La diffusion du rap sur le web : étude à partir d’un corpus sélectionné dans les collections de l’INA

Article rédigé par Maxime Guebey, Mention au Prix d’encouragement de l’Inathèque 2021, archiviste paléographe, documentaliste multimédia à l’INA.

Parmi tous les styles musicaux, le rap est réputé être le plus vendeur. Et en effet, les chiffres le confirment : sur les cinquante albums les plus vendus en France en 2020, une bonne moitié peut être rangée sous la bannière du rap1. Ce succès est le fruit d’une histoire déjà longue : né dans le courant des années 1970 aux États-Unis, le rap commence à conquérir un public large dès la décennie suivante, avec des groupes comme NWA2. En France, la culture hip-hop, englobant donc le rap mais aussi d’autres pratiques artistiques comme le break dance ou le graffiti, connaît ses premiers développements à la même période. Mais c’est surtout au cours des années 1990 que le rap français devient populaire, à l’époque où des groupes comme NTM3 ou des artistes comme MC Solaar sortent leurs premiers disques. Depuis les années 2010, le rap est entré dans un second âge d’or, avec des artistes comme Jul, Nekfeu ou PNL4, pour ne citer qu’eux, qui ont porté cette musique vers le succès qu’on lui connaît.

La télévision et la radio accompagnatrices ou spectatrices de l’essor du rap français ?

Les médias audiovisuels ont évidemment joué un rôle dans cette marche en avant du rap. La télévision tout d’abord s’est intéressée à la culture hip-hop dès 1984, année où est diffusée sur TF1 l’émission H.I.P.H.O.P. de Sidney. Il s’agit d’un programme entièrement consacré au hip-hop et le premier de l’histoire de la télévision française à être présenté par un animateur noir. Plus tard, entre 1990 et 1993, Olivier Cachin anime une autre émission dédiée au rap sur M6, Rapline, diffusant des clips, des live et des interviews d’artistes. Peu à peu, les rappeurs deviennent des habitués des talk-shows télévisés, comme par exemple On n’est pas couché, où Laurent Ruquier a reçu notamment Youssoupha5, Oxmo Puccino6 ou encore Booba7. Aujourd’hui, l’animateur Mouloud Achour s’est fait le représentant des cultures urbaines sur le petit écran à travers la chaîne télévisée Clique TV, qui se décline en émissions hebdomadaires sur Canal+. Enfin, la chaîne Arte accorde une place au rap, en grande partie par le biais de l’émission musicale Tracks, diffusée depuis 19978.

Jingle de l’émission “H.I.P.H.O.P”.

Parallèlement, la radio a été un vecteur essentiel dans la diffusion du rap en France. Radio Nova fait partie des premières stations à diffuser les performances des groupes pionniers comme NTM ou Assassin9. Mais c’est évidemment la station Skyrock qui nous vient immédiatement à l’esprit. Fondée en 1986, elle se spécialise dans le rap dès 1996, sous l’impulsion de son directeur général des programmes Laurent Bouneau. Ce dernier entend alors tirer parti de la loi Toubon de 1994, qui impose aux radios de diffuser au moins 40 % de chansons francophones. Skyrock, en particulier par l’intermédiaire de son émission phare Planète rap10, est ainsi devenue un relais médiatique très important pour le rap français. Devant ce succès, Radio France a choisi elle aussi de se tourner vers la culture hip-hop afin d’attirer les jeunes auditeurs ; depuis 2015, la station Mouv’ est ainsi entièrement dédiée au rap. Dans cette même lignée, mais avec une audience certes beaucoup moins large, on citera également la station Générations, fondée en 1992, elle aussi spécialisée dans les musiques urbaines. Quant aux radios plus généralistes, elles abordent par moments le rap. Dès 1991, France Culture a par exemple proposé une série de dix émissions intitulée « Aux sources du rap », qui revient sur l’histoire de cette musique. Quelques stations ont même leur rendez-vous entièrement consacré au rap, à l’image de RFI avec l’émission Légendes urbaines 11 diffusée en simultanée à la télévision sur France 24, France Inter avec Le Grand urbain,12 ou encore Arte Radio avec Le mike et l’enclume13.

