Radios libres, radios pirates

L’année 2021 a célébré un double anniversaire pour la radio : les 100 ans de la radio, évènement organisé à l’initiative du CSA et les 40 ans de la FM. C’est bien la loi du 9 novembre 1981 portant dérogation au monopole d’Etat sur la radiodiffusion qui donne les premiers contours législatifs d’un mouvement amorcé des décennies plus tôt en Europe puis en France, d’éclosion de stations de radios, non autorisées et dont le fonctionnement et la programmation sont portés par les aspirations de changement et de liberté ressenties par la société de l’époque. Radios pirates, radios libres, radios locales privées sont autant de termes qui ont désigné cette évolution et rendent compte de la diversité de ces stations (radio offshore, radio de proximité, radio de lutte, radio d’intervention, radio associative, radio commerciale, radio thématique…).

A travers une approche chronologique puis thématique ce guide propose un parcours présentant la diversité des fonds audiovisuels, écrits et web disponibles et vise à susciter l’intérêt de ces sources pour la recherche.

Guide réalisé par Rémi Nguyen Dang, étudiant en Master Histoire & Audiovisuel à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Télécharger le guide en PDF

Sommaire

PREMIERE PARTIE : APPROCHE CHRONOLOGIQUE

1- Les premières radios pirates (1960-1970s)

1.1 – Les radios offshore

1.2 – Les radios pirates italiennes, initiatrices du mouvement des radios libres

2 – La “bataille des radios libres en France (1977 – 1981)

2.1 – Un “mouvement” pour les radios libres?

2.2 – Première éclosion des radios libres

2.3 – La campagne pour la libération des ondes menée par le Parti Socialiste

2.4 – La réponse du pouvoir Giscardien et de Radio France

3 – La libération progressive des ondes (1981-1984)

3.1 – L’arrivée au pouvoir de François Mitterrand et la suppression du monopole d’Etat

3.2 – Nouvel essor de radios libres autorisées

4 – L’appropriation progressive du paysage radiophonique par des réseaux de radios. locales privées à vocation commerciale

4.1 – NRJ, leader des radios commerciales

4.2  – D’autres radios commerciales

DEUXIEME  PARTIE : APPROCHE THEMATIQUE

1 – Caractéristiques récurrentes des radios libres

1.1 – Une programmation musicale nouvelle et omniprésente

1.2 – Des radios de proximité

1.3 – Laisser la parole aux auditeurs

1.4 – Des radios militantes

1.5 – Des radios communautaires

2 – Créer une station : à porter de main?

3 – le mythe des radios libres : mémoire, imaginaire, représentations

3.1 – Construire l’histoire de radios libres

3.2 – La persistance des radios libres dans l’imaginaire fictionnel

4 – L’héritage des radios libres dans le paysage audiovisuel

4.1 – Les radios associatives aujourd’hui

4.2 – Les radios FM dans l’Afrique francophone

4.3 – Le mouvement des télés associatives ou télés “libres”

4.4 – Le ton des radios libres réemployé sur les radios jeunes

4.5 – Les web radios et les podcasts, héritiers des radios libres?

ANNEXE : Liste des fonds audiovisuels et écrits “radios libres, radios pirates


PREMIERE PARTIE : APPROCHE CHRONOLOGIQUE

1- Les premières radios pirates (1960-1970s) 

Les radios pirates étrangères apparaissent dès la fin des années 1950. Elles ont inspiré les fondateurs de radios libres en France, pour différentes raisons. Il a pu s’agir de la proximité géographique entre la France et des radios FM frontalières mais aussi d’un lien avec des acteurs faisant de ce mouvement des radios libres et pirates un processus transnational qui contribua à briser les monopoles d’Etat sur la radiodiffusion. Les radios offshore émettent sur les grandes ondes et couvrent alors une partie du continent européen. Elles proposent de nouvelles musiques, un ton et une programmation qui tranchent avec les radios publiques et périphériques.

Contre-bandes, Atelier de création radiophonique, France Culture, 5 octobre 1975, 1h58

Emission animée par Benjamin Vautier, produite par Andrew Orr et René Farabet. A l’aide de nombreuses archives et interviews, les animateurs reviennent sur l’histoire des stations pirates étrangères, le paysage audiovisuel actuel et incitent les Français à se saisir des ondes radiophoniques.

Fonds Francis Mandin, 1961-1978, 2 unités

Archives écrites. Fonds relatif au mouvement des radios libres versé par Francis Mandin qui a participé à Radio Caroline. Il rassemble des documents couvrant la période de 1961 à 1978 : publications sur les radios pirates et sur le matériel audiovisuel et de sonorisation, catalogues de matériel promotionnel de radios libres étrangères, revues italiennes sur la technique audiovisuelle, documents autour de l’activité de DJ et sélection d’articles de presse sur les stations de radio en haute mer.

1.1 – Les radios offshores

Les radios dites « offshore » (au large, en mer) sont emblématiques de l’histoire des radios pirates. A la fin des années 50-début des années 1960, les équipes de ces stations non autorisées ont l’inventivité de s’ancrer et d’émettre depuis les eaux internationales. Soumises aux lois du bateau pour lequel elles battent pavillon et non aux lois du pays proche, elles peuvent ainsi contourner les monopoles d’Etat sur la radiodiffusion en vigueur en Europe. C’est tout un imaginaire autour de la « piraterie » qui se met en place : un équipage d’animateurs, des locaux vétustes (vieux navire qui menace de sombrer, ancien fort ou base militaire…), des stations rivales qui prennent d’assaut la concurrente… La première radio pirate offshore Radio Mercur, station danoise, émet dès 1958 depuis un bateau ; elle est suivie de Radio Nord, station suédoise créée en mars 1962. Certaines radios peuvent être captées en France depuis le Nord-Pas-de-Calais ou les côtes normandes. Faisant preuve de dynamisme elles marquent une rupture avec ce que proposent les stations publiques ou périphériques sous monopole d’Etat.

Les radios off shore, Mégahertz, France Culture, 22 mai 2010, 59mn

Magazine présenté par Joseph Confavreux qui reçoit Jean-Marc Fombonne, co-fondateur de Nova et ancien de l’Association pour la Libération des Ondes et Thierry Lefebvre, historien des radios libres. Ensemble, ils abordent l’histoire des radios offshores scandinaves et anglo-saxonnes en les comparant aux radios libres et pirates françaises : rivalités entre stations, innovations techniques, répression et la résistance de Radio Caroline face à la loi de 1967 contre les radios offshore, la radio Voice of Peace et la tentative de radio offshore en 1989 par Jean-François Bizot et l’équipe d’Actuel dans les eaux territoriales chinoises. Diffusion d’archives sonores de radios offshores et d’un extrait du film Good Morning England de Richard Curtis.

Offshore radio, Gerry Bishop, Iceni Enterprises, 1975, 124p.

Monographie. Ouvrage qui présente chaque station offshore principalement située en mer du Nord (stations belges, britanniques, danoises, suédoises) mais aussi Radio Hauraki (Nouvelle-Zélande) et Voice of Peace (radio israélienne). Le livre résulte d’un travail de recherche à base d’archives, d’entretiens et d’articles de presse et propose des photographies, des grilles de programmes de stations et de listes des membres des équipes.

  • Les radios offshore de la mer du Nord

Pour la plupart financées par la diffusion de publicités, ces radios offshores anglaises et scandinaves se livrent une concurrence accrue qui se traduit par de nombreux abordages de navires lancés par des équipes de stations adverses ou bien, épisode plus dramatique, par le meurtre de Reginald Calvert (patron de Radio Sutch/City) par Oliver Smedley (Radio Atlanta) le 21 juin 1966.

L’inventivité technique est au cœur des stations : des jingles très sophistiqués, le disc-jockey qui devient une figure majeure à l’antenne (il lance les disques, anime la station avec un ton qui lui est propre…), des « tops » musicaux à la manière du hit-parade américain, renouvellent la programmation musicale avec de la musique pop, du rock…

Pour lutter contre ces stations, la Grande-Bretagne ou les Pays-Bas font voter des lois anti-radio pirate dès la fin des années 1960. En Grande Bretagne, une loi antipirate est promulguée en août 1967. La BBC crée alors Radio 1 au sein de laquelle beaucoup d’anciens des radios offshores travaillent comme ceux de Radio London. Le monopole d’Etat tombe en 1973. Aux Pays-Bas, la loi d’août 1974 marque la fermeture de Radio Veronica qui émet à destination des Pays-Bas et d’Europe du Nord depuis 1960.

Radio Veronica 

Hello les amis : La station pirate « Radio Véronica », Actualités Françaises, Non diffusé, 1er janvier 1968, 2mn49s

Sujet d’actualité cinématographique de la société de presse filmée allemande Blick in die Welt. Dans l’émission Hallo Freunde, Dieter Thomas Heck présente la station offshore Radio Veronica, son bateau et ses disc-jockeys. Diffusion du vidéoclip Farewell in the rain du groupe Shoes, tourné en partie sur le bateau de la station et au large des Pays-Bas.

Enquête : pirates de polder, Culture pub, M6, 28 janvier 1996, 5mn30

Reportage consacré aux radios hollandaises et plus particulièrement Radio Veronica. Unico Glorie (Radio Veronica) et Lex Harding (The Music Factory) sont interviewés sur leurs programmations musicales qui s’adressaient aux jeunes. La reprise par l’Etat puis la re-privatisation de la station sont abordées. Diffusion d’images d’archives, notamment celles de la manifestation pour Radio Veronica du 18 avril 1973 à la Haye.

Les radios hollandaises, Deux cents minutes pour comprendre, France Culture, 14 mars 1974, 3h14

A quelques mois de l’interdiction des radios pirates hollandaises (loi d’août 1974), ce débat animé par Fabrice Rouleau est consacré aux stations de radio néerlandaises et radios associatives autorisées par l’Etat. Avec la participation de M. Felderhoff responsable de la NOS, Philippe Freriks et Jacqueline Wesselius correspondants de la VARA (association des radioamateurs travailleurs), Eric Boogerman correspondant de la NCRV (association chrétienne radiophonique néerlandaise), le photographe Henri Coste et le directeur de Radio Veronica Bull Verweij.

Les radios britanniques

Installées sur un bateau, une île, un fort (Singing Radio England de mai à novembre 1966, Radio Jackie à partir de 1969…), les radios offshore britanniques, incontournables, jouent un rôle majeur dans la diffusion de la musique anglo-saxonne pop rock interdite sur les radios publiques. Bien que concurrentes, plusieurs d’entre elles font partie de la Free Radio Association qui revendique le droit d’émettre hors monopole, le non-paiement de taxes et organise des manifestations en collaboration avec les stations telles Radio Caroline, Radio Scotland, Radio 270

La radio pirate Radio City réduite au silence par un commando et meurtre, Non diffusé, 1ère chaîne, 1er juin 1966, 1mn34

Sujet de journal télévisé consacré au « double drame » de Radio City : l’assaut du fort par les hommes de Smedley et le meurtre de Reginald Calvert par William Oliver Smedley de Radio Atlanta. Les policiers en mer arrivent au fort Shivering Sands, dont les installations métalliques servent de locaux à Radio City. Les journalistes filment aussi l’arrestation d’Oliver Smedley.

Jingles, musique sur Radio London, Fonds Jean Marc de Felice, date indéterminée, 25 mn

Jingles de durées plus ou moins longues de différentes stations reçues en Grande-Bretagne dans les années 1960. De nombreux jingles utilisent le vocoder sur les voix, mais aussi des chœurs, un orchestre de jazz… Sont représentées sur cette compilation : Wonderful Radio London « Big L. », Swinging Radio London/Britain Radio, Radio Nordzee International. Des publicités pour des marques de cigarettes sont sur l’enregistrement.

When pirates ruled the waves, Paul Harris, Impulse Books, 1970, 4ème édition, 216 p.

Monographie. Ouvrage sur l’histoire des radios pirates offshores en Grande-Bretagne, depuis leur apparition, la création de Radio Caroline jusqu’à l’affirmation du monopole de la BBC. Présence de photographies.

Les radios pirates des années 60 : Radio London et Radio Caroline, analyse comparative, Réseaux : la radio, n°52, 1992

Périodique. Article de Robert Chapman qui compare les deux célèbres radios offshores à travers leurs stratégies économiques, leurs inspirations en matière de programmation musicale et leur persistance dans le paysage radiophonique britannique. Si Radio Caroline en tant que radio pirate eut une existence bien plus longue que Radio London, cette dernière sera reprise à travers le projet Radio 1 de la BBC en 1967.

La mort d’un pirate. La société de l’information à l’épreuve des ondes, Adrian Johns, Zones Sensibles – Pactum serva, 2011, 300p.

Monographie traduite de l’anglais par Hélène Quinou. Adrian Johns étudie les déterminations historiques qui ont mené au meurtre de Reginald Calvert fondateur de Radio City, abattu par Oliver Smedley de Radio Atlanta le 21 juin 1966. Narré à la manière d’un polar, l’ouvrage traite des évolutions de la radio britannique des années 1920 jusqu’à l’époque contemporaine : avancées en matière de télécommunications, mesures prises par les gouvernements pour tenter de maintenir un monopole d’Etat en matière de radiodiffusion, l’affaire du meurtre de Reginald Calvert et la portée de cet événement médiatisé… Présence de photographies de la scène du crime, du fort militaire de Shivering Sands (local de Radio City) et des protagonistes.

Radio Caroline

Première radio pirate offshore britannique Radio Caroline est une station mythique. Créée en mars 1964 par le jeune homme d’affaires irlandais Ronan O’Rahilly qui a acheté un vieux bateau cargaison-passagers nommé MV Fredericia, elle connaît dès ses débuts un énorme succès en Grande-Bretagne. En inaugurant la station avec le titre Not Fade Away des Rolling Stones, c’est bien une toute autre programmation musicale qu’elle propose, plus riche et diverse que la BBC, qui mêle musiques rock, pop, soul. Michael Pasternak alias Emperor Rosko en est le disc-jockey emblématique. Après avoir fait ses débuts sur Europe n°1 pour présenter la version dominicale de SLC (Bon Dimanche les copains), il rejoindra RTL en 1966 (Minimax) puis participera au lancement de la BBC Radio 1 en 1967.

En 1964, Radio Caroline fusionne avec Radio Atlanta qui diffuse depuis le navire Mi Amigo et peut ainsi couvrir l’intégralité de la Grande-Bretagne. Radio Caroline a activement lutté contre la loi de 1967 du gouvernement travailliste Harold Wilson qui interdit les radios pirates, même en dehors des eaux territoriales britanniques – ses fondateurs iront jusqu’à soutenir les conservateurs aux élections générales de 1970 ! Emettant en toute illégalité depuis 1967, ses programmes sont finalement interrompus en mars 1968 lorsque les navires Caroline et Mi Amigo sont saisis. Elle reprend son activité en 1972 à bord du Mi Amigo placé à proximité des Pays-Bas… jusqu’à son naufrage en 1980. En 1983, Ronan O’Rahilly fait l’acquisition d’un autre navire, le Ross Revenge dont s’empare les marines britanniques et néerlandaises en 1989. Elle cesse définitivement d’émettre sur la bande AM en décembre 1990. Depuis, son modèle a régulièrement changé.

Extraits Radio Caroline (uk) : Pub magazine Offshore Echo, Jingles, news, musique, Radio Caroline, Fonds Alain Léger, date indéterminée 23mn45s

Cette compilation contient plusieurs extraits de bulletins d’information Caroline Radio News, notamment sur la saisie du Ross Revenge navire de Radio Caroline entre 1983 et 1990 ; une publicité pour le magazine Offshore Echo (1983 – ) ; de très nombreux jingles de la station (Sound of a nation, radio caroline ; Radio Caroline, the legend goes on) ; l’introduction du top 50, du top 10 ; des séquences promotionnelles pour l’emplacement publicitaire sur Radio Caroline ; la diffusion de la chanson Caroline de The Fortunes (1964).

L’émetteur pirate qui inonde l’Angleterre d’airs « yéyé », Actualités françaises, 24 mars 1965, 2mn48s

Reportage sur le phénomène des radios pirates qui diffusent de la pop en Angleterre et notamment Radio Caroline, « la radio aux 38 millions d’auditeurs ». Images de jeunes anglais chez eux écoutant la station et dansant discrètement, des bureaux londoniens de la station, du navire au pavillon panaméen et des disc-jockeys dont Tony Blackburn.

Pop pirate, Zoom, 2ème chaîne, 28 juillet 1966, 21 mn

Reportage de Jacqueline Wester et Josette Barellis sur les radios pirates anglaises offshore. L’équipe du magazine Zoom se rend à bord du bateau de Radio Caroline et de la plateforme de Radio City. Rencontre avec deux disc-jockeys, Ronan O’Rahilly, jeune patron de Radio Caroline et un directeur de la BBC. La seconde partie du sujet revient sur le meurtre de Reginal Calvert par Oliver Smedley. Miss Kitty Black témoigne en tant qu’associée et amie de l’assassin Mister Smetdley. Diffusion d’un extrait sonore et en français de l’émission de Président Rosko.

Made in England, Seize millions de jeunes, 2ème chaîne, 18 octobre 1966, 40mn

Magazine d’actualité à destination de la jeunesse produit par Alain de Sedouy et Andre Harris, réalisé par Jacqueline Wester. Arborant un T-shirt « We love the pirates », Rosko (ex-animateur de Radio Caroline venu en France) présente avec un ton farceur depuis la Maison de la Radio une émission composée de séquences sur la pop britannique filmées en Angleterre : des reportages et de captations de concerts ou répétitions des groupes The Merseys, The Who, du chanteur Georgie Fame…

Power and communication, Fonds Service Recherche de l’ORTF, 1 janvier 1972, non diffusé, 45 mn, langue anglaise.

Montage didactique, intertitré et doublé en anglais, constitué d’une succession de séquences illustrant divers aspects du double phénomène du pouvoir et de la communication. Parmi ces documents à l’origine très variée, interview du fondateur de Radio Caroline Ronan O’Rahilly qui dit se dresser contre les lois, tout en pensant que son téléphone est écouté ; images d’un disc-jockey de la radio pirate ; interview de Hugh Jenkins, membre du parlement britannique qui s’exprime en défaveur des radios pirates.

Dossier : Radio Caroline, Thalassa : le magazine de la mer, FR3, 29 septembre 1989, 24 mn, reportage

Magazine présenté par George Pernoud. 25 ans après la naissance de Radio Caroline, ce reportage se rend sur le Ross Revenge, le troisième navire de la station. Plusieurs disc jockeys sont interviewés à propos de la radio et de leur carrière, tout comme Ronan O’Rahilly, fondateur de la station et désormais expatrié en France. Sont présentés des auditeurs fans de la station, dont certains se sont constitués en un club qui archive les programmes en continu. Diffusion d’images d’archives.

Radio Caroline : the story of the first British off-shore station, John Venmore-Rowland, Landmark Press, 1967, 184p.

Monographie. Le journaliste et ancien animateur de radio en Australie écrit l’histoire de Radio Caroline, qui émet alors depuis seulement trois ans à partir d’un bateau ancré au large du Royaume-Uni. Un chapitre dresse la biographie des disc-jockeys. Des photographies de la station sont reproduites.

Radio Caroline 1964 – 1968 : émission sur Radio Caroline, jingle, pub, Radio Caroline International, Fonds Jean Marc de Felice, date indéterminée, 1h03

Interview du fondateur Ronan O’Rahilly à propos de la création de la station et du fait de vouloir passer outre les maisons de disques, de nommer sa radio comme la fille des Kennedy. Interview de Simon Dee sur les débuts de la station. L’émission est ponctuée d’extraits de programmes, de jingles et de publicités de Radio Caroline.

Retour au sommaire

  • Voice of Peace, une radio pirate israélienne

Voice of Peace est une radio pirate offshore fondée par Abie Nathan, ancien pilote de chasse israélien qui devint pacifiste après la guerre israélo-arabe de 1948. Inspiré par les radios pirates musicales britanniques, il créé la station en 1973 après trois années passées à collecter des fonds, recevant le soutien de John Lennon et de philanthropes américains.

La radio émet en anglais à destination du Proche-Orient à partir de mai 1973 depuis le bateau MV Peace situé dans le bassin méditerranéen. Son ambition : faire germer l’idée de la paix au sein des populations israéliennes, palestiniennes, égyptiennes, etc., notamment à travers une musique nouvelle, la pop anglo-saxonne de l’époque. Ses émissions sont écoutées par des millions d’auditeurs au Proche-Orient, permettant ainsi à la station d’être financée par la publicité et de faire des dons à des grandes causes humanitaires. La radio cesse d’émettre en 1993.

La voix de la Paix, Toute l’histoire XXème siècle, Toute l’histoire, 17 mai 2014, 55mn

Documentaire réalisé par Frédéric Cristea sur la vie du militant pacifiste Abie Nathan et l’histoire de Voice of Peace. Alternance d’images d’archives, d’interviews d’activistes israéliens et d’anciens membres d’équipage dont de nombreux français.

The voice of peace, le rêve pacifiste d’Abie Nathan, Summer of peace, ARTE, 26 juillet 2015, 1h29

Documentaire d’Eric Friedler qui retrace la vie d’Abie Nathan, créateur de la mythique radio pirate offshore Voice of Peace et qui rend compte des autres actions de cet activiste polémique : grèves de la faim, prison, manifestations. Alternance d’images d’archives et d’interviews de stars européennes et israéliennes, d’anciens DJ de la station et même d’un ancien conseiller de Yasser Arafat.

Retour au sommaire

1.2 – Les radios pirates italiennes, initiatrices du mouvement des radios libres

Les radios libres italiennes apparaissent au milieu des années 1970 à la faveur d’une faille dans la législation italienne. Le monopole de la RAI (Radiotelevisione italiana) est aboli en 1976, les radios libres doivent alors accepter un droit de regard de l’Etat : bonne conduite, déclaration de fréquence… C’est en 1977, à la suite de tensions sociales et politiques et de l’agitation autour de la suppression du monopole d’Etat qu’émerge un nombre très important de radios libres. Elles connaissent un essor sans précédent qui échappe au contrôle des autorités, à l’image du parti radical qui crée son propre réseau de stations FM alternatif en février 1976, Radio Radicale. Après les grandes manifestations étudiantes du printemps 1977 liées au mouvement autonome, de nombreuses stations sont interdites à Rome, Bologne, etc. pour motif de « subversion ».

Fin 1977 on compte 150 chaines de télévision et 2000 stations dont les radios libres et pirates (Radio Milano International, Radio Super Milano, Radio Città Futura…) Ces radios libres italiennes ont entretenu des liens étroits avec leurs homologues français, qu’il s’agisse d’intermédiaires comme Bruno Guattari qui faisait voyager du matériel FM vers la France pour alimenter le mouvement des radios libres, ou de rencontres entre les fédérations italiennes et françaises comme à Rome avec « Alfredo 78 ».

Italie : les étudiants, Antenne 2 Le Journal de 20H, Antenne 2, 17 mars 1977, 3mn40

Reportage de Raymond Tortora et Claude Sicard sur les manifestations étudiantes en Italie ainsi que les revendications, les assemblées générales et les « 1200 » radios libres présentes dans le pays. La station Radio Città Futura est filmée : console de son, disque tournant sur platine… L’équipe de la station chante l’Internationale. La fermeture de Radio Alice est mentionnée.

Radio libere ? : la prima vera inchiesta e storia delle radio libere in italia e nel mondo, Marco Gaido, Arcana Editrice, 1976, 167p.

Monographie en italien qui revient sur l’histoire du phénomène des radios libres et tente de définir les caractéristiques et perspectives des stations italiennes et étrangères : musique sans interruption, l’aspiration utopique… L’ouvrage propose une bibliographie et une liste des radios libres italiennes.

Radio Alice est créée à Bologne en 1976 par Franco Berardi dit « Bifo », militant de la mouvance autonome qui souhaite rompre avec la bureaucratie et le capitalisme et donner la voix aux personnes qui ne pouvaient s’exprimer sur la scène publique. La radio applique le principe de la libre parole : tout le monde peut s’y exprimer sans exception. Au printemps 1977, de nombreuses émeutes éclatent à Bologne. Le maire communiste choisit de réprimer. Le 11 mars, un étudiant militant du nom de Francesco Lorusso meurt dans une manifestation, tué par un carabinier. Informant régulièrement ses auditeurs des positions des forces de police, Radio Alice est envahie le lendemain par les carabiniers qui l’accusent de subversion et d’avoir joué un rôle dans la mort de l’étudiant.

Skank Bloc bologna, Création on air, France culture, 1er février 2017, 59 mn

Documentaire consacré au mouvement autonome à Bologne, à l’émergence d’un mouvement punk et au rôle des radios libres dont Radio Alice. Interview de Valerio Minella co-fondateur de la station et diffusion de quelques archives de la station, dont une où l’équipe de la station fait face à l’irruption de la police.

Radio Alice, radio libre, Laboratoire de Sociologie de la Connaissance, Jean-Pierre Delarge, 1977, 116 p.

Monographie. Ouvrage du collectif A/traverso, préfacé par Félix Guattari et traduit par Danièle Guillerm et G. Marco Montesano. Essai sur les aspirations et revendications politiques de Radio Alice : liberté d’expression, appropriation de l’information, anticapitalisme, la mouvance autonome, dadaïsme. Il rassemble également quelques photographies, des reproductions de communiqués et des retranscriptions d’enregistrements de Radio Alice.

Retour au sommaire

2 – La « bataille » des radios libres en France (1977-1981)

Depuis la Libération, la radiodiffusion française est sous monopole d’Etat. A la fin des années 70, seules les stations publiques de Radio France ont le droit d’émettre sur le sol français : France Inter, France Culture, France Musique.  Toutefois, des stations privées périphériques ont installé leurs émetteurs à la frontière contournant ainsi ce monopole : RTL (Luxembourg), Radio Monte-Carlo (Monaco), Europe n°1 (Sarre), Sud Radio, Radio Andorre (Andorre) et Radio Océan (Espagne). La situation est cependant complexe puisque l’Etat français exerce un contrôle sur la plupart de ces radios périphériques – il en est l’actionnaire via la SOFIRAD (Société financière de radiodiffusion) et Havas – et que, depuis 1974, RMC a installé illégalement mais sans en être inquiété, un émetteur sur le territoire français. Cette situation est perçue comme une provocation par certains pionniers des radios libres.

