités (patron d’une entreprise de plus de 150 personnes, ingénieur d’un des plus grands chantiers d’Europe). Le texte parlé indique clairement que l’importance (sur le plan économique) et la position sociale de la personne conditionnent le fait qu’elle ne peut se permettre d’attraper la grippe. Un angle pour le moins surprenant et sexiste, sachant que le virus de la grippe atteint davantage les personnes socialement défavorisées et/ou âgées mais sans condition de genre.

Il aurait été ainsi intéressant d’analyser ce corpus sous l’angle du genre : les politiques de santé publique prenant rarement en compte, ou de façon erronée, les spécificités du corps féminin.  Ainsi, le vaccin Gardasil contre le cancer du col de l’utérus n’était au départ recommandé qu’aux jeunes filles, alors même que les garçons – sans développer la maladie – peuvent la transmettre. Il est aujourd’hui conseillé aux filles comme aux garçons.

Le mot de la fin

Enquête, qui sont les anti-vaccins, 09/09/2017

Au fil de nos recherches, nous avons été confrontés à plusieurs pistes de réflexions et axes de recherche, parmi lesquels la question du genre évoquée plus haut et celle du discours complotiste. En effet, nous avons identifié dans le corpus  de nombreux documents faisant état d’une tendance à considérer la vaccination comme vecteur d’autres maladies, alertant sur l’implantation de composants technologiques (puces, puis 5G) ou encore sur la relation de l’Etat aux grands groupes pharmaceutiques (qui laisserait supposer que le vaccin est avant tout une affaire économique). Cependant, nous n’avons pas approfondi ces pistes  pour lesquelles le corpus pouvait être lacunaire,  la contrainte de temps  limitant par ailleurs l’éventail des problématiques pouvant être analysées. Elles restent néanmoins pertinentes et pourraient faire l’objet d’une étude plus ciblée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ministère de la santé : lutte contre maladie infantile vaccination, 01/05/1990

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search