La signature du Traité de Rome : usages d’une image historique

Article rédigé par Kahina AT AMROUCHE-HACHI,  Naomi-Candice DONGOPASSI,  Daniela RAMALHO et Katia ZHDANOVA, sous la direction de Matteo TRELEANI

Le traité de Rome, l’ancêtre de l’Union Européenne

L’histoire de l’Union Européenne débute après que la deuxième guerre mondiale a pris fin. Se posent alors les questions de l’union entre les peuples européens, de l’amélioration de leur niveau et mode de vie et du redémarrage de l’activité économique. Dans cette optique, les membres de six pays (l’Allemagne de l’Ouest, la France, l’Italie, le Luxembourg et le Pays Bas) signent le 25 mars 1957 à Rome le Traité instituant la Communauté économique européenne (TCEE), désigné aussi comme le Traité de Rome.

Dès lors, le Traité de Rome instaure le marché commun européen. Il intervient ensuite dans différents domaines : il organise l’union douanière, la libre circulation des personnes, il apporte un soutien aux agriculteurs des pays membres signataires, il touche à la politique d’immigration comme à la recherche scientifique. Au fil du temps, alors que l’Union Européenne s’es élargie en accueillant de nouveaux pays, des transformations ont également été apportées au Traité lui-même. Il a été modifié en 1992 par le traité de Maastricht.

La mémoire visuelle d’un fait historique

Tout au long de l’histoire moderne européenne d’importants faits historiques ont marqué la construction de L’Europe telle que nous la connaissons aujourd’hui. Ces souvenirs visuels construisent la mémoire collective de ce qui représente l’Union Européenne actuelle. La signature du Traité de Rome est un symbole majeur dans cet imaginaire, car elle est couramment vue comme l’acte fondateur de l’UE.

Si l’Europe de 2022 n’est plus celle de 1957, de la même façon, la vision des Européens sur l’UE a changé. Au départ, le Traité de Rome représentait l’espoir, l’union et le progrès pour une Europe en paix. Cette vision positive a beaucoup évolué au fil du temps. C’est pourquoi nous nous sommes demandé si le symbole visuel du Traité de Rome avait lui aussi évolué au cours du temps dans ses différentes représentations.

Dans cette étude, nous avons choisi d’analyser les images filmées pendant la signature du Traité en 1957, selon différents contextes et différentes périodes depuis l’événement. Ceci à soulevé les questions suivantes : Comment visualiser un fait historique ? Quelle forme cet événement peut-il prendre chaque fois que nous faisons appel à sa représentation visuelle ? Et finalement, de quelle façon ces usages contribuent-ils à la construction d’une mémoire collective ?

Pour nous interroger sur l’évolution de ce symbole au cours de la période analysée, nous avons tout d’abord constitué un corpus selon une méthodologie précise. Puis, nous avons analysé les séquences associées à la signature du Traité. Enfin, nous avons mené une réflexion sur la signification de la juxtaposition de ces images.

La méthodologie de constitution de corpus

Pour constituer le corpus de notre thématique, nous avons choisi d’établir une cartographie de la représentation des images de la signature du Traité de Rome suivant les séquences montées juste avant et juste après la séquence principale de signature du Traité. Nous avons considéré comme une séquence des images ayant été tournées dans un même espace-temps, donc une succession de plans créant une scène (ainsi, les images du Traité de Rome ne sont donc qu’une seule séquence).

Notre attention s’est portée sur la juxtaposition d’images intercalées entre les images de la signature du Traité de Rome au travers les époques. Quelles images étaient accolées à la séquence du Traité en 1967 ? Quelles images sont accolées en 2017 ? En quoi et comment cette juxtaposition d’images sert-elle le contexte politique contemporain à la diffusion d’images d’archives pourtant plus anciennes ?

