La médiatisation des domesticités dans les pays du Sud

Article rédigé par Charles Mamere, documentaliste multimédia à l’INA, et Laëtitia Larcher, chargée de mission en documentation et valorisation pour le dépôt légal à l’INA.

Co-publié au sein du numéro 246 (2021/2) de la Revue internationale des études du développement consacré aux domesticités dans les pays du Sud, cet article propose une exploration des grandes tendances de la médiatisation de la domesticité et du travail domestique dans les Suds dans les émissions télévisées et radiophoniques de 1954 à 2020.

L’étude s’appuie sur des recherches par mots-clés dans les notices du catalogue des 190 chaînes de radio et télévision du dépôt légal. Une liste des métiers principaux rattachés au travail domestique a été établie et recherchée sur tous les champs textuels des notices, avec les termes suivants : « aide ménagère », « aide à domicile », « femme de ménage », « employé de maison », « baby-sitter », « personnel de service », « jeune fille au pair », « personnel de maison », « femme de chambre », « majordome », « gouvernante », « servante », « intendant », « nounou », « serviteur », « gens de maison » et « travailleur domestique ». Le terme « gouvernante » est uniquement utilisé au féminin, son emploi masculin ayant pour conséquence de faire ressortir toutes les notices dans lesquelles se trouve le participe présent correspondant (gouvernant) ce qui noie l’information. Il en est de même pour le mot « domestique » utilisé seul, qui ferait ressortir toutes les notices où l’adjectif est présent. D’autres professions, ne renvoyant pas de résultat, n’ont pas été retenues. À ces métiers, ont été ajoutés les termes généraux de « domesticité » et « travail domestique ». Ainsi, le concept retenu ici pour la domesticité s’entend comme une tâche effectuée par une personne au domicile d’un particulier. Cela exclut du champ d’étude le travail domestique réalisé par une personne au sein de son propre foyer, ou bien la question de la répartition des tâches ménagères entre les membres d’un même foyer, ou encore les travaux agricoles réalisés ou non pour son propre foyer.

Les mentions de ces emplois domestiques ont été croisées avec les localisations géographiques rattachées au concept des Suds. Ces pays ont été indiqués dans le champ « descripteur » pour circonscrire la recherche à cette aire géographique. Ce concept mouvant peut désigner les pays dits en développement, bien que cette qualification soit plurielle. Pour l’étude, trois grandes aires ont été déterminées : une aire américaine constituée des pays d’Amérique centrale (incluant la Caraïbe) et d’Amérique du Sud ; une aire africaine regroupant l’ensemble des pays du continent ; une aire asiatique regroupant les pays d’Asie centrale et du Sud-Est ainsi que les pays du Moyen-Orient. Ces choix sont sujets à débat. Ainsi, dans l’aire asiatique, on retrouve des pays considérés comme riches et développés (la région administrative chinoise de Hong Kong, Singapour ou encore l’Arabie saoudite) mais qui ont été inclus dans le champ de l’étude en raison de leur industrialisation plus récente, de la persistance d’inégalités fortes parmi la population ou encore de l’importance des migrations économiques vers les métiers domestiques dans certains de ces pays.

Le croisement de ces deux critères de recherche a permis de constituer un corpus de 315 émissions et sujets (reportages, interviews, plateaux) de journaux télévisés (JT). Cette recherche met en évidence quelques tendances et jalons dans la manière dont la télévision et la radio françaises ont traité cette thématique, sans prétendre à l’exhaustivité – car des archives peuvent être manquantes, ou leurs notices incomplètes, notamment pour la période antérieure au dépôt légal mis en oeuvre au 1er janvier 1995 et pour la période récente de 2019 et 2020, en cours de traitement. Les chiffres indiquent donc des ordres de grandeur.

1. Des métiers encore peu médiatisés mais qui gagnent en visibilité

Une analyse textuelle menée au sein de ce corpus d’émissions permet de faire ressortir les termes qui y sont le plus mentionnés. En tenant compte des expressions et mots utilisés lors des recherches, les termes « femme » (352 mentions), « travail » (291) et « domestique » (171) émergent de manière notable. Ils sont devancés par le mot « enfant » (563 mentions) et suivis par le mot « droit » (183). Le nombre de mentions du terme « femme » (352) peut être mis en parallèle avec celui du terme « homme » (160) et laisse supposer que les femmes sont davantage associées à la thématique de la domesticité que les hommes.

