La médiatisation de la santé dans les pays du Sud

Article rédigé par Charles Mamere, documentaliste multimédia à l’INA, et Laëtitia Larcher, chargée de mission en documentation et valorisation pour le dépôt légal à l’INA.

Co-publié au sein du numéro 247 (2021/3) de la Revue internationale des études du développement consacré à la santé dans les pays du Sud et aux nouveaux défis qu’elle représente pour le développement, cet article propose une exploration des tendances de la médiatisation de la santé dans les pays du sud dans les émissions télévisées et radiophoniques de 1945 à 2021.

L’étude s’appuie sur des recherches par mots-clés dans les notices du catalogue des 190 chaînes de radio et de télévision du dépôt légal. Une liste de termes généraux se référant à la santé a été établie afin d’obtenir une vue globale de la médiatisation sur le sujet : « santé », « santé publique », « médecine », « traitement médical », « aide médicale », « centre hospitalier », « hôpital », « CHU », « centre de santé », « personnel de santé », « médecin » et « système de santé ». Ils ont été croisés avec les noms des pays rattachés au concept des Suds. Ce concept mouvant peut désigner les pays dits en développement, bien que cette qualification soit plurielle. Ces pays ont été renseignés dans le champ « descripteur » des notices pour circonscrire la recherche à cette aire géographique et ont été regroupés selon des espaces continentaux : l’Afrique1, l’Asie (centrale et du Sud)2, l’Amérique (centrale et du Sud)3, le Moyen-Orient4 et l’Océanie5. Ces choix sont sujets à débat. Ainsi, on retrouve des pays considérés comme riches et développés (l’Arabie saoudite, l’Afrique du Sud, la Chine ou encore l’Inde) mais qui ont été inclus dans le champ de l’étude en raison de leur industrialisation plus récente, ou encore de la persistance d’inégalités fortes dans la population.

19 363 émissions sont spécifiquement consacrées à ces grandes thématiques de santé dans ces pays du Sud, indiquées comme sujet principal en « descripteur » dans les notices. Plus largement, près du double d’émissions, soit 37 992 programmes, mentionnent au moins une fois ces questions sanitaires à la croisée de sujets médiatiques multiples, sans en être forcément le sujet principal (fig. 1a et b), d’après une recherche textuelle menée sur les thématiques sanitaires sur tous les champs des notices émissions. Cette recherche met en évidence quelques tendances et jalons de cette couverture médiatique sans prétendre à l’exhaustivité – des archives peuvent être manquantes, ou leurs notices incomplètes, notamment pour la période antérieure au dépôt légal mis en oeuvre au 1er janvier 1995 et pour la période récente de 2019 et 2020, en cours de traitement. Les chiffres indiquent donc des ordres de grandeur.

Nombre d’émissions consacrées ou mentionnant le thème de la santé dans les Suds, par aire géographique

Figure 1a : Nombre d’émissions consacrées ou mentionnant le thème de la santé dans les Suds, par aire géographique

Nombre d’émissions consacrées ou mentionnant le thème de la santé dans les Suds, par aire géographique

Figure 1b : Nombre d’émissions consacrées ou mentionnant le thème de la santé dans les Suds, par aire géographique

1. L’Afrique et l’Asie focalisent l’attention médiatique sur les questions de santé dans les Suds

Pas moins de 19 363 émissions télévisées, radiophoniques et sujets marginaux issus des actualités cinématographiques consacrées aux grandes thématiques de santé dans les pays des Suds ont pu être identifiés, datés entre 1945 et 2021 pour la télévision et la radio et dès 1926 pour les actualités cinématographiques partielles disponibles à l’INA (fig. 1a et b).

