La chanson engagée dans les fonds de l’INA

Ce guide des sources a été réalisé par Benjamin Soulabaille, étudiant en Master 2 Science politique, parcours “Culture et politique : arts, mots et images”, Université Paris 8 Vincennes Saint Denis. Télécharger le pdf >>

 

GÉNÉALOGIE DE LA CHANSON POLITIQUE

Qu’entend-on par chanson engagée ? Est-ce là un synonyme de chanson sociale ou politique ? de chanson contestataire ou militante ? De chanson populaire ? Ou bien ce terme ne désigne-t-il que les artistes qui ont revendiqué l’usage de cette expression ? Lorsqu’ils en débattent à la télévision ou à la radio, eux non plus n’apportent pas une définition nette de ce qu’est la chanson engagée. Aussi ce terme est souvent utilisé comme un pis-aller pour désigner toutes ces choses à la fois. Toutefois, l’expression de « chanson engagée » demande à être contextualisée, délimitée et interrogée. Elle se popularise dans l’après Seconde Guerre mondiale, d’abord avec les chanteurs de la rive gauche, les thuriféraires de la chanson intellectuelle, souvent sympathisants du parti communiste. Puis, Mai 68 marque une nouvelle étape dans l’avènement et la banalisation du terme. Depuis il n’a pas disparu mais sa charge militante semble avoir reflué au profit d’une acception plus consensuelle de ce qu’est la chanson engagée. C’est donc également un terme qu’on se dispute, puisque « engagé » ne rime pas toujours avec « de gauche ». Néanmoins, l’évanescence de l’expression va de pair avec le maintien d’une tradition musicale contestataire qui en marge de l’industrie du disque et des télévisions et au plus proche des luttes sociales, se fait l’héritière de la chanson populaire et engagée.

Ce guide ne propose donc pas une anthologie des chanteurs engagés, ni une approche thématique des sujets fréquemment abordés par la chanson contestataire. Il s’efforce plutôt de saisir les différentes manifestations et évolutions de la chanson engagée, une idée malléable qui s’affirme ou se rétracte au gré de ses rapports avec le pouvoir politique et les industries culturelles.

GÉNÉALOGIE DE LA CHANSON POLITIQUE

 

1. Un siècle de révolutions

« Art social par excellence » disait le compositeur Paul Dukas (1865-1935) à propos de la musique. Du vivant de Dukas, la chanson et le théâtre constituaient les principaux médias et catalysaient à eux seuls les opinions et les idées politiques de l’époque. Déjà les mazarinades au XVIIème siècle attestaient de ce caractère pamphlétaire de la chanson. Mais la Révolution Française transforma durablement la chanson politique qui, de pamphlétaire, devint à proprement parler révolutionnaire. Dès lors, chaque révolution – on pense au printemps des peuples de 1848 et plus encore à la Commune de Paris de 1870 – enrichira un répertoire fortement influencé par les idées anarchistes, communistes et socialistes. Bien sûr, toutes les chansons révolutionnaires n’appellent pas à la révolution. Il y a aussi celles qu’on chantait au moment des faits comme le « Temps des Cerises », qui, malgré ses allures de refrain bucolique est l’un des chants les plus emblématiques de la tradition révolutionnaire française. Et chaque révolution aura son lot de chansons anodines qui tranchent avec le ton souvent manichéen des chants révolutionnaires du XIXème siècle.

Tandis qu’à la radio on propose surtout des émissions d’analyse historique, les émissions de télévision consacrées aux chansons des périodes révolutionnaires sont très fréquemment des reconstitutions costumées accompagnées, notamment dans le cas de la Révolution Française, d’un discours pédagogique et éducatif.

1.1. De la révolution française à La Commune de Paris

La Révolution française

Evocation révolutionnaire au Palais Royal, Journal de Paris, 1ère chaîne, 13.07.1967, 3min

Extrait de journal télévisé dans lequel Maurice Fanon interprète « La Citoyenne » dans les jardins du Palais Royal, entouré d’une troupe de figurants habillés en tenue d’époque.

La Révolution française et 14 juillet : la révolution française, Chantez le moi, Antenne 2, 2 émissions le 14.07.1983 et le 14.07.1984, environ 1h15 par émission

Deux émissions réalisées par Jacques Samyn et présentées par Jean-François Kahn à l’occasion de la fête nationale. La Révolution française est racontée sous forme d’une comédie musicale ponctuée par les commentaires de Jean-François Kahn et de ses invités qui s’efforcent de contextualiser et d’analyser les chansons de l’époque.

1er épisode, Le chansonnier de l’histoire de France, FR3, 07.09.1981, 30min

Dessin animé réalisé par Daniel Georgeot qui retrace les évènements clés de la Révolution française. En voix off, Jean Michel Caradec et Marcel Mouloudji interprètent les chansons qui évoquent ces évènements.

Collection Le Quart d’heure du Procope, Antenne 2, 26 épisodes du 01.01.1989 au 01.07.1989, 15min par épisode

Série de vingt six épisodes d’un quart d’heure chacun et réalisée par Agnes Delarive. Evocation des dix années du cycle révolutionnaire par l’historien Pierre Miquel, qui a décidé de se mettre en scène au Procope, le café le plus ancien de France, et de jouer le rôle de Maitre Pierre, contemporain de la Révolution Française. Avec l’aide de son secrétaire Camille Le Sec, il va tenir une chronique au jour le jour de cette époque mouvementée. Tenant salon au Procope, il va observer, écouter et recueillir les témoignages des gens qui s’y pressent. Ce ne seront pas les ténors de la Révolution, mais plutôt des hommes et des femmes ordinaires: députés venus de leurs provinces pour assister aux Etats-Généraux, postillon, curé, soldats, gens du peuple et aristocrates. Ces personnages obscurs seront interprétés par des comédiens amateurs.

La Révolution en chantant et Chanter la Révolution, Chansons témoins, Radio Bleue, série de 9 épisodes diffusés du 11.05.1989 au 06.07.1989, 30min par émission

Des premières chansons raillant Louis XVI aux chansons qui portent des revendications sociales en passant par la chanson guerrière, Marc Dumont revient sur les chansons de la Révolution Française dans une série d’émission sous le double titre « La Révolution en chantant » puis « Chanter la Révolution ».

Les Chants de liberté, Jeu de l’ouïe, France Culture, 20 émissions du 05.06.1989 au 30.06.1989, 10min par émission

Série de vingt émissions qui sous forme de chroniques explorent, de 1789 à 1799, les chansons qui firent la Révolution et celles qui la célébraient. Le magazine met aussi en avant les filiations entre les chants de la Révolution française et ceux des révolutions du XIXème siècle.

La Révolution en chantant: Ginette Marty, La mémoire en chantant, France Culture, émission en deux parties diffusée le 08.07.1989 et le 15.07.1989, 40min

Régis François Barby reçoit Ginette Marty qui a établi un « Dictionnaire des Chansons de la Révolution » fort de 140 chansons. Ginette Marty interprète d’ailleurs une partie de ce répertoire. L’émission alterne entre l’entretien et la diffusion de ces enregistrements.

La Révolution française en chantant, 2000 ans d’histoire, France Inter, 06.01.2005, 27min

Patrice Gelinet évoque les chansons de la Révolution française en compagnie de Carl Aderhold, directeur éditorial chez Larousse et Pierre Saka, parolier et ancien animateur sur France Inter. Il est bien entendu question de l’histoire de « La Marseillaise » mais aussi de « Ça ira », de « La Carmagnole » ou encore du « Chant du départ », diffusés au cours de l’émission.

La Marseillaise, je l’aime moi non plus, Toute l’Histoire, 12.06.2017, 55min

Documentaire de Pascal Signolet sur la Marseillaise et sa perception fluctuante au gré des contextes historiques. Née dans un contexte révolutionnaire mais également patriotique et guerrier, elle incarne tour à tour la révolution ou au contraire l’ordre établi. Jean Louis Murat, Darina Al Joundi, Pierre Serna et Jean-Noël Jeanneney interviennent tout au long du documentaire.

1848 : vers une chanson ouvrière

Le Chant des ouvriers de Pierre Dupont, 16.03.1951, 2min41

Interprétation du « Chant des ouvriers ».

1848 : une révolution, une époque, Chansons témoins, Radio Bleue, 3 émissions du 01.12.1988 au 15.12.1988, 30min par émission

Marc Dumont évoque les chansons qui, des années 1830 jusqu’aux journées de juin 1848, ont fait la révolution. Ces chansons évoquent la misère ouvrière, l’antimilitarisme et la conquête d’Algérie, les taxes, les scandales du règne de Charles X, mais aussi les revendications des femmes.

Chants et musiques révolutionnaires: Pierre Dupont et la révolution de 1848, Paroles de France, Radio France Internationale, 12.01.1989, 14min45

Pierre Dupont, converti aux idées révolutionnaires aux alentours de 1846 quand il écrit le « Chant des ouvriers », se fera défenseur des révolutions européennes de 1848. Avec des chansons comme le « Chant des nations » ou le « Chant des soldats » il appelle de ses vœux une république européenne unie sous la bannière française. En 1851, il est condamné par Napoléon III pour sa chanson le « Chant des paysans », air sur lequel sera chanté au dénouement de la Commune la « Semaine sanglante ». Il sera finalement gracié par la suite.

Chanson engagées : les ouvriers, Chansons témoins, Radio Bleue, 23.01.1999, 55min

Marc Dumont, producteur et présentateur de « Chansons témoins », explore les révoltes du début du XIXème siècle à travers les chansons qui glorifient les révoltes des canuts lyonnais et critiquent le travail harassant et les cadences imposées par les machines et le capitalisme industriel naissant.

La Commune de Paris

Les premiers « 1er Mai » et la chanson sociale – éléments d’émission, Tribune de Paris : Les hommes, les événements, les idées à l’ordre du jour, Programme National, 13min15

Le socialiste Alexandre Zevas, homme politique et avocat, évoque «Le Temps des Cerises» et «L’Internationale» et dresse un portrait de leurs auteurs respectifs, Jean-Baptiste Clément et Eugène Pottier.

La Commune en chansons, Carte blanche à, France Inter, 07.12.1970, 57min02

Causerie produite et animée par Caroline Clerc qui retrace l’histoire de la Commune de Paris à travers un texte écrit par Robert Arnaut et de nombreuses archives musicales.

Paris d’hier, chansons d’aujourd’hui, Rond point, 1ère chaîne, 06.11.1971, 26min44

Dans ce magazine présenté par Charles Finalteri, plusieurs chanteurs interprètent dans les rues de la capitale une chanson de leur répertoire évoquant Paris. Jean Ferrat filmé à Belleville, tout près de l’endroit où se tinrent les dernières barricades communardes, interprète sa chanson « La Commune ».

L’Internationale, Atelier de création radiophonique, France Culture, 01.03.2009, 1h19

Dans ce documentaire Frédéric Touchard explore les différentes versions de «l’Internationale», le célèbre chant révolutionnaire ouvrier écrit par Eugène Pottier lors de la répression de la Commune.

La Chanson engagée (autour de la guerre Franco-prusse et de la Commune), Du Caf’conc’à la rive gauche, France musique, 11.07.2013, 23min55

Émission produite par Nicolas Lafitte dans laquelle il est question des origines patriotiques, guerrières et revanchardes de certains chants révolutionnaires.

Les Métiers à travers la chanson : de l’artisan à l’ouvrier, changements et revendications, Chansons témoins, Radio Bleue, deux émissions le 13.04.1989 et 20.04.1989, 30min

Série d’émissions réalisées par Christian Denis Le Sève qui montre en chanson l’avènement du monde ouvrier au XIXème siècle. Il analyse aussi la profonde intrication entre le chant et les revendications sociales. Des chansons écrites par Monthéus, Gaston Couté ou encore Jacques Coulonges et Jacques Brel illustrent l’émission.

1.2. Hymnes ouvriers

Congrès socialiste à Lille, Actualités françaises, 01.01.1956, 23min33

Documentaire sur le 48ème congrès national du Parti Socialiste SFIO qui s’est tenu à Lille du 28 juin au 1er juillet 1956. À la fin du reportage, les délégués du parti entonnent “l’Internationale”.

La Mémoire en chantant : le 1er Mai, Pulsations, France Culture, 01.05.1985, 55min

Magazine proposé par François Régis Barby avec un florilège de chansons qui célèbrent le 1er mai.

Variations sur l’Internationale et autres chansons, FR3, 01.05.1985, 52min

Documentaire à base d’archives, d’extraits de films et de scènes jouées qui retrace l’histoire de « l’Internationale » de sa création en 1871 jusqu’à Mai 68.

Lille : centenaire de la chanson l’internationale, JT soir Nord Pas de Calais, France 3 Pas de Calais, 23.07.1988, 2min11

Reportage à Lille de Laurence Picolo et Philippe Basquin à l’occasion du centenaire de la chanson “l’Internationale”, composée dans cette ville le 23 juillet 1888 par Eugène Pottier et Pierre Degeyter. Gustave Ansart, ancien député du parti communiste revient sur le contexte de création de cet hymne.

L’Oeil du cyclone : (émission du 19 avril 1997), L’Oeil du cyclone, Canal +, 19.04.1997, 26min27

Documentaire à base d’archive de Vladimir Tcherine sur les chants révolutionnaires dans le monde, de « L’Internationale » à la « Carmagnole » chantée par Johnny Hallyday en passant par les chants des Républicains espagnols et « Bandiera Rossa ».

Deux hymnes idéologiques : le Te Deum, L’Internationale, La Politique en chansons, Mots, 11.2002, n°70

Article universitaire de Juana Ugarte qui dresse une histoire comparée du « Te Deum » et de « L’internationale ». En dévoilant les mécanismes qui sous-tendent ces deux chants, l’auteure interroge aussi la disparition au XXIème siècle de ces hymnes communautaires à forte portée symbolique et politique.

Musique et politique: 2ème partie, La Fabrique de l’histoire, France Culture, 20.10.2010, 52min47

Émission produite par Emmanuel Laurentin qui explique que les hymnes politiques se construisent en empruntant des mélodies plus anciennes, à l’instar de l’hymne de la Confédération nationale du travail (CNT) pendant la guerre d’Espagne « A las barricadas », qui emprunte l’air de la varsovienne, un chant polonais écrit à la fin du XIXème siècle.

Chansons du Front populaire, ARTE, 07.06.2015, 43min44

Documentaire à base d’archives réalisé par Yves Riou et Philippe Pourchain. Dans ce document chants révolutionnaires et chants ouvriers côtoient des chansons plus légères mais qui témoignent elles aussi de l’enthousiasme et des espérances suscitées par le Front populaire.

 

2. Autour de la Butte Montmartre

Vers la fin du XIXème siècle la chanson se professionnalise et les premiers archétypes d’une industrie de la chanson se mettent en place à Paris. Du côté de la Butte Montmartre, on a encore le souvenir brûlant de la Commune et c’est dans ce coin encore semi-rural du nord de Paris, où l’immobilier n’est pas trop coûteux que vont se développer les cabarets où chansonniers, écrivains, peintres et poètes se réunissent pour écouter poèmes et chansons. Des chansonniers du début du XXème siècle, Aristide Bruant est probablement celui qui a le plus marqué les mémoires. Le patron du « Chat Noir », immortalisé par Toulouse-Lautrec dans son écharpe rouge et sous son large chapeau noir, chantait le peuple de Paris en lui empruntant son argot et marqua de façon indélébile la tradition populaire et politique de la chanson. De son côté, Gaston Couté, poète chansonnier de la Beauce, mort prématurément à la veille d’un conflit qui, en s’annonçant, avait déjà mis le chansonnier révolutionnaire et pacifiste sur la touche, exprimera clairement, comme son aîné Marcel Legay l’avait fait auparavant, ses opinions anarchistes.

Comme c’était déjà le cas pour la Révolution Française, les émissions de télévision aiment évoquer cette ambiance de la Butte, des cabarets et des chansonniers à travers des reconstitutions costumées qui mythifient tout particulièrement le chansonnier Aristide Bruant.

2.1. Les chansonniers

Les pionniers de la chanson politique

Marcel Legay, chansonnier de la Belle époque, Programme Parisien, 28.04.1956, 35min

Evocation de Marcel Legay par Georges Millandy, producteur de l’émission, qui a connu le chansonnier de son vivant. Parolier, Georges Millandy avait fait ses débuts au Quartier Latin, Procope et au cabaret des noctambules aux côtés de Marcel Legay. Yvonne Darle et Marcel Nobla du Lapin Agile, Aimé Doniat et Mathé Altery participent à l’émission pour interpréter les oeuvres du chansonnier. Guy Berthet, neveu de Marcel Legay raconte les souvenirs de son oncle.

Pierre Dupont, Hommage à, Radio Lyon, 23.04.1970 et 24.07.1970, 55min par épisode

Magazine qui retrace la vie de Pierre Dupont, chansonnier né en 1821 et mort à la veille de la Commune de Paris et à propos duquel Baudelaire disait « maintenant la poésie populaire peut passer ». En 1846 il écrit « Le Chant des ouvriers », en 1848, il acclame la République et est condamné à la déportation sous Bonaparte.

Pierre Jean de Béranger par ses chansons, Jeu de l’ouïe, 10 émissions du 29.04.1991 au 10.05.1991, 10min par émission

Dans cette série, Serge Hureau, animateur du Hall de la Chanson, interprète et analyse les chansons de Pierre Jean de Béranger. Des enregistrements d’archives de Yvette Guilbert, Pierre Bertin ou encore Germain Montero permettent de compléter ce portrait du chansonnier qui a connu la prison à deux reprises pour ses chansons républicaines et anti-cléricales qui connurent à leur époque un vif succès.

La Chanson politique : de Béranger à Zebda, Concordance des temps, France Culture, 08.09.2001, 58min

Jean Noël Jeanneney reçoit Claude Duneton, historien de la langue et de la chanson populaire, pour évoquer Pierre Jean de Béranger, inventeur de la chanson politique au début du XIXème siècle avec sa première chanson « Chant d’asile ».

Marcel Legay, chansonnier montmartrois, Tour de chant, France Musique, 10.09.2017, 30min

Yves Bertrand, petit neveu de Marcel Legay, est invité au micro de Martin Pénet pour évoquer le chansonnier. Ce dernier dont la carrière débute en 1876, soit cinq ans avant l’ouverture du Chat Noir, était l’un des grands défenseurs d’une chanson accessible que perpétuera la chanson réaliste. Chansonnier, compositeur et directeur de cabarets, sa rencontre avec Jean Baptiste Clément le mènera sur un registre plus social. Converti à l’anarcho-socialisme, Legay signe avec Maurice Boukay le recueil « Chansons rouges ». Chanté par Brassens ou par Piaf, certaines de ses chansons à l’instar de « Le Bleu des bleuets », « Va danser », « Ecoute ô mon coeur » « Sans rien dire» connurent à nouveau le succès à l’époque des enregistrements.

Aristide Bruant et l’argot parisien

Archives chansons d’Aristide Bruant, 28min35

Don de Madame Tarquini, la petite fille d’Aristide Bruant. Enregistrement non daté mais qui remonte probablement au début du XXème siècle, composé de dix chansons d’Aristide Bruant.

Gloire de Montmartre : Francis Carco évoque Aristide Bruant, Programme National, 8 émissions du 15.10.1951 au 03.12.1951, environ 25 à 30min par émission

Emission produite par Francis Carco et Henri Vermeil à l’occasion du centenaire d’Aristide Bruant. Evocation de la vie et des chansons de Bruant par l’écrivain-chansonnier Francis Carco et plusieurs autres intervenants. Dans ce document, divers interprètes chantent le répertoire de Bruant.

Steinlen imagier d’Aristide Bruant, Le Cabinet des estampes, 1ère chaîne, 06.10.1953, 15min43

Un documentaire de Jean-Marie Drot réalisé à partir de lithographies de Steinlen qui viennent illustrer le répertoire du chansonnier Aristide Bruant.

Dans la rue, 02.09.1967, 48min

Jean Kerchbron réalise la captation d’un spectacle en costume d’époque autour de la figure mythique d’Aristide Bruant, spectacle auquel participent notamment Boby Lapointe, Barbara, Mouloudji, Monique Morelli ou encore Colette Renard.

Collection, Les Bas-Fonds de Paris, Antenne 2, 15 épisodes du 08.09.1986 au 26.09.1986

Fiction réalisée par Marlène Bertin d’après le roman éponyme d’Aristide Bruant. L’ambiance des cabarets est très présente dans ce feuilleton et l’un des personnages, un patron de cabaret affublé d’une écharpe rouge autour du cou, entonne à maintes reprises des chansons de Bruant.

Collection La Loupiote, France Culture, 15 épisodes du 08.03.1993 au 26.03.1996, 20min par épisode.

Feuilleton d’après un roman d’Aristide Bruant adapté par Anne Mercier et réalisé par Christine Bernard Sugy. En parallèle de son métier de chansonnier, Bruant a également écrit plus d’une quinzaine de romans dont les thèmes rappellent parfaitement ceux de ses chansons.