Le rap sur Internet ou la médiatisation de la musique à l’heure des réseaux sociaux

Le rap étant, on l’a dit, une musique plébiscitée par la jeunesse, les émissions télévisées et radiophoniques sont contraintes d’adapter leurs pratiques en proposant du contenu sur le web, c’est-à-dire là où se concentre ce jeune auditoire14. Les programmes dédiés au rap ont bien souvent chacun leur chaîne YouTube et/ou leur compte Twitter qui servent de prolongements aux émissions en elles-mêmes. Les réseaux sociaux sont utilisés comme un moyen d’entretenir un lien avec les auditeurs ou les téléspectateurs : les programmes y font leur publicité et le public réagit par le biais des hashtags. Par exemple, l’émission Mouv’ Rap Club, animée chaque jour par Pascal Cefran, est relayée par le compte Twitter de la radio Mouv’, et les auditeurs peuvent réagir par le biais du « #MouvRapClub ». Cette présence sur les réseaux sociaux est parfois même dédoublée ; au compte de l’émission peut s’ajouter celui de l’animateur ou de l’animatrice, qui se fait également le relais des contenus du programme. C’est ainsi que l’émission Légendes urbaines possède son propre compte Twitter, qui est suppléé par celui de la présentatrice, Juliette Fievet.

Compte Twitter de l’émission “Légendes Urbaines”. France 24 / RFI

Compte Twitter de Juliette Fievet, animatrice de “Légendes urbaines”

Dans le même temps, YouTube est devenu une plateforme essentielle pour toutes ces émissions. Ces dernières l’utilisent en effet pour rediffuser certains des meilleurs moments de ce qui s’est passé à l’antenne : Skyrock propose ainsi sur sa chaîne de revoir les interviews et les live qui ont marqué ses programmes.

Accueil de la chaîne YouTube de Skyrock

Parfois même, les émissions proposent des contenus exclusifs sur YouTube : la radio Mouv’ a créé une série d’entretiens baptisée « En 1 mot », disponible seulement sur la chaîne de la station15. Il y a donc une complémentarité entre les émissions telles qu’elles sont diffusées à l’antenne et le contenu proposé sur le web. Cette complémentarité se mue quelquefois en une véritable interdépendance, comme on le voit dans le cas de Clique, dont la chaîne rediffuse tout – ou presque – ce qui a été retransmis sur Canal+ lors de l’émission hebdomadaire ou sur la chaîne télévisée Clique TV.

Accueil de la chaîne YouTube Clique TV

YouTube est aussi un outil plébiscité par de nombreux web magazines spécialisés dans le rap : leur chaîne leur permet de diversifier leur contenu. Le plus célèbre d’entre eux est Booska-P16, qui possède une chaîne particulièrement riche, sur laquelle sont diffusés des interviews d’artistes, des journaux d’informations sur l’univers du rap, ou encore des freestyles17 exclusifs ; tout cela vient s’ajouter aux articles écrits et publiés sur le site du web magazine. Là encore, on observe une vraie complémentarité entre les contenus audiovisuels et écrits ; ce modèle est ainsi devenu le fondement de la plupart des web magazines consacrés au rap18. Les nouveaux instruments numériques ont aussi favorisé la naissance de médias en ligne aux concepts nouveaux : RapMinerz propose par exemple sur les réseaux sociaux et sur sa chaîne YouTube des analyses du rap français à partir de données agrégées19.

Jingle du “Journal du rap” diffusé sur la chaîne YouTube de “Booska-P”

Certains de ces magazines ont également créé leur podcast, prenant la forme d’émissions dans lesquelles des chroniqueurs débattent autour du rap, de son actualité et de son histoire. Le web magazine Abcdr du son a ainsi développé son podcast, tout comme Backpackerz avec sa série « Rap explorerz ». Dans le même temps ont également émergé des podcasts autonomes – c’est-à-dire qui ne sont pas dérivés d’un magazine ou d’une structure médiatique plus large –diffusant des épisodes thématiques. On citera par exemple le podcast NoFun, dans lequel des chroniqueurs abordent à chaque numéro un sujet relatif au rap, et font la critique des derniers albums sortis.

