Le fonds Les Rencontres internationales de la photographie d’Arles

Article rédigé par Lara Bochereau et Emmanuelle Dubois, documentalistes multimédia à l’INA, en collaboration avec Laëtitia Larcher, chargée de mission en documentation et valorisation pour le dépôt légal et les fonds patrimoniaux partenaires à l’INA.

Alors que le festival des Rencontres de la photographie d’Arles vient de clôturer sa 53ème édition, cet article rend compte de son histoire à travers ses archives conservées à l’INA. Le fonds patrimonial “Les Rencontres d’Arles” est composé d’environ 1200 enregistrements vidéos et sonores aux formats très variés depuis 1974 et s’enrichit au gré des nouvelles éditions du festival. Ces archives sont consultables pour la recherche dans les centres de consultation de lʼINAthèque, à Paris et en région, et leurs notices documentaires accessibles sur le catalogue en ligne.

 

  1. Le festival, retracé par cinq décennies d’archives
  2. Un fonds aux multiples formats
  3. De la réflexion autour de la photographie à l’émergence de nouveaux talents
  4. Les grandes thématiques et personnalités mises à l’honneur
  5. Les collectionneurs et les collections photographiques
  6. Au-delà des expositions, le secteur de l’édition et les Prix du Livre
  7. Les Rencontres, un lieu d’apprentissage et de transmission
  8. Des photographes mais aussi des artistes de tout horizon
  9. Le nu féminin et la place de la femme
  10. Arles, ville romaine et industrielle, tout devient culture !
    Pour aller plus loin

 

1. Le festival, retracé par cinq décennies d’archives

Le festival des Rencontres de la photographie d’Arles a été créé en 1970 par trois amis : le photographe Lucien Clergue, l’écrivain Michel Tournier et l’historien Jean Maurice Rouquette, à une époque où la photographie est encore considérée comme un art mineur. Avec la volonté initiale de mettre en avant cet art qu’ils aiment et collectionnent – à commencer par la photographie américaine – le festival va rapidement se développer pour atteindre une dimension internationale et toucher aussi bien les amateurs que les professionnels. Aujourd’hui, des dizaines de milliers de visiteurs se pressent chaque année à Arles autour d’expositions, de projections, de colloques, de débats et d’invités prestigieux. Les Rencontres se sont aussi développées autour d’actions pédagogiques dès 1977 avec des stages, des rencontres, de nombreuses tables rondes créant un lien entre néophytes, amateurs et professionnels. En parallèle, la création de l’Ecole nationale supérieure de la photographie d’Arles (ENSP) en 1982 contribue à faire de la ville d’Arles, un épicentre de la photographie.

Ce sont tous ces aspects du festival qui se retrouvent dans le fonds audiovisuel versé par Les Rencontres d’Arles à l’INA. Avec environ 1200 documents consultables dont 898 documents vidéo (1974-2017) et 377 documents audio (1974 – 2016), il est composé de productions des Rencontres d’Arles, de films dont Les Rencontres d’Arles détiennent une copie et de documents audiovisuels personnels produits ou recueillis par les organisateurs, aux contenus et formats très variés. Le fonds contient également de la documentation écrite, incluant notamment les programmes annuels du festival ainsi que des revues et dossiers de presse. Des ressources complémentaires publiées en ligne par le festival à travers son site internet, sa plateforme vidéo (Youtube) et ses réseaux (Twitter) sont archivées par l’INA au titre de la complétude du fonds.

S’étalant sur près de cinq décennies, ce fonds d’archives a une évolution comparable à celle du festival. En parallèle de l’institutionnalisation progressive des Rencontres, les archives audiovisuelles d’abord plutôt expérimentales et parfois informelles de ses débuts deviennent des films produits et réalisés pour la diffusion à plus ou moins grande échelle dès les années 1990-2000. Ces productions vont suivre les évolutions technologiques audiovisuelles, du super 8 au numérique, et les moyens de diffusion, jusqu’à l’arrivée d’internet et la communication quasiment instantanée des images.

