Évolution de la couverture médiatique du championnat d’Europe de football à la télévision française 

Article rédigé par Stéphane Berteloot, sous la direction de Fabrizio Defilippi

Tous les quatre ans, c’est la même chose : lorsque que l’été arrive, le football prend une place omniprésente dans les médias. Avec la multiplication des chaînes, l’arrivée d’Internet et des réseaux sociaux, impossible d’échapper à l’événement sauf en se réfugiant dans une grotte. Mais ce Championnat d’Europe des Nations n’a pas toujours été aussi populaire. Lors de sa création, il n’intéressait pas grand monde, et encore moins les chaînes de télévision, qui préféraient parler tennis ou cyclisme.

À partir d’un corpus de 4 935 notices de l’INA, j’ai retracé l’évolution de  la mediatisation au fil des 16 championnats d’Europe dans les 8 chaînes du corpus, à savoir l’ORTF des débuts puis TF1, France 2, France 3, Canal +, France 5, M6 et Arte. Je me suis ensuite concentré sur une analyse quantitative au moment des compétitions, et en particulier lors des matchs de l’Équipe de France. La rareté des données disponibles à l’INA sur la diffusion télévisée du championnat entre les années 60 et 80  présente des risques de biais dans l’analyse pour cette période, mais elle permet tout de même une idée générale de l’impact médiatique.

Figure 1 : distribution temporelle des vidéos du corpus

Euro 1960 en France

France – Grèce est le premier match joué par l’équipe de France en qualifications pour un championnat d’Europe. C’est aussi la première archive recensée par l’INA : il s’agit d’un reportage du journal télévisé de l’unique chaîne, qui diffuse 4 minutes de résumé du match.

Ce premier Euro est organisé en France, mais il semble que la télévision ne lui ait accordé aucune importance. En effet, la demi-finale n’est même pas diffusée, les Français devaient se contenter de la radio pour suivre le match. Le 7 juillet, 24 heures après le match, le journal télévisé diffuse un résumé de 5 minutes de cette rencontre perdue par l’Équipe de France 5-4 face à la Yougoslavie. Le 10 juillet, la finale URSS-Yougoslavie est diffusée en Eurovision, mais les 12 premières minutes de diffusion sont manquantes.

Figure 2 : Football, Coupe d’Europe des Nations, 8ème de Finale : France-Grèce, Journal, 1ère chaîne, 02.10.1958, 00:00:46

Euro 1964 en Espagne

Le 23 mai 1964, la France échoue à se qualifier pour l’Euro en perdant face à la Hongrie. La deuxième mi-temps est diffusée en différé. Quatre jours après, le journal télévisé consacre une minute d’émission à l’échec français. Un sujet qui vient totalement en décalé avec le match, laissant penser que le reportage était fait pour remplir le journal alors que l’actualité est passée. La finale Espagne-URSS est diffusée en Eurovision, mais l’INA n’a pas de trace d’une diffusion en France.

Euro 1968 en Italie

En 1968, la France sort première de son groupe de qualification, mais l’audience n’est pas au rendez-vous. En raison de problèmes de diffusion de l’ORTF, les audiences sont mauvaises. Le match retour de barrage contre la Yougoslavie est diffusé en intégralité, mais la France s’incline lourdement 5-1. L’INA possède dans ses archives le résumé de la finale Italie-Yougoslavie, mais la notice précise qu’il n’a jamais été diffusé à la télévision, preuve du peu d’intérêt de l’époque pour ce sport.

Euro 1972 en Belgique

Lors des qualifications pour cet Euro, la France est éliminée dès la phase de groupes des qualifications. Pourtant, la télévision commence à s’intéresser aux footballeurs de l’Équipe de France. Avant le dernier match contre la Bulgarie, le journal de 13h consacre un portrait de 3 minutes à Marius Trésor, attaquant des Bleus. Nous sommes au début des années 70, et le journaliste s’intéresse principalement au fait que le défenseur est premier joueur de couleur à jouer en Équipe de France depuis 1964.

En juin 1972, la télévision diffuse des images de chacune des demi-finales (30 secondes) et de la finale (2 minutes) dans le journal de 20h. On constate un premier sursaut d’intérêt pour ce sport, même si le cyclisme reste à l’époque bien plus populaire.

