“Final Account” : un fonds unique de témoignages d’anciens collaborateurs nazis

Article rédigé en collaboration avec Anne Tillard, documentaliste à l’INA

« Le dernier témoignage », long métrage du documentariste britannique Luke Holland est à l’affiche en France depuis le 23 mars. À partir de témoignages, entre aveux et dénis, d’individus qui ont pris part à la mise en œuvre de la barbarie nazie, le film est l’aboutissement d’un long travail d’enquête.  

Entre 2008 et 2017, d’Europe jusqu’en Amérique latine, le réalisateur est en effet parti sur les traces de la mémoire du IIIe Reich. Se présentant comme chasseur de souvenirs, il a rencontré des « gens ordinaires », nés entre 1905 et 1934, qui par leur implication personnelle ou professionnelle, ont été, à des degrés divers, rouages du système nazi, de son idéologie et de sa machine de guerre.

En introduction de la présentation de son projet, Luke Holland, décédé en 2020, éclairait sa démarche d’une affirmation de Primo Levi : « Les monstres existent, mais ils sont trop peu nombreux pour être vraiment dangereux ; ceux qui sont plus dangereux, ce sont les hommes ordinaires, les fonctionnaires prêts à croire et à obéir sans discuter. »

Au-delà de la production de ce long métrage, Luke Holland et les équipes de la société Zef Productions se sont mobilisés pour mettre en œuvre un projet, à visée historique, scientifique et pédagogique, de conservation de la matière source de ce film. Ce projet a mobilisé trois institutions patrimoniales et académiques : University College London (UCL), Wiener Holocaust Library et l’INA, avec le soutien de la Pears Foundation.

En même temps qu’elle est consultable dans les emprises des partenaires Outre Manche (UCL et  WL) grâce à un dispositif  de consultation développé par l’INA,  la collection d’interviews Final Account: Third Reich Testimonies conservée par l’Institut National de l’Audiovisuel est accessible pour la recherche à l’INA thèque ainsi que dans les délégations régionales de l’INA.

295 entretiens, soit 500 heures de vidéo majoritairement en langue allemande[1], offrent ainsi les possibilités d’étude d’une « zone grise » des complicités avec le régime nazi, ses crimes de guerre et la mise en œuvre de l’Holocauste. Suivant la typologie établie par Luke Holland, cette grey area fut peuplée de perpetrators (participants actifs), de bystanders (spectateurs) et de followers (suiveurs) dont il a traqué les survivants afin de réactiver leur mémoire et recueillir leurs témoignages. 

274 hommes et femmes pour la plupart allemands et autrichiens, reflétant une large diversité socio-économique, ont ainsi fait le récit de leur trajectoire avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Ils ont été anciens membres de la SS et soldats de la Wehrmacht, secrétaires d’organisations nazies et militaires, salariés des secteurs industriel, économique, médiatique et artistique, employés chez de hauts dignitaires nazis, personnel médical ou encore enseignants. Leur parole restitue la vie quotidienne dans l’Allemagne nazie, en Autriche ou dans les territoires occupés. Elle fait le récit de la propagande, de l’endoctrinement, de l’antisémitisme, des persécutions ou des déportations. Les questions essentielles de responsabilité, de complicité et de justice sont reposées par ce corpus de témoignages.

Chaque interview est documentée par une notice dont les protocoles de rédaction ont été définis en coopération avec des historiens de l’University College London. Un résumé en anglais  des propos tenus a été rédigé par Dr. Stefanie Rauch, chargée de recherche à UCL, il enrichit chacune des 295 notices, 32 d’entre elles contenant par ailleurs une analyse détaillée en français.

Un guide méthodologique sera mis à la disposition des chercheurs qui  se présentent à l’INA thèque pour explorer ces sources , « Guide to Collection & Finding Aid Final Account: Third Reich Testimonies »

Cette campagne de témoignages pour l’histoire offre une matière inédite par son approche d’une  zone grise des « petits bourreaux »  et par là même un nouvel éclairage sur « la banalité du mal ».  

[1], À ce jour la répartition linguistique des entretiens se distribue ainsi : 244 en allemand, 22 en français, 6 en néerlandais, 1 en espagnol, 1 en anglais


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search