Pour ce qui est des principaux métiers rattachés au travail domestique, ceux qui apparaissent le plus sont « employé de maison » (129 mentions), « femme de ménage » (82), « travailleur domestique » (64), « majordome » (33), « nounou » (21) et « baby-sitter » (10). Les autres professions domestiques mentionnées dans le corpus comptent moins de 10 occurrences. En groupant ces mentions par décennies, on observe qu’aucune d’elles n’apparaît avant les années 1980, et que le nombre croît de décennie en décennie (fig. 1).

Les principaux métiers de la domesticité médiatisés, en nombre de mentions par décennie

Figure 1 : Les principaux métiers de la domesticité médiatisés, en nombre de mentions par décennie

Des professions vont connaître une mention croissante et progressive, telles « employé de maison » et « femme de ménage ». On remarque que « travailleur domestique » est concentré presque exclusivement dans les années 2010, ce qui semble dénoter d’une formalisation du terme pour désigner cette situation professionnelle transverse. En effet, en 2011, la convention n° 189 de l’Organisation internationale du travail (OIT) est définitivement adoptée et tranche en faveur du terme « domestic workers » pour parler des domestiques, ce qui pourrait expliquer que l’on retrouve son équivalent français dans les médias. Le nombre de mentions de « baby-sitter » et « nounou » connaît des trajectoires inverses, pouvant laisser supposer qu’un terme remplace l’autre avec le temps. Néanmoins, comme indiqué plus haut, les termes employés dans les notices descriptives des émissions ne sont qu’un indicateur permettant de repérer des tendances.

On peut également relever un nombre de mentions notables sur des sous-thématiques saillantes dont « esclave/esclavage » (250), « association/ONG » (170) et « violence/maltraitance/victime » (170). Cet aspect est détaillé dans la partie 4.

2. Des témoignages d’employés domestiques aux émissions consacrées aux domesticités

315 émissions ou sujets de JT mentionnent le travail domestique dans des pays des Suds. Dans ce corpus, 185 émissions ont pour objet central la thématique de la domesticité. Les 130 autres ressortent pour diverses raisons sans être forcément consacrées au thème du travail domestique. S’y inscrivent, par exemple, des témoignages de femmes de ménage ou de concierges d’immeuble, rencontrés pour rendre compte d’événements tels que des faits divers. Ou bien l’évocation d’une image où l’on voit une nourrice s’occuper d’enfants en arrière-plan, lors d’une interview portant sur un tout autre sujet. Ainsi sont interrogées ou données à voir des personnes qualifiées par leur métier, visibles médiatiquement, sans que cela ait un rapport direct avec leur qualité d’employé ou de travailleur domestique. Néanmoins, sur ce sous-corpus de 130 émissions, un certain nombre d’occurrences s’agrègent autour de deux thématiques. Il s’agit en premier lieu de l’hôtellerie de luxe, avec des émissions (19) où l’on croise des personnes employées en tant que femme de ménage ou majordome. Il est ici question d’une tâche domestique réalisée non pas chez un particulier mais dans des hôtels. En second lieu, on trouve également un certain nombre d’interviews (18) d’anciens majordomes, domestiques ou employés de maison de personnalités de premier plan : le prince héritier du Maroc et futur roi Mohammed VI, Saddam Hussein, Leïla Trabelsi, Charles Aznavour ou encore Salvador Allende. Ici, il s’agit davantage de leur donner la parole comme témoins privilégiés pour évoquer leurs anciens employeurs et les coulisses de leurs foyers quotidiens plutôt que d’aborder leurs fonctions et conditions domestiques en elles-mêmes.

Pour la suite de l’étude, ces 130 émissions qui placent le travailleur domestique en tant que témoin d’événements médiatiques connexes, sans forcément aborder la question de son travail, seront donc ôtées du corpus pour se concentrer sur les 185 documents intégralement consacrés à la question des domesticités dans les Suds.

