Médiatisation des élargissements de l’Union Européenne à la télévision française

Article rédigé par Wissal Alamasse, Khassim Gueye et Boubacar BA, sous la direction d’Antonin Segault

Créée en 1958 dans le but de créer un espace de libre change, de circulation et de sécurité, l’Union Européenne ou UE (anciennement Communauté Économique Européenne, ou CEE) a connu de nombreux changements depuis sa création. Le traité de Rome, signé en 1957 pour unir les six membres fondateurs stipule, dans son article 237, que : “tout État européen peut demander à devenir membre de la communauté. Il adresse sa demande au Conseil lequel, après avoir pris l’avis de la Commission, se prononce à l’unanimité.” Ainsi, plusieurs élargissements successifs ont eu lieu, le premier en 1973 avec l’intégration de trois nouveaux pays et le dernier à ce jour en 2013, portant le nombre d’États membres à 28 (puis 27 avec le départ du Royaume-Uni en 2020).

Plusieurs traités ont été ainsi signés pour entériner l’intégration de nouveaux pays. Ces élargissements ont fait naître des débats et des discours dans l’espace médiatique. Au-delà de la question de l’élargissement de l’union européen, nous essayons ici de mettre en lumière le traitement médiatique qu’ont engendré ces différents changements au sein de la communauté européenne. Ainsi, ce travail pose la problématique des principaux sujets abordés dans l’espace médiatique tout au long de l’élargissement de l’union européen.

Figure 1 : Élargissement de l’Union Européenne au cours du temps. Carte par Puf Moatanul, diffusée selon les termes de la licence CC-BY-SA : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Evolu%C8%9Bia_UE.png

Méthodologie

Notre travail s’est concentré autour d’un corpus de séquences vidéo sélectionnées par une documentaliste de l’INA. Les documents collectés sont issus de la base de la télévision nationale (TVNAT) et appartiennent tous au genre “journal télévisé”. Il s’agit donc exclusivement d’extraits de JT (sujets, reportages, interviews) diffusés sur les grandes chaînes de télévision françaises à des heures de grande écoute (principalement les journaux de 13h et 20h).Pour chaque pays, la requête suivante a été exécutée en index général (sur tous les champs de la notice) : CEE ou Union Européenne + nom de pays (par exemple : “union européenne” + “autriche”). Afin de rassembler des séquences portant spécifiquement sur les pays au moment de leur intégration dans l’Union Européenne, la requête a été configurée sur des périodes courtes, couvrant systématiquement l’année de l’élargissement, les trois années précédentes, puis l’année suivante (par exemple, pour l’entrée de l’Autriche, signée en 1995, la requête porte sur la période de 1992 à 1996).

L’ensemble des requêtes a permis la constitution d’un corpus de 1570 notices. Le tableau suivant donne le détail des pays, périodes et nombre de notices correspondants.

Période Pays Notices
1970-1974 Danemark, Irlande, Royaume-Uni 89
1978-1981 Grèce 54
1978-1981 Espagne, Portugal 168
1992-1996 Autriche, Finlande, Suède 113
2002-2005 Chypre, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Tchéquie 1079
2005-2008 Bulgarie, Roumanie
2011-2014 Croatie 67
TOTAL 1570

Tableau 1 : Détail des périodes et pays considérés lors de la constitution du corpus

Au vu de la taille limitée de ce corpus, permettant un examen (mais pas forcément un visionnage) de chaque séquence, nous avons choisi d’adopter une approche principalement quantitative, fondée sur l’analyse des sujets abordés. Une première exploration des notices a permis de repérer des vidéos potentiellement intéressantes, qui ont ensuite été visionnées sur les postes de consultation de l’INAthèque. Des grands thèmes ont ainsi pu être identifiés pour différents pays, et des images emblématiques en ont été extraites.

Une seconde étape, centrée sur l’analyse des notices (filtrées via des scripts Python et les fonctionnalités des tableurs) a ensuite permis de consolider la liste des thèmes récurrents et des pays associés. Sur la base de ce travail, les pays les moins présents dans le corpus et les moins rattachés aux thèmes identifiés ont pu être extraits de l’analyse.