Photographe anonyme lors de l'édition 1978 des Rencontres Internationales de Photographie d'Arles, différentes images issues du montage Lucien Clergue : un photographe dans la ville http://inatheque.ina.fr/doc/TV-RADIO/DO_4813977.001Archive Web du site internet www.rencontres-arles.com en 2015

A gauche : Photographe anonyme lors de l’édition 1978 des Rencontres Internationales de Photographie d’Arles, différentes images issues du montage “Lucien Clergue : un photographe dans la ville”. A droite : archive Web du site internet www.rencontres-arles.com en 2015.

2. Un fonds aux multiples formats

A l’image du festival, son fonds audiovisuel présente des formats riches et variés. Il est composé de captations des événements de la semaine d’ouverture : les débats, soirées de projections, concerts, performances, colloques, lectures, tables rondes mais aussi d’interviews, de présentations d’expositions, d’inaugurations, de séances de shooting de casting ou encore d’images d’ambiance du festival, de ses acteurs, de la ville. Egalement de documentaires, de reportages, de séances d’émissions radiophoniques, d’extraits de journaux télévisés, de courts métrages, de créations vidéo, de films institutionnels, de travaux audiovisuels de stagiaires et quelques fois même de documents inclassables ou qui ne semblent pas directement liés au festival. La qualité des images et des sons est variable et une partie des archives relève de documents bruts.

3. De la réflexion autour de la photographie à l’émergence de nouveaux talents

Les Rencontres sont le lieu de réflexions autour des nouvelles technologies, des nouvelles pratiques mais aussi de l’histoire de la photographie. Autant de sujets qui sont discutés dans de nombreux débats, colloques, tables rondes et entretiens croisés filmés et enregistrés à Arles, notamment pendant la semaine d’ouverture. Les archives témoignent de ces questionnements et de l’évolution du milieu de la photographie, comme lors du colloque sur Roland Barthes tenu pour son centenaire en 2015, des rencontres Olympus (Comment devient-on une figure majeure de l’histoire de la photographie, Les nouveaux enjeux de la photographie de rue, Dark Tourism: La Fascination du Désastre, Guerre à chaud, guerre à froid, Partage de vues et d’expériences avec des étudiants de l’’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, …), des entretiens sur la photo vernaculaire ou sur le digital, des captations sonores de colloques sur les enjeux et mutations du marché de la photographie, de ceux de la photographie et de ses publics, ou encore de la photographie en ligne (L’économie des images, Photographie et internet, Photographie et réseaux sociaux), …

Colloque Barthes is Back : Rodolphe Burger tenu en 2015 à l’occasion du centenaire de Roland Barthes

“Colloque Barthes is Back : Rodolphe Burger” tenu en 2015 à l’occasion du centenaire de Roland Barthes, avec Rodolphe Burger, Pierre Alferi, Patrice Blouin, Jean Paul Curnier, Massimo Furlan et Hélène Nancy.

De nouveaux talents sont également mis en avant par des Prix. Chaque année depuis 2001, le Prix Découverte récompense un ou une photographe émergente et met en avant le travail de dizaines d’autres dans une exposition consacrée où les photographes commentent leur travail et répondent aux questions du public, captées comme ici en 2011 ou encore en 2009, et accompagnées de compilations vidéos des œuvres et photographes nominés telle que pour la sélection 2016.

Exposition Prix Découverte des Rencontres d’Arles 2011, présentation de leurs travaux par les deux artistes primés Mikhael Subotzky et Patrick Waterhouse pour leur série sur l'évolution d'un quartier de Johannesburg en Afrique du SudExposition Prix Découverte des Rencontres d’Arles 2011, présentation de leurs travaux par les deux artistes primés Mikhael Subotzky et Patrick Waterhouse pour leur série sur l'évolution d'un quartier de Johannesburg en Afrique du Sud

Exposition Prix Découverte des Rencontres d’Arles 2011, présentation de leurs travaux par les deux artistes primés Mikhael Subotzky et Patrick Waterhouse pour leur série sur l’évolution d’un quartier de Johannesburg en Afrique du Sud.

