Évolution des thématiques liées à l’Union Européenne dans les programmes d’actualité de 1993 à 2021

Article rédigé par Lamine Agounidjilbane, Natia Davitashvili, Sara Frend, Annaël Renard et Sibylle Rosset, sous la  direction de Camille Claverie

Introduction

Notre travail s’inscrit dans le cadre de la troisième édition de l’atelier d’Exploration numérique des archives de l’INA, organisée en partenariat avec l’EUR ArTeC et l’INA thèque. Au cours de cette semaine de séminaire, nous avons  questionné l’évolution des thématiques en lien avec l’Union Européenne abordées au sein des programmes d’actualité de la télévision française, de 1993 jusqu’à nos jours.

Notre approche méthodologique s’est déroulée en deux temps : une phase d’analyse quantitative — appuyée sur le prétraitement et l’identification des thématiques largement médiatisées sur ces 30 dernières années — puis l’application d’une approche qualitative — consacrée à l’analyse d’une sous-thématique majeure de notre corpus, à la fois politique et économique : la pêche. Cette sous-thématique a permis de formuler de nombreux questionnements, qui ont guidé notre étude.

Au-delà des thématiques majeures, en lien avec l’Union européenne, abordées sur les chaînes de télévision nationales, l’étude de ce sous corpus nous a conduits à nous poser les questions suivantes :

  • Observe-t-on une différence et une évolution en termes de traitement de l’information, entre chaînes privées et chaînes du service public ?
  • Sur le sujet spécifique de la pêche, est-il possible de percevoir une différence de traitement au fil du temps dans les journaux télévisés ? Le sujet est-il par exemple davantage traité sous l’angle économique et politique au début des années 1990 puis plus largement considéré comme un sujet environnemental à partir des années 2000 ?
  • Chaînes privées et chaînes publiques observent-elles un point de vue international, les différents pays sont-ils représentés  dans les sujets d’actualité ?

    Analyse quantitative

    Outils et prétraitement des données

    Notre corpus, construit autour du terme « Union Européenne » dans l’index général, rassemblait 47 438 notices documentaire de journaux télévisés, de magazines d’information et de documentaires diffusés par des chaînes de télévision nationales, de l’année 1993 à 2021. Nous avons particulièrement mené notre analyse à partir du champ descripteurs des notices constitué de termes issus du thésaurus de l’INA

    Cette analyse quantitative s’est appuyée sur plusieurs outils spécifiques. Pour ce qui est de l’affinage du corpus et de la création de data-visualisations (graphiques et diagrammes) nous avons utilisé d’une part le langage de programmation Python, exploité sur l’environnement Anaconda, et d’autre part le tableur Microsoft Excel  pour analyser les données, via des fonctions de calcul numérique et réaliser des visualisations à partir de tableaux croisés dynamiques. Par ailleurs, nous avons utilisé l’application en ligne TagCrowd, afin de générer des nuages de mots et d’identifier les termes les plus récurrents dans notre corpus.

    Les thématiques principales

    Dans un premier temps, à partir du corpus constitué par une documentaliste de l’INA, nous avons fait le choix de procéder à une analyse quantitative, afin d’identifier les thématiques majeures abordées dans les programmes d’actualités télévisés, depuis 1993 jusqu’à nos jours.

    Pour ce faire, nous avons tout d’abord réalisé un prétraitement de l’ensemble des notices, en concaténant les huit fichiers qui nous avaient été fournis, dont chacun concernait une chaîne de télévision (TF1, Arte, France 2, France 3, France 5, Canal + et M6). Par la suite, nous avons procédé au nettoyage et à la normalisation du corpus en appliquant le bon format aux dates ainsi qu’en supprimant les doublons existants et les virgules présentes dans le champ descripteur.

    Afin d’affiner le corpus et de pouvoir réaliser une classification par thématique, nous avons sélectionné les champs les plus pertinents. Nous avons alors décidé de fonder notre analyse sur le champ de « descripteurs »  et de fixer une limite d’occurrences à 100. Ne disposant pas d’un accès au thésaurus, nous avons effectué nous même structuré les mots clés suivant des rubriques thématiques. Nous avons également supprimé les mots « outils » inutiles pour notre recherche.

    Figure 1.  Répartition des grandes thématiques de notre corpus en pourcentage

    À l’issue de cette analyse globale, nous avons alors constatéla prédominance de deux thématiques à savoir la Politique et l’Économie. La réalisation de nuages de mots avec TagCrowd a produit une visualisation des termes rattachés à ces deux grandes catégories.

