Le Nucléaire civil et militaire dans les collections de l’INA

La question nucléaire, toujours d’actualité, est largement représentée dans les collections de l’INA. A travers l’étude du discours entourant le programme nucléaire civil et militaire français dans des contextes géopolitiques mondiaux traversés par les questions coloniales, écologiques et les effets de distanciation entre population et risque nucléaire, ce guide propose d’en suivre l’évolution.

Il s’articule en quatre périodes chronologiques : des premières applications scientifiques aux bombardements d’Hiroshima et Nagasaki (1900-1945) ; de l’escalade des essais atomiques à la bombe atomique française (1945-1973) ; du développement du nucléaire civil et ses contestions à la catastrophe de Tchernobyl et ses répercussions (1973-1996) ; de l’après guerre froide à nos jours ou le temps des interrogations (1996-2022).

Guide réalisé par Gabriel Amiand, étudiant en Master Histoire & Audiovisuel à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Avec la collaboration de Tiffany Anton, chargée de mission en documentation pour les collections web du dépôt légal.

Télécharger le guide en PDF


Sommaire

L’ATOME, DES PREMIERES DECOUVERTES SCIENTIFIQUES A HIROSHIMA (1900-1945)

1- La radioactivité : naturelle et artificielle

2- L’atome entre en guerre

3- Les bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki

 

L’EQUILIBRE DE LA TERREUR ET NOTRE AMI L’ATOME (1945-1973)

1- Présenter une nouvelle réalité : l’escalade des essais et de la crainte de l’apocalypse nucléaire

2- Genèse et prospective des usages de l’énergie nucléaire

3- La bombe française : de l’Algérie à la Polynésie

 

DE CRISES EN CRISES, LA CONTESTATION DE L’ATOME, SON DEVELOPPEMENT ET DE SES CONSEQUENCES (1973-1996) 

1- Plan Messmer et les contestations locales

2- Mondialisation de l’opposition aux armes nucléaires

3- Tchernobyl, catastrophe technologique et écologique

 

LE NUCLEAIRE APRES LA GUERRE FROIDE, FIN DE L’HISTOIRE? (1996-2022)

1- Anciens et nouveaux territoires nucléaires

2- Fukushima, la fin du mythe de la sûreté nucléaire

3 – La France nucléaire, quel héritage et quel avenir?

 


L’ATOME, DES PREMIERES DECOUVERTES SCIENTIFIQUES A HIROSHIMA (1900-1945)

1- La radioactivité : naturelle et artificielle

Aux origines de l’atome

Avant d’être “pacifique” ou “militaire”, l’atome est un objet d’étude en perpétuelle évolution. Il est conceptualisé depuis l’antiquité mais c’est surtout à partir de la seconde moitié du XIXème siècle que sa représentation scientifique s’affine grâce aux avancées successives réalisées par des différent.e.s scientifiques. Les applications sont alors peu nombreuses ou à l’état de théorie. Les émissions consacrées à la genèse théorique de l’atome touchent à de nombreux domaines de pointe traités essentiellement par le biais d’émissions scientifiques qui interviewent des pionniers ou leurs descendants/élèves.

La philosophie de l’atome, Heure de culture française, Programme National, du 14.01.1948 au 13.06.1948, 10’, 13 émissions

Causerie. Série de 13 émissions de Gaston Bachelard sur la notion d’atome, l’évolution des connaissances et des conceptions de l’atome par le champ scientifique.

Conférence de Paul Becquerel sur la découverte du radium, Divers Aspect de la pensée contemporaine, Programme National, 23.12.1948, 12’

Conférence de Paul Becquerel à propos de la découverte du radium par son oncle Henri Becquerel le 26 décembre 1898. Paul Becquerel souligne que si des moyens conséquents avaient été donnés aux chercheurs français, c’est en France que l’on aurait fabriqué la première bombe avec plusieurs années d’avance.

Les rayons X, 1ère Chaîne, 01.01.1949, 13’

Documentaire didactique qui explique comment sont produits les rayons X et quels peuvent en être les usages (radio médicale, radiocinématographie).

Enquête autour de l’atome, En Français dans le texte, 1ère Chaîne, 27.09.1959, 9’

Magazine. Ce reportage en forme d’enquête se compose de plusieurs séquences : un micro-trottoir mené par Philippe Labro qui demande aux passants “Qu’est-ce que l’atome ? » ; une rencontre avec les deux écrivains de science-fiction Gérard Klein et Jacques Sternberg et Alain Dorémieux, rédacteur d’une revue de SF qui évoquent la manière dont ils peuvent représenter l’atome. Enfin, c’est un très jeune garçon, Jean-Pascal Duffard, qui explique, à l’aide d’un dessin, ce qu’est l’atome.

Les chercheurs d’absolu, Portraits de l’univers, 2ème Chaîne, 12.02.1973, 59’

Documentaire de Jean Lallier consacré à la recherche actuelle en physique. Explications scientifiques sur la physique quantique et les recherches menées par Niels Bohr et son équipe. Présentation des différentes théories de la Grèce antique sur la structure de la matière et des découvertes de la fin du XIXème et du début du XXème, qui menèrent à la découverte de l’électron. Témoignage de Léon Rosenfeld (en français), qui était le collaborateur de Niels Bohr. Il évoque leur rythme de travail après la Première Guerre mondiale et pense que la physique, dans les conditions actuelles, se déshumanise en marquant une coupure entre le phénomène naturel et l’expérimentation par la machine.

Histoire des sciences : l’atome, La méthode scientifique, France Culture, 03.09.2020, 58’

Magazine consacré à l’histoire de l’atome. Nicolas Martin reçoit Jean-Michel Courty, professeur à Sorbonne Université, chercheur au Laboratoire Kastler Brossel dans l’équipe “Fluctuations quantiques et relativité” et auteur de la chaîne Youtube Merci la Physique, et Hervé Zwirn, directeur de recherche au CNRS, physicien et épistémologue à l’IHPST. Ensemble ils évoquent les travaux de Niels Bohr : avait-il élaboré son modèle de l’atome ? Comment l’idée d’atome a-t-elle évoluée avant et après lui, au début du 20ème siècle ? Quelle a été son approche pour penser l’atome : ses constituants, son comportement ?

La radioactivité et Marie Curie : icône nationale et scientifique

La figure de Marie Curie est particulièrement présente : ses découvertes sont majeures et l’Institut du radium qu’elle dirige à partir de 1909 reste un haut lieu de la recherche française jusqu’à la seconde guerre mondiale. Sujet de nombreux documentaires et fictions relatant son parcours, elle est intégrée au roman national en tant que grande figure scientifique mais aussi en tant que figure féminine – échappant ainsi à une invisibilisation autrement systématique. Autour d’elle et de sa famille gravitent le thème hautement symbolique de la radioactivité et s’articule une grande partie du microcosme de la recherche française sur le sujet.

Fond CNC : Monsieur et madame Curie, 01.01.1953, 13’

Court film réalisé par Georges Franju. Évocation des travaux des deux savants Pierre et Marie Curie sur la radioactivité. Pierre Curie obtiendra le prix Nobel de physique pour ses recherches.

Souvenirs sur madame Curie, Science vécues, France Culture, 12.05.1967, 40’

Magazine scientifique. Retour sur le parcours de Marie Curie à travers les témoignages de scientifiques dont Marcel Guillot, professeur à la Faculté de Pharmacie, Moïse Haissinsky, CNRS. Ils évoquent leur collaboration aux recherches de Marie Curie, ses rapports avec ses collaborateurs, ses conceptions de la science, la découverte du radium, ses réactions devant la gloire.

