La représentation des bateaux de migrants dans les journaux télévisés français

Article rédigé par Frida Hussain, Siramoussa Kaloga, Jana El Rifai, Thierno Sidy Ba, sous la direction de Guglielmo Scafirimuto

Contexte historique

Depuis maintenant plus de 30 ans, l’immigration “clandestine” vers l’Europe ne cesse de s’accroître. Les frontières européennes, notamment celles des pays comme l’Italie et l’Espagne, sont confrontées à de vastes mouvements de personnes qui quittent, pour la plupart, l’Afrique du Nord pour rallier l’Europe. Au début des années 90, ce flux n’était pas aussi conséquent mais avait commencé de susciter une certaine attention des médias notamment dans les journaux d’information télévisée. Si l’on situe les débuts de l’immigration “clandestine” au début de l’année 1992, c’est surtout au fil des 10 dernières années, avec les conflits qui ont éclaté en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, que le sujet est devenu une préoccupation majeure  en Europe.

Depuis les côtes libyennes et tunisiennes, par des trafics organisés depuis la Syrie ou la Turquie, une massification des traversées est attestée depuis plus de dix ans, vers les côtes européennes avec la Sicile, Malte et Lampedusa comme lieux de débarquement privilégiés. Depuis les débuts jusqu’à la multiplication des traversées en Méditerranée, les chaînes de télévision françaises ont traité ce phénomène dans leurs journaux télévisés.

Crise des migrants : des navires d’ONG bloqués en Méditerranée, JT 20h, TF1, 25 juin 2018

Méthodologie

Pour mieux comprendre l’immigration “clandestine” et plus précisément l’imaginaire collectif des représentations de bateaux de migrants en Méditerranée, nous avons mené, dans le cadre d’un séminaire d’une semaine organisé avec l’INA thèque, un travail de recherche d’archives. Nous nous sommes rendus à l’INA pour constituer un corpus et recueillir les éléments nécessaires à la compréhension et à l’analyse de ce sujet. Le corpus que nous avons constitué traite de la représentation médiatique de l’immigration à travers les images de bateaux de migrants dans les journaux télévisés de quatre chaînes d’information françaises : TF1, France 2, France 3 et ARTE.

Nous avons choisi d’analyser ce corpus à travers le journal télévisé et plus précisément celui du soir. Le traitement médiatique de la question de l’immigration nous semblait ainsi plus percutante car, historiquement et encore aujourd’hui, les journaux du soir rassemblent devant le petit écran des audiences de plusieurs milliers de téléspectateurs. L’information diffusée dans les journaux télévisés  développant en effet les faits marquants de l’actualité au fil des événements “brulants” qui la construisent.

Nous avons utilisé la base de données Hyperbase mise à disposition par l’INA, puis nous avons réparti entre nous le travail de recherche par chaîne de diffusion des JTs. Chacun se chargeant de constituer un corpus pour une chaîne donnée.  Sur Hyperbase, nous avons procédé par des requêtes par mots clés à travers l’index général (comme : bateau, immigr*, navires, clandestins, cargos…) en croisant avec les critères de chaîne de diffusion, et de genre (journal télévisé). À partir de cette équation de recherche, nous avons créé un corpus de 143 images issues des JTs diffusés entre 1992 et 2020.

Nous avons ensuite décidé de structurer notre analyse autour de deux périodes :

  • 1992- 2009,  la période se caractérise par un faible flux migratoire mais par des embarcations de fortunes et un trafic mal organisé. Dès 2006, on note une augmentation marquée des flux migratoires qui connaîtra un tournant en 2009.
  • 2010 – 2020, ces années coïncident avec l’explosion des flux migratoires engendrés par des conflits politiques (le printemps arabe (décembre 2010), la guerre en Syrie en 2011, et la mort de Mouammar Kadhafi la même année) mais aussi par une évolution du traitement et de la représentation des migrants dans les journaux télévisés et une forte exposition médiatique des sujets liés.

Problématique et questions de recherche

Au delà de l’identification dans les JTs des images de bateaux de migrants pour procéder à une analyse visuelle, nous avons mené une analyse discursive en nous intéressant au discours des journalistes dans les reportages.

Notre problématique portant sur la représentation médiatique de l’immigration dans les journaux télévisés des chaînes françaises, il s’est agit :

  • de comprendre comment l’immigration est présentée dans les médias au fil des années ?
  • d’observer les différences de représentation suivant les chaînes et les années ?
  • de tracer les évolutions de la représentation du phénomène dans les médias français ?
  • de distinguer les différences de représentations  suivant les chaînes et les périodes ?

