Les collections de l’INA au prisme du genre

Guide réalisé par Nina Bray, étudiante en Master Genre à l’EHESS, avec le soutien pour la partie webmedia de Lara Bochereau, Samia Djedai, Edouard Julien, Vincent Samuel, documentalistes multimédia à l’INA

Il est téléchargeable ici

I – Normes de genre : stéréotypes, violences, inégalités

1.1 L’éducation genrée

A l’école : une instruction sexiste ?

Jeux pour enfants et publicité : quels modèles de féminité et de masculinité ?

Place du genre et normes de genre au sein des familles

De nouveaux modèles éducatifs progressivement mis en avant

1.2 Diffusion, reproduction… et détournement des stéréotypes de genre

Normes de beauté et stéréotypes de genre dans la publicité et à la télévision

La place des stéréotypes de genre dans les fiction : films, séries télévisées, séries animées

Reproduction et subversion des stéréotypes de genre dans les sources humoristiques

1.3 Les violences de genre

Les violences conjugales et féminicides : quel traitement dans les médias ?

Les violences sexuelles

Les violences et discriminations à l’encontre des personnes LGBTI

Discours anti-féministes et masculinistes

II – La prise en compte progressive de la diversité des identités

2.1 La construction des identités sexuées

Discours et points de vue sur l’existence d’une “nature” féminine et masculine

2.2 Déconstruction d’une vision binaire des sexes : du concept de genre aux théories Queer, points de vue et réception

2.3 Évolution du traitement médiatique des transidentités et de la non-binarité

Années 1950-années 2000 : Des discours pathologisants ?

Années 2000-2020 Nouveaux discours médiatiques sur les transidentités, vers une dépsychiatrisation et une acceptation ?

Au-delà des catégories « homme » et « femme »

2.4 Discours autour de l’intersexuation

De “l’hermaphrodisme” à l’intersexuation : quelles évolutions du vocabulaire ?

Réappropriation de la parole des personnes intersexuées : vers une reconnaissance de leurs droits et revendications ?

Sport et intersexuation : polémiques autour des tests de féminité

III – Militantisme, luttes pour la subversion du genre et la remise en cause des normes de genre

3.1 Les militantes féministes

Avant les années 1968 : des discours et engagements féministes d’avant-garde ?

Années post-68 : luttes et discours féministes au temps du MLF

Années 1990, années 2000 : luttes pour la parité et émergence de nouveaux collectifs. Un nouveau féminisme ?

De nos jours : Féminisme “intersectionnel”, politisation des violences faites aux femmes, et controverses entre féministes

3.2 Les mouvements LGBTI

L’émergence progressive d’espaces de parole, de lieux et de médias LGBTI

Militantisme et luttes LGBTI

Acquisition de droits nouveaux pour les personnes LGBTI : avancées et controverses

3.3 La subversion des normes de genre

Drag Queens, Drag Kings, pratiques de travestissement comme moyen de subversion du genre

Subversion des normes dans le monde professionnel : des femmes qui font des “métiers d’homme” et inversement ?

Masculinité(s) et féminité(s) : des normes de genre en évolution

3.4 Inégalités entre les hommes et les femmes : quelles évolutions ?

Dans le monde professionnel

Dans la vie politique

Inégalités dans le domaine de l’intime et dans la sphère domestique

IV – Quelques figures médiatiques

4.1 Personnes LGBTI médiatisées

Les personnes intersexuées

Les personnes transgenres

Les femmes lesbiennes

Les hommes gays

4.2 Personnalités engagées pour la cause des femmes

Le web-média

Les sites institutionnels

Les blogs

Les sites de chaînes TV

Sites web de programmes

Annuaires, portails et banques de contenu

Les Podcasts

Les autres sites

Sur YouTube

Les comptes et hashtags twitter

Les hashtags

Deux exemples de corpus webmedia

Lexique

I – Normes de genre : stéréotypes, violences, inégalités

Les normes de genre agissent comme des modèles qui orientent les pratiques, conduites et les rôles des individus, en fonction de deux catégories « homme » et « femme ». Ces deux catégories étant hiérarchisées, elles entrainent de multiples inégalités dans plusieurs domaines, mais aussi des violences dont les femmes sont en grande majorité les victimes. Les personnes LGBTI, qui souvent ne correspondent pas aux attendus et aux rôles de genre stéréotypés sont également souvent la cible de violences et de discriminations.

Cette première partie du guide vise ainsi à montrer la manière dont les normes de genre sont reproduites et renforcées par les pratiques d’éducation, mais aussi les médias et le domaine culturel. Elle montre aussi le caractère arbitraire des normes de genre qui évoluent, se transforment et sont parfois remises en cause. Elle souligne la persistance des violences à l’encontre des femmes et des personnes LGBTI, ainsi que des violences visant les personnes qui remettent en cause les normes de genre, comme les féministes.

1.1 L’éducation genrée

On peut définir l’éducation genrée (voir lexique) comme un type d’éducation qui participe à la reproduction des rôles stéréotypés associés aux filles et aux garçons, en valorisant des comportements ou activités différentes selon le genre. Elle se déploient à l’école, mais aussi dans la sphère familiale. L’éducation genrée est souvent valorisée par la publicité, et elle contribue à la persistance de normes de genre spécifiques. Elle valorise une séparation stricte des rôles et attitudes selon le genre des enfants : par exemple on incitera un garçon à avoir confiance en lui, à découvrir les disciplines scientifiques et le sport ; à l’inverse, on attendra d’une fille qu’elle soit calme, attentionnée et on la poussera à s’intéresser à la lecture ou à jouer avec des poupées. Ce type d’éducation est aujourd’hui remis en cause et on voit émerger des initiatives cherchant à dépasser les rôles stéréotypés. Cette partie du guide retrace les évolutions et continuités en termes de genre au sein des pratiques éducatives.

A l’école : une instruction sexiste ?

Dans une école ménagère. Journal Les Actualités Mondiales, Actualités Françaises. 02.01.1942, 01mn01

Ce court reportage réalisé au sein d’une école ménagère à Tourcoing, dans le département du Nord s’intéresse aux enseignements dispensés aux jeunes filles : couture, confection de vêtements, cuisine, ou encore éducation physique. Les missions de l’école sont énoncées : préparer les jeunes femmes à entrer dans la vie professionnelle mais aussi à un statut de mère de famille et de femme d’intérieur.

La Rentrée des classes. Journal les Actualités Françaises, Actualités Françaises. 03.10.1956, 01mn09

Ce reportage tiré d’un journal de presse filmée cinématographique est consacré aux achats de la rentrée scolaire. Il montre les achats de fournitures scolaires réalisés par la famille Petiot pour la rentrée du petit Gérard Petiot : taille crayon en forme de pompe à essence, cahiers illustrés avec des voitures et avions, images mettant en scène des sportifs.

Le Sexisme à l’école, Journal Télévisé, 1ère Chaîne 26.09.1974, 03mn10

Cet extrait du journal télévisé questionne la persistance du sexisme à l’école, et notamment dans les manuels scolaires. Deux militantes de la Ligue des Droits des Femmes sont interviewées. Elles déplorent la reproduction des stéréotypes dans les manuels scolaires et demandent la promulgation d’une loi antisexiste. Dans un micro-trottoir, d’autres femmes partagent leur opinion à ce sujet.

L’Image de la femme dans les manuels scolaires, Aujourd’hui Madame, Antenne 2. 01.10.1975. 44mn33

Magazine présenté par Jacqueline Vauclair et Jean-Pierre Bertrand est consacré aux stéréotypes associés aux femmes dans les manuels scolaires. Le débat a lieu entre trois téléspectatrices dont une ancienne directrice d’école et une femme au foyer. Participent également une psychologue scolaire, un conseiller de l’Institut National de Recherche, et un conseiller pédagogique dans une maison d’édition. L’émission s’inscrit dans le cadre de “L’Année internationale de la femme”, et fait suite à la demande de la réalisation d’un rapport sur le sexisme dans les manuels scolaires par Françoise Giroud, secrétaire d’État à la Condition féminine.

L’Ecole, les filles, les garçons et la construction des stéréotypes. Rue des Ecoles, France Culture. 17.11.2012, 28mn20.

Au cours de ce magazine, Louise Tourret s’entretient avec trois invité.e.s pour explorer la construction des stéréotypes de genre à l’école. Il s’agit de Françoise Vouillot, maître de conférence en psychologie, Sylvie Ayral, enseignante et docteur en sciences de l’éducation et Georges Sideris, historien.

Le Sexisme. Le Débat, Europe 1. 15.01.2014, 28mn08

Dans ce débat animé par Wendy Bouchard, Caroline de Hass, militante féministe aborde les inégalités entre filles et garçons à l’école, et répond aux questions de jeunes auditeurs à ce sujet. En 2013, Vincent Peillon, ministre de l’Education Nationale et Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes avaient proposé la mise en place d’un “ABCD de l’égalité”, qui a suscité une vive polémique basée sur des rumeurs selon lesquelles ce programme d’enseignement serait lié à la “théorie du genre”.

Jeux pour enfants et publicité : quels modèles de féminité et de masculinité ?

Les Jouets 1966 pour les garçons. France 3 Provence Alpes, Provence Actualités. 29.11.1966. 01mn50

Ce reportage tiré du journal télévisé fait l’inventaire des jouets en vogue à offrir aux petits garçons pour Noël. Sont évoqués entre autres : les instruments de musique pour enfants, les déguisements Astérix et Obélix ou de pirates, les soldats de plomb, le train électrique, les jeux scientifiques, les petites voitures…

Les Jouets 1966 pour les filles. France 3 Provence Alpes, Provence Actualités. 30.11.1966, 01mn41

Ce reportage, diffusé le lendemain du reportage consacré aux jouets pour garçons s’intéresse quant à lui aux jeux destinés aux petites filles. Le journaliste évoque ainsi une grande variété de poupées de tous styles, ainsi que les animaux en peluche.

Jouets pour garçons, jouets pour filles. Inter Femmes, France Inter. 29/11/1976, 60mn

Dans ce magazine, l’animatrice Anne Gaillard s’interroge : faut-il faire une différence entre les jouets que l’on offre aux garçons et aux filles ? Pour en débattre sont invités une animatrice d’ateliers d’enfants, Jean-Paul Charpentier, président de l’Association Internationale des Fabricants de Jouets de Marque, Pierre Debray-Ritzen, chef du service de psycho-pédiatrie à l’hôpital des enfants malades et Jacques Rivalant, président d’une association de commerçants en jouets. Est déplorée par l’animatrice l’absence de militantes du MLF, qui ont refusé de venir débattre dans l’émission.

L’Enquête de la semaine : Jouets pour enfants. Culture Pub, NT1. 18.12.2011, 06mn01.

Reportage consacré au marché du jouet et au discours parfois sexiste des fabricants. L’émission s’appuie sur des images d’archives, notamment publicitaires, ici décrites comme étant caricaturales sur le plan du genre. Clémentaine Autain, militante féministe ; Gilles Brougere, sociologue et Pauline Desforges, planneur stratégique interviennent pour expliquer les origines et conséquences de ce discours stéréotypé. 

Rose pour les filles, bleu pour les garçons. Les dossiers de Téva, Téva. 13.12.2014, 120mn

Ce magazine de société est présenté par Marielle Fournier et propose plusieurs reportages consacrés à la question de l’impact de l’éducation et des préjugés sur les différences entre filles et garçons. Les reportages suivent le quotidien de plusieurs familles en France et Suède et montrent leur vision de l’éducation des enfants. Interviennent également Armelle Le Bigot, spécialiste de la psychologie enfantine ; Mona Zegai, sociologue ; Christine Pagani, directrice marketing d’une marque de jouets ; Christian Hooge, responsable du musée LEGO ; Pia Pilgaard, graphiste ; Elisabeth Tissier Desbordes, professeure en marketing ; Rachel du blog “Fait comme maman” ; l’équipe marketing de SMOBY ; Florian, jeune homme transgenre de 20 ans.

Place du genre et normes de genre au sein des familles

Parents de filles, parents de garçons. Fête des bébés, La Cinquième. 02.09.2000, 13mn13

A travers les témoignages de deux couples ayant chacun des enfants des deux sexes, Fête des bébés analyse dans ce magazine la manière dont se mettent en place durant l’enfance, les différences et parfois les inégalités entre les sexes. Les interviews des parents alternent avec les explications de Jacques Arenes, psychanalyste.

Elève-t-on une fille et un garçon de la même façon ? Le Christian psy show, RMC. 15.01.2003, 01h53min.

Magazine présenté par Christian Spitz, qui interroge la façon d’élever les filles et les garçons notamment dans les familles et son influence dans le développement d’une “violence masculine”. Des invités sont présents pour en débattre : Dominique Alice Rouyer, journaliste, rédactrice du Dico des filles et Stéphane Clerget, pédopsychiatre. La parole est également donnée à des auditrices et auditeurs.

Enquête : fille ou garçon, choisir à tout prix. Envoyé Spécial, France 2. 09.04.2009, 32mn39

Reportage portant sur les couples désirant choisir le sexe de leur futur enfant, et sur les méthodes employées dans ce but. Témoignages de nombreux parents, de professionnels de la santé, et interviews de Jean-Louis Serre, président de la société française de génétique humaine, du professeur Jacques Testart, pionnier de la PMA, du professeur Jean-Marie Delassus, maternologue. Joséphine Quintavalle, directrice de l’association CORE évoque la situation au Royaume-Uni.

Fille ou garçon ? Des méga fêtes pour connaître le sexe du bébé. JT Le 20 Heures, TF1. 21.02.2020, 03mn36

Reportage sur les “gender reveal parties” aux États-Unis, des fêtes pour annoncer le sexe du bébé, transmis dans une enveloppe par le médecin que les parents découvrent en même temps que leurs invités. Tour d’horizon de fêtes qui révèlent le sexe de l’enfant.

Petite fille. Arte, 02.12.2020, 1h23

Documentaire de Sébastien Lifshitz, qui suit le parcours et le quotidien de Sasha, 7 ans et de sa famille. Sasha se vit comme une petite fille depuis qu’elle a 3 ans. Avec ses parents, elle lutte pour être reconnue comme telle, notamment à l’école. Le documentaire la suit dans ce combat, épaulée par sa famille et par Anne Bargiacchi, pédopsychiatre, et insiste sur la volonté des parents de Sasha de l’épauler dans son parcours malgré le poids des normes de bicatégorisation de genre.

De nouveaux modèles éducatifs progressivement mis en avant

Des Garçons et des filles. Panorama, 1ère Chaîne. 15.03.1968, 19min32

Depuis 1959 et la réforme Berthoin, les lycées construits sont mixtes. Cette prérogative est étendue aux collèges depuis 1963 et au moment du reportage, la moitié des classes sont mixtes. Ainsi ce reportage de l’émission Panorama se penche sur les rapports entre les garçons et les filles et sur la question de la mixité. On y trouve des interviews de professeurs et de jeunes gens, ainsi que d’autres intervenants comme M. Laporte président de la fédération des parents des élèves et René Zazzo, directeur du centre psychobiologie de l’enfant.

Suède : école nouvelle. Arguments, 1ère Chaîne. 29.10.1969, 57min25

Ce magazine consacré à l’éducation se penche sur le cas de la Suède qui a entamé il y a sept ans la réforme de son enseignement. Dans une école, Arguments nous invite à découvrir le système pédagogique suédois. Les trois parties de ce reportage sont entrecoupées par un débat en plateau animé par Jean-Emile Jeanneson qui reçoit deux pédagogues, Mr Ehrting, et Mr Blotton.  Le reportage présente différents aspects de l’école suédoise qui veut lutter contre et les distinctions sexuelles des rôles, ainsi les garçons apprennent à faire la cuisine tandis que les filles réparent les autos.

Portrait d’Eléonore en petite fille nouveau modèle. Bande à part, Antenne 2. 17.10.1975, 29mn05.

A travers le portrait d’Éléonore, 11 ans, cette émission aborde le sujet des mères célibataires : Éléonore et son demi-frère Patrice vivent avec leur mère Nadine, féministe, qui a choisi de les élever seule ; nous suivons la fillette dans son quotidien, élevée par une mère qui promeut un nouveau modèle d’éducation. Éléonore est interviewée : elle interroge la différence d’éducation avec les autres enfants, explique que son frère participe aux tâches ménagères, aborde la représentation des femmes dans la publicité.

Journée de formation sur le genre. La Fabrique de l’histoire scolaire, France Culture. Deux parties de 06min diffusées le 05.10.2017 et le 12.10.2017.

Reportage sur l’enseignement de la question du genre dans l’enseignement secondaire. Interview d’Isabelle Moret-Lespinet, professeure d’Histoire, qui anime une séance à l’Université de Nanterre sur la place des femmes en histoire. Pour les enseignants qui participent à cette journée, il s’agit de trouver des outils pour aborder les questions de genre avec les élèves. Isabelle Moret-Lespinet explique qu’elle a commencé à animer ces ateliers au moment de la polémique sur la “théorie du genre”. Elle donne des exemples historiques pouvant être développés en cours avec les élèves : Hildegarde de Bingen, Emilie du Chatelet, etc.

Un autre genre d’éducation. Kreatur#6, Arte.tv. 12.07.2019, 37min.

Magazine féministe diffusé sur le web consacré à l’éducation non genrée visant à briser les stéréotypes associés aux filles et aux garçons et aux inégalités entre filles et garçons dès la petite enfance. Les journalistes Marie Labory, Rebecca Donauer, Magali Kreuzer et Fanny Lepine conversent avec deux invitées : Katinka Bräunling, enseignante dans une école “non genrée” et Céline Pétrovic, formatrice sur les questions de genre pour discuter de ce thème. La discussion est ponctuée de reportages, interviews, infographies sur le sujet de l’émission.

Les Champions de l’égalité : Islande, parité et égalité. Nous, les européens, France 3. 13.09.2020, 16mn01.

Reportage en Islande consacré à une école expérimentale qui met en œuvre des pédagogies pour bousculer les stéréotypes de genre. Retour sur les points forts en matière d’égalité dans ce pays : l’élection d’une femme présidente en 1980, le partage des tâches dans le couple, l’égalité des salaires obligatoire. Commentaires sur des images d’archives, notamment de la grève des femmes du 24 octobre 1975, qui alternent avec des interviews d’instituteurs, d’enfants, ainsi que d’intervenants comme Margrét Pala Olafsdottir, présidente de l’école Hjallastefnan, Gerdur G. Oskardottir, co-fondatrice du mouvement “Red Socks”, d’Agnès M. Johannsdottir, évêque d’Islande, Rosa Bjork Brynjolfsdottir, députée du Mouvement des verts, Thorey Mjallhvit, réalisatrice.

1.2 Diffusion, reproduction… et détournement des stéréotypes de genre

Les médias et la publicité, ainsi que les œuvres de fiction et le cinéma, et notamment les sources humoristiques contribuent souvent à reproduire et à diffuser les stéréotypes de genre et les normes de beauté. Néanmoins, certaines initiatives cherchent parfois à détourner les stéréotypes pour tenter de les dépasser.

Normes de beauté et stéréotypes de genre dans la publicité et à la télévision

Finale du concours de la plus belle jambe féminine. Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises. 04.12.1952, 43s.

Court extrait de presse filmée qui montre la finale du Concours de la plus belle jambe féminine. Des femmes, défilent, debout sur des tables sous les yeux du public. Elles portent des bas et des chaussures à talons et remontent leurs jupes pour exposer leurs jambes, qui sont plus tard mesurées.

L’image de la femme à travers la publicité. Aujourd’hui madame, Antenne 2. 20.06.1975, 54min18

Valérie Manuel et Jacques Garat présentent une émission consacrée à l’image de la femme dans la publicité. Les thèmes abordés sont : le conformisme de la publicité, la psychologie du consommateur, les rôles humiliants dans lesquels les femmes sont enfermées.  Les invités sont Robert Leduc, publicitaire, Jean Dumazedier, sociologue, Pascal Laine, écrivain.

La Femme cible privilégiée de la publicité. Les Plaisirs et les jours : femmes réalités. France 3 Midi-Pyrénées, 16.04.1975, 07min.

Jannick Ser propose le deuxième volet d’une émission qui souhaite tracer un portrait de la femme actuelle et s’intéresse aux femmes comme cibles privilégiées de la publicité. Plusieurs femmes sont interviewées, puis nous suivons une femme en train de faire les magasins ainsi qu’une séance de photos de mode.

L’image de la femme dans la publicité et les médias. Le Téléphone sonne, France Inter. 09.03.1983, 32min.

Cette émission, diffusée le lendemain de la Journée des Droits des Femmes, présentée par Claude Guillaumin questionne le rôle des publicitaires dans la construction d’une image stéréotypée des femmes. Sont invités Jacques Seguela, publicitaire et Marie-Pierre Carretier, grand reporter à ELLE. Ces invités sont présents pour répondre aux questions des auditeurs et auditrices, qui donnent par ailleurs des avis variés sur le thème de l’émission. Des femmes de la rédaction de France Inter participent aussi l’émission et donnent leur point de vue : Dominique Dambert, Florence David, Anne Brunel, Arlette Chabot. Jacques Seguela récuse des accusations de sexisme et estime que la publicité française est “la meilleure du monde”. De son côté, Arlette Chabot déplore le fait que la publicité soit faite pour nourrir les fantasmes des hommes.  

L’Homme mis à nu par la publicité. Grand Angle, France Culture. 16.06.1990, 01h59min

Émission animée par Marie-France Azar, consacrée à l’évolution de l’image des hommes dans la publicité. Les invités de l’émission sont Mike Burke du CCA, qui estime que l’homme est “ridiculisé” par la publicité ; Pascale Weil, autrice qui souligne la centralité de l’individualisme au sein de la société ; Evelyne Soum, publicitaire ; Robert Ebguy, écrivain et Pascal Bruckner, écrivain selon qui la publicité ne fait que reproduire les tendances ayant court dans la société. Dominique Mauduit, directeur de création à Publicis intervient également. L’émission intègre par ailleurs des micros-trottoirs.

Speedy : Femme et l’auto. M6, 23.10.1998, 04min49.

Messages publicitaires pour SPEEDY qui reprennent des images stéréotypées de femmes en train de faire le ménage, de se vernir les ongles ou de s’occuper d’enfants et cherchent à donner des conseils d’entretien destinés aux femmes : par exemple, la voix off explique que les femmes réalisent principalement des petits trajets pour se rendre à l’école ou au supermarché, et abiment ainsi l’échappement et le moteur des voitures.

Mannequins vitrine Chantal Thomass, Les Femmes qui osent. D’un Monde à l’autre, France 2. 24.05.1999, 04min30

Reportage sur le “scandale médiatique” né d’une idée de Chantal Thomass, créatrice de lingerie féminine : mettre ses mannequins habillées de lingerie dans les vitrines des Galeries Lafayette comme si ces femmes vaquaient à leurs occupations. Le reportage montre les différentes réactions des passantes et passants. Jean-Michel Girardin, directeur des Galeries Lafayette est également interviewé.

La Vraie vie des blondes. Soirée Blonde, Canal + 15.07.2005, 52min10

Ce documentaire est consacré à la blondeur. Les sujets évoqués sont les suivants : le sexisme, les blondes et le marketing, la blondeur et la sexualité, les blondes et le cinéma, dans l’art, dans la littérature. Des images d’archives, des titres de journaux féminins, des extraits de spectacles et de films, des micros-trottoirs, ainsi que de nombreuses interviews, composent ce documentaire. Interviews de comédiennes et chanteuses, publicitaires, coiffeurs et de Samira Ouardi, sémiologue, Marie Chauveau, de l’agence Mafia, spécialiste du marketing, le sexologue Jacques Waynberg, Nadeije Laneyrie-Dagent, historienne de l’art, Alexandre Perigot, Candy Trash, Alain Buffard artistes, Marie Hélène Bourcier, universitaire, Plum Sykes, auteur d’un livre intitulé Blonde attitude.

La Virilité publicitaire : éléments pour une analyse de la représentation masculine dans la publicité française (presse et télévision), 1968-1986. Mémoire de DEA, Benjamin Fauveau sous la dir. de Myriam Tsikounas, Paris 1.  

Mémoire de DEA en Histoire sociale, écrit par Benjamin Fauveau sous la direction de Myriam Tsikounas qui analyse la représentation des hommes dans la publicité française entre 1968 et 1986, en s’appuyant sur des travaux et repères historiques en histoire du genre et en histoire de la publicité.

Des Femmes enchaînées, des femmes déchaînées. France 3. 24.05.2010, 01h25min.

Documentaire consacré à l’évolution de la condition féminine depuis les années 1950, vue à travers le prisme de la télévision. Un montage d’archives nous replonge dans la vie des femmes de la seconde moitié du XXème siècle, des anonymes évoquant discrètement les difficultés de leur vie quotidienne aux célébrités se battant pour les droits des femmes, à l’instar de Gisèle Halimi ou de Simone Veil.

Le Sexisme dans la publicité française : rapport de l’Observatoire de la publicité sexiste 2019-2020. Résistance à l’Agression Publicitaire. 01.01.2021, 56p.

(Résumé éditeur) « Résistance à l’agression publicitaire publie un rapport intitulé Le sexisme dans la publicité française. Il met en lumière le publisexisme actuel : des stéréotypes et injonctions de genre sont quotidiennement véhiculés par les publicités. A l’heure du Metoo du monde de la publicité et du récent retentissement du compte Balance ton agency, R.A.P. montre l’inefficacité de l’autorégulation professionnelle de ce secteur et propose des pistes pour un véritable encadrement de la publicité. »

La place des stéréotypes de genre dans les fiction : films, séries télévisées, séries animées

Rapido : émission du 28.04.1988, TF1. 28.04.1988, 31min30.

Emission présentée par Antoine de Caunes rassemblant plusieurs reportages au sujet de la virilité. Rencontre avec Vicky La Motta, ancienne épouse du boxeur Jake La Motta, puis Kevin Costner, “la nouvelle valeur virile du cinéma américain”. L’émission s’intéresse ensuite à Dolph Lundgren, héros du film Rocky IV (diffusé sur TF1 le 30.05.1995), à Isaac Hayes avant de se clore par une rencontre avec l’écrivain Mickey Spillane, créateur du célèbre détective privé Mike Hammer. Compilation de scènes viriles au cinéma qui comprend entre autres des extraits de films : Goldfinger de Guy Hamilton (24.08.2003, TF1), Opération dragon de Robert Clouse (15.02.1999, M6), Bronco Billy de Clint Eastwood (17.04.2009, France 3), Bons baisers de Russie de Terence Young (02.12.1997,France 2).

Thelma et Louise. France 2, 02.08.1997. 02h01min.

Film de Ridley Scott sorti le 29 mai 1991, avec Geena Davis, Susan Sarandon et Brad Pitt. Le film, qui met en scène la cavale de deux femmes a suscité une polémique à sa sortie : les deux protagonistes principales font en effet usage d’une violence traditionnellement associée à des comportements masculins. Il remet ainsi en question les rôles genrés traditionnels et donne le pouvoir à deux femmes dans un film à la croisée de plusieurs genres cinématographiques entre western, drame, comédie et road movie. Thelma et Louise est considéré comme une oeuvre cinématographique féministe, et à fait l’objet de plusieurs travaux universitaires notamment dans le domaine des études de genre.

Billy Elliot. Comme au cinéma, la soirée. France 2, 09.03.2004, 01h43min

Long métrage réalisé par Stephen Daldry sorti en 2000. Il suit Billy, 11 ans qui vit en Angleterre, dans un village minier. Orienté vers la boxe par son père, il découvre la danse, discipline pour laquelle il se passionne en secret. Le film montre le poids des normes de genre sur les enfants et adolescents, et met en scène le combat d’un jeune garçon pour s’affirmer.

Le Journal de Bridget Jones. Canal +, 02.06.2003, 01h33min

Film de Sharon Maguire sorti le 10 octobre 2001, avec Renee Zellweger, Hugh Grant et Colin Firth dans les rôles principaux. Cette comédie romantique met en scène Bridget Jones, une trentenaire célibataire présentée comme désespérée. Elle rencontre entame une transformation dans le but de rencontrer un homme. Elle perd du poids, arrête de boire et de fumer, change de style vestimentaire et parvient à séduire deux hommes à la fin du film. Depuis sa sortie, le film a été critiqué, notamment par Helen Fielding, autrice du livre ayant inspiré le film. Elle déplore les clichés sexistes présents dans le long métrage.

Filles contre garçons. La famille Trompette, TF1. 06.03.2010, 10min13.

Cet épisode de dessin animé montre le quotidien de frères et soeurs éléphants. Alors que les petits garçons jouent au ballon, la soeur et son amie préfèrent la dinette. Au long de l’épisode, les garçons dérangent les filles dans leurs jeux. Les filles s’habillent comme des princesses et s’enfuient en courant à l’approche des garçons. L’épisode se termine par une compétition entre filles et garçons qui jouent finalement ensemble. Si l’épisode a pour morale l’importance de dépasser les tensions entre filles et garçons, il reprend un certain nombre de clichés et de rôles traditionnels : les garçons font usage de la force et intimident les filles, qui elles jouent dans le calme, les déguisements portés par les personnages reprennent des modèles stéréotypés de masculinité et de féminité : la princesse et le pirate.

Tomboy. Canal + 11.07.2012. 01h18 min.

Long métrage réalisé par Céline Sciamma et sorti en 2011. On y suit Laure, 10 ans qui vit en tant que garçon auprès de son groupe d’amis le temps d’un été, et se fait appeler Mickaël. Ce film qui montre les questionnements d’un enfant sur son identité de genre a été inscrit en 2012 au dispositif « école et cinéma » soutenu par le ministère de l’éducation nationale et le ministère de la culture. Il suscite la polémique en raison des thèmes qu’il aborde et de la façon de traiter du genre de la réalisatrice qui revendique une démarche « féministe et politique ». Une pétition est même lancée pour interdire la diffusion du film dans les établissements scolaires.

Il était une fois… Le genre : le féminin dans les séries animées françaises. Etudes et controverse. Mélanie Lallet, ed. INA, 2014. 151p.

(Résumé éditeur) « Mélanie Lallet se pose la question de la permanence des stéréotypes binaires. Elle démontre que ces derniers se tapissent dans les moindres recoins de la culture, dans ses productions les plus innocentes en apparence que sont les œuvres destinées à la jeunesse. Mais son analyse sensible, attentive aux représentations corporelles et aux variations des discours, ne se contente pas de critiquer. En empruntant une partie de ses outils aux cultural studies, elle se donne les moyens de détecter l’apparition de personnages partiellement affranchis des codes de genres, de souligner le rôle ambivalent de l’humour et de la satire, de découvrir l’existence de messages féministes là où tout semble a priori très calme. »

Chroniques d’une maternité hégémonique. Identités féminines représentations des mères et genre de la parentalité dans les séries télévisées familiales françaises (1992-2012). Thèse de doctorat, Lécossais Sarah, dir. Eric Maigret. Université Paris III, 2015.

(Résumé éditeur) “Cette thèse porte sur l’émergence d’une figure hégémonique de la « bonne » mère dans les séries télévisées françaises et sur les impératifs à caractère injonctif qui la caractérisent. Cette recherche en sciences de l’information et de la communication adopte une démarche au croisement de la sociologie des médias, des Cultural studies et des études de genre. Elle s’appuie sur un corpus de séries familiales, produites et diffusées par les chaînes historiques françaises entre 1992 et 2012, constitué à l’aide des outils de l’Inathèque et se veut une analyse des représentations fictionnelles de la parentalité, de ses discours et des politiques de représentations en jeu.”

Monographie : Sex and the series. Sexualités féminines, une révolution télévisuelle. Iris Brey, avril 2015. Ed. Soap, 238p.

Dans cet ouvrage, Iris Brey analyse les représentations des sexualités des femmes dans les séries télévisées américaines. Elle s’intéresse à quatre thématiques principales : la parole, le plaisir, les violences et les sexualités queer. Elle mentionne ainsi, entre autres : le consentement, l’orgasme, la masturbation, l’éducation des adolescents par le langage télé, la bisexualité, la sexualité des femmes transgenres,  le viol, les violences à l’encontre des personnes racisées, etc.

Dans l’oeil d’Iris Brey. Boomerang, France Inter. 13.02.2020, 32min48

Magazine culturel présenté par Augustin Trapenard. Il reçoit la critique de cinéma Iris Brey, l’occasion de décrypter son essai : “Le Regard féminin, une révolution à l’écran”, dans lequel elle interroge notre façon de regarder le monde, dénonce la culture du viol et l’invisibilité des femmes dans le monde du cinéma. Elle plaide pour une visibilité des femmes sur les écrans, y compris sur les réseaux sociaux qui ne véhiculent que le regard masculin sur les femmes.

Cinéma et séries TV : qu’est ce qui détermine le sexisme à l’écran ? Pas son genre, France Inter. 05.11.2020, 04min.

Entretien avec Giulia Foïs, journaliste au sujet du sexisme au cinéma et dans les séries TV. L’invitée y explique des concepts comme le male gaze, regard masculin qui retransmet certains stéréotypes de genre et une vision sexiste des femmes ; et le female gaze, regard féminin qui pourrait être plus apte à donner une place centrale aux femmes et à s’éloigner des stéréotypes. G. Foïs aborde aussi le “test de Bechdel”, imaginé par Alison Bechdel dans les années 1980 pour déterminer si un film donne une place significative aux femmes ou non.

L’ensemble de la chronique Pas son genre est archivée depuis 2017 et consultable dans la base radio de l’INA. Présentée par Giulia Foïs, la chronique interroge de nombreuses questions de société et d’actualité en lien avec le genre

Chouette, pas chouette. Série de 16 épisodes de 1min34 à partir du 13.01.2021, France 3.

Cette série animée de 16 épisodes cherche à dépasser les stéréotypes et rôles de genre traditionnels et qui sensibilise les jeunes enfants à la lutte contre le sexisme. On suit les interrogations et les aventures d’animaux dans des épisodes montrant que les garçons peuvent avoir les cheveux longs, être trouillards et porter du rose, que les filles peuvent être bricoleuses ou bruyantes…

Reproduction et subversion des stéréotypes de genre dans les sources humoristiques

Les Saintes chéries. 1ère Chaîne, 39 épisodes d’environ 26min en 3 saisons, diffusées entre 1965 et 1970

Cette série comique met en scène la vie quotidienne d’Eve, interprétée par Micheline Presle et de son mari Pierre, joué par Daniel Gélin. On accède au quotidien d’une famille parisienne française des années 60 : la femme est mère au foyer, son mari est très pris par son travail. On suit Eve dans ses tracas quotidiens : au volant, dans les magasins, à la maison où elle s’occupe de son mari et des enfants… Cette série culte témoigne d’une répartition alors très traditionnelle des rôles et des tâches entre hommes et femmes tout en adoptant un ton ironique et humoristique.

La Virilité chez les papas. Les Papas, FR3. 16.03.1987, 04min30

Cet épisode de la série animée Les Papas dresse le catalogue des symboles de la virilité chez les papas dignes de ce nom : les poils, une situation importante, avec les attributs matériels qui signalent cette importance (maison, objets…), des muscles conséquents, un appareil reproducteur, la cigarette ou le cigare, la voiture… Le ton de la série est ironique et pousse à l’extrême les stéréotypes associés à la virilité.

Le Machisme. Rigol’été, Antenne 2. 18.07.1987, 49min36

Le thème du débat – pastiche de l’émission Droit de réponse – est le machisme avec la présence de Macho, personnage très stéréotypé. De nombreux contradicteurs et témoins sont réunis autour de lui : le créatif de service est un couturier, caricature d’homosexuel ; le pendant féminin du macho est une machette, Mme Lafee. Mme Hautfourneau, représente le féminisme ; le romantique désigné Mr Dechartre tente d’élever le débat en récitant un poème, suivi dans sa démarche par le médiateur et le président de la chaîne. Est aussi présent le sergent Rick, cliché du militaire ainsi qu’un prêtre. Le débat tourne rapidement au vaudeville et les téléspectateurs reçoivent les conseils éclairés de macho. Si l’émission se veut ironique, elle reprend néanmoins de très nombreux clichés notamment sexistes et homophobes.

