Le traitement médiatique des migrants en France : Traversées du tunnel sous la Manche, polémique du burkini et attentat terroriste à Nice

Rédigé par Marie Moncada, chercheuse post-doctorante au centre d’étude européennes de Sciences Po , cet article rend compte d’un travail d’analyse mené dans le cadre d’un projet de recherche européen. L’analyse porte sur un corpus d’articles de presse, de journaux télévisés et de tweets en lien avec trois événements à forte portée médiatique. Les transcriptions du corpus de journaux télévisés de TF1 et France 2 ont été réalisées et mises à disposition par l’INA. 

1. Introduction et questions de recherche

Financé dans le cadre du programme H2020 de la Commission européenne, le projet « BRIDGES » se concentre sur les récits migratoires, c’est-à-dire les discours écrits, oraux et visuels portant sur la migration et les migrants.

Les récits sont des « histoires causales » (Stone 1989) ayant un début, un milieu et une fin. Ils présentent généralement une intrigue, des personnages archétypaux (héros, gentils, méchants, experts, etc.), un scénario et une morale finale. L’intrigue s’apparente à un problème et la morale, à une solution. Dans les récits, les relations causales entre les actions et entre les personnages sont généralement montrées mais non démontrées. Leur fonction première est ainsi de faciliter la prise de décision : les récits de politique publique « rendent ainsi les problèmes sociaux compréhensibles et accessibles à l’action humaine. […] ils suggèrent une série d’actions plutôt que d’autres, en établissant un lien entre le présent et le futur » (Radaelli 2000, 257).

Le projet BRIDGES examine, entre autres, pourquoi certains récits deviennent dominants par rapport à d’autres et ce qui fait leur succès. À cette fin, quatre questions seront explorées :

  1. Quels sont les récits à succès ?
  2. Dans quel contexte ces récits à succès obtiennent-ils un avantage comparatif ?
  3. Où émergent ces récits à succès et comment circulent-ils d’un média à l’autre ?
  4. Qui est porteur de ces récits à succès ?

Trois événements ont été retenus pour cette analyse :

  • l’attentat contre la basilique de Nice, le 29 octobre 2020,
  • le pic d’intrusions dans le tunnel sous la Manche du 27 au 29 juillet 2015
  • la polémique sur le burkini qui a débuté autour du 16 août 2016.

Trois types de médias ont été choisis : la presse, la télévision et Twitter.

Pour la télévision, le corpus est circonscrit au journal télévisé de 20 heures — à l’exception de trois éditions spéciales diffusées entre 18 et 20 heures pour l’attentat de Nice — pour deux chaînes sélectionnées en raison de leur taux d’audience élevé et de leur modèle économique : TF1 (chaîne privée) et France 2 (chaîne publique).

Une séquence télévisée est définie comme étant un aller-retour sur le présentateur. Voici quelques exemples de découpages :

  • Séquence 1 : Présentateur/Reportage/Présentateur
  • Séquence 2 : Présentateur/Interview (en duplex)/Reportage/Présentateur
  • Séquence 3 : Présentateur/Interview (en duplex ou en studio)/Présentateur

Des extraits vidéo (par exemple, des extraits de discours présidentiels) peuvent être utilisés pour ponctuer ces séquences si le présentateur en est le seul commentateur. Le tableau ci-dessous indique la composition des échantillons analysés pour chaque événement.

Événement Presse Télévision Twitter
Attentat de Nice

(28 octobre au 15 novembre 2020)

La Croix : 6 articles.

Le Figaro : 33 articles.

Le Monde : 17 articles.

Nice-Matin : 32 articles.

TF1 :

28 séquences.

France 2 :

26 séquences.

93

(retweetés au moins 2 fois).

Tunnel sous la Manche

(27 juillet au 10 août 2015)

La Voix du Nord : 34 articles.

Le Figaro : 15 articles.
Le Monde : 13 articles.

TF1 :

8 séquences.

France 2 :

6 séquences.

135

(retweetés au moins 10 fois).

Burkini

(15 août au 23 septembre 2016)

Le Figaro : 21 articles.
Le Monde : 13 articles.
Libération (« Libé ») : 17 articles.
TF1 :

11 séquences.

France 2 :

12 séquences.

154

(retweetés au moins 2 fois).

Tableau 1. Présentation des données

Neuf entretiens semi-directifs, menés auprès de journalistes, complètent ces données.