Nous nous sommes donc intéressées aux enjeux de l’attribution et de la réattribution de sens à l’événement par les chaînes de télévision ainsi qu’à la construction d’un souvenir à la fois commun et changeant et d’une narration médiatique davantage orientée vers des enjeux contemporains du moment de la diffusion.

Pour cela, il a d’abord fallu circonscrire notre périmètre de recherche pour menre cette analyse semi-qualitative. Ainsi, nous avons sélectionné quatre chaînes de la télévision française nationale : une chaîne privée (TF1), deux chaînes publiques (France 2 et France 3) et une chaîne européenne (ARTE). Notre recherche s’est portée sur les sujets diffusés dans les journaux télévisés. Cette première partie de l’analyse plutôt quantitative a porté sur cinquante-six occurrences de diffusion des images du Traité de Rome.

Nous avons visionné ces cinquante-six occurrences et fait trois captures d’écran pour chaque vidéo : une capture de l’image d’avant, une de l’image de la signature et une de l’image qui suit. Nous avons mis en place un système de nommage des fichiers sous ce modèle :

ANNÉEMOISJOUR_CHAINE_TYPED’ÉMISSION_IDNOTICE puis nous avons indiqué s’il s’agissait de l’image d’avant la signature, d’après la signature, ou de la signature. Pour classer les images, nous avons utilisé un système de tag de couleur (chaque triptyque rangé sous une couleur différente).

Dans un second temps, nous avons décidé de réduire davantage le périmètre de notre recherche et de porter notre analyse uniquement sur les images  diffusées aux dates d’anniversaire du Traité de Rome à chaque décennie : ainsi, nous avons uniquement conservé des émissions datant de 1967, 1977, 1987, 1997, 2007 et 2017.  Nous avons donc travaillé sur trente-quatre occurrences du Traité de Rome dans les médias entre 1967 et 2017.

Enfin, pour présenter notre travail, nous avons décidé de ne conserver qu’une occurrence par date d’anniversaire et par chaîne. Ainsi, notre analyse a porté sur cinq occurrences pour TF1 (une par an, de 1967 à 2017), trois occurrences sur France 2 (1997, 2007 et 2017), trois occurrences sur France 3 (1997, 2007 et 2017) ainsi que trois occurrences sur ARTE (1997, 2007 et 2017). Nous n’avons pas recensé de mentions du Traité de Rome sur France 2, France 3 et ARTE en 1967, 1977 ou 1987. De plus, le nombre de mentions du Traité de Rome au fil des années est en hausse.

L’analyse des images précédant et suivant celles du Traité de Rome

L’Angleterre frappe à la porte, Panorama, 1ère chaîne, 20/10/1967, 0mns26

TF1

Les images remontant à l’anniversaire du Traité de Rome en 1967 sont introduites dans le  sujet du Journal Télévisé de TF1 intitulé “L’Angleterre frappe à la porte”. La Grande-Bretagne commence à s’exprimer à propos du Marché Commun et demande son adhésion à l’Union Européenne. On peut voir la représentation de l’événement du Traité de Rome dans le contexte d’imminent élargissement de l’Union Européenne. L’image d’avant représente l’interview de Jacques Donnedieu de Vabres et Jean-François Deniau s’exprimant sur le sujet.  Ensuite, l’image de la signature avec gros plan sur Konrad Adenauer signant le traité. Et enfin, on peut voir sur l’image d’après le Pont de Londres dans le contexte d’un bref reportage sur l’attitude des Britanniques à l’égard de la communauté européenne.

Rétro traité de ROME, TF1 Actualités 20H, TF1, 24/03/1977, 3mns15

Quant aux images de l’anniversaire du Traité de Rome datant 1977, nous remarquons que l’image d’avant la signature montre des monnaies en train de tomber. L’image n’est pas anodine. Le sujet de la séquence d’avant de la signature du Traité de Rome est celui de problèmes économiques et sociaux en France – plus particulièrement l’escalade des dépenses de la République Française – et d’éventuelles possibilités de les résoudre. Nous remarquons que l’image de signature du Traité de Rome est en couleurs. L’image capturée montre en gros plan l’un des signataires du Traité de Rome. On peut voir sur l’image d’après l’Arc de Triomphe et les voitures en premier plan. Un rappel sur les valeurs de l’Union Européenne à l’occasion de son anniversaire. La France, membre signataire du Traité de Rome, est un pays en plein développement,  conséquence positive de l’Union des pays européens.