3. Un sujet de société porté dans les médias par les chaînes publiques et à vocation internationale

Ce sont les chaînes de France Médias Monde, Radio France internationale (RFI) et France 24, portées sur l’actualité internationale, qui diffusent le plus grand nombre d’émissions consacrées à la domesticité, avec respectivement 41 et 24 sujets, soit 22,1 % et 13 % de la couverture médiatique globale sur cette thématique. Elles sont suivies par Arte avec 22 sujets, soit 11,9 %. Puis viennent France 2 et France Inter avec 13 émissions chacune (7 %), France Culture avec 11 émissions (6 %) et TF1 avec 10 (5,4 %) (fig. 2).

Les chaînes ayant le plus couvert le sujet de la domesticité dans les Suds, en nombre d’émissions dédiées

Figure 2 : Les chaînes ayant le plus couvert le sujet de la domesticité dans les Suds, en nombre d’émissions dédiées

La première émission connue qui aborde le sujet aurait été diffusée en 1954 par la Radiodiffusion-télévision française (RTF). Dans une interview intitulée « Vie de luxe en Égypte », une voyageuse dénommée Élisabeth Darcey parle de la vie mondaine du pays, empreinte de luxe et de domesticité. Diffusée en 1966 sur la première chaîne de l’ORTF, la deuxième émission est un reportage issu du magazine d’information « Cinq colonnes à la Une », nommé sobrement « L’Inde », qui relate la réalité quotidienne et la persistance de certaines croyances et traditions. Y sont abordés la coexistence de la richesse et de la pauvreté dans le pays, ainsi que l’emploi de personnel domestique par les personnes riches. Il faut ensuite attendre 20 ans pour trouver de nouveau un magazine évoquant la question de la domesticité. C’est seulement à partir du milieu des années 2000 que les volumes d’émissions couvrant le sujet deviennent plus importants, tout en restant relativement modestes (fig. 3) : de 2 à 25 émissions par an depuis 2005. Le pic que l’on note en 2013 semble lié à deux événements : la publication d’un rapport de l’OIT (Organisation internationale du travail) sur la situation des 52 millions de travailleurs domestiques dans le monde, sujet de 5 émissions le 9 janvier, et la Journée mondiale contre le travail des enfants, thème de 4 émissions le 12 juin. Une médiatisation en pointillé et en augmentation dans le temps, laquelle s’explique notamment par l’évolution du paysage audiovisuel français qui a vu son nombre de chaînes croître progressivement, certaines se focalisant sur l’actualité internationale et donc étant plus propices à aborder ce sujet dans les pays du Sud.

Médiatisation de la domesticité dans les Suds, en nombre d’émissions dédiées par an

Figure 3 : Médiatisation de la domesticité dans les Suds, en nombre d’émissions dédiées par an

Concernant les typologies d’émissions qui sont consacrées à la thématique, on recense 109 sujets de magazines (sujets courts, chroniques, reportages, entretiens, témoignages) ou magazines dédiés, 55 sujets issus de journaux télévisés ou radiophoniques, et 20 documentaires. On note que sur ces 20 documentaires, 9 sont diffusés par Arte.

4. Les questions de la domesticité représentées dans 44 pays

Dans ce corpus de 185 émissions ayant pour thème la domesticité, 44 pays sont représentés, situés dans les trois aires géographiques définies précédemment. Néanmoins, certains pays sont plus abordés que d’autres, et certaines particularités géographiques se détachent (fig. 4).

Les 15 pays les plus médiatisés sur la domesticité dans les Suds, en nombre d’émissions dédiées

Figure 4 : Les 15 pays les plus médiatisés sur la domesticité dans les Suds, en nombre d’émissions dédiées

Pour des pays comme les Philippines, l’Indonésie, le Sri Lanka et l’Éthiopie, il s’agit presque intégralement de sujets sur des ressortissants partis travailler à l’étranger en tant qu’employés domestiques. Ces pays sont mis en avant du fait de cette migration humaine, à travers la situation de leurs ressortissants à l’étranger, et non pas de la situation des travailleurs domestiques dans le pays. En parallèle, au Liban, en Arabie saoudite et dans les pays du Golfe, il n’est pas question des ressortissants nationaux mais des travailleurs étrangers ayant migré vers ces pays dans l’optique d’obtenir un emploi. Une médiatisation de la domesticité qui donne à voir une certaine géographie de la migration dans une perspective professionnelle, et notamment un flux notable entre l’Asie du Sud-Est et le Moyen-Orient.

