Les fonds d’archives écrites de Jean-Christophe Averty

Billet rédigé par Jean-Paul Guéroult et Sophie Rielland, documentalistes à l’INA

Dans l’émission Arcana, Jean-Christophe Averty commentait ainsi l’importance du travail réalisé sur les story-boards de ses émissions : « On ne regarde pas la télévision, on l’écoute. Plus la bande sonore est riche, plus elle est intéressante c’est-à-dire qu’elle vous force à regarder l’image[1]. » Il ajoutait : « Il ne s’agit pas de dessiner, il faut que les idées soient bonnes, c’est le contraire du n’importe quoi, c’est un problème de pure créativité et il n’y a pas de recette. » Ces story-boards sont désormais consultables à l’INA aux côtés de bien d’autres documents graphiques, musicaux, plans de travail qui nous ouvrent l’univers du réalisateur, et permettent de comprendre l’exigence qui l’animait.

En 2017, en effet, à la suite de son décès, les héritiers du réalisateur Jean-Christophe Averty ont confié à l’Institut National de l’Audiovisuel ses archives personnelles qui étaient rassemblées dans sa maison de Suresnes. L’Institut était déjà dépositaire des fonds d’archives professionnelles qui avaient été versés en 2014 et étaient conservés dans son bureau de la Société Française de Production. La réunion de ces fonds constitue un ensemble unique et complet autour de son œuvre.

Le volume de ces fonds rassemblés est impressionnant. Celui de 2017 représente à lui seul 20 palettes, soit 202 étagères, l’équivalent de 220 mètres linéaires. On reconnaît là la profusion qu’avait laissé entrevoir une émission diffusée en 1996 sur Canal+[2], intitulée avec humour : « Il faudrait mettre un peu d’ordre là-dedans ».

A l’issue du travail effectué par les documentalistes, et après avoir “remis un peu d’ordre là-dedans”, plus de 600 boîtes Cauchard, (et autant de notices documentaires) sont désormais accessibles aux chercheurs à l’INAthèque au sein de la Bibliothèque nationale de France[3].

Les documents conservés ont été rassemblés dès les années 1940 et tout au long de la carrière de Jean-Christophe Averty. On se rappelle qu’il est entré à la télévision en 1952, est assistant réalisateur jusqu’en 1955, puis réalisateur. Dans les années 1950, il réalise des émissions pour enfants, mais oriente dès la fin de la décennie son activité dans quatre directions : le jazz dès 1956, les variétés, les dramatiques dès la fin des années 50, les shows au début des années 1960. Il travaille aussi pour la radio et est connu notamment pour son émission Les Cinglés du music-hall. Il est ainsi « metteur en page », selon son expression, à la télévision jusqu’au début des années 2000 et producteur à la radio jusqu’en 2006[4].

S’il est d’abord un collectionneur qui rassemble des collections par passion, il comprend très vite qu’il peut mettre ses propres collections au service de son travail de réalisateur de télévision puis de producteur de radio. Dans ses dossiers, on trouve notamment des story-boards, des partitions, des documents de travail pour ses émissions, des photographies, des programmes de salles de spectacles, des livres, des revues et de la presse illustrée, des dessins de graphistes, mais aussi des classeurs dans lesquels il conservait les articles de presse concernant ses émissions. Il avait organisé ses archives autour de dossiers thématiques, chronologiques ou concernant des personnalités. Tous ces documents montrent comment, dans la préparation de ses émissions, il utilise l’électronique et convoque, comme le précise Anne-Marie Duguet, « plusieurs arts » : la musique, la littérature, la danse, les beaux-arts, le cinéma. Ces collections ont par conséquent été le socle et le terreau de la fabrication de ses œuvres.

Enfin, de nombreuses correspondances (plusieurs centaines de lettres) entretenues avec des téléspectateurs et des auditeurs, mais aussi avec des musiciens des débuts du jazz et des musicologues américains comme Larry Gushee[5] sont également disponibles à l’INA thèque.

Parmi les documents remarquables présents dans les fonds, les story-boards dessinés et mis en page par Jean-Christophe Averty sont à la fois des documents de travail – remis sur le plateau en main propre aux équipes de musiciens, aux chanteurs, chorégraphes, décorateurs, costumiers, cameramen, ingénieurs du son, spécialistes des effets spéciaux –  et de véritables bandes dessinées. Jean-Christophe Averty a appris à faire des story-boards à l’IDHEC, l’Institut des Hautes Etudes Cinématographiques, à la fin des années 1940. Mais, ce n’est qu’à la fin de l’année 1964 qu’il dessine le premier story-board pour le show d’Yves Montand Happy new Yves diffusé le 1er janvier 1965[6].

Il y travaille plusieurs semaines avant l’émission, se met à sa table à dessin et ne s’arrête pas avant d’avoir dessiné 5 ou 6 pages. Ce travail dure environ un mois et demi pour une émission d’une heure trente à deux heures ; il fixe sur le papier ce qui doit être tourné, plan par plan.

Story-board original de l’émission Fille d’amour : Jeanne Moreau chante Norge

Sur la page de gauche du classeur, au format à l’italienne, le réalisateur montre le texte d’une chanson, découpée selon des lignes horizontales en plans. Sur la page de droite Averty dessine chaque plan. C’est un découpage visuel sous forme de bande dessinée avec la position exacte des acteurs. Les personnages et les danseurs sont mis en image. S’il y a des trucages à mettre en œuvre il dessine en superposant des calques les trucages à réaliser par un truquiste[1].