1992-2009 : émergence du “clandestin”

Evolution des bateaux au fil des années

La représentation médiatique de l’immigration varie selon les périodes et les chaînes de TV. Dans les années 1990, elle était plutôt factuelle avec des sujets courts et des enquêtes rarement approfondies.

Nous avons constaté que les  migrants sont initialement présentés comme “clandestins” à bord de cargos destinés à des marchandises, au départ des ports d’Afrique du Nord ou du Moyen-Orient vers l’Europe. Le trafic était moins dense et moins organisé. Dans les journaux télévisés, le focus  portait davantage sur ces cargos que les “clandestins” eux-mêmes. On remarque la diversité des points de débarquement dans plusieurs ports d’Europe.

Brest Passagers clandestins, Le JT 20H, France 2, 29/12/1995, 01min46

 Progressivement, les cargos de marchandise figurés dans les JTs, bien que toujours présents, cèdent la place à des embarcations de fortunes. L’évolution du traitement porte également sur les points de débarquement des migrants. Lampedusa, en Sicile est citée et présentée dans une majorité de reportages. Cette petite île à l’extrême sud de l’Italie est devenue en quelques mois le point de passage le plus fréquenté des immigrés “clandestins”. Les reportages montrent  les bateaux de pêche sur lesquels s’attachent des dizaines voire des centaines de migrants venus des côtes africaines. Ces petits bateaux figurent sur une poart importante des images que nous avons analysées  pour la première période du corpus. Les “clandestins” sont présentés comme des personnes qui fuient la misère ou la guerre au péril de leur vie et cherchent ailleurs un avenir meilleur.

Drame de l’immigration clandestine, 19 20 Edition nationale, France 3, 20/10/2003, 1min39

Un focus sur les femmes et les enfants

Les journaux télévisés mettent souvent l’accent sur le nombre d’enfants et de femmes. On remarque ainsi la répétition de chiffres et statistiques portant sur le nombre d’enfants et de femmes présents dans les embarcations.

Naufrage d’un bateau d’émigrés près de la Libye : 21 morts et 200 disparus, Soir 3 journal, France 3, 31/03/2009, 1min15

Il est intéressant de relever que le discours est appuyé par des images en gros plan de femmes et d’enfants présents sur les bateaux alors que très souvent les hommes sont filmés en plan large qui montrent le nombre important de personnes sur les embarcations. Alors que les hommes étaient les plus nombreux de ces clandestins , la tendance tend à s’inverser avec des femmes et des enfants présents sur les embarcations de fortune. Ces prises de vue rapprochées des femmes et enfants favorisent le sentiment d’empathie chez le téléspectateur en même temps qu’elles incarnent le phénomène.

14 immigrants clandestins trouvent la mort sur un bateau, 12 13 Edition nationale, France 3, 10/07/2008, 1min5

Évolution du champ lexical

Le champ lexical pour désigner les migrants et le phénomène de migration a évolué au cours du temps. Selon les périodes, on ne qualifie pas le phénomène de la même manière. Au début des années 90 jusque vers 2009, les journalistes utilisent les termes “clandestins”, “immigration clandestine” et “immigration illégale” pour désigner les passagers des cargos ou embarcations précaires. Par la suite, le terme “clandestin” cède progressivement la place à des connotations plus contextuelles. Les termes “immigrés”, “migrants” et “réfugiés” sont de plus en plus utilisés. Cette  désignation s’inscrit dans des contextes de conflits politiques. Les situations politiques en Afrique et au Moyen-Orient provoquent de vastes mouvements de personnes  désormais qualifiés de “réfugiés”, de “migrants” ou encore “d’immigrés”. À partir des requêtes dans les bases de données de l’INA nous avons en effet constaté que le mot-clé “clandestins”  était le plus utilisé dans les notices documentaires des années 1990.

2010-2020 :  crise des réfugiés & immigration à l’agenda politique

La représentation des bateaux à partir de 2010

Dans les années 2010, les arrivées par centaines, voire par milliers de migrants accentuent l’ampleur du phénomène et de nouvelles formes de discours et représentations émergent. Les bateaux des migrants sont  plus grands et les transports semblent plus organisés. L’accent des reportages télévisés porte sur les profils des migrants (dangereux, réfugiés…),  on s’intéresse aux passeurs qui organisent les traversées  vers l’Europe, désormais plutôt à partir des côtes libyennes ou syriennes  que des côtes tunisiennes d’où partaient les clandestins des années 1990.

