L’image visuelle de l’Europe à la télévision française

Article rédigé par Nikolina Golubović, Sofia Clavel, Vincent Ruiz, Sophia Saindou, sous la direction de Dario Compagno

Dans le cadre du séminaire organisé par l’INAthèque, l’Université Paris-Nanterre et l’EUR ArTeC, nous avons eu l’occasion de travailler en lien avec le projet CROBORA (Crossing Borders Archives), qui étudie la circulation des images d’archive liées à l’Europe dans l’espace médiatique pour analyser l’image visuelle de l’Europe à la télévision française.

Avec la fondation d’une union politico-économique, l’Union européenne a connu un grand nombre d’événements qui font aujourd’hui partie de l’histoire des 27 pays membres. On distingue notamment trois événements fondateurs :

  1. Traité de Rome (1er janvier 1958)
  2. Traité de Maastricht (1er novembre 1993)
  3. Traité de Lisbonne (1er décembre 2009)

Les images en lien avec la signature des traités ont souvent été réutilisées par les médias de la télévision française lors des dates d’anniversaire, mais aussi lorsqu’elle est fragilisée ou unie pour faire face à des bouleversements. Pourtant, pour parler de l’Europe, les chaînes de télévision n’utilisent pas uniquement les images liées à la politique ou à l’économie, mais mettent également en avant de nombreuses autres éléments de son histoire.

Corpus et méthodologie

Nous disposons pour notre travail de recherche d’un corpus de 7745 imagettes extraites des archives de l’INA. Il s’agit d’un ensemble de captures d’écrans de séquences traitant de l’Europe qui ont été diffusées dans les journaux télévisés (JT) de 20 heures des chaînes TF1, France 2 et ARTE de 2001 à 2021. À ces images s’ajoutent leurs métadonnées qui comprennent la description des imagettes (produite en anglais par les participants au projet CROBORA), et de nombreuses autres informations comme les titres des programmes dont elles sont extraites, les dates, chaînes et séquences originales de diffusion

Afin de mieux comprendre ce corpus, nous avons d’abord réalisé une visualisation représentant la répartition des images par chaînes et années

Graphique réalisé dans RStudio

Cette visualisation donne un premier indice : les sujets concernant l’Union européenne ne sont pas traités de manière constante par les trois chaînes étudiées. Nous observons des “pics”, suivant les années, qui indiquent les périodes où des sujets majeurs pour la construction de l’image visuelle de l’Europe ont été traités dans les journaux télévisés.

Nous remarquons également que le nombre d’images varie largement d’une chaîne à l’autre. Par exemple, pour l’année 2005,  le corpus d’images extraites des JTs de TF1 en compte près de 380, tandis qu’environ 280 images ont été identifiées dans les JTs de France 2 et seulement une soixantaine pour Arte. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette différence. Tout d’abord la durée des JTs plus courte sur Arte au début des années 2000, comparée à celle des JTs des autres chaînes étudiées. Mais aussi la diversité des sujets abordés sur les différentes chaînes. Ceci constitue le point de départ de notre enquête sur l’image visuelle de l’Europe telle qu’elle s’est construite au fil de la diffusion des JTs des trois chaînes étudiées.“

Pour illustrer et analyser plus en profondeur notre jeu de données nous avons utilisé les logiciels suivants : Pixplot pour les analyses visuelles, RStudio et Tableau pour les analyses quantitatives, et Iramuteq pour les analyses textuelles.

Illustration de l’image visuelle de l’Europe

Analyser l’image visuelle de l’Europe revient tout d’abord à se pencher sur le contenu des images du corpus. Notre objectif a été d’obtenir une visualisation qui nous permette de facilement situer et distinguer les thématiques et sujets récurrents dans les journaux télévisés français.

Le logiciel d’analyse visuelle PixPlot a été développé par des chercheurs de l’Université de  Yale. Il utilise un algorithme entraîné au préalable sur des dizaines de milliers d’images  et permet de créer une carte sur laquelle sont regroupées en clusters les images aux contenus visuels similaires. Bien que cet outil dispose de peu d’options de personnalisation, les résultats restent pertinents dans notre démarche. Toutes les images des 3 chaînes, sur la période de 2001 à 2021 sont présentées sur la carte ci-dessous. Une exploration qualitative et manuelle de cette carte a montré qu’effectivement PixPlot a construit cet ensemble de manière cohérente, et de grands pôles d’images regroupées par similarités ont pu être repérés.