 

Gaston Couté, chansonnier anarchiste

Meung sur loire, Gaston Couté, Non diffusé, date d’enregistrement le 18.09.1955, 25min

Émission avec Maurice Frottier, ancien camarade de classe de Gaston Couté et ami de ce dernier qu’il fréquentait aussi à Paris à l’époque où Couté chantait dans les cabarets. On retrouve certains propos du chansonnier, rapportés par Frottier dans cet entretien, dans le téléfilm de Philippe Pilard « La Belle Epoque de Gaston Couté ».

Interview du poète Le Beur à propos de Gaston Couté, Télé pays de Loire, France 3 Pays de Loire, 12.03.1970, 3min10

Reportage de Patrick Visonneau diffusé au JT de France 3 Pays de Loire. Le poète Le Beur évoque Gaston Couté qu’il qualifie à plusieurs reprises de poète révolté et qu’il compare à François Villon. À la fin de l’entretien, Le Beur dit un extrait de « La chanson du gas qui a mal tourné ».

La Belle Epoque de Gaston Couté, Antenne 2, 14.06.1979, 1h03

Téléfilm de Philippe Pilard avec Bernard Meulien dans le rôle de Gaston Couté. Le chansonnier est mort à la veille de la Première Guerre mondiale alors qu’il était sur le point d’être jugé devant les assises pour une chanson antimilitariste parue dans le journal anarchiste La Guerre sociale. Cette fiction attentive au contexte politique et social de l’époque, met en relief, à travers les interprétations de Bernard Meulien, le caractère subversif des chansons de Couté. Le scénario du téléfilm est également disponible dans les fonds écrits de l’Ina (ID : 12018-0883).

Bernard Meulien « Après vendanges », Centre Actualités, FR3, 19.04.1986, 3min30

Dans cet extrait du JT de France 3, Bernard Meulien interprète sur une musique de Gérard Pierron et dans le patois de la Beauce, « Après vendanges » de Gaston Couté.

Gaston Couté, Une vie, une œuvre, France Culture, 08.10.1992, 1h25

Claude Duneton, producteur de cette émission et historien du langage populaire, reçoit Bernard Meulien et Michèle Gleizer pour évoquer le poète et chansonnier Gaston Couté. Ils reviennent sur ses influences littéraires et politiques, son utilisation de l’argot très différente de celle de Bruant, sa vision de la campagne et du monde paysan, son rapport à l’argent et sa participation au journal antimilitariste La Guerre sociale dans lequel à la fin de sa vie, il écrit une chanson d’actualité par semaine. À cette époque, les cabarets parisiens sont passés de l’anarchisme au patriotisme revanchard. Couté n’est plus à la mode et meurt dans la misère comme beaucoup de chansonniers de l’époque.

2.2. Les cabarets

Archives du spectacle : le lapin agile, 46min20

Archives audio constituée d’un concert donné au cabaret du Lapin Agile en 1947, durant lequel Jean-Roger Caussimon récite des poèmes, et d’archives plus anciennes où l’on reconnait des interprétations d’Aristide Bruant. L’émission est produite par François Billetdoux.

Le Montmartre des Montmartrois, Non Utilisés, Actualités Françaises, 01.01.1945, 12min41

Reportage de Jacques Breteuil sur le Montmartre pittoresque, filmé entre 1943 et 1944. Au cabaret du Lapin Agile, Yvonne Darle interprète « Le Temps des cerises » que l’assistance reprend en chœur. Dans le public, au premier plan, on aperçoit d’ailleurs Jean- Roger Caussimon.

Collection La Muse au cabaret, Programme National, 6 émissions à partir du 18.08.1947, entre 15 et 25min par épisode.

Francis Carco consacre une émission à chacun des six cabarets suivants : La Bolée de cidre, La Lune Rousse, Chez Fursy, Le Chat Noir, Les Noctambules et Le Mirliton. Il dresse le portrait du lieu et des célébrités que l’on pouvait y trouver. De nombreuses interprétations illustrent son propos. L’émission sera rediffusée à plusieurs reprises sur France Culture à partir de 2004.

La Quinzaine de la rose, Panorama, Paris Inter, 28.05.1950, 4min32

Emission produite par Micheline Sandrelle avec un reportage au cabaret de Montmartre « La Maison rose », situé à quelques pas du célèbre Lapin Agile. Annette Cery y interprète « La petite rose blanche » d’Aristide Bruant.

Reportage au cabaret « Chez Gilles », Paris Inter, 30.09.1951, 19min05

Reportage de Pierre Le Rouzic au cabaret « Chez Gilles » qui vient d’être inauguré à l’époque de l’émission. Avant les interprétations de divers artistes, le directeur du cabaret annonce l’équipe de son programme : les Quatre Barbus, Germaine Montero, Mouloudji, Boris Vian ou Laure Odette. Bien qu’ayant ouvert sur la butte dans la tradition des cabarets de Montmartre, « Chez Gilles » est aussi très influencé par le style rive gauche né après la guerre.

La Belle époque : Le Chat Noir, 1ère chaîne, 12.08.1967, 40min

Reconstitution d’une soirée au cabaret du Chat Noir réalisée par Maurice Château.

Les Poètes du Chat Noir, Poésie sur parole, France Culture, 30 émissions du 16.01.1995 au 29.01.1995, environ 5min par épisode

Emission d’André Velter composée de lectures de textes des poètes et des chansonniers qui se regroupaient autour du Chat Noir. On y trouvait, outre Aristide Bruant, Emile Goudot, Charles Cros, Franc- Nohain, Alphonse Allais ou encore Jean Richepin. Dans l’émission de Poésie sur parole du 23.11.1996, André Velter est au micro de Jean Baptiste Para pour présenter son anthologie des poètes du Chat Noir.

Jean Roger Caussimon, Les Greniers de la mémoire, France Musique, 20.10.1996, 30min

Documentaire à base d’archives consacrée à Jean Roger Caussimon et produite par Karine le Bail. Le chanteur et comédien commence à chanter au Lapin Agile au début des années 1940 dans la tradition évanescente des chansonniers populaires avant de donner un nouveau tour à sa carrière en enregistrant ses premiers disques dans les années 1970.

La Butte aux chansons, Euphonia, France Culture, 5 émissions du 10.03.1997au 14.03.1997, 1h par émission

Série de cinq émissions produite par François Régis Barby et consacrée à l’histoire de la Butte Montmartre sous le prisme des chansons, depuis la Révolution Française jusqu’à la fin des années 1960, quand Pierre Barouh achète un studio d’enregistrement place des Abbesses et lance sa maison de production Saravah. Le propos de l’émission est illustré par de nombreux disques.

L’Ecluse sans Barbara, Du Caf’conc’ à la rive gauche, France Musique, 22.08.2013, 27min54

Émission produite et présenté par Nicolas Lafitte. De nombreuses chanteuses ont fait leurs premiers pas dans ce cabaret de la rive gauche, notamment Cora Vaucaire, Pia Colombo, Francesca Solleville et Barbara.

3. L’antimilitarisme

Avant même que la Première Guerre mondiale n’éclate à la face de l’Europe, Couté chantait la « Marseillaise des requins » à la veille de sa mort en 1911. Les Requins, pour Couté, se sont les capitalistes que la guerre enrichit. Dans la « Chanson de Craonne », écrite au printemps 1917 sur le front, ils s’appellent les « gros », mais ce sont les mêmes que ceux que Couté dénonçait quelques années plutôt. Entonnée lors des mutineries qui suivent l’offensive particulièrement meurtrière du Chemin des Dames, elle est rapidement censurée. La chanson de Boris Vian, « Le Déserteur » connaîtra le même sort, tout comme un certain nombre de chansons de Brassens qui dans la veine des chansonniers du début du siècle s’en prennent à l’armée, à la police et autres représentants de la loi.

Contre la guerre

La Chanson du déserteur, Les Métiers qui chantent, Programme Parisien, 5min30

Diffusion de « La Chanson du déserteur » racontant l’histoire d’un fantassin qui sous le règne de Louis XV déserte par amour.

Qu’est-ce que l’esprit militaire?, Apostrophes, Antenne 2, 14.03.1975, Magazine, 1h

Sur le plateau de l’émission Apostrophes, présentée par Bernard Pivot et réalisée par François Chatel, Georges Brassens expose ses vues sur l’armée, le patriotisme et les drapeaux. Malgré des chansons ouvertement antimilitaristes, le général Bigeard, également invité de l’émission, déclare admirer beaucoup Brassens et apprécier ses chansons.

Aujourd’hui madame : les mercredis d’Aujourd’hui madame, Antenne 2, 05.11.1980, environ 2min

À la fin de cette émission réalisée par Françoise Boulain, Rosalie Dubois chante « Giroflé girofla », une chanson antimilitariste écrite par Rosa Holt en 1935 et qui dénonce les crimes commis sur les civils en temps de guerre.

Chroniques sauvages du 12 novembre 1988, Chroniques sauvages, France Inter, 12.11.1988, 57min

Emission de Robert Arnaut consacrée à Montéhus, le célèbre chansonnier qui de 1906 jusqu’à la Première Guerre mondiale composa de nombreuses chansons antimilitaristes dont « La Butte Rouge » et « Gloire au 17e ». En 1914, le « révolutionnaire cocardier», admiré par Lénine, en appelle à l’union sacrée notamment avec sa chanson « Lettre d’un socialo ». Son emballement pour la guerre lui vaudra une relative disgrâce jusqu’au Front Populaire.

Craonne, le chemin des dames, Là-bas si j’y suis, France inter, du 07.11.1997 au 26.11.1997, 54 min

Emission réalisée par Bruno Carpentier sur la mutinerie de Craonne. Dans ce magazine, à travers les reportages de Daniel Mermet, on revient sur les circonstances de la bataille du Chemin des Dames et de la mutinerie, la plus importante depuis le début de la guerre, qui fut immortalisée par la chanson de Craonne, alors fredonnée par les mutins et qui resta interdite jusqu’en 1974.

Chansons témoins, Radio Bleue, 5 épisodes le 10.11.1988, 24.11.1988 13.02.1999 et 20.02.1999, 30min ou 55min

Les trois émissions de 1988 produites et présentées par Marc Dumont et enregistrées pour l’anniversaire de l’armistice reviennent sur la fin de la Première Guerre mondiale, sur l’amertume et la colère qu’elle a suscitée et qui a pu se manifester par des chansons. Les deux émissions de 1999 sont consacrées à la tradition des chansons antimilitaristes qui exaltent l’insoumission, défendent l’idée de République et font souvent l’éloge de la Sociale. Les deux guerres mondiales, la guerre d’Espagne et après 68 la chanson anti- flics, viennent perpétuer cette veine antimilitaire de la chanson.

L’Engagement, Le Temps d’une chanson, France 2, 13.07.1999, 2H12

Dans la première partie de ce magazine composé de documents d’archives et ponctué par des entretiens, Guy Job donne à voir la forte teneur antimilitariste de la chanson engagée de la première moitié du XXème siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, la dénonciation des guerres deviendra aussi une dénonciation du nucléaire et donc, à partir des années 1970, des ravages écologiques.

Les chansons qui ont tout changé – Gloire au 17e, France Info, 22.07.2011, 6min18

Tranche horaire dédiée à Montéhus et à sa chanson « Gloire au 17e », chanson paradoxale puisque cette chanson antimilitariste fait l’éloge d’un régiment qui, en 1907, refusa de tirer sur les vignerons révoltés du Languedoc. « Gloire au 17e », « La Jeune garde » et « La Butte Rouge » sont diffusés pendant l’émission.

La Censure

A “Têtes de bois”, la chanson Potemkine indésirable en période d’élection, Télé magazine, du 4 au 10 décembre 1965, 10.12.1965, n°528

Article qui relate la censure par l’O.R.T.F de la chanson de Jean Ferrat « Potemkine » écrite en hommage aux mutins de la révolution de 1905. Deux ans plus tôt, le chanteur avait déjà été censuré pour son titre « Nuit et Brouillard ».

Pourquoi Joan Baez a été censurée à « Télé-dimanche », Télé Sept jours du 12 au 18 juin 1971, Télé Sept jours, 12.06.1971, n°581

Court article de P. Lefort qui confronte les témoignages de Joan Baez, censurée lors du « Télé Dimanche » du 30 mai 1971 et de Raymond Marcillac, producteur de l’émission. En effet, Joan Baez après avoir chanté trois chansons dont «La Ballade de Sacco et Vanzetti» avait pris la parole pour défendre les objecteurs de conscience et prôner des idées antimilitaristes.

La censure et la chanson à la radio nationale dans les années 50 et 60, Cahiers d’histoire de la radiodiffusion, 01.01.2002, n°71

Dans cet article, Isabelle Canno revient sur l’apparition de la musique enregistrée à la radio et des nouveaux enjeux de censure qui en découlent. En 1949, la création de la RTF va de pair avec la mise en place d’un comité des variétés qui jusqu’en 1967 — mais de manière moins systématique à partir de 1964 — aura pour mission de contrôler les chansons qui passent à l’antenne.

Chanson : le temps des censures, Concordance des temps, France Culture, 18.02.2006, 58min

Jean-Noël Jeanneney reçoit Martin Penet, historien et producteur à France Musiques pour une discussion autour de la censure des chansons de Béranger à NTM en passant par celles de Boris Vian, Serge Gainsbourg ou encore Georges Brassens. Tout comme la chanson a des astuces pour contourner la censure, la censure à les siennes pour modifier certaines chansons sans avoir à les interdire, par exemple en demandant à l’artiste de tousser certains mots. L’émission évoque également l’histoire du comité d’écoute de la radiodiffusion nationale et celle de la SACEM (Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique).

La Chanson de Craonne, censurée hier et aujourd’hui, Plages interdites, France Musique, 18.08.2016, 8min17

Chronique d’Aurélie Sfez qui signale la censure de la chorale de Poulainville qui devait interpréter le chanson de Craonne en juillet 2016 dans le cadre des cérémonies de commémoration de la bataille de la Somme. L’interdiction fut prononcée par les services du secrétaire d’Etat aux anciens combattants. Aurélie Sfev diffuse plusieurs interprétations de la chanson dont celle de Maxime le Forestier.

 

NAISSANCE DE LA CHANSON ENGAGEE

1. Autour de Mai 68

À la veille de Mai 68, certaines chansons de Léo Ferré comme « Ils ont voté » ou la chanson d’Evariste « Connais tu l’animal qui inventa le calcul intégral », annoncent de nouvelles formes musicales et langagières de contestation. La chanson engagée existe déjà au moins à travers les cabarets de la rive gauche qui regroupe quelques figures notables comme Jean Ferrat, Marc Ogeret, Francesca Solleville ou Anne Sylvestre. Jean Arnulf et Maurice Fanon, tombés dans l’oubli aujourd’hui étaient, à leurs côtés et jusqu’à 1968, des représentants importants de la chanson engagée notamment pour leurs textes antimilitaristes qui marquèrent le répertoire des cabarets de Saint-Germain-des-Prés. Toutefois, après 1968, le style rive gauche périclita jusqu’à disparaître définitivement au seuil des années 1980. Au contraire, Léo Ferré qui était déjà un chanteur politique reconnu dès les années 1950 pour ses chansons contre l’armée, le Général De Gaulle ou encore contre l’Eglise trouva un nouveau souffle à partir de 1968. Le chanteur quadragénaire deviendra même, après coup, l’un des symboles de la révolte, lui qui pourtant n’avait pas participé directement aux événements, si ce n’est à travers un concert donné le 10 mai à la Mutualité au profit du journal anarchiste Le Monde libertaire.

Parmi les chanteurs les plus impliqués dans le mouvement de 68, on trouve paradoxalement Lény Escudero, un chanteur yéyé en reconversion qui lança un appel sur les ondes de la radio nationale pour enjoindre les chanteurs à se mobiliser auprès des ouvriers grévistes. Avec le Comité Révolutionnaire d’Agitation Culturelle (CRAC), ils seront une poignée à chanter dans les usines occupées et dans les facs. Plus radicalement encore qu’Escudero, Dominique Grange abandonne sa carrière de vedette de variété pour militer auprès de l’extrême gauche, avec des titres contestataires, dont le fameux « Nous sommes les Nouveaux Partisans », une chanson dont le titre renvoi au « Chant des Partisans ».

1.1. Une nouvelle chanson politique ?

La chanson engagée avant 1968 : l’influence rive gauche

Jean Arnulf : point de vue, Merci d’être venu, France 3 Rhône, 27.07.1963, 2min30

Jean Arnulf interprète sa chanson «Point de vue ».

Rush : un soir de mai, Au risque de vous plaire, 2ème chaîne, 10.12.1966, 5min

Emission de variété réalisée par Jean Christophe Averty et dans laquelle Maurice Fanon chante « Un Soir de mai », une chanson qui décrit une rafle policière.

Maurice Fanon, Entrez dans la confidence, 1ère chaîne, 30.06.1967, 41min46

Portrait par Jacqueline Joubert du chanteur Maurice Fanon à travers des entretiens avec le chanteur et certains de ses amis comme Jacques Brel, Robert Merle, Boby Lapointe ou Pierre Perret. Ces entretiens sont ponctués par plusieurs interprétations de Fanon.

Jean Arnulf, Bordeaux Aquitaine, enregistré le 20.10.1967, 28min

Jean Arnulf interprète plusieurs chansons de son répertoire dont « Chante une femme » qui dénonce la guerre du Vietnam, « La guerre lanlaire », chanson interdite par la RTF et « Point de vue », son titre phare dans lequel il ironise sur les injustices sociales.

La Maison des jeunes et de la culture de Vichy, La Route des merveilles, France 3 Rhône, 30.12.1967, 26min34

Dans ce documentaire sur la Maison des Jeunes et de la Culture de Vichy, Jean Arnulf interprète deux chansons de son répertoire dont sa chanson antimilitariste « Chante une femme ». Les Maisons des Jeunes et de la Culture, dédiées à l’éducation populaire et réputées pour leur militantisme représenteront dans les années 1960 un circuit alternatif important pour les chanteurs marginalisés par les médias.

Chansons imaginaires : émission du 10 juillet 1968, Chansons imaginaires, 1ère chaine, 10.07.1968, 27min

Emission musicale de Gilbert Sommier où chaque chanson est illustrée par des images de la cinémathèque. On y entend entre autres Pia Colombo, Mouloudji, Marc Ogeret, Jean Ferrat, Catherine Sauvage ou encore Juliette Gréco qui chante “Les Blancs Manteaux”, chanson écrite par Sartre pour dénoncer la peine de mort.

Les Cabarets, Le Rythme et la raison, France Culture, 5 émissions du 24.07.1989 au 28.07.1989, 30min par émission

Emission à base de disques et d’entretiens pour évoquer le style et l’esprit Rive Gauche avec les chanteurs Marc Chevalier, Francis Lemarque, Francesca Soleville, Cora Vaucaire, Georges Chelon, Henri Gougaud, mais aussi Michelle Valette, directeur du cabaret la Colombe et Pierre Maguelon, directeur du Cheval d’or.

Central variétés – périscope : la chanson, Central variétés, 2ème chaine, 01.01.1970, 43min25

Série d’entretiens avec des chanteurs de la rive gauche, invités à s’exprimer sur la chanson engagée, la publicité ou encore Mai 68. Les entretiens sont entrecoupés d’interprétations de Monique Morelli, Francesca Soleville, Jacques Serizier, Gilles Dreu, Bernard Lavilliers ou encore Hélène Martin.

Il y a 25 ans, la Colombe, Antenne 2, 23.12.1981, 1h18

Reconstitution d’une soirée au cabaret de « La Colombe » réalisée par Maurice Frydland avec entre autres Guy Béart, Hélène Martin, Jacques Doyen, Francesca Solleville, Anne Sylvestre, Brigitte Sauvane et Marc Ogeret qui interprètent chacun une ou plusieurs chansons.

La Rive gauche, A la croisée des chansons, TF1, 04.01.1982, 18min04

Magazine réalisé par Jacques Audoir et présenté par Pascal Sevran qui évoque le cabaret de la « Rose rouge » qui fut après la guerre la matrice du style rive gauche qui représentera pendant une vingtaine d’années la chanson intellectuelle, engagée et poétique. Maurice Fanon qui a écumé un certain nombre de cabarets de la rive gauche est l’invité de l’émission pour interpréter deux titres de son répertoire.

Les soixante-huitards

Vient de paraître, 2ème chaine, 09.03.1967, 14 min

Évariste, figure incontournable de Mai 68 chante en play-back « Connais-tu l’animal » dans une émission produite par Gisèle Parry.. En 1971, une émission consacrée au chanteur fut censurée (ID émission : CPF86614091)

Dominique Grange, Central variétés, 2ème chaine, 28.04.1968, 10min

Magazine réalisé par André Flédérick qui s’ouvre sur un entretien avec Dominique Grange. L’émission diffusée quelques jours avant l’embrasement de la révolte étudiante ne laisse pas présager que la chanteuse sera l’une des figures majeures du mouvement. Si elle se dit volontiers révoltée, elle se présente comme une chanteuse satirique mais non comme quelqu’un d’engagé politiquement.