Mais le phénomène le plus important est évidemment celui des YouTubeurs spécialisés dans le rap. En effet, les chaînes autonomes se sont multipliées ces dernières années, et la culture hip-hop n’a pas échappé à ce mouvement, dont le fer de lance est la chaîne du Règlement20, qui compte à ce jour plus d’un million d’abonnés. Ce YouTubeur propose des analyses d’albums, des décryptages divers sur le rap – son industrie, ses influences et son évolution – mais aussi quelques documentaires et des freestyles exclusifs21. D’autres spécialistes indépendants ont également émergé, comme Le Chroniqueur sale, ou encore Le Potager. YouTube est ainsi devenu une plateforme clé dans la diffusion du rap et de tout ce qui l’entoure, à une époque où n’importe qui ou presque peut créer son petit média dédié à cette musique.

Accueil de la chaîne YouTube Le Règlement

Une évolution des pratiques au contact des nouveaux formats numériques

Avec cette digitalisation exacerbée du rap, on assiste par conséquent à un profond renouvellement des pratiques de la critique musicale. Autrefois l’apanage de la presse écrite, celle-ci, on l’a vu, est désormais presque accaparée par des vidéastes indépendants. Ces derniers proposent même parfois à leur communauté des analyses d’albums entiers, morceau par morceau. Ce qui est communément appelé « les premières écoutes » est devenu un genre quasiment à part entière de la critique rap sur YouTube. Le duo de YouTubeurs Amin & Hugo s’en est par exemple fait une spécialité, tout comme le jeune Julien Beats22.

Amin et Hugo écoutent “La menace fantôme” de Freeze Corleone

Face à cette domination des contenus vidéo, les interviews d’artistes ont également été sensiblement repensées. Aux longs entretiens traditionnels des émissions télévisées et radiophoniques ont succédé des formats plus courts et plus ludiques pour être diffusés sur le web. Le média en ligne Raplume propose sur sa chaîne YouTube une série de vidéos intitulée « Tracklist » dans laquelle des rappeurs sont interviewés pendant environ cinq minutes ; les questions sont précises et les réponses rapides. Ce rythme est souvent lié au fait que ces vidéos sont également diffusées sur les réseaux sociaux : l’objectif est donc de jouer la carte de la concision, afin de capter l’attention d’internautes qui ont l’habitude de consommer ce genre de formats et qui passent très rapidement d’un contenu à un autre. Pour autant, les longs entretiens ne sont pas totalement délaissés, y compris sur YouTube. Le journaliste Mehdi Maïzi23 diffuse par exemple sur sa chaîne des entretiens fouillés avec des rappeurs et des rappeuses, dont la durée varie entre trente minutes et une heure environ24.

De même, la diffusion de performances live a connu quelques changements à l’heure de YouTube. Le modèle du freestyle convient très bien à ces nouveaux canaux de diffusion numériques : cela permet aux rappeurs et aux rappeuses de démontrer rapidement leur talent, dans un exercice différent de celui du concert traditionnel en public et sur une scène. Ainsi, de nombreuses vidéos de freestyles émaillent YouTube. Tandis que les stations de radio rediffusent ces performances sur la plateforme, certaines chaînes ont fait de ce genre de vidéos leur spécialité. Le rappeur Fianso anime par exemple une émission, Rentre dans le cercle, diffusée exclusivement sur YouTube, dans laquelle plusieurs rappeurs et rappeuses sont invités ; ils se succèdent un par un pour un freestyle qui n’excède jamais deux minutes. Le web magazine Grünt25 possède également sa propre chaîne qui s’est rendue célèbre pour ses freestyles26, dont les premiers ont été enregistrés avec le matériel mis à disposition par Radio Nova.