Depuis les événements de mai 68, la radio est associée à l’idée de liberté. Les radios périphériques se sont émancipées de la censure liée à l’emprise directe du gouvernement sur la radio-télévision publique. La révolution du transistor a aussi individualisé l’écoute des auditeurs puis l’installation systématique de l’autoradio confirme la transformation de la radio en média de masse qui accompagne le quotidien des Français. Si les auditeurs ne disposent pas tous d’un récepteur en modulation de fréquence, la bande FM s’avère intéressante pour les pionniers : occupée par trois ou quatre stations du service public qui n’émettent pas toute la journée, elle présente de nombreux « trous ». Ces fréquences dites « gelées » sont bien au cœur de la lutte pour les radios libres : la bande II au départ comprise entre 87,5 et 100 MHz, est étendue à 108 MHz en 1979, et l’armée libère progressivement ces fréquences. Enfin, les émetteurs FM sont accessibles : bon marché, miniaturisés et de prise en main simplifiée, ils peuvent être achetés d’occasion, importés d’Italie ou d’ailleurs.

Les premières radios libres apparaissent en France à partir de 1977, après l’exemple anglo-saxon et l’effervescence italienne. Dans une situation de monopole d’Etat, la réponse politique à cette nouvelle expression radiophonique est celle de la répression menée par les gouvernements successifs de Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac et Raymond Barre (lequel voyait dans ce mouvement le “germe puissant de l’anarchie”). Elle s’exerce par différents moyens : radiogoniométrie (localisation de l’émetteur avec un hélicoptère équipé), interventions de police, saisies, arrestations, procès, brouillages… Parallèlement, le cadre législatif est maintenu : les lois du 3 juillet 1972, 7 août 1974 et 17 mai 1978 confirment le monopole d’Etat sur la radiodiffusion.

La vérité décolle mieux par vent contraire, Atelier de création radiophonique, France Culture, 16 janvier 1977, 2h18.

Emission de création sonore produite par Jean-Marc Fombonne et Hughes Le Paige consacrée aux radios “pirates” françaises, italiennes, anglaises. De nombreux documents radiophoniques pirates recueillis auprès d’auditeurs sont diffusés. Avec la participation d’Ana de Carvalho (présentatrice sur France Culture), Vittorino Colombo (ministre italien de la communication), un commissaire de la DST, la Fédération des Radios Démocratiques, Mark Hosenball, Antoine Lefébure (Interférences), François Lhote (France Radio Club), Eugenio Porta (avocat), un responsable technique de TDF, Piéro Scaramucci (Radio Popolare), Jean d’Arcy (ancien directeur de l’ORTF).

La guerre des ondes : la Radio des années 1975-1981, Cause toujours tu m’intéresses, France Culture, 19 juin 1991, épisode 2 sur 4, 1h18

Deuxième émission d’une série documentaire produite par Andrew Orr consacrée à la « guerre des ondes » de 1975 à 1981 et composée de documents d’archives et d’entretiens. Avec la participation de Jean-François Bizot (Actuel, Radio Nova), Christophe Bourseiller (Radio Mégalo), Michel Créis (Radio France), Marc Garcia (Europe 2), Joëlle Girard (archiviste), Jean-Marc Fombonne (Radio Nova), Serge Kruger (Radio Tchatch), Antoine Lefébure (Interférences, Radio Verte), Alain Veinstein (France Culture), Jean-Yves Lafesse (Carbone 14), Georges Suffert, Tony Arno (Radio Active), Louis Charles, Michèle Cohen, Alain Périssé (Cité Future et Cité 96), Patrick Vantroeyen (Radio Campus à Jussieu, Radio Ivre), Gilles Martinet (journaliste). Le programme est ponctué de chansons.

La bataille des radios libres. 1977-1981, Thierry Lefebvre, Histoire/Médias, INA, Nouveau Monde éditions, 421p.

Monographie. L’auteur dresse l’histoire d’une lutte « parsemée d’embuches et pétrie d’impertinence » qui a bouleversé le paysage audiovisuel français, de 1977 à 1981. Il étudie le mouvement des radios libres qu’il qualifie de « mouvement de désobéissance civile » et qui aurait commencé avant 1977, avec la revue Interférences et la station Radio Verte autour d’Antoine Lefébure, Brice Lalonde, inspirés par l’exemple italien.

Retour au sommaire

2.1 – Un « mouvement » pour les radios libres ?

Le « mouvement » des radios libres en France est d’une grande diversité. Antoine Lefébure, Jean Ducarroir, Patrick Farbiaz et Patrick Vantroeyen en sont les principaux pionniers et en ont structuré son développement. De nombreux membres du personnel de Radio France ou de TDF ont aussi contribué à l’essor des radios libres, tels Andrew Orr ou Jean-Marc Fombonne qui travaillaient pour l’Atelier de création radiophonique de France Culture. Au cœur de cette lutte pour le droit d’émettre sur une fréquence, il s’agit de revendiquer liberté d’expression et droit à la communication et de proposer des programmes alternatifs à ceux des stations publiques et périphériques : militantes, d’inspiration étrangère, de libre parole, musicaux… Ces acteurs issus des radios publiques soutiennent l’ambition de créer des stations locales, non commerciales où chacun peut s’exprimer.

  • Avant 1977 : les éléments précurseurs

 De nombreux éléments précèdent ou coïncident  avec le mouvement des radios libres en France et mettent en lumière l’attrait pour l’expression radiophonique à l’échelle locale, au sein de structures associatives ou privées. Citons par exemple les groupes de radioamateurs qui émergent dans les années 1920 ou la Citizen Band, « cibi » qui permet d’émettre (souvent depuis un véhicule) et de converser à des distances très proches ; elle sera autorisée en 1982.

Les citizen band, TF4, TF1, 1er avril 1980, 11mn

Reportage d’Alain Beverini sur le phénomène de la Citizen band en plein essor en Europe et qui arrive en France : il s’agit d’un système de radiocommunication qui permet aux automobilistes d’entrer en contact radio dans rayon de 10 km. Le journaliste se rend auprès des cibistes : présentation des noms de codes, des motivations pour rompre l’isolement et discuter au volant… L’association AFA (Associaiton Française des Amateurs radios) déjà âgée de douze ans est présentée.

La CB ou la fréquence du citoyen en France : note documentaire, Institut national de l’audiovisuel, 1980, 51p.

Rapport sur la Citizen band de Philippe Berthet, Sophie Brunet, Joëlle Chaussemier, Pierre Chevallier et Denis Frambourt. Présentation du système de communication, de la législation française, des arguments avancés pour une libéralisation et des objections techniques et commerciales.

L’épisode de Radio Solitude dans les Cévennes en septembre 1976, par France Culture :

Fonds Radio Solitude en Cévennes : Eléments bruts, 76 documents, 1976, durée variable

Collection d’enregistrements déposés avant 2011. Eléments bruts enregistrés dans le cadre de l’opération Radio Solitude en Cévennes menée par François Billetdoux et réalisée par Radio France et l’INA du 6 au 10 Septembre 1976. L’expérience de Radio Solitude a porté sur plusieurs axes : la liaison entre deux villes Vallerauge et Saint-André-de-Valborgne ainsi que le recueil d’une mémoire des habitants et de l’environnement sonore d’une région montagneuse. Certaines de ces émissions réalisées étaient diffusées sur France Culture.

De 1975 à 1983, les stations de radios publiques régionales gérées par la société nationale de programmes FR3 ont pu rendu compte ou initié de nouvelles initiatives locales.

Les radio-amateurs, Pour l’amitié, FR3 Radio Côte Azur, 3 émissions, 5-19 octobre 1975, 28-32mn

Magazine. Trois émissions présentées par Ginette Taffin et consacrées aux radioamateurs. Avec la participation de Jean Francis, président de l’association du réseau des émetteurs français en Alpes Maritimes ainsi que cinq autres membres de l’association (dont le président des radios amateurs aveugles de France). Ils reviennent ensemble sur la découverte de cette passion, son utilité pour la protection civile, le tissage de liens de sociabilités, la recherche de stations lointaines et son coût.

Dossier du jour : gros plan sur FR3 Radio Côte Fleurie, Normandie soir, France 3 Basse Normandie, 21 juillet 1978, 2mn24

Sujet consacré à la station locale FR3 Radio Côte Fleurie, petite soeur de Radio Normandie, qui émet en modulation de fréquences à Deauville pendant les étés 1977, 1978 et 1979. Interviews et présentation de son fonctionnement, en studio et en plein air et de ses programmes : le matin elle remplit le rôle de radio de service, pour laisser place l’après-midi à des activités plus touristiques (invités, jeux, cadeaux à gagner). Elle se veut ouverte à tous.

De très nombreux courriers sont envoyés par les pionniers des radios libres à TéléDiffusion de France (TDF) pour demander une autorisation d’émettre sur les fréquences dites « gelées » ou pour créer des stations locales.

Radios libres : divers documents (1), Fonds Antoine Lefébure : versement 2013

Archives écrites. Le dossier n°6 de cette unité regroupe des documents de TDF relatifs à des projets de stations locales : réponses par courrier aux demandes, prospectus sur les réseaux de radiodiffusion, liste des émetteurs radios, étude sur la création de stations locales en 1975, étude pour le développement du service public en matière de télécommunication sociales (1977).

Retour au sommaire

  • Des essais de radios libres et pirates en France

Radio Campus commence à émettre depuis le campus Cité Scientifique de l’université de Lille à Villeneuve d’Asq en 1969. Si elle n’est pas autorisée, elle est tolérée par les habitants qui ne sont pas perturbés par sa faible puissance d’émission sur les petites et grandes ondes. De nombreuses autres « radios campus » installées dans les villes étudiantes lui emboiteront le pas.

Radios libres : divers documents, Fonds Antoine Lefébure

Archives écrites. Le dossier n°1 de cette unité contient des documents relatifs à Radio Campus (pour la période 1969-1974), dont des articles de presse et la photocopie du logo de la station. On y trouve des textes d’un animateur de Radio Campus (Villeneuve d’Asq), Nicky Nelson, à propos d’un projet d’article racontant l’histoire de Radio Campus Lille et du lien avec le club radio des étudiants à la faculté. Il est mentionné que Radio Campus a relayé les émissions de Radio Noordzee International.

L’expérience Radio Lip fait aussi office d’élément précurseur. Radio de la lutte ouvrière en 1973 contre les licenciements et la fermeture de l’usine Lip, elle diffuse ses programmes par cassettes audio.

Radio Entonnoir et Radio Lip : deux expériences pilotes, L’année radiophonique 1973, Cahiers d’histoire de la radio diffusion, numéro 78, 7 p.

Périodique. Article de Thierry Lefebvre sur les expériences Radio Entonnoir et Radio Lip qui préfigurent le mouvement des radios libres.

La création de la revue Interférences marque le début de la bataille pour les radios libres selon Thierry Lefebvre. Créée par les doctorants Antoine Lefébure et Jean-Luc Couron, son premier numéro paraît en décembre 1974. Traitant de la technique de la radio et des appareils de communication, elle se politise progressivement après la rencontre d’Antoine Lefébure avec Brice Lalonde.

Interférences, 1975-1981, revue (11 numéros)

Collection de périodiques. Revue dirigée par Antoine Lefébure, cofondée avec Jean-Luc Couron, qui milite pour une critique des appareils d’information et de communication. Elle traite du paysage des radios pirates et des radios libres, des combats pour la liberté d’expression radiophonique ainsi que des aspects techniques de la radio et autres appareils de communication.

Radios libres : divers documents, Fonds Antoine Lefébure

Archives écrites. Le dossier n°1 de cette unité contient des articles de presse sur les radios pirates anglaises des années 1960 et des documents de travail liés à la publication de la revue Interférences : liste nominative de l’équipe de la revue, plaquette de présentation, divers textes et notes de réflexion…

Le 25 avril 1975, à l’occasion d’une semaine de l’écologie antinucléaire, Patrick Vantroeyen et Antoine Lefébure tentent de lancer Radio Active qui émet depuis le campus de Jussieu. L’émission ne peut se dérouler en raison d’une intervention des forces de l’ordre.

Courant alternatif : Voir et entendre n°1, Courant alternatif : court circuit : Voir et entendre, France Culture, 5 octobre 1975, 20mn

Magazine proposé par Alain Trutat et les membres de l’Atelier de création radiophonique qui retrace les péripéties du début de la station Radio Active : entretien avec Antoine Lefébure, reportages et extraits d’émissions.

Retour au sommaire

A partir de 1977, les premières stations

L’année radiophonique 1977, Cahiers d’histoire de la radiodiffusion, Comité d’histoire de la radiodiffusion, n°94, octobre-décembre 2007

Périodique. Articles de Thierry Lefebvre consacrés aux premières émissions de Radio Verte, à Catherine Pelletier (Supernana, animatrice sur Carbone 14 en 1982) et à Jean-François Bizot (fondateur de Radio Nova en 1981).

Le lancement de Radio Verte

La soirée électorale du second tour des municipales du 20 mars 1977 est souvent avancée comme étant le coup d’envoi des radios libres. Crédité de 10,1% des voix au premier tour, le candidat de Paris Ecologie Brice Lalonde est invité sur le plateau TF1. Avec Antoine Lefébure, il organise un « coup de bluff » pour faire événement et médiatiser leur combat pour les radios libres : Brice Lalonde fait faussement croire aux personnes présentes sur le plateau et aux téléspectateurs que les écologistes ont créé plusieurs radios « vertes ». Il brandit un transistor et le met en marche ; Antoine Lefébure, hors champ, est équipé d’un petit émetteur qui lui permet de transmettre un enregistrement sonore, reçu par le transistor. Ce moment devenu mythique, mentionné dans de nombreux ouvrages est conservé :

Soirée spéciale élections municipales 2ème tour, TF1, 20 mars 1977, 4h32.

Jacques Idier donne la parole à Brice Lalonde et l’interroge sur les résultats du second tour des municipales. Critiquant le manque de représentativité des citoyens dans la vie politique, il brandit un poste à transistor qu’il avait caché sous la table et annonce que les écologistes ont lancé des radios de quartier, dont une radio « verte » qui émettrait en ce moment-même dans le 7ème arrondissement de Paris à la fréquence 101 MHz. Une voix sort du poste. Stupéfaction des invités présents sur le plateau, dont George Marchais (PCF) et Robert Fabre (PSRG).

Télé Sept jours, n°879, 2 avril 1977

Périodique. Dans ce numéro de Télé Sept Jours, un article est consacré à Radio Verte (pp. 114-115) : « Un peu de soleil suffit à faire fonctionner les émetteurs des écologistes, les radios “vertes” arrivent ». Il reprend l’idée que la station Radio Verte émettrait déjà dans divers quartiers de Paris.

A la suite de cette opération, Brice Lalonde, Antoine Lefébure et d’autres militants créent Radio Verte à Paris le 13 mai 1977. Elle émet en modulation de fréquence depuis l’appartement de Jean-Edern Hallier.

Radio écologie, Antenne 2 Le Journal de 20H, Antenne 2, 13 mai 1977, 5 mn

Reportage de Jean Luc Léon et Patricia Coste consacré à la première émission de Radio Verte à Paris. Tourné quelques jours auparavant, le sujet est conçu comme un outil de communication par l’équipe d’Antoine Lefébure qui l’avait proposé à Antenne 2. Les journalistes filment l’installation de Radio Verte et interviewent Antoine Lefébure à propos de la mise en place d’émetteurs. Des passants, mais aussi Georges Fillioud (hostile aux intérêts privés qui pourraient profiter d’une future dérogation au monopole), Jean Christophe Averty (pour qui les radios de quartier sont une aberration démocratique) et Jack Ralite du PCF (qui souhaite mener un débat national) réagissent.

Radios libres, Antenne 2 Le Journal de 20H, Antenne 2,16 mai 1981, 4mn17

Reportage. A la veille d’une réunion entre responsables des radios libres à Paris, rencontre avec des membres de l’équipe de Radio Verte : le technicien parle du matériel nécessaire à la création d’une radio et de sa crainte de l’anarchie sur les ondes ; Antoine Lefébure revient sur la proposition de l’Association pour la libération des ondes (ALO) dont il est secrétaire national de limiter la publicité à 5 minutes par heure pour empêcher les grosses stations commerciales d’écraser les plus petites.

Emission sur les radios vertes, Radio verte, Fonds Antoine Lefébure, date indéterminée, 24mn

Entretien avec Antoine Lefébure et Brice Lalonde consacrée aux radios vertes : le rôle de l’auditeur, l’impact de ces radios sur la communication, les futurs programmes de Radio Verte qui n’a pas encore émis en raison de problèmes multiples.

Emission inédite de Radio Verte, Retour sur écoute, France Culture, 22 novembre 1997, 18mn

Diffusion d’une émission pirate produite pour Radio Verte, réalisée clandestinement dans les studios de Radio France en 1977 par un collectif de créateurs qui souhaitent conserver l’anonymat. Le programme est un recueil d’interviews de Jean-Marie Benoît, Antoine Lefébure, Brice Lalonde, de passants qui s’expriment à propos de Radio Verte et de la mobilisation contre le monopole d’Etat en matière de radiodiffusion.

Peu après, d’autres radios vertes sont créées sur le territoire : Radio Verte Fessenheim en juin 1977, Radio Verte Béziers en septembre 1977 (qui devient Radio Pomarède en 1978).

Compilation Radio verte Fessenheim : 9 mars 1979, Radio Verte Fessenheim, Fonds Francis Lattuga, 9 mars 1979, 1h14

Eléments d’émissions en français et allemand. Compilation de morceaux musicaux plutôt traditionnels mais aussi jazz. Les journalistes et des personnes interviewées parlent des problèmes liés au nucléaire suisse et de la colère des agriculteurs alsaciens face à l’achat de terres par l’armée.

Ecoutez la vraie différence ! : Radio Verte Fessenheim, Radio S.O.S Emploi Longwy et les autres…, Claude Collin, La pensée sauvage, 1979, 126 p.

Monographie. Après avoir, à travers l’histoire récente, dressé un tableau des différentes expériences de contestation radiophonique de l’ordre établi, Claude Collin interroge longuement les animateurs de Radio Verte Fessenheim et de Radio SOS Emploi Longwy. En annexe, une notice avec schémas pour réaliser un émetteur FM.

Radios libres : Radio Verte et autres radios, Fonds Antoine Lefébure : versement 2013

Archives écrites. Le dossier n°3 de cette unité rassemble des documents sur Radio Verte et Radio Verte Fessenheim : courriers manuscrits, communiqués de presse, compte-rendu de réunions, documents techniques, notes, projet de budget, articles de presse…

Radio Onz’débrouille 102 MHz est fondée par Alain Léger dans le XIe arrondissement de Paris. Elle émet tous les jours du 15 février 1978 jusqu’à la fin juillet 1978, puis depuis l’université de Vincennes. En décembre 1978 un grand direct est organisé pour l’arrivée de la grande marche des paysans du Larzac.

Compilation Radio Onz’Débrouille : musique, témoignage, Radio Onz’Débouille, Fonds Francis Lattuga, date indéterminée, 55mn

Programmation musicale de Radio Onz’Débrouille (à la date du 1er anniversaire de la station et 197e émission diffusée depuis la place d’Aligre) composée entre autres des titres de Lou Reed (Oh, Jim, Walk on the wild side), Elvis Costello (Mystery DanceWaiting for the End of the world), Manfred Mann’s Earth Band (Spirits in the Night), Graham Parker (Back to schooldays). Cette compilation est suivie des témoignages laissés par des auditeurs (dont Nathalie, une adolescente dans un foyer) et d’un feuilleton radiophonique envoyé par des auditeurs de la station.

Radios libres : divers documents, Fonds Thierry Lefebvre

Archives écrites. Unité constituée de documents relatifs aux radios libres dont une gazette de Radio Onz’Débrouille (« ROD-102 ») qui contient des articles sur l’avenir des radios libres, le rapport Bastide, la législation, un historique des radios libres en France, l’installation technique d’une radio en FM.

Radio Ivre (1978-1982) est une station de la région parisienne créée Jean-Marc Keller, Stéphane Billot et Patrick Leygonie rejoints peu après par Patrick Vantroeyen et Jean-François Aubrac. Spécialisée dans le reggae, elle émet depuis une chambre de bonne à Courbevoie. Regroupée avec Radio Nova en 1982, elle finira par fusionner avec celle-ci.

Radios libres, Antenne 2 Midi, Antenne 2, 18 mai 1981, 3mn10

Reportage sur la réunion nationale de l’Association pour la Libération des Ondes qui se tient tenue le 17 mai 1981 après la victoire de François Mitterrand. Images de la mise en place d’une antenne sur un toit, le studio d’une radio, de coupures de presse et de photographies du studio de Radio Ivre. Antoine Lefébure et Patrick Vantroeyen sont interviewés et expriment leurs attentes vis à vis du pouvoir socialiste en matière de radios libres. Le reportage laisse présager l’arrivée de radios commerciales.

Extrait émission, plage musicale, intervention auditeurs : janvier 1980, Radio Ivre, Fonds Jean-Marc de Felice, date indéterminée, 1h34

Le document rassemble différents éléments issus d’émissions de Radio Ivre. L’animateur (Patrick Vantroeyen probablement) anime le programme du soir et des auditeurs interviennent sur des problèmes liés à la réception, au fonctionnement et aux contenus proposés. L’un d’entre eux félicite la qualité sonore de la station, avant de demander si de nouveaux programmes hors reggae et musique sont envisagés. L’animateur mentionne la condamnation à plusieurs mois de prison du responsable de Radio Trottoir (à Toulon).

Compilation Radio Ivre : 18 mai 1981, Radio Ivre, Fonds Francis Lattuga, 18 mai 1981, 1h19

L’animateur de Radio Ivre débat avec une auditrice qui craint que les radios avec de gros moyens financiers écrasent le paysage et que le manque de syndicats pousse à l’exploitation éventuelle des disc-jockeys. Il s’entretient également avec une fonctionnaire de police à propos des affrontements violents survenus sur le campus de Jussieu. L’ensemble est ponctué de plages musicales.

Notes : après écoute, il semble que cette archive ne date pas du 18 mai 1981 mais plutôt de mai 1980.

L’affaire Radio Fil Bleu

Radio Fil Bleu est une radio giscardienne qui bouscule la législation pour en pointer ses lacunes. Située à Montpellier, elle est créée par l’association Radio Fil Bleu, dont les membres – parmi lesquels les avocats François Chassaing, Jean-Louis Rigaud, François Delmas (également maire sortant de Montpellier), l’architecte Jean-Claude Deshons, le graphiste Jean-Louis Poveda – sont adhérents ou sympathisants du Parti Républicain. Ils cherchent à démontrer que le monopole d’Etat n’est protégé par aucune disposition pénale.

Equipée d’une radio-taxi modifiée, la station tente d’émettre sur des fréquences différentes pendant 9 jours du 12 au 21 juillet 1977 mais est à chaque fois brouillée par TDF. Un procès s’engage entre les deux parties de 1977 à 1978 et se conclut par un non-lieu. En juin 1978, la loi Lecat est promulguée : elle comble le vide juridique révélé et renforce les sanctions contre les radios pirates.

François Chassaing créera Radio Cactus en 1978, puis Radio Alligator en 1981. En 1980, il porte plainte contre Radio Monte-Carlo qui émet depuis la France et dont l’installation avait été déclarée illégale par le tribunal administratif de Paris le 5 mars 1980, avec jugement sans effet.

Compilation de quelques radios, (Radio bastille, Radio fil bleu…) sur les radios, Fonds Jean Marc de Felice, date indéterminée, 19mn

Les animateurs de Radio Bastille réagissent au non-lieu prononcé dans le procès de Radio Fil Bleu. L’un d’entre eux met en garde contre les risques de contrôle et de censure qui pourraient advenir malgré cette décision judiciaire, d’autant plus que certaines stations comme Radio 93 ont indiqué leur lieu d’émission.

Radio Fil Bleu et Radio Alligator, Fonds François Chassaing

Archives écrites. Cette unité contient l’ouvrage de François Chassaing Radio Fil Bleu. A quoi la liberté fait-elle peur ?  (Westhoek Editions, 1980) ainsi que des documents relatifs à Radio Fil Bleu (lettres, statuts de l’association, ordonnance de non-lieu du procès contre les membres de l’association, dossier de défense de Radio Pomarède) et Radio Alligator (cartes postales, documents publicitaires, plaquettes et affiches, articles de presse).

Dès leurs débuts, ces premières radios libres n’ont cessé de se confronter à de multiples mesures répressives : surveillance policière, plaintes de TDF, brouillages, saisies, procès et condamnations…

Radios libres et monopole, Antenne 2 Le Journal de 20H, Antenne 2, 11 mai 1978, 2mn40

Reportage sur les radios libres, à l’occasion du vote à l’Assemblée nationale pour la préservation du monopole d’Etat. Interview de Robert André Vivien, président de la commission parlementaire de l’audiovisuel (RPR) qui s’exprime sur l’exercice du contrôle gouvernemental.

Radios libres : divers documents (1), Fonds Antoine Lefébure : versement 2013

Archives écrites. Le dossier n°5 contient des courriers et communiqués du Collectif de soutien aux radios libres en 1978, une liste de noms de personnalités (Gérard Depardieu, Gilles Deleuze…) soutenant l’action du collectif de défense de Radio 93, brouillée par TDF puis saisie.

Le dossier n°6 contient divers documents liés au procès en appel à Montpellier de Radio Pomarède en 1980 et réunis par François Chassaing alors avocat pour la défense de Radio Pomarède (lettres au procureur, extraits de lois, …).  Il y mentionne le procès de Radio Fil Bleu mais aussi le cas de Radio Monte Carlo qui n’a jamais fait l’objet d’actions en justice alors même qu’elle émet depuis le territoire français.

Retour au sommaire

  • Les fédérations des radios libres qui structurent le mouvement

De nombreuses radios libres se structurent en fédérations et mettent au point des stratégies pour obtenir la libération des ondes, la constitution de réseaux… C’est le cas de Consensus Liberté Radio créée en 1978 par François Chassaing qui rassemble des radios apolitiques. Ces fédérations ont parfois été en désaccord notamment sur la thématique de l’autorisation de la publicité qui a marqué un point de rupture entre l’Association pour la libération des ondes (ALO) et la Fédération nationale des radios libres (FNRL) hostile à tout financement publicitaire.