5. Une couverture médiatique aux connotations majoritairement négatives

La domesticité est traitée dans les médias selon plusieurs angles qui peuvent s’entrecroiser (fig. 5). On recense 31 occurrences pour lesquelles sont liés les concepts de migration et de travail domestique. Mais ce prisme de traitement arrive toutefois assez nettement derrière deux autres : le travail des enfants, abordé dans 68 émissions, et la violence subie par les travailleurs domestiques, abordée dans 78 émissions. Ces deux axes ne se départissent jamais d’un vocabulaire à connotation négative, le travail domestique, allant jusqu’à être assimilé à de « l’esclavage moderne », se donnant à voir à travers des conditions de vie et de travail très difficiles. Le Moyen-Orient (Liban, Arabie saoudite, pays du Golfe) concentre l’attention des médias sur des sujets évoquant les maltraitances et les témoignages de travailleurs étrangers victimes de mauvais traitements de la part de leurs employeurs. Cette couverture médiatique s’accompagne cependant de quelques éléments à connotation plus positive. Chronologiquement, ils prennent d’abord la forme, dans les sujets relatant les difficultés rencontrées par les travailleurs domestiques, d’évocations d’évolutions législatives à venir, visant à accorder plus de protection, ou bien d’initiatives pour les aider. Puis l’encadrement et la régulation du travail domestique deviennent eux-mêmes un sujet central. Sont mis en avant les combats menés pour améliorer le sort des travailleurs domestiques, comme l’adoption par l’OIT d’une convention pour les travailleurs domestiques (7 émissions entre le 15 et le 18 juin 2011), ou bien la création de syndicats de travailleurs domestiques en divers endroits du globe comme à Hong Kong, au Liban, au Mexique ou au Guatemala (5 émissions entre 2007 et 2019). Cette médiatisation est jalonnée par les émissions diffusées en écho au calendrier des mobilisations de travailleurs domestiques, ainsi que des dates de conventions, de ratifications d’accords, de publication de rapports d’institutions sur les chiffres du travail domestique, et de journées internationales comme la Journée internationale des travailleurs et travailleuses domestiques ou la Journée mondiale contre le travail des enfants.

Les grands angles du traitement médiatique de la domesticité dans les Suds

Figure 5 : Les grands angles du traitement médiatique de la domesticité dans les Suds

6. Haïti, Bénin, Maroc : trois pays, trois vocables qui rendent compte du travail domestique des enfants

Bien qu’il soit question du travail des enfants dans l’ensemble des aires géographiques définies, trois pays sont plus particulièrement concernés : Haïti, le Bénin et le Maroc. Dans chacun d’entre eux, le travail des enfants est l’angle privilégié par les médias pour évoquer le travail domestique. Le sujet y est illustré de manière récurrente par trois expressions, qui sont autant de figures permettant d’aborder cette thématique du travail domestique des enfants. Parmi les 15 émissions évoquant Haïti entre 1994 et 2019, 13 mettent en avant les « restaveks », de jeunes enfants de familles pauvres placés dans des familles plus aisées pour réaliser des tâches domestiques et gagner de l’argent. Les « vidomègons » du Bénin, qui subissent le même sort, sont évoqués dans 8 des 12 émissions qui traitent du pays entre 2003 et 2018. Enfin, au Maroc, c’est la situation des « petites bonnes » qui est le sujet de 10 des 18 émissions qui parlent du pays entre 1990 et 2014.