Fianso introduit les artistes invités dans un numéro de “Rentre dans le cercle” S#3 / E1

Plus globalement, les modalités de la diffusion du rap ont évolué au contact de ces nouveaux formats numériques. L’émergence de YouTubeurs humoristes proposant leurs sketchs en ligne a eu une certaine influence sur les nouvelles chaînes dédiées au rap. Beaucoup adoptent ainsi le ton de l’humour pour s’adresser aux internautes, à l’image de Maskey, dont les vidéos analysent tout autant l’industrie du rap qu’elles cherchent à faire rire ceux qui les regardent. Le vidéaste Jhon Rachid en est un autre exemple ; tandis que sa chaîne avait initialement une vocation comique, il a tourné une série de vidéos intitulée « J’ai mal au rap », dans laquelle il critique avec humour des rappeurs. Certains de ces YouTubeurs ont même franchi la frontière, puisqu’ils sont quelques-uns à avoir démarré des carrières de rappeurs après avoir été révélés par leurs vidéos ; c’est le cas de Mister V.

Maskey. “Comment faire du SCH ? – La recette #2”

Les pratiques en vogue sur YouTube ont également investi le domaine du rap par le biais d’une autre mode : celle des tutoriels. On ne compte plus en effet les vidéos « tutos » sur la plateforme, expliquant comment reproduire tel maquillage, comment réparer tel objet ou comment cuisiner tel plat. Le rap n’échappe pas à ce phénomène, qui touche surtout son côté instrumental. Des YouTubeurs décortiquent les manières de composer de certains artistes : Pandrezz a par exemple réalisé une série de vidéos dans laquelle il explique comment composer une « instru » en cinq minutes. Dans un autre registre, le vidéaste Ysos donne quelques astuces afin d’optimiser l’utilisation d’un logiciel de composition musicale27.

Au bout du compte, à l’heure du streaming, le rap est devenu un genre musical particulièrement digitalisé. Les rappeurs assurent leur visibilité grâce à Internet, tandis qu’en parallèle, tout le discours critique qui entoure le rap se développe en grande partie sur YouTube. Rappeurs, mais encore très rarement rappeuses ; car la représentation masculine dans cette musique est écrasante, et les femmes qui gravitent dans l’industrie du rap connaissent une véritable « invisibilité » 28 médiatique.