L’Association pour la Libération des Ondes (ALO)

Créée en septembre 1977 par Antoine Lefébure, l’ALO se positionne contre la limitation de puissance des émetteurs, pour un plan de fréquences et pour la publicité comme moyen de financement (à hauteur de cinq minutes par heure non cumulables et ne concernant pas un produit ou service pouvant être vendu).

Le Parti socialiste, Rendez vous avec, Antenne 2,11 mai 1978, 14mn

Magazine consacré à l’éclatement de l’ORTF et au combat des radios libres, mettant en perspective cette lutte avec mai 68 et la guerre des ondes lors de la Seconde Guerre mondiale. Maurice Seveno reçoit François Samuelson (animateur) et Jean-Louis Bessis (avocat) tous deux membres de l’ALO : ils expliquent le rôle de l’association, la répression à l’œuvre (saisies, les mensonges de TDF vis-à-vis du brouillage…). Maurice Seveno mentionne la réflexion en cours du Parti socialiste concernant la création de radios locales.

Radios libres : Association pour la libération des ondes, ALO, Fonds Antoine Lefébure

Archives écrites. Cette unité contient des documents relatifs à l’Association pour la libération des ondes : bulletins d’informations édités par le Bureau de liaisons des Radios libres, bulletins Fréquence libre, communiqués de presse, dossiers d’information et autres documents internes, lettres d’auditeurs, …

Radios libres : Association pour la liberté des ondes, ALO, Fonds Antoine Lefébure : versement 2013

Archives écrites. Unité rassemblant des documents liés à l’activité de l’ALO : revue de presse La guerre des ondes, bulletins d’information, documents internes (propositions de loi de l’ALO, réunion, correspondances).

La Fédération Nationale des Radios Libres (FNRL)

Plus militante et à gauche que l’ALO et profondément hostile à la publicité, la FNRL est créée en 1978 par Jean Ducarroir et Patrick Farbiaz et Felix Guattari, ancien membre de l’ALO. Le 10 janvier 1981, 52 radios associatives affiliées à la Fédération signent la Charte des radios libres qui sera utilisée lors de la mise en place des textes encadrant l’autorisation des radios libres après l’élection de François Mitterrand.

Radios libres, Antenne 2 Le Journal de 20H, Antenne 2, 7 juin 1981, 2mn02

Reportage consacré à la réunion des responsables des radios libres au Sénat à Paris. Sylvain Ricci (FNRL) et Daniel Populus (FNRTLI) sont interviewés et expriment leurs attentes vis-à-vis des futures mesures gouvernementales : liberté d’expression sur les ondes (FNRL), financement publicitaire (FNRTLI).

Radios libres, Soir 3, FR3, 20 septembre 1981, 3mn

Reportage. Contrairement à l’avis du Sénat, le ministre de la Communication Georges Fillioud a réaffirmé son hostilité concernant la publicité sur les radios libres. Les membres de la FNRL, réunis en congrès, soutiennent cette position. Interviews de Sylvain Ricci (secrétaire national de la FNRL), Jacques Massey de Radio Babel et l’animateur Eric de Radio Tomate.

L’aventurier des radios libres. Jean Ducarroir (1950-2003), Thierry Lefebvre, Glyphe, 2021, 274 p.

Monographie. Ouvrage de Thierry Lefebvre qui met en lumière Jean Ducarroir, personnage souvent oublié mais essentiel à la bataille des radios libres en France. Il fut à l’origine de la FNRL et de nombreuses stations comme Radio 93, Paris 80 et fut un membre actif des commissions consultatives Holleaux et Galabert. Le livre contient de nombreuses photographies et reproductions de documents.

Radios libres : divers documents (1), Fonds Jean Marc de Felice

Archives écrites. Le dossier n°16 de cette unité rassemble des documents relatifs à la FNRL : projet de charte, charte nationale des radios libres de 1981, manifeste de stratégie autogestionnaire et non commerciale, courriers, tracts, bulletin d’adhésion, bulletin de la Fédération…

La constitution en fédérations permet d’organiser de grandes rencontres internationales comme la rencontre européenne à Longwy en septembre 1979 organisée par l’ALO ou bien ALFREDO 78, organisée par Félix Guattari et le CINEL (Centre d’initiative pour de nouveaux espaces de liberté) et qui réunit à Rome l’ALO et la FRED (Fédération des radios démocratiques italiennes).

Radios libres : divers documents (1), Fonds Antoine Lefébure : versement 2013

Archives écrites. Le dossier n°5 de cette unité, regroupe des documents relatifs à la rencontre ALFREDO 78 (sommaire de la rencontre à Rome du 26 au 28 mars 1978, article dans Sonovision…)

Retour au sommaire

2.2 – Première éclosion des radios libres

Après l’expérience de ces stations pionnières, une première génération de radios libres ou pirates voit le jour : Radio Fil Rose, Radio Femmes (puis les Radioteuses, Les Nanas Radioteuses…), Radio Plogofff, Radio Images… Les élections présidentielles approchant et l’attitude plus tolérante du candidat Mitterrand favorise également cette effervescence.

Fonds Francis Lattuga, 113 documents

Ce fonds versé par Francis Lattuga, qui a travaillé à partir de 1968 à l’ORTF et s’est engagé dans le mouvement des radios libres, contient des archives sonores de nombreuses stations nées autour de l’année 1980 : Radio Paris 80, Radio Images, Radio Larzac, Oblique FM, Radio Graffiti, Radio Plogoff, Radio Ivre, Radio Soleil, Radio SOS Emploi

  • Un foisonnement… 

Radio Ici et Maintenant ! est fondée le 21 juin 1980 par Didier de Plaige, Gérard Lemaire, Jean-Michel Reusser et Guy Skornik et émet depuis le 16ème arrondissement de Paris. Marquée par la culture new age, elle propose des programmes ésotériques, ufologiques, et de méditation qui témoignent d’une importante création radiophonique : jeux radiophoniques nouveaux, attrait pour la technologie.

Elle est saisie plusieurs fois (en août 1980 et en mars 1981) et sera finalement autorisée en 1983 et partagera pendant un temps sa fréquence avec Radio Gulliver et Pluriel FM. Ses principaux animateurs seront Catherine Pelletier (Supernana), Jean-Louis Rosenberg, Thierry Lefebvre, Ophélie Grolade, … La radio est encore active aujourd’hui.

Ici et maintenant, Un sur cinq, Antenne 2, 27 avril 1977, 15 mn

Guy Skornik et Didier de Plaige animent une chronique consacrée à la culture new age, la méditation et la spiritualité.

Ici et maintenant, Eléments de tournage, Fonds Marielle Burkhalter Université de Vincennes, juin 1980, 20mn

Entretien avec un animateur Radio Paris 80 puis de Guy Skornik co-fondateur de la radio Ici et maintenant qui évoque le rôle thérapeutique de la station et rappelle les conditions de sa création.

Installation, Radio Ici et Maintenant, Fonds Fred Forest, 18-29 janvier 1983

6 extraits d’émissions de Radio Ici et Maintenant où le discours d’hommes politiques (Georges Marchais, Lionel Jospin, Jacques Chirac, Jack Lang) fait l’objet d’une réflexion critique. Ces enregistrements versés par l’artiste multimédia Fred Forest sont relatifs à l’installation vidéo La conférence de Babel organisée en janvier 1983 à la galerie Créatis à Paris.

Compilation Radio Ici et Maintenant, Radio Ici et Maintenant, Fonds Jean Marc de Felice, date indéterminée, 30mn

Compilation de séquences d’interviews à propos des techniques vidéo : production, équipement, archives, réseaux de communication, supports vidéo (betacam numérique, VHS), l’association et entreprise Video Cine Troc…

Radio Ici et Maintenant (96.6 MHz) – 11 janvier 1986, 12mn

[Première partie]

Chaîne : Radios libres

Hébergeur : YouTube

Enregistrement sonore datant probablement du 11 janvier 1986. Thierry Lefebvre est à la technique et correspond avec un auditeur et des invités. Des bruits étranges liés à la liaison téléphonique se produisent en série à l’antenne lors d’une revue de presse.

Les radios alternatives : l’exemple de Radio Ici et Maintenant, Sébastien Poulain, 2015, 836 p.

Monographie. Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication de l’Université de Bordeaux 3 sous la direction de Jean-Jacques Cheval.

Radio Paris 80 est fondée par un groupe d’hommes qui se situent à la croisée du CINEL de Félix Guattari et de la FNRL de Jean Ducarroir : Bruno Guattari, Patrick Farbiaz, Jean-Luc Benhamias… Ils souhaitent proposer un fonctionnement participatif avec les auditeurs (cotisations) et professionnaliser l’antenne avec une programmation. Installée dans le XIIIème arrondissement de Paris, Radio Paris 80 prend l’antenne le 7 mars 1980. La radio est saisie le 4 juin 1980 et arrête ses émissions quelques semaines plus tard.

Emission sur la grève de la faim organisée par Vert Monde, Radio Paris 80, Fonds Jean Marc de Felice, 17 mars 1980, 31mn

Emission sur la grève de la faim organisée par Vert Monde pour lutter contre la faim dans le monde.

Musique, annonces programmes : 17 mars 1980, Radio Paris 80, Fonds Jean Marc de Felice, 17 mars 1980, 31mn

Ouverture d’antenne vers 18h30 : diffusion de disques du commerce, du jingle de la station invitant les auditeurs à se rendre au studio 163 rue du Chevaleret à Paris, alors même que la station émet illégalement. Un animateur annonce les programmes de la soirée et reçoit pour la rubrique Initiative partout qui met en valeur des initiatives innovantes dans la société contemporaine, un journaliste de La Gueule ouverte pour parler de l’appel national pour la libéralisation du cannabis, relayé par son journal.

Compilation Radio Paris 80 : 17 mars 1980, Radio Paris 80, Fonds Jean Marc de Felice, 17 mars 1980, 1h03

Diffusion de morceaux de musique rock, bulletins d’information Les nouvelles du monde, Les nouvelles françaises (condamnations de radios libres à des amendes), suivis de deux programmes : une discussion consacrée aux squats et l’émission City magazine sur l’astrologie.

Retour au sommaire

  • Les radios libres de Longwy

Les radios libres nées à Longwy en 1978 et 1979 font partie des premières radios syndicales françaises avec Radio CBAM et Radio Saint-Anne. A la suite de l’annonce d’un plan de restructuration de l’industrie sidérurgique qui prévoit 22 000 suppressions d’emplois dont 6500 à Longwy, les syndicats organisent une campagne de mobilisation pour le maintien du secteur et d’Usinor dans le bassin. Ces conflits sociaux vont mener à la création d’une des radios syndicales probablement la plus emblématique de l’histoire des radios libres.

Radio SOS Emploi (CFDT)

Cette radio de lutte est créée le 16 décembre 1978 par la CFDT, avec le soutien de Radio Verte Fessenheim. Elle émet clandestinement depuis la forêt de Longwy, avec des irrégularités, en diffusant des programmes enregistrés sur des cassettes. A partir de mai 1979, elle se dote d’un plus gros émetteur et certaines émissions sont diffusées en direct afin de concurrencer Radio Lorraine Cœur d’Acier de la CGT. Elle est brouillée à partir de 1979, avant de s’arrêter à la fin de l’année 1979.

Compilation Radio SOS Emploi : Longwy : La colline rouge, Radio SOS Emploi, Fonds Antoine Lefébure, date indéterminée, 7mn43

Diffusion de La chanson du crassier, chanson engagée du militant CFDT Denis Ménard, éditée en 45t en 1979 pendant la lutte des sidérurgistes et réalisé par L’UIS CFDT de LONGWY, avec des travailleurs, des militants et l’équipe de Radio SOS Emploi.

Radio SOS Emploi : manifestations à Longwy, Radio SOS Emploi, Fonds Francis Lattuga, date indéterminée, 53mn

Compilation de plusieurs émissions de Radio SOS Emploi datant de 1979. Certains animateurs parlent en français et en alsacien/lorrain.

Longwy, Antenne 2 Le Journal de 20H, Antenne 2, 10 août 1979, 4mn46

Reportage sur la situation à Longwy. Interview d’ex-sidérurgistes, courts plans de la radio libre CFDT émettant, d’une conférence de presse des sidérurgistes en lutte et Interview d’un délégué CFDT.

Radio Lorraine Cœur d’Acier (LCA)

En 1979 la CGT décide de créer sa propre station à Longwy dans la poursuite de son 40ème congrès. Elle recrute les journalistes professionnels Marcel Trillat et Jacques Dupond qui posent leurs conditions : elle sera une radio « libre » de toute censure, généraliste, d’éducation populaire et militante. Lorraine Cœur d’Acier émet pour la première fois le 17 mars 1979. Contrairement à Radio SOS Emploi, LCA est une station avec pignon sur rue : elle est installée dans la mairie de Longwy et son émetteur est situé sur le clocher avec l’accord du curé. Les auditeurs peuvent en permanence prendre la parole par téléphone ou en se rendant dans les studios. Des ouvriers mais aussi des femmes et des immigrés vont progressivement animer des émissions. Des programmes réguliers alternent avec les comptes rendus de luttes et mobilisations en cours, toujours prioritaires. La station est souvent brouillée par les autorités et les CRS envoyés de nombreuses fois. Après les vacances d’été de 1980, les journalistes sont renvoyés et la LCA cesse d’émettre en 1981 après l’évacuation de la station par les forces de police.

Marcel : l’épopée de LCA Lorraine Cœur d’Acier, Nous tous chacun, France Culture, 3 émissions 17-19 novembre 1982, 24mn

Reportage de Jean-Claude Bringuier. Marcel, ouvrier sidérurgiste raconte son expérience et son rapport à LCA la radio pirate : la solitude liée à sa vie quotidienne, sa vexation vis à vis de la programmation de la station dont il ne voyait au départ pas la pertinence, son écoute fréquente de la radio puis sa passion pour LCA et le rôle de l’éducation populaire.

Lorraine cœur d’acier, Mégahertz, France Culture, 1er mai 2010, 59mn

Magazine d’entretien présenté par Joseph Confavreux qui revient sur l’aventure de radio Lorraine Cœur d’Acier avec pour invités les journalistes de LCA Marcel Trillat, Jacques Dupont, Michel Olmi (ancien responsable de l’union locale CGT) et Alain Krivine (ancien leader de la Ligue Communiste révolutionnaire). Ils abordent le rôle de la radio : radio d’urgence, d’éducation populaire, de libre antenne mais aussi le brouillage, la lutte pour continuer d’émettre, la chanson Un morceau de chiffon rouge . Diffusion d’archives sonores de LCA.

Un morceau de chiffon rouge, Là-bas si j’y suis, France Inter, 2 émissions, 4-5 septembre 2012, 54-56mn

Magazine d’entretiens en deux parties présenté par Daniel Mermet qui reçoit Pierre Barron (sociologue), Raphaël Moutarde et Frédéric Rouziès (réalisateurs) à l’occasion de la sortie du documentaire radiophonique Un morceau de chiffon rouge sur LCA. Avec les témoignages et propos de Marcel Trillat (journaliste), Michel Olmi (ancien secrétaire de la CGT de Longwy), Alain Delmas (membre du Conseil économique, social et environnemental et ancien responsable syndical), Ingrid Hayes (historienne).

Marcel Trillat, Entretiens patrimoniaux Inathèque, Fonds INA Inathèque, 1er juin 2010, 3h19

Entretien avec Marcel Trillat, journaliste, réalisateur de films documentaires qui revient sur sa vie et sa carrière. Il évoque son engament militant au sein de LCA : la volonté de créer une radio libre, le lien avec la mobilisation, la répression des autorités.

Radio Lorraine cœur d’acier, la parole libérée, Les nuits régionales. Une nuit en Lorraine Champagne-Ardenne, France 3, 29 janvier 2010, 52mn

30 ans après la fin de Radio Lorraine Cœur d’Acier, ce documentaire d’Isabelle Cadière propose de revenir sur l’expérience LCA en donnant la parole à ceux qui l’ont faite. Diffusion d’images d’archives et témoignages de membres du PCF, de la CFDT, de la CGT, des bénévoles de la radio, d’auditrices, des journalistes Marcel Trillat et Jean Dupont.

Radio Lorraine Coeur d’Acier, une radio libre au cœur de la liberté d’information, 15 mars 2020, 1h10

Hébergeur : YouTube

Chaîne : Individus et collectifs, des parcours

Entretien avec Marcel Trillat à propos de son expérience au sein de Radio Lorraine Cœur d’Acier, réalisé par Jeanne Menjoulet pour le Centre d’Histoire sociale des mondes contemporains (CHS).

Radio Lorraine cœur d’acier (1979-1980) : les voix de la crise, Ingrid Hayes, Presses de Sciences Po, 2018, 348p.

Monographie. S’appuyant sur des archives sonores de la CGT, de sources imprimées syndicales, d’entretiens avec des témoins ou responsables syndicaux nationaux, cette étude socio-historique entend déconstruire le mythe de LCA pour en faire un exemple qui cristallise de nombreuses dynamiques socioprofessionnelles en lien avec la crise industrielle. Sont abordés notamment les valeurs inhérentes à la radio et les processus de domination genrée (lors des prises de paroles notamment) ou sociales.

Lorraine Cœur d’Acier. Histoire d’une radio pirate, libre et populaire (1979-1981), Vincent Bailly et Tristan Thil, édition Futuropolis, 2021, 88p.

Bande-dessinée historique sur l’aventure de la radio Lorraine Cœur d’Acier en “redonnant vie” par le dessin à ses protagonistes comme, par exemple, le journaliste et animateur Marcel Trillat.

Retour au sommaire

2.3 – La campagne pour la libération des ondes menée par le Parti Socialiste

Les radios libres sont au cœur de la campagne du Parti Socialiste pour les élections présidentielles de 1981 : l’initiative de Radio Riposte en 1979 en fut le moment clé. Toutefois, si François Mitterrand promet d’apporter une réponse à ce désir de radios libres, il ne garantit pas la suppression du monopole que les socialistes souhaitent maintenir en créant, par exemple, des radios publiques locales.

L’épisode de Radio Riposte, juillet 1979

Dès 1975 le Parti socialiste réfléchit à la création d’une radio socialiste mais ce n’est qu’à l’été 1979, excédé par l’emprise du président Giscard d’Estaing et du gouvernement sur les réseaux d’information qu’il rejoint à son tour le parti des « radioteurs ». L’émission Radio Riposte est diffusée le 28 juin 1979 depuis l‘ancien siège du Parti Socialiste cité Malesherbes, avec l’émetteur de Radio Onz’débrouille.

L’année radiophonique 1979, Cahiers d’histoire de la radiodiffusion, n°102, Comité d’histoire de la radiodiffusion, 1er octobre 2009

Périodique. Article de Thierry Lefebvre sur Radio Riposte.

L’émission du 28 juin 1979, enregistrée sur plusieurs jours est brouillée au bout de quelques minutes par Télédiffusion de France (TDF). Peu de personnes l’entendent et encore moins dans de bonnes conditions.

Intervention de François Mitterrand sur Radio Riposte, Fonds Thierry Lefebvre, 28 juin 1979, 20 mn

Intégralité de l’intervention préenregistrée (27 juin 1979) de François Mitterrand au micro de Radio Riposte. Il dénonce l’accaparement du monopole d’Etat de la radiodiffusion, des moyens d’informations par le pouvoir giscardien et les grands groupes financiers.

Radio Riposte, 28 juin 1979, Fonds Thierry Lefebvre, 1h09

Intégralité de l’émission de Radio Riposte telle qu’elle aurait dû être diffusée le 28 juin 1979. Déclaration de François Mitterrand suivie de deux débats enregistrés le 25 juin 1979 au Palais Bourbon à propos des travailleurs immigrés et des inculpations liées à la manifestation du 23 mars, puis d’un duplex préenregistré entre le sénateur Bernard Parmantier, et Marcel Trillat journaliste et animateur à Radio Lorraine Cœur d’Acier. Diffusion de quelques chansons dont Le temps des cerises.

Radio Riposte par la Fédération de Paris du Parti Socialiste, Emission Radiophonique, Fonds Fondation Jean Jaurès, 28 juin 1979, 1h08

Enregistrement intégral de la première émission de Radio Riposte, émission radiophonique de la Fédération de Paris du Parti Socialiste diffusée depuis le 12 cité Malesherbes à Paris et introduite par Paul Quilès et François Mitterrand sur le thème des libertés.

Notes : en cours de numérisation

Les retombées médiatiques de l’opération

Brouillée au bout de quelques minutes, l’émission est complètement interrompue à la suite d’une intervention de la police, venue perquisitionner sans mandat pour flagrant délit. Pour le PS, cette opération au sein des locaux d’un parti politique est l’occasion de dénoncer la répression. François Mitterrand et d’autres membres du parti seront poursuis pour attaque au monopole d’Etat sur la radiodiffusion.

Antenne 2 Le Journal de 20H, Antenne 2, 29 juin 1979, 1mn

Plusieurs sujets du journal relatifs à Radio Riposte : images factuelles de la perquisition du Parti Socialiste et évacuation brutale des responsables du PS dont Laurent Fabius (le caméraman tombe, poussé par des policiers), déclaration de François Mitterrand depuis Bruxelles et extrait de séance houleuse à l’Assemblée nationale.

LECAT, Antenne 2 Les nouvelles dernière édition, Antenne 2, 10 août 1979, 1mn28

Interview du ministre de la Culture et de la communication Jean-Philippe Lecat à propos des radios libres et de l’affaire Radio Riposte.

Déclaration François Mitterrand, TF1 Actualités 20H, TF1, 24 août 1979, 4mn

François Mitterrand inculpé dans l’affaire Radio Riposte s’exprime à l’occasion d’une conférence de presse à l’Assemblée nationale. Il annonce une campagne pour sensibiliser à la liberté d’information et parle d’un procès « politique ».

François Mitterrand pirate des ondes. L’affaire Radio Riposte, Thierry Lefebvre, Square éditeur, 2019, 149p.

Monographie. Thierry Lefebvre fait le récit de la fabrication diffusion et réception de Radio Riposte. La retranscription complète de l’émission du 28 juin 1979 est reportée.

Les radios libres dans la campagne de François Mitterrand, 1981

Souhaitant marquer une rupture avec Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand inclut dans son programme des 110 propositions pour la France, une 94ème proposition qui aborde les radios libres sans pour autant promettre une suppression du monopole d’Etat : « La télévision et la radio seront décentralisées et pluralistes. Les radios locales pourront librement s’implanter dans le cadre du service public. Leur cahier des charges sera établi par les collectivités locales. Sera créé un Conseil national de l’audiovisuel où les représentants de l’Etat seront minoritaires. (…) ».

Elysée 81 : François Mitterrand à Brest, TF1 13H, TF1, 10 avril 1981, 1mn58

Reportage. Visite de François Mitterrand à Radio Brest Atlantique, radio locale du parti socialiste installée dans la mairie. Evacuée la veille par la police, elle est réinstallée pour le meeting du candidat socialiste. Il s’exprime sur la répression qu’exerce le pouvoir à l’encontre des citoyens, leur interdisant de s’exprimer librement à l’antenne.

Retour au sommaire

2.4 – La réponse du pouvoir giscardien et de Radio France

Si le pouvoir giscardien a fortement réprimé les radios libres, il a également créé dès 1980 de nouvelles stations publiques pilotes locales ou thématiques gérées par Radio France, alors présidée par Jacqueline Baudrier.

L’évolution de la radio, Le téléphone sonne, France Inter, 13 mars 1981, 33mn

Débat. René Marchand (directeur du développement et de la prospective de Radio France) et Daniel Hamelin (directeur de Radio Mayenne) discutent ensemble du développement de Radio France vis-à-vis du nouveau rapport avec les auditeurs, des innovations et des contraintes permises par les radios locales, de l’éventualité d’une station en langue régionale et défendent le fait que le monopole d’Etat nécessairement soit démocratique. Participation d’auditeurs avec lesquels les échanges sont tendus.

Radio France face aux radios libres : Radio Sept et Radio Mayenne, Mégahertz, France Culture, 20 mars 2010, 58mn

Magazine. Joseph Confavreux reçoit Michèle Halberstadt et Françoise Dost, deux anciennes animatrices de Radio 7 et Radio Mayenne qui reviennent sur l’histoire de ces stations locales publiques nées pendant le mouvement des radios libres. De nombreuses archives radiophoniques sont diffusées.

Les radios locales de Radio France, Fonds INA : radio

Archives écrites. Cette unité contient un ensemble de coupures de presse relatives aux radios locales de Radio France.

Le dossier n°84 contient des documents sur la commission d’évaluation sur la mise en place des radios locales de RF, les autorisations de 5 radios en octobre 1981, des articles sur Radio Belfort, Radio Berry Sud, Radio Bretagne Ouest, Radio Festival d’Avignon, Radio La Creuse, Radio Val Morel

Le dossier n°85 concerne Fréquence Nord, Radio Mayenne et Melun FM.

Le dossier n°86 aborde les rapports entre Radio France et FR3 de 1976 à 1982.

La station thématique, Radio 7 est destinée aux jeunes de la région parisienne. Inaugurée le 2 juin 1980 à 7h00, elle est dirigée pendant un temps par Patrick Meyer, futur fondateur de RFM, et cessera ses programmes en mars 1987.

Backstage, Radio 7, 64 émissions, 1981-1985, , durée variable

Collection. 64 émissions diffusées entre 1981 et février 1985. Consacré à la scène musicale parisienne, diffusion de concert d’artistes de musique pop rock française ou internationale. L’émission peut également diffuser des interviews et une programmation à base de disques du commerce.

Journée de programme de Radio 7, Radio 7, 42 documents, 14 août 1982 au 25 janvier 1987, durée variable

Enregistrements de l’intégralité de 42 journées de programmes de Radio 7 collectées sur la période du 14 août 1982 au 25 janvier 1987.

A partir de mai 1980, Radio France lance coup sur coup trois nouvelles radios locales : Fréquence Nord (le 19 mai 1980 à Lille), Radio Mayenne (le 16 juin 1980 à Laval) et Melun FM (le 11 septembre 1980).

