L’héritage colonial : histoire et mémoires dans les collections de l’INA

Ce guide a été réalisé par Anne Gallien, documentaliste multimédia à l’INA, avec le soutien de Sophie Gebeil, maitresse de conférence en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille et Christine Mussard, maitresse de conférence en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille. Le corpus étudié a été clos fin 2020.

Avant propos

À partir d’une exploration des collections de l’INA, ce guide des sources propose de retracer l’évolution des imaginaires et représentations du passé colonial et de son héritage, et d’en restituer les enjeux et questionnements, tels qu’ils se sont construits dans les médias audiovisuels. Sur une période qui s’étend des années 1940 à nos jours, le guide propose une sélection d’archives organisées en chapitres thématiques. Sans prétendre à l’exhaustivité, il propose un reflet du traitement par la radio et la télévision française d’événements historiques ou de débats sur les enjeux de mémoire.

Le choix a été fait de privilégier la variété des points de vue sur les faits historiques à différentes époques, de confronter la manière dont a été traité et perçu un évènement à l’époque où il a eu lieu, avec l’évolution des regards et des analyses construits au fil du temps.

Nous nous sommes attachés à mettre en regard l’histoire « académique », les représentations médiatiques et l’exégèse scientifique avec les discours de témoins ou de collectifs mémoriels. La sélection propose, lorsque cela est possible, de confronter des documents d’actualités, des analyses d’historiens, “d’entrepreneurs mémoriels” (P.Blanchard)  et de spécialistes avec des témoignages ; un certain nombre d’archives ont été choisies pour faire émerger les histoires individuelles. Le parcours permet aussi de questionner la place de l’historien dans les médias, face à des thématiques qui font débat dans la société contemporaine.

Ce choix éditorial sous-tend une présentation qui n’est ni linéaire, ni nécessairement chronologique, mêlant archives d’époque et documents plus contemporains et dégageant ainsi de potentielles pistes de recherche. Il s’agit également, dans la mesure du possible, de mettre en lumière la multiplicité des regards et des mémoires, d’en proposer  une représentation « plurielle ».

Ce panorama des sources est particulièrement dense car il s’efforce de couvrir un spectre large des sujets traitant des aspects de la colonisation, de la décolonisation et de leurs effets, suivant la diversité des situations géographiques ou sociales.

Cette sélection ne présente pas de dimension quantitative relative au volume des documents portant sur cette thématique dans les fonds de l’INA. Certains évènements ont été très largement médiatisés, d’autres très peu, ou totalement occultés à l’époque des faits. Les actualités ayant en effet été à certaines périodes de l’histoire soumises au contrôle étatique, voire à la censure.

Nous avons par ailleurs fait le choix de ne pas être représentatif de tout le périmètre des médias archivés par l’INA, le sujet étant traité plus en profondeur par certaines chaînes de radio et de télévision, du fait de leur orientations éditoriales et de la présence, ou non, dans leur grille de programmations, d’émissions à caractère historique ou géopolitique. C’est pour cette raison que certaines chaînes sont sur-représentées dans ce panorama thématique : les Actualités Françaises pour les documents d’actualités d’époque (de 1945 jusqu’aux années 1960), les chaînes d’Outre-mer pour l’histoire des territoires d’Outre-mer, France culture pour les débats ou entretiens à dimension académique, ou certaines chaînes dont la programmation fait la part belle aux émissions historiques.

SOMMAIRE

A – LA PERIODE COLONIALE

1 – L’empire colonial

2 – Les conditions de vie dans les territoires colonisés

3 – La colonisation : récits de vie et témoignages

B – LES MOUVEMENTS ANTI COLONIALISTES

1 – L’anticolonialisme

Focus : portraits de Frantz Fanon et de Aimé Césaire

2 – La répression des mouvements et des insurrections indépendantistes

C – LA DECOLONISATION

1- Politiques de décolonisation

2 – La décolonisation par ceux qui l’ont vécu

D – LES INDEPENDANCES

1 – L’Afrique

2 – L’océan Indien

3 – Le Maghreb

Focus sur les guerres d’indépendance : l’Indochine et l’Algérie

LA GUERRE D’INDOCHINE

LA GUERRE D’ALGERIE

1 – La guerre d’Algérie dans les collections de l’INA

2 – L’histoire de la guerre d’Algérie

3 – Les mouvements indépendantistes algériens

4 – La guerre en France

5 – Les récits

E – LA DEPARTEMENTALISATION

1 – La loi de départementalisation de 1946 et les statuts des territoires d’Outre-mer

2 – Les Antilles

3 – L’océan Indien

4 – L’océan Pacifique

F – LE NEOCOLONIALISME OU L’EXEMPLE DE LA FRANCAFRIQUE

1 – Les relations diplomatiques et culturelles

2 – La coopération

3 – La Françafrique

G – L’HERITAGE COLONIAL EN QUESTION

1 – La question mémorielle et patrimoniale

2 – L’héritage culturel

3 – La décolonisation vue par les artistes

H – LES DEBATS AUTOUR DE LA RECEPTION DES POSTCOLONIAL STUDIES

1 – Universitaires face aux études postcoloniales

2 – La réappropriation du passé colonial et la question de l’identité

« On a un passé commun que l’on peine à traduire en histoire commune » Achile Mbembe

Introduction

Colonisation et décolonisation : le cas français, Lundi de l’histoire, France 5, 16.10.2006, 52’.

Documentaire écrit par François Lanzenberg et Brigitte Matron, réalisé par Marc Walter. En s’appuyant sur des images d’archives et sur le point de vue de quatre historiens, Jean Lacouture, Benjamin Stora, Elikia M’Bokolo et Marc Ferro, le documentaire retrace l’histoire de la colonisation française et de la décolonisation.

La Fin des colonies françaises, 2000 ans d’histoire, France Inter, 04.11.2009, 29’.

Emission de Patrice Gélinet réalisée par Anne Kobylak.  Bernard Droz, spécialiste de l’histoire coloniale, ancien maître de conférence à l’IEP, évoque l’histoire et la fin des colonies françaises.

A – LA PERIODE COLONIALE

1 – L’empire colonial

Histoire des conquêtes

Histoire de la Côte d’Ivoire : les débuts de la colonie, Heure de culture française, RTF, 29.03.1960, 11.

Edmond Bernus, géographe, fait le récit de la colonisation de la Côte d’Ivoire : le débarquement des premiers missionnaires en 1687, la traite des êtres humains à partir du 19ème siècle, le statut de la colonie autonome en 1893, et la résistance armée de Samory Touré contre la pénétration coloniale française.

Histoire de la colonisation de la Mauritanie, Union française, le magazine de la France d’Outre-mer, RDF, 29.02.1952, 5’.

Pierre Fromentin reçoit Odette Du Puigaudeau. Elle évoque la conquête de la Mauritanie et « l’œuvre française », la mission Gouraud, la « pacification », l’organisation administrative et les spécificités socio-économiques du pays.

Bambao, reine des Comores, France O, 18.02.2010, 52’.

Documentaire de Denis Buttner consacré à l’histoire de la colonisation de l’archipel des Comores, à travers la puissante société coloniale « Bambao ». Les interviews d’historiens et les témoignages sont ponctués par des images d’illustration et d’archives.

L’impérialisme colonial

Paris couleurs, France 3, 28.06.2005, 54’.

Documentaire d’Eric Deroo et Pascal Blanchard sur l’histoire de la colonisation française au 19ème siècle et la mise en place de stéréotypes, d’un imaginaire raciste, d’un regard sur les populations colonisées devenues après l’indépendance celles de l’immigration.

Les Trois couleurs d’un empire, Thema : l’aventure coloniale, ARTE,15.11.2001, 1h09. Réalisation : Jean Claude Guidicelli et Virginie Adoutte, produit par Alain Taieb.

Ce documentaire retrace les différentes étapes de l’idéologie, de l’idée coloniale et de ses ambitions, en décortiquant les images de propagande, les récits et les discours de ceux qui y ont participé (officiers militaires, hommes politiques, saint-simoniens…). Il est composé d’images d’archives, de lectures de récits de voyages qui retracent l’histoire de la conquête militaire, de l’installation des colons en l’Algérie et les conséquences de cette domination. Des historiens et des spécialistes apportent leurs contributions : Bruno Etienne, anthropologue, Annie Rey Goldzeiguer, historienne, Jean Jacques Jordi, historien, Philippe Regnier, historien de la littérature, Hassan Remaoun, sociologue, Pascal Blanchard, historien, Jean François Guilhaume, anthropologue, Mohammed Harbi, historien ; Gilles Boëtsch, anthropologue, Sandrine Lemaire, docteur en histoire, Raoul Girardet, historien, Gilles Manceron, historien…

Au temps des colonies, Toute l’histoire, 22.05.2010, 2×55’.

Documentaire en 2 parties réalisé par Cédric Condom et écrit par Emmanuel Migeot. 1ère partie :  écrit par Emmanuel Migeot avec la participation des historiens Pascal Blanchard, Françoise Vergès, Benjamin Stora, Alain Ruscio, Catherine Coquery Vidrovitch, Nicolas Bancel. Retour sur la genèse de la conquête coloniale française.

L’Impérialisme blanc ?, Droit de réponse, TF1, 02.04.1983, 1h20, réalisateur Don Kent.

Michel Polac anime un débat sur l’impérialisme européen avec des invités de tous les continents. Les échanges sur l’impérialisme, la domination coloniale, et les rapports entre colonisateurs et colonisés, mettent en lumière les fractures dans les discours entre les anciens colons, les militaires et les anciens militants indépendantistes, les personnes nées à l’époque des empires et les intervenants plus jeunes.

La représentation de l’empire colonial à travers les expositions

Le Président Doumergue inaugure l’exposition coloniale, Actualités Françaises, 1’

Document muet du président Gaston Doumergue inaugurant l’exposition coloniale à Paris en 1931.

La Première exposition coloniale, En savoir plus, Antenne 2, 04.03.1979, 3’25.

Reportage de Pierre Philippe composé d’un montage d’archives sur l’exposition coloniale de 1922 à Marseille.

Exposition La France d’Outremer dans la guerre, Journal des Actualités française, 26.10.1945, 2’30.

Ce film propose quelques images de l’exposition, ainsi que des images d’archives illustrant les ralliements et contributions des colonies françaises aux combats de la France Libre et à l’économie métropolitaine à travers des vues de l’exploitation de matières premières et du travail fourni par la main d’œuvre locale. Le rôle de la métropole dans le développement de ses colonies est illustré par des images d’écoles, de dispensaires, et d’infrastructures diverses.

L’Amitié noire, Actualités françaises, 1947, 17’.

Film de propagande réalisé par Germaine Krull et Pierre Bernard. Film composé d’images tournées au début des années 1940 en Afrique équatoriale ( Gabon, Tchad, Oubangui-Chari, Moyen Congo, Cameroun), doté d’un commentaire écrit et dit par Jean Cocteau à la gloire de ces colonies de l’Empire français.

L’administration coloniale

Le Rôle des administrateurs en outre mer, Union Française : magazine de la France d’Outre-Mer, RDF, 18.05.1956, 7’40.

Pierre Fromentin reçoit Guy Dranet, ancien administrateur colonial qui détaille les fonctions sociales des administrateurs coloniaux.

Légitimité et devoirs des colonisateurs, RTF, 29.11.1950, 25’.

Conférence de Pierre de Chevigné, ancien haut commissaire à Madagascar sur le rôle « civilisateur » du colonisateur vis-à-vis des populations d’Outre-mer, et les devoirs des administrateurs. Le ton est résolument paternaliste et raciste.

Les Fous d’Afrique : l’école coloniale, l’administration coloniale et son héritage, La Fabrique de l’histoire, France culture, 17.03.2003 et 24.03.2003, 2x1h30. Producteur Emmanuel Laurentin. Réalisation Christine Robert et Véronique Lamendour.

L’école coloniale ou l’École Nationale de la France d’Outre-Mer racontée par des anciens élèves.

L’Administration coloniale, La Preuve par cinq, La Cinquième, 28.02.1995, 15’. Emission de Roland Cros.

Reportage de Hervé Pernaud établissant un comparatif entre les administrations coloniales mises en place par les anglais au Nigéria et par les français au Sénégal, avec les interventions de Marc Michel, historien, de Obaro Ikime, professeur nigérian, de Cheik Anta Diop, historien sénégalais.

La Promotion Gouraud à l’école nationale de la France d’Outre-mer, RDF, 09.12.1948, 4’20.

Reportage de Claude Darget à l’école coloniale pour la baptême de la promotion Gouraud, comprenant le discours du général Georges Catroux.

L’exploitation des richesses et des matières premières

Le Pétrole au Gabon, journal, Les Actualités Françaises, 19.06.1957, 1’.

Images de la prospection pétrolière et de l’extraction d’hydrocarbures dans la colonie française du Gabon.

Bois d’Afrique, Ministère de l’agriculture, 1952, 27’.

Documentaire de Eli Lotar sur l’exploitation d’une des principales ressources naturelles du continent : le bois des forêts tropicales, de l’abattage jusqu’à son exploitation en métropole.

Potentiel énergétique de l’Oubangui Chari : recherche d’uranium, SORAFOM, 17.08.1958, 9’.

Francis Perret s’entretient à Bangui avec le chef du groupe de recherche du Commissariat à l’Energie Atomique et avec un ingénieur sur la prospection minière pour l’extraction d’uranium.

Récolte du coton dans le bas Chelif, Les Actualités Françaises, 1960, 1’20

Document muet sur la récolte du coton en Algérie.

La “mission civilisatrice”, au coeur de la propagande impériale

La conception française de la colonisation, contrairement à d’autres puissances impériales comme le Royaume Uni,  envisage une évolution politique et citoyenne des populations soumises à sa domination. Ce présupposé « éthique » né durant la troisième république, est totalement coupé de la réalité coloniale et des conditions de vie des peuples colonisés. Il relève de la propagande coloniale et sert à justifier l’expansion coloniale. Ce concept de « mission civilisatrice » induit la supériorité de la civilisation française sur toutes les autres et implique le devoir des colonisateurs de transmettre tout ce qui fait la culture, le savoir, la supériorité technique et scientifique de la France, y compris l’apport des progrès sur le plan de la santé, de l’agriculture, de l’industrie… L’assimilation imposée aux habitants des territoires sous domination coloniale leur interdit de vivre sereinement leur culture : difficultés à préserver leurs modes de vie,  perturbation ou interdiction de  pratiques culturelles, rupture de la transmission culturelle,  disparition ou appauvrissement de leur langue et de leur histoire.

L’Amiral Thierry d’Argenlieu en Indochine, Actualités Françaises, 01.02.1946, 1’20.

Visite dans une école française par le gouverneur général de l’Indochine. Les principales missions de la France décrites par le commentaire sont : nourrir la population et éduquer l’enfance.

Le Centenaire de la fondation de Dakar, Connaissance de l’Union française, RTF, 06.03.1957, 10’.

Pierre Corval et Pierre Neurisse. Le reportage présente Dakar comme «  la grande œuvre française », en insistant sur la modernisation, sur le développement des activités économiques, la promotion de l’éducation, et l’émancipation des femmes.

Réalisations coloniales en Afrique Occidentale Française, Journal France Actualités, rubrique : France Empire, Regards sur l’AOF, 30.10.1942, 5’.

Document de propagande. Le commentaire insiste sur l’ « œuvre civilisatrice» française en Afrique occidentale et ses vertus colonisatrices : la construction d’un barrage, l’irrigation de terres agricoles, l’accès aux soins, l’éducation et la christianisation. En contrepartie, ces pays africains concèdent leurs richesses naturelles et le travail de leurs populations.

L’évangélisation

Monseigneur Baudrillard à Elizabethville, Actualités Françaises, fonds Leclerc, 1926.

Document muet de l’ecclésiastique posant la première pierre d’un édifice religieux au Congo.

Les Positions des missionnaires, Contre histoire de la France Outre-Mer, France 0, 30.04.2013, 55’.

Documentaire de Dorothée Lachaud sur la présence de l’Eglise en Outre-Mer. A travers deux exemples, il s’agit de revenir sur le rôle des prêtres missionnaires catholiques dans l’évangélisation des populations des territoires colonisés par la France, sur leur rapports avec les habitants, avec l’esclavage et le système colonial, à travers les interviews d’historiens et d’ecclésiastiques.

Le Temps des indépendances, Qu’allaient-ils faire là-bas ?, La Case de l’oncle doc, France 3, 28.01.2003, 54’.

Documentaire de Pierrick Guinard : 2ème volet consacré à l’œuvre des missionnaires en Afrique au temps de la colonisation et au bilan que tirent aujourd’hui les protagonistes de cette histoire.

Les Missionnaires catholiques en Polynésie, Outremers, France 3, 23.05.1999, 36’.

Emission de Luc Laventure. Reportage sur l’histoire de l’évangélisation de la Polynésie qui a débuté en 1797, et sur ses conséquences culturelles, politiques et sociales.

La santé

Reconstruction de l’Algérie, Vie Nord Africaine, Actualités Françaises, 01.01.1946, 3’.

Reportage vantant l’ « œuvre française » en matière d’éducation et de santé publique en Algérie, avec la visite de l’hôpital de Sétif.

Médecins de brousse : les médecins militaires au temps des colonies, ARTE, 03.01.2012, 1h23.

Documentaire de François Caillat et Silvia Radelli sur les missions des médecins militaires en Afrique subsaharienne durant la période coloniale, notamment celui du Docteur Jamot, célèbre pour sa lutte contre la maladie du sommeil, dont l’expansion épidémique avait été provoquée par la colonisation. Les images d’archives illustrent les interviews d’anciens médecins militaires et d’historiens tels que Jean Paul Bado et Achile Mbembe.

Départ de la caravane sanitaire pour la campagne du vaccin BCG en Tunisie, Actualités Françaises, 27.10.1949, 1’10.

Reportage sur une campagne de vaccination en zone rurale.

Lutter pour votre vie, Actualités Françaises, 1950, 18’.

Documentaire sur la campagne de vaccination contre la tuberculose en Algérie filmée par le service cinématographique du gouvernement général de l’Algérie.

L’éducation et la scolarisation

L’Enseignement en France d’Outre-mer, Tribune de Paris : les hommes, les événements, les idées à l’ordre du jour, RDF, 15.07.1948, 19’.

Jean Perronet reçoit Léopold Sédar Senghor, député du Sénégal, Pierre Olivier Lapie, député socialiste, Louis Sabatie, directeur du service de coordination de l’enseignement dans la France d’Outre-mer, André Lestage, de la ligue de l’enseignement, pour débattre des problèmes de scolarisation et d’enseignement en Afrique Occidentale française.

Senghor fait remarquer que « sur 2 millions d’enfants, seuls 100 000 trouvent une place à l’école ». Il propose la création d’académies autonomes dans les territoires pour créer une « civilisation franco-africaine ». Monsieur Lestage prône le respect des cultures d’Outre-Mer et espère que l’éducation nationale donnera aux gens le moyen de s’éduquer eux même. Former des citoyens de l’Union dans l’esprit humaniste français et, permettre le développement des civilisations respectives dans un respect mutuel, semblent être le crédo des invités.

L’Oeuvre française scolaire et universitaire au Vietnam, RTF, 12.01.1951, chaîne coloniale, 5’35

Texte lu par le recteur de l’université au Vietnam sur le devoir de la France de répandre la culture et sur les réalisations scolaires en Indochine.

Les Ecoles en Tunisie, Journal des Actualités Françaises, 17.07.1952, 30’’

Film vantant la construction d’écoles en Tunisie.

Les Cahiers de la république, racines, FR3, 22.10.1989, 26’ : réalisé par Axel Clevenot avec l’aide de Gérard Noiriel.

Documentaire étudiant les valeurs et les idéologies des IIIème et IVème républiques à travers les manuels scolaires, véhiculant des préjugés racistes ou glorifiant la colonisation. Les textes de différents manuels, lus par des élèves, alternent avec des documents d’archives.

L’assimilation culturelle

Douze comédiens sous les tropiques, fonds Armor films, documentaire de 1952.

Film réalisé lors de la tournée en Afrique et en Asie de la troupe du théâtre de l’Union française dirigée par André Roussin. La compagnie proposait des représentations de pièces du répertoire classique et moderne français dans les établissements scolaires et en soirée pour un public adulte.

Nos ancêtres les gaulois, Contre histoire de la France Outre Mer, France 0, 16.04.2013, 53’.

Documentaire de Dorothée Lachaud consacré à l’éducation et la scolarisation dans les territoires d’Outre-mer par la République française. Centré sur une histoire partisane et singulière de la métropole, occultant tout fait colonial ou mention des histoires locales et culturelles, cet enseignement est dispensé dans toutes les écoles de l’empire français pour servir la politique coloniale et sa mission civilisatrice. Des ultramarins reviennent sur l’histoire de cette instruction : Yvette Bouquet, plasticienne Nouvelle Calédonie, Paulette Durizot Jno Baptiste, anthropologue Guadeloupe, Raoul Lucas, sociologue, La Réunion, André Lucrèce, écrivain et sociologue, Martinique, Christiane Terrier, historienne Nouvelle Calédonie, Jone Passa, sociologue, Nouvelle Calédonie, Marie Salaün, anthropologue, Catherine Coquery Vidrovitch, historienne, Daniel Maximin, écrivain guadeloupéen, François Jacquet Francillon, historien, Eddy Wadrawane, docteur en sciences de l’éducation, Nouvelle Calédonie, Roger Toumson, écrivain Guadeloupe, Maryse Condé, romancière guadeloupéenne, Léo Elisabeth, historien Martinique…

Les « Chefs noirs » à l’Elysée , Actualités Françaises, 22 juillet 1954, 30’’ [Document muet]

Au palais de l’Élysée, René Coty, Président de l’Union Française, reçoit divers dignitaires d’Outre-Mer qui viennent à Paris pour assister aux célébrations du 14 juillet.

2 – Les conditions de vie dans les territoires colonisés

Le code de l’indigénat

Figures de l’orientalisme : le code de l’indigénat, Les Chemins de la connaissance, France Culture, 07.01.2004, 22’.

Emission de Jacques Munier, documentaire de Françoise Camar Mercier. Entretien avec Daho Djerbal, historien de l’université d’Alger, sur le statut d’indigène instauré par l’administration coloniale en Algérie.

Isabelle Merle et Adrian Muckle ont écrit un livre qui retrace l’histoire du régime de l’indigénat, Info Nouvelle Calédonie, France O, 17.10.2019, 2’54.

Reportage de S Riahi et L. Shintu. Le code de l’indigénat imposait le travail forcé, un couvre-feu, le paiement d’un impôt de capitation aux populations des territoires colonisés, Le reportage prend l’exemple des kanaks. Interviews de Isabelle Merle, historienne et directrice de recherches au CNRS et de Adrian Muckle, historien sur le sujet.

Histoire de l’AOF, Mémoire d’un continent, RFI, 1984-1985 : série de 8 épisodes de 36’ coproduite par Radio Côte d’Ivoire et Radio Sénégal et présentée par Demba Dieng et Ibrahima Baba Kake.

1er épisode : La Vie quotidienne sous la colonisation : émission composée des récits de témoins des évènements : Léopold Sédar Senghor, ancien président du Sénégal, Pierre Messmer, ancien gouverneur de la France en Outre-mer, Amon Daby, écrivain, Mathieu Ekra, membre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire, Yvon Bourges, ancien haut commissaire de l’AEF, Amadou Hampaté Ba, écrivain, Mariko Keletigui, écrivain et syndicaliste, Gabriel Lisette, homme politique tchadien, Emile Derlin Zinsou, ancien président du Dahomey. Sont évoqués le code de l’indigénat, le mépris des colons, le tutoiement systèmatique, les injustices, la hiérarchisation de la société, l’exploitation coloniale, les réquisitions pendant la guerre, et les spécificités d’administration coloniale française.

Le travail forcé

Riz amer, Côté doc, France 3, 18.05.2015, 52’.

Documentaire de Alain Lewkowicz et Pierre Daum sur l’histoire des 20 000 travailleurs indochinois enrôlés de force pendant la seconde guerre mondiale par l’administration coloniale française pour travailler dans les rizières en Camargue.

Les Sacrifiés du Congo-Océan, Compléments d’enquête, France 2, 31.01.2005, 19’.

Reportage de Joël Bruandet et Edouard Perrin sur la ligne de chemin de fer Congo-Océan qui relie Brazzaville au port de Pointe Noir. La réalité des conditions de travail des ouvriers, recrutés de force, pour la construction de cette ligne construite sous l’empire français entre 1921 et 1934, a été révélé par le journaliste Albert Londres en 1928 : entre 20 et 30 000 morts, victimes de maladies, de malnutrition, de mauvais traitements, d’accidents. Cette histoire est contestée par Jacky Trimardeau, directeur général du chemin de fer Congo-Océan, chargé par les autorités congolaises de rénover le réseau mis à mal par les années de guerre civile.

Film Cong binh : hommage aux travailleurs indochinois, JT Aquitaine, France 3 Aquitaine, 29.03.2013, 2’.

Reportage de Josiane Bouillet sur la projection à Saint Médard de Cong Binh la longue nuit indochinoise, film retraçant l’histoire des 20 000 travailleurs recrutés de force et embarqués pour la France durant la seconde guerre mondiale.

Efforts français en Afrique, Actualités Françaises, 1944, 8’45.

Pendant la seconde guerre mondiale, l’exploitation des richesses naturelles des pays d’Afrique Noire s’est poursuivie. Les compagnies françaises ont contribué à l’effort de guerre, en exploitant forêts, gisements de pierres et de minerais précieux et profitant de la main d’œuvre locale. Ce document montre des images des travailleurs dans les mines, les carrières et les forêts.

L’enrôlement dans l’armée française

Poilus d’ailleurs, Sagacités, France 3, 11.11.1998, 25’.

Reportage de Medhi Lallaoui consacré aux 600 000 soldats étrangers et coloniaux intégrés de gré ou de force dans l’armée française lors de la première guerre mondiale. Le sujet est essentiellement composé d’interviews d’anciens combattants guadeloupéens et africains, de membres de leurs familles et de l’historien Marc Michel.

Collection : Frères d’armes : ils se sont battus pour la France depuis plus d’un siècle : série documentaire de 51 épisodes de 2 , France 3, diffusion hebdomadaire entre le 30.05.2014 et le 22.05.2015.

Réalisé par Rachid Bouchareb et Pascal Blanchard  à l’occasion du 100ème anniversaire de la Première guerre mondiale et du 70ème anniversaire de la Libération, cette série dresse le portrait de combattants et combattantes venus du monde entier participer aux diverses opérations de l’Armée française en Europe et à l’étranger. Exemples : Addi Bâ Mamadou 13.06.2014 : Guinéen engagé dans la seconde guerre mondiale qui fonda un maquis dans les Vosges avant d’être fusillé en 1943. Ma Yi Pao, 18.07.2014 : chinois engagé lors de la première guerre mondiale, au moment où 140 000 de ses compatriotes sont recrutés en France et en Angleterre pour remplacer la main d’œuvre combattante. Hammou Moussik, 15.08.2014 : marocain engagé avec les armées de libération en 1941, il combat jusqu’à la fin de la guerre et poursuit son engagement durant la guerre d’Indochine.

Dernier tirailleur sénégalais, JT Antenne 2, 11.11.1998, 5’.

Reportage de Bertrand Coq. Interview de Abdoulaye N’Diaye, 104 ans, vétéran de la première guerre mondiale. Il décède quelques jours après l’interview juste avant que la France lui remette la médaille de la légion d’honneur 80 ans après la fin de la guerre.

La Récompense, Infracourts la spéciale, France 2, 15.11.2016, 3’15.

Court métrage documentaire de Abda Sall :   témoignage de M’Baye Bouna, ancien combattant sénégalais enrôlé de force dans l’armée française pour combattre en Indochine.

Le racisme

Exhibitions ou l’invention du sauvage, le Dessous des cartes, ARTE, 27.03.2012, 12’

Jean Christophe Victor s’entretient avec Nanette Jacomijn Snoep, commissaire de l’exposition Exhibitions ou l’invention du sauvage (Musée du Quai Branly, Paris), sur la fabrication et l’évolution de la notion de « sauvage » et de « races inférieures » exhibées dans des expositions coloniales à partir du XIXème siècle. Cette émission s’inscrit dans une série consacrée au racisme.

Noirs : l’identité au cœur de la question noire, FR3, 12.05.2006, 1h.

Documentaire de Arnaud Ngatcha, réalisé par Jérôme Sesquin. Ce documentaire retrace l’évolution de l’image et de la place des noirs dans la société française, des débuts de l’esclavage à aujourd’hui. Il est composé des témoignages de Christiane Taubira, député de Guyane, de Françoise Vergés, vice-présidente du comité pour la mémoire de l’esclavage, de Jacky Dahomay, philosophe, de Maryse Condé, écrivain, de Serge Romana, Comité pour une commémoration unitaire de l’abolition de l’esclavage, de Abdoulaye Wade, président du Sénégal, de Christian Saglio, directeur du Centre culturel français à Dakar, de Ousmane Kasse, ancien tirailleur sénégalais, de Pascal Blanchard, historien, de Jean Claude Tchicaya, adjoint au maire de Bagneux, Disiz La Peste, artiste interprète, de Gaston Kelman, écrivain, de Hassatou Ba, étudiante à Sciences Po, de Patrick Lozès, président du CRAN, Conseil Représentatif des Associations Noires, de Kofi Yamgnane, ancien secrétaire d’état à l’intégration.

La Chanson coloniale, 12 14 édition nationale, France 3, 03.01.2002, 2’15.

Reportage de Gabrielle Lorne. L’historien Alain Ruscio publie une anthologie des chansons produites par la France coloniale dont une bonne partie des textes exprime le racisme de l’époque.

Le roi Makoko et la galette des rois, Actualités Françaises, 1952, 4’.

Document muet. En janvier 1952 au Congo Brazzaville, un groupe de touristes se rend au village du roi Makoko et improvise une fausse cérémonie à ses dépens à l’occasion de la fête des rois. Ils font sortir le roi et sa famille et parodient un couronnement avec une couronne en carton et une part de galette. Ravis de leur farce, ils se mettent à danser.

L’image de la femme

La France et ses colonies, Ah quels titres, France 3, 23.05.1996, 56’.

Magazine littéraire présentée par Philippe Tesson avec notamment Alain Ruscio auteur de deux ouvrages Amours coloniales et Le Credo de l’homme blanc, ouvrages sur les rapports entre le colon blanc et la femme noire et l’histoire du racisme.

La Fabrique de l’histoire, France culture, 20.01.2012, 53’.

Magazine d’Emmanuel Laurentin en partie consacré au colloque Femmes et genre en contexte colonial au 19 et 20ème siècle (Centre d’histoire de Science Po) avec Pascale Barthélemy, l’une des organisatrice, maîtresse de conférence à l’ENS de Lyon et Jennifer Boittin, professeur à l’Université de Pennsylvanie.

Le Mythe de la Vahiné, Nuits magnétiques, France culture, 24.03.1988, 1h20.

Documentaire de Caroline Bourgine et Christine Robert sur l’image de la femme polynésienne dans l’imaginaire occidental des premiers colons, avec Jean-Claude Guillebaud, journaliste, Maurice Bitter, écrivain, François Sagnes, photographe, Francis Lopez, créateur de l’opérette Une Aventure à Tahiti.

L’Afrique en noire et blanche, Africa Blues, France 3, 19.11.1989, 55’.

Documentaire de Jean François Delassus. Film documentaire qui aborde, dans le contexte de l’ancienne Afrique coloniale, le mythe de la femme noire dans l’imaginaire des Blancs, le statut des femmes africaines et des enfants métis dans le système colonial patriarcal et l’image de la femme blanche en Afrique.

3 – La colonisation : récits de vie et témoignages

La vie des colons

Andrée Greffrath, une enfance en Afrique coloniale , Instantané d’histoire, ARTE, 08.04.2017, 26’.

Documentaire de Jérôme Lambert et Philippe Picard, réalisé par Delphine Deloget . Une histoire singulière dans la grande histoire coloniale. L’enfance de Andrée Greffrath, fille de mécanicien parisien, à Dakar pendant la période coloniale racontée à partir de photos de famille et de son point de vue de fillette blanche, alternant avec un récit en voix of sur des images d’archives revenant sur les réalités sociales de la domination coloniale (le code de l’indigénat, les assassinats de Thiaroye, le massacre de mai 1945 en Algérie…)

L’Album indochinois, Nuits magnétiques. Namstalgie de l’Indochine au Vietnam, France Culture, 21.03.1995, 1h18.

Documentaire explorant la notion de nostalgie de la vie en Indochine durant la période coloniale à partir des récits, des témoignages d’européens et d’archives. Au sein d’une série de 4 émissions, l’Album indochinois ausculte les composantes de l’attrait pour ce pays situé à 15000 km de la France. Avec Hélène Puiseux, sociologue ; Jean-Luc Coatalem (Suite indochinoise) ; Suzanne Prou (La Petite Tonkinoise), Yves Grosjean, colonial et la voix de Marguerite Duras.

Chasse aux buffles au Cambodge, Ministère de l’agriculture, 1929.

Film muet. Un colon chasse le buffle sauvage, aidé de porteurs et de chasseurs cambodgiens.

Souvenirs d’Afrique : portrait de Jacques Lestringant, Présence protestante, France 2, 21.07.2002, 30’, produit par Claudette Marquet.

Reportage de Caroline Reussner. Rencontre avec Jacques Lestringant, administrateur colonial au Cameroun de 1946 à 1960, qui évoque les souvenirs de sa mission, ses impressions face aux coutumes et à la vie en zone rurale, illustrés par les photographies qu’il a prises à l’époque.

Le point de vue des colonisés

Souvenirs d’enfance de l’école française

Souvenirs d’enfance d’un guinéen, Union française : magazine de la France d’Outre-mer, RTF, 18.01.1952, 3’.

Récit de Fadiala Keita sur sa scolarisation sous la colonisation française.

Les Touaregs et l’école obligatoire : histoire d’une réticence, L’Ecole des savoirs, RFI, 04.11.2004, 20’.

Emmanuelle Bastide présente un reportage effectué au nord du Mali par Moussa Ag Assarid, nomade, touareg parti à dos de chameau recueillir la parole des Anciens sur l’époque de la colonisation française où les familles résistaient à l’envoi des enfants à l’école “civilisatrice”.

Interview Yadji Sangaré, Géopolis, France 2, 16.10.1993, 1’

L’écrivain malien Yadji Sangaré raconte l’enseignement du français, les punitions et les humiliations ayant cours dans les écoles coloniales.

Les témoignages

Amadou Hampaté Ba, Les Grands témoins de l’histoire, RFI, 1982, 30’.

Propos recueilli en 1978 par Ibrahima Baba Kake. L’écrivain malien Amadou Hampaté Ba déroule son itinéraire personnel et évoque les réalités de la période coloniale (le travail forcé, le statut des autochtones, la vie politique, la loi cadre de 1956) et les conséquences de l’indépendance sur l’organisation sociale.

Le Bagne de Poulo Condor, Thalassa, FR3, 23.01.2004, 17’, journalistes : Yvon Bodin et Isabelle Billet.

Reportage sur l’histoire et les conditions de détention des prisonniers du bagne de Poulo Condor construit par la France sur une île au large du Vietnam pendant la période coloniale pour enfermer les droits communs et les opposants politiques. Témoignages d’anciens prisonniers, dont Mr Hong, qui a connu le bagne sous la colonie française en 1949 à 23 ans, à cause de ses idées politiques.

Tran Van Gioa, Histoires d’Indochine , Histoire, 05.05.2004, 26’.

Documentaire réalisé par Eric Deroo, Patrick Barbéris et Jérôme Kanapa. Tran Van Giau, historien, cadre fondateur du Parti Communiste Indochinois, évoque ses souvenirs, concernant la période coloniale, son emprisonnement comme prisonnier politique en 1935 au bagne de Poulo Condor, dans la prison centrale de Saïgon pendant cinq ans puis sa vie dans le camp de concentration de Da Lat à partir 1940. Ce documentaire est constitué de son seul témoignage.

Images blanches pour écrans noirs, France culture, 11.05.1995, 1h18.

Magazine de Bernard Treton, Caroline Bourguine et Pierre Goëtschel. Le comédien Rasmane Ouedrago et le réalisateur René Vautier sont invités en studio pour évoquer, pour le premier ses souvenirs de la période coloniale, et pour le second, le tournage de son film Afrique 50. Pascal Blancharel, président de l’ACHAC et Armelle Chatelier présentent l’exposition Images et colonie proposée par une jeune association d’historiens de Ouagadougou.

Retour sommaire

B – LES MOUVEMENTS ANTI COLONIALISTES

1 – L’anticolonialisme

Les conférences des pays non alignés

En 1955, se réunissent pour la première fois à Bandung, 29 pays africains et asiatiques décolonisés sous l’impulsion de dirigeants de pays dit du « Tiers Monde » pour affirmer leur indépendance et faire émerger une autre voix que celles des grandes puissances, dont les anciennes nations colonisatrices, impliquées dans la guerre froide. La conférence de 1964 se tient au Caire.

Indonésie, conférence des pays non alignés à Bandung, Actualités Françaises, 01.05.1955 : 9’.

Document muet de la première conférence des pays non alignés d’Asie, d’Afrique et du Moyen Orient indépendants ou militants pour leur indépendance.

Le Tiers monde à Belgrade, Journal de Actualités françaises, 06.09.1961, 1’.

Conférence au sommet des pays « non alignés » (ou non engagés) réunissant les chefs d’état ou les délégations de 25 pays.

Deuxième conférence des pays non-engagés du Caire, OCORA, 12.10.1964, 4’40.

Interview de Georges Apedo Amah, ministre des affaires étrangères du Togo, à son retour de la conférence du Caire. Une cinquantaine de pays y a participé, de nombreux pays ayant accédé à l’indépendance aux débuts des années 1960.

Les mouvements panafricains

Conférence du regroupement des partis africains à Dakar, SORAFOM, 26.03.1958, 3’45,

Interview d’Amadou Lamine Gueye, ministre sénégalais, qui explique que le programme d’unification a été accepté par tous les partis. Il reste le problème de la dénomination de ce nouveau parti unifié ; le RDA (Rassemblement Démocratique ) ne voulant pas se défaire de son appellation. Les autres partis poursuivent la discussion dans un climat d’amitié et de compréhension. Interview de Hamani Diori, député du Niger : les Africains ont sincèrement le désir de trouver une voie commune. Le nouveau parti unifié devra agir avec le RDA en vue d’un plus large regroupement et d’actions communes.

La Conférence de Tanger, Journal des Actualités Françaises, 30.04.1958, 1’

A Tanger, la première conférence des partis nationalistes nord-africains réunit le Neo Destour (Tunisie), l’Istiqlal (Maroc), le FLN (Algerie), avec notamment présents aux tables rondes, Mohammed El Fassi et Ferhat Abbas.

Conférence de Monrovia (Liberia), JT 20h, RTF, 11.05.1961

Conférence de Monrovia rassemblant les 19 états africains, représentant la vision réformiste du panafricanisme face aux tendances plus révolutionnaires du groupe dit de Casablanca. Document muet.

Le Rêve panafricain, l’Afrique enchantée, France Inter, 21.07.2008, 53’.

Emission de Soro Solo et de Guillaume Thilbault consacrée à l’histoire du panafricanisme, mouvement politique et culturel, dont le premier congrès se déroule en 1919 à Paris, avec des archives de Aimé Césaire, homme politique martiniquais, de Kwane Nkrumah, président du Ghana, du cheik Anta Diop, historien et anthropologue sénégalais et Didier Awadi, musicien sénégalais.

Le RDA : Rassemblement Démocratique Africain

Le RDA est une fédération rassemblant plusieurs partis politiques de pays d’Afrique francophone de sensibilité panafricaine et marxiste, initiée lors du congrès de Bamako d’octobre 1946, ayant comme programme commun la lutte contre le pouvoir colonialiste.

Le Parti communiste noyaute le RDA, Union française : magazine de la France d’Outre-Mer, RDF, 03.02.1950,1’40.

Chronique de Pierre Fromentin. Il revient sur la création du parti du Rassemblement Démocratique Africain en 1946, son idéologie et sa proximité avec le parti communiste.

Le Congrès du RDA à Bamako au Soudan, RTF, 06.10.1957, 1’ : journaliste Danièle Breem

Document muet avec des images des délégations participant au congrès du Rassemblement Démocratique Africain, entrecoupé d’images de scènes de vie quotidienne.

Bilan du congrès du RDA à Bamako, Tribune de Paris, 12.10.1957, RTF, 18’.

Raymond Thevenin anime un débat avec Hamani Diori, député du Niger, Louis Delmas, conseiller de l’Union Française, Max Jalade, journaliste de Paris Presse l’Intransigeant et Pierre Fromentin, de la RTF. Ce congrès a défini le rapprochement avec les autres partis politiques et l’orientation politique dans l’évolution des liens entre la métropole et les territoires d’Outre-mer, dont la révision de la constitution et la création d’un gouvernement fédéral.

Interview de Gabriel Lisette, SORAFOM, 1958, 17’

Yves Le Gall interviewe Gabriel Lisette, vice-président du gouvernement du Tchad et du RDA : il est question des dissensions au sein du RDA, (Rassemblement Démocratique Africain), sur la communauté franco-africaine et le fonctionnement de l’exécutif fédéral, en AOF. Il estime qu’il faut réaliser l’autonomie interne de chaque territoire, en réservant la possibilité de regroupements fédératifs sur la base d’abandon volontaire de souveraineté, et pour cela modifier la loi cadre.

Le PRA : Parti du Regroupement Africain

Le Parti du regroupement africain (PRA) est un rassemblement politique inter-africain créé à Dakar en 1958, en réaction au Rassemblement démocratique africain (RDA).

Réactions au congrès constitutif du Parti du Regroupement Africain, SORAFOM, 28.07.1958, 12’.

Reportage à Cotonou et interviews de participants, dont Léopold Sédar Senghor, au congrès constitutif du PRA, Parti du Rassemblement Africain.

Les Travaux du comité directeur du PRA sur le projet de fédération, SORAFOM, 10.1958, 4’20.

Déclaration de Léopold Sédar Senghor à l’issue des travaux du comité du Parti du Regroupement Africain. Ce dernier demande aux territoires d’Outre-mer d’opter pour le statut d’état membre de la communauté

Les syndicats 

Interview de militants syndicalistes africains CGT FO, RTF, 10.10.1950, 5’.

Document consacré aux débats sur les problèmes spécifiques du syndicalisme et du monde du travail africain, les particularités des pays représentés, et l’urgence d’instaurer un code du travail.

Conférence des syndicats libres à Douala, RTF, 12.03.1951, 6’40.

Bilan de cette conférence par André Lafont : les participants ont réclamé la fin de la discrimination raciale et l’accès des africains à des responsabilités politiques. Ils ont également débattu des problèmes d’éducation et d’émancipation des femmes. Extrait de la déclaration de la déléguée camerounaise, seule femme de cette conférence.

Ce que doit être le syndicalisme en Afrique noire selon l’UGTAN, RTF, 11.03.1958, 10’.

Déclaration de Ahmed Sekou Touré, secrétaire général de l’UGTAN (Union Général des Travailleurs d’Afrique Noire) et vice-président du conseil de gouvernement de Guinée : il appelle à « une action anti colonialiste cohérente pour l’abolition des privilèges du capitalisme colonial, la destruction de toute féodalité administrative, économique, culturelle et sociale, et exige impérieusement du syndicalisme politique qu’il détermine le sens de ses activités particulières. C’est dans cette perspective que le mouvement syndical doit opérer la reconversion de son action pour lui donner plus d’efficacité »

Djibo Bakary : histoire du syndicalisme en Afrique, Mémoire d’un continent, RFI, 80′.