4. Les grandes thématiques et personnalités mises à l’honneur

Dès les premières éditions, des invités d’honneur, grands noms de la photographie, ont été conviés aux Rencontres. Parmi eux on peut notamment citer Brassaï en 1974, Robert Doisneau en 1975, Bruce Davidson en 1983, avec un passage de Raymond Depardon la même année avant d’être commissaire artistique en 2006, intervenant notamment à cette occasion lors d’une soirée sur les 20 ans de l’agence VU’ et la photo de presse. Y sont également conviés de grands acteurs du milieu comme l’agence Magnum, avec un panorama de Berlin et des événements au-delà du rideau de fer en 1990 ainsi qu’une série de conférence pour les 65 ans de l’agence.

Entretien avec Robert Doisneau sur Antenne 2 Midi le 17 juillet 1980, à propos des Rencontres d'ArlesEntretien avec Robert Doisneau sur Antenne 2 Midi le 17 juillet 1980, à propos des Rencontres d’Arles et l’enjeu de la reconnaissance de la photographie. Consultable sur Ina.fr

Depuis la fin des années 1980, les Rencontres s’articulent autour d’un thème choisi pour chaque édition en résonance avec la création contemporaine. En 2013, pour l’édition Arles in Black, des vidéos ont été produites sur les expositions marquantes, interrogeant les photographes ou les commissaires d’exposition sur leur processus créatif, les mettant en perspective avec l’analyse de l’artiste Arnaud Theval. Parmi les archives consultables pour cette série, on retrouve notamment la rétrospective Sergio Larrain, “Bibi” de Jacques Henri Lartigue, A Fonds perdus de Raynal Pellicier, ou encore Revolution d’Hiroshi Sugimoto.

“Hiroshi Sugimoto, Revolution, Arles 2013”. Consultable également en ligne sur la chaîne Youtube des Rencontres d’Arles

En 2015, ces vidéos se sont généralisées pour présenter une vingtaine d’expositions de l’édition “Vous avez dit festival ?” avec des interviews des artistes et des images des expositions, comme Façades de Markus Brunetti, Malkovich, Malkovich, Malkovich de Sandro Miller, Corée du Nord d’Alice Wielinga, ou I was here, tourisme de la désolation d’Ambroise Tezenas.

Dans les années 2000, sous la direction de François Hebel, des commissaires d’exposition invités se voient confiés une partie de la programmation. Ainsi Martin Parr, Raymond Depardon, Christian Lacroix et Nan Goldin ont été invités à programmer des expositions entre 2004 et 2009. Martin Parr figure d’ailleurs comme une des personnalités récurrentes mises à l’honneur par le festival, comme en témoignent ces archives sur la Collection de cartes postales de Martin Parr en 2002, un documentaire consacré à Martin Parr en 2004, l’exposition MMM avec Mathieu Chedid en 2015, ainsi que la Soirée au théâtre antique pour un retour sur sa carrière en 2015.

Les Nuits : MMM, Matthieu Chedid rencontre Martin Parr.

“Les Nuits : MMM, Matthieu Chedid rencontre Martin Parr”, captation d’une performance musicale du chanteur M avec projections au Théâtre Antique d’Arles, en prolongement de l’exposition “MMM” sur laquelle il a collaboré avec le photographe Martin Parr, juillet 2015.

5. Les collectionneurs et les collections photographiques

Les Rencontres, c’est aussi beaucoup d’expositions de photographies de collectionneurs. Des images qui témoignent d’un thème, d’une époque, d’un pays, d’une histoire, mais qui interrogent également sur les pratiques amateurs et la photographie anonyme. De la photo de famille à la carte postale de lynchage des noirs américains, la place de ces photographies et de cette approche est importante. En rendent compte notamment le colloque Photographie : collectionner… Quelle actualité ?, la collection Polaroïd en péril exposée en 2010, une captation de l’exposition de photographies et cartes postales de lynchage en Amérique par le Center for Civil and Human Right, la collection maoïste de Claude Hudelot, l’exposition “Album Beauty” autour d’albums photos amateurs compilés par le collectionneur Erik Kessels, qui intervient également au sein d’une conférence sur l’inscription de la photographie amateur dans l’histoire de la photographie.

