La mémoire du Festival Mondial des Arts Nègres (FMAN) dans le fonds OCORA de l’INA

Billet rédigé par Delphine André, documentaliste à l’INA

Dans le cadre du Labex « Les Passés dans le Présent » (Labex PasP), programme de recherche interdisciplinaire en sciences humaines et sociales portant sur la présence du passé dans les sociétés contemporaines, l’INAassocié à des institutions patrimoniales et scientifiques sénégalaises et européennes (voir détail ici), participe aux travaux du projet de recherche FMAN (Festival mondial des arts nègres, Dakar 1966).
Ce projet  vise à décrire et à documenter les archives papiers et audiovisuelles du premier festival mondial des arts nègres organisé à Dakar en 1966. Les archives institutionnelles de ce festival sont dispersées en Europe (France et Suisse) et au Sénégal. L’enjeu et l’ambition sont de cartographier ces fonds patrimoniaux, de les contextualiser, de les décrire et de les rendre accessibles à tous.

Du 1er au 24 avril 1966, le premier Festival mondial des arts nègres est en effet organisé à Dakar par l’État sénégalais et la Société africaine de culture, réseau international structuré autour de la revue Présence africaine. L’événement est sans précédent dans l’histoire culturelle du continent africain et se veut l’expression et le vecteur d’une société nouvelle confrontée aux promesses des indépendances africaines. La programmation de cette première édition s’articule en différents volets : un colloque, une programmation cinéma, une programmation de spectacles vivants, une exposition d’art africain ancien, une exposition d’art africain contemporain, un village d’artisanat, une remise de prix (art, littérature, musique, cinéma).

La trace et la mémoire de certaines de ces productions sont conservées à l’INA dans le fonds OCORA. Ce fonds recense près de 8000 documents, 231 d’entre eux se rapportent au festival FMAN.

Pour rappel, en 1962, la société Ocora (Office français de Coopération Radiophonique) succède à la Société de Radiodiffusion de la France d’Outre-Mer (SORAFOM). Cette première structure créée en 1955, à l’initiative de Pierre Schaeffer, alors ingénieur à la RTF, vise à développer la formation des journalistes africains, la création de radios locales africaines et la production de programmes originaux. À partir de 1960, alors que les pays d’Afrique sous domination française accèdent à l’indépendance, l’activité de la SORAFOM se poursuit. Le 14 avril 1962, la société  prend le nom d’Office de coopération radiophonique (OCORA).

En 1966, l’OCORA couvre le festival ainsi que sa préparation et produit une série de reportages, interviews et captations partielles ou intégrales de l’événement soit au total environ 60h d’enregistrements. Ces documents sont conservés par l’INA et désormais regroupés sous la collection « Festival mondial des arts nègres ». Ils sont accessibles pour des exploitations scientifiques ou professionnellesLeur liste au format tableur est téléchargeable ici.

***

Edit du 20 septembre 2021 :

Du 22 au 25 septembre 2021, se tiendra au musée du quai Branly – Jacques Chirac l’événement  Replay ! Dakar 66.

Dédié aux archives audiovisuelles du Festival mondial des arts nègres, il propose un programme de présentations des institutions et des travaux qui participent à l’étude, la conservation et la réactivation ces archives.

Recherche, création, programmation, il s’agit de la première semaine de restitution du projet FMAN  « Pour un partage des archives : le premier festival mondial des arts nègres, Dakar 1966 ».

L’entrée est libre sans réservation. L’événement sera transmis en direct sur la chaîne YouTube du musée et les films sélectionnés, disponibles sur la plateforme FestivalScope du 22 au 25 septembre, pour la plupart, depuis le Sénégal également.

L’émission Néo Géo du 19 septembre (9h-midi) sur radio nova, sera spécialement dédiée au festival de 1966 et permettra de lancer la semaine à venir.

****

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search