Eurovision : un sujet politique au-delà du divertissement ?

Article rédigé par Ophélie Alévêque, Quentin Joigneaux, Camille Noguès et Audrey Riancho, sous la direction de Marta Severo

Le concours Eurovision de la chanson a vu le jour en 1956, sa première édition s’est déroulée en Suisse et est remportée par ce même pays. Chaque pays participant, ayant adhéré à l’Union européenne de radio-télévision (UER), et ayant officialisé sa candidature, se doit d’envoyer un chanteur ou un groupe, qui devra interpréter une chanson originale devant un public et un jury européen. Les pays participants (représentés chacun par un jury et un vote du public) distribuent ensuite leurs points à leur top 10 des chansons et désignent collectivement un gagnant. Le gagnant étant, à la fin, l’artiste ayant obtenu le plus de points.

Qui organise l’Eurovision et pourquoi ?

L’UER, organisation internationale, non affiliée à l’Union européenne, et regroupant en son sein des chaînes de télévision de pays européens et internationaux, a, dès sa création, voulu faire oublier les maux et les différends créés par la longue période de guerre et de destructions massives. Depuis sa création, ce concours a donc été l’occasion de réaliser une compétition musicale, réelle vitrine de l’Europe et de sa culture afin d’affirmer la cohésion d’une Europe en Paix. Si l’événement se définit comme une compétition musicale où l’Europe se met en scène dans sa réconciliation et son unité, le concours est néanmoins souvent l’occasion d’un rappel de la complexité territoriale et politique des pays qui la composent.

C’est dans cette dynamique que nous avons décidé d’analyser la médiatisation de l’Eurovision dans les journaux télévisés et les émissions d’actualité des chaînes françaises, afin d’identifier notamment l’impact des problématiques politiques et territoriales dans l’événement. Ce concours est en effet progressivement devenu l’occasion de traiter de sujets fondamentaux. Nous nous sommes donc demandés : Quel type de couverture médiatique est réservé à l’Eurovision ? Et dans quelle mesure cet événement reflète-t-il le contexte politique européen ?

Une méthodologie de recherche stratégique

Pour répondre à ces questions, nous sommes partis d’un corpus de 1098 vidéos issues des archives de l’INA thèque. Ce corpus a été constitué en interrogeant l’index général avec les termes « concours eurovision chanson », « prix eurovision chanson » et « eurovision chanson ». La recherche a été limitée aux chaînes de télévision nationales, en excluant les JT régionaux, les spots publicitaires et les promotions de l’événement dans les inter-programmes. Afin de répondre à notre problématique qui concerne l’aspect politique du traitement du concours de l’Eurovision, nous avons alors fait le choix de ne considérer que les vidéos dont les descriptions mentionnent le nom d’un pays et avons ainsi construit un sous-corpus.

Nous avons émis l’hypothèse qu’un traitement politique du concours de l’Eurovision met en relation l’individuel (les artistes) et le collectif (le pays d’origine des représentants ou le pays d’accueil du concours). Nous avons conservé 81 documents provenant exclusivement des émissions d’actualités et de journaux télévisés français diffusés par les chaînes publiques (France Télévision) et privées, majoritairement TF1, M6 et Canal+. France Télévision étant le diffuseur officiel du concours depuis 1983, la couverture médiatique effectuée par le regroupement de chaînes publiques y est plus dense.

Nous avons fait le choix de nous concentrer sur ce corpus afin de mieux comprendre le traitement médiatique de l’Eurovision au fil des années et de déterminer si le concours est prétexte ou non pour aborder des sujets connexes. En segmentant notre corpus, de 1973 à 2021 (la couverture médiatique réalisée avant 1973 étant insuffisante), nous avons fait le choix d’analyser une période de 48 ans de journaux télévisés français afin d’avoir une vision globale du traitement médiatique.

Un bilan global de la couverture française

À partir de notre analyse du corpus complet de 1098 vidéos, nous avons souhaité déterminer les premiers axes de notre réflexion. Quels sont les pays les plus représentés dans la diffusion par la France de l’événement et dans sa couverture médiatique ?

