Immersion sonore au cœur d’un procès historique

 

Inscrites depuis 2006 au registre Mémoire du monde de l’Unesco, les archives sonores des RIvonia Trials rendent compte du procès qui vit comparaitre pour trahison, sabotage et complot, Nelson Mandela et neuf de ses compagnons de lutte, devant la cour de Pretoria, entre octobre 1963 et juin 1964. Suivant la signature en 2013 d’un accord de coopération entre l’Ina et l’Afrique du Sud, les enregistrements de ce procès historique ont été sauvegardés et numérisés par l’Ina. Ils sont aujourd’hui consultables et disponibles pour la recherche à l’InaTHEQUE  .

 

Du 26 novembre 1963 au 16  juin 1964, comparaissent dans une  salle d’audience de Pretoria, Nelson Mandela  et une dizaine de leaders du mouvement Umkhonto we Sizwe, branche militaire du Congrès national africain, l’ANC. Ils luttent activement contre l’apartheid et ont été arrêtés pour la plupart en juillet 1963 dans une banlieue de Johannesburg dénommée Rivonia . Il sont notamment accusés de sabotage et violation de la loi sur l’interdiction du communisme, faits passibles de peine de mort. Parmi les dix accusés, Mandela, Sisulu, Mbeki, Motsoaledi, Mlangeni et Goldberg seront condamnés à la prison à vie. Nelson Mandela restera, quant à lui, vingt-sept ans derrière les barreaux, sous le matricule de prisonnier 46 664, avant d’être élu premier président noir d’Afrique du Sud en 1994.

Le procès est enregistré sur des dictabelts . S’ils ont plutôt bien supporté les outrages du temps, ces cylindres en vinyle souple sont néanmoins devenus obsolètes et les machines qui en permettent la lecture ont aujourd’hui quasiment disparu. C’est l’archéophone, invention d’Henri Chamoux, chercheur au laboratoire LARHRA de l’ENS Lyon, qui permettra de (re)lire et numériser les enregistrements fixés sur ces cylindres si particuliers.  Au fil de 18 mois de travail en collaboration avec l’ingénieur du CNRS, les équipes de l’Ina ont procédé à la numérisation et restauration des 256 heures d’enregistrements consignés sur 591 supports originaux qui ont ensuite été restitués aux Archives Nationales d’Afrique du Sud (Narssa), avec une de leurs copies numérisées.

L’un des enjeux a consisté à rendre l’écoute de ces documents plus intelligible en en préservant toute l’authenticité

Parmi ces enregistrements qui restituent la mémoire du procès, on retrouve évidemment le célèbre discours de trois heures prononcé le 20 avril 1964 depuis le banc des accusés  par le jeune avocat Nelson Mandela . « (…)  I have cherished the ideal of a democratic and free society in which all persons live together in harmony and with equal opportunities. It is an ideal which I hope to live for and to achieve. But if needs be, it is an ideal for which I am prepared to die.”

Ces phrases de conclusion sans appel comptent parmi celles qui ont écrit les grands moments de l’histoire du XXème siècle

La documentation des 80 journées d’audience fut également un enjeu tant méthodologique qu’historique. Sarah Bruchhausen, une chercheuse sud-africaine a été sollicitée pour la produire. L’écoute attentive des documents croisée avec des  sources complémentaires  lui a permis de reconstituer puis résumer – en anglais – chaque journée d’audience. Manquent toutefois, malheureusement,  à cette collection les enregistrements des premier et derniers jours du procès. Elle a établi un index de tous les protagonistes (200 témoins, l’équipe du procureur, les avocats de la défense) ainsi qu’un répertoire des autres sources relatives à ce fonds. Au delà du seul corpus des enregistrements, la chercheuse suggère également des pistes de recherche connexes :

  • la dimension internationale du procès et les sources produites en marge des journées d’audience par des tiers ou associations qui n’étaient pas directement impliqués dans le procès
  • Les pièces à conviction et éléments de preuve soumis à la cour pendant la durée du procès. En marge des enjeux du procès, ces éléments constituent des sources précieuses pour l’étude du contexte socio-politique en Afrique du Sud dans les années 1960 

Le travail de Sarah Bruchhausen a servi de base pour la production des notices documentaires bilingues français-anglais. Elles sont identifiées dans le catalogue en ligne  et accessibles dans leur intégralité dans les centres de consultation de l’Inathèque.

Au delà des usages d’étude et de recherche et avec l’accord des Archives nationales d’Afrique du Sud, ce fonds a déjà servi des productions grand public. Ainsi, les célébrations du centenaire de la naissance de Mandela ont donné lieu à  un hommage avec reconstitution en  hologramme et animation 3D de Mandela et du procureur Percy Yutar  dans le prétoire. Plusieurs projections furent organisées  en avril 2018 à l’Eglise Saint-Eustache à Paris.

Très récemment, projeté hors compétition à la 71ème édition du Festival de Cannes, le documentaire de Nicolas Champeaux et Gilles Porte co-produit par l’Ina «The state against Mandela and the others »,  s’attache à démontrer combien le combat de ces militants jusque dans le prétoire fonda l’émancipation de tout un peuple.

 

Article rédigé par Agnès Dubreuil, documentaliste à l’Ina

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.