Belgique et CEE, TF1 Vingt heures, TF1, 24/03/1987, 00 :00 :00 :00

En passant à l’anniversaire du Traité de Rome de l’année1987, nous voyons dans la séquence d’avant de la signature du Traité de Rome, le présentateur qui rappelle aux téléspectateurs la naissance d’un événement marquant qui  s’est déroulé à Rome il y a 30 ans. La représentation de la signature reste la même que celle diffusée 10 ans plus tôt, un gros plan sur une signature, par l’un de ses membres, du Traité de Rome. La moissonneuse-batteuse apparaît sur les écrans juste après la signature du Traité de Rome.  Le message souligne que la politique agricole est au cœur des attentions de l’Europe.

Plateaux brèves, TF1 20 heures, TF1, 25/03/1997, 1m06

Les images de l’année 1997 sont particulièrement marquantes. L’anniversaire du Traité de Rome apparaît dans un contexte de changements économiques. Le graphique de la hausse des prix en France s’affiche sur l’image d’avant. La représentation du Traité de Rome est montrée dans le plan large de la salle où les membres des 6 pays ont signé le Traité  40 ans plus tôt. L’image d’après porte sur conversion du Franc vers l’Euro. Il est temps pour les français de s’habituer à la nouvelle réalité monétaire.

L’historique de l’Union Européenne, Les coulisses de l’économie, TF1, 22/03/2007, 65mn 56

En 2007, la représentation de l’Europe prospère. L’Europe se développe avec les échanges marchands. Les rails en chantier dans l’image d’avant de la signature du Traité de Rome font allusion à cette Europe en progrès. Il est intéressant de noter qu’au moment de cette prospérité,  l’image de la signature du Traité de Rome est à nouveau en noir et blanc pour cet anniversaire de l’événement. L’image d’après présente la Commission des communautés européennes, qui désormais remplace en une seule instance les 3 institutions exécutives de la CECA (Haute Autorité), de la Communauté économique européenne et de la Communauté européenne de l’énergie atomique.

Nous observons la tendance de la chaîne  TF1 à montrer des images qui évoquent d’une part les problèmes et changements économiques et sociétaux en France, et de l’autre, un historique des avancées d’une Europe en construction et en développement, une Europe unifiée qui se réunit et s’organise en faveur de la croissance économique.

France 2

40 ans de traité de Rome, F2 le journal 20h00, France 2, 25/03/1997, 2 min 04  

L’image précédant la signature du traité de Rome affiche le présentateur. Celle-ci fait apparaitre un indice sur le sujet abordé par le biais d’une pancarte incrustée en illustration. Il est écrit : « Europe 40 anniversaire ». La couleur bleue fait référence à la couleur du drapeau de l’Union Européenne. Cette pancarte efigure les étoiles représentant les douze membres de l’Union Européenne. L’image concernant la signature du traité de Rome est centrée sur un des signataires, en noir et blanc. L’image suivant la signature affiche un nouvel indice, une illustration inscrustée au même emplacement que celle de la première séquence fait apparaitre la mention : « Grande-Bretagne – Emploi à la carte ». Les deux blocs de texte sont séparés par le drapeau de la Grande-Bretagne. Le marché de l’emploi est en plein essor dans ce pays, encore membre de l’Union Européenne. Cela présente une vision positive de l’Europe.

Traité de Rome expliqué [aux] enfants, 13 heures le journal, France 2, 23/03/2007, 1 min 57

À l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire du traité de Rome, le journal de 13 heures consacre à la reception de cet évènement historique dans les établissements scolaires.