Cet article présente certains des résultats en cinq parties : la description des trois événements étudiés (2), les récits à succès (3), le contexte de ces récits (4), la circulation entre médias (5) et les porteurs de ces récits (6). Une ouverture sera enfin proposée (7). Cet article est la synthèse d’un rapport plus volumineux dont le lien est donné en fin de texte.

2. Les trois événements étudiés

L’attaque de la basilique de Nice est une attaque au couteau par un Tunisien de 21 ans. Ce dernier est arrivé illégalement en France en traversant la mer Méditerranée via l’île italienne de Lampedusa. Ce voyage a été effectué à peine 48 heures avant son acte. L’agresseur a tué trois personnes dans la basilique.

Dans la nuit du 27 au 28 juillet 2015, environ 2 100 tentatives d’entrée dans la zone du tunnel sous la Manche à Coquelles ont été recensées. Les migrants ont tenté de rejoindre l’Angleterre via l’Eurotunnel de Calais. Une quinzaine de migrants ont été blessés. Le lendemain, 2 300 tentatives ont à nouveau été enregistrées et un Soudanais est décédé. La société Eurotunnel considère que cette deuxième nuit est un record depuis 2002 (Pascual 2015). Depuis juin 2015, 1 500 à 1 900 tentatives d’intrusion sont enregistrées chaque nuit selon Le Figaro (De Mallevoüe 2015, 3) et neuf personnes sont mortes. Ce nombre d’intrusions s’explique en partie par l’occupation contestataire des trois ferries de la société MyFerryLink dans le port de Calais. Ce blocage partiel a ainsi déplacé les voitures, les camions et les migrants vers le tunnel.

Enfin, la polémique du burkini a démarré au printemps et à l’été 2016 sur les réseaux sociaux pour diverses raisons : commercialisation d’un modèle de burkini par une grande marque, journée organisée dans un parc aquatique où le maillot de bain deux pièces était interdit, etc. Villeneuve-Loubet et Cannes ont été les premières villes à prendre un arrêté anti-burkini — respectivement les 5 et 11 août 2016. D’autres villes françaises feront de même au cours de ce même  été. Le 26 août 2016, le Conseil d’État annule l’arrêté de Villeneuve-Loubet. Sa décision devant s’appliquer aux autres arrêtés municipaux, cette instance administrative relance ainsi la polémique.

3. Quels sont les récits à succès ?

3.1 L’attentat terroriste de Nice

Concernant l’attentat de Nice, le récit se compose du récit « verbal » (écrit ou oral) et du récit « visuel » (image ou vidéo). Tout d’abord, concernant le récit verbal, la presse et Twitter s’intéressent avant tout au parcours du terroriste pour comprendre comment il est arrivé en France. Le profil de l’assaillant n’est donc pas leur priorité. Cet intérêt pour le parcours du Tunisien sert d’introduction à une rhétorique principalement centrée sur le contrôle des frontières et l’expulsion des migrants. Dans une moindre mesure, le droit d’asile et les services de renseignement sont également mis en cause.

Contrairement à Twitter, la presse se concentre également sur le déroulement de l’enquête et la séquence exacte des événements avant et après l’attentat. De même, elle s’interroge sur la compatibilité entre l’islam et la France et sur la capacité des musulmans à s’intégrer.

À l’inverse, Twitter estime qu’il est urgent de stopper l’immigration et propose trois solutions : réduire drastiquement les flux migratoires, fermer les frontières, voire inverser ces flux sur plusieurs générations (« remigration »). Le réseau social insiste également sur la responsabilité des ONG et de l’Italie dans l’attentat.

La presse et Twitter contribuent ainsi à un double amalgame : entre immigration et terrorisme, d’une part, et entre musulmans et terrorisme, d’autre part.

Enfin, le discours de la télévision est très différent. Ce média met essentiellement l’accent sur le deuil des citoyens et le portrait des victimes. L’accent porte sur l’importance des sentiments de tristesse et de compassion — sentiments rares dans la presse et Twitter. L’enquête est également suivie de près et les dispositifs de sécurité sont longuement décrits (plan Vigipirate, surveillance des lieux de culte et des écoles, etc.).

Concernant le récit visuel, la presse et Twitter montrent principalement des hommes politiques. De son côté, la télévision revient sur les images amateurs de l’attentat et se concentre essentiellement sur les dispositifs de sécurité, la basilique Notre-Dame et le portrait des victimes. Elle interroge souvent des femmes émues ou au bord des larmes. Twitter assume, de son côté, l’amalgame visuel entre immigration et terrorisme, d’une part, et entre ONG et terrorisme, d’autre part.

