Les biais de genre dans le traitement télévisuel des élections européennes

Articlé rédigé par Zélie Dallemagne, Salomée Demarthe, Lucas Dupuy, Cassandre Martins et Timothée Pantel, sous la direction de Céline Morin

Nous avons travaillé à partir d’un corpus audiovisuel constitué pour un projet de recherche sur la représentation médiatique des femmes et des hommes dans les médias. Le projet est coordonné par David Doukhan, chercheur à l’INA, qui a notamment développé des algorithmes d’analyse statistique de mesure du temps de parole et du temps de présence des hommes et des femmes à la télévision. Si notre démarche s’appuie sur ce corpus de recherche, nous nous sommes toutefois concentré·es sur les disparités de représentations dans le traitement télévisuel des élections européennes dans les formats suivants : campagnes d’information, journaux télévisés et publicités associées aux élections européennes.

La question du genre étant au centre de cette étude, il convient de définir ce terme en amont. L’acception qui nous est apparue la plus simplement formulée est celle de l’ONU : “la construction socioculturelle des rôles masculins et féminins et des rapports entre les hommes et les femmes.” Partant du postulat qu’il existe des polarisations de genre au sein des événements médiatiques et dans leurs représentations, nous avons choisi d’interroger ces interactions dans le cadre des élections européennes afin d’en comprendre les manifestations.

Notre corpus est donc constitué d’environ 200 000 séquences (segments vocaux et/ou vidéos), que nous avons pu traiter quantitativement et qualitativement, d’abord pour identifier les tendances, ensuite pour en signaler les exceptions. Il intègre des données allant de l’année des premières élections européennes en 1979 jusqu’en 2021. Nous avons décidé de ne pas prendre en compte les données antérieures à 2009 en raison des disparités de contenus trop importantes ne permettant pas une analyse représentative.

Les commentatrices et les acteurs

Notre première approche du corpus a été d’établir une courbe de tendance en prenant l’ensemble des données. Elle nous permet de mettre en exergue la tendance tout en justifiant notre postulat : les femmes sont globalement moins représentées que les hommes. Le graphique ci-dessous nous montre en effet, que malgré quelques variations, la répartition moyenne du volume de parole et de l’apparition sur écran des femmes est nettement inférieure à celle des hommes (environ 35% pour les femmes, ce qui donne 65% pour les hommes). La courbe de tendance plane (en rouge) indique aussi qu’au fil du temps, soit entre 2009 et 2021, cette répartition moyenne ne tend pas à évoluer.

            Fig.1 

Dans le détail, nous avons aussi constaté des différences entre le volume de temps de parole et la présence à l’écran des femmes et des hommes. Dans la majorité des cas, les femmes apparaissent moins souvent à l’écran qu’on ne les entend. Si nous zoomons, par exemple sur l’année 2013, nous constatons que la part du volume de temps de,parole des femmes dans les séquences analysées était de 35%. Cependant, cette même année, elles n’apparaissent sur écran que 24% du temps, soit un écart significatif de 11 points.

Cette première étude quantitative suggère déjà une différence de rôle entre les hommes et les femmes dans le contexte de la médiatisation des élections européennes.  Notre première hypothèse serait donc que les femmes, visuellement moins présentes sur les écrans, tiendraient le rôle de commentatrices. Les hommes, quant à eux, plus souvent présents devant la caméra auraient un rôle d’acteur ou d’expert.

Fig.2

Fig. 3 et Fig.4

Vocabulaire : entre description et stratégie

Pour tenter de comprendre la différence représentative entre les genres, nous avons ensuite axé notre analyse sur le contenu des discours qui constituent le corpus à l’aide du logiciel Iramuteq. Alors que les femmes apparaissent davantage présentes à  l’oral et que les hommes sont plus présents à l’écran, nous avons cherché à comprendre si le vocabulaire venait valider une hypothèse des hommes “acteurs” mis en évidence dans les médias .

La totalité des discours analysés compte autour de 620 000 occurrences : 239 857 occurrences pour les femmes et 376 876 occurrences pour les hommes. Il apparaît déjà une inégalit.  Force est de préciser qu’il existe des disparités très importantes entre les différentes années du corpus pour exemple :

Femmes > 2011 : 664 occurrences / 2019 : 94 000 occurrences

Hommes > 2011 : 1 131 occurrences / 2019 : 149 664 occurrences

La représentativité de l’étude de ces données doit toutefois être relativisée, dans la mesure où il est certain que ce corpus est limité dans le temps  sur un périmètre de chaînes et de programmes, et que par conséquent les conclusions ne pourront être généralisées sans poursuivre le travail d’analyse.