Entretien en deux parties diffusées les 7 et 14 novembre 1989 mené par Bernard Schoeffer. Djibo Bakary, ancien responsable des unions syndicales CGT pour l’Afrique Occidentale Française et le Togo, co-fondateur de l’UGTAN (Union Général des Travailleurs d’Afrique Noire), revient sur l’histoire du syndicalisme en Afrique.

Les mouvements étudiants 

La F.E.A.N.F : Fédération des Etudiants d’Afrique Noire en France , Les Grands témoins de l’Histoire, RFI, 01.01.1982, 30’.

Dans les studios de la Radio sénégalaise, Ibrahima Baba Kake revient sur l’histoire de la FEANF, créé en 1950, avec ses invités, tous anciens directeurs ou membres du syndicat : Amatah Bah, Moustapha Diallo, Amady Dieng, Magatte Thiam, Bakary Traore.

Etudier et militer : les étudiants africains en France avant la deuxième Guerre mondiale, Mémoire d’un continent, RFI, 19.03.2012, 20’.

Isabelle Godineau et Elikia Mbokolo. Emission consacrée à l’histoire des étudiants africains en France avant la deuxième guerre mondiale. Pour en parler, il reçoit Amady Aly Dieng, activiste intellectuel, témoin et spécialiste des mouvements étudiants, auteur du livre Histoire des organisations d’étudiants africains en France (1900-1950). Les jeunes étudiants envoyés à l’étranger ont été un moteur social et idéologique important pour les indépendances africaines.

Les voix des anticolonialistes 

Les Voix des militants anticolonialistes africains, La Marche du monde, RFI, 11.10.2015, 48’.

Emission présentée par Valérie Nivelon et consacrée aux itinéraires des militants anticolonialistes de l’Empire français. Elle reçoit Françoise Blum, spécialiste de l’histoire sociale africaine, Paul Boulland, co-directeur du dictionnaire le « Maitron Afrique » (Dictionnaire biographique des mobilisations et contestations africaines) et Ophélie Rillon, chercheur au CNRS spécialiste de l’Afrique contemporaine, qui s’intéresse plus particulièrement aux femmes résistant au colonialisme.

La Loi du plus fort, Contre histoire de la France Outre-Mer, Archipels, France O, 23.04.2013, 1h.

Documentaire de Xavier Marie Bonnot consacré aux trois grands textes racontant l’histoire de l’évolution du statut de l’homme noir et de l’esclave : Le Code noir réglant la société plantationnaire, Le Discours sur le colonialisme d’Aimé Césaire, le Traité du Tout-Monde d’Édouard Glissant, penseur de la créolité. Interviews de nombreuses personnalités d’Outre mer, dont   l’écrivain Raphaël Confiant, le poète Roger Toumson, Pierre Aliker, homme politique et ami de Aimé Césaire, Serge Letchimy, homme politique martiniquais, Victor Permal, artiste, président du cercle Frantz Fanon.

Conférence d’Emmanuel C. Paul au congrès international des écrivains et artistes noirs, SORAFOM, 20.09.1956, 34’.

Sa conférence L’Ethnologie et les cultures noires établit que les travaux des ethnologues, s’ils ont fait avancer la connaissance de l’Afrique, n’ont pas permis de la comprendre à cause des préjugés et de l’impact du colonialisme. La dévalorisation des cultures noires a fixé la supériorité « blanche ». Le rôle des écrivains et des artistes africains est primordial pour revaloriser les cultures nationales.

Les leaders de l’anticolonialisme

Collection : génération indépendances, juillet et août 2005, France Culture, série documentaire de 1 heure consacrée à la décolonisation et l’émergence du tiers monde à travers 9 portraits de personnes emblématiques des luttes pour les indépendances : Nehru, Bourguiba, Ho Chi Minh, Nasser, Soekarno, Ben Barka, Senghor, Che Guevara, Yasser Arafat. Le dernier numéro étant un bilan historiographique avec l’historien Marc Ferro et le journaliste Ziyad Limam.
Ho Chi Minh, Panorama, ORTF, 04.09.1969, 20’.

Journalistes : Jean Pierre Delannoy et Claude Désiré. A l’occasion de la mort de Ho Chi Minh, rétrospective consacré au parcours politique de Ho Chi Minh à l’aide d’images d’archives et des interviews de Jacques Duclos, ancien dirigeant du PCF, de Jean Sainteny , ancien commissaire de la République, et de Charles Fourniau, historien.

René Maran l’éveilleur des consciences, France 3, 10.02.2007, 53’.

Documentaire de Barcha Bauer et Serge Patient consacré au guyanais René Maran, ancien administrateur colonial et anti-colonialiste, auteur de  Batouala publié en 1921 et récompensé par le prix Goncourt. Il est le précurseur de la « pensée nègre » dans le monde francophone, inspirateur des auteurs de la négritude, tout en ayant eu tout au long de sa vie des positions politiques ambigües. Des enregistrements sonores de René Maran, de Aimé Césaire, de Léon Contran Damas sont ponctués par des interviews de : Auxence Contout, écrivain, Michel Suffran, biographe d’écrivains bordelais, Serge Patient, écrivain, Léone Michotte, professeur de littérature caribéenne, du Dr Pierre Aliker, ancien adjoint au maire de Fort de France, Simba Martial, professeur d’histoire université de Brazzaville, Henri Lopès, écrivain, Charles Onana, directeur des éditions Duboiris, Roger Toumson, professeur de littérature, Raphaël Confiant, écrivain, Richard Djiropo, professeur d’histoire de la littérature, Paulette Michel Maran, fille adoptive de René Maran, Pascal Blanchard, historien, Rodolphe Robo, éditorialiste.

L’anticolonialisme en métropole 

Les Statues meurent aussi, Thema. Afrika. Impressions d’Afrique, l’art africain, Arte, 08.08.1995, 30’.

Court métrage documentaire réalisé par Chris Marker et Alain Resnais sorti en 1953. Partant de la question « Pourquoi l’art nègre se trouve-t-il au musée de l’Homme alors que l’art grec ou égyptien se trouve au Louvre ? », les deux réalisateurs dénoncent le manque de considération pour l’art africain dans un contexte de colonisation. Le film est censuré en France pendant huit ans en raison de son point de vue anti-colonialiste.

Afrique 50, Zaléa TV, autres fonds, 21.03.2001, 10’, court métrage documentaire de René Vautier.

Envoyé en Afrique par la Ligue de l’enseignement en 1949, René Vautier filme la réalité des conditions de vie des populations vivant au bord du Niger sous domination coloniale. Il dénonce les crimes commis par la France, et l’exploitation des travailleurs, y compris des enfants, par les compagnies coloniales. Considéré comme un plaidoyer anticolonialiste, le film sera censuré et Vautier condamné à un an de prison.

L’Entrée dans la nuit coloniale, Paroles données : Madeleine Riffaud, la mémoire sauve, France culture, 25.07.2015, 1h .

Troisième volet d’une série d’entretiens avec Madeleine Riffaud, résistante, militante anti-colonialiste , écrivain et grand reporter. Elle raconte aujourd’hui les années 1946-1955, son engagement contre la guerre d’Indochine, sa rencontre et son amitié avec Ho Chi Minh, sa mission de grand reporter dans le nouvel état indépendant vietnamien après la guerre.

Albert Memmi, pour son livre « Portrait du colonisé », Du Jour au lendemain, France culture, 12.12.1985, 51’

Alain Veinstein reçoit Albert Memmi pour son livre Portrait du colonisé, portrait du colonisateur écrit en 1957, récemment réédité. Il parle de ses réflexions et de ses textes sur la domination et sur la colonisation.

Focus : Frantz Fanon et Aimé Césaire

Frantz Fanon (1925-1961) 

Emblème de la lutte anticoloniale à travers son engagement pendant la guerre d’Algérie aux côtés des militants du FLN, il a inspiré, à travers son militantisme, sa pensée révolutionnaire et ses écrits, les mouvements en lutte contre les empires coloniaux.

Congrès international des écrivains et artistes noirs à la Sorbonne du 19 au 22 septembre 1956 : SORAFOM.

Enregistrement de certaines séances du premier Congrès international des écrivains et artistes noirs à la Sorbonne en 1956, rassemblant des intellectuels africains, antillais et nord américains, à l’initiative d’Alioune Diop et de la revue Présence africaine. Conférence de Frantz Fanon intitulée « Racisme et culture » (à 38’).

Conférence africaine à Léopoldville, Actualités Françaises, 01.08.1960, 1’ : document muet, conférence des pays indépendants d’Afrique et d’Afrique du Nord avec Mongi Slim, M’hamed Yazid, Frantz Fanon accompagnant la délégation algérienne.
Frantz Fanon : une vie, un combat, une œuvre, France O, 19.03.2008, 55’.

Documentaire réalisé par Cheikh Djemai : portrait et parcours de Frantz Fanon, comprenant un enregistrement de sa femme, des interviews d’amis d’enfance, de son frère Joby Fanon, de Marcel Manville, ami, de Raphaël Confiant, écrivain, de Roland Suvelor, historien et écrivain, de Francis Jeanson, philosophe, de Victor Permal, artiste, de Reda Malek, ancien premier ministre algérien, du Dr Pierre Chaulet, ancien combattant FLN, de M’hammed Yazid, ancien ministre de l’information du GPRA, de Ali Haroun, ancien responsable FLN en France, de Mohamed Harbi, historien, de Daniel Bukman, écrivain.

Collection : Frantz Fanon, l’indocile, Les grandes traversées, France Culture, 08.2020, 5 x 1h50. Réalisation de Séverine Cassar et Anaïs Kien.

Série de 5 documentaires diffusés entre le 17 et le 21 août 2020. Frantz Fanon, l’indocile ; Franz Fanon et les Antilles, la matrice d’un regard sur les sociétés coloniales ; Frantz Fanon, l’expérience du racisme colonial sur le front de la deuxième guerre mondiale ; La psychiatrie, une arme pour dépasser la race ; Frantz Fanon au combat, un psychiatre dans la guerre d’Algérie. La série explore successivement les étapes de son travail intellectuel et de son engagement : le choix de la violence politique, l’étude en Martinique de l’aliénation des peuples colonisés et des colonisateurs, son engagement contre le nazisme pendant la guerre, son regard de psychiatre sur la domination coloniale, et son implication dans la guerre de libération de l’Algérie. Le commentaire est ponctué par des lectures de ses textes et d’interviews.

Aimé Césaire 

Aimé Césaire (1913-2008) : poète et homme politique martiniquais. En réaction à l’oppression culturelle du système colonialiste français, il a forgé avec Léopold Sédar Senghor, le concept de « négritude » en 1936. Devenu maire de Fort de France en 1945, il poursuit son combat anticolonialiste et sa carrière littéraire.

Conférence d’Aimé Césaire au congrès international des écrivains et artistes noirs, SORAFOM, 20.09.1956, 1h02. Conférence d’Aimé Césaire intitulée « Culture et colonisation”.
Aimé Césaire et la révolte, Au cours de ces instants, France culture, 18.01.1966, 52’. Produit par José Pivin. Portrait et parcours de Aimé Césaire comprenant notamment la lecture de son discours sur le colonialisme.
Aimé Césaire, un nègre fondamental, Empreintes, France 5, 09.11.2007, 55’. Documentaire de Laurent Chevallier et Laurent Hasse. Portrait et rétrospective de la carrière du poète et de l’homme politique, anticolonialiste, défenseur de la cause des Noirs, à l’origine du mouvement littéraire de la Négritude, à travers son interview, des archives et des lectures de ses textes.
Interview d’Aimé Césaire au Festival d’Avignon, RFO, 28.07.1989, 3’40. Interview d’Aimé Césaire sur la question colonialiste et sur la reconnaissance de la spécificité du peuple martiniquais dans le projet européen.

2 – La répression des mouvements et des insurrections indépendantistes

Le massacre de Thiaroye, 1944

En 1944, de nombreux soldats africains engagés dans les troupes françaises et anciens prisonniers de guerre, sont démobilisés. Certains d’entre eux sont regroupés dans le camp militaire de Thiaroye au Sénégal. Contrairement à leurs homologues français, ils n’ont pas perçu leur solde de captivité. L’administration coloniale refusant de les payer, ils se rebellent. Le matin du 1er décembre 1944, sur ordre d’officiers, des troupes coloniales et des gendarmes français tirent avec des mitrailleuses sur les soldats rassemblés dans la cour. La version officielle fait état de 35 morts, mais il y aurait au moins 70 tués. 34 tirailleurs sénégalais sont condamnés à la prison.

La tragédie de Thiaroye, Mémoire d’un continent : panorama de l’histoire africaine, RFI, 22.11.1994, 45. Emission préparée par la journaliste Anne Blancard et l’historien Elikia M’Bokolo. Récit détaillé et contradictoire de la tuerie de Thiaroye avec le témoignage de El Hadj Doudou Diallo, ancien combattant présent à Thiaroye et l’interview de Maurice Rives, colonel spécialiste de l’histoire des troupes coloniales. Lecture d’extraits de « Aube africaine » de Keita Fodeba et d’un texte de Senghor.
Massacre de Thiaroye, le grand camouflage, Secrets d’info, France Inter, 18.12.2015, 22’. Producteur Matthieu Aron.

Magazine d’investigation présenté par Jacques Monin. Il reçoit le journaliste Benoît Collombat pour évoquer le massacre d’au moins 35 tirailleurs sénégalais au camp militaire de Thiaroye par l’armée française le 1er décembre 1944. A l’aide de témoignages directs ou indirects, et des interviews de l’historienne Armelle Mabon, du général André Bach, du service historique de l’armée de terre, du chercheur sénégalais Dialo Diop, et de Djibril Ndiaye de l’Association pour l’histoire des tirailleurs sénégalais, la version officielle est déconstruite.

Thiaroye 44, le massacre des tirailleurs africains, La marche du monde, Radio France Internationale 30.11.2014, 50’. Emission de Valérie Nivelon, réalisée par Isabelle Godineau.

Reportage de Bineta Diagne. En novembre 1944, les tirailleurs africains, prisonniers de l’armée allemande, sont les premiers à être démobilisés, et rapatriés. Dans le camp militaire de Thiaroye, ils réclament leur solde, mais ne sont pas écoutés. Leur révolte est réprimée par les armes. Des archives sonores alternent avec les interviews de Ibrahima Thioub, recteur de l’université de Dakar, d’Eloi Coly, conservateur de la Maison des esclaves de Gorée, d’Ibrahima Sane, ancien journaliste.

Sétif, Guelma et Kherrata,1945

Les massacres de Sétif, Guelma et Kherrata correspondent aux sanglantes répressions contre les algériens menées par l’armée, la police et des milices de colons, qui suivirent les manifestations pacifiques de nationalistes, lors des célébrations de l’armistice en 1945. Lors de la manifestation du 8 mai dans le Constantinois, un manifestant, bravant l’interdiction, brandit un drapeau algérien avant d’être abattu par un policier. Le rassemblement tourne à l’émeute. Les représailles durent plusieurs semaines, faisant des milliers de victimes. Selon les autorités françaises de l’époque, un millier d’algériens et 27 européens auraient trouvé la mort. Les historiens quand à eux estiment que le nombre de victimes civiles algériennes s’élèverait entre 3000 et 8000. En Algérie, le nombre de victimes officiellement reconnues est de 45 000. Ces événements sont considérés aujourd’hui comme un prélude à la guerre d’indépendance algérienne.

Les évènements de Sétif, RDF, 18.05.1945, 1’. Déclaration de Jean Amrouche sur ce qu’il appelle « une jacquerie organisée par des criminels, des agitateurs musulmans, qui a fait couler du sang français ».
Les massacres de Sétif : un certain 8 mai 1945, ARTE, 10.05.1995, 52’.

Documentaire de Mehdi Lallaoui et Bernard Langlois revenant longuement sur les massacres qui suivirent la manifestation du 8 mai 1945 durant laquelle des drapeaux algériens furent déployés. Ce film confronte les archives et les interviews des témoins de l’époque.

Rappel historique des massacres répressifs à Sétif en mai 1945, 20 heures journal, France 2, 07.05.2005, 2’.

Reportage de Bernard Lebrun revenant sur les massacres commis en mai 1945 pour réprimer les mouvements indépendantistes, comprenant une interview de l’historien Benjamin Stora et des images d’archives.

60 ans après Sétif, Radio libre, France Culture, 07.05.2005, 2h.

Magazine en deux parties présenté par Tewfik Hakem, revenant longuement sur les terribles répressions des manifestations pacifiques d’indépendantistes algériens du 8 mai 1945 et ses conséquences politiques. Dans un premier temps, quelques protagonistes et rescapés algériens de cette journée témoignent ainsi que des historiens ayant effectué des recherches sur ces massacres. Suite à la diffusion du reportage, un débat est organisé en studio avec Mehdi Lallaoui de l’association « au nom de la mémoire » et auteur du documentaire « les massacres de Sétif » de 1995, les journalistes Edwy Plenel et Jean Daniel, et l’historien Mohammed Harbi sur les conséquences persistantes de l’histoire occultée des crimes de la colonisation française, sur la question de la mémoire et de la reconnaissance officielle de la responsabilité française dans les massacres.

L’insurrection à Madagascar, 1947

En 1947, les malgaches se révoltent contre l’ordre et le système colonial. Les insurgés s‘en prennent aux colons français et aux malgaches travaillant pour l’administration coloniale. La répression conduite par l’armée française pendant une année fait des milliers de morts : prisonniers jetés depuis des avion, exécutés, morts d’épuisement ou de faim dans des camps d’internement ou dans les forêts où ils se sont réfugiés. Le nombre de victimes de cette répression fait encore débat parmi les historiens, le chiffre variant de 11 000 à 100 000 morts. Les 3 élus du Mouvement démocratique de la rénovation malgache (MDRM) à l’Assemblée constituante, pourtant hostiles à l’insurrection, sont arrêtés, malgré leur immunité parlementaire et condamnés à mort en 1948.

La reddition des tribus rebelles à Madagascar, Journal Les Actualités Françaises, 04.12.1947, 0’50 . A Manjakandriana, dans le centre de l’île, 3 500 rebelles et leur chef ont déposé les armes et imploré à genoux le pardon du représentant de la France après s’être soulevés et rebellés contre le système colonial.
Retour au calme à Madagascar après les révoltes de 1947, Radio : Programme parisien 04.03.1949, 14’, Journalistes Raymond Marcillac, Pierre Fromentin, Pierre Ichac.

Reportage de Raymond Marcillac consacré à Madagascar et à la rébellion malgache de 1947, comprenant une Interview du commandant du bataillon de tirailleurs algériens qui réprima la révolte malgache. Il explique les phases de pacification de l’île et parle de l’organisation du MDRM (mouvement démocratique de la rénovation malgache). Il est également question des richesses et des coutumes. Le ton reste condescendant et partisan.

L’insurrection de l’île rouge, Les mercredi de l’histoire, ARTE, 04.01.1995, 56’.

Documentaire de Danièle Rousselier et Corinne Godeau sur l’insurrection indépendantiste qui éclate à Madagascar le 29 mars 1947 contre les colons et le travail forcé, et sur les massacres de dizaines de milliers de malgaches qui en découlèrent. Images d’archives et témoignages de différents protagonistes dont de nombreux indépendantistes, d’anciens administrateurs coloniaux, de Jacques Rabemananjara, ancien député, co-fondateur du MDRM (Mouvement démocratique de la rénovation malgache), de Monja Jaona, indépendantiste, fondateur de la société secrète JINY, de Pasteur Ratsimazafy, membre du MDRM, de Gisèle Rabesahala, ancienne ministre de la culture, Colette Douzon, femme de l’avocat des indépendantistes et des membres du MDRM, de Daniel de Coppet, anthropologue français.

Répression à Madagascar : un avocat témoigne, Histoire parallèle, ARTE, 13.12.1997, 48’, réalisation : Didier Deleskiewicz, production : Louisette Neil. Marc Ferro reçoit Yves Dechezelles, (avocat des insurgés) à propos de l’insurrection du peuple malgache en 1947. Des extraits de “L’insurrection de l’île rouge” de Danièle Rousselier et Corinne Godeau et de “Ilo tsy very” film malgache de Randrasana Solo (1981) viennent illustrer les propos.

Le Cameroun

Dans les années 1950 et 1960, confrontées à un vaste mouvement social et politique, porté par le parti de l’Union des populations du Cameroun (UPC), les autorités françaises décident d’éradiquer militairement et politiquement cette rébellion indépendantiste. Dissolution de l’UPC, arrestations, internements forcés, bombardements, tortures, assassinats politiques, les exactions commises par l’armée française et le pouvoir camerounais, mis en place par la France, font des dizaines de milliers de victimes parmi les militants anticolonialistes et la population civile.

Le point sur la situation politique au Cameroun, RTF, 16.12.1957 : déclaration du premier ministre du Cameroun André Marie Mbida qui demande l’aide de la France pour régler les troubles dans le sud ouest du pays. Il accuse l’UPC (Union des populations du Cameroun), parti indépendantiste, influencé par le communisme de recourir à la violence.
Cameroun, autopsie d’une indépendance, France 5, 23.06.2008, 52’, Documentaire de Gaëlle Le Roy et Valérie Osouf retraçant l’histoire de l’accession à l’indépendance du Cameroun et la guerre passée sous silence qui a eu lieu jusqu’en 1970. Historiens, personnalités politiques et victimes d’une sanglante répression témoignent de l’implication des autorités françaises dans la guerre contre les indépendantistes de l’UPC. Ils mettent en lumière les méthodes de l’armée française pour contrer la rébellion (la torture, les massacres de civils et les assassinats politiques des leaders de l’opposition) et la mise en place d’un régime sous tutelle, celui de André Marie Mbida.
Indépendance du Cameroun : les bamilékés témoignent, Le zoom d’infô Afrique, France O, 29.08.2010, 2’21.

Reportage de François Badaire et Thierry Ravalet. – Agence d’Images RFO-AITV : Témoignages de survivants et d’anciens maquisards sur les exactions commises en pays Bamiléké par l’armée française avant et après l’indépendance du Cameroun.

L’implication de la France dans des massacres d’opposants camerounais dans les années 1960, Focus, France 24, 21.10.2016, 13’, magazine présenté par Julien Fanciulli.

Reportage de Nicolas Germain, consacré aux massacres commis par le gouvernement camerounais soutenu par la France contre les membres de l’UPC dans la région des Bamilékés après son indépendance, comprenant le témoignage de Max Bardet, ancien soldat français au Cameroun (1962-1964) suivi de l’interview en plateau de Thomas Deltombe, journaliste, co-auteur de « la guerre au Cameroun, l’invention de la Françafrique »

Retour sommaire

C – LA DECOLONISATION

Introduction

Sont présentés dans ce chapitre, des documents traitant de la décolonisation en général.

Décolonisations : documentaire en 3 parties  réalisé par  Karim Miske, Pierre Singaravelou, Marc Ball, ARTE, 07.01.2020 : Fresque qui évoque 150 ans de colonisation, du point de vue des colonisés et fait résonner au présent un déni qui perdure. Le récit chronologique des évènements liés aux décolonisations est éclairé à travers des exemples de luttes emblématiques. Les témoignages et les récits individuels déroulent une histoire subjective et chorale richement illustrée par de nombreuses images d’archives.

1) L’Apprentissage – 2) La Libération – 3) Le monde est à nous

Décolonisations, du sang et des larmes, France 2, 06.10.2020 : documentaire en 2 parties de David Korn Brozza et Pascal Blanchard. Première partie d’un documentaire consacré à la décolonisation française, allant des années 1930 aux années 1950 avec la guerre d’Indochine. La deuxième partie débute avec la guerre d’Algérie et se déploie jusqu’à l’indépendance des pays d’Afrique subsaharienne.
Edition spéciale : la décolonisation, RTF, 04.07.1962, 22’ : réalisé par Jacques Gérard Cornu et Jean Christophe Barbé avec le concours du Centre d’information civique : sujet didactique sur l’histoire de la décolonisation à travers la monde, commenté en plateau par Georges Jouin et illustré par des images d’archives.

1- Politiques de décolonisation

La conférence de Brazzaville de 1944

Le 30 janvier 1944, le général De Gaulle organise une conférence à Brazzaville, au Congo, avec les 21 gouverneurs des colonies d’Afrique et de Madagascar, 6 observateurs venus d’Afrique du nord et 9 membres de l’Assemblée consultative formée à Alger autour du Comité français de Libération nationale (CFLN). Aucune personnalité africaine n’a été invitée. Seul le guyanais Felix Eboué est présent en tant gouverneur de l’AEF (Afrique Equatoriale Française).

Discours du Général de Gaulle lors de l’ouverture de la conférence de Brazzaville, Radio Brazzaville, 30.01.1044, 13’

De Gaulle déclare : « la France nouvelle a décidé pour ce qui la concerne et pour ce qui concerne tous ceux qui dépendent d’elle, de choisir noblement largement des chemins nouveaux, en même temps que pratiques vers le destin ». « …si ce développement ne devait pas les conduire à un niveau tel, qu’ils puissent un jour être associés chez eux à la gestion de leurs propres affaires… »

Discours de René Pleven prononcé lors de l’ouverture de la conférence africaine de Brazzaville, Radio Brazzaville, 30.01.1944, 14’

Discours de René Pleven, commissaire aux colonies à l’ouverture de la conférence de Brazzaville. Dans un discours patriotique enflammé, il rappelle l’engagement de l’Afrique francophone aux côtés du général De Gaulle dans la lutte pour la libération. Il définit la conférence comme une phase nouvelle du redressement français et estime que les populations françaises autochtones de l’empire doivent être pleinement associées aux bienfaits du « renouveau de la France ».

L’Afrique Noire Française, Le Monde libre, Actualités Françaises, 30.01.1944, 9’30

Document consacré à la conférence de Brazzaville du 30 janvier 1944 et à la tournée en Afrique du général De Gaulle. Ce film suit le général De Gaulle tout le long des différentes étapes : Dakar au Sénégal, Abidjan en Côte d’Ivoire, Brazzaville au Congo, Bangui en Oubangui Chari, Fort Lamy au Tchad, Zinder en Haute Volta et à Gao au Mali.

L’Union française (1946-1958)

La Constitution de la IVème république de 1946 définit un nouvel ensemble, l’Union française, qui regroupe la France métropolitaine, les départements et territoires d’Outre-mer, mais aussi des territoires et États associés (protectorats, territoires sous mandat de l’ONU). Elle accorde dans les textes la citoyenneté française aux populations, abolit le code de l’indigénat et crée une assemblée élue par un double collège, qui de fait exclut toute idée d’égalité.

Les collections 

Connaissance de l’Union Française, ORTF, 1956-1957, durée variable, 6 émissions.

Magazine mensuel de Pierre Corval, présenté par Pierre Neurisse diffusé entre le 02.11.1956 et le 20.12.1957. Ces émissions ont pour but de mieux faire connaître l’Union Française. Réalisées en plateau, elles reposent essentiellement sur des interviews de personnalités, comme Félix Houphouët Boigny ou Gaston Deferre.

Union Française : magazine de la France d’Outre-Mer, RDF, 1948-1959, durée variable, 1034 émissions.

Magazine hebdomadaire consacré à la France d’Outre-mer dans ses aspects politiques, économiques et ethnologiques, composé de reportages et de commentaires en studio sur l’actualité. Les illustrations musicales sont le plus souvent issues des collections du Musée de l’homme. Cette émission radiophonique a été diffusée entre 1946 et 1960 en métropole et sur les ondes courtes. Producteurs et présentateurs : René Pottier, Pierre Ichac et Pierre Fromentin.

Almanach de l’Union Française, RTF , 1949-1951, 20’, 51 numéros.

Magazine radiophonique bimensuel destiné à mieux faire connaître aux populations d’Outre-mer et de la métropole les rites et les coutumes de chacun. 51 émissions diffusées entre le 01.11.1949 et le 14.12.1951 sur les ondes courtes, produites par Jean Le Guevel et Jean Max Guillaume.

Chants et rythmes de l’Union Française, Paris Inter, 1949-1954, durée variable, 17 émissions

Magazine produit et présenté par Madeleine Samary qui évoque des épisodes de l’histoire coloniale à l’aide de disques, de chants traditionnels et de musiques classiques. Exemple : L’Océanie, René Caillé, Rythmes du continent noir.

Les principes de l’Union Française

Les Principes de L’Union Française, RDF, 29.05.1946, 3’.

Déclaration du gouverneur général Henri Laurentie sur les principes de l’Union Française se substituant aux règles de l’indigénat.

Ce que signifie l’Union française, RDF, 21.04.1947, 1’07.

Discours de Vincent Auriol, président de la république, prononcé à Dakar sur l’Union française et le rôle de la France.

Le Plan pour l’Outre-Mer, RDF, 27.01.1949, 5’

Allocution radiophonique de Jean Jacques Juglas, président de la commission France d’Outre Mer à l’Assemblée nationale sur le rôle de cette commission dans la modernisation du code du travail, des institutions représentatives et dans le développement économique et social des territoires concernés.

La Création de l’Union française, Histoire parallèle, ARTE, 19.10.1996, 48’

Pour évoquer la création de l’Union française en 1946, Marc Ferro reçoit Georges Gorse, alors sous-secrétaire d’Etat aux Affaires musulmanes. Les deux hommes analysent les relations entre la France et ses colonies au lendemain de la deuxième guerre mondiale.

La Loi-cadre Defferre de 1956

La loi cadre du 23 juin 1956, qui porte le nom de son initiateur Gaston Defferre, alors ministre de l’Outre-mer dans le gouvernement de Guy Mollet, propose des réformes pour les territoires d’Outre-mer. Il Institue notamment le suffrage universel pour des assemblées locales ayant plus d’autonomie vis-à-vis de la métropole, et le collège unique (sauf pour l’Algérie).

Les Institutions politiques de l’Union française, Connaissance de l’Union française, ORTF, 04.12.1956, 43’.

Emission de Pierre Corval et Pierre Neurisse. Gaston Defferre, ministre de l’Outre mer, présente sa loi-cadre modifiant les institutions de l’Union française et le mode électoral en Afrique Occidentale française et Equatoriale française en répondant aux questions d’étudiants de Sciences-Po.

L’Avenir de L’Union française, Tribune de Paris : Les hommes, les événements, les idées à l’ordre du jour, RTF, 10.03.1952, 20’.

Débat consacré à l’éveil du nationalisme parmi les populations de la France d’Outre-mer par des hommes politiques de tous bords, tous conseillers de L’Union française, reçus par Raymond Thevenin : le contre-amiral Raymond Moullec (Républicain Progressiste), Paul Alduy (Secrétaire de la SFIO), Pierre Corval (MRP), Jacques Perier (Radical RGR), Georges Riond (Indépendant). Les intervenants semblent d’accord pour affirmer que si l’éveil des nationalismes est normal, prévisible après les promesses faites durant la guerre et son inscription dans la charte de l’ONU, le gouvernement français traite les nationalistes comme des criminels, (rappel des violentes répressions de ces mouvements dans de nombreux pays depuis 1945), Malgré leur dissensions, aucun ne remet en cause l’existence de l’Union Française et le rôle de la France.

Discours de Félix Houphouët Boigny à Bouaké sur la loi cadre et ses nécessités politiques, SORAFOM, 03.11.1956, 20’.

Discours du ministre délégué à la présidence du conseil de la France et président de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire. Félix Houphouët Boigny défend la loi Defferre qui propose une  « promotion nouvelle pour les territoires dans tous les domaines », et permettra, selon lui, de conduire les peuples à la gestion démocratique de leurs affaires. Il fait la promotion de ces réformes et soutient la collaboration dans la confiance et la fraternité d’une communauté franco-africaine.

Histoire des Outres mers : de l’Union française à la loi cadre Defferre, La fabrique de l’histoire, France culture, 07.05.2019, 52’.

Magazine consacré à l’histoire politique de la décentralisation en faveur des Outre-mers. Emmanuel Laurentin reçoit Frédéric Turpin, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Savoie, Anne-Laure Ollivier, historienne et Maurice Edenz, historien, spécialiste de la Guyane.

La Communauté française de 1958 

De retour au pouvoir en 1958, le général De Gaulle propose de substituer la Communauté française à l’Union Française comme principe d’union entre la France et ses colonies. Elle est adoptée lors du référendum du 28 septembre 1958, réalisé en France et dans les territoires et colonies, pour la constitution de la Cinquième république.

Discours de De Gaulle 

Vers la Communauté française : le voyage du Général de Gaulle à Madagascar et en Afrique, Actualités Françaises, 31.08.1958, 10’

Pour défendre son programme de la Communauté française, le Général de Gaulle effectue du 20 au 29 Août 1958 un voyage à Madagascar, au Moyen Congo, en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Sénégal et en Algérie. Le référendum au suffrage universel devait permettre à 13 pays africains d’acquérir une certaine autonomie au sein de la Communauté française.

Conférence de presse du général de Gaulle, Edition spéciale, RTF, 11.11.1959, 1h04’

Conférence de presse portant sur les relations diplomatiques Est-Ouest, le nucléaire, l’Algérie et sur la décolonisation en Afrique.

Voyage de De Gaulle à Tananarive, Journal des Actualités Françaises, 27.08.1958, 40’’

Voyage officiel de De Gaulle à Madagascar pour promouvoir la communauté française.

Le Référendum du 28 septembre 1958

Le Référendum de 1958 en AOF : Dakar et Casablanca, RTF, 30.09.1958, 2’

Document muet sur le référendum constitutionnel de 1958. Les électeurs de l’AOF (l’Afrique Occidentale Française) sont appelés à se prononcer sur l’intégration de leur pays au sein de la Communauté française.

Au seuil de l’espoir, Actualités Françaises, 09.1958, 10’.

Reportage consacré au référendum du 28 septembre 1958 sur la constitution de la Vème république proposé aux français, mais également aux habitants des colonies françaises, devant se prononcer sur une autonomie au sein de la communauté française.

Référendum du 28 Septembre 1958, RTF, 29.09.1958, 52’

Emission spéciale consacrée au référendum du 28 septembre 1958 pour l’adoption de la Vème république présentée par Léon Zitrone, composée de duplex avec des journalistes sur les derniers résultats en provenance des départements et territoires d’Outre-mer et de l’étranger. Pierre Corval commente les résultats de la communauté africaine, sur l’institution de la Communauté française et s’arrête sur le “non” de la Guinée. Ensuite, le journaliste Claude Joubert, en direct du ministère de la France d’Outre Mer, commente les résultats partiels avec M Basiani, représentant du ministère.

La Communauté prend le départ, Liberté d’esprit, RTF, 05.03.1959, 30’ : réalisation Arnaud Desjardins.

La communauté française créée par De Gaulle, doit régir les relations entre la France et ses anciennes colonies et l’accès à l’autonomie de 11 pays africains et de Madagascar. Après quelques mois d’existence, Pierre Corval propose un premier bilan avec ses invités : Robert Lecourt, ministre chargé de la Coopération avec les états de la Communauté, Philibert Tsiranana, chef du gouvernement de la République Malgache, Sourou Migan Apithy, premier ministre de la République du Dahomey, Auguste Denise, président du gouvernement de la Côte d’Ivoire, et Moktar Ould Daddah, premier ministre de la République Islamique de Mauritanie.

Ouverture de la 1ère session du Sénat de la Communauté, JT nuit, RTF, 15.07.1959, 10’.

Discours de Charles De Gaulle à l’occasion de l’ouverture de la première session du Sénat de la Communauté qui réunit les membres des parlements des onze républiques de l’Afrique francophone et de la République Malgache.

2 – La Décolonisation par ceux qui l’ont vécu

La décolonisation des pays sous domination française

Amateurs d’indépendance, Cycle l’heure de l’indépendance, Histoire, 28.09.2010, 52’

Documentaire de Claude Bossion et Agnès O’Martins composé de films tournés par des amateurs en Afrique entre 1955 et 1965 avec un commentaire en voix off. Les images en couleurs sonorisées saisissent des scènes de vie quotidienne et des évènements à portée historique des indépendances africaines.

L’Empire se retire, Cahiers nomades, RFI, 17.03.2003, 20’ : Zohra Sotty, Didier Bleu et Sophie Ekoué.

Entretien avec l’auteur de l’essai « L’Empire se retire », Julien A. Guenou sur la période de la décolonisation vue des pays africains colonisés et des conséquences sur l’histoire politique et sociale récente du continent.

Collection : Boulevard des indépendances, La Fabrique de l’histoire, France culture, 2009, producteur Emmanuel Laurentin.

Série de huit documentaires de 50’ consacrée à des récits de témoins des décolonisations françaises, portugaises, britanniques et belges en Afrique. 1er épisode : la Guinée Conakry (par la Radio Suisse Romande) diffusé le 21.09.2009 ; 5ème épisode : Le Togo (réalisé par André Zaleski de la RTBF) diffusé le 28.09.2009.

Collection : Etre d’ailleurs, enfants de la décolonisation, Nuits magnétiques, France culture, diffusée entre le 12.11.1996 et le 15.11.1996, 4x 1h20

Série de quatre émissions réalisées par Brigitte Rihouay et Mathieu Bénézet constituées de témoignages de personnes ayant vécu la décolonisation à partir de souvenirs, de récits d’anonymes et des écrivains René Depestre, Raphaël Confiant, François Salvaing, de lecture de textes et d’extraits de films.

1er épisode : Une histoire trop mal vécue pour être oubliée ; 2ème épisode : Y’a bon banania ou la vie en rose ; 3ème épisode : Comment tant d’histoires peuvent-elles habiter la même terre ; 4ème épisode : Notre univers n’est plus pareil.

Ailleurs : la décolonisation dans les autres empires coloniaux

Pour mettre en perspective la décolonisation des pays sous domination française, quelques archives éclairent l’histoire de la décolonisation du Kenya, de la Rhodésie, anciennes colonies anglaises et de l’Angola, ancienne colonie portugaise. La Rhodésie adopte un régime ségrégationniste et proclame unilatéralement son indépendance vis-à-vis du Royaume Uni en 1965. Au Kenya, la révolte des Mau Mau est durement réprimée par l’armée britannique. La décolonisation de l’Angola engage le Portugal dans une guerre entre 1961 et 1975.

Vingt noirs, un blanc, Panorama, ORTF, 09.07.1965, 14’

Reportage de Michel Colomes. Le système de ségrégation en Rhodésie à l’heure de la négociation de son indépendance avec la Grande Bretagne. Le premier ministre Ian Smith est un fervent partisan de l’apartheid, soutenu par la minorité blanche du pays, 200 000 personnes, face aux 4 millions de Rhodésiens noirs.

Patrouilles contre les Mau Mau, Actualités Françaises, 1953, 1’

Document muet sur la répression contre la rébellion des Mau Mau au Kenya : images de patrouilles militaires, d’arrestations et d’incendies de villages.

Le Problème Mau Mau au Kenya, RTF, 30.01.1954, 1’

Document muet avec des vues d’un camp de prisonniers.

Vue des deux camps : l’Angola, Cinq colonnes à la une, ORTF, 02.07.1965, 33’.

Reportage de Yves Guy Berges et de Claude Deflandre : enquête sur la situation en Angola, du point de vue des Portugais et des rebelles, issus des trois partis politiques anticolonialistes engagés dans la lutte pour l’indépendance.

Retour sommaire

D – LES INDEPENDANCES

1 – L’Afrique

La préparation à l’indépendance des pays africains

De la communauté française à l’indépendance

Avant la ratification des accords Mali Madagascar, JT, RTF, 09.06.1960, 1’.

Reportage. Michel Debré, le premier ministre, a signé l’indépendance de la fédération du Mali, comprenant la république du Soudan français et le Sénégal, et de Madagascar. Ces deux états demandant de rester au sein de la communauté française, il a fallu pour cela réviser la constitution, car l’article 86 stipulait qu’un état devenu indépendant cessait de faire partie de la communauté.

Allocution radiodiffusée et télévisée du général de Gaulle, RTF, 14.06.1960, 22’.

Discours du 14 juin 1960 du général de Gaulle sur le processus de décolonisation et la situation en Algérie, resté célèbre pour cette petite phrase «Il est tout à fait naturel qu’on ressente la nostalgie de ce qui était l’Empire, tout comme on peut regretter la douceur des lampes à huile, la splendeur de la marine à voile, le charme du temps des équipages. Mais quoi?! Il n’y a pas de politique qui vaille en dehors des réalités”.

Conférence de presse de de Gaulle, RTF, 05.09.1960, 1h09.

Conférence de presse au Palais de l’Elysée du général De Gaulle. Après une longue introduction sur la situation de la France, il est question de la décolonisation en Afrique, de la situation en l’Algérie, des projets de coopération européenne, du rapprochement entre le Sénégal et le Soudan et de la place de la France au sein de l’OTAN

Les Régimes politiques étrangers : les régimes africains, Heure de culture française, RTF, 15.10.1960, 10’.

Chronique de Maurice Duverger, professeur à la faculté de droit de Paris, consacrée au régime de parti dominant présent dans de la plupart des pays d’Afrique francophone ayant accédé à l’autonomie. Il estime que la formation occidentale des dirigeants peut être un rempart contre la tentation de la dictature.

L’autonomie interne

Suite au référendum du 28 septembre 1958, douze pays accèdent à l’autonomie interne au sein de la Communauté française.

La Côte d’Ivoire, république autonome dans la Communauté Française, Journal des Actualités Françaises, 10.12.1958, 1’.

La Côte d’Ivoire accède à un nouveau statut d’autonomie au sein de la communauté française suite aux résultats du référendum du 28 septembre 1958. Reportage sur le vote à l’assemblée territoriale présidée par Félix Houphouet Boigny.

L’Oubangui Chari devient la République centrafricaine, RTF, 20.12.1958, 12’.

Pierre Ichac interviewe Barthelemy Boganda, président de la République centrafricaine après le référendum du 28 septembre 1958.

Interview de M Modibo Keita, RTF, 01.08.1959, 2’30.

François de la Grange interviewe le président de la Fédération du Mali et premier ministre de la république soudanaise Modibo Keita à propos de la représentation de son pays dans la Communauté.

Réunion des ministres de l’AEF, JT 13h, RTF, 24.06.1959, 1’.

Document muet sur la réunion de Brazzaville des 22 et 23 juin 1959. Les ministres des quatre républiques du Moyen Congo, du Gabon, du Tchad et de la République Centrafricaine ont adopté les décisions de la “commission de liquidation” concernant la liquidation de l’AEF, L’Afrique Equatoriale Française.

Le cas de la Guinée 

Seul pays de l’Afrique de l’ouest à avoir refusé l’indépendance négociée, en votant non au référendum de De Gaulle en 1958, la Guinée n’est pas rentrée dans la communauté française pour pouvoir accéder à l’indépendance.

Allocution du président Sékou Touré en réponse à la proposition de communauté de De Gaulle, 25.08.1958, 2’50.

Enregistrement sonore du célèbre discours où le président Sékou Touré déclare « Nous préférons la pauvreté dans la liberté à la richesse dans l’esclavage ».

La Guinée à l’heure de l’indépendance, Journal des Actualités Françaises : édition pour l’étranger, 08.10.1958, 0’41.

Reportage : présentation du nouveau gouvernement de la république indépendante de Guinée, seul pays africain à avoir refuser d’entrer dans la Communauté française pour accéder à son indépendance.

Nikita Khrouchtchev reçoit Ahmed Sékou Touré, président de la République de Guinée, Actualités Françaises, 1959, 1’.

Document muet. Le secrétaire général du Parti Communiste de l’Union Soviétique Nikita Khrouchtchev, reçoit le chef d’état guinéen, Ahmed Sékou Touré dans sa résidence au bord de la mer noire.

Dossier relation Guinée France, FR3, 26.11.1975, 3’.

Reportage consacré aux relations entre la France et la Guinée dirigée par Sékou Touré, depuis le voyage de De Gaulle à Conakry en août 1958. Extrait d’une interview du président Sékou Touré déclarant refuser les négociations avec Jacques Foccart et le système de la Françafrique. Il se dit ouvert à une coopération sans ingérence.

Les nouvelles instances politiques

Les transferts de compétences

Transfert de compétences et proclamation de l’indépendance de la Haute Volta, SORAFOM, 05.08.1960, 19’.