Au coeur de cette médiatisation sanitaire, l’Afrique prédomine avec 8 081 émissions, suivie de l’Asie centrale et du Sud avec 4 991 émissions. L’Amérique centrale et du Sud ainsi que le Moyen-Orient bénéficient d’une représentation médiatique intermédiaire avec respectivement 3 135 et 3 046 émissions relatives à la santé. L’Océanie dispose quant à elle d’une visibilité marginale avec seulement 110 émissions dédiées. Ces résultats sont à contextualiser avec les volumes des pays des Suds concernés selon les aires géographiques et avec les relations historiques variables vis-à-vis de la France et de ses médias. En Océanie, où le nombre de pays est plus réduit, l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont exclues de l’étude en tant que pays considérés comme riches et développés. La visibilité de l’Afrique est pour sa part favorisée en raison du passé colonial de la France et la couverture médiatique des chaînes françaises à vocation internationale, fortement orientées vers les pays d’Afrique francophones.

En dehors de la presse filmée antérieure, la première émission connue ayant couvert le sujet de la santé dans un pays du Sud a été enregistrée par la chaîne coloniale Ondes courtes le 15 octobre 1945 et s’intitule « La médecine coloniale en marche ». Cette émission radiophonique propagandiste met en avant le rôle des médecins de brousse dans les colonies d’Afrique. Il s’agit d’une évocation scénarisée inspirée d’une conférence organisée par le ministère des Colonies au Grand Palais à Paris le 12 octobre 1945. Sur les questions de santé en Asie, l’émission la plus ancienne « La croisade de l’air pur de l’Entraide française » a été diffusée le 19 mars 1946 par la Radiodiffusion française (RDF). Dans cette retransmission d’une allocution radiophonique, le ministre de la France d’outre-mer Marius Moutet vante les mérites de l’Entraide française, un organisme de solidarité conçu pour agir pour l’émancipation et la santé de la jeunesse en métropole et dans les colonies, dont l’Indochine. Les deux aires géographiques que sont l’Afrique et l’Asie disposent de la couverture médiatique la plus ancienne sur ces questions de santé publique. Diffusées à partir du milieu des années 1940, ces premières émissions résonnent pour la plupart avec l’histoire coloniale française. On peut ainsi également citer « L’Institut Pasteur de Saïgon » (1946), « La médecine à Madagascar » (1947), « Les médecins dans la brousse » (1949), ou bien encore « Médecine et chirurgie sur le front indochinois » (1954). Pour les Amériques, le corpus débute avec une émission radiophonique « Enquête sur Haïti » enregistrée en 1954 par la Radiodiffusion-télévision française (RTF), mettant en avant des actions et le déploiement d’un plan de santé publique sur l’île, avec la création d’infrastructures et d’équipements de santé, la mise en place d’une assistance médicale populaire et rurale, l’éducation sanitaire et le contrôle des maladies que sont la tuberculose, la malaria et la syphilis. La première émission consacrée à la santé au Moyen-Orient est quant à elle diffusée le 2 mars 1955 par la RTF, intitulée « Le docteur Claudie Fayein » dans la collection « Entretiens avec ». Au sein de cet entretien radiophonique, la médecin témoigne de son année passée au Yémen et des résultats qu’elle y a obtenus. En Océanie, les premières émissions sont bien plus tardives. Le 29 janvier 1977, France Culture diffuse au sein de sa case antenne des « Matinales » un magazine radiophonique généraliste, composé de reportages et d’entretiens, qui aborde des questions de santé et d’hygiène dentaire aux côtés d’autres sujets de société en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il faut attendre le 24 octobre 1985 pour la diffusion d’un sujet spécifique sur la santé, avec un reportage titré « OMS » diffusé au sein du journal télévisé de « TF1 Treize heures ». Il rend compte sur le terrain d’une campagne de vaccination menée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur l’archipel du royaume des Tonga.

2. Une médiatisation rythmée par les épidémies et les conséquences sanitaires de conflits

La couverture médiatique globale n’a fait qu’augmenter au cours du temps sur ces thématiques de santé, sur tous les continents (fig. 2). Tout particulièrement à partir des années 1990, période marquée par la multiplication des chaînes télévisées et radiophoniques, et l’arrivée de chaînes spécialisées venues enrichir l’offre généraliste historique, contribuant à une augmentation de la couverture de l’actualité internationale.