Les grèves à Paris, JT 20H, 1ère chaîne, 19.05.1968, 1min

Reportage de Jean Barberousse devant l’usine occupée de Renault à Boulogne Billancourt où un spectacle est donné pour les ouvriers et leurs familles. On aperçoit brièvement Lény Escudero et Pia Colombo chanter ensemble.

Léo Ferré à Bobino, 01.01.1969, 1h25

Captation d’un concert de Léo Ferré à Bobino par Jacques Duhen. Plusieurs chansons contestataires comme « La Marseillaise », « Ils ont voté », « Comme une fille » et « Les Anarchistes » suscitent l’enthousiasme du public qui applaudit pendant les chansons, quitte à interrompre Ferré. Avant le dernier morceau, on entend crier dans le public «Révolution libertaire» ou encore «Vive l’anarchie ».

Meeting Geismar, JT 13H, 1ère chaîne, 09.01.1972, 1min54

Reportage de Jacques Idier à Toulouse dans un meeting organisé par la Gauche prolétarienne. Dominique Grange chante accompagnée de sa guitare après un discours d’Alain Geismar.

Paris 30 mai 1968 : le pouvoir n’est plus à prendre, histoire d’un jour, FR3, 11.04.1985, 1h30

Documentaire sur Mai 68 réalisé par Maurice Dugowson dans lequel interviennent Alain Krivine, Cohn Bendit, plusieurs militants syndicaux, mais aussi Dominique Grange qui interprète «Les Nouveaux Partisans » et Pierre Cleitman qui raconte comment après Mai 68 il décide de changer de vie et devient musicien au répertoire populaire.

Maurice Rajsfus, La mémoire en chantant, France Culture, 02.05.1998, 20min

François Régis Barby reçoit Maurice Rajsfus pour présenter son dernier livre «Mai 68, sous les pavés de la répression». Le militant évoque les premières chansons de Mai 68 qui apparaissent dans des circuits d’édition parallèles, Léo Ferré qui chante « Les Anarchistes » et « Ils ont voté », mais aussi l’humour et l’ironie qui sont la marque des chansons contestataires.

Mai 68, chanter déchanter, Les Chemins de la musique, série de cinq émissions diffusées du 04.05.1998 au 08.05.1998

Série de cinq émissions présentées par David Josse et consacrées aux chansons qui annoncent Mai 68, à celles qui sont écrites au cœur de l’évènement et enfin, à l’après 68 et aux conséquences qu’aura eue cette révolte sur une partie de la production musicale. On y croise les figures de Ferrat, Higelin, Ferré, Caussimon, Colette Magny, Nougaro mais aussi quelques artistes plus à droite et en rupture avec Mai 68 et la chanson engagée.

Les années 70 : la chanson engagée, C’est extra, France Inter, 24.08.1993, 50min30

Emission produite et présentée par Alain Poulanges qui s’entretient avec Jacques Vassal du folk français et de son caractère militant notamment lorsqu’il défendait l’objection de conscience. Les années 1970 sont aussi celles des grands festivals gauchistes mais aussi des grandes occupations comme celles des usines Lip et du plateau du Larzac, relais privilégiés de la chanson engagée. L’émission se termine sur un entretien avec Brigitte Fontaine.

Mai 1968 : le témoignage de Georges Moustaki, Entre nous, France 3 Haute Normandie, 15.05.2004, 5min28

Entretien extrait d’une émission sur Mai 68 produite par Nathalie Valin. Le chanteur évoque le souvenir de cette période et sa participation aux meetings et concerts de solidarité avec les grévistes. Pour Georges Moustaki, l’héritage de 68 est dans les slogans et les chansons et cette période.

 

La Bande son de 1968, Entrée libre, France 5, 01.05.2018, 5min19

Reportage de Marion Banchais qui revient sur les chansons qui ont marqué Mai 1968 à travers une sélection d’images d’archives ainsi que des interviews de Serge Hureau, directeur du Hall de la chanson et Dominique Grange, chanteuse iconique de Mai 68.

 

Les Chansons de Mai 68, Tour de chant, 28.08.2018, trois émissions le 11.08.2018, 18.08.2018 et 25.08.2018, environ 1h

Emission réalisée par Gilles Blanchard avec de nombreuses archives et à partir d’entretiens avec Dominique Grange et Évariste interviewés par Martin Penet. Après l’appel lancé par Leny Escudero, tous deux chantent à la Sorbonne ou dans les usines avec Maxime Le Forestier, Georges Moustaki, Jacques Higelin et Boby Lapointe tandis que les chanteurs engagés traditionnels se retrouvent en marge du mouvement.

 

Le Cri avec les voix de Ferré, Brel, Tachan et Ferrat, Les Greniers de la mémoire, France Musique, 15.08.2015, 59min50

Dans cette émission Karine Le Bail fait entendre la voix des chanteurs révoltés des années 60 dont les carrières étaient déjà lancées avant 68. Ce documentaire à base d’archives mêle des entretiens avec les artistes et des extraits de leurs chansons.

 

1.2 Une génération de chanteuses

Les femmes ne manquent pas dans l’histoire de la chanson qui est, dès ses débuts, une profession très féminisée. Toutefois, longtemps la chanson politique reste le pré carré des hommes. Mais après la Seconde Guerre mondiale, les cabarets de la rive gauche deviennent un véritable viviers de femmes interprètes qui chantent Léo Ferré, Louis Aragon, Pierre Mac-Orlan, Brecht et Aristide Bruant dans le sillage de leur aînée Germaine Montero. L’une d’entre elles, Anne Sylvestre, devient la première auteure-compositrice-interprète femme en France et aborde dans certaines de ses chansons les questions du viol, de l’avortement et de l’homosexualité. Dans son sillage, Catherine Ribeiro, Colette Magny, Brigitte Fontaine et un peu plus tard Mama Béa elles aussi auteures-compositrices-interprètes proposeront une chanson politique tout en marquant leur rupture avec le style rive gauche, très peu innovant sur le plan musical, tant ses représentants estimaient que la qualité d’une chanson dépendait essentiellement du texte. Avec ces chanteuses davantage influencées par le rock et le jazz dans le cas de Colette Magny, la chanson politique va trouver d’autres voies.

De l’interprète à l’auteure

La Fine fleur de la chanson française, France Inter, 08.11.1970, 57min30

Jacques Higelin, Areski, Jacques Bertin et Francesca Soleville sont les invités de cette émission produite par le poète Luc Bérimont. Francesca Solleville parle de la teneur engagée de ses chansons et d’Aristide Bruant qu’elle interprète dans un spectacle avec Mouloudji. Elle se considère comme une chanteuse populaire.

Chanter Brecht, Plain Chant, Antenne 2, 01.01.1975, 1h20

Documentaire réalisé par Philippe Pierre et présenté par Hélène Martin dans son émission « Plain Chant » (ID Notice CPB03000303) consacrée aux poètes. Cette émission est consacrée aux chansons écrites par Brecht, dont l’une des plus célèbre est peut-être « Le Front des travailleurs » écrite en 1934 pour appeler à l’union contre le nazisme. En France, les principales interprètes de l’écrivain allemand sont Pia Colombo, Catherine Sauvage, Francesca Soleville et Hélène Martin, qui participent toutes à l’émission

Variétés, Salle des fêtes, Antenne 2, 26.11.1979, 8min32

Reportage sur Pia Colombo interviewée à propos de son dernier spectacle « Requiem autour du temps présent » présenté au théâtre La Commune d’Aubervilliers. Ce récital dont des extraits sont insérés dans le reportage évoque notamment la pénibilité et l’ennui du travail.

Hélène Martin, Jeu de l’ouïe, France Culture, 5 émissions du 24.04.1989 au 28.04.1989, 10min par émission

Série de cinq émissions consacrées à Hélène Martin qui parle de son métier, de la mise en musique des poèmes ou encore du rapport de l’artiste à la politique. De nombreux extraits musicaux rythment l’émission.

Boulevard Aragon : dix ans déjà, La Chance aux chansons, France 2, 31.03.1993, 54min01

Spectacle télévisé en hommage à Aragon et ses chansons, réalisé par Gérard Marchandier et auquel participent Isabelle Aubret, Cora Vaucaire, Francesca Solleville ou encore Catherine Ribeiro. Elles font partie des nombreuses chanteuses qui ont interprété les textes du poète.

Autour d’Anne Sylvestre, Le Cercle des arts, France 2, 23.03.1998, 1h37

Frédéric Mitterrand reçoit Anne Sylvestre en compagnie de Gisèle Halimi et Régine Deforges ainsi que trois autres invités. À travers cet entretien, des interprétations plateau et à l’aide de documents d’archives, l’émission retrace le parcours de la chanteuse qui se qualifia très tôt de féministe fut l’une des premières auteure- compositrice-interprète française.

Francesca Solleville, Y’a qu’ça qui m’intéresse, Radio bleue, 22.04.2000, 55min

Au micro de Jacques Perciot, Francesca Solleville évoque la chanson rive gauche des années 70 et la chanson commerciale de la décennie suivante, son admiration pour Anne Sylvestre et Colette Magny, ses tournées dans les usines occupées par les grévistes en 1968 avec Moustaki, son amitié avec Gilbert Lafaille, Gérard Pierron et Serge Utgé Royo.

Marie-Paule Belle : Des chansons contrastées…voire engagées, A Voix nue : grands entretiens d’hier et d’aujourd’hui, France Culture, 03.05.2012, 28min

Émission produite par Martin Pénet qui reçoit la chanteuse Marie- Paule Belle pour parler de Mai 68 et de son influence sur ses engagements féministes et son soutien à Gisèle Halimi ou encore Simone Veil. Il est aussi question de son homosexualité qu’elle a racontée dans ses chansons.

Le Cri au féminin, Les Greniers de la mémoire, France musique, 08.03.2015, 59min38

Dans le cadre de la Journée internationale de la femme, Karine Le Bail consacre cette émission aux cris de révolte des femmes à travers la chanson, avec des chanteuses comme Colette Magny, Catherine Sauvage, Francesca Soleville, Catherine Ribeiro, Anne Sylvestre. Le commentaire est complété par la diffusion d’archives issues des fonds de l’INA, et de disques du commerce.

Les Femmes dans la chanson française, Continent musiques d’été, France Culture, 06.07.2015, environ 58min par épisode

Emission musicale à base de disques proposée par Victor Macé de Lépinay qui de Yvette Guilbert à Beyoncé en passant par Suzy Solidor Francesca Solleville, Brigitte Fontaine, Danielle Messia, Femmouzes T ou encore Koxie et bien d’autres chanteuses, explore le répertoire qui défendait ce que l’on a longtemps appelé « la cause féminine » avant de pouvoir se dire féministe. Après une première émission introductive, les émissions suivantes abordent plus précisément la question du corps, du plaisir, l’année 1975, année de la femme, et la figure d’Anne Sylvestre.

Anne Sylvestre chanteuse, Les Grands entretiens, France Musique, 5 émissions du 24.12.2018 au 28.12.2018, environ 26min par épisode

Jean Baptiste Urbain reçoit Anne Sylvestre pour parler de sa carrière et de son œuvre. Dans la quatrième émission de la série il est plus particulièrement question de ses combats féministes avec des chansons comme « Non, tu n’as pas de nom » ou « Des fleurs pour Gabrielle » mais aussi de ses engagements écologistes.

Faire tomber les genres : des libérations sexuelles en musique, La Série musicale d’été, France Culture, 2 émissions le 01.07.2019 et le 02.07.2019, 59min par émission

Dans cette émission, Natacha Triou propose une généalogie de la frange de la chanson qui s’est attaquée aux tabous sexuels, dès le mouvement dada avec la «Partition pour orgasme» puis plus fréquemment à partir des années 1960-70. Sur cette période, le thème de la sexualité devient un thème important de la chanson et un nombre toujours plus important de chanteuses n’hésite plus à mettre en avant l’érotisme et le désir féminin. C’est aussi l’époque des premières femmes compositeurs-interprètes qui vont entamer le monopole masculin de l’écriture des chansons. L’émission est illustrée par des chansons de diverses nationalités est d’époques variées.

Au delà de la chanson à texte

Spécial Mama Béa, Radio Cour des Miracles. Libre Avignon (RLP), 1h30

Emission pirate saisie par la police. Interview de Mama Béa dans lequel elle évoque notamment la chanson rive gauche qu’elle juge ennuyeuse, la portée politique de ses propres chansons, sa marginalité. Des morceaux de la chanteuse sont diffusés pendant l’émission.

Colette Magny, Chaine non déterminée, 01.01.1972, 32min32

Le philosophe Roger Dadoun reçoit Colette Magny pour évoquer son répertoire dans une émission réalisée par Jean Louis Fournier. Ils abordent l’aspect à la fois expérimental de l’oeuvre de Colette Magny et la forte teneur sociale de ses chansons écrites avec une méthodologie quasi scientifique. À la fin de l’entretien il est question de mai 1968 et du passage de Colette Magny dans les usines. S’en suit une interprétation de la chanson « Répression » sur un plateau décoré de slogans de Mai 68.

Pop deux, 2ème chaîne, 03.04.1972, 46min

Reportage de Patrice Blanc-Francard pour l’émission Pop deux, un magazine musical réalisé par Pierre Desfons. Catherine Ribeiro et le groupe Alpes répètent leurs morceaux dans la cour d’une ferme à Roberval. Un entretien avec le groupe et Catherine Ribeiro vient compléter le reportage.

Le Quartier du Panier à Marseille, MA RUE, 3ème chaîne, 16.05.1974, 26min16

Emission de Josée Dayan dans laquelle plusieurs artistes interprètent leurs titres dans les rues du Panier à Marseille. Brigitte Fontaine et Areski, apparaissent à plusieurs reprises dans le reportage et mêlent dans leurs prestations théâtre de rue et chanson.

La furieuse tendresse de Catherine Ribeiro, Télérama du 4 au 7 décembre, Télérama, 04.12.1974, n°1299

Portrait de Catherine Ribeiro par Jacques Renoux. Le journaliste rapporte notamment les propos de la chanteuse qui se plaint de ne pas être programmée ni à la radio ni à la télévision malgré le succès qu’elle rencontre dans sa carrière.

La Chanson engagée, Inter actualités de 13H00, France Inter, 18.07.1975, 4min30

Interview de la chanteuse Colette Magny qui parle de ses engagements politiques et de la censure dont elle est victime.

La Chanson et l’engagement politique, Inter actualités de 13h00, France Inter, 21.01.1975, 7min40

Entretien avec Catherine Ribeiro qui s’exprime sur le militantisme de ses chansons et son désir de faire part de son engagement politique dans sa carrière de chanteuse. Selon elle, les artistes ne peuvent plus se tenir à l’écart des prises de positions politiques.

Portrait de Catherine Ribeiro, Antenne 2 le journal de 20H, Antenne 2, 27.10.1980, 3min22

Portait de Catherine Ribeiro suivi d’un entretien avec le journaliste Georges Begou dans lequel la chanteuse se dit fatiguée de l’étiquette de chanteuse rouge qui lui est accolée depuis une dizaine d’années.

Les Femmes et la révolution Catherine Ribeiro, France 3 Haute Normandie, 01.07.1989, 1min27

Montage d’images d’archives et d’extraits de chansons révolutionnaires de l’album de Catherine Ribeiro « 1989…déjà », diffusé lors d’un JT.

Colette Magny, Regards de femme, FR3, 14.03.1989, 28min06

Colette Magny, invitée d’Aline Pailler, se confie sur sa carrière de chanteuse, que l’on réduit trop souvent à sa chanson “Melocoton”. Se disant “apprentie marxiste”, elle évoque la révolte qui l’anime et la difficulté d’être une chanteuse engagée quand certains qualifient ses textes d’antipoétiques.

Mama Bea, Regards de femme, FR3, 22.01.1990, 28min

Magazine dans lequel Mama Bea qui avait 20 ans en Mai 68 explique à Aline Pailler qu’elle veut casser son image de rockeuse agressive. Elle interroge aussi ses engagements de jeunesse qui l’animent toujours, mais qu’elle veut partager d’une manière plus douce. Diffusion de son titre « Les Pissenlits » au cours de l’émission.

Café Picouly : [émission du 13 novembre 2009], Café Picouly, France 5, 13.11.2009, 15min

Daniel Picouly reçoit Brigitte Fontaine dans son émission Café Picouly, réalisée par Nicolas Ferraro à l’occasion de la sortie du dernier album de la chanteuse « Prohibition », album dans lequel elle évoque la vieillesse et la sexualité. Dans cet entretien, elle évoque le sort fait aux migrants de Calais ainsi que la misogynie.

Colette Magny (1926-1997), colère géante, Toute une vie, France Culture, 07.03.2020, 58min45

Emission produite par Christine Bernard et Hannah Barron avec l’intervention de Périne Magny Lecoy, nièce de Colette Magny, Roce, rappeur, Anne-Marie Fijal, pianiste collaboratrice de Colette, Sylvie Vadureau, sa biographe, et Jacques Vassal, journaliste. Le documentaire revient sur la carrière de la chanteuse, sa politisation tardive, sa collaboration avec Chant du Monde, un label proche du parti communiste. Après un passage à l’Olympia dès le début de sa carrière et un rejet presque immédiat du show business, Colette Magny se produit à la fête de l’Humanité, à la fête du PSU, dans les maisons des jeunes et de la culture mais aussi dans les usines en grève. Sur son dernier album, paru en 1991, elle évoque le péril écologique après avoir chanté les combats ouvriers et les luttes anticoloniales.

2. Vers la consécration de l’artiste engagé

Les années 1970 marquent probablement l’avènement de la figure du chanteur engagé, comme les années 1980 marquent déjà son lent déclin. On pense à Jean Ferrat qui sans avoir jamais adhéré au Parti Communiste Français se fit jusqu’à sa mort le porte parole des idées communistes et de la classe ouvrière avec « Potemkine », « Camarade » et encore « Ma môme », mais aussi de l’écologie avec une chanson comme «La montagne». Dans les années 1960, Yves Montand, surnommé « le prolo chantant » témoigne lui aussi de cette accointance d’une partie de la chanson avec les idées communistes et qui n’hésite pas à les défendre. En 1981 et en 1988, l’élection de François Mitterrand représente un cul de sac pour la chanson. Tout comme il avait joué d’un rapprochement avec le milieu des lettres, allant jusqu’à se faire photographier par Gisèle Freund, la portraitiste des écrivains, pour sa photo officielle de campagne, Mitterrand, aidé par Jack Lang et le publicitaire Jacques Ségala avait aussi fait en sorte de séduire les chanteurs. Or, la présidence Mitterrand ne combla pas tous leurs espoirs, et si le soutien d’artistes de gauche à des femmes et des hommes politiques persiste jusqu’à nos jours, l’ampleur de la mobilisation en faveur de Mitterrand reste inégalée.

À droite aussi on peut chanter dans les meetings. De Charles De Gaulle, à Valery Giscard d’Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, quelques chanteurs ont osé s’engager en faveur d’un candidat. Toutefois, dans la chanson, l’engagement à droite, bien qu’il ne soit pas anecdotique, comporte des risques et l’on se souviendra de Faudel, le petit prince du raï, dont la popularité s’écroula après avoir soutenu Nicolas Sarkozy en 2007. Néanmoins, un petit nombre de chanteurs qui se disaient exaspérés par l’hégémonie de la chanson de gauche parvinrent à se faire une place de chanteur de droite sans que leur carrière en pâtisse. Enfin, il y a le cas particuliers de Johnny Hallyday, l’ami de tous les présidents, dont le soutien représentait même un gage pour l’accès au pouvoir. La mort de la rock star en 2017 semble avoir scellé définitivement la fin d’une longue période d’engagement du monde musical auprès du pouvoir.

La matrice communiste : Jean Ferrat et Yves Montand

Jean Ferrat à Decazeville, Seize millions de jeunes, 2ème chaîne, 21.04.1966, 24min30

Emission réalisée par Guy Seligmann auprès de Jean Ferrat qui est à Decazeville pour un concert. Dans un micro-trottoir, des jeunes et des ouvriers sont interrogés sur les chansons du chanteur et notamment ses titres les plus politiques comme « Nuit et brouillard », « La Montagne » et « Potemkine ». Jean Ferrat est interviewé par des jeunes dans sa loge avant le concert puis sur scène. Il évoque son statut de chanteur politique, mais aussi Johnny ou Claude François qui ont une tout autre manière d’aborder le métier.

Jean Ferrat, 1ère chaîne, 29.12.1968, 35min30

Spectacle TV réalisé par Jacques Audoir et dans lequel Jean Ferrat interprète huit de ses chansons. Les interprétations sont complétées par un entretien avec Claude Santelli dans lequel il évoque l’Ardèche, le vedettariat, l’argent ou encore la révolution cubaine.