La hotte du colporteur, Fréquence Nord, 46 émissions, mai 1980-décembre 1986, durée variable

Magazine consacré à l’actualité locale et au paysage régional présenté par Catherine Claeys. Diffusion de musiques traditionnelles, d’interviews et d’enregistrements sonores des lieux.

1ère Journée sur Radio Mayenne, Radio Mayenne, 16 juin 1980, 2h           

Emission matinale diffusée le premier jour d’antenne de Radio Mayenne. Sur un ton semblable à celui utilisé sur les radios commerciales, l’animateur propose une programmation musicale (Cat Stevens, Sylvie Vartan, François Duval, Pink Floyd…), des jeux de devinettes avec participation du public (le lot gagnant est un transistor à modulation de fréquences) et des services comme l’annonce d’offres d’emplois dans les communes aux alentours.

Retour au sommaire

3 – La libéralisation progressive des ondes (1981-1984)

3.1 – L’arrivée au pouvoir de François Mitterrand et la suppression du monopole d’Etat

Si la victoire de François Mitterrand marque un espoir pour les radios libres, elle témoigne d’un moment de flottement vis à vis de la législation. Le 14 mai 1981, le nouveau ministre de la Communication Georges Fillioud annonce l’abrogation prochaine du monopole, puis demande le 9 juin l’arrêt du brouillage. Le 29 juillet 1981 est promulguée une loi d’amnistie qui met notamment fin aux procès de François Mitterrand et des collaborateurs de Radio Riposte.

Le 9 novembre 1981 la loi « de tolérance » portant dérogation au monopole d’Etat est promulguée. Les radios libres sont autorisées… mais sont soumises à un cadre strict : elles doivent par l’intermédiaire d’une association déposer une demande de dérogation qui est examinée par la commission consultative présidée par André Holleaux (janvier-octobre 1982).

Nos années 80 : les cabossées, France 2, 15 octobre 2009, 1h11

Documentaire de Patrick Cabouat consacré aux années 80. En présentant les avancées sociales et législatives, il aborde la libération du paysage audiovisuel français, à travers la télévision et l’émergence des radios pirates et les radios libres. Images d’archives de Radio Verte, Radio Abbesses, Lorraine cœur d’acier.

1981, un été en rose et noir, La case du siècle, France 5, 24 avril 2011, 52mn

Documentaire de Virginie Linhart qui revient sur la victoire de François Mitterrand et les réformes mises en place dès l’été 1981. Diffusion d’images d’archives et interview de Yannick Urrien, qui aborde le mouvement des radios libres à travers l’exemple de Radio Solidarité.

Georges Fillioud, Radioscopie, France Inter, 2 novembre 1981, 57mn

Jacques Chancel reçoit Georges Fillioud, ministre de la Communication. Il parle des radios libres à l’occasion de la parution du Rapport Moinot sur la communication audiovisuelle qui préconise de les nommer « radios locales privées » et de créer une Haute Autorité de régulation.

Retour au sommaire

3.2 – Nouvel essor de radios libres autorisées

L’élection de François Mitterrand, la suppression progressive du monopole d’Etat et la tolérance permise par la loi du 9 novembre 1981 entrainent une effervescence au sein des “radioteurs” : plusieurs centaines de stations apparaissent sur le territoire.

Les radios locales et vous, Aujourd’hui la vie, Antenne 2, 9 mars 1982, 52mn

Magazine consacré aux radios locales. Avec la participation de Jean-Louis Missika, Marcel Trillat et de téléspectatrices. Reportage sur la radio Ici et maintenant et interview du cofondateur Guy Skornik. Michèle Cotta est interviewée sur la place de l’auditeur dans les programmes des radios locales de service public.

Fonds Alain Léger, 85 documents

Versé en 2011 par Alain Léger, cofondateur de Radio Onz’Débrouille et rédacteur en chef du site internet www.schoop.fr ce fonds rassemble de très nombreuses archives sonores des radios locales privées : Radio Africa n°1, Radio Asie, Radio Aligre, Radio Blizz FM, Radio Caroline, Radio Cosmos, Radio Gilda, Radio Gulliver (création de la station), Radio Onz’Débrouille, Radio Canut, Radio Libertaire, Radio Sol, Radio Solidarité, Radio Pays

La multiplication des radios libres qui émettent à des fréquences rapprochées et avec des puissances différentes provoquent des brouillages et des incidents comme celui du 2 décembre 1981 lorsque les locaux parisiens de Radio Cosmos sont envahis car sa fréquence « brouille » celle de Radio Gulliver.

Compilation Radio Cosmos : négociation des fréquences, Cosmos occupée par Sidarta, Radio Cosmos, Fonds Alain Léger, (date probable : décembre 1981), 30mn

Emission de radio Siddharta enregistrée et diffusée depuis les locaux de Radio Cosmos occupée. L’équipe de la station parle avec humour et dénonce le fait qu’il y ait beaucoup de radios corporatistes. Des auditeurs interviennent à l’antenne directement. Un animateur invite les autres stations et auditeurs à venir occuper la station et les saluer. Il parle de négociations de fréquences.

Une seconde génération de stations profite alors de la « tolérance » du gouvernement face à l’effervescence du phénomène.

Radios libres : guide pratique : stations, législation, technique, S.E.C.F., Jacques Mazeau, Editions Radios, 1981, 223 p.

Monographie. Ce guide sur les radios libres aborde les techniques liées à la radio (principe de la radiodiffusion, plages de fréquences, présentation des composants d’un émetteur, conseils techniques) et présente les caractéristiques de 170 stations (puissance de l’émetteur, nombre d’effectifs, types de financement, positionnement vis-à-vis de la publicité, grille des programmes, affiliation à une fédération, mention d’éventuels brouillage, mode de participation des auditeurs…).

Retour au sommaire

  • Carbone 14, radio parisienne « culte », impertinente et irrévérencieuse

Carbone 14 est une station mythique parmi les radios libres nées après mai 1981 et qui aujourd’hui encore fait référence pour son impertinence et son vivier de talents radiophoniques. Elle est créée par le publicitaire parisien Dominique Fenu, avec le soutien du député-maire RPR Yves Lancien du XIVe arrondissement de Paris. L’équipe, en majorité sans expérience radiophonique et bénévole, est recrutée par petite annonce et Michel Fiszbin en est désigné « animateur chef » le 23 septembre 1981. Ses émissions débutent de manière régulière le 14 décembre 1981. Tous les animateurs se créent des pseudonymes potaches : Jean-Yves Lambert devient Jean-Yves Lafesse, Jean-François Gallotte David Grossexe… En avril 1982, Catherine Pelletier, alias Supernana intègre l’équipe.

Ses différents slogans donnent le ton : Carbone 14, la radio active, La radio qui fait l’humour à vos oreilles, La radio qui pourrait largement faire de la télé et enfin le plus célèbre La radio qui vous encule par les oreilles. Plus de 200 animateurs ont participé à ce vivier de création radiophonique : impostures, canulars, sexe à l’antenne, dialogue constant avec les auditeurs… A la rentrée 1982 une grande partie de l’équipe originelle quitte la station, la laissant aux commandes de Jean-Yves Lafesse et Supernana. Tout d’abord installée dans des locaux que « Gérard » Fenu possédait au 21 rue Paul-Fort, elle déménage à Bagneux fin 1982. Elle n’est pour autant toujours pas autorisée : non retenue par la commission Holleaux en février 1982 elle ne fait pas partie des 22 regroupements de radios parisiennes annoncés par la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (HACA) en février 1983. Le 17 août 1983, elle devient la première radio saisie sous François Mitterrand. La station connaitra une brève résurgence en 1986 à Cachan avec les animateurs Michèle Bernier, Bruno Gaccio, Arthur (Sergent Vaché) …

Radio Carbone 14 : [Face 1 : C14K7 05A.MP3], Vive la guerre, Radio Carbone 14, Fonds Carbone 14, 1er décembre 1981, 44mn

Emission Vive la guerre de José Lopez (Pascal Gilhodez) et Robert le haineux (Michel Fiszbin) enregistrée en décembre 1981 : ils se moquent de la journée mondiale des personnes âgées et incitent les auditeurs à envoyer des lettres d’amour au gouvernement pour obtenir des réformes.

Lafesse, merci, Fonds Banques de programmes, date et chaine indéterminées, 1h10

Emission datant de 1982 diffusée sur Carbone 14 et présentée par Jean-Yves Lafesse. Le thème de la soirée est l’amour chez les stars du rock, chez les déménageurs, français, anglais et américains. Participation et canulars d’auditeurs.

Notes : le fonds Banques de programmes, conservé par l’INA au titre de dépôt patrimonial, rassemble des enregistrements provenant de plus de 150 stations locales, réunis entre 1982 et 1985 par l’association Banque de programmes.

L’unique Bonux Perluche (II), Radio Carbone 14 : [Face A : C14K7 03A.MP3] et [Face B : C14K7 03B.MP3], Carbone 14, Fonds Carbone 14, 1er décembre 1981 (date imprécise), 1h 

L’unique Bonux Perluche (II), Radio Carbone 14 : [Face B: C14K7 03A.MP3] et [Face B : C14K7 03B.MP3], Carbone 14, Fonds Carbone 14, 1er décembre 1981 (date imprécise), 1h 

Deux émissions Poubelle Night, enregistrées en décembre 1981, animées par Supernana (Catherine Pelletier), David Grossexe (Jean-François Gallotte) et Bonux. Libre antenne avec des auditeurs qui tiennent des propos provocateurs et obscènes.

Carbone 14, Fonds Radio Carbone 14, 49 documents

Ce fonds rassemble 49 enregistrements d’émissions diffusées sur Carbone 14 entre 1980 et 1983, disponibles en ligne sur le site d’un auditeur passionné qui les a numérisées : http://radio.carbone.14.free.fr.

On y trouve des enregistrements des émissions suivantes : Cinquante millions de voleurs, Radio Stop, Vive la guerre, Mort d’une Radio, La morale à Bonux, Poubelle Night, Le violeur et Lafesse ?, Tu l’as dans le cul, Radios Noirs, New wave, La traite des planches luciférien, La mort de madame Globo

D’autres enregistrements de Fréquence Gaies, Radio Libertaire, Radio Gilda, Radio Solidarité, Ici et maintenant, Radio Nova, La voix du Lézard… dans lesquels des membres de Carbone 14 interviennent, ou consacrés à Carbone 14.

Radio locale : Carbone 14, C’est la vie, Antenne 2, 22 février 1983, 3mn22

Reportage au sein du second studio de Carbone 14, à Bagneux. Interviews de l’animateur Lucullus, de Supernana qui présente le concept de l’émission Poubelle night, de Malvina (Marie-Thérèse Dutriez Pin), directrice adjointe qui définit la station de radio provocante qui correspond à un besoin.

Carbone 14, le film, Zaléa TV, 20 mars 2001, 1h49 mn

Réalisé par Jean-François Gallotte (David Grossexe) et Joëlle Malberg (Simone cuisses d’acier), ce « faux » documentaire met en scène la station. Alors même qu’une partie de l’équipe principale avait quitté la station, le film fut tourné en 1982 pendant 4 jours et les animateurs emblématiques se retrouvèrent pour jouer leur propre rôle. Plusieurs émissions sont reconstituées : Lafesse merci, Les minablos (sous le nom des fabulos), Poubelle night… Interviewé, le fondateur Dominique Fenu parle très crument de la création de la station.

Notes : des problèmes de sons interviennent pendant plus de la moitié du film.

De nombreux animateurs de Carbone 14 sont embauchés sur d’autres stations, y compris publiques et périphériques. L’esprit provocateur de leurs émissions est parfois atténué. C’est le cas du trio des « Minablos » (Michel Fiszbin, Pascal Gilhodez et Jean-François Gallotte) qui se reconstitue en les « Fabulos » sur France Inter dans l’émission Pourquoi le monde ? durant l’été 1982.

Journée test de France Inter du 13 août 1982, France Inter, 13 août 1982, 23h59

De 18h à 19h, les Fabulos animent le magazine Pourquoi le monde ? qui alterne entre fausse revue de presse, libre-antenne, programmation musicale et discussions humoristiques.

Show Supernana : site officiel sur l’animatrice radio culte

URL : https://www.show-supernana.com/

Collecté depuis le 8 février 2022.

Site web fondé par Michaël Barbe (« Fouks ») et l’association Ciel ma sup qui rend hommage à l’animatrice radio Supernana (Catherine Pelletier) décédée en 2007. On y trouve de nombreuses photographies et archives sonores de ses émissions (environ 300h) sur Carbone 14, Skyrock, Ici et Maintenant, Radio FG

Notes : nouvelle version du site qui a fermé http://supernana.sitego.fr collecté depuis 28 mars 2012.

Faire l’histoire de Carbone 14 :

Carbone 14, Mégahertz, France Culture, 5 septembre 2009, 59 mn

Magazine. Joseph Confavreux reçoit Jean-Yves Lafesse pour parler de la station Carbone 14 : surnoms des animateurs, improvisation dans les programmes, la place du sexe, les émissions des Minablos, les personnages de fiction et leur pouvoir radiophonique, l’imposture radiophonique… De nombreuses archives sonores dont diffusées, y compris un enregistrement de la venue de Serge Gainsbourg.

Carbone 14 : trente ans après, Les lundis de l’INA, Fonds Lundi de l’INA, 30 janvier 2012, 2h08

Captation du débat Lundi de l’INA consacré à Carbone 14 et animé par Thomas Baumgartner. Avec la participation de Thierry Lefebvre, Antoine Lefébure, Pascal Frelon (fondateur de Ciné Future – Cité 93) et des anciens de Carbone 14 : Patrick Amine, Philippe Debrenne (Madame Globo), Alain Dubois (Saturnin Pojarski), Guy Dutheil, Michel Fiszbin (Robert Lehaineux), Jean-François Gallotte (David Grossexe), Philippe Merlin (Perluche)… Diffusion d’archives.

Carbone 14, Fonds Michel Fiszbin, 1 unité

Archives écrites. Cette unique unité de ce fonds versé par Michel Fiszbin, premier directeur d’antenne de Carbone 14 rassemble des documents relatifs à l’activité de la radio et datés de 1982-1983 : organigramme, dossier de demande de dérogation au monopole, grille des programmes, photographies, autocollants, numéros de téléphones… S’y ajoutent de nombreux articles de presse sur la station et l’affaire Jean-Edern Hallier, l’affaire de Hard core, l’amour en direct de mars 1982, la saisie policière d’août 1983 et des notes manuscrites de Michel Fiszbin.

Carbone 14. Légende et histoire d’une radio pas comme les autres, Thierry Lefebvre, Médias histoire, INA éditions, 2012, 220 p.

Monographie. A l’aide de nombreux entretiens avec d’anciens membres de l ‘équipe de Carbone 14 et archives sonores/presse/photographies, Thierry Lefebvre retrace l’histoire de la station, de sa création en 1981 jusqu’à sa renaissance en 1986. Il tente de déconstruire le mythe de cette radio libre pour s’approcher au mieux de la réalité des faits et du flou autour de l’existence ou non de certains éléments (financement obscur de la station, identité des animateurs, l’affaire Jean-Edern Hallier, l’émission pornographique…).

Retour au sommaire

  • Radio Gilda ou Gilda la Radiopolitaine

Gilda la Radiopolitiane, aussi surnommée Radio Gilda, est fondée le 7 mai 1981 par Patrick Fillioud (fils du futur ministre de la Communication Georges Fillioud), Marie-José Guérini, Bruno Badiche, etc… S’inspirant du modèle des radios généralistes (informations, programmes de variétés, humoristiques, culturels, plages musicales), la station est d’abord installée rue Chaudron à Paris. Elle est animée par une majorité de journalistes professionnels qui donnent bénévolement leur temps. Elle n’est autorisée qu’à partir de 1983 sur la fréquence 103.5, regroupée avec Radio Tchatch et Ado Enfants j’écoute. Jean-Paul Baudecroux la rachète en 1985 afin d’y diffuser le programme Chérie FM. En 1987, elle devient la première station du réseau Chérie FM.

Compilation Gilda la Radiopolitaine, Radio Gilda, Fonds Jean Marc de Felice, date indéterminée, 1h07

Compilation de deux émissions dont la date de diffusion reste indéterminée : débat sur le nucléaire en France (son implantation, ses évolutions, sa rentabilité) puis le programme Sans effets de manche consacré au droit à la liberté d’émettre, la loi Sécurité liberté et la liberté de la justice.

Emission sur le tribunal permanent des forces armées, Radio Gilda, Fonds Jean Marc de Felice, date indéterminée, 31mn

Magazine d’information hebdomadaire consacré à la situation de guerre civile au Salvador puis au tribunal permanent des forces armées. Avec la participation de l’avocat Jean-Jacques de Félice, vice-président de la ligue des droits de l’homme.

Problématique sur les radios libres, qualité de puissance, Radio Gilda, Fonds Alain Léger, date indéterminée, 46mn

Débat sur les problèmes rencontrés par les radios libres face à la Haute Autorité : regroupements non voulus, régulation des stations ayant du succès, limitation de puissances. Critique de la qualité de son des stations de service public et de l’attitude de TDF à l’égard des radios locales privées. Avec la participation de Patrick Fillioud, Bruno Badiche (Radio Gilda), Pierre Amalou (Radio Classique), Pierre Bellanger (La Voix du Lézard), Patrick Meyer (RFM), Annick Cojean (journaliste). Diffusion d’une chanson qui critique la Haute Autorité, produite par Radio Gilda et d’une autre chanson Mexican Radio par Wall of Voodoo.

Radios libres : Gilda la Radiopolitaine, Fonds Marie José Guérini, 1 unité

Archives écrites. Cette unique unité du fonds versé par Marie José Guérini, cofondatrice avec Patrick Fillioud de Radio Gilda, rassemble des documents relatifs à la programmation de la station, de documents juridiques et de correspondances d’auditeurs, sur la période 1981-1985.

Retour au sommaire

  • La régulation à partir de 1982 : la HACA, la CNCL puis le CSA

Ayant permis aux stations de déroger au monopole d’Etat sur la radiodiffusion en novembre 1981, le gouvernement Pierre Mauroy souhaite éviter toute « anarchie » qui aboutirait à une situation proche de celle de l’Italie (explosion des stations, appropriation du paysage audiovisuel par de grands groupes privés…). A Paris, la bande FM est saturée, provoquant des brouillages entre les stations mais aussi sur les radios de service public.

Le 29 juillet 1982 la loi sur la communication audiovisuelle est promulguée. Elle supprime officiellement le monopole d’Etat sur la radio, stipule que « la communication audiovisuelle est libre » et crée un organe de régulation, la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (HACA) dirigée par Michèle Cotta, jusqu’alors présidente de Radio France. Comme le suggère le rapport Moinot, les radios libres sont désormais nommées « radios locales privées ».

La HACA est chargée de la répartition des fréquences en concertation avec les commissions consultatives Holleaux et Galabert. Elle veille également au respect des conditions d’émission et met un frein à l’explosion des radios libres : les stations non autorisées ou qui diffusent illégalement de la publicité seront brouillées, saisies… Cette régulation définie en 1982 s’accompagne par la création du FSER, Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique dont les outils seront redéfinis en 1986 : une partie des revenus publicitaires des stations commerciales seront versés aux radios associatives.

En 1986, la HACA est remplacée par la Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL), qui devient en 1989 le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel CSA.

Les pirates de l’hertz, Droit de réponse, TF1, 16 février 1985, 1h57

Débat sur les radios libres présenté par Michel Polac avec la participation de George Fillioud, ministre de la Communication, Pierre Crisol (RATV), Françoise Follea (Atlantique 96.8), Claude Fouchier (Radio 100), Daniel Guichard (Radio Bocal), Robert Namias (Radio 95.2), Jacques Séguéla (Hit FM). Différents thèmes sont abordés : « l’anarchie sur les ondes », la manifestation de NRJ, les plaintes des aéroports à propos de la navigation aérienne, les sanctions et suspensions prises par la HACA, les difficultés financières des radios en région, le pouvoir des groupes financiers sur des stations moins puissantes (rachat de fréquences), l’éventualité de télévisions privées… L’émission est ponctuée par des dessins de Plantu.

Georges Fillioud, invité de « Le téléphone sonne », Le téléphone sonne, France Inter, 12 juillet 1982, 36 mn

Interview de Georges Fillioud, ministre de la Communication à propos du vote de la loi sur la communication audiovisuelle : répartition des responsabilités entre la Haute Autorité et les présidents des chaînes, coût financier des réformes prévues, autorisations d’émettre pour les radios libres, interdiction de la publicité.

Histoire de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle 1982 1986, Agnès Chauveau, Institut d’études politiques de Paris, 1995, 797+342 p.

Monographie. Thèse de doctorat d’histoire de l’IEP de Paris (sous la direction de Jean Noël Jeanneney) consacrée à la HACA, premier organisme de surveillance et de contrôle de l’audiovisuel.

La régulation en pratique de la HACA : autorisations d’émettre et regroupement de stations

Dossier radios libres suivi de Plateau FILLIOUD, TF1 13H, TF1, 29 juillet 1982, 3mn puis 10mn

Reportage sur les stations non homologuées par la Commission consultative Holleau : Radio Libertaire, Radio Solidarité… Rencontre avec Didier de Plaige et Guy Skornik qui font une grève de la faim pour qu’Ici et Maintenant puisse émettre sur une fréquence « gelée ». A la suite du reportage, interview en plateau du ministre de la Communication Georges Fillioud.

Une fréquence pour Radio Canut, Fonds Alain Léger, date indéterminée, 26mn

Emission enregistrée avec Radio Forum depuis le Congrès national des radios libres de Bordeaux  qui eut lieu les 5, 6 et 7 mai 1984. Programme conçu pour être diffusé dans plusieurs stations en France. Emission de soutien pour que la station lyonnaise Radio Canut se voit attribuer une fréquence. Interview de Luc Mathieu qui parle du paysage radiophonique lyonnais et du collectif associatif de Radio Canut.

Le 1er février la HACA publie la liste des 22 regroupements officiellement autorisés à Paris. Les fréquences étant trop peu nombreuses pour le nombre de stations candidates, elle choisit de les regrouper – solution qui avait déjà été utilisée pour l’attribution des dérogations. Les heures d’émission sont alors réparties entre plusieurs radios, sur la même fréquence. C’est ainsi que naissent Tropic FM, Fréquence Libre, Ici et Maintenant-Radio Gulliver-Pluriel FM… Toutes n’acceptent pas de cohabiter, surtout si les regroupements proposés sont parfois peu adéquats.

Les radios : mariage et divorce, Antenne 2 Midi, Antenne 2, 24 juillet 1982, 3mn59s

Reportage sur les dérogations accordées par le gouvernement pour émettre sur la bande FM parisienne. Ces mariages entre radios qui doivent utiliser une même fréquence sont plus ou moins bien vécus comme en témoignent Didier Varrod et Bertrand Mosca (Fréquence Gaie), Denys Didelon (Carol FM), Andrew Orr, Jean-Marc Fombonne, Karl Zero (Radio Nova).

Débat : Les radios Strasbourgeoises, chaîne indéterminée, Fonds Banques de programmes, 1984, 1h

Emission produite par Radio Bienvenue. Débat entre plusieurs radios strasbourgeoises pour envisager le regroupement des fréquences. Avec la participation des représentants de Radio régionale Dreyeckland, Radio Nuée Bleue, Radio Plus Schiltigheim, Radio Bienvenue

Tropic FM, Fréquence Libre, Compilation n°7 captations radios, Fonds Alain Léger, date indéterminée, 1h24

Compilation de programmes issus des regroupements Tropic FM et Fréquence Libre. Discussion sur Tropic FM autour de l’idée d’enquêter auprès des auditeurs sur ce qu’ils pensent de la station, suivie d’appels d’auditeurs et des propos de l’invité Antoine Othily. Débat sur Fréquence Libre à propos du financement des radios locales privées avec comme invité Pierre Bellanger (La Voix du Lézard).

Chaîne : Radios libres 

Hébergeur : YouTube 

URL :https://www.youtube.com/channel/UCpRmghRNKOtitXBUnq8cRtw/videos 

Archives sonores de l’historien des radios libres (et ancien animateur) Thierry Lefebvre : Fréquence Libre, radio Ici et Maintenant

Les sanctions pour non-respect des conditions d’émission : brouillage, fermeture exceptionnelle

Les modulations de fréquence et le brouillage, Le téléphone sonne, France Inter, 21 novembre 1984, 59 mn

Magazine présenté par Alain Bedouet. Stéphane Hessel, membre de la Haute Autorité, René Gaudin des services de la navigation aérienne et Claude Palmer de la Fédération Nationale des Radios Libres sont interviewés à propos des brouillages engendrés par les radios locales privées qui portent atteinte à Radio France voire à la navigation aérienne et à l’activité des pompiers. Ils souhaitent que les sanctions soient appliquées selon la loi. Participation par téléphone d’auditeurs représentants de radios libres.

Le 17 aout 1983, Carbone 14 n’est toujours pas autorisée, elle est la première radio saisie sous François Mitterrand. Au cours du mois d’août Radio Libertaire, Radio Voka, Radio Mouvance subiront le même sort.

Compilation [Nettoyage/Liberté] : [K7 18A.MP3 et K7 18B.MP3], Radio Carbone 14, Fonds Carbone 14, 17 août 1983, 1h34

Différents extraits d’émissions : annonce de Fréquence Gaie qui a récupéré la fréquence de Carbone 14, 97,2 MHz suivie d’un extrait de Radio Libertaire (avec Floréal Melgar) à propos de la saisie du matériel de Carbone 14 après l’intervention de la police. Les animateurs incitent les auditeurs à contacter Fréquence Gaie pour leur signifier leur désaccord et remettent en question la légalité des pratiques opérées par les radios locales qui émettent à une puissance hors limite.

Carbone 14, TF1 20 Heures le Journal, TF1, 17 août 1983, 1mn58

Reportage sur les locaux de Carbone 14 mis à sac par l’intervention de la police à la suite de la saisie du matériel de la station à Bagneux. Interview de Supernana (Catherine Pelletier) qui dit ne pas avoir été prévenue du risque d’intervention de la police.