Figure 2. Nuage des mots clefs associés à la thématique « politique »

Figure 3. Nuage des mots clefs associés à la thématique « économique »

Figure 4. Nombre d’occurrences des principales catégories du corpus de 1993 à aujourd’hui

Si l’économie et la politique apparaissent comme les thématiques principales, une légère prédominance revient à l’économie. À partir de ce constat, nous avons concentré nos observations sur l’analyse du nuage de mots qui s’y rapporte.  « pêche »  et  « agriculture » apparaissent  comme les termes prédominants dans ce sous corpus ayant comme mot racine  « économie ».

La thématique « pêche »

Au vu des diverses visualisations que nous avons réalisées, nous avons donc choisi d’analyser la sous-thématique  « pêche ». Le corpus établi sur la base du mot racine  « économie »  nous a permis de constituer un sous-corpus de 17900 mots-clés autour de la pêche. Afin d’affiner et obtenir des résultats pertinents pour l’étude de cette sous-thématique, nous avons exclu certains stopwords tels que  « Off »  sans valeur informative, ce qui nous a permis d’obtenir cette nouvelle visualisation.

Figure 5. Nuage des mots clefs associés à la thématique « pêche »

Ce nuage de mots représente les 50 termes les plus co-occurrents du descripteur  « pêche » :  bateau, chalutier, filet, marin, pêcheur, ou encore mer.

Les informations qui nous ont semblé les plus éclairantes concernent le cadre géographique, avec l’indication de deux pays –  la France et l’Espagne et le mot-clé espagne-france  – ainsi que la mention du  « brexit »  et de  « royaume »  une référence au Royaume Uni. Ces termes indiquent une polarité nationale dans le traitement médiatique lié à la pêche.

Par ailleurs, la France et l’Espagne apparaissent comme les pays les plus impliqués dans cette activité en Europe, surtout depuis le retrait du Royaume Uni de l’Union européenne. Les mots clés les plus fréquents renvoient à l’actualité en lien avec des crises majeures  dans le secteur halieutique, ce que souligne une timeline des événements marquants dans ce secteur d’activité.

Figure 6. Distribution du corpus de la thématique « pêche » de 1993 à aujourd’hui

Ce graphique dessine les occurrences du mot-clé  « pêche » dans notre corpus et la médiatisation de cette thématique entre 1993 et 2021. Chacun de ces pics correspond à un événement ou à une crise majeure. AInsi l’année 1994 est marquée par   « la crise de la filière pêche » lorsque la France subit notamment une réduction des quotas de pêche mais également de sa flottille avec la mise en place du plan Mellick.

Analyse qualitative

Dans un second temps, nous avons mené une analyse qualitative afin de tenter de répondre à nos questionnements initiaux. Nous avons donc cherché à vérifier s’il existait une réelle différence de traitement entre chaînes privées et chaînes publiques. Nous avons également émis l’hypothèse que les chaînes privées étaient plus enclines à proposer un contenu sensationnel à visée divertissante tandis que les chaînes publiques auraient davantage une intention purement informationnelle.

Afin de comparer le traitement de l’information entre chaînes privées et chaînes publiques et de constater une éventuelle évolution au cours du temps, nous nous sommes appuyés, d’une part, sur deux chaînes privées, TF1 et M6, et d’autre part, sur deux chaînes publiques, France 2 et Arte. Nous avons également privilégié les journaux télévisés diffusés en soirée, ces derniers étant décrits dans les bases de données de l’INA, au contraire de ceux diffusés sur d’autres créneaux horaires.

Aussi, afin d’avoir une approche la plus pertinente possible à partir d’un corpus réduit à quatre chaînes, nous avons choisi d’étudier des contenus relatifs à un même événement et diffusés au même moment – dans un espace-temps de trois semaines – sur l’ensemble des quatre chaînes. La sélection de ces événements s’est faite à partir du graphique figurant des pics qui indiquent les moments de forte médiatisation de la pêche. Nous avons ainsi porté notre attention aux années 2008 et 2020 car pour ces années les quatre chaînes ont traité un même événement aux mêmes dates, ce qui n’était pas le cas pour les pics des années 1994 et 2003 en raison d’un nombre réduit d’occurrences pour les chaînes Arte et M6.

Il faudra souligner que l’importance donnée au thème de l’Europe sur Arte renvoie aussi à son identité singulière et à sa vocation de chaîne européenne,  tandis que les chaînes nationales qui portent un intérêt plus marqué à l’actualité française.