Jean Ferrat «Camarade», Variances, 1ère chaîne, 12.01.1970, 2min42

Jean Ferrat interprète la chanson “Camarade” lors de l’émission Variances. Cette chanson fait référence à l’invasion de la Tchécoslovaquie par le pacte de Varsovie. Le chanteur rend hommage à ce que représente le mot “Camarade” tout en dénonçant la répression soviétique lors du Printemps de Prague en 1968.

Jean Ferrat, A l’Affiche du monde, 2ème chaine, 18.06.1970, 15min55

Reportage sur Jean Ferrat dans une émission de Robert Manthoulis et Bernard Bouthier. Le chanteur intervient à la maison des jeunes à Ivry pour parler du travail. Suite au débat, un groupe de jeune est interviewé et l’on suit l’un d’eux sur son lieu de travail avec pour fond sonore des chansons de Ferrat qui décrivent le quotidien des classes populaires.

La Solitude du chanteur de fond, FR3, 11.01.1976, 59min19

Le 12 février 1974, Yves Montand était triomphalement acclamé à la suite d’un One man show donné au profit des réfugiés politiques fuyant le Chili de Pinochet, Chris Marker l’a filmé mais surtout c’est sa préparation difficile en solitaire qu’il nous montre. Cela fait près de dix ans que Montand n’a pas fait de scène, et en Normandie, où il prépare sa rentrée, Chris Marker l’a retrouvé avec sa caméra. Montand interprète « Le Temps des cerises » et pour la première fois sur scène, il chante « Le Chant des partisans ».

Jean Ferrat 1976, Antenne 2, 22.07.1978, 1h03

Jean Ferrat est invité sur le plateau d’Antenne 2 dans une émission réalisée par Jacques Brialy pour un entretien avec Jacques Chancel et des interprétations plateau. Dans les chansons choisies pour ce plateau comme dans son interview, Ferrat évoque sans retenue les questions politiques, il défend le Communisme, s’en prend au groupe des Républicains, à Jean d’Ormesson ainsi qu’au Figaro.

Télérama du 12 au 18 décembre 1987, «Le Destin national du citoyen Montand », Télérama, n°1978, 09.12.1987

Jean Belot interroge Olivier Duhamel, professeur de droit public et de science politique à propos du statut de Montand dans le monde politique, de son positionnement idéologique et enfin de sa “présidentiabilité” alors que les rumeurs courent sur une hypothétique candidature du chanteur.

Yves Montand, En avant la zizique, France Inter, 19 émissions du 07.08.1995 au 01.09.1995, 55min par émissions01.09.1995

Série d’émissions d’Alain Poulanges qui propose une rétrospective sur la carrière du chanteur et comédien Yves Montand à travers de nombreux documents d’archives.

Jean Ferrat, Vivement dimanche, France 2, 05.01.2003, 1h57

Michel Drucker accueille Jean Ferrat sur le plateau de l’émission Vivement dimanche afin de revenir sur son parcours. Parmi les invités, José Bové qui raconte comment les chansons de Jean Ferrat l’ont construit dans son engagement politique. Il est question notamment de la chanson “La Montagne”, présentée comme l’une des premières chansons écologistes.

Yves Montand, l’ombre au tableau, ARTE, 15.05.2016, 58min57

Documentaire de Zero Karl et Daisy d’Errata sur la vie d’Yves Montand. Il est question des multiples engagements du chanteur d’abord proche du Parti Communiste avant de dénoncer les crimes de staliniens suite à un voyage en URSS. Le « prolo chantant » devient à partir des années 1970 et aux côtés de Simone Signoret une figure emblématique de la défense des droits et des libertés à travers le monde. Sa méfiance envers le communisme le pousse toutefois à rejoindre en partie les idées libérales et pour certains, il devient au seuil des années 1980, une caricature de l’artiste engagé.

Yves Montand, chanteur engagé, Retour vers l’info, INA, 13.10.2021, 2min59

Montage d’archive de Géraldine Cornet Lavau et Richard Poirot qui donne à voir les multiples engagements du chanteur de son compagnonnage avec le Parti Communiste à la dénonciation des crimes staliniens.

 

Le modèle Mitterrand : l’implication électorale

Meeting François Mitterrand à Rennes, TF1 Vingt heures, TF1, 08.04.1988, Journal télévisé, 03min16

Reportage du journal télévisé de TF1 sur l’un des meetings de François Mitterrand lors de la campagne présidentielle de 1988. Le président sortant bénéficie du soutien de Charles Trenet qui entonne « Douce France » au début du meeting ou encore de Barbara qui chante « Regarde » pendant que Mitterrand gagne la scène.

Plateau : Mitterrand François, Biladou Jacques, Balavoine Daniel, Antenne 2 Midi, Antenne 2 19.03.1980, 49min,

Daniel Balavoine s’insurge sur le plateau d’Antenne 2 et interpelle François Mitterrand sur le fait que les jeunes n’ont pas l’occasion d’intervenir dans le débat public.

Interview Georges Moustaki à propos du showbiz et la politique, 03.09.1990, 24min27

Au micro d’André Halimi, Georges Moustaki parle de l’importance pour certaines personnalités politiques d’avoir le soutien d’artistes et évoque son propre engagement auprès de François Mitterrand ou Michel Rocard.

Congrès PS : Theodorakis, Antenne 2 Le journal de 13H, Antenne 2, 18.06.1977, 2min59

Reportage sur Mikis Theodorakis qui présente lors du congrès de Nantes le nouvel hymne du PS qu’il a composé. Dans l’entretien qui suit les images du congrès, Theodorakis évoque l’aspect international des hymnes et des luttes.

François Mitterrand, TF1 Actualités 20H, TF1, 16.08.1977, 2min23

Reportage en Crête où le compositeur Mikis Theodorakis organise un congrès sur la culture en compagnie des différents partis socialistes européens et de François Mitterrand.

Le Meeting du parti socialiste à Brioude, JT FR3 Auvergne, France 3 Auvergne, 21.03.1987, 1min25

Courte apparition de Catherine Ribeiro dans un reportage consacré à un meeting du Parti socialiste pour une nouvelle union de la gauche. La chanteuse fait la lecture d’un texte qui veut rappeler l’action de la gauche depuis 1981.

André Halimi, Le Show biz et la politique, Ramsay, Paris, 1987, 158 p.

Essai dans lequel André Halimi, journaliste et producteur de télévision, décrit non sans ironie comment les vedettes du cinéma et de la chanson des années 1980 tombent bien souvent dans le piège de la récupération politique. André Halimi accorde une attention toute particulière à Yves Montand, Léo Ferré, Renaud et Michel Sardou.

2ème tour : meeting de Charléty : 1ère partie, Ségolène Royal : campagne présidentielle, Sans canal, 01.05.2007, 1h49

Captation de la première partie du meeting de Ségolène Royal au stade Charléty lors du deuxième tour des présidentielles de 2007. Leny Escudero, Skye, Kery James et d’autres artistes chantent en soutien à la candidate.

L’Héritage musical des années Mitterrand, Encore un matin, France Inter, 10.05.2011, 5min28

Chronique de Didier Varrod sur les chanteurs qui soutinrent Mitterrand en 1981 et sur les désillusions de ces chanteurs de gauche après son élection, jusqu’au choc de 2002. On notera l’exception de Renaud qui a continué de chanter les mérites du président socialiste, notamment avec son titre « Tonton » en 1991.

Extrême droite, extrême gauche, la faute à Théodorakis, Le Billet politique d’Hubert Huertas, France Culture, 14.06.2012, 2min43

Chronique d’Hubert Huertas à propos de Mikis Theodorakis plongé au coeur d’une polémique montée en épingle par Jean François Copé et les ténors de l’UMP qui se servent des dérapages du compositeur pour attaquer Jean-Luc Mélenchon et plus largement la gauche française.

Entre deux mai 1968-1980 : les artistes et la politique, France 5, 13.12.2015, 51min39

Documentaire à base d’archive de Yves Riou et Philippe Pouchain qui décrit l’après Mai 68, lorsque le monde artistique se trouve bouleversé par des rêves libertaires et que soudainement l’artiste engagé est sur tous les fronts, jusqu’à nouer des rapports ambigus avec une forme de politique contre laquelle il s’était insurgé. Encouragés par les médias, la politique de spectacle, certains artistes de cette période sont devenus de véritables leaders d’opinions.

Politiques : ils connaissent la chanson, France 3, 09.05.2016, 2H12

Documentaire de Mireille Dumas qui accueille tour à tour Jean-Luc Mélenchon, Jean-Pierre Raffarin, François Bayrou, Rachida Dati et Cécile Duflot pour revenir sur les chansons qui ont marqué leur vie et qui ont pu, à fortiori, susciter ou renforcer leur engagement politique.

Sursauts à droite

Gilbert Bécaud, Panorama, 1ère chaîne, 17.09.1965, 6min26

Magazine de Gilbert Larriaga réalisé dans le studio où Gilbert Bécaud enregistre ses dernières chansons. « Tu le regretteras », chanson en hommage au général de Gaulle est présentée comme la chanson « choc » de l’album et fit polémique à l’époque. Bécaud parle de la genèse de cette chanson écrite par Pierre Delanoë avant d’en donner une interprétation.

Sacha Show : émission du 9 mai 1966, Sacha Show, 1ère chaîne, 09.05.1966, 1h7

Dans ce spectacle TV réalisé par Georges Folgoas, Johnny Hallyday interprète « Cheveux longs, idées courtes », une chanson écrite par Gilles Thibaut, son parolier, en réponse aux piques d’Antoine contre le rockeur dans sa chanson « Les Élucubrations d’Antoine ». « Cheveux longs, idées courtes », au delà de la querelle avec Antoine, moque le pacifisme et le militantisme des beatniks.

Michel Sardou : 2ème partie, Discorama, 1ère chaîne, 17.02.1974, 29min05

Denise Glaser qui reçoit Michel Sardou admet face à lui s’être interrogée sur la légitimité qu’il a à aborder des thèmes historiques dans ses chansons et lui reproche son manque de réflexion sur les évènements historiques. Sardou interprète une chanson à la gloire de Danton et expose son dégoût pour Robespierre. Interrogé sur ses chansons de rupture amoureuse, il se revendique misogyne et chante « Les Villes de grandes solitudes » dont les paroles reflètent le sexisme affiché du chanteur.

Jean-pax Méfret. Chanteur d’occident, FR3 dernière, FR3, 21.06.1975, 3min42

Reportage dans lequel Jean-Pax Méfret interprète son titre « Chanteur d’occident » dans lequel il clame « Je chante contre le grand soir ». Lors de l’interview qui suit, le nostalgique de l’Algérie française se déclare anti-communiste et dit vouloir représenter une alternative à la chanson dominante, sous entendu de gauche.

Sardou, Antenne 2 Le journal de 20H, Antenne 2, 19.02.1977, 4min05

Reportage de Martine Joubert au « Forest National » en Belgique où doit se produire Michel Sardou. Des membres du MLF et de diverses organisations de gauche sont venus manifester contre le chanteur, dénonçant notamment ses messages sexistes et sa prise de position pour la peine de mort dans sa chanson « Je suis pour ».

Quand la Bretagne rencontre l’Algérie, Rencontres, FR3, 09.05.1981, 14min45

Henri Mas reçoit Jean-pax Méfret qui parle de l’Algérie et chante « Hymne des pieds noirs » « Santa Cruz » et « Le Pain de la misère ».

Jacques Chirac Vincennes, TF1 vingt heures, TF1, 20.03.1988, 2min09

Court reportage de Bruno Cortes qui s’est rendu à l’hippodrome de Vincennes où Johnny Hallyday donne un concert de soutien au meeting de Jacques Chirac, candidat à l’élection présidentielle. Le chanteur dédie une chanson au futur président et proclame « Nous avons tous en nous quelque chose de Jacques Chirac ».

Didier Barbelivien, Vivement dimanche prochain, France 2, 15.01.2006, 51min27

Le compositeur et chanteur Didier Barbelivien est l’invité de Michel Drucker dans son talk show « Vivement dimanche » réalisé par Dominique Colonna. L’émission reçoit aussi Nicolas Sarkozy, un ami proche du chanteur, à l’époque premier ministre du gouvernement Chirac.

People et politiques, Ça va, ça vient, La Chaine parlementaire Assemblée Nationale, 27.04.2012, 30min

Magazine présenté par Céline Bittner qui interroge les formes de l’engagement des artistes auprès des politiques à travers une série d’entretiens. L’émission retrace l’histoire de ce phénomène de la Vème République amorcé par les communistes dans l’après guerre, transformé en machine électorale par François Mitterrand, perpétué par Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy mais qui d’après Yves Azeroual, auteur de People politicus, connait un reflux avec les élections de 2012.

La Droite cultive ses chants, Retour vers l’info, INA, 03.10.2016

Emission à base d’archive réalisée par Richard Poirot et Géraldine Cornet Lavau sur les chants militants de droite écrits pour soutenir l’UDR (Union pour la défense de la république), l’UFBS (Union des français de bon sens) ou encore Jacques Chirac.

Sardou, le film de sa vie, France 3, 20.12.2017, 56min

Dès son premier titre « Les Ricains », ode aux Etats Unis chanté en pleine guerre du Vietnam, Michel Sardou a assumé des prises de position à contre-courant de celles de la gauche de l’époque. Son succès s’est construit sur cette image de chanteur cocardier même si les intervenants du documentaires, des proches de Sardou et le chanteur lui-même mettent en avant l’aspect ironique et provocateur des chansons. Laurent Luyat et Frédéric Benudis dressent un portrait complaisant du chanteur en alternant images d’archives commentées par Sardou et entretiens.

People et politiques : petits services entre amis ? Complément d’enquête, France 2, 03.02.2022, 58min35

En 1988, Jack Lang, avec l’aide du publicitaire Jacques Séguéla, monte un comité de soutien pour le président candidat François Mitterrand sans précédent dans l’histoire de la Vème République. À l’avant poste de la campagne, Renaud et le slogan « Tonton laisse pas béton » et Barbara qui chante «Regarde». Cette stratégie est reprise à droite avec l’indispensable Johnny Hallyday, véritable garantie électorale de Giscard d’Estaing à Emmanuel Macron. L’hommage inédit qui lui est rendu à sa mort témoigne d’ailleurs de la place que tenait la rock star auprès du pouvoir étatique. Toutefois, malgré des exceptions notables comme Line Renaud, qui par son soutien et son amitié au couple Chirac puis au couple Macron s’est faite garante d’une forme de continuité républicaine, la tradition du soutien des artistes aux politiques semble s’être essoufflée. Du moins, elle s’est complexifiée comme en témoigne la déchéance de Faudel après son soutien à Sarkozy en 2007 ou encore le coup de com’ raté de Valérie Pécresse avec le rappeur Maître Gim’s aux élections présidentielles de 2022.

3.L’industrie contre la chanson ?

3.1. De l’emprise du show biz à l’engagement pour la chanson

Au tout début des années 1950, le futur magnat de l’industrie du disque Eddie Barclay importe en France les premiers 45 et 33 tours. Contrairement à leurs ancêtres, les 78 tours, qui ne permettaient d’enregistrer que quelques minutes de musique, ces nouveaux disques permettent d’enregistrer une demi-heure sur chaque face du disque. C’est un bond phénoménal pour l’industrie de la chanson et l’industrie du spectacle en général. Néanmoins, si les chanteurs profitent des élans de cette industrie fortement liée à la télévision, une partie d’entre eux en vient à dénoncer les excès de ce marché qui dans sa course aveugle au profit négligerait ce que l’on n’hésitait pas à nommer à l’époque « la chanson de qualité » au profit d’une chanson “médiocre”, qui s’incarne au début des années 1960 à travers les vedettes yéyés.

À cette époque, c’est notamment la chanson dite poétique qui marqua la rupture avec le show- business et qui par là même devint le refuge de la chanson contestataire. Luc Bérimont, poète et homme de radio, producteur des émissions Jam Session Chanson-Poésie et La fine fleur de la chanson française est l’un des principaux défenseurs de la chanson poétique aux côtés de Jacques Bertin, chanteur et journaliste mais aussi d’Hélène Martin, chanteuse et productrice à la télévision. « Chanson poétique », « chanson engagée », « chanson intellectuelle » deviennent les antonymes de la « chanson commerciale » et les débats sur la chanson des années 1960-1970 tournent souvent autour de ces conflits d’étiquettes. Ces débats sont d’autant plus virulents que la délimitation entre les genres n’est pas claire. Ainsi, c’est paradoxalement à la télévision que Léo Ferré dénonce les effets pervers du petit écran, et s’il s’en prend fréquemment à Barclay, jusqu’à le décrire dans sa chanson « Monsieur Barclay » comme un personnage particulièrement avide et véreux, il signe pourtant dix-sept album chez « l’empereur du microsillon », brouillant les frontières entre chanson commerciale et chanson engagée.

Le show business

La Chanson française… d’après Jean Nohain, Radio cinéma télévision, Télérama 18.05.1958, n°435

Article dans lequel le journaliste Michel Salachas s’en prend vertement à l’animateur Jean Nohain et à son émission télévisée Trente six chandelles pour le choix des artistes invités. Michel Salachas déplore le fait que les artistes conviés dans l’émission ne représentent pas la chanson française et en donnent même une image dégradante.

Léo Ferré, Discorama, 1ère chaine, 10.03.1965, 46min18,

Léo Ferré qui a refusé d’apparaitre à la télévision depuis trois ans en explique les raisons dans l’émission de Denise Glaser en qualifiant la télé de « mangeuse de têtes ». Ferré évoque aussi le statut de l’auteur-compositeur-interprète et la fin du music-hall, victime selon lui des stratégies du vedettariat et de la télévision.

Discorama, Emission du 12 décembre 1965, Discorama, 1ère chaine, 12.12.1965, 1h18

Dans une émission réalisée par Raoul Sangla, Denise Glaser reçoit Marcel Mouloudji qui parle de ses relations avec les maisons de disque et raconte comment il cherche à monter une coopérative afin que les artistes puissent s’auto-produire. Il est aussi question de son interprétation du « déserteur » de Boris Vian et du frein qu’elle a été pour la suite de sa carrière.

Monsieur Barclay, Zoom, 2ème chaîne, 30.06.1966, 21min09

Reportage de Jacqueline Wester et Josette Barellis sur Eddie Barclay qui donne à voir aux deux journalistes son quotidien luxueux d’homme d’affaire. Au début du reportage, la chanson de Léo Ferré « Monsieur Barclay » dans laquelle il critique vertement son employeur, sert de fond sonore.

Discorama, Emission du 12 décembre 1965, Discorama, 1ère chaine, 12.12.1965, 1h18

Dans une émission réalisée par Raoul Sangla, Denise Glaser reçoit Marcel Mouloudji qui parle de ses relations avec les maisons de disque et raconte comment il cherche à monter une coopérative afin que les artistes puissent s’auto-produire. Il est aussi question de son interprétation du « Déserteur » de Boris Vian et du frein qu’elle a été pour la suite de sa carrière.

Monsieur Barclay, Zoom, 2ème chaîne, 30.06.1966, 21min09

Reportage de Jacqueline Wester et Josette Barellis sur Eddie Barclay qui donne à voir aux deux journalistes son quotidien luxueux d’homme d’affaire. Au début du reportage, la chanson de Léo Ferré « Monsieur Barclay » dans laquelle il critique vertement son employeur, sert de fond sonore.

Nouvelles musicales, France Culture, 06.11.1969, 23 min

Emission produite par Michel-Rostislav Hofmann et Daniel Lesur dans laquelle ils accueillent Georges Coulonges, écrivain et parolier qui retrace l’histoire de la chanson sociale, malmenée par l’industrie du disque et par la chanson commerciale.

Comment fabrique t-on une vedette ?, Les Dossiers de l’écran, 2ème chaine, 05.12.1972, Débat, 1h29

Dans ce débat organisé par Jacques Cornu, Bruno Coquatrix, directeur de l’Olympia, Eddie Barclay, directeur de la maison d’une maison de disque qui porte son nom, se retrouvent face à Léo Ferré et Michel Fugain pour discuter des transformations de la chanson induites par la télévision et l’industrie du disque.

L’industrie du disque, 13/20, 1ère chaîne, 23.06.1973, 46min52

Reportage de Jose Varela et de Georges Grod sur l’industrie du disque et la fabrique des tubes. Eddie Barclay, quelques anciennes vedettes retombées dans l’anonymat, mais aussi Jean Ferrat, Pierre Barouh et Jean-Roger Caussimon sont interviewés sur cette industrie.

Carte blanche à Jacques Bertin, Tiens y a de la lumière, Antenne 2, 16.08.1975, 58min53

Dans une émission réalisée par Georges Ferraro, Jacques Bertin parle des ressorts du show business, de sa carrière de chanteur engagé et de l’actualité politique récente en compagnie des chanteurs David et Dominique et de Serge Pagani. L’émission est ponctuée d’interprétation de Jacques Bertin mais aussi de Max Brua, de Toto Bissainthe ou encore de Colette Magny.