Enfin, contrairement à la télévision, la presse ne montre pas une seule photo du terroriste. Ce choix est expliqué par cette journaliste de Nice-Matin comme une volonté de ne pas attrister les proches des victimes :

Malheureusement, on avait l’expérience de l’attentat du 14 juillet où on a fait plein d’erreurs, plus dans l’iconographie que dans les textes. (…) on ne mettra plus jamais la photo d’un terroriste présumé ou d’un terroriste. (…) on s’est rendu compte à quel point ça pouvait choquer, blesser, faire un mal fou aux familles de victimes.

3.2 Les traversées du Tunnel sous la Manche

En ce qui concerne le récit verbal des traversées du tunnel sous la Manche, la presse et la télévision tiennent un discours comparable. Ces deux médias insistent avant tout sur les moyens déployés pour sécuriser le site (clôtures, barrières, caméras, etc.). Elles mettent également l’accent sur les migrants décédés lors des tentatives d’intrusion. En revanche, ces décès sont donnés de manière numéraire, sans s’attarder sur le profil des victimes. Ces chiffres sont également en concurrence avec d’autres données quantitatives, telles que les points de croissance perdus, les heures d’attente sur les routes, les demandes de compensation financière, les frais engagés pour sécuriser le site, etc. Ces décès sont donc traités dans une relative indifférence.

Par rapport à la télévision, la presse met davantage l’accent sur les conséquences économiques négatives de ces intrusions et sur les demandes de compensation financière de la part de la ville de Calais et d’Eurotunnel. À l’inverse, la télévision a tendance à se concentrer sur les conditions de vie désastreuses des migrants en termes d’accès à l’eau, de nourriture et d’hygiène.

Le discours de Twitter diffère radicalement de celui de la presse et de la télévision. Le réseau social se contente généralement d’évoquer, avec une relative neutralité, la tentative d’intrusion de migrants et les mesures prises pour sécuriser le site. Lorsque les tweets sont plus radicaux, ils considèrent généralement que c’est à l’État, à non à Eurotunnel, de sécuriser le site et de contrôler les frontières.

Deuxièmement, en ce qui concerne le récit visuel, la presse, la télévision et Twitter donnent la priorité aux images de migrants en mouvement, marchant le long des voies ou traversant une autoroute ou une barrière. Twitter privilégie également les images de trains en mouvement et l’entrée du tunnel avec le logo « Eurotunnel ». En revanche, la presse donne une plus grande priorité aux images de camions qui, selon ce média, sont un autre acteur à prendre en compte : les camions sont à la fois une cachette pour les migrants, un objet potentiellement meurtrier, une source de revenus pour les transporteurs et une source d’approvisionnement pour les pays d’immigration. Enfin, la télévision insiste, pour sa part, sur la Jungle de Calais et les dispositifs de sécurité.

3.3. La polémique du burkini

Enfin, en ce qui concerne le récit verbal du burkini, les trois médias ont leur propre discours. La presse est essentiellement préoccupée par le lien éventuel entre burkini et terrorisme. En ce sens, elle privilégie les discours en faveur de l’interdiction du burkini. La laïcité est généralement présentée comme étant en contradiction avec ce vêtement. Le communautarisme (ou multiculturalisme) serait donc un modèle à combattre, car la laïcité implique un modèle d’assimilation, favorisant l’intégration des musulmans. Enfin, ce maillot de bain étant la manifestation d’un islam conquérant, la priorité est de lutter contre la radicalisation de cette population.

En ce qui concerne la télévision, la répartition entre les partisans et les opposants à l’interdiction du burkini est légèrement plus équilibrée que celle de la presse, même si, dans les deux cas, c’est le discours favorable à l’interdiction qui prime. La télévision insiste essentiellement sur l’existence d’une forte polémique, soit au sein de la gauche, soit entre la gauche et la droite.

Twitter favorise principalement les discours anti-immigration et ceux en faveur de l’interdiction du burkini. Les tweets considèrent ainsi que la décision du Conseil d’État est incompréhensible sur le fond et illégitime sur la forme. Cette illégitimité s’expliquerait par le nombre insuffisant de conseillers d’État ayant pris la décision (seulement trois) et par la présence parmi eux d’un conseiller pro-immigration (Thierry Thuot). Enfin, ce réseau social partage souvent l’ironie des médias internationaux quant à l’existence d’une telle controverse en France.