Soirée de la radio « carbone 14 » à Nanterre, Inter actualités de 00h00, France Inter, 18 août 1983, 1mn

Interview du président du Comité riposte regroupant l’ensemble des radios non autorisées qui réagit à la saisie le matin même au matériel de la radio Carbone 14.

Saisie de six radios libres par la police judiciaire, Inter actualités de 19h00, France Inter, 20 août 1983, 1mn20s

Reportage. Après Carbone 14, six radios non autorisées ont fait l’objet de saisie de matériel. Parmi elles, La voix du Cèdre, financée par les Chrétiens libanais. Interviews du commissaire du 13ème arrondissement qui a mené l’opération et de Fouad Malek, responsable de la station.

Fonds d’archives écrites de la HACA, CNCL ou CSA

HACA 1982 – 1986 / Ministère de la culture et de la communication, Fonds CSA : versement 2009

Archives écrites. Cette unité se compose de dossiers documentaires produits par le service de documentation du CSA : un dossier consacré au Ministère de la Culture et de la Communication comportant des documents internes et des articles de presse, un rapport élaboré par Georges Fillioud en mars 1987 intitulé Le rôle et l’avenir de la radio-télévision nationale dans le développement de l’audiovisuel français  ; deux dossiers consacrés à la vie de la HACA (Haute Autorité de la communication audiovisuelle ; un mémoire de sciences politiques sur la Haute Autorité, et un dossier consacré à la Commission consultative pour les radios locales et la télédistribution privées.

Fonds CSA : versement 2010, 240 unités

Archives écrites. Versé par le Service de Documentation du CSA, ce fonds se compose de dossiers documentaires thématiques rassemblant articles de presse, textes législatifs et réglementaires, plaquettes institutionnelles, études du CSA et publications diverses.

Trois unités sont consacrées à la régulation de la bande FM.

Deux unités traitent du paysage radiophonique et des radios associatives.

Onze unités sont relatives aux réseaux de stations (de NRJ à Europe 1).

Deux unités abordent les radios locales privées (Radio K, financement des radios associatives, le syndicat des radios communautaires…)

Fonds CSA : versement 2012, 708 unités

Archives écrites. Versé par le Service de Documentation du CSA, ce fonds se compose de dossiers documentaires thématiques : articles de presse, textes législatifs et réglementaires, plaquettes institutionnelles, études et publications diverses.

Quatre unités concernent les radios locales privées (documents de 1985 à 1997).

Retour au sommaire

4 – L’appropriation progressive du paysage radiophonique par des réseaux de radios locales privées à vocation commerciale

Depuis 1981, les radios locales privées sont obligées d’avoir une structure associative afin d’obtenir éventuellement une autorisation et des subventions. Celles-ci sont souvent jugées insuffisantes par les stations interdites de diffuser des messages publicitaires. Elles se reposent essentiellement sur des bénévoles et se financent également par des dons, ventes d’autocollants, aides des collectivités, mais aussi par des messages publicitaires déguisés voire explicites.

Dès 1981, des stations à vocation commerciale, comme NRJ, apparaissent, rencontrent un succès important et s’imposent progressivement. Elles proposent un “confort d’écoute” pour des auditeurs généralement ciblés et fidélisés grâce aux animateurs qui les font intervenir à l’antenne ou gagner des cadeaux …

Le 4 avril 1984, après de multiples pressions, François Mitterrand déclare à une conférence de presse – alors qu’aucun processus législatif n’est engagé – être favorable à la diffusion de publicités sur les radios locales privées. La loi du 1er août 1984 entérine cette position et autorise la publicité. La fin d’une obligation de structure associative ouvre la voie aux radios commerciales qui peuvent faire de la radio locale privée une activité rentable : la puissance n’est plus limitée en pratique (décembre 1984) et les réseaux de stations (toujours interdits) se constituent déjà… L’interdiction de rachat de fréquences attribuées ne freine en rien certaines stations ou groupes à l’instar d’UGC et Jacques Séguéla qui rachètent la fréquence de Radio Megal’O pour créer Hit FM et développer un réseau à partir de mai 1986. Le système de franchise se développe (Fun Radio en 1985) et dès 1986, grâce à la diffusion par satellite, ces radios commerciales peuvent fournir leurs programmes nationaux à des stations locales.

La loi relative à la liberté de communication du 30 septembre 1986 dite « Loi Léotard » renforce cette dynamique en reconnaissant de fait les réseaux de stations. Elle acte la création de la Commission nationale de communication et des libertés (CNCL) qui succède à la HACA et donne de nouveaux outils au Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique (FSER) : les radios associatives peuvent désormais recevoir des subventions publiques même si elles diffusent des messages publicitaires à hauteur de maximum 20% de leur chiffre d’affaires.

Enfin, la loi dite « Loi Tasca » du 17 janvier 1989 crée le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) qui succède à la CNCL. Il est  notamment chargé de publier un appel aux candidatures pour l’attribution de fréquence, de veiller à l’intérêt du public et de sauvegarder le pluralisme. Le 29 août 1989, le CSA distingue cinq catégories de radios ; parmi elles, la catégorie « services commerciaux à vocation nationale thématique » pensée pour les réseaux de radios musicales.

Radios libres, TF1 Dernière le Journal, TF1, 4 avril 1984, 27mn

Interview de Georges Fillioud à propos de l’autorisation de la publicité sur les radios locales privées et des possibles répercussions sur la presse et les radios périphériques. Selon lui, l’arrivée de la publicité permet aux radios associatives de se partager les subventions en étant moins nombreuses. Interview du publicitaire Jacques Laurent qui évoque les nouvelles opportunités pour les annonceurs à condition que les audiences soient bonnes.

Conférence de presse de François Mitterrand, Inter actualités de 19H00, France Inter, 4 avril 1984, 1mn25

Compte-rendu de la conférence de presse de François Mitterrand. Extraits de ses propos concernant le plan sur la sidérurgie en Lorraine, suivie de sa déclaration en faveur de la publicité pour les radios libres.

Annuaire national de la FM tome 1, le fichier des radios, FM Magazine, Radiotelemedia, 1990, 218p.

Monographie. Annuaire des fréquences FM captées en France métropolitaine : recensement des 1203 radios locales privées commerciales, 311 radios associatives « non commerciales », 46 réseaux nationaux et régionaux, 16 régies spécialisées FM, ainsi que les radios publiques et périphériques.

Guide de la radio : toutes les fréquences FM, radio par radio, ville par ville, autoroute par autoroute, Télérama, 3 numéros, 1992-1996

Monographie. Guides des années 1992, 1995 et 1996 listant les fréquences FM des stations de radios selon leur localisation. Chaque réseau de stations est présenté.

Retour au sommaire

4.4 – NRJ, leader des radios commerciales

Jean-Paul Baudecroux fonde NRJ « Nouvelle Radio Jeunes » le 15 juillet 1981, dans une chambre de bonne qu’il loue rue Télégraphe afin d’y installer son studio sur un des points les plus hauts de Paris.

S’inspirant des radios américaines, la station à vocation commerciale se démarque des autres radios libres nées en 1981. Au tout début associative comme toutes celles autorisées, elle est animée par des bénévoles qui jouent une programmation musicale de tubes calquée sur le hit-parade à destination des jeunes. Jean-Pierre d’Amico est le premier directeur d’antenne et l’équipe se compose d’animateurs formés comme des professionnels (Mitsou, Jacky Gallois, Eric Perrin, Jean-Marc Laurent puis Marc Scalia) auxquels le public va s’attacher : ils proposent des émissions avec cadeaux à la clef, de la libre-antenne et reçoivent de nombreuses stars. Sa très grande puissance d’émission lui permet d’être audible et non brouillée dans toute la région parisienne.

Revendiquant plus d’1 million d’auditeurs en 1984, NRJ recrute le spécialiste américain Ted Ferguson qui fait évoluer la programmation musicale : plus de tubes, plus de ciblage de l’audience et moins de temps de parole pour les animateurs. La station profite également des changements législatifs et fait pression pour maintenir sa puissance d’émission, autoriser la publicité et former un réseau. Ce dernier se constitue très vite dès 1985 : vente de programmes, système de franchise… Elle rachète Gilda la Radiopolitaine en 1987 pour former un nouveau réseau, Chérie FM. Elle est encore aujourd’hui la première radio nationale thématique.

Dossier radios libres, 20H TF1 Le Journal, TF1, 5 avril 1984, 3mn45

A la suite de l’annonce par François Mitterrand de la prochaine autorisation de la publicité sur les radios libres, enquête dans la station NRJ : lancement de message publicitaire – encore interdit par la loi, interviews de Jean Paul Baudecrou et de Michelle Cotta, présidente de la HACA.

Nous jeunes : Les enfants de l’instant, TF1, 27 septembre 1987, 54mn

Emission de la communauté des télévisions francophones réalisée par Jean-Marc Leblon et consacrée à la « culture jeune » et ses problématiques. A propos de la culture musicale, gros plan sur la radio NRJ et le fonctionnement des radios musicales à vocation commerciale qui base leur programmation sur le Top 50. Interviews de Nicolas du Roy d’Europe 1 qui leur reproche leur manque d’originalité et de plusieurs chanteurs (Lio et sa sœur Hélèna, Etienne Daho, Indochine).

NRJ, le succès à tout prix, Planète, 9 mars 2004, 55 mn, 2 parties,

Documentaire en 2 parties de Rolland Allard qui relate la success story de NRJ : les débuts de la bande FM, l’émergence de la station, sa mutation en grand groupe commercial aujourd’hui incontournable dans le paysage audiovisuel français. Interviews de nombreuses personnalités (JP Baudecroux fondateur de NRJ, Georges Fillioud, chanteurs, …) et diffusion d’images d’archives.

NRJ, ma plus belle histoire, Dominique Duforest, Editions du Rocher, 1988, 201 p.

Monographie. Le célèbre interviewer de stars de la chanson et directeur d’antenne de NRJ Dominique Duforest revient sur son parcours au sein de la station.

NRJ, l’empire des ondes : dans les coulisses de la première radio de France, Aymeric Mantoux et Benoist Simmat, Mille et une nuits. 2008, 474p.

Monographie. Retour sur la success story NRJ, de la station FM au géant des médias et de la communication.

La célèbre manifestation de 1984 :

A la fin de l’année 1984, le PDG de Radio France Jean-Noël Jeanneney menace de porter plainte contre les radios libres. Conjointement, la présidente de la Haute Autorité Michelle Cotta annonce qu’elle souhaite sanctionner les grosses stations qui ne respectent pas les conditions d’émission (notamment la limite de puissance de l’émetteur et la fréquence attribuée). Le motif est le suivant : certaines stations perturberaient les autres fréquences, y compris les programmes de Radio France jusqu’au trafic aérien. NRJ est accusée d’émettre à 90kw, soit 180 fois la puissance maximale autorisée de 500 watts. Le 3 décembre 1984, la tentative de saisie de la station échoue grâce à la mobilisation des auditeurs et l’intervention de Dalida, proche du directeur d’antenne Max Guazzini, auprès de Jacques Attali, conseiller de François Mitterrand. Le lendemain 4décembre, la sentence de la Haute Autorité tombe : invoquant le non-respect de la loi du 1er aout 1984, 6 radios sont suspendues : TSF (93), NRJ, La voix du Lézard, Radio Libertaire, 95.2, Radio Solidarité. NRJ doit alors cesser d’émettre pendant 1 mois. La direction de la station, soutenue par d’autres radios, organise une grande manifestation dépolitisée : le 8 décembre, près de 300 000 personnes, majoritairement des jeunes, envahissent les rues de Paris pour protester contre la fermeture de NRJ.

Information : soutien NRJ, Fonds Alain Léger, date indéterminée, 44 mn

Compilation d’extraits – datant vraisemblablement de décembre 1984 – des radios NRJ, TSF, La Voix du Lézard, Radio Libertaire… Après l’annonce de la suspension des 6 radios par la Haute Autorité, réactions sur les antennes : un animateur de La Voix du lézard annonce que la « liberté de la FM est menacée », ceux de NRJ alertent sur une saisie imminente et appellent à la manifestation et à la création de comités de soutien.

Six radios privées Parisiennes suspendues par la Haute-Autorité, Inter actualités de 19h00, France Inter, 8 décembre 1984, 1mn45

Reportage sur la manifestation de soutien à la station NRJ qui s’est déroulée le jour même dans les rues de Paris. Interviews d’un manifestant et de René Duval, responsable de la communication auprès de la présidence de TDF.

Radios locales privées (2), Fonds CSA : versement 2012

Archives écrites. Cette unité rassemble notamment des documents relatifs à la régulation et le contrôle des programmes des radios locales privées par la HACA. Le dossier n° 756, rassemble des articles de presse sur les conflits entre radios et la suspension d’autorisation d’émettre de six radios parisiennes (1984-1986).

Retour au sommaire

4.2 – D’autres radios commerciales

  • RFM

Remercié par Radio 7, l’ex-directeur Patrick Meyer décide de créer le 6 juin 1981 la station RFM (acronyme d’inspiration américaine signifiant « Radio FM »). Première radio diffusée en stéréophonie, elle émet sans autorisation depuis le centre commercial de Vélizy 2. Sa programmation musicale alterne rock, variété internationale et jeune chanson française. Coluche en est l’un des animateurs vedettes. Ne respectant pas les puissances autorisées et diffusant de la publicité illégalement, elle est régulièrement brouillée. La radio est autorisée en 1984.

Radios libres, Antenne 2 Midi, Antenne 2, 24 juillet 1981, 2mn29

Reportage sur RFM : son installation dans le centre commercial, interviews de son cofondateur Jean-Louis Crocquet à propos de l’émetteur acheté en Allemagne et de Patrick Meyer qui explique les difficultés qui les attendent, à savoir de financer et de produire 24h/24h un programme qui corresponde à une attende du public.

Plateau COLUCHE, Antenne 2 Midi, Antenne 2, 12 octobre 1981, 44mn

Invité plateau de Philippe Labrot, Coluche commente l’actualité du jour. Il réagit au reportage consacré à RFM et au succès qu’elle rencontre, annonce sa participation en tant qu’animateur, défend le savoir-faire des radios qui selon lui ne s’achèterait pas et critique le pouvoir Mitterrandien pour ne pas avoir autorisé la publicité. Interviews des fondateurs de RFM Jean-Louis Croquet et Patrick Meyer qui justifient la diffusion de publicité – pourtant illégale – sur leur station, parlent de la programmation musicale et de leur recours du matériel professionnel.

RFM, TF1 13H, TF1, 16 novembre 1981, 29mn

Invité plateau d’Yves Mourousi, Georges Fillioud, ministre de la Communication, s’exprime sur la loi du 9 novembre 1981 portant dérogation au monopole d’Etat de la radiodiffusion. Il réagit au reportage consacré à RFM dans lequel s’expriment Coluche, animateur de la station et Jean-Louis Croquet.

Chaine : Rod Elby France

Hébergeur : Youtube

URL: https://www.youtube.com/channel/UCSzXtG9T_ER9rB36_jYBZGA/

Collecté depuis le 6 aôut 2021.

Le Youtubeur partage sa collection d’enregistrements de radios francophones et tout particulièrement les rediffusions d’émissions animées par Coluche, humoriste français et fervent défenseur des radios libres, sur RFM (ou “Radio FM”). Rediffusions des émissions L’humour continue pendant les travaux (1981) et le Club de la presse en 1983.

  • Radio Nova

Jean-François Bizot fait des études de chimie avant de travailler en tant que journaliste à l’Express en 1967. Envoyé aux Etats-Unis pour couvrir les festivals underground, il revient en France et reprend le fanzine Actuel pour en faire un magazine et fonde Nova Press en 1972. En 1981, il cofonde Radio Nova qui est dans la poursuite de Radio Verte. Partageant un temps sa fréquence avec Radio Ivre, elle prend le nom de Nova-Ivre puis de Radio Nova. Vivier de talents que l’on retrouvera à Canal + et sur l’ensemble du PAF, elle est axée sur les cultures émergentes et des nouveaux genres musicaux. On retient notamment la popularisation de la world music, traduite en français par « sono mondiale ». Radio Nova est collectée par l’INA au titre du dépôt légal depuis le 14 avril 2020.

Radio Carbone 14 : [C14K7 46A.MP3 et C14K7 46B.MP3], Radio Carbone 14, Fonds Carbone 14, date indéterminée, 1h18

Emission nocturne animée par Jean-Yves Lafesse sur Radio Nova en octobre 1984. L’animateur réalise plusieurs impostures radiophoniques et s’amuse à parodier Macha Béranger et des programmes érotiques

L’amicale du rire laïque, Génération radio libre, Canal+, 23 août 2001, 55 mn

Documentaire d’Etienne Labroue et Jean-François Bizot consacré à Radio Nova. Montage d’archives des meilleures émissions de la station et témoignages des anciens animateurs de la radio réunis pour l’occasion sur un même plateau : Aure Atika, Edouard Baer, Jamel Debbouze, Benoit Délépine, Jean-Yves Lafesse, Jean-Michel Lahmi, Bintou Simporé, Elie Semoun, Frédéric Taddei, Philippe Vandel, Karl Zero…

Jean-François Bizot, Une vie, une œuvre, France Culture, 23 février 2013, 1h01

Documentaire de Matthieu Garrigou-Lagrange consacré à la vie de Jean François Bizot (1944-2007), fondateur d’Actuel, de Radio Nova et de Nova Mag, promoteur de la « sono mondiale » et de nombreux autres genres musicaux. Témoignages de proches et anciens membres d’Actuel ou de Nova et de journalistes (Michel-Antoine Burnier, Frédéric Joignot, Bernard Kouchner, Léon Mercadet, Andrew Orr).

Le roman noir des radios libres !, Richard Gaité, Radio Nova

Collecté depuis le 12 janvier 2022.

Podcast 5 épisodes, réalisé par Guillaume Girault et Benoît Thuault, qui retrace, à partir d’un article oublié de Jean-François Bizot, la naissance de Radio Nova, de ses sœurs et de ses rivales sur la bande FM. Alternance de récits et de sons d’archives dont un extrait d’un entretien avec François Mitterrand, président de la République, qui a eu lieu en 1984.

  • Radio Cité future, La Voix du Lézard puis Skyrock

Station parisienne, Radio Cité Future est fondée le 10 mai 1981 par Pierre Bellanger et Alain Périssé ; elle prend peu après le nom de Cité Future. Ses programmes sont élaborés en collaboration avec le journal Le Monde. Subissant un brouillage intensif de la part des autorités, elle disparaît à l’automne 1981.

Extrait émission, interview, info concernant Cité future, Radio Liberté, Fonds Jean Marc de Felice, date indéterminée, 32mn

Compilation d’extraits d’émissions : programmes d’actualité concernant les radios libres et plus particulièrement les problèmes techniques rencontrés par Radio Cité Future.

Pierre Bellanger créé La Voix du Lézard le 18 janvier 1983. La radio émet depuis Neuilly-sur-Seine et partage quelque temps sa fréquence avec la radio traditionnaliste chrétienne Radio Solidarité, avant de s’en séparer. Elle fait partie des six radios suspendues par la Haute Autorité en décembre 1984. Pierre Bellanger commence à réfléchir à un éventuel réseau dès la fin 1984, alors que les publicités viennent d’être autorisées. En 1986, la station est transformée en un réseau nommé Skyrock.

[La voix du lézard] : [42A.MP3 et 42B.MP3], Fonds Carbone 14, 2 décembre 1981, 1h34

Emission humoristique avec la participation de José Lopez (Pascal Gilhodez), Robert Lehaineux (Michel Fiszbin) et d’autres animatrices du dimanche 15 mai 1983 de 11H17 à 13H00 : avis sur l’actualité, parodie d’un texte biblique, fausse interview d’un ministre, conseils sur la vie conjugale. Emission ponctuée de publicités déguisées et diffusion de disques du commerce

Extraits Skyrock : jingles, musique, Radio Voix du Lézard. Sky Rock, Fonds Alain Léger, date indéterminée, 31mn

Compilation de jingles de Skyrock notamment à ses débuts : annonce des programmes des anciens animateurs de La Voix du Lézard ; slogans interprétés par Alain Dorval, voix française de Sylvester Stallone (La FM des années 90, 96.1, la super radio) ; jingles inspirés par les films Indiana Jones, E.T., Rocky, 2001 : L’Odyssée de l’espace (Skyrock, le champ des étoiles) ; annonces des émissions de Géraldine (programme d’annonces coquines), de Jacky, Jean-Pierre Dionnet et Philippe Manœuvre.

JACKY show, TF1, 30 septembre 1987, 24mn

Jacky présente l’émission de variétés qui reçoit plusieurs groupes et chanteurs.  L’émission, sponsorisée par M&MS, est diffusée en simultané sur Skyrock.

La radio du futur : Les sept défis de la radio commerciale en France, Pierre Bellanger, Armand Colin, 1992, 314 p.

Monographie. Dans cet essai, Pierre Bellanger fondateur de Skyrock (ex La Voix du Lézard), présente les évolutions qu’il envisage comme bénéfiques pour les radios commerciales en France : mutations d’ordre technologique (DAB, satellite, compression sonore), économiques (personnalisation de masse), publicitaires (mesures de l’audience, concurrence, nouveaux modes de communication), sociologiques (changements démographiques, comportements des consommateurs).

Retour au sommaire

DEUXIEME PARTIE : APPROCHE THEMATIQUE

1 – Caractéristiques récurrentes des radios libres

1.1 – Une programmation musicale nouvelle et omniprésente

Un des points communs des radios libres réside dans une programmation musicale nouvelle et inédite, en rupture avec les stations publiques et périphériques du monopole. En multipliant le nombre de disques passés à l’antenne, le disc-jockey est un élément essentiel de la station (avant son éventuelle informatisation). Cet aspect musical des radios passe aussi par des habillages sonores (jingles, transitions…) très travaillés et souvent inspirés par les radios américaines ou offshore.

Plage musicale, jingles, chanson Cité future, Cité Future, Fonds Jean Marc de Felice, date indéterminée, 2mn 36

Jingle de Radio Cité Future.

Fonds Jean Marc Felice, 305 documents

Fonds d’archives sonores relatif au mouvement des radios libres versé par Jean Marc de Felice, ancien directeur des ressources techniques de Radio France, spécialisé dans l’installation de radios locales (de 1981 à 1983, ingénieur chez l’importateur de matériel radio Itelco).

Le fonds rassemble des enregistrements de Radio Paris 80, Radio Ivre, Radio Ici et Maintenant, Radio Gilda, Radio Caroline, Radio Verte, Radio SOS emploi… De très nombreuses archives concernent des radios indéterminées : programmes musicaux américains, portugais, libre-antenne…

Radio Verte : émission sur la musique punk le 26/12/1977, Radio Verte, Fonds Antoine Lefébure, 26 décembre 1977, 52mn

Enregistrements de deux émissions de Radio Verte. Antoine Lefébure anime un débat sur les radios libres et reçoit des représentants des partis politiques et stations et journaliste : M. Akoun (PSU), Radio Bastille (alors en préparation), Denis Caron (journal rouge). Alain Pacadis anime ensuite une émission musicale consacrée au mouvement Punk, et à l’année 1977. Diffusion de titres des Sex Pistols, des Clash, des Damned, Buzzcocks, Alternative TV, Heartbreakers, The Jam, The Only Ones, The Stooges…

Compilation Oblique FM : Sketchs Elisa et Gwendoline + émission musicale jazz, Fonds Francis Lattuga, date indéterminée, 1h32

Compilation d’émissions de Oblique FM : sketch d’Elisa et Gwendoline, suivi d’une programmation musicale consacrée au jazz. Diffusion des titres suivants : Dear Lori de Shades, Land of 1000 Dances de Chris Kenner, Drip drop de The Drifters, Willie And The And Jive de Johnny Otis, Makin’ Bacon de Johnny Houston, Colonial Mentaliuty de Fela Anikulapo Kuti, Soul Time de Bobby Timmons…

Musique, extrait émission sur le groupe Marquis de Sade, extrait magazine info, Radio Gilda, Fonds Jean Marc de Felice, date indéterminée, 45 mn

Programmation musicale de variété française, rock et jazz de la station Gilda la Radiopolitaine en 1981 (titres de Lou Reed, Jean-Marie Vivier, Edith Piaf, George Brassens, Lewis Furey, Mal Waldron, Kenny Clarke. Extrait d’émission sur le groupe Marquis de Sade.

Radio Plogoff : musique, interview, Radio Plogoff, Fonds Francis Lattuga, date indéterminée, 1h30

Rediffusion sur une station parisienne d’une retransmission du concert de Gilles Servat en Bretagne, capté par Radio Plogoff relayée à Paris. L’enregistrement témoigne d’interférences d’autres stations qui émettent sur une fréquence proche.

Plage musicale, Cité Future, Fonds Jean Marc de Felice, date indéterminée, 46mn

Plage musicale variée diffusée sur Cité Future : chansons italienne et ivoirienne, rock français (Karate (do) Rock de CharlElie, Mama Nouvelle Orléans de Jacques Higelin), pop anglo-saxonne (Bette Davies Eyes de Kim Carnes), rock américain (Passion de Rod Stewart), reggae, Rebel d’Alain Bashung, funk (Weekend in L.A. de George Benson).

Retour au sommaire

1.2 – Des radios de proximité

La distance relativement courte d’émission en FM (que la réglementation va tenter de limiter) oblige les stations à s’installer à proximité de leurs auditeurs, dans leur ville ou leur quartier : Radio 20 sur 20 (XXe arrondissement de Paris), Carbone 14 (XIVe arrondissement puis région parisienne), Radio Onz’Débrouille (XIe arrondissement de Paris), Radio 93 (Saint-Denis), Radio Chartres, Radio Vésuve (Caen)…

Radio 93 est créée par Jean Ducarroir et le collectif de Villetaneuse en juillet 1977. Son mot d’ordre est la libre-parole, la station aborde le quotidien des habitants, la mise en commun des idées et des moyens de production…

Les degling’s, Bande à part, Antenne 2, 15 mai 1978, 29mn

Yvonne Huriez, autrice du livre Pour Thierry à propos du suicide de son fils en 1972, est le sujet d’un reportage réalisé par Claude Massot. Après une présentation des cités de transit où elle vit, elle s’exprime sur une radio libre dans le cadre de « radio prolo » émettant qui émet depuis les locaux de Radio 93, à savoir la librairie Les degling’s que Yvonne Huriez possède.