Parmi les trésors découverts dans le fonds Averty, nous avons également la chance de conserver les planches graphiques ayant servi pour la réalisation de l’émission Hommage à Sidney Bechet[2]. Le clarinettiste Sidney Bechet fait partie de ces musiciens qu’appréciait particulièrement Jean-Christophe Averty. Ces planches ont été créées par Pierre Merlin. Peintre, illustrateur, designer, architecte musicien de jazz, il faisait partie d’un orchestre monté par Pierre Atlan, ancien camarade de classe d’Averty du lycée Louis-Le-Grand et dans lequel Averty jouait lui-même. Pierre Merlin est connu en particulier pour avoir réalisé les pochettes de disques des labels de jazz Swing et Vogue au début des années 1950. Il a participé en tant que graphiste à de nombreuses émissions de Jean-Christophe Averty.

Planches dessinées par Pierre Merlin pour les deux soirées consacrées à Sidney Bechet en 1969

Il travaille régulièrement sur des cartes à gratter et à l’aide de plumes fait apparaître le dessin en blanc. Ces planches, une fois achevées, étaient utilisées par Averty de la même manière qu’il utilisait les photographies. Une personne les tenait devant la caméra qui les filmait.

Jean-Christophe Averty a construit de nombreux projets dont certains n’ont pas abouti. Nous en gardons la trace dans ses archives. C’est le cas, par exemple, de ce document intitulé « notes d’intention(s) concernant une éventuelle soirée Thema » qui a attiré notre attention. Daté du 31 mars 2001, le réalisateur proposait alors le fil conducteur d’un documentaire pour la chaîne Arte et dont les interviews seraient réalisées par Pierre-André Boutang. Il se présente dans ce document comme un « spécialiste du music-hall du début du XXe siècle, mais aussi du rag-time et du caf’conc de la fin du XIXe. » Dans la foulée, il cite des œuvres de  la même période adaptées pour la télévision telles Ubu Roi d’Alfred Jarry (1988) et Une visite à l’exposition de 1889 du Douanier Rousseau. Ce document, programme détaillé de la soirée, évoque les rencontres importantes de sa vie, rend hommage aux membres de son équipe, aux grands auteurs, fait le tour de ses  émissions phares, la naissance des Raisins verts et la rencontre décisive avec les protagonistes de l’émission, la productrice Michèle Arnaud et l’auteur Jean-Loup Dabadie. Il souhaite montrer comment il travaille, comment se passent ses préparations d’émissions au cours de « conférences de pré-production ».

Ces trois documents, les story-boards, les planches graphiques et le projet de soirée Arte permettent ainsi de mieux comprendre comment le réalisateur travaillait avec ses collaborateurs. Pour approfondir ces relations, les fonds légués par Max Debrenne, spécialiste des effets spéciaux de 1965 à 1983 et le fonds Josette Verrier, créatrice de costumes qui a suivi le réalisateur depuis l’émission Histoire de sourire viennent en complément des fonds Averty et sont aussi accessibles à l’INA thèque.

Mais la richesse et la variété des fonds ouvrent de nombreuses pistes aux chercheurs dans de multiples disciplines tant sa réflexion sur ce média renvoyait finalement à une conception de l’art : « La télévision est un tableau vivant chez soi. Il faut envoyer au téléspectateur une grande gifle esthétique ou plastique dans la figure. »

 

 

[1] Arcana, les films à sujets musicaux, 22 octobre 1972, 2ème chaîne. Réalisation : Georges Dumoulin. Production : ORTF.

[2] Il faudrait que je mette un peu d’ordre là-dedans, 13 avril 1996, Canal+. Réalisation : Jean-Christophe Averty et Hélène Hazera. « L’œil du cyclone », n° 158. Production Agat Films et Cie.

[3] Ce travail a été mené par deux documentalistes Sophie Rielland et Jean-Paul Guéroult dans le Service des Archives écrites de l’INA dirigé par Agnès de Lens. 52 story-boards d’émissions télévisées, originaux ou copies relatifs aux fonds Averty et Max Debrenne ont été, dans ce cadre, numérisés.

[4] Trois biographes de Jean-Christophe Averty, Jacques Siclier, Anne-Marie Duguet et Sylvie Pierre éclairent son univers et nous ont été particulièrement utiles :  Jacques Siclier, Un homme Averty, Paris, éd. Jean-Claude Simoën, 1976, Anne-Marie Duguet , Jean-Christophe Averty, Paris, Dis Voir, 1989 et Sylvie Pierre, Jean-Christophe Averty, une biographie, Bry-sur-Marne, INA, 2017.

[5] On sait que Jean-Christophe Averty fait plusieurs voyages aux Etats-Unis notamment en 1958 et 1959. Il rencontre des musiciens de jazz de l’Original Dixieland Jazz Band, le premier orchestre de musiciens blancs à avoir gravé en 1917 un disque de jazz et entretient une correspondance suivie avec les musiciens du groupe.

[6] Happy new Yves, 1er janvier 1965, 1e chaîne. Réalisation : Jean-Christophe Averty. Production : ORTF.

[7] « Le gai carnivore », extrait du story-board original correspondant à l’émission Fille d’amour : Jeanne Moreau chante Norge, 30 décembre 1981. 3e chaîne. Réalisation : Jean-Christophe Averty, Production : FR3. Fonds Jean-Christophe Averty, n° 26778, boîte 565.

[8] Hommage à Sidney Bechet, 12 mai1969 et 16 juin1969. Réalisation : Jean-Christophe Averty. Production : ORTF. Fonds Jean-Christophe Averty, n° 26778, boîte 634.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
eroblin (29 mars 2023). Les fonds d’archives écrites de Jean-Christophe Averty. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4jh


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search