La radio est dans le pré : quand France Culture donne la parole aux ruraux

En 1976, France Culture organise une expérience de radio éphémère intitulée « Radio Solitude en Cévennes ». Durant une semaine, la chaîne transfère la production de ses émissions sur les terres isolées du Parc National des Cévennes. Archives écrites et sonores permettent de mieux comprendre les enjeux de cette immersion, entre démarche ethnographique et expérimentation sociale.

Par Cécile Morin, chercheure associée à l’Ina.

Du 6 au 13 septembre 1976, une soixantaine de professionnels de la radio s’installent sur place et déploient des moyens techniques exceptionnels pour permettre à cette région rurale alors fortement dépeuplée et sous-équipée de recevoir et d’émettre les programmes de France Culture.

Le caractère inédit de l’opération tel que l’indiquent ses promoteurs et que le suggère son intitulé, tient précisément à la marginalité d’un territoire présenté comme désertifié et à celle d’une population rurale vieillissante et en déclin, malgré l’installation récente de jeunes « néo-ruraux ». De fait, contrairement aux opérations que France Culture organise alors hors les murs de la maison ronde, à l’occasion du festival d’Avignon par exemple, Radio Solitude en Cévennes vise à faire entendre les voix de Cévenols anonymes et non pas celles des professionnels de la parole publique – artistes, intellectuels, responsables culturels – intervenant habituellement sur les ondes. Il s’agit donc de rompre avec l’image par trop parisianiste et élitiste dont souffre la chaîne en allant à la rencontre des habitants d’une région rurale marginale et dépeuplée.

Radio Solitude

Source : Guide de Radio France, Radio France, Paris, 1978, p. 184

Dans les années 1970, la volonté d’ouvrir l’antenne à l’expression d’habitants anonymes s’inscrit dans un contexte de concurrence accrue des radios commerciales qui cultivent l’image d’une proximité avec les auditeurs grâce à l’usage du téléphone. En permettant aux auditeurs d’intervenir à l’antenne, celui-ci assure le succès d’audience des émissions interactives dont certaines deviennent emblématiques de l’identité d’une chaîne, à l’instar d’« Allo Ménie » diffusé sur RTL à partir de 1967. Du point de vue de la Présidente de Radio France, Jacqueline Baudrier, l’enjeu de Radio Solitude en Cévennes est aussi de démontrer l’existence de besoins en matière de radio locale puisque depuis la loi de 1974 supprimant l’ORTF, la radio nationale se trouve dessaisie de la programmation des centres régionaux au profit de FR3.

Le transfert de l’antenne de France Culture dans une région de moyenne montagne comme les Cévennes participe également du regain d’intérêt suscité par la ruralité dans les années 1970, et particulièrement par les cultures locales et les savoirs vernaculaires dont la transmission orale paraît menacée par la transformation des sociétés rurales. À l’origine de ce projet, l’écrivain et homme de radio François Billetdoux s’intéresse avant tout à la singularité de l’univers oral des Cévenols qu’il crédite d’une valeur éthique et esthétique. Ainsi écrit-il par exemple dans le dossier de presse : « dans le secret de leur endormissement […] ces régions qui deviennent blanches sur les cartes démographiques sont vouées à devenir exemplaires […] Voilà pourquoi il vaut la peine de se mettre à l’écoute autant qu’on pourra, pour se laisser prendre à ces résonnances que les mots paysans transportent aujourd’hui encore »[1]. Il s’agit pour lui de donner un écho national à l’univers oral « traditionnel » cévenol, en faisant entendre sur les ondes de France Culture les voix et les paroles des habitants mais aussi leurs accents, leurs manières de parler, ainsi que les histoires et les chants transmis à travers les générations. Au mitan des années 1970, la singularité de la culture et de la tradition cévenoles est devenue un objet littéraire, popularisée par exemple par les livres de Jean-Pierre Chabrol, mais également un objet de recherche scientifique pour des ethnologues, des historiens et des érudits locaux s’intéressant notamment à la transmission de la mémoire orale. De fait, lorsque les producteurs de France Culture s’installent dans les Cévennes en 1976 pour interroger les dépositaires de cette culture et de ces traditions, la région constitue un terrain d’enquêtes pour ces chercheurs dont certains sont sollicités pour servir d’informateurs ou participer aux émissions.