Concernant à présent le récit visuel, la presse et Twitter se concentrent principalement sur des images d’hommes politiques. Les femmes en burkini sont aussi très présentes sur Twitter mais rares dans la presse et à la télévision — ces deux derniers médias privilégiant les images de femmes voilées. Globalement, TF1 montre plus de femmes en burkini que France 2. Mais la chaîne privée peine à trouver des images de burkini : le même plan de 15 secondes daté du 4 août 2016 est ainsi réutilisé neuf fois. Cette observation tend à confirmer les propos d’une journaliste du Monde ayant couvert le burkini : cette polémique concerne un vêtement qui est rare.

Le burkini, ça n’a rien à voir avec le voile. C’était archi minoritaire. (…) je n’ai jamais vu un burkini à Marseille (…)

Vous avez cherché des femmes en burkini ?

Bah on n’en a pas trouvé. On en a trouvé une, qu’on a photographiée d’ailleurs. (…) La réalité, c’est qu’il y en avait pas. Il y en avait très peu.

Les images de femmes voilées sont ainsi utilisées, par la presse et la télévision, pour contourner la difficulté à trouver des femmes en burkini.

Dans l’ensemble, l’analogie entre les récits verbaux et visuels est bonne. Elle est cependant plus faible pour la presse car les journalistes de presse choisissent très rarement les photographies de leurs articles.

3.4. Les discours de haine à l’égard des migrants et des musulmans

Pour ces trois événements, la haine envers les immigrés et les musulmans est diffusée par Le Figaro et Twitter— ce réseau social comportant également de nombreux appels au meurtre dans les commentaires de ses tweets. Certains termes très contestés sont utilisés par les deux médias, tels que « grand remplacement » (Figaro), « remigration » (Twitter), « Français de souche » et « islamo-gauchisme » (une journaliste du Figaro en entretien). Trois facteurs expliquent le succès de ces discours :

  1. La stature institutionnelle interne (Ivan Rioufol) et externe (Alain Finkielkraut) des personnes s’exprimant au Figaro,
  2. La place accordée aux plus jeunes journalistes dans les articles d’opinion du Figaro,
  3. La facilité de communiquer des propos violents et non modérés sur Twitter.

Cinq journalistes de presse affirment, lors des entretiens, qu’ils disposent d’une grande liberté d’écriture, même s’ils peuvent parfois être contraints à de rares modifications par leurs supérieurs (modification d’un terme, réécriture d’un chapeau, etc.). Un éditorialiste de presse, en charge des corrections, estime également qu’il procède à peu de changements dans les articles qu’il reçoit.

En revanche, la liberté du journaliste de presse contraste avec celle du reporter télévisé. Par exemple, deux services sont impliqués dans la construction des journaux télévisés à France 2 : le service thématique et le service éditorial. Le service thématique réunit des reporters chargés de faire remonter leurs suggestions au service éditorial. Le service éditorial reçoit ces suggestions et décide, en dernier ressort, du contenu du journal. En ce sens, il existe une double barrière entre le reporter de terrain et le journal télévisé : le mandat représentatif attribué au service thématique, d’une part, et la supériorité accordée au service éditorial, d’autre part.

Or, pour s’assurer une large audience, la télévision doit trouver le plus petit dénominateur commun. Elle évite ainsi les discours radicaux, pouvant choquer certains téléspectateurs. C’est ce qu’explique ce journaliste de la direction de l’information de France 2 :

Parce que les télévisions sont des médias qui sont fédérateurs à un tel niveau, on a tellement besoin d’avoir beaucoup de monde, on est tellement fédérateurs qu’on travaille sur un plus petit dénominateur commun idéologique pour essayer de fédérer le plus de monde possible et donc on évite de choquer, de cliver au maximum. Les télévisions et en particulier les 20 heures sont des émissions très fédératrices. (…) la télé quand elle est à ce point fédératrice, à ce point puissante, elle a tendance à éviter les clivages quand elle peut.

La recherche du plus petit dénominateur commun, à la télévision, aurait ainsi pour conséquence de porter un regard relativement bienveillant sur les migrants et les musulmans.

De même, sur les trois événements, le traitement médiatique des journaux télévisés de TF1 et France 2 est similaire. En comparaison, les journaux de presse ont des différences importantes entre eux. Selon ce même journaliste, la proximité entre les deux chaînes de télévision peut s’expliquer par la volonté, de la part de TF1, de ressembler à un service public :

ils se rendent compte d’un truc, que m’a dit textuellement un concurrent (…)

Donc, quelqu’un de TF1 ?