Un Gars, une fille et… le mariage. Un Gars, une fille, TV5 Monde. 02.01.2006, 25min

Épisode d’Un Gars, une fille, série humoristique très populaire dans les années 2000. Ici est mis en scène le mariage des deux personnages principaux, interprétés par Jean Dujardin et Alexandra Lamy. Alors qu’Alex est impatiente et heureuse de cet événement, Jean de son côté semble désespéré, notamment lorsque le prêtre énumère les tâches ménagères qui lui imputeront désormais. L’épisode s’appuie ainsi sur des stéréotypes des comportements masculins et féminins.

Rose pour les filles. Que du bonheur, TF1. 05.02.2008, 03min02

Dans cet épisode de Que du bonheur, Jean-François, interprété par Arnaud Viard tente de laver la robe de princesse de sa fille Zoé dans la machine à laver. Le linge blanc ressort rose, et Jean-François tente de faire peser la faute sur Valérie, sa femme, jouée par Oriane Bonduel. Cette dernière lui donne un cours pour qu’il apprenne à laver le linge. Dans cet épisode, les rôles traditionnels sont repris : c’est la femme qui est habituée aux tâches ménagères.

Monographie : Friends. Destins de la génération X. Donna Andréolle. 2015, Ed. PUF. 134p.

L’autrice s’attache dans cette monographie à analyser la série humoristique FRIENDS sous différents aspects : l’urbanité, la génération, la famille, et également sous le prisme du genre dans le chapitre 3 de l’ouvrage. Elle postule en effet que la série cherche parfois à semer le « trouble dans le genre », en s’appuyant sur la thèse de Judith Butler. Elle reprend notamment le concept de « gender-bending » et explique que la série s’attache à « tordre » les normes de genre pour montrer que ces dernières sont socialement construites, plutôt qu’innées.

Source : https://grossestetes.ajlgbt.info

“159 propos sexistes, 66 séquences LGBTIphobes, 51 remarques racistes. C’est l’amer/le terrible/sordide bilan que nous dressons après un mois d’écoute des Grosses têtes, du 21 septembre au 23 octobre 2020. Cette émission phare de RTL qui réunit chaque jour plus de 2 millions d’auditeurs et d’auditrices est organisée en véritable cour de récréation. L’émission animée par Laurent Ruquier reproduit ad nauseam les systèmes de harcèlement les plus classiques. Sous couvert d’humour, les minorités sont à nouveau désignées comme le bouc émissaire idéal.”

L’INA archive Les Grosses Têtes depuis l’émission du 29.12.2001.

1.3 Les violences de genre

Les violences de genre ont été assez régulièrement traitées par les médias ces dernières décennies. Cependant, le traitement médiatique des violences conjugales et des féminicides, mais aussi des violences à l’encontre des personnes LGBT se transforme petit à petit sous l’impulsion des mouvements sociaux féministes et LGBT. On parle par exemple désormais de féminicides plutôt que de crimes passionnels, et les violences sexuelles sont de plus en plus prises au sérieux. Les propos discriminatoires à l’encontre des femmes et des personnes LGBTI sont de moins en moins tolérés. Malgré tout, le sexisme, la culture du viol et les discriminations à l’encontre des personnes LGBTI subsistent. Cette partie retrace l’évolution du traitement médiatique de ce type de violences dans les médias français.

Les violences conjugales et féminicides : quel traitement dans les médias ?

Depuis les années 1970 des émissions s’intéressent régulièrement à la question des violences conjugales. Néanmoins, le vocabulaire utilisé s’est transformé : alors que l’on parlait de crimes passionnels, c’est le terme féminicide qui est désormais utilisé dans les médias pour désigner le meurtre d’une femme en raison de son genre, et souligner que ce type de crime résulte d’un système de domination des femmes par les hommes à l’échelle de la société. Ces évolutions résultent de plusieurs décennies de mobilisations féministes, qui dénoncent et luttent contre les violences conjugales.

Le Crime passionnel. Les Dossiers de l’écran, 2ème Chaîne. 05.11.1974, 51min

Émission présentée par Alain Jerome, sur le thème du crime passionnel, terme alors employé pour désigner les féminicides. Dans l’émission, un invité anonyme qui a tué sa femme témoigne. Sont également invités André Braunschweig, président de la cour d’Assises de Paris, maître René Floriot, maître Emile Pollak et Yves Roumajon, psychiatre, pour s’interroger sur la clémence des jurés dans les affaires de crimes passionnels. Il peut paraître aujourd’hui assez étonnant que la parole soit donnée à un homme condamné pour le meurtre de sa femme. Par ailleurs, les intervenants tout comme le présentateur se montrent plutôt compatissants avec l’auteur du crime, en soulignant qu’il est courageux de se présenter à l’émission. Certains intervenants justifient le crime de l’homme invité par le fait que sa femme l’aurait provoqué, humilié.

Y a-t-il des femmes battues ? Aujourd’hui Madame, Antenne 2. 05.12.1975, 49min19

Emission présentée par Jacqueline Vauclair et Nicole Andre, consacrée aux femmes battues. Plusieurs téléspectatrices sont présentes pour témoigner, ainsi qu’une femme dont le père battait la mère, et un ancien magistrat. Les invités sont un commissaire de police, un psychologue, un médecin, et deux représentantes d’associations pour la défense des femmes battues. Le ton de la discussion est vif.  Les sujets suivants sont abordés : l’accueil des femmes battues par la police, les raisons de la violence des hommes, les constats des coups et blessures, le rôle des associations. Le débat débute par la diffusion d’un microtrottoir d’hommes sur le sujet. Alors que certains condamnent le fait de battre leur femme, d’autres se montrent bien plus complaisants et tentent de justifier ces violences.

Battues à mort. Festival International de Films de Femmes 1990. 05.04.1990, 56min.

Source : FIFF
« Lee Grant enquête sur plusieurs cas de femmes tuées ou gravement mutilées par leurs maris, interroge les victimes mais aussi les hommes coupables de ces violences, nous fait découvrir un programme expérimental au Minnesota, en foyer pour femmes battues au Texas. Ce qui est touchant, dans ce document, c’est la capacité d’analyser des différents protagonistes, c’est l’immensité du travail psychologique et sociologique mis en oeuvre aux Etats Unis pour combattre ce fléau. »

Violences Conjugales : Briser la loi du silence. Vie privée, vie publique. France 3, 12.11.2003, 01h54min

Mireille Dumas tente d’analyser les causes, les conséquences ainsi que les solutions aux problèmes de violences conjugales en compagnie de plusieurs invité.e.s. L’émission comprend un reportage sur le spectacle comme support pour mettre en scène la violence conjugale. Sont inclues des interviews de l’humoriste Dieudonné et des chanteuses Régine et Nicoletta. Reportage sur les célébrités victimes de violences conjugales, à travers l’exemple de Marie Trintignant, décédée sous les coups de son compagnon Bertrand Cantat ou de Paméla Anderson. L’émission se poursuit avec un reportage à Douai où le procureur de la République Luc Fremiot conduit une expérience qui consiste à éloigner le conjoint agresseur du domicile conjugal. Le dernier reportage de l’émission s’intéresse à la rareté en France des campagnes de prévention des violences conjugales. On entend le publicitaire Jacques Seguela, et la réalisatrice Aline Issermann.

Lutte contre le terrorisme en Europe ; procès Bertrand Cantat. Mots croisés, France 2. 15.03.2004, 01h49

La deuxième partie de cette émission animée par Arlette Chabot est un débat sur le procès de Bertrand Cantat. Le chanteur est accusé du meurtre de sa compagne, l’actrice Marie Trintignant.  L’émission donne la parole au comédien Lambert Wilson et au journaliste écrivain Claude Faber. Plusieurs invités participent au débat : Georges Kiejman, avocat de la famille Trintignant ; Arnaud Viviant, journaliste ; Danièle Thompson, cinéaste, Thierry Bigot, et Pierre Lamothe, psychiatres ; Hervé Temine, avocat ; Véronique Lesueur, écrivain. Ils reviennent sur la polémique autour des circonstances de la mort de Marie Trintignant souvent décrite comme un drame passionnel ou un fait divers, y compris par certains intervenants du débat. Ils évoquent également les répercussions médiatiques de cette affaire. Certains intervenants sont plutôt complaisants envers Bertrand Cantat, d’autres s’indignent de cette complaisance. Le débat est parfois houleux.

Dix films pour en parler. Arte, du 24.11.2006 au 20.12.2006, série de courts métrages d’environ 3min

Source : www.ecvf.fr

“En France, une femme sur dix est victime de violences conjugales. Une d’entre elles meurt tous les quatre jours. Face à la gravité de ce fléau, Les Films du Poisson lancent une campagne de 10 courts-métrages à visée préventive et pédagogique, d’une durée maximale de 3 minutes. Le lancement de la campagne est prévu le 25 novembre 2006, journée internationale de lutte contre les violences. Parmi les réalisateurs participeront notamment Patrice Leconte, Michel et Paul Boujenah, Zabou Breitman, Emmanuelle Millet, Lorraine Lévy, Coline Serreau, Bruno Podalydès et Brigitte Roüan.”

Campagne de prévention : stop-violences-femmes.gouv.fr. Diffusée du 11.06.2009 au 25.11.2009. France 2, France 3, France 5, M6, TF1

Campagne d’information contre les violences conjugales, qu’elles soient physiques, morales, psychologiques, qui informe de la création d’une plate-forme internet “Stop-violences-femmes.gouv.fr” lancée par le Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité et le Secrétariat d’état à la solidarité.

C’est pas de l’amour. La Soirée continue, France 2. 05 .02.2014, 01h26min

Téléfilm. Laetitia découvre que sa voisine Hélène est victime de violence conjugale. Harcelée mentalement et physiquement par son mari, homme en apparence charmant, Hélène refuse d’accepter son statut de victime jusqu’à se considérer coupable. Devant ce déni, Laetitia tente de la sauver.

Monographie : Représentations des violences au sein du couple à la télévision de 1975 à 2010. Juliette Caron, Mémoire de Master 2, dir. Sébastien Le pajolec, Myriam Tsikounas. Université paris I, 2015

Résumé éditeur : ” Ce mémoire traite des représentations des violences au sein du couple à la télévision de 1975 à 2010. Il s’appuie sur un corpus de quarante- huit émissions choisies en fonction de leur chaîne, leur genre ou encore les thématiques abordées. Le but est, ici, de comprendre en quoi le média a joué un rôle dans la construction du sujet comme problème public. En effet, en 1975, les violences au sein du couple sont encore taboues dans la société. En 2010, elles deviennent Grande Cause nationale. La télévision a-t-elle été actrice dans cette évolution de la problématique ? “

Féminicide : un barbarisme ?  Pas son genre, France Inter. 06.09.2019, 54min39

Cette émission présentée par Giuila Foïs est consacrée aux féminicides. Table ronde avec Emmanuel Daoud, avocat, et Sophie Gourion, bloggeuse. Les invités réagissent à un extrait d’un document sonore de 1975 (archive INA) dans lequel des hommes expliquent pourquoi ils battent leur femme. L’émission revient aussi sur une proposition de la Commission nationale consultative des droits de l’homme qui préconisait que le code pénal français soit modifié pour y insérer une circonstance aggravante liée au genre. Sophie Gourion insiste sur l’importance du vocabulaire employé pour désigner les féminicides; Emmanuel Daoud rappelle la permanence d’une culture du viol. L’émission s’intéresse finalement aux recommandations de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, selon laquelle il faut utiliser le mot féminicide pour reconnaitre le caractère massif de ces crimes sexistes.

Le hashtag #feminicide a été collecté par l’INA. Un certain nombre de tweets utilisant ce hashtag sont ainsi consultables dans la base web-média du catalogue de l’Inathèque.

Spéciale : violences conjugales en confinement. Ça commence aujourd’hui, France 2. 14.05.2020, 01h04

Au cours de ce magazine, Faustine Bollaert recueille les témoignages de victimes de violences conjugales pendant le confinement. Elle donne en particulier la parole à Elise, 24 ans, tétraplégique suite aux violences exercées par son ex-conjoint et à ses proches. Interviews de Marc Geiger, avocat; Florian Ferreri, psychiatre. Témoignage d’Alison, de l’association Les Roses de l’espoir, qui trouve des solutions d’hébergement pour des femmes victimes de violences. Faustine Bollaert donne ensuite la parole à Charline, co-fondatrice de la plateforme “Un abri qui sauve des vies” qui vise à proposer des logements à des femmes victimes de violences ; puis c’est Diarata qui est interviewée pour parler d’une application qu’elle a imaginée pour aider les victimes de violences.

Les violences sexuelles

Depuis les années 1970, les féministes ont cherché à politiser les violences sexuelles et le viol. A la suite de ce mouvement social, les médias se sont également intéressés à cette question. Cependant, une forme de « culture du viol » est souvent reproduite dans le traitement médiatique des violences sexuelles. La parole a parfois été donné à des intervenants qui minimisent sa gravité, et le monde des médias et du cinéma n’est pas épargné par les violences sexuelles. Cette partie du guide retrace la manière dont les violences sexuelles ont été traitées par les médias.

Le Viol, est-ce que cela existe ? Aujourd’hui madame, Antenne 2. 01.07.1976, 03min39

Interrogés dans la rue par Gaëlle Montlahuc, des hommes d’âges et de conditions sociales diverses répondent à des questions sur le viol. Les avis divergent mais dans l’ensemble, les préjugés sexistes vis à vis des femmes demeurent et des manifestations d’une forme de culture du viol se donnent à voir

Le Viol. Les Dossiers de l’Ecran, Antenne 2. 18.10.1977, 01h34min

Au cours de ce magazine les participants vont tenter de répondre à ces questions : “qui sont les violeurs, quels sont les remèdes ?”. Deux femmes victimes de viol sont invitées pour témoigner. L’émission donne aussi la parole à Peter X, violeur récidiviste. Marie Odile Fargier, journaliste, le docteur Zwang, sexologue et Nicole Pasquier, déléguée à la condition féminine  participent aussi au débat. Gisèle Halimi, qui a été l’avocate d’Anne Tonglet et Araceli Castellano, toutes deux victimes de viol prend également la parole. Le procès du violeur de ces deux jeunes femmes en 1974 a marqué une étape dans la prise de conscience par la société de la gravité du viol et de ses conséquences pour les victimes.

Les Accusés. France 2. 24.10.1996, 01h43min

Long métrage réalisé par Jonathan Kaplan et sorti en 1988, avec dans les rôles principaux Jodie Foster et Kelly McGillis. Le film est librement inspiré d’un viol collectif subi par Cheryl Araujo et retrace le procès de trois hommes ayant violé Sarah Tobias, une jeune serveuse avec les encouragements des autres hommes présents. Le film aborde des thèmes comme les traumatismes suivant un viol, la lutte pour les droits des femmes, la misogynie, etc.

Viol : la parole aux victimes. France 2, 06.10.2009, 02h39min

Christophe Hondelatte présente ce magazine consacré au viol. Après la diffusion du téléfilm Un Viol, il anime un débat sur ce thème auquel participent des professionnels mais aussi plusieurs femmes qui témoignent du viol dont elles ont été victimes. L’émission comprend plusieurs reportages : l’un d’eux est consacré aux conséquences du viol puis un reportage tourné à Lyon qui s’intéresse à l’unité médico-judiciaire, où sont reçues les victimes de viol. La psychiatre Liliane Daligand est interrogée. Plusieurs invités participent au débat : Marion Sarraut, réalisatrice, plusieurs femmes victimes de viol ; Emmanuelle Piet, présidente du collectif féministe contre le viol ; Olivier Laurent, président de la cour d’assises de Paris ; le commandant Guy Bertrand ; l’avocate Françoise Cotta et Dominique Rizet, journaliste.

Affaire Weinstein : histoire d’une omerta. C dans l’air, France 5. 12.10.2017, 01h04min.

Caroline Roux consacre cette émission à l’affaire Weinstein, affaire à l’origine du mouvement MeToo en 2017. Elle reçoit pour en parler Nicole Bacharan, politologue, Thomas Snegaroff, historien, Marie Sauvion, journaliste cinéma et Anne Cécile Mailfert, directrice de la fondation des femmes. En plus de discussions entre les différents invités, l’émission intègre un reportage consacré à l’affaire Weinstein accompagné d’une interview de Matthew Belloni, directeur de la rédaction de “The Hollywood reporter” puis un reportage consacré aux scandales politiques liés à des affaires de viols/harcélement sexuel : affaires de Bill Cosby, Bill Clinton et Dominique Strauss Kahn. Le sujet du harcèlement de rue est aussi abordé dans un reportage, accompagné d’interviews de Celine Piques, porte-parole d’Osez le féminisme et de Marlène Schiappa, secrétaire d’état chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Le Cinéma, véhicule d’une culture du viol ?  La Question du jour, France Culture. 31.10.2017, 07min25

La Question du jour s’intéresse aux liens entre cinéma et culture du viol. Cette question émerge notamment à la suite de l’affaire Weinstein, et plus largement dans le cadre du mouvement MeToo, qui a permis de dévoiler de nombreux faits de violences sexuelles, notamment dans le monde du cinéma. L’émission est présentée par Guillaume Erner. Anne Cécile Mailfert, Présidente de la Fondation des Femmes est invitée pour discuter de ce sujet, et définir ce qu’est la culture du viol, particulièrement au cinéma. Elle cite plusieurs films qui selon elle véhiculent la culture du viol.

Les Vrais hommes ne violent pas. Les Couilles sur la table, podcast de Victoire Tuaillon épisode 37, Binge Audio. 13 mars 2019, 53min.

Source : https://www.binge.audio 

“Ceux qui commettent des violences sexuelles ont une chose en commun : ils sont de genre masculin. L’immense majorité des violences sexuelles sont commises par des hommes : entre 94 % et 98 %. Qu’est-ce qui dans la socialisation masculine, la façon dont sont éduqués les garçons, pourrait permettre de l’expliquer ? Comment la dénonciation de certaines violences sexuelles, celle des « tournantes » par les « jeunes de banlieue » par exemple, sert-elle par contraste à construire la figure de « l’homme véritable » ? La culture du viol existe partout dans le monde, mais elle prend en France des formes bien spécifiques, comme l’explique dans son livre Valérie Rey-Robert, autrice du blog féministe Crêpe Georgette. L’argument de la « séduction », de « l’amour courtois » est souvent utilisé pour justifier des comportements sexuels violents. Du vicomte de Valmont dans Les Liaisons Dangereuses aux tableaux de Fragonard, en passant par l’analyse du traitement médiatique de deux affaires impliquant des hommes célèbres, DSK et Ramadan, comment le mythe du « séducteur à la française » alimente-t-elle la culture du viol ?”

La Culture du viol, c’est quoi ? Kreatur#7, arte.tv. 14.10.2019, 31min

Magazine issu du Dépôt légal du web média, présenté par Marie Labory et Rebecca Donauer, avec la participation d’Aliénor Carrière et Kathrin Häfele, journalistes,  et consacré à la « culture du viol ». Mithu Sanyal, autrice et Laura Carpentier-goffre, sociologue sont invitées. La discussion entre les journalistes et les invitées est complétée par des données chiffrées et des infographies sur le viol ainsi que par des images d’archives. Amélie Deymier intervient également pour un « billet d’humeur » sur le thème de l’émission.

Les violences et discriminations à l’encontre des personnes LGBTI

Panorama des émissions consacrées aux personnes LGBTI et notamment aux violences et propos discriminatoires dont elles ont pu être victimes. On peut souligner une évolution dans la manière de traiter de ces questions dans les médias suite notamment à la dépathologisation de l’homosexualité et de la transidentité et aux luttes LGBT. Néanmoins des violences et discriminations subsistent, et les personnes LGBTI luttent toujours pour acquérir une place dans les médias et faire entendre leur voix.

L’Homosexualité. Emission médicale, 1ère chaîne. 29.11.1973, 01h01min

Dans cette émission médicale consacrée à l’homosexualité masculine et présentée par Etienne Lalou, il s’agit d’expliquer aux télespectateurs d’un point de vue médical, social, ce qu’être homosexuel veut dire. Les causes de l’homosexualité y sont interrogées et plusieurs intervenants exposent leur point de vue à ce sujet. Au cours de l’émission, des homosexuels apportent leur témoignage : André Baudry, fondateur de l’association homophile Arcadie ;  un chauffeur routier ; un couple d’hommes ; l’écrivain Yves Navarre ; un homme marié ; un professeur d’histoire. Un endocrino-neurologue et un psychanalyste donnent également leurs points de vue sur l’homosexualité. Le présentateur décrit l’homosexualité comme un “problème douloureux”, et les intervenants reprennent parfois des clichés homophobes, sur les homosexuels

L’Homosexualité. L’Huile sur le feu, Antenne 2. 18.04.1977, 40min.

Philippe Bouvard présente deux invités pour débattre de l’homosexualité masculine. Le débat, en public, est en fait un dialogue entre Jean-Louis Bory, auteur du livre “Comment nous appelez-vous déjà ? Ces hommes que l’on dit homosexuels” et Henri Amoroso, docteur en médecine, neuropsychiatre. Le débat est très houleux entre les deux invités, Henri Amoroso tenant des propos très violents à l’encontre des homosexuels et de Jean-Louis Bory plus particulièrement. Il considère l’homosexualité comme une maladie. Jean-Louis Bory lui répond avec beaucoup d’ironie. Il est l’un des premiers hommes homosexuels à prendre régulièrement la parole à ce sujet dans les médias.

L’homosexualité féminine. L’Huile sur le feu, Antenne 2. 11.07.1977, 40min

Philippe Bouvard propose un débat autour de l’homosexualité féminine, quelques mois après l’émission sur l’homosexualité masculine. En face d’Elula Perrin, auteure de “Les Femmes préfèrent les femmes” et gérante d’une boîte de nuit (le Katmandou) pour les femmes homosexuelles, Henri Amoroso, sexologue, psychiatre. Elula Perrin s’insurge contre les clichés homophobes, tandis qu’Amoroso pense que le lesbianisme n’existe pas vraiment. Il s’agit de la première émission de télévision évoquant clairement l’homosexualité féminine en France. Les propos sexistes et homophobes abondent de la part d’Amoroso.

Le Corps de mon identité : être transsexuel. Vendredi, FR3. 04.03.1983, 57min56

Documentaire présenté par Anne Gaillard au sujet de la transidentité, alors qualifiée de “transsexualisme”. Ce documentaire a obtenu le prix Italia du Documentaire en novembre 1983. Le film ne semble pas être accessible dans son intégralité : ici, nous avons accès à l’interview d’une femme transgenre. La journaliste lui pose de nombreuses questions intrusives, notamment sur son corps et ses organes génitaux.

Duel sur la 5 : L’homosexualité est-elle immorale. Le Journal 12h30, La 5. 02.09.1988, 15min

Au cours de ce Duel sur la 5, diffusé lors du journal télévisé du 02.09.1989, Yves Charfe, rédacteur en chef de Gai-Pied, journal d’information pour la communauté homosexuelle masculine, débat avec l’abbé Christian-Philippe Chanut, historien. Ce dernier estime que l’homosexualité est contraire à la morale naturelle. Yves Charfe dénonce le discours de l’Eglise et du Vatican sur l’homosexualité, et les discriminations pesant sur les homosexuels. La discussion porte également sur le SIDA : Yves Charfe explique que la position de l’Eglise qui récuse l’utilisation du préservatif est dangereuse, l’abbé Chanut prône l’abstinence pour prévenir la transmission du SIDA. Pour lui le SIDA est une vengeance de Dieu face au pêché.

Boys don’t cry. Canal + 19.09.2001, 01h58min

Long métrage réalisé par Kimberley Pierce et sorti en 1999 avec dans les rôles principaux Hilary Swank et Chloë Sevigny. Il aborde entre autres les thèmes de la transidentité, de la transphobie, de l’homosexualité. Hilary Swank a reçu l’oscar de la meilleure actrice en 2000 pour son rôle dans ce film.

Synopsis (source : producteur) :

« Teena assume mal sa condition de fille. Elle déménage à Falls City et devient Brandon, un garcon très vite adopté par un groupe. Elle tombe amoureuse de Lana, la petite amie de John. En découvrant la vérité, ce dernier entre dans une rage meurtrière. »

Homophobie et homophobes. Les Pieds sur terre, France Culture. 14.07.2003, 15.07.2003, 2x25min.

S. Kronlund présente cette émission consacrée à l’homophobie. Dans la première partie, Valérie, préparatrice en pharmacie à Sète témoigne au sujet de l’homophobie de ses employeurs. Dans la seconde partie de l’émission, c’est Olivier, danseur au Cameroun qui témoigne : à la suite d’un spectacle sur l’homosexualité, il a été obligé de s’exiler, l’homosexualité étant illégale au Cameroun.

J’homophobe, tu lesbophobes, il, elle transphobe. Le Vif du sujet, France Culture. 05.10.2004, 01h30

Documentaire relatant l’agression dont a été victime David Gros en 2004. Il apporte son témoignage, suivi par Bernard Granjon, président d’honneur de Médecins du Monde qui l’a accompagné. Ensuite, Hussein Bourgi, président du Collectif contre l’homophobie de Montpellier raconte comment il a été alerté par cette agression. La parole est également donnée à Alain Bessart qui aborde les discours homophobes de la part de parlementaires. Une autre victime d’agression homophobe témoigne ; ainsi que Gilbert Orsoni de la Ligue des Droits de l’Homme.  Une table ronde a ensuite lieu en direct avec Philippe Genion, écrivain ; M-H Bourcier, sociologue et Pascale Ourbih du Pastt.

Manif pour tous : à l’assaut du pouvoir. Spécial Investigation, Canal +. 26.05.2014, 51min11.

Magazine au sujet de la Manif pour tous, association crée par Frigide Barjot pour faire barrage au mariage homosexuel. Le mouvement est très visible lors de manifestations. Les adhérents à ses idées défendent les valeurs traditionnelles de la famille. Interviews de Frigide Barjot, ex porte-parole de la Manif pour tous ;  Ludovine de La Rochere, sa présidente ;   Arnaud Boutheon, ancien cadre ;  Camel Bechiki, porte-parole ; Alain Escada, président de Civitas ; le cardinal Philippe Barbarin Philippe Brillaut, Maire ; Yannick Sourisseau, journaliste; Bruno Dary, ancien général d’armée ; Brian Brown, organisation nationale pour le mariage ; Béatrice Bourges, présidente du Printemps français ; Jean-Yves Camus, spécialiste de l’extrême droite ; Natalia Narotchniskaïa, universitaire russe ; Christine Boutin, ancienne ministre ; Denis Payre, président de Nous citoyens ; Marion Marechal–Le Pen, députée FN ; Guillaume Peltier, vice-président de l’UMP ; Farida Belghoul, fondatrice de la journée de retrait de l’école et de militants.

L’Homosexualité dans les journaux télévisés. Analyse du traitement médiatique depuis les années 1980. Julie Roeser, sous la direction de Emmanuelle Retaillaud-Bajac. Mémoire de fin d’études, Ecole publique de journalisme de Tours, Mai 2015. 107p.

Mémoire de fin d’étude portant sur le traitement médiatique de l’homosexualité dans les journaux télévisés depuis les années 1980. Ce travail de recherche évoque l’émergence de sujets abordant l’homosexualité et la couverture médiatique du SIDA dans les années 1980, puis un “temps de la normalisation et de l’égalité” dans les années 1990. Dans une troisième partie, l’autrice s’intéresse aux années 2000 et à la “diversification des sujets” traitant de l’homosexualité dans les journaux télévisés. La quatrième partie se penche sur les débats au moment de la loi Taubira pour le “mariage pour tous”. Finalement, une cinquième partie s’intéresse à l’invisibilité des lesbiennes et à l’hétérosexisme dans les journaux télévisés.

Vanessa Campos, prostituée assassinée. Les Pieds sur Terre, France Culture. 11.09.2018, 25min48.

Documentaire de Rémi Dybowski Douat, réalisé par Clémence Gross, consacré aux manifestations de protestation à la suite de la mort de Vanessa Campos, prostituée tuée par balle au le bois de Boulogne le 16 août dernier. Anaïs, une travailleuse du sexe est interviewée. Puis une femme transgenre et prostituée prend la parole, ainsi qu’une femme également agressée dans le passé. Anaïs intervient à nouveau pour parler des conditions de travail des travailleuses et travailleurs du sexe.

Homophobie : Vingt ans d’irresponsabilités politiques. Programme B, Binge Audio. 12.11.2018, 21min

Source : https://www.binge.audio (Dépôt légal du web médias)

« Thomas Rozec a invité tour à tour Marion Chatelin et Daniel Borillo à venir en discuter avec lui. La première est journaliste à Têtu, et elle a été victime il y a peu d’une agression homophobe. Le second est juriste, chercheur associé au CNRS, et connaît la question par coeur (il a même signé le Que Sais-Je ? sur l’homophobie) Le constat est sans appel : pour eux, si le discours haineux est normalisé, c’est bien parce que le discours politique a failli. »

Homophobie, stop à la vague de haine ! Ça commence aujourd’hui, France 2. 11.01.2019, 01h03

Émission présentée par Faustine Bollaert, consacrée à l’homophobie. Plusieurs invités, des personnes homosexuelles et leurs proches racontent leur quotidien et les agressions homophobes dont ils et elles ont été victimes. Des experts interviennent également : Marie Peze, docteure en psychologie et Marc Geiger, avocat pénaliste.

No. 15. La Transphobie dans le féminisme. Kreatur#15, arte.tv, mai 2021, disponible dans le Dépôt légal du web média

Le magazine féministe a consacré en mai 2021 une série de cinq reportages de 01min à 06min au sujet de la transphobie dans les mouvements féministes. Ces reportages sont intitulés : Pourquoi il faut parler de la transphobie dans le féminisme  ; D’où vient la transphobie de certaines féministes ? ; Transféminisme : la lutte de toutes les femmes ; Le Combat des athlètes trans dans un monde binaire, et Liberté, égalité, adelphité. Le troisième épisode est par ailleurs consacré à la présentation de XY Media,  premier média transféministe en France. C’est Sofia Versaveau, l’une des fondatrices de ce média qui est interrogée pour en parler.

Discours anti-féministes et masculinistes

Sérieux s’abstenir : émission du 8 juin 1972. Sérieux s’abstenir, 1ère Chaîne. 08.06.1972, 45min

Émission proposée par Christine Anglade qui rassemble des sketchs écrits par Henri Forlami, qui parodient la lutte pour la libération que les femmes ont engagée. Les féministes y sont représentées comme des femmes hystériques, tournées en ridicule car elles veulent “prendre la place des hommes”.

Encore un jour et l’année de la femme ouf c’est fini. Antenne 2. 30.12.1975, 01h47

Bernard Pivot reçoit à l’occasion de l’année de la femme Francoise Giroud. Anne Sylvestre est également présente pour chanter “La Vache engagée”. Elle s’explique ensuite sur sa comparaison entre les femmes et les vaches avec beaucoup d’ironie. Son propos semble pris au premier degré sur le plateau. Bernard Pivot a invité des hommes connus pour leurs positions misogynes face à F. Giroud. L’émission comprend aussi une interview d’Agnès Delarive, réalisatrice de l’émission, une chanson interprétée par Marie-Therèse Orain accompagnée au piano par Jean Bertola, intitulée “Mon homme”. Des dessins de Reiser à propos de la femme et de l’automobile sont aussi discutés. L’émission, particulièrement remarquée pour la quantité de propos misogynes qui y sont prononcés a été parodiée en 1976 par Nadja Ringart, Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Ioana Wieder dans le film Maso et miso vont en bateau.

Le Féminisme et vous. Aujourd’hui la vie, Antenne 2. 11.03.1982, 01h

Danièle Askain anime ce débat sur le féminisme auquel participent un grand nombre de téléspectatrices et quelques téléspectateurs ainsi que Geneviève Fraisse, historienne et féministe et Gaëlle Muntlahuc, réalisatrice. Les thèmes abordés sont  : ce que pensent les femmes des mouvements féministes et de leurs moyens d’action, le travail féminin, les hommes et le féminisme, le rôle des femmes dans la politique.

Emancipation, misogynie et antiféminisme. Humour et politique – les Dessous du rire, France Culture. 18.06.1991, 20min

Judith Stora-Sandor est l’invitée de cette émission, consacrée à la question de l’humour et des femmes. Elle aborde les liens entre humour et politique, entre la sphère privée et la sphère publique, l’émancipation des femmes et explique les ressorts et l’histoire de l’humour misogyne en faisant notamment appel à la psychanalyse.

Les Féministes sont-ils allés trop loin ?  Le Débat du jour, France Inter. 14.05.2003, 45min

Pierre Marie-Christin anime un débat avec les auditeurs sur le féminisme, qui fait notamment suite à la parution du livre d’Elisabeth Badinter, Fausse route qui s’attaque aux féministes. Sont présents pour en discuter Clémentine Autain, militante féministe et co-fondatrice de l’association Mix’Cité, Elisabeth Levy, journaliste à Marianne et Philippe Tesson, journaliste et écrivain et Laurence Cochet journaliste à Marie-France. Micro-trottoir : les passantes et passants donnent des avis contrastés sur le féminisme. Les différents invités ont également des avis très divergents sur ce que devrait être le féminisme : le débat est parfois houleux. On entend notamment des propos assez violents sur ce qui serait un “nouveau féminisme”.

Où sont les hommes. Complément d’enquête, France 2. 04.04.2013, 13min47

Benoît Duquesne présente cette émission qui s’intéresse à la masculinité et aux mouvements masculinistes. Benoît Duquesne s’entretient avec le psychiatre Serge Hefez,  Mary Plard, avocate,  Safia Lebdi fondatrice de Ni Putes, Ni Soumises. L’émission comprend un reportage sur des jeunes hommes qui se disent désemparés par des femmes qui seraient devenues trop exigeantes. Un reportage est consacré aux paternités subies. Le troisième reportage aborde le thème du masculinisme au Canada. Un rappel est fait au sujet de la tuerie de l’Ecole polytechnique de Montréal en 1989.

La Grande table : émission du 03 mai 2013. La Grande Table, France Culture. 03.05.2013, 01h30

Ce magazine culturel est présenté par Caroline Broue. En première partie d’émission, conversation avec Gaëlle Dupont, Eric Fassin, Tobie Nathan, sur le masculinisme et la paternité, prenant pour point de départ un article sur un père qui est resté trois jours sur sa grue à Nantes pour obtenir la garde de ses enfants. En seconde partie d’émission, sont reçus Olivier Mongin, directeur de la revue Esprit, auteur de “Buster Keaton, L’Etoile filante” et Florence Seyvos, écrivain, pour son roman, “Le Garçon incassable”.

Féminisme, vidéo et détournement : Encore un jour et l’année de la femme… ouf ! c’est fini. Les Lundis de l’INA. 07.03.2016, 01h54min

Soirée animée par Catherine Gonnard, documentaliste à l’INA, avec plusieurs intervenantes : Ioana Wieder et Nadja Ringart, co-réalisatrices du film Maso et Miso vont en bateau, Hélène Fleckinger, chercheuse à l’Université Paris 8, spécialiste de la vidéo militante et Elisabeth Lebovici, historienne et critique d’art. Ce Lundi de l’INA revient sur l’émission d’A2 présentée par Bernard Pivot : « Encore un jour l’année de la femme… ouf c’est fini », par la suite détournée dans une oeuvre féministe et polémique : Maso et Miso vont en bateau, réalisée par Delphine Seyrig, Carole Roussopoulos, Ioana Wieder et Nadja Ringart. Cette oeuvre militante qui va devenir un classique de la vidéo féministe se trouve désormais au Centre Pompidou. Le débat est composé de trois grandes parties :  Le parcours de Ioana Weider et Nadja Ringart, les moyens techniques et les modes de production utilisés pour la réalisation de vidéos militantes comme Maso et Miso vont en bateau, la diffusion de cette vidéo au moment de sa réalisation, les réactions qu’elle a suscitées et son entrée récente au musée national d’art moderne. Des extraits de l’émission de Bernard Pivot et du film Maso et Miso vont en bateau sont diffusés au cours de la soirée.