Interview de Radio 93, musique : 18 mars 1980, Radio Paris 80, Fonds Jean Marc de Felice,18 mars 1980, 1mn

Extrait de Radio Paris 80 rediffusé par Radio Trans le 18 mars 1980. Jean Ducarroir et Patrick Farbiaz s’expriment à propos de l’émission en soutien à la famille de Lucien Melyon, jeune homme antillais tué par un vigile à l’entrée du concert de Peter Gabriel le 30 octobre 1977. Antoine Lefébure est mentionné pour avoir accepté que l’émetteur de 100 watts de Radio Verte soit utilisé.

De nombreuses radio locales, soucieuses d’installer un lien de proximité, ont émergé en régions. Quelques exemples :

Les radios locales privées, Visages du centre, FR3 Centre, 4 février 1982, 14mn

Reportage de Michel Grossiord. Présentation des radios locales situées en région Centre : Orléans FM, Radio Mary Poppins, Radio 45 (Orléans), Arc-en-ciel FM et Radio-Chartres, Transis’Tours… Interviews des fondateurs et du personnel de stations qui parlent du statut de bénévoles, des sources de financement telles que les subventions ou la publicité pourtant interdite, de la vocation commerciale naissante ou au contraire du refus du salariat et du professionnalisme.

Le financement des radios libres dans l’ouest, Magazine, France 3 Bretagne, 6 avril 1983, 9mn40

Reportage d’Emmanuel Yvon au sein des locaux de Fréquence Ille (Rennes), Radio Saint Malo, Radio Océan (Moëlan-sur-Mer), Radio Brest Atlantique, qui diffusent illégalement des messages publicitaires (souvent indirects) ou des programmes achetés par des groupements d’intérêt économiques.

Radio Alouettes FM, TF1 20H, TF1, 9 avril 1982, 3mn56

Reportage d’Alain Ammar sur la radio vendéenne Radio Alouettes, écoutée chaque jour par près de 400 000 auditeurs. Interview de Philippe de Villiers, son fondateur, qui explique ses stratégies d’autofinancement (associations dont celle du Puy du fou, caisses régionales du Crédit agricole et auditeurs via des cartes de fidélité, autocollants).

Retour au sommaire

1.3 – Laisser la parole aux auditeurs

Les radios libres ont reconfiguré le rapport aux auditeurs qui peuvent désormais prendre la parole à l’antenne : interpeller l’animateur sur un fait d’actualité, s’exprimer librement à propos de sujets tabous.

Les anonymes à la radio : usages, fonctions et portée de leur parole, Christophe Deleu, Médias recherches, INA, De Boeck supérieur, 2006, 232 p.

Monographie. Dans cet ouvrage adapté de sa thèse qui reçut le prix 2003 de la recherche de l’INA thèque, Christophe Deleu relit l’histoire de la radio à travers la parole des « anonymes », ceux qui parlent « en leur nom propre ».

Radio Thélème est fondée en 1981 par Paul Sigogneau, alors président de l’ALO. Elle émet depuis Paris et change de nom en août 1981 pour Radio Métropole, puis Radio Paris. Elle se revendique radio de libre expression.

Compilation Radio Thélème : 24 avril 1981, Radio Thélème, Fonds Francis Lattuga, 24 avril 1981, 1h27

Un auditeur vivant à Abidjan appelle, cloitré chez lui et parle de l’affaire politique des diamants de Bokassa.

Radio Carbone 14 : [Face A C14K7 14A.MP3 et Face B C14K7 14B.MP3], L’unique V – Diable au corps, Radio Carbone 14, Fonds Carbone 14, date indéterminée, 1h33

Générique du Diable au corps. Jean-Yves Lafesse et Régis Joffrey abordent « la Mort de madame Globo » et répondent aux auditeurs qui réagissent à cette fausse annonce de décès du personnage interprété par Philippe Debrenne.

Retour au sommaire

1.4 – Des radios militantes

Outil de communication et médium alternatif, les radios libres sont dès le début envisagées comme militantes. Elles permettent d’informer sur les manifestations, l’actualité des mouvements sociaux, les futures mobilisations mais aussi de fédérer des collectifs dans le cadre de conflits sociaux. Considérées comme des radios « d’intervention », nombreuses d’entre elles sont nées avec les mouvements d’écologie politique – comme les « radios vertes » – souvent en lien avec la lutte contre l’implantation de centrales nucléaires.

Ondes de choc : de l’usage de la radio en temps de lutte, InformAction, Claude Collin, L’Harmattan, 1982, 223p.

Monographie. Etude des radios libres et pirates créées lors de luttes sociales ou politiques (Radio-Renaissance au Portugal 1954-1975, l’explosion des radios libres en Italie en 1976-1877, les radios de lutte comme Radio Verte ou Radio SOS Emploi en France de 1977 à 1980).

Radio Plogoff (1980-1981) est créée à Plogoff (Finistère) par des militants antinucléaires pour protester contre le projet d’une centrale nucléaire. Elle prend l’antenne le 6 février 1980 et cesse d’émettre en juin 1981.

Radio Plogoff : interview auteurs du film Des pierres contre des fusils, Radio Plogoff, Fonds Francis Lattuga, date indéterminée, 28mn

Interviews de Félix et Nicole Le Garrec, réalisateurs du documentaire Plogoff, des pierres contre des fusils. Ils abordent la réception du film, son exploitation en salles, la présentation et les débats lors des projections, le budget du documentaire… Archives sonores de manifestations et d’affrontements avec la police.

Radio Larzac Libre est la station éphémère qui a émis l’été 1977 dans le cadre de la mobilisation contre l’agrandissement du camp militaire du Larzac.

Radio Larzac : 1ère, 2ème et 3ème émission : l’extension du camp militaire, Radio Larzac libre, Fonds Francis Lattuga, date indéterminée, 2h29

Enregistrements des trois premières émissions de Radio Larzac Libre. Reportage en direct du camp militaire du Larzac. Table ronde avec les élus de Millaud et des communes voisines à propos de l’aménagement du territoire par les militaires. Interviews d’habitants, d’un responsable de la lutte qui parle des chantiers organisés pendant l’été pour accueillir les militants, d’un responsable du comité de gestion du centre aéré de la Salvage à Millaud, qui se positionne vis à vis de l‘extension du camp militaire. Diffusion de titres musicaux (Chanson du Larzac, Aux armes et cætera de Serge Gainsbourg, Le déserteur de Boris Vian etc.).

Radio Larzac : 4ème émission : les prisonniers algériens au camp militaire, Radio Larzac libre, Fonds Francis Lattuga, date indéterminée, 1h12

Enregistrement de la 4ème émission de Radio Larzac Libre. Témoignages sur l’internement de prisonniers algériens au camp militaire durant la guerre d’Algérie et l’action d’une trentaine de volontaires qui avaient demandé à y être également internés. Un homme explique la torture pratiquée sur les détenus algériens. Un animateur s’exprime en arabe et diffuse quelques chansons en arabe.

Radio Libertaire est fondée le 1er septembre 1981 par la Fédération anarchiste.

Radio Libertaire les 10 ans, Radio Libertaire, 1er septembre 1991, Radio Libertaire, Fonds Alain Léger, 1er septembre 1991, 31mn

Enregistrement de Radio Libertaire consacrée aux 10 ans de la radio. Les invités Louis Capart, auteur-compositeur et Yves Peyrault, auteur de l’ouvrage Radio libertaire, la voix sans maître reviennent sur l’histoire de la station.

Radio libertaire : l’organisation d’une radio anarchiste 1978 – 1986, Félix Paties, Mémoire de Master 2 en Histoire et Audiovisuel de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, sous la direction de Pascal Ory, 2012, 494p.

Monographie. Ce mémoire (mention au Prix d’encouragement de l’INA thèque 2013) propose une étude de Radio Libertaire à partir de quelques archives d’émissions, d’entretiens et archives de la Fédération anarchiste.

Radio CGT 94 est créée en 1979 par l’union départementale CGT du Val de Marne :

Extraits Radio CGT 94 : musique, informations syndicales, jingle, Radio CGT 94, Fonds Alain Léger, date indéterminée, 16mn

Compilation d’extraits d’émissions de Radio CGT 94. Diffusion du bulletin d’informations syndicales de la mi-journée qui rend compte de la manifestation déroulée le matin à Nogent-sur-Marne pour accueillir Valéry Giscard d’Estaing, venu s’adresser aux congressistes de la Fédération nationale des clubs ruraux de personnes âgées. Diffusion du disque de Jean Ferrat Hou hou méfions-nous.

Politique du logement social, Radio CGT 94, Fonds Francis Lattuga, date indéterminée, 23mn

Sur CGT 94, débat entre responsables de la CGT sur la politique du logement social. Diffusion de la chanson Les enfants des promoteurs (1973).

L’archive débute par l’enregistrement d’une émission d’Europe 1 animée par Ivan Levaï qui reçoit le psychiatre Claude Olievenstein.

Créée le 22 février 1979 par les grévistes de la SFP (Société Française de Production), dont Francis Lattuga, chargé de production et proche de l’ALO, Radio Franche prend le nom de Radio Satellite puis Radio Images à partir de 1981.

Compilation Radio Images : Débat sur l’armée (1+2) : 4 juillet 1981, Radio Images, Fonds Francis Lattuga, 4 juillet 1981, 2h37

Débat au sein du studio de Radio Images à propos de l’armée et de la nomination du nouveau ministre de la Défense Charles Hernu : rôle dans les anciennes colonies, fichage des jeunes… La discussion est ponctuée par la diffusion de morceaux de rock.

Radio Solidarité est créée en août 1981 par Bernadette d’Angevilliers , ancienne journaliste de l’ORTF. Proche des partis de droite, la radio émet depuis la Tour Reflets dans le 15ème arrondissement de Paris. Dérangeant le pouvoir et émettant avec une puissance bien supérieure à la limite autorisée, elle est visitée par les services de police en août 1983 puis continue d’émettre. Devenue Radio Solidarité Libérale, le CSA lui enlève l’autorisation d’émettre en 1990.

Annonces, jingles, Radio Solidarité, Fonds Alain Léger, 1er juin 1981, 1mn

Annonces des programmes de Radio Solidarité et sa fréquence 89.800 qui débutent le 15 septembre : musiques, jeux, variétés, informations, tribunes ouvertes, conseils de vie pratique destinés aux femmes, actualités du quartier… La radio se revendique comme non conformiste, audacieuse, pas « au garde à vous ». Les jingles et annonces sont accompagnés de musiques. L’archive contient également des enregistrements de Radio Gulliver.

Compilation Radio Solidarité : intervention de police (x2), Radio Solidarité, Fonds Alain Léger, date indéterminée, 42mn

Bernadette d’Angevilliers annonce que la police est dans la Tour Reflets pour que Radio Solidarité cesse d’émettre, alors qu’elle dispose d’une dérogation. Après une saute, elle raconte en août 1983 l’intervention de police. Elle explique qu’elle ne peut émettre sur sa fréquence 103,9MHz car elle n’est pas audible et critique les choix du pouvoir en matière de répartition des fréquences.

Notes : l’archive rassemble plusieurs autres enregistrements : Amplitude FFI qui annonce reprendre ses programmes pour septembre, Canal 89 qui déclare ne pas pouvoir émettre sur sa fréquence 89 MHz.

Retour au sommaire

1.5 – Des radios communautaires

Les radios libres sont l’occasion pour des communautés (ethniques, religieuses, etc.) de communiquer directement avec leurs membres mais aussi d’émettre à destination d’un public plus large. Nombreuses de ces radios associatives, communautaires ou confessionnelles sont aujourd’hui encore actives (Radio Beur, Radio Occitania).

Radio Soleil Goutte d’Or est créée le 13 juillet 1981 après scission de Radio Soleil en deux entités (Radio Soleil Goutte d’or et Radio Soleil Ménilmontant). Installée au sein du quartier parisien de la Goutte d’or, dans les locaux du journal Sans frontière, elle a pour objectif de donner la parole aux populations immigrées. Elle est saisie le 7 octobre 1987, la CNCL ne renouvelant pas son autorisation.

Radio soleil, Les gens d’ici, Antenne 2, 3 décembre 1981, 12mn

Reportage de Philippe Alfonsi au sein des locaux de Radio Soleil. L’animateur et cofondateur Mokthar (Mohamed Bachiri) présente la station dédiée aux communautés d’immigration et aux français et décrit le matériel dont la radio dispose. Il critique les positions du parti Communiste jugées racistes. Les auditeurs appellent et sont interviewés à propos de la manifestation des Algériens en octobre 1961 à Paris. Témoignage de l’un d’entre eux, présent à cette manifestation et qui relate les violences dont il a été victime. Les animateurs sont émus.

Radio Soleil : 21 août 1981, Radio Soleil, Fonds Francis Lattuga, 21 août 1981, 1h

Diffusion de la chanson Felesten de Mohamed Abdel Wahab puis de musique rock. Paquita raconte des péripéties de son voyage à Cuba. Diffusion de musique cubaine.

Des radios juives

Quelques fréquences juives, La source de vie, TF1, 1er août 1982, 30mn

Magazine de Josy Eisenberg qui dialogue avec les représentants de quatre radios libres juives de Paris : Serge Hajdenberg (Radio J), David Rubinstein (Radio Shalom), Alexis Nouss (Judaïques FM) ainsi que Léon Israel (Radio Communauté). Ils reviennent ensemble sur la nécessité pour la communauté juive de créer ces stations, leurs spécificités et le regroupement éventuel des quatre stations.

Compilation Radio Shalom, Radio Shalom, Fonds Antoine Lefébure, date indéterminée, 1h31

Compilation de programmes de Radio Shalom,  « la voix de la paix ». Bulletins d’informations sur l’actualité en France et les élections municipales en Israël et réactions des auditeurs à propos de la victoire d’Ehoud Holmert à Jérusalem. Emission Mémoire et vigilance présentée par Claude Bochurberg qui reçoit Antoine Lefébure, auteur du livre Les conversations secrètes des Français sous l’occupation. Diffusion de publicités faisant la promotion d’évènements ou de produits israéliens ou à destination de la communauté juive.

Radio Mango est une radio libre antillaise créée en 1983 et qui émet au sein du regroupement Tropic FM qui rassemble six radios du Groupement de Radios d’Expression Noire (GRADEN).

Radio Mango : histoire d’une radio libre antillaise en région parisienne 1982-1992, Aude Désiré, L’Harmattan, 2010, 164 p.

Monographie. Pendant toute une décennie de 1982 à 1992, Radio Mango, sur Tropic FM, a combattu à la fois les stéréotypes habituels de la société d’accueil sur les Antilles mais aussi les tentations doudouistes et assimilationnistes de certains acteurs de l’époque, en proposant une culture de l’excellence mise à portée de tous les auditeurs. Cet ouvrage permet de visiter l’histoire culturelle des migrants antillais à travers une des six radios qui émettaient sur une même fréquence.
L’auteure a choisi d’analyser certaines émissions de Radio Mango comme lieu d’observation des dynamiques migratoires à la fois culturelles, sociales et politiques (histoire de l’esclavage, discriminations sournoises, Négripub…).

Radio Notre Dame est une station de la communauté catholique fondée à Paris en 1981 à l’initiative du cardinal Lustiger, archevêque de Paris. Elle partage la même fréquence que Fréquence Protestante.

L’émission radio Le téléphone du dimanche, Des Chrétiens dans la guerre d’Algérie, France 2, 10 juin 2012, 2mn35

Reportage consacré à l’émission Le téléphone du dimanche de Radio Notre Dame. Depuis 30 ans, c’est une heure trente de libre antenne qui permet aux conjoints, aux parents, aux enfants ou amis de personnes incarcérées de leur donner des nouvelles et de laisser des messages. Interviews d’animateurs et d’auditeurs.

Journée de programme de Radio Notre Dame du 02 septembre 2020, Radio Notre Dame, 2 septembre 2020, 23h59

Captation de la journée de programmes de Radio Notre-Dame du 2 septembre 2020.

Les programmes de Radio Notre Dame sont collectés par l’INA au titre du dépôt légal depuis le 19 mai 2020.

RCP (Radio Club Portugais ou Radio Communauté Portugaise) créée en mars 1983 est la première radio locale à destination de population lusophone de la région parisienne. Saisie en 1984, elle disparaît à l’été 1987.

Plage musicale RCP, débat sur les radios, RCP (Radio Communauté Portugaise), Fonds Alain Léger, date indéterminée, 25mn

Diffusion d’une programmation musicale de titres portugais (Zumba na caneca de Tonicha, Qual é a tua, ó meu de José Mário Branco, etc.) suivie d’un débat sur l’attribution de fréquences aux radios locales (extrait probablement diffusé sur une autre station).

Extraits Micro 6, RFM, Radio Soleil, RCP, Compilation n°1 captations radios, Fonds Alain Léger, date indéterminée, 25m          

Jingles, morceaux et annonces sur RFM puis Radio Soleil 94 (Val de Marne). Annonce de Radio Communautaire Portugaise diffusée en région parisienne sur la fréquence 99MHz. Diffusion de chansons portugaises et annonce en portugais.

Radios locales privées (4), Fonds CSA : versement 2012

Archives écrites. Le dossier n°761 de cette unité rassemble des articles de presse du début des années 1990 sur les radios communautaires : communauté asiatique (Radio Asie), juive (fréquence partagée 94.8), chrétienne (Fréquence protestante et Radio Notre Dame), musulmane (Radio Orient, Radio Islamique France…). S’y ajoutent : un document du CSA sur la répartition sur le territoire des radios confessionnelles, un atlas des radios chrétiennes de 1993 édité par le Centre d’Information et de Documentation Religieuses et le compte-rendu du 1er Congrès International des Radios Chrétiennes tenu les 15 et 16 mai 1987 par la Fédération Française des Radios Chrétiennes à Paris (101 pages).

Retour au sommaire

2 – Créer une station : à portée de main ?

De nombreuses sources écrites témoignent de l’un des aspects liés à la démocratisation du médium radiophonique, à savoir la mise en avant de son accessibilité et le partage d’un savoir-faire technique (achat ou construction du matériel, technique radiophonique, …).

Le haut-parleur, Publications Georges Ventillard, mars 1957 – juin juillet 1999, 394 numéros

Collection de périodiques. Revue technique de vulgarisation radio et télévision mensuelle consacrée au son. Plusieurs numéros évoquent les appareils qui permettent d’émettre ou de recevoir la FM ; d’autres abordent les tuners FM ou vulgarisent la technique des émetteurs en modulation de fréquence (n°1385 ou n°1525 du 6 novembre 1975 intitulé Spécial radio commande qui décortique l’émetteur Multiplex Royal FM 5+2).

La radio ? mais c’est le diable !, La Radio Technique Compelec, 1977, 64p.

Monographie. Manuel réalisé par Radio Onz’débrouille à l’attention des personnes qui souhaitent créer une radio libre. Il aborde la législation, les institutions françaises de télécommunications, des exemples de radios (Radio Alice, Radio Stockholm), la radiogoniométrie, la situation en Italie, l’avantage de la bande FM ainsi qu’un tutoriel pour la réalisation d’un émetteur complet.

Les radios libres, Collectif radios libres populaires, Petite collection Maspero, 1978, 111p.

Monographie. Après avoir présenté le paysage radiophonique français et les revendications en matière de liberté d’expression, l’ouvrage explique comment fonctionne la radiodiffusion. Avec une approche technique, le livre propose au lecteur d’apprendre à créer sa station à travers des exercices sur un petit émetteur et son fonctionnement, une antenne, un récepteur…

L’annuaire national de la FM tome 2 : Technic’FM, Officiel’FM, Music’FM, adresses utiles Pub’FM, instituts de sondages,…, FM sur minitel, FM Magazine, 1991, 74p.     

Monographie. Véritable guide mode d’emploi pour les radios réunissant tous les renseignements utiles de la création à l’organisation et à la gestion d’une radio locale privée (conseils sur le matériel, références musicales, textes législatifs, rémunérations publicitaires, instituts de sondages…). 

Fonds Christian Lhombreaud, 46 unités, 1929-2003

Archives écrites. Fonds constitué par Christian Lhombreaud, ingénieur de Thomson. Ces archives privées concernent la technique audiovisuelle (radiophonique comme télévisuelle) et rassemblent des monographies spécialisées, des collections de périodiques français et étrangers, brochures, cartes et autres documents professionnels. Plusieurs dossiers concernant la bande FM (coupures presses, brochures de TDF sur des émetteurs, du matériel) : n°21, 22, 28, 48, 58, 59, 60, 61, 86.

Radios libres : divers documents (2), Fonds Antoine Lefébure : versement 2013

Archives écrites. Le dossier n°12 de cette unité contient des documents sur les radios clandestines en France et à l’étranger (Allemagne, Italie, Grande-Bretagne, URSS…), mais aussi de la documentation technique sur les radios FM : liste de l’équipement audiofréquence d’une station radio simplifiée ainsi qu’une pochette contenant des notes manuscrites sur la fabrique d’émetteurs, avec des schémas.

Retour au sommaire

3 – Le mythe des « radios libres » : mémoire, imaginaire, représentations

Radios de contestation, souvent illégales, les radios libres ont suscité la construction de représentations autour des pionniers qui les ont créées, de leur pratique radiophonique et des programmes diffusés sur les ondes.

3.1 – Construire l’histoire des radios libres

  • Les « radios libres », un objet d’étude

Histoire des radios libres, La fabrique de l’histoire, France Culture, 4 émissions, 8-11 janvier 2007, 55mn

Magazine. Au cours de ces quatre émissions, Emmanuel Laurentin reçoit des chercheurs pour revenir sur l’histoire des radios libres : Jean-Michel Galabert, ancien président de la Commission consultative évoque la mise en place des radios libres et leur autorisation (1ère émission) ; l’historien Claude Pennetier aborde Radio Libertaire (2ème émission) ; le sociologue Patrice Flichy revient sur l’innovation technique du transistor et de la FM (3ème émission) ; débat historiographique entre Jean-Jacques Cheval, Robert Pro, Thierry Lefebvre et Ingrid Hayes (4ème émission).

Eldoradio, Les passagers de la nuit, France Culture, 14 avril 2011, 29 mn

Magazine. A l’occasion des 30 ans de la libération de la bande FM, Thierry Baumgartner s’entretient avec Joëlle Girard (archiviste et documentaliste) et l’historien Thierry Lefebvre pour parler de l’exposition de Betonsalon consacrée aux radios libres. Diffusion d’archives sonores de Radio Caroline, Radio Verte Fessenheim, Radio Active, Ici et Maintenant, NRJ.

Les radios libres, La marche de l’histoire, France Inter, 9 mai 2011, 28mn

Documentaire. Jean Lebrun s’entretient avec l’historien Thierry Lefebvre sur la genèse des radios libres. Diffusion de nombreuses archives sonores de Radio Verte, Radio Ivre, Radio Paris 80, Radio Solidarité, Carbone 14

Radiography

URL : http://radiography.hypotheses.org/

Collecté depuis le 20 mai 2013

“Radio Graphy, le carnet de recherche du GRER” met en ligne les publications du Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER), une association scientifique pour la promotion de l’étude du média radio fondée en 2005.

Thierry Lefebvre blogspot

URL : http://thierry-lefebvre.blogspot.com/

Collecté depuis le 3 septembre 2010

Blog de l’historien des radios libres Thierry Lefebvre, qui y publie les actualités de ses recherches, mais aussi des archives souvent en rapport avec les radios libres.

Cahiers d’histoire de la radiodiffusion, Comité d’histoire de la radiodiffusion, dir. de publication Roger Pradalie, 132 numéros, 1982-2019

Collection de périodiques. Publication trimestrielle du Comité d’Histoire de la Radiodiffusion sous la forme d’un dossier (souvent axé autour d’une année radiophonique), de témoignages d’anciens professionnels de la radio, de portraits, de descriptions de métiers ou d’émissions…

Dans cette revue, 67 numéros de L’année radiophonique couvrent les années 1921 à 1987 et 3 numéros spéciaux sont consacrés aux radios locales, radios libres et pirates et à la bande FM.

RadioMorphoses, Groupe de Recherches et d’Etudes sur la

Radio, mai 2016 –

URL : http://www.radiomorphoses.fr/

Autrefois disponible sur : https://radiography.hypotheses.org/

RadioMorphoses est une revue scientifique semestrielle francophone éditée par le Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER). Dédiée aux études radiophoniques et sonores et diffusée en version numérique, elle rassemble des recherches théoriques et pratiques sur les contenus, les technologies, l’économie, les usages, les pratiques et la création radiophonique. De nombreux articles du chercheur Félix Patiès sont consacrés aux radios libres.

Notes : la collection est disponible à la consultation sous format PDF depuis la base Sources écrites (numéros jusqu’à mai 2019) puis accessible via l’archive Web media.

F.M. : La folle histoire des radios libres, Annick Cojean, Franck Eskenazi, Grasset, 1986, 333p.

Monographie. Ouvrage de référence et contemporain de l’éclosion des radios libres, des journalistes Annick Cojean et Frank Eskenazi.

L’histoire des radios pirates. De Radio Caroline à la bande FM, Daniel Lesueur, Camion Blanc, 2011

Monographie. Le journaliste musical Daniel Lesueur retrace l’histoire des radios pirates (françaises, anglaises, scandinaves, italiennes, israéliennes) qu’il lie par une définition extensive aux radios libres autorisées à partir de 1981 en France. Il revient notamment sur Radio Northsee International, la rivalité entre les radios musicales, les différents modèles de radios pirates selon les pays.

Radios libres, 30 ans de FM : La parole libérée ?: acte de colloque, Université Paris Diderot, 20 – 21 mai 2011, Les médias en actes, INA, L’Harmattan, 2011, 280p.

Monographie. Ouvrage dirigé par Thierry Lefebvre et Sébastien Poulain, à l’issue du colloque international organisé par le Groupe de recherches et d’études sur la radio (GRER) en partenariat avec l’Université Paris Diderot, à l’occasion du trentième anniversaire de la fin du monopole de la radiodiffusion. Le livre aborde l’historiographie des radios libres et la sémantique de l’expression « radios libres », tout en proposant des articles sur l’histoire des radios libres françaises et étrangères. Il contient une chronologie et un article bibliographique sur les radios libres.