Dans la première image, un professeur d’histoire-géographie enseigne à ses élèves de terminale le cours sur le traité de Rome. Le sujet au programme est susceptible de figurer dans les épreuves d’histoire du baccalauréat. Cette séquence est significative, elle renvoie au devoir de mémoire : l’ événement appartient à l’Histoire, son intérêt est intergénérationnel. La séquence suivante montre la signature du traité de Rome. Le gros plan est centré sur la main d’un des signataires, en train d’apposer son paraphe sur une feuille. La dernière séquence est située à New York et lance un autre sujet sur les prix attractifs des voyages entre l’Europe et les États-Unis (par le biais de l’accord du « ciel ouvert »).

 Bilan de l’UE à l’occasion du 60ème anniversaire du traité de Rome, 20 heures, France 2, 25/03/2017, 2 min 02

Dans la première image, les 27 dirigeants des pays de l’Union Européenne sont réunis à Rome au même emplacement que lorsque le traité a été signé soixante ans auparavant. Ils sont positionnés en deux rangées, majoritairement des hommes en veste noire. La seule femme présente est la chancelière allemande Angela Merkel, habillée en veste blanche.

L’image suivante d’une main signataire en gros plan illustre le renouvellement de la signature du traité de Rome. Au bas du capuchon du stylo, trois couleurs (rouge, blanche, et verte) font référence aux couleurs de l’Italie, pays emblématique du traité. Cette main apposant la signature appartient au président de la République française François Hollande, quelques mois avant la fin de son mandat. La dernière séquence ouvre vers le sujet suivant du JT sur sur l’actualité politique du week-end et la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron sur l’île de la Réunion.

France 3

Zoom : anniversaire du traité de Rome, Soir 3 journal, France 3, 25/03/1997, 1mn 34

L’image avant celle du Traité de Rome met en scène le présentateur en costume trois pièces dans un cadre très sérieux. Le sujet du Traité semble important, car il est discuté juste avant le sujet “Urgent”. Les sujets relatifs à l’Europe sont donc prioritaires. Juste après les images du Traité de Rome, France 3 accole l’allocution du président de la commission européenne, Jacques Santer, devant un drapeau de l’Union européenne. Cette juxtaposition permet de souligner l’importance de l’Union Européenne, de lui donner une légitimité : le journaliste et la prise de parole sont sérieux et le sujet est traité en priorité.

Cinquantième anniversaire du Traité de Rome, 19 20 Édition nationale, France 3, 24/03/2007, 1mn 32

L’image avant celle du Traité de Rome montre la montée d’un drapeau de l’Union européenne qui s’élève vers le ciel. L’image utilisée pour la signature est un plan large de tous les dirigeants des pays. Puis, la séquence suivante montre des avions militaires. En 2007, on donne alors l’image d’une Europe soudée et unie, unifiée par la peur de la guerre. Les avions avancent vers la gauche, vers le passé, vers l’avant-Traité de Rome. L’Union européenne est montrée comme un élément positif car celle-ci permet d’éviter la guerre et les conflits.

1957 2017 : Traité de Rome, 19 20 Édition nationale, France 3, 25/03/2017, 2mn 05

En 2017, l’image avant celle du Traité de Rome dessine une vision positive de l’Union européenne et de ses décisions, notamment du passage à l’euro. L’image de la signature du Traité de Rome est projetée derrière la présentatrice et n’occupe plus tout l’écran, comme si France 3 ne trouvait pas cela nécessaire ou pertinent d’accorder du temps d’écran à des images désormais lointaines, puisque la majorité des actifs en 2017 n’ont pas assisté à la première diffusion de cette scène en 1957. Il ne s’agit donc plus d’un souvenir partagé par l’expérience commune  d’un événement marquant, mais seulement d’un souvenir lointain symbolique, relayé par les médias et les revues spécialisées.