Analyse PixPlot de clusters d’images 

Nous avons ensuite construit manuellement, à l’aide du logiciel Adobe Illustrator, un ensemble de clusters qui sont autant de facettes qui composent l’image de l’Europe à la télévision. Chaque cluster est nommé de manière relativement arbitraire et les images associées sur la carte ci-dessous sont des exemples concrets de ce qu’ils contiennent.

L’image à la télévision de l’Europe est ainsi constituée entre autres par les clusters regroupant les rencontres entre personnalités politiques, les prises de paroles, les bâtiments officiels ou encore les drapeaux. Nous pouvons également observer la présence de clusters traitant de l’immigration, de l’agriculture et des manifestations. Enfin, au milieu de notre présentation graphique de l’image visuelle de l’Europe, nous avons identifié un cluster de photos en “Noir et Blanc”, constitué d’images d’archives réutilisées dans les journaux télévisés pour illustrer des sujets historiques en lien avec l’actualité.

Certains clusters présentent des images “symboles” dont la surreprésentation démontre l’importance dans l’imaginaire collectif sur l’Europe. Un cas typique est celui de l’hémicycle du parlement européen qui est représenté des dizaines de fois de manière similaire. Ces seules images forment presque à elles seules un des clusters de la carte analysée. Les chaînes de télévision participent donc à la création d’une représentation de l’Europe qui se structure autour de symboles récurrents (accolades entre chefs d’États, drapeaux flottants, bateaux de migrants, etc…).

Analyse PixPlot (2)

Cette visualisation permet aussi de distinguer des grandes “régions”, comme sur une carte, qui regroupent plusieurs clusters : politique, économique, symbolique. Ces régions sont peuplées de clusters de “passage”. Ainsi, entre les clusters liés à la politique et ceux liés aux populations, on retrouve ceux liant les deux thèmes comme le cluster “bain de foules”.

De la même manière, il faut préciser que les limites entre les différents clusters ne sont pas nettes. À leurs périphéries, les clusters ont tendance à s’hybrider, comme pour les clusters “manifestations” et “forces de l’ordre”, entre lesquels se trouvent des images de violences policières. Ceci confirme que la disposition des images est bien conforme à nos besoins d’analyse, permettant une exploration “à l’oeil nu” de l’image de l’Europe dans les médias.

La carte médiatique ainsi constituée de l’Europe dessine donc un visage où s’entremêlent politique, économie et population. Au contraire, certains sujets comme la guerre, la religion ou le sport ne sont que très peu présents. Une piste à explorer serait de comparer cette image visuelle à celle d’autres territoires ou sur d’autres typologies de médias.

Le rôle des chaînes de télévision

La visualisation précédente ne permet pas de voir s’il existe une différence entre les thématiques mises en avant sur les trois différentes chaînes télévisées. Pour montrer cela, nous avons utilisé le logiciel libre d’analyse et de statistiques textuelles Iramuteq, qui fonctionne avec le langage R. Il permet facilement d’effectuer une analyse factorielle de correspondances, c’est-à-dire qu’il classe et regroupe en clusters de manière hiérarchique un mot par colonne. Nous avons par ce biais réalisé des nuages de mots à partir des descriptions d’imagettes produites en anglais par les chercheurs du projet CROBORA pour observer les relations des étiquettes pour chaque chaîne, et ainsi découvrir quelles sont les spécificités de TF1, France 2 et Arte.

Sur le graphique ci-dessous les mots de couleur bleue sont les termes associés aux images vues sur TF1. La fréquence des termes “machine”, “factory” ou encore “worker” suggère que la chaîne s’intéresse davantage au sujets d’économie. En vert, il s’agit des mots associés à la chaîne France 2. Les images les plus fréquentes ont été décrites par les mots  “cityscape”, “population”, “unemployed” ou “woman”. Nous pouvons en déduire que cette chaîne met plus en avant les enjeux de société Enfin, les mots de couleur rouge sont ceux qui sont les plus associés aux images de la chaîne Arte. Nous relevons des termes tels que “flag”, “discourse”, “eurocorps” ou “crowd”. Cela objective le fait que la chaîne met davantage en avant les sujets liés à l’international, à la politique et aux débats.