Méthodologie

Afin de mener cette analyse qualitative, nous avons concentré nos observations sur l’étude de trois sous-corpus, comprenant pour chacun d’eux quatre documents videos pour les quatre chaînes que nous avons sélectionnées. Chaque corpus est déterminé à partir d’une date et par conséquent d’un sujet d’actualité précis concernant le domaine de la pêche, ceci dans l’objectif d’identifier plus clairement d’éventuelles différences ou similitudes de traitement de l’information entre les chaînes.

Pour mener ce travail, nous avons tout d’abord construit une grille d’analyse afin d’objectiver nos observations et confirmer ou non nos hypothèses. Parmi les critères sélectionnés, nos observations se sont notamment concentrées sur : le ton employé par les journalistes, la structuration du sujet (à savoir sa durée, son séquençage, s’il impliquait la prise de parole d’intervenants…), les procédés linguistiques et rhétoriques mobilisés, le vocabulaire et champs lexicaux notables (riche/pauvre, vocabulaire de l’émotion, vocabulaire scientifique…) ou encore les éléments factuels présentés à l’écran (infographies, données chiffrées).

L’objectif étant de pouvoir évaluer le niveau de neutralité des chaînes, questionner l’angle journalistique à travers le traitement de l’information – les choix journalistiques révèlent-ils une volonté de susciter les émotions ou au contraire, privilégient-ils la portée informationnelle du message ? – et enfin d’observer une éventuelle évolution de traitement au fil du temps, à savoir une approche davantage économique et politique au début des années 1990 avant d’être plus environnementale et sociétale dans les années 2000

Figure 7. La grille d’analyse utilisée

Approche sensationnelle ou informationnelle

Globalement, les grandes chaînes nationales du corpus que nous avons constitué, TF1, France 2 et France 3 ainsi que M6, concentrent une approche relativement similaire en termes de traitement de l’information et tendent à s’homogénéiser au fil du temps. Néanmoins des différences sont notables et particulièrement entre la chaîne privée TF1 et la chaîne du service public ARTE.

Les grandes chaînes nationales, dont TF1, concentrent une approche davantage sensationnelle et émotionnelle. En effet, nos analyses et nos résultats révèlent la proéminence du vocabulaire de l’émotion et de l’emphase. Des termes tels que « suspens » « hautement », « immense » (TF1), « accord historique », « enfin » ou encore l’oxymore « mais que ce fut dur, laborieux par moment » (propos tenu par le présentateur de France 2, JT, 2020) ponctuent le discours et sont autant de vocables, de superlatifs et de procédés rhétoriques qui concourent à créer une tension progressive au sein du propos journalistique.

Par ailleurs, on observe que TF1, France 2 et M6 mobilisent plus volontiers le storytelling comme le pointent ces extraits :

« Au début des négociations, les britanniques voulaient diminuer de 70% les prélèvements des pêcheurs européens dans leurs eaux. In extremis les anglais ont revu leurs exigences à la baisse car leurs pêcheurs ont obtenu une contrepartie. Ils vont pouvoir continuer de vendre leur poisson aux européens sans taxe. C’est aussi une bonne nouvelle pour les consommateurs; les étales des poissonniers devraient toujours être aussi garnies »

« Ils se sont ENFIN mis d’accord. Après quasiment 11 mois de négociations, l’Union Européenne et le Royaume Uni sont donc parvenus cet après-midi à un texte commun qui fixe les règles commerciales. Mais que ce fut dur, laborieux par moment, jusqu’au dernier moment aujourd’hui, de micro détails ont quasi faire tout capoté alors que contient ce texte ? »

Le propos est ainsi structuré en plusieurs temps au travers de divers marqueurs temporels : le journaliste introduit la situation initiale puis l’élément déclencheur, donnant ainsi vie au récit. Le déroulement de l’action est ensuite sommairement décrit pour finalement parvenir au dénouement, ici heureux.

Par ailleurs, la communication narrative semble bien souvent utilisée à des fins de dramatisation sur les grandes chaînes nationales. Le sujet est souvent traité de façon grave et très contrastée et ce particulièrement sur TF1. Pour exemple, si les chaînes France 2 et France 3 concentrent une approche sérieuse, TF1 accorde une place prépondérante aux témoignages de pêcheurs mettant particulièrement en exergue la dimension négative, là où les propos énoncés pour un même sujet sur les chaînes du groupe France Télévisions sont plus modérés.

TF1 FRANCE 2
3 discours de pêcheurs sont présentés à l’écran.