Séance extraordinaire de l’Assemblée nationale de Haute Volta pour la ratification des accords de transfert de compétences. Discours de Damien Koné Begnon, président de l’Assemblée nationale et de Maurice Yaméogo, président de la République autonome de Haute Volta.

Radio mémoire : intégrale Togo, 1958, 24’.

Enregistrement de la séance d’investiture de Sylvanus Olympio avec les interventions d’élus de l’UCPN (Union des Chefs et des Populations du Nord), du Comité de l’unité togolaise (CUT), de Parti togolais du progrès (PTP) et de Sylvanus Olympio, premier ministre désigné.

Signature du transfert de compétences aux membres de l’ex AEF, SORAFOM, 12.07.1060, 6’.

Reportage sur la signature des accords, avec les discours de Michel Debré, premier ministre français, de David Dacko, président de la République centrafricaine, de Fulbert Youlou, président de la République du Congo Brazzaville et de François Tombalbaye, président du Tchad.

Hamani Diori lit un communiqué sur le transfert des compétences aux pays africains, SORAFOM, 03.06.1960, 4’.

Correspondance à propos de la rencontre entre le général De Gaulle et les quatre premiers ministres des états du Conseil de l’Entente : Hubert Maga (Dahomey), Maurice Yaméogo (Haute Volta), Félix Houphouet-Boigny (Côte d’Ivoire) et Hamani Diori (Niger) en vue de l’indépendance de leurs pays respectifs et de la procédure d’obtention du transfert des compétences.

La coopération avec la France 

Signature de la convention entre Radio France et Dahomey, JT 13 h, RTF, 23.02.1960, 33’’.

Signature, au Quai d’Orsay, de la convention SORAFOM entre la France et Dahomey, permettant la création d’une radio dahoméenne. Les signataires sont Jean Foyer, secrétaire d’État chargé des relations avec la Communauté et Hubert Maga, premier ministre de la République de Dahomey. La SORAFOM pérénnise la coopération entre la France et l’Afrique en favorisant la création de radios locales africaines et décolonisées et la fabrication de programmes par les populations locales.

Conférence de presse de Modibo Keita, SORAFOM, 21.06.1959, 1h46

Discours de Modibo Keita, vice président du Comité d’entente et de coopération franco-africain. Il rappelle le but poursuivi par ce comité : la coopération fraternelle entre africains et européens. Il tient également des propos sur la colonisation, qu’il estime avoir été un « mal nécessaire pour les africains », mais dénigre le concept raciste qui a prévalu. L’indépendance n’est pas synonyme pour lui de rupture dans les relations franco-africaines.

Hubert Maga demande le transfert des compétences, SOFAROM, 1960, 1’56.

Les membres du conseil de l’entente ont demandé l’accession à l’indépendance. Discours de Hubert Maga, premier ministre du Dahomey, qui entend poursuivre les liens de coopération de son pays avec la France.

La proclamation des indépendances : les célébrations et les discours

En 1960, douze pays africains accèdent à l’indépendance : le Cameroun (1er janvier), le Sénégal (4 avril), le Togo (27 avril), le Bénin (1er août), le Niger (3 août), le Burkina Faso (5 août), la Côte d’Ivoire (7 août), le Tchad (11 août), la République centrafricaine (13 août), la république du Congo (15 août), le Gabon (17 août), le Mali (22 septembre), la Mauritanie (28 novembre).

Fêtes de l’indépendance en Côte d’Ivoire : proclamation solennelle et discours, SORAFOM, radio, 07.08.1060, 1h09.

Reportage à Abidjan, à l’Assemblée nationale pour le proclamation solennelle de l’indépendance de la Côte d’Ivoire. Discours de Félix Houphouet Boigny, de Philippe Yace, président de l’Assemblée nationale, de Louis Jacquinot, ministre d’état représentant de la France.

Cérémonies d’indépendance du Dahomey à Cotonou, Inter actualités, RTF, 01.08.1960, 10’.

Correspondance de Justin Viera comprenant le discours de Hubert Maga, président de la république du Dahomey et du représentant de la France.

Indépendance de la Mauritanie : conférence de presse de Moktar Ould Daddah, RTF, 28.11.1960, 26’.

Conférence de presse de Moktar Ould Daddah, président de la république islamique de Mauritanie.

Fête de l’arbre dans la Haute Volta, SORAFOM, 05.08.1960, 5’24.

Reportage sur les fêtes de l’indépendance en Haute Volta comprenant le discours du président Maurice Yameogo.

L’éclatement du Mali, Journal, Actualités françaises, 31.08.1960, 1’.

Le Sénégal se retire de la fédération du Mali et proclame son indépendance. Images de Léopold Sédar Senghor devant l’assemblée législative.

Proclamation de l’indépendance du Niger par Hamani Diori, SORAFOM, 03.08.1960, 9’.

Proclamation solennelle de l’indépendance du Niger par le président Hamani Diori le 3 août 1960, suivi d’un discours.

Discours pour l’indépendance du Tchad, SORAFOM, 11.08.1960, 6’.

Reportage consacrée à la cérémonie officielle de célébration de l’indépendance du Tchad, en présence de François Tombalbaye, premier ministre du Tchad et d’André Malraux, représentant du président de la communauté, qui se termine par l’interview de Gabriel Lisette, secrétaire général du Parti Progressiste du Tchad.

Fête de l’indépendance au Gabon, RTF, 12.02.1960, 1’40

Document muet de l’United press consacré à la cérémonie officielle de l’indépendance de la république du Gabon, en présence de Robert Lecourt et Léon M’Ba, président de la république du Gabon.

2 – L’océan Indien

Madagascar 

Au Congrès de Tamatave les extrémistes ont réclamé l’indépendance totale et immédiate, Paris vous parle, RTF, 05.05.1958, 1’30.

Correspondance. Les participants au congrès du 23 avril regroupant des proches du Mouvement Démocratique de Rénovation Malgache ont demandé l’indépendance de Madagascar, contrairement aux élus de l’assemblée, qui ont voté l’autonomie au sein d’un ensemble fédéral regroupant la métropole et les territoires d’Outre-mer.

L’Atelier de l’histoire : émission du 07 février 2010 RFI, 20’.

Emission de Elikia M’Bokolo et Valérie Nivelon. En première partie d’émission, Elikia M’Bokolo évoque l’histoire de l’indépendance de Madagascar, à l’aide d’archives sonores des années 1940 et 1950.

Jacques Rabemananjara, Mémoires du siècle, France culture 25.08.1992, 58’.

Jeannette Patzierkovsky s’entretient avec Jacques Rabemananjara, écrivain et homme politique malgache. Il évoque son engagement dans la lutte pour l’indépendance, son parcours politique et personnel.

La Proclamation de l’indépendance de Madagascar, journal des Actualités Françaises, 06.07.196, 1’20.

Reportage consacré à l’indépendance de la nouvelle république malgache, avec la signature du président Philibert Tsiranana et du représentant de la France, Jean Foyer.

Madagascar et La France, Rendez vous avec X, France Inter, 04.04.2009 et 11.04.2009, 2×40’.

Emissions de Patrick Pesnot, réalisées par Stéphane Cosme consacrées aux relations entre Madagascar et la France, après l’indépendance.

L’exemple de Djibouti 

La présence française à Djibouti

Djibouti, majoritairement peuplé par les Issas et les Afars, est devenue une colonie française en 1898. Durant la période coloniale, la France a joué sur les oppositions tribales, en favorisant tantôt la minorité des Afars et tantôt les ethnies somalis, majoritaires et plus indépendantistes, aggravant les rivalités claniques.

Territoire des Afars et Issas, JT 20h, ORTF, 15.01.1973, 5’.

Reportage de Claude Carré sur l’importance et les bienfaits de la présence française dans le territoire, sur la situation socio-économique et sur l’évolution du mouvement indépendantiste.

Djibouti, L’événement, TF1, 12.02.1976, 10’ : « Djibouti, terre perdue ? »

Reportage de Jean-Louis Burgat s’intéressant au début de la présence française au 19ème siècle à Obock, à la création de la ville de Djibouti, aux tensions communautaires entre les Issas et les Afars, à l’avenir du territoire au départ de la France. Interviews d’un haut fonctionnaire (afar), d’un leader de l’opposition (issa), de Ali Aref Bouhran, président du conseil du gouvernement, d’un ancien ministre démissionnaire, du directeur d’une entreprise import export.

Djibouti, JT 20h, ORTF, 25.08.1966, 4’.

Reportage de Jean Pierre Enkiri présentant la Côte Française des Somalis, territoire d’Outre-Mer régi par la loi cadre, son statut, son économie, et la place de la femme dans la société.

La question du statut de Djibouti soumis au référendum

La Côte française des Somalis devient un Territoire d’Outre-Mer en 1958. Lors du voyage De Gaulle à Djibouti les 25 et 26 août 1966, des manifestation pour indépendance éclatent. Un barrage militaire autour de la ville de Djibouti est mis en place, l’opposition politique réprimée et un couvre-feu est instauré. Un référendum est organisé le 19 mars 1967 sur le maintien du territoire sous souveraineté française. Il y a une opposition entre le Parti du Mouvement Populaire, soutenu majoritairement par la population Issa, qui réclame d’indépendance et la population Afar des campagnes qui prône le maintien dans la République française. A l’issue du scrutin, le territoire change de nom pour devenir le Territoire français des Afars et des Issas. Ses structures de gouvernement sont modifiées mais restent sous la tutelle française.

Djibouti de nos envoyés spéciaux, JT 20h, ORTF, 26.08.1966, 3’30. 

Reportage de Georges Pitoeff sur la visite du général De Gaulle à Djibouti. Une partie de la population réclame l’indépendance, soutenue par le parti d’opposition, le PMP (Parti du mouvement populaire) et l’autre exprime son souhait de rester français. Des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont fait plusieurs victimes.

Djibouti à l’heure des choix, Panorama, ORTF, 17.03.1967, 12’ 30.

Reportage. A quelques jours du référendum sur le maintien dans la République française, le journaliste Francis Mercury explique face à la caméra les enjeux géopolitiques et économiques de cette consultation, avant de faire un état des lieux des réalités sociales du pays, de l’organisation du vote, des partis politiques en présence, à l’aide d’images et d’interviews.

Déclaration à propos du référendum à Djibouti, Actualités Françaises, 1967, 1’49.

Déclaration de Hassan Gouled Aptidon, partisan de l’autonomisme, membre du Parti du mouvement populaire (PMP) sur le référendum organisé à Djibouti sur l’indépendance ou non du territoire, et à propos des trucages du scrutin.

Le Lendemain sanglant de Djibouti, Actualités Françaises, 28.03.1967, 2’.

Reportage. De graves incidents entre les communautés Somalis et Afars en Côte Française des Somalies, ont eu lieu au lendemain du référendum du 19 Mars 1967 sur le maintien ou non des liens avec la France.

Les luttes indépendantistes

Dans les années 1960 et 1970, l’explosion démographique, la misère, le chômage, le manque de structures éducatives favorisent l’affirmation des revendications indépendantistes.

Dans les années 1970, coexistent plusieurs partis indépendantistes : les radicaux comme le Front pour la Libération de la Côte française des Somalis (FLCS), le Mouvement de libération de Djibouti (MLD) et les modérés comme le Mouvement Populaire de Libération (MPL) ou l’UNI (Union Nationale pour l’Indépendance).

Sur la scène politique de Djibouti à l’heure de l’indépendance, il y a entre autres, Hassan Gouled Aptidon, président de La Ligue Populaire Africaine pour l’Indépendance (LPAI), créée en 1975 issu du clan des Issas et Ali Aref Bourhan, qui a appelé à voter pour le maintien du territoire sous souveraineté lors du référendum de 1967.

En 1976, des membres du Front pour la Libération de la Côte française des Somalis (FLCS), qui cherchaient à obtenir l’indépendance de Djibouti, affrontent le Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale après avoir détourné un bus scolaire à Loyada.

Rapt à Djibouti, TF1, 03.02.1976, 4’30.

Document extrait du journal télévisé consacré à la prise d’otage à Djibouti de 21 enfants de militaires français par des militants du Front de Libération de la Côte des Somalis pour obtenir l’indépendance sans référendum et la libération des prisonniers politiques. Journaliste en plateau Roger Gicquel, correspondance téléphonique avec l’envoyé spécial Edmond Simonnot, suivi du reportage de Bruno Masure (comprenant les interviews de Syad Barre, président de la république de Somalie, de Ali Aref, président du conseil du gouvernement).

Djibouti, Stirn, le journal de 20h, Antenne 2, 03.02.1976, 3’.

Reportage du journaliste Claude Gaignaire comprenant des images de contrôles policiers et de manifestations pour l’indépendance, et les interviews de leaders indépendantistes, qui se disent prêts à la guérilla si la France n’accepte pas l’indépendance de Djibouti.

Opposition Djibouti : Hassan Gouled + Ali Aref, TF1 actualités, 06.02.1976, 2’30. 

Déclarations de Hassan Gouled : il explique que le LPAI (Ligue Populaire Africaine pour l’Indépendance) veut obtenir l’indépendance pacifiquement mais que lui-même prendra les armes s’il le faut. Ali Aref, président du conseil pense que l’indépendance de Djibouti n’est pas viable sans l’appui des pays voisins et la garantie d’une grande puissance.

L’indépendance

Le 8 mai 1977, le troisième référendum d’autodétermination confirme le choix de la population à l’indépendance. Olivier Stirn, ministre des Outre-Mer du président Valéry Giscard d’Estaing, conduit le Territoire Français des Afars et des Issas à l’indépendance. Ce territoire devient la République de Djibouti le 27 juin 1977. Le gouvernement de Djibouti concède cependant le maintien de la présence militaire française sur le territoire et une coopération privilégiée avec l’ancien colonisateur.

Réactions O Stirn, FR3, 08.05.1977, 1’30.

Le secrétaire d’état aux DOM-TOM, Olivier Stirn, fait le point sur le référendum et les élections à Djibouti. Il fait part de la volonté de la France d’envisager une coopération avec le futur état.

Indépendance de Djibouti, FR3, 28.06.1977, 5’.

Reportage de Serge Sole sur l’indépendance de la République de Djibouti, comprenant les discours de Hassan Gouled, président de la république de Djibouti et l’interview de Ahmed Dini, président de l’assemblée nationale à propos des épreuves qui attendent le pays et de la coopération avec la France.

Djibouti : l’indépendance. La République de Djibouti, Spécial DOM TOM, RFO, 03.07.1977, 11’.

Reportage de Henri Lebegye. Hassan Gouled vient d’être élu premier président de la République de Djibouti, et Ahmed Dini, président de l’Assemblée Nationale, tous deux ayant lutté pour l’indépendance au sein de la Ligue Populaire Africaine pour l’indépendance. Bilan de la situation géopolitique, économique et sociale du pays et des défis à venir.

3 – Le Maghreb

Introduction

Maghreb et Union française, Les Carnets d’Histoire parallèle, ARTE, 02.07.2005, 30’.

A travers un montage d’extraits d’interviews réalisées entre 1996 et 2000, Marc Ferro propose un aperçu de la politique coloniale française et du début du processus de décolonisation menés au Maghreb après la seconde guerre mondiale. Extraits d’interviews avec Georges Gorse, ancien sous-secrétaire d’état aux affaires musulmanes, Ferid Boughedir, cinéaste tunisien, Abdallah Laroui, historien marocain, et Mohammed Harbi, historien algérien.

La Vie nord africaine n°7, Actualités Françaises, 1946, 9’25.

Trois sujets consacrés aux actions de la France dans les territoires du Maghreb sous domination coloniale : les missions médicales, éducatives et hydrogéologiques françaises au Maroc dans la région du Tafilalet, la reconstruction des ports en Tunisie, la visite du gouverneur général Yves Chataigneau à Sétif après les massacres de 1945, l’inspection d’un centre de formation et de l’hôpital colonial.

Collection : la Vie nord africaine. Actualités Françaises.

Série de 13 émissions d’environ 10’ proposant des reportages sur l’actualité du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie, diffusés en 1945 et 1946. Magazine d’information politique, économique et sociale, il propose des sujets sur la société et la vie quotidienne dans les 3 pays sous domination coloniale française.

Le Maroc

L’époque coloniale 

Le Centenaire de Lyautey, Actualités Françaises, 25.11.1954, 1’.

Reportage réalisé à l’occasion du centenaire du général Lyautey, cérémonie d’hommage au militaire des campagnes coloniales et premier résident général du protectorat marocain.

Pèlerinage à Moumay Idriss, Actualités Françaises, 19.10.1945, 40’’.

Lors du pèlerinage dans la ville de Moulay Idriss, le résident général de France au Maroc, Monsieur Puaux, est venu apporter le salut de la France aux populations du protectorat en déclarant “attester notre présence sur une terre où nous avons acquis des droits”.

Le Maroc au début du 20ème siècle, Heure de culture française, RDF, 03.11.1947, 7’40.

Causerie sur l’organisation politique du Maroc au début du 20ème siècle et sur la colonisation du Maroc par la France : le pouvoir du sultan, le rôle des vizirs, la progression de la conquête française du territoire, les révoltes internes, les enjeux géopolitiques avec les grandes puissances étrangères, le traité du protectorat de 1912, l’arrivée du général Lyautey.

Histoire de la mise en valeur du Maroc, Heure de culture française, RDF, 03.11.1947, 7’40.

Causerie de monsieur Dupuy consacrée à la colonisation française du Maroc. La « mise en valeur » du territoire est décrite comme le fait de la puissance colonisatrice : le développement et la modernisation des techniques agricoles, des infrastructures, et de l’exploitation minière.

Le mouvement nationaliste et la stratégie politique de la France

Malgré la naissance de l’Istiqlâl en 1943, parti nationaliste revendiquant la fin du protectorat français et l’instauration d’une monarchie constitutionnelle, le combat pour l’indépendance est largement monopolisé par la figure royale, le sultan Mohammed Ben Youssef.

Dans son discours du 10 avril 1947, il appelle à l’unité du Maroc et plus tard, lors de la fête du Trône, le 18 novembre 1952, il n’hésite pas à demander une « émancipation politique, totale et immédiate du Maroc ». Les résidents généraux du Maroc nommés par la France sont partisans d’une reprise en main et de fermeté.

En 1953, Le général Guillaume soutient la conspiration menée par le pacha de Marrakech Thami El-Glaoui, allié aux grands caïds des tribus berbères. Ces féodaux craignent de voir disparaître leurs privilèges préservés par la France. Mohammed Ben Youssef est destitué et remplacé par Mohammed Ben Arafa jugé plus conciliant. Le sultan exilé à Madagascar suscite une véritable ferveur populaire.

La Visite du sultan du Maroc à Tanger, Actualités Françaises, 17.04.1947, 1’.

Le sultan du Maroc visite la zone espagnole et Tanger, ville à statut international. Dans un discours prononcé le 10 avril 1947 dans les jardins de la Mendoubia, Mohammed Ben Youssef insiste sur l’unité des trois zones marocaines.

Brusque évolution de la situation au Maroc, Actualités Françaises, 20.08.1953, 1’12.

A Marrakech, Thami El-Glaoui mobilise les grands caïds et des berbères contre le sultan Mohammed Ben Youssef. Mohammed Ben Arafa est désigné nouveau commandeur des croyants, à la place du sultan.

Autour de l’affaire de Tetouan, Actualités Françaises, 28.01.1954, 34’’.

Au Maroc espagnol, des manifestants contestent la légitimité du nouveau sultan, Mohammed Ben Arafa, soutenus par le haut commissaire García Valiño, entraînant un incident diplomatique entre la France et l’Espagne.

Attentat contre le sultan du Maroc, Actualités Françaises, 11.03.1954, 1’.

Lors d’une visite officielle à Marrakech, le sultan Mohammed Ben Arafa est victime d’un attentat à la grenade qui le blesse légèrement.

Les révoltes, les attentats et la répression

Alors que la répression entrave toute action politique, la lutte armée se développe. Les attentats se multiplient contre les fonctionnaires du protectorat, leurs collaborateurs marocains et les civils européens. La révolte est durement réprimée par l’armée française.

Les Émeutes à Casablanca, Actualités Françaises, 19.07.1955, 1’.

Reportage sur les obsèques des victimes de l’attentat du 14 juillet à Casablanca qui furent suivies de nouvelles émeutes et incendies, l’état de siège fut proclamé et la « troupe » déployée dans la ville.

Les Évènements au Maroc, RTF, 22.07.1955, 11’40.

En visite à Marrakech, Gilbert Grandval, résident général de France au Maroc, est interviewé par Georges de Caunes après l’attentat nationaliste du 14 juillet à Casablanca, qui a causé la mort de six Européens, et entraîné des émeutes anti-marocaines.

Le Massacre d’Oued Zem, Actualités Françaises, 26.08.1955, 2’.

Au Maroc, à Oued Zem, un massacre d’européens et de marocains a eu lieu le 20 août 1955 perpétré par des tribus arabes pendant la période de déposition du sultan.

Soumission des tribus Zaians, Actualités Françaises, 30.08.1955, 1’. 

Des milliers d’hommes des tribus berbères impliqués dans les massacres de Oued Zem se rendent aux autorités françaises.

Evènements du Maroc, Actualités Françaises, 23.08.1955, 1’22.

Reportage dressant le bilan des émeutes dans la médina de Casablanca.

Les Négociations et la signature des accords 

Après les émeutes et les massacres de début août , des pourparlers finissent par être engagés à Aix-les-Bains à la fin août 1955. Le sultan Mohammed Ben Youssef négocie à La Celle-Saint-Cloud le texte fixant l’accès du Maroc au statut d’État indépendant « uni à la France par des liens permanents d’une interdépendance librement définie et consentie ».

L’indépendance est proclamée le 2 mars 1956. Le protectorat espagnol disparaît quelques semaines après, mettant fin à la division territoriale du Maroc.

Conférence franco-marocaine, Actualités Françaises, 26.08.1955, 30’’.

Conférence franco marocaine à Aix les Bains réunissant des représentants marocains, le président du conseil Edgar Faure et les membres du comité interministériel.

Mohammed V expose le cadre de l’indépendance du Maroc, Paris vous parle, RTF, 10.11.1955, 1’.

Déclaration de Mohammed V, traduite ensuite par le prince héritier Moulay Hassan à propos des accords de La Celle Saint Cloud qui doit conduire à l’indépendance du Maroc et la constitution d’une monarchie constitutionnelle.

Retour de S.M. le sultan, Actualités Françaises, 18.11.1955, 2’.

Le sultan Mohammed V est de retour au Maroc après deux ans d’exil forcé. Il est accueilli triomphalement à Rabat.

La Déclaration commune franco-marocaine à Paris, JT 20h, RTF, 02.03.1956, 4’.

Signature de la déclaration de l’indépendance du Maroc et discours de Christian Pineau, ministre des affaires étrangères et Mbarek Lahbil Bekkai, président de conseil du gouvernement du Maroc.

Signature de l’indépendance du Maroc, Actualités Françaises, 07.03.1956, 30’’.

Christian Pineau et Si Bekkaï signent en mars 1956, au Quai d’Orsay, la déclaration commune qui donne son indépendance au Maroc.

L’indépendance du Maroc, Un printemps 1956, France 5 , 18.03.2006, 56’.

Documentaire de Frédéric Mitterrand sur les évènements qui débouchèrent sur l’indépendance du Maroc, avec des images d’archives et des interviews : Ahmed Ben Kirane, ancien ministre, Mohamed Cherkaoui, ancien ministre, Amine Bengeloun, ancien ministre, M’Hamed Boucetta, militant fondateur de l’Istiqlâl, Pierre Maurice Geissmann, militant amitié Franco-marocaine, Robert Verdier, militant SFIO, Ahmed Osmane, ancien premier ministre, Abraham Serfaty, militant fondateur du PC marocain, Jean Lacouture, écrivain journaliste, Mohamed Douiri, ancien ministre, Jean Mauriac, ancien directeur de l’AFP, SAR Lalla Amina, fille de SM Mohammed V.

La Tunisie

La période coloniale

Les troupes militaires française pénètrent en Tunisie en 1881, le pays étant alors sous domination de l’empire ottoman. Le protectorat français de Tunisie est officialisé par le traité du Bardo la même année.

Le régime des beys de Tunis, institué sous l’empire ottoman, est un système monarchique. Durant la période du protectorat français, les pouvoirs de ce dernier sont réduits. Le dernier bey de Tunis est Lamine Bey.

70 ans de présence française , Actualités Françaises, 1951, 14’.

Documentaire commenté par Philippe Este. Film glorifiant la présence française en Tunisie et insistant sur la modernisation apportée au pays en deux générations.

La Tunisie, RTF, 22.09.1950, 5’.

Chronique au ton très colonialiste de Jean Oulif. Après avoir vanté les progrès apportés par la France à la Tunisie, il regrette les revendications des autonomistes. Suit une interview enregistrée du journaliste et spécialiste de la Tunisie, Henri de Montety et celle d’un paysan tunisien.

Voyage du général Mast, Actualités Françaises, 1945, 7’.

Reportage sur la visite du général Mast, nouveau résident général de France et sur la reconstruction du pays par la France “sûre de sa mission de civilisation” après la guerre.

Les Beys de Tunis, une monarchie dans la tourmente coloniale, TV5MONDE, 25.07.2007, 55’.

Documentaire de Mahmoud Ben Mahmoud retraçant l’histoire de la monarchie des Beys de Tunis, leur rôle dans la colonisation, la naissance des aspirations indépendantistes, la seconde guerre mondiale et les négociations pour l’autonomie de la Tunisie. Des historiens (Lilia Blili, Abdelhamid Larguèche, Claude Nataf, Adnane Manser), des hommes politiques (Driss Guiga, Ahmed Ben Salah, Ahmed Mestiri) et des descendants du dernier bey ponctuent de leurs interventions le montage d’images d’archives et d’illustration.

La Situation politique

Le Néo Destour est le principal parti nationaliste tunisien. Ses leaders les plus en vue sont Habib Bourguiba et Salah Ben Youssef. Moncef bey, destitué de son trône par les français en 1943, soutient la lutte nationaliste depuis son exil en France.

Après la seconde guerre mondiale, le ministre des affaires étrangères, Robert Schuman évoque la possibilité d’une indépendance de la Tunisie. M’hamed Chenik devient Premier ministre en 1950 avec pour objectif de négocier l’autonomie interne de la Tunisie. Mais les réformes tardent et le gouvernement français enterre le processus dans une note du 15 décembre 1951 qui reconnaît le « caractère définitif du lien » unissant la France et la Tunisie. Le tournant est confirmé par l’arrivée du résident général Jean de Hauteclocque, début 1952.

Investiture du nouveau gouvernement tunisien au palais de Carthage par le Bey de Tunis, Actualités Françaises, 24.08.1950, 30’.

En août 1950, M’Hamed Chenik est investi par le bey de Tunis à la tête du nouveau gouvernement tunisien.

Arrivée de Jean de Hauteclocque en Tunisie, Actualités Françaises, 17.01.1952, 30’’.

Le 13 janvier 1952, Jean de Hauteclocque, nouveau résident général de France, arrive en Tunisie sur un navire de guerre.

Tunisie, géopolis, France 2, 19.03.1994, 45’. réalisation Henri Legoy.

Magazine consacré à la Tunisie, présenté par Claude Sérillon : comprenant un reportage Tunisie vers l’indépendance retraçant l’histoire du pays jusqu’à 1956 et une courte interview de l’historien Benjamin Stora sur les antagonismes au sein des mouvements nationalistes et les opposants à Bourguiba et au Néo destour.

La Répression des mouvements nationalistes

Les indépendantistes tentent de porter plainte contre la France à l’ONU en mars 1952. En réaction, des dizaines de membres du Néo Destour, dont Bourguiba, sont arrêtés. Farhat Hached, leader de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), autre figure indépendantiste, est assassiné par l’organisation colonialiste extrémiste de la Main rouge.

Evènements tragiques de Tunisie, Actualités Françaises, 1952, 2’21.

Après l’assassinat de Ferhat Hached, l’opinion tunisienne impute à la France la responsabilité de l’attentat contre le syndicaliste, leader nationaliste et secrétaire général de Union Générale Tunisienne du Travail. Document muet composé d’une succession d’images des dégâts causés par des bombes et de la surveillance policière et militaire de la ville.

Le Journal du temps : assassinat de Farhat Hached 1952, 28 minutes, ARTE, 07.02.2013, 2’.

Reportage sur l’assassinat en décembre 1952 en Tunisie, alors sous protectorat français, de Farhat Hached, leader syndicaliste de l’UGTT (Union Générale Tunisienne du Travail), syndicat indépendantiste.

Farhat Hached, syndicaliste tunisien assassiné en 1952, Destinées, RFI, 01.01.1992, 40’. journaliste Tshitenge Lubabu

A travers le portrait du leader de l’UGTT, le journaliste évoque le mouvement anti-colonialiste et syndicaliste de l’époque en Tunisie et la répression des autorités françaises. Il revient sur l’assassinat de Farhat Hached par la Main rouge, une organisation terroriste française anti-nationaliste.

La position du gouvernement face à l’affaire tunisienne, Tribune de Paris, RTF, 25.01.1952, 20’.

Débat animé par Paul Guimard avec les journalistes : Georges Alschuler (Combat), Marcel Gatilly (Le Figaro), Jean Guignebert (Libération), Bernard Lefort (Franc tireur), Henri Nogueres (le Populaire), Albert Olivier (le Rassemblement), Jean Teitgan (presse MRP), Jean Raymond Tournoux. Ils discutent de l’ « œuvre de la France » et de la politique de fermeté et de conciliation de la France face aux évènements en Tunisie, de l’emprisonnement de leaders nationalistes qui a envenimé le conflit jusqu’à l’usage de blindés.

La Lutte armée, les attentats et la répression

Troubles (actes de terrorisme) et mesures d’ordre dans la régence, Actualités Françaises, 31.01.1952, 1’.

Le résident général Hauteclocque ordonne le déploiement de soldats et de chars suite à des émeutes et des incendies qu’il attribue au parti du Néo Destour.

Attentats terroristes à Tunis, Journal de Actualités françaises, 22.05.1952, 1’.

Reportage sur les attentats dans un cinéma et une pharmacie à Tunis.

Les Evènements de Tunisie , Actualités françaises, 07.02.1952, 1’.

Reportage sur les opérations de police dans la région de Cap Bon et sur la grève générale à Tunis.

Les Négociations et le retour d’exil des leaders nationalistes

Pierre Mendès France concède l’autonomie interne à la Tunisie le 31 juillet 1954. Des conventions sont signées en 1955 avec le premier ministre tunisien Tahar Ben Ammar, qui aboutissent à la reconnaissance officielle de l’indépendance de la Tunisie le 20 mars 1956.

Extraits de la conférence franco tunisienne à Carthage : séance inaugurale, RTF, 04.09.1954, 14’.

Lecture du discours de Lamine Bey, déclaration de Christian Fouchet, ministre des affaires tunisiennes et marocaines et discours de Tahar Ben Ammar, chef du gouvernement tunisien.

Voyage du président Mendès France en Tunisie, Actualités Françaises, 05.08.1954, 1’.

Pierre Mendès France, président du Conseil, accompagné du Maréchal Juin et de Monsieur Christian Foucher, secrétaire des Affaires Tunisiennes et Marocaines, s’est rendu à Tunis afin d’établir l’autonomie interne de l’Etat tunisien.

Le Retour de Monsieur Bourguiba en Tunisie, RTF, 02.06.1955. [document muet]

Le 1er juin 1955, Habib Bourguiba rentre en Tunisie après plusieurs mois d’exil forcé. Porté par la foule au débarquement du bateau, applaudi tout le long du cortège, il est reçu par le bey de Tunis au palais de Carthage.

Monsieur Salah Ben Youssef à Tunis, Actualités Françaises, 16.09.1955, 1’. 

Retour de Salah Ben Youssef, secrétaire général du Néo Destour en Tunisie après 3 ans d’exil.

L’Accession à l’indépendance le 20 mars 1956

Signature du protocole d’accord franco-tunisien à Paris, JT 20H , RTF, 20.03.1956, 2’50.

Signature du protocole franco-tunisien à Paris confirmant l’indépendance de la Tunisie, entre Christian Pineau, ministre des affaires étrangères et Tahar Ben Ammar.

Retour sommaire

Focus sur les guerres d’indépendance : l’Indochine et l’Algérie

LA GUERRE D’INDOCHINE

L’Indochine sous domination coloniale

Vietnam : la perle de l’empire (1000-1945), Antenne 2, 15.01.1984, 58’.

Documentaire de Henri de Turenne sur l’histoire du Vietnam jusqu’en 1945 à partir d’images d’archives : les étapes de la conquête coloniale française en Asie, la vie des Vietnamiens sous l’administration coloniale, les soulèvements contre l’occupation et la lutte pour l’indépendance.

L’Indochine française, Histoire, 20.08.2012, 58’

Documentaire historique de Franck Segrétain. Récit de la colonisation et de la présence française en Indochine de 1858 à 1954. Le montage d’archives est commenté en voix off.

Doc lap indépendance, Vietnam la première guerre 1945-1954, Antenne 2, 01.03.1992, 55’.

Documentaire de Danièle Rousselier et Jérôme Michaud retraçant au travers des documents et des témoignages l’histoire de la colonisation de l’Indochine par la France jusqu’en 1946 et les débuts de la lutte anticoloniale. Les témoins racontent la violence du système colonial français et la répression des mouvements de contestation qui ont motivé leur engagement dans la lutte de libération. Sont interviewés, entre autre, Pham Van Dong, ancien premier ministre, le général Giap, Chef de l’Armée populaire vietnamienne, Tran Van Giau, leader du sud, François Missoffe, émissaire de la France Libre, Hoang Minh Giam, ancien ministre, Pierre Messmer, ancien premier ministre, Nguyen Manh Ha, ancien ministre, et Raymond Aubrac.

La France est notre patrie, France 3, 11.06.2015, 1h15.

Documentaire de Rithy Panh constitué exclusivement d’images d’archives, sans commentaire, retraçant l’histoire de la colonisation française en Indochine du début du 20ème siècle jusqu’à la chute de Dien Bien Phu.

La décolonisation 

Dans cette partie, les documents sélectionnés traitent de la décolonisation de l’Indochine dans sa globalité.

Collection : Chronique d’une guerre oubliée l’Indochine 1945-1954, France Culture, 1990, réalisé Bernard Sugy et produit par Patrice Gélinet

Collection de 7 documentaires de 1 heure diffusés entre le 13 et le 21 août 1990 retraçant chronologiquement la guerre d’Indochine : Saïgon, la perle de l’Empire ; Hanoï, 2 septembre 1945, la proclamation de l’indépendance, Haïphong ; Cao Bang, octobre 1950 : le désastre de la RC 4 ; Vinh Yen, janvier 1951 : l’année De Lattre ; Dien Bien Phu, le 7 mai 1954 ; Genève, 20 juillet 1954 : fin de la guerre. Montage de témoignages recueillis en France et au Vietnam, d’archives sonores et de lectures de textes.

Plateau invités : Xuan Phuong et Jean Luc Einaudi, le Journal de l’histoire, France 5, 26.04.2001, 13’

Guillaume Durand anime un débat sur la guerre d’Indochine entre deux écrivains, Xuan Phoung, auteure d’un récit autobiographique Ao Dai : du couvent des Oiseaux à la jungle du Viet-minh et l’historien Jean Luc Einaudi, auteur de Viet-nam ! La guerre d’Indochine 1945-1954.

Les Débuts de la guerre d’Indochine, France Inter, 2000 ans d’histoire, 17.11.2010, 28’.

Patrick Gélinet présente cette émission en direct et en public du 21ème Festival International du film d’Histoire de Pessac. Il s’entretient avec Eric Deroo, anthropologue, chercheur associé au CNRS et documentariste, et Jacques Perrin, réalisateur et producteur, pour évoquer l’Indochine, colonie française d’exploitation et les débuts de la guerre d’indépendance.

Et la France quitta l’Indochine, droit de suite, LCP, 25.03.2019, 1h30

Après la diffusion du documentaire L’Indochine de Laurent Portes consacré à la guerre d’indépendance de l’Indochine, Jean Pierre Gratien anime un débat avec Philippe Papin, historien spécialiste du Vietnam, Ivan Cadeau, auteur de La Guerre d’Indochine, et   Jean Yves Le Naour, historien.

L’Indochine pendant la seconde guerre mondiale

Profitant de la défaite française en Europe en juin 1940, l’armée japonaise occupe l’Indochine. Le gouvernement de Vichy, par son représentant le gouverneur l’amiral Decoux, collabore avec le Japon qui reconnait la souveraineté française jusqu’au 9 mars 1945, date à laquelle l’armée japonaise attaque les positions et l’administration françaises pour prendre le contrôle total de la péninsule. Le Viet Minh, mouvement nationaliste fondé par le parti communiste indochinois en 1941, opère une guérilla contre les forces d’occupation japonaises durant tout le conflit.

Conflit en Indochine, Journal les Actualités Mondiales, 15.01.1941, 1’

Après l’explication, à l’aide d’une carte de l’évolution des frontières internes de la péninsule indochinoise, le reportage rappelle les accords conclus entre la France et le Japon pour repousser l’attaque chinoise au Vietnam.

Le Temps des colonies : les années de guerre dans l’atmosphère coloniale, Les matinées de France culture, France Culture, 02.09.1993, 1h.

Documentaire de Bernard Treton, Anne de Gasperi . Des coloniaux témoignent de l’occupation japonaise en Indochine, des événements survenus après le 9 mars 1945 et des atrocités commises par les militaires japonais.

Indochine 45-46 : un combat, une résistance inconnue, ORTF, 11.03.1965, 55’.

Documentaire historique à base d’archives et d’interviews de français témoins des évènements, réalisé par Edmond Tyborowsky avec un commentaire de Jacques Legris. Il est question de l’Indochine durant la seconde guerre mondiale, de l’attaque des forces japonaises qui mettent fin à la présence française en Indochine le 9 mars 1945, puis des débuts de la guerre d’indépendance jusqu’à l’échec de la conférence de Fontainebleau en 1946.

Commémoration de la bataille du 9 mars 1945 en Indochine, Rennes soir, France 3 Rennes, 09.03.1995, 1’40.

Les journalistes Jeanne Roth et Raymond Boudet réalisent un sujet sur la commémoration de la bataille du 9 mars 1945 avec le témoignage de Raymond Fauveau, ancien des FFI, rescapé des « cages japonaises ».

La Libération et la proclamation de la république (1945)

A la capitulation du Japon, profitant de la confusion régnant dans le pays et l’absence de l’administration et de l’armée française, le Viet Minh prend le contrôle d’une grande partie du territoire. Ho Chi Minh déclare l’indépendance le 2 septembre 1945. La France renvoie un corps expéditionnaire pour reprendre possession du territoire.

Hanoï, 2 septembre 1945, la proclamation de l’indépendance, Chronique d’une guerre oubliée l’Indochine 1945-1954, France culture, 14.08.1990, 1h : réalisation Christine Bernard Sugy, production par Patrice Gélinet.

L’émission est consacrée à la proclamation de l’indépendance de la république du Vietnam le 2 septembre 1945 et l’échec des négociations qui suivent. Elle est constituée d’un montage d’archives sonores, de lectures de textes (dont des discours de Ho Chi Minh) et de témoignages recueillis en France et au Vietnam (Pierre Messmer, commissaire de la république, le général Giap, Bao Dai, ancien empereur d’Annam, Phan Van Nong, ancien ministre du Vietminh, Jacques Massu, militaire de carrière, Philippe Franchini, historien, Philippe Devillers, journaliste et écrivain…)

Envoi de troupes chargées de rétablir l’ordre en Indochine, RDF, 04.10.1945, 1’30.

Déclaration de Louis Jacquinot, ministre de la marine, sur l’envoi le 3 octobre 1945 de navires militaires vers Saïgon.

Départ du paquebot Le Pasteur pour Saïgon, Actualités françaises, 1945, 2’.

Document muet sur le départ du paquebot qui emmène des troupes françaises vers l’Indochine (il assurera la liaison entre octobre 1945 et février 1956).

En Indochine, Leclerc est partout, Journal des Actualités françaises, 07.12.1945, 2’.

Le général Leclerc, nommé le 16 août 1945 commandant supérieur du corps expéditionnaire français en Extrême-Orient, est envoyé en Indochine afin de reprendre en main le territoire français.

Le Retour des français en Indochine

Entrée des troupes françaises à Hanoï, Actualités Françaises, 11.04.1946, 1’

Images de l’arrivée des militaires français accueillis par la foule et de la passation de pouvoir entre le commandant en chef des forces chinoises et le général Leclerc.

Arrivée de Thierry d’Argenlieu et scènes de rues, Actualités Françaises, 1946, 1’30.

Document muet sur l’arrivée du haut commissaire de France à Saïgon, montrant des images de soldats français patrouillant dans la ville et des scènes de rues.

La Reconnaissance de la république du Vietnam (1946) 

Les Accords

Signature des accords entre Jean Sainteny (commissaire de la République pour le Tonkin et l’Annam) et Ho Chi Minh : la France reconnait la république démocratique du Vietnam et son autonomie au sein de l’Union Française en mars 1946. Une solution diplomatique est envisagée, mais les négociations lors de la conférence de Fontainebleau échouent. En 1946, le haut commissaire d’Argenlieu, nommé par De Gaulle, proclame unilatéralement l’autonomie de la Cochinchine, en dépit de ce qui avait été convenu entre Ho Chi Minh et Sainteny, le 6 mars 1946.

Signature de la convention sur l’Indochine dans l’Union française, RDF, 19.03.1946, 5’50.

Déclaration de Marius Moutet, ministre de la France d’Outre-mer sur la convention signée le 6 mars 1946 entre Ho Chi Minh et le commissaire du Gouvernement provisoire de la République française, Jean Sainteny.

Signature de l’accord du Vietnam à bord de l’Emile Bertin, Journal des Actualités Françaises, 25.04.1946, 1’

Ho Chi Minh, chef du gouvernement de la république démocratique du Vietnam signe avec l’amiral Thierry D’Argenlieu, haut commissaire de France en Indochine, la “convention de l’indépendance indochinoise”.

Le 60ème anniversaire des accords Sainteny , 2000 ans d’histoire, France Inter, 06.03.2006, 27’.

Patrice Gelinet reçoit Isabelle Villedieu qui a consacré son mémoire de maitrise d’histoire à l’action de Jean Sainteny au Tonkin et Frédéric Turpin, maitre de conférence en histoire contemporaine à l’Université d’Artois. Ils évoquent les accords Sainteny, accords qui selon eux auraient pu empêcher la Guerre d’Indochine.

Les Accords de Fontainebleau

Ho Chi Minh à Paris, Actualités Françaises, 1946, 2’ : document muet.

Ho Chi Minh, président proclamé de la République démocratique du Vietnam est reçu avec les honneurs d’un chef d’état par Marius Moutet, ministre de la France d’Outre-mer et Georges Bidault, président du gouvernement provisoire de la république.

Séance inaugurale de la conférence de Fontainebleau, RDF, 06.07.1946, 5’.

Reportage de Henri Sadorge. Déclarations de Max André, chef de la délégation française et Pham Van Dong, le représentant de la délégation du gouvernement de Hanoï.

Déclaration de Ho Chi Minh avant de regagner le Vietnam, RDF, 15.09.1946, 2’45.

Discours diplomatique de Ho Chi Minh à l’issue des séances de négociations, faussement optimiste sur la dissipation des malentendus, sur l’indépendance du Vietnam et son entrée dans l’Union Française.

L’insurrection et le début de la guerre

Le 23 novembre 1946 éclate l’affaire de Haïphong. Suite à un affrontement avec les Vietminhs lors d’un contrôle douanier, l’armée française bombarde de la ville et fait des milliers de victimes civiles. Le 19 décembre 1946, les forces vietminh attaquent la ville de Hanoï.