Médiatisation chronologique de la santé dans les Suds, en nombre d’émissions par an et par aire géographiqueFigure 2 : Médiatisation chronologique de la santé dans les Suds, en nombre d’émissions par an et par aire géographique

Plusieurs pics médiatiques ressortent, en écho à des événements ayant eu un impact sanitaire majeur. Entre 2009 et 2010, la grippe A (H1N1) apparaît comme un phénomène mondial. En Afrique, les années 1994 et 2014 sont marquées respectivement par le génocide des Tutsi au Rwanda – dont le traitement médiatique rend compte des victimes physiques, des séquelles psychologiques ainsi que de l’épidémie de choléra ayant touché les réfugiés rwandais et mobilisé des interventions humanitaires internationales –, et par la flambée de l’épidémie de virus Ebola. Pour l’Asie, 2003 et 2020 sont jalonnées par la médiatisation des épidémies de SRAS et de coronavirus. Le Covid-19 a polarisé l’attention médiatique en 2020, conférant à l’Asie la plus forte couverture médiatique annuelle sur des thématiques de santé au sein de ce corpus, avec 800 émissions dédiées cette année-là. L’année 2010 dans les Amériques est celle du séisme de magnitude 7 ayant frappé Haïti, avec des conséquences sanitaires diverses, que ce soit au vu du secours apporté au grand nombre de victimes et de blessés ou de la dégradation des conditions d’hygiène. Au Moyen-Orient, des pics ressortent en 1991 et 2003, dates des deux guerres du Golfe, dont les combats se traduisent par la prise en charge de nombreuses victimes et blessés et la destruction des infrastructures de santé ayant entraîné une dégradation de la situation sanitaire générale.

Il est à noter que certaines émissions s’éloignent parfois fortement des questions de santé publique. Ainsi, le pic de 2019 en Afrique est partiellement alimenté par les relais médiatiques de l’évolution de l’état de santé du président algérien Abdelaziz Bouteflika.

3. La santé et l’accès aux soins médiatisés à travers ses infrastructures

Selon les aires géographiques, les enjeux sanitaires sont abordés sous différents angles, mais certains aspects s’avèrent centraux et récurrents dans le traitement de la santé. Certaines tendances ressortent selon les termes employés dans les notices descriptives des émissions rédigées par les documentalistes.

Piliers de l’accès au soin, les infrastructures de santé sont massivement représentées dans les médias sur toutes les zones géographiques, totalisant 15 910 mentions. Tout particulièrement au Moyen-Orient, où les établissements – hôpital, centre hospitalier, centre de santé, clinique et cabinet médical – sont mentionnés 3 498 fois pour un total de 3 046 émissions, soit un ratio de 1,15. Les structures de santé sont systématiquement évoquées lorsque la santé y est médiatisée. Ces lieux d’accès aux soins occupent une place toujours prédominante, mais moindre, en Afrique (6 563 occurrences, soit un ratio de 0,81), en Asie centrale et du Sud (3 925 occurrences, soit un ratio de 0,78), en Amérique centrale et du Sud (1 877 occurrences, soit un ratio de 0,6) jusqu’en Océanie (47 occurrences, soit un ratio de 0,43). Toutes zones confondues, c’est à l’échelle des hôpitaux ou des centres hospitaliers que l’accès au soin est le plus mentionné dans les médias (fig. 3).

Nombre de mentions d’établissements de santé selon leur type, au sein du corpus d’émissions consacrées à la santé dans les Suds

Figure 3 : Nombre de mentions d’établissements de santé selon leur type, au sein du corpus d’émissions consacrées à la santé dans les Suds

Sur tous les continents, les médias relaient également de manière récurrente la mobilisation des professionnels de santé, comme celle de médecins et docteurs (16 195 mentions) ou encore des associations (4 126). Sont également mises en avant la santé infantile avec la situation des enfants (9 358), ainsi que celle des femmes (6 509). Les soins (2 772) et les traitements médicaux à travers les questions de médicaments (3 496) ont une place importante, tout comme la recherche (3 507) et la lutte (2 773) contre les maladies (8 296) (fig. 4).