Euro 1976 en Yougoslavie

Une nouvelle fois, la France est éliminée dès la première phase de qualification, sans que la télévision ne montre d’image des matchs. En raison de l’organisation de la phase finale dans un pays de l’Est, aucun match n’est diffusé et les seules images que les Français pourront voir de l’événement sont celles de la finale, très brièvement dans le journal d’Antenne 2 et de TF1. Dans un reportage, le sélectionneur des Bleus affirme d’ailleurs sa réticence à ce que tous les matchs des Bleus soient filmés, de peur que les spectateurs ne viennent moins au stade.

Euro 1980 en Italie

À 3 ans de l’Euro 1980, l’émission Téléfoot est créée sur TF1, chaîne créée en 1975. Cette émission est la première à parler uniquement de football durant une heure, elle consacre une bonne partie de son émission à l’Équipe de France, quand il y a des matchs. Mais à l’époque, TF1 donne de l’argent à la Fédération Française pour pouvoir diffuser des images du championnat de France, tandis que l’Équipe de France intéresse moins le public. En effet, les Bleus échouent une nouvelle fois à se qualifier pour l’Euro, malgré l’augmentation du nombre de qualifiés pour la phase finale, qui passe de 4 à 8 équipes. En France, les esprits sont déjà tournés vers la Coupe du Monde 1982.

La couleur fait son apparition à la télévision, et elle s’avère très utile pour regarder les matchs, puisque cela permet de distinguer plus facilement les deux équipes. En revanche, à l’époque ni le score ni le temps ne sont affichés et les téléspectateurs doivent regarder le match dans la durée pour suivre les scores.

Euro 1984 en France

En tant que pays organisateur, la France est qualifiée d’office en 1984. Un véritable engouement se fait sentir pour cette équipe, qui atteint les demi-finales à la Coupe du Monde 1982. Les Bleus sont emmenés par Michel Platini, auquel les médias consacrent beaucoup de temps d’antenne. Suivant les occurrences de son nom dans les archives de l’INA, c’est le footballeur qui a fait l’objet du plus grand nombre de reportages.

Pour la première fois, tous les matchs de l’Équipe de France sont diffusés sur TF1, la chaîne ayant déboursé 10 millions de francs pour l’exclusivité. Le jour de la finale contre l’Espagne, Antenne 2 consacre une émission spéciale à l’événement, alors que la chaîne n’est pas diffuseur du match. De son côté, FR3, nouvelle chaîne régionale créée quelques années auparavant, interroge les supporters français dans les différentes régions, et les ministres sont même invités à donner leur avis et leurs pronostics sur cette finale.

Figure 3 : Jours à la FFF, TF1 ; 27/06.1984, 24:05:45

Euro 1988 en Allemagne de l’Ouest

Après la victoire des Bleus en 1984, l’intérêt pour le football a largement augmenté en France, et il n’est plus question pour TF1 de manquer la diffusion d’une rencontre en direct. La chaîne consacre même des séquences d’avant-match à chacun des matchs de qualification, et les rencontres sont évoqués dans tous les journaux d’informations de TF1, Antenne 2 et FR3. (Télématin, Téléfoot, Stade 2, Soir 3). Mais la non-qualification des Bleus fait retomber l’engouement pour cette équipe. C’est la dernière fois que la France va manquer une participation à l’Euro.

Pour compenser l’élimination des Bleus, la télévision s’intéresse pour la première fois à l’équipe de France des jeunes (moins de 21 ans), lors d’un reportage d’une minute sur FR3. Lors de cet Euro, TF1 s’intéresse également aux hooligans qui font leur apparition dans le paysage médiatique du football.

Euro 1992 en Suède

Pour l’Euro 1992, la France se qualifie sportivement pour la compétition, et ce sont désormais six chaînes différentes qui parlent de l’Équipe de France, avec l’arrivée de Canal + en 1984, La Cinq en 1985 et M6 en 1987. Alors que les interviews et les reportages sur les joueurs français deviennent réguliers, TF1 s’intéresse également aux adversaires de l’Équipe de France, comme le montre un reportage de Téléfoot sur l’Équipe du Danemark, qui éliminera les Bleus de la compétiton, mais 95% de l’émission reste sur le football en France.

Euro 1996 en Angleterre

Lors de cet Euro, les duplex deviennent quotidiens dans les journaux télévisés, entre les journalistes envoyés spéciaux dans les stades anglais et le présentateur du journal.