Féminisme, l’arme de l’humour. Le tube, le magazine média : émission du 11 novembre 2017. Canal + 11.11.2017, 04min26

Dans ce magazine, un reportage intitulé « Féminisme, l’arme de l’humour ? » va à la rencontre de Beth Newell et Sarah Pappalardo, qui ont fondé un magazine satirique en ligne : Reductress.com. Avec d’autres femmes, elles publient des articles féministes teintés d’humour. L’humour féministe rencontre son public aux Etats-Unis mais aussi en France où Camille et Justine, comédiennes, publient leurs vidéos sur Youtube.

Attentat de Polytechnique : quand le masculinisme tue. Mansplaining, Slate Audio. 27.11.2019, 12min, disponible dans le Dépôt legal du web media

Source : http://www.slate.fr/audio/mansplaining

“Le 6 décembre 1989 à Montréal, un homme entrait à l’École Polytechnique et abattait 14 femmes parce qu’elles étaient des femmes. Trente ans après, cet acte terroriste est enfin reconnu comme un attentat féminicide. Parce que, loin de ce que colportent les films et certaines chaînes d’information en continu, les hommes blancs sont aussi des terroristes, qui tuent par haine des femmes.”

Mrs America. Canal +, du 10.08.2020 au 29.08.2020. 9 épisodes de 43 à 54min

Cette série suit le combat du mouvement féministe américain pour faire adopter l’Equal Rights Amendment visant à inscrire l’égalité des droits entre les sexes dans la Constitution des États-Unis,  et en parallèle, celui mené par la conservatrice Phyllis Schlafly, interprétée par Cate Blanchett pour contrer cette proposition. Elle mélange faits réels et éléments de fiction.

Kreatur#13 : Antiféminisme. Arte.tv. Mars 2021. 5 épisodes de 03 à 07 min

Le magazine féministe Kreatur consacre  une série de 5 courts reportages au masculinisme et à l’antiféminisme intitulés : Comprendre le masculinisme ‘progressiste’ ; Antiféminisme : des arguments qui ont la vie dure ; Antiféminisme en ligne : un mal bien réel ; Autriche : la famille idéale et traditionnelle de l’ÖVP et Antiféminisme : quand le patriarcat se rebelle.

Retour au sommaire

II – La prise en compte progressive de la diversité des identités

Si la revendication d’une « nature » féminine et masculine a parfois été mise en avant, le rôle de la culture et de l’éducation dans la construction des identités et des comportements des hommes et des femmes sont souvent reconnus dès les années 1950. Néanmoins, la théorie Queer a depuis les années 1990 contribué au développement d’une réflexion et d’un activisme remettant en cause la catégorisation des individus en deux catégories distinctes et immuables : homme et femme. Progressivement, de plus en plus de personnes revendiquent la possibilité de jouer avec les codes du genre, et de n’appartenir ni à l’une ni à l’autre de ces deux catégories. Les militant.e.s transgenres et intersexués revendiquent par ailleurs la reconnaissance de leurs vécus spécifiques et luttent contre les discriminations qu’ils et elles subissent. Ces changements sociaux, tout comme la reconnaissance du concept de genre par la communauté scientifique sont régulièrement sujets à des polémiques, que l’on peut observer dans les médias.

2.1 La construction des identités sexuées

Cette partie rassemble des émissions et documents qui s’interrogent sur les différences entre hommes et femmes. Certains documents attribuent ces différences à la biologie, à la nature, tandis que d’autres soulignent la centralité de la dimension culturelle dans l’émergence et le maintien de ces différences.

Discours et points de vue sur l’existence d’une “nature” féminine et masculine

Psychologie Connaissance de l’homme. Programme National. Épisode 1 02.01.1952, 15min32, épisode 2 : 09.01.1952, 19min18

Émission en deux épisodes. La première partie consiste en une discussion avec André Maurois de l’Académie française. Il évoque les femmes en politique, en littérature, en religion. Il s’intéresse aussi à la manière dont la biologie peut renseigner sur les différences homme/femme au niveau physiologique mais pas sur les effets psychologiques de cette différence, puis souligne la centralité du contexte historique sur la psychologie féminine. Dans l’épisode 2 Jean Rostand explique la différence homme / femme au niveau biologique et souligne que la différence biologique entre l’homme et la femme est très modeste. Il insiste sur la part éducative dans la masculinité ou la féminité. Il évoque aussi les personnes intersexuées et l’homosexualité.

Endocrinologie : le rôle des hormones mâles. Heure de culture française : introduction à la connaissance, Programme National. 18.06.1952, 10min

Exposé sur le rôle des hormones masculines chez les hommes et les femmes, par le Professeur De Gennes. Pour ce professeur, le caractère et l’attitude des individus sont déterminés par les hormones : selon lui les eunuques mais aussi les hommes qui ont des troubles hormonaux sont souvent apathiques, puérils, égoïstes, peu créatifs, inactifs.  Il cherche ensuite à comprendre les raisons des troubles sexuels masculins et explique qu’ils surviennent le plus souvent chez des individus trop émotifs ou anxieux.

La Femme, l’homme. F comme femme, Antenne 2. 23.06.1975, 54min

Discussion sur les différences entre hommes et femmes, à laquelle participent Claude Levi-Strauss, anthropologue, Marie-France Castarede, psychologue et Etienne Wolff, biologiste. Après un microtrottoir sur le futur des femmes, une petite fille, Cécile donne son avis sur cette question. Puis le professeur Wolff s’intéresse aux différences entre hommes et femmes. Pour M-F Castarede, les différences entre filles et garçons sont visibles vers 4 ans. Elle postule que la biologie comme la culture ont une influence sur le développement des différences. Claude Levi-Strauss, explique ensuite que sociologiquement tout concourt à faire de l’homme et de la femme des êtres différents. Plusieurs personnes sont interviewées : un responsable d’un magasin de jouets, une institutrice, un éditeur, des enfants et adolescents…

L’Instinct maternel. Aujourd’hui madame, Antenne 2. 19.09.1980, 01h00.

Débat autour de la question de l’instinct maternel existe-t-il ? Cinq téléspectatrices tentent d’y répondre. Deux invité.e.s participent aussi au débat : Elisabeth Badinter, autrice de L’Amour en plus, pose le problème sur un plan essentiellement psychologique, tandis que Mr Charvet, gynécologue se place sur un plan pragmatique : ce que représente pour une femme, sur tous les plans, le fait de mettre un enfant au monde. Les principales questions abordées sont la différence entre instinct et désir maternel ; l’adoption ; les problèmes médicaux ; la maîtrise de la fécondité ; l’homme et l’instinct maternel.

Mon cerveau a-t-il un sexe ?  Les Nuits de France 5, France 5. 28.12.2010, 52min32

Documentaire de Laure Delesalle qui questionne les origines de la construction de l’identité sexuelle en faisant appel à plusieurs disciplines. Interviews de Adrienne Harris, psychanalyste ; Alain Berthoz, professeur au Collège de France ; Véronique Bohbot, spécialiste en neuropsychologie; Sophie Archambault de Beaune, préhistorienne ; Véronique Slovacek-Chauveau, professeure de mathématique ; Kim Wallen, spécialiste en psychologie et neuro-endocrinologie ; Danièle Cecyre de la Banque de cerveaux de Montréal ; Catherine Vidal, neurobiologiste ; François Ansermet, psychanalyste ; Michel Bozon, sociologue ; Yves Bendavid, participant à une enquête sur le cerveau ; Sherif Karama, chercheur en neurologie ; Vincent Guillot, ancien porte-parole européen de l’Organisation Internationale des IntersexuéEs.

Et du côté des sciences que nous dit-on de la différence homme femme ?  Du grain à moudre, France Culture. 08.05.2007, 55min

Magazine animé par Brice Couturier et Julie Clarini qui reçoivent trois invités pour un débat sur les différences entre hommes et femmes, d’un point de vue scientifique. Les invités de l’émission sont Olivier Postel-Vinay, journaliste ; Catherine Vidal, neurobiologiste ; Claudine Cohen,  préhistorienne.

Existe-il une nature féminine. Les Femmes, toute une histoire, France Inter. 23.10.2011, 54min46.

Stéphanie Duncan reçoit les anthropologues Françoise Héritier et Jean-Jacques Courtine et le photographe Patrick Zachmann pour démêler la question de la position des femmes dans la société et débattre sur l’existence d’une “nature féminine”.

Médecine, la fabrique des corps. Camille, épisode 8. Binge Audio. 20.02.2020, 42min. Disponible dans le Dépôt légal du web média

Source : https://www.binge.audio

“Dès la naissance, nous voilà estampillé·e·s soit femme, soit homme. La science en général, et la médecine en particulier, étiquette les corps d’un sexe ou de l’autre, dans deux catégories considérées comme imperméables.Tout corps qui ne rentrerait ni dans l’une, ni dans l’autre de ces cases est considéré comme anormal, voire malade. Cette conception binaire de la médecine ignore que nos corps et nos identités sont avant tout affaire de variations et de degrés. Camille Regache reçoit la sociologue Michal Raz, autrice d’une thèse sur « La Production des évidences sur l’intersexuation ».”

2.2 Déconstruction d’une vision binaire des sexes : du concept de genre aux théories Queer, points de vue et réception

Depuis les années 2000, le terme de genre et les idées de la « théorie queer » se font une place dans les médias. Sélection de quelques documents à ce sujet, dont certains s’intéressent à la philosophe Judith Butler, figure centrale de la théorie Queer.

Concept de genre, théorie Queer

Sexe, genre et Queer, rencontre avec Judith Butler. Les Vendredis de la philosophie, France Culture. 27.06.2003, 01h25min

François Noudelman consacre cette émission spéciale à une rencontre avec Judith Butler, professeure à l’université de Berkeley, à l’origine des queer studies et de la queer theory qui permettent de repenser de nombreuses catégories, non seulement sexuelles mais aussi sociales. Pour débattre, il a pour invitées Catherine Malabou, maître de conférences à l’Université de Paris 10 et Paola Marrati, professeure à la Johns Hopkins University.

Judith Butler, philosophe en tout genre. ARTE. 20.10.2006, 52min12.

Portrait de Judith Butler, professeur de rhétorique et de littérature comparée à l’université de Berkeley, et égérie du mouvement “queer”. Autrice à succès du livre Trouble dans le genre, elle poursuit aujourd’hui son grand travail de déconstruction du féminin et du masculin et développe l’idée que la distinction entre les sexes doit être comprise non pas comme biologique ou naturelle mais comme sociale et historique. Les entretiens avec Judith Butler alternent avec des extraits de vidéos familiales et des images d’illustration.

Homo Exoticus : race, classe et critique queer. Médiacultures, Ed. Armand Colin, 2010.

Source : éditeur

« Au tournant du siècle, la lutte internationale contre l’homophobie et les controverses autour du mariage gay ont fait irruption dans la sphère publique, mobilisant acteurs associatifs et politiques. Pourtant, ces débats ont leurs points aveugles : les enjeux de race, de classe et les tensions postcoloniales. Du cinéma d’auteur à la pornographie, de la télévision à la photographie, Homo exoticus se penche sur la culture visuelle et la fabrique de l’identité gay française contemporaine. L’ouvrage analyse les discours et représentations qui opposent minorités sexuelles et ethnoraciales à l’aide des outils conceptuels des Cultural Studies et de la théorie queer. Il ouvre la voie à une critique de l’homonormativité, où s’articulent exotisme et discriminations, volonté d’assimilation républicaine et exclusions. »

Médias : la fabrique du genre. Sciences de la société, numéro 83. 06.01.2012.

Source : Presses universitaires du Mirail.

“Hommes, femmes, masculin, féminin : comment la presse, la radio, la télévision et Internet en parlent-ils ? En prenant comme point de départ la vaste étude de l’Observatoire mondial des Médias sur le Genre — Global Media Monitoring Project ou GMMP— à laquelle ont participé plusieurs contributrices de ce dossier, le présent numéro de Sciences de la Société analyse la dialectique entre la société et des médias qui, descriptifs et prescriptifs, ne se contentent pas de « refléter » le réel mais contribuent à sa fabrication. Dans les années soixante, les féministes accusaient les médias de conforter la domination masculine et la société patriarcale en maintenant les femmes dans des jeux de rôle convenus. Cinquante ans plus tard, si l’étau des assignations « genrées » s’est desserré, la place des médias dans la socialisation des individus s’est affirmée, rendant leur analyse plus que jamais nécessaire.”

Queer : nique ton genre, et bien plus encore. Vos désirs sont mes nuits, France Inter. 17.10.2013, 46min14.

Agathe André évoque le Mouvement Queer et la Théorie du Genre. Pour enparler elle reçoit M-H Bourcier, sociologue, maître de conférences à l’université de Lille 3, auteur de ” Queer Zones, politiques des identités sexuelles et des savoirs “.

La Grève du genre. L’Expérience, France Culture. 02.06.2019, 01h00

Série documentaire en quatre parties consacrées au genre en tant qu’expérience et performance. Le premier épisode, est consacré aux ateliers « drag-king » animés par Louis(e) Deville. La seconde partie s’intéresse à Joyce Rivière, une poétesse transgenre, présente pour se raconter. La troisième partie est consacrée à « BURN OUT », collectif de chercheur·e·s qui pratiquent « l’auto-enquête ». La dernière partie consiste en une rencontre avec Mat, travailleuse du sexe, qui parle de ses expériences et de son identité.

Il n’y a pas de théorie du genre. Camille, épisode 07, Binge Audio. 30.01.2020, 40 min. Disponible dans le Dépôt légal du web média

Source : https://www.binge.audio

“Pour l’Église catholique, Dieu aurait créé des hommes et des femmes, des êtres de nature différente et complémentaire, destiné·e·s à se marier et élever des enfants. Celles et ceux qui pensent autrement seraient, selon le Vatican, des partisan·e·s de ce qu’il appelle «  théorie du genre  ». Que signifie le mot «  genre  » ? Qui l’utilise ? Et pour dire quoi ? En quoi le sexe, le genre, et la sexualité sont trois choses différentes ? Pourquoi la soi-disante «  théorie du genre  » a-t-elle été inventée ? En quoi cette expression utilisée par le Vatican nourrit une vision binaire du monde, un discours religieux qui ne porte pas son nom et des paroles politiques discriminantes ? Pour répondre à ces questions, Camille Regache reçoit Massimo Prearo, chercheur à l’université de Vérone (Italie), spécialiste des mouvements politiques LGBT en France et en Italie, co-auteur d’un livre intitulé « La croisade « anti-genre » : Du Vatican aux manifs pour tous  » (éd. Textuel, 2017)

Sexe et identité : au-delà de la binarité. ARTE. 24.04.2021, 51min39

Source : iMedia

“L’opposition homme-femme est-elle dépassée ? Une réflexion éclairante sur la notion d’identité de genre, qui fait voler en éclats bien des idées reçues. Que signifie être une femme, être un homme ? Est-ce une réalité chromosomique, hormonale ou une identité sociale définie par l’individu ? Les jeunes adultes sont de plus en plus nombreux à rejeter l’opposition binaire dictée par le sexe biologique pour embrasser des identités diverses, allant de la fluidité de genre à la transidentité. Un changement de paradigme qui peut laisser perplexes les profanes, et qui suscite la défiance de certains groupes conservateurs pour lesquels la différence des sexes doit rester au fondement de nos sociétés. Ce sujet vertigineux et politiquement sensible soulève une myriade de questions auxquelles tentent de répondre les sciences naturelles et sociales. »

Réception et polémiques autour du concept de genre

Depuis quelques années, les polémiques et les débats se multiplient autour de ce qui serait une « théorie du genre ». Certaines personnes s’opposent en fait à l’enseignement de concepts issus des études de genre dans les établissements scolaires. Ces concepts remettent notamment en cause l’existence d’une nature féminine et masculine et inquiètent les détracteurs des études de genre qui craignent une disparition des catégories « homme » et « femme » et une dislocation de certaines valeurs et comportements associés à ces catégories.

L’Enseignement de la théorie du genre au lycée crée la polémique. 20 Heures, France 2. 30.08.2011, 01min34

Reportage sur la polémique qui entoure la “théorie du genre”. Quatre-vingt députés réclament le retrait des nouveaux manuels de sciences et vie qui aborde ce que ces députés nomment “la théorie du genre”, qui rejette le déterminisme biologique de la notion de différence sexuelle. L’identité sexuelle serait donc profondément culturelle. Un commentaire sur des images d’illustration et des infographies alterne avec les interviews du fondateur du collectif de la droite populaire, et d’une professeure de SVT.

Education : comment traiter l’identité sexuelle dans les manuels. Focus, France 24. 31.08.2011, 09min

Magazine consacré à la polémique soulevée par la demande de parlementaires UMP de retirer des manuels scolaires mentionnant que le contexte socio-culturel jouerait un rôle essentiel dans l’identité et l’orientation sexuelle des adolescents au même titre que le genre. Commentaire en alternance avec les interviews de Bernard Debré, député UMP de Paris, Corinne Vaillant, coordinatrice du Groupe information et éducation sexuelle, Roland Hubert, co-secrétaire général du SNES.

Pourquoi la question du genre fâche-t-elle ? Kaïros, France 2. 06.11.2011

Magazine chrétien œcuménique présenté par Marie-Pierre Farkas consacré à la définition des genres, masculin et féminin, à l’occasion de la polémique créée par le contenu de manuels scolaires sur l’identité sexuelle dans la société. Elle reçoit pour en parler Florence Rochefort, historienne, et Véronique Margron, théologienne. L’entretien est illustré par un sujet d’illustration sur l’histoire de la théorie du genre et un autre sur l’exposition “La Fabrique à sexes”.

Valeurs, théorie du genre : que faut-il transmettre à nos enfants ? Les Grandes questions, France 5. 15.02.2014, 56min03

Magazine hebdomadaire présenté par Franz Olivier Giesbert. Autour de Marc Daniau et Claire Franek, auteurs de l’ouvrage pour enfants « Tous à poil ! » il confronte des intellectuels pour apporter un éclairage philosophique sur la question de la “théorie du genre”. Les invités sont Alain Finkielkraut,   Marcel Gauchet, philosophes,  l’essayiste Ivan Rioufol, Camel Bechikh, président de “Fils de France” ; Géraldine Muhlmann qui réalise un “débrief philo” sur le thème du jour. On note la virulence de certains intervenants autour de ce thème qui fait polémique, ainsi que l’absence de spécialistes de la question du genre sur le plateau.

2.3 Évolution du traitement médiatique des transidentités et de la non-binarité

Un nombre assez important de sources sur la transidentité sont consultables dans les archives de l’INA. Depuis les années 1940 cette thématique se retrouve dans des émissions mais aussi dans des œuvres de fiction. Cependant, un nombre important de ces sources porte un regard pathologisant, qui considère les personnes transgenres comme malades, ou bien fétichisant ou discriminant. Des évolutions sont notables notamment dans le vocabulaire employé : là où l’on parlait de « transsexualité » on parle désormais de « transidentité ». Les personnes transgenres prennent de plus en plus la parole pour faire part de leur expérience, et de plus en plus d’émissions s’intéressent à la transidentité ou bien à des formes de non-binarité existant dans plusieurs pays et aires culturelles. Cependant, des problèmes subsistent dans le traitement médiatique de la transidentité, et sont soulignés par un grand nombre de personnes transgenres qui luttent pour être représentés de façon réaliste et respectueuse dans les médias. Les personnes non-binaires revendiquent par ailleurs une représentation plus importante, et sont encore assez absentes de nos écrans. On souligne aussi une forme de sous-représentation des hommes transgenres dans les médias, et une représentation des femmes transgenres souvent sexualisante et fétichisante.

Années 1950-années 2000 : Des discours pathologisants ?

Glen or Glenda? Arte, 19.12.2008, 01h08

Long métrage de 1953, réalisé par Edward Wood qui évoque la transidentité. Ce film est considéré comme l’un des premiers à évoquer cette thématique de manière centrale, et est semi-autobiographique. Ce long métrage, au ton absurde est souvent considéré comme l’un des pires films de tous les temps et a inspiré Tim Burton qui a réalisé en 1994 le film “Ed Wood” qui revient sur la vie du réalisateur.

Christine Légionnaire, ou un cas difficile. Journal les actualités françaises, Actualités françaises. 9.10.1957, 10min51

Ce reportage s’intéresse aux changements de sexe, désignés ici comme “fréquents”. Il suit S. Companys, un ancien de la Légion Étrangère qui occupe désormais un emploi dans une usine de Nîmes.  Dans sa vie professionnelle, il est habillé en homme et gagne sa vie en faisant un métier d’homme ; mais pendant ses loisirs, il vit en tant que femme, et se fait appeler Christine. Il s’agit de l’une des premières mentions de la transidentité à la télévision française, cependant le reportage ne précise pas si M. Companys revendique pleinement une identité féminine ou bien uniquement la possibilité de se travestir comme une pratique de loisirs. Une confusion apparaît ici entre travestissement et transidentité.

Kathy Dee, femme transsexuelle. Radioscopie, France Inter. 08.01.1975, 56min58

Jacques Chancel s’entretient avec Kathy Dee, femme transgenre. Ils évoquent plusieurs questions et thématiques : la lente évolution de son désir de devenir femme ; la réaction de ses proches ; la différence entre homosexualité et transidentité ; l’expérience de la transition de genre, ainsi que son livre : “Travelling “.

La Transexualité. Objectif sur, Antenne 2. 27.09.1977, 2h00

Au cours de cette émission, consacrée aux changements de personnalité et d’identité, deux femmes, Martine et Véronique sont invitées pour témoigner au sujet de la transidentité. Certaines questions qui leur sont posées sont assez intrusives et portent essentiellement sur les éventuelles opérations qu’elles ont pu vivre.

Les Transsexuels. Aujourd’hui Madame, Antenne 2. 19.06.1980, 01h00

Débat sur la transidentité présenté par Martine Chardon, avec sur le plateau le Pr. Klotz et Maître Gendreau, , ainsi que de nombreux invités, dont deux femmes qui témoignent au sujet de la transidentité. Deux reportages sont également proposés. Dans le premier nous suivons l’accueil d’une femme transgenre par Marie-André, présidente de l’AMAHO, une « association pour les malades hormonaux ». Marie-André cherche à rassurer cette jeune femme. Le second reportage fait le portrait de deux femmes transgenres, une opticienne et une infirmière.

Transsexuel : je suis né dans la peau d’un autre. Bas les masques. Spéciale, France 2. 16.02.1996, 02h15min

Mireille Dumas a choisi d’évoquer la transidentité,  alors encore qualifiée de « transsexualité » au cours de ce magazine. Témoignages d’hommes et femmes transgenre et de Micheline Bonierbale, psychiatre,  Albert Leriche, urologue ; Catherine Millot, psychanalyste ; le docteur Hacheman, endocrinologue. Cette émission est l’une des premières à intégrer le témoignage d’un homme transgenre.

Années 2000-2020 Nouveaux discours médiatiques sur les transidentités, vers une dépsychiatrisation et une acceptation ?

Changer de sexe. Vos désirs sont mes nuits, France Inter. 06.09.2013, 45min11

Dans ce magazine, Agathe Andre reçoit Alex Leotard, photographe et auteur du livre “Osez changer de sexe” , qu’il est venu présenter. Il aborde aussi son expérience de la transition de genre. Des extraits du “Garçon oublié” de J-N Sciarini, de ” La Femme de papier” écrit par F. Rey et de “Testo junkie” de C. Meurisse sont également lus.

Médiacultures : la transidentité en télévision. Logiques Sociales, ed. L’Harmattan. Karine Espineira, 2015. 227p.

Source : Ed. L’Harmattan

“L’étude de la construction médiatique des personnes trans sur un corpus formé à l’Institut National de l’Audiovisuel montre que la figure trans a donné lieu à des modélisations qui ne sont pas neutres sur les critères du genre. Le corpus constitué sur les bases archives de l’INA couvre la période 1946-2010 et la constitution d’un corpus annexe et documentaire a permis des références à des matériaux étrangers et récents comme les documentaires et les séries états- uniennes. L’ouvrage va donner les tendances de la médiatisation des personnes trans sur 40 années en télévision tout en partageant la démarche méthodologique de la construction et du travail sur un corpus vaste et inédit.”

Danish Girl. Canal + 13.12.2016, 01h54min

Synopsis (source producteur) :

« Au milieu des années 1920 à Copenhague au Danemark, l’histoire d’amour et le destin remarquable de l’artiste danoise Lili Elbe, née Einar Wegener, peintre paysagiste estimée devenue la première femme transgenre de l’histoire à avoir obtenu des opérations de réassignation sexuelle, et de sa femme Gerda Wegener, portraitiste mondaine. Leur mariage pourtant fort et sincère est mis à mal, et leur développement, à la fois personnel et professionnel, est menacé tandis qu’elles s’embarquent sur les territoires encore inconnus de la transidentité tout en faisant face à la désapprobation de la société. » Ce long métrage, réalisé par Tom Hooper et sorti en 2015 donne le rôle principal à l’acteur Eddie Redmayne. S’il a pour volonté de visibilité le parcours d’une femme trans, il a été à l’origine de critiques pour avoir donné le rôle de Lili Elbe à un homme plutôt qu’à une femme.

Travestissement au cinéma : la mutation. Tchi Tcha, Canal + 12.09.2017, 06min40

Reportage consacré au travestissement au cinéma, à l’occasion de la sortie du film “Nos Années folles”, d’André Téchiné. Évocation de ses représentations dans l’histoire du cinéma et de ses évolutions au fil du temps. Commentaire sur extraits de films alternant avec les interviews de Renan Cros, journaliste, de Brigitte Boreale, journaliste, de Pierre Deladompchamps, acteur, et Sam Bourcier, sociologue, auteur et activiste trans. Le reportage entretient parfois une confusion entre travestissement et transidentité. Dans de nombreux films et séries évoqués, c’est en fait de transidentité qu’il est question, plutôt que de travestissement.

Les Transidentités racontées par les trans. LSD la série documentaire, France Culture. 4 épisodes de 55 minutes, du 27.08.2018 au 30.08.2018

Série documentaire sur la vie des personnes transgenres. Le premier volet raconte l’histoire de la mobilisation des personnes trans. Le second évoque leur parcours médical. La troisième partie est consacrée à la transphobie, et le dernier volet raconte le militantisme transgenre. Interviennent dans cette série des membres de Outrans, Raphaël et Killian,  fondateurs de Ouest-Trans, Claudia Anjos Cruz de Acceptess T, Emmanuel Beaubatie, docteur en sociologie, Sam Bourcier, sociologue, Mathilde Daudet,  autrice, Adrian De La Vega, youtubeur, Karine Espineira, chercheuse en sociologie et co-fondatrice de l’Observatoire des transidentités, Hélène Hazéra, journaliste et militante d’Act-Up, Phia Ménard, performeuse, Marie-Pierre Pruvost, romancière et ancienne meneuse de revue, Tom Reucher, psychologue, Giovanna Rincon, co-fondatrice de Acceptess T, Maud Yeuse-Thomas, chercheuse et co-fondatrice de l’Observatoire des transidentités.

Royaume des Tonga, le troisième genre. ARTE. 26.08.2019, 52min.

Documentaire portant sur les leiti, dans le royaume des Tonga. Les leiti sont des femmes transgenres qui luttent pour leur acceptation dans un pays pris entre une tradition d’ouverture et la montée de l’intolérance notamment de la part de certaines institutions religieuses. Le film suit en particulier le quotidien de Joey Joleen Mataele et Eva Baron. On y rencontre aussi la princesse Suloté Lupepau’u Juitu Jaione, elle aussi leiti. Des religieux prennent la parole, pour exprimer leur avis sur les leiti, comme le pasteur Burry Jaukolo.

Les Mauvais genres : trans et féministes. Un podcast à soi, épisode 25. 16.04.2020, 01h12, disponible dans le Dépôt légal du web média

Source : https://www.arteradio.com

“Il y a quelques mois éclatait au sein du mouvement féministe un conflit lancé par certaines militantes qui remettaient en question la place des femmes trans dans les milieux féministes. Cet épisode de “Un podcast à soi” aborde cette question et tente de comprendre ce qui se joue dans ces prises de position. Mais plutôt que d’insister sur les divisions, il interroge avant tout les alliances possibles, en donnant la parole à des personnes trans et féministes. Leurs témoignages et leurs analyses ne sont pas représentatives de l’ensemble des personnes trans ou des théories transféministes, mais elles permettent de nous interroger : qu’est-ce que les luttes trans et féministes peuvent s’apporter mutuellement ? qu’est-ce que les parcours trans racontent de notre rapport au genre, à la masculinité, à la féminité, à la binarité ?” Interviennent Héloise et Dal, Emmanuel Beaubatie, sociologue, Karine Espiniera sociologue, co-fondatrice de l’Observatoire des Transidentités avec Maud Yeuse Thoma.

La Première maire transgenre de France. 13 12 Edition Nationale, France 3. 17.06.2020, 02min

Alors que le second tour des municipales est prévu le 28 juin et que la campagne a repris Marie Cau a été élue dès le premier tour à Tilloy lez Marchiennes, village de 530 habitants. Elle est la première maire transgenre de France, devenue malgré elle, un symbole de tolérance et d’ouverture. Ce reportage recueille son témoignage.

Le Terrain en trans. Stades, Canal + 26.07.2020, 29min27.

Documentaire qui se déroule à Mexico et qui s’intéresse au stade « Maracana » où se déroule tous les ans un tournoi de football qui met en avant des femmes transgenres. Manuela, une femme transgenre footballeuse dans l’équipe des « gardenias » parle de cet événement et de la manière dont le football a été un vecteur d’acceptation pour elle et d’autres femmes transgenres et cisgenres.

Transidentité, le combat pour être soi. Ils font bouger les lignes, France 5. 11.05.21, 01h30

[Source iMedia]

“La transidentité est un terme complexe souvent méconnu, qui définit le sentiment de ne pas se sentir en accord avec le genre, féminin ou masculin attribué à sa naissance. Certains ont le sentiment d’être nés dans le mauvais corps. S’ils décident de changer de genre, ils doivent faire face au jugement de la société, parfois même aux insultes, aux coups ou à la mort. Quel regard la société porte-t-elle sur les personnes transgenres ? Olivier Delacroix part à la rencontre de celles et ceux qui ont choisi de se libérer d’un corps qui emprisonnait leur véritable identité. Un combat mené avec ou sans le consentement de leurs proches, parfois dans la plus grande solitude, dans l’espoir de devenir enfin eux-mêmes.”

Une Femme fantastique. ARTE. 11.09.2019, 01h37min.

Long métrage réalisé par Sebastián Lelio et sorti en 2017, avec dans les rôles principaux Daniela Vega et Luis Gnecco.

Synopsis, source producteur :

« Marina, une jeune serveuse transgenre qui aspire à devenir chanteuse, développe une relation amoureuse avec Orlando, le propriétaire d’une imprimerie de 20 ans plus âgé qu’elle. Tous deux planifient leur avenir ensemble, mais Orlando meurt soudainement. Marina se voit contrainte d’affronter la famille d’Orlando et de se battre afin de prouver qu’elle est une femme forte, honnête et fantastique. »

Ce film, qui a reçu l’Oscar du long métrage en langue étrangère représente un exemple de long métrage qui accorde un rôle de femme transgenre à une actrice elle-même transgenre, fait encore assez rare, les femmes transgenres étant encore très souvent interprétées par des hommes (voir l’exemple de Glen or Glenda ou plus récemment de The Danish Girl).

Au-delà des catégories « homme » et « femme »

Hijras diaries : Journal transgenre d’une famille Hijra.  Atelier de création radiophonique, France Culture. 28.03.2010, 01h19min.

Source : producteur

« En Inde, dans la mythologie et les grands textes anciens a toujours existé l’idée d’un troisième genre. Cette pièce radiophonique est une rencontre poétique avec des membres de la communauté Hijra, la communauté transsexuelle sacrée de l’Inde. Objet sonore en forme de kaléidoscope, aux frontières du documentaire et du hoerspiel…Tranches de vies d’une “Famille Hijra”  transgenre et recomposée: célébrations, rituels, mythes, quotidien, luttes, prises de parole, interviews, confidences et témoignages, micros ouverts et poésie. Les textes mis en ondes ici ont été écrits lors d’ateliers d’écritures réalisés en Inde du Sud, à Bangalore avec un groupe de 7 à 9 participantes de la communauté Hijras. Les rencontres et le travail qui en a découlé se sont déroulés sur une période de 5 ans, Traduits du Tamil, du Kanada, et de l’Hindi, et réinterprétés ici pour la plupart par des personnes trans du réseau parisien, la parole et les textes des Hijras nous amènent au coeur du lieu complexe et multiple de l’identité. Avec : Brune Marie, Jeanne de France,  Hélène, Lalla Kowska-Régnier, Stéphanie Andres (comédienne) et Patrice Cazelles (poète). Et en Inde : Famila, Sneha, Kajol, Anand, Revathi, Sanjana, Sowmya, Suma et Meghana »

Rencontre avec un rae rae polynésien. Couleurs Outremers, France 3. 01.06.2011, 06min20

Reportage consacré aux “rae rae”, polynésiens, parfois décrits comme appartenant à un « troisième genre ». Keven Havata, professeur de danse témoigne de son expérience. Il se décrit comme « différent », se genre avec des pronoms masculins tout en s’habillant avec des vêtements considérés comme féminins. Il raconte la manière dont il est considéré socialement.

Mexique, histoire d’un garçon au féminin. ARTE. 17.04.2014, 43min15

Ce documentaire prend place au Mexique et s’intéresse aux « muxhes », parfois considérés comme un « troisième genre » en plus des genres masculin et féminin dans la culture Zapotèque. Le documentaire suit le parcours de Dulce. Si certaines personnes appartenant à la communauté muxhe sont des femmes transgenres, ce n’est pas le cas de toutes, et certaines vivent leur identité comme n’étant ni des hommes, ni des femmes mais des personnes avec une place et une identité à part dans la communauté.

Liberté, égalité, non binarité. L’Oeil et la main, France 5.19.04.2021, 26min08

Reportage du magazine L’Oeil et la main, qui suit Ezra, une jeune personne s’identifiant comme non binaire, qui partage son long cheminement semé de questionnements, son quotidien et ses interrogations, ainsi que sa définition de la non-binarité. Reportage en Langue des Signes Française, sous-titré en français.

Charlie, 16 ans, non binaire : “être un homme ou une femme, pour moi, cela ne veut rien dire”.  France 3 Regions, France TV Info (en ligne), 12.07.2020

Source :  https://france3-regions.francetvinfo.fr : Charlie, 16 ans s’identifie en tant que personne non-binaire, et raconte son parcours et son expérience dans ce reportage accompagné de photos de son quotidien et de ses proches. Quelques-uns des thèmes abordés sont l’acceptation de son identité par ses proches et au lycée, son apparence physique, le rôle des artistes et personnalités publiques dans son rapport à son identité de genre.