La séquence suivant celle du Traité de Rome montre une Europe portée par les jeunes qui marchent ensemble vers le futur (vers la droite du cadre). Cette juxtaposition d’images est une représentation très positive de l’Union européenne qui réduit le Traité de Rome à un événement anecdotique et distant.

ARTE

Europe a 40 ans, 8 et demi, ARTE, 25/03/1997, 2m59.

La première image, qui représente la séquence diffusée juste avant la séquence de la signature du Traité, montre François Mitterrand, alors président de la République française, et Helmut Kohl, chancelier allemand, qui se donnent la main devant le mémorial dédié aux soldats morts pendant la bataille de Verdun. Les deux hommes affichent des visages sérieux et émus. Leur geste est devenu un symbole de la réconciliation franco-allemande après la deuxième guerre mondiale. L’image centrale choisie pour illustrer la signature du Traité montre le représentant de l’Italie, Antonio Segni assis entre Maurice Faure, représentant de la France et Walter Hallstein, le représentant de l’Allemagne. À son tour, l’image forte de la séquence d’après est celle de Jacques Chirac et de Helmut Kohl, les deux chefs d’État regardent vers la droite de l’image, ils sont debout, sourient et sont légèrement inclinés l’un vers l’autre. Nous pourrions dire qu’ils regardent positivement et courageusement vers le futur de l’Europe. Dans cette séquence d’images, la construction des signes positifs qui unissaient la France et Allemagne est très claire.

“Rencontres avec Maurice Faure, Arte info, ARTE, 21/03/2007, 2m40.”

La première image est celle d’une interview de Maurice Faure, dernier signataire français encore vivant à cette époque, en arrière-plan nous le voyons sur une photographie au moment de la signature du Traité. En 2007, Faure, qui était le secrétaire aux Affaires étrangères en 1957, parle de l’importance de l’UE au long de ces 40 années. Au centre de notre sélection, un gros plan d’une main qui signe le Traité représentant le geste symbolique majeur. Lors de la séquence d’après, nous voyons à nouveau des images du groupe qui a participé de l’événement. Ici, la construction suscite un retour vers le passé, une remémoration des images d’archive, qui s’appuient sur la parole du dernier survivant pour renforcer davantage le symbole originel. L’idée matricielle de ce qu’allait devenir l’Europe.

“Europe : 60ème anniversaire du Traité de Rome, Arte journal, ARTE, 25/03/2017, 2m03.”

La première image dessine la carte de l’Italie et situe Rome.  Au centre, en train de signer le renouvellement du Traité de 57, Angela Merkel, chancelière allemande est entourée des drapeaux des pays européens. La dernière image affiche des manifestants anglais qui protestent contre le Brexit.

Cette séquence d’images diffère des précédentes principalement parce que l’image choisie pour représenter la signature du Traité est une image d’actualité, et non une archive de 1957. Il s’agit ici d’un renouvellement des vœux dans le contexte particulier d’une Europe en crise, suite à la sortie imminente de l’Angleterre de l’UE, à la montée croissante des nationalismes ainsi qu’à l’intensification de la question migratoire. Le message dans ces juxtapositions semble plutôt soulever une question : quel futur pour l’Europe ?

Les différentes positions politiques d’un même fait historique

Bien que les chaînes évoquées dans notre corpus mettent en évidence le même fait historique, elles se distinguent par les positions politiques choisies. Les trois séquences pour chaque chaîne sont présentées dans des contextes différents.

Sur TF1 (chaîne privée), les images historiques sont majoritairement juxtaposées par deux autres séquences illustrant soit la politique, soit l’économie. Par exemple, dans l’extrait de journal télévisé de vingt heures diffusé le 24 mars 1977, la séquence d’avant concerne l’économie, en montrant des pièces de monnaie. De même, dans les images issues du journal télévisé de vingt heures diffusé le 25 mars 1997 : dans la séquence d’avant, le graphique est représenté pour indiquer la hausse des prix, dans la séquence d’après, la signature du traité de Rome se clôture par un sujet économique, concernant la conversion entre l’Euro et le Franc.