Réception du général Leclerc à Amiens, RDF, 1946, 10’.

Discours du général Leclerc à Amiens enregistré le 04.09.1946 sur la victoire des troupes armées contre le mouvement de révolte en Indochine luttant contre la présence française. Il fait ensuite la promotion des missions de l’armée française dans la reconstruction des écoles, des hôpitaux, des activités agricoles et économiques.

Haïphong, chronique d’une guerre oubliée l’Indochine 1945 1954, France culture, 15.08.1990, 58’ : Christine Bernard Sugy, producteur Patrice Gélinet.

Retour sur le déclenchement de la guerre : les bombardements de Haïphong et le soulèvement général du Vietminh à Hanoï. Avec les témoignages d’anciens militaires français et vietnamiens.

Premières vues authentiques des évènements d’Indochine, Journal Les Actualités Françaises16.01.1947, 4’21.

Reportage de Georges Mejat à l’occasion de la visite de Marius Moutet, ministre de la France d’Outre-mer en Indochine, un mois après le soulèvement du Vietminh contre les forces françaises à Hanoï.

Interview de Marius Moutet à son retour d’Indochine, RDF, 12.01.1946, 5’.

Reportage de Monique Berger. Déclaration du ministre Marius Moutet sur les hostilités en Indochine et le devoir de protection des soldats et des ressortissants français.

Décembre 1946 : le début de la guerre d’Indochine, l’histoire en directe, France Culture, trois émissions de 1 heure diffusées les 7, 14 et 19 juin 1993 de Bernard Sugy et Patrice Gélinet.

Montage d’archives et d’entretiens réalisés en France et au Vietnam avec Pierre Messmer, ancien directeur du cabinet du haut commissaire de la République en Indochine, Philippe Franchini, franco-vietnamien natif de Saïgon, Philippe Devillers, ancien membre d’état major du général Leclerc, Jacques de Folin, chef de cabinet, le général Gras, le général Giap Von Nguyen, Roland Sadoun, présent lors des accords, Pham Von Dong, homme politique, Jean Pouget, aide de camp militaire, Lucien Bobard, écrivain, de Bao Daï, ancien empereur.

La Guérilla : 1946-1950

L’affaire de Monkay, Radio Saïgon, Ondes courtes, 07.04.1949, 12’.

Témoignage d’un homme sur l’attaque de la citadelle par des tirailleurs non identifiés, venus de Chine ou des Nung soutenant le Vietminh.

Enquête sur l’Indochine : la difficulté d’assurer la sécurité publique, RTF, 29.08.1949, 6’.

Le journaliste Gilbert Gantier explique les problèmes de sécurité face à la guérilla, aux attaques des forces Vietminh et aux bandits.

La Campagne militaire d’Indochine, Union Française : magazine de la France d’Outre-mer, RTF, 15.12.1953, 12’

Pierre Ichac et Pierre Fromentin : rediffusion d’une émission Présence militaire :   texte écrit et mis en onde par Jacques Crampes Chancel, qui dans le rôle d’un chef de poste, fait le récit d’une attaque par des combattants du Vietminh d’un poste militaire français en Cochinchine dans la nuit du 25 décembre 1949.

Postes de surveillance en Indochine, Journal des actualités françaises, 16.03.1950, 1’.

Reportage sur le maintien de la paix par les troupes françaises dans un village loyaliste catholique.

L’empereur Bao Daï

En 1948, la France négocie avec l’ancien empereur Bao Daï pour qu’il revienne au pouvoir à la tête de l’état du Viêt Nam.

Les Entretiens de Bollaert – Bao Daï, Journal des actualités françaises, 15.01.1948, 23’’

Rencontre en Suisse entre Emile Bollaert, haut commissaire de France en Indochine et l’ancien empereur Bao Daï pour discuter du futur statut du Vietnam, la France espérant son intégration dans l’Union Française.

Opinion de Vietnamiens de Saïgon après l’entrevue de la Baie d’Along, RDF, 12.06.1948, 6’30.

Samy Simon en direct de Saïgon tente d’étudier les réactions des vietnamiens suite à l’entrevue de la Baie d’Along entre Bao Daï et Emile Bollaert, haut commissaire de France en Indochine, sur le statut du Vietnam, son « indépendance » au sein de l’Union Française.

L’intensification des combats : 1950-1954

Commandos en Indochine, Journal des actualités françaises, 08.06.1950, 1’.

Reportage sur les combats menés par l’armée française contre le Vietminh dans le centre de l’Annam. Protégés par la marine, les soldats débarquent et détruisent un pont.

Opération « mars » en Indochine, Actualités Françaises, 1951, 2’54.

Document muet sur la découverte d’une cache d’armes dans une grotte et le déplacement forcé des habitants du village.

Guerre d’Indochine : l’opération Méduse, Actualités Françaises 10.05.1951, 1’.

Le général de Lattre de Tassigny lance une opération de « nettoyage » au nord de Haïphong pour déloger les combattants vietminh. Les bombardements, l’usage de l’artillerie lourde et de l’aviation montrent la violence des combats.

Bataille de la rivière Noire, Actualités Françaises, 03.01.1952, 1’

Offensive dans le Tonkin, dans le delta de la rivière noire, initiée par le général de Lattre de Tassigny en décembre 1951. Commentaire sur des images de chars et d’avions larguant des bombes au napalm.

Le Repli après l’attaque de Sam Neua, RTF 28.04.1953, 14’.

Correspondance de Yves Desjacques à Saïgon sur la chute de Sam Neua le 12 avril et le repli des troupes françaises du Laos, raconté par un officier militaire.

Réouverture de la route coloniale numéro 5 au Vietnam, Actualités Françaises, 1954, 2’30.

Le train blindé “le Rafale” surveille la route coloniale n°5 qui vient d’être rouverte sur la portion Haïphong-Hanoï. Les troupes franco vietnamiennes nettoient la région des mines souterraines et réparent les voies endommagées.

La Guerre dans le contexte international de la guerre froide

L’Effort français en Indochine, Actualités Françaises, 30.10.1952, 40’’.

Reportage sur l’attaque du poste de Nghia Lo au Nord Vietnam et l’envoi de parachutistes. Le commentaire souligne que malgré l’aide du plan Marshall, la France reste seule à supporter le poids de la guerre et assume une « lourde tâche dans la défense des états associés ».

Monsieur Nixon, vice président sur le théâtre des opérations au Nord Vietnam, Actualités Françaises, 1953, 30’’

Visite de Richard Nixon d’un poste militaire avancée franco-vietnamien.

La reconnaissance d’Ho Chi Minh par l’URSS, RTF, 1950, 3’48

Revue de presse de Michel Leblanc sur les conséquences de la reconnaissance politique du Vietminh par l’URSS dans le contexte de la guerre froide.

Visite de Ho Chi Minh à Pékin, Actualités Française, 1955, 1’

La délégation du Vietnam se rend en Chine pour assister à la rencontre entre Mao et Ho Chi Minh. La Chine communiste de Mao Tsé-Toung soutient le combat pour l’indépendance du Vietnam depuis 1950, son aide matériel et logistique renforce les troupes du Viet Minh.

Arrivée d’un porte avions US en Indochine et discours de Charles E. Wilson, Actualités Françaises, 1954, Producteur : Paramount News, 1’25

Document en anglais issu de la presse filmée américaine sur l’arrivée d’équipements militaires des Etats-Unis pour aider les troupes franco-vietnamiennes, suivi de l’annonce du secrétaire d’état à la guerre, M Wilson.

Le Conflit vu de France 

Arrivée de blessés d’Indochine à Orly, RTF, 31.03.1951, 9’40.

Reportage de Marie Renée Basch Rigon sur le rapatriement des blessés de la guerre d’Indochine à Paris et à Oran avec des interviews de personnels soignants et de soldats blessés.

Retour à Lyon des corps des soldats tombés en Indochine, Journal des Actualités Françaises, édition régionale, 24.02.1949, 1’

Cérémonie officielle d’hommage aux soldats morts en Indochine.

Les Exactions du Vietminh, RFT, 1953, 3’45.

Fonds personnel d’Yves Desjacques, radio reporter à Radio France Asie : La voix n’est pas identifiée, et le document non daté. Il est question de meurtres et de mutilations dont ont été victimes 30 prisonniers du 24ème bataillon vietnamien et des réalisations entreprises par la France pour le Vietnam.

La Défaite de l’armée française à Dien Bien Phu

La Bataille de Dien Bien Phu vue par les actualités de l’époque

Les Opérations de Dien Bien Phu, journal des Actualités françaises, 17.12.1953, 1’.

Reportage sur la défense de la cuvette de Dien Bien Phu, ravitaillée par un pont aérien. Commentaire sur des images du camp bombardé, du matériel largué par les avions et de la décoration du journaliste André Lebon et du photographe Pierre Camus.

Dien Bien Phu à l’heure de l’assaut, journal des Actualités françaises, 18.03.1954, 1’14.

Reportage sur l’offensive du Vietminh sur le camp retranché de Dien Bien Phu.

Conférence de Genève : annonce de la chute de Dien Bien Phu, RTF, 07.05.1954, 4’.

Correspondance de Jean Rabaut depuis Genève qui annonce la défaite de l’armée française.

Evacuation des premiers blessés, Journal les Actualités française, 20.05.1954, 1’.

Reportage de l’arrivée par hélicoptère des premiers blessés de Dien Bien Phu à Louang Prabang au Laos.

La Bataille de Dien Bien Phu vue par les vétérans

Dien Bien Phu, Cinq colonnes à la une, ORTF, 08.05.1964, 31’

Magazine de Pierre Desgraupes. Diffusion d’un document exceptionnel filmé par l’armée vietnamienne de la bataille de Dien Bien Phu commentée par le cameraman Pierre Schoendoerffer et le général Bigeard.

Dien Bien Phu, chronique d’une bataille oubliée, Contre courant, France 2, 07.05.2004, 54’.

Documentaire de Peter Hercombe sur la défaite de l’armée française en Indochine avec les témoignages de vétérans, des images d’archives et des reconstitutions.

Dien Bien Phu, les Brûlures de l’histoire, France 3, 1h.

Magazine de Patrick Rotman et Laure Adler, réalisé par Robert Mugnerot. L’historien Philippe Villiers, raconte la bataille de Dien Bien Phu face à Patrick Rotman. De nombreuses images d’archives émaillent l’émission et ponctuent les interventions en plateau.

Laos et Cambodge : la signature de l’indépendance au sein de l’Union Française

Accords franco khmers et franco laotiens, Actualités françaises, 1950, 5’28.

Jean Marie de Lattre de Tassigny, commandant en chef et haut commissaire pour l’Indochine et le ministre Jean Letourneau signent les accords avec le roi du Laos, le prince Savang Vatthana et le roi du Cambodge, Norodom Sihanouk.

Signature du traité franco laotien, JT 20h, RTF, 23.10.1953, 1’30.

Document muet. Signature à Paris du traité franco laotien dans le cadre de l’Union française par Sisavang Vong, souverain du Laos et Vincent Auriol, président.

La Signature de la paix

La Conférence de Genève

Qu’attendre de la conférence de Genève ?, Tribune de Paris : les hommes, les évènements, les idées à l’ordre du jour, RTF, 26.04.1954, 19’.

Raymond Thevenin et Emile Dana : discussion avec André Philip, membre du conseil économique, Raymond Aron, politologue, Julian Amery, membre conservateur de la chambre des communes et William Pickles, professeur de sciences politiques.

Genève : les propositions du Viet Minh, RTF, 10.05.1954, 5’.

Correspondance de Jean Rabout. La délégation du Viet Minh s’est exprimée sur l‘évacuation des blessés français et africains, sur les conditions du cessez le feu, sur la reconnaissance de la souveraineté et de l’indépendance de la République Populaire du Viêtnam, du Pathet Lao et du Pays Khmer sur l’ensemble du territoire indochinois, sur le retrait des troupes étrangères , sur la mise en place d’élections générales libres et sur l’ étude des conditions d’association avec la France.

Ouverture de la conférence diplomatique sur l’Indochine, Journal Actualités françaises, 13.05.1954, 30’’

Reportage sur la conférence à Genève pour la paix en Indochine avec les représentants de la Chine, de l’URSS, du Cambodge, du Laos et du Viet-Minh. La délégation du Viet-Minh, conduite par Monsieur Quoc Dinh, ministre vietnamien des Affaires Etrangères, avec Monsieur Trung Vinh, vice président du Conseil vietnamien, à l’heure de l’annonce de la défaite française à Dien Bien Phu.

Signature du cessez le feu en Indochine, Journal Actualités françaises, 22.07.1954, 1’50

La signature du cessez-le-feu au palais des nations à Genève, entre le général Delteil et le plénipotentiaire vietnamien Ta Quang Buu, suivi de l’allocution du président du conseil, Pierre Mendès France.

La Fin de la guerre

Evacuation à Hanoï, Journal Actualités françaises, 02.09.1954, 1’.

Après la signature de la conférence de Trung Gia pour l’entrée en vigueur du cessez-le-feu entre le colonel Lenneuyeux et le général viêtminh Van Tien Dung, les troupes françaises procèdent à l’évacuation des civils souhaitant rejoindre le Vietnam du sud.

Mission en Indochine : visite à Ho Chi Minh, Journal Actualités françaises, 02.09.1954, 1’.

Reportage consacré à la visite des membres de la commission internationale d’armistice au Vietnam pour veiller à la bonne application du traité de paix.

Cession de Hanoï au Vietminh, Journal les Actualités françaises, 14.10.1954, 1’30.

Reportage consacré à la cérémonie militaire d’hommage aux combattants français morts en Indochine, à l’évacuation des troupes franco-vietnamiennes et au déploiement de drapeaux vietminh

Entrée des troupes vietminh, Journal de Actualités Françaises, 21.10.1954, 1’. 

Reportage. Les troupes vietminh sont entrées en vainqueur à Hanoi, devenue capitale vietminh. Commentaire sur des images des soldats défilant dans les rues acclamés par les habitants.

Après la guerre… la guerre

Combats de Saïgon, Journal les Actualités françaises,06.05.1955, 1’

Bilan des violents affrontements qui ont fait plus d’un millier de morts à Saïgon entre l’armée régulière et les insurgés du groupe ultra nationaliste et anti communiste de Binh Xuyen.

La Guerre par ceux qui l’ont vécu

Les Récits de guerre

Collection : Histoires d’Indochine : série documentaire, 18 épisodes de 26 minutes réalisée par Eric Deroo, Patrick Barbéris et Jérôme Kanapa

Diffusée quotidiennement du 5 au 13 mai 2004 sur la chaîne Histoire : des témoins racontent la guerre d’Indochine, du côté français et du côté vietnamien. Exemples : Pierre Messmer, commissaire de la République par intérim au Tonkin (05.05.2004) ; Dang Van Viet, lieutenant colonel à la retraite (07.05.2004 et 09.05.2004) ; L’ancien parachutiste Georges Oudinot 07.05.2004); Luu Van Loi, ancien diplomate vietnamien (08.05.2004).

Geneviève de Galard, Forum Public, Public Sénat, 05.05.2004, 50’.

Emission présentée par Cyril Zhâ. Ancienne infirmière militaire en Indochine, elle répond aux questions d’élèves de l’Ecole alsacienne, à l’occasion de la publication de ses mémoires.

Pham Van Dong, ancien premier ministre du Vietnam, France Culture, Mémoires du siècle, 01.07.1991, 58’.

Emission de Christine Bernard Sugey et Patrice Gélinet. Entretien avec Pham Van Dong, ancien Premier Ministre du Vietnam. Il a passé 40 ans aux côtés d’Ho Chi Minh et s’est battu pour l’indépendance du Vietnam, il revient sur cette histoire et son parcours.

Le Désarroi et l’oubli : Indochine 1949 1954, Les dossiers de l’histoire, France 3, 09.11.1996, 54’.

Documentaire de Antoine Lassaigne consacré à la guerre de décolonisation en Indochine à partir de 1949. Ce film raconte le désarroi des soldats français, et leur fascination pour l’Indochine. Réalisé à partir d’images d’archives militaires et privées, il donne la parole à des anciens combattants.

Les Récits de réfugiés, de rapatriés et de prisonniers

Le Camp des oubliés, La Case de l’oncle doc, FR3, 07.12.2004, 52’.

Documentaire de My Linh Nguyen et Marie Christine Courtès. En 1956, après la guerre d’Indochine, 1200 réfugiés vietnamiens et eurasiens sont placés dans un camp de transit du CAFI (Centre d’accueil des Français d’Indochine) à Saint Livrade dans le Lot et Garonne. Les personnes âgées qui vivent encore dans les baraquements et leurs enfants témoignent de leurs conditions de vie. La vie était régie par des administrateurs comme au temps de la colonisation.

Arrivée à Paris d’orphelins eurasiens, Paris vous parle, RTF, 14.12.1955, 5’30.

Reportage dans un centre d’accueil. Interview d’un délégué de la Fédération de l’enfance française en Indochine, qui explique comment ces 99 enfants eurasiens et orphelins de père, seront répartis dans des pensionnats religieux.

Histoire d’un camp vietminh, l’Histoire en direct, France culture, 03.06.1991, 1h

Magazine de Patrice Gélinet. A travers les témoignages de Georges Boudarel, français devenu commissaire politique vietminh, de Huu Ngnoc, responsable de la rééducation des prisonniers dans les camps et de Claude Bayle, ancien prisonnier du camp 113, sont exposées les conditions de vie dans les camps Vietminh durant la guerre d’Indochine.

Inconnu, présumé français, France O, 02.11.2009, 1h05. Documentaire de Philippe Rostan

Ces Eurasiens sont nés pendant la guerre d’Indochine, d’une mère vietnamienne et d’un père ” inconnu, présumé français “. Rejetés à la fois par le milieu vietnamien et français, leur mère les a confiés à la FOEFI, une association dont le but est de les intégrer à la société française. Cinquante ans après, ces hommes et ces femmes racontent leur histoire douloureuse.

LA GUERRE D’ALGERIE

1 – La guerre d’Algérie dans les collections de l’INA

Il y a plus de 8600 documents ayant trait à la guerre d’Algérie dans les collections de l’INA. Les évènements liés à ce conflit ont été couverts entre 1954 et 1962 par les Actualités Françaises (450 sujets filmés), et la Radio Télévision Française (1470 sujets pour la télévision et 845 émissions radiophoniques). Ce conflit continue d’intéresser les médias jusqu’à aujourd’hui et revient régulièrement dans des émissions d’information, des magazines, des débats, des documentaires.

Collection ou série documentaire

Collection : Les Années algériennes, Antenne 2, 1991, 4h

Documentaire de Bernard Favre, Patrick Pesnot, Philippe Alfonsi et Benjamin Stora diffusée en 4 parties les 23 et 30 septembre et les 7 et 8 octobre 1991 : D’amour et de haine (période 1954-1955) ; Les Tricheurs (période 1956 à 1959) ; Je ne regrette rien (la fin de la guerre de 1959 à 1962) ; Et pourtant la guerre est finie (de 1962 à nos jours). Par ce film, les auteurs tentent de faire, non pas un récit historique et chronologique de la guerre, mais une histoire des mémoires de la guerre en confrontant de très nombreux témoignages.

Collection : Mœurs en direct : Guerre d’Algérie, mémoire enfouie d’une génération, Antenne 2, 1982, 3h.

Série de 3 documentaires réalisée par Denis Chegaray à partir de témoignages d’hommes et de femmes qui ont vécu les évènements de manière différente diffusés les 7, 14 et 21 novembre 1982 : L’Amour des cœurs (Alain Ferry, sur la vie des pieds-noirs avant et pendant les premières années de la guerre) ; L’Engrenage de la violence (l’écrivain Said Ferdi sur le sort des algériens contraints de collaborer avec l’armée française) ; Déchirements et fidélités (témoignages de 4 fils de harkis vivant dans une cité pour immigrés dans le sud de la France).

Nos guerres d’Algérie, France 3, 2012

Série de 4 mini documentaires de 5’ réalisée par Sandrine Mercier et Laurence Giordano diffusée entre le 26.06.2012 et le 10.07.2012 : Ces pieds noirs qui n’ont pas quitté l’Algérie indépendante ; Gabrielle face à l’historien Tramor Quémeneur ; Jean Yves face à l’historienne Raphaëlle Branche ; Karim face à l’historienne Sylvie Thénault. Le principe de la série est de confronter les questions d’un anonyme face aux souvenirs familiaux, à l’expertise d’un historien.

En finir avec la guerre, France O, 25, 26 et 27 octobre 2009, 3×55’.

Série documentaire de Mehdi Lallaoui consacré à la guerre d’Algérie à travers les témoignages d’hommes et de femmes de trois groupes mémoriels, aux engagements et aux itinéraires différents : les porteurs de valises, les pied-noirs et les appelés français . Jacques Charby, porteur d’espoir ; Les Parfums de ma terre ; En finir avec la guerre.

A chacun son Algérie, France 3 Bourgogne, 2012, 40’.

Série documentaire de 10 épisodes réalisée par Caroline Philibert et coécrit avec Luc Thiebault, diffusée quotidiennement entre le 9 juillet et le 20 juillet 2012. Chaque épisode est le témoignage d’un habitant de la Côte d’Or sur ce qu’il a vécu pendant la guerre d’Algérie, qu’il soit algérien, français, pied-noir, militaire, combattant du FLN, harki, pacifiste, petit paysan, ou enfant d’un témoin de cette histoire.

Documentaires unitaires 

Algérie, mémoires meurtries, La guerre d’Algérie, 50 ans après, Histoire, 01.06.2012, 1h40.

Documentaire de Eric Beauducel qui retrace de façon chronologique l’histoire de la guerre d’Algérie de 1954 à 1962 à travers des images d’archives et les points de vue de témoins des événements.

Guerre d’Algérie, la déchirure 1954-1962, France 2, 11.03.2012, 1h50.

Documentaire de Gabriel Le Bomin et Benjamin Stora. Récit chronologique à partir d’images d’archives colorisées.

La Guerre d’Algérie, Histoire, diffusé les 1er et 2 novembre 2004, 2h14.

Documentaire réalisé en 1972 par Yves Courrière et Philippe Monnier. Ce film décrypte le conflit algérien à partir des témoignages des différentes parties impliquées : insurgés, pieds noirs, militaires de carrière, appelés du contingent, harkis et civils.

Algérie 1962, l’été où ma famille a disparu, France 3, 26.06.2012, 1h24.

Documentaire de Hélène Cohen. Enquête à travers l’histoire personnelle de la réalisatrice sur la disparition de plusieurs centaines d’européens en Algérie entre le cessez le feu et la proclamation de l’indépendance.

Les Soirées spéciales : les débats et les colloques

Spéciale guerre d’Algérie, Mardi soir, Antenne 2, 08.10.1991, 1h48 : réalisation Michel Hermant.

Débat consacré à la guerre d’Algérie animé par Daniel Bilalian. Alternant reportages, images d’archives et débat en plateau avec d’anciens appelés Jean Pierre Gaildraud, Pierre Hoyau et Georges Mattei, les pieds noirs Jacques Roseau, Henri Martinez et Jean Pierre Sorensen, Yacef Saadi, ancien responsable du FLN sur la casbah, Wassyla Tamzali, avocate, Jean-Paul Ribes, porteur de valises, Mohammed Harbi, historien et ancien responsable du FLN, Bernard Tricot, négociateur des accords d’Evian, Brigitte Rouan, réalisatrice de Outremer, Rachid Mimouni, écrivain algérien, Abdelkader Djeghloul, sociologue, le général Jean Combette, le colonel Jacques Romain Desfosses.

Spéciale guerre d’Algérie, Mots croisés, France 2, 21.05.2001, 2h.

Emission consacrée à la position de la France 40 ans après la guerre d’Algérie présentée par Arlette Chabot et Alain Duhamel composée de débats en plateau et de reportages. Les invités en plateau sont : Raymond Forni, président de l’Assemblée Nationale, Jean François Deniau, ancien ministre, André Charrier, ancien combattant, Noël Favrelière, ancien appelé, Philippe Nouvion, secrétaire général du “Recours” (association de rapatriés), le Général Claude Leborgne, Benjamin Stora, historien et Yacef Saadi, ancien colonel ALN-FLN.

Débat : après la déchirure, Spécial guerre d’Algérie, France 2, 11.03.2012, 1h08.

David Pujadas anime en direct un débat consacré à la Guerre d’Algérie. Il reçoit les historiens Jean-Jacques Jordi et Benjamin Stora, les journalistes et écrivains Dalila Kerchouche et Danielle Michel-Chich, l’ancien dirigeant de la Fédération de France du FLN, Ali Haroun et le Père Guy Gilbert, qui effectua son service militaire en Algérie.

LUNDI DE L’INA : colloque La Mémoire télévisuelle de la guerre d’Algérie 1962-1992, 11.12.2000.

Colloque traitant des questions relatives à la construction de la mémoire sur la guerre d’Algérie et du rôle de la télévision.

Avec Béatrice Fleury-Vilatte, maître de conférences à l’université de Nancy II, Marc Ferro, historien, animateur, de l”Histoire parallèle” sur Arte, Pierre Abramovici, réalisateur et Pierre Vidal-Naquet, historien.

Web média 

De Guerre en fils, Arte radio, 12.10.2016, série de 6 épisodes de 10’, fiction réalisée par François Pérache. Le 2 octobre 1961, en pleine guerre d’Algérie, le policier Georges Pérache est abattu à Paris par le FLN. Le 17 octobre, la police réprime une manifestation pacifique et tue près de deux cents Algériens. Son petit-fils François Pérache enquête sur cette histoire.

https://www.arteradio.com/son/61657945/de_guerre_en_fils_1

L’Algérie c’est le pays de ma mère, arte radio, 13.06.2019, documentaire de Marion Pillas, 20’.

La réalisatrice, fille de pied-noirs, enquête sur son histoire familiale, sur ce qu’elle a vécu pendant la guerre d’Algérie et  sur leur départ en 1962. Elle complète son document par des interviews d’enfants de pied-noir et de harkis.

https://www.arteradio.com/son/61661400/l_algerie_c_est_le_pays_de_ma_mere

Sources écrites

Travaux universitaires :

La Guerre d’Algérie trente après, mémoire de maîtrise de Anne Rossi sous la direction de Jean Charles Jauffret, Université Montpellier III, 1994. La première partie du mémoire s’intéresse à La mémoire officielle de la guerre d’Algérie et la seconde aux mémoires individuelles.

La Télévision des années 80 et la guerre d’Algérie, mémoire de maîtrise de Karine Tisseyre sous la direction de Benjamin Stora, Université de Paris VIII, 1995 : la guerre d’Algérie à travers la télévision des années 1980.

Fonds d’archives privées :

Cinq colonnes à la une : éditions spéciales (d’octobre à décembre 1960), Fonds Comité d’Histoire de la Télévision : documentation liée aux émissions consacrées à la Guerre d’Algérie, au Mali et à Madagascar.

Fonds Jean Pierre Farkas, Archives privées composées entre autres de dossiers portant sur les évènements de la guerre d’Algérie qu’il a couvert en tant que journaliste pour RTL.

Monographies :

Radios et télévision au temps des « évènements d’Algérie » 1954 à 1962, collection : Communication et civilisation, Comité d’histoire de la radio sous la coordination de Michèle de Buissière, Cécile Meadel, Nicolas Pelissier et Caroline Ulmann Mauriat, éditions L’Harmattan, 1999.

La Mémoire télévisuelle de la guerre d’Algérie 1962 – 1992, Béatrice Fleury Vilatte, INA L’Harmattan, 2001.

La Guerre d’Algérie et les médias : questions aux archives, Collectif, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2013,

Il n’y a pas une mémoire, mais des mémoires, Actes des tables rondes organisées lors du 1er forum des écrivains consacré à la guerre d’Algérie les 27, 28 et 29 octobre 2012 à Paris, l’Harmattan, 2014.

Algérie, 1954-1962 : lettres, carnets et récits des Français et des Algériens dans la guerre, Tramor Quemeneur et Benjamin Stora, éditions des Arènes, 2010

2 – L’Histoire de la guerre d’Algérie

L’histoire et les évènements de la guerre d’Algérie ne sont pas proposés dans leur intégralité, mais à travers quelques dates et évènements marquants, pour éclairer la richesse des fonds audiovisuels sur le sujet.

Colonisation et colonialisme 

L’Algérie française, Soirée Algérie, TF1, 21.09.1982, 15’30.

Jean François Delassus fait le récit de la colonisation de l’Algérie par la France à l’aide de gravures, de photographies et d’images d’archives.

Centenaire de la ville de Boufarik, journal des Actualités françaises, 29.11.1951, 1’15.

Reportage. Boufarik est présenté comme le témoignage de l’œuvre accomplie par les colons en Algérie. Le gouverneur participe aux célébrations du centenaire de l’installation des colons

Colloque : l’Algérie entre colonisation et assimilation : 1830-1945, Public sénat, 17.07.2012, 1h45.

Retransmission du colloque organisé au Palais du Luxembourg et modéré par Slimane Zeghidour, écrivain et journaliste. Les intervenants sont : Guy Perville, professeur d’histoire, Olivier Le Cour Grandmaison, historien, Sylvie Thenault, chargée de recherche au CNRS, Todd Shepard, professeur associé au département d’histoire de la John Hopkins University et Christelle Taraud, membre du centre de recherches en histoire du 19ème siècle.

C’est un village d’Algérie, Actualités Françaises, 1949, 12’.

Film vantant les réalisations de la France en Algérie, réalisé pour le compte du Gouvernement Général de l’Algérie par Philippe Este. Il rend hommage aux colons français qui, il y a cent ans, se sont installés en Algérie et ont fondé des villages.

Le statut des algériens

La loi Lamine Guèye, promulguée le 7 mai 1946, met fin au statut d’indigénat et reconnaît enfin la citoyenneté française à « tous les ressortissants des territoires d’outre-mer » et donc aux algériens, qui deviennent ainsi des « Français musulmans », selon un statut spécifique et local, différent des français métropolitains. Le 20 septembre 1947, un statut spécifique est voté pour l’Algérie, qui ne sera jamais appliqué. Le double collège électoral est maintenu : la voix d’un électeur du premier collège (celui des européens) valant huit voix d’électeurs du deuxième collège (celui des algériens). Le droit de vote est refusé aux femmes algériennes.

Le Problème algérien, Tribune de Paris, RDF, 01.07.1946, 25’.

Débat autour de l’évolution du problème algérien : faut-il aller vers l’assimilation ou l’émancipation de l’Algérie ? Débat mené par Paul Guimard avec quatre députés d’Algérie : Ferhat Abbas (secrétaire général du groupe démocratique des amis du manifeste et député de Constantine), Raoul Borra (député du 1er collège de Bône, SFIO), Kaddour Sator (député de Constantine et membre du groupe démocratique des amis du manifeste), Paul Emile Viard, (doyen de la faculté de droit d’Alger, député MRP du 1er collège d’Alger), Albert Camus (écrivain) et Jean Amrouche (directeur de la revue l’Arche).

Le droit de vote n’est attribué qu’à certaines catégories de citoyens. Il existe deux collèges. En 1946, 52 députés, 24 issus du premier collège, celui des « européens » et 28 issus du second collège, dit des « musulmans », siègent à l’assemblée.

Ferhat Abbas dit « 116 ans de colonisation n’ont pas pu faire de l’Algérie 3 départements français ». Les députés du 2ème collège demandent des réformes politiques pour affranchir et émanciper le peuple algérien, avant d’imaginer le développement économique du pays.

L’Assemblée nationale va examiner le nouveau statut de l’Algérie, Tribune de Paris : les hommes, les évènements, les idées, RDF, 04.08.1947, 20’.

Débat sur le nouveau statut de l’Algérie animé par Samy Simon. Les intervenants s’interrogent pour savoir si le projet gouvernemental satisfait les principes démocratiques et les droits de l’homme défendus par la France, et les aspirations des algériens autochtones et des européens d’Algérie, deux communautés séparées par de profondes inégalités issues du système colonial, qui risquent d’aboutir à des révoltes nationalistes. Les invités sont : Louis Massignon, professeur au Collège de France et secrétaire du comité chrétien pour l’entente France islam, François Georges Picot, général des troupes coloniales, Charles André Julien, professeur à l’école de la France d’Outre-mer et Jean Amrouche, journaliste, directeur de la revue L’arche.

Les Élections à l’Assemblée algérienne, journal des Actualités françaises, 08.04.1948, 40’’

Élection le 4 avril 1948 en Algérie des délégués de la première Assemblée algérienne. Reportage en images à Alger. Des citoyens français, hommes et femmes, ainsi que des notables musulmans votent pour le premier collège. Les autres citoyens de statut musulman ont voté pour le second collège.

L’insurrection de 1954 

Dans la nuit du 1er novembre 1954, une série d’attentats est commise sur le territoire algérien par les indépendantistes. C’est le début du soulèvement des nationalistes algériens. S’en suivent des représailles et des opérations militaires dans les Aurès.

Les Évènements d’Algérie, journal Les actualités françaises, 11.11.1954, 1’.

Reportage consacré aux attentats commis en Algérie le 1er novembre 1954.

Premier novembre 1954 la Toussaint rouge : les débuts de la guerre d’Algérie, les Brûlures de l’histoire, France 3, 27.10.1994, 1h07 : production Michel Rotman, réalisation Robert Mugnerot.

Emission de Patrick Rotman proposant une analyse des évènements du début de la guerre d’Algérie avec l’historien et ancien journaliste, Yves Courrière. Les témoignages enregistrés de Pierre Nicolaï, directeur de cabinet de François Mitterrand, ministre de l’intérieur à l’époque, Jean Vaujour, directeur de la sûreté en Algérie en 1953 et Jean Deleplanque, sous-préfet de Batna en 1954 et un discours de 1954 de François Mitterrand, ancien ministre de l’intérieur alternent avec des séquences d’archives.

Les Évènements de l’Aurès, Journal des Actualités Françaises, 25.11.1954, 1’.

Après des attentats et le déraillement d’un train, l’armée française traque les rebelles dans les Aurès.

Allocution de François Mitterrand sur la Toussaint sanglante, RTF, 07.11.1954, 6’25.

François Mitterrand, ministre de l’intérieur déplore les attentats survenus le 1er novembre commis par des « agitateurs le plus souvent recrutés à l’étranger » et rappelle que « l’Algérie c’est la France ». Il annonce l’envoi de renforts militaires, des arrestations et la dissolution d’un parti ayant choisi la lutte armée.

Il y a trente ans le soulèvement algérien, Les Jeudis de l’information, TF1, 01.11.1984, 55’.

Emission réalisée par Francis Bouchet. L’insurrection algérienne du 1er novembre 1954 par ceux qui l’ont vécu : témoignages de Kateb Yacine, écrivain, Germaine Tillion, ethnologue, Mohammed Harbi, historien, ancien secrétaire général du gouvernement provisoire algérien, Jean Vaujour, ancien directeur de la sûreté en Algérie, Zoubir Bouadjadj, ancien chef des commandos FLN d’Alger, Pierre Laffont, ancien directeur de “L’Écho d’Oran”,   Marc Lauriol, universitaire et ancien député, Henri Alleg, ancien responsable du parti communiste algérien, Jacques Roseau, lycéen en 1954, président d’une association de rapatriés, Bachir Boumaza, ancien responsable FLN en France et ancien ministre, Jean Marie Tiné, algérois libéral. Le récit historique décrit en plateau par Paul Marie de La Gorce, à l’aide de séquences d’archives, alterne avec les interviews enregistrées, dont certaines sont issues du film de René Vautier « Nuit du dernier recours ».

1955 : l’insurrection du 20 août et le déploiement de l’armée

En août 1955, des européens et des musulmans loyalistes à la France sont exécutés dans la région de Constantine, notamment à Philippeville par des commandos FLN. La violence de la répression de l’armée et des milices de colons fait des milliers de victimes.

Après la tuerie de Philippeville, Journal des Actualités françaises , 26.08.1955, 25’’.

Reportage sur les obsèques d’européens victimes de la tuerie perpétrée par le FLN le 20 août à Philippeville dans le Constantinois.

Formation de troupes d’autodéfense en Algérie, RTF, 10.10.1955, 1’50

Formation de groupes d’autodéfense dans les villages algériens par la gendarmerie locale des armes sont distribuées aux villageois. (Document muet)

La Légion dans les Nemencha, Journal des Actualités françaises, 14.10.1955, 1’.

Reportage sur une opération des légionnaires pour découvrir les caches et les combattants algériens de l’Armée de libération nationale (ALN).

Les Méthodes utilisées et le gouvernement, Pièces à conviction, France 3, 27.06.2001, 9’

Présentée par Elise Lucet. Reportage sur les méthodes répressives de l’armée française dans son combat contre les indépendantistes à partir de 1955 et couvertes par le gouvernement. Les images d’archives commentées alternent avec les interviews de Jacques Duquesne, journaliste à La Croix de 1955 à 1965, de Robert Boisseau, député PC en 1956, de Gisèle Halimi, avocate en Algérie de 1955 à 1962, une archive de Guy Mollet, président du conseil de janvier 1956 à mars 1957, de Françoise Giroud, directrice de l’Express de 1953 à 1974, de André Mandouze, cofondateur de Témoignage chrétien.

1956 : Le vote des pouvoirs spéciaux

Guy Mollet arrive au pouvoir le 1er février 1956. Face à la contestation des colons français d’Algérie, il nomme Robert Lacoste ministre résident à Alger, un partisan de l’Algérie française et soutien des militaires.

Les pouvoirs spéciaux sont votés à l’assemblée nationale le 12 mars 1956 autorisant l’armée à disposer des pouvoirs de police et de justice. En réaction, des manifestations éclatent. Le contingent est rappelé.

Voyage de Guy Mollet à Alger, JT 20h, RTF, 08.02.1956, 7’.

Reportage de Jacques Donot. (document muet). Images du voyage du président du conseil Guy Mollet et de la manifestation des européens vivant en Algérie contre la nomination du général Catroux, jugé trop favorables aux négociations avec les indépendantistes algériens.

Déclaration de Monsieur Lacoste, Journal des Actualités françaises, 29.02.1956, 1’30.

Discours d’investiture du nouveau ministre résidant en Algérie, Robert Lacoste. Extrait : « La France n’est pas une fille qui cède à la violence, elle n’est pas non plus une marâtre qui selon son humeur tyrannise ses enfants ou les abandonne. Elle ne reniera jamais ses enfants d’Algérie, quelles que soient leurs origines : ils ont trop fait pour elle et ils ont trop besoin de la France sans laquelle tous ne connaitraient, pire que la misère, la déchéance. »

Vote des pouvoirs spéciaux en Algérie et nomination du général Ducournau, RTF, 13.03.1956, 3’.

Correspondance téléphonique de Jean Marie Poncetti à Alger à propos du vote des pouvoirs spéciaux applicables en Algérie et de la nomination du colonel Paul Ducournau, à l’état major du ministre gouverneur général Robert Lacoste, suivi d’un micro-trottoir réalisé par Jean Gabriel Grand.

Manifestation d’Algériens à Paris, JT 20h, RTF, 09.03.1956, 2’

Grève et manifestation d’ouvriers algériens à Paris à l’appel du FLN contre le vote des pouvoirs spéciaux. (document muet)

L’envoi du contingent

Rappel du contingent en Algérie et mesures en faveur des musulmans, RTF, 03.04.1956, 9’30.

Conférence de presse du président du conseil, Guy Mollet. Il annonce l’envoi du contingent en Algérie, pour restaurer les « liens indissolubles entre l’Algérie et la métropole ». Il précise que les appelés sont envoyés pour restaurer la paix et non faire la guerre. « En aucun cas, nous n’imposerons au peuple algérien une solution par la force, en aucun cas, nous nous laisserons arracher une solution par la violence ». Il est question ensuite de réformes et de nouvelles mesures en faveur des algériens.

Embarquement de troupes à bord du paquebot « Ville d’Alger », JT 20h, RTF, 30.03.1956, 1’

Document muet d’appelés embarquant pour l’Algérie.

Le Contingent français en Algérie, les dossiers de l’écran, Antenne 2, 25.04.1978, 1h30’.

Emission de Armand Jammot, réalisée par Guy Labourasse. Le thème de cette soirée est consacré au contingent français engagé pendant la guerre d’Algérie. Toute une génération d’appelés a participé à cette guerre. Vingt ans après, quels sont les jugements portés sur cette guerre par les mêmes hommes ? Ils répondront aux questions de Alain Jérôme, après la diffusion du film de Yves Boisset « R.A.S. ».

La «  pacification »

La pacification, dans le vocabulaire militaire et colonial, consiste à « restaurer l’ordre face à des mouvements de rébellion par une intervention armée ». L’usage de ce terme permet d’occulter la réalité d’une guerre que les Français se refusent de nommer, on parle à l’époque des « évènements d’Algérie » et «d’opérations de maintien de l’ordre » plutôt que d’opérations militaires. En Algérie, ce déploiement militaire est assortie d’une campagne où des soldats notamment dans les Sections Administratives spécialisées (SAS) assurent des tâches administratives, médicales et sociales, en droite ligne avec l’idéologie coloniale de la « mission civilisatrice » dont le but est de restaurer l’image de l’armée française auprès des populations algériennes, victimes ou témoins des violences de cette guerre coloniale.

Ensemble de reportages sur la pacification dans le Constantinois, RTF, 01.09.1956, 15’.

Série de reportages dans le Constantinois sur l’activité de l’armée français dans le domaine social et médical avec des interviews de militaires français. Outre le fichage des habitants, la mission consiste à instaurer un climat de confiance avec la population. Parmi les activités des Sections Administratives Spéciales (SAS), il est question de la restauration de l’école, des soins médicaux, et de l’ouverture de chantiers pour les chômeurs. En l’absence de SAS, ce sont les militaires qui effectuent ces tâches. Les soldats et le journaliste évoquent également les activités des « rebelles » du FLN dans la région.

Les Officiers SAS, RTF, 04.06.1956, 2’20.

Document décrivant les missions et les fonctions d’un officier des Sections Administratives Spéciales auprès des populations en Kabylie. Gestionnaire administratif, il est présenté comme l’interlocuteur privilégié de proximité des habitants des zones rurales. Ce film de propagande met en scène l’évacuation par hélicoptère d’une malade vers un hôpital pour glorifier le rôle pacificateur et humain des officiers du SAS.

1956, une sale histoire, France 2, 04.07.2002, 46’.

Documentaire de Emmanuel Plasseraud. A travers des interviews et des images d’archives, le film retrace les évènements de l’année 1956 en Algérie. Les personnes interviewées sont : l’écrivain Gilles Perrault, Mohammed Harbi, ancien membre du FLN, l’éditorialiste Jean Daniel, l’historien Pierre Vidal Naquet, Sylvie Thenault, chargée de recherche au CNRS, Henri Alleg, militant du parti communiste algérien, Denis Lefebvre, biographe de Guy Mollet, Robert Verdier ancien député SFIO, Roland Leroy, ancien député communiste.

Terreur à Alger – l’engrenage : 1956, La guerre d’Algérie vingt cinq ans après, France culture, 12.08.1987, 1h.

Documentaire de Christine Bernard Sugy qui revient sur les évènements marquants de l’année 1956, (la journée des tomates, l’arrestation des leaders du FLN, l’arrivée des appelés, le massacre de Palestro, les négociations secrètes avec le FLN, le congrès de la Soumman, l’assassinat de Amédée Froger…). Le document est composé d’un montage d’archives sonores et d’entretiens ( Ahmed Ben Bella, représentant du FLN, Jean Claude Perez, pied-noir médecin à Bab el Oued, Yacef Saadi, chef de réseau du FLN, Marie Elbe, journaliste à Echo d’Alger, Hocine Mezali, chef du réseau de renseignement de la région autonome d’Alger, Paul Teitgen, secrétaire général de la police à Alger, Jacques Massu, commandant parachutiste, Jean Scotto, curé à Bab el Oued, Germaine Tillion, membre du cabinet de Jacques Soustelle en 1955).