Conclusion

La médiatisation de la domesticité dans les Suds, quasiment inexistante avant les années 1980, a augmenté de manière continue au cours des décennies suivantes, rythmée par différents événements et phénomènes sociaux qui ont mobilisé et marqué ces professions, en phase avec un paysage audiovisuel français qui s’est étendu et diversifié avec des chaînes généralistes et thématiques à vocation internationale. Si les travailleurs domestiques sont visibles, cités ou interrogés à la radio et à la télévision, cela n’est pas systématiquement en rapport direct avec leurs professions. Et lorsque les médias s’attachent à parler des réalités de ces métiers de la domesticité, c’est bien souvent à travers des figures emblématiques, récurrentes, voire pour en dépeindre les côtés les plus négatifs, en rapprochant ces professions d’une forme « d’esclavage moderne ».

Il est à noter que le traitement médiatique de certains événements impliquant des travailleurs domestiques a pu effacer la nature et le contexte professionnel face à l’événement en lui-même. Il en est ainsi du parcours de Sarah Balabagan, une employée domestique philippine condamnée à mort aux Émirats arabes unis pour avoir tué son employeur qui avait tenté de la violer en 1994. Dans notre corpus établi à partir des métiers du travail domestique, on trouve peu d’émissions qui abordent cette affaire pourtant représentative des mauvais traitements des travailleurs domestiques. Or, plus d’une centaine d’émissions sont consacrées à Sarah Balabagan. Mais la couverture médiatique qui en est faite est bien plus axée sur la chronologie, les rebondissements de l’affaire, la procédure judiciaire et sur la condition féminine plutôt que sur la condition domestique.

De manière plus générale et au-delà de cette étude, la situation des travailleurs domestiques dans les Suds reste moins abordée dans les médias français que celles des travailleurs domestiques des Suds exerçant leur activité au Nord. Cette médiatisation française de l’emploi domestique résonne avec un phénomène à l’oeuvre en France, pays du Nord, qui emploie des salariés domestiques issus pour partie des pays des Suds.

Autour de la thématique

Plusieurs numéros du baromètre thématique de l’INA ont également été consacrés aux pays des Suds et au monde du travail dans les journaux télévisés : « Les Amériques du Sud dans les JT » ; « Zoom sur l’Asie et l’Océanie dans les JT » ; « L’Afrique dans les JT, retour sur une décennie d’info » ; « L’Afrique dans les JT, une certaine image… » ; « Le monde dans les JT » ; « Le monde du travail dans les JT ».

La série documentaire radiophonique « A votre service, plongée dans l’univers de la domesticité » dans la collection « LSD, la série documentaire » diffusée sur France Culture, de Jérôme Sandlarz et Anne Fleury, avril 2021.

 

LE DÉVELOPPEMENT DANS LES MÉDIAS

Cet article a été rédigé dans le cadre de la rubrique « Le développement dans les médias », créée en partenariat avec la Revue internationale des études du développement (RIED) et l’Institut national de l’audiovisuel (INA), qui propose d’illustrer chaque dossier thématique de la RIED, en offrant un aperçu de la médiatisation de divers phénomènes liés au développement, au fil des 20 millions d’heures audiovisuelles qui composent les collections de l’INA.

Créée en 1960, la Revue internationale des études du développement (anciennement Revue Tiers Monde) est une publication scientifique pluridisciplinaire éditée en France, accueillant des travaux originaux – en français, en anglais et en espagnol – qui s’inscrivent dans les débats actuels sur le développement et sont fondés sur des terrains, des données ou des archives explicites. La revue est produite par l’Institut d’études du développement de la Sorbonne (IEDES) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et publiée par les Éditions de la Sorbonne.

Le site www.inatheque.fr propose une présentation complète des collections de l’INA et les informations pratiques concernant leur mise à disposition dans 50 centres de consultation.

Cette rubrique fait l’objet d’une co-publication au sein de la revue, disponible en version imprimée en librairie et sur abonnement, et en version numérique sur la plateforme Cairn.info.

Cet article est publié sous licence Creative Commons CC BY-NC-ND.


Laëtitia Larcher

Chargée de mission en documentation et valorisation pour le dépôt légal à l'Institut national de l'audiovisuel (INA)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/10/2021

    […] Retrouvez ici le texte complet de l’article, également publié dans la version électronique diffusée sur Cairn.info et qui fait l’objet d’une co-publication sur le carnet de recherche Hypothèses de l’INAthèque. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search