Il y a cent ans naissait celle qui allait devenir Marie Curie, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 07.11.1967, 3’45

Presse filmée. Sujet constitué essentiellement d’images d’archives, de photos, de manuscrits pour célébrer la naissance de celle qui allait devenir Marie Curie : documents relatant sa vie et exposés à la Bibliothèque Nationale, manuscrits de Pierre et Marie Curie, textes du “Prix Nobel de Physique” qui leur est attribué en 1903 et du “Prix Nobel de Chimie” attribué à Marie Sklodowska Curie en 1911. Images de Marie Curie dans son laboratoire et du physicien Albert Einstein.

Les pionniers de l’atome, La tribune de l’histoire, France Inter, 06.02.1988, 55’

Entretien avec l’historien et chimiste Bertrand Goldschmidt qui présente son livre Pionniers de l’Atome (1987), précédé d’une dramatique d’Alain Decaux sur les travaux scientifiques de Pierre et Marie Curie.

Marie Curie, Il était une fois les découvreurs, France 3, 04.10.1994, 24’

Animation. Evocation de la vie de Marie Curie, jeune polonaise venue étudier à Paris et qui devint la première femme docteur en sciences, reprendra la chaire de physique de Pierre Curie et sera Prix Nobel.

Juillet 1902 : Marie Curie isole le radium, Les jours du siècle, France Inter, 26.01.1999, 30’

Documentaire. En compagnie de Pierre Radvanyi, de l’Institut de physique nucléaire d’Orsay, le journaliste Ladislas de Hoyos évoque juillet 1902, date à laquelle les scientifiques Pierre et Marie Curie isolent le radium. Interviews des physiciens Marguerite Perrey, Pierre Auger, Albert Laborde, Eve Curie et du président François Mitterrand.

Sorbonne plage, l’aventure du nucléaire français, France 5, 19.04.2006, 1h03’

Documentaire de Frédéric Variot et Alain Rudaz. L’histoire du nucléaire français, de la découverte de la radioactivité à l’arme atomique, à travers celle des familles Langevin, Perrin et Curie. Dans quel esprit ces scientifiques ont-ils vécu à travers leurs découvertes scientifiques et engagements politiques ? Trois descendants racontent l’histoire de leurs illustres ancêtres. Alternance d’images d’archives et interviews des biologistes David Perrin, Pierre Joliot et de la physicienne Hélène Langevin.

Quatre femmes de science : 4ème émission, LSD, la série documentaire, France Culture, 06.10.2016, 55’

Dernier volet d’une série de quatre documentaires d’Olivier Chaumelle, sur le thème des femmes de science, dont les hommes se sont souvent approprié les honneurs des résultats de leurs recherches. Ce documentaire est consacré à la physicienne et chimiste Marie Curie (1867-1934), première femme à avoir reçu le prix Nobel, et seule femme à en avoir reçu deux, pour ses recherches sur les radiations et ses travaux sur le polonium et le radium.

Marie Curie, Tout est vrai (ou presque), ARTE, 30.05.2018, 2.5’

Court métrage d’animation de Udner. “A sa mort, son aura rayonnait tellement que son cercueil a dû être doublé de plomb. Du coup, il pesait lourd quand elle a fait son entrée au Panthéon…”. Ce film retraçe la carrière et les découvertes de Marie Curie.

Radioactive, Canal+, 16.02.2021, 1h45’

Long métrage de Marianne Satrapi. La vie extraordinaire et chaotique de Marie Curie (Rosamund Pike) immense scientifique qui développa la recherche sur la radioactivité et fut récompensée par deux prix Nobel.

L’histoire oubliée des Radium Girls : Des femmes lumineuses, France Culture, 02.02.2019, 29’

Documentaire en deux parties de Marie Chartron consacré à l’usage du radium dans l’industrie du début du 20ème siècle, à travers l’histoire des “Radium Girls”. Ces ouvrières américaines qui peignaient des cadrans de montre avec cette substance radioactive sans être averties de sa dangerosité ont payé de leur santé cette activité et se sont battues en justice pour faire reconnaître leur maladie professionnelle. Entretiens croisés avec des historiens ou écrivains français et américains, illustrés par des archives sonores et des lectures de textes de l’époque.

L’incontournable : aux Etats-Unis, le scandale des “Radium Girls”, Invitation au voyage, ARTE, 01.11.2021, 7’

Reportage. À l’Ouest de New York, dans l’État voisin du New Jersey, se trouve la petite ville d’Orange, cité ouvrière autrefois prospère où Thomas Edison installa ses ateliers et son usine de traitement de minerai. Mais au début du XXe siècle s’y établit également une entreprise de peinture au radium qui empoisonna la vie de ses ouvrières.

Radioactivité : Née sous X, Eureka !, France Culture, 29.07.2021, 55’

Magazine. Elle existe partout autour de nous, depuis la formation de la planète : la radioactivité n’est pas une invention humaine. La compréhension de ses mécanismes, l’aventure de l’atome, ou encore l’invention de la radioactivité artificielle, ont ouvert la porte à une ère atomique, et aux grands bouleversements du XXème siècle. Camilla Maiani, docteure en physique et responsable de la médiation au Musée Curie et Natalie Pigeard-Micault, docteure en histoire des sciences, ingénieure au CNRS et directrice adjointe des ressources historiques au Musée Curie, explorent l’histoire de cette découverte.

Retour au sommaire

2- L’atome entre en guerre 

La bataille de l’eau lourde

Épisode méconnu mais potentiellement crucial de la Seconde Guerre mondiale, la bataille de l’eau lourde montre qu’au-delà de la perspective américaine, la possibilité d’un développement du nucléaire militaire en Europe est présente dans l’esprit des scientifiques, militaires et politiques de tous bords. L’usine de production d’eau lourde située en Norvège devient la clé de l’accession de l’Allemagne nazie à un matériau qui pourrait permettre la réalisation de la bombe atomique, plans contrecarrés par des opérations militaires alliées.

Fonds CNC : La Bataille de l’eau lourde, 01.01.1947, 1h37’

Long métrage de Jean Dréville et Titus Vibe-Müller. Récit d’une mission de sabotage accomplie en 1943 par un groupe de norvégiens réfugiés en Angleterre et parachutés dans leur pays pour anéantir l’usine qui distille l’eau lourde au profit des Allemands. L’eau lourde était un produit crucial dans la fabrication d’une bombe atomique par l’Allemagne nazie.

La bataille de l’eau lourde, Les dossiers de l’écran, 2ème Chaîne, 28.06.1967, 1h25’

Débat. Après la diffusion télévisée du long métrage La bataille de l’eau lourde, Yves Courrière reçoit de nombreux scientifiques : Mr Skodvin, historien norvégien, Margaret Gowing, historienne anglaise et des témoins qui ont participé à la bataille de l’eau lourde, Jacques Allier, Mr Kovarski, savant atomiste, le professeur Wirtz, Mr Nilsen.

Point H, 2ème Chaîne, 01.09.1967, 1h45’

Retransmission en différé du Théâtre de l’Oeuvre, de la pièce en deux actes d’Yves Jamiaque et mise en scène par Pierre Franck. Inspirée d’un fait historique authentique, cette pièce, située en 1942 dans un appartement de Copenhague, relate le cas de conscience du savant atomiste danois, Niels Bohr (Okla Nielsen) qui, pendant la seconde guerre mondiale, fut chargé par les Allemands d’intercéder auprès des Américains afin d’arrêter la course à la bombe. Le savant est arraché à sa retraite pour tenir un rôle essentiel dans l’arrêt simultané des expériences nucléaires de part et d’autre de la ligne de feu, cela grâce à sa célébrité et à ses amitiés dans les deux camps.