La grande nouveauté de cet Euro est le passage de 8 à 16 équipes, ce qui entraîne une augmentation du nombre de matchs. Cela fait plus de revenus pour l’UEFA, mais n’empêche pas les chaînes de diffuser pour la première fois l’intégralité des 31 rencontres sur TF1, France 2 et France 3, pour un coût total de 650 millions de francs. On est déjà loin du temps ou les chaînes pouvaient diffuser les matchs gratuitement, et étaient même parfois payées pour le faire.

Pour contrer cette diffusion très importante du football, M6 fait le choix de ne pas montrer la moindre image de football pendant l’été 1996, y compris dans son journal de 6 minutes. Un choix qui ne sera pas payant, puisque ses audiences seront largement plus faibles que celles de ses concurrents les soirs de match. Dès l’édition suivante, la chaîne fait marche arrière, et devient même l’un des diffuseurs de la compétition à partir de 2008.

Un an plus tard, l’Équipe de France féminine se qualifie pour la première fois pour un Championnat d’Europe, mais il n’y a pas la moindre archive à l’INA sur cette compétition. Il faut attendre l’année 2000 pour trouver la première archive sur le football féminin, à savoir l’interview de Corinne Diacre, pour un reportage de Téléfoot sur les Bleues, avant l’Euro 2001. Il faudra encore attendre l’Euro 2013 pour voir diffusés les matchs de l’Équipe de France féminine.

Euro 2000 en Belgique et aux Pays-Bas

Avant l’Euro 2000, le sélectionneur Roger Lemerre est invité sur le plateau du 20h de TF1 pour dévoiler sa liste des 23 joueurs sélectionnés. Un procédé qui sera repris par tous ses successeurs et qui permet au 20h de doubler son audience à chaque nouvelle annonce de la liste des selectionnés.

La victoire de l’Équipe de France devient très politique : comme en 1998, les médias parlent de la victoire de la France “black-blanc-beur”, et Jacques Chirac reçoit tous les joueurs à l’Elysée, alors qu’il avoue ne pas connaître leurs noms. Il s’associe à la victoire en déclarant “Nous sommes la meilleure équipe du monde”, alors que ses prédécesseurs parlaient de “la France”. Cela fonctionne puisque il gagne plusieurs points dans les sondages de popularité. Le foot devient aussi une façon de rassembler les peuples. En Belgique, Stade 2 réalise un reportage sur les wallons et flamands qui vibrent tous pour la même équipe, malgré la rivalité existante entre les deux communautés.

Selon Médiamétrie, la finale de 2000 fut à l’époque la troisième meilleure audience de toute l’histoire de la télévision française avec 20,3 millions de téléspectateurs,  juste derrière la finale et la demi-finale de la Coupe du Monde 1998 en France. Aujourd’hui, cet événement n’est plus que 19ème, devancé par les compétitions plus récentes et par une dizaine d’allocutions présidentielles, toutes d’Emmanuel Macron.

Figure 4 : 20 heures le journal : [émission du 3 Juillet 2000], 20 heures le journal, France 2, 03.07.2000, 20:02:58

Euro 2004 en Grèce

Avec l’éclatement de l’URSS et de la Yougoslavie, de nouveaux pays font leur apparition lors des qualifications, et Arte réalise un reportage sur les joueurs qui changent de nationalité pour jouer pour leur pays d’origine. Les enjeux géopolitiques sont déjà bien présents dans l’organisation des matches de football, puisque les ex-membres d’un même pays (Serbie, Croatie, Bosnie) n’ont pas le droit de s’affronter durant les premières années, afin d’éviter les affrontements entre supporters.

La mauvaise performance de la France, battue en quarts de finale, ne va pourtant pas nuire aux audiences, puisque tous les matchs réalisent des scores largement plus importants que ceux de l’édition précédente.

Euro 2008 en Autriche et en Suisse

En 2008, les droits de diffusion de l’événement ont encore largement augmenté, passant de 180 millions d’euros en 2000 à 700 millions en 2008. Fidèle à son habitude, TF1 réalise des micro-trottoirs en demandant aux passants ce qu’ils pensent de l’économie du foot en général, car les montants des transferts des joueurs sont de plus en plus importants.

Pourtant, l’investissement des chaînes semble très rentable grâce à la publicité omniprésente, que ce soit à la mi-temps, dans les stades, ou sur les maillots des joueurs. En effet, pour la moindre intervention de l’entraîneur ou d’un joueur, les journalistes sont chargés de placer l’intervenant devant un panneau affichant les sponsors, et les conférences de presse ont également lieu avec la publicité en fond.