6. Au-delà des expositions, le secteur de l’édition et les Prix du Livre

Les Rencontres soutiennent l’édition photographique depuis la création du festival. Chaque année, des prix sont décernés durant la semaine d’ouverture. A l’heure actuelle on compte trois prix respectivement pour les livres d’auteur, de photo-texte et historique. Les livres sont exposés dans un lieu dédié aux différents prix d’édition des Rencontres durant toute la période festivalière. De nombreux éditeurs figurent parmi les acteurs importants du festival. Les coulisses, le travail des jurys, les soirées de remise des prix ainsi que la place des éditeurs au cœur du festival et du secteur de la photographie sont retracés par les archives, telles que le Prix du Livre en 1986 : le jury au travail et la soirée, la remise du prix du meilleur livre de photographie pour « Travelog » de Charles Harbutt en 1974, la visite de l’exposition consacrée en 2009 à la carrière de Robert Delpire, éditeur, directeur artistique, commissaire d’expositions et producteur de films, ayant contribué à la mise en valeur et à la reconnaissance de la photographie au cours des dernières décennies, ou encore l’entretien avec le photographe et éditeur Claude Nori à propos des changements dans le monde de la photographie et de son édition depuis les années 1960.

Prix du Livre des Rencontres de la photographie à Arles en 1986 : le jury au travail et la soirée

Prix du Livre des Rencontres de la photographie à Arles en 1986 : le jury au travail et la soirée.

7. Les Rencontres, un lieu d’apprentissage et de transmission

Afin non seulement de faire découvrir mais aussi de transmettre, les Rencontres mettent en place des actions pédagogiques autour de la photographie dès 1974 avec des échanges entre professionnels et amateurs, année où Ansel Adams explique ses techniques de prises de vue avec un polaroid, mais aussi à travers l’organisation de stages, comme celui donné par Jean François Jonvelle en 1986.

En 1982, l’Ecole nationale supérieure de la photographie d’Arles (ENSP), étroitement liée au festival, est créée par le directeur des Rencontres Alain Desvergnes, créant ainsi des liens entre les étudiants et le festival, l’apprentissage et le professionnel. L’implication de l’ENSP dans le festival, et vice versa, est notable dans les archives et permet de questionner régulièrement la place de l’enseignement à la photographie, comme relevé dans la captation sonore du colloque “Retour sur 30 années d’ENSP”.

Au début des années 2000, une Rentrée en images est mise en place. S’adressant à des publics scolaires, cet événement a pour but de sensibiliser les élèves dans une démarche d’éducation à l’image en leur permettant de développer leur curiosité et leur esprit critique. Voir la Rentrée en images de 2009.

8. Des photographes mais aussi des artistes de tout horizon

De nombreux artistes ont été mis à l’honneur à Arles. C’est le cas par exemple de l’ami de Lucien Clergue, Pablo Picasso, l’arlésien et grand couturier Christian Lacroix invité du festival mais aussi commissaire et directeur artistique de la 39ème édition en 2008, Patti Smith, à travers une performance musicale devant une sélection de photographies de l’agence Vu’ qui fêtait alors ses 20 ans au Théâtre Antique en 2006, l’auteur compositeur et interprète Graham Nash qui a présenté sa collection de photographies en 1986, ou encore Mathieu Chedid qui a conçu l’exposition MMM avec Martin Parr en 2015.

Reportage sur le grand couturier arlésien Christian Lacroix invité d’honneur des Rencontres d’Arles, dans le JT de 20 heures du 10 juillet 2008 sur France 2, où il évoque l'art photographique.

Reportage sur le grand couturier arlésien Christian Lacroix invité d’honneur des Rencontres d’Arles, dans le JT de 20 heures du 10 juillet 2008 sur France 2, où il évoque l’art photographique. Consultable sur Ina.fr

L’art vidéo et le cinéma ont été aussi mis à l’honneur lors de soirées au Théâtre Antique, avec notamment en 2015 le ciné concert du musicien Rodolphe Burger sur la projection du film du photographe Edward S. Curtis : “In the Land of The Head Hunters”. Les Nuits, des présentations et projections publiques au théâtre antique, ont également été l’occasion de mettre en valeur le travail vidéo de certains photographes. Ce fut le cas pour Hiroshi Sugimoto qui a présenté deux films courts en relation avec son travail photographique, “Accelerated Buddha” et “Colors of Shadow”. Des créations à base d’archives ont également pu émerger à cette occasion, comme le documentaire “Garçons sensibles” réalisé par Sébastien Lifshitz coproduit avec l’INA et les Rencontres d’Arles, sur l’évolution du regard de la télévision sur l’homosexualité masculine, et présenté dans le cadre de l’exposition “Masculinités, la libération par la photographie” aux rencontres de la photographie d’Arles en 2021.