Le IIIème Reich n’aura pas la bombe, France 5, 22.09.2019, 52’

Documentaire de Nicolas Jallot. De 1939 à 1944, alertés par les physiciens Albert Einstein et Léo Szilard, les Alliés veulent empêcher le IIIe Reich de mettre la main sur de l’eau lourde, composant essentiel à la fabrication de la bombe atomique. Pour réaliser la fission de l’uranium, la France et l’Allemagne ont impérativement besoin de l’eau lourde fabriquée dans une usine norvégienne.

La responsabilité scientifique face à la guerre : le projet Manhattan

L’entreprise industrielle hors du commun que constitue le projet Manhattan est mise en lumière a posteriori après être restée dans le secret pendant les années de guerre. Lever le voile par des reportages ou des fictions revient à questionner les pensées, les doutes et les aspirations de ceux qui ont participé à ce projet dont le résultat, la bombe, laisse dans son sillage des questions métaphysiques et morales sur l’usage de la science et de la connaissance. Les membres du projet Manhattan témoignent toute leur vie durant dans de nombreuses interviews et documentaires des implications de leurs recherches à la lumière inévitable d’Hiroshima et Nagasaki.

Trentes minutes avec Robert Oppenheimer, 1ère Chaîne, 05.06.1958, 33’

Entretien. Pierre Desgraupes interviewe Robert Oppenheimer, responsable du projet Manhattan. Le physicien est accompagné de son collègue français, Louis Leprince Ringuet, qui échange avec lui sur la responsabilité de l’homme de science dans la société. S’exprimant en français, Robert Oppenheimer évoque ses doutes sur la bombe atomique et se dit néanmoins contre toute restriction de la science et favorable à la prise de conscience par les peuples de ce que serait une guerre atomique.

Los Alamos : Capitale du destin, Cinq colonne à la une, 1ère chaîne, 04.05.1962, 16’

Reportage à Los Alamos au Nouveau Mexique, épicentre scientifique et industriel du projet Manhattan. Interviews des professeurs Tuck, Bishop et De Meuse et de Robert Oppenheimer, à Princeton, qui fut écarté de la recherche nucléaire après la guerre car soupçonné d’avoir des idées communistes.

Les savants sont parmi nous, Un certain regard, 1ère chaîne, 17.10.1967, 50’

Emission du Service de la recherche de l’ORTF. Documentaire de Jean-Pierre Gallo et Jean Claude Bringuier. En 1932 en Europe c’était la paix. Dans les universités de Leipzig, de Gottingen et de Copenhague les émules d’Einstein travaillaient à leurs recherches scientifiques tout en écrivant des vers et en jouant de la musique. Quelques années plus tard cependant, nombre d’entre eux, émigrés en Amérique après la montée du nazisme, participèrent à la fabrication du plus formidable engin militaire de tous les temps, dont le Japon allait faire en 1945 l’abominable expérience. Des années ont passé. Qu’en pensent ces scientifiques aujourd’hui ? Avec la participation de Linus Pauling, Gregory Goodwin Pincus, Robert Oppenheimer et Edward Teller.

L’atome cet inconnu, La Révolution nucléaire, FR3, 07.04.1978, 54’

Documentaire d’Henri Champetier et Claude de Givray. Retour sur l’histoire de l’atome et de la recherche nucléaire (de la découverte du radium, fusion, fission jusqu’à la prise de conscience qu’une bombe atomique était possible). Avec les interviews d’Eve Curie (fille de Marie Curie) des physiciens Otto Frisch, Edward Teller et de l’écrivaine Laura Fermi.

La course à la bombe, TF1, du 06 au 20.05.1987, 1h40’, 3 parties

Téléfilm en trois parties de Jean-François Delassus et Allan Eastman (La course aux médailles, Le camp, La peur) qui relate la fuite des scientifiques européens vers les Etats-Unis dans les années 1930, le développement de la bombe atomique par le projet Manhattan et les états d’âmes des savants responsables d’Hiroshima et Nagasaki après 1945.

Soleil Noir : L’histoire de la bombe, France 3, 23.09.1995, 56’

Documentaire de Craig Mac Arthur. A partir de documents d’archives et de témoignages, il retrace l’histoire de la première bombe atomique. Pourquoi a-elle été fabriquée, par qui, et comment et quel fut le rôle de Robert Oppenheimer ? Quelles furent les réactions après Hiroshima ?

Leo Szilard, un des principaux inventeurs de la bombe atomique, 2000 ans d’histoire, France Inter, 30.04.2003, 27’

Documentaire consacré au physicien Léo Szilard, qui eut, le premier, l’idée de la bombe atomique. Patrice Gélinet reçoit Nicolas Witkowski, physicien et auteur de l’Histoire sentimentale des sciences. La revue de textes de Stéphanie Duncan évoque les textes consacrés à la découverte de la bombe atomique et de ses inventeurs. Diffusion d’extraits sonores de films.

Histoire d’Einstein : la bombe, Histoire de, France Culture, 26.01.2005, 20’

Dix-huitième épisode d’une série de vingt qui retrace le parcours de l’illustre physicien Albert Einstein. Récit de son engagement pacifiste et de son combat contre l’armement nucléaire.

L’Amérique à l’aube de l’ère atomique, Les civilisations disparues, Planète, 04.04.2011, 55’

Documentaire. Historiens et experts en images en 3D reconstituent les lieux, parfois secrets et mystérieux, qui témoignent de civilisations et d’époques révolues. Dans cet épisode, ils se rendent sur les sites d’Oak Ridge et Alamogordo aux Etats-Unis, hauts lieux du projet Manhattan.

Einstein on the Beach, Mezzo, 07.01.2014, 5h30

Retransmission en direct depuis le théâtre du Châtelet à Paris de l’opéra Einstein on the beach de Philip Glass mis en scène par Robert Wilson. Plusieurs mouvements musicaux illustrent des vignettes et des tableaux librement inspirés de la vie et des théories du célèbre mathématicien allemand Albert Einstein, dont la vision a transformé la pensée de son temps.

Twin Peaks the return : 8ème épisode, Twin Peaks The Return, Canal +, 10.08.2017, 56’

Dans cet épisode de la troisième saison de la série de David Lynch, une reproduction en image de synthèse en noir et blanc de l’explosion Trinity du 16 Juillet 1945. L’image est accompagnée par le morceau Thrène à la mémoire des victimes d’Hiroshima de Krzysztof Penderecki. Dans ce même épisode, mais cette fois en 1956, Lynch fait référence à Godzilla avec la naissance d’une sorte de reptile dans le désert où avait explosé la première bombe atomique de l’histoire. Dans la série, ces images s’inscrivent dans le cadre des thématiques de mort et de naissance.

Doctor Atomic à l’Opéra national du Rhin, 06.05.2014, 3h16’

Auteur : Culturebox

Hébergeur : france.tv / Pluzz

John Adams et son librettiste Peter Sellars ont eu l’idée de relier Faust à l’une des plus grandes aventures scientifiques et humaines du siècle passé : le Projet Manhattan, qui devait aboutir à l’élaboration de l’arme la plus méphistophélique de l’histoire, la bombe atomique. Son inventeur, le physicien Julius Robert Oppenheimer (Dietrich Henschel), fait basculer le monde à l’ère du nucléaire. Cet homme qui met en danger l’Humanité entière, fait face aux inquiétudes de sa femme, Kitty Oppenheimer (Anna Grevelius). Doctor Atomic, à l’instar des précédents opéras de John Adams Nixon in China et The Death of Klinghoffer, explore des personnages et personnalités historiques. Attaché au réel, plusieurs des textes présents dans l’opéra ont été adaptés de documents déclassifiés du gouvernement des États- Unis. Ils reprennent les dialogues entre les scientifiques, les officiels et le personnel militaire impliqués dans le projet. [Résumé producteur]

Retour au sommaire

3- Les bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki

Marqueur fondamental d’un changement d’ère, Hiroshima et Nagasaki sont à la fois l’aboutissement de la Seconde Guerre mondiale, un traumatisme national pour le Japon, un crime contre l’humanité et une démonstration de puissance sans précédent pour les États-Unis.