Le Show business, Question de temps, Antenne 2, 04.05.1977, 1h45

Emission réalisée par Raoul Sangla et présentée par Jean François Kahn qui anime un débat en plateau sur le thème du show business et de l’industrie du disque. Le débat est alimenté de plusieurs reportages sur la question : « Comment devenir une vedette », « L’organisation Claude François », « Les voix qui se sont tues», «Au royaume du Hit-Parade», «Réflexions de vedettes contre le show business » et « Grandeurs et décadence d’une idole ».

Le Miroir aux idoles, Vendredi : Fait de société, FR3, 08.07.1977, 55min28

Emission de Jean-Claude Loiseau qui interroge la fabrique des vedettes, notamment du point de vue des fans de Johnny Hallyday, Michel Sardou, Claude François, Enrico Macias et consorts. On rencontre aussi des militants qui critiquent et rejettent ces industries du rêve. La fin du magazine est consacrée au chanteur occitan Marti présenté comme un de ces chanteurs qui proposent une alternative à ce qu’offrent les industries musicales, notamment dans son rapport au public.

Pour ou contre la chanson engagée, Aujourd’hui madame, Antenne 2, 14.07.1977, 58min08n

Magazine réalisé par Jean Roques dans lequel Marcel Mouloudji est invité sur un plateau pour parler de la chanson engagée avec le public. Le débat est complété par un reportage dans lequel Colette Magny et Bernard Lavilliers donnent leurs impressions sur la chanson engagée.

Jacques Bertin, Chante toujours tu m’intéresses ou les combines du show-biz, Seuil, Paris, 1981, 156 p.

Dans cet essai Jacques Bertin, chanteur et journaliste, écrit à la fois un réquisitoire contre l’industrie du disque et les politiques culturelles de l’époque, et un plaidoyer pour le métier de chanteur, malmené selon lui par le vedettariat.

Que la fête continue : Eddy Barclay, TF1, 17.04.1985, 44min37

Portrait de l’industriel Eddy Barclay réalisé par Eric Lipmann. Barclay évoque son enfance, ses mariages, mais surtout les artistes de sa maison de disque, notamment Léo Ferré et Jean Ferrat. Johnny Hallyday, Michel Sardou, Charles Aznavour et Dalida participent également à l’émission.

Alain de Sedouy, Pierre Bouteiller, Les voix de la France, Calmann-Levy, Paris, 1987, 311 p.

Ce livre d’Alain de Sedouy et de Pierre Bouteiller s’intéresse, notamment dans une première partie, aux figures phares de la société du spectacle triomphante dans les années 1980 avec la démultiplication des clips, des shows télévisés et à l’affaissement des discours politiques au profit du spectacle. Les deux auteurs rapportent les entretiens qu’ils ont eus dans le cadre de l’élaboration de ce livre avec Eddie Barclay, Yves Montand, Ferré ou encore Coluche.

La Télé ? Beuuuurk !, Plus vite que la musique, M6, 14.04.2001, 5min

Reportage sur ces groupes qui refusent de passer excessivement à la télévision au regard de leurs convictions politiques. En France, ce sont Louise Attaque, Noir Désir, Mickey 3D ou encore le groupe de rap Assassin, qui refusent cette médiatisation. D’autres, comme Zebda espèrent pouvoir utiliser la télévision pour faire passer leurs idées et convictions politiques.

Les Victoires de la Musique 2002, Les Victoires de la musique, France 2, 09.03.2002, 3h58

Aux Victoires de la musique 2002, réalisées par Jérôme Revon et présentée par Jean Luc Delarue et Daniela Lumbroso, le groupe Noir Désir lit une lettre destinée à Jean-Marie Messier, PDG du groupe Vivendi Universal auquel appartient Barclay. Dans cette lettre, le groupe de rock dénonce la concentration du marché du disque.

Jacques Sanchez, Les Bonnes chansons ne meurent jamais. De 36 Chandelles à The Voice, l’histoire des variétés à la télévision, Flammarion, Paris, 2015, 419 p.

Programmateur de nombreuses émissions de télévision, Jacques Sanchez écrit un livre témoignage qui est aussi une apologie des émission de variétés et un hommage à ses acteurs.

L’Engagement pour la chanson poétique

La chanson : Léo Ferré, En Français dans le texte : émission du 16 juin 1960, 1ère chaine, 16.06.1960, 8min35

Dans cette émission Jacques Mousseau rend visite à Léo Ferré qui s’insurge contre la marchandisation de la chanson et revendique une chanson populaire et poétique. L’entretien est ponctué par des interprétations de Ferré qui chante « Le Temps des cerises », « Pauvre Ruteboeuf » ou encore « La Mort des amants »

Collection Jam Session Chanson-Poésie, France Inter, 38 émissions du 05.11.1963 au 07.09.1969, entre 30min et 1h par émission

Emission radiophonique produite par le poète Luc Bérimont et qui met en avant la chanson poétique et à laquelle participent fréquemment Léo Ferré, Félix Leclerc, Georges Brassens, Marc Ogeret, Hélène Martin ou Anne Sylvestre.

Chansons sur l’île, chaîne non déterminée, 25.10.1967, 30 min

Magazine réalisé par Jacques Ordines et présenté par Jean Paul Seligmann en compagnie de Luc Bérimont, animateur de cette 3ème édition du Festival de poésie de Bendor. Quelques représentants de la chanson rive gauche, Marc Ogeret, Hélène Martin, Maurice Fanon mais aussi Jacques Bertin, interprètent un de leurs titres au cours de l’émission.

Gala de la fine fleur de la chanson française, 4 émissions, 2ème chaîne et 1ère chaîne, environ 1h

En 1967 et 1968, Luc Bérimont, producteur de l’émission « la Fine fleur de la chanson française », présente le gala de son émission à Bobino. Participent notamment à ces soirées de gala, Marc Ogeret, Pia Colombo, Claude Nougaro, Jacques Bertin, Francesca Solleville ou encore Bernard Lavilliers.

Collection Plain Chant, 2ème chaîne, 23 émissions du 24.09.1970 au 07.07.1975

Emission poétique et musicale dédiée aux poètes et produite par Hélène Martin. Chaque émission est consacrée à un poète dont une partie de l’oeuvre est lue ou chantée, souvent par Hélène Martin elle-même ainsi qu’un ou plusieurs autres chanteurs rive gauche tels que Jean Ferrat, Mouloudji, Cora Vaucaire, Francesca Solleville ou Catherine Sauvage.

Collection La Fine fleur de la chanson française, PT puis France Inter et Inter Variétés, 217 émissions avec comme titre de collection La Fine fleur de la chanson française et 117 émissions supplémentaires avec La Fine fleur en titre de collection, émission diffusée du 01.09.1960 au 01.09.1973, 30 ou 55min par émission

« La Fine fleur de la chanson française » également connue sous le titre « La Fine fleur », est une collection produite par le poète Luc Bérimont, qui mettait à l’honneur des artistes qui se démarquaient de la chanson commerciale. L’émission comprend donc de très nombreuses interprétations mais aussi des débats comme dans l’émission du 1er février 1973 dans laquelle Jacques Douai, Michel Perez et Catherine Ribeiro débattent de l’impact de l’industrie du disque sur la qualité de la chanson française.

Hommage à Luc Bérimont, Chanson boum, France Culture, 28.06.2015, 59min29

Hélène Azera s’entretien avec Hélène Fraisse, la femme de Luc Bérimont, à l’occasion du centenaire du poète. L’émission veut rendre hommage à l’homme de radio qu’il a été notamment avec les émission “La Fine fleur de la chanson française” et “Jam session poésie chanson” à travers lesquelles il se faisait le défenseur de la chanson poétique et engagée politiquement face à la musique commerciale et le courant yé-yé.

3.2 Nouvelle conception de la chanson engagée : les causes humanitaires

Au milieu des années 1980, dans un contexte de reflux des idéaux de Mai 68, de triomphe des industries du divertissement et après l’élection de François Mitterrand à la présidence, on assiste à une redéfinition de ce qu’est la chanson engagée. On ne chante plus pour la révolution ou pour les idéaux communistes et libertaires mais pour les causes humanitaires et notamment, dans un premier temps, contre la faim dans le monde, dans le sillage de ce qui se fait dans le monde anglo-saxon. En France, c’est le single « Ethiopie », de l’association des Chanteurs sans frontières, qui marque les débuts de cette nouvelle chanson engagée adepte des clips collectifs et des chèques destinés au Tiers-monde. Quelques années plus tard, les Enfoirés symboliseront cet engagement dépolitisé et Jean-Jacques Goldman, Renaud, Michel Sardou, Johnny Hallyday, Pascal Obispo deviennent les figures phare de ce show-business caritatif dont les derniers feux se sont rallumés lors de la crise sanitaire.

Chanteurs sans frontières Ethiopie, Antenne 2 Midi, Antenne 2 16.04.1985, 2min42

Noël Mamère, présentateur du JT d’Antenne 2, annonce la sortie du disque de l’association « Chanteurs sans frontières » intitulé « Ethiopie ». Ecrit par Renaud et interprété par des artistes célèbres, le disque est vendu au profit de Médecins sans frontières pour combattre la famine en Ethiopie. La chanson est illustrée par des images de personnes affamées dans des camps.

Serge Gainsbourg, Le Jeu de la vérité, TF1, 07.06.1985, 1h48

Dans cette émission de Remy Grumbach présentée par Patrick Sabatier, Serge Gainsbourg doit répondre aux questions du public et des téléspectateurs. Lorsqu’il est interrogé sur sa non participation au disque pour l’Ethiopie de Chanteurs sans frontière, il signe en direct un chèque de 100 000 francs au profit de Médecins sans frontières. Le chèque était préparé d’avance, Gainsbourg s’attendant à un tel reproche.

Chanson Hugues Aufray, Antenne 2 Midi, Antenne 2, 24.05.1986, 2min10

Sur le plateau du JT d’Antenne 2, Hugues Aufray interprète « Tendez lui la main », chanson composée pour le Comité Français contre la faim.

Showbiz et aide humanitaire, Edition spéciale, Antenne 2, 10.03.1988, 9min31

Ce magazine présenté par Claude Sérillon décortique, en compagnie de nombreux invités l’émergence du business caritatif. Au début des années 1980, Bob Harrison et Ravi Shankar chantent pour l’Unicef, Michael Jackson avec USA for Africa et la chanson « We are the world » récoltent 50 millions de dollars, après le naufrage d’un ferry, des chanteurs anglais reprennent « Let it be ». Bob Geldof, après avoir organisé Live Aid en 1985 peut déclarer qu’il a fait « de la famine un phénomène de mode». En France, Renaud et Chanteurs sans frontières chantent pour l’Ethiopie et Jean-Jacques Goldman écrit la première chanson des Restos du cœur.

Rencontres, FR3, 12.03.1989, 1h30

Dans ce magazine réalisé par Richard Ugolini, Mady Tran reçoit le groupe Bérurier Noir ainsi que Michel Petit, producteur de leur clip « Vietnam Laos Cambodge », diffusé pendant l’émission. La chanson veut sensibiliser le public à la cause des réfugiés du sud-est asiatique et tous les droits vont à des associations asiatiques qui aident les victimes des mines anti personnelles.

Interview Jean Ferrat, Dimanche 19h Elkabbach, La 5, 17.11.1991, 11min

Jean Ferrat Interviewé par Jean-Pierre Elkabbach parle de sa chanson satirique sur les ex-maoistes reconvertis dans l’aide humanitaire et qui envahissent les antennes. Jean Ferrat, s’il concède que ce genre d’actions peuvent être utiles, préfère dit-il, ne pas brandir ses bonnes œuvres et ne pense pas que la charité puisse mener à davantage de justice sociale.

Les Enfoirés au Zénith, Les Enfoirés, TF1, 08.02.1997, 2h57

Concert des Enfoirés au Zénith de Paris réalisé par Pascal Duchène. Une cinquantaine d’artistes participent au spectacle, lequel est suivi d’un débat et de plusieurs reportages sur le travail des Restos du cœur.

Ensemble, TF1, France 2, France 3, 27.11.1998, environ 4h15

Spectacle TV diffusé successivement sur TF1, France 2 et France 3, réalisé par Mathias Ledoux, Pascal Duchène et présenté par Jean-Pierre Foucault, Christophe Dechavanne et Jean-Luc Delarue pour faire la promotion de l’album « Ensemble » dont une partie des ventes sera reversée à Sidaction. Pascal Obispo, Line Renaud, Jane Birkin, Patrick Bruel, Patricia Kaas ou encore Florent Pagny, Johnny Hallyday, Khaled – qui font partie des quelques cinquante chanteurs qui sont intervenus sur la chanson « Sa raison d’être » – sont présents parmi d’autres sur le plateau pour interpréter des chansons et faire des appels au dons. Un documentaire sur le tournage du clip de « Sa raison d’être » clôt l’émission.

Chansons engagées, Chansons témoins, Radio Bleue, 10.04.1999, 55min

Les années 1980-90 marquent une nouvelle ère musicale qui a une forte incidence sur la chanson engagée. Marc Dumont interroge dans cette émission les tubes de l’époque, marqués par l’humanisme et les bonnes intentions à l’heure où la politique est de plus en plus remplacée par l’humanitaire. Toutefois, l’engagement peut se trouver là où on ne l’attend pas, chez Patricia Kaas par exemple. Mais les thèmes traditionnels d’une chanson plus politique n’ont pas tout à fait disparu, et pour l’attester, Marc Dumont évoque Bashung qui chante « Ma petite entreprise » ou encore les Têtes raides.

L’Aziza…1985, Les Refrains de la mémoire, France 5, 03.03.2002, 25min

À partir de la chanson “L’Aziza” de Daniel Balavoine, Jacques Pessis évoque les événements de l’année 1985, grande époque de combats humanitaires menés par les personnalités du show business. Le commentaire alterne les interviews de témoins et de proches de Daniel Balavoine, des photographies et des images d’archives

L’Humanitaire, TF1, 09.09.2003, 4min44

Reportage du programme « Top 50 : 50 tubes de légendes » sur le « show biz militant » et le succès des chansons humanitaires comme « Ethiopie » de Chanteurs sans frontières, « Pour toi Arménie » d’Aznavour, « Sa raison d’être », chanson contre le sida avec Johnny Hallyday et Eddy Mitchell ou encore la chanson de Michel Fugain contre la leucémie.

L’Humanitaire sert-il plus les stars que les grandes causes ?, Opinion publique, France 2, 24.09.2004, environ 12min

Reportage sur l’engagement humanitaire des stars diffusé lors d’une émission plateau réalisée par Eric Gilbert et présentée par Thierry Ardisson en compagnie de Renaud et Axel Red. Pour Julien Clerc, c’est un devoir pour les artistes de s’engager tandis que Jean-Louis Murat qualifie les Enfoirés de maffia. Le reportage donne à voir également l’apparition d’évènements tels que Solidays, Sidaction ou encore le Téléthon.

France. Artistes français. Solidarité avec Haïti, TF1 13 heures, TF1, 16.01.2010, environ 2min

Reportage de Claire Auberger pour le JT de TF1 sur les chanteurs qui à l’initiative du groupe de rap Neg’marrons décident de créer une chanson et un clip pour aider les sinistrés d’Haïti après le tremblement de terre de 2010. Charles Aznavour et Grand corps malade participent à l’initiative.

Goldman, Balavoine, Berger : quand on est ensemble, France 3, 04.11.2016, 1h47

Documentaire à base d’archive réalisé par Mireille Dumas et Alain Chaufour sur Jean-Jacques Goldman, Daniel Balavoine et Michel Berger, trois chanteurs intimement liés jusque dans leurs engagements. La deuxième partie du documentaire insiste sur cet aspect humaniste de leur carrière et sur les actions caritatives qu’ils ont menées souvent conjointement, pour le tiers-monde puis avec les restos du cœur et les premières tournées des Enfoirés après la mort de Coluche ou encore avec SOS racisme.

Ensemble avec nos soignants, France 2, 24.03.2020, 3h05

Emission de Jean-Jacques Amsellem présentée par Daphné Burki, Faustine Bollaert et Samuel Etienne afin de rendre hommage aux soignants durant le confinement du mois de mars 2020. Pour ce faire, une pléthore de chanteurs interprètent en distanciel un morceau de leur répertoire ou alors composé pour l’occasion.

Plateau invitée : Lara Fabian, Le 1945, M6, 09.04.2020, 5min41

En distanciel, Lara Fabian présente lors du JT de M6, sa chanson « Nos cœurs à la fenêtre », dédiée aux soignants.

Pascal Obispo, Marc Lavoine, Florent Pagny, Basique, l’essentiel de la musique, France 2, 15.04.2020, 3min

Produit par Sylvain Plantard et Gérard Lacroix, l’émission présente la chanson « Pour les gens du secours » écrite par Marc Lavoine et composée par Pascal Obispo pendant le confinement de mars 2020. La diffusion de la chanson est entrecoupée de commentaires des trois chanteurs qui mettent en avant leurs multiples engagements et l’évidence qu’a été pour eux la création de ce morceau en hommage aux soignants et aux policiers. Le clip de la chanson fut également diffusé sur France 2 lors de la cérémonie du 14 juillet.

ENTRE CHANSON ENGAGÉE ET CHANSON POPULAIRE

1. La chanson comme patrimoine

Si comme nous l’avons vu précédemment les années 1980-1990 marquent le reflux de la chanson politique au profit d’une chanson humanitaire, c’est aussi à cette époque que le rock alternatif ou les renouveaux breton, corse et occitan, amorcés dès les années 1970, vont remettre au goût du jour les formes traditionnelles de la chanson, en l’accordant aux sonorités actuelles. Il ne s’agit plus comme avec le rock’n roll des années 1950 de faire table rase de tout ce qui existait mais au contraire, nombre d’auteurs-compositeurs et d’interprètes vont contribuer à la préservation de chansons qui prennent peu à peu la forme d’un patrimoine oral. Or, de Marc Ogeret qui chante la Commune et d’Aristide Bruant à François Hajdi-Lazaro qui introduit des instruments traditionnels dans le rock alternatif et dont les textes témoignent d’une forte proximité avec la chanson réaliste, ces artistes font dialoguer les luttes passées avec celles de leur actualité. De même, la reprise du titre de Trenet « Douce France » par un groupe de jeunes arabes de la banlieue lyonnaise en 1986 est l’une des premières fusions entre deux traditions musicales qui ouvrit la voie à l’éclectisme du rock français des années 1990. Mais surtout, Carte de séjour à travers cette reprise et d’autres titres fait émerger la question de l’existence en France d’une communauté stigmatisée issue de l’immigration et porte un discours antiraciste sur la scène française. Avant Carte de Séjour, le chanteur Paco Ibanez, avait lui aussi attiré l’attention sur une communauté issue de l’exil. Fils d’un anarchiste espagnol ayant dû se réfugier en France avec sa famille à la fin de la Guerre d’Espagne, Ibanez chante les poètes espagnols dès la fin des années 1950. Il chante dans la cour de la Sorbonne en 68 et contre le fascisme depuis lors. Lluis Llach et Mikis Théodorakis, l’un catalan, l’autre grec, et qui connurent également l’exil en France, ont également revendiqué la chanson populaire comme une arme pour lutter contre le fascisme.

1.1. Puiser dans l’héritage populaire et révolutionnaire

Chanson et mémoire sociale

La Nuit de la révolte, Les Nuits décousues, Programme National, 13.02.1954, 27min15

Emission de Jean-Jacques Morvan dans laquelle Catherine Sauvage interprète Bruant, «La Carmagnole», mais aussi des textes de Robert Desnos et Boris Vian.

Marc Ogeret « le Condamné à mort », Journal de Paris, 1ère chaine, 02.10.1964, 3min21

Reportage de Bernard Tournois au Cabaret du Port Salut où il rencontre Marc Ogeret qui interprète « Le Condamné à mort » de Jean Genet, mis en musique par Hélène Martin, puis parle de son statut d’interprète qui lui permet de mettre en avant les poètes.

Chansons ‘pour’ chansons ‘contre’, Marc Ogeret, Bordeaux Aquitaine, 05.01.1970, 37min

Récital de Marc Ogeret dans lequel il reprend les chansons de la Commune écrites par Eugène Pottier et Jean Baptiste Clément, ainsi que des chansons d’Aristide Bruant et des textes de Louis Aragon.

La Fine fleur de la chanson française, France Inter, 07.02.1971, 57min

Adepte de l’émission de Luc Bérimont, Marc Ogeret donne sa définition de la chanson engagée, genre qui selon lui n’existe pas. Au terme « chanson engagée », il préfère l’expression « chanson politique ».