Penser l’histoire des médias, CNRS Alpha, CNRS Editions, 2019, 276p.

Monographie. Ouvrage rédigé par 64 chercheurs et dirigé par Claire Blandin, François Robinet et Valérie Schafer avec la collaboration d’Emmanuelle Fantin. Publié à la suite du Congrès international de la Société pour l’histoire des médias tenu en 2016, il présente les spécificités et l’utilité sociale de la recherche sur les médias.

Trois articles traitent des radios libres : Le renouveau de l’histoire de la radio (Etienne Damone et Jean-Jacques Cheval) ; La fabrique de l’histoire de la radio nocturne (Marine Beccarelli) ; L’étude des radios libres à partir des années 1970 (Félix Patiès).

Radio Amiens 94 MHz : Un modèle pour l’histoire des radios libres ?, Jean-François Leblond, Jean-Michel Héniquez, Patrice Roger, Témoins du Temps, Les Soleils Bleus Editions, 2019, 296p.

Monographie. Ouvrage dirigé par deux fondateurs de la radio libre Radio Amiens qui émet de 1981 à 1994. S’appuyant sur cinquante témoignages parmi les deux cent personnes qui ont participé à cette aventure radiophonique, les auteurs souhaitent montrer en quoi cette radio est un exemple de l’évolution législative des années 80 au profit des réseaux de radios commerciales.

Retour au sommaire

  • Les documentaires
La déferlante des radios libres, L’écho du siècle : cent ans de radio et de télévision en France, La Cinquième, 22 février 2000, 13 mn, série documentaire (26 épisodes)

Huitième épisode de cette série documentaire présentée par Jean-Noël Jeanneney (PDG de Radio France dans les années 1980) qui revient sur l’histoire des radios libres. Avec des images d’archives et des interviews filmées de George Fillioud, Jean-Yves Lafesse, Gabriel de Broglie et Michèle Cotta, il aborde les évolutions de la radio depuis la libération des ondes jusqu’à l’autorisation de la publicité.

Liberté pour les radios, Galilée. L’esprit des lois, La Cinquième, 30 mai 2000, 13mn

Presque 20 ans après la libération de la bande FM, ce documentaire d’Alain Passerel présente le paysage actuel des radios françaises hérité des radios libres et de la libération des ondes par François Mitterrand. Alternance d’archives et d’interviews des animateurs Guenaëlle Blanchet (Radio Campus), Michael Youn (Skyrock), Georges Fillioud, ancien ministre de la Communication et Pierre Bellanger, fondateur de Skyrock.

Libre antenne, Génération radios libres, Canal+, 23 août 2001, 51 mn

Documentaire réalisé par Matthias Sanderson et écrit avec Antoine Lefébure. A partir de nombreuses archives audiovisuelles, le film dresse un historique des radios libres et de leur évolution : la bataille des radios libres de 1977 à 1981 et la libération des ondes, le double jeu des techniciens de Radio France et de TDF, la répression à l’encontre des radios libres, la manifestation organisée contre la condamnation de NRJ et enfin l’évolution des stations depuis les années 1980. De très nombreux pionniers des radios libres sont interviewés (Michel Fiszbin, Andrew Orr, Patrick Vantroeyen…)

Big Bang sur la FM, France 5, 13 juin 2006, 51mn

A l’occasion des 25 ans de la suppression du monopole d’Etat sur la radiodiffusion, ce documentaire à base d’archives de Rémy Devèze dresse l’historique des radios libres et pirates. Il traite des radios offshores anglaises jusqu’aux réseaux de radios privées commerciales françaises et revient notamment sur les luttes des syndicaux, mouvements écologistes et entrepreneurs pour revendiquer le droit d’émettre et d’être financées par la publicité. Interviews de nombreux pionniers des radios libres (Antoine Lefébure, Jean-Paul Beaudecroux, fondateur de NRJ), des journalistes, animateurs (Karl Zero, etc.) et historiens (Thierry Lefebvre).

Radios libres, Mythologies 80 = Mythen der 80er, ARTE, 5 août 2009, 5mn

3ème numéro de la série documentaire Mythologies 80, réalisée par Pascal Dupont, diffusée durant l’été 2009 dans le cadre de la saison de programmation ARTE 80 et inspirée par les écrits de Roland Barthes. Jean-Yves Lafesse et Antoine Lefébure sont interviewés et reviennent sur le début des radios libres en France.

La Libération des ondes, Soirée spéciale 1944 La Libération, Toute l’Histoire, 22 août 2014, 55mn

Documentaire sur l’histoire de la « libération » de la radio et de la télévision, depuis la première guerre mondiale. En fin de programme, 7 minutes sont consacrées aux radios libres qui sont mises en perspectives avec les radios des années 1920. Les épisodes de Radio Riposte et la victoire des radios commerciales sont abordés ; Jean-Louis Bessis (avocat des radios libres) et Jean-Noël Jeanneney (historien et ancien président de Radio France) sont interviewés.

Retour au sommaire

  • Les magazines, débats et reportages à forte dimension rétrospective

Nuits magnétiques, France Culture, 18-21 juin 1991, 4 émissions, 1h18

Magazine produit par Andrew Orr rassemblant des interviews et des archives sur l’histoire bande FM, de 1970 à 1991. Le découpage en quatre émissions correspond à une chronologie :

Le Palais de Gruyère ou la Radio des années 1970 : 1970-1975

La guerre des ondes : la Radio des années 1975-1981

J’ouvre la fenêtre et j’écoute le monde : la Bande FM 1981-85

La bande FM de 1985 à nos jours : le temps du formatage

Jacques Villeret, Merci et encore bravo, Antenne 2, 19 septembre 1991, 51mn

Après la diffusion d’un télé-trottoir sur les radios périphériques et privées, Jean-Yves Lafesse est reçu sur le plateau de Christine Bravo. Il évoque ses débuts à Carbone 14.

Radio-folie, Antenne 2, 22 octobre 1991, 1h17

Après la diffusion du film de Barry Levsion Good morning Viêt Nam, Daniel Bilalian anime ce débat autour des radios libres et ce qu’elles sont devenues 10 ans après leur création. Avec la participation de : Brice Lalonde (fondateur de Radio Verte et membre du gouvernement), Claude Villers (Pacific FM), les ex-animateurs de Carbone 14 Jean-Yves Lafesse et Super Nana, Max Guazzini (directeur de NRJ). Franck Eskenazi (journaliste), Roland Faure (CSA), Didier de Plaige (Ici et Maintenant !), Pascal Petit (journaliste), Pierre Belanger (Skyrock), Yves Bigot (France Inter), Marc Garcia (Europe 2), Jean Maillet (radios associatives). Diffusion d’archives.

Les radios libres, L’histoire en direct, France Culture, 3-10 novembre 1997, 2 émissions, 58mn

Magazine présenté par Emmanuel Laurentin. La 1ère émission est un montage d’entretiens consacré aux radios libres sur la période de 1977 à 1981 : avec Jacqueline Baudrier (Radio France), Andrew Orr (Radio Nova), Antoine Lefébure (Radio Verte), Richard Adaridi (animateur), Jean-Philippe Lecat (ministre de la Communication), Christophe Bourseiller (historien), Marcel Trillat (journaliste à LCA). La 2ème émission est un débat sur l’autorisation des radios libres en radios locales privées de 1977 à 1984, la régulation et les radios commerciales. Il rassemble Georges Fillioud (ministre de la Communication), Pierre Bellanger (La Voix du Lézard, Skyrock), Floréal Melgar (Radio Libertaire), Antoine Lefébure et Annick Cojean (journaliste)…

Max Guazzini et Jean-François Bizot, Nulle part ailleurs soir, Canal+, 4 juin 2001, 1h26

A l’occasion des « 20 ans » de la bande FM, Thierry Dugeon reçoit Max Guazzini (patron du groupe NRJ) et Jean-François Bizot (cofondateur d’Actuel et du groupe Nova).

La naissance des radios libres, 2000 ans d’histoire, France Inter, 29 novembre 2001, 26mn

Patrice Gelinet reçoit George Fillioud pour parler de la naissance des radios libres. Les archives sonores sont extraites du disque Histoire sonore de la FM – Le disque des radios libres (2 volumes) de Pierre Adaridi et Christophe Bourseiller.

Que reste-t-il du temps des radios pirates ?, Mégahertz, France Culture, 17 juillet 2010, 59mn

Magazine. Joseph Confavreux reçoit le pionnier des radios libres Antoine Lefébure, l’historien Thierry Lefebvre et Floréal Melgar de Radio Libertaire pour évoquer l’histoire des radios pirates.

1964-1983, les pirates des ondes, Métronomique, France Culture, 6 mai 2017, 59mn

Emission à base de disques d’Amaury Chardeau. Retour sur l’apparition et l’essor en Europe des radios pirates et des radios libres. Diffusion d’archives (extrait d’une émission commune entre Radio Onz’Débrouille et la radio féministe Les Nanas Radioteuses et de morceaux musicaux de la période 1964-1983.

MAX & MARC SCALIA ! – LA MAX RADIO, 25 mai 2017, 1h59

Hébergeur : Youtube

Chaîne : La MAX radio

Marc Scalia, célèbre animateur de NRJ de 1984 à 1996 est invité à la web-radio MAX radio pour livrer ses souvenirs les plus marquants de la station. Il évoque la rupture de la programmation et du style radiophonique en 1984, la façon de diriger de Max Guazzini, président du directoire du groupe de radios NRJ (1985-2004), le duplex entre Arthur et les Pirates (Europe 1) et le poisson d’avril organisé par les animateurs Mitsou et Debanne (NRJ) du 1er avril 1994…

Retour au sommaire

  • Le souvenir des radios libres entretenu par ceux qui les ont faites

Mémoire des deux rives : entre médias et pouvoirs, Georges Fillioud, Editions du moment, 2008, 297 p.

Monographie. Georges Fillioud, ancien ministre de la Communication, revient sur sa carrière : journaliste à Europe n°1, entrée dans la vie politique et le gouvernement, travail autour de l’autorisation des radios libres en 1981 et 1982, choix de Michèle Cotta à la tête de la HACA, création de Canal+, privatisation de TF1, nomination à la présidence de l’INA. A travers cet ouvrage, il explicite son rapport à la liberté d’expression, qu’il s’agisse de celle de la presse comme celle des citoyens.

Je ne suis pas un saint, Max Guazzini, Editions Robert Laffont, 2017, 344p.

Monographie. Autobiographie de l’ancien directeur de NRJ et avocat de la station à ses débuts dès 1982. Il y aborde sa passion pour la chanson, son parcours à NRJ, sa relation avec Dalida, etc.

T’es habillé comme tout le monde mais tu ressembles à personne !, Sébastien Cauet, Robert Laffont, 2019, 384p.

Monographie. L’animateur trublion à succès revient sur son parcours à la télévision et à la radio et ses débuts au sein de radios locales (Radio Pholie, 91,4 FM, CSM Picardie, NRL) puis des radios privées à vocation commerciale (Fun Radio, NRJ et Europe 2/Virgin Radio).

Karl Zéro balance tout, Karl Zéro, éditions Télémaque, Plon, 2019, 270p.

Monographie. Le célèbre journaliste et animateur revient sur ses quarante ans de carrière et aborde notamment sa relation professionnelle avec Jean-François Bizot à travers son travail pour le magazine Actuel et Radio Nova dans les années 1980, mais aussi son parcours à RFM, Fun Radio, TF1…

Des sites internet réalisés par des particuliers proposent souvent des archives inédites (sonores, vidéos, photographies) et autres informations sur des stations FM parfois méconnues.

Schoop.fr, « La mémoire de la FM ».

URL : http://www.schoop.fr/

Collecté depuis : 22 mai 2004

Site internet créé par des passionnés de la radio (notamment Alain Léger, co-fondateur de Radio Onz’Débrouille). Il propose à ce jour plus de 5000 fiches sur des stations de radios auxquelles les internautes sont appelés à contribuer par l’ajout de ressources ou d’informations. Les documents sont informatifs ou multimédias (logos, archives sonores, photographies…).

Antoine Lefébure

URL : http://www.antoinelefebure.com/

Collecté depuis le : 28 mai 2012

Blog d’Antoine Lefébure, pionnier des radios libres, historien des médias et auteur d’ouvrages sur l’histoire de la communication sur lequel il publie des articles en rapport ses publications et des travaux de recherche.

La bande FM du Loiret

URL : http://www.labandefmduloiret.fr/

Collecté depuis le : 28 mars 2012

Site internet consacré aux radios FM du département du Loiret, qu’elles soient encore actives actuellement ou disparues. Présentations des stations, témoignages, et archives photographiques, articles de presse…

Chaîne : Vocast – Des ondes

Hébergeur : Youtube

Collecté depuis le 2 septembre 2021

Chaîne “Vocast” dédié à ” la radio d’hier, d’aujourd’hui et de demain”. Mise en ligne de podcasts consacré à la radio FM et aux archives radiophoniques enrichies par des interviews de personnalités de la radio et de podcasteurs.

Retour au sommaire

3.2 –  La persistance des radios libres dans l’imaginaire fictionnel

  • Films de cinéma, téléfilms et séries télévisées

Moi vouloir toi, MCM, 21 mai 2002, 1h30

Long métrage de Patrick Dewolf sorti en 1985. Patrick Montanet (Gérard Lanvin), animateur de la radio NRJ et Alice (Jennifer Lanvin), directrice artistique de groupe de rock vivent un coup de foudre, malgré leurs professions différentes. Film réalisé avec le concours de NRJ : les logos et son habillage sonore sont utilisés, ses locaux reproduits pour décor. Elle était alors à l’époque la plus puissante des radios locales privées.

Les cent pas, ARTE, 1er novembre 2005, 1h45

Long métrage de Marco Tullio Giordana sorti en 2000. Ce biopic revient sur la vie de Peppino Impastato, communiste sicilien assassiné en 1978 en partie à la suite de son activité sur la radio libre Radio Aut où il dénonçait les agissements de la mafia.

L’anniversaire, Canal+, 23 septembre 2006, 1h35

Long métrage de Diane Kurys sorti en 2005. Raphaël (Lambert Wilson) magnat de la téléréalité reçoit un tapuscrit qui relate ses débuts dans une radio libre et les combats menés à l’époque avec ses camarades pour la libre parole. Il décide de réunir ses mêmes amis pour son anniversaire. Le scénario s’inspirerait de l’aventure de la station parisienne Radio Ivre.

Good Morning England, Canal +,13 avril 2010, Canal+, 2h10.

Titre original :The Boat that Rocked. Long métrage de Richard Curtis sorti en 2009 avec Philip Seymour Hoffman, Bill Nighy, Rhys Ifans, Nick Frost et Tom Sturridge. En 1966, Carl est envoyé sur le bateau de son parrain qui dirige la célèbre radio pirate Radio Rock et y rencontre tout l’équipage de disc-jockeys. Le film s’inspire largement de l’histoire Radio Caroline et de celle de l’histoire des radios pirates offshores britanniques. De nombreux tubes pop des années 1960 illustrent la bande son.

Spécial Shadows Radio Flamant Rose, Macadam, FR3, 15 juin 1984, 1h01

Emission de variétés scénarisée, créée et réalisée par Pascal Danel qui y interprète également un rôle. Dans cette fiction, une auditrice d’une radio fictive camarguaise Radio Flamant Rose (dont le studio est installé dans une roulotte) gagne à un jeu-concours et choisit de passer un week-end avec le groupe The Shadows. L’émission est alors ponctuée par des séquences musicales interprétées par les groupes Magazine 60 et The Shadows.

Fréquence malédiction, Madame et ses flics, FR3, 20 décembre 1985, 1h01, épisode 5 sur 12

Cinquième épisode de la série Madame et ses flics créée par Richard Caron. Eugène Colmar anime la radio libre pour séniors Fréquence Vermeil et partage son local avec Ici Tahiti et Shalom FM. Le studio est envahi par un commando australien qui prend en otage le personnel et réclame l’arrêt des essais nucléaires français dans le pacifique. La commissaire Lorraine, fille d’Eugène, doit trouver une solution. Avec Françoise Dorner, Erick Colin, Jean-Pierre Castaldi…

Amour, amitié et radio libre, ARTE, 29 septembre 2001, 1h34

Téléfilm hongrois réalisé par Tamás Sas en 1999. Max et Pípí sont deux amis animateurs d’une radio pirate (Kalózok) qui émet depuis une fourgonnette à Budapest. L’administration leur refuse un jour l’autorisation officielle d’émettre…

Les frileux, France 3, 30 janvier 2010, 1h43

Téléfilm de Jacques Fansten. Sophie Dornival (Maruschka Detmers) revient dans la petite ville de sa jeunesse, Pont-Adrien, pour enquêter sur a mort de son premier amour. Elle y retrouve ses anciens complices (Frédéric Pierrot et Philippe Faure) avec lesquels elle avait fondé une radio libre dans les années 80, Radio La Frile.

Les ondes du souvenir, France 2, 2020, 1h34

Téléfilm de Sylvie Aymé. La détective Clara Merisi (Gaëlle Bona) se rend dans l’ancien bassin sidérurgique lorrain à Longwy, à la suite de la découverte du corps momifié d’un ancien ouvrier et bénévole de la radio Lorraine Cœur d’Acier. Sa mort serait probablement liée à la répression policière exercée à l’encontre des syndicats à cette période. Les personnages mentionnent à de nombreuses reprises l’histoire de la station LCA. Des images d’archives sont utilisées.

Radio pirate, Les tortues Ninja , France 2, 4 avril 1993, 24mn

Série d’animation. Les tortues Ninja tentent d’arrêter les méchants Krang et Shredder qui s’emparent de la radio offshore rock Radio Woof dans le seul but d’hypnotiser la ville afin d’amener ses habitants dans une abîme inter-dimensionnelle

Radio chahut, Karine et Ari, TF1, 7 janvier 1997, 24mn

43ème épisode sur 46 de la série comique produite par Marie Lefebvre. Loulou et Matthieu décident de créer sans autorisation une radio libre militante et musicale Radio Chahut pour protester contre le renvoi de leur camarade Simon et dénoncer les injustices que vivent les jeunes. Le directeur de Génération FM cherche alors à les embaucher pour qu’ils cessent leurs émissions pirates.

Radio Rosie, Rosie, Gulli, 23 juillet 2013, 5mn

Série d’animation. Rosie, énervée par son ami Olive qui la poursuit partout, crée une radio libre. Elle s’improvise animatrice et incarne le personnage de libre-antenne « Melle X » afin d’éloigner Olive en lui donnant des conseils de la vie quotidienne.

Sur les ondes et par les mers, Grojband, Canal J, 16 septembre 2013, 10mn

Série d’animation. Corey décide de créer avec le groupe Grojband une radio pirate pour diffuser leur musique. Après avoir commencé à émettre, ils interrompent par erreur la réception d’un programme musical écouté par de véritables pirates des mers, déclenchant leur colère…

Retour au sommaire

  • La radio libre sur scène

Emission de variétés

Top club : émission du 8 juin 1981, Top club, Antenne 2, 8 juin 1986, 11mn

Spectacle télévisé de Lela Milcic présenté par Guy Lux. Le Grand Orchestre du Splendid interprète sur scène le titre Radio Pirate. Les membres de la troupe sont pour la plupart déguisés en pirates et suivent une chorégraphie. Sur scène : un petit émetteur, des lampes qui clignotent, un drapeau de pirate et un transistor. Des personnes déguisées en gendarmes rejoignent la scène et font mine de jouer du trombone.

La pièce de théâtre Les ondes magnétiques

Les Ondes magnétiques est une pièce écrite et mise en scène par David Lescot, jouée par la Comédie française du 23 mai au 1er juillet 2018 au Théâtre du Vieux Colombier et en collaboration avec la compagnie du Kaïros. La pièce tente de synthétiser l’histoire des radios libres, des premiers essais et mouvements jusqu’à la victoire des réseaux de stations commerciales.

Le nouveau rendez-vous, France Inter, 28 juin 2018, 1h56

Magazine culturel présenté par Laurent Goumarre, Benoit Lagane et Valli, ancienne animatrice de Radio Tomate. En seconde partie, à l’occasion du congrès annuel du SNRL (Syndicat National des Radios Libres), il propose un débat sur l’histoire des radios libres. Avec la participation du metteur en scène David Lescot pour sa pièce Les ondes magnétiques ainsi que les animateurs Jean-François Galotte (David Grossexe de Carbone 14), Théo Hakola (ancien membre de Cité 96), Christophe Bourseiller (Fréquence arts et spectacles), Bintou Simpore (Radio Nova).

Les ondes magnétiques, Acte Sud-Papiers, Hors collection, 2018, 88p.

Texte de la pièce de théâtre Les ondes magnétiques écrite par David Lescot et jouée par la Comédie française au Théâtre du Vieux Colombier en 2018. Au vu des louanges reçues par la pièce et du travail presque historien réalisé, elle a une valeur documentaire et se rapproche aussi d’un essai contre les radios commerciales et l’appropriation des médias par des groupes privés.

Les sketchs

Music à brac : émission du 2 juillet 1982, Aujourd’hui la vie, Antenne 2, 2 juillet 1982, 55mn

Emission présentée par Dominique Verdeilhan et Vonny. L’humoriste Michel Lagueyrie interprète son sketch sur les radios libres, dans lequel il joue à la fois un l’animateur, le standardiste et le musicien d’une radio sans moyens appelée Radio sans fil.

Le théâtre de Bouvard : émission du 10 mars 1983, Antenne 2, 10 mars 1983, 11mn

Spectacle télévisé présenté par Philippe Bouvard. Plusieurs jeunes talents viennent s’exercer sur le thème des radios libres. Caroline Masiulis et Catherine Blanchard jouent un sketch qui met en scène une animatrice radio au ton et au langage jeunes discutant avec une fermière. Bruno Chapelle, Yvan Burger et les futurs Inconnus (Bernard Campan, Didier Bourdon et Pascal Légitimus) interprètent un sketch qui zappe entre plusieurs stations inventées et qui pastichent les radios musicales, de création et de libre-antenne.

Les Inconnus au Casino de Paris, La nuit en fête, TF1, 28 décembre 1996, 10mn

Retransmission du spectacle des Inconnus enregistré au Casino de Paris en 1993. Sketch sur les radios libres. Pascal Légitimus, Didier Bourdon et Bernard Campan parodient et interprètent les animateurs d’une grande variété de radios « libres » : les radios musicales commerciales et associatives, les radios généralistes (y compris les périphériques comme Europe 1 ou RTL), religieuses, communautaires, les pages de publicité (locales ou à échelle nationale), les débats, les libre-antennes érotiques… Les humoristes jouent avec l’idée de changer de fréquence et l’utilisent pour l’enchaînement des séquences.

Retour au sommaire

  • Des messages publicitaires

Spots des radios commerciales

Les réseaux de radios commerciales s’étant imposés dans le paysage radiophonique, ils peuvent à partir du milieu des années 1980 acheter des emplacements publicitaires afin de faire la promotion de leurs stations, d’évènements qu’ils organisent ou de sorties de compilations de tubes (sur disque ou cassette).

Hit FM : station de radio, 1er mars 1985, 1mn18

Publicité pour la station automatisée musicale Hit FM créée par le groupe UGC, Jacques Séguéla et Gonzague Saint Bris (1984-1990). Avec une esthétique cinématographique et un sous-entendu érotique, une femme se place en face d’une dizaine d’hommes rangés en ligne dans leurs voitures. Devant leurs antennes d’autoradios déployées, elle fait avec sa main jaillir d’un tube un éclair. Logo et slogan de la station : Hit FM 100.6 Tubes, stars & stereo.

Publicité Skyrock : radio FM, 1er janvier 1987, 19 sec        

Publicité pour Skyrock « la super radio » qui repose sur un enchainement rapide de séquences sans relation particulière : astronaute sur la lune, sumo qui pose un pied sur le sol, une femme qui met son débardeur, un homme déguisé en indien d’Amérique… La liste des fréquences du réseau ainsi que le code Minitel sont indiqués.

Publicité RFM : radio FM, 1er août 1987, 10 sec    

Publicité pour la station RFM. Trois plans se succèdent sur des visages des chanteurs Mick Jagger, David Bowie et Tina Turner, sur lesquels on entend une voix disant « R F M » avant que le logo de la station sur fond noir apparaisse.

Publicité NRJ La Plus Belle Compilation : disque cassette compact disc, 1er juin 1989, 22 sec

Publicité pour la sortie du disque de compilations de tubes « NRJ La plus belle compilation ». Sont présentés les titres et artistes suivants : Y.M.C.A des Village People, Fine Young Cannibals, Help de Bananarama, Sam Brown, Mylène Farmer, Yazz, David Hallyday.

Publicité RFM : station radio, 1er juin 1989, 22 sec

Publicité pour la station RFM. Un personnage de microphone change plusieurs fois de visage suivant le stéréotype associé à un type de programme (métal, opéra, bulletin d’information) avant qu’une comète lui fasse tourner la tête. Le logo de RFM La radio FM apparaît. Le code minitel est indiqué.

Spots gouvernementaux

La France avance : les radios libres, Secrétariat d’Etat aux Techniques de communication, 1er septembre 1985, 16 sec

Spot de campagne d’information du Secrétariat d’Etat aux techniques de communication vantant la loi sur les nouvelles radios de 1982 et la liberté de choix parmi plus de 1000 radios.

Ministère de la Culture : 10 ans de radios libres, 10 ans de libertés, 19 octobre 1991, 32 sec

Publicité produite par l’agence Roux-Seguala. Un animateur radio dans son studio s’adresse à la caméra et annonce « Tout de suite, on écoute ce que vous voulez ! ». S’en suit un montage très rapide de plans sur des radios libres ou des musiciens, de Coluche, d’un mime, d’un dessin animé… Le spot se termine par le slogan « 10 ans de radio libre. 10 ans de libertés ».

Retour au sommaire

4. L’héritage des « radios libres » dans le paysage audiovisuel

4.1 – Les radios associatives aujourd’hui

Si les réseaux de radios commerciales musicales ou « nationales thématiques » se sont imposés, il existe encore de nombreuses radios associatives en France, pour la plupart soutenues par le Fonds de soutien à l’expression radiophonique créé en 1982.