Graphique effectué sur Iramuteq

Les étiquettes utilisées sur Iramuteq ont également été regroupées en mots-clés. À partir de ceux-ci nous avons voulu voir si les différences de sujets traités entre les chaînes est significative.

Graphique réalisé sur RStudio

Sur cette visualisation, apparaissent les mots clefs qui sont les plus fréquents pour chaque chaîne. Dans certains cas, cette différence est très significative. C’est particulièrement vrai pour les sujets de JT en lien avec la “crise économique européenne” qui sont les plus traités par France 2, pour l’utilisation d’images d’archives en noir et blanc très peu présentes dans les JTs de TF1, ainsi que pour la thématique des travailleurs européens assez peu abordé par Arte. Au contraire, dans certains cas, comme celui de la présence des drapeaux dans les sujets de JTs portant sur l’Europe et sa construction, elle est équivalente pour chaque chaîne.

Cette visualisation souligne que des différences existent entre les chaînes de télévision françaises, qui mettent davantage en avant certaines thématiques. À cela s’ajoute l’importance des représentations communes aux trois chaînes, comme dans le cas des drapeaux. Abstraction faite des lignes éditoriales de chaque chaîne, il existe donc une sémantique médiatique commune sur le sujets liés à l’Europe.

L’importance de la période temporelle

Notre visualisation PixPlot ne permet pas d’identifier une évolution des clusters d’images suivant un axe temporel. Nous avons donc réalisé une visualisation sur R Studio de certains mots clé qui nous ont paru importants, en fonction des années.

Nous avons choisi de retenir pour cette analyse, les images liées à la crise de la dette publique en Grèce, à la crise migratoire, au Traité instituant la Communauté Européenne (TCE) ainsi que les images qui représentent des personnes qui travaillent. Nous remarquons ainsi plusieurs “pics” liés à ces thématiques, notamment en 2005 suite au référendum français sur le TCE qui atteint jusqu’à 300 séquences vidéos dans les JTs. Nous notons également un “pic” la même année pour les images représentants des travailleurs, ces occurrences  illustrent sans doute la loi sur la libre circulation des travailleurs. Enfin nous observons des “pics” d’images en 2011 suite à la crise de la dette publique en Grèce et en 2015 sur les sujets de cette même crise et ceux portant sur la crise migratoire.

 

Bien que les thématiques abordées courent souvent sur plusieurs années, leur espérance de vie médiatique est souvent très courte, à l’image des flux d’informations qui se succèdent à la une de l’actualité télévisée.

Si l’image visuelle de l’Europe à la télévision française a donc connu des fluctuations au fil du 21ᵉ siècle, l’importance de certains événements, comme la crise économique ou les flux migratoires ont fortement impacté les représentations contemporaines et à venir de l’Europe. 

Conclusions

Il existe bien une cartographie visuelle de l’Europe, telle qu’elle est illustrée par la visualisation PixPlot que nous avons produite. Elle est constituée d’un grand nombre de facettes qui peuvent se superposer. Dans les journaux télévisés, l’Europe affiche ainsi un triple visage suivant que sont abordées les questions économiques, politiques et sociales.

L’importance de ces facettes diffère néanmoins selon les diffuseurs. La représentation visuelle de l’Europe sur TF1 s’ancre dans le champ économique, elle est davantage tournée vers la représentation des populations sur France 2, tandis qu’elle accorde une plus grande importance aux débats et à la politique internationale sur Arte. Le pluralisme des médias tel qu’il s’incarne à la télévision française ne se concrétise pas à travers des représentations contraires ou des sémantiques opposées mais plutôt au travers d’une répartition inégale des sujets traités

Enfin, l’image visuelle de l’Europe dépend aussi de son inscription dans le temps médiatique. si l’intérêt des médias pour la plupart des sujets reste souvent éphémère, au fil d’événements comme comme la crise économique ou les flux migratoires l’image visuelle de l’Europe est sensiblement et durablement modifiée. 

 

 



Citer ce billet
claudemussou (2022, 1 août). L’image visuelle de l’Europe à la télévision française. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4j4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search