Musiques Urbaines : Quelle place à la radio et à la télévision ?

Article rédigé par Mathieu Bollon, documentaliste  à l’INA

Dès les débuts de la RTF en 1949, la radio et la télévision ont été des relais pour le développement des musiques urbaines, en particulier du Rock n’ roll qui naît à la fin des années 40 aux Etats Unis. Par la suite, à compter de sa création en 1964, l’ORTF reprendra le flambeau  en proposant des programmes spécialisés  comme “Age tendre et tête de bois“. Tandis que les années 80 connaîtront l’âge d’or du Rock à la Radio-Télévision avec des programmes cultes comme Les enfants du Rock , ce genre laissera progressivement place au Rap [1], à la Techno et aux musiques électroniques en général, dans les années 90.  Enfin les années 2000 verront les vecteurs et les formats de diffusion se multiplier. Ce billet propose un panorama qui vient compléter un travail  d’exploration des collections de l’INA pour la rédaction du guide des sources  sur “Le Rock, le Rap et les musiques urbaines dans les fonds de l’Inathèque”.  1

Les débuts du Rock

En septembre 1946, le premier reportage sur ce phénomène,  est issu du fonds de presse filmée dit les “Actualités Françaises”  et s’intitule le “Le démon de la danse aux USA“. A partir de la fin des années 50, des magazines d’information comme Cinq colonnes à la une traiteront de l’essor du Rock outre-Atlantique en tant que phénomène de société, comme en témoigne une émission sur les Teddy Boys le 3 juillet 1959. Au début des années 60, tandis que la vague “yé yé” déferle sur la France, la RTF se met au goût du jour en programmant le 30 mai 1961 la première emission de la collection  Age tendre et tête de bois. La diffusion de ce programme, présenté par Albert Raisner,  se poursuivra jusqu’en 1965  tandis que Bouton Rouge présentée par Pierre Lattes prendra le relais de 1967 à 1969. Cette émission fait la part belle à la Pop music dans toutes ses composantes. Après les évènements de Mai 68, le Rock and roll s’installe durablement dans le paysage audiovisuel français. Les années 70 voient se multiplier l’apparition de programmes entièrement consacrés au rock comme Rock en stock(1972-1974), Pop 2(1970-1974), Juke Box(1975-1977) et bien d’autres. Sur les ondes, un programme culte est né : animé par José Artur,  le Pop Club, diffusé sur France Inter dès 1962  bénéficiera d’une longévité inédite puisqu’il sera diffusé jusqu’en 2005. Au cours de ces années, de grandes figures émergeront parmi les journalistes spécialistes du Rock, notamment Philippe Manœuvre ou Bernard Lenoir

Les années 80 et l’âge d’or du Rock

Cette période marquée par le consumérisme débridé des “années fric” coïncidera avec l’âge d’or du Rock sur petit écran. Impossible d’évoquer les années 80 sans citer le programme culte de ces années : Les Enfants du Rock.

Cette émission d’Antenne 2 fut si populaire qu’ elle est devenue le symbole d’une génération toute entière ! Créé par Pierre Lescure et produite par Patrice Blanc Francard, il s’agit à proprement parler d’une tranche horaire dans laquelle s’enchaînent  différents programmes qui tous avaient en commun “un certain ton” et une même thématique : Le Rock n’ roll. Fort de son succès, ce programme sera diffusé de 1976 à 1989. Y font leurs débuts des personnalités clés de la télévision et de la presse musicale comme Jean-Pierre Dionnet, Philippe Manœuvre (futur rédacteur en chef de Rock & Folk), Jacky (Club Dorothée) ou Antoine de Caunes. Pendant cette période, même la télévision régionale s’engouffre dans la brèche en proposant ses propres programmes spécialisés, comme par exemple le magazine Rocking Chair (1983-1989) diffusé sur France 3 Paris Ile de France. Le Rock n’est plus seulement une musique mais une “idéologie”, une manière d’être et, pour les journalistes, l’occasion d’aborder des thèmes aussi variés que le cinéma ou la politique. Ainsi,  des émissions comme Rapido (1986-1992) feront la jonction entre rock et contre-culture.

Les Rock stars sont invitées sur les plateaux de télévision au même titre que les personnalités politiques, comme dans le Talk Show Lunettes noires pour nuits blanches présenté par Thierry Ardisson. Même des émissions littéraires comme Apostrophes deviennent une tribune pour les écrivains au look de rocker  issus de la contre-culture. Dès avril 1978 Bernard Pivot invitera ainsi  l’écrivain Punk Alain Pacadis ! Les années 80 voient également les débuts du Rap à la télévision avec l’émission Hip Hop, animée par Sidney sur TF1 en 1984.