La Bataille d’Alger 

En 1957, le gouvernement français confie au général Jacques Massu les pleins pouvoirs de police sur le Grand Alger. Il a pour mission de mettre fin aux attaques terroristes à Alger avec l’aide de 6000 parachutistes.

Explosion au casino d’Alger, Actualités françaises, 10.06.1957, 1’25.

Reportage sur le lieu de l’attentat à la bombe le casino de la corniche à Alger et visite des blessés alités. (document muet non diffusé)

Mise en place d’un imposant dispositif militaire à Alger, Journal des Actualités Françaises, 23.01.1957, 40’’.

Reportage à Alger sur le dispositif militaire mis en place sous la commandement du général Massu, chargé de maintenir l’ordre et d’éliminer le réseau algérois du FLN.

Interview Massu, Objectifs, ORTF, 15.10.1971, 24’.

Emission de Pierre Dumayet et de Jean Cazenave, réalisée par Jean Bertho. Pierre Dumayet interviewe le général Jacques Massu sur son livre La Vraie bataille d’Alger. Il parle de cette bataille qu’il considérait comme une opération policière, de sa délégation de pouvoir, de la transgression des lois et de l’usage de la torture. Sont également évoqués le détournement de l’avion de Ahmed Ben Bella, et l’intervention militaire française en Egypte lors de la crise de Suez.

Colonel Roger Trinquier : la bataille d’Alger, Panorama, ORTF, 12.06.1970, 12’30 : émission de Olivier Todd.

Alors que le film de Gillo Pontecorvo « La Bataille d’Alger » vient d’être retiré de l’affiche, le producteur du film Yacef Saadi, ancien chef du réseau du FLN de la casbah d’Alger et le colonel Trinquier, ancien membre de l’état major du général Massu sont invités en plateau pour confronter leurs points de vue sur les faits historiques, sur la torture et sur le film.

1958 : le retour de De Gaulle au pouvoir

La Journée de mardi à Alger, JT 20h, RTF, 14.05.1958, 15’50

Les évènements sont présentés en plateau par Claude Darget, Claude Henri Salerne, Jean Rabaud et Jean Fèvre. Reportage de Jacques Perrot : Des Algérois et les généraux partisans de l’Algérie française se soulèvent et demandent le retour du général De Gaulle. Des comités de salut public sont constitués à Alger et dans les grandes villes. Les images des manifestations, de l’assaut du siège du gouvernement général sont commentées en voix off. Un deuxième reportage fait le bilan du Comité ministériel restreint du gouvernement Pflimlin et de l’interdiction de manifester en métropole.

Les Évènements amenant de Gaulle au pouvoir, journal des Actualités Françaises, 04.06.1958, 7’45.

Bref retour sur les évènements récents ayant abouti au retour au pouvoir du général De Gaulle : les manifestations en Algérie, son discours du 1er juin, la démission du gouvernement Pfimlin, la manifestation antifasciste « pour la défense de la République » contre la prise de pouvoir de De Gaulle, les réactions des partisans et des adversaires du général, le vote de confiance de l’Assemblée Nationale.

Le Voyage à Alger du Général de Gaulle, JT nuit, RTF, 05.06.1958, 18’.

Reportage sur le voyage officiel de De Gaulle à Alger. Dès son retour au pouvoir en mai 1958, le général De Gaulle se rend en Algérie du 4 au 7 juin 1958. Le 4 juin, il prononce, au balcon du Forum d’Alger, son fameux discours devant une foule enthousiaste majoritairement composée d’européens.

Le 28 mai 1958 De Gaulle au pouvoir, Histoire d’un jour, FR 3, 18.01.1985, 1h35’.

Emission de Maurice Dugowson et Philippe Alfonsi, réalisée par Maurice Dugowson et Michel Pamart sur les événements en France et en Algérie, qui entraînèrent la chute de la quatrième république et le retour du général de Gaulle au pouvoir. Les explications de Philippe Alfonsi en plateau alternent avec des montages d’images d’archives et des interviews enregistrées de Henri Alleg, directeur d’Alger Républicain à propos de la torture, du colonel Trinquier, de Lucien Neuwith, ancien ministre de De Gaulle, qui contextualisent les évènements. Des témoins de l’époque interviennent en plateau tout au long de l’émission : Olivier Guichard, chef de cabinet de De Gaulle, Christian Pineau, ancien ministre de la IVème république, René Andrieu, rédacteur en chef de l’Humanité, Gilles Perrault, journaliste, Guy Vaschetti, ancien chargé de mission au cabinet du ministre de la défense en 1958, Serge Bromberger, journaliste au Figaro, Max Gallo, député européen.

Le référendum de 1958 et le plan de Constantine

Le plan de Constantine est un plan de développement économique et social élaboré pour l’Algérie par le gouvernement français après l’arrivée de De Gaulle au pouvoir.

Discours de Jacques Soustelle aux populations d’Algérie, RTF, 19.09.1958, 5’50.

Quelques jours après l’attentat dont il a été victime, Jacques Soustelle, ministre de l’information, s’adresse à la population d’Algérie à propos du référendum constitutionnel.

Référendum en Algérie, RTF, 29.09.1958, 2’40.

Document muet consacré au vote pour le référendum sur la Constitution de la Vème république en Algérie

Le Plan de Constantine, JT nuit, RTF, 05.10.1960, 4’50.

Document sur la mise en place du plan de Constantine, plan de développement économique et social en Algérie, élaboré en 1958 par le gouvernement français, comprenant les interviews de jeunes industriels français.

Le plan Challe et le regroupement des populations

Le plan Challe, du nom du général responsable du commandement militaire de l’Algérie , est une série d’opérations militaires menées par l’armée française entre 1959 et 1961, ayant pour but de détruite l’organisation politique et militaire du FLN. A partir de 1959, la France systématise le regroupement forcé des populations des zones rurales, et la destruction de leur village, afin de priver les combattants de l’ALN (l’Armée de Libération Nationale, branche armée du FLN) de soutiens et de sources d’approvisionnement.

Réfugiés algériens, Actualités Françaises, 1958, 3’45.

Document muet sur un camp de regroupement et sur les conditions de vie déplorables des femmes, des hommes et des enfants.

Algérie, JT nuit, 25.08.1959, 3’.

Reportage muet de François de la Grange sur le plan Challe en Kabylie. Images de maquisards arrêtés et soignés par soldats français, puis de militaires français se rendant dans un village en zone interdite où ne restent que des vieillards et des femmes tandis qu’une partie des villageois vit dans un camp de regroupement.

Regroupement en Oranie, JT 20h, 06.06.1961, 2’.

Reportage de Georges Bortoli. Des habitants du village de regroupement en construction d’Oued El Kheir, constitué d’habitations en préfabriqué, retournent dans leur ancien village y chercher des biens.

L’autodétermination

Allocution radio et télévisée du général De Gaulle, RTF, 16.09.1959, 23’.

Le général De Gaulle énonce dans son discours le principe fondamental de sa politique à l’égard de l’Algérie : celui de l’autodétermination

Réponse du GPRA aux propositions de De Gaulle sur l’autodétermination, Paris vous parle, RTF, 28.09.1959, 2’.

Jean Rey résume le communiqué de Ferhat Abbas au nom du GPRA (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne) en réponse à la proposition de De Gaulle sur les conditions de l’autodétermination en Algérie. S’il apprécie que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes soit reconnu par De Gaulle, le GPRA refuse que les choix du peuple algérien soient subordonnés à ceux des Français.

Interview Messali Hadj, JT nuit, RTF, 21.09.1959, 6’45 : journaliste : Joseph pasteur.

Réaction de Ahmed Messali Hadj, fondateur du Mouvement national algérien, au discours du Président De Gaulle du 16 Septembre 1959, envisageant l’autodétermination pour l’Algérie.

Le FLN et les garanties de l’autodétermination, indéterminé, 10.06.1961, 44’.

Conférence de presse de Redha Malek, porte parole du FLN sur les propositions du FLN concernant l’autodétermination.

La formation du gouvernement provisoire algérien (GPRA)

Formation d’un gouvernement FLN, JT 20h, 22.09.1958, 1’.

Le FLN hébergé au Caire vient d’annoncer la constitution d’un gouvernement autour de Ferhat Abbas, par la voix de Mohamed Yazid, porte parole du futur GPRA : Gouvernement Provisoire de la République Algérienne. Dans le même temps Krim Belkacem, chef du maquis de Kabylie, en fait l’annonce à Tunis.

Terrorisme en France et constitution d’un gouvernement provisoire algérien, Paris vous parle, RTF, 19.09.1958, 3’. Jean Le Guevel et Henri Michel.

Correspondance de Jean Le Guevel depuis Tunis sur l’annonce faite par les délégués du FLN, Krim Belkacem et Mahmoud Chérif de la constitution du GPRA, Gouvernement Provisoire de la République Algérienne, dont le journaliste annonce les nominations.

Actualités de midi, RTF, 26.09.1958, 1’35. Journal parlé de Maurice Hutin, Jean Calvel, Paul Louis Mignon.

La première actualité est consacrée à la 1ère réunion du GPRA au Caire et à la déclaration de Ferhat Abbas. Quelques extraits sont lus et commentés par le journaliste en studio.

L’internationalisation de la question algérienne

Examen de la question algérienne à l’ONU, RTF, 22.09.1955, 5’.

Correspondance de Maurice Werther et extraits de l’allocution de Hervé Alphand, délégué de la France aux Nations Unies qui conteste la légitimité de l’ONU à statuer dans les affaires intérieures de la France.

La Question algérienne à l’ONU (version tunisienne), Journal des Actualités françaises : édition pour l’étranger, 06.10.1955, 2’15.

Discours du ministre des affaires étrangères, Antoine Pinay, à la tribune de l’ONU. La délégation française quitte l’ONU après la condamnation de la politique française en Algérie.

La Question algérienne à l’ONU : discours de M Pineau, Journal des Actualités Françaises, 13.02.1957, 1’.

Discours de Christian Pineau, ministre français des affaires étrangères du gouvernement Mollet lors de la séance à l’ONU sur la décolonisation de l’Algérie à l’instigation des délégués des pays socialistes, soutiens du FLN.

Discours de M Couve de Murville à l’ONU, JT nuit, RTF, 01.10.1959, 2’25.

Déclaration du ministre des affaires étrangères Maurice Couve de Murville devant l’assemblée générale de l’ONU qui a inscrit la question du conflit algérien à son ordre du jour, à la suite de la saisie du Conseil de Sécurité par le GPRA qui refuse l’autodétermination.

Discours Mohamed Yazid, RTF (non diffusé), 01.11.1960, 1’30.

Mohamed Yazid, en tant que porte-parole du FLN à l’ONU, demande, suite la réunion du groupe afroasien pour discuter des développements de la situation en Algérie, l’organisation d’un référendum sous le contrôle des Nations Unies.

1960 : la semaine des barricades à Alger

Entre le 24 janvier et le 1er février, des partisans de l’Algérie française manifestent pour dénoncer le renvoi en métropole du général Massu. Les affrontements avec les forces de police font plusieurs victimes.

Evénements d’Alger, JT 13h, RTF, 25.01.1960, 1’20 .

Montage de photographies de l’installation de barricades dans les rues d’Alger et des manifestations organisées par les partisans de l’Algérie française après que De Gaulle ait démis de ses fonctions le général Massu.

L’Émeute d’Alger, Journal des Actualités françaises, 27.01.1960, 1’50.

Reportage à Alger sur les affrontements entre les manifestants et les gendarmes qui ont fait 25 victimes et 140 blessés, et qui ont marqué le début de « la semaine des barricades ».

De nos envoyés spéciaux à Alger, Cinq colonnes à la une, 05.02.1960, 14’30.

Jacques Sallebert et Pierre Mignot. Emission en trois parties : retour en images sur les évènements des 30 et 31 janvier à Alger, suivi d’une analyse en plateau de Jacques Sallebert de la situation et de l’ambiance à Alger après la reddition des insurgés, complétée par l’interview de Monsieur Bensalem, conseiller municipal pour le quartier de la casbah.

Passé simple : la semaine des barricades Alger 1960, Antenne 2 midi, 25.01.1979, 2’30

Résumé en images commentées par Pierre Laroux de la semaine des barricades, comprenant un extrait d’une allocution du général De Gaulle.

Réactions du gouvernement français à l’insurrection des européens d’Algérie

Appel au calme du général Challe, RTF, 24.01.1960, 1’.

Déclaration du général Challe qui confirme la proclamation de l’état de siège et l’interdiction de rassemblement après les affrontements meurtriers entre des manifestants et les forces de l’ordre.

Discours de De Gaulle sur les émeutes à Alger, RTF, 25.01.1960, 3’.

Déclaration radio télévisée du général De Gaulle qui rappelle qu’il a été rappelé au pouvoir pour faire triompher en Algérie une solution française. Il fait appel aux insurgés pour qu’ils rentrent dans l’ordre national, affirme sa confiance dans le délégué général Paul Delouvrier et dans le général Maurice Challe, aux forces sous leurs ordres et à la population algérienne.

Semaine des barricades à Alger : allocution de Paul Delouvrier, RTF, 28.01.1960, 27’.

Allocution radiodiffusée de Paul Delouvrier, délégué général du gouvernement, à Alger : longue exhortation pour un retour au calme en Algérie et pour le maintien de la confiance en De Gaulle.

1961 : le référendum sur l’autodétermination et les pourparlers

Vote dans le bled en Algérie, JT 20h, RTF, 07.01.1961, 1’40.

Document muet de Max Petit consacré au scrutin du référendum sur l’autodétermination dans les villages en Kabylie.

Conférence de presse à Genève de Krim Belkacem, responsable du FLN et membre du GPRA, radio, 1961, 38’.

Déclaration de Krim Belkacem, responsable FLN, lors des pourparlers au Château de Lugrin près d’Evian (suspendus le 28 juillet), introduite par Redha Malek, porte-parole du FLN.

Evian : déclaration Joxe, JT 20H, RTF, 26.05.1961, 12’.

Louis Joxe, ministre des Affaires algériennes et chef de la délégation française aux négociations d’Evian, fait une déclaration à propos des négociations afin d’obtenir le cessez le feu en Algérie. Il parle longuement de l’avenir de l’Algérie et de ses deux communautés musulmane et non musulmane, de leurs peurs et de leurs interrogations pour l’avenir.

Redha Malek, porte-parole du FLN : l’échec de la conférence de Lugrin sur la question du Sahara, RTF, 28.07.1961, 43’.

Bilan des pourparlers, qui à l’issue des six séances ont échoué sur la question du Sahara, que le gouvernement français refuse d’abandonner.

Le putsch des généraux

Le 21 avril 1961, les généraux Challe, Jouhaud, Zeller et Salan, rejetant le référendum d’autodétermination et le projet d’indépendance de l’Algérie, tente de faire un coup d’état avec l’aide d’une partie de l’armée composée de quelques sections de parachutistes. Les putschistes s’empare de la radio d’Alger, les liaisons avec la métropoles sont coupées. Les médias français apprennent les évènements par les déclarations et les communiqués de presse du gouvernement.

Etat d’urgence après le putsch des généraux en Algérie, RTF, 22.04.1961, 14’.

Jacqueline Baudrier et Paul Carpena commentent les conséquences du putsch des généraux à Alger et les réactions des syndicats et des partis politiques. Leurs commentaires sont entrecoupés par la déclaration du ministre de l’information Louis Terrenoire sur la mutinerie des parachutistes dirigée par quatre généraux à Alger survenue la veille et sur les dispositions prises par le ministre de l’intérieur. L’émission se termine par une correspondance d’un journaliste à Tunis.

Message radiodiffusé et télévisé, JT 20h, RTF, 23.04.1961, 6’.

Allocution du général de Gaulle sur le putsch des généraux Challe, Salan, Zeller et Jouhaud à Alger qu’il désigne comme « un quarteron de généraux en retraite ».

Spécial Algérie, Cinq colonnes à la une, 05.05.1961, 18’.

Reportage de Roger Louis et Jean L’Hôte revenant sur le putsch des généraux à Alger avec des images d’Alger lors du coup d’état, un extrait de l’allocution à la télévision algérienne des généraux Challe, Jouhaud, Zeller et Salan et de l‘appel radiophonique des insurgés et des interviews d’algérois.

L’Algérie dix ans après : interview de Maurice Challe, Quatrième mardi : rushes, ORTF, 1972, 40’ : réalisé par Philippe Halphen et Jean Michel Meurice.

Maurice Challe revient sur sa mission et son engagement en Algérie : l’opération Jumelle lancée en 1959, la pacification, le plan de Constantine, le regroupement des populations, la semaine des barricades et le putsch d’Alger.

1962 : les accords d’Evian et le référendum sur l’indépendance

Les négociations entre le gouvernement français et les Gouvernement provisoire de la république algérienne aboutissent à un accord signé à Evian le 18 mars 1962. Le cessez le feu prend effet le lendemain. Les référendums des 8 avril et 1er juillet ratifient les accords. L’indépendance est officielle le 5 juillet.

Allocution du général Charles de Gaulle sur les accords d’Evian, Actualités Françaises, 21.03.1962, 11’.

Déclaration de De Gaulle depuis l’Elysée après la signature le 18 mars 1962 des accords d’Evian destinés à mettre fin à la guerre d’Algérie et concluant le cessez le feu.

Algérie : Alger, RTF, 30.06.1962, 25’. Michel Péricard et François De Lagrange.

Les journalistes en duplex et en plateau commentent les résultats du référendum sur l’autodétermination en Algérie, remporté à 99% par le oui.

Allocution de De Gaulle avant le référendum sur l’autodétermination de l’Algérie, RTF, 26.03.1962, 11’.

Allocution radio diffusée de Charles de Gaulle, président de la République, à propos du référendum prévu le 8 avril sur l’autodétermination de l’Algérie. Le projet de loi du référendum soumis au peuple se réfère aux déclarations du 19 mars 1962 sur le cessez-le-feu, l’autodétermination, et l’association de la France et de l’Algérie en cas d’indépendance.

Algérie : l’indépendance, RTF, 30.06.1962, 28’.

Edition spéciale présentée par Michel Péricard et Jospeh Pasteur consacrée à la première journée de l’indépendance de l’Algérie, composée de reportages, de micro-trottoirs auprès de la population algéroise et de commentaire en plateau sur la mise en place de l’administration algérienne, du GPRA, des luttes internes au sein du FLN, et des résultats du référendum de l’autodétermination

Indépendance de l’Algérie : liesse dans la casbah d’Alger, SORAFOM, OCORA, 05.07.1962, 11’.

Reportage de Jacques Alexandre à Alger sur les manifestations d’allégresse des habitants de la casbah à l’heure de l’indépendance de l’Algérie. Le commentaire du journaliste est noyé par les cris, les tirs de salves d’honneur, les youyous des femmes et les applaudissement.

3 – Les mouvements indépendantistes algériens

Les organisations indépendantistes

10 février 1943 : rédaction du manifeste du peuple algérien, Grands moments du Tiers monde, RFI, 19.02.1988, 19’

Elikia M’Bokolo revient sur ce manifeste signé par 28 élus musulmans le 10 février 1943, condamnant la colonisation, revendiquant le droit du peuple algérien à disposer de lui-même, et appelant à des négociations avec les autorités française pour faire de l’Algérie un état associé à la France garantissant l’égalité des droits de tous les algériens. Il réunit toutes les factions des mouvements indépendantistes et nationalistes, les partisans de Messali Hadj et ceux de Ferhat Abbas.

Algérie sur les traces du FLN, Géopolis, France 2, 29.07.2001, 50’.

Emission de Martine Laroche Joubert et Maryse Mano présentée par Claude Sérillon. Reportage de Gérard Grizbec, Jean François Hoffmann et Anne Cohen consacré à l’histoire du FLN : ses actes fondateurs, ses structures, les engagements de ses combattants, ses divisions, ses affrontements avec le MNA (Mouvement Nationaliste Algérien), ses rapports avec l’armée française, le rôle des femmes. Les images d’archives alternent avec les interviews de responsables, membres fondateurs du FLN Hocine Zahouane, Abderrahmane Kaci Abdallah, Ali Zamoum, Yacef Saadi, responsable du FLN Alger, Abdelhamid Mehri, secrétaire général du FLN (88-95), Ahmed Ben Bella, Moussa Kebaili, Azzedine Zerrari, Zohra Drif, Hocine Aït Ahmed, (Front des forces socialistes), et des historiens Gilbert Meunier, Benjamin Stora et Pierre Vidal Naquet, comité Maurice Audin.

Messali Hadj, une autre histoire de l’indépendance algérienne, La marche de l’histoire, France Inter, 04.03.2019, 29’.

Jean Lebrun s’entretient avec Nedjib Sidi Moussa, docteur en sciences politiques à propos de Messali Hadj et de la guerre d’indépendance algérienne.

Les arrestations des leaders et des membres du FLN

Les Chefs rebelles du FLN arrêtés, Journal des Actualités françaises, 31.10.1956,30’’.

Les leaders du FLN, Ahmed Ben Bella, Mohammed Khider, Ait Ahmed, Mohamed Boudiaf et Mostefa Lacheraf ont été arrêtés, après l’interception de l’avion du Sultan Mohammed V qui les conduisait à Tunis.

Terrorisme communiste à Alger, Actualités françaises, 1956, 1’30

Arrestation du militant communiste Fernand Iveton, poseur d’une bombe à l’usine à gaz d’Alger. Il sera torturé, jugé et exécuté le 11 février 1957.

Arrestation de dirigeants du FLN, Journal des Actualités Françaises, 06.03.1957, 30’’

Arrestation à Alger par les parachutistes du Général Massu de deux membres du FLN, Larbi Ben M’Hidi, l’un des six déclencheurs des événements du 1er novembre 1954 et Brahim Chergui.

Arrestation de Yacef Saadi, Journal des Actualités Françaises, 02.10.1957, 34’’

Arrestation par les parachutistes dans la casbah d’Alger du responsable du FLN, Yacef Saadi et de sa compagne Zohra Drif.

Arrestation Danièle Minne à Alger, JT 20h, RTF, 30.11.1957, 1’

Reportage muet de Claude Henri Salerne sur l’arrestation de Danièle Minne, européenne d’Algérie, membre du réseau bombe du FLN, appartenant au groupe de jeunes femmes poseuses de bombe dans les mieux publics d’Alger, en particuliers les cafés fréquentés par la jeunesse européenne.

Les luttes internes

Le mouvement indépendantiste est dans un premier temps incarné par Messali Hadj, militant indépendantiste depuis les années 1930, fondateur du Mouvement National Algérien, le MNA en 1954. Le Front de Libération National algérien voit le jour le 23 octobre 1954 à l’initiative du Comité révolutionnaire d’unité et d’action (CRUA). Ses fondateurs sont Krim Belkacem, Mostefa Ben Boulaïd, Larbi Ben M’Hidi, Mohamed Boudiaf, Rabah Bitat, Didouche Mourad. Les dissensions entre les deux partis se régleront dans la violence.

En Algérie, la branche armée du FLN, l’ALN (Armée de Libération Nationale) affronte sporadiquement l’ANPA (Armée Nationale du Peuple Algérien).

En France, l’influence du FLN sur les indépendantistes algériens prend de l’ampleur au cours de la guerre d’Algérie. Le mouvement de Messali Hadj finit par devenir minoritaire et ses militants traqués. Ce que l’on appela « la Guerre des cafés » fit des centaines ou des milliers de victimes entre 1957 et 1959. Des leaders de l’USTA (Union des syndicats des travailleurs algériens) furent également assassinés.

Après les massacres de Melouza, journal des Actualités françaises : édition pour l’étranger, 12.06.1957, 1’15.

Reportage. Après les massacres des partisans de Messali Hadj par le FLN dans le village de Mechta-Kasbah près de Melouza, des algériens travaillant en France originaires de cette région se sont engagés dans l’armée française.

Préparation de la conférence d’Evian et massacre à l’hôpital de Montfermeil, Inter actualités, Paris inter, 06.04.1961, 3’.

Journal de Jean Piazza comprenant un reportage de Philippe Real sur la fusillade survenue dans l’hôpital de Montfermeil due à un règlement de compte entre le FLN et le MNA.

Une Autre guerre d’Algérie, France 3, 02.11.2004, 52’.

Documentaire à la première personne de Djamel Zaoui à base d’images d’archives et d’interviews retraçant la genèse du nationalisme algérien et la guerre intestine qui opposa avant et pendant la guerre d’Algérie les partisans du FLN et ceux du MNA (Mouvement National Algérien) dirigé par Messali Hadj. Interviennent Benjamin Stora, historien, Ali Messali, fils de Messali Hadj, Djanina Messali Benkalfat, fille de Messali Hadj, Jacques Simon, historien, Rabah Balaïd, membre du GPRA, responsable archives FLN au Caire, Jean René Genty, historien, d’anciens militants messalistes.

Guerres secrètes du FLN en France, Infrarouge, France 2, 23.09.2010, 1h08.

Documentaire réalisé par Malek Bensmail consacré au second front ouvert par le FLN sur le sol français dans la seconde moitié des années 50. Découpé en quatre actes, ce documentaire revient sur la lutte fratricide entre le FLN (Front de Libération Algérien) et le MNA (Mouvement National Algérien) dirigé par Messali Hadj , l’ouverture de la lutte armée en France, l’importance de l’édition pour la diffusion du conflit et la manifestation du 17 octobre 1961.

Les intervenants sont Mohamed-Seghir Miri, arrivé en France en 1954, militant du MTLD, puis du FLN, Djanina Messali Benkelfat, fille et secrétaire de Messali Hadj, Mohand-Akli Benyounes, responsable FLN Paris, Alsace, Lyon, Mohamed Harbi, membre du Comité fédéral, Fédération de France du FLN, Ali Haroun, membre du Comité fédéral, Fédération de France du FLN, Brahim Ould Hamou, membre du FLN, Slimane Ould Younes, responsable FLN, Saint-Denis, Marseille, Paris, Abdelhafid Cherrouk, commando du FLN, 1956-1959, Abdelkader Bakhouche, commando du FLN, 1957-1959, Constantin Melnik, conseiller du Premier Ministre pour la sécurité et le renseignement, Jacques Vergès, membre du collectif des avocats du FLN, 1958-1962, Salima Bouaziz, agent de liaison, Fédération de France du FLN, 1958-1962, Nils Andersson, éditeur en Suisse, Akila Abdelmoumene, agent de liaison Seine-et-Marne, Paris.

4 – La guerre en France

La lutte contre le FLN en France

Vérification d’identité des Algériens au Vel d’hiv, Actualités Françaises, 28.08.1958, 1’50

Rafle de police au sein du FLN à Paris. (document muet)

La Lutte contre le FLN, RTF, 01.09.1958, 2’50.

Reportage muet de Claude Joubert sur l’organisation de la lutte contre le FLN dans la région parisienne : l’organisation d’un service de contrôle de la préfecture de police, les contrôles d’identité et les fouilles de passants.

Conférence de presse de Maurice Papon sur ses tâches de préfet de police de Paris, RTF, 30.06.1958, 54’.

Maurice Papon expose à la presse les tâches de la préfecture de police de Paris, effectuées à la demande du ministre de l’Intérieur Emile Pelletier. Il affirme enfin qu’au-delà de la répression il s’agit d’améliorer les conditions de vie des travailleurs immigrés. Il se dit soucieux de la mauvaise image de la police auprès des immigrés et dans la population en général.

Les attentats

Les attentats du FLN

Les Attentats FLN en France, JT nuit, RTF, 25.08.1958, 1’20.

Reportage de Claude Joubert sur l’attentat du FLN boulevard de l’hôpital, dans le 13ème arrondissement. (Document muet)

La Catastrophe de Mourepiane, journal des Actualités Françaises, 03.09.1958, 1’.

Reportage sur un attentat du FLN contre un dépôt d’hydrocarbures à Mourepiane près de Marseille.

Attentat contre Ali Chekkal, journal des Actualités françaises, 29.05.1957, 23’’

Images de l’arrestation de Mohamed Ben Saddock . Lors de la finale de la coupe de France de football du 26 mai 1957, Ali Chekkal, ancien Vice Président de l’Assemblée algérienne, qui se trouve aux côtés du Président René Coty, a été tué par le FLN.

Attentat contre Soustelle, JT nuit, RTF, 15.09.1958, 1’.

Reportage muet de Claude Thomas sur l’attentat perpétré contre le ministre de l’information Jacques Soustelle.

Les attentats de l’OAS (Organisation de l’Armée Secrète)

Attentat plastic à Paris, JT 20h, RTF, 13.05.1961, 2’20 : journaliste Joseph Pasteur.

Reportage sur les attentats de l’OAS à Paris contre des ministères, des quartiers commerciaux et des sièges de journaux parisiens favorables aux négociations avec le FLN. (document muet)

Voiture piégée, JT 13h, 16.02.1962, 30’’ 

Images d’une carcasse de voiture après une explosion déclenchée par des membres de l’OAS.

Interview du Docteur Mainguy après son enlèvement par l’OAS, JT 13h, RTF, 23.01.1962, 2’.

Interview du docteur Paul Mainguy, député maire UNR de Bourg la Reine, après son enlèvement par l’OAS.

Attentat manqué contre le président de la République, journal des Actualités Françaises, 13.09.1961, 2’.

Reportage de Claude Becognée consacré à l’attentat à Pont-sur-Seine (à proximité de Romilly-sur-Seine) contre la voiture du chef de l’Etat.

Attentat manqué contre De Gaulle, JT 20h, 22.08.1962, 9’25.

Reportage de Georges Bortoli consacré à l’attentat du Petit Clamart contre le cortège présidentiel du général De Gaulle. Le journaliste interviewe des témoins de la fusillade.

La répression en France 

La manifestation du 17 octobre 1961 

Manifestations musulmanes, JT 20h, RTF, 18.10.1961, 2’10.

Document muet du journaliste Jacques Poux : images de vitrines saccagées, d’arrestations d’Algériens dans le métro et embarqués dans des autobus. Le 17 Octobre à Paris, la manifestation organisée pour protester contre le couvre-feu imposé aux Algériens depuis le 6 par le préfet de police Maurice Papon, est violemment réprimée (plus de 11.000 arrestations, 69 blessés et un nombre de morts inconnu parmi les manifestants algériens).

Radio soleil, les gens d’ici, 03.12.1981, Antenne 2, 12’ : Antoine Gallien, Patrick Pesnot, Philippe Alfonsi et Alexandre Tarta.

Reportage consacré à la Radio Soleil, installée dans le quartier de la Goutte d’or à Paris qui s’adresse aux personnes issues de l’immigration, et à la préparation de leur émission consacrée à la manifestation du 17 octobre 1961 avec l’appel d’un auditeur témoin des événements.

Le Silence du fleuve, de Agnès Denis et Mehdi Lallaoui   réalisé en 1991. Production Au nom de la mémoire, France 5, 10.07.2003, 52’.

Documentaire consacré à la manifestation pacifique de trente mille Algériens de France contre l’instauration d’un couvre-feu et sa répression par la police, en pleine guerre d’Algérie, le 17 octobre 1961. Témoignages d’un ancien responsable du FLN, d’un gardien de la paix en 1961, d’une avocate, de G. Monate, ex-dirigeant du Syndicat général de la police, d’Ali Haroun, ministre des droits de l’homme, d’une habitante du bidonville de Nanterre, d’un hôtelier, d’un prêtre, d’un éditeur, d’ouvriers chez Renault en 1961, d’un militant du FLN, de C. Bourdet, conseiller municipal de Paris en 1961, de M. Gafir, responsable FLN à Paris, de A. Moscovitch, conseiller municipal de Paris en 1961, de maître Oussedik, avocat du FLN.

17 octobre 1961 : une journée portée disparue, les Mercredi de l’histoire, ARTE, 17.1.2001, 54’.

Documentaire de Philip Brooks et Alan Hayling. Le documentaire s’attache à rappeler le contexte de cette tragédie et se penche sur les responsabilités du préfet de police Maurice Papon, des dirigeants parisiens du FLN qui ont envoyé des Algériens braver le couvre-feu et de la gauche officielle qui n’a pas protesté contre le massacre. Parmi les témoignages, on retrouve celui de Jacques Panigel, auteur du documentaire « Octobre à Paris » tournée en 1962 et censuré depuis, de Roger Chaix, responsable du service de coordination des affaires algériennes à la préfecture de police, Jean Louis Peninou, journaliste, de Omar Boudaoud, chef politique du FLN, de Constantin Melnik, chargé des affaires de police et de renseignement auprès du premier ministre, du photographe Elie Kagan, de Ali Haroun, dirigeant de la fédération de France du FLN, de participants à la manifestation, de témoins oculaires des violences policières et d’anciens policiers

17.10.61 : un web documentaire de Raspouteam : collectif d’artistes urbain créé en 2005. Production : Agat films, coproduit par l’INA et MRM Paris

https://www.ina.fr/medias/webdocs/17oct/home.html

Le 5 octobre, le préfet de police Maurice Papon institue un couvre-feu à l’intention des seuls travailleurs algériens. Pour lutter contre ce couvre-feu raciste, le F.L.N. organise le 17 octobre 1961 une grande manifestation dans Paris, après l’heure du couvre-feu. Mais la police a ordre de ne pas laisser les Algériens défiler.

Avec la participation de : Linda Amiri, Emmanuel Blanchard, Raphaëlle Branche, Jean-Luc Einaudi, Mohammed Harbi, Neil McMaster, Tramor Quemeneur, Mathieu Rigouste.

La manifestation du 8 février 1962

Manifestation anti OAS à Paris, JT nuit, 08.02.1962, 1’10.

Reportage muet sur la manifestation du 8 février 1962 contre l’OAS interdite par le ministère de l’intérieur, lors de laquelle neuf personnes ont été tuées par les forces de l’ordre à la station de métro Charonne.

Charonne, C’est la vie, Antenne 2, 08.02.1982, 3’30.

Reportage de Gérard Hinet introduit par Noël Mamère consacré au 20ème anniversaire de la répression de la manifestation du 8 février 1962. Interviews de André Tollet (responsable CGT en 1962), témoin de la charge de la police et de Robert Gilot (responsable CFTC en 1962) à propos des responsabilités de Roger Frey, ministre de l’intérieur et de Maurice Papon, préfet de police de l’époque.

Commémoration massacre Charonne, édition 20h, Antenne 2, 08.02.1982, 5’40.

Reportage de Marcel Trillat consacré au 20ème anniversaire de la répression de la manifestation du 8 février 1962 contre l’OAS. Témoignages de Léo Figuères, maire PCF de Malakoff, de Marina Vlady, de Jean Max, auteur du livre Métro Charonne, d’un ouvrier d’entretien, d’une infirmière à la polyclinique des Bleuets, du Dr Pierre Boutin, polyclinique des Bleuets.

L’Enquête : Charonne 1962 : la France sous la censure, Médias le magazine, France 5, 12.02.2012, 6’20.

Reportage consacré à la censure à l’occasion de l’anniversaire de la mort de 9 manifestants au métro Charonne en 1962. Interviews d’un témoin du drame, de Gérald Bloncourt, photographe de la manifestation, d’Emmanuel Laurentin, producteur de “La Fabrique de l’histoire” France Culture, Alain Frappier, auteur de Dans l’ombre de Charonne.

Procès Papon : journées du 15 et 16 octobre 1997.

Captation réalisée pour le Ministère de la justice par Philippe Labrune : Retransmission de la 7ème et 8ème journée de procès au cours de laquelle sont auditionnés sur les évènements de la période de la guerre d’Algérie, Pierre Messmer, ancien premier ministre, Jean Caille ancien commissaire de police à Paris et l’historien Jean Luc Einaudi qui revient sur les massacres d’octobre 1961 et de février 1962 au métro de la rue de Charonne.

5 – Les récits

Dans ce chapitre sont regroupés des documents qui mettent en valeur la parole des témoins de cette guerre de décolonisation. Tous ces témoignages constituent une mémoire plurielle, les divergences dans les récits sont l’expression des différentes expériences face aux événements, exprimant les ressentis et les souvenirs souvent douloureux de cette période. L’attention a été portée à représenter toutes ces voix, pour faire ressortir tous les points de vue.

Les Harkis

Les Harkis, France 3, 12.12.1993, 19.12.1993 et 08.11.1994.

Documentaire en 3 parties de 52’ de Alain de Sedouy et Eric Deroo consacré aux Harkis et diffusé dans la tranche horaire Planète Chaude sous le titre “l’Histoire oubliée”. L’Enrôlement revient sur l’incorporation des milliers d’algériens dans l’armée française ; L’Abandon est le récit des survivants des milliers de supplétifs algériens abandonnées par la France en 1962 ; Les Fils de l’oubli est consacré aux enfants de harkis en quête d’identité.

La Mémoire de nos pères, Interception, France Inter, 25.09.2016, 47’. Pascal Dervieux, Anne Lhioreau.

Stéphane Iglesis et Jean André Giannecchini accompagnent des anciens Harkis, des femmes et des enfants de Harkis au camp Joffre à Rivesaltes et dans d’autres camps du sud-ouest de la France dans un pèlerinage de la mémoire.

C’étaient les harkis, Cinq colonnes à la une, RTF, 07.06.1963, 15’.

Reportage de Jean Claude Bringuier Reportage sur la situation des harkis rapatriés en France. Après la cérémonie d’officialisation de la nationalité française, le journaliste détaille les conditions de vie des familles dans le camp militaire de Rivesaltes, les programmes d’intégration proposés par l’État et le ministère des rapatriés et l’installation de familles dans un village abandonné de l’Aude.

Le Choix de mon père, La Case de l’oncle doc, France 3, 27.09.2008, 52’.

Documentaire de Rabah Zanoun sur l’histoire des harkis à partir de celle de son père kabyle qui ayant refusé de tuer un représentant du MNA, fut condamné à mort par le FLN et dû s’engager dans l’armée française.

Les rapatriés, les pieds-noirs

Avec les rapatriés d’Algérie, RTF, 21.05.1962, 2’.

Interviews de passagers en provenance d’Algérie à l’aéroport. Images de famille avec des bagages devant l’aérodrome.

Octobre 62 : les Français d’Algérie, Cinq colonnes à la une, RTF, 05.10.1962, 30’.

Reportage de Roger Louis et Pierre Mignot sur le sort des rapatriés et des français d’Algérie. A travers des interviews, le journaliste enquête sur l’ intégration des rapatriés dans le sud ouest de la France à travers l’exemple d’agriculteurs ayant formé une sorte de coopérative, de salariés en reconversion professionnelle dans une usine de chaussures, sur les motivations de ceux ayant opté pour un retour volontaire en Algérie et sur les pieds noirs restés en Mitidja, malgré l’insécurité.

Il y a 40 ans déjà l’histoire déchirée des Français d’Algérie, La Case de l’oncle doc, France 3, 18.03.2002, 52’.

Documentaire de Jean Pierre Carlon. Quarante ans après la fin de la guerre d’Algérie, ce document entend donner la parole aux rapatriés, ces “pieds-noirs” qui se sont sentis floués et abandonnés par la France. Entre colère, tristesse et nostalgie, de nombreux témoignages d’hommes et de femmes alternent avec des images d’archives photographiques et filmées.

Collection : les Pieds-noirs, histoires d’une blessure, France 3, 2007.

Documentaire en 3 parties de 52’ réalisé par Gilles Perez et Karine Bonjour . Les Années romantiques : l’épopée de l’installation en Algérie ; Les Années mélancoliques ; Les Années dramatiques, diffusé les 24 et 31 mars et le 7 avril 2007. Ce document est construit autour des témoignages intimes de Français d’Algérie sur les réalités de la vie en Algérie, sur les années de guerre et sur les difficultés du rapatriement, ponctué par les interventions d’historiens (Jean Monneret, Guy Perville, Jean Jacques Jordi, Jeannine Verdes Leroux)

Les soldats, les appelés

Messages familiaux de nos soldats d’Algérie, RTF

Série de 7 reportages sur la vie des soldats appelés en Algérie diffusée en décembre 1956 d’une durée comprise entre 4 et 28 minutes. Exemple : peloton de Bouira et village de Takerboust en Kabylie.

Collection : Algérie, la guerre des appelés, France 5, 03.11.2019, 2h15.

Documentaire en 2 parties de Thierry de Lestrade et Sylvie Gilman : Le Bourbier ; L’Héritage. Témoignages et images amateurs inédites racontent la terrible guerre d’Algérie telle que l’ont vécue les jeunes appelés français du printemps 1956.

Collection : Pacification en Algérie, Les Mercredis de l’histoire, ARTE, 2003, diffusé les 12 et 19 février 2002.

Série de 2 documentaires réalisés par André Gazut. Le Sale boulot ; La Politique du mensonge. Le réalisateur pose les questions suivantes : Comment a-t-on justifié la “sale guerre” menée par la France en Algérie ? Comment a-t-on pu laisser faire, et accepter l’inacceptable, la torture et la barbarie ? A travers les témoignages d’appelés et de militants algériens, le film tente d’éclairer l’attitude des jeunes soldats soumis à l’autorité et la responsabilité des militaires et des politiques dans cette politique de « pacification » et l’usage de la torture.

La Guerre sans nom, ARTE, 06.11.1997, 4 heures.

Documentaire de Bertrand Tavernier et Patrick Rotman. La guerre d’Algérie, à travers les témoignages d’anciens appelés de la région de Grenoble. Des années après, le souvenir des événements continue de les hanter.

Les déserteurs 

M Le président je vous fais une lettre, Thema : nous n’irons pas la faire, ARTE, 09.11.2000, 1h.

Documentaire de Alain Taieb et Virginie Adoutte consacré aux appelés qui ont déserté l’armée française pendant la guerre d’Algérie à travers les témoignages de quatre déserteurs : Noël Favrelière, Alban Liechti, Louis Orphant et Jean Le Meur.

Algérie, les deux soldats, soirée spéciale guerre d’Algérie : de la guerre sans nom à l’indépendance, Toute l’histoire, 04.07.2012, 55’.

Documentaire de Marc Bessou. Deux soldats déserteurs racontent leur vision de la guerre d’Algérie : René Técourt pour rejoindre l’OAS et Noël Favrelière pour s’engager aux côtés de la rébellion algérienne

Lettres ouvertes, France culture, 01.10.1991, 1h30.

Magazine littéraire de Roger Vrigny et Christian Giudicelli. Parmi les invités, Jean-Louis Hurst, dit Maurienne, présente son récit autobiographique « Le Déserteur » dans lequel il explique pourquoi il a déserté l’armée française durant la guerre d’Algérie.

La torture racontée par les tortionnaires et les victimes

Algérie, paroles de tortionnaires, France 5, 18.03.2002, 51’.

Documentaire de Jean Charles Deniau. Sept personnes, appelés, officiers (dont le général Paul Aussaresses) et soldats ayant participé à la guerre d’Algérie témoignent tour à tour de la pratique de la torture, de l’engrenage de la violence, des aspects psychologiques, de l’endoctrinement, de la disparition progressive de la compassion et de l’éthique, le problème de la culpabilité et de la responsabilité et de la difficulté du retour à la vie civile.

1940-1956 : un soldat de l’ombre, Paul Aussaresses : Algérie, c’était la guerre, Histoire, 29.11.2003, 1h.

Documentaire de Annabelle Le Doeuff, Claude Ribbe et Pierre André Boutang. Le général Paul Aussaresses accepte en 2001 d’évoquer la torture pratiquée par les soldats français pendant la guerre d’Algérie. Le document débute par un avertissement des réalisateurs concernant le contenu et les propos du général, choquants et inacceptables pour les victimes.

Torture pendant la guerre d’Algérie : témoignage des victimes, 20 heures le journal, France 2, 23.11.2000, 3’.

Témoignages, 40 ans après la fin de la guerre entre la France et l’Algérie, de personnes torturées par l’armée française. Interview de Louisette Ighilahriz et Abdelkader Amane, anciens membres du FLN, arrêtés et torturés.

Les Viols pendant la guerre d’Algérie, Envoyé spécial, France 2, 07.02.2002, 36’.