Témoignage d’un pêcheur : « Depuis des semaines ont été stressés, stressés, il y a un arrangement on est content. [pour clôturer sur] Depuis le mois de juillet je n’ai pas fait une seule marée dans les eaux françaises, non il n’y a plus rien ».

séquençage : 1 minute consacrée à la présentation sommaire des accords commerciaux signés entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne puis 2 minutes consacrées aux réactions des pêcheurs.

France2 mobilise la parole du président du Comité régional des pêches de Bretagne « soulagé mais en même temps toujours prudent car on se doit d’avoir aussi des détails de cette négociation » (propos plus modéré)

mais concentre surtout son sujet autour de l’intervention d’un représentant politique, Michel Barnier, négociateur en chef de l’Union européenne chargé de la préparation des relations futures avec le Royaume-Uni.

« Ce soir en Bretagne, les pêcheurs respirent » propos tenus par le journaliste.

séquençage : 2 minutes attribuées à la présentation générale de la situation et des enjeux puis 8 minutes accordées à l’interview de Michel Barnier)

 

Figure 8. Brexit : la question de la pêche après la signature de l’accord, TF1, 2020-12-24, le 20h.

Figure 8. Brexit : la question de la pêche après la signature de l’accord, TF1, 2020-12-24, le 20h.

D’autres éléments, tel que la mobilisation d’un champ lexical du registre de l’épique, confortent cette analyse. On retrouve ainsi les termes de « achoppaient » (JT TF1), « dénouement », « arraché », « bataille », « difficile » et l’expression « il est l’homme de […] » (France 2) qui traduisent sérieux et  gravité.

Un discours en approbation ou en contestation

On observe une différence de ton : celui de TF1 est quelque peu sarcastique, en témoigne l’emploi du pronom indéfini neutre « on » dans « ici on s’attendait plutôt (à d’autres mesures) « qui désigne les pêcheurs mais aussi la population française en général et qui instaure une distance entre le peuple et le pouvoir décisionnel, l’Etat. La répétition du terme « promesse » dans la formule « promesse faite par le Président » puis reprise par un pêcheur interviewé appuie ce sentiment, tout comme une question rhétorique qui vient clôturer le reportage : « Le déblocage d’aides à hauteur de 2 milliards d’euros gazole serait alors vaine, à quoi cela servirait pour des bateaux qui ne pourront pas prendre la mer ? ». Le caractère défaitiste de TF1 qui se range du côté des pêcheurs se manifeste clairement lorsque, pour soutenir le témoignage d’un pêcheur, les formulations « effectivement », « permet à peine » et « combler » sont utilisées par le journaliste quand il déclare que « cette mesure européenne [l’aide de deux milliards d’euros] permet donc à peine de combler le surplus de pêche ».

D’une autre façon, France 2 adopte une position de contradiction envers le secteur de la pêche en réfutant le mécontentement ambiant. Le vocabulaire employé tend à montrer que les pêcheurs n’ont pas de raison de se plaindre, ou de s’apitoyer sur leur sort car l’UE agit en leur faveur :  « un gros chèque qui attend les pêcheurs qui rentrent au port » ,  « L’Europe va débourser 2 milliards pour leur venir en aide, pourtant certains font la fine bouche »   « insuffisant selon les pêcheurs qui veulent vivre de leur travail plutôt que des subventions »  – le journaliste insiste sur  « insuffisant »  –  « en plus des aides d’urgence, le gouvernement veut […] ». Les pêcheurs interviewés sont contredits avec l’étalage des mesures mises en place par l’UE, tandis que leur discours était appuyé de façon positive dans le cas de TF1.

Par ailleurs, le propos de France 2 est très informatif et la description des mesures mises en place par l’UE est très précise oralement. C’est le cas également pour ARTE dont le ton est neutre et le caractère de la séquence est purement explicatif. On constate l’absence d’intervenants ou d’opinions apportés. Pour appuyer plus encore ce qui est dit, des données chiffrées et du texte sont affichés à l’écran dans le cas de France 2 qui  semble employer ce procédé souvent.