Les années 90 et le déclin du rock

Passée l’insouciance des années 80, le Rock commence à décliner et se fait moins présent sur le petit écran comme sur les ondes. En effet, d’autres musiques plus “modernes” comme le Rap, laTechno et les musiques électroniques en général, séduisent les jeunes. Ce qu’on appelle encore le PAF (paysage audiovisuel français) est donc sommé de se mettre au goût du jour en proposant de nouveaux programmes comme l’émission RapLine présentée sur M6 par Olivier Cachin. Alors que les chaines historiques délaissent un peu le sujet, Canal +, la Cinq , puis Arte et M6 s’approprient le marché de la contre-culture. Le programme emblématique des années 90 en est sans conteste Nulle Part Ailleurs (1987-2001) sur Canal +.  Cette émission permet à des groupes encore peu connus du grand public de se forger une notoriété auprès d’un public jeune en interprétant un titre ou deux sur le plateau de l’émission. Les musiques urbaines deviennent un pan comme un autre de la culture populaire ou “pop culture”, d’où l’apparition de magazines consacrés aux musiques urbaines en tant que phénomène de société comme le magazine d’Arte Megamix (1989-1994) produit par Martin Meissonnier.  Toujours sur la chaîne franco-allemande, des tranches horaires comme Velvet Jungle (1995) diffusent des documentaires sur la contre-culture mais également des films de fiction et font parfois des focus sur un thème ou un artiste, comme à l’occasion de l’émission spéciale consacrée aux  Rolling Stones le 24 juin 1995. Les programmes de M6 s’adressent presque exclusivement  à un public jeune comme le magazine Metal Express devenu Rock Express.  Des magazines se penchent sur les cultures alternatives, dont les musiques urbaines sont un des aspects. Ainsi le magazine Tracks sur Arte, apparu en 1997 est vite devenu un rendez-vous incontournable des amateurs du genre au point qu’il existe encore de nos jours.

De simple courant artistiques, les musiques urbaines sont passées au statut de culture parallèle, ou subculture, laquelle entretient des relations parfois étroites avec la culture officielle dite mainstream. A la fin des années 90, la techno débarque sur le petit écran , notamment avec L’émission Techno Max sur M6. Les musiques urbaines s’affichent désormais au programme des émissions de variétés comme sur France 2 avec l’émission Taratata, présentée par Nagui, qui offre à des groupes de musique l’occasion de se faire connaître en jouant en direct et en public. A la radio, des émissions comme C’est Lenoir (1990-2011) sur France Inter se spécialisent dans la retransmission de concerts de groupes de Rock renommés dont certains seront même édités sur disques  telles les Black Sessions et White sessions. Parallèlement, une chaîne s’adressant à un public plus mature comme France Culture aborde elle aussi le sujet des musiques urbaines et de la contre culture mais d’un point de vue sociologique voire philosophique  comme dans certains  programmes de l’émission Les Chemins de la musique.

Les années 2000-2010 et la profusion des sources

Avec l’arrivée des chaînes satellites et du câble dans les années 90, puis de la TNT (télévision numérique terrestre) en 2005, les programmes traitant des musiques urbaines se sont multipliés. Il ne s’agit plus seulement de magazines ou d’émissions de variétés mais aussi de séries documentaires ou de sessions live. Tandis que sur le câble, Canal Jimmy propose des documentaires sur la saga du Rock, des chaînes de TNT comme France 4 diffusent des concerts en direct et en public par exemple dans l’émission Monte le son. Depuis quelques années, en accord avec les nouveaux usages et pratiques de consommation, les programmes musicaux diffusés par les chaînes de radio et de télévision ont trouvé sur le web de nouvelles fenêtres de diffusion. En effet, Arte et France Télévision possèdent désormais leurs plateformes numériques de contenus culturels comme Cultureboxéditée par France Télévision ou Arte Concert d’abord appelé Arte Live Web. Parmi ces contenus, on trouve des web-séries documentaires sur la pop culture, comme par exemple la web série  Touche française sur Arte consacrée à la musique électronique française ou des retransmissions de concerts en direct des festivals de l’été  comme le Hellfest.

Finis les magazines diffusés à heure fixe et souvent tard le soir, l’offre des programmes est désormais à portée de clics. Pour attirer un public jeune, les chaînes de télévision délaissent d’ailleurs progressivement la diffusion classique, pour le replay ou la VOD.  Dans ce contexte, tous les courants musicaux, même les plus marginaux tels le rock fusion, le trip hop, ou le dub … sont désormais représentés dans les médias audiovisuels,  à la télévision, à la radio ainsi que sur les plateformes de contenus culturels sur Internet. Ces programmes sont tous archivés par l’INA et consultables dans  leur intégralité dans les centres de consultation de l’Inathèque.

 

[1] Voir aussi le carnet de recherche Sur un son Rap et l’article de Karim Hammou Comment la “banlieue” vint au Rap sur les liens entre le rap français et la télévision.

  1.  Les musiques urbaines regroupent les genres suivants : Pop, Rock, Punk, New Wave, Hard Rock/Métal, Rap, Reggae, Raggamuffin, Techno, House Music, Dance Music, Dub, Trip-Hop, etc. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.