Figure 5 : [Journée équipe de France], TF1, 01.07.2000, 19:58:54

Euro 2012 en Ukraine et en Pologne

Jusqu’ici, l’Est de l’Europe avait été un peu oublié lors de l’attribution des championnats d’Europe. Seule la Yougoslavie avait jusqu’alors  pu organiser la compétition, et celle-ci avait été très peu médiatisée. Cette injustice sera réparée en 2005, lorsque la Pologne et l’Ukraine sont nommés pour accueillir l’édition 2012. Cette décision, qui arrive en même temps que l’élargissement de l’Union européenne, montre que football et politique sont étroitement liés.

Le passage de l’Euro à 24 équipes pour l’édition 2016 est aussi une décision très politique qui offre aux petits pays une chance plus importante de participer. Elle permet dans le même temps au président de l’UEFA de gagner des voix pour la prochaine élection, puisque l’instance organise tous les 4 ans un vote pour renouveler ses dirigeants, et les nations les plus modestes, qui sont ravies de cet élargissement, ont une voix aussi importante que la France ou l’Allemagne.

Pour la première fois, l’événement est partiellement diffusé en crypté, car c’est beIN Sports, la chaîne d’origine qatarie, qui a racheté les droits de diffusion. Néanmoins, TF1 et M6 conservent les meilleurs matchs.

Euro 2016 en France

L’Euro 2016 survient dans un contexte où les téléspectateurs ont radicalement changé leur façon de regarder le football. Avec l’arrivée d’Internet et des réseaux sociaux, les plus jeunes se contentent de regarder les résumés de matchs sur Youtube, et certains passent plus de temps à commenter le match sur Twitter qu’à le regarder. Un constat que l’on retrouve aussi pour les joueurs, puisque lors de la cérémonie d’ouverture, ils sont quasiment tous avec un téléphone à la main, pour filmer en direct les tribunes pour leur compte Instagram, plutôt que de vivre l’instant pleinement.

L’organisation de cet Euro en France est une réussite malgré la menace terroriste,  et le souvenir des attaques qui avaient touché le Stade de France quelques mois auparavant. Cela n’empêchera pas les Français d’être nombreux à venir assister aux matchs dans les points de rassemblement.

Figure 6 : [Plateau brève : Euro 2016 : le bus impérial des bleus croisé sur l’autoroute], TF1, 10.07.2016, 20:09:32

Euro 2020 en Europe

Enfin, l’Euro 2020 est un exemple intéressant du marketing actuel du football. En mars 2020, la pandémie de COVID-19 oblige l’UEFA à reporter l’organisation de sa compétition d’une année. Il n’est pas envisagé une seule seconde d’annuler l’événement, car il y a trop d’argent en jeu, et le nom reste “Euro 2020”, car de nombreux produits dérivés sont déjà en vente avec le logo, comme des tee-shirts, des ballons ou encore des albums Panini. Pas de réduction non plus du nombre de stades où les matchs ont lieu, car il était prévu de longue date que les rencontres aient lieu un peu partout en Europe, de Londres à l’Azerbaïdjan. Dans cette situation de pandémie, la diffusion des matches de ce championnat aura au moins offert pendant un mois, un dérivatif aux téléspectateurs, de même qu’aux journalistes avec l’opportunité de traiter des sujets plus légers que l’actualité sanitaire.

Conclusions

On constate une évolution impressionnante de la médiatisation du championnat d’Europe et du football en général, surtout lors de ses 30 dernières années. C’est la télévision qui a contribué en très grande partie à faire progresser l’économie du football, à travers le versement de droits de diffusion. On peut se demander ce que deviendrait l’Euro et les autres compétitions si la télévision arrêtait de les financer du jour au lendemain.

Notre corpus des documents INA  ne concernait que que les contenus diffusés par les chaînes les plus importantes, mais si les sujets traitant de la compétition, diffusés sur des chaînes telles que BFMTV, CNews ou L’Équipe avaient été rajoutés, le corpus aurait probablement doublé. Car même si ces chaînes n’acquièrent pas de droits de diffusion, elles occupent des heures d’antenne en parlant football, et  parviennent de cette manière aussi à faire de l’audience !



Citer ce billet
claudemussou (2022, 1 août). Évolution de la couverture médiatique du championnat d’Europe de football à la télévision française . Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4j7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search