L’évènement et ses commémorations anniversaires

La nouvelle des bombardements atomiques se fait en plusieurs temps. La première réception des images est largement influencée par une maîtrise du discours des États-Unis qui en font un acte nécessaire amenant la paix. L’analogie entre horreur et Hiroshima est plus progressive et se développe au travers des témoignages des victimes des bombardements, les Hibakusha, des commémorations de l’événement et les réactions d’intellectuels. L’interprétation et la lecture historiographique évoluent avec le temps et révèlent le contraste entre la première couverture par les actualités françaises (basés sur des reportages américains) et des documentaires qui intègrent peu à peu une réflexion plus nuancée sur la question des victimes au long terme, le processus de décision politique et militaire. Les commémorations et les visites des lieux participent également à construire une image nouvelle à partir de l’identité pacifique adoptée par les municipalités des deux villes martyrs durant leur reconstruction.

La bombe atomique – Hiroshima, Nagasaki, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 12.10.1945, 2’

Presse filmée. Dans d’énormes usines protégées, 75 000 personnes ont travaillé à la fabrication de la bombe atomique, dont le premier essai a eu lieu dans les déserts du Nouveau Mexique. Vingt jours après cette expérience, la bombe atomique était larguée sur Hiroshima le 6 août 1945, où vivaient 340 000 habitants. Le 9 août, Nagasaki était visée à son tour. Commentaire sur images des usines américaines, ingénieurs travaillant, schéma explicatif, de l’essai nucléaire Trinity du 16 juillet 1945 et vues aériennes des ruines d’Hiroshima et Nagasaki après les bombardements atomiques.

Le Japon : Hiroshima, Paris vous parle, Paris Inter, 10.12.1957, 7’

Causerie.  Michel Droit revient sur son voyage au Japon et à Hiroshima (pourquoi cette ville fut elle bombardée, l’horreur du bombardement, ce qu’on voit aujourd’hui, les conséquences de la radioactivité, la visite de l’hôpital et les cancers d’origine radioactive, le “crime de guerre n°1 de l’histoire du monde”).

Nagasaki et ses souvenirs, Esquisses japonaises, 1ère chaîne, 18.03.1958, 13’

Nagasaki la ville qui meurt, Esquisses japonaises, 1ère chaîne, 20.03.1958, 12’

Reportages de Michel Droit et Jean-Jacques Rebuffat qui font étape à Nagasaki pour visiter la ville, évoquer son passé atomique, ses monuments, ses pratiques religieuses, sa situation économique.

Pendant ce temps à Hiroshima, Panorama, 1ère Chaîne, 29.10.1965, 11’

Reportage de François Chalais sur la ville d’Hiroshima, vingt ans après le bombardement atomique. La ville compte 500 000 habitants et étonne par son dynamisme et sa modernité. La visite du musée de l’Atome rappelle aux visiteurs et aux habitants l’horreur de la bombe atomique. Rencontre avec le professeur Moritaki qui a perdu un oeil dans la catastrophe et regarde depuis “seulement du côté de la paix”. Il dit classer les survivants en deux catégories :  ceux qui ont été anéantis et ceux, comme lui, dont l’événement a fait changer les mentalités.

Hiroshima Débat, Les dossiers de l’écran, 2ème chaîne, 27.04.1967, 1h01’

Débat à l’issue de la diffusion du film Le Grand Secret de Melvin Frank et Norman Panama avec Mme Mami Domoto témoin de l’explosion atomique, le professeur Maurice Tubiana, Mr Kojima, Mr Guillain, Mr Goldschmidt, Mr le préfet Duboc.

Moi, Claude Eatherly, j’ai détruit Hiroshima, Alain Decaux raconte, Antenne 2, 26.11.1980, 1h05’

Alain Decaux raconte l’histoire de Claude Eatherly, pilote américain qui donna le feu vert pour lancer la bombe atomique sur Hiroshima. Après avoir retracé la genèse de la création de la bombe A et les moments qui ont précédé le bombardement, Alain Decaux s’attache à décrire la prise de conscience par Eatherly des conséquences de son acte et la façon dont il milita jusqu’à sa mort contre la bombe.

La bombe de Nagasaki, Journal de 20H, Antenne 2, 07.08.1983, 1’

Sujet. Première diffusion de documents d’archives déclassifiés par le Département de la défense américain montrant les ruines de Nagasaki après l’explosion de la bombe atomique le 9 août 1945 : maisons détruites, ruines calcinées, façade de ce qui reste de la cathédrale, enfants et adultes brûlés, recevant des soins.

Le drame d’Hiroshima et de Nagasaki, La Marche du siècle, France 3, 12.07.1995, 1h30’

Magazine. Jean-Marie Cavada retrace le contexte politique, militaire, sociologique et idéologique de cet événement en axant son émission autour des victimes et des survivants de ce drame. Des médecins et des historiens expliquent comment l’armée américaine a censuré toute information sur les bombardements au Japon, négligeant les soins apportés aux victimes.

Collection : Hiroshima : Le souffle de l’explosion, France Culture, 01.08.2005, 55’, 17 émissions

Série documentaire de Michel Pomarède consacrée à Hiroshima. Il s’agit dans cette série constituée pour l’essentiel d’archives, de raconter l’évènement 60 ans après, de reprendre le film des événements entre l’été 45 jusqu’au Japon moderne en passant par l’anéantissement de Nagasaki, la capitulation japonaise et l’occupation américaine.

Il y a 20 ans Hiroshima, France Culture, 24.04.2007, 1h25’

Rediffusion d’un documentaire produit par Francis Crémieux et réalisé en 1965 à l’occasion du vingtième anniversaire de la première explosion atomique d’Hiroshima. L’émission se compose de trois entretiens de témoins fictifs (un atomiste américain, un historien français et un rescapé d’Hiroshima), interprétés par des acteurs, d’après plusieurs ouvrages.

Enfants d’Armageddon, TV5Monde, 09.08.2010, 50’

Documentaire de Fabienne Lips Dumas qui relate le combat antinucléaire de deux femmes : la petite-fille d’une survivante du bombardement d’Hiroshima et la fille adoptive d’une femme irradiée par une bombe américaine dans le Pacifique.

La tragédie d’Hiroshima et de Nagasaki, Un flash, une bombe, Toute L’Histoire, 04.08.2011, 1h25’

Documentaire de Steven Okasaki. A travers le témoignage de survivants des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, un regard émouvant sur l’héritage douloureux laissé par cette tragédie.

La face cachée de Hiroshima, France 3, 12.10.2011, 1h25’

Documentaire de Kenichi Watanabe. Retour sur les faits qui ont accompagné les premières explosions atomiques de l’histoire de l’humanité, à Hiroshima et Nagasaki.

70e anniversaire de Nagasaki, Arte Journal, ARTE, 09.08.2015, 2’

Reportage sur la commémoration du 70ème anniversaire du bombardement atomique du 9 août 1945. Image de la cérémonie dans le parc de la paix de Nagasaki, discours du maire de Nagasaki Tomishia Taue et du premier ministre Shinzo Abe. Remise dans le contexte des changements de doctrine de la JSDF (Japan Self Defense Force) poussée par Abe et visant à remettre en cause la constitution pacifiste de l’État japonais.