Reportage de Philippe Jasselin, Valérie Gaget-Deslandes, Philippe Cristien et Annie Claude Bequet. Quarante ans après la fin de la guerre d’Algérie, des femmes et des témoins acceptent de parler des viols commis par des soldats de l’armée française. Avec les interventions de Benjamin Stora, historien, Jacques Duquesne, auteur de Pour comprendre la guerre d’Algérie, du Dr Bernard Sigg, psychanalyste, auteur de Le Silence et la honte.

Témoignage du fils d’une femme violée durant la guerre d’Algérie, 20 heures le journal, France 2, 07.12.2000, 2’25.

Reportage de Agnès Vahramian. Interview de Mohamed Garne, français né en 1960 après le viol de sa mère, alors âgée de 14 ans, par des militaires français.

L’Ennemi intime, documentaire de Patrick Rotman, France 3, 2002

Documentaire de 3h24 diffusé en 3 parties les 4, 5 et 6 mars 2002 : Pacification ; Engrenages ; Etats d’armes : ce film retrace minutieusement dans sa complexité la pratique de la torture durant la guerre d’Algérie, et à partir de témoignages, tâche de comprendre comment ces pratiques ont pu être institutionnalisées par la République française.

Les membres de l’OAS 

OAS l’histoire interdite, France 5, 29.06.2003, 2×53’.

Documentaire en deux parties (« L’Armée secrète » et « La Terre brûlée ») réalisé par François Margouin qui revient sur l’histoire de France entre 1961 et 1963 au cours de laquelle l’OAS a semé la terreur en France et en Algérie. Des images d’archives inédites et des témoignages rares d’anciens membres jalonnent le film et dévoilent la complexité et l’hétérogénéité de cette organisation.

L’OAS raconte l’OAS, Histoire, 15.12.2011, 1h09.

Documentaire de Nicolas Cotto retraçant la genèse de l’Organisation de l’Armée Secrète pendant la guerre d’Algérie à travers les témoignages de plusieurs anciens membres de l’organisation.

L’OAS 1961-1962, La guerre d’Algérie vingt cinq ans après, France culture, 20.08.1987, 1h : production Patrice Gélinet.

Documentaire de Christine Bernard Sugy composé d’archives sonores et d’interviews : Pierre Sergent, chef de l’OAS métro, Jean Claude Perez, chef de la branche armée de l’OAS, Bernard Tricot, conseiller technique chargé de l’Algérie auprès de De Gaulle, Jean Morin, délégué général en Algérie, le général Edmond Jouhaud, à la tête de l’OAS, Marie Elbe, journaliste à l’Echo d’Alger, Lucien Bitterlin, président du Mouvement pour la Communauté, Pierre Vidal Naquet historien sigataire du manifeste des 121, Ahmed Ben Bella, memebre du Gouvernement Provisoire de la République Algérienne.

L’Algérie dix ans après, quatrième mardi rushes, ORTF, 1972. Réalisation Jean Michel Meurice et Philippe Halphen.

Les rushes se composent de séries d’interviews. Exemple : « interview jeunes OAS » : Témoignages de jeunes pieds noirs sur leur participation aux “barricades” à Alger en février 1960. « Interview de Monsieur Seguin », fondateur du FAF (Front de l’Algérie française) en juin 1960 et à la tête des mouvements anti indépendance. « Interview famille Pittard », nostalgique de l’OAS et de l’Algérie française.

Les combattants du FLN

Les Porteuses de feu, France 3, 26.01.2008, 54’.

Documentaire de Faouzia Fekiri : entretiens avec des femmes engagées du côté du FLN dans lutte contre la colonisation française.

Mohammed Harbi, Ephémérides, France Inter, 04.04.2004, 40’.

Kathleen Evin s’entretient avec Mohammed Harbi, ancien combattant pour l’indépendance de l’Algérie, membre de la direction de la fédération de France du FLN et auteur du livre Une Vie debout.

Actuelles, France 24, 06.11.2015, 7’.

Virginie Hertz reçoit Nassima Guessoum pour son film documentaire « 10949 femmes », qui dresse le portrait de Nassima Hablal, héroïne oubliée de la Révolution algérienne, qui raconte son histoire de femme dans la guerre, sa lutte pour une Algérie indépendante.

Les Français favorables à l’indépendance 

Germaine Tillion : deux fils qui se croisent, Un certain Regard, ARTE, 26.05.2007, 50’.

Rediffusion d’un entretien réalisé par Francis Bouchet et le service de la Recherche de l’ORTF pour l’émission de Michel Anthonioz « Un Certain regard » avec l’ethnologue Germaine Tillion, résistante, ancienne déportée, militante de la décolonisation. Après le récit de sa déportation, elle évoque la guerre d’Algérie et revient sur son implication et sa rencontre avec Saadi Youcef, chef de commando FLN.

Alice Cherki, Algérie 2022, INA, 29.06.2020, 2h30.

Entretien patrimonial réalisé par Rafaël Lewandowski et Raphaëlle Branche : Témoignage de Alice Cherki, psychiatre et écrivaine née en 1936 dans une famille judéo-algéroise à propos de son enfance et de son engagement politique en faveur de l’indépendance de l’Algérie.

Emilie Busquant, une passion algérienne, La case de l’oncle doc, France 3, 26.01.2015, 52’.

Documentaire de Rabah Zanoun sur la vie et le parcours politique de celle qui fut la femme de Messali Hadj le fondateur du mouvement national algérien et qui lutta pour l’indépendance de l’Algérie

Une Vie placée sous le signe de la révolte, Nuits Magnétiques, France culture, 13.11.1997,58’.

Emission de Dominique Costa, Colette Fellous, Jean Marc Turine consacré à Dionys Mascolo. Entre 1940 et 1960, un groupe d’amis et d’intellectuels se réunit rue Saint Benoit chez Marguerite Duras, parmi eux Dionys Mascolo. Ses engagements politiques le mènent de la résistance au Parti communiste, puis à la création du Comité des intellectuels contre la guerre d’Algérie et au Manifeste des 121. L’émission débute par la lecture d’un extrait du Manifeste des 121 par André Wilms et se poursuit par une interview de Dionys Mascolo, réalisée par Jean Pierre Saez et les témoignages de Maurice Nadeau, Jean Francis Rolland, Daniel Dobbels.

Les anticolonialistes français 

Les Frères des frères, France 3, 14.03.1992, 1h40.

Documentaire de Richard Copans construit à partir des récits et des témoignages de personnes qui par conviction ont aidé le FLN : Francis Jeanson, anticolonialiste, Hélène Cuenat, professeur à l’époque de son engagement, Robert Davezies, prêtre, Jean Hurts, militant du parti communiste, Henri et Clara Benoits, militants PC et CGT. Omar Boudaoud, ancien chef de la fédération de France du FLN et Ali Haroun, membre du FLN apportent des précisions sur leurs relations avec les réseaux de soutien et le photographe Elie Kangan raconte la nuit du 17 octobre 1961.

Les Porteurs de valises, du côté de chez Fred, Antenne 2, 29.06.1989, 1h : réalisation de Michel Hermant, journaliste Paul Albertini.

Les « porteurs de valises », sont des hommes et des femmes qui ont basculé dans l’illégalité pour aider les Algériens à obtenir l’indépendance de leur pays. Frédéric Mitterrand reçoit en plateau Francis Jeanson, militant anticolonialiste, le père Robert Davezies (prêtre chercheur), Henri Alleg, communiste algérien, auteur de La Question, livre publié en 1958 dénonçant la torture en Algérie et Hélène Cuenat, ancienne du réseau Jeanson. Diffusion d’une interview de Alban Lietchi, appelé condamné à plusieurs années de prison pour avoir refusé de se battre.

Maurice Audin, la disparition, Public Sénat, 19.07.2010, 55’.

Documentaire de François Demerliac sur l’affaire Maurice Audin, mathématicien, militant communiste anticolonialiste durant la guerre d’Algérie, arrête, torturé et « disparu » par les militaires français en 1957. Parmi les intervenants, il y a sa veuve Josette Audin, Henri Alleg, journaliste, Abdelmadjid Azzi, syndicaliste et ancien combattant FLN, Djoudi Attoumi, ancien combattant de l’ALN, Mohamed Rebah, chercheur en histoire, ancien élève de Audin, Mohammed Harbi, historien, les avocats Pierre Braun, Jules Borker, et Nicole Dreyfus, Pierre Vidal Naquet, historien.

Gisèle Halimi, l’insoumise, Empreintes : la collection documentaire, France 5, 21.12.2007, 55’.

Documentaire réalisé par Serge Moati : portrait de l’avocate engagée, féministe et militante. En revisitant les lieux qui ont marqués sa vie, elle revient sur son parcours professionnel, et notamment sur son engagement en Algérie auprès des indépendantistes et du FLN.

Les immigrés algériens 

L’Exportation de la main d’œuvre kabyle, JT Actualités Française, 09.10.1957, 1’20.

Reportage. La France trouve en Kabylie un réservoir de main-d’œuvre pour l’industrie en métropole et estime que les travailleurs peuvent ainsi subvenir aux besoins de leurs familles restées en Algérie.

Monique Hervo, solidaire, engagée, Là-bas si j’y suis, France Inter, 11, 12 et 13 janvier 2012.

Emission de Daniel Mermet. Reportage en 3 épisodes de 55’ de Charlotte Perry consacré à Monique Hervo, travailleuse sociale et militante, qui revient sur sa vie à « La Folie », surnom donné à l’un des bidonvilles de Nanterre (1950-1971), et son engagement auprès de la population algérienne de France.

Les Algériens de Paris, Seize millions de jeunes, ORTF, 10.02.1966, 20’.

Emission de Alain de Sedouy et André Harris, réalisée par Guy Demoy et François Ribadeau. Le sujet s’intéresse à la vie des algériens dans la région parisienne. Venus en France pour améliorer leur sort, ils vivent dans des bidonvilles à la périphérie des villes, et sont confrontés au chômage, à la précarité et au racisme. Ils témoignent de leur expérience, de leur espérances, de leur identité en friction entre leur culture familiale, d’origine et celle modelée par la vie occidentale.

E – LA DEPARTEMENTALISATION

1 – La loi de départementalisation de 1946 et les statuts des territoires d’Outre-mer

Après la Seconde guerre mondiale, lors de la rédaction de la nouvelle constitution, l’assemblée nationale vote la transformation de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Martinique et de la Réunion en départements français.

L’article 73 de la Constitution du 27 octobre 1946, soutenu par les élus de ces anciennes colonies, permet “l’assimilation” juridique à la métropole et la pleine application du droit commun de la République. Ce changement statutaire est alors perçu comme la garantie de l’égalité civile, juridique, et fait espérer aux populations des Outre-mer une amélioration de leurs conditions de vie. Cependant, les Français d’Outre-mer devront attendre pour avoir les mêmes droits sociaux que les métropolitains.

Au cours des décennies qui suivent, une série de réformes successives apportent des changements sur l’organisation administrative et politique des départements d’Outre-mer, définissant les compétences des départements dans une logique de décentralisation et d’autonomie interne. Ces évolutions institutionnelles donnent lieu à des référendums, des changements législatifs, mais également à des manifestations, et cristallisent les revendications des indépendantistes et des militants autonomistes.

La loi de 1946

Martinique : Emmanuel Very Hermence sur l’évolution de l’assimilation, RTF, 07.07.1950, 6’.

Interview d’Emmanuel Very Hermence, député de la Martinique, sur la difficile mise en oeuvre de la loi de départementalisation du 19 mars 1946, et le malaise économique et social qui découle de cette assimilation : fiscalité inadaptée, enseignement professionnel sous-développé, établissements sanitaires insuffisants. Il plaide pour une prise en compte des spécificités de chaque département d’Outre-mer.

Réunion, Guadeloupe, Martinique et Guyane sont des départements français, Reflets de Paris, RTF, 07.1951, 6’.

Pierre Paraf évoque la loi du 19 mars 1946 qui a officiellement reconnus comme départements français les 4 territoires colonisés. Il est question d’intégration dans la nation française et des objectifs de cette loi. Il évoque son entretien avec le préfet Pierre Damelon (directeur des services d’Algérie et des territoires d’Outre-mer).

Suite du feuilleton consacré au 70ème anniversaire de la départementalisation, Info Réunion, Franco O, 16.03.2016, 2’40.

Reportage de Véronique Urtizberea revenant sur l’adoption de la loi en 1946 transformant les anciennes colonies de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Guyane et de la Réunion en départements français, avec une interview de 1970 de Aimé Césaire, député maire de Fort de France et de Paul Vergès, président du conseil régional de la Réunion.

Les réformes statutaires

La Réforme statutaire, Edition spéciale, France O, Télé Guyane, 03.04.2009, 1h25.

Débat politique présenté par Alexandre Rozga à propos du projet de réforme du statut de la Guyane. Les invités sont Fabien Canavy, vice-président du conseil général, Jean Pierre Aron, membre de la commission mixte et du PSG, Audrey Marie, du parti Walwari, Alick Egouy, des Forces démocratiques du Guyane (FDG), Christine Ichoung Thoe Finance, délégué de l’UMP, Jean Marc Aimable, des Nouvelles forces du progrès (NFP), Roger Arel, chef d’entreprise, Roland Ho Wen Sze, du Rassemblement pour la Guyane dans la République (RPGR), David Donzenac, président des entreprises du bâtiment, Bernard Perdrix, de l’Union des sociaux démocrates (UDS), Michel Dubouille, porte-parole des Verts Guyane, Léon Jean Baptiste Edouard, de la fédération du parti socialiste, et Serge Romney, du Mouvement de décolonisation et d’émancipation sociale (MDES).

Référendum en Martinique et en Guyane, 19 20 édition nationale, France 3, 08.01.2010, 2’15.

Reportage de Sandrine Rigaud consacré aux enjeux du référendum sur l’autonomisation du département de la Martinique comprenant les interviews de Patrick Chamoiseau, écrivain, de Raphaël Confiant, écrivain, de Edouard Glissant, poète et écrivain, suivi d’un duplex avec la journaliste.

La Départementalisation à Mayotte, 12 13 Outre Mer, France 3, 28.03.2011

Le journal, présenté par Elyas Akhoun, propose plusieurs reportages sur le processus de départementalisation, voté par référendum en 2009 et demandé depuis longtemps par les Mahorais.

2 – Les Antilles

Introduction 

Collection : Une Histoire de l’Outre mer, La Case du siècle, France 5, 3×52’ : documentaire en 3 parties de Christiane Succab Goldman : L’Héritage colonial (08.05.2011) ; Les Turbulences de la décolonisation ; L’Ère de la mondialisation (22.05.2011) proposent une histoire du point de vue des Outre-Mers.

L’Héritage colonial, 08.05.2011, 52′ : l’histoire des territoires d’Outre-mer durant la période qui a précédé la décolonisation, des conquêtes du 17ème jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale : la constitution de l’empire colonial avec des colonies de production fondé sur un régime esclavagiste, et des colonies de peuplement, de la politique d’assimilation jusqu’aux prémices des mouvements indépendantistes, la formation d’une élite, et la politique d’assimilation.

Les Turbulences de la décolonisation, 15.05.2011, 52’ : cette 2ème partie décrit la période de la décolonisation : les élans d’émancipation et les demandes d’intégration à partir de la seconde guerre mondiale, la loi de la départementalisation de 1946, l’autonomie interne, le développement économique assorti de répressions politiques des mouvements d’indépendantistes jusqu’aux accords de Matignon de 1988.

Parmi les personnes interviewées, il y a entre autres : Elie Domota, syndicaliste, porte-parole du LKP, Maryse Condé, écrivain, Françoise Enguehard, historienne, Jean Crusol, spécialiste des économies insulaires, Myriam Alamkan, historienne maritime, René Achéen, historien, Eugène Epailly, historien, Jean Moomou, historien, Paul Vergès, ancien président du conseil régional de la Réunion, Lydie Ho Fong Choy Choucoutou, historienne, Pierre Aliker, ancien adjoint d’Aimé Césaire, mairie de Fort de France, Françoise Vergès, politologue, Jean Aubéric Charles, chef coutumier, Louis Théodore, membre fondateur du GONG, Prosper Eve, historien, Jacky Dahomey, philosophe, Benoit Tangopi, militant FLNKS, membre du commando de la grotte de Wateto.

Le Miroir colonial : mémoire du socialisme outre-mer, Télé RFO Paris, 1988 : documentaire en 3 parties réalisé par Jean Chérasse : 3×52’ dont

En noir et en couleurs… ou l’histoire en fusion (un essai historique et politique en noir et en couleurs ou l’histoire en fusion). Des personnalités des Départements d’Outre-Mer actuels, des Antilles et de la Réunion expliquent pourquoi, à la lumière des évènements de l’après guerre, la décolonisation en Afrique noire, les guerres d’Indochine et d’Algérie, ils ont obtenu non pas l’indépendance mais la “départementalisation”, étape vers l’égalité des droits avec les français métropolitains. Il est également question de la politique de décentralisation, des séquelles de la colonisation et du post-colonialisme économique.

Lutte des races ou lutte des classes : Ce deuxième volet évoque l’abolition de l’esclavage en 1848 puis la constitution d’un prolétariat agricole et industriel travaillant pour la minorité propriétaire « blanche »  des plantations et des usines sucrières, et l’utilisation de travailleurs indiens et chinois. La réalité économique et sociale a engendré une conscience des classes intimement lié à la question ethnique. L’évolution politique et l’essor du socialisme sont évoqués dans chaque DOM à travers les portraits de figures politiques.

Interviews de Frédéric Jalton, Paul Verges, Aimé Césaire, Ernest Pepin, Henri Bangou, Albert Ramassamy, Edouard Marceau, Jules Gaye, Claude Robo, Elie Hoarau, Joseph Law Yee, Jacques Bernard (réunion), Claude Hoarau, Wilfrid Bertile, Lucie Blinker, Georges Louisor, François Louisy, Raymond Tarcy, Marthe Carole, Georges Dagonia, Claude Lise, Marlène Melisse, Michel Hoareau, Jean Claude Fruteau, Désiré Bagrette, Marcel Philippe, Ernest Moutoussamy, Léo Othily, Calabre Marcel Menage, Claude Wanquet, Edouard De Lepine, Armand Nicolas, Ernest Wan Ajouhu, Camille Darsières, Casimir Branglidor, Gérard Holder, Ismelle Amelin, Ernest Pepin, Mitza Gourdial.

L’Outre-mer fait-il vraiment partie de la France, Ca vous dérange, France Inter, 29.07.2011, 53’.

Débat animé par Thomas Chauvineau autour de la question “L’Outre-mer fait-il vraiment partie de la France ?” entre Daniel Maximin du Commissariat des Outre-mer, Constant Gros-Dubois cinéaste, Jean-Claude Judith de Salins de ARCC (Association Réunionnaise Culture et Communication) rapporteur de l’atelier des Etats Généraux de l’Outre-Mer et Xavier Louy, pdg de Xlco, spécialisé dans le développement local, auteur de France-sur-mer : un empire oublié et en duplex avec le journaliste à France Mayotte Matin, Patrick Millan.

Les conditions de vie dans les territoires d’Outre-mer

Le déplacement contraint

Le Bumidom (Bureau pour le développement des migrations des départements d’Outre-mer) est un organisme public fondé en 1963 par Michel Debré chargé d’accompagner l’émigration des habitants des départements d’Outre-Mer vers la métropole. Il fut pour l’état français un moyen de « régler » les problèmes démographiques des départements de l’Outre-mer, d’offrir aux employeurs métropolitains une main d’oeuvre dont ils manquaient, mais également de diminuer l’influence des mouvements indépendantistes. Beaucoup d’ultra-marins ont très mal vécu cette période d’éloignement, les conditions d’accueil, les emplois subalternes, la précarité et la discrimination

Le plan « Nemo », le service militaire adapté à l’Outre-Mer est créé en 1960. C’est un dispositif d’insertion socioprofessionnelle basé sur une pédagogie militaire et destiné à de jeunes volontaires, sans diplôme ou présentant un risque de désocialisation. L’optique pour les autorités métropolitaines est de canaliser les revendications indépendantistes et une situation sociale explosive.

Le scandale des « enfants de la Creuse » : toujours à l’initiative de Michel Debré, ce programme a organisé l’exil forcé d’enfants de l’île de la Réunion pour repeupler les départements ruraux français. En échange d’une promesse d’avenir, d’éducation et de formation professionnelle, plus de 2000 enfants ont été arrachés à leur famille et coupés de leur racine entre 1963 et 1982. Plusieurs enfants enlevés à leur famille, qu’ils ne reverront d’ailleurs pas avant des années, ont porté plainte pour « enlèvement et séquestration de mineur ».

Bumidom, des Français venus d’Outre-mer, Infrarouge, France 2, 17.11.2011, 54’.

Documentaire de Jackie Bastide. Au début des années 1960, face à la pauvreté, la démographie exponentielle, le chômage, et les mouvements indépendantistes régnant en Martinique, en Guadeloupe et à la Réunion, le ministre de l’intérieur, Michel Debré créé « le Bumidom », un organisme offrant aux jeunes des Outre-mer la possibilité de venir s’installer en métropole avec la promesse d’une formation, d’un emploi dans la fonction publique et d’un logement. Cela permet à la métropole de combler un manque de main d’œuvre pour des emplois sous qualifiés et sous-payés, et d’éloigner les activistes de leur île natale. 160 000 hommes et femmes participeront à ce programme entre 1963 et 1981. Quelques uns d’entre-eux témoignent des difficultés qu’ils ont rencontré et dressent un bilan négatif du Bumidom considéré comme un outil colonialiste.

Service militaire adapté, JT 20h, ORTF, 27.11.1973, 3’.

Reportage de François Bonnemain consacré au Service Militaire Adapté initié par le général Nemo en 1960, qui instaure un dispositif d’insertion socioprofessionnelle au profit des jeunes des Outre-mer, avec une formation et un stage pratique, essentiellement dans les métiers du bâtiment et des travaux publics.

Enfant de la Creuse, Les Pieds sur terre, France Culture, 17.06.2008, 28’. Sonia Kronlund.

Jérôme Sandlarz consacre son reportage à l’histoire de Jean-Philippe Jean Marie. Il fait parti des 1600 enfants réunionnais envoyés en métropole entre 1962 et 1984, à l’initiative de Michel Debré, arrachés à leurs familles pour aller repeupler et travailler dans les zones rurales françaises.

Politique et race en France, un mariage dangereux : La Réunion, stérilisations sans consentement, exils forcés (3ème épisode), La Série Documentaire, France Culture, 07.10.2020, 55’. Perrine Kervran, série de Alain Lewkowicz, réalisée par Somany Na.

Montage d’entretiens et d’archives avec Françoise Vergès, politologue, militante féministe et antiraciste, Jacques Vergès, avocat, Inel Anette et Valérie Andanson, membres de la Fédération des enfants déracinés des départements et régions d’Outre-Mer, Jamila Buzkova, réalisatrice, Elisabeth Rabensandratana, avocate. Face à la surpopulation de l’île de La Réunion, le gouvernement français, décide d’une immigration forcée avec l’envoi massif d’enfants réunionnais en métropole et d’une politique de contrôle des naissances par des avortements et des stérilisations médicamenteuses sans consentement.

Les inégalités sociales

Les Derniers maîtres de la Martinique, Spécial investigation, Canal +, 30.01.2009, 50’.

Documentaire de Romain Bolzinger consacré aux héritiers blancs des premiers colons installés en Martinique, détenteurs de 52% des terres agricoles. 1% de la population détient 20% de la richesse de l’île et un quasi monopole sur d’importants secteurs économiques entretenant un coût de la vie très élevé. Les inégalités criantes maintiennent les rancoeurs post-coloniales. Certains interviewés parlent des « bons côté de l’esclavage », de « préserver la race ».

Guadeloupe-Martinique : la tribu des métros, Nuits magnétiques, France Culture, 30.09.1994, 1h20. Réalisation Vincent Decque, production : Alexandre Héraud et Colette Fellous.

« Métros » est le nom donné par les Antillais aux métropolitains envoyés dans les départements d’Outre-mer des Caraïbes. Le journaliste enquête sur les rapports compliqués entre les Antillais et les métropolitains, pour mettre en lumière les problématiques inter-raciales ou néo-colonialistes issus de la politique coloniale et assimilatrice aux Antilles françaises.

Antilles, la faute aux blancs ? Complément d’enquêtes, France 2, 09.03.2009, 1h50’.

Magazine de Benoit Duquesne, réalisé par Philippe Lallemant composé de reportage et d’entretiens avec des invités : Luc Reinette, leader indépendantiste, Hervé Damoiseau, pdg des rhum Damoiseau, Elie Domota, leader du LKP, Victorin Lurel, président du conseil régional, Jacky Dahomay, philosophe. Il est question de la crise sociale et identitaire dans les Départements d’Outre-mer. Les reportages proposent des sujets sur la vie sociale, économique et politique des territoires et départements d’Outre-Mer : la répression des grèves de 1967 en Guadeloupe, le prix de l’essence en Guyane, le secteur du tourisme à Sainte Lucie et en Martinique, le référendum sur la départementalisation de Mayotte.

Les problèmes économiques 

Foncier : le MDES mobilisé, France O, 25.07.2016, 2’. Reportage de Vanessa Porphyre.

En Guyane, 90% des terres appartiennent à l’état, les Guyanais se mobilisent pour accéder au foncier. Interviews de Alex Aymon, membre du Mouvement de décolonisation et d’émancipation sociale (MDES) et président de l’association « Laté nou gangan ».

Martinique : crise économique et conflits raciaux, Voix du silence, France culture, 02.03.1996, 40’.

Emission de Antoine Spire et Jeannette Patzierkovsky. Documentaire de Daniel Finot. But d’une colonisation à la française, la Martinique a été poussée à l’assimilation, au métissage mais aussi à la perte de l’identité créole. Société composite souffrant de l’exil de ses enfants vers l’Europe, elle fonctionne en cercles fermés, chacun étant inexorablement arrimé au groupe de ceux qui ont la même couleur de peau. La crise économique et le chômage, touchant près d’un tiers des habitants de l’île, exacerbent des conflits qui prennent l’appartenance « ethnique » comme prétexte. Georges Bonopera, journaliste, Gisèle Pineau, écrivain, Roger Toumson, professeur à l’université de Fort de France, Patrick Chamoiseau, écrivain, Pierre Pinalie, auteur d’un dictionnaire français créole, et Christian Bonnegrâce apportent leur éclairage sur les divisions et les particularités de la société martiniquaise.

Les Raisons du conflit social en Guadeloupe : témoignage d’une famille, 19 29 édition nationale, France 3, 01.02.2009, 2’.

Reportage de Emilie Quenot à Petit Canal auprès d’une famille aux revenus moyens qui expliquent les difficultés rencontrées face au coût de la vie et à l’augmentation des prix des produits de premières nécessité, raison de leur soutien au conflit social.

Guadeloupe : révolte au paradis, Zoom Europa, ARTE, 10.06.2009, 7’.

Reportage de Nicolas Joxe et Véronique Leroy : après la grève générale de janvier 2009, le climat social est tendu en Guadeloupe, des dizaines d’entreprises refusant d’appliquer l’accord signé sur l’augmentation des salaires. Pour les membres du LKP, les inégalités sociales et les structures économiques sont l’héritage de l’époque coloniale. Interviews de grévistes, d’Elie Domota, porte-parole du LKP et secrétaire général de l’UGTG, de Nicolas Desforges, préfet, de Hervé Damoiseau, patron et de l’historien Raymond Gama.

Les mouvements indépendantistes 

Les Indépendantistes, Journal de 20h, Antenne 2, 23.06.1983, 4’.

Reportage de Jean Michel Mercurol et Jean François Renoux. Enquête en Guadeloupe et en Guyane sur les mouvements indépendantistes avec les interviews de Luc Reinette, Mouvement Populaire pour la Guadeloupe Indépendante, de Lucette Michaud-Chevry, présidente du conseil général de Guadeloupe, de Guy Lamaze, vice-président conseil régional indépendantiste.

Réunion des syndicats indépendantistes des DOM-TOM en Guyane, RFO, 09.10.1992.

Les syndicats indépendantistes des DOM-TOM se sont réunis en Guyane pour analyser la situation des dernières colonies françaises. Plusieurs résolutions ont été adoptées au cours de cette conférence.

3ème rencontre des indépendantistes , journal régional Guadeloupe, RFO, 23.04.1999, 1’

3ème congrès des organisations indépendantistes qui réclament la décolonisation et la réinscription auprès des Nations Unies des 3 départements français d’Amérique comme territoires à décoloniser.

Attentats Dom Tom, Journal de 20h, Antenne 2, 29.05.1983, 2’.

Reportage de Pierre Allain sur une série d’attentats indépendantistes survenus en Guyane, en Martinique, en Guadeloupe et à Paris, suivi de l’interview de Georges Lemoine, secrétaire d’état aux DOM TOM

Martinique 

L’OJAM

L’ OJAM, Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste de la Martinique, créée en 1962 publie un manifeste contre le colonialisme pour la libération de la Martinique dénonçant le colonialisme de la France. Dix huit membres de l’organisation sont poursuivis en justice en 1963 pour atteinte à l’intégrité du territoire. Ils avaient diffusé une affiche “Manifeste de la jeunesse de Martinique : La Martinique aux martiniquais ».

Virgule : l’affaire de l’OJAM, RFO, 17.06.2001, 2’.

Reportage de Catherine Gonier : Interview de Gesner Mencé, ancien militant de l’OJAM (Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste de Martinique) emprisonné en 1963, à l’occasion de la sortie de son livre L’Affaire de l’OJAM.

Léon Ste-Rose, Pays Martinique, France O, 05.02.2008, 25’.

Rencontre avec Léon Sainte Rose. Il évoque notamment son arrestation, son emprisonnement à Fresnes le 9 mars 1963 avec une dizaine de compatriotes pour complot contre l’état français et appartenance à l’organisation anticolonialiste de la jeunesse martiniquaise (OJAM), et les émeutes de 1959 à Fort de France.

Les émeutes de décembre 1959 et de février 1974

Mouvement social en décembre 1959, Journal Martinique Caraïbe, RFO, 24.12.1998, 2’38.

Reportage de H. Vigana et K. Marty. A l’occasion du 39ème anniversaire des émeutes de Fort de France, retour sur les évènements meurtriers des 20, 21 et 22 décembre 1959, où des affrontements ont éclaté à Fort de France suite à l’intervention brutale des CRS lors d’un banal incident de la route. Les témoignages sont de Frantz Moffat, témoin n°1 des faits, André Constant, témoin des faits, membre du PCM, et de Gilbert Pago, historien. Des réformes ont ensuite été engagées face à l’échec de la départementalisation.

Martinique, la Fabrique de l’histoire, France Culture, 01.10.2013 : série de 3 émissions produite par Emmanuel Laurentin.

La 2ème émission propose un documentaire « Les Émeutes de décembre 1959 en Martinique » de Sophie Haluk et Guillaume Baldy. Ce document revient sur les évènements tragiques qui ont causé la mort de 3 personnes, initiés une prise de conscience nationale, et fait émerger les mouvements autonomistes et anticoloniaux.

Février 1974, journal télévisé, France O, 15.02.2013, 6’30.

Catherine Gonier présente en plateau plusieurs sujets liés à la commémoration des évènements tragiques de février 1974. Dans son reportage, Kelly Babo revient sur les évènements du 14 février 1974 : la grève des ouvriers agricoles des bananeraies se transforme en grève générale. Les manifestions sont violemment réprimées par les forces de l’ordre, causant la mort de deux personnes. Lors des funérailles des slogans fusent : « A bas la répression coloniale », «Songé l’Algérie, songé l’Indochine, Martinique lévé »

Guadeloupe

La lutte armée, les réquisitions et la répression

Les émeutes de 1967, les attentats et le procès du GONG :

La grève des ouvriers du bâtiment en mai 1967 dégénère, la répression des émeutes par les forces de l’ordre fera de nombreuses victimes. Les historiens n’ont pas réussi à établir le nombre de morts, 8 déclarés officiellement, mais il y a probablement eu plusieurs dizaines de personnes tuées.

Le mouvement indépendantiste clandestin le GONG (Groupe d’organisation nationale de la Guadeloupe) est dans le collimateur des autorités françaises, 18 membres sont jugés par la cour de sûreté de l’état en 1968.

L’ARC, l’Alliance Révolutionnaire Caraïbes, est un groupe armé luttant pour l’obtention de l’indépendance de la Guyane, de la Martinique et de la Guadeloupe, créé en 1983. Auteurs de plusieurs attentats dans les années 1980, certains de ses militants, comme Luc Reinette, sont condamnés à la prison.

Mai 1967, un massacre oublié, Outre-mer en doc : terres en feu, France O, 12.01.2014, 51’.

Documentaire de Xavier Marie Bonnot et François Xavier Guillerm sous la forme d’une enquête journalistique auprès des acteurs et survivants des 3 jours d’émeutes meurtrières de mai 1967 en Guadeloupe. Ils témoignent de la violente répression policières face aux revendications sociales et indépendantistes.

Inter actualités de 19H00, France Inter, 19.02.1968, 1’ : journaliste : Bernard Nicod.

Brève commentée par Patrick Lecocq sur l’ouverture du procès à la cour de sûreté de l’état de 18 guadeloupéens membres du GONG (Groupe d’organisation nationale de la Guadeloupe) pour « atteinte à l’intégrité du territoire ». Sont cités comme témoins au procès, Jean Paul Sartre, Aimé Césaire et le ministre Pierre Billotte.

Attentat Guadeloupe, Dernière le journal, TF1, 14.11.1983, 2’15. Reportage de Michel Lantenant (reprise d’un sujet de RFO) sur la série d’attentats à la bombe en Guadeloupe attribués à l’ARC, mouvement indépendantiste guyano-antillais.

Pour ou contre l’indépendance de la Guadeloupe, RFO, 01.01.1984, 3’.

Reportage consacré au mouvement indépendantiste et à ses détracteurs. Des paysans réquisitionnent des terres agricoles en friche à l’appel du syndicaliste Rosan Mounien, militant indépendantiste. Amédée Despointes, béké propriétaire agricole estime qu’une indépendance n’est pas envisageable économiquement pour la Guadeloupe et Lucette Michaud-Chevry, présidente du conseil général de Guadeloupe martèle l’appartenance de l’île à la France.

Guadeloupe, Résistances, Antenne 2, 17.10.1985

Magazine comprenant un reportage de 12’ de Antoine Léonard Maestrati et Dominique Laury, sur la lutte armée ou politique des indépendantistes en Guadeloupe, à travers des interviews de militants de l’ARC (Alliance Révolutionnaire Caraïbe), de l’UPLG (Union populaire pour la libération de la Guadeloupe ) et du MPGI (Mouvement pour une Guadeloupe indépendante), dont celle de Henri Bernard, opposés à la présence française qu’il assimile à du colonialisme et de propriétaires terriens, descendants de colons farouchement opposés à toute forme d’autonomie, dont Edouard Boulogne.

Guyane

Les indépendantistes

En Guyane, parmi les mouvements indépendantistes ou autonomistes, il y a l’UTG, l’Union des Travailleurs Guyanais, le FNLG, le Front National de Libération de la Guyane et le Mouvement pour la décolonisation et l’émancipation sociale (MDES).

La Guyane, spéciale DOM TOM, RFO, 1979, 12’.

Reportage de Albert Max Briand consacré à l’étude politique de la Guyane, depuis la loi de départementalisation de 1946, au clivage politique entre les « départementalistes » et les « autonomistes » de l’UTG et du FLNG et aux pouvoirs des différentes institutions administratives départementale et régionale. Interviews d’Hector Rivierez, député favorable à la départementalisation, d’André Lecante, leader du FLNG, de Claude Ho A Chuck, président du conseil général proche du RPR et de Serge Patient, président du conseil régional.

Des militants peu ordinaires, 7 et demi, Arte, 29.05.1997,7’.

Reportage de Marc Antoine Valverde en Guyane sur des militants indépendantistes de l’UTG (Union des Travailleurs de Guyane) et du Mouvement pour la décolonisation et l’émancipation sociale (MDES) à l’occasion des élections législatives. Interview de Christian Ravin, secrétaire général de l’UTG, de Maurice Pindard, MDES, de Georges Habran Mery, UDF RPR, de Aline Charles, étudiante, de Felix Tchiouka, village Yalimapo.

Décès d’Alain Michel : l’état de la pensée anticolonialiste en Guyane, France O, 24.03.2016. Journal présenté par Roland Pidéri. Journalistes José Charles Nicolas, C. Innocent.

Deux reportages et un entretien en plateau sont consacré à la pensée et au parcours d’Alain Michel, nationaliste d’extrême gauche, anticolonialiste, leader du  parti national populaire guyanais et ancien conseiller régional sous l’étiquette de l’UTG, récemment décédé. Son combat et son engagement politique sont éclairés par les interview de Paulin Bruné, président Les Républicains de Guyane, de Marie-José Lalsie, secrétaire générale du parti socialiste guyanais, de Gauthier Horth, ami d’Alain Michel et conseiller à l’assemblée de Guyane et des archives de déclarations d’Alain Michel.

Les revendications

Incidents Guyane, journal de 13 h, France 2, 05.08.1997, 1’.

Reportage de Jean Bernard Schmidt sur l’intervention des forces de l’ordre à Cayenne pour disperser la manifestation à l’appel de l’Union des Travailleurs Guyanais réclamant la libération de l’indépendantiste de Jean-Victor Castor.

Emeutes à Cayenne, 20 heures, TF1, 28.11.2000, 1’.

Reportage de Marine Jacquemin sur les émeutes à Cayenne entre forces de l’ordre et militants indépendantistes mobilisés à l’appel du « Comité pour démarrer la Guyane » pour réclamer un changement statutaire du département et plus d’autonomie.

Peretti, Bayrou /Cayenne, 20 heures, France 2, 19.11.1996, 2’20.

Reportage de Marie-Pierre Farkas et Alain Poirier consacré à la visite du ministre de l’éducation nationale, François Bayrou et du ministre délégué à l’Outre-mer, Jean Jacques de Peretti à Cayenne suite aux émeutes et à la grève des lycéens, comprenant les interviews de Christiane Taubira Delannon, députée de Guyane et de François Bayrou, ministre de l’éducation nationale. Les lycéens ont mené 4 semaines de grève pour améliorer le système scolaire en Guyane.

Le Chemin des Amérindiens, Les Nouveaux aventuriers, France 3, 29.07.1997, 52’.

Documentaire de Jean Paul Cornu sur les conditions de vie des Amérindiens de Guyane Française et leurs revendications. En 1994, ils ont organisé une marche symbolique pour faire valoir leurs droits, dont le droit à la terre. Interview de Felix Tiouka, président de la fédération amérindienne de Guyane.

3 – L’océan Indien

La Réunion

Histoire et statut de la Réunion

Histoire du peuplement, Outremers, France 3, 16.03.2002, 8’50. Emission de Luc Laventure, réalisée par Miguel Gonant.

Reportage sur l’histoire de la colonisation et du peuplement de La Réunion expliquée par Daniel Vaxelaire, historien et écrivain. Depuis le 17ème siècle, les vagues successives de migrations ont donné naissance à une société métissée qui caractérise l’île de La Réunion : colons français, pirates européens, esclaves africains, indiens, tamouls, caraïbes, chinois.

Tricentenaire de la Réunion, JT 20h, ORTF, 16.10.1965, 4’.

Reportage de Michel Colomes consacré à l’île de la Réunion à l’occasion des 300 ans de la présence française, célébrés en présence de Louis Jacquinot, ministre chargé des départements et des territoires d’Outre-mer. Un réunionnais interviewé réfute le terme « rattachement à la France », et estime que l’idée d’autonomie réunionnaise est un non-sens.

50 ans de DOM à La Réunion, 19/20, France 3, 16.03.1996, 2’. Reportage de Claire Sébastien.

Le président Jacques Chirac se rend à La Réunion, département « pacifié politiquement » à l’occasion du cinquantième anniversaire de la départementalisation. Interviews de Robert Pommies, préfet de la Réunion, de Mgr Gilbert Aubry, évèque de la Réunion, de Paul Vergès, député PC réunionnais, de Jean-Paul Virapoullé, député UDF.

L Jospin à la Réunion, 20h, TF1, 26.01.2001, 1’30.

Reportage de Thierry Guerrier et Jean François Drouillet sur la proposition du premier ministre Lionel Jospin, d’instaurer la bi-départementalistion à La Réunion. Cette proposition est bien accueillie par les habitants, les syndicats et les partis de gauche. Extrait de son discours.

Réunion et départementalisation, Transversales, France O, 05.04.2006, 13’.

Comment les 60 dernières années ont été vécues à la Réunion depuis la départementalisation de 1946 avec les interviews d’un paysan, de Paul Vergès, président du conseil régional, d’Albert Ramassamy, ancien sénateur PS (1983-1992), et d’étudiants. C’est la misère de l’époque coloniale qui a poussé les réunionnais à demander la départementalisation, mais les avancées sociales ont tardé. L’égalité sur le plan social et législatif date de 1996. Au début du deuxième millénaire se pose les questions du chômage, du développement économique et de l’identité.

Le paysage politique

Des élections législatives partielles ont lieu en 1963, le conseil d’état ayant invalidé une partie des résultats à cause d’irrégularités survenues lors du scrutin de 1962. Paul Vergès fondateur du parti communiste réunionnais réclamant l’autonomie de l’île , et le gaulliste Michel Debré s’opposent dans la première circonscription.

Elections à la Réunion, JT 20h, RTF, 04.05.1963, 1’24.

Document muet de Danièle Breem sur les candidats aux élections législatives : Michel Debré et Paul Vergès, représentant du parti communistes réunionnais.

La Réunion, TF1 actualités 13h, 19.10.1976, 3’50.

Reportage de Bruno Masure sur la situation politique à la Réunion entre les mouvements autonomistes minoritaires au conseil général (PCR) et les départementalistes, comprenant les interviews de Jean-Paul Virapoullé, conseiller général centriste, de Paul Verges, secrétaire général du Parti Communiste Réunionnais, de Michel Debré, député UDR.

Jacques Duclos, campagne électorale officielle : élection présidentielle 1er tour, ORTF, 28.05.1969, 25’.

Le journaliste reçoit en plateau Jacques Duclos, candidat communiste à la présidence de la république et Paul Vergès, ancien député. Dès le début de l’entretien, il est question des trucages électoraux  (issus du régime colonial selon les termes du journaliste) ayant favorisé le candidat gaulliste Michel Debré. Paul Vergès réclame le droit à l’autodétermination de tous les peuples des départements et territoires d’Outre-Mer, avant que Jacques Duclos prenne la parole.

Mayotte

Les habitants de Mayotte, territoire français d’Outre-mer bénéficiant d’une autonomie interne,  revendiquent la départementalisation de leur île à partir des années 1960, contrairement aux autres îles des Comores qui refusent la tutelle française. Les relations se dégradent entre les autorités comoriennes et Mayotte. L’indépendance de l’état comorien est proclamé le 6 juillet 1975.

introduction

Le Voyage du général de Gaulle aux Comores et à la Réunion, Actualités Françaises, 01.01.1959, 3’.

Document muet sur la visite De Gaulle à la Réunion et aux Comores , alternant des images de bains de foule et de discours.

Les Comores, Vingt-quatre heures sur la Deux, ORTF, 1973 : série de trois émissions présentées par André Sabas, composées de reportage et d’interviews en plateau.