Les vingt thèmes les plus mentionnés, au sein du corpus d’émissions consacrées à la santé dans les Suds

Figure 4 : Les vingt thèmes les plus mentionnés, au sein du corpus d’émissions consacrées à la santé dans les Suds

4. Des territoires vus sous le prisme des épidémies, de l’impact sanitaire des conflits et des catastrophes naturelles

En Afrique, les enjeux de santé ressortent à travers la médiatisation de maladies (4 118 mentions), d’épidémies (2 682) et de virus (2 447), principalement du sida (4 452), d’Ebola (1 865), du paludisme (985) et du coronavirus ou Covid-19 (909). La guerre (1 642) et l’action humanitaire (1 564) arrivent en second lieu. En Asie, on parle là encore d’épidémies (2 757), de maladies (2 400) et de virus (1 915), avec un éclairage central récent sur le coronavirus ou Covid-19 (3 519). La guerre (1 029) et l’action humanitaire (899) y sont un sujet moindre. La couverture médiatique se focalise avant tout sur les maladies et épidémies touchant ces continents. En revanche, au Moyen-Orient, la majorité des émissions sur la santé se rapportent à la guerre (2 265), aux conflits (1 360) et aux bombardements (870), notamment à travers la situation des enfants (1 507) et l’action humanitaire (921). Les nombreux conflits ayant touché la région (Irak, Syrie, Liban, Iran) semblent avoir été la porte d’entrée pour parler de la situation sanitaire dans la région. Pour les Amériques, les mentions d’épidémies (1 639), de maladies (1 121), de virus (986), de coronavirus ou Covid-19 (1 054), de grippe (906), de choléra (859) et des séismes et catastrophes naturelles (1 066) sont notables, en lien avec les secours et l’aide humanitaire (859). En Océanie, on trouve de nouveau en bonne place les épidémies (94) avec le coronavirus ou Covid-19 (202) et les cas de rougeole (19).

5. La vaccination : entre campagne et recherche

Parallèlement, il est possible de se focaliser sur l’ensemble des émissions mentionnant de manière générale la vaccination sur ces aires géographiques, sans prendre en compte les mots-clés relatifs à la santé. 1 610 émissions diffusées entre 1947 et 2021 ressortent alors avec une évocation de la vaccination, d’un vaccin – existant, recherché ou espéré – ou de l’action de vacciner (fig. 5). On retrouve les mêmes tendances géographiques que la médiatisation des grands thèmes de santé (détaillés précédemment partie 2, fig. 2).

Médiatisation chronologique de la vaccination et des vaccins dans les Suds, en nombre d’émissions le mentionnant par an et par aire géographique

Figure 5 : Médiatisation chronologique de la vaccination et des vaccins dans les Suds, en nombre d’émissions le mentionnant par an et par aire géographique