Cette opération est aussi envisagée par François Billetdoux comme une expérimentation visant à évaluer la capacité de la radio à lutter contre l’isolement des populations rurales dans les régions de faible densité. Menée en collaboration avec la DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale), elle s’inscrit dans le cadre des actions d’aménagement du territoire entreprises sous la présidence giscardienne en direction des régions de moyenne montagne, et notamment du Plan de développement du Massif Central. Dans cette optique, une expérience de liaison radiophonique est organisée par l’Institut National de l’Audiovisuel, partenaire de l’opération, entre Valleraugue et Saint-André-de-Valborgne, deux villages séparés par la montagne de l’Aigoual. Les habitants, encadrés par une équipe de l’INA, réalisent des enregistrements sur la vie locale qui sont retransmis chaque soir d’une vallée à l’autre grâce à une liaison en duplex. Des extraits choisis de ces enregistrements présentés comme « un autoportrait des Cévennes » sont diffusés sur France Culture en fin de semaine, dans une émission consacrée au bilan de l’opération.

Au total, Radio Solitude en Cévennes donne lieu à l’enregistrement d’une centaine d’heures d’émissions dans lesquelles l’expression de la population locale tient une large place. Certaines d’entre elles, spécialement réalisées dans le cadre de l’opération, s’apparentent à des documentaires[2] construits autour de témoignages d’habitants sur la vie passée et présente dans les vallées cévenoles.

M. Germain Atger et sa soeur

Photographie illustrant l’article de Madeleine Chapsal dans L’Express consacré à Radio Solitude en Cévennes. La légende indique : « M. Germain Atger et sa sœur avec le poste de radio offert par France Culture devant leur mas complètement isolé ». Source : Madeleine Chapsal, « Radio Solitude dans les Cévennes », L’Express, 10 octobre 1976

Parce qu’elle a d’emblée été investie d’une vocation mémorielle – François Billetdoux voulait que les traces de cette expérience puissent être étudiées à des fins prospectives – cette opération a produit des archives d’une richesse et d’une densité exceptionnelles pour qui s’intéresse aux pratiques sociales suscitées par la radio. Les émissions diffusées à l’antenne ont été conservées et numérisées par l’INA, de même que certains « rushs » éliminés au montage. Les chercheurs disposent en outre d’un important fonds documentaire disponible à l’Inathèque, dans lequel figurent des archives écrites relatives à la préparation de l’opération et à sa promotion, à la production de certaines émissions, ainsi que le courrier des auditeurs. Ces archives ont été classées par Guy Robert, l’un des collaborateurs de François Billetdoux, à qui celui-ci avait confié la rédaction d’un rapport de synthèse achevé en 1977, lui-aussi conservé par l’Inathèque. Les archives de François Billetdoux ont quant à elles été versées aux Archives Nationales ; on y trouve la correspondance que ce dernier a échangée avec les producteurs ayant participé à cette semaine spéciale, ainsi qu’avec les acteurs institutionnels : représentants de Radio France, du Parc National des Cévennes et de la DATAR.

L’intérêt heuristique majeur que présente l’exploitation croisée de ces archives sonores et écrites est de révéler l’importance des interactions entre les professionnels de la radio et les habitants tout au long du processus médiatique : de la préparation des émissions en passant par leur production et leur réception, jusqu’aux effets de l’opération sur le terrain après le départ des équipes de Radio France. À chaque étape de ce processus, on peut saisir la complexité de ces interactions qui se distinguent des relations nouées entre les producteurs et les participants d’une émission radiophonique enregistrée en studio. En effet, si les professionnels de la radio maîtrisent les dispositifs techniques et discursifs par lesquels la parole des habitants est sollicitée, enregistrée, sélectionnée puis agencée dans la construction des émissions, ces derniers possèdent quant à eux la connaissance du terrain. Ils reçoivent les journalistes dans un espace pour le moins familier – chez  eux, sur leur lieu de travail, dans leur village – et maîtrisent les savoirs vernaculaires qui constituent précisément le sujet des enregistrements. La volonté de conférer une dignité culturelle à ces savoirs oraux en les faisant entendre sur les ondes de France Culture, suppose que les équipes parisiennes parviennent à instaurer une relation de confiance suffisante pour enregistrer la parole des habitants dans le temps très resserré de leur présence sur place, et dans un contexte socio-économique local particulièrement tendu[3]. Il y a là un enjeu de légitimité et d’efficacité que les archives sonores et écrites permettent de documenter.