Oui, oui, c’est mon homologue (…) « On aime se faire passer pour un service public ». Je vous donne un exemple très concret, hein. Quel est l’intérêt de la filiale de Publicis Studio sur Trooping the Colours, qui a été diffusé hier, le jubilé de la reine avec Trooping the Colours qui était mis en images ? (…) TF1 achète ce truc plusieurs millions. Le CSA considère que c’est un programme d’information, donc ils n’ont pas le droit de l’interrompre par de la publicité. (…) Je peux [aussi] vous prendre l’exemple chaque année du 14 juillet où de 7 heures du matin à 13 heures TF1 est à l’antenne sans aucune pub. (…) ils estiment qu’ils veulent absolument, dans l’esprit des gens, être l’institution numéro un. Et à ce titre-là, ils ont très envie qu’on les considère comme un service public.

La dimension publique ou privée ne semble donc pas influencer le contenu du journal de 20 heures des deux chaînes : les journaux télévisés de TF1 et France 2 sont similaires.

4. Dans quel contexte ces récits de réussite ont-ils lieu ?

Concernant l’attentat de Nice, le lien entre immigration et terrorisme dans la presse française est important depuis les attentats du 11 septembre 2001 à New York. En effet, en regardant ces occurrences — « terrorisme ET immigration » —, Europresse (2022) montre un traitement médiatique constant entre 2001 et 2014. Les articles de presse connaissent ensuite une augmentation exponentielle en raison des attentats de 2015 en France. Ces effets se prolongent en 2017, le sujet étant inscrit à l’agenda de la campagne des élections présidentielles. Le lien entre immigration et terrorisme s’atténue ensuite en raison de la crise sanitaire et de la guerre en Ukraine. L’attentat de Nice de 2020 tend à ralentir la chute de cette courbe sans l’en empêcher.

Les données sur ce traitement médiatique sont représentées ci-dessous.

Figure 1. Attentat de Nice : nombre d’articles de presse croisant les occurrences « terrorisme » et « immigration » en France (Europresse)

Concernant le tunnel sous la Manche, le croisement des occurrences « Calais » et « immigration » dans la presse française (Europresse 2022) montre une dynamique constante et croissante depuis 2001. Un léger pic est intervenu en 2002 lors de la création du centre de Sangatte. Deux autres pics plus importants sont apparus en 2009, lorsque les autorités nationales ont détruit plusieurs camps illégaux, puis en 2014, lors de la création du centre Jules-Ferry. Le pic de 2015-2016 correspond à la répartition forcée des étrangers hors de Calais (octobre-novembre 2015) et à la destruction de la jungle (2016). De nombreux migrants évacués de Calais se sont ensuite installés à Paris, conduisant à l’évacuation d’environ 2 000 étrangers de la porte de la Chapelle en 2017. Dans le même temps, d’autres étrangers se sont réinstallés à Calais, conduisant à l’émergence d’une « New Jungle », toujours sous les feux de l’actualité. L’événement du tunnel sous la Manche est donc le prélude à une intervention gouvernementale forte et intervient au plus fort de la « crise migratoire » des années 2010. Cette « crise » se manifeste notamment par une augmentation de l’arrivée de Syriens, de Kosovars et d’Afghans dans l’Union européenne.

Figure 2. Eurotunnel : nombre d’articles de presse croisant les occurrences « calais » et « immigration » en France (Europresse)

Enfin, concernant la polémique du burkini, un croisement des occurrences « voile » et « immigration » (Europresse 2022) dans la presse française révèle un traitement linéaire et croissant, mais de moindre ampleur que pour le terrorisme ou Calais. En 2003-2004, l’interdiction du foulard à l’école fait passer la question au premier plan. Le sujet est ensuite relancé en 2010 avec l’interdiction du voile intégral dans l’espace public et la médiatisation du conflit de la crèche Baby-Loup. Un nouveau pic a eu lieu en 2013 avec le voile à l’université et en 2015 au moment des attentats en Île-de-France. Le burkini a relancé le débat en 2016. De même, en 2019, la loi Blanquer comportant un amendement interdisant le voile pour les accompagnateurs de sorties scolaires, finalement rejeté. La polémique est finalement relancée en 2022 avec l’autorisation municipale du burkini à Grenoble pendant la campagne législative. Le burkini est donc l’héritier d’une controverse qui s’est progressivement installée en France depuis le début des années 2000.