787 émissions abordent la vaccination en Afrique, principalement face au virus Ebola (940 mentions), au sida (641), au paludisme (500), à l’hépatite (322), Covid-19 (231), à la tuberculose (198) puis à la grippe (160), sous la forme de plans (365) et campagnes (346) de vaccination en complément des traitements (485) et médicaments (323). Elle ressort également à travers la recherche (708) et la mobilisation sur ce front de l’OMS (440) et de l’ONG Médecins sans frontières (150). Sur le continent, la Guinée (324) ressort comme le pays où la vaccination a été la plus médiatisée. En Asie centrale et du sud 414 émissions évoquent la vaccination, principalement face au Covid-19 (666), à la grippe (260), au sida (143) et à la poliomyélite (121), sous l’angle de la recherche (305) et des campagnes (243). La Chine (572) et l’Inde (308) sont les pays les plus médiatisés sur cette question, bien qu’ils occupent une place à part dans les pays des Suds en tant que puissances économiques aux faibles indices de développement humain, et au vu de l’épidémie de Covid-19 en tant que foyer épidémique et important producteur de vaccins. En Amérique centrale et du Sud, 225 émissions évoquent la vaccination, principalement face au Covid-19 (219), à la grippe (192), au choléra (111) et au sida (76), en particulier au Brésil (223), à Haïti (208) et plus faiblement au Mexique (92). Elle ressort à l’étape de la recherche (149), au travers des laboratoires (73) et dans une moindre mesure des campagnes (84) et plans (73) de vaccination, aux côtés de l’OMS (69) et des médicaments (70). Au Moyen-Orient, 168 émissions abordent la vaccination, majoritairement face à la grippe (113) et au Covid-19 (83) en Syrie (161), en Irak (135), en Iran (121), au Liban (75) et en Israël (53), à destination de la population générale mais également d’enfants (91), de réfugiés (52) et de soldats (65) intervenant dans des guerres (171) et conflits (78). Ces derniers recevant différents types de vaccins. La présence médiatique de Bernard Kouchner (45), en tant que figure de l’aide humanitaire et de la vaccination, est particulièrement notable sur cette zone géographique. Enfin, en Océanie où la vaccination est relayée dans 16 émissions, le traitement médiatique concerne les vaccins contre le Covid-19 (24) et la rougeole (20) face à l’épidémie ayant eu lieu en 2019 aux îles Samoa (18) (fig. 6a et b).

Médiatisation des principaux thèmes connexes à la vaccination et aux vaccins dans les Suds, en nombre de mentions au sein du corpus d’émissions abordant la vaccination, par aire géographique

Figure 6a : Médiatisation des principaux thèmes connexes à la vaccination et aux vaccins dans les Suds, en nombre de mentions au sein du corpus d’émissions abordant la vaccination, par aire géographique (Cliquer sur la figure pour l’agrandir)Médiatisation des principaux thèmes connexes à la vaccination et aux vaccins dans les Suds, en nombre de mentions au sein du corpus d’émissions abordant la vaccination, par maladie et année

Figure 6b : Médiatisation des principaux thèmes connexes à la vaccination et aux vaccins dans les Suds, en nombre de mentions au sein du corpus d’émissions abordant la vaccination, par maladie et année (Cliquer sur la figure pour l’agrandir)

6. Les chaînes publiques, principal relais médiatique des questions de santé

Depuis 1945, ce sont les deux chaînes télévisées généralistes TF1 et France 2 qui ont le plus médiatisé les grandes thématiques de santé dans les pays des Suds, avec respectivement 2 404 et 1 954 sujets soit 12,4 % et 10,1 % de la couverture médiatique globale sur ce thème. Les chaînes régionales de France 3 (1 716 sujets, soit 8,9 %) et Radio France internationale (RFI) (1 684 sujets, soit 8,7 %) se placent juste derrière avec une volumétrie de diffusion relativement équivalente. Il est à noter que les chaînes de France 3 régions cumulent plusieurs canaux de diffusion et donc une volumétrie de programmes diffusés bien supérieure, même si ces chaînes n’apparaissent qu’en 1992 sous ce nom dans la continuité des F3 régions. Plus ancienne, la station radiophonique publique RFI a elle été créée en 1975 dans la continuité de radios internationales françaises. Sa captation par l’INA est échantillonnée dans les années 1980-1990 puis n’est intégrale qu’à partir de 1999. Quatre autres chaînes publiques ont proposé plus de 1 000 émissions sur le sujet, Arte (1 522 sujets, soit 7,9 %), France Inter (1 357, 7 %), France 3 (1 059, 5,5 %) et France 24 (1008, 5,2 %) (fig. 7).