Ainsi est-il possible de retracer les modalités de la rencontre entre les producteurs et les témoins interviewés en identifiant le rôle clé des intermédiaires entre Paris et les Cévennes et celui des informateurs sur place, ainsi que les dispositifs mis en place pour solliciter la parole des habitants. Les nombreux textes produits à l’occasion de cette opération – notes de repérage, observations d’écoute des émissions établies dans des lieux pourvus de récepteurs radio (cafés, restaurants), notes de production, textes lus à l’antenne, descriptifs des émissions… – informent les représentations de ce territoire rural et de ses habitants véhiculées par les professionnels de Radio France, représentations déclinées le plus souvent sous l’angle de l’altérité culturelle et sociale.

Archive écrite Ina

Projet d’encart destiné à une parution dans la presse locale. Source : Fonds écrits de l’Inathèque.

Les archives radiophoniques quant à elles, font entendre l’expression des acteurs engagés dans l’interaction au moment des scènes enregistrées. Le contenu des propos qu’ils échangent ainsi que les modulations de leurs voix, leurs intonations, de même que la gamme des expressions non verbalisées comme les balbutiements ou encore les silences, traduisent leur degré de familiarité, mais aussi parfois leur embarras et leur incompréhension, révélant les ambiguïtés inhérentes à la situation de rencontre sur un terrain dont les producteurs ne sont pas familiers et alors qu’ils ne sont plus en position de commentateurs extérieurs.

Les courriers des habitants constituent une autre source intéressante pour comprendre comment l’installation des personnels de Radio France pendant quelques semaines suscite localement des attentes de changement et des désirs d’action. On y trouve par exemple une pétition adressée à Radio France pour maintenir sur place l’émetteur qui avait été installé à l’occasion de l’opération et qui sera finalement retiré. Une autre lettre collective signée par les résidents d’une maison de retraite où des journalistes étaient venus faire une série d’interviews, s’adresse à François Billetdoux en déplorant l’absence d’assistante sociale et la mauvaise réception des chaîne de télévision dans l’institution, l’exhortant à faire quelque chose contre la « solitude » qui affecte ses pensionnaires. Un hôtelier correspond quant à lui pendant plusieurs mois avec une collaboratrice de François Billetdoux pour la tenir informée d’un projet d’association d’entraide né pendant l’opération radiophonique. Ces lettres montrent comment les représentants de Radio France sont considérés par une partie de la population locale comme des médiateurs, qui, après avoir attiré l’attention de l’opinion nationale sur leurs problèmes d’isolement et de sous-équipement, sont susceptibles d’intervenir pour obtenir des mesures concrètes capables d’y remédier.

Parce qu’elles invitent à observer le rôle des interactions entre les professionnels de la radio et les habitants dans un contexte local bien documenté, les archives sonores et écrites de Radio Solitude en Cévennes peuvent contribuer à la compréhension de pratiques médiatiques constitutives d’une radio de terrain.

[1] François BILLETDOUX,  « Radio Solitude en Cévennes. Une radio expérimentale. Réponse à quelques questions », Radio Solitude en Cévennes. Dossier de presse, Paris, 1978, Fonds écrits de l’Inathèque, 13260 1

[2] Selon la définition qu’en propose Christophe Deleu  dans son ouvrage Le documentaire radiophonique, Bry-Sur-Marne-Paris, INA-L’Harmattan, 2013.

[3] Dans un contexte de fragilité sociodémographique et de hausse des prix du foncier, ces tensions sont liées à la création du Parc National des Cévennes en 1970 qui divise la population locale, mais également à l’opposition entre habitants permanents et résidents secondaires, agriculteurs anciennement installés et nouveaux venus.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.