1ère partie : L’Archipel oubliée : reportage présentant les 4 îles de l’archipel  et la vie quotidienne ;

2ème partie : Le Retour aux sultans batailleurs, 13.01.1973, 20’ Reportage de André Sabas. Des femmes mahoraises (« les chatouilleuses ») manifestent pour la départementalisation de Mayotte depuis les années 1960. Les autorités comoriennes n’acceptent pas ces revendications et infligent des sanctions aux Mahorais. Le PASOCO (Parti Socialiste des Comores) réclame quand à lui l’indépendance immédiate. Analyse de la vie politique et économique des Comores, avec les interviews de Younoussa Bamana, membre du Mouvement Populaire mahorais, de Ahmed Abdallah, président de la chambre des députés des Comores, du Prince Said Ibrahim, de M. Fazul du Parti socialiste comorien (opposition), de Mouzawar Abdallah, parti comorien d’opposition Rassemblement du Peuple Comorien (RPC). Suivi de l’interview en plateau de Jacques Mouradian, haut commissaire de la République à Moroni.

3ème partie : Les Cocotiers à vendre

Les Comores, JT 20H, ORTF, 16.06.1973, 4’ : journaliste : André Blanchet.

A l’occasion de la signature stipulant l’accession à l’indépendance des Comores dans les cinq années à venir, le reportage énumère les étapes pour l’autodétermination des 4 îles de l’archipel en évoquant les dissensions existantes entre Mayotte et le pouvoir comorien. Déclaration de Ahmed Abdallah, président du conseil de gouvernement et interview de Marcel Henry, député de Mayotte.

Le référendum de décembre 1974

L’île de Mayotte veut rester dans la communauté française, Inter actualités de 8h00, France Inter, 02.07.1975, 2’.

Brève sur l’indépendance des Comores et extrait de l’interview de Ahmed Abdallah, président du Conseil du Gouvernement des Comores.

Résultats du référendum de Mayotte, Inter actualités de 13h00, France Inter, 08.02.1976, 3’40.

Brève sur les résultats du référendum où 99,4% des votants ont choisi le maintien de Mayotte dans la communauté française. Interview en studio de Olivier Stirn, secrétaire d’état aux DOM TOM, sur le choix pour Mayotte de devenir un département ou un territoire d’Outre-Mer.

Mayotte la française, Le Nouveau Vendredi, FR3, 02.06.1978, documentaire de Alain Charoy, 50’.

A l’heure où les autres Iles des Comores ont choisi l’indépendance, Mayotte reste française. Ce mouvement initié par les femmes mahoraises qui ont lutté avec les autorités locales pour la départementalisation de l’île, a été confirmé par plusieurs référendums. Enquête sur les raisons de ce choix et sur l’état de développement du territoire à partir de nombreuses interviews de Mahorais.

Les conséquences de la départementalisation de Mayotte

Mayotte, devenue département et région d’Outre-mer en 2009, puis officiellement le 101ème département français en 2011, bénéficie dans une certaine mesure des infrastructures et de la politique sociale française, mais la grande pauvreté, les inégalités sociales, les problèmes économiques en font le département le plus pauvre. Les Comoriens connaissent encore plus de difficultés, un quart des habitants vivent sous le seuil de pauvreté. Depuis 1995, un visa est exigé pour les comoriens désirant se rendre à Mayotte. L’immigration entre les îles devient donc clandestine, avec son lot de disparitions en mer, d’arrestations, d’expulsions, de vie clandestine dans des bidonvilles pour les ressortissants comoriens venus chercher du travail ou des soins à Mayotte. Toutes ces réalités provoquent des tensions récurrentes.

Mayotte, l’île 101, Thématik, France O, 30.03.2011, 1h50.

Documentaire en deux parties de Eric Dietlin et Philippe Lecrosnier sur l’histoire, la société, l’économie, le fonctionnement et les spécificités culturelles de Mayotte à l’heure de son accession au statut de 101ème département français. A travers de nombreuses interviews, les Mahorais s’expriment sur leurs attentes, leurs questions et leurs déceptions face à la départementalisation.

Expulsion d’étrangers en situation irrégulière, RFO Paris, 14.10.2005, 1’20.

Reportage sur les départs volontaires ou les procédures d’expulsion des migrants comoriens en situation irrégulière, accentuée par les tensions récentes entre Mahorais et Comoriens.

L’île aux 8000 bébés, Reportages, TF1, 06.02.2010, 36’.

Reportage de Michel Brunet : l’île de Mayotte sera bientôt le 101ème département français et voit affluer des milliers d’habitants de l’archipel des Comores fuyant la misère, dont de nombreuses femmes enceintes. En 2009, plus de 8000 bébés ont ainsi vu le jour à la maternité de Mamoudzou, la capitale de Mayotte. Interviews de Comoriens, Mahorais, policiers et sage-femmes.

Les Négociations au point mort à Mayotte, Arte journal, 13.03.2018, 2’.

Reportage de Barbara Lohr : Une grève générale paralyse Mayotte depuis 3 semaine à cause de l’immigration clandestine en provenance des Comores et des graves manques de moyens pour la santé et l’éducation. Les négociations avec la ministre des outre-Mer, Annick Girardin, n’ont pas abouti. Le gouvernement réfléchit à “un statut extra-territorial” pour la maternité de Mayotte, pour que les naissances n’y “permettent pas obligatoirement d’obtenir la nationalité française », contrairement au droit du sol en vigueur en France. Extrait de la déclaration de Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement et interview de Luc Laventure, président du site Outre-mer 360.

4 – L’océan Pacifique

La Polynésie française

Le statut de la Polynésie française

L’implantation coloniale française en Polynésie débute au 19ème siècle. En 1946, la Polynésie devient un territoire d’Outre-mer, mais le statut est modifié à plusieurs reprises : en 1956 avec la loi Cadre, en 1958 avec une reprise en main par le gouvernement de De Gaulle pour s’assurer de la stabilité politique, en 1977 pour une « autonomie de gestion » , en 1984 pour une « autonomie interne » et en 2004 pour un nouveau statut d’autonomie politique.

La Polynésie française : Tahiti, 1er volet, climat politique nouveau statut, Spécial DOM TOM, RFO, 04.09.1977, 11’.

Reportage sur l’autonomie de gestion mise en place le 1er juillet définissant les compétences du conseil de gouvernement et de l’assemblée territoriale. Olivier Stirn, Ministre des Outre-Mer et des hommes politiques locaux sont interviewés.

Le Statut de Tahiti et de la Nouvelle Calédonie, Inter actualités, France Inter, 15.07.1979, 1’10

A l’occasion du voyage du président Valery Giscard d’Estaing à Tahiti et en Nouvelle Calédonie, le porte-parole du gouvernement, Pierre Hunt explique les particularités de l’organisation administratives des deux territoires et la décentralisation permettant de concilier l’appartenance et les spécificités locales.

Débat sur le statut de la Polynésie française, RFO hebdo, 13.05.1984, 3’.

Reportage sur les débats à l’Assemblée Nationale sur le nouveau statut de la Polynésie française pour son accession à l’autonomie interne, composé des interventions à l’assemblée de P. Clément (UDF), de T. Salmon (RPR Polynésie), de J. Juventin (NI Polynésie), de J.J. Berthe (PC), de F. Massot (PS).

Changement de statut pour Tahiti, 12 14 RFO, France 3, 05.04.2004, 1’32.

Reportage de Pierre Emmanuel Garot sur le nouveau statut aux compétences élargies de la Polynésie française. Tout en restant française, la Polynésie française peut engager des réformes institutionnelles après que Jacques Chirac ait signé le décret. Interviews de Bruno Sandras, ministre de l’environnement, de Oscar Temaru, président du Tavini Huiraatira et déclaration de Gaston Flosse, président du gouvernement de Polynésie Française.

Tahiti et la France, La Marche de l’histoire, France Inter, 11.06.2013, 28’

Jean Lebrun s’entretient avec Renaud Meltz, maître de conférence à l’Université de Polynésie française à propos de l’histoire des relations entre la Polynésie et la France et sur les questions des statuts (l’autonomie interne et le statut de pays d’Outre-Mer en 2004) et des mouvances indépendantistes. Des archives ponctuent les propos.

Les indépendantistes

Pouvanaa Oopa (1895-1977), leader du Rassemblement des Populations Tahitiennes est une figure emblématique du mouvement anticolonialiste. Opposé à De Gaulle lors du référendum de 1958, il fut condamné à 8 ans de réclusion criminelle et interdit de séjour dans son île pendant 15 ans.

Oscar Temaru, né en 1944, chef de file du mouvement indépendantiste Tavini huira’atira est une autre figure de l’indépendantisme de la Polynésie française. Il a été président de la Polynésie française à cinq reprises et est le principal opposant politique à Gaston Flosse, fondateur du Tahoera’a huira’atira, parti politique polynésien d’inspiration gaulliste, et farouchement opposé à l’indépendance de l’archipel.

Révision de procès Pouvanaa : une enquête est en cours, info Polynésie, France O, 30.04.2015, 2’15.

Reportage de Brigitte Olivier consacré à la révision posthume du procès de Pouvanaa Oopa, ancien sénateur de Polynésie, condamné à tort à la prison et à l’exil pour s’être opposé à la politique française dans le Pacifique sud. Interviews de son arrière petit fils Sandro Stephenson et de l’historien Jean-Marc Regnault.

Pouvanaa, la bête noire tahitienne de De Gaulle, Rendez-vous avec X, France Inter, 16.02.2013, 38’.

Patrick Pesnot revient sur le parcours et le combat de Pouvanaa Oopa, militant pour l’autonomie de la Polynésie française et luttant contre les essais nucléaires français dans l’archipel. Poursuivi en justice, il est condamné en 1959 à la prison et à l’exil en métropole.

Oscar Temaru milite pour l’indépendance de la Polynésie, Info Nouvelle Calédonie, France O, 28.04.2015, 2’25.

Reportage de Natacha Szilagyi avec les interviews de Oscar Temaru, président du Tavini Huiraatira, Edouard Fritch, ex-président de l’assemblée, et de Sémir Al Wardi, politologue.

Polynésie française : le droit à l’auto détermination, 19 20 édition nationale, France 3, 18.05.2013, 1’30.

Reportage de Bernard Lassausse : l’ONU a reconnu la Polynésie française comme territoire à décoloniser et voté une résolution pour son droit à l’autodétermination. L’état français condamne cette ingérence. Interviews de Oscar Temaru, président de l’UPLD (indépendantistes), de Philippe Lalliot, porte-parole du ministre des affaires étrangères et déclaration de Gaston Flosse, nouveau président du gouvernement de la Polynésie française.

Les essais nucléaires en Polynésie

De Gaulle, pour assurer l’indépendance et garantir la puissance française, décide d’installer un Centre d’essai nucléaire en Polynésie en 1966. 193 tirs nucléaires seront réalisés entre 1966 et 1996.

Explosion nucléaire à Mururoa, JT 20h, ORTF, 05.07.1966, 6’.

Reportage de Thierry de Scitivaux sur la première explosion nucléaire en Polynésie française.

Général Charles de Gaulle à Tahiti, JT 20h, ORTF, 11.09.1966, 2’.

Discours de de Gaulle à Tahiti sur la volonté de doter la France d’une puissance de dissuasion pour garantir la paix.

Le Centre d’essais nucléaires du Pacifique, RTF, 10.01.1964, 1’.

Gaston Palewski, ministre d’Etat, chargé de la Recherche Scientifique, est interviewé sur le but du voyage qu’il va effectuer en Océanie, en compagnie de E. Hirsch et P. Messmer, et sur la visite des établissements français d’Océanie afin d’organiser le futur Centre d’Essais Nucléaires du Pacifique.

François Dullin, un militaire à Mururoa, Instantané d’histoire, ARTE, 25.03.2017, 26’.

Emission de Stéphanie Colaux et François Landesman. Documentaire de Jean Thomas Ceccaldi. Récit consacré aux essais nucléaires pratiqués par la France dans l’Océan Pacifique, à travers le témoignage photographique de François Dullin, jeune officier de Saint-Cyr envoyé à Papeete en 1968.

Les conséquences de la radioactivité

Aux Enfants de la bombe, France O, 23.10.2012, 54’.

Documentaire de Jean Philippe Desbordes et Christine Bonnet sur les essais nucléaires français en Polynésie et leurs répercussions dramatiques pour les polynésiens et les militaires utilisés pour certains comme cobayes, à travers les images amateurs filmées par l’ingénieur Bernard Ista. Les images d’archive et les interviews de témoins de l’époque et d’historiens racontent la politique nucléaire militaire française et lèvent une partie des secrets liés aux essais et leurs conséquences sanitaires.

Fini de jouer : ma grand-mère et la bombe, 19.04.2016, ARTE radio, 12’ documentaire réalisé par Marie Flacon.

« Quand j’étais gamine, ma grand-mère me laissait jouer avec les colliers de fleurs ramenés de ses séjours en Polynésie. Un jour, elle a perdu ses cheveux. L’hiver suivant elle était morte. J’avais 18 ans la première fois que j’ai entendu parler des essais nucléaires français à Mururoa, dans le Pacifique. Il m’a fallu un petit moment pour faire le lien. Ca m’a donné envie d’enquêter et de rencontrer d’autres vétérans comme Yann et Jean-Pierre ».

Hébergeur : arte radio https://www.arteradio.com/son/61657828/fini_de_jouer

Le Combat de l’association des victimes des essais nucléaires, 7 en Outre-mer, France O, 17.01.2015, 2’.

Reportage de Cécilia Chaumont consacré à l’association « Moruroa e tatou » créée en 2001 qui réclame une véritable loi pour la reconnaissance politique du préjudice subi par les Polynésiens et l’indemnisation de toutes les victimes de la radioactivité, comprenant l’interview de Roland Oldham, président de Moruroa e tatou.

La Nouvelle Calédonie

Histoire de la présence française en Nouvelle Calédonie

Après l’installation de missionnaires européens à partir des années 1840, Napoléon III envoie des militaires prendre possession de l’île. La Nouvelle Calédonie est proclamée colonie française le 24 septembre 1853 par le contre-amiral Febvrier Despointes.

Centenaire de la présence française en Nouvelle Calédonie, RTF, 22.09.1953, 30’.

Emission consacrée au centenaire de la présence française en Nouvelle Calédonie, présentée par Jean Le Guevel et Jean Max Guillaume. Lecture du discours de l’Amiral Auguste Fébvrier des Pointes du 24 septembre 1853 marquant l’acte officiel de l’entrée de l’île “comme terre Française et propriété nationale”. Monsieur Jacquinot, Ministre de la France d’Outremer évoque les dates clés qui ont marqué l’histoire de la Nouvelle Calédonie depuis un siècle. Interview de Jean Mariotti à propos de son livre La Nouvelle Calédonie.

Naissance d’une nation, Toutes les France, France O, 07.05.2014, 52’.

Documentaire de Ben Salama porté par le récit d’un jeune Kanak et d’un jeune Caldoche sur l’histoire de la Nouvelle Calédonie.

Mourir pour Nouméa ?, Droit de réponse, TF1, 11.04.1987, 1h50. Emission de Michel Polac, réalisée par Maurice Dugowson.

Le débat a pour thème central la relation franco-calédonienne. Les invités principaux sont Jean-Marie Tjibaou, président du FLNKS, Olivier Stirn, ancien secrétaire d’état aux Dom-Tom, Pierre Lamarque, secrétaire de la fédération PR du Loiret, André Ledran, Député PS du Calvados. Pour apporter leurs témoignages, des Canaques et des Caldoches sont également invités en plateau.

La révolte kanak de 1917 contre l’administration coloniale et le code de l’indigénat

Les conditions de vie des Kanaks : en Nouvelle Calédonie, la population autochtone est soumis au code de l’indigénat qui les prive de leurs libertés et de leurs droits jusqu’en 1946.

La Dernière révolte, Histoire d’Outre-mer, France 0, 12.11.2017, 1h10.

Docufiction de Alain Nogues. En 1917, entre Koné et Hienghène, se fomentait la dernière des révoltes kanaks de Nouvelle-Calédonie, avec son lot de massacres et de répression.

La Guerre Kanak de 1917 : une histoire en parole, Tire ta langue, France culture, 21.06.2015, 31’, réalisation de Laetitia Coïa.

Antoine Perraud reçoit l’anthropologue Alban Bensa, co-auteur du livre Sanglots de l’aigle pêcheur qui relate à travers les créations narratives et les poèmes (tenô) en langues traditionnelles, la révolte kanak de 1917 contre l’enrôlement forcé dans la première guerre mondiale.

La Nouvelle Calédonie, une société divisée 

La Nouvelle Calédonie, Antenne 2 midi, 11.02.1983, 3’.

Reportage de Serge Misrai. A travers les interviews de paysans kanaks et d’un petit propriétaire caldoche, le sujet évoque les fractures sociales existantes en Nouvelle Calédonie, les inégalités inhérentes au problème de l’injuste répartition du foncier.

Lieu d’actualité : la Nouvelle Calédonie, Arte, 08.11.1998, 10’.

Reportage d’Alice Bethular sur la fracture sociale et le fossé existant entre riches et pauvres, entre Kanaks et Caldoches en Nouvelle Calédonie. Le fait colonial est désormais reconnu dans les accords de Nouméa, validés par le référendum de 1998. Cependant les rancoeurs et les incompréhensions persistent et la société reste divisée. Interview de Sylvain Pabouty, FLNKS, de Philippe Grapeloup, professeur d’art et lettres expatrié, de Moïse Draumë, 23 ans, de Ghislain Santacroce, éleveur caldoche.

Passerelles du 18.08.1988, France Inter, 57’.

Dominique Agniel et Jean Luc Blain : entretiens avec un métropolitain, un Caldoche et des Kanaks sur la situation sociale et politique en Nouvelle Calédonie, avec l’évocation des conséquences de la colonisation.

Les partis politiques indépendantistes

Nouvelle Calédonie : les partis politiques du territoire, RFO hebdo, 06.01.1985, 2’.

Le journaliste Albert Max Briand présente les différents partis politiques, (RPCR, FLNKS et les autres partis indépendantistes) qui participeront aux négociations avec Edgar Pisani, délégué du gouvernement à propos d’un scrutin d’autodétermination, d’une indépendance-association et du projet de réforme électorale.

Manifestation FLNKS Paris, JT TF1, 14.01.1985, 1’20.

Reportage de Pascale Gonot sur une manifestation de soutien aux indépendantistes du FLNKS, suivi d’une brève sur un attentat contre un car de la gendarmerie à Toulouse en réaction à l’assassinat de Eloi Machoro, leader du FLNKS.

Jean Marie Tjibaou ou le rêve d’indépendance, Mercredis de l’histoire, ARTE, 20.09.2000, 59’.

Documentaire de Mehdi Lallaoui retraçant les évènements de la lutte indépendantiste du peuple Kanak de Juillet 1983 à mai 1989, à travers les actions de Jean Marie Tjibaou, leader indépendantiste de Nouvelle Calédonie. Des archives des leaders du FLNKS Jean Marie Tjibaou et Eloi Machoro, alternent avec le commentaire et les interviews de Paul Néaoutine, dirigeant du FLNKS, de Jacques Lafleur, député RPCR, de Nidoish Naisseline, grand chef coutumier, de Roger Gallio, ancien maire Front National de Thio, de Vianney Tjibaou, rescapé de la tuerie de Hienghène, de Edgar Pisani, ministre chargé de la Nouvelle Calédonie, de Adèle Jorédié, directrice d’une école kanak, de Marie Claude Tjibaou, militante kanak, de Bernard Pons, ancien ministre des départements d’Outre-mer.

Les violences et les assassinats, l’escalade

Dans les années 1980, de nombreuses violences éclatent entre Caldoches et militants indépendantistes. Le 5 décembre 1984, en représailles à des incendies de fermes tenues par des « Caldoches », une attaque est menée contre une camionnette transportant des militants kanaks, faisant 10 morts dont deux des frères de Jean-Marie Tjibaou. En 1985, ce sont un jeune Caldoche et le leader du FLKNS Eloi Machoro qui trouvent la mort, provoquant des affrontements violents entre les communautés et les forces de l’ordre. La prise d’otages de gendarmes français en 1988, en pleine campagne présidentielle en France, se termine dans un bain de sang. L’assaut de la grotte d’Ouvéa soulève des controverses sur les responsabilités politique et militaire et ont des retentissements durant de longues années.

Hienghène morts et exode, RFO, 07.12.1984, 2’23.

Reportage à Hienghène après la fusillade qui a couté la vie à 10 indépendantistes kanaks lors d’une embuscade le 5 décembre. Les blessés et les habitants ont été évacués par hélicoptère par l’armée.

Les évènements de la veille en Nouvelle Calédonie, Soir 3, FR3, 12.01.1985, 4’.

Reportage de Fernand Tavares. Le meurtre d’un jeune Caldoche et la mort du leader indépendantiste Eloi Machoro tué par le GIGN ont provoqué des manifestations, des affrontements violents et l’instauration de l’état d’urgence. Déclarations d’Eloi Machoro (enregistrée le 27 décembre 1984) et de Dick Ukeiwe, président du gouvernement de Nouvelle Calédonie.

Grotte d’Ouvéa, autopsie d’un massacre, Infrarouge, France 2, 08.05.2008, 1h04 .

Documentaire de Elisabeth Drevillon. Enquête détaillée sur la prise d’otage de gendarmes par des militants indépendantistes : les négociations, l’assaut militaire de la grotte d’Ouvéa, les exactions et les meurtres commis par les militaires, à partir de nombreux témoignages d’acteurs de l’époque, hommes politiques, militaires, membre du GIGN, magistrats, avocats, membres de la tribu de Gossanah et survivants.

Journal de 20h, Antenne 2, 04.05.1989, 14’. Edition présenté par Hervé Claude.

Succession de reportages et d’interviews (le premier ministre Michel Roccard, Loupe Wassissi représentant en France du FLNKS, Bernard Pons) consacré à l’assassinat de Jean-Marie Tjibaou et de Yeiwéné Yeiwéné, les deux principaux responsables du FLNKS. Les autres sujets reviennent sur la signature des accords de Matignon, les luttes des indépendantistes, les affrontements meurtriers entre les communautés, et la prise d’otage de la grotte d’Ouvéa.

Le statut du territoire en question

La question du statut de la Nouvelle Calédonie donne lieu à des nombreuses négociations, projets de loi et référendum. Les accord de Matignon de 1988 prévoient la tenue d’un référendum d’autodétermination pour l’année 1998. Il est suivi par les accords de Nouméa du 5 mai 1998 qui relance une série de référendum d’autodétermination sur plusieurs années.

Le Statut de la Nouvelle Calédonie, Inter actualités, 11.06.1975, 1’30.

Interview d’Olivier Stirn, secrétaire d’état aux DOM TOM sur son refus d’envisager un référendum sur le statut de la Nouvelle Calédonie.

Interview de François Mitterrand, Le journal de 20h, Antenne 2, 16.01.1985, 20’.

En direct de l’Elysée, interview du président de la République François Mitterrand sur la politique intérieure par Albert Du Roy, Christine Ockrent, Paul Amar et Philippe Gallard (Sud Ouest). Dans la première partie de l’entretien, le président s’exprime sur les violences et la situation en Nouvelle Calédonie, la politique menée par la France envers ce territoire depuis les années 1950, et les négociations autour des propositions d’Edgar Pisani de créer une indépendance-association.

Signature accord Nouvelle Calédonie, journal 20h, Antenne 2, 26.06.1988, 4’48.

Reportage de Véronique Saint-Olive sur la signature à Matignon des accords par Jean-Marie Tjibaou, représentant du FLNKS et Jacques Lafleur, représentant du RPCR, sous l’égide du premier ministre Michel Rocard. Ceux-ci prévoient la reprise de l’autorité administrative par la France pour 12 mois et l’organisation d’un nouveau référendum d’autodétermination en 1998. Déclarations du premier ministre Michel Rocard, de Jacques Lafleur, RPCR et de Jean-Marie Tjibaou, FLNKS.

Les référendums 

Nouvelle Calédonie, journal de 20h, France 2, 26.04.1998, 2’.

Reportage de Benoit Duquesne. Les indépendantistes approuvent à l’unanimité l’accord de Nouméa prévoyant une période d’autonomie progressive de 15 à 20 ans avant l’organisation d’un référendum d’autodétermination. Le reportage propose un extrait du discours de Paul Neaoutyne, FLNKS, l’interview de Roch Wamytan, président du FLNKS et la réaction de Kanaks.

La Signature des accords de Nouméa, France Info, 05.05.1998, 2’23.

Reportage de Jean Michel Blier en Nouvelle Calédonie sur les accords sur l’avenir de la Nouvelle Calédonie comprenant les déclaration de Roch Wamytan, leader du FLNKS, de Jacques Lafleur, président du RPCR, et du premier ministre Lionel Jospin.

Nouvelle Calédonie : après le Non, l’indépendance, une consolidation française en Océanie ? Les Enjeux internationaux, France culture, 05.11.2018, 12’.

Xavier Martinet s’entretient avec Denise Fisher, ancienne consule générale d’Australie en Nouvelle Calédonie pour parler des conséquences du Non au référendum sur l’indépendance de la Nouvelle Calédonie.

Retour sommaire

F – LE NEOCOLONIALISME OU L’EXEMPLE DE LA FRANCAFRIQUE

Parmi les structures les mieux connues de la coopération franco-africaine, on peut citer de façon non exhaustive : les sommets franco-africains, le réseau diplomatique de la France en Afrique et dans les organisations internationales  et le contingent de coopérants, envoyé par l’administration française pour « conseiller » les nouveaux états.

1 – Les relations diplomatiques et culturelles

Les sommets franco-africains 

Dossier coopération franco africaine, JT 20h, ORTF, 12.11.1973, 3’.

Reportage de Michel Badaire sur la réunion à Paris de 6 chefs d’états de pays africains francophones pour redéfinir les principes de la coopération en fonction de l’évolution de chaque pays et donner à l’Afrique les moyens de son indépendance. Interview de Jean-François Deniau, secrétaire d’état à la coopération.

Bilan sommet de la Baule, Soir 3, 21.06.1990, 2’. Reportage de Marc Meimon.

Lors du sommet franco-africain, François Mitterrand s’engage à accroître l’aide aux pays qui engageront des réformes démocratiques. Extrait du discours de François Mitterrand, président de la république et interview d’Abdou Diouf, président du Sénégal.

Dossier Afrique le poids de l’histoire, relations franco africaines, Le soir, France 3, 07.11.1994, 2’30.

Reportage de Claire Sébastien. Le 18ème sommet franco-africain de Biarritz est présenté comme le bilan de la démocratisation des pays africains ayant participé au sommet de la Baule en 1990. Interview de Stéphane Hessel, ambassadeur de France.

Sommet franco africain à Ouagadougou, le journal de 20h, France 2, 05.12.1996, 1’45.

Reportage de Philippe Harrouar présenté par Bruno Masure. L’avenir du franc CFA dans la perspective de la monnaie unique européenne et les affrontements à Bangui, ont été abordés lors du 19ème sommet franco-africain à Ouagadougou. Le président français, Jacques Chirac, a prôné la « bonne gouvernance » pour permettre l’aide financière et le développement du continent.

Les relations culturelles

Colloque à Paris de ministres africains de l’éducation nationale, Radio, 27.05.1960, 12’.

Interventions de Stéphane Hessel, directeur de la coopération avec la communauté au ministère de l’éducation nationale, Alcide Kacou, ministre de l’enseignement technique de Côte d’Ivoire et Emile Badiane, ministre de l’enseignement technique du Sénégal. Il est question de l’augmentation du nombre d’enseignants nécessaires pour les pays de la communauté, de leur formation, de l’aide de la France pour la modification des programmes et de l’enseignement français.

L’Alliance française dans le monde, France culture, 21.02.1969, 1h14.

Magazine de Gilbert Ganne. Marc Blancpain, secrétaire général de L’Alliance française, René Etiemble, directeur de l’institut de littérature comparée à la Sorbonne, Claude Laffargue, responsable de la campagne d’information, Pierre Le Dilicocq, secrétaire général de L’Alliance française en Grande Bretagne, Robert Cornevin, chef du service de documentation pour l’Afrique et l’Outre-mer répondent aux questions du journaliste à propos de l’importance de la langue française dans le monde, du fonctionnement de L’Alliance française en France et à l’étranger, en Afrique notamment, de la vision de la langue et la culture française.

Sommet francophonie : la Côte d’Ivoire, Antenne 2 midi, Antenne 2, 17.02.1986, 3’.

Présentation de Noël Mamère. Reportage de Geneviève Moll en Côte d’Ivoire sur l’usage de la langue française, langue officielle du pays, enseignée dans les écoles, même s’il existe 5 grandes langues nationales. Interviews de Claire Grah, directrice de l’Institut des langues appliquées, de Marguerite Tometti, habitante de Korogho, de Jérémy Kouadio, professeur de linguistique, d’une libraire, du Dr Balla Keita, ministre de l’éducation et de la recherche.

2 – La coopération

Les Médecins de la brousse, l’aventure moderne, RTF, 18.10.1962, 24’. réalisation Bernard Roland, produit par Jean Bardin et Bernard Hubrenne.

Emission consacrée au travail des médecins français envoyés dans les zones rurales en Afrique pour soigner les populations, à travers le récit en plateau du docteur La Peyssonie qui commente des images et l’interview de deux étudiants, dont Monsieur Diouf de l’école de santé navale de Bordeaux.

5000ème soldat de la coopération, JT 13h, ORTF, 01.03.1966, 2’30.

Reportage de Michel Demond qui interviewe Serge Hervet, coopérant en partance pour Madagascar.

Nous étions ici la France, Thema : Afrika. Le Rêve blanc du continent noir, ARTE, 27.07.1995, 38’.

Documentaire de Stephen Smith et Antoine Glaser, réalisé par Joël Calmettes. Qu’est devenue la coopération et la présence française en Afrique, héritage de la colonisation ? Reportage en Côte d’Ivoire, en République centrafricaine sur le déclin de la Françafrique, sur la vie de la communauté expatriée française, et sur les traces du colonialisme avec les interviews de Jacques Foccart, conseiller sur les questions africaines de De Gaulle, Pompidou et Chirac, d’expatriés français : un neuropsychiatre installé en Côte d’Ivoire depuis les années 1970, un chef d’entreprise de négoces pour le café et le cacao, un restaurateur, une nonne, un ecclésiastique, un ancien coopérant, un colonel de l’armée de la caserne de Bouar en République centrafricaine.

3 – La Françafrique

introduction

Le terme de Françafrique est généralement utilisé pour définir péjorativement l’influence exercée par la France et l’ensemble des relations particulières sur le plan économique, politique et militaire de la France avec ses anciennes colonies du continent africain.

De Gaulle souhaitait perpétuer l’influence de la France sur la scène internationale et rendre le pays indépendant sur le plan énergétique, en maintenant une coopération étroite avec les pays africains francophones. Certains dirigeants africains ont également choisi de conserver des relations privilégiées avec la France, après l’accession de leur pays à l’indépendance. Or les enjeux financiers, politiques, militaires ont fait émerger des réseaux opaques, secrets et des lobbies africains et français, avec des dérives anti-démocratiques (ingérences politiques, soutien à des régimes autoritaires) et criminelles, (détournements de fonds, corruptions, blanchiments, trafics d’armes, financements occultes de partis politiques).

La Raison d’Etat ; L’Argent roi, Collection : Françafrique, France 2, 09.12.2010, 1h20.

Documentaire en 2 parties de Patrick Benquet. Historique des relations entre la France et ses anciennes colonies, depuis les indépendances jusqu’à la présidence de François Mitterrand, avec de nombreuses interviews d’hommes politiques, militaires ou hommes d’affaires qui ont fait la françafrique.

Règlement de compte en Françafrique, Le débat de France 24, France 24 ;10.06.2009, 50’.

Débat animé par Sylvain Attal sur les relations de la classe politique française avec le continent africain. Les invités sont : Jean-François Probst, consultant international, Vincent Hugeux, grand reporter, Jacques Godfrain, ancien ministre RPR de la coopération, Benoit Koukebene, ancien ministre congolais du pétrole.

Biens mal acquis, la fin de la Françafrique ?, Thema. Afrique, les bons, les brutes et les truands, Arte, 19.10.2010, 52’.

Documentaire de Benoit Bertrand Cadi. A travers l’affaire des biens mal acquis, plainte déposée par des associations africaines en 2007 à l’encontre de Omar Bongo, président du Gabon, de Denis Sassou Nguesso, président du Congo Brazzaville et de Téodore Obiang, président de Guinée Equatoriale, le documentaire révèle les fonctionnements de la Françafrique et les conséquences pour les populations des pays concernés.

Interviews d’Hubert Védrine, ministre des affaires étrangères (1997-2002), Antoine Glaser, rédacteur en chef La lettre du continent, Alexandre Idacka Dzadana, président du mouvement des martyrs du 22 février, Maud Perdiel Vaissière, association Sherpa, Daniel Lebègue, président Transparence Internationale France, Renaud Van Ruymbeke, magistrat, Eva Joly, ancienne magistrate, (enregistrée), Omar Bongo Ondimba, président du Gabon (1967-2009), Benjamin Toungamani, opposant congolais, Loïk Le Floch Prigent, pdg d’Elf (1989-1993), Frank Loufoua Bessi, association Rencontre pour la paix et les droits de l’homme, Alain Louganana, commission justice et liberté, Clément Mierrassa, candidat à l’élection présidentielle de 2009, Jean Jacques Bouillat, ministre des grands travaux congolais, Alain Akouala, ministre chargé des zones économiques, Denis Sassou Nguesso, président de la république du Congo, Paul Wolfowitz, président de la banque mondiale (2005-2007).

L’ingérence militaire 

Les accords de défense : la prévention des conflits et les bases militaires

La présence de l’armée française dans certaines régions d’Afrique est régie par des accords de défense, qui prévoient une aide militaire en cas d’agression, et parfois plus officieusement une aide en cas de troubles ou putsch internes. Outre la prévention de conflits frontaliers, les bases militaires françaises ont un rôle majeur sur la scène politique internationale.

Fin sommet franco africain, 20h le journal, TF1, 11.12.1984, 2’30.

Reportage de Jean Luc Mano. Lors du sommet franco-africain au Burundi, François Mitterrand a promis de respecter ses engagements militaires avec les pays partenaires du continent africain. Extrait du discours de François Mitterrand sur les accords de défense.

Centrafrique : forces françaises renforcées, Journal de 20h, Antenne 2, 16.01.1981, 3’.

Reportage de François Cornet et Alain Saingt. Enquête sur le dispositif militaire que la France a renforcé en République Centrafricaine pour parer d’éventuels projets expansionnistes libyens en Afrique ou intervenir au Tchad. Interview du colonel Yves Bechu, commandant des forces françaises en Centrafrique.

Djibouti : sentinelle de la corne de l’Afrique, Grand reportage, RFI, 12.12.2011, 20’.

Reportage d’Olivier Fourt consacré à la coopération militaire entre la France et Djibouti. L’accord de défense prévoit la surveillance de l’espace aérien djiboutien, mais la France paye un loyer à la république de Djibouti pour ses installations militaires, tout comme les Etats-Unis. Interviews de militaires en mission, suivi de l’interview en studio du journaliste.

Les interventions militaires françaises et les guerres civiles

Situation au Tchad, Arte info, ARTE, 13.04.2006, 2’. Reportage de Barbara Lohr.

Point sur la situation au Tchad avec une nouvelle offensive des rebelles du Front uni pour le changement, soutenu par le Soudan, qui ont atteint les faubourgs de N’Djamena et accusent la France d’utiliser les Mirages contre leurs positions, ce que nie Jean-François Bureau, porte-parole du ministère de la défense. Témoignage de la journaliste de RFI Stéphanie Braquehais, et intervention off du président tchadien Idriss Deby Itno.

Tchad, la France soutiendrait le gouvernement selon les rebelles, Soir 3, France 3, 13.04.2006, 5’ : présentation de Marie Drucker.

Reportage de Serge Kovacs sur l’attaque de forces rebelles, en provenance du Darfour, contre la capitale Ndjamena dans le but renverser le régime de Idriss Déby, comprenant l’interview de Jean-François Bureau, porte-parole du ministère de la défense, du président tchadien Idriss Deby Itno et de Laona Gong, représentant du Front Uni pour le changement démocratique. Jean-Paul Gourevitch, expert international spécialiste de l’Afrique et auteur de La France en Afrique : cinq siècles de présence, intervient ensuite en plateau pour expliquer le rôle ambigu de la France dans ce conflit.

Tchad : la France dans la guerre ?, Face à face, France 24, 04.02.2008, 16’.

Débat animé par Caroline de Camaret consacré à la situation au Tchad et au rôle de la France dans le conflit, avec la participation de Louis-Magloire Keumayou, président de l’association de la presse panafricaine, et Douglas Yates, professeur de sciences politiques à l’université américaine de Paris. La France, ancienne puissance coloniale et soutien du régime autocratique de Idriss Déby Itno, est piégée dans ce conflit, au moment où une force internationale doit intervenir. Elle a tenté de faire passer une résolution à l’ONU pour contrer les rebelles et soutenir militairement le président Deby.

Gabon : échec de coup d’état, JT 20h, RTF, 19.02.1964, 2’.

Reportage de Jacques Alexandre. L’armée française intervient au Gabon en1964 pour rétablir le président Léon M’Ba, renversé par un coup d’état perpétré par des officiers de l’armée gabonaise.

Le génocide au Rwanda 

Retour à Kigali, une affaire française, France 3, 25.04.2019, 1h15.

Documentaire historique de Jean-Christophe Klotz, à base d’archives et d’interviews sur le génocide rwandais de 1994. L’enquête s’intéresse plus particulièrement à l’opération militaire française « Turquoise », à la responsabilité des dirigeants politiques et militaires français et au rôle des Nations-Unies. Les entretiens avec des responsables militaires et politiques, des témoins des évènements de l’époque apportent un éclairage sur ces évènements.

Interview de Bernard Kouchner, Guillaume Ancel, capitaine opération Turquoise en 1994, François Nicoullaud, directeur de cabinet du ministre de la défense (1991-1993), de l’amiral Jacques Lanxade, chef d’état major de 1991 à 1995, Herman Jay Cohen, secrétaire d’état aux affaires africaines, général Jean Varret, chef de la mission de coopération militaire au Rwanda, Prudence Bushnell, affaires africaines USA (93-96), général Christian Quesnot, chef d’état major particulier de François Mitterrand (1991-1995), adj chef Thierry Prungnaud, formateur GIGN en 1992, Pierre Conesa, délégation aux affaires stratégiques ministère de la défense en 1993, François Léotard, ministre de la défense (1993-1995), du lt général Roméo Dallaire, commandant des Casques bleus au Rwanda (1993-1994), Karel Kovanda, président du conseil de sécurité de l’ONU (1994-1995), Alain Desthexe, commission d’enquête du sénat belge, Marc Trévidic, juge antiterroriste (2006-2015), Michel Cuingnet, chef de la mission de coopération au Rwanda, Johan Swinnen, ambassadeur de Belgique au Rwanda, Jean-Hervé Bradol, coordinateur MSF en 1994, brig général Babcar Faye, aide de camp du général Dallaire, Gérard Prunier, historien, général Jean-Claude Lafourcade, commandant de l’opération Turquoise.

La France au Rwanda : une neutralité coupable, La 25ème heure, France 2, 26.09.1999, 56’.

Emission de Jacques Perrin et Valentine Perrin. Documentaire de Robert Genoud et Claudine Vidal qui revient sur le génocide où périrent 800 000 Tutsis et Hutus à l’heure où un rapport de la mission d’information parlementaire accuse la France de complicité de génocide. Les réalisateurs suivent les députés français Pierre Brana et Bernard Cazeneuve lors de leur enquête au Rwanda. Le commentaire sur des images d’archives, dont des extraits de séances de la commission parlementaire et sur les images factuelles de la délégation parlementaire française en mission au Rwanda, alterne avec des interviews.

Le Rwanda : l’armée française en accusation, Le Magazine de la rédaction, France culture, 08.07.2006, 20’.

Reportage de Marie Christine Vallet, revenant sur l’opération Turquoise, opération militaire et humanitaire organisée par la France au Rwanda du 22 juin au 23 août 1994 à la fin du génocide des Tutsis, alors qu’elle fait l’objet de six plaintes en justice pour complicité de génocide. Le reportage est constitué d’archives sonores et des témoignages de militaires impliqués dans l’opération : le général Jean-Claude Lafourcade, le général Didier Tauzin et le colonel Jacques Augard.

La France et le génocide rwandais (2 parties), RFI soir, RFI, 08.04.2004 : 2×20’ : Hervé Guillemot.

Enquête sur les implications et les responsabiltiés de l’armée française dans le génocide rwandais.

1ère partie : Interviews de Patrick de Saint-Exupéry (journaliste), de l’ancien commandant de la coopération militaire belge, et de Gabriel Peries, politologue.

2ème partie : Interviews de témoins rwandais, d’anciens militaires français, du général canadien Roméo Dallaire, qui dirigeait la Mission de l’Onu au Rwanda (Minuar) pendant le génocide en 1994, du sénateur belge Alain Destexhe, initiateur parlementaire de la Commission d’enquête sur les événements du Rwanda, de Jean-Hervé Bradol, président de Médecins Sans Frontières, responsable en 1994 des programmes de MSF France au Rwanda.

L’implication des services secrets 

L’Assassinat de Félix Moumié, ARTE, 24.07.2006, 52’.

Documentaire de Frank Gaberly. Enquête sur l’assassinat le 3 novembre 1960 par les services secrets français du leader indépendantiste Félix Moumie, dirigeant marxiste de UPC (Union des Populations du Caméroun) en guerre contre la tutelle coloniale, avec les témoignages des acteurs de l’époque (dont d’anciens dirigeants de l’UPC et Pierre Messmer, Haut commissaire au Cameroun entre 1956 et 1958).  Il est également question des crimes de guerre commis au Cameroun par les armées française et camerounaise entre les années 1950 et 1970, qui ont fait des dizaines de milliers de victimes.

Fanny Pigeaud, une semaine d’actualité, RFI, 06.10.2018, 40’.

Pierre-Edouard Deldique s’entretient avec la journaliste Fanny Pigeaud, co-auteur de L’Arme invisible de la Françafrique, une histoire du franc CFA. Au cours de son intervention, elle explique en quoi consistait « l’Opération persil » : les services secrets français ont fabriqué et déversé des faux billets guinéens pour déstabiliser l’économie de la Guinée d’Ahmed Sekou Touré.

L’invité : Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières, France Info, 10.09.2012, 7’.

Jean Leymarie interviewe Rony Brauman à propos de l’Opération Barracuda : l’intervention militaire française qui a destitué l’empereur Bokassa le 1er février 1979.

L’ingérence économique ou la captation richesses

Congo-ELF/ELF-Congo, Géopolis France Afrique : affaire de famille, France 2, 30.10.1994, 17’.

Reportage de Maryse Mano. La conquête de l’indépendance pétrolière de la France s’est faite en Afrique dans les années 60, après l’indépendance de l’Algérie. L’instrument de cette conquête a été le groupe ELF pour qui l’Afrique représente la moitié de ses provisions pétrolières. Exemple d’un contrôle français sur l’économie d’un pays africain. Interviews de salariés, de Pierre Desprairies, ex directeur d’exploitation en Afrique, de Jean Méo, fondateur de la marque Elf, de Philippe Jaffré, président de Elf Aquitaine, de Pascal Lissouba, président de la République du Congo, de Jean-Pierre Thystère Tchicaya, maire de Pointe Noire (opposition).

Ligne Cotonou Abidjan, il était une fois dans l’ouest… africain, Reporters, France 24, 08.02.2016, 18’.

Reportage de Emmanuelle Sodji, Arnaud Froger, Anna Sylvestre Treiner consacré au projet de construction de ligne ferroviaire du groupe industriel français Bolloré reliant Cotonou à Abidjan.

Uranium au Niger, 20 heures le journal, France 2, 09.03.2005, 3’30.

Reportage de Patrice Pelé. Un tiers de l’uranium indispensable à la France provient du Niger. Mais aujourd’hui, des associations accusent la Cogema, filiale de Areva, de négliger la radioactivité et ses effets sur la population locale. Interviews d’Yves Dufour, ingénieur Areva, d’Assam Aboulai, superviseur chantier, et de Almoustapha Alhacen, association “Aghir In’man”.