Figure 3. Burkini : nombre d’articles de presse croisant les occurrences « voile » et « immigration » en France (Europresse)

5. Comment ces récits à succès circulent-ils d’un média à l’autre ?

L’analyse quantitative montre que, pour les trois événements, la presse est largement diffusée dans la presse elle-même (dans d’autres journaux) et sur Twitter. La télévision est également bien partagée sur Twitter. La chaîne France 2, d’ailleurs consciente de cet effet sur les réseaux sociaux, a créé un service dédié à son étude.

Un courriel du service de la communication numérique est ainsi envoyé chaque jour à la hiérarchie de l’entreprise, vers 18 heures, pour résumer l’impact d’une émission donnée ou d’une annonce publique. Ce rapport est basé sur les données publiques collectées par l’outil Talkwalker sur une période de 24 heures. Il couvre les tweets, les publications Facebook et Instagram, des pages ou des groupes publics, les commentaires, les articles en ligne, les blogs, les forums, etc. Une jauge est conçue pour chaque sujet afin d’observer l’impact positif ou négatif d’une diffusion ou d’une annonce. La couleur définit le niveau de criticité du sujet pour l’entreprise, du plus positif (vert foncé) au plus critique « avec risque de réputation » (rouge), selon le dessin suivant.

Figure 4. Résumé graphique de l’impact sur les réseaux sociaux de France 2

En moyenne, les trois sujets ayant le plus grand nombre de retombées sont décrits dans une courte étude. Cette étude tente, dans la mesure du possible, de saisir les « pour » et les « contre » d’un sujet donné. Des hyperliens sont utilisés pour illustrer ces retombées. Voici un exemple fictif basé sur l’un de ces courriels. Les hyperliens (fictifs) sont soulignés.

1> La diffusion prochaine de l’émission X (6,3 K retombées), dont la conférence de presse a eu lieu hier, n’en finit pas de faire parler d’elle. L’annonce de X a fait l’objet d’une couverture médiatique factuelle (Le HuffPost, L’Obs, BFMTV). Le journaliste x1 a souligné hier la qualité annoncée du programme. Une publication engagée de x2 a concentré les critiques sur l’utilisation de la redevance audiovisuelle pour ce programme. La critique de l’émission a été déplorée par le mouvement x3, qui s’est félicité que l’émission puisse promouvoir une pratique oubliée. Cependant, les commentateurs ont critiqué le manque de diversité dans le casting.

2> Le reportage Y (4,1 K retombées) a suscité de nombreux commentaires, principalement critiques à l’égard du philosophe y1. Les téléspectateurs lui attribuaient des convictions d’extrême droite. À l’inverse, les partisans du mouvement y2 ont soutenu la position de y1 pour les raisons suivantes : (…)

3> L’annonce du départ de Z de France Télévisions a été commentée par les journalistes et les internautes (2,3 K retombées). Des médias (Le HuffPost, L’Obs, BFMTV) ainsi que des journalistes ont relayé l’information. Des blogueurs médias (z1, z2) ont également partagé l’information. Z a publié un texte sur ses réseaux sociaux concernant son départ. La majorité des commentateurs ont relayé l’information de manière factuelle, certains saluant Z, d’autres exprimant leur satisfaction quant à son départ, comme le journaliste z3.

En comparaison, la radio et Twitter ont peu de répercussions. Néanmoins, France 2 dispose d’une charte non contraignante invitant les journalistes à contrôler leurs propos sur Twitter. Elle comprend la phrase suivante pour tous les collaborateurs de France Télévisions : « il est recommandé de ne pas tweeter sur ce que vous n’auriez pas dit à l’antenne » (Guide 2011). Aucun des 7 journalistes de presse interrogés n’a signalé l’existence d’une charte comparable dans leur journal.

6. Qui porte ces récits à succès ?

Pour ces trois événements, les personnes les plus citées par la presse et Twitter sont des hommes politiques. La télévision se concentre davantage sur les individus — cette dernière catégorie étant la seule où les femmes peuvent être représentées à égalité avec les hommes. Elles sont autrement écrasées par la présence masculine dans les trois médias. Cependant, reléguer les femmes au rang de simple citoyenne (« individus ») ne contribue pas nécessairement à les valoriser.

Les tendances politiques sont inégalement réparties : les discours de droite et d’extrême droite sont privilégiés. Au sein de la presse, et pour les trois événements, 83 personnes se situent à gauche et à l’extrême gauche, 84 au centre et 156 à droite et à l’extrême droite. Pour le centre, les personnes sont plus souvent de centre-droit que de centre-gauche, ce qui accentue ce déséquilibre.