Fig. 1. Carte représentant la couverture médiatique française de l’Eurovision des pays participants à partir du corpus initial

Cette carte figure le nombre de contenus médiatiques français sur chaque pays, à propos de l’Eurovision. Les médias abordent surtout la participation de la France et celle du pays d’accueil du concours, notamment au travers d’interviews des artistes français et de leurs chansons. En deuxième position, les pays voisins sont également les plus traités par les médias français, l’Espagne par exemple, ou encore l’Allemagne et les Pays-Bas, ces deux pays très cités ont notamment accueilli, en 2011 et 2021, le concours. Les autres pays semblent moins traités, mais nous verrons que pour certains, cette couverture se limite aux réactions sur différents sujets politiques ou sociétaux abordés dans les chansons, par les artistes ou pays organisateurs.

Dans cette dynamique d’analyse globale, nous avons regardé l’évolution de la couverture au fur et à mesure des années. Sur ce graphique (Fig. 2), nous remarquons que lors de ses débuts, l’Eurovision était majoritairement couvert par la 1re chaîne, aujourd’hui TF1, le diffuseur initial. Cette diffusion est ensuite passée  sur la 2ᵉ chaîne, aujourd’hui France 2, qui comptabilise la majorité de la médiatisation du concours en France.

Fig. 2. Évolution de la couverture de l’Eurovision en France selon les chaînes françaises

Une évolution de la couverture globale soulignée par le graphique ci-dessous (Fig. 3) qui, illustre l’évolution de la couverture au fil des années. On y remarque alors que celle-ci a connu une réelle augmentation dès les années 2000 avec plus de 60 contenus diffusés à la télévision française pour l’année 2021.

Fig. 3. Évolution de la couverture de l’Eurovision en France au fil des années

Sur ces bases, nous analyserons plus précisément les contenus visionnés durant nos recherches.

Sur les 81 vidéos, nous remarquons une couverture inégale des thématiques politiques liées au concours de l’Eurovision, et ce, en fonction de la nature des controverses (socio-culturelles, économiques, etc.), de ses modes de communication (si la chanson elle-même est controversée, si d’autres médias s’en sont emparés, etc.) et des zones géographiques concernées. Ces déclinaisons thématiques et géographiques seront aussi l’occasion d’aborder la diversité dans les types de couvertures médiatiques (JT, reportage, brèves).

Dans un premier temps, nous allons voir que la couverture médiatique est forte lorsqu’elle concerne des événements se déroulant entre pays hors Union européenne, mais candidats à l’intégration ou pays hors Union européenne  considérés au prisme de l’immigration. Les reportages sont ainsi l’occasion de rappeler les objectifs historiques et symboliques de l’UE, qui, dans son opposition aux blocs de la guerre froide, se présentait comme une unité diplomatique, une « terre d’accueil » en capacité de résoudre des conflits complexes.

Nous aborderons ensuite la couverture médiatique des candidats transgenres et/ou défiant les stéréotypes de genre et mettant en scène les droits LGBTQIA+ et les représentations de minorités de genre et sexuelles comme élément central de définition de l’identité européenne.

Enfin, nous verrons que les problématiques liées à l’économie, à la pauvreté et la précarité notamment, qu’elles soient aux portes de l’UE ou au sein de celle-ci, sont relativement peu couvertes par les médias français, comme par les contenus des chansons elles-mêmes.

Une couverture aux allures politiques

D’après la sélection des 81 documents, nous avons constaté que les médias français traitent davantage des enjeux politiques autour de l’Eurovision que du concours en tant que tel. Il apparaît alors comme un prétexte pour mettre en lumière certaines problématiques politiques. L’Eurovision a alors permis aux médias de mettre en exergue certaines tensions comme celles entre l’Ukraine et la Russie, en Azerbaïdjan ou bien encore en Israël.

Fig 4. Le 1945 : [émission du 15 mai 2016], Le 1945, M6, 15/05/2016, 00:21:27:00

Dans les journaux télévisés consultés, le traitement de l’Eurovision était très politisé. Dans le journal de France 3, ou bien encore dans l’émission L’Effet Papillon sur Canal+, sont notamment évoqués les enjeux politiques et diplomatiques engendrés par la victoire de l’Ukraine au concours en 2016. Nous avons en effet trouvé un total de 11 extraits de journaux traitant du sujet, dont certains avant même la victoire de la candidate. La problématique réside dans la qualification de cette chanson dite « politique » par les Russes bien qu’elle ait été acceptée et qualifiée « d’historique » par l’UER. En effet, cette chanson traite de la déportation des Tatars de Crimée en 1944, tandis que deux ans avant cette victoire au concours, la Crimée était annexée par la Russie. L’évocation de ce pan de l’histoire apparaît très équivoque au regard de l’actualité. Les médias se sont donc attachés à traiter le sujet, au travers de la chanson de Jamala et en y ajoutant une dimension politique. Certains médias ont effectivement abordé le sujet de la Crimée et des frontières ukrainiennes, au travers de ce morceau.