La guerre en plein ciel, De Rouen à Hiroshima, France 5, 29.11.2015, 52’

Documentaire de Nicolas Jallot. Pendant la seconde guerre mondiale la France a fait l’objet de bombardements intensifs par les alliés qui ont aussi faits de nombreuses victimes civiles. La reconnaissance par le sommet de l’État de la violence subie n’est survenue que le 6 juin 2014 dans un discours du président Hollande. Le film revient sur ce choix stratégique des alliés, il établit un lien entre le bombardement américain sur la France et le bombardement atomique sur Hiroshima en 1945 et pose la question “L’Europe a-t-elle servi de laboratoire dans la guerre aérienne?”
Un commentaire sur images d’archives, reconstitutions, photographies, cartes géographiques alterne avec les témoignages des victimes françaises et de rescapés japonais de la bombe atomique d’Hiroshima.

La bobine 11004, Libre Court, France 3, 09.04.2021, 19’

Documentaire de Mirabelle Fréville.  En 1946, huit mois après les bombardements atomiques, une équipe de cinéma de l’armée américaine réalise au Japon un long-métrage documentaire. Plusieurs bobines sont tournées à Hiroshima et Nagasaki, dont la “11004”. Montage de ces images qui ont longtemps été classées « secret défense ».

Hiroshima dans la fiction et l’art

Par sa résonance culturelle et sociétale, Hiroshima a inspiré nombre d’œuvres cinématographiques. Ces dernières sont bien entendu japonaises mais pas seulement, avec évidemment l’incontournable Hiroshima mon amour d’Alain Resnais. Leur diffusion est largement indexée aux programmations anniversaires des chaînes, notamment celles d’ARTE et de France Culture dont les lignes éditoriales sont plus à même de proposer des angles nouveaux et de suivre des thématiques sur le long terme.

Alain Resnais “Hiroshima mon amour” ; 1, Histoire sans image, France Culture, 03.09.1966, 1h50’

Alain Resnais “Hiroshima mon amour” ; 2, Histoire sans image, France Culture, 10.09.1966,1h50’

Magazine. Emissions présentées par Michel Polac qui réunit Alain Resnais, Marguerite Duras et Emmanuelle Riva pour une lecture du scénario de Hiroshima mon amour agrémenté de discussions sur la genèse du projet.

Notes : l’émission est remontée et rediffusée par France Culture le 06.08.1995 à l’occasion du cinquantenaire d’Hiroshima.

Fond CNC : L’été blanc, 01.01.1992, 3’

Film de fiction réalisé par Marc Sieger. Un matin d’été, au cœur d’une maison tranquille, une jeune mère contemple le bébé qu’elle tient dans ses bras. Quelques instants plus tard, ces deux vies vont être anéanties. Nous sommes le 6 août 1945, à Hiroshima, au Japon. Reconstitution d’une scène puis carton avec une citation de Hans Bethe, collaborateur de Robert Oppenheimer.

Pluie noire, ARTE, 01.08.1995, 1h57’

Long métrage de fiction réalisé par Shohei Imamura. Adaptation du roman éponyme de Masuji Ibuse. Le 6 août 1945 à Hiroshima Yasuko est touchée par la pluie noire, un phénomène radioactif dont la mémoire est rapportée par les témoins de l’explosion atomique. Les victimes, les hibakusha, vont devenir, à la manière des gueules cassées, des rappels vivants d’une horreur que la société japonaise a du mal à regarder en face.

Hiroshima mon amour, ARTE, 07.08.1995, 1h26’

Long métrage de fiction d’Alain Resnais. Adaptation du roman de Marguerite Duras. Narration en deux parties, la première portant sur les effets de la bombe atomique sur les villes et les populations d’Hiroshima et Nagasaki. La seconde est centrée sur deux personnages : une actrice française (Emmanuelle Riva) et un architecte japonais (Keiji Okada) dont la romance est l’occasion d’évoquer leur existence et leurs mémoires de la seconde guerre mondiale.

Fond CNC : 200 000 Fantômes, 01.01.2007, 12’

Court métrage de Jean Gabriel Périot. La ville d’Hiroshima, au Japon, avant et après l’explosion de la bombe atomique, en 1945. Montage de photographies noir et blanc et couleur, des plus anciennes (1905) aux plus récentes (2007), illustrant l’histoire de la ville, sa destruction, la reconstruction et la mémoire de l’évènement.

 Notes : 1ère diffusion sur ARTE le 13.06.2007

Portrait de Akaji Maro, Tracks, ARTE, 08.09.2012, 20’

Reportage. Portrait du chorégraphe japonais Akaji Maro. En 1972, il crée sa propre troupe et met en scène des spectacles qui mêlent le théâtre et le butô. Cette danse est née du traumatisme nucléaire des bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki de 1945. Alternance d’un commentaire sur images d’archives et extraits de spectacles et interview d‘Akaji Maro.

Retour au sommaire

L’EQUILIBRE DE LA TERREUR ET NOTRE AMI L’ATOME (1945-1973)

1- Présenter une nouvelle réalité : l’escalade des essais et de la crainte de l’apocalypse nucléaire

Les essais de Bikini

Immédiatement après Hiroshima, les États-Unis décident de mettre en scène leur essais nucléaires. Cette entreprise médiatique répond à plusieurs impératifs : faire étalage d’une puissance dont ils ont alors le monopole, envoyer un message à l’URSS et faire oublier l’horreur d’Hiroshima.

La réalisation des essais dans le Pacifique, après ceux du Nouveau Mexique, ancre l’essai nucléaire dans un certain imaginaire du désert qui reflète à la fois l’absence de conscience écologique de l’époque mais surtout un état d’esprit néocolonial qui ne place pas la vie des habitants des atolls sur un pied d’égalité (même si des images de propagandes mettent en scène le consentement des locaux).

Les essais de Bikini marquent fortement l’opinion publique internationale par la profusion d’images produite durant les opérations ultra médiatisées (700 caméras, des journalistes et observateurs invités). La bombe atomique scelle alors son destin à celui de l’autre grande technologie du XXème siècle : l’image.

L’expérience atomique de Bikini, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 11.07.1946, 3’

Presse filmée. Sujet consacré au lancement de la quatrième bombe atomique américaine depuis le décollage de l’avion Dave’s Dream de l’aérodrome de Kwajalein, le largage et l’explosion sur l’atoll de Bikini, jusqu’à l’analyse des dégâts causés sur une flotte factice.

La seconde expérience atomique à Bikini, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 08.08.1946, 2’

Presse filmée. Sujet consacré au second essai nucléaire de l’opération Crossroads, baptisé “Baker” déclenché le 25 juillet dans l’atoll de Bikini. L’opération conduite par les États-Unis avait pour but de valider la puissance destructrice de bombes A sur des navires et des sous-marins cobayes ou cibles positionnés aux alentours. Commentaire sur une carte du dispositif de Baker, des images filmées à bord d’un navire de la préparation et du déclenchement de l’expérience, de l’explosion sous-marine à faible profondeur filmée à 15 kilomètres de distance, de navires échoués et d’animaux cobayes survivants sur le rivage d’une île de l’atoll.

Le problème de la bombe atomique, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 29.09.1949, 1’

Presse filmée. Déclaration de d’André Labarthe, observateur français à Bikini, sur le problème de la bombe atomique russe. Rappel en images de la catastrophe causée par la bombe atomique à Nagasaki et Hiroshima.

1946 : Essais atomiques à Bikini, Mystères d’archives, ARTE, 14.08.2009, 26’

Documentaire de Serge Viallet réalisé à partir d’images d’archives et consacré aux essais atomiques menés par les États-Unis en 1946, dans l’atoll de Bikini dans l’océan Pacifique. Cette opération militaire baptisée Crossroads a une double mission : militairement, elle doit permettre aux Etats-Unis de mieux maîtriser une arme qu’ils sont les seuls à posséder ; politiquement, elle est un avertissement adressé aux soviétiques en ce début de Guerre froide. Ces deux explosions sont filmées avec un nombre considérable de caméras. Près de 700 photographes et cameramen, essentiellement militaires, sont dépêchés sur place. Depuis que le cinéma existe, jamais un événement n’a été autant filmé. A Bikini, la Navy tourne toute une série d’images largement mises en scène pour United News, véritables outils de propagande financé par le gouvernement américain.