Résultats

Traité d’Athènes, 1979 : premières inquiétudes économiques

Après l’effondrement de la dictature des colonels et le rétablissement d’un régime démocratique, la Communauté Économique Européenne, ancêtre de l’Union Européen, accepte l’adhésion de la Grèce en 1981. Les difficultés auxquelles l’économie du pays fait régulièrement face sont autant de défis à surmonter pour cette intégration dans l’UE. Le PIB est inférieur de 50 % à la moyenne communautaire de, le taux d’inflation augmente et le taux de chômage devient de plus en plus important.

La situation économique de la Grèce est tout naturellement le sujet le plus traité dans l’espace médiatique à cette époque-là. Selon plusieurs reportages donnant la parole des politiciens, des professionnels ou même avec de simples citoyens, l’adhésion de ce pays pourrait avoir des conséquences à la fois positives et négatives sur le reste de l’UE. L’augmentation du taux de chômage pourrait générer un important flux de travailleurs provenant de la Grèce vers les autres pays membres. Le poids de l’agriculture dans la structuration économique de la Grèce suscite également des inquiétudes en termes de concurrence. En effet, plus de 26 % de la population grecque active travaille dans l’agriculture, contre 8 % pour le reste de l’UE. Les pays membres craignent alors une concurrence dommageable entre les produits agricoles grecques et les produits provenant d’autres pays membres (notamment l’Italie ou la France) dans le cadre d’une politique agricole commune.

Figure 2 : Manifestation d’étudiants à Athènes contre la crise  (Dossier Grèce, TF1 13 Heures, TF1, 1ere diffusion le 23/12/1980, Durée : 7 min et 22 s)

Traité de Madrid, 1985 : concurrence agricole

Après une première candidature rejetée en 1962 en raison de son régime politique, l’Espagne devient enfin membre de la Communauté Économique Européenne après la signature du Traité de Madrid/Lisbonne en 1985. Le processus de son adhésion semblait être plus long et plus complexe par rapport aux autres pays membres.

Plusieurs sujets ont ralenti le processus. Mais le sujet qui était le plus abordé au niveau médiatique était l’influence agricole de l’Espagne sur le marché européen. Pour certains pays membres, les produits espagnols représentaient une menace sur leur marché, notamment pour la France, comme le déclare François Guillaume, PSDT de la FNSEA (Syndicat d’agriculteurs) à sa sortie de l’Elysée : “Nous sommes à la veille d’un sommet important à Stuttgart sur l’entrée de l’Espagne et le Portugal dans le marché commun. Nous y sommes hostiles, la concurrence est difficile”.

Figure 3 : Espagne et marché commun , Antenne 2, le journal de 20h, 18 octobre 1983, Durée : 1 min et 35 s

Traité de Lisbonne, 1985 : chômage et immigration

Le Portugal a intégré l’UE en 1985, en même temps que l’Espagne, après le traité de Madrid et Lisbonne. Tout comme l’Espagne, le processus de son adhésion a été long et compliqué. Par rapport à ses partenaires européens, le Portugal souffrait d’un retard d’ordre socio- économique. En 1984, le PIB par habitant était le plus bas de la communauté, pour un pouvoir d’achat représentant 45 % de celui des Européens.

En raison de ce retard économique, le Portugal connaît un taux de chômage élevé, ce qui pourrait générer un flux migratoire important après son adhésion à l’UE. L’immigration représente alors le  sujet le plus abordé dans les médias lors du processus de l’intégration de ce pays à l’UE. Tout comme l’Espagne, les médias ont mis également la lumière sur le sujet de la concurrence au niveau du secteur de l’agriculture entre les produits portugais et ceux des autres États membres.

Figure 4 : Marché commun Portugal, Soir 3, FR3, 19 janvier 1984

Traité d’Athènes, 2003 : le spectre de la contrebande

En 2004, l’UE connaît son plus grand élargissement en termes de pays, de superficie mais aussi de population. Le Traité d’Athènes (2003) marque la convention qui acte l’Europe des 25, avec 10 nouveaux pays dont la majeure partie sont des pays de l’ancien Bloc de l’Est. Ce processus d’intégration est soumis à ces conditions que chacun des pays candidats doivent remplir. Certaines de ces conditions ont été débattues dans l’espace médiatique.

La Pologne, l’un des dix pays intégrant l’union européenne en 2004, constitue un exemple intéressant. Dans une zone où la majorité des pays sont plus pauvres que les membres plus anciens de l’UE, l’immigration est à nouveau le sujet le plus abordé dans l’espace médiatique européen. Un exode massif est craint dans cette zone et la Pologne pourrait devenir une porte d’entrée vers l’Europe. À cette problématique, s’ajoute la lutte contre la contrebande dont parle France 3 le 07/06/2003 dans son édition nationale 19/20 avec comme titre “Pologne candidate à l’UE: la lutte contre la contrebande et la corruption”. Ce reportage témoigne l’importance de faire face à ce fléau afin de remplir les critères d’intégration dans la zone de libre-échange.