En octobre 2016, un sommet a lieu entre Moscou, Kiev, Paris et Berlin pour tenter de trouver une entente, mais sans succès. Les cessez-le-feu ne cessent d’être interrompus et donnent lieu à des affrontements fréquents dans la zone du Donbass. Mais les conflits ne se limitent pas à l’Ukraine et à la Russie, d’autres pays sont aussi concernés.

Fig. 5. Arte journal : [émission du 25 mai 2012], Arte journal, Arte, 25/05/2012, 00:19:59:00

« Ce soir rien de tout cela ne transparaîtra, la cérémonie de l’Eurovision fera honneur à la chanson rien qu’à la chanson », c’est ce que déclare le journaliste du journal de France 3 en parlant de l’Eurovision de 2012 qui prend place en Azerbaïdjan. Ce que révèle cette remarque, c’est que les tensions sont palpables en marge du concours, mais que l’Eurovision n’est pas le lieu de revendications politiques.

Cependant, les journaux télévisés traitent essentiellement des problématiques que rencontre la population azerbaïdjanaise, nous en avons analysé 6 extraits diffusés par France Télévision, TF1, Arte et Canal+. On constate que la population profite de la médiatisation accrue du pays pour faire entendre leur voix. Les médias français insistent sur les problématiques démocratiques bien plus que sur l’Eurovision. Les manifestants demandent davantage de droits et la libération de prisonniers politiques, mais sont fortement réprimés par la police locale qui souhaite donner une belle image de l’Azerbaïdjan. En effet, on constate un décalage entre l’image que veut imprimer l’Azerbaïdjan au travers  des vidéos promotionnelles et des images sur la construction d’un complexe construit pour l’occasion, et la grande pauvreté dans laquelle se trouve une partie de sa population. On constate à nouveau une utilisation prétexte de l’Eurovision pour parler des sujets connexes et mettre en exergue les difficultés rencontrées par certains pays dans  l’organisation d’un tel événement.

C’est en 2019 que la France est représentée par Bilal Hassani lors de l’Eurovision en Israël. La personnalité de  Bilal Hassani est  très marquée, et les médias français se sont emparés du sujet. Au-delà de la personnalité de cet artiste, ce sont aussi les conflits et problèmes de sécurité à Tel-Aviv qui ont animé les journaux télévisés français, en tout 13 documents dans notre corpus. Les émissions abordent ces thématiques sous différents angles,  France 2 accorde plus de place à la personnalité du candidat français tandis qu’Arte dans son émission 28 minutes présente davantage l’importance que revêt le concours pour un pays comme Israël.

L’événement se déroule alors que des manifestants pro-palestiniens appellent au boycott. Les tensions et attaques sont très importantes puisque seulement quelques semaines avant l’événement, de nombreux bombardements ont eu lieu et ont failli inciter Israël à annuler le concours. L’organisation israélienne a alors saisi l’importance du concours et poussé le gouvernement à négocier un cessez-le-feu finalement accepté par Jérusalem, dans le seul but de maintenir l’Eurovision. La sécurité est ainsi renforcée pour l’accueil des participants et du public à Tel-Aviv. Malgré ces efforts, très peu de touristes ont fait le déplacement. Les médias mettent davantage l’accent sur ces problématiques en traitant de sujets politiques profonds plus que des sujets d’organisation du concours.

L’Eurovision, miroir des luttes sociétales ?

Le corpus fait également émerger des sujets en lien avec des enjeux sociétaux. On constate que le traitement médiatique varie selon trois critères. En premier lieu, lorsqu’un sujet est abordé par les artistes durant leur prestation, par le biais des paroles des chansons, symboles ou actions. Deuxièmement, en fonction du contexte politique et culturel du pays d’accueil ou du pays d’origine de l’artiste. Enfin, lorsque la presse se fait le relais des polémiques qui ont eu lieu pendant ou après la cérémonie.