Ni fille, ni garçon : enquête sur un nouveau genre. Zone Interdite, M6. 10.01.2021, 01h52min

Magazine composé de plusieurs reportages sur le thème de la non-binarité et de la transidentité, des initiatives de remise en question des normes de genre. De nombreuses personnes sont interrogées comme Camille, qui s’identifie comme non-binaire, ses proches, Fabien, égérie pour des marques « non genrées », Claudine Verry, directrice du bureau des styles au magasin Printemps, Fabian, jeune influenceur, le Dr Serge Hefez qui travaille dans une unité spéciale pour les jeunes qui s’interrogent sur leur genre. Un Américain « gender fluid » et sa famille sont aussi interrogés, ainsi que Rupert Lanzenberger, professeur de neurosciences ou encore Théo, 15 ans qui ose se maquiller. Un reportage a également lieu en Suède, dans la famille et dans l’école de Mika, enfant non-binaire.

Comment être un·e bon·ne allié·e des personnes non-binaires. Camille, Binge Audio, épisode 25. 17.06.2021, 43 min. Document issu du Dépôt légal du web média

Source : https://www.binge.audio

Dans nos sociétés occidentales, tout est séparé en deux. Les hommes d’un côté, les femmes de l’autre. Que ce soit chez le médecin ou à la boulangerie, on doit annoncer, ou se voir attribuer une identité de genre, toute la journée. Naviguer dans ce monde en tant que personne non-binaire, qui ne se reconnaît ni uniquement homme, ni uniquement femme, c’est faire face à l’incompréhension, à la discrimination et à la violence. Quelles identités différentes et multiples regroupe la non-binarité ? En quoi l’identité de genre n’est-elle absolument pas liée à l’expression de genre ou à l’orientation sexuelle ? Quels réflexes adopter à l’écrit et à l’oral pour soutenir les personnes non-binaires ? Camille Regache en discute avec l’artiste, réalisateur·ice et militant·e Kelsi Phung.”

2.4 Discours autour de l’intersexuation

L’intersexuation est un thème qui intéresse les médias depuis les années 1950. Cependant, jusqu’à récemment, c’est le terme « hermaphrodite » qui était employé pour désigner les personnes intersexuées. On considérait l’intersexuation comme une anomalie, une pathologie que l’on abordait avant tout d’un point de vue médical, sans donner la parole aux personnes intersexuées elles-mêmes. Depuis quelques années, un certain nombre d’entre elles militent et interviennent dans les médias pour lutter contre les discriminations et apporter leurs revendications, et notamment l’arrêt des mutilations des enfants intersexes, encore souvent opérés dès leur plus jeune âge sans leur consentement. L’intersexuation est par ailleurs régulièrement au centre de débats au moment des compétitions sportives importantes, des tests de féminité étant mis en place par les fédérations pour contrôler les taux de testostérone des athlètes, qui risquent une disqualification si elles sont estimées trop masculines d’un point de vue physiologique et hormonal.

De “l’hermaphrodisme” à l’intersexuation : quelles évolutions du vocabulaire ?

Témoignage d’un hermaphrodite après son opération. 20.11.1950, 04min24

Ce reportage est l’une des premières mentions de l’intersexuation dans les médias français. Elle est à ce moment appelée “hermaphrodisme”. Ici, Mme. Josephine, 54 ans apporte son témoignage et raconte qu’elle a subi plusieurs opérations de « réassignation sexuelle ». Elle fait une démonstration de ses talents de chanteuse, pour montrer qu’elle peut chanter à la fois en ténor, et “en femme”.

La Différenciation sexuelle. Emission médicale, 1ere chaîne. 25.10.1973, 01h03

Dans cette émission médicale consacrée à la différenciation sexuelle, plusieurs spécialistes donnent leur expertise. D’abord, une dame raconte l’intersexuation de sa fille. Par la suite, un généticien aborde la différence chromosomique chez les hommes et les femmes, et dénonce le silence et les préjugés autour de l’intersexuation, puis la parole est donnée à un physiologiste spécialisé dans la pathologie expérimentale et à plusieurs autres médecins. Le sujet est avant tout traité d’un point de vue anatomique, médical, scientifique : les ressentis des personnes intersexuées sont très peu évoquées, et aucune personne intersexuée ne prend la parole ici.

Mi-homme mi-femme. 52 sur la une : le grand reportage. TF1, 06.10.1993, 54min08

Jean Bertolino invite trois personnes intersexuées, qu’il désigne comme des “hermaphrodites” pour témoigner dans cette émission : Jean Marie, maître verrier en Savoie ; Erik Schinegger qui défraya la chronique : en 1968, alors qu’il est championne de ski sous le nom d’Erika, des tests médicaux remettent en cause sa féminité. Il a depuis subi plusieurs opérations et fait une transition vers le genre masculin ; et Giovanna, esthéticienne.

Secret Story : Jour 23. Secret Story, TF1. 01.08.2010, 50min

Dans cet épisode de l’émission de télé-réalité, l’un des candidats découvre le secret de Thomas, candidat intersexuée. Thomas utilise lui-même le terme “hermaphrodite”, et est ému par la tolérance de Bastien, qui a découvert son secret. La popularité de l’émission de téléréalité Secret Story a contribué à médiatiser le sujet de l’intersexuation, mais adopte un regard assez sensationnaliste sur ce thème.

Intersexualité : Homme ou femme, telle est la question. Arte. 08.10.2010, 52min16.

Ce documentaire pose un regard pluridisciplinaire sur l’intersexualité. Il retrace l’histoire d’Inge, petite fille néerlandaise intersexuée. Une militante pour les droits des personnes intersexes, Christiane Völling partage également son parcours, ainsi que Claudia et Francis Kreuzer de l’Association Menschen. Le documentaire donne la parole à des spécialistes dont Olaf Hiort, endocrinologue; Dick Swaab, neurobiologiste ; Pierre Mouriquand, chirurgien et Leendert Looijenga, spécialiste en pathobiologie et oncologie. L’intersexuation chez les athlètes est aussi évoquée, avec l’exemple de Caster Semenya. Ulrike Kloppel, historienne revient sur l’histoire médicale l’intersexuation avec Jorg Woweries, pédiatre.

Un corps, deux sexes. 36,9°, TV5MONDE. 17.03.2013, 30min

Magazine présenté par Isabelle Moncada au sujet de l’intersexuation, qui va à la rencontre de plusieurs personnes intersexuées et leurs proches : Jean-Pierre, un homme intersexe ; Lucie, la mère d’un enfant intersexué ; Daniela Truffer, ainsi que Vincent Guillot, militants intersexe. Ils parlent de la sidération des familles, de l’impréparation du corps médical, des opérations chirurgicales abusives. Le reportage aborde également les dernières avancées scientifiques, tendant à montrer qu’il y a un continuum et des variations entre les deux sexes. L’émission recueille aussi les avis de spécialistes comme Blaise Meyrat, chirurgien pédiatrique ; Ariane Giacobino, généticienne ; Michal Yaron, gynécologue.

La question des personnes intersexe. Des individus qui à la naissance n’ont pas de sexe determiné. Tranche 17h40/18h00/ 06.11.2013, 08min53

Magazine qui se penche sur la question des personnes intersexuées, avec l’intervention de plusieurs invités : François Ansermet, pédo-psychiatre ; Philippe Reigné, professeur de droit. L’émission comprend aussi une interview de Vincent Guillot, porte-parole de l’OII, qui évoque les conséquences des traitements et opérations chez les enfants intersexes et explique que celles-ci ont été déclarées par l’ONU comme des mutilations. Les invités reviennent notamment sur l’historique des termes utilisés pour désigner les personnes intersexuées.

L’intersexuation. Xenius, Arte. 11.11.2020, 26min16

Magazine présenté par Dörthe Eickelberg et Pierre Girard retraçant le parcours et le quotidien de personnes intersexuées : Lynn, qui vit à Berlin ; Charlie Wunn, activiste pour la cause intersexe ; Dani Coyle, militante et artiste ; Inge et ses parents, déjà rencontrés dans le documentaire Intersexualité : Homme ou femme, telle est la question témoignent, ainsi qu’Umut Özdemir, sexologue. Contrairement à d’autres émissions, ce magazine donne en premier lieu la parole à des personnes concernées par l’intersexuation plutôt qu’à des spécialistes.

Réappropriation de la parole des personnes intersexuées : vers une reconnaissance de leurs droits et revendications ?

XXY. Canal +, 07.04.2009. 01h27min.

Long métrage argentin réalisé par Lucía Puenzo en 2007 qui a pour personnage principal Alex, 15 ans qui est intersexuée et Alvaro, jeune garçon homosexuel. Les thèmes principaux abordés sont l’intersexuation, la recherche de soi et de son identité de genre. Le film a obtenu le Grand Prix de la semaine critique du festival de Cannes en 2007.

Allemagne : le pays reconnait officiellement le troisième sexe, neutre. Journal 07h30, France Info. 01.11.2013, 01min17

Extrait de journal qui revient sur une évolution juridique ayant lieu en Allemagne. Le pays reconnait désormais un sexe “neutre”, qui pourra être inscrit sur les papiers d’identité. Cette nouvelle est particulièrement importante pour les personnes intersexuées, qui si elles le souhaitent n’auront plus l’obligation de choisir entre un genre masculin ou un genre féminin.

Lever le tabou des enfants intersexe. Le 5/7,France Inter. 08.03.2017, 02min53

Reportage de Véronique Julia consacré aux enfants intersexes, et aux recommandations proposées par le Sénat dans ce domaine, qui souhaite notamment laisser la possibilité à ces enfants de choisir eux-mêmes leur genre, plutôt que de se le voir imposer par opération à la naissance.

Ni d’Eve, ni d’Adam, une histoire intersexe. France2. 16.10.2018, 57 min

Documentaire consacré aux personnes intersexuées. [Résumé producteur] Comment vit-on avec un sexe qui a été décidé pour nous, opéré pour le conformer aux normes dès la naissance ? Comment se construit-on avec cette différence ? M, 27 ans, vit en France, où l’intersexuation est encore prise en charge comme une pathologie qu’il faut traiter et réparer. Cette part d’elle-même est taboue. Pour en sortir, elle répond à Deborah, 25 ans, née comme elle intersexuée, qui cherche des témoignages sur le sujet pour son travail de mémoire en études de genre à l’université de Lausanne, en Suisse. Une correspondance démarre entre elles, qui va complètement changer leur vie.

Aux Pays-Bas, le genre ne sera plus mentionné sur la carte d’identité. Arte Journal, Arte. 01.08.2020, 02min37

Reportage. Aux Pays-Bas, le genre ne sera plus mentionné sur la carte d’identité à partir de 2025. Explication avec le cas de la première personne néerlandaise qui a obtenu gain de cause après un long combat juridique en 2018. Commentaire sur images factuelles en alternance avec les interviews de Leonne Zeggers, première personne détentrice d’un passeport néerlandais neutre, Brand Berghouwer, président de l’association Transgender Netwerk Nederland, et Theo Boer, éthicien à l’Université de Groningue.

Ni homme, ni femme, ou les deux à la fois… Ça commence aujourd’hui, France 2. 18.01.2021, 58min30

Faustine Bollaert accueille en plateau des des personnes intersexuées, qui partagent leur vécu. Florian Ferreri, psychiatre est également présent sur le plateau.

Sport et intersexuation : polémiques autour des tests de féminité

Ex libris : emission du 26 avril 1989. Ex Libris, TF1. 26.04.1989, 01h04

Dans ce magazine littéraire, Patrick Poivre D’Arvor reçoit Erik Schinegger, qui obtint la médaille d’or de descente féminine en 1966, et qui raconte son parcours en tant que personne intersexuée et sa transition de genre dans le livre L’homme qui fut championne du monde.

Test de féminité. Sports 3 images : sports en France, FR3. 23.09.1991, 04min40

Reportage qui interroge l’utilisation de tests de féminité. Des exemples d’athlètes dont la féminité a été reconnue “insuffisante” sont donnés, notamment celui d’Erik Schinegger. Le reportage présente l’instauration des tests de féminité en 1968 comme une réponse à des “hommes qui se déguisent en femmes”. L’historique de ces tests est retracé et un nouveau test est présenté. Des scientifiques, ainsi que Marielle Goistchel, ancienne athlète sont interviewés.

Exemples sportifs. TF1 20 heures, TF1. 28.01.1992, 01min49

Reportage, qui explique que le Comité national d’éthique et le Conseil de l’Ordre des médecins a donné un avis défavorable à l’utilisation des tests génétiques destinés à confirmer le sexe des concurrentes aux JO d’Albertville. Une rétrospective est faite au sujet des athlètes intersexués : l’exemple d’Erik Schinegger revient, ainsi que d’autres exemples : celui de Stella Walasziewicz, des soeurs Press, d’Eva Klobukowska de Lea Caurla, de Claire Bressoles et de Renée Richards.

Comment définir la féminité ? Grand entretien avec Boualem Sansal. La Grande table, France Culture. 21.06.2012, 01h27min

Ce magazine culturel est présenté par Caroline Broue. En première partie d’émission, conversation avec Myriam Marzouki, Eric Fassin et Geneviève Brisac autour du sexe et du genre, en particulier dans le sport féminin, après la parution du livre d’Anaïs Bohuon, Le Test de féminité dans les compétitions sportives : une histoire classée X ?

Faites du sport : du compétiteur au tricheur. LSD, La Série documentaire, France Culture. 22.06.2019, 54min43

Troisième émission documentaire d’une série de quatre épisodes consacrés au sport, avec Etienne Corroy, ancien joueur de tennis, Anaïs Bohuon, professeure des Universités, socio-historienne. Les parcours des invités sont évoqués, ainsi que la place des femmes dans le sport avec les exemples du Roller Derby et de la gymnastique. Anaïs Bohuon aborde la mise en place de tests permettant d’analyser les critères de féminité chez les femmes qui souhaitent faire de la compétition olympique et les abus et discriminations qui s’ensuivirent. Elle rappelle notamment l’affaire Caster Semenya.

 

Aminatou Seyni, trop masculine se sent privée de Jeux Olympiques. Esprit Sport, France Inter. 09.04.2021, 02min34

Chronique de Xavier Monferran au sujet de l’exclusion d’Aminatou Seyni, athlète nigérianne qui devait participer aux 200m des JO de Tokyo et qui a refusé de concourir plutôt que de prendre un traitement pour faire baisser son taux de testostérone, considéré comme trop élevé par l’IAAF.

Retour au sommaire

III – Militantisme, luttes pour la subversion du genre et la remise en cause des normes de genre

En réponse aux discriminations, les femmes et les personnes LGBTI s’organisent pour acquérir de nouveaux droits et remettre en cause les normes de genre. Elles peuvent le faire dans le cadre de mouvements militants, artistiques ou à travers des actes quotidiens de subversion des normes. Retour sur ces luttes et mobilisations.

3.1 Les militantes féministes

On retrouve des sources sur les luttes et revendications des femmes qui remontent aux années d’après-guerre. Ces femmes ne revendiquent pas toujours l’étiquette « féministe » mais s’organisent tout de même pour acquérir de nouveaux droits comme le droit de vote. Les mouvements féministes et leurs revendications ont évolué, des luttes suffragistes au féminisme intersectionnel en passant par la politisation du domaine privé par les militantes du MLF. Un parcours dans les sources archivées par l’INA nous permet de retracer l’histoire de ces mobilisations et de prendre conscience de leur hétérogénéité.

Avant les années 1968 : des discours et engagements féministes d’avant-garde ?

Les Femmes dans la vie civique. Journal France Libre Actualités, Actualités Françaises. 03.11.1944, 01min22

En partie grâce à leur engagement dans la Résistance pendant l’Occupation, les Françaises ont obtenu le droit de vote et d’éligibilité le 21 avril 1944. Après la Libération, les femmes occupent leur place dans les troupes alliées, ont accès aux magistratures électives, font leur entrée dans la sphère politique. Ainsi quatre femmes jurées siègent à la Cour de justice de Paris, des femmes sont devenues maire, et l’Union des femmes françaises, issue des Comités féminins de la Résistance, tient son premier grand meeting. Ce reportage, sans montrer de revendications féministes à proprement parler, témoigne des résultats de l’engagement des femmes et leur volonté de participer à la vie publique.

Réunion du Comité International des Femmes. Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises. 19.04.1945, 02min41

Sujet traité lors du journal national, au sujet de la réunion du Comité International des Femmes, d’obédience communiste à Paris. Ce document de propagande en faveur du droit de vote des femmes à l’élection prochaine d’une nouvelle République, est illustré de plans de femmes au travail dans différentes branches. La volonté de prendre en compte les conditions de vie et de travail des femmes est affirmée, et de nouveaux droits sont revendiqués, dont le droit de vote.

Tribune de Paris/ Est-on plus ou moins féministe qu’il y a 50 ans. Tribune de Paris : Les hommes, les événements, les idées à l’ordre du jour, Paris Inter. 06.12.1955, 21min36.

À la suite de la publication d’enquêtes et notamment d’un rapport de l’UNESCO sur les femmes et la vie politique, ce débat rassemble Mme Simone, Gilberte Brossolette, sénatrice ; Maurice Toesca, auteur de “La Question des femmes” et Maurice Duverger, professeur à la faculté de Droit de Paris. Les invités évoquent le droit de vote des femmes, leur rapport à l’action politique et au travail. Le féminisme,  les suffragettes et leur action sont mentionnés, ainsi que les droits et revendications des femmes dans d’autres pays que la France. A ce sujet, le point de vue des invités est parfois ethnocentré : ils affirment que les femmes françaises sont moins opprimées que les autres femmes. De nombreux désaccords divisent les invités.

George Sand et le féminisme : Rôle de la femme dans l’histoire. Heure de culture française : hommes et événements, France III Nationale. 09.08.1960, 10min10.

Émission historique dont une partie est consacrée au rôle de la femme dans l’histoire. C’est George-Day qui réalise un exposé à ce sujet, en se référant principalement à l’engagement de George Sand, et à l’évolution de ses positions. Elle évoque les revendications des femmes au XIXème siècle, en lien avec le Saint-Simonisme, les Vésuviennes avec à leur tête Flora Tristan et Pauline Roland. Elle affirme que l’idée selon laquelle les femmes seraient inférieures est un préjugé daté et imagine l’avenir des femmes.

La Femme est-elle vraiment l’égale de l’homme. Tribune JT : Jugez par vous-même, 1ère chaîne. 03.02.1966, 22min01.

Le 13 juillet 1965, la loi portant sur la réforme des régimes matrimoniaux est entrée en vigueur. A la suite de cet événement, Yves Grosrichard anime un débat avec Odette Launay, députée de Paris ; Marie-Madeleine Dienesch, députée ; Paule Paillet, professeure de psychologie ; Christiane Collange, rédactrice en chef de “L’Express”, autour de la question de la parité rendue possible par cette nouvelle loi. Pour les invitées, si la loi constitue un progrès pour l’émancipation des femmes, la mentalité des femmes elles-mêmes et la maternité demeurent des obstacles à leur promotion socio-professionnelle.

Monographie : A l’aube du féminisme : les premières journalistes 1830 à 1850. Bibliothèque Historique, Laure Adler, 1979

Monographie de Laure Adler qui retrace l’histoire des femmes journalistes et de leurs revendications féministes, depuis les adeptes du Saint-Simonisme au XIXème siècle jusqu’aux années 1970.

Les Suffragettes. Canal +. 19.11.2016, 01h42min, long métrage, fiction

Source : iMedia

“En Angleterre, au début du XXe siècle, Maud, une jeune femme employée dans une blanchisserie, mariée et mère de famille décide de s’engager auprès du groupe de militantes féministes britanniques appelé « Les Suffragettes », un mouvement qui lutte pour obtenir le droit de vote des femmes au Royaume-Uni. Face aux réactions agressives du gouvernement envers les diverses manifestations pacifiques, Les suffragettes, dirigées par la célèbre Emmeline Pankhurst, sont prêtes à recourir à la violence et à risquer leur travail, leur famille et leur vie pour porter leur message…”

Années post-68 : luttes et discours féministes au temps du MLF

Les luttes féministes des années 1970 s’orientent principalement autour d’une volonté de politiser le vécu intime des femmes, et de mettre en avant les questions de sexualité, de santé sexuelle, les inégalités dans la sphère domestique, etc. Des luttes sont engagées pour le droit à l’avortement libre et le droit des femmes à disposer de leur corps, et des revendications de politisation des violences sexuelles sont portées par de nombreuses militantes des différentes tendances du MLF. Retour sur ces luttes et leur traitement médiatique.

Le Féminisme. Aujourd’hui Madame, 2ème Chaîne. 03.05.1972, 46min15

Sur le plateau de l’émission, débat très animé autour de la question du féminisme entre Françoise d’Eaubonne (autrice d’un livre intitulé Le Féminisme), Jean Larteguy (auteur de Lettre ouverte aux bonnes femmes) et les téléspectatrices invitées. Sont abordés les thèmes du pouvoir, de l’égalité des sexes, du MLF, de la destruction de l’environnement.

Le MLF. Le Point du 7ème jour, France Inter. 11.06.1972, 28min20.

Reportage sur la manifestation du MLF du 28.05.1972 à Paris. Des militantes habillées en petites filles ont descendu les Champs Élysées en chantant l’hymne du mouvement des femmes et en criant des slogans féministes tel que “les femmes dans la rue, pas dans la cuisine”. Bref micro-trottoir de passants réprobateurs. Plusieurs militantes du MLF, parmi lesquelles Josy Thibaut et Emmanuèle de Lesseps qui dialoguent avec le présentateur de l’émission et abordent plusieurs thèmes : l’oppression des filles mères, les objectifs du MLF, etc. La sociologue Andrée Michel participe au débat. Après le débat, interview de Monique, militante du MLF.

L’Avortement. Actuel 2, 2ème chaîne. 13.10.1972, 01h02.

Magazine qui prend la forme d’un débat au sujet de l’avortement, dans un contexte de mobilisations féministes pour acquérir sa légalisation. Quelques jours plus tôt a eu lieu de procès de Marie-Claire Chevalier à Bobigny, défendue par Gisèle Halimi. Ce procès deviendra un symbole de la lutte pour l’avortement libre. Pour ce débat, Jean-Pierre Elkabbach reçoit Albert Netter, chef du service de gynécologie de l’hôpital Necker et Lucien Neuwirth, père de la loi sur la contraception.  Sont aussi présent.e.s Fanny Deschamps, de l’hebdomadaire Elle, André Géraud, rédacteur en chef de La Croix, Charles Dauzats, journaliste, Rosie Maurel, d’INF2 ainsi que Delphine Seyrig, comédienne et militante féministe. Le débat est parfois très vif entre les différents participant.e.s.

Femmes en colère. Magazine 52, 3ème chaîne. 07.06.1973, 24min21

Un groupe de femmes de Saint-Chamond dit ses colères, ses révoltes face à l’oppression des femmes. Ces femmes en recherche sont prêtes à rejoindre les rangs du MLF. Chacune donne ses positions face à l’avortement, à la contraception, à l’émancipation des femmes. La caméra les suit dans leur vie quotidienne, en famille. Des adolescents donnent également leur point de vue sur l’émancipation féminine ainsi que quelques hommes, notables ou maris.

Le Torchon brûle. Génération, TF1.  28.06.1988, 30min23.

Au début des années 70, des femmes décident de se réunir entre elles pour parler de leurs problèmes spécifiques. Ces pionnières de la lutte contre le patriarcat rallient rapidement des militantes des groupes révolutionnaires qui souffrent des traditions machistes de leurs homologues masculins. De ces rencontres naitront une autre façon de s’exprimer, des revendications spécifiques et notamment la liberté de l’avortement, l’évolution des rapports avec les hommes. C’est cette histoire que racontent d’anciennes militantes du MLF dont Françoise Picq et Liane Mozere. De nombreux documents d’archives, d’extraits de films et de photos illustrent cette émission.

Debout ! Une histoire du mouvement de libération des femmes 1970-1980. Festival International de Films de Femmes 2000. 03.04.2000, 90min.

Source : producteur : « Ce documentaire de Carole Roussopoulos mêle des images d’archives issues de ses propres films à des témoignages de femmes ayant participé à ces luttes des années 70, en France et en Suisse. Réalisé en 1999 et diffusé par la Télévision Suisse Romande, il rend hommage aux femmes qui ont créé et porté le mouvement de libération des femmes, à leur intelligence, leur audace et leur humour. Rare document de témoignages sur cette période et ce mouvement, il constitue un relais entre les pionnières et les nouvelles générations. »

Le documentaire a été primé lors de l’édition de l’année 2000 du Festival International de Films de Femmes.

Le Torchon Brûle, histoire de féministes d’hier et d’aujourd’hui (1/2). Surpris par la nuit, France Culture. 23.01.2007, 01h14min, productrice Anne Sophie Vergne, réalisateur Gaël Gillon

Documentaire consacré à l’histoire du Mouvement de Libération des Femmes, à travers quatre récits de quatre femmes qui ont participé de 1971 à 1973 à la rédaction du journal du Mouvement intitulé Le Torchon brûle. Témoignages de Liliane Kandel, Catherine Deudon, Nadia Ringart, Marie Jo Bonnet.

L’Une chante l’autre pas. Arte. 14.08.2007, 01h55min.

Long métrage réalisé par Agnès Varda, sorti en 1977. Les rôles principaux sont occupés par Thérèse Liotard qui joue le personnage de Suzanne, et Valérie Mairesse qui interprète Pomme. Le film retrace le parcours de ces deux jeunes femmes de 17 et 22 ans, dans les années 1960. Il aborde les questions des luttes féministes, des difficultés rencontrées par les femmes, ainsi que le thème de l’avortement. Certains événements marquants de l’histoire des luttes des femmes sont représentés, dont le procès de Bobigny. L’engagement du Planning Familial est aussi présent dans le long métrage.

Soirée 40 ans du MLF. Les Leçons de Cinéma, Festival International de Films de Femmes 2010. 02.04.2010, 43min.

Captation d’extraits de la soirée spéciale consacrée aux 40 ans du mouvement de libération des femmes présentée par Jackie Buet, directrice du Festival international de films de femmes de Créteil, à la Maison des arts de Créteil, en avril 2010. La première partie correspond au début de l’intervention de Nadja Ringart, sociologue féministe. La deuxième partie débute par l’accrochage de Unes de magazines dans la salle puis se poursuit par l’exposé de Michelle Perrot, historienne, sur l’histoire du féminisme jusqu’à la création du MLF.

Je ne suis pas féministe mais… La Chaîne parlementaire Assemblée nationale. 07.04.2015, 55min.

En 1970, à la suite d’une action sous l’Arc de Triomphe, la sociologue Christine Delphy fonde avec d’autres femmes, le MLF. Ce documentaire de Florence et Sylvie Tissot offre le portrait de cette théoricienne féministe. Mêlant entretiens filmés et images d’archives, il retrace la trajectoire de cette figure majeure de l’histoire du féminisme.

Delphine et Carole, insoumuses. ARTE. 04.03.2020, 01h09, documentaire réalisé par Callisto Mc Nulty

Source iMedia : « Un retour sur les luttes féministes des années 70 à travers le prisme de l’amitié entre la vidéaste Carole Roussopoulos et l’actrice Delphine Seyrig.

A la fin des années 60, sur les conseils de son ami Jean Genet, Carole Roussopoulos achète une des toutes premières caméras vidéo portables. Prenant conscience du potentiel de cet outil, elle fonde le premier collectif de vidéo militante et donne la parole aux sans-voix. Sa rencontre avec l’actrice Delphine Seyrig donne lieu à une collaboration foisonnante, dans le contexte des luttes féministes de leur époque. Des images réunies par ses enfants Alexandra et Géronimo, et sa petite-fille Callisto, réalisatrice de ce documentaire, retracent leurs combats activistes et rend hommage à leur féconde amitié. »

Nuit spéciale des féminismes : voix du MLF : émission du 14 février 2021. Les nuits de France Culture, France Culture, 14.02.2021, 07h00.

Nuit spéciale consacrée au MLF, qui comprend plusieurs émissions en première diffusion ou rediffusées qui donnent la parole à des historiennes et/ou militantes. Elles tentent ainsi de retracer l’histoire du MLF et la portée historique de ce mouvement. On entend les interviews de plusieurs militantes comme Nadja Ringart, Marie-Jo Bonnet, Catherine Deudon, Liliane Kandel, Delphine Seyrig, Monique Wittig, Christine Delphy, Antoinette Fouque, Cathy Bernheim. Sont invitées Bibia Pavard, co-autrice de Ne nous libérez pas, on s’en charge, Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours  (La Découverte) et Marie Hermann, co-autrice de la version réactualisée de Notre corps, nous-mêmes (Editions Hors d’atteinte).

Années 1990, années 2000 : luttes pour la parité et émergence de nouveaux collectifs. Un nouveau féminisme ?

Dans les années 1990 et 2000, c’est avant tout la question de la parité qui anime le plus les féministes présentes dans les médias, qui réclament une évolution de la place des femmes dans les instances politiques et de pouvoir. Des débats ont lieu à cette période sur l’évolution du féminisme, sa persistance et l’héritage des luttes des années 1970.

La Guerre des sexes, le féminisme en question. A Boulets rouges, La 5. 25.05.1991, 01h15.

Débat sur les mobilisations féministes, présenté par Denise Bombardier. Sont invité.e.s Dominique Jamet, président de la BnF ; Véronique Neiretz, secrétaire d’Etat aux droits des Femmes ; Michèle Perrein, Catherine Koszcansky autrices ; Lucien Neuwirth, homme politique à l’origine de la loi qui a autorisé la contraception ; Régine Deforges, Jacques Cellard, Alain Roger, Alain Paucard, écrivains ; Marie-Victoire Louis, Brigite Lhomond sociologues ; Denis Wetteward, comédien ; Michel Lebrun, journaliste ; Michèle Lenoir, enseignante ; Michèle Le Doeuff, philosophe. Les principaux thèmes abordés sont l’histoire du féminisme, son utilité, le harcèlement sexuel. Le débat est souvent assez vif entre les différentes personnes invitées.

Liberté égalité parité ou le combat des femmes en politique. Français si vous parliez, France 3. 24.01.1994, 19min49.

André Bercoff, qui présente ce débat consacré à la parité en politique. Sont invité.e.s Françoise Gaspard, ancienne députée, Roselyne Bachelot, députée RPR ; Robert André Vivien, homme politique ; Laure Adler, journaliste ; Emmanuelle Bouquillon, députée ; Mme Glotin, de l’association “Femmes et Libertés” ; Jeanne Mazel, adjointe au maire de Marseille ; Odile Bouteldja, adjointe au maire de Tellié. Les invité.e.s expriment leur point de vue sur la parité, la place des femmes en politique, le sexisme dans la vie politique.

Le Collectif Féministe contre le Viol. Mise au point, France Culture. 02.03.1995, 13min.

Dans ce magazine, Eliane Contini reçoit Simone Iff, membre du collectif Féministe contre le Viol. Elle explique le travail du collectif et les conséquences et traumatismes occasionnés par le viol. Cette émission est assez éclairante du point de vue de l’institutionnalisation du féminisme dans les années 1990. Malgré tout, le thème de l’émission est plutôt en décalage avec les débats de l’époque qui tournent en général davantage autour de la place des femmes dans la vie publique et politique.  Le témoignage de Simone Iff, militante féministe depuis les années 1960 montre une forme de continuité de l’engagement, et souligne des transmissions entre féministes de différentes générations.

La Parité sexuelle, une fausse bonne idée ? EBA, échos du bordel ambiant, France Inter. 11.11.1995, 48min.

Faut-il que les hommes et les femmes soient représentés à parité dans tous les secteurs de la vie ? Pour répondre à la question et discuter du thème de la parité, Olivier Nanteau reçoit dans le cadre d’un débat Roselyne Bachelot, responsable de l’observatoire de la parité hommes femmes, Christiane Mathys-Reymond, présidente de l’association vaudoise des droits de la femme, Quentin Dickinson, correspondant de Radio France à Bruxelles.

Vive les femmes: sur le thème des nouvelles féministes. Le Cercle de minuit, France 2. 07.03.1996, 01h33.

Laure Adler présente ce magazine consacré aux “nouvelles féministes”. Elle reçoit Françoise Héritier, anthropologue, Maya Surduts de l’association CADAC, Michèle Manceaux, Hélène Mathieu autrices, Sandrine Bodet des “Marie pas claire”, militante féministe, une représentante de la commission antisexiste de l’UNEF-ID à Nanterre ; Souad Benani de l’association Nanas Beurs. Le groupe les Castafiore Bazooka intervient pour chanter. Elisabeth Wiener, chanteuse du groupe prend la parole. Patrick Letrehondat de Ras L’Front intervient également. L’émission comprend plusieurs reportages qui reviennent sur : les commandos anti-avortement, l’abandon des bébés filles dans certains pays. Les invité.e.s discutent de la non mixité, ou encore du SIDA.

Manifeste pour la parité. Polémiques, France 2. 09.06.1996, 24min.

La France se situe en 1996 dans les derniers rangs (37ème au niveau mondial) pour ce qui est de la représentation des femmes dans la vie politique. 5% de femmes sont à l’Assemblée nationale. Cinq politiciennes, Yvette Roudy, Simone Veil, Edith Cresson, Michèle Barzach et Roselyne Bachelot, ainsi que Guy Carcassonne, agrégé de droit, débattent sur le plateau au sujet du “Manifeste pour la parité”, paru dans l’Express. L’émission est présentée par Michèle Cotta.

Le Manifeste des chiennes de garde. Le 13H, Canal +. 12.09.1999, 04min25.

Reportage consacré au manifeste des “Chiennes de garde”. Ce réseau a été créé pour dénoncer les insultes proférées contre les     femmes dans la vie publique et soutenir les victimes de ces actes. Le reportage intègre des images d’archives, ainsi qu’une interview de l’autrice Florence Montreynaud, à l’origine du manifeste.

Ni Putes, ni soumises. Rendez-vous de la rédaction, France Culture. 55min, 09.03.2003

Magazine présenté par Antoine Mercier, consacré aux femmes des banlieues qui cherchent à faire valoir leurs droits. La « marche des cités » de 2003 est évoquée. Pour aborder cette question, Ingrid Renaudin, l’une des responsables de cette marche est présente.

Le Torchon brûle, histoire de Féministe d’hier et d’aujourd’hui (2/2). Surpris par la nuit, France Culture. 31.01.2007, 01h14min, productrice Anne Sophie Vergne, réalisateur Gaël Gillon.

Deuxième partie d’un documentaire consacré à l’histoire du Mouvement de Libération des Femmes. Cette deuxième émission s’intéresse à l’héritage du MLF dans les années 2000, ainsi qu’au renouvellement de l’engagement féministe. Sont invitées Thérèse Clerc, militante féministe, directrice de la Maison des femmes de Montreuil ; Marie Anne Juricic, Caroline Fourest, journalistes et Virginie Despentes, écrivain et cinéaste.

De nos jours : Féminisme “intersectionnel”, politisation des violences faites aux femmes, et controverses entre féministes

Depuis quelques années, on assiste à une diversification des voix féministes dans les médias. Petit à petit, les féministes intersectionnelles, les afro féministes et féministes décoloniales parviennent à faire entendre leurs voix. Elles luttent pour la prise en compte des vécus spécifiques des femmes qui subissent d’autres oppressions comme le racisme, la transphobie ou la lesbophobie. Les luttes s’orientent aussi dans la continuité des revendications plus anciennes, à travers des initiatives de dénonciation des violences sexuelles comme MeToo et Balance Ton Porc, et des violences conjugales avec les mouvements de colleur.euses féministes. Une grande diversité se donne à voir dans les mouvements féministes, et des controverses émergent autour de sujets clivants comme la pornographie, la prostitution, etc.

Les Controverses du féminisme. Revue Esprit, numéro 398. 10.01.2013

Numéro de la revue Esprit réalisée sous la direction de Jean-Marie Domenach, consacrée aux controverses du féminisme. Les articles se penchent sur la question de la pornographie, la bioéthique, la prostitution, la religion. Ces différents angles nous poussent à considérer les féminismes dans leur pluralité.