Les vingt chaînes ayant le plus médiatisé la santé dans les Suds, en nombre d’émissions dédiées

Figure 7 : Les vingt chaînes ayant le plus médiatisé la santé dans les Suds, en nombre d’émissions dédiées

Parmi les 19 363 émissions du corpus, 10 442 sont des sujets issus de journaux télévisés ou de journaux parlés qui ont proposé un traitement de ces thématiques de santé majoritairement à travers des reportages sur le terrain, des brèves d’actualités ou des entretiens. Avec 5 885 sujets dédiés, les magazines sont ensuite le format le plus employé pour traiter de ces questions sur un temps long et de manière composite. Des collections phares orientées sur la santé, vers l’international ou proposant des reportages en immersion couvrent le sujet (fig. 8).

La chaîne publique Radio France internationale (RFI), qui s’adresse à des auditeurs nationaux et internationaux, a diffusé pas moins de 612 sujets sur des questions de santé dans des pays du Sud au sein du magazine « Priorité santé ». Il est retransmis dès 1973 sur Afrique Inter, qui deviendra deux ans plus tard RFI. Les journalistes Colette Berthoud puis Caroline Paré y proposent des reportages – principalement en Afrique – et des entretiens avec des spécialistes sur l’actualité médicale et les enjeux de santé et de développement, et nouent un rapport de proximité avec les auditeurs en recueillant leurs témoignages et en leur prodiguant des conseils en matière de prévention, de traitements médicaux et de droits. Les deux chaînes publiques généralistes France 5 et Arte représentent les deux autres principaux diffuseurs de magazines sur le sujet sur toute la période étudiée. Sur une échelle temporelle plus ancienne, où le paysage audiovisuel français était alors plus réduit et l’impact médiatique d’une émission plus important, la collection « Union française : magazine de la France d’outre-mer » est particulièrement notable. Ce magazine a proposé un traitement médiatique précoce de ces sujets avec 32 émissions dédiées concentrées entre 1949 et 1956, qui abordent l’actualité sanitaire des colonies françaises.

Les quinze principaux magazines télévisés et radiophoniques ayant traité de la santé dans les Suds, en nombre d’émissions dédiées

Figure 8 : Les quinze principaux magazines télévisés et radiophoniques ayant traité de la santé dans les Suds, en nombre d’émissions dédiées

En matière de réception, il est à noter que les deux chaînes à vocation internationale du groupe France Médias Monde – RFI et France 24 – bénéficient d’une importante croissance de leur audience, avec une augmentation du nombre de foyers couverts à travers le monde, notamment grâce à l’extension d’accords de diffusion et à la progression de la TNT en Afrique subsaharienne depuis 2015. Par la suite, l’arrivée de nouveaux modes de consommation en ligne et la délinéarisation de la diffusion – qui a rendu les émissions consultables de manière isolée en dehors du flux d’une journée de programmes et sur des plateformes multiples – ont également contribué à élargir le public potentiel de ces émissions, reçues en dehors du territoire français.

7. Les acteurs périphériques du secteur sanitaire : l’exemple du traitement des déchets biomédicaux

La gestion des déchets biomédicaux représente un enjeu économique et sanitaire majeur, dont la visibilité médiatique s’est amplifiée à l’échelle mondiale avec l’arrivée d’épidémies comme celle du Covid-19 en 2020. Pour les pays des Suds, ce relais médiatique apparaît véritablement dans les années 2000, à travers des problématiques de flux internationaux, de risques environnementaux et sanitaires, de politiques de santé publique et d’initiatives entrepreneuriales, associatives et humanitaires visant à mettre en place des systèmes de traitement des déchets biomédicaux.