L’analyse par nuages de mots et associations de similitudes nous permettent d’explorer diverses hypothèses :

Tout d’abord, dans le discours des femmes, on trouve au premier regard, un fil rouge de l’actualité des années concernées. Elles abordent les problématiques de chacune des années. Elles semblent ici décrire les faits, parler de ce qui se passe, décrypter les informations, ce qui vient appuyer l’idée selon laquelle elles auraient une place de présentatrice / commentatrice dans leurs différentes prises de parole. On note ici qu’elles évoquent de nombreux noms de figures politiques. Les femmes parlent de tous les sujets. On peut aussi appuyer la redondance des verbes « aller » et « voter ». Les femmes semblent adopter une position de conseil.

Pour étayer cette affirmation, on remarque pour l’année 2013, que les trois mots qui reviennent le plus sont “pen”, “parlement”, “national”. Si l’on fait appel à quelques éléments de contexte, on observe que l’année 2013, est celle où l’immunité parlementaire de Marine Le Pen a été levée par le Parlement Européen dans l’affaire des attaché·es parlementaires. Ainsi cela assure l’idée selon laquelle, les femmes dans leurs prises de parole médiatique sur le thématique européenne, en ont très certainement décrypté l’actualité.

Nuage de mots (Fig.5) et analyse de similitudes (Fig.6) du discours médiatique, sur la thématique de l’Europe, associé aux femmes pour l’année 2013.

Pour ce qui est du discours médiatique des hommes, on observe qu’ils utilisent un vocabulaire stratégique et mettent en avant des idéaux politiques. Ainsi on peut penser à des prises de parole d’hommes politiques qui sont au cœur des problématiques des années évoquées au moment où ils en parlent, car ils en sont les acteurs. Ils peuvent aussi intervenir en position de consultants stratégiques ou d’experts et ainsi trouver une résonance importante à leurs dires. Cette hypothèse appuie celle évoquée précédemment, qui démontre que les hommes sont plus représentés à l’écran par leur présence visuelle que par leur voix.

On observe très bien cela si l’on étudie le nuage de mots et l’analyse de similitudes de la même année (2013). Ainsi ici, les trois mots qui reviennent le plus sont “politique”, “France” et “socialiste”. On note aussi la présence de nombreux verbes d’action tels que “venir”, “prendre”, ou encore “changer”. L’analyse de similitudes est ici très parlante on remarque que tout une branche est rattachée au verbe “voir” ce qui pourrait s’expliquer par le fait que les hommes par leur posture d’acteur sont réellement au cœur de ce qui se passe et sont donc les mieux placés pour “voir”, comprendre et donc agir en conséquence.

Nuage de mots (Fig.7) et analyse de similitudes (Fig.8) du discours médiatique, sur la thématique de l’Europe, associé aux hommes pour l’année 2013.

L’analyse des mots utilisés nous permet aussi de dire que les femmes parlent plus des hommes que les hommes ne parlent des femmes. En effet, il est très souvent fait mention d’hommes et de femmes politiques dans le discours des femmes. Alors que dans le discours des hommes, on remarque qu’il n’y a que peu de figures évoquées. On note aussi que les rares figures qui se dégagent des discours sont soit les présidents successifs de la République française – Nicolas Sarkozy, François Hollande ou encore Emmanuel Macron, soit des hommes politiques à une échelle plus large tels que Martin Schulz (ex président du parlement européen) ou encore Matteo Salvini (ex premier ministre italien d’extrême-droite).

Cette analyse révèle aussi que pour l’année 2010, l’occurrence “Merkel” revenait trois fois dans les discours masculins et que lorsque que l’on regarde cette information avec l’analyse de similitudes on observe très clairement que ce nom est associé à celui de “Sarkozy” de manière systématique. Même la chancelière de l’une des plus grandes puissances européennes a, ici, du mal à exister dans le discours masculin sans être associée à son binôme du couple franco-allemand.

Il est aussi assez significatif de remarquer que les hommes concentrent plus leurs discours sur la “France” et ses enjeux que les femmes. Les mots “France” ou “français” reviennent à six reprises dans la liste des trois mots les plus utilisés chaque année. Du côté des femmes, on ne l’observe qu’une seule fois, le mot “national” étant plus souvent utilisé.