Être féministe. Une Série française, France Inter. 12.07.2015, productrice Aurélie Charon, réalisation Stéphane Ronxin Stéphane

Série documentaire qui suit la lutte de deux militantes qui chacune à leur façon, participent aux luttes féministes : Elvire, 27 ans qui a rejoint les FEMEN en 2012 et Nur, 22 ans qui vit à Marseille et se bat, inspirée par la Révolution tunisienne de 2010-2011. Elle a choisi de porter le voile et de revendiquer son droit à le porter, contre l’avis de ses parents. Ce document souligne la pluralité des formes d’engagement féministe.

Afro féminisme : combat des jeunes femmes noires ?  7 milliards de voisins, Radio France International. 08.03.2017, 50min.

A l’occasion de la Journée internationale des femmes le 8 mars, ce magazine donne la parole à des femmes engagées dans les luttes afro féministes. Sont invitées : la comédienne, réalisatrice Aïssa Maïga, Mrs Roots, bloggeuse et autrice de A mains nues (Synapse) , roman sur l’afro féminisme, paru en 2017; Diariatou Kebe, auteure de Maman noire et invisible (La Boite à Pandore) et Roxane Yap, libraire et fondatrice de la librairie Lis thé ratures à Boulogne.

Le hashtag Balance Ton Porc après l’affaire Weinstein. Europe 1 social club, Europe 1. 17.10.2017, 43min15.

Débat au sujet du hashtag Balance Ton Porc, apparu en 2017 sur Twitter dans le sillage du Mouvement MeToo et des différentes affaires de viol, harcèlement et agressions sexuelles dénoncées notamment dans le monde du cinéma. La parole est donnée à Geneviève Fraisse, historienne de la pensée féministe ; Juan Branco, avocat de Wikileaks, auteur d’une thèse sur la violence de masse ; Marie Cervetti, directrice du centre d’hébergement de l’association “Une Femme Un Toit”; Clara-Doïna Schmelk, journaliste. L’affaire Denis Baupin, accusé d’agressions sexuelles commises sur plusieurs femmes est évoquée ainsi que la gestion judiciaire et gouvernementale des agressions sexuelles et les polémiques autour de l’écriture inclusive.

Le hashtag #BalanceTonPorc lancé en 2017 par la journaliste Sandra Muller a été collecté par l’INA. Une partie des tweets qui comprennent ce hashtag sont consultables dans la base web-média de l’INA.

Sexe et féminisme. Crac crac, Canal +. 14.11.2018, 50min07.

Monsieur Poulpe et l’humoriste Bérangère Krief présentent ce magazine consacré au sexe et au féminisme. Pour en débattre, iI reçoit Camille Froidevaux-Metterie, philosophe et professeure de science politique et Tatiana alias Lady Shagass, créatrice du blog “Desculottées”. L’invitée de l’émission est la comédienne Alice Belaïdi venue parler de son actualité avec la série Hippocrate. L’émission comprend aussi un micro-trottoir par Marie Bonnisseau sur le sexe et le féminisme, ainsi que des reportages, notamment sur le tournage d’un film pornographique féministe avec Anouchka, réalisatrice de films X.

Féminismes pour toutes. Kiffe ta race, épisode 16, Binge Audio. 09.04.2019, 45min.

Source : www.binge.audio« Blanc, bourgeois et proche du pouvoir : le féminisme français prétend paradoxalement à l’universel depuis les années 1980. Pourtant, on retrouve souvent des idéologies racistes dans les discours de défense de droit des femmes. Lorsqu’il est question de hijab de course ou de burkini par exemple.

Comment faire en sorte que l’émancipation des femmes blanches ne se fasse pas au détriment des racisé·e·s ? Sortir d’un féminisme au service d’une idéologie néolibérale et néocolonialiste, est-ce possible ? Grace Ly et Rokhaya Diallo reçoivent la politologue Françoise Vergès, également présidente de l’association « Décoloniser les arts ». Elle apporte ses réponses, sort du référentiel européocentré pour tracer les contours d’un féminisme décolonial, titre de son dernier ouvrage. »

Le clitoris : symbole d’émancipation des femmes. Actuelles, France 24. 03.05.2019, 02min01.

Reportage issu du journal télévisé France 24, “ActuElles” présenté par Noémie Roche et consacré à la question de la méconnaissance du clitoris. Des femmes communiquent sur internet pour faire en sorte que le sujet ne soit plus tabou et que les informations soient largement diffusées, y compris à l’école à ce sujet.  Le commentaire sur images factuelles, images d’animation et images de la chaine YouTube de Julia Pietri alterne avec un micro-trottoir.

Violences sexistes : reprise d’un chant dans diverses manifestations mondiales. ARTE actualité, ARTE. 06.12.2019, 01min31.

Reportage consacré à des manifestations contre les violences faites aux femmes dans lesquelles sont scandés des chants stigmatisant la loi du silence entourant les agresseurs sexuels et les violeurs. Parti du Chili, le mouvement s’est internationalisé à la faveur des réseaux sociaux. Le commentaire sur images factuelles et images d’archives alterne avec des séquences en son direct et l’interview d’une manifestante.

Manifestation féministe contre Gérald Darmanin. C dans l’air, France 5. 08.07.2020, 03min37.

Brève consacrée aux nombreuses manifestations féministes qui font suite à la nomination de Gérald Darmanin, alors visé par une enquête pour viol, au poste de ministre de l’Intérieur par Jean Castex, premier ministre.

#MeToo secoue (aussi) la France. Le Monde en face, ARTE. 27.09.2020, 01h12min.

[Source iMedia] “Ce film part à la rencontre des Françaises et des Français qui ont osé sortir de l’anonymat jusqu’au grand bruit public dans la révolution Metoo. Venue d’Amérique, la révolution Metoo n’a pas épargné la France depuis deux ans, bien au contraire. Si le mouvement est parti de l’affaire Weinstein, du nom du fameux producteur accusé d’agressions sexuelles à Hollywood, il a été suivi par des millions de tweets #metoo dans le monde entier y compris en France. Décliné dans toutes les langues, ce hashtag est devenu le cri de ralliement de nombreuses femmes victimes de comportements déplacés, de harcèlement ou d’agression sexuelle. Ce film part à la rencontre des Françaises et des Français qui ont osé sortir de l’anonymat jusqu’au grand bruit public.”

En toutes lettres avec “Collages Féminicides Paris”. C’est bientôt demain, France Inter. 16.10.2020, 18min03.

Reportage sur le collectif ” Collages Féminicides Paris “, CFP, né en 2019. Léa, une militante explique son engagement dans le collectif, et raconte comment sont mises en place les actions de collage. Elle aborde la non-mixité de genre du collectif, ainsi que les réactions des riverains face à leurs actions.

Le hashtag #collagesfeministes ainsi que le hashtag #feminicide ont été collectés par l’INA. Un certain nombre de tweets utilisant ces hashtags sont ainsi consultables dans la base web-média de l’Inathèque.  

Enquête : l’intersectionnalité sert-elle le féminisme ? Vox, Arte. 07.03.2021, 07min57.

Magazine qui s’intéresse au concept d’intersectionnalité, à sa réception et à son appropriation, en donnant la parole à plusieurs intervenant.e.s : Emilia Roig, fondatrice et directrice du Center for Intersectional Justice (CIJ) ; Natasha E. Kelly, sociologue et activiste ; Seyran Ates, avocate et fondatrice de la mosquée Ibn Rusdh-Goethe ; Eszter Kovats, doctorante en science politique ; Michael Zander, enseignant en psychologie. L’émission interroge aussi Martine Storti, ancienne professeur de philosophie et ancienne membre du MLF ainsi que Francisca de Haan, professeur d’études de genre et d’histoire, et Maria Elena Ballestero, sur la question de l’intersectionnalité.

Sexiste, raciste, fasciste… etc… L’info du vrai, l’événement, Canal +.  09.03.2021, 43min22

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l’intersectionnalité est apparue au sein des cortèges féministes. Ce magazine présenté par Yves Calvi se penche sur le thème des mobilisations féministes. Un débat alterne avec des reportages et des interviews. Julia Pietri, fondatrice du groupe « Gang du clito » est interrogée ainsi que Betty Lachgar, du collectif “Abolition porno prostitution”, ou encore Geneviève Fraisse. Sont évoqués au cours de l’émission : les manifestations féministes, la pluralité des féminismes et leur évolution dans le temps. Sont présent.e.s sur le plateau pour débattre Pierre-Henri Tavoillot, philosophe, maître de conférences ; Nacira Guenif Souilamas, Jean Viard, sociologues ; Audrey Celestine maîtresse de conférences en sociologie. Ils évoquent les mouvements féministes mais aussi l’antiracisme et les mobilisations après la mort de Georges Floyd, tué par un policier en 2020.

3.2 Les mouvements LGBTI

Depuis les années 1970, les mouvements et revendications des personnes LGBT se font une place dans le champ médiatique. Petit à petit, des espaces de parole ont émergé, et les luttes LGBTI ont permis l’acquisition de nouveaux droits qui ont souvent été très médiatisés, comme le mariage pour tous. Un nombre assez important de sources fait une place aux hommes gays, notamment depuis la découverte du SIDA dans les années 1980. Cependant, propos discriminatoires et controverses subsistent. De plus les personnes transgenres, bisexuelles, intersexes ainsi que les femmes lesbiennes restent plutôt invisibilisées. Récemment, l’émergence du web a néanmoins permis le développement de nouveaux espaces de parole pour les personnes de la communauté LGBTI, et permet aux personnes qui voient souvent leur parole confisquée de se réapproprier les outils médiatiques et de lutter.

L’émergence progressive d’espaces de parole, de lieux et de médias LGBTI

Le mouvement homophile de France. Tribune Libre, FR3. 16.06.1975, 15min.

Tribune de présentation du mouvement Arcadie, association des homophiles (homosexuels) de France par André Baudry. Il explique pourquoi il a créé l’association. Dominique Dallayrac est aussi invité, et parle du livre qu’il a écrit sur l’homosexualité. Marc Oraison, prêtre et médecin intervient ensuite, pour porter un discours qui se veut tolérant sur l’homosexualité.

Le Gai-pied. TF1 13H, TF1. 02.04.1982, 03min20.

Reportage sur le journal homosexuel “le Gai Pied” qui parait depuis 1979, avec des interviews d’Antoine Perruchot, journaliste, de Jean le Bitoux, directeur du journal qui évoque les discriminations dont sont victimes les homosexuels.

L’Homosexualité. Aujourd’hui la vie, Antenne 2. 28.05.1982, 54min48.

Comment, en 1982, vit-on son homosexualité ? Comment la société la perçoit-elle ? C’est ce que vont tenter de définir le docteur Gilbert Tordjman et les invités, homosexuels ou non. Fait assez rare, la parole est aussi donnée à une femme lesbienne Anne, 28 ans qui parle de sa propre expérience. Sont évoqués le rôle de la radio gay comme organisme d’aide et d’information, l’abrogation de l’alinéa de l’article 331, différenciant l’âge de la majorité sexuelle pour les homosexuels ainsi que la circulaire demandant d’arrêter les contrôles d’identité d’homosexuels dans les boîtes et dans les jardins publics. Un reportage nous emmène dans des bars gays.

Lancement de Pink TV, première chaîne de télévision pour homosexuels. Inter treize quatorze, France Inter. 28.09.2004, 01min.

Interview de Eric Gueho par Fabrice Drouelle au sujet du lancement de PINK TV, la première chaîne privée généraliste gay et “gay-friendly”, le 25 octobre 2004. La chaîne a été archivée par l’INA sur la période allant du 26.10.2004 au 12.03.2007

The L word. Canal +, épisodes de 52min (+ un épisode pilote de 01h30min) diffusés entre le 20.11.2004 et le 30.08.2007 (saison 1, 2 et 3)

Cette série télévisée décrit la vie et les amours d’un groupe de femmes lesbiennes ou bisexuelles, et de leur entourage à Los Angeles. Elle est souvent considérée comme la première série télévisée ayant pour personnages principaux des femmes lesbiennes. Une suite de la série est sortie en 2019, intitulée The L word : generation Q. Cette suite a été diffusée sur la chaîne Canal+ séries entre le 30.12.2019 et le 27.01.2020, et est accessible à l’INA.

Zoom : enquête sur le cinéma gay et lesbien. Court-Circuit (le magazine), Arte. 23.06.2010, 08min11

Reportage sur le cinéma gay et lesbien, qui comprend des extraits de films, alternant avec les interviews de Rémi Lange, réalisateur, Didier Roth Bettoni, auteur du livre Homexualité au cinéma (La Musardine), Sébastien Lifshitz, réalisateur, Thibaut Fougeres, distributeur de films.

Les Espaces gays dans l’espace urbain. Planète Terre, France Culture. 29.02.2012, 26min40.

Sylvain Kahn consacre aujourd’hui cette émission de géographie aux espaces gays dans l’espace urbain. Il reçoit pour en parler Laurent Gaissad, socio- anthropologue à l’Université Libre de Bruxelles et de Paris Ouest, et Stéphane Leroy, maître de conférences en géographie à l’université de Paris Est. Ils évoquent les centres-villes des métropoles, les plages, les espace de marges et d’interstice comme les lisières de bois, parcs, aires d’autoroutes, périphéries des gares, où l’homosexualité est en lutte avec le contrôle social, policier et municipal du territoire.

Le Refuge des petits poucets gays. Sur les docks, France Culture. 21.02.2013, 54min41.

Documentaire de Franck Thoraval et Nathalie Salles consacré à un lieu créé en 2003 à Montpellier, le Refuge, qui propose un hébergement temporaire et un accompagnement aux jeunes majeurs, filles et garçons, victimes d’homophobie et rejetés par leurs proches. Des jeunes sont interviewés ainsi que des bénévoles du Refuge, Alain Ferret de la Banque Alimentaire, et Cécile Fouquet de l’association Contact.

Les Invisibles. Long métrage réalisé par Sébastien Lifshitz. Canal + 28.01.2014, 01h52min

[Source iMedia] « Des homosexuels, hommes et femmes, nés dans l’entre-deux-guerres, racontent comment ils ont affiché leur différence à une époque où la société les rejetait. Maurice, Monette, Lucien et Thérèse (…) partagent deux points communs, celui d’être homosexuels et d’avoir osé le vivre au grand jour, à une époque où la société les rejetait. Aujourd’hui, tous âgés, ils racontent ce que fut cette vie insoumise, partagée entre la volonté de rester des gens comme les autres et l’obligation de s’inventer une liberté pour s’épanouir. (…) Leurs récits permettent également de retracer l’histoire de la société française… »

Le Cours de l’histoire, France Culture. 25.03.2021, 51min28.

Magazine présenté par Xavier Mauduit, qui s’intéresse aux archives LGBT+, avec pour invité.e.s Antoine Idier, sociologue et historien ; Sam Bourcier, sociologue, activiste Queer et Michèle Larrouy, archiviste et activiste,  responsable des Archives Recherches Cultures Lesbiennes. Les participant.e.s expliquent l’importance de la conservation et de la valorisation des archives LGBTI, les enjeux de leur collecte, de leur gestion et de leur transmission ; et débattent du statut de l’archive et de l’archiviste.

Militantisme et luttes LGBTI

Manifestation homosexuelle à Paris. Antenne 2 Le Journal de 20H, Antenne 2. 19.06.1982, 01min29

Reportage sur la manifestation organisée à Paris à l’initiative du Comité d’urgence anti-répression homosexuelle (CUARH). C’est une des premières gay pride organisée en France. Des images factuelles alternent avec deux témoignages.

Comité d’Urgence Anti Repression Homosexuelle. Tribune Libre, France 3. 27.04.1983, 15min.

La tribune libre est donnée au Comité d’Urgence Anti répression Homosexuelle (CUARH), au sujet de l’homophobie. L’émission a recueilli les témoignages de victimes d’agression homophobe, d’un jugement homophobe ou d’une discrimination professionnelle. Interventions de militants du CUARH qui réclament une loi anti-discriminatoire pour défendre les homosexuels victimes d’homophobie. Ils évoquent aussi le soutien des syndicats et des institutions et soulignent l’importance de la revue Homophonies, rédigée par des gays et des lesbiennes. Ils annoncent une troisième marche Gay Pride en juin.

Bleu blanc rose : trente années de vie homosexuelle en France. Documentaire en deux parties de 01h05 et 01h14. France 3, le 22.06.2002 et le 29.06.2002, réalisation Yves Jeuland

Ce documentaire retrace la vie et les luttes des homosexuel.les en France depuis les années 1970, à travers les parcours d’hommes et femmes homosexuel.les et de témoins. Des documents d’archives retracent les événements clés du mouvement :  émission de Ménie Grégoire en 1972, coming-out de Guy Hocquenghem, première émission médicale consacrée à l’homosexualité  en 1973, La Cage aux folles, première backroom rue Sainte Anne en 1975, mort de Jean-Louis Bory, apparition du mensuel Gai Pied en 1979 et de Fréquence Gaie en 1981, abrogation de l’alinea 2 de l’article 331 du Code pénal en 1982, les nuits du Palace et du Katmandou, la couverture de Libération en janvier 1982 sur le SIDA, 3615 code GAY en 1985, Jean-Marie Le Pen et ses sidatoriums en 1987, Jean-Paul Aron révélant son sida en 1987, le premier zap d’ActUp en 1989, La Pudeur et l’impudeur d’Hervé Guibert en 1991, premiers certificats de vie commune en 1995,  le rejet du PACS à l’Assemblée Nationale le 9 octobre 1998, Amélie Mauresmo révélant son homosexualité en 1999, Bertrand Delanoë élu maire de Paris en 2001, etc.

Histoire du mouvement homosexuel français. La Fabrique de l’Histoire, France Culture. Deux émissions de 01h30 diffusées le 12.05.2003 et le 19.05.2003.

Ce magazine présenté par Emmanuel Laurentin évoque l’histoire de l’homosexualité en France. La première partie est un documentaire au sujet du mouvement homosexuel de l’après-guerre aux années 1970. Les invité.e.s sont Florence Tamagne, auteur d’une thèse d’histoire de l’homosexualité, Didier Eribon, coordinateur du dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Louis-Georges Tin qui a dirigé le dictionnaire de l’homophobie. Dans la seconde partie de l’émission, on entend les témoignages de   Marie-Jo Bonnet, historienne ; Françoise d’Eaubonne, autrice ; Christine Delphy, sociologue ; Guy Chevallier, Hélène Hazera, Hervé Liffran, journalistes ; Louis Joinet, juge ; Jacques Fortin, Jacques Lemmonier, Gisèle Halimi, Robert Badinter, avocats et Didier Lestrade, co-fondateur d’Act Up. S’en suit une discussion entre Olivier Doubre, réalisateur; Françoise Gaspard, sociologue ; Pierre-Olivier de Busscher, historien ; Christine Bard, historienne.

Mariage gay, cannabis, les sujets qui fâchent. C dans l’air, France 5. 16.10.2012

Yves Calvi consacre cette émission aux sujets qui agitent le gouvernement, l’opposition et la société, tels que le “mariage pour tous” ou l’adoption pour les couples homosexuels. Les invités débattent du sujet et répondent aux questions des téléspectateurs. Le magazine comprend un reportage au centre LGBT de Paris. Un autre reportage aborde l’exemple du mariage homosexuel aux Pays-Bas, où il est légal depuis 2001. A la suite de ces reportages a lieu un débat sur le mariage homosexuel sur le plateau. Les participant.e.s sont Noël Mamere, député-maire Europe Écologie – Les Verts ; Xavier Lemoine, maire de Montfermeil ; Sophie Marinopoulos, psychologue et psychanalyste ; Henri Joyeux, président de Familles de France.

Manifestation à Paris pour le droit au mariage pour tous et pour le recours à la PMA. Le 20H, TF1. 16.12.2012, 01min46.

Reportage consacré à la manifestation organisée à Paris pour défendre le droit au mariage pour tous et le droit pour les couples de femmes homosexuelles d’avoir recours à la PMA (Procréation Médicalement Assistée).

Commentaires sur images factuelles en alternance avec l’interview de manifestants, dont Bertrand Delanoe, maire PS de Paris et Harlem Desir, premier secrétaire du Parti Socialiste, qui défendent l’amendement pour le droit à la PMA.

Stonewall Inn : naissance des fiertés. Affaires sensibles, France Inter. 20.06.2018, 54min56.

Fabrice Drouelle revient sur les émeutes de Stonewall Inn le 28 juin 1969 à New York qui marqueront le début du mouvement militant et politique LGBT. La première partie est consacrée au récit de l’évènement. En seconde partie, il reçoit Frédéric Martel, écrivain,  journaliste, auteur de Global Gay, comment la révolution gay change le monde (Flammarion 2013). L’émission est émaillée d’archives sonores de l’INA.

120 battements par minute. Long métrage réalisé par Robin Campillo. Canal + 18.09.2018, 02h17min

[Source iMedia] « Au début des années 90, le jeune Nathan assiste pour la première fois à une réunion de l’association Act Up Paris, qui fait de la prévention et lutte pour les droits des séropositifs. Au cours de cette réunion pleine de disputes et de tensions, il découvre des militants hétéroclites mais très motivés par leur combat. Devenu adhérent, il apprend son mode de fonctionnement, ses prises de parole codées et s’y investit de plus en plus, participant à des groupes de réflexion, mais aussi à des interventions percutantes dans des laboratoires pharmaceutiques. Peu à peu, il se rapproche de Sean, un séropositif aux idées radicales… »

Manifestation des transgenres. 19 20 Edition Alsace, France 3 Alsace. 18.11.2018, 01min53.

Reportage consacré à la mobilisation  de militant.e.s transgenres qui se sont retrouvés à Strasbourg pour faire entendre leurs revendications dans le cadre de la Journée internationale de de la mémoire transgenre, qui vise à rendre hommage aux personnes transgenres assassinées dans le monde. La parole est donnée à Cornelia Schneider, Co-fondatrice Support Transgenre Strasbourg, à un manifestant et à une militante.

Homophobie : les vertus de la prévention. Le Zoom de la rédaction, France Inter. 13.02.2019, 04min32.

Reportage de Géraldine Hallot. A Yssingeaux, en Haute-Loire, rencontre avec un éducateur de la mission locale, qui vient à la rencontre des jeunes pour parler d’homosexualité et d’homophobie. Il s’adresse aux jeunes du public en leur demandant leur vision de l’homosexualité.  Après la séance, certains reconnaissent son courage.  Le directeur de la mission locale analyse le rejet de ces jeunes qui n’ont pas l’habitude d’être confronté à l’homosexualité.

Une Première marche des fiertés des banlieues a été organisée à Saint-Denis. Le 14h00-17h00 : émission du 09 juin 2019. France Info, 09.06.2019, 05min23.

Reportage consacré à la première marche des fiertés des banlieues qui a été organisée à Saint-Denis. Yanis Khames, l’un des organisateurs, est interviewé, et tente d’expliquer le succès de ce rendez-vous ainsi que les motivations derrière cette initiative.

Sortir les lesbiennes du placard. LSD, la série documentaire, France Culture. 4 émissions de 55min, entre le 04.11.2019 et le 07.11.2019

Série documentaire de Clémence Allezard consacrée au lesbianisme. Le premier épisode, s’intéresse à la représentation des lesbiennes. Nelly Quemener, chercheuse en sciences de la communication, Natacha Chetcuti-Osorovitz, Salima Amari sociologues, Alice Coffin, Léa Lootgieter, journalistes, Céline Sciamma, cinéaste, Suzette Robichon, éditrice, Sabereen et Amina, des Lesbiennes Of Colour, Elisabeth Lebovici, historienne de l’art, prennent la parole. La seconde partie est consacrée au mouvement lesbien des années 1970.  Elle comporte un reportage sur Monique Wittig, militante lesbienne et féministe. On entend ensuite le témoignage de militantes, de Marie-Jo Bonnet, historienne ; Ana Simo, cofondatrice des Lesbian Avengers. Ilana Eloit, historienne intervient également, ainsi que Suzette Robichon, éditrice, activiste et Michèle Larrouy, archiviste, activiste.  La troisième partie est consacrée aux expériences “back to the land” qui fleurissent un peu partout dans le monde. L’exemple de l’une de ces communautés, aux Etats-Unis est abordé ici. La quatrième partie est consacrée à l’histoire des lesbiennes sous le Troisième Reich.

Acquisition de droits nouveaux pour les personnes LGBTI : avancées et controverses

Gauche droite : ça pacs ou ça casse. La Marche du siècle, France 3. 02.12.1998, 01h41.

Jean Marie Cavada anime ce débat sur le Pacs. Ses invités sont des représentants politiques de la majorité et de l’opposition : Catherine Tasca, Roselyne Bachelot, Jacques Desallangre, Patrick Devedjian, Martine Marcilhacy, Charles de Courson. Interviennent également le cardinal André Vingt-Trois, Eric Dubreuil, président de l’Association des parents gays et lesbiens, Philippe Malaurie, professeur de droit privé.

La Transsexualité ne sera plus classée maladie mentale en France. 12 13 Edition Nationale, France 3. 17.05.2009, 01min09

[Source : documentation France 3] La transidentité ne sera plus classée en France comme une maladie mentale, une décision gouvernementale qualifiée hier d'”historique” par les associations concernées, à la veille de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. L’OMS avait décidé le 17 mai 1990 de sortir l’homosexualité de la liste des maladies mentales. Il est donc symbolique que la France choisisse ce moment-là pour être “le premier pays au monde” à “supprimer la transidentité de la liste des maladies mentales “.

La Cour d’appel de Rennes a accepté le changement d’état-civil de Chloé. Journal 18h30, France Info. 16.10.2012, 01min21.

Reportage sur l’acceptation du changement d’état civil de Chloé, une femme transgenre, par la Cour d’appel de Rennes. Ce changement d’état civil avait été refusé par le tribunal de Brest. Le reportage comprend une interview de Chloé qui réagit à cette nouvelle.

Vote de la loi sur le mariage pour tous. Journal, I>TELE. 23.04.2013, 04min38.

Reportage consacré au vote de la loi sur le mariage pour tous. Arnaud Julien et Stéphanie Zenati sont en duplex à l’Assemblée nationale et au Conseil Constitutionnel pour revenir sur cet événement. Un extrait du discours de Christiane Taubira, qui est à l’origine du projet de loi est diffusé, ainsi que la réaction de Franck Riester, député. Est aussi évoquée la colère de Claude Bartolone, président de l’Assemblée à la suite de l’irruption de militants anti-mariage pour tous dans l’hémicycle. Le journal revient également sur les réactions des partisans et des opposants de la loi.

Les Transsexuels et la loi. La Chronique de Brice Couturier, France Culture. 21.11.2014, 04min50

Chronique de Brice Couturier sur la prise en charge de la transidentité par la loi, notamment à la suite de sa dé-psychiatrisation en France en mars 2010. Il s’interroge : Peut-on dire que la France observe, vis-à-vis du changement de sexe, une politique libérale ? Il évoque la difficulté rencontrée par les personnes transgenres dans leur parcours de transition et évoque les différences entre la France et d’autres pays européens sur cette question. Est aussi évoquée une polémique lancée par le dr Jean-Yves Nau sur la conservation des gamètes des personnes transgenres. On notera que la chronique utilise le terme de “transsexualisme” et non celui de “transidentité”.

Changement de sexe, changement de texte, que dit la loi ?  La Question du jour, France Culture. 31.10.2016, 06min52.

La loi pour la modernisation de la justice du XXIe siècle, adoptée en octobre 2016 à l’Assemblée nationale, comprend une mesure qui vise à simplifier le changement de sexe à l’état civil et de prénom pour les personnes transgenres. Anne-Marie Leroyer juriste, professeur à Paris 1, rapporteur du groupe de travail du rapport Théry Filiation, origines, parentalité est invitée pour traiter de cette question.

La Sociologue et l’ourson. Canal +. 12.12.2017, 01h17min.

[Source iMedia] “En utilisant des peluches, des marionnettes et des bouts de carton, Mathias Théry reconstitue les discussions qu’il a eues pendant un an avec Irène Théry, sa mère, sociologue spécialisée dans le droit et la famille. Alors que la France est déchirée par les débats sur le projet de loi du Mariage pour tous, ils évoquent ensemble l’évolution des notions de famille, de filiation et de transmission. En se basant sur les travaux de la sociologue, lors de ses interventions dans les médias ou encore à l’Assemblée Nationale, le film retrace ainsi un an de débats et de crispations nationales autour de la conjugalité et de la parentalité homosexuelle…”

La Longue marche des droits des homosexuels. Grand bien vous fasse ! France Inter. 24.04.2018, 51min06.

Magazine de société présenté par Ali Rebeih. Aujourd’hui, il reçoit José Caltagirone, coscénariste de la mini-série “Fiertés” sur Arte, et Martine Gross, docteure en sociologie et ingénieure de recherche au CNRS, pour parler de la lutte des homosexuels à faire reconnaitre leurs droits en France. Il est accompagné des chroniqueurs Serge Hefez et Marie Laure Zonszain.

Fiertés. ARTE. Série en 3 épisodes de 45min à 50min, 03.05.2018.

Cette série suit sur plusieurs générations la vie d’une famille à trois moments clés de l’histoire des droits LGBT en France : l’arrivée au pouvoir de François Mitterand en 1981, qui a représenté un moment d’espoir pour la communauté LGBT, l’adoption du PACS en 1999 et l’adoption de la loi autorisant le mariage pour les couples de même sexe en 2013. Sont par ailleurs évoquées des thématiques comme l’homophobie, la vie dans une famille homoparentale ou la séropositivité.

La PMA, pourquoi ça passe pas (2/2) ?  Camille, épisode 21, Binge Audio. 29.04.2021, 28min.

Source : www.binge.audio “La procréation médicalement assistée existe depuis les années 1980 en France. Alors, pourquoi son extension aux femmes célibataires et aux couples lesbiens pose-t-elle problème ? Ses opposants évoquent plusieurs arguments sociaux et éthiques, mais au fond, le vrai blocage se situe dans le dépassement du cadre hétérosexuel de la PMA. En quoi s’inquiéter de la pénurie de gamètes face à l’extension de la PMA revient à donner la priorité aux hétérosexuels dans leur projet de parentalité ? Pourquoi l’opposition entre « PMA sociale » et « PMA médicale » n’a-t-elle pas lieu d’être ? La loi bioéthique en discussion inclut-elle les personnes trans ?  Camille Regache répond à ces questions avec Maëlle Le Corre, journaliste, autrice de « La PMA pour les nuls ». “

JO de Tokyo : une athlète transgenre va participer aux JO en haltérophilie.  Le Journal, France 24. 22.06.2021, 02min10.

Reportage qui aborde l’autorisation accordée à une haltérophile transgenre, Laurel Hubbard de participer aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2021. Il s’agit de la première femme transgenre autorisée à participer aux Jeux Olympiques. Interviews de Kereyn Smith, patronne du comité olympique néo-zélandais, Katherine Deves, cofondatrice de Save Women’s sport Australia et Tracey Lambrecht, ancienne haltérophile néo-zélandaise.

Loi sur la bioéthique, la PMA pour toutes adoptée en France. Arte journal, Arte. 29.06.2021, 01min52.

Reportage. En France, la PMA pour toutes vient d’être adoptée par les députés à l’Assemblée nationale. Les femmes seules et les couples de femmes pourront bénéficier de la procréation médicalement assistée. Une autre mesure de la loi bioéthique, la levée de l’anonymat des donneurs, risque de freiner l’application de la loi. Commentaire sur images d’archives et factuelles. Interview d’Olivier Veran, ministre des solidarités et de la santé.

3.3 La subversion des normes de genre

On peut trouver des sources qui s’intéressent à celles et ceux qui, à travers des pratiques artistiques ou des choix de vie, remettent en cause les normes de genre établies. Il peut s’agir de drag kings ou drag queens, qui jouent avec les codes de la masculinité et de la féminité, mais aussi de personnes qui s’orientent vers une carrière professionnelle traditionnellement réservée à l’autre genre, d’hommes qui portent du maquillage, etc.

Drag Queens, Drag Kings, pratiques de travestissement comme moyen de subversion du genre

Ensemble de ressources sur le thème des Drag King et Drag Queen. Une définition de ces termes se trouve dans le lexique en fin de guide. Les adeptes de la pratique du drag jouent avec les codes de la masculinité ou de la féminité, souvent dans une volonté de subversion du genre. Ces personnages fascinent souvent et font l’objet de nombreuses émissions. On soulignera la présence moindre des drag kings par rapport aux drag queens dans les médias.

Les Travestis. Un jour futur, Antenne 2. 07.06.1975, 24min49, réalisation Gilles Daude.

Documentaire sur la vie de personnes qui se travestissent au quotidien ou au cabaret. On suit Cyril, sosie de Sofia Loren la nuit, “créature” le jour qui évoque la difficulté d’assumer son envie d’être une femme, le regard des autres, les hommes en particulier, la peur et l’incompréhension. A travers les images de numéros de transformisme, de son entretien avec son ami.e Griziela/Jacques, et de séquences dans la rue, on comprend combien ce statut est incompris et mal perçu.

Homme le jour reine la nuit. 52 sur la une : le magazine du grand reportage, TF1. 06.09.1995, 56min30

Jean Bertolino propose de découvrir dans ce reportage de Sylviane Schmitt la culture “drag queen”, venue des Etats-Unis.  Sylviane Schmitt brosse le portrait de chacun des membres des “Drag Supremes” : Philippe/Lady Barclay ; Stéphane/Miss Sue ; Vincent/ Pétunia et Eric/La Chose, puis de Lola, styliste français qui vit à New-York, et enfin de Vanina, qui débute dans cette activité. Les participants donnent leur définition des drag queens et présentent leurs activités.

Drag King. C’est pas le 20 heures, Canal +. 23.09.1995, 03min17.

Reportage à Londres chez Madame Jojo, boite de nuit Drag Kings. Ici, à l’inverse des Drag Queens, nous sommes en présence de femmes qui prennent l’apparence d’hommes. Plusieurs Drag Kings sont interrogés et donnent leur point de vue sur leurs activités.

Belles de nuit. Envoyé Spécial, France 2. 12.10.1995, 30min12.

Dans ce reportage, Michel Monpontet et Philippe Jassellin ont suivi quatre Drag Queens dans leur univers pour tenter de comprendre quel message elles essaient de délivrer. On les voit se préparer et participer à la gay pride de Paris, puis le reportage les suit dans leur vie nocturne.  Gérard Caron, sociologue donne ses interprétations de la culture Drag Queen, Philippe Renaut, producteur analyse la récupération très lucrative de ce phénomène. Dans le reportage, on croise aussi le chanteur Patrick Juvet qui donne son avis sur les Drag Queens.

Se travestir. Tea Time Club, France Inter. 04.08.2014, 56min04.

Magazine présenté par Caroline Gillet consacré au travestissement en compagnie de Louise de Ville comédienne et drag-king, et Alice Pfeiffer, journaliste. Des témoignages viennent enrichir la discussion. La musicienne Floy Krouchi nous parle des hijras, le troisième genre en Inde. A Bangalore, Floy a réalisé un documentaire radiophonique pour France Culture, Hijras Diaries. Témoignage d’une femme transgenre, ainsi que du président d’une association de défense des droits des homosexuels en Polynésie.

Salut les terriens ! 24.01.2015, 01h13min.

Talk-show animé par Thierry Ardisson. Il reçoit en particulier la travestie et artiste américaine Louise de Ville pour ses ateliers de Drag King.

Conchita Wurst. Boomerang, France Inter. 24.06.2015, 31min27.