En 1997, la première émission connue sur le sujet – une brève issue du journal télévisé « 8 et demi » diffusé sur Arte – fait état de la récupération par l’ONG Greenpeace d’un chargement de huit tonnes de déchets, dont des déchets médicaux qu’une firme allemande destinait au Liban. Diffusé le 28 avril 2003, un sujet du journal télévisé « 12|14 Édition nationale » de France 3 rend compte des émeutes ayant eu lieu aux abords d’un centre de traitement des déchets, chargé de l’incinération des déchets médicaux venant des hôpitaux où sont hospitalisées les victimes du SRAS à Taiwan. L’émission « C’est pas du vent » diffusée le 2 mars 2009 évoque le plan national de gestion des déchets médicaux en Côte d’Ivoire, alors que l’OMS pointe la mauvaise gestion des déchets à très hauts risques, qui seraient responsables d’environ 8 à 16 millions de cas d’infection par le virus de l’hépatite B dans le monde et de 80 000 à 160 000 par le virus du sida. Des risques sanitaires dénoncés par différentes émissions dont « Coup de pouce pour la planète », diffusée le 24 mars 2012 sur TV5 Monde, qui alertent sur la présence de ces déchets dans des décharges où certaines personnes vont fouiller pour trouver de quoi se nourrir et s’y contaminent. On trouve également la pollution générée, comme celle de l’eau de source contaminée à Kindia en Guinée en l’absence d’un incinérateur en état de marche, évoquée dans le documentaire « Kindia 2015 : un défi durable » diffusé le 15 octobre 2014 sur Canal +. Plus récemment, une revue de presse intitulée « L’Asie du Sud-Est ne veut plus être la poubelle du monde », diffusée sur France Culture le 31 juillet 2019, réaffirme les dommages sanitaires et environnementaux des déchets biomédicaux ainsi que l’absorption inéquitable de cette problématique par les pays des Suds, à travers l’opposition de plusieurs pays marquée par plusieurs renvois de conteneurs de déchets vers les pays riches expéditeurs. D’autres programmes rendent compte de la mise en place de filières de traitement des déchets biomédicaux dans des contextes épidémiques, comme par l’ONG Médecins sans frontières face au choléra à Haïti évoquée dans l’émission « Zoom de France Info : Retour sur le choléra à Haïti » diffusée le 19 novembre 2010. Entre 2011 et 2020, plusieurs entretiens avec des fondateurs, chefs d’entreprise et responsables d’associations spécialisées dans la gestion de déchets médicaux mettent à l’honneur des acteurs et initiatives dans ce secteur. On peut citer ceux de Laurent Traoré Mantion, directeur général de la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) interviewé dans l’émission « Afrique plus » du 10 juillet 2011 sur RFI, et de Marianne Branco dont l’association s’occupe de la collecte des déchets médicaux au Bénin, interviewée dans le magazine « Priorité santé » du 28 février 2012 sur RFI. Plus récemment, le directeur général de Redal Veolia Maroc, Chouhaid Nasr, était interviewé dans le magazine « Inside » du 5 août 2020 sur BFM Business au sujet de la construction d’une usine de traitement des déchets médicaux au Maroc, tandis que Habib N’Konou, cofondateur de la société africaine Dr Sett spécialisée dans la gestion de déchets biomédicaux au Sénégal, évoquait le traitement des masques chirurgicaux dans « Le journal de l’Afrique » du 2 décembre 2020 sur France 24.

Cette analyse des grandes tendances médiatiques sur les chaînes françaises vis-à-vis de la santé dans les pays des Suds vise à offrir une première base de réflexion pour de futures études et des pistes de recherches complémentaires. Il serait par exemple intéressant d’évaluer l’impact que peuvent avoir les médias sur les politiques de santé publique, les financements et la coopération internationale, ou encore sur la décolonisation de la santé mondiale.

Les fonds de l’INA sont accessibles pour tous projets de recherche scientifique et sont consultables dans 50 centres de consultation à travers la France.

Autour de la thématique

Plusieurs numéros du baromètre thématique de l’INA ont également été consacrés aux pays des Suds et au secteur de la santé dans les journaux télévisés : « La COVID-19 dans les JT » ; « Santé, sciences et technologies dans les JT » ; « Les Amériques du Sud dans les JT » ; « Zoom sur l’Asie et l’Océanie dans les JT » ; « L’Afrique dans les JT, retour sur une décennie d’info » ; « L’Afrique dans les JT, une certaine image… ».