Tu mourras moins bête – Chèvre atomique, 02.03.2020, 4’

Auteur : ARTE

Plateforme : ARTE TV

Episode de la série d’animation Tu mourras moins bête (narrée par François Morel). Il est consacré aux expérimentations américaines sur le psychisme des chèvres face aux explosions atomiques.

Bikini : Filmer les essais nucléaires, History Catchers, Fonds DPA, 08.11.2020, 3’

Série documentaire de Anne Thévenin, Julien Gaurichon et Serge Viallet. Cette émission est consacrée aux essais nucléaires de Bikini. En juillet 1946, moins d’un an après les bombardements atomiques de Hiroshima et de Nagasaki, des centaines de cameramen filment les explosions de deux nouvelles bombes atomiques, encore plus puissantes lors d’essais nucléaires dans l’atoll de Bikini. Ils font des images depuis des avions, des bateaux, les opérateurs ont été recrutés à Hollywood.

Prolifération atomique et bombe H

Après les essais de Bikini, l’image de l’explosion atomique connaît une croissance exponentielle. Avec la prolifération nucléaire qui voit l’URSS (1949) puis le Royaume-Uni (1952) se doter de la bombe, les essais sont de plus en plus nombreux et puissants. Ils viennent rythmer les actualités filmées qui relatent cette course à l’armement qui s’appuie sur développement technologique (la bombe H). Cette médiatisation entretient l’équilibre de la terreur qui se fait ressentir à travers des commentaires alarmistes et qui agitent le spectre d’un holocauste nucléaire.

La bombe à hydrogène, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 02.02.1950, 2’

Presse filmée. Retour sur les réticences morales exprimées par les scientifiques quant à la réalisation d’une bombe à hydrogène, voulue par le président Truman. Explication du processus de la bombe H, comparaison avec la puissance du soleil et animation qui simule une carte de France anéantie par des explosions. Images aériennes des ruines d’Hiroshima après l’explosion de la bombe atomique, discours apocalyptique.

La bombe atomique anglaise, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 11.12.1952, 1’

Presse filmée. Sur l’archipel de Montebello en Australie, l’Angleterre a procédé à l’explosion de sa première bombe atomique. Images des préparatifs, du décompte et de l’explosion

Explosion atomique au Nevada, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 26.03.1953, 2’

Presse filmée. Sujet sur l’essai atomique dans le Nevada : préparation de maisons témoins avec à l’intérieur des mannequins à l’image de la famille américaine standard (similaire à ceux des iconiques Doomtown du film de l’Operation Cue de 1955). Images des troupes prenant place dans leurs tranchées face à l’explosion, du public de journalistes illuminé par l’explosion. Test retransmis en direct à la télévision américaine.

Iles Marshall, nouvelle expérience atomique, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 08.04.1954, 2’

Presse filmée. Diffusion d’images déclassifiées d’un essai de 1952, préparation du tir et explosion. Le commentaire fait état de l’accident du Daigo Fukuryu Maru de 1954, le ton est apocalyptique, on calque les effets de la bombe sur Paris. La musique est dramatique, le commentaire parle “de l’angoisse atomique qui étreint l’univers” et conclut par cette question : “la fin du monde est-elle pour demain ?”.

Explosion de la bombe H anglaise, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 05.06.1957, 1’

Presse filmée. Dans le Pacifique sud, le Royaume Uni vient de rejoindre les États-Unis et l’URSS au rang des puissances atomiques maîtrisant la fabrication de bombes à hydrogènes. Musique orchestrale dramatique.

Emotion après l’explosion d’un bombe atomique soviétique, Inter Actualités de 19h15, France I Paris-Inter, 23.10.1961, 6’

Reportage. Explosion d’une arme thermonucléaire soviétique en Sibérie qui inquiète fortement les pays d’Europe du Nord. Rumeurs d’une explosion de 50 mégatonnes (qui a en fait lieu une semaine plus tard, la Tsar Bomba). Interview du professeur Rotet qui décrypte les informations sismiques et micro-trottoir dans les rues de Paris.

La bombe atomique chinoise, JT 13H, 1ère Chaîne, 27.06.1973, 1’

Reportage. Dans le contexte d’une détente américano-soviétique et d’une rencontre Brejnev-Pompidou, la Chine procède à une explosion thermonucléaire. Diffusion d’images d’archives issues de films de propagande.

Retour au sommaire

Peur, philosophie et défense civile de l’âge atomique

Alors que les États continuent leur course effrénée, la société civile tente de trouver des réponses à l’angoisse atomique. Les mouvements pour l’abolition de l’arme atomique et la paix (marqués à gauche) militent tandis que les exercices de sécurité civile, amplifiés par le cinéma et la télévision, sont organisés pour préparer la population à la guerre nucléaire dans un climat anxiogène.

Fond CNC : Ca ne peut plus durer, 01.01.1952, 19’

Film de propagande réalisé par Henri Aisner et produit par le Conseil Mondial de la Paix. Un appel à la paix dans le contexte de la guerre de Corée et de la course à l’armement nucléaire symbolisée par les essais atomiques à répétitions. Le conseil pour la paix est une organisation fortement liée à l’URSS durant la guerre froide, il réunit des mouvements pacifistes sur plusieurs continents. Avec des interventions de Simone Signoret et Yves Montand.

La libre pensée : L’homme et la bombe, Divers aspects de la pensée contemporaine, Programme National, 13.06.1954, 14’

Causerie de Jean Cotereau (délégué national à la propagande de la Libre pensée française) sur le thème de la bombe atomique. Réflexion sur la moralité de l’âge atomique et les dilemmes existentiels qu’il provoque depuis Hiroshima et Nagasaki (mis en parallèle avec Dachau et Buchenwald).

En cas de malheur, Cinq colonnes à la une, 1ère chaîne, 07.10.1960, 12’

Reportage. Documents montrant le dispositif de défense nucléaire de l’Occident en cas de guerre. Présentation, en particulier, des activités et des séances d’entraînements des militaires des bases atomiques de Cottesmore et de Marham en Grande-Bretagne. Interview de Dennis Mitchell, commandant de la base de Cottesmore : il parle de ses responsabilités, des séances d’entraînement, des moyens de contrôle du lancement de la bombe nucléaire.

Livre blanc de Cinq colonnes : La Suède s’enterre, Cinq colonnes à la une, 1ère chaîne, 04.03.1966, 39’

Reportage consacré à la préparation de la Suède, pays neutre et pacifique, à l’éventualité d’une guerre atomique. La sécurité civile du pays est déclinée dans les écoles, les usines, les hôtels et toutes les composantes de la société suédoise se préparent par des exercices à réagir à la panique et se mettre à l’abri.

Documentaire-The War Game (La BOMBE NUCLEAIRE), 30.09.2007, 46’

Chaîne : Bienvenu chez EinsteinXP!

Plateforme : TF1 / Wat

La Bombe (The War Game) est un docufiction de Peter Watkins sorti en 1966 sur les effets d’une guerre nucléaire sur la population britannique. Le résultat crû et sans concession choque la BBC, qui a commandé le téléfilm, le gouvernement britannique décide de censurer The War Game avant qu’il puisse être diffusé. Le film ne sera diffusé à la télévision qu’en 1985 à l’occasion du quarantième anniversaire d’Hiroshima. VOST FR.