L’Eurovision constitue une vitrine remarquable pour aborder les droits LGBTQIA+. Déjà en 1998, le choix d’Israël de faire concourir la chanteuse transgenre Dana International dans un contexte religieux tendu est traité à la fois comme un choix audacieux, mais aussi tourné en ridicule par certains médias. Le journal télévisé de 20h de TF1 présente d’abord la candidate à travers un portrait qui retrace les diverses polémiques attachées à sa personne, sans aborder toutefois sa prestation sur scène. Dans un second temps, elle est présentée par ce même média comme « l’ennemie des orthodoxes conservateurs » et sa victoire est perçue comme une « revanche de la tolérance opposant les laïques aux religieux ». Le traitement médiatique de France 3 est assez similaire, ajoutant que les religieux se sentent « honteux d’avoir été représentés par une chanteuse transsexuelle ».

De même en 2013, la question des droits LGBTQIA+ est de nouveau abordée sous un angle différent par la chanteuse Finlandaise Krista lorsqu’elle embrasse une femme sur scène pour défendre la loi sur le mariage homosexuel en Finlande. En effet, le 27 février 2013, une proposition de loi en faveur du mariage homosexuel est rejetée par la Commission juridique par 9 votes contre et 8 votes favorables. En France, la loi pour le Mariage pour tous est entrée en vigueur le 17 mai 2013, soit la veille de la finale de l’Eurovision. On peut supposer que cet événement survenu lors de l’Eurovision 2013 a pu faire écho au contexte social français, ce qui explique un traitement médiatique plus important.

En termes de médiatisation, la victoire de l’Autriche avec la chanteuse Conchita Wurst devient le symbole de la lutte pour les droits LGBTQIA+ à travers l’Europe. Avant même sa victoire, la télévision française s’intéresse au personnage incarné par Conchita Wurst. En effet, l’émission L’Effet Papillon diffusée par la chaîne privée Canal+ consacre un reportage à la chanteuse et à la vague de haine que sa participation a causé en Autriche, notamment sur les réseaux sociaux, mais aussi au travers de pétitions émanant de sites ouvertement homophobes. Au contraire, le traitement effectué par les chaînes publiques évoque davantage sa victoire. France 3 la qualifie par exemple de « porte-drapeau » de la communauté LGBTQIA+, relayant au second plan les polémiques autour de la Russie. Au contraire, la chaîne publique Franco-Allemande Arte aborde sa victoire sous l’angle Russe.

Suivant la même logique, le rayonnement international permet de mettre en exergue des problématiques sous-jacentes au pays. Au début des années 1990, la France traverse une importante crise migratoire. Le discours de Jacques Chirac, à l’époque maire de Paris, mentionnant « le bruit et l’odeur » en référence aux « désagréments » causés par les migrants en France, en témoigne. De même, la promulgation d’une loi contre le travail clandestin et la montée croissante du Front National, suscitent de vives réactions auprès de la communauté artistique et musicale française. La participation de la chanteuse engagée Amina apparaît alors comme une évidence. Elle présente une chanson intitulée « C’est le dernier qui a parlé qui a raison », dans laquelle elle évoque la question de l’immigration en France à travers les inégalités raciales. En effet, en interview, la chanteuse d’origine tunisienne revendique une nationalité universelle. Plus que sa prestation sur scène, c’est le message qu’elle porte qui est relayé par les médias français. Par ailleurs, c’est un autre geste symbolique effectué en dehors de sa prestation sur scène qui retiendra l’attention médiatique. Lors de l’annonce des résultats, la France se voit attribuer 12 points par Israël, la chanteuse part remercier la chanteuse israélienne en la prenant dans ses bras. Interrogée au journal de 20h de TF1 quelques jours plus tard, elle déclare : « J’ai été très émue quand Israël m’a donné 12 points […] Souvent, les gens qui habitent dans un pays peuvent être plus tolérants que les gens qui les gouvernent ». Ce geste est dès lors perçu comme un message de tolérance envers un pays encore meurtri par les bombardements irakiens survenus la même année.

En 2018, l’Europe est de nouveau marquée par les problématiques liées à l’immigration. Les élections européennes en témoignent avec une montée de l’extrême droite dans certains pays européens, dont l’Italie, qui se dit dépassée par la crise migratoire. C’est pourquoi plusieurs pays mettent en place une politique de refus d’accueil des immigrés. L’accostage de l’Aquarius, un navire de sauvetage, est notamment refusé par l’Italie et par la France. La naissance au bord du bateau de la petite Mercy, d’origine nigérienne, suscite l’émotion en France, ce qui inspirera la chanson au groupe français, Madame Monsieur. Le Portugal quant à lui, pays d’accueil de l’Eurovision en 2018, se positionne en faveur de l’immigration et pays d’accueil pour l’Aquarius.