Magazine culturel présenté par Augustin Trapenard. Il reçoit Conchita Wurst, drag-queen, à l’occasion de la sortie de son album Conchita et de son autobiographie Moi, Conchita (Ed de l’Archipel). Elle donne sa vision de l’Europe, définit le “nous” dont elle se revendique et évoque le débat du genre. Elle explique la différence entre transesexuel et travesti, drag queen, puis explique comment l’Eurovision a changé sa vie.

Drag queen, reines de la pop culture. Entrée libre, France 5. 02.03.2017, 05min04.

Reportage consacré au monde des drags queens à l’occasion du spectacle Priscilla folle du désert mis en scène par Philippe Hersen au Casino de Paris. Le spectacle est une adaptation du film culte Priscilla, folle du désert de Stéphan Elliott. Laurent Mercier, artiste de cabaret, et Sam Bourcier, sociologue sont interviewés.

Le phénomène RuPaul’s drag race. Le journal de la philo, France Culture. 19.02.2019, 04min43.

Chronique qui présente l’émission RuPaul’s Drag Race, un concours de drag queen qui a contribué à faire connaître les drag queens au grand public. L’émission, lancée en 2009 compte aujourd’hui 13 saisons.

Paris is Burning. France 2. 24.09.2019, 01h13.

 [Source iMedia] “Au milieu des années 1980, Jennie Livingston a commencé à suivre la ‘ball culture’, qui réunit à New York la communauté LGBT afro-américaine et hispanique. (…) Filmé à partir du milieu des années 1980, son documentaire s’intéresse à la ‘ball culture’ new-yorkaise. Pendant sept ans, Jennie, se rend à des ‘bals’ organisés par la communauté LGBT afro-américaine et hispanique. Au cours de ces soirées, les participants s’affrontent dans des défilés ou à travers la danse. C’est dans ces soirées qu’est née la ‘vogue’, ou ‘voguing’. C’est lors de son premier voguing que Jennie a rencontré la danseuse et drag Willi Ninja ainsi que Venus Xtravaganza, alors adolescente…”

Queendom (France TV Slash).

Web-documentaire qui suit le quotidien et retrace les réflexions de Le Filip, Shigo LaDurée et Cookie Cunty, trois drag-queens parisiennes au moment de la pandémie de Covid-19.

Subversion des normes dans le monde professionnel : des femmes qui font des “métiers d’homme” et inversement ?

La Femme et le travail : celles qui font des métiers d’homme. Journal les Actualités Françaises, Actualités Françaises. 30.03.1966, 02min53.

Voyage de Mme Indira Gandhi, nouveau premier ministre d’Inde à Paris, à l’invitation du président de la République. Réception à l’Elysée par De Gaulle en présence du premier ministre, Georges Pompidou et de sa femme. Rétrospective sur la condition féminine et les travaux traditionnellement dévolus aux hommes et effectués par les femmes à travers le monde.

Des Femmes qui exercent un métier d’homme. Aujourd’hui Madame, 2ème chaîne. 18.01.1973, 47min37.

Magazine présenté par Gilbert Kahn et Nicole Andre. Sont invité.e.s des télespectatrices ainsi que Simone Rozes, magistrate ; Francine Chetochine, seule femme chirurgien du cœur ; Jean Yves Neveu, médecin ; Henri Dontenwille, magistrat. Les différentes personnes présentes sur le plateau partagent leurs opinions et expériences à propos des femmes qui exercent “un métier d’homme”.

Emploi féminin : trop de métiers n’ont pas encore de féminin : puzzle. Message Publicitaire, Antenne 2. 28.05.1979, 32min.

Campagne de prévention diffusée en 1979 et visant à inciter les femmes à se diriger vers certaines professions et domaines professionnels où elles sont encore sous-représentées.

Ces Femmes qui font un métier d’homme. Bas les masques, France 2. 07.12.1994, 01h03.

Mireille Dumas consacre cette émission aux femmes qui font un « métier d’homme » et à un homme qui fait “un métier de femme”. Interviennent : Dann Loustallot, première femme caméraman, Yvette, entraineuse de boxe ; Marie Ange aujourd’hui capitaine des pompiers et chef de corps, Laurence, officier radio sur un cargo ; Pauline, rabbin, unique femme à diriger une communauté Judaïque en Europe continentale. Brigitte engagée dans la gendarmerie,  première femme pilote d’hélicoptère au GIGN ; Willy “sage-femme”.

Madame fait un métier d’homme. Evelyne, TF1. 04.07.1996, 38min37.

Evelyne Thomas reçoit 4 femmes qui font un « métier d’homme » : Myriam Ruppa-pesnel, ancien agent maritime au port du Havre, Dominique, routier, Florence, pompier et Dominique pilote d’hélicoptère au GIGN. Leurs témoignages alternent avec des commentaires du public.

Collection : Métiers au féminin. France 5. 6 épisodes de 26min diffusés entre le 03.06.2002 et le 10.06.2002

Série documentaire qui documente le parcours de plusieurs femmes qui occupent des métiers traditionnellement considérés comme masculins. Elles racontent leur quotidien et les éventuelles difficultés qu’elles ont pu rencontrer. Ces femmes sont membre de la Brigade fluviale de la Seine, pilote de rallye dans la catégorie Camion, chauffeur de poids-lourd, navigatrice, entraîneuse de chevaux de courses, jockey, élève en formation d’officier à l’École Navale ou capitaine d’un bateau de pêche.

Les Métiers ont-ils un sexe. Dans ma boîte, France 5. 13.11.2002, 31min

Thierry Dugeon reçoit dans ce magazine Françoise Nallet, déléguée générale de l’association “Retravailler”, et Philippe Cruellas, psychanalyste, pour évoquer la question du genre et des professions. Il s’entretient en duplex par webcam interposée avec une femme peintre en finition. Reportage sur un homme sage-femme et une ingénieure motoriste.

Ces Hommes qui ont un métier de femme. Tellement Vrai, NRJ12. 23.06.2011, 01h44.

Magazine qui suit le quotidien de plusieurs hommes qui occupent des métiers traditionnellement réservés aux femmes : un esthéticien, un homme sage-femme, un vendeur d’objet érotiques et un danseur qui témoignent de leur expérience.

L’égalité homme-femme dans certains métiers. Info en continu : 18h30 émission du 14 juillet 2011. Radio France International. 14.07.2011, 03min19.

Court sujet qui s’intéresse à l’égalité homme-femme dans certains métiers, avec une interview d’un homme sage-femme et de Jeanne Faniani, sociologue qui aborde le sujet du genre et des professions.

Quand les femmes se déguisaient pour faire des métiers d’homme. Les Petites histoires de France Bleu, France Bleu. 20.05.2019, 03min.

Chronique de Jérôme Prod’homme qui revient sur quelques exemples historiques de femmes qui se sont travesties pour pouvoir exercer certains métiers traditionnellement réservés aux hommes. Il parle de Marie Marvingt qui s’est engagée dans la première guerre mondiale, Hannah Snell, femme marin du XVIIIème siècle, Hua Mulan qui a inspiré le film Mulan, Agnodice, femme médecin de l’Antiquité,  Rena Rusty Kanokog, judoka, etc.

Masculinité(s) et féminité(s) : des normes de genre en évolution

L’unisex ou les conséquences des cheveux longs. Journal les Actualités Françaises, Actualités Françaises. 11.05.1966, 01min02.

Reportage sur la mode des cheveux longs pour les jeunes hommes, mode qui veut secouer le carcan des conventions. Le reportage à lieu à Stockholm et se penche sur la mode beatnik où filles comme garçons portent les cheveux longs.

La Virilité n’est plus ce qu’elle était. Objectif Sur, Antenne 2. 14.06.1977, 02h08.

Émission entière consacrée à la condition masculine. Les participants donnent leur définition de la virilité aujourd’hui, montrent l’influence de la libération de la femme sur le comportement des hommes. Émission coupée de petits reportages, extraits de films et chansons.  On y trouve un sketch de quelques minutes où un journaliste interpelle des personnes dans la rue en se trompant sur leur genre en raison d’un style vestimentaire de plus en plus neutre.

Monographie : Le coeur et le corps : du masculin dans les années soixante. Marie-Véronique Gauthier, 1999. Ed. Imago.

Résumé éditeur : « Pour sa très célèbre et très populaire émission de radio sur RTL, Ménie Grégoire reçut, de 1967 à 1981, des milliers de lettres exposant un problème affectif, demandant un conseil, réagissant face un thème débattu à l’antenne.

Dans cette énorme correspondance, déposée dans un fonds d’archives, Marie-Véronique Gauthier a dépouillé, puis finement analysé, les lettres écrites entre 1967 et 1969, dans lesquelles des hommes de tout âge, de tout milieu, de toute profession se dévoilent, sollicitent un avis, expriment leurs convictions, leurs colères, leurs souffrances… Dans ces mois qui précèdent et suivent mai 68, sont ainsi livrées interrogations ou opinions sur la famille, le mariage, le divorce, le féminisme, l’avortement, la sexualité… Tout ceci du point de vue de l’homme. Ces nombreuses confidences épistolaires permettent de dresser un véritable état des mentalités masculines, à une période charnière caractérisée par une étonnante mutation des moeurs. Marie-Véronique Gauthier est docteur en histoire et a déjà publié Chanson, Sociabilité et Grivoiserie au XIXe siècle (Aubier). »

La Femme et le pantalon : conquête d’une liberté. Concordance des temps, France Culture. 11.09.2010, 59min18

Jean Noël Jeanneney reçoit Christine Bard, professeure d’histoire et autrice, à l’occasion de la parution de son livre Une histoire politique du pantalon (Seuil). Ils vont évoquer la lutte des femmes pour le droit de se vêtir librement et pouvoir porter le pantalon.

Masculinité. Culture Musique, France Culture. 4 épisodes de 55min diffusés entre le 18.01.2016 et le 21.01.2016.

Ce magazine musical s’intéresse aux normes de virilité sous le prisme de la musique. Il est présenté par Etienne Menu et Matthieu Garrigou-Lagrange. Le premier épisode s’intitule « Masculinité : la virilité exacerbée » ; le second « Masculinité : dandys, éphèbes, travestis, androgynes » ; le troisième « Masculinité : poètes cosmiques, garçons asexués et losers impuissants » et la dernière partie est nommée : « Masculinité : figures contemporaines de la masculinité, du Punk à Kanye West ». Un historique et un éventail des différentes formes de masculinité est présenté, accompagné de nombreuses sources musicales.

Je suis un homme en jupe. C’est mon choix, Chérie 25. 25.01.2016, 57min40.

Talk-Show présenté par Evelyne Thomas, qui s’intéresse aux hommes qui portent des jupes. Plusieurs invités –  dont le président de l’association Hommes en Jupe et deux créateurs de mode – témoignent autour du port de la jupe au masculin, et débattent entre eux et avec le public.

Cosmétique homme beaux et virils. 66 minutes, M6. 11.06.2017, 13min31.

Reportage consacré à la tendance des cosmétiques pour hommes. Illustration avec un homme consommateur de cosmétiques, le youtubeur Winslegue qui participe à une websérie pour une marque de cosmétiques, Corentin Letort, créateur d’une marque de cosmétiques pour hommes. On voit également une boutique spécialisée, ainsi qu’un cours de maquillage pour homme, ou grooming.

Masculins, est-ce ainsi que les hommes se vivent ? LSD, la série documentaire, France Culture. 4 épisodes de 52 min, diffusés entre le 04.06.2018 et le 07.06.2018

Série documentaire consacrée à la notion de masculinité présentée par Juliette Boutillier. La première partie évoque la question de ce qu’est un garçon avec Garance Bonotto, comédienne, Christophe Pellet, écrivain, Eddy de Pretto, chanteur et Pauline Rousseau, photographe. Le deuxième épisode évoque la domination masculine et intègre les témoignages de Mariette Darrigrand, sémiologue, Eric Fassin, sociologue, Olivia Gazale, philosophe, Pauline Rousseau, Georges Vigarello, historien. Le troisième volet évoque les stéréotypes transmis par l’école, avec Emmanuelle Berthiaud, historienne, Clément Boutillier, instituteur, Stéphane Clerget, pédopsychiatre, Cédric Le Merrer, créateur du blog « Le mecxpliqueur » et un professeur de français. La dernière émission se penche sur les codes de la séduction masculine. Silvain Gire, directeur d’Arte Radio, un ferronnier d’art, un aide- soignant, un coach en séduction, Mélanie Gourarier, anthropologue, Pauline Rousseau, Franck Lamy, commissaire de l’exposition Cherchez le garçon et Philippe Arlin, sexologue participent à la discussion.

Périodique : Femmes et féminités en évolution dans le cinéma et les séries anglophones. Genre en séries : cinéma, télévision, médias, n°8, coordonné par Marianne KAC-VERGNE. 01.10.2018. Ed. Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Source : www.u-bordeaux-montaigne.fr

« Ce dernier numéro s’inscrit dans la tradition anglophone de la critique féministe des productions audio-visuelles qui remonte aux années 1970 avec la parution de l’ouvrage de Molly Haskell (From Reverence to Rape, 1974) ainsi que de l’article célèbre de Laura Mulvey (“Visual Pleasure and Narrative Cinema”, 1975). Cependant, sous l’influence des Cultural Studies, ce numéro intègre une nécessaire prise en compte du contexte de production et de réception : les articles sont organisés de façon chronologique, du cinéma muet des années 1920 au dernier opus de la franchise Pitch Perfect sorti en 2017, afin de montrer les évolutions sur le temps long de la féminité, ou plutôt des féminités, dans une dimension transatlantique qui reprend les constants allers-retours de la pensée féministe. »

3.4 Inégalités entre les hommes et les femmes : quelles évolutions ?

Cette partie du guide dresse un panorama des sources qui s’intéressent aux inégalités entre hommes et femmes, au vécu spécifique des femmes en situation de précarité et à l’acquisition de nouveaux droits pour les femmes dans différents domaines de la vie sociale : monde professionnel, vie politique, sphère privée.

Dans le monde professionnel

La Femme et le foyer, Programme Parisien. 24.08.1950, 13min03.

Éléments montés du magazine du Journal parlé “La Femme et le foyer “. Le magazine comprend la chronique d’une journaliste anglaise, Mme March qui aborde les difficultés rencontrées par la femme qui travaille en Angleterre, et les inégalités entre les hommes et les femmes dans le monde du travail, ainsi que les professions qui lui semblent les plus égalitaires. Elle mentionne aussi le rôle que les hommes doivent jouer dans la réalisation des tâches ménagères.

Les Femmes et le travail. Seize millions de jeunes, 2ème chaîne. 22.07.1965, 27min17.

En 1965, une femme doit-elle travailler au même titre qu’un homme ? Que peut-elle y gagner ou y perdre ? Ce reportage est parti à la rencontre de deux femmes de milieu aisé , qui donnent à ces questions une réponse différente. Christiane Collanges, rédactrice en chef de L’Express s’exprime à propos du travail des femmes, de la maternité et de la signification différente du travail selon les classes sociales. Pour Jean Ferniot, interviewé aux côtés de son épouse, le travail de la femme est essentiel à son équilibre personnel et à celui du couple. Le deuxième témoignage est apporté par Catherine, femme au foyer.

Femme au travail. Aujourd’hui Madame, 2ème chaîne. 09.10.1973, 50min

Le magazine consacre son débat du jour au travail des femmes. L’émission est animée par Gilbert Kahn et Nicole Andre. Les invités sont :  Claude Du Granrut, du Comité du travail féminin, des représentant·e·s de la CGT, de l’UNAF, et du CNPF et les téléspectatrices. Les sujets abordés sont l’accélération de l’entrée dans la vie active des femmes, les salaires, les raisons pour lesquelles les femmes travaillent, la formation, la mauvaise orientation, le mi-temps et la loi sur l’égalité du travail, l’épanouissement des femmes au sein du travail.

Inégalité salaires femmes. Le journal de 20 Heures, Antenne 2. 16.06.1978, 02min43

Reportage. Malgré la loi de 1972 sur l’égalité des salaires entre hommes et femmes, les femmes perçoivent toujours, à travail égal, des salaires inférieurs d’environ 30% à ceux des hommes, et les plaintes en justice en peu nombreuses. Interviews d’une avocate, sur la difficulté de prouver la discrimination et d’une cadre discriminée au niveau de sa promotion professionnelle.

Chômage doit-on renvoyer les femmes à la maison ?  Français si vous parliez, France 3. 15.03.1994, 42min.

André Bercoff anime ce débat au titre polémique sur le thème : en période de crise doit-on renvoyer les femmes à la maison ? Sur la tribune, Pierre Pascallon, député RPR, explique les raisons d’un salaire parental. Christiane Collange, écrivain, dresse le portrait de la femme qui travaille. Martine Freminville, cinq enfants, “golden girl” à temps partiel, défend le libre choix de la femme et le temps partiel. Georges Hatchuel, vice-président du CREDOC donne la photographie de la famille française de 1994. Aymar de Rozieres raconte son expérience de père au foyer. Dans le public, plusieurs femmes témoignent de leur expérience et Dominique Marcilhacy cerne les limites du projet gouvernemental en matière de congé parental.

Egalité professionnelle entre les hommes et les femmes. Rue des entrepreneurs, France Inter. 06.03.1999, 46min.

Magazine présenté par Didier Adès et Dominique Dambert consacré à l’inégalité des hommes et des femmes au travail et en politique. Les invités sont : Brigitte Douay, députée PS, Pierre-Alain Douay, son mari, conseiller municipal PS, Margaret Maruani, sociologue, Anne-Marie Colmou, maître des requêtes au Conseil d’Etat, Eric Albert, psychiatre, Isabelle Parize vice-présidente de Henkel, Dominique Anxo, dir. du centre d’études des marchés du travail en Europe, Marie-France Boutroue de la CGT, Jean-Claude Bou directeur de L’ANPE de Decazeville.

Femmes et travail. Femmes : les trois révolutions du siècle, France 2. 28.03.1999, 01h06.

Ce documentaire va à la rencontre de femmes, pour voir leur regard sur le monde du travail où elles sont victimes d’inégalités. Il s’intéresse aussi aux femmes qui pratiquent des métiers habituellement réservés aux hommes. Il recueille de nombreux témoignages de femmes sur leur parcours ou leur milieu professionnel.

Le Travail des femmes : travail salarié et travail domestique. Staccato, France Culture. 09.06.1999, 01h45.

Magazine sur le travail des femmes, qu’il soit salarié ou domestique avec plusieurs invités.e.s : Annie Fouquet et Margaret Maruani, sociologues ; Jérôme Segal, historien, Evelyne Febrer, animatrice du secteur confédéral Femmes-mixité à la CGT et Josette Dixneuf, responsable de la délégation Femmes à la CFDT. Eve-Marie Zizza-Lalu intervient pour parler des femmes créatrices d’entreprises.

Travail de nuit des femmes : recul social ou avancée professionnelle ? Le Téléphone sonne, France Inter. 28.11.2000, 39min.

Alain Bedouet et ses invitées évoquent dans ce débat le travail de nuit des femmes à l’occasion de la discussion du projet de loi à l’Assemblée nationale. Deux invitées répondent aux questions des auditeurs : Nicole Pery, secrétaire d’Etat aux Droits de la Femme et Michèle Monrique, secrétaire confédérale Force Ouvrière.

L’économie du genre : l’inégalité au travail. Entendez vous l’éco ? France Culture. 07.11.2017, 59min02.

Maylis Besserie reçoit Hélène Perivier, économiste à l’OFCE, coresponsable du Programme de Recherche et d’Enseignement des Savoirs sur le Genre (PRESAGE) et Dominique Meurs, économiste. Les thèmes abordés sont les inégalités femme-homme au travail, et le système qui soutient cet état de fait, ainsi que l’origine de ces inégalités.

Dans la vie politique

Les Femmes et la politique. Liberté de l’esprit, 1ère Chaîne. 16.10.1958, 31min31.

Quelques semaines après le référendum du 28 Septembre 1958 à propos de la Constitution de la Vème République, Pierre Corval réunit des femmes pour débattre des femmes et de la politique. Certaines des invitées sont engagées dans la politique comme Louise Weiss, écrivaine ou Janine Alexandre Debray, conseillère municipale à Paris. D’autres – une journaliste, une étudiante, une secrétaire –  s’y intéressent de loin, voire pas du tout. Tout au long de l’émission, Pierre Corval s’adresse avec une certaine condescendance à ses invitées. Chacune est invitée à expliquer son engagement politique. Toutes affirment avoir déterminé leur position après avoir comparé les deux constitutions, ce qui étonne P. Corval.

Problème de l’abstention des femmes en politique. JT 13H, 1ère Chaîne. 15.11.1958, 04min52.

A l’approche des élections législatives des 23 et 30 novembre, avenue des Champs-Élysées à Paris, Jacqueline Baudrier demande à plusieurs femmes si elles votent, ce qui motive leur choix, les problèmes qui leur paraissent importants à résoudre. Plusieurs d’entre elles évoquent la guerre d’Algérie.

La Présence féminine dans la vie politique. Le Téléphone sonne, France Inter. 20.01.1978, 39min.

Débat sur la participation des femmes à la vie politique, avec pour invité.e.s  Jacqueline Delatte, membre de la Commission du 18ème arrondissement de Paris ; Catherine Lalumiere, PS ; Emilienne Nokovics, PR ; Gisèle Moreau, députée de Paris, PC. Les différents intervenant.e.s répondent aux questions des auditrices et auditeurs. Les thèmes abordés sont les contraintes empêchant les femmes de participer à la vie politique ; l’évolution de la participation des femmes ; les tâches professionnelles subalternes de la plupart des femmes ; le rôle des femmes dans les syndicats ; l’originalité de la pensée des femmes en politique ; les femmes ayant des responsabilités dans le gouvernement ; les rapports entre le rôle de mère, d’épouse et de militante ; l’attitude de l’électorat vis-à-vis des femmes candidates ; les prévisions du vote des femmes pour les élections législatives ; l’accession des femmes aux plus hauts postes de responsabilité.

Misogynie politique. Aujourd’hui la vie : chicane et zizanie, Antenne 2. 28.11.1985, 45min.

Pour ce débat, Jacques Merlino a réuni des femmes ayant une activité politique. Sont présentes : Yvette Roudy, ministre des Droits de la Femme, Edwige Avice, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports passée au ministère de la Défense, Hélène Missoffe et Monique Pelletier, anciennes ministres dans le gouvernement Barre, qui discutent avec d’autres femmes ayant des fonctions politiques ou bien intéressées par ce domaine. Toutes se posent la question de la sous-représentation des femmes dans les instances politiques Françaises, de la difficulté de construire sa carrière politique étant donné le retard pris sur les hommes à cause des idées reçues et du temps consacré à la famille.

Femmes et politique. Femmes : les trois révolutions du siècle, France 2. 21.03.1999, 01h04.

Janine Mossuz Lavau et Maurice Dugowson font le point sur le machisme en politique dans un contexte de vifs débats sur la parité. Ils ont interviewé des femmes ayant (eu) des responsabilités politique. Dans le documentaire, la parole est donnée à Françoise Gaspard, représentante de la France à l’ONU, à Roselyne Bachelot, à plusieurs hommes politiques qui donnent leur opinion sur le sexisme en politique. Le documentaire inclut aussi des images où Dominique Voynet parle des menaces sexistes envers les fonctionnaires de son ministère. La première femme premier ministre, Denise Cacheux raconte les commentaires salaces qui ponctuaient son discours d’investiture suivie par Edith Cresson qui aborde elle aussi le sexisme.  Renaud Dutreil, André Santini, Marisol Touraine et Marie Jeanne Nicoli, interviennent ensuite.

Le Sexisme en politique : un mal dominant. La Case du siècle, France 5. 26.04.2015, 52min29.

Documentaire consacré à la position des femmes dans le milieu de la politique qui aborde les problèmes de sexisme en politique, ainsi que les réponses et réactions des femmes victimes face à des agressions de ce type. Les intervenant.e.s sont Jean-Luc Melenchon, député Européen ; Roselyne Bachelot, ancienne Ministre UMP ; Aurélie Filippetti, députée PS ; Anna Cabana, journaliste politique ; Pascal Perrineau, politologue ; Chantal Jouanno, sénatrice UDI ; Marie-Jo Zimmermann, députée UMP ; Barbara Pompili et Cécile Duflot, députées EELV ; Michelle Perrot, historienne ; Marine Le Pen, présidente du Front National ; Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat à la famille ; Nathalie Kosciusko-Morizet, vice-présidente de l’UMP ; Eric Fassin, sociologue ; Samia Ghali, sénatrice PS

Kreatur#16 : Les femmes en politique. Arte.tv Juin 2021. 6 reportages de 02min à 05min.

Le magazine féministe Kreatur s’intéresse pendant un mois à la place des femmes en politique, avec de courts reportages et interviews. Ces différents épisodes sont intitulés : « Quid d’une diplomatie féministe » ; « Quelle est la place des femmes en politique ? » ; « Où sont les femmes en politique ? » ; « Merkel : quel bilan en matière d’égalité femmes-hommes ? » ; « Elles aussi : les femmes s’entraident en politique » et « Chère Madame Baerbock ».

Inégalités dans le domaine de l’intime et dans la sphère domestique

Travail domestique et précarité des femmes

Proposition de loi : autorité parentale pour puissance paternelle. Controverses, France Inter. 24.10.1964, 10min55.

Entretien avec Christiane Collange, directrice en chef du journal L’Express et maître F. Lastrade de Chavigny, avocat à la Cour d’Appel au sujet de la proposition de loi visant à remplacer la puissance paternelle par l’autorité parentale. Cette réforme semble importante à Mme Collange : pour elle il est normal de faire correspondre la loi à une réalité sociale où les femmes occupent désormais une place plus importante dans la vie publique et la gestion du foyer. M. Lastrade de Chavigny aborde cette question d’un point de vue juridique, puis donne son point de vue : pour lui il est nécessaire que les femmes occupent une place secondaire car cela correspond à un usage immémorial.

Liberté égalité féminité nouveaux régimes matrimoniaux. Panorama, 1ère Chaîne. 09.04.1965, 09min59.

Un projet de loi portant sur la réforme des régimes matrimoniaux sera bientôt présenté à l’Assemblée nationale. Les femmes mariées auront d’avantage de droits dans la gestion des biens communs. Commentaire (à tonalité humoristique) sur images d’un mariage et de couples et de saynètes interprétées par des acteurs pour illustrer les principales dispositions du projet de loi. Micro-trottoir et interview de Jean Foyer, ministre de la Justice et de Mme Majorel, secrétaire générale du Conseil National des Femmes Françaises.

Pour ou contre la femme au foyer. Régie 4, 2ème chaîne. 15.04.1969, 01h36min.

Magazine consacré à la question du travail féminin. Pierre Desgraupes anime un débat où partisans et adversaires du travail des femmes, présentent leurs arguments comme dans un tribunal. Pour cela, il reçoit sur le plateau les deux avocats de la cause : Yves Cournot, partisan de la femme au foyer, et Hervé Cren qui défend la thèse opposée. Des témoins apportent leur expérience sur l’opportunité pour une femme de travailler à l’extérieur. Les débats sont ponctués par la diffusion d’extraits d’émissions. ATTENTION : Il manque la fin de l’émission.

Enquête sur autorité parentale. JT 20H, 2ème chaîne. 08.04.1970, 04min40.

Un projet de loi introduit dans le Code civil l’autorité parentale conjointe en remplacement de la puissance paternelle et de la notion de “chef de famille”. Le texte dispose que désormais, les deux époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille.  Alternance d’un micro-trottoir et d’interviews du professeur Pierre Sabatier, qui émet des réserves sur la disparition du chef de famille, et de M. Arfeux, secrétaire général des associations familiales UNAF, favorable au projet de loi. Commentaire de Christiane Collange, journaliste, écrivain.

Grandeur et misère des travaux ménagers. Aujourd’hui Madame, 2ème chaîne. 16.10.1974, 44min25.

Ce magazine, présenté par Valérie Manuel et Jacques Garat, est consacré aux travaux ménagers et à la place qu’ils prennent dans la vie quotidienne des femmes. Sont réunis sur le plateau pour en parler des téléspectatrices et un homme au foyer. Reportage chez une “parfaite femme d’intérieur”, avec une cuisine très équipée.

Femmes à la rue, comment font-elles. Français si vous parliez, France 3. 21.03.1994, 42min27.

Ce magazine présenté par André Bercoff s’intéresse aux femmes sans abri. Plusieurs femmes qui ont vécu à la rue apportent leur témoignage. Entretiens avec des militantes de l’association Coeur de femme, Patrick Gaboriau, ethno-psychologue, Ramatou Keita, journaliste, et Hubert Prolongeau, grand reporter, auteur de Sans Domicile fixe.

Les Femmes au foyer sont-elles vraiment désespérées ?  Ca se discute, France 2. 23.11.2005, 02h23.

Ce magazine-débat, animé par Jean-Luc Delarue, est consacré aux femmes au foyer. On suit le quotidien de plusieurs d’entre elles, d’autres témoignent en plateau. Il intègre des interviews d’Edith Betsch, présidente de l’Union Nationale Femmes Actives et Foyer, d’Alain Carraze, spécialiste de séries, de Catherine Roig, journaliste à Elle, de Dominique Frischer, psychosociologue et de Daniel Mach, député.

Femmes précaires, réalisé par Marcel Trillat. France 2. 12.01.2006, 81min.

Documentaire. Portraits croisés relatant le quotidien professionnel et familial de cinq femmes, salariées à temps partiel et gagnant moins que le SMIC. Le documentaire alterne des scènes de la vie quotidienne des protagonistes, avec leur témoignage et celui de leurs proches.

Tant qu’il y aura de la poussière. Théma. Le Torchon Brûle, ARTE. 21.12.2010, 52min27

Documentaire consacré à l’inégalité de la répartition des tâches ménagères au sein des couples. Les tâches ménagères sont à 80 % assurées par les femmes et sont à l’origine de 47 % des disputes conjugales. Neuf couples témoignent de leurs expériences personnelles dans ce domaine. Interviews de Roland Pfefferkorn, sociologue, et d’Elida Romano, thérapeute familiale et de couples.

Des Chaussettes et des hommes. Les Couilles sur la Table, épisode 03, Binge Audio. 12.10.2017, 34min.

Source : www.binge.audio “Comment les hommes vivent-ils leur espace ?  Quel est donc ce “sol de verre” qui semble les empêcher de ramasser leurs chaussettes ? Titiou Lecocq, journaliste, cohabite avec ses deux garçons (Têtard et Curly) et leur père (Monsieur Chaussette). Durant deux ans, elle a enquêté sur un sujet injustement méprisé – les tâches ménagères – et signe “Libérées ! Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale” (Fayard). Quelles solutions pour plus d’égalité ? Un sujet éminemment politique ; parce que le quotidien, c’est tout ce qu’on a.”

Les Invisibles. Long métrage de Louis-Julien Petit. Canal + 22.10.2019, 01h40min

Comédie française sortie en 2018 et adaptée du livre Sur la route des invisibles, femmes dans la rue de Claire Lajeunie. Le film raconte la mobilisation de travailleuses sociales à la suite de l’annonce de la fermeture d’un foyer d’accueil pour femmes sans-abri, et cherche à retransmettre le quotidien de leurs vies.

Inégalités en matière de droits reproductifs, de santé et de sexualité

A propos de la contraception. Chaîne non déterminée. 01.01.1968, 32min

Ce documentaire est une expérience de tournage menée par le Service de la Recherche en 1968. Des cinéastes amateurs ont tourné ce film à l’aide de caméras légères super 8. Les propos tenus par des personnes d’âge différents sont diffusés en alternance pour montrer les divergences dans leurs propos. Les personnes interviewées parlent de la contraception, de l’avortement, de la liberté sexuelle, etc.

La Virginité honte ou fierté ? Aujourd’hui madame, Antenne 2. 23.06.1976, 54min.

Pour répondre à la question “Que pense-t-on de la virginité aujourd’hui ?” Valérie Manuel et Nicole Andre reçoivent deux écrivains dans le cadre de ce magazine : Michel de Saint-pierre et Michèle Perrein, et un ethnologue, Claude Riviere, auteur de Mutations sociales en Guinée. Précédé d’un micro-trottoir sur la virginité, le débat entre les invités et les téléspectatrices présentes sur le plateau est illustré par un extrait du film de Jean Eustache La Rosière de Pessac.

Le Plaisir au féminin. Français si vous parliez, France 3. 09.04.1993, 54min.

André Bercoff, à Lyon, interroge ses invités et le public, dans le cadre d’un débat sur le plaisir des femmes. Les personnes invitées sont Pierre Lavoisier, médecin, Danielle Sroussi, sexologue, Antoine Wattrelot, gynécologue ; Christine Dethuyle, Philippe Vuattoux, psychiatre, et Nicolas Lavoisier, biophysicien.

Femmes et sexualité. Femmes : les trois révolutions du siècle, France 2. 14.03.1999, 01h03min.

Maurice Dugowson a rencontré des femmes de tous âges et niveau social. Ce documentaire est le fruit de ces interviews, qui portent sur la sexualité, la contraception, l’avortement, la séropositivité, etc. Participation du docteur Jean Carpentier qui apporte un point de vue médical, ainsi que de deux femmes cinéastes Catherine Breillat et Brigitte Rouan qui parlent de sexe et abordent notamment la pornographie.

Les Tabous du plaisir féminin. Les Tabous de, France 2. 14.11.2007, 02h13min.

Magazine consacré aux tabous liés au plaisir féminin. Karine Le Marchand reçoit le comédien François Berleand, des experts et des anonymes, venus témoigner. Les différents reportages sont consacrés à Maïna Lecherbonnier, qui a décidé d’écrire ses aventures sexuelles sans aucun tabou, au libertinage, au plaisir féminin dans la pornographie, à la chirurgie esthétique du sexe. Une autre partie de l’émission est consacrée à l’excision. Les invité.e.s présent.e.s sur le plateau sont : François Berleand, acteur ; Sophie Cadalen, psychanalyste; Catherine Solano, sexologue ; Pierre Desvaux, sexologue ; etc. Les thèmes abordés sont le plaisir sans tabou, le libertinage, l’échangisme, le sado-masochisme, etc.

Sexualité : les femmes se sont-elles émancipées ? Service Public, France Inter. 05.03.2015, 50min59.

Guillaume Erner consacre son émission à l’émancipation des femmes depuis les dernières décennies. Pour en parler il s’entretient avec Nathalie Bajos, sociologue, Marie-Hélène Bourcier, activiste et maître de conférence à l’université de Lille 3, et Diane Ducret, autrice. Le magazine est ponctué par un reportage de Raphaëlle Mantoux.

Rouge comme les règles. LSD, La Série Documentaire, France Culture. 3 épisodes de 55min diffusés entre le 16.10.2017 et le 18.10.2017.

Cette série documentaire s’intéresse aux menstruations. Le premier épisode aborde le tabou qui pèse autour des règles avec Delphine Horvilleur, rabin ; Nahema Hanafi, historienne ; Charles de Miramon, médiéviste ; Elise Thiébaut, autrice ainsi que trois jeunes filles de 18 ans. Le second épisode aborde les expériences et vécus de la menstruation, par des femmes mais aussi des hommes. Les invité.e.s sont : Aurélia Mardon, sociologue et autrice ; Vincent Jean Mayer qui donne son ressenti d’homme ; Noua, du blog Unique en son genre ; Laure Naimski, écrivaine ; Sophie Daull , comédienne ; Blandine Lenoir, réalisatrice ; Sabine Macher, Jack Parker, autrices. La dernière partie est consacrée aux protections périodiques et à la difficulté rencontrée par les personnes menstruées sdf pour la gestion de leurs règles. Interviennent : Ranzika Faïd, de l’Association Mobil Douche ; Tara Heuzé, présidente de Regles élémentaires ; Maya, sex worker, militante du STRASS ; Fanny Godebarge, créatrice de Clean your cup ; Guilhem Arnal, publiciste ; Benj Rousseau-Drouet, taoïste ; Elise Thiébaut, autrice ; Christophe Hardy et Sophie Daull, comédiens.