L’Afrique blanche, Les Mercredis de l’histoire, TF1, 27.04.1983, 50’. Emission présentée par Alain Devers.

Reportage de Michel Honorin et Jean Ruelle sur les inégalités entre occidentaux et africains et l’omniprésence de sociétés étrangères dans les secteurs économiques en Afrique dans les années 1980.

Les relations des chefs d’états français avec leurs homologues africains

1958-1988, Les présidents et l’Outre-mer : amours et désamours, France O, 16.11.2014, 52’ : François Fèvre et Michel Seydoux.

Documentaire de Félix Olivier sur les rapports des chefs d’état français avec l’Outre-Mer, de la présidence de De Gaulle à celle de François Mitterrand. Ce documentaire propose un tour d’horizon des évènements les plus marquants, des décisions politiques et de leurs conséquences pour les ultramarins.

Voyage de monsieur Pompidou, JT 20h, ORTF, 09.02.1971

Voyage du président Pompidou au Cameroun, en Côte d’Ivoire et au Togo avec des images des cérémonies officielles et des discours.

Giscard au Gabon, JT Antenne 2, 07.08.1976, 3’.

Reportage de Bruno Albin sur la visite officielle de Valéry Giscard d’Estaing au Gabon et la coopération économique, se concluant par une interview du président.

François Mitterrand et l’Outre-mer, non diffusé, 1991, 55’.

Documentaire écrit par Claude Wauthier, réalisé par Jim Damour. A travers les témoignages d’hommes politiques issus de l’Union française puis des DOM TOM,  des pays africains et de François Mitterrand lui-même, le documentaire retrace les engagements et la politique de Mitterrand sur les questions liées aux territoires et pays d’Outre-mer tout au long de ses deux septennats.

Voyage officiel de Nicolas Sarkozy au Gabon, 20 heures, France 2, 24.02.2010, 1’43.

Reportage d’Alexandre Kara. A l’occasion du voyage officiel de Nicolas Sarkozy au Gabon, le reportage tend à démontrer les contradictions entre les discours du président sur la fin de la Françafrique et les éléments factuels suggérant la persistance du système néocolonial. Le sujet comprend une archive de sa déclaration de 2006 sur la Françafrique, et son discours à Libreville.

Affaires judiciaires : les scandales politico-financiers 

Omar Bongo et le financement des partis politiques français, 19 20 édition nationale, France 3, 09.06.2009, 2’30.

Reportage de Jean Yves Serrand. Suite au décès du président gabonais Omar Bongo, sont évoqués les soupçons de financement de partis politiques français, à partir des réactions de Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, Charles Pasqua, Jean-François Probst, et Alain Joyandet, secrétaire d’état à la coopération.

Brève : affaire des diamants de Bokassa, 20h, TF1, 10.10.1979, 2’45.

Roger Gicquel commente les retombées de l’affaire de Bangui, suite à la publication par le Canard Enchainé d’un document de 1973 signé de Bokassa ordonnant la remise de diamants à Valéry Giscard d’Estaing, alors ministre des finances .

Les Caisses noires de la Françafrique, C dans l’air, France 5, 12.09.2011, 1h.

Emission de Jérôme Bellay, réalisée par Pascal Hendrick et présentée par Laurent Bazin. Magazine consacré aux transferts de fonds entre l’Afrique et des partis politiques français à l’occasion des  accusations de l’avocat,  Robert Bourgi concernant les fonds occultes qui auraient été versés par des chefs d’états africains à Jacques Chirac et Dominique de Villepin entre 1995 et 2005. Alternance de reportages et de débats en plateau avec les journalistes Laurent Valdiguié, Yves Thréard, Vincent Hugeux et Carole Barjon.

Révélation Médiapart financement lybien campagne Nicolas Sarkozy en 2007, 19-20, France 3, 29.04.2012, 2’.

Reportage de Nora Boubetra. Le site Médiapart a publié un document selon lequel Mouammar Kadhafi, chef d’état libyen, aurait financé la campagne électorale de 2007 de Nicolas Sarkozy. Interviews d’Edwy Plenel, fondateur de Médiapart, de Ziad Takieddine, homme d’affaires franco-libanais, de Bernard Cazeneuve, porte-parole de François Hollande, et extrait de l’interview télévisée de Nicolas Sarkozy, candidat à l’élection présidentielle de 2012.

Retour sommaire

G – L’HERITAGE COLONIAL EN QUESTION

Ce chapitre regroupe des documents traitant des répercussions et de la gestion de cette histoire coloniale dans la société française contemporaine, que se soit dans le domaine culturel, social, artistique, universitaire ou politique.

1 – La question mémorielle et patrimoniale

Lieux de mémoire

L’histoire du palais de la Porte Dorée est significative de l’évolution de la perception de l’héritage colonial de la France.

Le palais de la porte Dorée, construit à l’occasion de l’Exposition coloniale de 1931, avait pour vocation d’abriter l’ancien « musée permanent des colonies » et promouvoir l’image de l’Empire colonial français. Entre 1931 et 1960, il change plusieurs fois de nom, mais garde sa fonction de promotion de la France d’Outre-Mer : Musée des colonies et de la France extérieure en 1932 puis Musée de la France d’Outre-mer en 1935. En 1960, il devient Musée des Arts africains et océaniens (Maao) et enfin le Musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie en 1990. En 2007, est inauguré le musée National de l’Histoire de l’immigration, les collections en provenance d’Afrique et d’Océanie ayant été transféré au musée du Quai Branly.

Spécial Mémorial ACTe, 7 en Outre-Mer, France O, 09.05.2015, 30’.

Magazine présenté par Elyas Akhoun depuis le Mémorial ACTe (Centre caribéen d’expressions et de mémoire de la traite et de l’esclavage) de Pointe-à-Pitre à la veille de son inauguration, composé de reportages et d’interviews sur l’architecture, sur la vocation du mémorial, les collections permanentes du centre, ’origine du projet, les controverses autour du projet, les doléances du CIPN vis-à-vis de l’état français, l’histoire de l’esclavage dans les Antilles, le travail de mémoire, et  l’accueil des habitants du quartier de Carénage. Interviews de Michael Marton, architecte, de Thierry L’Etang, chef de projet culturel et scientifique, de Victorin Lurel, président du conseil régional de Guadeloupe, de Luc Reinette, du Comité International des Peuples Noirs, CIPN, de René Belenus, historien, de François Joseph Ousselin, journaliste Guadeloupe 1ère.

Musée des arts africains et océaniens, Actualités régionale Ile de France, FR3, 10.04.1994, 3’.

Reportage de Christelle Meral. Construit en 1931 pour l’exposition coloniale, il était au départ le musée des colonies jusqu’en 1960. Dédié à l’art d’Afrique et d’Océanie, le MAAO a besoin de rénovation mais les demandes de subventions restent lettre morte au grand regret des conservateurs et chercheurs.

Avenir du musée des arts d’Afrique et d’Océanie  de la porte dorée, JT FR3 Ile de France, 05.05.2000, 2’.

Reportage de Marie Berrurier sur le devenir du musée à l’heure où ses collections sont transférées au musée du quai Branly. Interviews de Germain Viatte, directeur du musée et de Etienne Feau, conservateur en chef du musée.

Au temps des colonies, Le Mag du dimanche, France 3 Paris, 16.02.2003, 6’35.

Reportage de Gilles Gauret sur  l’histoire du Musée de la Porte dorée depuis sa création en 1931 comme Musée des colonies, jusqu’à sa fermeture. Interviews de Philippe Pelletier, ancien conservateur, de Germain Viatte, dernier directeur du MAAO, de Jean-Jacques Aillagon, ministre de la culture.

Ouverture de la cité de l’immigration, 20H, France 2, 09.10.2007, 2’.

Reportage de Daniel Wolfromm, consacré à la future cité de l’immigration située dans les bâtiments de l’ancien musée des colonies, avec l’interview de l’historien Gérard Noiriel et de Jacques Toubon, président de la cité de l’immigration.

Hommages et commémorations

La Cérémonie du souvenir au cimetière africain de Chasselay, JT FR3 Rhône Alpes, 12.11.1987, 2’20 .

Reportage d’Albert Ripamonti et Georges Minangoy consacré à la commémoration du massacre de soldats africains par les SS à Chasselay en juin 1940 comprenant le témoignage d’une femme ayant assistée à la tuerie.

Hommages aux victimes de l’esclavage colonial, JT France 3 Ile de France, 23.05.2005, 1’44.

Reportage de Virginie Delahautemaison. Des cérémonies en hommage aux victimes de l’esclavage ont eu lieu en Seine-Saint-Denis. La date du 23 mai fait référence à la manifestation en 1998 des descendants d’esclaves, qui a préfiguré la loi Taubira de 2001, et qui met en avant la mémoire des victimes, plutôt que l’abolition de l’esclavage. Interviews de Serge Romana, président du comité de la marche du 23 mai 1998, et de François Pupponi, maire de Sarcelles.

Célébration du 60ème anniversaire de la répression de Sétif en Algérie, France 2, 08.05.2005, 2’22.

Reportage de Kristian Autain. A l’occasion de la commémoration des massacres du 8 mai 1945 à Sétif, les Algériens demandent à la France de reconnaître sa responsabilité dans ce drame. L’ambassadeur français, Hubert Collin a parlé de « tragédie inexcusable ». Interviews de manifestants et d’un témoin des évènements.

Lois mémorielles

Les Historiens lancent la polémique autour des lois mémorielles, Edition nationale, France 3, 12.10.2008, 2’.

Reportage de Charles Sanviti : les historiens dénoncent le fait que l’état français légifère sur l’histoire et remette en cause leur métier et leur liberté de création. Interviews des historiens Benjamin Stora, Pierre Nora et de la députée PS de Paris Georges Pau Langevin.

Les Lois mémorielles, Le Bien commun, France Culture, 19.11.2005, 55’.

Emission d’Antoine Garapon consacrée aux lois mémorielles, des textes adoptés par le parlement dont le propos est de reconnaître un fait passé, de le qualifier pénalement de lui porter une appréciation politique ou morale. Question : la loi empiète-t-elle sur les prérogatives des historiens ? Entretien avec Marc Frangi, maître de conférence en droit public à l’IEP de Lyon, Université Lumière Lyon II et Carlos Pimental, professeur de droit public à Versailles.

Le Grand débat : loi, histoire et mémoire, Public sénat, 11.06.2005, 1h44.

Retransmission du débat de clôture des Journées citoyens dans l’hémicycle du Sénat dont le thème est « Loi, histoire et mémoire », ou comment enseigner l’histoire, et notamment les périodes sombres comme le colonialisme, avec en filigrane un hommage à Paul Ricoeur. Jean-Pierre Elkanach est le modérateur des différentes interventions d’historiens, de chercheurs, d’hommes politiques, de philosophes et d’enseignants. Prennent notamment la parole : Bronislaw Geremek, ancien ministre des affaires étrangères de Pologne, Jacques Toubon, président de la cité de l’histoire de l’immigration, Guy Canivet, premier président de la cour de cassation, Marc Ferro, historien, Jean Pierre Azéma, historien, Annette Wieviorka, chargée de recherches au CNRS, René Rémond, de l’Académie française, Christiane Taubira, députée de la Guyane, Olivier Pétré Grenouilleau, historien, Claude Liauzu, professeur d’histoire Paris VII, Thierry le Bars, professeur de droit.

Polémiques autour d’une loi. La Mémoire coloniale ou le retour du refoulé, Bouge dans ta tête, France culture, 03.09.2005, 1h.

Magazine de Benjamin Stora, réalisé par Malika Mezgach. Benjamin Stora anime un débat avec des historiens Claude Liauzu, Daniel Lefeuvre, Madjid Merdaci (en direct de Constantine) et André Miquel autour de la loi du 23 février 2005 disant de la  colonisation qu’elle est une oeuvre positive, et en contre- point la réaction des députés en Algérie qui veulent voter une loi condamnant le système colonial. En France, des historiens ont lancé une pétition pour demander l’abrogation de cette loi.

La confrontation des mémoires 

Musée du colonialisme, JT Montpellier, France 3 Montpellier, 01.09.2006, 2’.

Reportage de Philippe Gltaz. Le projet municipal d’un centre de documentation à Perpignan sur la présence de la France en Algérie ravive les tensions. Un collectif d’association critique le projet  confié à une association, Le Cercle algérianiste, qu’il estime lié “aux nostalgiques de l’Algérie coloniale et aux nostalgiques de l’extrême droite”. Les porteurs du projet se défendent de toute volonté de glorification du passé colonial de la France, concevant l’outil comme un lieu d’archives et de mémoire. Selon  Michel Cadé, historien, le problème est que “la mémoire chez certains est en train de remplacer l’histoire…”

Polémiques autour de la mémoire : le memorial de la France d’Outre-Mer, JT France 2, 13.11.2006, 3’10.

Reportage de Daniel Wolfromm sur les polémiques autour du projet de construction du mémorial de la présence de la France dans les territoires d’Outre-mer à Marseille, que les différentes interviews révèlent : Evelyne Verlaque, MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples), Raphaël Granvaud, association Survie, Evelyne Joyaux, présidente du Cercle algérianiste d’Aix-en-Provence, Benjamin Stora, historien CNRS et Pascal Bruckner, auteur de La Tyrannie de la pénitence.

La Fracture coloniale, Là bas si j’y suis, France Inter, 07.10.2005 et 10.10.2005, 2×50’.

Daniel Mermet consacre les deux émissions au thème de la mémoire des colonies, aux séquelles laissées par l’occultation de la colonisation et l’absence de reconnaissance des colonisés.

La fracture coloniale, ou la société française jugée à l’aune de son passé colonial par les immigrés qui résident en France. Comment ce passé est occulté par l’Etat français en privant ainsi une partie de ses citoyens d’une identité, d’une mémoire et surtout d’une reconnaissance. Trois historiens, Pascal Blanchard, Dominique Vidal et Suzanne Citron, et Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières, sont invités à débattre.

Déclarations de chefs d’état français

En visite au Sénégal, Sarkozy évoque la colonisation en excluant la repentance, Soir 3 journal, France 3, 26.07.2007, 1’45.

Reportage de Patrice Machuret comprenant la déclaration de Nicolas Sarkozy sur la colonisation devant des étudiants sénégalais.  « le colonisateur est venu, il a pris, il s’est servi… mais je veux dire avec respect qu’il a aussi donné… »

Discours de François Hollande devant le parlement algérien, LCI, 20.12.2012, 30’.

Retransmission du discours de François Hollande  au parlement algérien. Il entend dire la vérité sur la colonisation et la guerre d’Algérie, mais exclut l’idée d’une repentance.

E. Macron : son grand oral africain, 20 heures, France 2, 28.11.2017, 2’20.

Reportage d’Hélène Hug  Dans son discours du 28 novembre 2017 devant des étudiants de l’université de Ouagadougou, Emmanuel Macron dénonce les crimes incontestables de la colonisation européenne et exhorte la jeunesse africaine à prendre en main son destin.

“Décolonisation” de l’espace urbain

Statues contestées : faut-il les déboulonner ? , Tonight Bruce Infos, BFM, 18.06.2020, 15’.

Après la diffusion d’un reportage sur le déboulonnage de la statue de Gallieni, comprenant  les interviews de Ghyslain Vedeux, président du CRAN, de Françoise Vergès, historienne, association Décolonisons les arts, d’une militante Front Uni des immigrations et quartiers populaires, Jean Garrigues, historien et universitaire intervient en plateau sur le sujet, avec Anne Fulda, grand reporter au Figaro et Catherine Tricot, éditorialiste BFM.

Asso anti-colonialiste contre le général Faidherbe, France 3 Nord Pas de Calais, 11.04.2018, 1’40.

Reportage de Maelys Septembre. Plusieurs associations réclament que les rues et les établissements scolaires portant le nom du général Faidherbe soient renommés, en cause du passé colonial du militaire.

Cameroun : l’homme qui déboulonne les statues coloniales, Arte journal, 03.08.2020, 3’.

Reportage de Patrick Fandio : Reportage au Cameroun. Portrait d’André Blaise Essama, activiste anticolonialiste qui milite depuis 17 ans pour remplacer effigies et noms de rues hérités de la période coloniale françaises par des héros de l’indépendance et des leaders anticoloniaux de son pays. Son activisme lui a valu plusieurs séjours en prison.

Les Traces de la France en Afrique, Géopolis, France 2, 30.10.1994, 15’.

Reportage de Richard Binet en Côte d’Ivoire sur les traces visibles du passé colonial français, dans l’enseignement, la culture mais également dans l’espace urbain, où de nombreuses rues portent des noms de présidents français.

2 – L’héritage culturel

Décoloniser la culture  

Le Nouveau rendez-vous, France Inter, 29.05.2018, 2h.

Magazine de Laurent Goumarre, réalisé par Stéphane Le Guennec et Juliette Medevielle. En seconde partie d’émission un débat ayant pour thème : « Le monde de la culture est-il raciste ? » est proposé avec Aïssa Maiga, Sabone Pakora, comédiennes et co-auteures du livre Noire n’est pas mon métier,  la journaliste Tania de Montaigne, auteure de L’Assignation. Les noirs n’existent pas et le metteur en scène David Bobee, membre de l’association Décoloniser les arts.

Des Colonies : rendre visible, Matière à penser, France Culture, 28.10.2019, 44’.

Patrick Boucheron reçoit Anne Lafont, historienne de l’art et directrice d’études à l’EHESS, auteure de L’Art et la race : l’Africain (tout) contre l’œil des Lumières, à propos de son étude sur les relations étroites et paradoxales de l’art et de la race à l’époque des Lumières et de la nécessité de décoloniser le regard.

Décolonisation dans les milieux culturels : polémiques ou violences ?, Signes des temps, France culture, 23.12.2018, 45’.

Marc Weitzmann reçoit Nacira Guenif Souilamas, sociologue et professeure à l’université Paris 8, Martial Poirson, historien et économiste de la culture, Manuel Boucher, professeur de sociologie, à l’occasion de la polémique déclenchée par la pétition signé par 80 intellectuels français contre « l’offensive du mouvement décolonial dans les universités et les lieux culturels ».

Cachez ces Noirs que je ne saurais voir, Le Nouveau rendez-vous, France Inter, 29.02.2016, 1h50.

En première partie de ce magazine culturel, Laurent Goumarre propose un débat sur la sous représentation des acteurs noirs et le combat du collectif Décoloniser les arts en compagnie de David Bobée, chorégraphe, metteur en scène et directeur du Centre National Dramatique de Haute Normandie, de Claire Denis, scénariste et réalisatrice du film Les Salauds, Raphaëlle Delaunay, danseuse à l’opéra de Paris, José Sagit, président de l’ODIA Normandie et co-directeur du Festival Art et déchirure à Rouen et par téléphone, Anne-Marie Le Pourhiet, juriste.

Les œuvres d’arts réclamées

Plus de la moitié des œuvres d’art africaines présentes dans les collections des musées français a été spoliée entre 1885 et 1960, pendant la période coloniale.

Pour sortir des œuvres des collections nationales, il est nécessaire d’éditer une loi spécifique,  les objets d’art obéissant aux principes inscrits dans le code du patrimoine : inaliénabilité, imprescriptibilité et insaisissabilité. Ce fut le cas en 2002 pour la dépouille de la Vénus Hottentote  et ensuite pour des « têtes maoris » rendues à la Nouvelle Zélande,

La France s’est engagée à poursuivre cette politique de restitution d’une partie des œuvres d’art pillées lors de la période coloniale.

La Tête du Maori. Des restes humains au patrimoine commun, Le Bien commun, France culture, 23.02.2010, 57’.

Magazine d’Antoine Garapon consacré à la question patrimoniale de la gestion des restes humains, entre nécessité de conservation, préservation du patrimoine, et revendications de restitutions de biens culturels volés. Laure Cadot, conservatrice et restauratrice et Xavier Labbée, juriste interviennent sur le sujet.

La Restitution du patrimoine culturel africain, Un air de déjà vu, ARTE, 18.08.2019, 9’.

Reportage de Selma Schnable consacré à la question de la restitution d’œuvres d’art volées. Le président Emmanuel Macron, à la différence de ses prédécesseurs, a promis d’engager la restitution d’une partie des œuvres d’art pillées durant la période coloniale en Afrique. La France a jusqu’à présent refusé au nom du caractère inaliénable des collections nationales inscrit dans le code du patrimoine. La restitution doit interroger sur le rôle des musées et l’histoire de la constitution de leurs collections. Interviews de Silvie Memel Kassi, directrice du Musée des Civilisations de Côte d’Ivoire, de Maurenne Murphy, historienne de l’art, de Léontine Meiher Van Mensch, directrice du musée Grassi d’ethnologie, et de Philippe Dagen, critique d’art.

A qui appartient l’art africain ? Square, ARTE, 07.09.2019, 27’.

Magazine réalisé par Grégory Hopf. Plus de la moitié des oeuvres d’art africaines détenues par la France serait entrée sur le territoire français entre 1885 et 1960, pendant la période coloniale, rapportée comme butin de guerre ou lors d’expéditions scientifiques, mais aussi à la suite d’échanges commerciaux. Entretien avec  Marie Cécile Zinsou, historienne de l’art et Corinne Hershkovitch, avocate spécialisée en droit de l’art et de la propriété intellectuelle.

En France, les députés ont approuvé un projet de loi restituant au Bénin et au Sénégal, Le Journal de l’Afrique, France 24, 07.10.2020, 5’.

Interview de  Marie Cécile Zinsou, historienne de l’art, présidente de la fondation Zinsou, sur cette loi qu’elle juge historique, même si pour le moment seules 27 œuvres sont concernées. Elle répond également aux différentes controverses sur l’accueil des œuvres sur le continent africain.

3 – La décolonisation vue par les artistes

Théâtre 

La Tragédie du roi Christophe, Fonds : Théâtre National Colline, 15.05.1997, 2h21. Captation de la pièce de théâtre écrite par Aimé Césaire et mise en scène par Jacques Nichet.

Cette pièce met en scène le destin tragique d’un homme et d’un pays. Elle décrit la lutte du peuple haïtien pour sa liberté, mais aussi le combat mené par un homme politique qui voulait restaurer la grandeur de son pays. Elle donne à voir la reconstruction et la quête de reconnaissance d’un pays stigmatisé par son passé colonial.

Interview d’Aimé Césaire par Delphine Minoui : La Tragédie du roi Christophe, Fonds : Théâtre National Colline, 15.05.1997, 3’30.

Courte interview de Aimé Césaire à propos de sa pièce de théâtre “La Tragédie du roi Christophe”.

Les Damnés de la terre, Multiscènik, France O, 16.02.2014, 1h39.

Retransmission de la pièce « Les Damnés de la terre » d’après l‘œuvre de Franz fanon, mise en scène par Jacques Allaire.

« 47 », France O, 28.05.2010, 1h05

Captation de la pièce de théâtre. D’après l’oeuvre Madagascar  1947 de Jean-Luc Raharimanana. Jean-Luc Raharimanana  revient sur une période de l’histoire entre Madagascar et la France. Il interroge le spectateur sur les rapports entre colonisés et colonisateur, entre pouvoir actuel et passé, sur le silence de part et d’autre, sur l’écriture de l’histoire par le Nord et la nécessité d’interroger cette histoire par le Sud.

Arts vivants et musique 

Le Camfranglais, le langage des rappeurs camerounais, Fonds : AFP Vidéo, 01.01.2008, 2’35.

Reportage. Le Camfranglais, ou francamglais… c’est le langage des jeunes Camerounais, mélange des deux langues nationales : le français et l’anglais, (les langues coloniales) et de langues vernaculaires. Pour les artistes qui l’utilisent dans leurs chansons, c’est un symbole d’unité nationale.

3500 artistes au festival des Arts nègres à Dakar, Fonds : AFP (Vidéo), 13.12.2010, 1’49.

Reportage d’Horaci Garcia Marti. Le Festival mondial des arts nègres organisé au Sénégal s’est ouvert dans le plus grand stade de Dakar par un spectacle son et lumière sur le thème de “La Renaissance de l’Afrique” et un concert festif de stars du continent. Extrait du discours du président sénégalais, Abdoulaye Wade.

Avec son nouvel album, 1958, Blick Bassy questionne les révoltes d’hier et celles d’aujourd’hui, Pop &Co, France Inter, 16.04.2019, 4’29.

Chronique de Rebecca Manzoni consacré à l’album du musicien camerounais Blick Bassy en hommage à l’indépendantiste Ruben Um Nyobé, assassiné par l’armée coloniale en 1958.

Album Tiken Jah Fakoly, Espace francophone, France 3, 18.04.2002, 1’.

Chronique consacreé à l’album album « Françafrique » du chanteur ivoirien, le griot des peuples africains, Tiken Jah Fakoly.

Cinéma

Avoir 20 ans dans les Aurès, ARTE, 18.09.2003, 1h37, long métrage réalisé par René Vautier en 1972.

Avril 1961. Dans le massif des Aurès, un commando de l’armée française, formé d’appelés bretons, affronte un groupe de l’Armée de libération nationale lors d’une embuscade. L’un d’eux, blessé se rappelle les événements vécus avec ses camarades au cours des derniers mois. Leur opposition à la guerre en Algérie les a conduits dans un camp réservé aux insoumis. Il se remémore la façon dont leur chef a su les transformer, de jeunes Bretons antimilitaristes qu’ils étaient, en redoutables chasseurs de fellaghas, prêts à tuer et y prenant goût. Film interdit de projection pendant 40 ans, malgré le Prix de la critique internationale à Cannes en 1972.

La Bataille d’Alger, ARTE, 12.03.2012, 1h56, long métrage de 1966 réalisé par Gillo Pontecorvo.

Le film traite de la lutte pour le contrôle de la Casbah en 1957 durant la guerre d’Algérie, et des méthodes extrêmes utilisées : la torture par l’armée française et le terrorisme par les algériens en révolte contre le pouvoir en place. Le film tourné avec des non-professionnels sera récompensé à la Mostra de Venise en 1966. Sa sortie en France en 1971 provoque des attentats, il sera censuré jusqu’en 2004.

317ème section, France 2, 16.11.1995, 1h31, long métrage réalisé par Pierre Schoendoerffer en 1965.

Ce film de guerre retrace avec précision les expériences des militaires français engagés en Indochine et les affrontements durant les deniers jours de la bataille de Diên Biên Phu.

L’Ordre et la morale, France 2, 18.08.2015, 2h09, long métrage réalisé par Mathieu Kassovitz en 2011.

En 1988, 30 gendarmes français sont retenus en otages dans la grotte d’Ouvéa par des indépendantistes kanaks. La France envoie des militaires pour rétablir l’ordre. Philippe Legorjus, capitaine du GIGN fait face à Alphonse Dianou, chef des preneurs d’otages.

Arts plastiques 

Sammy Baloji, L’invité, TV5Monde, 23.04.2016, 10’. réalisateur : Mickaël Gosselin, présentateur Patrick Simonin.

Interview en plateau du plasticien congolais Sammy Bajoli à propos de son travail sur le choc de la colonisation sur la culture africaine, et de sa volonté de faire surgir l’histoire coloniale, pré-coloniale pour appréhender le présent. Des images de ses œuvres illustrent les propos.

Kréyol factory , France O , 13.06.2009, 1h30.

Magazine présenté par Marijosé Alié depuis la Grande halle de la Villette à Paris consacré à l’exposition “Kréyol factory”. Elle débat de l’identité créole avec ses invités : Jacques Martial, président de la Grande halle, Daniel Maximin, écrivain, Marie Binet, réalisatrice, Philippe Thomarel, artiste plasticien, André Rober, artiste plasticien, Moonlight Benjamin, chanteuse, Léonora Miaono, écrivain, Jean-Marie Theodat, géographe, Patrick Gariou, photographe, Yo-Yo Gonthier, photographe, Gerty Dambury, metteur en scène.

La Guerre d’Algérie en bandes dessinées, JT soir Côte d’Azur, France 3 Nice, 31.10.1994, 2’.

Reportage de Jean Claude Honnorat. Rencontre avec Jacques Ferrandez auteur de la bande dessinée Le Centenaire, 4ème tome des Carnets d’Orient retraçant l’histoire de l’Algérie depuis sa colonisation. Dans cet opus , le personnage principal revient en Algérie en 1930, à l’occasion du centenaire de la colonisation française et constate les prémisses de la future tragédie.

Littérature

Le Premier festival mondial des Arts nègres de Dakar, radio, 01.02.1966, 24’.

Entretien avec Léopold Sedar Senghor à propos de la négritude, de l’africanité et de son œuvre poétique.

Maryse Condé, écrivaine, Hors champs, France Culture, 18.12.2012, 45’.

Laure Adler s’entretient avec Maryse Condé. A travers ses souvenirs, elle évoque son œuvre, son parcours de femme guadeloupéenne, ses engagements, ses déceptions, ses critiques vis-à-vis de la négritude, son écriture, les figures de Fanon et de Ousmane Sembène (réalisateur sénégalais).

La Langue française n’est pas xénophobe, Apostrophes, Antenne 2, 01.04.1983, 1h13.

Emission présentée par Bernard Pivot et réalisée par Jean Luc Leridon. Les écrivains invités ont tous choisi d’écrire en français, ils s’en expliquent et définissent leur rapport à cette langue. Avec Mehdi Charef, Azzedine Bounemeur, Vénus Khoury Ghata, Afsaneh Egbal, Mongo Beti, Mustapha Tlili et Carol Bernstein.

Poétiques de la résistance, Fonds Maison de la poésie, 03.03.2014, 01.03.2015 et 02.03.2016, 4h.

Dans le cadre de la semaine anticoloniale, trois séances de lectures sont proposées sur la scène de la Maison de la poésie.  Des comédiens lisent des poèmes et des textes d’artistes engagés  tels que René Depestre, Jacques Roumain, Jean Price Mars, Anthony Phelps, René Philoctète, Franketienne, Aimé Césaire, Édouard Glissant, Monchoachi, Léon-Gontran Damas.

Retour sommaire

H – LES DÉBATS AUTOUR DE LA RÉCEPTION DES POSTCOLONIAL STUDIES

1 – Universitaires face aux études postcoloniales

Les études postcoloniales

Les études post-coloniales désignent une approche des savoirs et même une théorie dont les champs d’applications dans les milieux universitaires peuvent être très divers, littéraires, philosophiques, esthétiques ou politique, mais impliquent peu d’historiens.  Apparu aux Etats-Unis dans les années 1980, ce courant de pensée fournit des outils critiques d’analyse et une nouvelle approche critique du colonialisme et de l’héritage colonialiste dans les sociétés post-coloniales La réception des post-coloniales studies est contrastée en France, d’autant que le champ de l’histoire coloniale qui étudie les situations impériales, y compris dans ses rapports de domination, est particulièrement dynamique.

Rencontre avec Homi K. Bhabha, les Vendredis de la philosophie, France culture, 21.09.2007, 1h :

Émission présentée par François Noudelmann sur les philosophies en situation. Il reçoit Homi Bhabha, philosophe, professeur à l’université de Havard, pour parler de la théorie postcoloniale évoquée dans son livre The Location of culture publié en 1994. Homi Bhabha « bouleverse les oppositions simplistes sur les appartenances et, au-delà, il propose une réflexion sur les modes de subjectivation dans la pluralité temporelle et spatiale du monde globalisé ». Son ouvrage a modifié la pensée sur les identités culturelles et la politique des différences, soulevant des questions liées aux identifications communautaires et nationales

Les Etudes postcoloniales, Les Chemins de la connaissance, France Culture

Série de 5 émissions de 30(semaine spéciale consacrée au thème « Fracture coloniale, fracture sociale : portrait de la France d’aujourd’hui ») diffusées du 14 au 18.05.2005 : Jacques Munier s’entretient dans chaque émission avec un universitaire sur le thème des études postcoloniales.  Mamadou Diouf, professeur d’histoire et d’études africaines et africaines-américaines à l’Université Ann Arbor aux Etats-Unis, Ibrahima Thioub, professeur d’histoire à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, Jacques Pouchepadass, directeur de recherche au CNRS (Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du sud), Nedjma Abdelfettah, chercheuse au Centre national de recherches en préhistoire, anthropologie et histoire (CNRPAH) d’Alger, Jean Loup Amselle, directeur d’études à l’EHESS et rédacteur en chef des Cahiers d’études africaines.

La Géographie post-coloniale, Planète Terre, France culture, 26.09.2007, 30’

Sylvain Kahn reçoit Jeremy Robine, doctorant à l’Institut Français de géopolitique et Delphine Papin, chargée d’enseignement à l’université de Paris VIII, département de Géopolitique pour évoquer la notion de géographie post-coloniale et de » géopolitique interne », qui appréhende les représentations des territoires à une échelle étatique ou infra-étatique. Comment les enfants d’immigrés peuvent-ils s’inscrire dans le territoire d’une nation colonisatrice ? Ils s’expriment sur l’identité postcoloniale des quartiers qu’ils ont étudié à Londres et en France. Les discriminations raciales s’inscrivent dans le territoire, formant de fait des ghettos, une concentration de population originaire des anciens pays colonisés. Sont évoqués également la question de l’intégration et de l’identité vue sous l’angle postcolonial.

Ce que sont vraiment les postcoloniales studies, La Suite dans les idées, France culture, 01.12.2018, 45’.

Pour parler de l’étude des théories postcolonialistes, Sylvain Bourmeau reçoit Thomas Brisson, sociologue, maître de conférence en sociologie à l’Université Paris 8 et auteur de Décentrer l’occident, puis le rappeur Rocé pour son anthologie Par les damnés de la terre.

La réception des études postcoloniales en France

Faut-il être post-colonial ? Idées, RFI, 28.01.2007, 50’.

Benoit Ruelle reçoit Laurent Dubreuil, maître de conférence  à la Cornell University, qui a coordonné une étude sur le sujet pour la revue Labyrinthe et Grégoire Leménager, ancien  professeur de littérature à l’université de Caen, à l’occasion de la publication du numéro de la revue interdisciplinaire Labyrinthe « Faut-il être postcolonial ? ». Les universités françaises ont tout d’abord vu les études postcoloniales comme une « mode anglosaxone  jargonnante ». Cependant, au vue du passé colonial de la France, les recherches sur la période coloniale ont proliféré ces dernières années. Aujourd’hui, le questionnement théorique mis en oeuvre en France est-il de même nature que celui des postcolonial studies du monde anglo-saxon ? Laurent Dubreuil revient sur l’histoire des post colonial studies, conçues comme des lieux de rencontres dans les universités américaines et évoque le fond commun théorique (« la french théorie ») ayant donné naissance aux subalterns studies, aux genders studies, à la théorie queer et même à la global studies. La contribution de Grégoire Leménager concerne les études « post » coloniales à la française. Il émet des critiques sur le cadre théorique et conceptuel de l’ouvrage « La Fracture coloniale » et du groupe d’historiens de l’ACHAC.

Les Etudes postcoloniales peuvent-elles nous aider à penser la globalisation culturelle ? Du Grain à moudre, France culture, 06.02.2008, 55’.

Emission de Brice Couturier et Julie Clarini. Pour débattre de l’appropriation des postcolonial studies dans le monde francophone, les invités sont Jean-Loup Amselle, anthropologue, directeur d’études à l’EHESS, auteur de L’Occident décroché, enquête sur les postcolonialismes, Marie-Claude Smouts, directrice de recherche honoraire au CNRS, et qui a dirigé le colloque « La Situation postcoloniale et les postcolonial studies dans le débat français », Gérard Leclerc, sociologue, professeur émérite à l’Université de Paris 8. Selon Marie Claude Smouts, le postcolonial est arrivé en France par une demande du corps social (la Marche pour l’égalité et contre le racisme, les émeutes dans les banlieues de 2005…) et non par les intellectuels. Jean-Loup Amselle parle du risque d’éthnoracialisation des rapports sociaux engendré par les études postcoloniales. Gérard Leclerc pose la question de l’unité du paradigme des études postcoloniales.

Penser à Saint Denis, les Vendredis de la philosophie, France culture, 16.01.2009, 1h.

Emission de François Noudelman, réalisée par Clotilde Pivin consacrée à l’université de Saint Denis contemporaine et à la place de la philosophie dans son enseignement, avec Zineb Ali Benali, Pierre Bayard, Anne Berger, Serge Bonnevie, Marie Cuillerai, Stéphane Douailler, Frédéric Rambeau, tous enseignants impliqués dans les refondations théoriques de Paris 8. Parmi les questions abordées : la philosophie prend-elle un autre sens dans ce contexte social particulier ? La circulation des idées échappe-t-elle à l’enfermement disciplinaire ? Le multiculturalisme, les études postcoloniales ou la théorie des genres ont-ils modifié la donne ?

2 – La réappropriation du passé colonial et la question de l’identité

La réappropriation du passé colonial par les anciens colonisés

Le chapitre est consacré au militantisme mémoriel dans la société civile à travers les exemples de  la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, le mouvement antiraciste et décolonial « Les Indigènes de laRépublique » créé en 2005 qui entend  lutter contre le racisme structurel en France et oeuvre à  l’émancipation des peuples décolonisés et le CRAN, le Conseil Représentatif des associations noires, fédération de défense des citoyens d’origine africaine ou antillaise contre les discriminations dont ils sont victimes.

Marche pour l’égalité et contre le racisme à la bastille, actualités régionales Ile de France, 03.12.1983, 3’.

Reportage de Laurent Sablic sur l’arrivée à Paris de la Marche pour l’égalité et contre le racisme.

Les Indigènes et les féministes, Les Pieds sur terre, France Culture, 16.11.2005, 25’.

Sonia Kronlund et Khaled Sid Mohand. Reportage de Laurent Rousseaux consacré aux femmes signataires de l’appel des ” Indigènes de la République ». Des femmes du collectif échangent et affirment leurs différences face à un féminisme ethnocentriste, qu’elles estime stigmatiser les communautés maghrébines et africaines habitant les quartiers populaires. Pour les femmes issues de l’immigration postcoloniale, il est essentiel de ne pas occulter l’antiracisme, pour s’émanciper du sexisme, du patriarcat des sociétés d’origine et des sociétés d’accueil.

La République, c’est moi, Les Pieds sur terre, France culture, 15.11.2005, 25’.

Emission de Sonia Kronlund et Jérôme Sandlarz. Reportage de Charlotte Roux. Entretien avec Nordine, membre du  mouvement des « Indigènes de la république ». Professeur stagiaire d’histoire-géographie, il n’a n’a pas été titularisé et attribue ce refus à ses propos sur la République, la colonisation, l’assimilation et l’intégration. Il estime que les institutions françaises sont encore empreintes de l’esprit colonialiste.

Le Débat : esclavagisme, repentance et réparations ?, Grand soir 3, France 3, 09.05.2013, 22’.

Débat en plateau animé par Louis Laforge avec Louis Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noirs de France (CRAN), Pascal Bruckner, écrivain, Serge Romana, président de l’association « Comité marche du 23 mai 1998 » et Jean Claude Ruffin, écrivain.

Transmission de la mémoire coloniale chez les enfants d’immigrés, La Nouvelle fabrique de l’histoire, France culture, 17.11.2005, 1h.

Emission réalisée par Anne Franchini et Véronique Lamendour, produite par Emmanuel Laurentin. Documentaire de Khaled Sid Mohand, qui s’intéresse à la façon dont se transmet la mémoire  coloniale chez les enfants d’immigrés algériens en France à travers deux familles et trois générations, l’une partie d’Algérie pour des raisons économiques, l’autre à cause de son militantisme pro-FLN. Le propos est complété par l’analyse du psychanalyste Nabile Farès.

 

La question de l’identité et de la citoyenneté

Dans les brumes épaisses de l’assimilation, France culture, 28.02.2018, 10’.

Emission de Dominique Rousset. L’invitée est Silyane Larcher, philosophe, chargée de recherches au CNRS en sciences politiques, auteure de L’Autre citoyen. L’idéal républicain et les Antilles après l’esclavage : ouvrage travaillant la situation coloniale, l’universalisme républicain et la fabrique de la race. Elle parle de la question postcoloniale, de l’histoire de l’assimilation et de l’articulation entre citoyenneté, question sociale et « race ».

Les Jeunes des cités, le retour du social, France Culture, 25.06.2005, 1h.

Emission réalisée par Hélène Daude. Benjamin Stora reçoit Isabelle Coutant avocate, auteur de Délit de jeunesse, la justice face aux quartiers, Omar Bitan, étudiant impliqué dans le mouvement associatif de banlieue, Réda Benkirane, sociologue, auteur de Le Désarroi identitaire : jeunesse, islamité et arabité  pour débattre de la question du chômage, des troubles identitaires des jeunes vivant dans les cités, de la mémoire coloniale douloureuse pour les enfants issus de l’immigration.

Les Nouvelles fractures du peuple, France Culture, 13.08.2011, 1h30.

Retour sur les Recontres de Pétrarque qui se sont déroulées du 18 au 22 juillet dans la cour du rectorat de Montpellier. Le thème de ces rencontres est : “Le peuple, a-t-il un avenir ?”. Aujourd’hui, les nouvelles fractures du peuple : au clivage social s’ajoute un clivage issu de la colonisation, de l’immigration et un clivage racial, qui bousculent les visions anciennes que l’on avait du peuple. Le débat porte sur les nouvelles fractures du peuple, corps politique démantelé et à reconstruire.  Emmanuel Laurentin reçoit Jean-Loup Amselle, directeur d’études à l’EHESS et rédacteur en chef des Cahiers d’études africaines, Nacira Guénif Souilamas, docteure en sociologie, Louis Georges Tin, agrégé et docteur ès lettres et porte-parole du CRAN, Michèle Tribalat, démographe et Sophie Wahnich, chercheure en histoire et science politique au CNRS.

Les Apories de l’identité en contexte postcolonial. Identité raciale, identité culturelle et identité politique, Le Collège international de Philosophie, 15.02.2016, 1h50

Enregistrement du colloque comprenant les interventions de Seloua Luste Boulbina, philosophe, Roger Toumson, théoricien de la littérature et de Francis Marmande, écrivain.

L’antiracisme contemporain

Grandeur et misère de l’antiracisme, Philosphie, ARTE, 28.03.2017, 26’.

Emission de Charlotte Guénin, réalisée par Philippe Truffault. Raphaël Enthoven s’entretient avec Magali Bessone, philosophe, auteure de Race, racisme, discriminations, et Nacira Guénif-Souilamas, sociologue et anthropologue. A partir de la polémique suscitée par le camp d’été décolonial, réunion non mixte, destiné aux minorités non blanches luttant contre le racisme d’état, les intervenantes parlent tour à tour du racisme, de l’héritage colonial dans la société française, de l’antiracisme politique, de la loi de 2004 sur le port de signes religieux, et des processus de racialisation.

Nadia Yala Kisukidi, L’invité de l’actu, France culture, 13.06.2020, 40’.

Émission de Caroline Broué. Elle reçoit la philosophe Nadia Yala Kisukidi pour porter un regard, à travers une analyse de sa philosophie, sur les questions de mémoire, d’antiracisme et de post-colonialisme. Il est question de la critique de l’universalisme, du postcolonialisme, des polémiques actuelles sur les mouvements antiracistes et sur l’éthnicisation de la question sociale, du concept d’intersectionnalité et de la décolonisation de l’espace urbain.

Politique et race en France, un mariage dangereux : 4ème épisode : L’universalisme en question, La Série Documentaire, France culture, 08.10.2020.

Montage d’entretiens, d’archives avec le collectif Piment (Célia Potiron, Christiano Soglo, Binetou Sylla, Rhoda Tchokokam), Rithy Panh, réalisateur, Hugues Lagrange, Pauline Peretz, historienne, journaliste, Pap Ndiaye, historien, Antoine Spire, journaliste, Le collectif Jeunes et racisés d’Amiens, Françoise Vergès, politologue, militante féministe et antiraciste, Aurélia Michel, historienne, Lova Rinel, présidente du Conseil représentatif des associations noires, Magali Bessone, phitlosophe,  Hugues Lagrange,  sociologue.

Retour sommaire


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search