Figure 9. Aide européenne aux pêcheurs, France 2, 2008-07-16, 2’47

Nous pouvons voir que M6 démontre une certaine neutralité avec une présentation des mesures perçues comme un soutien nécessaire apporté au secteur de la pêche. La nouvelle est bien accueillie par la filière avec le témoignage d’un pêcheur montrant sa satisfaction de voir l’augmentation des quotas de pêche appliqués à hauteur de 25% et non de 20% comme il le pensait. Les expressions  « volent au secours des pêcheurs »,  « leur permettre de faire face » ,  « autre mesure obtenue in extremis »  et  « une bonne surprise » étayent ce positionnement. Le reportage prend toutefois un tournant lorsque des professionnels interrogés demandent une compensation financière car  « mais pour certains ce sera insuffisant »,  « ils ont déjà dépassé les quotas ». M6 reste donc prudente en délivrant divers points de vue qui semblent s’équilibrer.

Glissement du sujet : de la dimension politique et économique au questionnement environnemental

Après une analyse manuelle opérée sur le corpus des quatre chaînes sélectionnées, nous avons pu constater une évolution concernant l’angle choisi pour aborder la thématique de la pêche. Sur les trente dernières années, le domaine piscicole reste un sujet majoritairement politique (où l’on met en évidence les réformes, les mesures restrictives discutées par la Commission Européenne quant aux quotas et TACS (totaux admissible de captures) et les chefs d’état ou ministres de la pêche qui viennent à la rencontre des marins pêcheurs). Il est aussi économique de par les conséquences pour les pêcheurs français, sur la consommation et les subventions accordées aux pêcheurs. Enfin, il est social car on évoque la colère des pêcheurs, les manifestations, les incendies et les blocus portuaires.

Pour TF1 et ARTE, la pêche reste un sujet principalement illustré sous l’angle politique et économique. L’aspect institutionnel y est marqué lorsque le sujet s’ouvre avec des images du Conseil de l’UE où l’on y voit les ministres discuter, le drapeau de l’UE bien visible. On aborde les restrictions mises en place par l’Union européenne et les réactions des pêcheurs français face à ces nouvelles mesures qui menacent leur secteur d’activité

Figure 10. L’Union européenne en aide aux pêcheurs français, TF1, 2008-07-16, 2’14 Figure 11. UE : aide d’urgence pour les pêcheurs européens, ARTE, 2008-07-16, 1’26

Cependant, à partir de l’année 2008, on observe que de nouveaux enjeux sont évoqués à l’écran. Des magazines d’investigation tels que le Droit de Savoir  se proposent de questionner la pêche du point de vue de l’alimentation, de la santé mais aussi de l’environnement avec des émissions telles que « Les secrets de votre alimentation : que cachent les produits que vous mangez ». Des spécialistes de la pêche, des pêcheurs ou encore des restaurateurs et commerciaux sont interrogés, abordant les problématiques résultant de la raréfaction du poisson : l’extinction de certaines espèces en mer Méditerranée et l’incidence de cette disparition sur les prix.

Les chaînes du groupe France Télévisions suivent cette même dynamique. En 2011, France 2 commence à aborder l’urgence environnementale que représente la disparition de certaines espèces piscicoles. On voit ainsi se développer des sujets de société tels que « On mange trop de poisson » – qui  dénoncent l’appauvrissement alarmant des réserves de poisson – ou encore des sujets liés à la protection et au respect animal, dénonçant les pratiques de la pêche électrique. France 3 poursuit en allant même plus loin avec des émissions de type magazine telles que C’est pas sorcier ou Thalassa dédiées spécifiquement aux problématiques liées aux activités de pêche.

Mais ARTE reste le canal privilégié en matière de « vulgarisation responsable ». Dès le début des années 2000, la chaîne fait mention des pratiques de sur-pêche existantes. On y aborde également le label bleu, appliqué contre cette forme de surexploitation des ressources maritimes. Les pratiques abusives menées par des flottes de pêche européennes dans les zones de pêche sénégalaises sont également mises en évidence, soulignant notamment l’effort de neutralité d’ARTE, qui opte pour un point de vue plus européen que national, a contrario des autres grandes chaînes nationales que nous avons pu analyser.

Conclusion

L’étude menée tend à prouver qu’il existe bien une différence de traitement entre chaînes privées et chaînes publiques. C’est une tendance qui, selon nos observations, est représentée par une visée plus ou moins informative, avec une tonalité de discours assez neutre ou plutôt orientée, et une dimension politico-économique davantage engagée pour les grandes chaînes nationales et privées plus particulièrement. Toutefois, ces résultats constituent une première base d’analyse, une piste et méthodologie qui pourrait être confortée et ré-utilisée pour l’étude d’un corpus plus large.



Citer ce billet
claudemussou (2022, 1 août). Évolution des thématiques liées à l’Union Européenne dans les programmes d’actualité de 1993 à 2021. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4j1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search