9. Le nu féminin et la place de la femme

Dans les années 1980, le nu artistique féminin occupe une place centrale. Une thématique chère au photographe et co-fondateur du festival Lucien Clergue qui aborde régulièrement la question du corps des femmes à travers son travail et ses interviews. En 1989, il part aux Etats-Unis interviewer des photographes américains, et aborde ce sujet avec Bob Heinecken, Allen Dutton, Ralph Gibson, ainsi qu’avec le photographe japonais Eikō Hosoe, mais aussi avec Charis Wilson, ex-femme et modèle du photographe Edward Weston, qui s’exprime sur son travail pour lui et sur l’œuvre de l’artiste. Des stages sont également organisés sur la prise de vue du corps féminin, comme par le photographe Jean-François Jonvelle en 1985 ou encore le photographe Peter Knapp en 1986. Certains documents présentent des modèles pendant des séances de casting et de shooting ou d’interviews, comme ici à un stage vidéo news en 1985.

Lucien Clergue : un photographe dans la ville, shooting de nu féminin sur la plage, lors des Rencontres Internationales de Photographie d'Arles de 1978.

“Lucien Clergue : un photographe dans la ville”, shooting de nu féminin sur la plage, lors des Rencontres Internationales de Photographie d’Arles de 1978.

De l’autre côté du miroir, le festival a laissé une faible place aux femmes photographes, commissaires ou directrices artistiques (moins de 20%), qui se retranscrit dans le fonds d’archives. Entre 1974 et 1983, seules deux femmes sont invitées d’honneur, Gisèle Freund et Lisette Model, parmi 21 hommes. En 2018, le journal Libération publie la tribune d’un collectif qui dénonce et appelle à une meilleure exposition des femmes artistes dans le secteur de la photographie à l’occasion du festival. Il faudra attendre 2021 pour qu’une plus grande place leur soit faite. Auparavant, de grands noms féminins y ont été ponctuellement valorisées pour leur travail comme Agnès Varda, Sarah Moon ou Nan Goldin. Pour cette dernière, son exposition “The ballad of sexual dependency” en 1987 a notamment été couverte par un reportage sur la 18ème édition, des vidéos de la remise du prix du livre à Nan Goldin, ainsi qu’une interview de l’artiste sur son exposition. En tant que commissaire d’exposition de l’édition 2009, on la retrouve notamment lors d’une rencontre publique, d’une soirée projection au Théâtre Antique ou encore d’une visite d’exposition.

La photographe Nan Goldin lors d’une rencontre publique, alors commissaire d’exposition de l’édition 2009

La photographe Nan Goldin lors d’une rencontre publique, alors commissaire d’exposition de l’édition 2009.

10. Arles, ville romaine et industrielle, tout devient culture !

La ville d’Arles, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, est une actrice importante de ces Rencontres internationales. Durant cette période de juillet à septembre, les professionnels de la photographie, visiteurs, nombreux photographes professionnels et amateurs sillonnent la ville pour la photographier et l’occupent largement. En témoigne en 1984 un reportage où Arlésiens, touristes ou visiteurs rencontrés à Arles répondent à la question “C’est quoi pour vous, les Rencontres ?”, mais aussi une ville multiplement filmée à cette occasion, comme ici en 1988.

Les anciens maires Michel Vauzelle et Hervé Schiavetti avaient tout misé sur l’industrie culturelle et le tourisme, pour maintenir à flot cette ville désindustrialisée qui connait un fort taux de chômage. On les retrouve maintes fois accompagnant le festival, comme en 2010 ou en 2014.