Ces exemples sont révélateurs de la position de TF1, très orientée vers une politique libérale. Nous pouvons en déduire que TF1 présente les anniversaires de la signature du traité de Rome dans un contexte tant économique, voire financier, que politique.

Sur France Télévisions, les chaînes publiques telles que France 2 et France 3 portent un regard sur la nation, que ce soit sur l’Europe ou sur la France. Sur la France, l’image de la signature apposée par le président de la République François Hollande (lors de journal télévisé de 20 heures du 25/03/2017) annonce une transition vers les prochaines élections présidentielles organisées en mai 2017. Pour l’anniversaire du Traité de Rome, cette chaîne met l’accent sur cette personnalité politique car la fin de son mandat est proche. Sur France 3, dans l’Édition nationale diffusée le 25/03/2017, l’image illustrant les résultats d’un sondage des Français par rapport à l’euro est diffusé en arrière-plan.

Concernant le regard sur l’Europe, le drapeau européen est omniprésent dans les séquences d’avant et après la signature. Celui-ci peut être positionné derrière le présentateur pour évoquer un sujet important, comme dans le journal télévisé de France 3 diffusé le 25/03/1997 ou le journal télévisé de France 2 diffusé à la même date.

Au-delà de l’intérêt marqué pour l’Europe et la France, nous remarquons que l’avenir européen se construit à travers la jeunesse. Par exemple, dans l’image issue du journal de treize heures diffusé le 23/03/2007 sur France 2, un professeur enseigne le Traité de Rome à ses élèves.  L’ambition est de transmettre les valeurs de l’Europe à une nouvelle génération. Dans une autre image issue du journal du 19/20 Édition nationale du 25/03/2017, les jeunes militent pour l’Europe et se sentent concernés par l’avenir de l’Union.

Les deux chaînes France 2 et France 3 abordent ce fait historique en présentant une vision globale des Européens, tout en mettant en avant leurs populations.

ARTE est une chaîne essentiellement axée sur la culture et l’Histoire. Les images historiques sont en corrélation avec les autres séquences de notre corpus. En effet, la plupart des séquences issues d’ARTE sont centrées uniquement sur l’histoire de l’Europe, que ce soient dans les images d’avant et après la signature. Toutefois, la politique est omniprésente dans les images, par le biais des représentations des personnalités ayant marqué l’Histoire du XX ème siècle, afin d’illustrer l’événement du Traité de Rome. Concernant la position politique sur ce fait historique, ARTE adopte une vision conservatrice de l’Europe, quitte à ne montrer principalement que les représentants politiques des pays fondateurs (France, Allemagne, Italie).

Conclusion

Les images construisent la mémoire d’un peuple. Au cours de notre recherche, nous avons constaté qu’une même image peut avoir des significations très différentes, en fonction de la période et du contexte dans laquelle elle est montrée, mais aussi en fonction des choix de juxtapositions des séquences montées dont les médias font usage.

Pendant la période analysée, nous nous sommes aperçues qu’à chaque période correspondait un discours politique nouveau, et ainsi, une nouvelle appropriation de ces images d’archive, produisant des nouvelles significations, mais aussi des détournements de sens. De cette manière, nous pouvons donc questionner l’impossibilité de neutralité des images d’archive et leur récupération par les médias ainsi que leurs usages en fonction du contexte et du propos politique.

Finalement, le choix que les chaînes de diffusion et leurs “formateurs d’opinion” font de la représentation de ces événements, marque l’orientation politique de certains sujets. Ce faisant, déterminent-ils la perception d’un public visé, ou alors, est-ce plutôt le public qui détermine ces détournements ?



Citer ce billet
claudemussou (2022, 1 août). La signature du Traité de Rome : usages d’une image historique. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4j5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search