Fig. 6. Le 1945 : [émission du 28 janvier 2018], Le 1945, M6, 28/01/2018, 00:24:14:00

En 2021, la chanteuse et militante Russe Manizha chante pour le droit des femmes en Russie, dans un contexte de régression de ces droits depuis les années 2000 et d’arrivée de Poutine au pouvoir. Pour les chaînes de télévision publiques, c’est l’occasion de revenir sur ces inégalités en plaçant l’Eurovision au second plan.

Fig. 7. 12 13 Edition nationale : [émission du 12 avril 2021], 12 13 Edition nationale, France 3, 12/04/2021, 00:26:46:00

En France, l’Eurovision devient donc, pour les chaînes de télévision, prétexte à nourrir le débat public avec des sujets tels que la représentation de la communauté LGBTQIA+, les droits humains, le racisme, etc. On constate également que le traitement médiatique se transforme au cours du temps, suivant l’évolution des mœurs de la société.

Les questions financières, un sujet tabou ?

Les problématiques financières de l’Eurovision sont bien moins abordées par les médias français de manière générale. Cependant, nous pouvons constater qu’à plusieurs reprises certaines problématiques financières ont tout de même fait la Une de l’actualité. En 2012, le journal télévisé de Canal+ parle principalement de la crise espagnole comme problème principal pour une potentielle victoire. En effet, la candidate Pastora (représentant l’Espagne) mentionne même que le gouvernement espagnol lui a expressément dit de ne pas gagner, car ils n’auront pas les moyens de financer cet événement sur leur territoire. L’année d’après, c’est au tour de la Grèce de faire parler d’elle dans les médias français, notamment dans le journal de France 3 pour des problèmes financiers. En effet, 2013 correspond à la crise financière de la Grèce. Le pays décide d’aborder le sujet avec humour en proposant le titre à l’Eurovision « l’alcool, c’est gratuit » pleinement d’actualité. Enfin, en 2016, mais toujours dans le même registre, c’est au tour de la Roumanie de faire la une en se retirant de l’Eurovision pour cause de dettes trop importantes l’empêchant de participer au télé-crochet. L’argent reste finalement un élément sensible quand il est question de ce concours…

Conclusions

L’Eurovision permet de mettre en lumière des problématiques de société sous-jacentes à chaque pays candidat ou organisateur. À travers l’analyse de notre corpus de 81 documents, nous avons constaté que le traitement médiatique peut complètement changer d’une chaîne à l’autre, sur un même sujet. Les chaînes du service public vont avoir tendance à aborder plus souvent des sujets liés à l’Eurovision, de manière assez lisse sans prendre de position marquée. Le traitement médiatique du concours par les Journaux télévisés français a de fait considérablement évolué depuis sa création. Les angles sont pluriels : informer les téléspectateurs de la diffusion du programme (sur France 2, notamment diffuseur officiel en France), en faire la promotion et surtout aborder les sujets en lien avec les représentations des artistes candidats, comme l’immigration ou les questions LGBTQIA+ très présentes dans le contexte de l’Eurovision. À l’inverse, sur les chaînes privées, l’Eurovision est prétexte à des reportage sur des thématiques et sujets qui animent généralement le débat public.

La couverture médiatique varie donc en fonction des sujets abordés ou du statut de la chaîne (publique ou privée). Il est à noter que notre corpus peut cependant présenter des limites, et introduire des biais, notamment en raison de sa taille restreinte et du fait qu’en sont notamment exclus les journaux télévisés des chaines régionales. Les requêtes limitées aux combinaisons de descripteurs « concours eurovision chanson », « prix eurovision chanson », « eurovision chanson » auraient par ailleurs pu être élargies à d’autres termes. En effet, l’Eurovision est à la fois un concours de musique, mais aussi un réseau d’échange entre les chaînes de télévision de l’Union européenne. Il est donc possible que des documents potentiellement pertinents aient manqué à notre analyse.

Cette étude aura permis de souligner et d’objectiver la manière dont la compétition musicale  est progressivement devenue prétexte à des débats politiques et sociétaux dans les médias, elle y a gagné une dimension politique essentielle.



Citer ce billet
claudemussou (2022, 1 août). Eurovision : un sujet politique au-delà du divertissement ? Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4j9

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search