De même, la présence de l’extrême droite (34 personnes) est incomparable à celle de l’extrême gauche (14 personnes). L’attaque traditionnelle de l’extrême droite pour classer les journalistes français à gauche est donc affaiblie par ces chiffres (voir, par exemple, Breizh-Info 2021 ; Madouas 2012 ; Desrimais 2021 ; Observatoire du journalisme 2021).

Les récits de la droite et de l’extrême droite sont donc plus facilement diffusés que ceux de la gauche. L’extrême gauche est quasiment absente des médias. Plusieurs raisons expliquent cette forte présence de l’extrême droite. Selon ce journaliste du Monde, interrogé sur l’attentat de Nice, le Rassemblement national devrait être traité comme les autres partis politiques :

comme on le dit très souvent, le [Rassemblement] national, c’est un parti qui n’est pas comme les autres, mais il faut le traiter comme les autres.

Ce même journaliste, en accord avec un autre journaliste du Figaro (deuxième extrait), estime également que les résultats électoraux de Marine Le Pen légitiment la place donnée à ce courant politique.

Il y a une forme de logique dans la mesure où ils ont des résultats électoraux en conséquence. (…) on va pas faire comme s’ils n’existaient pas (…) Le cœur de la doctrine du [Rassemblement] national est basé sur cette question de l’immigration. Quand on parle de sujets d’immigration, évidemment, c’est des sujets sur lesquels ils parlent fort, sur lesquels ils ont des choses à dire.

l’extrême droite a quand même monté ces dernières années. Elle a même été débordée par des candidats comme Zemmour et autres. Donc je pense que c’est peut-être pour ça que je me dis que même indifféremment, on en parle plus que l’extrême gauche.

Concernant Twitter, la parole masculine d’extrême-droite est celle qui domine. La presse et Twitter sont ainsi des relais importants de la haine envers les musulmans et les migrants.

7. Ouvertures

Deux ouvertures peuvent être proposées : la place des minorités ethniques parmi les journalistes, d’une part, et le cyberharcèlement des journalistes, d’autre part.

En ce qui concerne les minorités ethniques, d’une part, les journalistes de presse ont déclaré en entretien qu’elles sont peu représentées parmi leurs collègues. D’après les entretiens, cela semble être moins vrai pour la télévision. Un journaliste de Libération s’est ainsi souvenu d’une photographie d’une partie de sa rédaction en 2015. À cette occasion, l’extrême-droite avait accusé la rédaction d’être trop blanche.

Figure 5. Une partie de la rédaction de Libération, à Paris le 17 novembre 2015. (Photo Marc Chaumeil pour Libération). 

Ce même journaliste de Libération estime que cette photographie a contribué à initier des changements dans son journal :

on avait quelqu’un comme Johan Hufnagel qui vraiment cherchait à faire de Libé dans le journal moins de blancs, pour résumer. (…) quand il nomme Rachid Laïreche (…) Hufnagel lui dit : « c’est fini le foot et les banlieues, tu fais la politique et tu vas te faire le congrès du parti écolo ».

Les photographies disponibles en ligne semblent également montrer que les comités de rédaction sont plus mixtes à la télévision que dans la presse. Une rédaction plus mixte pourrait contribuer à réduire le niveau de haine envers les immigrés et les musulmans dans la presse.

En ce qui concerne le cyberharcèlement, en revanche, la plupart des journalistes interrogés font état de pressions exercées par des personnes qui propagent des idées d’extrême droite ou d’extrême gauche. Ils font également état de harcèlement de la part de personnes proches du président Emmanuel Macron. L’extrait suivant provient d’un journaliste du Monde interrogé sur l’attentat de Nice :

les macronistes, c’est plus insidieux, mais il y a des réseaux de trolls sur Twitter assez bien organisés, qui dénigrent, qui attaquent et l’Élysée n’est pas dupe de ce qui se passe et je pense qu’il y a certainement une forme de lien entre les deux.

Un journaliste de la direction de l’information de France 2 confirme ce phénomène :

LREM est une entité volontiers harceleuse. Et vraiment, c’est un parti qui s’est construit sur le numérique, qui sont très puissants sur le numérique, plus puissant que sur le terrain d’ailleurs. Et franchement, ils sont d’une virulence. C’est incroyable.

