Les réalisatrices à la télévision : quelques données sur les années 1960

À la demande de Marie-France Chambat-Houillon, l’INA a tenté d’évaluer le nombre de réalisatrices ayant travaillé pour la télévision française dans les années 1960. Une question toute simple, à laquelle il n’est pourtant pas si facile de répondre… explications.

Une étude de Rachel Denoeud, Laëtitia Larcher et Géraldine Poels.

D’abord, un rappel important : toutes les émissions diffusées à la télévision dans les années 1960 n’ont pas été conservées, certaines n’ont pas fait l’objet d’enregistrement et l’on n’en trouve aucune trace dans les bases de données de l’INA. Parmi celles qui sont conservées, toutes ne sont pas indexées, c’est-à-dire décrites, avec la même précision, aussi le nom du (ou de la) réalisateur(trice) n’est-il pas toujours indiqué dans les notices. Enfin, plus à la marge, les notices, qu’elles aient été rédigées à l’époque des émissions et importées dans les bases de données ou revues plus récemment, peuvent comporter des erreurs.

Ainsi, il peut y avoir des confusions entre les rôles, comme lorsqu’une productrice (telle que Denise Glaser, Maïté Célérié de Sanois, ou Michèle Arnaud) est créditée comme réalisatrice d’une émission qu’en réalité, elle produit – le générique indiquant par exemple : “Une émission de Michèle Arnaud”. Autre difficulté : la confusion fréquente, dans les génériques comme dans les notices, pour les émissions d’information et de reportage, entre les fonctions de journaliste et réalisateur(trice). Les collaboratrices de la série Dim Dam Dom par exemple – Janine Alaux, Michèle Cerf, Josy Anne Blanc, Loly Clerc, Liliane de Kermadec, Françoise Tournier…-  sont le plus souvent créditées comme journalistes, mais parfois aussi comme réalisatrices. Il faudrait pouvoir établir si les femmes ont été plus que leurs collègues masculins victimes de ces confusions.

En effet, il est possible que les réalisatrices soient particulièrement mal identifiées dans les bases de données, ce qui renforce leur invisibilité. Certaines ont manifestement exercé cette fonction sans que le statut leur soit reconnu.

Anne-Marie Ullmann, par exemple, a commencé sa carrière à la télévision au tout début des années cinquante, sans que les génériques ne permettent toujours de préciser son rôle. Dans les génériques de la série d’émissions pour enfants Pic et Pic et Colegram (1955-1961), son nom apparaît d’abord sur des cartons, parfois sans rôle associé, parfois sous la mention “collaboration”, ou “mise en images”. Le générique ne mentionne pas systématiquement de réalisateur, mais quand c’est le cas, jusqu’en 1959, seuls des hommes sont crédités (William Magnin et Jean-Noël Roy). Anne-Marie Ullmann n’apparaît comme réalisatrice que dans les émissions des deux dernières années de la série.

Mise en images

Captures d’écran des génériques de l’émission Pic et Pic et Colegram diffusée sur la 1e chaîne et produite par Marie-Thérèse Le Gouez (10/10/1957, 2/10/1958, et 3/12/1959)

Pour établir la contribution exacte de toutes ces femmes aux émissions de télévision, il faudrait donc croiser systématiquement différentes sources : visionner les génériques, vérifier les dossiers de productions et autres archives écrites (rapports des chefs de chaîne, archives syndicales ou celles versées par Anne-Marie Ullmann par exemple), ou encore dépouiller la presse de programme – ce qui n’a pas été fait dans le cadre de cette recherche préliminaire.

Si un premier travail de repérage avait été fait pour alimenter le « guide des sources » sur les professionnelles de l’audiovisuel, le décompte proposé ici s’appuie sur une extraction des bases de données de l’INA, dont les limites ont été expliquées précédemment. Une requête a permis d’identifier 36 232 postes de réalisation (correspondant à 33 398 émissions, certaines émissions pouvant être coréalisées par plusieurs réalisateurs(trices)). Ces émissions ont été réalisées entre 1960 et 1969, mais toutes n’ont pas été diffusées. Pour 129 d’entre elles, il n’a pas été possible d’identifier le genre du réalisateur, en général parce que seul un nom de famille est indiqué.

Sur les 36 103 réalisations diffusées entre 1960 et 1969, et attribuées à une personne dont le sexe est connu :

 3 561, soit 10%, ont été réalisées par une femme.

98 réalisatrices ont pu être identifiées.

Ce chiffre est plutôt à prendre comme une indication, et des noms pourront, après vérification plus approfondie, être ajoutés ou retirés. Pour une vingtaine de cas (sur 98), leur statut pourrait  plutôt être, en réalité, celui de journaliste. À l’inverse, Irène Chagneau, par exemple, apparaît dans la base de données uniquement comme productrice ou journaliste, quand un article de presse écrite l’identifie comme réalisatrice. Il reste en tout cas cohérent par rapport aux estimations que l’on peut trouver dans d’autres sources écrites.