La paix par la peur ; Les grands contemporains, Point Contrepoint, 2ème chaîne, 09.12.1969, 53’

Emission de Daniel Costelle et Pierre Mignot. Recueil de témoignages d’intellectuels qui s’expriment sur la portée philosophique et morale du danger atomique qui menace l’humanité : Gaston Bouthoul, Jean Rostand, Robert Oppenheimer, Louis Ferdinand Céline, Albert Schweitzer. Entrecoupé de reportages sur les bases de lancement de missiles balistiques, interview de la famille d’un des opérateurs du centre, du général Holloway.

La bombe ou la vie, C’était hier, 3ème chaîne, 14.03.1973, 54’

Document à base d’archives d’Henri de Turenne et Pierre Laroux. Cette chronique des années 1945 à 1955 à base d’archives relate le développement de l’équilibre de la terreur avec la prolifération nucléaire et l’hystérie de la guerre froide, leur effet sur l’air du temps et les mentalités. La chasse aux sorcières touche les scientifiques et les intellectuels aux États-Unis comme en France. Pendant ce temps, les guerres continuent, à commencer par celle de Corée.

L’alerte atomique est permanente, Les dossiers de l’écran, 2ème Chaîne, 13.11.1973, 1h09’

Débat sur le thème de la confrontation des deux grands et de l’humanité face à la menace atomique. Avec la participation du général Georges Buis de la Fondation pour les études de défense nationale, Pierre Salinger, ancien conseiller du président Kennedy, Samuel Pisar, avocat international auteur de Les armes de la paix, Serge Zykov, représentant permanent à Paris des Izvestia, Jacques Isnard chroniqueur militaire au Monde, Aldebert Weinstein, journaliste allemand, le colonel Pierre Cremer, professeur à l’Ecole de guerre de Bruxelles.

Einstein, Sisyphe Heureux, Mister Albert Doktor Einstein. Documentaire, France Culture, 16.08.2013, 59’

Documentaire de Christine Lecerf consacré aux dernières années d’Albert Einstein et à son engagement contre l’utilisation du nucléaire pour la guerre. Des historiens et spécialistes évoquent le savant, son exil, sa solitude.

Hubert Reeves : l’atome, la bombe et la guerre froide, A voix nue : grands entretiens d’hier et d’aujourd’hui, France Culture, 04.06.2019, 29’

Entretien. Jeune astrophysicien en pleine guerre froide aux États-Unis puis en Europe, Hubert Reeves fait état des débats autour de la bombe atomique qui secouent la communauté scientifique. De 1960 à 1964, Hubert Reeves enseigne la physique à l’université de Montréal et il est conseiller pour la NASA. Mais souffrant du climat de la révolution tranquille au Canada -les collaborations scientifiques avec les programmes anglophones sont stoppées -, il décide de rejoindre l’Europe, s’installe finalement en France en 65 et travaille pour le CNRS et le CEA. Hubert Reeves fait également des voyages en Russie où il rencontre Iakov Zeldovich, astrophysicien, dont les recherches sur les bombes A et H reflètent les débats éthiques et politiques dans lesquels les scientifiques sont pris en pleine guerre froide.

Guerre et cinéma 1 : logistique de la perception, Paul Virilio, Cahiers du cinéma – Editions de l’étoile, 1984

Monographie. Essai sur la photogénie de l’image et de la guerre, le lien entre visibilité et armements, l’image atomique.

L’épreuve du réel à l’écran : essai sur le principe de réalité documentaire, François Niney, Thèse en recherches cinématographiques et audiovisuelles, sous la direction de Gérard Leblanc, 2000

Monographie. Cette thèse de doctorat (mention du prix de la recherche Inathèque en 2000) « questionne nos manières de représenter et voir la réalité à travers le discours des images, ainsi que les régimes de croyance que suscite la soi-disant “objectivité” des prises de vue ». Le chapitre Terreur nucléaire : le cinéma à l’épreuve de la bombe propose l’examen de films documentaires de la seconde guerre mondiale et de l’après-guerre traitant de la bombe atomique.

La crise des missiles de Cuba et autres aléas liés aux arsenaux nucléaires

Point culminant des tensions Est-Ouest, la crise des missiles de Cuba est suivie quasiment en direct par les médias. Elle met en exergue les tensions croissantes entre les deux blocs, le pouvoir décisionnel immense donné aux chefs d’États et la fragilité extrême sur laquelle repose la survie de l’humanité. La paranoïa généralisée de la période est illustrée par des affaires d’espionnage et des rhétoriques xénophobes. La prise de conscience qu’un point de non-retour pourrait être atteint va mener à une désescalade et la signature en 1963 entre l’URSS, les États-Unis et le Royaume-Unis d’un traité indiquant l’abandon des tests atmosphériques.

La crise met aussi en avant le potentiel d’un développement technologique qui a vu les bombardiers stratégiques rejoints par des missiles toujours plus perfectionnés et renforcés par le vecteur sous-marin. La perspective américaine est largement représentée du fait d’accord de production et de diffusion des actualités, tandis que l’URSS bénéficie d’une visibilité moindre. La multiplication des risques potentiels mène également à des épisodes, souvent moins connus, où la manipulation des arsenaux nucléaires peut par inadvertance créer des accidents.

Arrestation de Harry Gold, espion atomique, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 22.06.1950, 1’

Presse filmée. Sujet sur l’arrestation aux États-Unis du jeune savant Harry Gold accusé d’avoir livré des secrets militaires à l’URSS.

La production en série de missiles, Non Utilisés, Actualités Françaises, 1.01.1959, 2’

Presse filmée (sujet non utilisé). Mise en place d’une fusée au Cap Canaveral et visite des bâtiments de chez Chrysler où sont étudiés et fabriqués les missiles. Divers plans montrent la construction des différentes parties d’une fusée et des fusées recouvertes de bâches, prêtes à être dirigées vers leur rampe de lancement.

Lancement du sous-marin atomique Nautilus, JT 20H, 1ère Chaîne, 25.01.1954, 1’

Sujet. Images (document muet) du baptême à Groton (Connecticut, États-Unis) du 1er sous-marin nucléaire américain le Nautilus. La foule est venue assister au lancement du sous-marin sur sa rampe de lancement. La marraine, Mme Eisenhower, casse la bouteille de champagne sur la coque du submersible qui glisse dans la mer.

A quoi rêve Von Braun, Cinq colonnes à la une, 1ère Chaîne, 03.08.1959, 10’

Reportage. Ingénieur allemand, Wernher Von Braun attira l’attention d’Hitler par ses expériences sur l’envoi de fusées. Il mit successivement au point les premiers missiles que furent les V1 et les V2, qui bombardent Londres et Anvers en 1939-1945. Il se rendit aux Américains et partit aux États-Unis où il fut naturalisé. Il travaille désormais à la mise au point de fusées capables de voyager dans l’espace.

Le film de la crise, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 31.10.1962, 3’

Presse filmée. Récapitulatif des évènements de la crise de Cuba dite “crise des missiles”, après le survol de la région par des avions américains U2 et la découverte de rampes de lancement de fusées offensives installées par les soviétiques. Cet événement restera comme un des moments clés de la Guerre Froide.

Soixante jours sous les mers, Cinq colonnes à la une, 1ère Chaîne, 03.05.1963, 16’

Reportage. Après la disparition du Thresher le 10 avril 1963 dernier en plein Atlantique avec 120 personnes à bord, le reporter Martin Agronsky a accompagné l’équipage du George Washington, sous-marin atomique semblable au premier. Comment vit-on durant deux mois, loin de toute nature et de civilisation, avec à son bord des armes d’un tel pouvoir destructeur…

Tratado de prohibición para los ensayos nucleares = Traité d’interdiction des essais nucléaires, Noticiero ICAIC Latinoamericano : Actualidades cubanas e internacionales, Fonds ICAIC, 18.08.1963, 1’

Presse filmée cubaine. A Moscou, la signature sur l’interdiction partielle des essais nucléaires est le signe de la réussite de la politique de paix menée par l’Union soviétique et approuvée par Fidel Castro. Différents plans d’une réunion et de la signature du traité par le secrétaire d’État de JF Kennedy, Dean Rusk, le ministre des Affaires étrangères soviétique Andreï Gromyko et le secrétaire d’État aux Affaires étrangères britannique Alec Douglas-Home, ils se serrent la main. Plan du Premier ministre d’URSS Nikita Khrouchtchev s’adressant à l’assistance.