Les lieux d’exposition sont nombreux et ont pour périmètre toute la ville autrefois capitale provinciale de la Rome antique, dont les vestiges perdurent. Les Rencontres, c’est aussi une visite de la ville en profondeur, comme au Théâtre Antique ou en centre-ville.

Les expositions au centre-ville historique d’Arles, ici au Cloître Saint Trophime en 2009.Vue aérienne d’Arles montrant les Arènes et le Théâtre Antique filmés lors de l’édition 1986.

A gauche : Les expositions au centre-ville historique d’Arles, ici au Cloître Saint Trophime en 2009. A droite : une vue aérienne d’Arles montrant les Arènes et le Théâtre Antique filmés lors de l’édition 1986.

L’important site des ateliers de la SNCF fermés en 1984 a inspiré le directeur François Hebel et le scénographe Olivier Etcheverry en 1986 pour y installer l’Atelier des forges, nouvelle terre d’accueil des expositions. Celle de Robert Doisneau, « De vogue à Femmes », étrenne le lieu en 1986. Depuis, les lieux du site tout entier ont été rénovés et aménagés en partie par le Fondation Luma, partenaire du festival.

Nettoyage et préparation de l’Atelier des Forges en mai 1986Nettoyage et préparation de l’Atelier des Forges en mai 1986

Nettoyage et préparation de l’Atelier des Forges en mai 1986, avec l’interview du scénographe des Rencontres d’Arles Olivier Etcheverry.

En 1984, Lucien Clergue converse avec une grande figure locale, Germaine Bessière, ancienne danseuse de cabaret et propriétaire de l’hôtel mythique Nord Pinus. Après le décès de son mari ancien artiste de cirque, elle y vivait recluse avec ses chats et son chien. Vétuste à l’époque des prises de vues, le lieu avait accueilli au temps de sa splendeur de grands toréadors et des célébrités venues les admirer comme Jean Cocteau, Jean Marais, Boris Vian, Pablo Picasso, Ernest Hemingway ou encore Gérard Philippe. Il a été depuis réhabilité en hôtel quatre étoiles.

L’hôtel-Dieu construit au XVIème et au XVIIème siècle devient dans les années 1980 un pôle culturel de la ville. L’Espace Van Gogh, nommé en l’honneur du peintre qui y fut soigné et qui peignit cet hôpital dans nombre de ses toiles, propose un lieu dans lequel où retrouve les expositions du festival.

Des rencontres entre François Hebel, directeur des Rencontres entre 2001 et 2014, et des photographes mis à l’honneur lors du festival ont eu lieu au Centre Pompidou à Paris dans le cadre des cycles de conférences “La Création à l’oeuvre”. Organisées et filmées par la BPI (Bibliothèque publique d’Information), ces captations d’entretiens réalisés dans la continuité du festival font également partie de ce fonds d’Archives. On y retrouve notamment une rencontre avec Martin Parr ou encore une avec JR.

 

Pour aller plus loin

Guide des sources - La photographie dans les collections de l'INA

Le festival des Rencontres d’Arles et l’évolution de la photographie ont par ailleurs été très largement médiatisés par les chaînes télévisées et radiophoniques. Ces archives du dépôt légal sont consultables à des fins de recherche en complément des archives qui composent ce fonds partenaire des Rencontres d’Arles. Un guide des sources consacré à la photographie dans l’ensemble des collections de l’INA (dépôt légal de la télévision, de la radio, et les fonds partenaires), est également consultable et téléchargeable.

Une soirée Lundi de l’INA intitulée “Photographies, histoires d’instants” a également été consacrée à la photographie et aux photographes à travers leur médiatisation. Table ronde émaillée d’archives animée par Thierry Keller, avec comme invités Nathalie Boulouch, maitresse de conférences en histoire de l’art contemporain et de photographie de l’Université Rennes 2 et directrice des Archives de la critique d’art, Françoise Huguier, photographe, Michaël Houlette, directeur de la Maison de la photographie Robert Doisneau et Marie Robert, conservatrice en cheffe chargée de la photographie au musée d’Orsay. Captation du 25 juin 2018.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Documentaliste Ina Theque (12 octobre 2022). Le fonds Les Rencontres internationales de la photographie d’Arles. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4je


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search