Figure 5 : Pologne candidate à l’UE: la lutte contre la contrebande et la corruption, 19 20 Edition Nationale, France 3, 7 juin 2003, Durée 2 min et 26 s 

Figure 6 : Varsovie fête son entrée dans l’Europe, TF1 13 heures, TF1,  le 2 mai 2004, Durée 1 min 18 s

On assiste lors de l’intégration des dix pays en 2004 à une manifestation contre l’élargissement de l’UE. Une certaine élite politique pense qu’elle coûtera des milliards d’euros aux Français. C’est notamment le cas de Philippe de Villiers, président du Mouvement pour la France, que l’on voit (Figure 7) avec une pancarte qui proteste contre l’élargissement de l’UE qui coûtera 7 milliards d’euros aux Français. Selon lui, “élargissement = délocalisation, immigration, ponction fiscale”.

Figure 7 : Coût de l’élargissement Européen, 19 20 Edition Nationale, France 3, le 29 avril 2004, Durée : 1 min et 46 s

Traité de Luxembourg, 2005 : des systèmes judiciaires à réformer

Le 25 avril 2005, via un traité d’adhésion signé à Luxembourg, l’union européen (UE) accueillait deux nouveaux membres, la Bulgarie et la Roumanie, qui deviennent les 26ème et 27ème états membres de l’Union.

Figure 8 : Roumanie et Bulgarie signature du traité d’adhésion à l’UE, 19 20 Edition Nationale, France 3,  25 avril 2005, Durée : 27 min

Toutefois, l’adhésion de ces deux pays a suscité de nombreuses discussions au sein de la communauté européenne. En effet, au-delà de leurs problèmes économiques, ces deux états connaissent des problèmes de corruption et de crime organisé élevés. Leurs systèmes judiciaires, ne répondant pas aux normes européennes, ne parviennent pas à lutter efficacement contre ces phénomènes.

La Roumanie et la Bulgarie ont donc bénéficié d’un traitement médiatique un peu particulier au moment de leur adhésion à la communauté européenne. Le processus d’intégration est également adapté, avec un suivi particulièrement strict des deux états, notamment pour contrôler l’évolution du système judiciaire. Le président de l’UE, José-manuel Barroso, indique notamment :

“La Roumanie et la Bulgarie devraient faire partie de l’Europe dés janvier prochain…Mais elles resteront toutefois sous surveillance”.

Figure 9 : BARROSO/Elargissement UE Bulgarie et Roumanie, 7h30 le journal, France 2,  26 février 2006, Durée : 16 min

Figure 10 : Lutte corruption Roumanie, 19 20 edition nationale, France 3, 25 avril 2005, Durée : 2 min et 30 s

Conclusion

Depuis les années 1970, l’UE a connu de nombreux changements, tant sur le plan politique qu’économique. Cette métamorphose est notamment  la conséquence d’un élargissement massif, par lequel l’union passe de six membres en 1958 à 27 membres de nos jours. Les périodes d’élargissement, au nombre de sept, soulèvent systématiquement des débats dans les médias. Ces discours sur l’élargissement mettent en lumière les disparités qui existent entre les États membres, mais aussi les divergences d’opinions qui traversent leurs populations, s’illustrant parfois par des manifestations.

Plusieurs éléments clefs peuvent être retenus de ce travail :

  • l’intégration de certains pays a davantage attiré l’intérêt des médias que d’autres, pour des raisons très variables ;
  • les nouveaux entrants arrivent avec leurs forces mais aussi avec leurs faiblesses, comme le Portugal avec son taux de chômage élevé ;
  • l’entrée de certains pays se traduit par le développement d’une concurrence au sein de l’UE, notamment sur le plan agricole, avec la Grèce puis l’Europe ;
  • l’adhésion de certains pays, tels que le Danemark, la Croatie ou encore la Suède, a suscité moins de débats, ce qui s’est traduit par une couverture médiatique moins intense.


Citer ce billet
claudemussou (2022, 1 août). Médiatisation des élargissements de l’Union Européenne à la télévision française. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4j2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search