Migrants : les techniques des passeurs mises à jour, 20 heures, France 2, 23/06/2019, 1min25

Mise en avant des gardes frontières

Durant la dernière décennie, on constate également une grande importante accordée par les JTs aux bateaux des gardes côtes. Avec un flux migratoire devenu conséquent, la sécurité des frontières apparaît comme une préoccupation majeure. Les images mettent en exergue les gardes de côtes, les gendarmes, les techniques de surveillance, plutôt que les migrants. Au-delà d’un enjeu sécuritaire, les questions politiques et la volonté de contrôle aux frontières entraînent une médiatisation des moyens mis en oeuvre pour la sécurisation des frontières.

14 immigrants clandestins trouvent la mort sur un bateau, 12 13 Edition nationale, France 3, 10/07/2008, 1min5

Mise en avant des secouristes européens

A travers l’analyse des images de bateaux, on remarque également la mise en lumière des secouristes  sur toutes les chaînes, précisément à partir des années 2000   avec des sujets de JTs où l’on voit des bateaux d’ONG  porter secours aux migrant en pleine mer.

Naufrage migrants en Libye, 12 13 Edition nationale, France 3, 06/08/2015, 1min9

Après 2012, on remarque  une diversité d’ONGs impliquées sur les images de sauvetage en mer, comme la Croix Rouge ou encore d’autres organisations humanitaires. Les images  diffusées dans les JTs mettent en lumière leurs actions de soutien aux  migrants.  À compter des années 2015, les bateaux de sauvetage utilisés par les associations sont très représentés tandis que les embarcations effectuant les traversées sont filmés au milieu de la mer, à distance des frontières européennes, dans l’attente d’être accueillies.  C’est une représentation duale et symbolique des bateaux qui se dégage : d’un côté, elle figure la solidarité, avec les bateaux de sauvetage au secours des migrants, de l’autre, les enjeux de sécurité et de contrôle des frontières en Europe.

Le Sea Watch accoste finalement en Europe après 12 jours d’attente, Arte Journal, Arte, 30/01/2019, 19min53

Sur plusieurs des chaînes de télévision, l’angle journalistique a évolué entre les deux périodes identifiées. Durant la première période, les discours et opinions représentés étaient hostiles à l’immigration (des anonymes européens, des capitaines de navires ou mêmes des politiques). Puis, progressivement et suivant l’évolution du contexte géopolitique, les reportages ont diffusé plus de témoignages de personnes sensibles aux tragédies vécues par ces populations ( comme le drame de 2013 à Lampedusa qui à fait près de 130 morts). Les journalistes interrogent également les représentants d’ONG qui appellent, pour la plupart, l’Union Européenne à agir et à aider les migrants.

L’immigration devient une question politique

L’analyse de notre corpus montre que durant ces dernières années le nombre de témoignages ou interventions de personnalités politiques a augmenté. La question devient une préoccupation majeure, inscrite à l’agenda politiqueeuropéen. En avril 2015, s’est d’ailleurs tenu un sommet européen sur le sujet de la crise migratoire afin de définir une politique migratoire ainsi que des moyens de luttes contre les naufrages de migrants en Méditerranée, les images montrant d’ailleurs de plus en plus les conditions de voyage des migrants à l’intérieur des bateaux  (notamment sur les Arte, France 3 et France 2).

Migrants : les conditions inhumaines des  transports, 20 heures, France 2, 03/01/2015, 2min01

L’immigration est abordée de différentes manières suivant les périodes et les chaînes d’information. La représentation des bateaux ne s’inscrit pas dans la constance et la linéarité. Au-delà de différences de représentations et d’imaginaires, on note aussi une variation au niveau des discours. Si pour certaines chaînes, comme France 2 et France 3,  les images  sont parfois sans équivoque avec des  cadrages sur des cadavres ou des cercueils, sur TF1 et Arte, ce type d’images est moins présent.  Sur Arte, chaîne de télévision spécialisée dans le traitement de l’actualité européenne, la question des migrants et de leur traversée de la Méditerranée est le plus souvent traitée en lien avec les politiques européennes tandis qu’on note sur TF1 des  images moins susceptibles de choquer les publics.



Citer ce billet
claudemussou (2022, 31 juillet). La représentation des bateaux de migrants dans les journaux télévisés français. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4j0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search