Similitudes dans les discours

Le vocabulaire des discours des femmes et des hommes, s’il comporte des nuances, est dans l’ensemble assez uniformisé, essentiellement parce qu’ils tournent autour des mêmes thématiques.

Lors des années d’élections, les verbes d’actions sont très présents. C’est plutôt logique car il s’agit de moments où il faut encourager à l’action politique, au vote, à l’engagement dans la cause européenne. Les élections sont un moment extrêmement “politique” dans lequel les champs des possibles s’ouvrent et s’affirment dans les discours. Peu importe le genre des locuteur·ices, leur priorité en période d’activité politique forte est d’inciter à l’action politique, action politique qui se concrétise dans les discours par le vote.

Les moments d’unité du discours entre femmes et hommes sont majoritairement les moments d’élections, où l’actualité politique est brûlante. En 2017, année d’élection présidentielle en France, c’est particulièrement parlant. Les 3 mots les plus répandus dans le discours des hommes comme des femmes sont les mêmes (“marine”, “pen”, “parlement”) et témoignent de l’importance pour tout·es les locuteur.ices du corpus du passage de Marine Le Pen et du Front National au deuxième tour de l’élection présidentielle. Les intérêts nationaux semblent d’ailleurs prévaloir aux intérêts européens les années d’actualité politique nationale.

Femmes Hommes

Fig.10 : Extrait d’un tableau regroupant les 3 mots et 3 trois verbes les plus utilisés dans le discours des hommes et femmes par année du corpus.

On constate un phénomène similaire en 2016, lors de l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis. “Président” devient alors un des mots les plus représentés chez les hommes comme chez les femmes. La place centrale des États-Unis comme allié des européen.nes explique en partie l’intérêt qui est porté à cet évènement national. De manière générale, les événements nationaux qui sont mentionnés dans les discours sont ceux qui ont un impact direct ou indirect sur la construction européenne.

On constate également que les messages entourant les élections européennes évoluent au fur et à mesure des élections. Si l’élection de 2009 est l’occasion d’une invitation à “changer” les choses, ce n’est pas le cas des élections suivantes où il est question de “voter” “voir” ou même d”unir”. La crise financière mondiale de 2008, encore dans les mémoires en 2009, explique peut-être en partie cette occurrence unique dans les discours.

Stéréotypes de genre et complémentarité des archétypes

L’analyse graphique et lexicométrique du corpus tend à montrer une importante binarité entre le genre féminin et le genre masculin  : un résultat qui vient étayer l’hypothèse que les représentations médiatiques des femmes et des hommes, au moment des élections européennes, participent à une polarisation des archétypes de genre. Or, cette polarisation représente et participe à l’imaginaire d’une supposée complémentarité entre un genre féminin et un genre masculin distincts. Il y aurait alors d’un côté les acteurs, “au dedans” de l’action principale, et de l’autre les présentatrices, qui racontent les histoires et restent “en dehors”.

Aussi, lors de l’analyse quantitative du corpus, nous avons constaté que contrairement aux hommes, les femmes ne sont pas à la fois les teneuses et sujets du discours. Ainsi, même lorsqu’elles sont dans une posture de productrice en étant voix off, c’est-à-dire qu’elles ont probablement donné (ou participé à donner) un angle à l’émission en préparant le reportage, elles ne sont ni visibles ni sujets. Par conséquent, dans le corpus, l’archétype de genre féminin semble être celui de la présentatrice TV, de la speakerine, passive sur le plan de l’expression stratégique et politique bien qu’entendue et parfois même vue.

Quant à l’archétype de genre masculin, au-delà même de l’acteur, il semble ici correspondre à celui de l’expert : c’est le stratège, l’homme politique.

Dès lors, nous pouvons constater à quel point ces deux rôles agissent ensemble (l’un ne va pas sans l’autre), et de quelle façon cette division genrée de la présence à l’écran relève de stéréotypes de genre notables : le genre masculin est visible et stratégique, il fait et dicte l’action dans l’espace médiatique et la sphère politique. Le genre féminin est moins visible, les femmes sont “derrière”, elles forment le “support” de l’homme politique. Elles sont soit confinées à la sphère privée en étant présentes sur des plateaux TV, soit interviewées pour revenir sur des événements. Elles permettent aux téléspectateur·ices qui sont chez eux/elles de suivre des événements auxquels elles ne participent pas. Cet archétype féminin de la présentatrice, ou de la commentatrice, n’est pas très éloigné de celui ─ plus représentatif encore du rôle de care et de support auquel est assigné le genre féminin ─ de l’infirmière. En effet, l’infirmière, bien qu’elle occupe un rôle important de fait, est surtout présente pour susciter l’émotion en parlant des ressentis, de ce qui se passe à l’échelle de chacun·e plutôt qu’à une échelle globale et stratégique.