L’étendue de la contribution de ces réalisatrices aux programmes est très inégale : certaines se voient attribuer une ou deux réalisation seulement ; la grande majorité d’entre elles (67 sur 98) ont réalisé moins de 10 émissions. Mais 6 femmes en ont réalisé plus de 200 : Solange Peter, Antonia Calvin, Janine Guyon, Denise Billon, Colette Thiriet, et Anne-Marie Ullmann.

Top des réalisateurs et réalisatrices à la télévision, entre 1960 et 1969 (en nombre de postes assurés à la réalisation)

Solange Peter a réalisé 804 reportages, notamment pour 24 heures sur la Une et Sports Dimanche. Anne-Marie Ullmann a également eu une longue carrière : elle a commencé comme assistante réalisatrice, sans doute avant 1958, et a travaillé jusqu’en 1986 à la télévision- entre 1960 et 1969, elle apparaît comme réalisatrice de 208 émissions.

Parmi ces noms, signalons également :

  • Nadine Trintignant, cinéaste, qui a réalisé dès 1967 une émission de la série « Les femmes aussi ».
  • La militante féministe Louise Weiss, réalisatrice d’une série d’émissions diffusée en 1963, « L’Afrique du soleil levant ». 
  • Plusieurs autrices de films d’animation : Denise Charvein, Françoise Claude, Annie Samyn, Jacqueline Antoine…
  • De nombreuses réalisatrices ayant travaillé au Service de la Recherche de l’ORTF, parfois également dans le domaine de l’animation : Jeannette Berton, Denis Cordier, Anne-Marie Digues, Yvonne Leenhardt, Monique Lepeuve, Nicole Marchand, Manuelle Roche, Elisabeth Savel, Paule Sengissen, Marie-Claire Patris (ou Schaeffer), Paule Truffert… Si leurs réalisations sont peu nombreuses (d’autant plus que, comme celles de leurs collègues masculins, elles n’ont pas toujours été diffusées), le Service de la Recherche, où la création prime sur les questions statutaires, apparaît bien comme un lieu d’accès à la réalisation pour les femmes.

Même si les chiffres doivent être pris avec prudence, comme expliqué au début de cet article, les tendances qu’ils dessinent sont certainement valide : les années soixante, qui ont vu augmenter le nombre de réalisations pour la télévision (avec l’extension des heures de diffusion, et surtout l’ouverture de la 2e chaîne), ont aussi été un moment de fermeture de la profession aux femmes. Une évolution à mettre en lien, probablement, avec la formalisation du statut de réalisateur par le protocole de 1963, qui introduit un numerus clausus et donne une prime à la réalisation de dramatiques – le genre le plus prestigieux, dont les femmes ont été tenues écartées.

Evolution de la répartition genrée à la réalisation, à la télévision entre 1960 et 1969 (en nombre de postes assurés à la réalisation)

Ce repérage pourra nourrir, nous l’espérons, des travaux comparables à ceux que mènent actuellement Roxane Gray sur les réalisatrices suisses ou des équipes de chercheures autour d’Anouk Belanger au Quebec. Ils viendraient compléter les études de Jérôme Bourdon ou Samuel Zarka sur la formalisation du statut de réalisateur, en soulignant l’importance des rapports de genre au sein de la profession. Si la question de l’identification des professionnelles de la télévision, et plus généralement de la part des femmes dans la fabrique des programmes audiovisuels, fait désormais l’objet d’études (voir des exemples ici et sur la fiction, ou sur le documentaire), il reste encore beaucoup à découvrir sur les pionnières de l’histoire du petit écran.

 

Références : 

Bourdon Jérôme. “Les réalisateurs de télévision : le déclin d’un groupe professionnel”. In: Sociologie du travail, 35ᵉ année n°4, Octobre-décembre 1993. Les professionnels de la télévision. pp. 431-445. www.persee.fr/doc/sotra_0038-0296_1993_num_35_4_2138

Corset Pierre, Mallein Philippe, Perillat Joëlle, Sauvage Monique, Institut National de l’Audiovisuel. “Sociologie d’un corps professionnel : Les réalisateurs de télévision”. In: Réseaux, volume 2, n°9, 1984. La radio-télévision (Fonction de programmation) pp. 59-76. www.persee.fr/doc/reso_0751-7971_1984_num_2_9_1144

Zarka Samuel. L’équipe de cinéma : genèse et portée de la qualification du travail dans la production cinématographique en France, 1895 – 2018. Sociologie. Conservatoire national des arts et metiers – CNAM, 2019 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02447656 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search