La Chanson populaire, Arcana connaissance de la musique, 2ème chaîne, en deux parties diffusées le 04.07.1971 et le 08.08.1971, 52min par émission

Magazine réalisé par Bernard d’Arbigeon qui s’ouvre sur un micro trottoir dans lequel on demande aux passants ce que leur évoque la musique populaire. Par la suite, l’émission retrace l’histoire de la chanson populaire avec les interventions des compositeurs Maurice le Roux et Georges Auric, de l’écrivain Max Pol Fouchet et celles des Soeurs Goadec, Claude Nougaro, Paco Ibanez et Mikis Théodorakis.

François Béranger, A bout portant, TF1, 17.11.1978, 46min27

Portrait de François Béranger par Claude Villiers dans lequel il est question de la carrière du chanteur débutée en 1964, de la guerre d’Algérie mais aussi de chanson populaire notamment à travers un hommage rendu au chanteur par l’homme politique Roger Gérard Schwartzenberg. L’entretien est entrecoupé d’extrait de son spectacle à l’Elysée-Montmartre en 1978

La Marseillaise, L’invité de FR3, FR3, 08.11.1981, 1h05

Emission de Jacques Fansten dédiée à la Marseillaise, présentée par Jean-Michel Royer, en compagnie de Jean-François Kahn et Marc Ogeret. Ce dernier interprète différentes versions de la Marseillaise telles que la Marseillaise des cotillons, la Marseillaise anticléricale, la Marseillaise de 1848 et celle de La Commune, la Marseillaise pacifiste ou encore la Marseillaise anticolonialiste. Autant de versions révolutionnaires d’un chant qui sous la Troisième République sera récupéré par la droite.

Foi d’anar ou Maurice joyeux, portrait d’un anarchiste, FR3, 16.09.1984, 58min14

Documentaire de Pierre Bouhin sur l’anarchiste français Maurice Joyeux et dans lequel Serge Utgé Royo chante à Radio Libertaire une version alternative du «Temps des cerises »

Marc Ogeret : Qui a dit engagé ?, Jeu de l’ouïe, France Culture, 5 émissions, du 03.06.1991 au , 10min

Aveline Thierry invite Marc Ogeret pour parler de son parcours et notamment dans la première émission de ses chansons engagées, avec ses albums « Chansons contre » et « Autour de la Commune », tous deux sortis en juin 1968. Les émissions suivantes abordent la mise en musique par le chanteur de poèmes de Louis Aragon, Luc Bérimont, Jacques-Emile Deschamps ou encore Pierre Seghers.

Rencontre avec Serge Utge Royo, Rencontre avec, France Culture, 2 émissions, 24.04.1994 et 27.04.1997, 20min

Patrice Galbeau reçoit Serge Utgé-Royo, en 1994 puis à nouveau en 1997 au micro de France Culture pour évoquer son parcours, ses concerts et sa vision de la chanson, indissociable pour lui de son engagement social et politique. Serge Utgé-Royo est également écrivain et parle de son livre « Noir coquelicot » qui relate l’histoire du mouvement libertaire en France dans les années 1920.

Marc Robine, Y’a qu’ça qui m’intéresse, Radio Bleue, 05.04.1998, 1h

Jacques Perciot reçoit Marc Robine qui vient parler de son travail de collectage de la chanson entrepris dès le début des années 1970. Avec la maison EPM, il publie des anthologies de la chanson française et parallèlement mène des recherches et des travaux critiques sur la chanson. L’entretien est ponctué par des extraits de l’oeuvre de Marc Robine.

Marc Ogeret, Y’a qu’ça qui m’intéresse, Radio Bleue, 01.11.1998, 1h

Au micro de Jacques Piercot, Marc Ogeret évoque son spectacle « Amour, révolte » au Sentier des Halles, dans lequel il reprend les vieilles chansons de Léo Ferré. Ogeret parle aussi de son rapport au monde ouvrier et au monde paysan ou encore du choix de sa tenue de scène, de son militantisme auprès de l’ADAMI (société civile pour l’administration des droits artistes et musiciens et interprètes), syndicat qui lutte pour l’indépendance des artistes interprètes. L’entretien est ponctué de chansons.

Les Chanteurs engagés ; la pièce « Couple ouvert à deux battants », Accents d’Europe, Radio France Internationale, 25.01.2002, 20min

Magazine produit par Frédérique Lebel et dans la première partie duquel il est question de la disparition des chanteurs engagés, non pas seulement en France mais à l’international. Dans un entretien, Serge Utgé Royo dit préférer le terme de résistance à celui d’engagement. Il parle aussi de son public, très marqué par le militantisme. L’émission évoque également Paco Ibanez dont les chansons, d’après les commentaires, ne séduisent plus en 2002.

Le Pop club, France Inter, 14.06.2005, 1h20

José Artur reçoit Jacques Tardi et Serge Utgé-Royo pour parler de la Première guerre mondiale. Serge Utgé Royo se dit surtout intéressé par la mémoire que véhicule la chanson populaire et révolutionnaire, à laquelle est d’ailleurs dédiée son double album « Contrechamps de ma mémoire », illustré par Tardi et dont plusieurs extraits sont diffusés pendant l’émission.

Simone Tassimot : chanteuse, diseuse, interprète, Laissez- vous conter, France musique, 21.08.2010, 1h

Véronique Sauger s’entretient avec Simone Tassimot pour évoquer avec elle son parcours marqué par ses reprises de Fréhel, Damia, Marianne Oswald et Germaine Montero. Simone Tassimot évoque également la chanson engagée. L’entretien est agrémenté d’enregistrements musicaux.

Quand le rock se rejoue les airs populaires

La Marseillaise version reggae de Serge Gainsbourg, Antenne 2 Le journal de 20h, Antenne 2, 17.03.1979, 4min17

Reportage de Gérard Holtz auprès de Serge Gainsbourg pour le journal télévisé d’Antenne 2. Le chanteur est interviewé à propos de sa reprise de La Marseillaise et réfute l’idée selon laquelle il s’agirait de simple provocation antimilitariste en expliquant qu’avec cette version, il rend à l’hymne national sa teneur révolutionnaire.

Plateau variétés, A la folie pas du tout, TF1, 30.11.1986, environ 1h

Emission plateau dans laquelle Patrick Poivre d’Arvor reçoit Jack Lang et Charles Trenet. Le groupe Carte de séjour interprète sa reprise de « Douce France », chanson écrite sous l’occupation et qui prend une connotation antiraciste dans cette nouvelle version d’un groupe qui en 1983 avait participé à la Marche des beurs. 

Banlieue rock : dernier pogo à Paris, Les Enfants du rock, Antenne 2, 10.01.1987, 30min09

Magazine réalisé par Michel Vuillermet parti enquêter dans les milieux du rock alternatif parisien. Au squat de l’usine à Montreuil ou au bar « Le Paris Auvergne » on croise Les Garçons Bouchers, Béruriers Noirs, Los Carayos, Pigalle et aussi La Souris Déglinguée. L’émission donne à voir la forte politisation de ces groupes qui se manifeste notamment dans leur rapport à la scène et au public. L’ancrage populaire de ces groupes se traduit aussi par des références à la chanson populaire et à ses instruments.

Rock à l’ail, Série de 10 émissions de la collection Coda, France Culture, du 15.03.1988 au 26.03.1988, 10min par émission

Dix émissions avec François Hadji Lazaro, consacrées aux groupes de rock tels que Pigalle, Les Garçons Bouchers, Parabellum, Les Carayos ou encore Carte de séjour, qui tous reprirent à leur façon le répertoire de la chanson traditionnelle française.

Les Garçons bouchers, Prix Pixel-INA. Présélection, 01.02.1991, 3min31

Videoclip des Garçons bouchers pour leur chanson « La Lambada on aime pas ça » dans laquelle ils moquent les sacrifices auxquels consentent certains artistes pour gagner en visibilité et rendent hommage à la chanson populaire à travers leur interprétation de « La Java bleue ».

Les Négresses vertes, ARTE, 21.11.1992, 54min

Portrait des Négresses vertes réalisé par Béatrice Soule et présenté par le percussionniste Dominique Mahut. L’émission est constituée d’interviews des différents membres du groupe, d’interprétations et de diffusions d’archives à travers un écran installé sur le plateau. Le groupe marque son attachement à la chanson populaire française en interprétant des titres de Fernandel et Edith Piaf.

Groupe : Casse pipe « Tout fout le camp » + interview du chanteur Louis Pierre Guinard, Banc public, France 3 Bretagne, 27.01.1994, 3min25

Magazine présenté par Nathalie Kerrien dans lequel le groupe Casse Pipe interprète « Tout fout le camp », une chanson écrite en 1939 par la chanteuse Damia et qui évoque l’apogée des fascismes en Europe.

François Hadji Lazaro, En Avant la zizique, France Inter, 5 émissions du 20.06.1995 au 24.06.1995, 50min par émission

Série de cinq émissions d’Alain Poulanges consacrées à François Hadji Lazaro. Le chanteur multi-instrumentiste évoque sa formation musicale, la scène du rock alternatif des années 1980, ses groupes Pigalle et les Garçons Bouchers, mais aussi sa société Boucherie Production.

La Chanson réaliste et son héritage, Le Temps d’une chanson, France Inter, 31.10.1995, 55min

Alain Poulanges reçoit Jean Guidoni, Serge Hureau et François Hadji Lazaro pour évoquer la chanson réaliste, son histoire, ses spécificités, ses interprètes et son héritage. François Hadji Lazaro explique que le rock français ne puise pas que dans l’héritage du rock anglo-saxon mais aussi dans la chanson française.

Hubert Félix Thiéfaine, Cap’tain Café, France 3, 13.12.1996, 52min43

Dans ce spectacle TV réalisé par Gérard Di Puglia à l’Espace, à Rennes, Jean Foulquier reçoit aux côtés d’Hubert Félix Thiéfaine, le groupe Casse Pipe qui interprète deux morceaux sur scènes. Après avoir chanté «Viva la muerte », Louis Pierre Guinard, le chanteur du groupe, explique que le titre de cette chanson renvoie au cri de ralliement des anarchistes espagnols durant la guerre d’Espagne.

Musique «Casse Pipe», Le Journal de la nuit, France 2, 04.03.1997, 1min51

Reportage du JT de France 2 par Sophie Neny qui a rencontré le groupe Casse Pipe. Des images du groupe sur scène sont entrecoupées d’un entretien avec Louis Pierre Guinard, le chanteur du groupe, qui s’exprime sur le choix de leur répertoire et pour qui chanter ces chansons est une forme de résistance.

Le Retour de l’accordéon dans la chanson, Tours de chant, France Culture, 15.12.1997, 58min

Martin Penet reçoit François Hadji Lazaro pour évoquer ensemble la frange du rock français inspirée par le répertoire de la chanson réaliste et les instruments acoustiques traditionnels. François Hadji Lazaro parle aussi de sa maison de production Boucheries Productions qui prône un fonctionnement en marge des grosses maisons de production et de son attachement aux instruments anciens comme le violon, la vielle à roue ou l’accordéon qu’il fut l’un des premiers à réintroduire dans le rock.

Génération Louise Attaque, Plus vite que la musique, M6, 20.05.2000, 4min21

Portrait du groupe musical Louise Attaque, des Têtes Raides, de Casse Pipe et de la Tordue, quatre groupes qui ressuscitent de vieux instruments, raniment la chanson réaliste et cherchent, en marge du star-système, à établir un rapport différent avec le public.

Quand la musique est rock, France 3, 19.12.2010, 1h46

Documentaire de Yann Grasland qui retrace l’histoire du rock français à travers les révolutions musicales et technologiques qui l’accompagnent. S’il est présenté comme la musique d’une jeunesse révoltée, le rock n’est pas synonyme d’engagement politique. Aussi ce documentaire donne à voir deux familles du rock, celle de Johnny et des yéyés d’une part et d’autre part, celle plus militante qui va fleurir dans les années 1980-1990 avec Higelin, Bernard Lavilliers, Les Garçons bouchers, La Mano Negra, Zebda ou encore Noir Désir.

1.2 Musique populaire depuis l’exil : contre le fascisme

Mikis Théodorakis : symbole de la résistance grecque

Mikis Theodorakis, A l’Affiche du monde, 2ème Chaine, 21.05.1970, 22min40

Reportage de Robert Manthoulis dans lequel Mikis Theodorakis et Georges Moustaki, qui se sont rencontrés une semaine plus tôt, traduisent en français des chansons écrites en Grèce par Théodorakis lorsqu’il était en prison. En fin de reportage, accompagnés par quelques musiciens, ils interprètent les arrangements auxquels ils sont parvenus.

« Mikis Théodorakis », Télérama du 24 avril au 1er mai, Télérama, 25.04.1971, n°1110

Portrait de Mikis Theodorakis par Gilles Alexandre qui retrace l’itinéraire du compositeur des prisons grecques à son exil en France un an plus tôt, en passant par ses engagements politiques pour conclure sur l’annonce de sa prochaine tournée mondiale.

Gérard Pierrat parle de Mikis Théodorakis, FR3 Radio Côte Azur, 14min30

Entretien avec l’écrivain Gérard Pierrat qui a publié « Théodorakis, le roman d’une musique populaire ». Ce dernier évoque l’importance de la musique de Mikis Théodorakis dans les luttes sociales et politiques de la Grèce contemporaine.

Mikis Theodorakis, Atout cœur, Radio Bleue, 16.10.1986, 31min15

Francis Colnot reçoit Mikis Theodorakis qui s’exprime sur son engagement politique, comme député communiste en Grèce et compositeur engagé avec une œuvre qu’il qualifie lui-même de militante. Il est aussi question son action politique pour la paix qui se traduit notamment par des concerts en Turquie et en Israel.

Mikis Theodorakis, A voix nue: entretiens d’hier et d’aujourd’hui, France Culture, 5 épisodes diffusés du 24.04.2006 au 28.04.2006, 25min par émission

Entretien en cinq émissions produit et présenté par Yorgos Archimandritis avec Mikis Theodorakis qui revient sur sa vie et notamment sa participation à la résistance en Grèce, ses engagements politiques indissociables selon lui de son oeuvre musicale.

Paco Ibanez et Lluis Llach : chanter pour le peuple espagnol et contre Franco

Pour des références complémentaires sur Paco Ibanez, voir également le guide des sources « Migration espagnole en France dans les collections de l’INA » rédigé par Miriam Diaz de Arcaya, documentaliste à l’INA et publié le 05.06.2019 sur le blog inatheque.hypothèses.org.

La Fin de l’exil ?, Seize millions de jeunes, 2ème chaine, 03.01.1967, 24min03

Reportage de Francisco Espresate sur Paco Ibanez et à travers lui, sur les exilés espagnols. Dans un café parisien, Paco Ibanez discute avec quelques amis de son départ en Espagne et de l’impact que pourraient avoir ses chansons là-bas.

Un Espagnol à Paris Paco Ibanez, A l’Affiche du monde, 1ère chaine, 22.03.1969, 1h17

Reportage de Rémy Grumbach sur le chanteur Paco Ibanez filmé dans sa famille à Aubervilliers puis dans les rues de Paris alors qu’il est à la recherche d’une salle pour pouvoir se produire. Finalement Paco Ibanez se rend chez son ami le peintre José Ortega et interprète plusieurs de ses chansons. Ibanez évoque la chanson engagée, ses origines, la classe ouvrière à laquelle il se sent appartenir, malgré son métier de chanteur et son public qui pourraient le pousser à l’embourgeoisement.

Chanson : Paco Ibanez, la poésie est une arme, Variances, 1ère chaine, 12.01.1970, 7min20

Entretien croisé avec Paco Ibanez et son ami José Ortega par Michel Pamart. Ibanez explique en quoi la chanson et la poésie sont politiques et plaide pour une dépersonnalisation des œuvres d’art.

L’Envers et l’endroit du spectacle : Lluis Llach, Les Derniers jours heureux, France Culture, 26.12.1977, 15min

Dans une émission de Claude Fleouter et Denis Limon, Lluis Llach parle du pouvoir de revendication acquis par la chanson catalane dans les années 1970 dans la lutte contre le franquisme et le centralisme. La chanson était alors le moyen privilégié de l’expression populaire.

Mosaïque, France 3, 11.05.1980, 1h30

Paco Ibanez est l’invité d’honneur de l’émission Mosaïque présentée par Jean-Michel Dhermay. Si l’émission n’aborde pas les questions politiques et met plutôt l’accent sur les aspects culturels et musicaux liées à l’immigration, il est toutefois question de la relation entre les peuples méditerranéens et leurs musiques populaires.

Paco Ibanez, chansons d’urgence chansons d’amour, Télérama du 10 au 16 mai, Télérama, 07.05.1980, n°1582

Portrait de Paco Ibanez par Anne-Marie Paquotte qui a rencontré le chanteur espagnol. Paco Ibanez y évoque la naissance de sa vocation de chanteur, à l’intersection entre l’influence poétique et musicale de Georges Brassens et de Léo Ferré et la lutte contre le franquisme.

La Chanson politique catalane des années 60 à nos jours, Barcelone, France Culture, 04.03.1988, 1h

Lluis Llach est l’invité de Sophie Barrouyer et Didier Alluard pour évoquer la chanson politique catalane des années 1960 à 1988, date d’enregistrement de l’émission. Lluis Llach revient sur la genèse de ce mouvement, ses influences, ses propres chansons mais aussi celles de Raimon, Marina Rossel ou Maria del Mar Bonet. Cette chanson politique catalane est très liée à la chanson française, notamment à ses débuts ou l’on traduit et adapte en catalan Brassens et Léo Ferré. Des extraits musicaux sont diffusés tout au long de l’émission.

Paco Ibanez, Faut pas rêver, France 3, 26.02.1999, 54min49

Dans ce magazine réalisé par Jacqueline Benousilio, Paco Ibanez revient sur sa vie et sa famille avec un père anarchiste et républicain qui a influencé son propre engagement contre Franco. Ibanez affiche également son soutien aux luttes des minorités linguistiques notamment basques, kurdes et catalanes.

Lluis Llach enfant de Catalogne, Musique et compagnie, France 3, 01.02.1997, 50min47

Documentaire de Jean Hennin composé à partir d’extraits de concerts, d’images d’archives et d’un entretien en français avec le chanteur catalan Lluis Llach. Le compositeur de « l’Estaca » s’était exilé en France entre 1971 et 1976 pour fuir le régime de Franco. Jean-Michel Boris, qui lui avait ouvert les portes de l’Olympia à l’époque, intervient dans le documentaire ainsi que Catherine Ribeiro qui interprète un titre du chanteur.

[Lluis Llach et le franquisme], Divers fonds vidéo, 48min56

Captation d’un photomontage sur le franquisme projeté lors la soirée “Mémoire de la guerre d’Espagne” donnée le 8 juillet 1997 au Théâtre Antique d’Arles dans le cadre des 28èmes Rencontres Internationales de la Photographie. Le photomontage est crée à partir de photographies prises par des photographes espagnols et Lluis Llach interprète ses chansons en direct, pendant la diffusion des images.

1.3 Langues et cultures

La langue d’oc, le corse, le breton et l’arabe

Occitan ou la parole perdue, Italiques, 2ème chaîne, en deux parties diffusées le 03.08.1973 et le 10.08.1973, pour une durée totale de 1h29

Documentaire de Georges Walter qui au travers de la renaissance de la langue occitane par la chanson, le théâtre et l’écriture cherche les origines de cette culture et les circonstances de son effacement. Les poètes et écrivains Yves Rouquette, Max Philippe Delavouet et le chanteur Claude Marti offrent leurs visions

Joan Pau Verdier et Alan Stivell, L’Inconnu du dimanche, 1ère chaîne, 06.10.1974, 31min35

Magazine de variétés réalisé par Jacques Pierre et présenté par Jacqueline Alexandre qui reçoit Joan Pau Verdier qui évoque en compagnie d’Alan Stivell leur attachement respectif à l’occitan et au breton et leurs convictions internationalistes. Pour les deux artistes, tous les chanteurs sont engagés. Tour à tour, ils interprètent une dizaine de chansons en occitan, en breton et en français.

Collection La Male parole, Antenne 2, 4 émissions du 17.12.1975 au 09.10.1977, 52min par épisode

Quatre émissions autour de la langue française intitulées : «Le Pouvoir et la langue », « Tenir sa langue », « Les Mots, les pauvres mots », « Omes d’oc », réalisées par Patrick Camus, Gérard Follin, Patrick Bureau et présentées par Jean-Pierre Chabrol. S’il ne s’agit pas d’une émission consacrée exclusivement à la chanson, elle y tient bonne place avec la participation à l’émission de Claude Duneton, historien de la chanson, de Georges Brassens venu parler de l’uniformisation de la langue, de Claude Marti, défenseur de l’occitan, et de Léo Ferré qui pour l’émission a composé la chanson « Cette parole ». Le dernier épisode de la série se penche tout particulièrement sur les luttes sociales et culturelles en Occitanie.

Lyon capitale du rock : le rock arabe, Megahertz, TF1, 10.04.1982, 10min10

Reportage de Guy Saguez sur le groupe lyonnais Carte de séjour avec les extraits d’un concert donné par le groupe à Lyon. Interviewés, les membres du groupe évoquent le racisme quotidien dont ils sont victime et ce que peut apporter leur musique, chantée en langue arabe, au répertoire français.