Contraception masculine : au tour des hommes. Les Couilles sur la table, épisode 20, Binge Audio. 07.06.2018, 37min.

Source : www.binge.audio” Éviter une grossesse non souhaitée devrait à priori concerner tout autant les hommes que les femmes engagés dans un rapport hétérosexuel… Pourtant, la responsabilité contraceptive est aujourd’hui principalement prise en charge par des femmes. Où en est l’offre de contraception masculine ? La pilule pour homme, c’est pour bientôt ? Pourquoi la vasectomie (stérilisation masculine) est-elle cinquante fois plus utilisée au Royaume-Uni qu’en France ? Quels tabous culturels pèsent sur les liens faits entre fertilité et virilité ? Réponses avec Cécile Ventola, autrice d’une thèse qui compare la contraception masculine dans les systèmes de santé en France et en Angleterre.”

Sexualité et société : l’égalité Hommes, Femmes, où en est-on ? Matières à penser, France Culture. 21.09.2018, 44min36.

Magazine consacré à l’égalité entre hommes et femmes. Pour en discuter, René Frydman anime une table ronde avec Nathalie Bajos, directrice de recherche à l’inserm, responsable de l’équipe Genre Santé Sexuelle,  et Marlène Schiappa, Secrétaire d’état auprès du premier ministre, chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes. Les différents sujets abordés sont : l’évolution de l’écart d’âge d’entrée dans la vie sexuelle entre les filles et les garçons ; l’âge de la première maternité ; les grossesses chez les mineures ; l’IVG ; l’éducation sexuelle en milieu scolaire ; la gynécologie ; la conservation des gamètes ; la loi contre les violences sexuelles et sexistes ; la pornographie.

IV – Quelques figures médiatiques LGBTI

Retour sur quelques personnalités médiatisées emblématiques des questions LGBT ou des luttes pour la cause des femmes. Cette liste est non exhaustive et s’intéresse aux personnalités les plus mises en avant ou le plus présentes dans les médias. Elle n’est donc pas toujours représentative des personnes les plus pertinentes autour des thèmes abordés. Les personnes de cette liste peuvent être médiatisées par choix, pour faire avancer une cause, ou bien malgré elles, comme c’est le cas de Caster Semenya par exemple.

4.1 Personnalités LGBTI médiatisées

Les personnes intersexuées

Caster Semenya

Née en 1991, Caster Semenya est une athlète sud-africaine, spécialisée dans le 800 mètres haies, discipline dans laquelle elle est double championne olympique et triple championne du monde. Elle s’est retrouvée au cœur d’une polémique au moment des jeux olympiques de Berlin en 2009, et est depuis régulièrement au centre de l’attention des médias depuis qu’elle a dû subir des tests de féminité en raison de son apparence considérée comme « trop masculine ». Caster Semenya est en fait intersexuée. Elle a été interdite de compétition aux Championnats du Monde d’athlétisme en 2019 pour cette raison. Pour Caster Semenya et de nombreuses autres personnes intersexuées, cette décision relève de la discrimination. En 2021, l’athlète a saisi la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour tenter de faire reconnaître ses droits.

La rumeur : l’athlète Caster Semenya soupçonné d’être un homme. Six’, M6.20.08.2009, 01min.

L’athlète féminine Caster Semenya est victime d’une rumeur qui la soupçonne d’être un homme. Des analyses sont en cours. Commentaire sur images factuelles et d’illustration en alternance avec les interviews de Caster Semenya et Pierre Weiss, secrétaire général de la Fédération internationale d’Athlétisme

Sexe : une simple affaire de chromosome. Du Grain à moudre, France Culture. 07.09.2009, 40min09

Magazine présenté par Julie Clarini et Brice Couturier qui reçoivent aujourd’hui Daniel Borillo, professeur à l’Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense, Isabelle Queval, philosophe et Claire Bouvatier, endocrinologue pédiatre. Ils vont évoquer ensemble le cas de Caster Semenya dont la féminité est remise en doute après son exploit lors des jeux de Berlin en août 2009.

Les Suites de l’affaire Caster Semenya suspectée d’être un homme. Stade 2, France 2. 20.12.2009, 06min01.   

Reportage. L’athlète sud-africaine Caster Semenya a remporté en août 2009 la médaille d’or des championnats du monde sur le 800 m avec une aisance déconcertante, ce qui a fait  dire qu’elle était en réalité un homme. Choquée par ces réactions, Caster Semenya fuit la polémique et les journalistes depuis cet évènement. La fédération internationale d’athlétisme préfère pour le moment se taire alors que des examens sont en cours pour déterminer le sexe de l’athlète. Au-delà de la polémique, c’est la dignité de cette athlète qui a été bafouée. Commentaire sur séquences filmées à Prétoria, images d’archives, plateau en situation, ponctués des interviews notamment de Mickael Seme, entraîneur de Caster Semenya, de Jacob Zuma, président de la République d’Afrique du Sud et d’un micro-trottoir de passants sud-africains.

Athlétisme/hyperandrogénie : le TAS débout Caster Semenya mais l’IAAF doit revoir sa copie. Le 14h00-17h00 : émission du 1er mai 2019. 01.05.2019, 04min59.

Sujet consacré à la polémique qui entoure l’athlète Caster Semenya. Le TAS déboute Caster Semenya mais l’IAAF doit revoir sa copie. Bernard Amsalem, ancien président de la Fédération Française d’Athlétisme, aujourd’hui membre du conseil de l’IAAF est invité. 27 membres de l’IAAF ont voté contre le règlement obligeant les athlètes hyperandrogènes, à faire baisser leur taux de testostérone via des médicaments. Bernard Amsalem évoque les discriminations subies par les athlètes qui doivent subir ces tests.

Réflexion faite. Du mélange des genres dans le sport. Soir 3 Journal. 02.05.2019, 04min25.

Sujet de JT consacré aux athlètes hypoerandrogènes. Alexandre Lacroix, directeur de la rédaction de Philosophie Magazine est invité pour aborder cette question. Il aborde notamment les études de genre, et en particulier les apports de Judith Butler pour distinguer les concepts de sexe et de genre. Il explique ainsi que les critères utilisés pour determiner la féminité des athlètes sont arbitraires. Il revient en particulier sur le cas de Caster Semenya.

Vincent Guillot

Vincent Guillot est militant intersexe français, cofondateur de l’Organisation internationale des intersexués (OII). Il milite pour la reconnaissance des droits des personnes intersexuées et en particulier contre les mutilations des enfants intersexuées par les médecins au cours d’opérations de « réassignation ». Il témoigne dans les médias pour partager sa propre expérience et chercher à faire entendre la voix des personnes intersexuées.

Ni Homme ni femme, troisième sexe !  Vox Pop, ARTE. 17.01.2016, 28min

Reportage consacré aux personnes intersexuées qui revendiquent le droit de porter sur leurs papiers d’identité le genre neutre. Retour sur la décision de justice qui a autorisé à Tours en octobre 2014 pour la première fois en Europe la mention “sexe neutre”, puis rencontre avec Vincent Guillot, de l’Organisation Internationale des Intersexués, qui revient sur son expérience. Interviews des avocats ayant obtenu cette décision de justice Mila Petkova et Benjamin Pitcho, Vincent Guillot, Alaa El-Ghoneimi, chef de service de chirurgie viscérale, Clémence Zamora-Cruz, porte-parole de l’INTER-LGBT, et Pascale Crozon, députée socialiste, républicain et citoyen.

France : n’être ni fille ni garçon. Arte reportage, ARTE. 28.05.2016, 24min

Reportage réalisé en Bretagne, à Strasbourg, à Lausanne, à Paris, et à Genève. Les personnes intersexuées forment une communauté invisible qui ne bénéficie d’aucun véritable statut légal, social, voire médical. Une équipe d’ARTE Reportage a suivi Vincent Guillot dans son combat contre les opérations non consenties, dont il a été lui-même victime. Participent au sujet : François Becmeur, pédiatre, Blaise J. Meyrat, chirurgien pédiatre, Sabine Malivoir, psychologue, Philippe Reigne, expert en droit du genre, Mila Petkova, avocate, Benjamin Pitcho, avocat, Sapadan Pradhan Malla, du comité de l’ONU contre la torture.

Illes. L’Oeil et la main, France 5. 28.11.2016, 26min14.

Reportage consacré aux personnes intersexuées rencontrées par Isabelle Voizeux lors du Festival de Cinéma de Douarnenez. Elle échange avec Vincent Guillot militant et activiste de la cause. A presque 40 ans il décide de tout quitter et de partir à la rencontre des autres intersexes dans le monde entier. Le festival est également l’occasion d’échanges entre des personnes sourdes et intersexes. Des images factuelles alternent avec l’interview de Vincent Guillot et des témoignages de personnes intersexes présentes lors du festival.

Entre deux sexes. Thema, Arte. 30.05.2017, 57min18.

Documentaire consacré aux personnes intersexes ayant subi plusieurs opérations dans leur enfance, à travers le témoignage de Vincent Guillot, militant de la cause des intersexués demandant l’arrêt des mutilations sur les bébés et enfants et de l’artiste Ins A Kromminga, se servant de son intersexualité pour créer des oeuvres d’art et interpeller la société civile et scientifique. Portraits croisés revenant sur leur parcours, leur souffrance, leur vie privée et leur rencontre à l’occasion du mariage de Vincent Guillot avec son compagnon Loïc. Vivant en Bretagne, Vincent Guillot propose dans sa maison des résidences à des personnes intersexuées du monde entier.

Les personnes transgenres

Coccinelle

Jacqueline Charlotte Dufresnoy, plus connue sous le nom de Coccinelle, était une danseuse, actrice, chanteuse et artiste de cabaret française née en 1931 et morte en 2006. Elle est célèbre pour avoir été l’une des premières femmes transgenres médiatisée en France et connue du grand public. Elle a également été l’une des premières femmes transgenres à changer d’état civil et à se marier sous ce nouvel état civil.

Le Mariage de Coccinelle. Non utilisés, Actualités Françaises. 01.01.1962, 04min31.

Images du mariage de Jacqueline Dufresnoy, dite “Coccinelle“, artiste de cabaret, avec Francis Bonet, journaliste sportif. Il s’agit du premier mariage médiatisé en France d’une transsexuelle.  Jacqueline Dufresnoy est une des premières personnes en France à avoir été opérée après un traitement hormonal.

D’un sexe à l’autre, elle ou lui. Les Dossiers de l’écran, Antenne 2. 15.12.1987, 01h22min.

Consacré à la transidentité ce débat animé par Alain Jerome réunit : Jacqueline Dufresnoy, alias Coccinelle, plusieurs personnes qui témoignent sur leur transidentité, René Kuss, urologue, qui a dirigé un groupe de travail sur la transidentité, JeanPierre Luton, endocrinologue, Jacques Breton, neuropsychiatre, Pierre Banzet, chirurgien plasticien, Jean Mazars, juriste. Les thèmes abordés au cours du débat sont les potentielles causes de la transidentité ; les relations des personnes transgenres avec leurs proches ; les opérations qui peuvent être réalisées dans le cadre d’une transition de genre ; la vie affective et sexuelle après l’opération ; la jurisprudence en la matière. Coccinelle témoigne de sa propre expérience, facilitée par le fait qu’elle était une “star internationale”.

Cabaret : je ne suis pas celle que vous croyez. Bas les masques, France 2. 29.12.1992, 01h01.

Dans ce magazine consacré au travestissement et transformisme, tourné au cabaret parisien Le Scaramouche, reportage sur Coccinelle, première femme transgenre médiatisée en France. Il est composé d’images d’archives de Coccinelle jeune ainsi que d’une interview de cette dernière qui parle de son amour de la scène. Au Scaramouche, des artistes de cabaret transformistes parlent de la vieillesse, de l’avenir et de Coccinelle .

Inauguration de la promenade Coccinelle. 12 13 Edition Paris Ile de France, France 3 Paris Ile de France. 19.05.2017, 01min35

Reportage sur l’inauguration d’une promenade rendant hommage à Coccinelle, à Paris.  Coccinelle était une meneuse de revue dans le Paris des cabarets des années 50 et 60, mais aussi une pionnière transgenre : elle fut la première à changer d’état civil en 1958. Le sujet comprend notamment un extrait d’un discours prononcé par Bambi, une autre femme transgenre et amie de Coccinelle à l’occasion de l’inauguration de la promenade.

Coccinelle, une vie de femme. Affaires sensibles, France Inter. 02.05.2019, 54min54.

Fabrice Drouelle propose dans ce documentaire de revenir sur la vie de Coccinelle, l’une des premières femmes transgenres à changer d’état civil. La première partie est consacrée au récit de l’évènement. En seconde partie, il reçoit Emmanuel Beaubatie, docteur en sociologie genre et auteur de la thèse Transfuges de sexe. Genre, santé et sexualité dans le parcours d’hommes et de femmes trans’ en France, venu apporter son témoignage. L’émission est émaillée d’archives sonores de l’INA.

Bambi

Marie-Pierre Pruvot, aussi connue sous son nom de scène Bambi est une artiste de cabaret, puis professeure de littérature française, née en 1935. Amie avec Coccinelle, elle est l’une des premières femmes transgenres médiatisées en France, et apparaît à de multiples reprises dans les médias, des années 1960 à aujourd’hui.

Interview de Baratier pour : la Poupée. JT 20H. 24.11.1962, 05min.

Interview de Jacques Baratier, réalisateur de La Poupée entrecoupée d’extraits du film. Puis Jean Cocteau, Claude Chabrol, Peter Brooks et Bambi donnent leur opinion sur ce film. Robert Prioux insiste sur le fait que c’est le premier film à utiliser un rôle de travesti. L’interview de Bambi est ici très courte, mais représente l’un des premiers passages de cette dernière à la télévision.

Bonnes moeurs, mauvaises moeurs : 1ère émission. La Fabrique de l’histoire, France Culture. 16.10.2006, 55min.

Série de quatre magazines consacrés à l’évolution des mœurs dans la société. Dans ce premier volet, Marie Pierre Pruvot dite Bambi, ex-danseuse de cabaret puis professeur en collège, évoque le souvenir de Coccinelle, et revient sur son propre parcours et sur les intolérances vécues au micro de E. Laurentin.

Sexe transit. Champ libre, France Culture. 28.05.2007, 58min.

Pierre Chevalier propose au long de cette semaine une programmation libre composée de documentaires sans thématique particulière mais traitant de sujets singuliers confiés à de jeunes producteurs. Ce premier volet est consacré aux personnes transgenres. Interviews et témoignages de Marie Pierre Pruvot qui fut, dans la France des années 1950, l’une des premières femmes transgenres médiatisées, connue sous le pseudonyme de Bambi ; de Stéphanie Nicot et d’Alexandra AugstMerelle, membres de l’association “Trans Aide”.

Bambi. Nuit Trans, Canal + 04.06.2013, 57min23.

Documentaire réalisé par Sébastien Lifshitz qui dresse le portrait de Bambi, l’une des premières femmes transgenres médiatisées en France et légende de la nuit parisienne des années 1950 et 1960, qui se raconte à travers les lieux et personnes qui ont marqué sa vie. Commentaire sur images factuelles, amateurs, d’archives, extraits de fictions et photographies.

Invitée : Marie-Pierre Pruvot dite “Bambi”. 19 20 Edition Paris Ile de France, France 3 Paris Ile de France. 20.07.2013, 04min30.

Interview sur le plateau du JT de France 3 Paris Ile de France avec Marie Pierre Pruvot. Retour sur sa carrière de scène et dans l’éducation nationale, évocation du documentaire “Bambi” de Sébastien Lifshitz.

Océan

Océan est un comédien et humoriste français né en 1977. En 2018, il annonce publiquement sa transidentité et diffuse les étapes de sa transition de genre dans une web-série en deux saisons diffusées sur France TV Slash et intitulée Océan, diffusée à partir de 2019. Le compte twitter d’Océan, @océan_officiel est archivé dans la base web-média de l’INA.

François Damiens, Océan Rosemarie. Clique Dimanche, Canal + 27.05.2018, 51min.

Magazine présenté par Mouloud Achour qui reçoit en 2ème partie Océan Rosemarie qui évoque la question de la transidentité. Leur propos sont ponctués de courts sujets d’illustration, et suivis de reportages et de chroniques sur des sujets de société.

Océan filme sa transition. L’instant M, France Inter. 03.05.2019, 19min11.

Sonia Devilliers consacre ce magazine à l’actualité des médias. Elle reçoit Océan, homme transgenre , pour évoquer la série documentaire dans laquelle on suit sa transition de genre. Le dispositif est complété par une chronique. Océan évoque ses relations avec ses proches, sa transition, la médiatisation, la question du genre.

Océan. Web-série documentaire, France TV Slash. 2 saisons de 10 et 12 épisodes. Saison 1 du 05.05.2019 au 07.07.2019 ; saison 2 à partir du 17.06.2021.

source : france TV Slash

Océan est une web-série documentaire autobiographique du comédien Océan. Pendant la première saison, il s’agit du journal filmé de sa transition, pendant un an. Le scénario est écrit par Océan en collaboration avec Alice Diop. Une première saison de dix épisodes est diffusée sur le web du 5 mai au 7 juillet 2019 par France.tv Slash, avant sa diffusion sous la forme d’un long métrage en novembre de la même année. La seconde saison est diffusée par France.tv Slash à partir du 17 juin 2021.Océan, un homme trans d’une quarantaine d’années, commence sa transition, sociale et médicale. Connu dans le milieu lesbien parisien pour sa pièce de théâtre La Lesbienne invisible, on assiste à son évolution. D’un côté, ses relations amicales, amoureuses et familiales, de l’autre, le rythme des rendez-vous médicaux. On assiste à la première injection de testostérone, à ses séances d’orthophonie, et au suivi de sa mastectomie… »

Ocean. C l’hebdo la suite, France 5. 25.05.2019, 21min09.

Océan est interviewé sur le plateau de C l’hebdo la suite. Il a sorti le dimanche 5 mai 2019 une websérie sur sa transition de genre sur Francetv Slash. Il est présent pour présenter ce projet qui retrace un an de changements découpé en dix épisodes.

Ocean. Modern Love, France Inter. 27.10.2019, 01h39min.

Emission de société durant laquelle Nadia Daam s’entretient avec Ocean, acteur, humoriste et réalisateur pour parler du cinéma et des films sur la transidentité. Leurs propos sont complétés par les interventions d’auditeurs.

Nadia Daam revient sur les résultats du moteur de recherche Google lorsque l’on cherche des films sur la transidentité :  Laurence anyways de Xavier Dolan ou Tomboy de Céline Sciamma, mais aussi Madame Doubtfire, Chouchou avec Gad Elmaleh et Ma femme s’appelle Maurice de Chevalier et Laspales. L’émission insiste sur les efforts à faire en termes de représentation des personnes transgenres au cinéma. La transidentité, l’accueil fait par la famille, les proches au moment du coming-out en tant que personne trans sont les thèmes abordés dans l’émission.

Océan, hormone mâle. Pas son genre, France Inter. 02.07.2021, 53min.

Entretien de Giulia Foïs avec Océan qui revient sur son enfance, son parcours, sa transition de genre, ses liens avec sa famille, son rapport au corps, le traitement de la transidentité au cinéma, etc.

Les femmes lesbiennes

Elula Perrin

Née en 1929, Huguette Elul, dite Elula Perrin était une écrivaine et patronne de discothèques lesbiennes française. Elle est décédée en 2003. Elula Perrin a fait de nombreuses apparitions dans les médias français et représente l’une des premières femmes lesbiennes médiatisée. Elle cherche dans ses prises de parole à donner de la visibilité aux lesbiennes, mais défend une homosexualité discrète, éloignée du militantisme des femmes lesbiennes du MLF. Elula Perrin a tenu des propos de défense de la colonisation, et faisant l’apologie des bombardement atomiques d’Hiroshima et Nagasaki. On lui a également reproché d’entretenir une vision éxotisante et sexualisante des femmes non-blanches (Blase A. Provitola, 2019).

Elula Perrin. Parti Pris, France Culture. 28.07.1977, 26min. 

L’émission reçoit Elula Perrin qui vient présenter son livre Les Femmes préfèrent les femmes. Elle parle de sa prise de conscience de son identité lesbienne, de son enfance mouvementée, de son mariage, de son entrée dans l’univers des boites de nuit mais explique aussi sa façon de vivre son homosexualité et donne son opinion sur le militantisme politique de certaines lesbiennes Elle parle également de son refus de la maternité, de la fidélité chez les lesbiennes, de ses rapports avec les hommes, de la façon dont elle envisage la vieillesse.

Elula Perrin. Radioscopie, France Inter. 07.10.1977, 55min45.

Entretien réalisé par Jacques Chancel avec Elula Perrin qui donne sa vision de ce qu’est la vie d’une lesbienne ; aborde les attaques dont elle est l’objet ; son attitude à l’égard des hommes ; son livre Les Femmes préfèrent les Femmes ; son mariage, son regret de n’avoir pas d’enfants ; l’Indochine où elle est née et a vécu et sur laquelle elle porte un discours qui prend la défense de la colonisation ; la bombe d’Hiroshima ; ses impressions à son retour en France en 1946 et sa découverte des milieux marginaux ; les préjugés contre les invertis ; l’attitude des magazines féminins à l’égard de son livre.

Les Homosexuels. Les Mercredis de l’information, TF1. 16.11.1983, 58min.

Ce magazine essaie de brosser le tableau le plus complet des différentes façons dont peut être vécu l’homosexualité. Le premier reportage montre deux hommes qui ont choisi de vivre leur relation amoureuse à l’écart du monde. A Metz Jean Luc parle de son isolement. Christiane et Chantal, après avoir quitté leur mari vivent ensemble un grand amour. Elula Perrin écrivaine et gérante du Katmandou est interrogée, et dénonce le regard des hommes sur l’homosexualité féminine. L’’émission se termine sur les interviews de Patrice Meyer et du Pr Mathe sur le SIDA.

Y a t-il une culture lesbienne. Ca se discute, France 2. 16.01.1996, 10min47.

Jean-Luc Delarue arbitre ce débat consacré aux lesbiennes. Le premier reportage avec Elula Perrin se rend dans les lieux parisiens fréquentés par les lesbiennes. Les invitées de l’émission sont Brigitte Boucheron a qui créé à Toulouse le “Bagdame café”, réservé aux femmes, Genevieve Pastre, philosophe, historienne, Nadine Laroche qui dirige un journal pour lesbiennes, Nathalie Millet, dessinatrice, Catherine, 15 ans, qui raconte sa vie avec ses “deux mamans”. Entretien avec Lionel Povert, auteur du Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes (Grancher), Pascale Delos qui a créé un festival réservé aux femmes, Hélène de Montferrand, prix Goncourt 1990 du premier roman. On voit ensuite des reportages sur la vie lesbienne de Londres, et sur K. D. Lang, chanteuse de country lesbienne. 

Elula, les hommes on s’en fout. Ca va être gay ! Canal + 22.05.2000, 16min39.

Documentaire de Josée Constantin dressant le portrait d’Elula Perrin, écrivaine, reine des nuits lesbiennes et surtout homosexuelle invitée régulièrement pendant 20 ans à la télévision française. Le documentaire s’articule autour d’extraits d’archives, d’entretiens avec Elula Perrin, d’interviews de plusieurs femmes lesbiennes.

Alice Coffin

Née en 1978, Alice Coffin est une journaliste et militante féministe française, co-fondatrice de l’Association des journalistes LGBT. Elle est également élue écologiste au Conseil de Paris. D’abord militante à l’association La Barbe, qui lutte pour transformer la place des femmes en politique et dans la vie publique, Alice Coffin s’est trouvée au centre d’une polémique et a subi une vague de harcèlement en 2020 suite à la publication de son livre Le Génie lesbien (Grasset) où elle met en avant les nombreux apports des femmes lesbiennes et dénonce le traitement médiatique réservé à la communauté LGBT. Dans ce livre, elle explique avoir fait le choix personnel de ne plus consommer que des œuvres culturelles produites par des femmes. C’est notamment cette déclaration qui en fait la cible de harcèlement et de menaces.

Bande de lesbiennes. Le Supplément, Canal + 19.10.2014, 09min20

Reportage se déroulant à Paris, au sujet de jeunes femmes journalistes qui ont créé une revue lesbienne intitulée Well Well Well, puis entretien en plateau avec Marie Kirschen, rédactrice en chef et  Maud Koetschet, contributrice de la revue Well Well Well, Shirley Souagnon, comédienne et humoriste, Alice Coffin, membre du collectif Oui Oui Oui.

Alice Coffin. L’instant M, France Inter. 29.06.2017, 08min31.  

Dans ce magazine consacré à l’actualité des médias, Sonia Devilliers reçoit en première partie la journaliste Alice Coffin au sujet de la première cérémonie des Out d’or, organisée par l’association des journalistes LGBT, puis en seconde partie Bruno Denaes, médiateur des antennes de Radio France pour faire le point sur la prochaine rentrée de France Inter. Alice Coffin évoque la fusillade d’Orlando et le peu de mentions de l’homophobie par les journalistes, la cérémonie des “Out d’or”, un kit d’aide aux journalistes pour parler de l’homosexualité et de la transidentité.

Le féminisme lesbien militant, la guerre au Haut Karabakh. C politique, la suite, France 5. 11.10.2020

Magazine politique présenté par Karim Rissouli, entouré de Camille Vigogne Le Coat, et Thomas Snegaroff, qui anime un débat sur le militantisme féministe radical avec Alice Coffin, journaliste, militante féministe, autrice du livre Le Génie lesbien (Grasset) qui a fait polémique en 2020, et Michel Viard, sociologue auteur du livre La Page blanche (Editions de l’Aube).

Le face à face : Alice Coffin, On est presque en direct : émission du 17 octobre 2020.  On est presque en direct, France 2. 17.10.2020, 02h11min

Alice Coffin est interviewée par Laurent Ruquier dans le cadre de ce talk-show. La discussion s’oriente autour de la polémique qu’a suscité le livre d’Alice Coffin,  Le génie lesbien (Grasset). Laurent Ruquier s’excuse auprès d’elle d’avoir jugé trop rapidement ce livre avant même de l’avoir lu. Alice Coffin et Laurent Ruquier discutent des luttes lesbiennes et homosexuelles, souvent invisibilisées. Ils reviennent sur l’accueil du livre d’Alice Coffin par les médias.

Les hommes gays

Jean-Louis Bory

Né en 1919 et décédé en 1979, Jean-Louis Bory était un écrivain, professeur de lettres, journaliste et critique de cinéma français. Dans les années 1970, il s’engage dans la lutte pour les droits des homosexuels, et aborde le thème de l’homosexualité dans plusieurs livres ainsi qu’à la radio et sur les plateaux de télévision, où il fait régulièrement face à des propos homophobes de la part de certains interlocuteurs. Il a également milité au FHAR (Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire), puis au Groupe de libération homosexuelle, groupes militants orientés à gauche et luttant contre l’oppression des personnes homosexuelles.

Samedi soir : émission du 17 février 1973. Samedi Soir, 2ème chaîne. 03.06.1972, 54min.

Magazine présenté par Philippe Bouvard. Les invités sont Claude Chabrol, qui parle de son film Les Noces rouges, Stéphane Audran, comédienne, Gilbert Guilleminault, journaliste, critique de télévision, Michel Simon, acteur, Christopher Lee, acteur, Jeanne Carré, chanteuse, Louis Ducatel, ingénieur et Jean-Louis Bory, auteur de “Ma moitié d’orange” qui présente son livre et parle de son homosexualité et de la vision de l’homosexualité en général, ainsi que des difficultés rencontrées par les homosexuels et de la sexualité en France.

Jean Louis Bory. Radioscopie, France Inter. 02.02.1973, 56min41.

Entretien avec Jean Louis Bory qui évoque ses débuts de professeur en Alsace ; ses rapports avec ses élèves ; sa conception de la critique ; son oeuvre de romancier ; son goût pour l’humour ; ses rapports avec l’argent ; ses séjours en Beauce ; sa vie à Paris ; son homosexualité ; son opinion sur la drogue et l’alcool ; pourquoi il est un homme de gauche ; son opinion sur le péché, la bêtise, la vieillesse, etc.

Jean-Louis Bory. Questions sans visage, Antenne 2. 06.05.1976, 56min41.

Selon le principe de cette émission qui se déroule en deux parties, Pierre Dumayet interviewe un invité dont il tente de deviner l’identité. Jean-Louis Bory parle de son désaccord avec la guerre d’Algérie, de sa signature du Manifeste des 121, de Mai 68. Il commente ensuite les messages filmés de ses collaborateurs, amis et proches : François-Régis Bastide, collègue à l’émission Le Masque et la plume, Anne Pons, critique littéraire au Point, qui l’interroge sur son dernier livre Le pied. Philippe Alfonsi et Patrick Pasnot s’immiscent dans la discussion sur ce livre qui les a marqués. Bernard Pivot aborde le thème de l’homosexualité, que Jean-Louis Bory défend avec passion et franchise. Bory explique qu’il a fait le choix de ce coming out public et qu’il assume de porter cette étiquette sachant que beaucoup ne peuvent pas se payer le luxe de la porter. Hubert Monteilhet, écrivain, l’interroge sur son soutien déclaré pour la « pédérastie », relations entre hommes adultes et adolescents.

Hommage à Jean-Louis Bory. Le Masque et la plume, France Inter. 24.03.1991, 55min.

Emission publique présentée par François Régis Bastide consacrée à Jean Louis Bory, décédé peu de temps avant l’émission, avec une retransmission d’extraits du Masque et la Plume, émission qui a été animée par Bory.

Monographie : C’était Bory. Les Modernes, Daniel Garcia, Janine Marc Pezet. Ed Cartouches, 2011. 1229.

Monographie accompagnée de deux CD regroupant des extraits de l’émission radiophonique Le Masque et la plume, diffusés sur France Inter entre 1964 à 1978, et qui retrace le parcours et les engagements de Jean-Louis Bory.

Guy Hocquenghem

Guy Hocquenghem était un écrivain, militant et journaliste français, né en 1946 et mort en 1988. Engagé politiquement dans les luttes d’extrême gauche, il a aussi lutté pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles. Il intervient à de nombreuses reprises dans les médias pour aborder cette question, et réalise avec Lionel Soukaz le film Race d’ep ! qui est l’un des premiers films qui retrace l’histoire de l’homosexualité en France. En 2020, une polémique entoure la décision de la ville de Paris de lui apposer une plaque commémorative, en raison de sa proximité avec Gabriel Matzneff, poursuivi pour des faits de pédocriminalité et de son soutien à des pétitions demandant la légalisation des relations sexuelles entre adultes et adolescents.

Race d’ep ! est disponible à l’INA thèque dans les fonds numérisés du CnC.

Gros plan sur : Race d’ep. Courte échelle pour grand écran, Antenne 2.  01.11. 1979, 15min.

Débat sur le film Race d’ep ! de Guy Hocquenghem et Lionel Soukaz entre les invités : Lionel Soukaz, cinéaste ; Guy Hocquenghem ; Jean Edern Allier, polémiste, écrivain. Des extraits du film, qui traite de l’homosexualité, sont diffusés. Guy Hocquenghem explique ce qui est pour lui le but du film : faire comprendre la vie des homosexuels à un public qui ne l’est pas forcément. Il explique la signification du titre du film, la culture homosexuelle. Jean Edern Allier affirme son soutien au film.

La Vie en noir. Apostrophes, Antenne 2. 04.09.1987, 01h15.

Cette émission de rentrée du magazine littéraire Apostrophes reçoit entre autres Guy Hocquenghem  pour son roman Eve, qui raconte la rencontre d’un homosexuel atteint de la « maladie de la mort » (le SIDA n’est jamais nommé).

Guy Hocquenghem. A voix nue : grands entretiens d’hier et d’aujourd’hui, France Culture. Emission en 5 parties de 30 min, diffusées entre le 06.06.1988 et le 10.06.1988.

Guy Hocquenghem est interviewé par Thierry Pfister. Il dresse un bilan des vingt dernières années et aborde le militantisme, l’écriture, ses relations avec ses parents, son homosexualité et évoque à certains moments Jean-Louis Bory.

Guy Hocquenghem, itinéraire d’un indompté. Une Vie, une oeuvre, France Culture. 02.07.2016, 57min54.

Ce documentaire propose le portrait de Guy Hocquenghem , homosexuel militant, écrivain. Montage d’entretiens complétés de lectures et d’extraits d’archives sonores. Il aborde la jeunesse du militant, son engagement à gauche depuis mai 68, notamment à partir de 1971 dans le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire.

Hervé Guibert

Né en 1955, Hervé Guibert était un écrivain et journaliste français et pratiquait également la photographie. En 1988, il apprend sa séropositivité. Il aborde ce sujet dans plusieurs de ses livres comme A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie ainsi que dans les médias où il porte la voix des hommes homosexuels atteints du SIDA.

Le Sexe homicide. Apostrophes, Antenne 2. 16.03.1990, 01h16min.

Bernard Pivot a réuni, dans ce magazine littéraire, plusieurs écrivains autour du thème le sexe homicide dont Hervé Guibert, écrivain et journaliste, pour son livre A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie. Hervé Guibert aborde le virus du SIDA dont il est atteint, la mort de Michel Foucault dont il était l’ami depuis 1977.

Hervé Guibert. Ex Libris, TF1. 07.03.1991, 01h24min.

Long entretien entre Hervé Guibert et Patrick Poivre d’Arvor dans le magazine littéraire Ex Libris,  avec comme point de départ son nouveau livre Le Protocole compassionnel. Son livre précédent A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, racontait les faux espoirs de guérison qu’un ami lui avait fait miroiter, et son désir de le tuer. Dans son dernier livre, H. Guibert aborde une nouvelle fois le SIDA, dont il est atteint. Il raconte l’évolution de sa maladie, et son passé.

Archives Hervé Guibert. Grands entretiens d’hier et d’aujourd’hui, France Culture. 5 émissions de 25 à 30 min diffusés entre le 12.12.2005 et le 16.12.2005.

Cet ensemble d’émissions regroupe cinq entretiens avec Hervé Guibert, mort du sida en 1991, à l’occasion de l’anniversaire de ce dernier, qui aurait eu 50 ans le 14 décembre 2005. La première émission est un entretien d’Hervé Guibert avec Gérard Julien Salvy, à propos de son livre Suzanne et Louise. Dans la deuxième partie, l’émission diffuse une archive dans laquelle l’écrivain évoque deux de ses textes, Le Seul visage et Des aveugles, au micro de Gérard Julien Salvy. Dans le troisième et quatrième entretiens, H. Guibert parle de son livre A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, à propos de sa maladie, face à Jacques Chancel. L’entretien a été enregistré le 22 avril 1990. Dans la dernière partie, c’est une archive dans laquelle l’écrivain évoque son livre Le Protocole compassionnel, au sujet de sa maladie, au micro de Patrick Poivre d’Arvor, le 7 mars 1991.

Sida, la guerre de 30 ans. Docs Interdits, France 3. 29.11.2013, 01h12min.

Documentaire retraçant la lutte des militants contre le Sida, dont l’histoire est liée à la lutte homosexuelle. Interviews de Bruno Spire, président de AIDES, Jean-Luc Romero, président du CRIPS Ile-de-France, Didier Lestrade, journaliste, Willy Rozenbaum, codécouvreur du VIH, Daniel Defert, compagnon de Michel Foucault, fondateur de AIDES, Emmanuelle Cosse, vice-présidente EELV de la région Ile-de-France, Michel Bourrelly, docteur en pharmacie, Michèle Barzach, ministre de la santé de 1986 -1988 et Fabrice Olivet, directeur ASUD. L’émission intègre des interviews de Jean-Paul Aron, premier séropositif à avoir déclaré sa maladie publiquement, Corinne Bouchoux, sénatrice EELV et Christine Guibert, veuve d’Hervé Guibert et compagne de son amant ; ainsi que Christophe Martet, journaliste.  