1 D’après les chiffres du Syndicat national de l’édition phonographique (SNEP) : https://snepmusique.com/les-tops/le-top-de-lannee/top-albums-annee/ [Consulté le 05/01/2022]br>2 NWA est un groupe formé par Dr. Dre, Ice Cube, Eazy-E, MC Ren et DJ Yella.>/br>3 NTM est un groupe composé de Joey Starr et de Kool Shen.
4 PNL est un groupe formé par deux frères, Ademo et N.O.S.
5 On n’est pas couché, France 2, 24 mars 2012.
6 On n’est pas couché, France 2, 25 avril 2009.
7 On n’est pas couché, France 2, 6 janvier 2007. https://www.youtube.com/watch?v=BVFE12H54j8 [lien vidéo Booba invité On n’est pas couché] [Consulté le 05/01/2022].
8 Arte a également développé sur son site web un portail « Culture hip-hop », qui comprend notamment plusieurs mini web séries documentaires. On citera « La vraie histoire de H.I.P.H.O.P », qui revient sur cette fameuse émission télévisée, « French game », qui raconte la naissance du rap en France et son ascension jusqu’au statut de nouvelle pop française, et enfin « Saveur bitume », qui propose une série de portraits d’artistes et professionnels du rap français, qui tentent d’expliquer le succès de cette musique. La plateforme ARTE Concert diffuse également des concerts de rap rassemblés au sein de la collection “Dans le club”.
9 Assassin est un groupe de rap composé à cette époque de Rockin’ Squat, Solo, DJ Clyde et Doctor L.
10 Planète rap est une émission diffusée sur Skyrock depuis 1996 et qui est animée par Fred Musa. https://skyrock.fm/emissions/planete-rap [Consulté le 05/01/2022].
11 Légendes urbaines est une émission diffusée sur Radio France internationale et sur France 24 depuis 2018 et qui est animée par Juliette Fievet. https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions/l%C3%A9gendes-urbaines/ [Consulté le 05/01/2022].
12 Le Grand urbain est une émission diffusée sur France inter entre 2019 et 2020 et qui est animée par le duo d’humoristes Éric et Quentin. https://www.franceinter.fr/emissions/le-grand-urbain [Consulté le 05/01/2022].
13 Le mike et l’enclume est un podcast diffusé sur Arte Radio entre 2013 et 2018 et qui est animée par Jérôme Larcin. https://www.arteradio.com/emission/le_mike_et_l_enclume [Consulté le 10/02/2022].
14 Les rappeurs ont très tôt utilisé Internet pour diffuser leur musique, notamment avec la plateforme MySpace. Aujourd’hui, le succès écrasant du rap repose en grande partie sur le streaming, mode d’écoute plébiscité par les auditeurs de rap.
15 https://www.youtube.com/watch?v=Pk_W93qawlo [lien « En 1 mot » Orelsan] [Consulté le 05/01/2022].
16 Booska-P est un web magazine fondé en 2005 par Fif, Alexis et Amadou. https://www.booska-p.com/ [Consulté le 05/01/2022].
17 Le freestyle est un mode d’expression central dans le rap, fondé sur une improvisation plus ou moins importante ; il s’agit pour le rappeur ou la rappeuse de faire une démonstration rapide de sa technique et de l’acuité de sa plume.
18 On citera en plus de Booska-P les web magazines Abcdr du son (https://www.abcdrduson.com/) et Backpackerz (https://www.thebackpackerz.com/) [Consultés le 05/01/2022].
19 Voir le portrait du fondateur de RapMinerz, Jules Dubernard, par l‘INA : https://www.ina.fr/actualites-ina/jules-dubernard-mineurz-et-diplome [consulté le 05/01/2022].
20 https://www.youtube.com/watch?v=9OyVVsjuVVM&list=PLszZFrXjZXb0NC7J5LaXdcnNcDNjtQDj1 [lien vidéo Le Règlement : « Dans la matrice de Laylow »] [Consulté le 05/01/2022].
21 Le Règlement a également créé sa propre web radio consacrée au rap, Le Règlement Radio.
22 On peut y ajouter un autre YouTubeur, Loic Reviews, qui diffuse lui aussi presque exclusivement des premières écoutes.
23 Il s’agit plus précisément d’interviews réalisées dans le cadre de son podcast « Le Code » sur Apple Music.
24 https://www.youtube.com/watch?v=79JXx8X5AkE [Lien vidéo interview Dinos par Mehdi Maïzi] [Consulté le 05/01/2022].
25 https://www.youtube.com/watch?v=G02QEhmleYA [Lien vidéo freestyle Günt Luv Resval] [Consulté le 05/01/2022].
26 La chaîne YouTube de Grünt propose également des entretiens avec des artistes et quelques reportages.
27 https://www.youtube.com/watch?v=yg_SHdROGts&list=PLvQNdom2EIpT8FLt1GvCk4bg2EdfmUorN [Lien vidéo tutoriel Ysos] [Consulté le 05/01/2022].
28 Vidéo de L’INA éclaire l’actu : L’invisibilité des rappeuses françaises. Chaîne YouTube INA Actu [Consulté le 11/02/2022].

Télécharger le corpus : liste des sites web, comptes et hashtags du réseau social Twitter, chaînes YouTube et Dailymotion, comptes Soundcloud, podcasts. Les objets web faisant partie de ce corpus ont été collectés par l’INA et sont consultables dans les centres de consultation de lʼIna Thèque à Paris et dans les antennes régionales INA.

Pour aller plus loin

Musiques Urbaines : Quelle place à la radio et à la télévision ?
Article rédigé par Mathieu Bollon, documentaliste à l’INA

Le rock, le rap et les musiques urbaines dans les collections de l’Ina
Guide des sources rédigé par Mathieu Bollon, documentaliste à l’INA

Booska-P, Grünt, Raplume… Bienvenue dans la famille des médias rap
Article de Marine Slavitch, La Revue des médias, 16 mai 2022

 



Citer ce billet
Documentaliste Ina Theque (2022, 28 mars). La diffusion du rap sur le web : étude à partir d’un corpus sélectionné dans les collections de l’INA. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4it

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30/12/2023

    […] La diffusion du rap sur le web : étude à partir d’un corpus sélectionné dans les collections d… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search