Gilles Servat, Rencontre en musique, Antenne 2, 19.07.1992, 8min21

Reportage auprès de Gilles Servat pour qui chanter en breton et défendre la nature relève d’une même démarche écologique. Servat regrette que les moulins, auxquels il a consacré une chanson, disparaissent des paysages.

La Chanson politique : exemple Gilles Servat, Cinéthique, avril à septembre 1977, n°23/24

Article de la revue d’obédience marxiste-léniniste Cinéthique qui formule une critique à l’encontre du chanteur Gilles Servat qualifié de chanteur humaniste mais non pas révolutionnaire. Toutefois, il est aussi question du rapport de Gilles Servat à la langue bretonne et de ce que peuvent les langues régionales dans les luttes contre l’Etat central.

Joan Pau Verdier : Un nuage dans la tête, Antenne 2, 26.10.1979, 39min35

Portrait de Joan Pau Verdier par Michel Danger et Bertrand Olivetti. Dans les années 1970, le chanteur libertaire, qui avec Guy Malouvier avait créé la Fédération anarchiste-communiste d’Occitanie, fait la jonction entre la langue d’Oc et le rock. Dans ce documentaire, Joan Pau Verdier qui désormais chante principalement en français donne son avis sur la chanson actuelle et parle de la langue française et de l’occitan. L’entretien est ponctué d’extraits d’une répétition du chanteur avec ses musiciens.

« Paroles de Gascon », Télérama du 10 au 16 décembre 1994, Télérama, 07.12.1994, n°2343

Portrait de Bernard Lubat par Eliane Azoulay. Le compositeur multi- instrumentiste et fondateur du festival d’Uzeste parle de son attachement à la langue d’oc et aux musiques d’inspirations populaires.

Musiques aux sources, Envoyé spécial, France 2, 09.09.1999, 45min20

Magazine d’Agnes Molinier sur la progressive reconnaissance des langues et des cultures arabe, corse ou bretonne grâce au succès de certains chanteurs qui ont porté ces cultures. Extraits de concerts et témoignages d’Alan Stivell, Gilles Servat, Faudel, Cheb Mami, Rachid Taha ou encore Jean-François Bernardini.

Là bas, si j’y suis en direct de l’Usine Corot à Marseille, Là-bas si j’y suis, France inter, 23.11.2001, 54min.

Emission produite par Daniel Mermet, consacrée au Marseille populaire en compagnie de plusieurs groupes qui à travers leur musique mettent en avant cet aspect de la ville. Avec le groupe Dupain, c’est aussi la langue d’oc qui permet de renouer avec la culture populaire.

L’Ouïe dit : chants délibérés de l’art voix contestataires, Surpris par la nuit, France Culture, 20.02.2004, 90min

Magazine produit par Alain Veinstein et Anne de Giafferri et constitué d’entretiens avec Bernard Lubat, Magyd Cherfi de Zebda, Jali de Massilia Sound System ou encore des membres du groupe Dupain. Ils abordent tour à tour le militantisme, la lutte contre le racisme, l’extrême droite ou encore la place de la langue occitane dans leurs convictions politiques et leurs projets musicaux.

Canta u Populu Corsu : chanter pour la Corse, France 3, 19.04.2003, 53min43

Documentaire de Tania Rakhmanova consacré à l’histoire du groupe musical Canta u populu corsu, étroitement mêlée à l’histoire du nationalisme corse. Le chant polyphonique a largement contribué à l’union des Corses pour la préservation de leur île. En alternance avec les interviews des membres du groupe, commentaire sur extraits de concerts, documents iconographiques, et images d’archives. De nombreux témoignages de fidèles ponctuent également le film.

L’Usina, Mémoires d’Oc, Via Stella, 19.02.2011, 14min52

Documentaire réalisé à Port-de-Bouc par Alain Glasberg, Vincent Hérisse et Eric Eratostene. C’est dans cette ville qu’est né le groupe Dupain dont les chansons en occitan empruntent au répertoire des poètes ouvriers du début du XXème siècle. Avec l’album « l’Usina » Sam Karpiena et son groupe ravivent la mémoire du monde ouvrier et sa culture de lutte.

Histoire de Marseille : La nouvelle scène musicale occitano-marseillaise, La Fabrique de l’histoire, France Culture, 02.01.2018, 52min36

Documentaire produit par Emmanuel Laurentin où il est question, avec notamment le groupe Dupain et Massilia Sound System, de l’histoire sociale de Marseille, du militantisme libertaire et surtout du rôle émancipateur de la langue occitane dans leur musique.

Collection Un Ghjornu, una canzona, France Bleu RCFM, 70 émissions consacrées au groupe Canta u populu corsu, du 11.01.2018 au 21.02.2022, 5 à 7min par émission

Chaque émission présente et diffuse une chanson du groupe “Canta u populu corsu”.

Créolité et décolonisation

“C’est fini les colonies, fini le temps du mépris” chante Manno Charlemagne en 1984. Si « Fini les colonies » est écrite en français, c’est surtout en Créole que s’exprimera le rejet du colonialisme et de ses avatars. Comme en Bretagne, en Occitanie et en Corse, la reconnaissance d’une identité culturelle propre passe l’utilisation d’une langue minoritaire et le retour à des formes musicales traditionnelles, par exemple le maloya à la Réunion. Cet ancien chant d’esclave interdit par les autorités est réhabilité dans les années 1960 avec l’impulsion du Parti Communiste Réunionnais et devient grâce aux créations de Firmin Viry ou Danyèl Waro le chant contestataire emblématique de la Réunion.

Portrait Djo Dezormo, Télé Martinique, 06.02.1998, environ

Portrait du chanteur populaire martiniquais Djo Dezormo défenseur et promoteur de la culture martiniquaise. À travers ses chansons il a mis en garde contre le Front National et contre l’incorporation de la Martinique à l’Europe. Lui même se reconnaît volontiers dans la double étiquette qu’on lui accole de chanteur engagé et de chanteur de carnaval. Dans l’un des entretiens du documentaire, il évoque les grèves de 1967 en Guadeloupe et le colonialisme.

Chants du temps longtemps, France 3 Corse, 20.02.1999, 52min

Reportage de Christian Lorre sur le maloya de la Réunion et le séga de l’île Maurice, deux anciens chants d’esclaves. Firmin Viry, militant proche du Parti Communiste réunionnais et défenseur du maloya jusqu’à ce que l’interdit qui pesait sur ce chant soit levé par François Mitterrand, intervient à plusieurs reprises dans ce documentaire et interprète quelques chansons.

Quoi de neuf ? À table !, France Ô, 19.03.2009, 30min

Magazine de Philip Delos présenté par Jean Thibaudier et Cécilia Survile qui reçoivent Jacky Richard, compositeur de “La Gwadloup sé tan nou”, Dominik Coco, auteur-compositeur-interprète, Dominique Panol, auteur-compositeur-interprète, et Coqk-La, membre “Akiyo”- LKP, pour évoquer leur engagement politique et artistique dans le conflit social en Martinique. Les entretiens en plateau alternent avec un micro-trottoir.

Waro à Sakifo, Safiko Music Festival 2004, Mezzo, 13.04.2009, 53min

Retransmission du concert de maloya, musique traditionnelle de la Réunion, donné par Danyél Waro et son groupe, à l’occasion du 1er festival de Sakifo sur l’île de la Réunion. Le concert alterne avec des extraits d’interviews du chanteur qui raconte l’histoire de cette musique traditionnelle sauvée par le Parti Communiste réunionnais qui défendait l’idée d’une autonomie de l’île. Dans cet entretien, il évoque aussi l’aspect politique de ses textes.

Sur les traces de Mona, France Ô, 12.11.2009, 45min

Portrait du musicien Eugène Mona réalisé par Nathalie Glaudond. Eugène Mona est l’une des légendes de la musique caribéenne révélée en Martinique dans les années 70. Retour sur le parcours musical de cet artiste engagé, disparu en 1991, et dont les valeurs humanistes, contestataires, pacifistes et écologiques, trouvent un écho certain au sein de la société martiniquaise contemporaine, en pleine crise sociale et identitaire. Un montage d’archives alterne avec les interviews de proches de Mona, de musiciens et de spécialistes.

Maloya Là-bas, Là-bas si j’y suis, France Inter, 2 émissions le 14.05.2014 et le 15.05.2014, 49min

Émission de Daniel Mermet consacrée au maloya, ancien chant d’esclave venu d’Afrique de l’Est qui dans les années 1950-1960 est interdit par l’administration coloniale mais dont la pratique est encouragée par le Parti Communiste réunionnais. Le maloya est toujours présent dans les luttes actuelles de l’île, malgré la reconnaissance dont il jouit désormais.

Firmin Viry, Une vie réunionnaise, Réunion 1ère, 20.12.2015, 53min

Portrait de Firmin Viry à partir d’une série d’entretiens avec le chanteur, ses proches, des documents d’archives, notamment pour évoquer son compagnonnage avec le PCR (Parti Communiste réunionnais), et d’extraits de concerts.

Manno Charlemagne : disparition d’un artiste engagé, Info>Martinique, France O, 12.12.2017, 2min36

Court reportage de Michel Gendre diffusé lors d’un Journal télévisé annonçant la mort du chanteur haïtien Manno Charlemagne. Son répertoire politique et sa critique de la dictature de Duvalier lui valurent un premier exil en 1980 puis à nouveau en 1991 après le coup d’Etat contre le président Jean Bertrand Aristide dont il était l’un des conseillers. Nombre de ses chansons sont devenues en Haïti des hymnes contre l’oppression.

Danyèl Waro chante le métissage de la Réunion, Tracks, ARTE, 09.02.2018, 7min13

Portrait de Danyèl Waro qui avec Firmin Viry a ressuscité le maloya, la musique traditionnelle des esclaves africains. Danyèl Waro explique que le maloya, interdit dans les années 1950-1960, était à la fois associé à l’africanité et au communisme, tous deux rejetés par les autorités coloniales. De fait, pour le chanteur, c’est la musique privilégiée de la « Batasité », concept qu’il a forgé pour exprimer le métissage de la Réunion.

Delgres, Acoustic, TV5MONDE, 05.01.2019, 31min

Sébastien Folin présente le groupe de blues créole Delgrès nommé ainsi en hommage à Louis Delgrès, le révolutionnaire guadeloupéen ayant résisté aux troupes bonapartistes envoyées en Guadeloupe pour rétablir l’esclavage. Dans cette émission le groupe présente son premier album « Mo Jodi », « Mourir aujourd’hui » en français, et en interprète quelques titres dont le revendicatif  “Mr Président”.

Les mots du rap

Le rap, une affaire de famille, Esprit, Juillet 1999, n°254

Article qui met l’accent sur l’inventivité du langagière du rap et sa forte dimension politique, bien que paradoxalement la dénonciation du capitalisme par les rappeurs se double d’une forte adhésion à ses valeurs. Cet article fait partie d’un dossier plus large intitulé « La Chanson version française » qui donne entre autre la parole à Jacques Bertin dans un entretien intitulé « La Chanson poétique en résistance ».

« Rap la loi du fric », Télérama du 5 au 11 février 2000, Télérama, 02.02.2000, n°2612

Enquête de Thierry Leclère pour qui le rap s’est converti au capitalisme sauvage et a adopté toutes ses valeurs, même lorsque les paroles sont contestataires. L’enquête donne aussi la parole à Laurent Bouneau, directeur des programmes de Skyrock, une radio qui s’est faite le canal privilégié des gros succès du rap français.

« Rap et politique », La politique en chansons, Mots, 11.2002, n°70

Article de Vincent Fayolle et Adeline Masson-Floch à partir d’un terrain d’enquête réalisé auprès de rappeurs de l’Essonne. Les deux chercheurs mettent en avant le rôle performatif de la langue dans la constitution du rap comme genre musical politique, et ce, au delà des engagements politiques que peuvent ou non revendiquer les rappeurs.

La « darja » langue de culture en France, Langues de France, Hommes et migrations, novembre-décembre 2004, n°1252

Article de Dominique Caubet, professeur d’arabe à l’Inalco qui fait le constat de l’intégration au champ culturel français de plusieurs langues d’origines maghrébines. Au début des années 1980, c’est le groupe Carte de Séjour qui marque l’irruption de l’arabe algérien dans le rock français et qui va donner à la culture des jeunes français issus de l’immigration une médiatisation nationale. En 1999, l’arabe maghrébin fait officiellement partie des langues de France, pourtant Rachid Taha, n’est pas toujours reconnu comme un chanteur français par la presse.

93, la belle rebelle, Arte, 25.11.2010, 1h22

Documentaire réalisé par Jean Pierre Thorn qui offre une rétrospective des courants musicaux contestataires en Seine-Saint-Denis du rock au slam en passant par le punk et le hip-hop. Département emblématique des banlieues françaises, la Seine-Saint-Denis incarne depuis le début des années 60 le cliché d’une jeunesse en colère. Le réalisateur a décidé de tordre le cou à cette image en redonnant toute sa valeur à un demi-siècle de contre-culture musicale. Du concert mythique de la Nation en 1963 au slam, en passant par le punk et le hip-hop, ce documentaire retrace les différentes étapes d’une résistance musicale intimement liée à la réalité sociale et populaire dont elle est issue. Daniel Boudon, Marc Perrone, Loran de Bérurier Noir, Casey ou encore DJ Dee Nasty racontent cette épopée, illustrée par des extraits de concerts et des archives.

2. La chanson dans les luttes sociales

La fin des années 1990 et le début des années 2000 sont marqués par la naissance de l’altermondialisme et la revivification des luttes écologistes et féministes. De même, la résurgence des grands mouvements sociaux et leur forte médiatisation fait de la rue un lieu de performance artistique. De « L’Estaca » à « La semaine sanglante » les chorales militantes viennent puiser dans le répertoire révolutionnaire pour battre le pavé de la chanson, quitte à adapter les paroles à un contexte de lutte donné afin d’actualiser ce répertoire.

Cette période marque aussi le regain du vote pour l’extrême-droite. En 1984, FanXoa, le chanteur de Bérurier Noir écrit « Porcherie », un titre anti-Le Pen sans équivoque. Très vite, le groupe Noir Désir deviendra aussi l’un des symboles de l’antifascisme avec son morceau « Un jour en France » qui en 2002 les conduira à participer aux concerts anti-FN de l’entre-deux tours aux côtés des Têtes Raides et de Yann Tiersen. Après le punk et le rock, une partie du rap prend en charge cette critique de l’extrême droite. Et de même que l’on chante pour le droit au travail, pour l’écologie ou les droits des femmes, on chante contre l’extrême-droite.

2.1  Les années 2000 : mobiliser avec la chanson

Spécial musiques engagées, Plus vite que la musique, M6, 08.05.1999, 29min

Magazine réalisé par Sebastien Devaud et présenté par Christophe Crenel composé de quatre reportages autour du thème de la musique engagée. Il est question des stratégies mises en place par les syndicats pour rendre les manifestations plus attractives en ajustant leur répertoire musical ; de l’histoire de la Marseillaise ; et du groupe Zebda dont un portrait proposé à la fin de l’émission met en avant ses engagements politiques notamment avec l’album “Motivés” qui revisite dans une veine plus festive le patrimoine musical révolutionnaire. Enfin, un des reportages évoque le concert « Liberté de circulation » qui a eu lieu à l’Elysée Montmartre avec Noir Désir, Rita Mitsouko et les Têtes raides, au profit du GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigrés). Ces différents artistes ont aussi enregistré une reprise « Des petits papiers » de Gainsbourg pour venir en l’aide à l’association.

« Entretien avec Magyd Cherfi, Zebda », la politique en chansons et « Motivés, motivé », Mots, 11.2002, n°70

Entretien avec Magyd Cherfi, chanteur de Zebda, par la chercheuse Marlène Coulomb-Guly qui questionne le chanteur sur les engagements politiques du groupe. L’article suivant, de Pierre Fiala, relate l’engagement de ce même groupe contre l’extrême droite au second tour des élections présidentielles de 2002 avec la chanson « Motivés ».

Spécial Noir Désir, Tracks, ARTE, 27.09.2002, 40min33

Magazine musical réalisé par David Combe et Jean Marc Barbieux avec une émission consacrée au groupe de rock français Noir Désir. En 2002, le groupe fait une tournée gratuite au Moyen-Orient ; en Syrie il se rend à une manifestation en soutien à la Palestine et dès son retour en France participe à une série de concerts contre le FN en compagnie des Têtes raides, de Dominique A et de Yann Tiersen. Quelques semaines plus tôt, aux victoires de la musique, Noir Désir s’était rebiffé contre Jean Marie Messier PDG de Vivendi-Universal.

Avis de KO social. Quand les chanteurs appellent à la mobilisation, Télérama, 21.04.2004, n° 2832

Véronique Brocard enquête sur l’association de musiciens et d’artistes activistes créée par les Têtes Raides dont l’objectif est de prendre position sur des questions sociales à travers des concerts militants. À la suite de cet article Catherine Portevin recueille l’avis de l’écrivain marxiste Daniel Bensaid sur cette initiative et sur les liens qui se font selon lui entre les mouvements sociaux et la chanson ou la poésie.

Viure al pais Spécial Larzac « Gardarèm la Tèrra », Viure al pais, France 3 Midi Pyrénées, 28.09.2003, 26min50

Reportage en français et en occitan sur la manifestation célébrant les trente ans du premier rassemblement sur le Larzac. Les groupes Mauresca Fracas Dub et la Talvera sont là pour soutenir le mouvement en musique et les militants présents se plaisent aussi à chanter des airs révolutionnaire comme Bella Ciao qui clôt le reportage.

Manifestation route des tamarins : les arbres de Danyel Waro à l’Eperon, Journal Soir Réunion, Télé Réunion, 22.01.2006, 1min42

Court reportage de Hermina Lasson et Claude Testa sur l’action symbolique organisée à Saint-Gilles-les-Hauts par Danyel Waro qui a planté des pieds de tamarins là où doit être construite une nouvelle route, et afin de protester contre la bétonisation des terres.

Elections municipales : les listes de gauche à Corbeil Essonnes, 19/20 Paris Ile de France, 27.01.2008, 27.01.2008, 1min52

Les membres du groupe Zebda donnent un concert de soutien pour la campagne du communiste Bruno Pirirou.

Européennes: Cantat soutient Bové lors d’un concert à Bordeaux, Sans canal, 17.05.2014, 3min04

Le groupe Détroit se produit sur scène à Bordeaux pour soutenir José Bové, tête de liste EELV dans le Sud Ouest aux élections européennes.

Les Motivés toulousains de retour pour la présidentielle, 04.02.2017, 2min56

Vingt ans après la sortie de leur album « Motivés », le groupe toulousain repart en tournée avec pour but de se « mêler » de la campagne présidentielle. Le reportage comprend des images d’un concert du groupe et des entretiens avec deux de ses membres.

Bordeaux : les avocats en grève revisitent le « Chant des Partisans », AFP, 24.01.2020, 2min19

Reportage d’Elodie Le Maou à Bordeaux où 200 avocats se sont réunis devant le palais de justice pour protester contre la réforme des retraites avec notamment une reprise du « Chant des partisans ».

« Nos lèvres révoltées », une chorale féministe qui veut « porter une voix commune », AFP, 07.03.2021, 6min23

Reportage d’Agnes Coudurier auprès des membres de la chorale féministe « Nos lèvres révoltées » en répétition avant d’aller chanter en manifestation. La chorale revisite un large répertoire allant de « La Marseillaise des cotillons » écrite en 1848 aux chansons de Beyoncé en passant par « L’Estaca », « La Lega » ou encore les chansons d’Anne Sylvestre.

2.2  Contre l’extrême droite

Noir Désir à Toulon, Le 13H, Canal +, 23.03.1997, 1h

Reportage d’Allan Rotschild sur la venue à Toulon du groupe de rock Noir Désir, ville dont le maire est Front National. Le groupe rencontre des associations locales de lutte contre l’extrême droite et le concert prend un caractère particulièrement militant puisque le public n’hésite pas à clamer des slogans contre l’extrême droite.

Le dossier : Engagez vous, Plus vite que la musique, M6, 03.05.1997, 4 min12

Magazine musical qui interroge le renouveau de la chanson engagée, notamment dans le rock et le rap à travers des extraits de concerts de NTM, No one is innocent, Lofofora et Noir Désir et des interviews de Fabe, IAM ou Nob du groupe Root Neg. Dans un télé-trottoir, des jeunes dénoncent la montée du Front National et expliquent que leurs intérêt pour ces musiques est lié en partie au discours qu’elles portent contre l’extrême-droite.

Organisation d’un concert anti Front National à Lyon, JT Rhône Alpes midi, France 3 Rhône, 01.05.2002, 1min40

Reportage de Régis Poullain et Franck Giroud place des Terreaux à Lyon où s’est organisé dans l’urgence un concert contre le Front National présent au second tour des élections présidentielles. Participent notamment au concert Thomas Fersen, Yann Tiersen, Les Têtes raides et Noir Désir.