Radio Neptune

URL : http://www.radio-neptune.net

Collecté depuis le 20 juillet 2010

Site internet de Radio Neptune, radio locale associative localisée à Brest, fondée en 1982 par des lycées et Jean Le Corvoisier. Elle diffuse majoritairement des programmes de musique classique et jazz et également des magazines locaux. Radio Neptune émet à Bret sur 95 FM et à Quimper sur 93,8 FM.

Aligre FM

URL : http://www.aligrefm.org/

Collecté depuis le 1er août 2001

Site de la chaîne de radio associative Aligre FM, anciennement Radio Aligre, née en 1981. Elle émet en FM depuis Paris dans toute l’Ile de France.

Notes : ancien site : http://aligrefm.free.fr/

Les fédérations de radios associatives sont encore aujourd’hui actives à l’image de la Confédération nationale des radios associatives créée en 2006, se substituant au Conseil national des radios associatives fondé en 1991.

Cnra.fr

URL : http://www.cnra.fr

Collecté depuis le 28 mars 2009

Site de la Confédération Nationale des Radios Associatives (CNRA) organisation représentative des radios libres françaises structurées en fédérations régionales ou nationales, reconnue en tant que telle par les pouvoirs publics. Le site contient des articles sur l’actualité des radios associatives et des enregistrements sonores des Congrès de la CNRA.

La Confédération Nationale des Radios Libres (CNRL) est fondée en 1984 à la suite d’une scission au sein de la FNRL.

Au cœur des radios libres, Jean Bénetière et Jacques Soncin, Logiques sociales, L’Harmattan, 1989, 253p.

Monographie. Les deux journalistes, membres de la CNRL, retracent l’évolution des radios libres depuis la fin du monopole et la régulation mise en place et s’intéressent aux effets sur le paysage audiovisuel de la CNCL et de la Haute Autorité. De nombreux entretiens avec des acteurs des radios libres sont retranscrits (Jean-Louis Bessis, avocat et ancien membre de la FNR, …).

Fréquences libres, CNRL, 1997-2007, 39 numéros

Périodique. Mensuel des radios libres, de leurs animateurs et de leurs auditeurs, édité par le CNRL (Confédération Nationale des Radios Libres) et soutenu par le FAS (Fonds d’Action Sociale pour les travailleurs immigrés et leurs familles). Il comprend des articles sur l’actualité des radios libres, leurs innovations techniques, leur nature associative, la possibilité de commande de matériel, l’actualité des sorties musicales… La collection conservée à l’INA thèque couvre la période de janvier 1997 à février 2007.

Le Syndicat national des radios libres (SNRL) est créé en 2004 et remplace le CNRL.

Le nouveau rendez-vous, France Inter, 15 novembre 2016, 1h39

Débat animé par Laurent Goumarre à propos de l’évolution des radios libres. Avec la participation de Jean-Yves Lafesse, Sylvain Delfau (Radio Laser, Skol Radio et Secrétaire Général du syndicat professionnel des radios associatives), Fanny Catté, (Radio Campus Paris), Mehdi Ahoudig, documentariste et Pascale Clark (journaliste et animatrice radio).

La Coordination Permanente des Médias Libres (CPML) a été cofondée par Michel Fiszbin en 2014 :

Coordination Permanente des Médias Libres

URL : http://www.medias-libres.org/

Collecté depuis le 1er juin 2016 26 février 2016

Site de la Coordination Permanente des Médias Libres (CPML), collectif informel de 66 médias indépendants. Présentation de la coordination informelle, charte, blog sur l’actualité des rencontres de médias libres, « carte des médias libres » qui répertorie les différents membres.

Retour au sommaire

4.2 – Les radios FM dans l’Afrique francophone

A partir de la fin des années 1980, les monopoles d’Etat sur la radiodiffusion en Afrique de l’Ouest francophone commencent à être contestés. Ce désir de pluralisme a entraîné l’apparition de radios indépendantes FM et un abandon progressif des monopoles au début des années 1990, qui s’est ensuite étendu à toute l’Afrique, où la radio est restée un outil de communication privilégié. La France a été en partie initiatrice du mouvement de libération des ondes en Afrique francophone, notamment à travers notamment la station Radio France internationale.

Télé radio magie, Zanzi bar, France 3, 13 mars 1993, 55mn

Documentaire de Christophe de Pontfilly qui traite de la télévision nationale au Burkina Faso et de la radio libre Horizon FM autrefois nommée « fréquence magique ».

Liberté pour les radios africaines = Freedom for African Radios, Institut Panos et l’Union des Journalistes d’Afrique de l’Ouest, L’Harmattan, 1994, 220 p.

Monographie. Actes du colloque de Bamako sur « Le pluralisme radiophonique en Afrique de l’Ouest » (14-18 Septembre 1993) organisé par l’Institut Panos et l’Union des Journalistes d’Afrique de l’Ouest (UJAO). Les communications rendent compte de la libération des ondes et des dispositifs susceptibles de renforcer ce nouvel espace radiophonique pluraliste naissant.

L’émergence des radios communautaires en République démocratique du Congo, Médias du monde, Radio France Internationale, 19 juin 2004, 20m

Reportage consacré à l’explosion des radios communautaires et associatives en République démocratique du Congo depuis la fin des années 1990, à leur rôle et à leur diversité. Rencontre avec Freddy Mulongo, directeur de Réveil FM et président de l’ARCO (Association des Radios Associatives et Communautaires du Congo) et interview de Richard Pituwa, fondateur de Canal Révélation.

Les pionniers de la radio libre en Afrique, Alternatives sud, Radio France Internationale, 3 juillet 2005, 20mn         

Magazine. Entretien avec le pionnier Moustapha Thiombiano fondateur en 1987 d’Horizon FM, réseau de radios FM du Burkina Faso, à propos de l’émergence des radios privées en Afrique. Diffusion d’archives sonores extraites de l’émission es archives des reportages Médias d’Afrique présentés par Alain Foka : reportages au sein des rédactions de Magic FM au Cameroun et de la radio rurale Radio Palabre au Burkina Faso.

Les radios de proximité en Afrique de l’Ouest, Mégahertz, France Culture, 17 octobre 2009, 59mn

Magazine présenté par Joseph Confavreux consacré aux radios de proximité en Afrique de l’Ouest : Radio Kolombada, La Voix du Paysan, Radio Kenedougou, Radio Etoile du Matin, Radio Lolodorf, La voix des 18 montagnes, Radio Sahel, Radio Wassoulou, Parole Verte, Radio Voix du verger de Orodara ou Radio Oxy-Jeunes. Avec la participation de l’écrivain Sayouba Traoré et la chercheuse Marie-Soleil Frère. Diffusion d’archives sonores.

Retour au sommaire

4.3 – Le mouvement des télés associatives ou télés « libres »

Si le médium radiophonique a connu une bataille pour sa libéralisation, celle pour la télévision est plus tardive. Le mouvement des « télés libres » apparaît presque en même temps que la seconde génération de radios libres, à partir de 1981 et s’inscrit dans le même élan. On y retrouve d’ailleurs certains acteurs du mouvement des radios libres, comme Michel Fiszbin ou Brice Lalonde. Comme pour les radios, le mode de diffusion est tout aussi expérimental : transport des supports physiques (cassettes vidéo) à partir desquels sont diffusés les programmes est fréquent (c’est le cas des « télés brouettes »)… Si des projets existent dès les années 1980 (avec Télé Verte ou Antène 1), c’est surtout à la fin des années 1990 qu’elles émergent véritablement et qu’elles vont lutter pour l’attribution de fréquences. Les télévisions associatives obtiennent en 2000 un cadre législatif qui leur permet d’émettre sur le canal hertzien.

  • Zaléa TV

Zaléa TV (Zone d’action pour la liberté d’expression audiovisuelle) est une association puis une télé libre créée au début des années 2000 par un collectif d’une dizaine de personnes dont fait partie Michel Fiszbin. Jean-François Gallotte, également ex-Carbone 14 en est un des animateurs et c’est son documentaire Carbone 14, le film qui est le premier programme diffusé par la chaîne. Télé de libre antenne, Zaléa TV propose des magazines, films et reportages hors des circuits traditionnels. Militante et très active dans le combat pour les télévisions associatives, elle dénonce la « télé poubelle », avec notamment l’action Loft Raider. Cette opération très médiatisée à l’époque consistait en 2001 à « sauver » les candidats de Loft Story, considérés comme des otages de M6.

Fonds Zalea TV, 889 documents

Fonds vidéo versé à l’INA en octobre 2012 par les ex-membres de Zalea TV. Il contient environ 400 heures sélectionnées par les donateurs et organisées par campagnes de diffusion. Le fonds se compose de quatre catégories de programmes : programmes produits par Zaléa TV (dont le magazine L’Actu par derrière), programmes d’amateurs ou de professionnels choisis diffusés par la chaîne, programmes de partenaires (télés libres et collectifs de télés libres), programmes de libre accès.

Zalea TV, Entretiens patrimoniaux Inathèque, Fonds INA Inathèque, 24 juin 2013, 2h10

Entretien réalisé à l’occasion du versement des archives écrites de Zaléa TV à l’INA. Avec quatre des fondateurs de la chaîne : Olivier Azam, Michel Fiszbin, Anne Mazauric et Boris Perrin. Ils reviennent sur leur expérience au sein de Zaléa TV et en retracent l’histoire : le lien avec les radios libres, l’autorisation des télévisions associatives, la fondation de la chaîne, la composition de l’équipe, les dispositifs pour émettre, la diffusion sur Canal Satellite, la dissolution…

Fonds Zalea TV, 25 unités

Archives écrites. Versé en octobre 2012, en complément du fonds audiovisuel Zaléa TV, il rassemble des documents sur l’activité de l’association Zaléa TV de sa création en 2000 à sa dissolution en 2007. Il se compose des documents administratifs reflétant la vie interne de l’association, des courriers et candidatures à destination du CSA, des communiqués de presse de la chaîne et de la Coordination Permanente des Radios Libres, de la documentation sur le monde associatif en région parisienne, comptes rendus d’Assemblées Générales et de CA.

Chaine : lesmutins.org

Hébergeur : Vimeo

Collecté depuis le 1er janvier 2010

Chaîne Vimeo de la coopérative audiovisuelle Les Mutins de Pangée. Elle a publié de très nombreux documentaires à propos de Zaléa TV et de la lutte pour les télés libres, dont certains ont été diffusés sur la chaîne : On la fermera pas !, Zalzap, Désentubages cathodiques, Aux chiottes le CSA

  • D’autres télés libres
Médias de proximité, La vie en plus : le magazine des actions citoyennes, La Cinquième, 27 juillet 1996, 25mn

Magazine présenté par Jérôme Bouvier consacré aux médias locaux et citoyens. Diffusion de reportages (avec interviews et archives) sur Canal Nord (Amiens), TV Saint-Jean (Beauvais), la formation d’enfants à l’animation de radios associatives à l’école (Le Mans) et l’hebdomadaire satirique régional La feuille (Villeneuve sur Lot). Débat en extérieur sur le rôle des associations de médias de quartier.

Spéciale télé locales, TV+, Canal+, 2 mai 1998, 1h01

Magazine présenté par Marc-Olivier Fogiel consacré aux télévisions locales. Les journalistes vont à la rencontre des acteurs de ces médias de proximité. Reportages sur plusieurs types de télévisions locales, de Strasbourg aux Sables d’Olonne : les télévisions locales en général, celles sans autorisation du CSA, les télés brouettes (programmes diffusés par cassettes vidéo), les télés locales internes (diffusées dans un lieu unique).

La télévision, Mise au point, La Cinquième, 19 décembre 2000, 26mn

Magazine de Frédéric Courant consacrée aux télévisions associatives et de quartier : Télé Bocal, Télé Alphonse Jouis, Télé Millevaches, Télé Montmartre et le Magazine des séniors de Tv Résidences. Interviews de Richard Sovied (Télé Bocal), Alain Quiquempoix (Télé Alphonse Jouis), Michel Fiszbin (cofondateur de la Coordination Permanente des Radios Libres et de Zaléa TV) à propos de la légalisation des télés libres.

La longue marche des télévisions associatives, Les Cahiers de Champs visuels, L’Harmattan, 2010, 320p.

Monographie. Ouvrage coordonné par Guy Pineau et Christian Pradié qui propose en trois parties une histoire des télévisions associatives : le rapport avec le mouvement des radios libres, un historique sur les quarante ans des télés associatives, les stratégies des acteurs politiques et économiques et le militantisme au cœur de ces « télés libres ».

Télé Gaucho, Canal +, 29 octobre 2013, 1h48

Long métrage de Michel Leclerc qui participa à Télé Bocal dans les années 1990. Rêvant de travailler au cinéma et méprisant le niveau culturel de sa famille, Victor (Félix Moati) part s’installer à Paris en 1996 pour faire un stage au sein de la chaîne commerciale HT1. Parallèlement, Il rejoint l’équipe de Télé Gaucho composée de Jean-Loup (Eric Elmonisnino), Yasmina (Maïwenn), Victor (Félix Moati), Clara (Sara Forestier) et Adonis (Lionel Girard) qui souhaitent en faire vraie une chaîne de télévision associative.

Télé Millevaches est créée en 1986 par un groupe d’habitants du plateau de Millevaches dont l’objectif est de dynamiser le territoire, favoriser la communication et valoriser le patrimoine et les actions culturelles. La chaîne conçoit un magazine vidéo mensuel d’informations locales. Elle est considérée aujourd’hui comme la doyenne des télévisions associatives en France.

Télévision plateau mille vaches, L’assiette anglaise, Antenne 2, 18 février 1989, 4mn

Magazine présenté par Bernard Rapp en direct de Monte Carlo pour le festival de la télévision. Diffusion d’un reportage consacré au projet local de télévision Télé Millevaches avec interviews des membres de la rédaction qui expliquent le principe de réaliser un journal mensuel de 45 minutes qu’ils diffusent en faisant voyager un poste et un magnétoscope au sein des communes.

Tulle : 2ème journée, Midi en France, France 3, 26 mars 2013, 54mn

Magazine présenté par Laurent Boyer en direct la ville de Tulle. Reportage « Vu d’ici » consacré à Télé Millevaches en Haute Corrèze et à son vingt-cinquième anniversaire. La chaîne basée à Faux-sur-la-Montagne dans la Creuse diffuse désormais ses programmes sur internet. En interviewant des membres de l’équipe, le reportage aborde l’importance de cette chaine locale pour les habitants, la numérisation des archives du Magazine du plateau et l’insuffisance des subventions publiques.

Télé Millevaches et « Le magazine du plateau » (1996) (2) et (3), Fonds Guy Pineau

Archives écrites. Cette unité, versée par Guy Pineau, chercheur à l’INA de 1975 à 1997, rassemble des documents de travail, questionnaire et entretiens relatifs à Télé Millevaches réalisés dans le cadre de l’étude sur la notoriété et la réception de la chaîne et de son émission Le magazine du plateau.

Télé Bocal, fondée en 1995, est une chaîne de télévision associative située dans le XXème arrondissement de Paris. Il s’agit au départ d’une télé « brouette » : la diffusion des programmes est réalisée grâce à un magnétoscope et un téléviseur que les bénévoles amènent dans différents lieux. Elle diffuse ensuite des programmes sur Canal + et France 3 entre 1998 et 2000. Proche des mouvements sociaux, elle se veut radio de proximité et joue un rôle de formation des personnes à l’exercice de la télévision. Depuis 2008, elle émet sur le canal 31 de la TNT Île-de-France avec 3 autres chaînes qui se partagent les horaires de diffusion : Cinaps TV (fin en 2018), BDM TV et Demain TV.

Télé de proximité, Complètement télé, La Cinquième, 3 août 1997, 25mn

Magazine présenté par Emmanuelle Gaume et consacré aux chaines de télévision locales, à l’occasion de la reconnaissance de plus de 140 télés locales par le CSA. Reportage sur Télé Bocal et interview de son fondateur Richard Sovied.

Canal Nord (Amiens)

Télé miroir, Envoyé spécial, France 2, 15 septembre 1994, 26mn

Reportage de Valérie Fourniou, Pascal Pons et Françoise Granet qui suivent l’équipe de Canal Nord, chaîne de télévision locale à Amiens qui travaille en étroite collaboration avec les habitants d’une cité HLM. Le but de cette chaîne est de donner la parole aux habitants et à faire connaître leurs conditions de vie et problèmes quotidiens (logement, violence, solitude, désœuvrement de la jeunesse, etc), leur rapport aux médias…

Télé Saugeais

Télé brouette en noir et blanc ; Télé brouette une vache de télé ; Télé brouette fait du foin ; Télé brouette sur les ondes, Cotés docs, France 3 Bourgogne, 3 et 10 décembre 2005, 27mn

Documentaire en 4 parties de Dominique Garing. Retour sur l’histoire de Télé Saugeais, née en 1978 en Franche-Comté. Interviews et diffusion d’images d’archives.

Retour au sommaire

4.4 – Le ton des radios libres réemployé sur les radios jeunes

Le ton jeune et provocant de Carbone 14 a été repris sur les libres-antennes des radios dites « jeunes » dans les années 1990, comme l’émission Lovin’Fun animée par Difool (David Massart) et le « doc » (Christian Spitz) sur Fun Radio de 1992 à 1995. Cette émission sur la sexualité reçut plusieurs mises en garde du CSA.

1994 : Duplex Sky/Fun, Tabata Cash/doc & Difool

Chaîne : FlorianOnAir

Hébergeur : Youtube

Date de publication : 29 octobre 2011

En août 1994, Skyrock souhaite concurrencer l’émission Lovin’Fun en installant Tabata Cash sur le même créneau. Et dès sa première, l’animatrice décide d’appeler Fun pour les provoquer.

Extraits Skyrock : suspension de diffusion, réaction des auditeurs 7 et 8/01/95, Radio Voix du Lézard. Sky Rock, 7 janvier 1995, Fonds Alain Léger, 2h21

Débat avec les auditeurs sur l’interdiction d’émettre pendant 24h sanction décidée par le CSA, suite au dérapage des animateurs de l’émission Les Monstres à propos de la mort d’un policier.

Balade sur la FM, Envoyé spécial, France 2, 27 avril 1995, 52mn

Reportage de Jean-Jacques Dufour sur les émissions de libre-antenne de la bande FM et les limites de l’interactivité qui peut aussi donner lieu à des dérapages. Interviews d’animateurs et des auditeurs de ces émissions pour la plupart nocturnes.

Lovin’Fun, Fun Radio, 1er septembre 2013, 1er septembre 2014, 1er septembre 2015, 2 à 3 heures

3 émissions des saisons 2013/2014, 2014/2015 et 2015/2016 de l’émission Lovin’Fun, créée en 1992 par Difool et présentée sur cette période par l’animateur Karel.

Retour au sommaire

4.5 –  Les web radios et les podcasts, héritiers des radios libres ?

Transformée par l’apparition d’internet, la radio dispose aujourd’hui de nouveaux outils de communication.

Les web radios 

Les premières web radios apparaissent dans les années 1990 et proposent une lecture en continu de contenus sonores. Leur émergence est facilitée par une infrastructure nécessaire moins lourde que pour une radio FM et le nombre de stations possibles est infini puisque les fréquences ne sont pas limitées. Depuis 2010, l’éditeur du service de radio doit se déclarer auprès du CSA. Le 7 juillet 2016, la loi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (loi dite CAP) étend la licence légale aux radios en ligne. Les web radios sont souvent accompagnées d’un forum ou d’un blog qui permet d’interagir avec les auditeurs.

Radio libre : la radio sur internet, Net plus ultra, La Cinquième, 20 septembre 1999, 6mn

Reportage. Présentation de sites internet de radio, qui proposent la radio en direct, des chroniques à la carte, et même des programmes spécifiques pour le web. Interviews de Michel Polacco, directeur du développement multimédia à Radio France, de Stéphane Pair, journaliste de Radio France, de David Leroy, créateur de la web radio No problemo, et de Maurice, de Maurice radio libre.

La webradio, Médias du monde, Radio France Internationale, 4 décembre 2004, 20 mn

Reportage consacré aux web radios. Interview de Philippe Henaux (TV-Radio.com) qui distingue les radios musicales des radios communautaires. Interview de Frank, animateur et fondateur de La grosse radio diffusée depuis un appartement parisien, des fondateurs de Radio Flemme, de Marcel Levy fondateur de La radio du voyage.

Web radio amateurs, Le 20H, TF1, 19 mars 2014, 1mn43

Reportage consacré aux web radios amateurs. Interviews de Amaury Erouart, Adrien Dandierer fondateurs de la web radio Backstage.fr et Sébastien Vlamynck animateur de la web radio Cetaradio.fr.

Confinement. Des étudiants guadeloupéens ont créé une webradio, Info>Guadeloupe, France O, 5 mai 2020, 2mn42

Reportage. Durant le confinement dû à la pandémie du coronavirus, quatre étudiants guadeloupéens installés en métropole ont créé la web radio Petit Sel.fm afin de combattre la solitude et partager débat et soutien.

Maurice Radio Libre

URL : https://mauriceradiolibre.com/

Collecté depuis le 14 juin 2002

Site officiel de l’animateur radio Maurice. Ancien animateur de libre-antenne pour Skyrock dans les années 1990 et Ouï FM, Maurice Champvert a créé sa web radio afin de maintenir le lien avec ses auditeurs et diffuser le programme Maurice Radio Libre.

Bide & Musique

URL : https://www.bide-et-musique.com/

Collecté depuis le 17 août 2000

Web radio (« de l’improbable et de l’inouï ») associative française créée en 2000, consacrée aux tubes des années 1970 et 1980, aux musiques oubliées et sorties en vinyle.

Les podcasts

Les podcasts sont des programmes sonores que l’auditeur peut télécharger ou écouter sur des sites et plateformes dédiées. Contenus non linéaires des radios FM ou podcasts natifs (programmes originaux produits pour ce mode de diffusion) ils nécessitent des coûts de production moins élevés. Dans le prolongement de la radio, on retrouve un certain nombre de programmes qui reposent sur une discussion avec les animateurs : le lien avec les auditeurs est établi via les messages lus au micro ou la diffusion de messages vocaux.

Les Couilles sur la table 

Hébergeur : Binge Audio 

Podcast bimensuel débuté en septembre 2017 dans lequel la journaliste Victoire Tuaillon s’entretient avec des spécialistes pour questionner, examiner, déconstruire la masculinité actuelle.

Floodcast 

Chaînes : Florent Bernard / Floodcast 

Hébergeurs : Youtube / Soundcloud 

Podcast des auteurs humoristiques Florent Bernard et Adrien Ménielle créé en 2015. Ils reçoivent des invités (souvent artistes) pour parler de faits divers, de l’actualité culturelle à travers des rubriques et des jeux.

Le « streaming » (Twitch et autres)

Twitch est une plateforme de streaming vidéo en direct et de vidéo à la demande dédiée à l’origine à la diffusion en direct de parties de jeux vidéo. S’il ne s’agit pas d’une web radio, il s’agit d’un outil de communication qui ne demande pas d’infrastructure conséquente. Avec un simple ordinateur, une connexion et éventuellement une caméra et un micro, l’utilisateur inscrit sur le site peut diffuser un flux vidéo.

La vidéo en direct sur internet témoigne d’une forte interactivité permise entre les spectateurs et l’animateur : ceux-ci peuvent converser dans un chat dédié au programme, et même interagir directement dans le cadre de jeux par exemple. La dynamique de professionnalisation à l’œuvre sur cette plateforme pousse les streamers à avoir une grille des programmes.

L’invité de 8h20 : le grand entretien, Le 7/9, France Inter, 1er juin 2021, 23mn

Nicolas Demorand et Léa Salamé reçoivent des invités de « trois générations de la radio » à l’occasion de la semaine des 100 ans de la radio organisée par le CSA. Avec la participation de : Arlette Chabot (France Inter, TF1 puis France Télévisions, Europe 1…), l’animateur-producteur Arthur (qui a commencé sa carrière sur Carbone 14 deuxième version et les radios jeunes) et le streamer Domingo, ancien de NRJ, qui anime désormais un magazine plateau diffusé sur la plateforme internet Twitch.

Actuellement l’INA ne collecte pas les chaînes de la plateforme Twitch. En revanche des streamers étant également youtubeurs, des vidéos initialement publiées sur Twitch font partie de l’archive web.

Best of TWITCH | ANTOINE DANIEL, 29 mars 2018, 31mn

Hébergeur : YouTube

Chaîne : ArnaudHdB

Best of de programmes diffusés en direct par Antoine Daniel, vidéaste qui joue sur sa chaîne à différents jeux vidéo et interagit avec les spectateurs.

POPCORN #23, 28 février 2021, 2h34

Hébergeur : YouTube

Chaine : Domingo

Magazine culturel sur plateau présenté par Domingo, sponsorisé par Domino’s Pizza, et animé par Ponce, Marie et Maghla. Ils abordent le pass culture, l’actualité de Twitch, reçoivent le sportif automobile Hadrien David et font un jeu de devinettes.

Best of Jean Massiet #2

Hébergeur : YouTube

Chaine : Jean Massiet

Jean Massiet est un streameur qui traite de la vie politique française. Il commente ici la première émission de Sénat stream où il posait des questions aux sénateurs, il revient sur l’événement caritatif « Z Event »…

Retour au sommaire

ANNEXE : Liste des fonds audiovisuels et écrits “radios libres, radios pirates”

Fonds Alain Léger Radio
Fonds Antoine Lefébure Radio
Fonds Antoine Lefébure Ecrit
Fonds Antoine Lefébure. Versement 2013 Ecrit
Fonds Carbone 14 Radio
Fonds Francis Lattuga Radio
Fonds Francis Mandin Ecrit
Fonds François Chassaing Ecrit
Fonds Jean Marc de Felice Radio
Fonds Marie José Guérini Ecrit
Fonds Michel Fiszbin Ecrit
Fonds Thierry Lefebvre Ecrit
Fonds Zalea TV Télévision
Fonds Zalea TV Ecrit

Retour au sommaire

Chronologie Radios libres, radios pirates


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
corinne gauthier (23 avril 2022). Radios libres, radios pirates. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4iy


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search