En somme, les archétypes de genre présents dans notre corpus semblent particulièrement différenciés et présentés comme complémentaires. La clarté de cette scission genrée peut aussi être due au fait qu’il s’agit d’émissions consacrées au temps des élections européennes, un sujet hautement stratégique qui, à la fois à cause de ces biais et des biais de sous-représentation des femmes dans les instances politiques dont il est question, présente encore plus d’hommes. À titre d’exemple, cette émission de 2009 montre un parlement européen très majoritairement constitué d’hommes, en train d’écouter un autre homme (en l’occurrence, Topolanek) s’exprimer :

Fig.11 :Topolanek s’explique devant le parlement européen, Arte info, ARTE, 25/03/2009, 00:02:01:23.

En comparaison, la femme politique Eva Joly, dont le nom revient à plusieurs reprises dans notre corpus, est régulièrement montrée non pas en action dans le champ politique ou dans l’espace médiatique, mais en tant qu’invitée dans des émissions de divertissement. Elle se trouve alors aux côtés de personnalités extérieures à la politique, ce qui par extension l’amène à elle aussi y paraître externe, ou en tout cas observatrice plus qu’actrice. Par exemple, dans la capture d’écran ci-dessous, elle est invitée pour parler de son livre aux côtés de personnalités publiques venues parler de la sortie de leurs albums de musique. Pourtant, à cette époque, elle est déjà membre d’Europe Écologie depuis un an et candidate aux élections européennes en bonne voie (elle est d’ailleurs élue députée européenne deux mois après l’émission).

Fig.12 : On n’est pas couché : [émission du 04 avril 2009], On est pas couché, France 2, 04/04/2009, 03:15:11:00

Après avoir abordé la question des archétypes de genre et de leur utilisation à l’écran, il semble important d’aborder les quelques exceptions notables à cette division binaire des stéréotypes de genre apparues lors de l’étude quantitative du corpus. En effet, parmi les noms des hommes, ceux de deux femmes reviennent souvent : il s’agit de Marine Le Pen et d’Angela Merkel ─ cette dernière étant cependant systématiquement associée à Nicolas Sarkozy. À ce sujet, notre hypothèse est que ces deux femmes, d’extrême-droite et de droite conservatrice, constituent un troisième archétype : celle des femmes masculines, parce que femmes, mais leaders importantes de mouvements autoritaires et conservateurs de droite ou d’extrême-droite.

Dans le cas d’Angela Merkel, le discours médiatique constitue ainsi un “entre-deux” : elle est présente mais c’est Nicolas Sarkozy qui s’exprime à sa place, et elle peut être brutalement remise à sa place de femme passive en étant sexualisée et humiliée dans le discours médiatique, comme ce fut le cas en 2009 avec le traitement par les médias de la gigantesque publicité montrant un photomontage d’Angela Merkel en sous-vêtements, accompagné du slogan : “Nous faisons tout pour stimuler la croissance”. Le reportage est ironique et n’interroge ni le sexisme, ni la misogynie, ni l’impact politique de cette publicité.

Fig.13 : Sarkozy et Merkel veulent une Europe qui protège, 12 13 Edition nationale, France 3, 31/05/2009, 00.00.21.00. Fig.14 : [Plateau brève : Nicolas Sarkozy et Angela Merkel en campagne pour l’Europe], 120 heures, France 2, 10/05/2009, 00.00.15.00. Fig.15 : Brève : Angela Merkel en sous-vêtements / pub, 8h00 le journal, France 2, 05/05/2009, 00:00:19:00.

Marine Le Pen semble quant à elle constituer une exception importante, car contrairement à Angela Merkel, elle n’est pas rapportée à son genre et peut s’exprimer et être présentée de la même manière que les individus de genre masculin. On la voit  dans ce reportage dehors parmi les pêcheurs. Elle est vêtue d’une parka similaire à leur tenue de travail.