Manifestation anti-FN à Toulouse, 20 heures, le journal, France 2, 01.05.2002, 1min43

Reportage à Toulouse où s’est tenue une manifestation contre le FN qui sera présent au second tour de la présidentielle. Le groupe les Motivé-e- s donne un concert de soutien aux manifestants. Le commentaire des images de la manifestation est entrecoupé d’interviews de Mustapha Amokrane, Magyd Cherfi et Anne-Laure Grellety-Madaule, des Motivé-e- s.

Marine Le Pen, Journal inattendu, RTL, 31.03.2007, 1h

À la fin d’un entretien avec Laurence Ferrari, Marine Le Pen évoque les chansons de Diam’s « Marine » et celle de Philippe Katerine « Marine Le Pen » qui s’en prennent à la femme politique d’extrême-droite.

Arrivée de Marine Le Pen à l’aéroport Roland Garros à Gillot ce matin (version soir), Journal Soir Réunion, Télé Réunion, 07.02.2012, 1min52

Danyel Waro est à l’aéroport Roland Garros parmi les opposants à Marine Le Pen, pour accueillir la candidate à l’élection présidentielle au son du maloya et de la Marseillaise version créole. En 1994, Danyel Waro avait été envoyé à l’hôpital par le service d’ordre de Jean Marie Le Pen lors d’une manifestation contre le président du Front National en visite à la Réunion.

Chant des partisans devant science po pour Clément Méric, AFP, 06.06.2013, 2min13

Rassemblement en hommage à Clément Méric, militant antifasciste tué par des militants d’extrême droite. Des dizaines d’étudiants entonnent «Le Chant des partisans» puis «L’Internationale» et lancent des slogans antifascistes.

Désobéissance musicale, Là-bas si j’y suis, France Inter, 12.03.2014, 49min27

Daniel Mermet consacre son émission aux chansons des années 2000 qui désobéissent. La question du racisme, de l’extrême droite, des violences de l’ultra-libéralisme sont prégnantes dans ces chansons contemporaines.

Zig Zag politique, Une histoire particulière, un récit documentaire en deux parties, France Culture, 12.03.2017, 58min48

Documentaire en deux épisodes produits par Philippe Roizès sur l’engagement politique, les luttes antifascistes contre l’extrême droite et la place du mouvement punk dans cette lutte. Masto, ancien saxophoniste de Bérurier Noir participe au débat et évoque le slogan de Bérurier Noir « La jeunesse emmerde le Front National ».

Younès : le grand remplacement, c’est lui !, Le grand urbain, France Inter, 14.03.2020, 55min27

Dans ce magazine dédié aux musiques urbaines, Eric Metzger et Quentin Margot reçoivent le rappeur Younes à l’occasion de la sortie de sa première mixtape. Le rappeur évoque son parcours et interprète son titre « Le grand remplacement », écrit après avoir vu une vidéo d’Eric Zemmour. Le titre fait polémique et lui valut des menaces de mort de la part de l’extrême droite.

CONCERTS, RÉCITALS ET COMPILATIONS

L’Ina dispose aussi dans ses fonds d’un nombre conséquent de retransmissions de concerts. La sélection suivante vient compléter les quelques concerts et nombreuses interprétations déjà mentionnés dans les parties précédentes du guide.

Les captations audiovisuelles

Léo Ferré, Le Grand Échiquier, 26.06.1975, 3h25

Léo Ferré est l’invité d’honneur de l’émission Le Grand Échiquier réalisée par André Flédérick et présentée par Jacques Chancel. Ferré interprète plusieurs chansons de son répertoire, accompagné par un orchestre.

Récital Cora Vaucaire, Antenne 2, 01.01.1976, 50min31

Retransmission d’un récital de Cora Vaucaire au Théâtre Montparnasse dont la captation est réalisée par François Chatel. Cora Vaucaire interprète Jean-Roger Caussimon, Léo Ferré, Maurice Fanon, Jean Ferrat et Louis Aragon, Béranger mais aussi Brecht.

Canto général, Antenne 2, 07.08.1976, 46min50

Retransmission par Jean pierre Spiero d’extraits du « Canto général » de Mikis Théodorakis et Pablo Neruda. Le spectacle est donné au Pavillon de Paris et Mikis Theodorakis dirige l’orchestre.

Léo Ferré au Palais des Congrès, Antenne 2, 15.12.1977, 55min

Retransmission partielle du concert donné par Léo Ferré au Palais des Congrès en novembre 1975. Ferré, en même temps qu’il chante, dirige l’orchestre des concerts Pasdeloup, l’ensemble vocal Alborada, l’Olympos Choir et l’ensemble vocal Raphael Passaquet. Réalisation de Georges Ferraro.

Amnesty International: Vingt ans cent artistes pour la liberté d’opinion, Antenne 2, 21.12.1981, 1h21

Retransmission de la seconde partie de la soirée consacrée au 20ème anniversaire d’Amnesty International, réalisée par Dirk Sanders et Guy Selingmann. Catherine Ribeiro, Colette Magny, Bernard Lavilliers, Maxime Le Forestier ou encore Jacques Higelin et Yves Montand participent au concert.

Lluis Llach à l’Olympia, FR3, 01.01.1989, 1h15

Captation d’un concert du chanteur catalan Lluis Llach à l’Olympia plus de dix ans après la fin de son exil en France.

En direct du stade de l’Est / Firmin Viry, en première partie de « Ziskakan en concert », Variétés, Télé Réunion, 24.08.1990, 40min31

Retransmission d’un concert donné par Firmin Viry.

Collectif réunionnais contre la guerre, en direct du stade de l’Est,Télé Réunion, 14.01.1991, 1h24

Captation réalisée par Gérard Hoarau et Patrick Nirlot d’un concert pour la paix donné par les artistes réunionnais.

Le grand concert des potes, Antenne 2, 08.06.1991, 2h52

Yves Bigot présente ce concert de SOS racisme depuis l’Esplanade du château de Vincennes qui réunit aussi bien Pigalle et IAM que Johnny Hallyday. La captation du concert est réalisée par Jean Louis Cau.

Catherine Ribeiro aux Bouffes du Nord, Musique graffiti, France 3, en deux parties le 04.10.1995 et le 25.10.1995, 31min

Retransmission partielle de concerts données par Catherine Ribeiro aux Bouffes du Nord en octobre 1995, concerts durant lesquels elle interprète notamment Léo Ferré, Jean Ferrat et Edith Piaf. Emission produite par Yves Roucaute.

Suprême NTM au Bataclan, DLTV, Canal +,13.07.1996, 51min30

Retransmission du concert donné par NTM au Bataclan en novembre 1995. Réalisation par Jacquemin Piel.

Canta u populu Corsu en concert à Mezzavia 1995, France 3 Corse, 15.02.1997, 29min32

Retransmission d’un concert de Canta u populu Corsu donné en 1995.

Rachid Taha, La Route du rock 1998, M6, 10.03.2000, 1h02

Retransmission du concert donné par Rachid Taha en 1998 à Saint Malo dans le cadre du festival « La Route du rock ». Réalisation de Fabien Raymond.

Un Café occitan, Fiesta des Suds, France 3, 14.10.2000, 53min

Retransmission par Phillipe Carrese et Philippe Bernard d’extraits des concerts de La Talvera, Dupain et Massilia Sound System, donnés dans le cadre du festival « Fiesta des Suds ». Ces extraits sont ponctués par des interviews des membres des différents groupes.

Les Vieilles charrues ont dix ans : 2ème partie, Festival des Vieilles Charrues 2001, France 3, 08.12.2001

Retransmission d’une sélection de moments marquants du festival des Vieilles charrues de 2001 réalisée par Serge Bergli et Philip Priestley. Sont notamment diffusés des extraits des concerts des Têtes Raides et de Noir Désir.

Zebda et Asian Dub Fondation, Music Planet 2Nite, ARTE, 04.02.2003, 1h08

Retransmission du concert donné par Zebda et Asian Dub Foundation depuis le “Réservoir” à Paris. Les oeuvres interprétées alternent avec les interviews des artistes. Réalisation de Richard Valverde.

Noir Désir comme elle vient, Canal +, 15.02.2003, 1h20

Retransmission du concert de Noir Désir donné à l’Agora d’Evry le 14 décembre 2002. La captation est réalisée par Don Kent.

Brigitte Fontaine, Paris Première, 21.06.2003, 1h03

Retransmission par Fabien Deljehier du concert de Brigitte Fontaine donné au Paléo Festival de Nyon en 2002. Areski rejoint la chanteuse sur leur titre « C’est normal ».

Bernard Lavilliers, France 2, 16.09.2006, 16.09.2006, 01h37

Retransmission du concert « Escale au Grand Rex (Carnets de bord), donné à Paris en mars 2005 par Bernard Lavilliers. Réalisation par Gaëtan Chataignier.

Rachid Taha, live à Angoulême, France O, 29.12.2007, 1h15

Retransmission d’une captation de Fabien Raymond du concert de Rachid Taha enregistré le 19 mai 2007 à Angoulême lors du festival Musiques Métisses.

Keny Arkana au festival des Inrocks 2006, France 4, 05.08.2008, 25min

Retransmission du concert donné par Keny Arkana le 9 novembre 2006 à la Cigale à Paris. Réalisation par Céline Hecquet.

Danyel Waro, le porte-voix du maloya, Festival Au Fil des Voix 2011 : 4ème édition, Mezzo, 10.04.2011, 1h

Retransmission du concert donné le 5 février 2011 à Paris par Danyel Waro dans le cadre du festival « Au fil des voix ». La captation est réalisée par Samuel Thiebaut et Giuseppe de Vecchi.

Paco Ibanez chante les poètes latinos américains, Festival Les Suds à Arles 2011 : 16ème édition, Mezzo, 04.02.2014, 1h10

Retransmission par Catherine Maximoff du concert donné à Arles par Paco Ibanez dans le cadre du festival « Les Suds à Arles ».

Bernard Lavilliers, Alcaline, le concert, France 2, 05.06.2014, 1h29

Retransmission du concert donné par Bernard Lavilliers au Théâtre du Trianon à paris le 29 avril 2016 dans le cadre de l’émission Alcaline réalisée par Thierry Teston.

Enregistrements audio

Récital Léo Ferré à Bobino, France Inter, 23.03.1965, 49min11

Retransmission d’extraits d’un récital de Léo Ferré à Bobino.

Jean Ferrat à Bobino, Spectacles de Paris, France Inter, 19,02,1967, 45min56

Retransmission d’un spectacle de Jean Ferrat à Bobino. Jacques Boyer, Daniel Laloux et Francesca Solleville assurent la première partie du concert. Emission réalisée par André Bl

Marc Ogeret, Cabaret de la nouvelle chanson, Bordeaux Aquitaine, 2 parties le 15.05.1967 et le 22.05.1967, 54 min

Récital du chanteur Marc Ogeret à l’Université de Bordeaux dans la salle de Magneto-Chimie. Marc Ogeret était ce jour-là l’invité d’honneur du Cabaret Studio 3 de poésie et chanson. La première partie de son récital a été diffusée en direct sur le réseau France Inter.

Avignon 76 : chant profond de la Grèce, Avignon 76, 17min24

Extraits du spectacle « Chant de la Grèce profonde » donné dans le cadre du festival d’Avignon. Angela Sonnet et Sylvia Lipa interprètent entre autres deux poèmes du poète communiste Yannis Ristos mis en musique par Mikis Théodorakis.

Marie-Paule Belle, Spectacles Inter, France Inter, 28.01.1978, 55min

Concert de Marie-Paule Belle enregistré le 25.01.1978.

François Béranger, Spectacles Inter, France Inter, Non diffusé, 2h10

Enregistrement par André Blanc d’un concert de François Béranger donné le 19 mars 1979.

Récital Léo Ferré à Sens, Spectacles Inter, France Inter, 25.02.1981 2h32

Retransmission d’un concert de Léo Ferré enregistré à Sens le 25.02.1981.

Concert de Paco Ibanez, Radio Bretagne Ouest, 30.07.1982, 2h

Retransmission d’un concert de Paco Ibanez enregistré le 30 juillet 1982.

Mama Bea, Pollen, France Inter, 22.09.1986, 1h15

Retransmission d’un concert de Mama Béa enregistré le 1er septembre 1986. Le concert est ponctué par un entretien de la chanteuse avec Jean-Louis Foulquier.

Anne Sylvestre à l’Eldorado, Libre parcours: Libre parcours variétés, France Culture, 22.09.1985, 1h21

Retransmission par Eve Griliquez d’un concert d’Anne Sylvestre.

Eurockéennes de Belfort : Pigalle, France Inter, Non diffusé, 1h

Retransmission d’un concert du groupe de François Hajdi-Lazaro, Pigalle, donné aux Eurockéennes de Belfort en 1991.

Hélène Martin : mes années cigales, Le concert, France Culture, 22.12.1996, 1h23

Récital d’Hélène Martin dans le cadre du festival d’Avignon 1996 et dans le cycle « Chanter les langues françaises ».

Les Négresses vertes, C’est Lenoir. Black session, France Inter, 20.12.1999, 1h

Les Négresses vertes sont au studio 105 pour la 153è de la “Black session” pour un concert célébrant leur retour sur la scène après la mort du chanteur Helno survenue en 1993. Retransmission réalisée par Michelle Soulier.

Soirée Spéciale Brigitte Fontaine, France Inter, 14.03.2002, 2h25

Concert donné par Brigitte Fontaine au Grand Rex. La chanteuse interprète 23 de ses titres dont quelques uns avec Mathieu Chedid, Arthur H et Georges Moustaki.

Concert donné par Les Têtes Raides, La Bande passante, Radio France Internationale, 23.03.2006, 20min

Retransmission du concert donné au Triptyque par les Têtes Raides. Le concert est ponctué par l’interview du chanteur Christian Olivier par Alain Pilot.

En cabane, La Prochaine fois je vous le chanterai, France Inter, 3 émissions du 24.10.2009 au 07.11.2009, 54min

Emission à base de disque proposée par Philippe Meyer. Compilation de chansons qui d’Aristide Bruant à Bernard Lavilliers dénoncent la condition carcérale.

Vive la paresse!, Là-bas si j’y suis, France Inter, 01.05.2014, 15min54

Emission de Daniel Mermet, avec une sélection de chansons qui de Marc Ogeret à Didier Super font l’éloge de la paresse.

Concerts de Miossec et du groupe Delgres, Les Concerts d’Inter, France Inter, 14.11.2018, 1h54

Présentation par Rebecca Manzoni d’un concert enregistré par Miossec et le groupe Delgres au Carreau du temple le 12 novembre 2018.

LE WEB-MEDIA

De nombreuses ressources variées issues du web et se rapportant au thème de la chanson engagée ont été archivées et sont disponibles dans la base web-média de l’INA Thèque. Ces sources peuvent aussi bien être des des tweets issus de Twitter, des médias en ligne ou des web-radios, etc. Cette partie du guide liste donc quelques-unes de ces sources institutionnelles, personnelles ou militantes.

Le Temps des cerises et Bella Ciao dans l’archive du web

Un parcours dans les ressources vidéo de la base web-média concernant les chansons « Le Temps des cerises » et « Bella Ciao » permet de découvrir une variété d’interprétations dans des contextes très différents les uns-des-autres, lesquels mettent en avant ou non la teneur politique de ces chansons.

Coluche – Le Temps des Cerises, 23.08.2009, 2min21

Hébergeur : TF1/Wat

Chaîne : lucrezia

Coluche joue l’air du « Temps des Cerises » au violon et avec des gants de boxe.

Le Temps des cerises – Extrait de Porco Rosso, 26.01.2012, 5min34

Hébergeur : Youtube

Chaîne : dnallag

Porco Rosso est un film d’animation japonais réalisé par Hayao Miyazaki en 1992 et dont l’histoire se déroule dans l’Italie des années 1920. La chanteuse Tokiko Kato prête sa voix au personnage de Gina qui chante «Le Temps des cerises ».

Bella Ciao, 31.08.2014, 2min06

Hébergeur : SoundCloud

Chaîne : HajirSharifi

Version choeur de Bella Ciao sur SoundCloud.

Cover : Le Temps des cerises – Yves Montand – Par Battista Acqaviva, 13.04.2015, 1min55

Hébergeur : TF1/ Wat

Chaîne : The Voice 4

Une candidate de l’émission télévisée « The Voice » interprète « Le Temps des cerises », crédité par erreur à Yves Montand dans le titre et la notice de la vidéo.

Juliette chante Bella Ciao, 25.10.2016, 2min08

Hébergeur : Youtube

Chaîne : France Inter

Juliette interprète a cappella « Bella Ciao » au micro d’Augustin Trapenard, dans Boomerang.

Bella Ciao, 07.06.2018, 1min06

Hébergeur : france.tv / Pluzz

Chaîne : francetv info

« Bella Ciao », hymne antifasciste italien, est chanté par les passagers d’un bus italien pour accueillir Matteo Salvini, lui aussi passager du bus et ministre de l’intérieur italien, chef du parti d’extrême droite La Ligue.

Et on entonne maintenant “Le temps des cerises” sur scène, chant symbole de la Commune du 18 mars #Mélenchon https://t.co/wOukPQZzF7, Twitter, 18.03.2017, 14 secondes

Hébergeur : Twitter

Chaîne : CParrot

« Le Temps des cerises » interprété lors d’un meeting de Jean-Luc Mélenchon.

Lux Teneris – Le Temps des cerises (Clip officiel), 19.06.2017, 3min8

Hébergeur : Youtube

Chaîne : Lux Teneris Officiel

Clip de la chanteuse Lux Teneris qui reprend « Le Temps des cerises ».

Dans le Club : Rémy – Bella Ciao, 21.06.2018, 6min40

Hébergeur : ARTE TV

Chaîne : ARTE

Reprise de « Bella Ciao » par le rappeur Rémy.

17 Hippies chante « Le temps des cerises », 28.12.2018, 2min03

Hébergeur : ARTE TV

Chaîne : ARTE

Reportage sur le groupe berlinois 17 Hippies qui repart en tournée avec un nouvel album intitulé « Le Temps des cerises », qui se veut un hommage à l’insurrection de la Commune.

O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao ! #GilestJaunes #8Decembre https://t.co/XZLLikgSvh, 08.12.2018, 1min20

Hébergeur : Twitter

Chaîne : JeanHugon3

Une fanfare interprète Bella Ciao lors de la manifestation des gilets jaunes du 8 décembre 2018.

Dr @CaudeHenrion “tous ensemble pour la liberté” avec Francis Lalanne qui chante «Quand nous en serons au temps des cerises» Paris hier ReservoirApp https://t.co/36PzyY8Zjj, 28.03.2021, 2min19

Hébergeur : Twitter

Chaîne : LE_GENERAL_FR

Francis Lalanne chante un couplet du « Temps des cerises » lors d’une rassemblement contre le pass sanitaire.

Les radios militantes

Les radios suivantes ont pour point commun d’être des radios militantes et associatives dont les animateurs sont principalement des bénévoles. Indépendantes financièrement et héritières des radios pirates de la fin des années 1970, elles proposent toutes des émissions musicales qui reflètent leurs engagements politiques.

Radio Libertaire

URL: https://radio-libertaire.org/accueil.php

Une radio « sans Dieu, sans maître, et sans publicité » qui émet depuis le 1er mai 1981. Radio Libertaire est la radio de la Fédération Anarchiste.

Radio Canut

URL : https://radiocanut.org/

Radio Canut émet à Lyon et dans son agglomération depuis 1977 sous le nom de Radio-Guignol puis Radio Léon. Renommée Radio Canut elle émet légalement à partir de 1985.

Fréquence Paris Plurielle

URL : https://rfpp.net/

Fréquence Paris Plurielle est lancée le 5 septembre 1992 dans la banlieue nord de Paris. Cette radio se fixe pour objectif principal de donner la parole à ceux qui ne l’ont pas.

Radio Zinzine

URL : http://www.zinzine.domainepublic.net/

Radio Zizine est une radio locale née en 1981 et qui émet depuis Marseille.

Les hashtags

Les hashtags émergent souvent à la suite d’une actualité, ou d’un événement important ou polémique. Ils peuvent être utilisés de manière revendicative, pour rendre public un sujet en particulier. L’INA a archivé des tweets utilisant certains de ces hashtags sur les périodes où ils étaient le plus utilisés. Les hashtags suivants, mettent en avant différents contextes notamment militants ou commémoratifs, dans lesquels des chants révolutionnaires peuvent être mobilisés de nos jours.

#BellaCiao

#LaMarseillaise

#ChansonDeCraonne

#BandieraRossa

#ChantDesPartisans

#ChoraleRévolutionnaire


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Documentaliste Ina Theque (21 août 2023). La chanson engagée dans les fonds de l’INA. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4jl


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search