 

LE DÉVELOPPEMENT DANS LES MÉDIAS

Cet article a été rédigé dans le cadre de la rubrique « Le développement dans les médias », créée en partenariat avec la Revue internationale des études du développement (RIED) et l’Institut national de l’audiovisuel (INA), qui propose d’illustrer chaque dossier thématique de la RIED, en offrant un aperçu de la médiatisation de divers phénomènes liés au développement, au fil des 20 millions d’heures audiovisuelles qui composent les collections de l’INA.

Créée en 1960, la Revue internationale des études du développement (anciennement Revue Tiers Monde) est une publication scientifique pluridisciplinaire éditée en France, accueillant des travaux originaux – en français, en anglais et en espagnol – qui s’inscrivent dans les débats actuels sur le développement et sont fondés sur des terrains, des données ou des archives explicites. La revue est produite par l’Institut d’études du développement de la Sorbonne (IEDES) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et publiée par les Éditions de la Sorbonne.

Le site www.inatheque.fr propose une présentation complète des collections de l’INA et les informations pratiques concernant leur mise à disposition dans 50 centres de consultation.

Cette rubrique fait l’objet d’une co-publication au sein de la revue, disponible en version imprimée en librairie et sur abonnement, et en version numérique sur la plateforme Cairn.info.

Cet article est publié sous licence Creative Commons CC BY-NC-ND.

 

 


1 Afrique, Afrique du Sud, Algérie, Angola, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap-Vert, République centrafricaine, Comores, Congo, République démocratique du Congo, Côte d’Ivoire, Djibouti, Égypte, Érythrée, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Kenya, Lesotho, Liberia, Libye, Madagascar, Malawi, Mali, Maroc, Maurice-État, Mauritanie, Mozambique, Namibie, Niger, Nigeria, Ouganda, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Swaziland, Eswatini, Tanzanie, Tchad, Togo, Tunisie, Zambie, Zimbabwe, Dahomey, Zaïre, Haute-Volta, Sahara occidental.

2 Afghanistan, Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie-Asie, Kazakhstan, Kirghizistan, Kirghizstan, Kirghizie, Mongolie, Ouzbékistan, Pakistan, Tadjikistan, Turkménistan, Bangladesh, Bengla Desh, Birmanie, Myanmar, Bhoutan, Brunei, Cambodge, Chine République populaire, Corée du Nord, Corée République populaire démocratique, Inde, Indonésie, Laos, Malaisie, Maldives, République des Maldives, Népal, Philippines, Sri Lanka, Taiwan, Formose, Thaïlande, Timor oriental, Viêtnam république socialiste, Indochine.

3 Antigua-et-Barbuda, Argentine, Bahamas, Barbade, La Barbade, Belize, Bolivie, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Cuba, Dominique-État, Équateur-état, Grenade-État, Guatemala, Guyana-État, Guyana, Haïti, Honduras, Jamaïque, Mexique, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou, République dominicaine, Saint-Christophe-et-Nièves, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Grenadines, Sainte-Lucie, Salvador, Surinam, Suriname, Trinité-et-Tobago, Uruguay, Venezuela.

4 Arabie saoudite, Bahrein, Cisjordanie, Émirats arabes unis, Irak, Iraq, Iran, Jordanie, Koweït, Liban, Palestine, Oman, Sultanat d’Oman, Qatar, Quatar, Syrie, Yémen, République du Yémen.

5 Fidji, Îles Fidji, Îles Marshall, Kiribati, Micronésie, Nauru, Palau, Belau, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Salomon, Samoa, Tonga, Tuvalu, Vanuatu.

 



Citer ce billet
Laëtitia Larcher (2021, 10 décembre). La médiatisation de la santé dans les pays du Sud. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4ip

Laëtitia Larcher

Chargée de mission en documentation et valorisation pour le dépôt légal à l'Institut national de l'audiovisuel (INA)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search