Le cyberharcèlement est donc devenu une pratique courante à l’encontre des journalistes. La réglementer pourrait contribuer à rendre la profession plus attractive. De même, certains entretiens mentionnent des menaces physiques accompagnant ce harcèlement, notamment de la part de l’extrême droite. Contrôler le harcèlement d’extrême droite, potentiellement plus intimidant, pourrait également contribuer à diffuser plus largement des discours bienveillants à l’égard des migrants et des musulmans.

Enfin, deux derniers conseils peuvent être proposés pour atténuer ces discours haineux. D’une part, certains articles du Figaro devraient être lus par des juristes pour vérifier leur légalité. D’autre part, Twitter devrait améliorer son algorithme de détection des discours de haine, notamment dans les commentaires des tweets.

Références :

Breizh-Info. 2021. ‘Pourquoi les Journalistes sont-ils (presque) tous de gauche ?’, 4 June 2021. URL :https://www.breizh-info.com/2021/06/04/165462/pourquoi-lles-journalistes-sont-ils-presque-sous-de-gauche/(Consultation : 22 April 2022)

De Mallevoüe, Delphine. 2015. ‘Tunnel sous la Manche : le flot grandissant des migrants suscite l’inquiétude’, Le Figaro, 30 July 2015, 3.

Desrimais, Didier. ‘150 journalistes de gauche veulent “invisibiliser” Éric Zemmour’, Causeur, 29 October 2021. URL : https://www.causeur.fr/150-journalistes-gauche-mediapart-zemmour-216217 (Consultation : 22 April 2022)

Europresse. 2022. URL : http://www.europresse.com/fr/ (Consultation : 8 April 2022).

Guide. 2011. Guide des bonnes pratiques des collaborateurs de France Télévisions sur les réseaux sociaux, September 2011. URL : https://blog.francetv.fr/ftven/2011/09/19/le-guide-des-bonnes-pratiques-aux-reseaux-sociaux-de-france-televisions.html (29 June 2022).

Madouas, Fabrice. 2012. ‘Pourquoi les journalistes sont de gauche’, Valeurs Actuelles, 12 July 2012. URL:https://www.valeursactuelles.com/politique/pourquoi-les-journalistes-sont-de-gauche (Consultation : 22 April 2022).

Observatoire du journalisme. 2021. ‘Enquête sur la mainmise culturelle de l’audiovisuel public par la gauche’, 31 October 2021. URL: https://www.ojim.fr/enquete-figmag-audiovisuel-public-gauche/ (Consultation : 22 April 2022).

Pascual, Julia. 2015. ‘Migrants : le tunnel sous la Manche pris d’assaut’, Le Monde, 30 July 2015, 8.

Radaelli, Claudio. 2000. « Logiques de pouvoir et récits dans les politiques publiques de l’Union européenne », Revue française de science politique, 50 (2) : 255–275.

Stone, Deborah. 1989. « Causal Stories and the Formation of Policy Agendas », Political Science Quarterly, 104 (2) : 281–300.

Auteur :

Marie Moncada (Sciences Po, Centre d’études européennes [CEE], CNRS) est postdoctorante sur le projet BRIDGES. Elle a rédigé une thèse sur l’accès aux soins des sans-papiers en France et aux États-Unis.

Rapport en ligne :

Cet article est la synthèse d’un rapport disponible en ligne sur le site du projet : https://www.bridges-migration.eu/

Financement et avis de non-responsabilité :

Ce projet est financé par le programme de recherche et d’innovation « Horizon 2020’ de l’Union européenne, sous la convention de subvention n° 101 004 564.

Ce rapport reflète le point de vue de l’auteur. La Commission européenne et l’Agence exécutive pour la recherche européenne ne sont pas responsables de l’usage qui pourrait être fait des informations qu’il contient.

Remerciements :

Je remercie Virginie Guiraudon, Hélène Thiollet (Sciences Po — France), Marcello Maneri (Université de Milano Bicocca — Italie) — responsable de notre work package —, Ferrucio Pastore (FIERI, Forum international et européen sur la recherche en migration — Italie) et Cristina Sala I Soler (CIDOB, Centre des affaires internationales de Barcelone — Espagne) pour la relecture du rapport dont cet article est une synthèse.

Je remercie également Maeva Hartmann et Isabella Barjon (Sciences Po — France) pour le codage de la télévision. Maeva Hartmann a également retranscrit les neuf entretiens. Les tweets ont été collectés par Guido Anselmi (Université de Pavie — Italie) que je remercie également.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
claudemussou (24 août 2022). Le traitement médiatique des migrants en France : Traversées du tunnel sous la Manche, polémique du burkini et attentat terroriste à Nice. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4jb


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search