4.2 Personnalités engagées pour la cause des femmes

Louise Weiss

Née en 1893 et décédée en 1979, Louise Weiss était une femme politique, journaliste et féministe française. Elle a également été la doyenne des député.e.s au parlement européen. Elle a notamment été engagée dans les luttes suffragistes pour le droit de vote des femmes et pour la construction de l’Union Européenne et elle est l’une des premières féministes médiatisées en France : dès 1936, elle intervient à la radio pour parler de son engagement politique féministe. Elle a été la troisième femme à recevoir le grade de Grand Officier de la Légion d’Honneur. Engagée pour les droits des femmes, elle s’est néanmoins montrée critique des féministes des générations qui l’ont succédée. Elle a également tenu des propos favorables à la colonisation.

Louise Weiss : la lutte pour le triomphe des revendications féministes. Radio 37. 03min18, 01.05.1936

Louise Weiss, candidate aux législatives dans le 5ème arrondissement explique son programme, ses luttes féministes. Elle explique pourquoi elle se présente dans le 5e arrondissement, et non dans le 18e arrondissement où elle obtint un précédent succès. Elle évoque ses rencontres avec les élus de la circonscription.

L’entretien est réalisé dans la permanence de Louise Weiss et Denise Maurice Finat, candidate quant à elle dans la circonscription Val de Grâce.

Magazine féminin : émission du 30 janvier 1958. Magazine Féminin, Réseau 1. 30.01.1958, 24min41.

Dans ce magazine, Jacqueline Baudrier interview Louise Weiss, féministe et journaliste. Cette dernière raconte ses voyages à partir des objets qu’elle a apporté sur le plateau. Elle parle des différents pays où elle a pu se rendre, et de son engagement féministe.

Louise Weiss : 1ère époque ; Louise Weiss : 2ème époque. Salut à l’aventure, 1ère chaîne. Deux épisodes de 33min et 24min30 diffusés 26.05.1965 et 15.07.1965.

Dans ce documentaire en deux parties de Jacques Villa, Louise Weiss raconte le récit de sa vie, depuis son enfance alsacienne à la fin du 19ème siècle jusqu’à la Libération après la deuxième guerre. Elle relate ses expériences multiples, d’infirmière dès 1914,de journaliste fondatrice de la revue pacifiste “L’Europe Nouvelle” entre les deux guerres, de voyageuse pour défendre une Europe pacifiste. Puis sa découverte de la misère en Europe de l’Est, les prises de positions de son journal à l’époque de la société des Nations contre de l’arrivée de l’Allemagne nazie. Dans ce combat face à l’Allemagne, elle devient féministe. Son récit est illustré par de nombreuses et riches séquences d’archives filmées et photographies.

Quand les femmes ne votaient pas. Panorama, 1ère chaîne. 29.05.1969, 18min.

Reportage sur le vote des femmes en France, acquis en 1945. C’est Louise Weiss qui mène l’enquête, à Paris en 1969 devant des panneaux électoraux. Elle interroge plusieurs femmes dans la rue à propos de l’exercice de leur droit de vote, du droit de vote des femmes et de leur citoyenneté de plein droit. Louise Weiss est ensuite interviewée, elle évoque son action militante en faveur du vote des femmes entre 1934 et 1936, son arrestation au cours de la campagne de 1935, l’opposition des sénateurs aux réformes féministes proposées par la Chambre des députés, et le cas du sénateur Raymond Duplantier. Puis son refus, en 1936, d’un poste ministériel proposé par Léon Blum, et sa mission.

Louise Weiss. Aujourd’hui Madame, 2ème chaîne. 26.11.1970, 53min30.

Dans ce magazine présenté par Alexa et François Dieudonne, Louise Weiss, en compagnie de téléspectatrices retrace son combat pour l’émancipation des femmes et évoque ce qu’il faudrait encore faire pour leurs droits.

Louise Weiss. Louise Weiss, France Culture. Emission en 5 parties de 12min50 à 15min30, diffusés entre le 30.09.1974 et le 04.10.1974.

Entretiens avec Louise Weiss, en cinq parties au micro de Pierre Lohste: elle évoqué sa jeunesse,  ses ambitions de jeune fille ; la première guerre mondiale, ses rencontres ; l’Occupation allemande ; ses engagements féministes, etc.

Louise Weiss. L’homme en question, FR3. 26.12.1976, 01h00.

Paul Giannoli consacre ce magazine à Louise Weiss, journaliste, écrivain, célèbre pour son combat en faveur du droit de vote des femmes. Après son “Autoportrait”, réalisé par André Maurice et Anne Andreu, Louise Weiss s’entretient avec Marie-Laure De Decker, reporter photographe, et Pierre Chaunu, professeur d’histoire moderne. Louise Weiss retrace sa vie tumultueuse, sa carrière de journaliste. Elle porte ici un discours de défense de la colonisation assez peu abordé lorsque l’on évoque son parcours, et critique les « nouvelles féministes ».

Le Témoin du vendredi : Louise Weiss, pionnière du féminisme et doyenne du Parlement européen. La marche de l’Histoire, France Inter. 01.02.2019, 28min35.

Jean Lebrun propose un documentaire consacré à Louise Weiss, pionnière du féminisme dans les années 1930, journaliste, femme de lettres, et élue au parlement européen. Des documents sonores et des extraits musicaux/de films illustrent leurs propos. Plusieurs moments marquants de la vie de Louise Weiss sont racontés , notamment le discours qu’elle a prononcé à 86 ans, le 17 juillet 1979 au Parlement de Strasbourg, en tant que doyenne du Parlement Européen.

Simone Veil

Simone Veil était une magistrate et femme politique française, rescapée des camps de concentration née en 1927 et décédée en 2017. En 1974, alors qu’elle est ministre de la Santé, elle lutte pour faire adopter un projet de loi dépénalisant le recours à l’IVG.  Suite à l’adoption de cette loi, elle fait figure d’icône des luttes pour les droits des femmes en France.

Madame Simone Veil. Aujourd’hui Madame, 2ème Chaîne. 16.11.1974, 45min.

Emission présentée par Gilbert Kahn et Laure Baudouin qui reçoivent Simone Veil, ministre de la Santé publique, qui revient sur ses études, sa carrière et son ministère. Elle évoque son expérience de déportée, son passage de 2 ans au conseil d’administration de l’ORTF, le projet de loi sur l’avortement qui va être débattu à l’Assemblée. Un reportage la suit dans son quotidien de ministre de la Santé, lors d’une réunion interministérielle, au cours de laquelle elle aborde le débat sur la contraception au Sénat. Ensuite, le reportage la montre dans son appartement avec sa petite fille.

Discours de Simone Veil sur l’IVG à l’Assemblée Nationale. Non diffusé. 26.11.1974, 38min02.

Retransmission du discours de la ministre de la Santé, Simone Veil, qui présente à la tribune de l’Assemblée nationale son projet de réforme sur l’avortement. Discours remis par Jeannette Patrierkovsky (Enregistrement de l’Assemblée nationale).

Simone Veil : Un destin politique. Un Siècle au féminin, Festival International de Films de Femmes. 06.04.2005, 25min54.

Documentaire. Portrait de Simone Veil. Rescapée de la Shoah, elle entre dans la magistrature comme haut fonctionnaire jusqu’à sa nomination comme ministre de la Santé, en 1974. À ce poste, elle fait notamment adopter la “loi Veil”, promulguée le 17 janvier 1975, qui dépénalise le recours par une femme à l’interruption volontaire de grossesse. Retour sur son parcours et ses combats en faveur des droits des femmes. Des images d’archives illustrent ses propos en alternance avec les interviews de Pierre-François et Jean Veil, ses fils ; Françoise Gaspard, sociologue.

Simone Veil. L’Entretien, France 2. 28.02.2000, 01h01min.

Magazine d’information présenté en direct de la Bibliothèque de la fondation Thiers à Paris, avec Simone Veil. L’entretien porte sur des questions de société telles que la place des femmes en Europe et en France. Il est ponctué de courtes interviews de personnalités réagissant aux propos de Mme. Veil. Les personnalités interviewés sont : Evelyne Sullerot, qui parle des progrès réalisés par les mouvements féministes, IVG, etc ; Béatrice Majnoni d’intignano, économiste ; Alain Soral, écrivain, qui critique le féminisme ; Annie Thomas, membre de l’observatoire sur la parité ; Yves Thibault de Silguy, ancien commissaire européen ; Philippe de Villiers ; Olivier Duhamel, politologue.

Monographie : Les lois Veil : contraception 1974, IVG, 1975. Florence Rochefort, Michelle Zancarini-Fournel, ed. Armand Colin, 2012. 220p.

Résumé éditeur : “Les lois Veil, l’une en 1974 sur la contraception et l’autre en 1975 sur l’IVG, sont à compter parmi les événements fondateurs de l’histoire du XXe siècle. Cet ouvrage en reconstitue la généalogie depuis la fin du XIXe siècle où s’ébauchent les politiques de répression. Insérées dans la séquence des années 1968 et dans l’histoire du mouvement féministe, la fabrication du consensus social, politique et parlementaire autour des libertés de contraception et d’IVG et la persistance des oppositions politiques et religieuses sont analysées en détail jusqu’à l’étape du renouvellement de la loi sur l’IVG en 1979, puis de son approfondissement en 1982 et en 2001. Il s’agit aussi de comprendre le processus de mémorialisation de cet événement. L’étude historique sur la longue durée permet d’expliquer les tensions entre l’événement, tel qu’il est désormais perçu, et les limites de la portée concrète de la loi sur l’IVG en raison de ses restrictions et des difficultés de son application.”

Simone Veil, pour mémoire. Grandes traversées, France Culture. 5 épisodes de 01h à 01h50min diffusés entre le 23.07.2018 et le 27.07.2018

Série de cinq émissions consacrées au portrait de Simone Veil. Récit à base de documents d’archives qui retrace sa vie et ses engagements, notamment pour le droit des femmes. Un documentaire de Mathilde Wagman. C’est principalement dans le troisième épisode de cette série d’émission qu’il est question des prises de position de Simone Veil pour le droit des femmes.

Gisèle Halimi

Née en 1927 et décédée en 2020, Gisèle Halimi était une avocate franco-tunisienne. Elle s’est engagée pour l’indépendance de l’Algérie en défendant des militants et militantes du FLN, comme Djamila Boupacha, militante torturée et violée par des soldats français. Elle est également célèbre pour son engagement pour la cause des femmes. Elle a ainsi cofondé l’association Choisir qui luttait pour le droit au recours à l’avortement, et a été la seule avocate à signer le manifeste des 343 femmes déclarant avoir avorté. Gisèle Halimi s’est faite connaître et a contribué à faire avancer les droits des femmes via des procès médiatisés comme le Procès de Bobigny en 1972 où elle défend une jeune femme ayant avorté à la suite d’un viol ou le procès d’Aix en 1978 où elle prend la défense de deux jeunes femmes victimes d’un viol collectif. Ce procès contribuera à faire reconnaître le viol comme un crime.

Gisele Halimi. Aujourd’hui Madame, 2ème chaîne. 08.01.1974, 55min.

Magazine présenté par Gilbert Kahn et Valérie Manuel consacré à Gisèle Halimi, avocate et militante des droits des femmes et spécialement du droit à l’avortement. Un reportage sur Gisèle Halimi chez elle précède le débat. Valérie Manuel rencontre dans leur domicile la famille de l’avocate : son fils et son mari. Gisèle parle de son logement, de son amour des livres, des objets qui l’entourent. On retrouve l’avocate ensuite à son bureau, en compagnie de ses collaboratrices, puis au tribunal en robe d’avocat. Sur le plateau, des téléspectatrices, plus ou moins en contradiction avec les convictions de l’avocate, s’entretiennent de manière houleuse avec elle sur le sujet de l’avortement et plus largement de la liberté de la femme, du mouvement “Choisir” dont elle est responsable, de l’égalité homme-femme, sur son enfance, ses racines algériennes, le racisme et ses combats pour l’Algérie.

Gisèle Halimi. Radioscopie, France Inter. Emission enregistrée le 04.12.1973, 59min12.

Entretien avec Gisèle Halimi qui évoque son combat pour la liberté de l’avortement avec le mouvement Choisir. Féministe, elle a fait partie deux ans plus tôt des signataires du Manifeste des 343, ces 343 femmes qui déclarent avoir avorté réclament le libre accès aux moyens anticonceptionnels et à l’avortement libre. Elle raconte aussi le procès de Bobigny : Elle y défend une mère qui a aidé sa fille mineure à avorter après un viol, en faisant une tribune contre la loi de 1920. Ce procès a contribué à l’évolution vers la loi Veil, votée en décembre 1974 et promulguée en janvier 1975, sur l’Interruption Volontaire de Grossesse.

Téléfilm : Le Procès de Bobigny. France 2, 03.04.2006, 01h27min.

Dans ce téléfilm qui prend place en 1972 à Bobigny, Martine aide sa fille Léa à avorter à la suite d’un viol. À la suite de leur dénonciation, elles seront inculpées et arrêtées. Martine s’adresse alors à une avocate, Gisèle Halimi, qui va tout faire pour transformer ce procès en un débat national opposant pro et anti-IVG et défendre Martine, contre laquelle le procureur a requis la peine maximale.

Gisèle Halimi, l’insoumise. Empreintes, France 5. 21.12.2007, 55min05.

Documentaire sur Gisèle Halimi, avocate féministe engagée et militante, interviewée par Alain Cojean. Elle se rend dans les différents lieux qui ont marqué sa vie et son parcours professionnel : la Tunisie, l’Algérie et la France, et évoque son enfance, ses avortements, les procès auxquels elle a participé.

Gisèle Halimi. A voix nue, France Culture. 5 parties de 28min diffusés le 28.09.2011 et le 29.09.2011.

Entretien entre Virginie Bloch Laine et Gisèle Halimi, en cinq parties. Gisèle Halimi revient sur sa jeunesse, ses études, son métier d’avocate, ses convictions et engagements au moment de la Guerre d’Algérie, et plus tard dans les combats féministes. Elle évoque les grands procès auxquels elle a participé : celui de Djamila Boupacha, militante du FLN torturée dans un camp de parachutistes ; celui de Marie-Claire, ayant avorté après un viol. Son amitié avec Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir est aussi mentionnée.

Virginie Despentes

Née en 1969, Virginie Despentes est une autrice et réalisatrice française. Elle s’est fait connaître avec le roman Baise Moi, sorti en 1994, et avec l’adaptation de ce livre au cinéma dans un film réalisé par elle-même avec Coralie Trinh Thi. Le ton cru et les thèmes abordés dans Baise moi choquent l’opinion publique et le film voit son visa d’exploitation annulé en raison des scènes de sexe et de la violence représentée à l’écran. Despentes se considère féministe et défend des idées de gauche politiquement. Elle s’inscrit dans un féminisme que l’on peut qualifier de « pro-sexe », qui considère la prostitution et la pornographie comme des moyens potentiels de réappropriation de leur corps par les femmes.

Ca balance : émission du 25 mai 1996. Ca balance, France 2. 25.05.1996, 52min23.

Magazine présenté par Yvan Le Bolloch et Bruno Solo. Sont invitées en particulier Stéphanie Wattecamps et Catherine Monory qui pratiquent à haut niveau des sports réputés comme masculins. Sonia Dubois et Anne Zamberlan qui donnent leurs points de vue sur la vie en tant que personnes grosses ; Virginie Despentes qui présente son livre Baise Moi. Un micro-trottoir donne la parole à des hommes qui donnent leur opinion sur ce livre.

Virginie Despentes, Coralie Trinh Thi, Gonzales. Nulle part ailleurs 1ère partie, Canal + 02.06.2000, 44min45.

Alexandre Devoise et Philippe Vecchi reçoivent en plateau l’écrivaine et réalisatrice Virginie Despentes pour son film Baise Moi, ainsi que  Coralie Trinh Thi  qui joue également dans ce film. Toutes deux racontent dans quelles conditions elles ont tourné ce film aux accents de violence et de sexe.

Virginie Despentes.  Thé ou café, France 2. 18.09.2004, 45min34.

Catherine Ceylac reçoit l’autrice Virginie Despentes qui publie Bye Bye Blondie aux Editions Grasset. C’est l’occasion de rappeler les principaux moments de sa carrière et de sa vie privée.

Virginie Despentes : King Kong théorie.  Le choix des livres, France Culture. 12.10.1996, 13min.

Tewfik Hakem s’entretient dans ce magazine littéraire avec l’écrivain Virginie Despentes, autrice et réalisatrice à propos de son dernier livre King Kong théorie où elle fait le récit intime et militant d’une femme née avec la révolution sexuelle à la fin des années soixante.

Rokhaya Diallo

Née en 1978, Rokhaya Diallo est une journaliste, autrice et militante féministe et antiraciste française. Elle défend un afro-féminisme et une posture intersectionnelle qu’elle exprime régulièrement dans les médias ainsi que dans le podcast Kiffe ta race qu’elle anime avec Grace Ly. Elle est régulièrement la cible de harcèlement et d’attaques médiatiques en raison de ses prises de position contre le racisme d’État et les violences policières, ainsi que pour son rejet d’un féminisme universaliste porté avant tout par des femmes bourgeoises et blanches, qui ne reconnaitrait pas le vécu spécifique des autres femmes. Le compte twitter de Rokhaya Diallo, @RokhayaDiallo a été archivé dans la base web-média de l’INA.

Leïla Slimani, Rokhaya Diallo. C politique, France 5. 14.01.2018, 1h19min

Magazine présenté par Karim Rissouli qui commente l’actualité politique de la semaine en compagnie de son équipe d’experts et de la journaliste et écrivaine Leïla Slimani. A 19min42, l’émission fait le portrait de Rokhaya Diallo. Peu de temps avant le tournage de l’émission,  sa nomination au Conseil National du Numérique par le gouvernement, suivie très vite par son éviction avaient fait grand bruit.

Podcast : Kiffe ta race. Binge audio. Diffusé depuis le 04.09.2018

Kiffe ta race est un podcast animé par Rokhaya Diallo et Grace Ly, diffusé depuis septembre 2018 sur la plateforme Binge Audio et ciblant les thématiques du féminisme intersectionnel et du racisme. Il est cité comme source audio de référence sur les questions liées au racisme. Dans plusieurs épisodes, il est question des oppressions et vécus spécifiques des femmes racisées. Grace Ly et Rokhaya Diallo semblent accorder une importance particulière à l’intersectionnalité avec des épisodes sur le vécu des femmes noires, sur le port du voile, les féminismes, les stéréotypes associés aux femmes racisées, etc.

Liberté, égalité, identité. L’invité(e) des matins, France Culture. 09.10.2019, 41min (disponible sur le site web de France Culture)

Rokhaya Diallo est présente dans cette émission pour répondre à un entretien et présenter son livre, intitulé La France tu l’aimes ou tu la fermes ? (Textuel), l’ouvrage rassemble 55 tribunes que la militante antiraciste et féministe a fait paraître dans la presse française et étrangère. Racisme, féminisme, violences policières, représentation des minorités, islamophobie, Rokhaya Diallo interroge la société française et ses identités.

Rokhaya Diallo : “il faut agir partout où le patriarcat prospère”. Bercoff dans tous ses états, Sud Radio. 30.11.2019, 54min 05. (disponible sur le site web sudradio.fr)

Emission d’André Bercoff, qui reçoit Rokhaya Diallo, éditorialiste et réalisatrice, autrice de la BD M’explique pas la vie mec !. Elle vient présenter son livre, discuter de féminisme et d’antiracisme. Elle cherche à mettre en avant la parole des femmes et donne la définition de termes comme le mansplaining ; le manterrupting ; le manspreading, etc. Elle explique sa volonté de politiser le vécu intime et quotidien des femmes.

28 minutes : émission du 21 octobre 2020. 28 minutes. 21.10.2020, 44min27.

Plusieurs personnes sont invitées dans cette émission pour débattre sur le racisme : Rokhaya Diallo, journaliste, réalisatrice, autrice de M’explique pas la vie mec ! ; Pascal Bruckner, philosophe, écrivain, auteur Un coupable presque parfait : la construction du bouc-émissaire blanc. Les chroniqueuses et chroniqueurs présent.e.s sont : Nadia Daam, journaliste ; Vincent Trémolet de Villers, directeur adjoint de la rédaction du Figaro. Les thèmes débattus dans cette émission sont la place occupée par les hommes blancs, la parité, l’antiracisme.

Le web-média

De nombreuses ressources variées issues du web et se rapportant au thème du genre ont été archivées et sont disponibles dans la base web-média de l’INA thèque. Ces sources peuvent aussi bien être des hashtags issus de Twitter ou des tweets, des médias en ligne ou des web-séries, des blogs, des podcasts etc. Cette partie du guide liste donc quelques-unes de ces sources institutionnelles, personnelles ou militantes. Cependant, d’autres ressources issues du web sont aussi présentées dans le reste du guide, en fonction des thèmes qu’elles abordent.

Les sites institutionnels

centre-simone-de-beauvoir.com

Site institutionnel du centre audiovisuel Simone de Beauvoir qui a pour mission de recenser tous les documents audiovisuels sur les droits, les luttes, l’art et la création des femmes, de les faire connaître et de les distribuer.

filmsdefemmes.com

Site du Festival International de Films de Femmes de Créteil et du Val de Marne (AFIFF), créé en 1979. En lien avec des enseignant.e.s, l’association organise des parcours cinéma, des ateliers d’écriture de scénario et des stages d’éducation à l’image. Depuis 2002, le centre de ressources du festival archive et valorise le patrimoine audiovisuel des femmes en le diffusant auprès du public et des professionnels pendant le festival et toute l’année.

Les blogs

femmesdeseries.com

Blog consacré aux personnages féminins des séries télévisées, par la journaliste Cécile Pinaud, passionnée de cinéma et de séries TV.

representrans.fr/blog

Site web qui œuvre pour une meilleure représentation des personnes transgenres et non-binaires. Il propose à la fois un annuaire d’artistes trans et non binaires, et des articles qui interrogent les représentations des transidentités sur les écrans, proposent des réflexions sur le cis-gaze*, sur les statistiques des personnes trans au cinéma et à la télévision, ainsi que des focus sur des personnalités comme Coccinelle.

Les sites de chaînes TV

ellegirltv.fr

Chaîne de télévision lancée le 15 septembre 2016 et fermée le 16 juillet 2019. Cette chaîne remplaçait June TV, et était destinée aux femmes de 18 à 49 ans. Elle appartenait au groupe Lagardère et était diffusée en France sur Canalsat.

Sites web de programmes

jeunediplomee.com

Site de la websérie Jeune Diplômée qui raconte l’entrée dans la vie professionnelle d’une jeune femme d’aujourd’hui. Les 8 épisodes de la première saison ont été diffusés entre le 16 septembre et le 18 novembre 2015.

lesfenomen.blogspot.fr

Site de la web-TV les Fenomen qui s’interroge sur la condition féminine et les inégalités hommes-femmes dans notre société. Le site propose aussi des liens pour approfondir certaines thématiques.

mesdames-messieurs.fr 

Site web du documentaire pédagogique Mesdames & Messieurs retraçant l’évolution des rapports hommes-femmes des années 1940 à nos jours. Le web documentaire est une co-production INA.fr, Zadig Productions et France TV éducation.

moderncouple.arte.fr

Web documentaire réalisé par Lucia Sanchez et Andréas Jarach sur la parentalité, et diffusé en 2012 sur le site d’arte TV. Les réalisateurs ont rencontré des couples et les ont interrogés sur leur rôle de parent, la grossesse, l’accouchement, etc.

Sexy Soucis (France TV Slash)

Série de vidéos diffusées de manière hebdomadaire dans lesquelles Diane Saint Réquier répond à des questions sur les sexualités en abordant notamment les questions de genre.

Annuaires, portails et banques de contenu

lesinternettes.com

Source : les internettes « Depuis avril 2016, le collectif les internettes réunit, valorise et encourage es créatrices de vidéos sur le web, notamment sur YouTube. Il accompagne les créatrices via un cycle de masterclass, met à leur disposition un espace d’échanges en ligne (Discord), intervient dans l’espace public autour des questions de création féminine et fait découvrir au grand public une vidéo d’une youtubeuse tous les jours sur sa page Facebook »

radiorageuses.net

Nébuleuse d’émissions de radio féministes, LGBT militantes et francophones. Réseau crée en 2009 pour créer une dynamique collective, solidaire et encourager l’échange.

Les Podcasts

Dans le genre (Radio Nova)

Série de podcasts d’une heure, avec Géraldine Sarratia qui, un dimanche sur deux, part à la rencontre d’une personnalité qui interroge le rapport qu’il ou elle entretient avec son genre et son identité.

Femmes Libres. Radio Libertaire.

Podcast qui retransmet l’émission Femmes Libres diffusée chaque mercredi de 18h30 à 20h30 sur Radio Libertaire, retransmise en région parisienne sur la fréquence 89.4. L’émission cherche à rendre visible les inégalités et à mettre en avant les luttes féministes en cours. Depuis 1986, elle reçoit des historiennes, sociologues, écrivaines, artistes, etc.

La Fièvre.

Chaîne de podcast du Collectif Archives LGBTIQ. On peut y retrouver plusieurs podcasts réalisés par le collectif et qui traitent des questions LGBTI, comme Le Feuilleton des Luttes qui revient sur les luttes LGBTI ; Comment devenir lesbienne qui aborde le thème du lesbianisme et Les Nuits Queer qui s’intéresse à la vie nocturne des personnes queer.

Yesss, PopKast.

Yesss est un podcast féministe, qui se veut positif et qui revient sur les victoires de femmes ordinaires contre les injonctions liées au genre et les violences sexistes.

She Cannes.

Collection d’entretiens réalisés par Iris Brey qui vise à mettre en avant la voix de celles qui cherchent à faire bouger l’industrie du cinéma pour plus de diversité et d’égalité dans nos écrans. Les entretiens sont réalisés avec des actrices, réalisatrices, productrices, etc. qui s’interrogent sur la place du genre dans leur œuvre ou dans leur vie professionnelle.

Les autres sites

francetvauféminin.fr

Réseau des femmes de France Télévision, dédié auxsalarié.e.s de France Télévision qui veulent agir pour renforcer le rôle des femmes dans l’entreprise et favoriser l’égalité sur les écrans.

madamerap.com

Premier média en France dédié aux femmes dans le hip hop. La volonté de ce site est de mettre en avant les rappeuses ainsi que le rap Queer et les personnes LGBT dans le monde du hip hop

Sur YouTube

Virag’INA. Disponible sur les chaînes YouTube Ina Officiel et Aude GG. 5 vidéos

Virag’INA revient à travers les archives de l’INA sur les grandes lois et mouvements qui ont jalonné le droit des femmes au cours du XXème siècle. La vidéaste Aude GG retrace ces évolutions du droit des femmes dans cinq vidéos qui ont pour thème : la Loi Veil, le MLF, la loi Roudy et l’égalité salariale, le droit de vote des femmes, les mesures de Françoise Giroud.

Les comptes et hashtags twitter

Dans l’archive web-média de l’INA, on peut retrouver des hashtags, dont certains ont été insérés au fil du guide en fonction des thèmes abordés (c’est le cas du hashtag #BalanceTonPorc) ; mais aussi des comptes Twitter de personnalités qui s’intéressent aux questions de genre, soit dans le cadre d’un engagement militant, soit dans des recherches universitaires. Cette partie du guide propose quelques exemples de contenu Twitter archivé par l’INA.

@bibiapavard

Historienne, maîtresse de conférences à l’IFP-Paris 2, Bibia Pavard est spécialisée dans l’histoire du genre, du féminisme et des médias.

@F_a_n_n_y_B

Fanny Beuré est enseignante aux universités Paris Nanterre, Paris Sorbonne et Paris Diderot. Ses recherches portent principalement sur les analyses genrées et culturelles du cinéma et de la télévision.

@Giulia_Fois

Compte de la journaliste Giulia Foïs, chroniqueuse dans l’émission Pas Son Genre sur France Inter qui interroge des thématiques en lien avec le genre.

@LettreAudio

Compte Twitter de Sandra Muller, journaliste à l’origine du hashtag #BalanceTonPorc, repris par de nombreuses femmes pour dénoncer leurs agresseurs en 2017.

@pverduzier

Pauline Verduzier est une journaliste spécialisée dans les questions de genre et de sexualité, reporter pour l’émission Les Pieds sur Terre diffusée sur France Culture, membre du collectif Les Journalopes et chroniqueuse dans le podcast Quoi de Meuf.

Les hashtags

Les hashtags émergent souvent à la suite d’une actualité, ou d’un événement important ou polémique. Ils peuvent être utilisés de manière revendicative, pour rendre public un sujet en particulier. L’INA a archivé des tweets utilisant certains de ces hashtags sur les périodes où ils étaient le plus utilisés.

#AliceCoffin collecté du 01.06.2021 au 28.06.2021. Alice Coffin est journaliste, militante féministe et LGBT et élue écologiste à la Ville de Paris. Le 16 juin 2021 elle a été prise à partie et victime d’agressions verbales lesbophobes par des militants identitaires, à Rouen, lors d’une conférence dans le cadre du mois du féminisme.

#BalanceTonPorc : hashtag lancé par Sandra Muller en 2017 et repris par des milliers de femmes pour dénoncer les violences sexuelles dont elles ont été victimes.

#Feminicide : Hashtag qui vise à dénoncer et rendre visible les meurtres de femmes, souvent par leur conjoint ou ex-conjoint. Les féministes luttent pour l’utilisation de ce terme, qui souligne le fait que ces meurtres aient lieu en raison du genre des personnes assassinées.

#TransDayOfVisibility, collecté du 01.04.2021 ou 09.04.2021. La journée internationale de visibilité transgenre est un événement annuel qui a lieu le 31 mars et qui est destiné à célébrer les personnes transgenres et à faire prendre conscience de la discrimination qu’elles subissent dans le monde entier.

Deux exemples de corpus webmedia

Les objets audiovisuels LGBTQI+ (Vincent Samuel, 2019)

Journalistes femmes françaises de radio et de télévision au XXIème siècle (Samia Djedai, 2018)


Lexique des termes utilisés dans ce guide

Cis-gaze : Expression qui peut se traduire par « regard cisgenre » (voir personne cisgenre). Charlie Fabre, sur le site web Représentrans définit le cis-gaze en ces termes : « Le cis gaze est une notion qui caractérise la manière dont les personnes trans’ sont représentées, au cinéma, afin d’intriguer le public cis et le regard cisnormé tout en ne remettant pas en question l’hégémonie de ce regard et en se conformant à des stéréotypes établis à propos de l’existence tolérée des personnes trans’ dans la société. »

Drag king : Les drag kings sont des personnes qui reprennent des traits stéréotypés de l’apparence et de l’attitude masculine, le plus souvent dans le cadre de spectacles ou d’ateliers. Les personnes pratiquant le drag ne sont pas nécessairement des personnes transgenres, cette activité étant avant tout une activité artistique et créative, même si une dimension militante est parfois revendiquée par les personnes la pratiquant.

Drag queen : Les drag queens sont des personnes qui reprennent des traits stéréotypés de l’apparence et de l’attitude féminine le plus souvent dans le cadre de spectacles ou d’ateliers. Les personnes pratiquant le drag ne sont pas nécessairement des personnes transgenres, cette activité étant avant tout une activité artistique et créative, même si une dimension militante est parfois revendiquée par les personnes la pratiquant. Les drag queen sont généralement plus représentées dans les médias que les drag kings.

Éducation genrée : Type d’éducation qui participe à la reproduction des rôles stéréotypés associés aux filles et aux garçons, en valorisant des comportements ou activités différentes selon le genre.

Féminicide : Meurtre d’une femme ou de plusieurs femmes au motif qu’elles sont des femmes.

Hyperandrogénie : Terme médical qui renvoie à un taux important d’hormones dites mâles comme la testostérone.

Intersectionnalité : Concept développé par la juriste américaine Kimberley Crenshaw pour démontrer l’oppression spécifique vécue par les femmes noires, en raison de l’intersection du sexisme et du racisme. Ce concept a été repris et est utilisé pour mettre en lumière la spécificité des oppressions vécues par des personnes qui subissent plusieurs formes de domination sociale : sexisme, racisme, homophobie, transphobie, oppression en raison de la classe sociale, grossophobie, etc.

Intersexuation : « Les personnes intersexuées sont des personnes dont le corps possède des caractéristiques biologiques ne correspondant pas ou qu’en partie aux catégories binaires employées généralement pour distinguer les corps “femelles” des corps “mâles”. » Source : inter-action-suisse.ch. Les personnes intersexuées utilisent aussi parfois le terme « intersexe ». Le terme d’ « hermaphrodite », longtemps utilisé n’est généralement plus utilisé et refusé par les personnes intersexuées car il transmet l’idée que ces personnes seraient « mi- mâle » « mi- femelle », avec deux appareils génitaux fonctionnels, ce qui n’est généralement pas le cas. Il est également considéré comme étant stigmatisant.

LGBTI :  Sigle utilisé pour désigner les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes. Bien qu’ayant des vécus différents, les personnes de ces différents groupes sociaux peuvent parfois s’allier dans des luttes pour acquérir de nouveaux droits et s’engager contre les discriminations. D’autres sigles sont parfois employés comme LGBTIQ qui ajoute un « q » pour « queer » (voir « queer » dans le lexique).

Masculinisme : Ce concept a pu avoir plusieurs définitions parfois contradictoires. Dans ce guide, le terme « masculinisme » renvoie à un mouvement antiféministe qui peut être défini comme « une mouvance réactionnaire qui s’oppose au changement social porté par le mouvement féministe. Il défend une vision traditionnelle de la famille et des rapports sociaux entre les sexes […] » (Coalition anti-masculiniste, 2005).

MLF :  Renvoie au Mouvement de Libération des Femmes, mouvement féministe des années 1970. Le mouvement n’est pas organisé hiérarchiquement et ne renvoie pas à des structures bien définies, mais à plusieurs groupes et tendances luttant pour les droits des femmes.

Non-binarité : Terme employé par des personnes qui cherchent à remettre en cause les catégories binaires « homme » et « femme » et qui ne se reconnaissent ni dans l’étiquette « homme » ni dans l’étiquette « femme », ou dont l’identité de genre fluctue.

Personne cisgenre : Personne dont l’identité de genre correspond au genre qui lui a été assigné à la naissance. Par exemple, une personne qui a été assignée femme à la naissance et qui se reconnaît comme femme est une femme cisgenre.

Personne trans : Personne dont l’identité de genre ne correspond pas au genre qui lui a été assigné à la naissance. « Trans » est ici le diminutif de transgenre. Le terme de « transsexuel » n’est généralement plus utilisé, mais certaines personnes trans peuvent choisir de revendiquer sont usage ou bien celui d’autres termes comme « transitude » ou de « transexué.e » pour insister sur la position sociale des personnes trans plus que sur la question de l’identité.

Queer : Mot anglais qui peut se traduire par « étrange ». Au départ utilisé comme une insulte pour désigner les personnes LGBT, ces dernières se le sont parfois réapproprié à partir des années 1990. Le lexique canadien sur la diversité définit ainsi une personne queer comme « une personne dont l’orientation sexuelle ou l’identité de genre diffère de la vision binaire normative des genres et des sexualités ».

Théorie du genre : Terme utilisé par les détracteurs des études de genre afin de laisser entendre que ce champ universitaire serait une « idéologie, une stratégie politique » (Bereni, Trachman, 2014) plutôt qu’un domaine d’études structuré par un objet commun.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search