Plusieurs hypothèses pourraient permettre d’expliquer cette exception :

  • dans le cadre de notre corpus, qui rassemble des documents sur l’Europe, Marine Le Pen peut représenter une menace : son parti rassemble de nombreux.ses élu.es européen.nes alors qu’elle est initialement contre l’Europe ;
  • elle est la successeure de son père dans le parti, conservateur, ce qui l’amène à se positionner dans la continuité du Front National plutôt que de tracer son propre chemin en tant que femme politique ;
  • il est probable que la parole lui soit donnée pour qu’elle se ridiculise ;
  • si la droite est très médiatisée, l’extrême droite l’est encore plus puisqu’elle a la particularité de donner des réponses très rapidement et de ne pas prouver ses propos

    Conclusions et limites

    Ainsi,  si elle a rapidement confirmé notre postulat initial d’une polarisation de genre au sein des événements médiatiques et dans leurs représentations, cette étude a surtout donné lieu à l’analyse des manifestations de cette polarisation. Il nous est désormais possible de distinguer des archétypes de genre, qui valent pour le traitement télévisuel des élections européennes, mais dont on peut probablement étendre la validité à un cadre plus large.

    Malgré ces résultats, nous pensons que notre analyse aurait pu être approfondie avec un corpus plus fourni. En effet,les contraintes d’organisation de l’exercice tel qu’il nous étrait prooosé n’ont pas permis de  traiter le contenu de manière détaillée. Dès lors, notre travail manque de précision quant aux locuteur·ices qu’il présente : sont-iels des présentateur·ices d’émission, des journalistes, des invité·es, des personnes interrogé·es dans la rue ? Les informations de contexte nous ont fait défaut. Ces informations sur le contexte d’énonciation et de présentation des segments aurait pu enrichir considérablement notre travail et nous permettre d’affiner l’ analyse comparative des types de discours entre hommes et femmes.

    De la même manière, le manque de distinction dans les données agrégées entre publicités et journaux télévisés est susceptible d’appauvrir l’analyse : leurs règles propres, ainsi que leurs manières respectives d’analyser les représentations des hommes et des femmes, aurait pu permettre de préciser nos résultats.

    Par ailleurs, l’usage d’un logiciel de reconnaissance faciale différenciant hommes et femmes sur la base de critères visuels tels que le maquillage ou la longueur des cheveux nous paraît biaisé. Ces critères ne sont aujourd’hui pas valables pour permettre la correcte identification d’une personne. Comment différencier par exemple les femmes maquillées des femmes peu ou pas maquillées ? Comment sont considérés les hommes aux cheveux longs ? Et les femmes aux cheveux courts ?  Notre collectif d’’étudiant·es à l’Université Paris Nanterre, considère comme évident que ces critères ne peuvent suffire à appréhender la richesse des identités.

    Cela pose ensuite la question de la pertinence de la définition d’une catégorie « homme » et d’une catégorie « femme ». Si les minorités de genre ont généralement peu accès à la visibilité médiatique, particulièrement dans les sphères politiques, le choix de ces catégories peut être considéré en soi comme une définition arbitraire. Nous avons décidé de travailler avec ces catégories genrées telles qu’elles sont généralement présentées dans les discours dominants et conformément à la définition de genre sur laquelle nous nous sommes appuyé·es, mais nous convenons des limites de ce cadre.

    Enfin, certaines omissions que nous considérons comme des oublis historiques centraux impactent la solidité du corpus. Il n’est jamais fait mention du Brexit, ni de l’épidémie de Covid-19, deux événements qui ont eu une influence considérable sur l’agenda européen de ces dernières années. Comparer les discours masculins et féminins autour de ces événements aurait pu enrichir notre analyse en nous permettant de discerner plus de tendances ou de similitudes. Le corpus est aussi irrégulier en termes de distribution d’occurrences. En effet, les années chargées en actualités européennes (essentiellement les années d’élections) comportent beaucoup d’occurrences tandis que les autres sont nettement plus lacunaires, notre choix de ne prendre en compte que les années postérieures à 2009 en est la preuve.

    Pour finir, nous recommandons la lecture de plusieurs ouvrages. Ils ne portent pas spécifiquement sur le temps médiatique des élections européennes, mais permettent d’aborder cette question de manière plus éclairée. Ainsi, Présentes, de Lauren Bastide et Défaire le discours sexiste dans les médias de Rose Lamy (Préparez-vous à la bagarre) ont en partie nourri notre analyse et notre travail, et sauront apporter des clés de compréhension sur cet enjeu sociétal.



Citer ce billet
claudemussou (2022, 1 août). Les biais de genre dans le traitement télévisuel des élections européennes. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4j3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search