Bombe H perdue au large de Palomares, A voix haute à voix basse, France Inter, 26.01.1966, 6’

Magazine. Au large d’Almeria en Espagne, un bombardier américain B52 a perdu une bombe H, déclenchant l’opération de sauvetage Palomares. Cet épisode de “broken arrow” (nom donné à ce type d’incident) est commenté par un expert des armes atomiques. Il se veut rassurant quant à la sécurité entourant les conditions de détonation des bombes.

Affaire du B52, JT 20H, 1ère chaîne, 23.01.1968, 5’

Reportage consacré à l’opération de sauvetage Palomares au Groenland : un bombardier stratégique américain de la base aérienne de Thulé s’est écrasé avec à son bord des bombes H. Les opérations de recherches sont difficiles en raison de la nuit polaire et des températures extrêmes. Commentaire sur images de contestations au Danemark, carte du Groenland et analyse du chef d’expédition glaciologique française.

Canada satellite soviétique, TF1 Actualités 20H, TF1, 27.011.1978, 1’

Reportage. Retour sur l’explosion d’un satellite soviétique équipé d’un réacteur nucléaire dans le nord du Canada : animation sur trajectoire du satellite et l’endroit où il est tombé.

22 Octobre 1962 : le jour où la guerre nucléaire a failli éclater, Histoire d’un jour, FR3, 15.02.1985, 1h52’

Emission à base de documents d’archives de Maurice Dugowson et Philippe Alfonsi qui porte une double ambition : retracer le déroulement de la “crise des fusées de Cuba” et répondre à la question de ce qui aurait pu se passer si l’affrontement s’était poursuivi.

L’affaire Rosenberg, 2000 ans d’histoire, France Inter, 28.11.2003, 27’

Documentaire à base d’archives. Patrice Gélinet reçoit Florin Aftalion auteur de La trahison des Rosenberg, pour faire le point sur cette affaire d’espionnage qui a enflammé le monde au moment de la guerre froide et a mobilisé les opinions publiques. Ethel et Julius Rosenberg ont été reconnus coupables de trahison au profit de l’URSS en transmettant des secrets nucléaires qui ont permis à l’URSS d’obtenir la bombe plus rapidement. Ils ont été exécutés en 1953 en pleine chasse aux sorcières du maccarthysme.

Le jour où la terre s’arrêta : 1962, la crise des missiles de Cuba, Public Sénat, 31.01.2015, 49’

Documentaire de Sylvain Desmille consacré à la plus importante crise de la Guerre Froide : la crise des missiles de Cuba, déclenchée le 16 octobre 1962, lorsque le président Kennedy apprend que les Soviétiques ont installé des missiles à Cuba, qui visent les États-Unis. Pendant deux semaines, on craint le déclenchement d’une guerre atomique. Le documentaire se base sur des enregistrements des services secrets des conversations du bureau ovale et de la salle des conseils de la Maison Blanche, qui viennent d’être rendus publics, après avoir été gardés secrets pendant 50 ans. Déroulement étapes par étapes de la crise, processus des prises de décision des dirigeants Kennedy et Khrouchtchev, pour éviter la guerre.

La fiction en cas d’apocalypse nucléaire

L’effervescence médiatique et l’omniprésence de la peur de l’apocalypse nucléaire se traduit par une production de fiction sur le sujet pléthorique. L’âge nucléaire s’immisce dans tous types de production (films de genre type série B, blockbusters, adaptations littéraires ou films de la Nouvelle Vague). Les allusions sont plus ou moins frontales, la métaphore du monstre mêle peur du nucléaire et peur du communisme alors que l’idée d’apocalypse est partout dans les scénarios de science-fiction. Moins prégnante en France, une culture survivaliste se développe dans les marges autour de l’imagerie de l’abri antiatomique.

Extrait du film “le monstre des temps perdus” (1953), Actualités régionales Îles de France, France 3 Paris Ile de France, 17.04.1976, 1’

Sujet. Bref extrait d’un film réalisé en 1953 aux États-Unis par le français Eugène Lourié. Ici, le monstre est un gigantesque dinosaure réveillé par un essai nucléaire au-dessus du cercle polaire. Sorti un an avant Godzilla (1954 au Japon), il en est une grande inspiration. La créature est animée par Ray Harryhausen.

Des monstres attaquent la ville, ARTE, 28.02.1999, 1h28’

Long métrage de Gordon Douglas. Dans le désert du Nouveau Mexique un shérif et son adjoint enquêtent sur des morts étranges qui les mènent à découvrir une colonie de fourmis géantes. Les autorités finiront par les raquer et les exterminer après avoir fait le lien entre ces fourmis et les essais atomiques datant de 1945.

La planète des singes, Direct 8, 21.06.2009, 1h50’

Long métrage de Franklin J. Schaffner. Adaptation du roman éponyme de Pierre Boulle (1963). Des astronautes américains se réveillent d’une hibernation de 2000 ans et découvrent une planète où le rapport de domination entre l’espèce humaine et les singes est renversé. Le film se termine par la découverte de la statue de la liberté, faisant réaliser aux humains que cette planète est la Terre, 2000 ans après une guerre nucléaire.

La jetée, ARTE, 03.09.1995, 26’

Court métrage de Chris Marker. Film expérimental réalisé à partir d’un montage photographique (“photo-roman”) et portant sur le thème de la mémoire. Le protagoniste principal est témoin de la troisième guerre mondiale, que le public de l’époque peut aisément interpréter comme nucléaire (avec des images de ruines qui renvoient à la seconde guerre mondiale). Les survivants se réfugient dans les souterrains de la ville et y vivent reclus.

Dr Folamour ou comment j’ai appris à ne plus m’en faire et aimer la bombe, La chaîne parlementaire Assemblée Nationale, 07.02.2016, 1h25’

Long métrage de Stanley Kubrick. Sorti en 1964, le film retranscrit de manière satirique la paranoïa engendrée par l’équilibre de la terreur. Devenu fou, le général Jack D. Ripper envoie ses avions bombarder l’URSS ce qui force l’état-major à se réunir et débattre d’une guerre nucléaire, faisant ainsi la démonstration de son absurdité. Ancien nazi (analogue à Wernher Von Braun) le docteur Folamour est convoqué pour expliquer aux dirigeants le fonctionnement d’une machine autonome, la Doomsday Machine capable de déclencher à elle seule l’apocalypse nucléaire. Le film se termine avec ironie sur une évocation d’une guerre nucléaire.

Alerte Générale, SOS Fréquence 17, 1ère chaîne, 21.04.1969, 53’

Téléfilm de Claude Boissol. Un agent secret, Lindort, arrive à l’aéroport d’Orly avec un chien et une statue de Bouddha, dans laquelle se trouve un filtre hautement radioactif ayant recueilli des informations sur une explosion atomique chinoise. Des gangsters s’emparent de la statuette et une poursuite s’enclenche, la gendarmerie traque les fuyards en suivant la radioactivité. Voulant passer en Suisse, le dernier membre de la bande menace de lâcher le filtre dans le lac de Genève, mettant en danger la population de toute la région.

Collection : SIAL IV, Chaîne non déterminée, 01.01.1973, 53’, 4 épisodes

Téléfilm de science-fiction en 4 épisodes d’Ado Kyrou produit en 1969. Adaptation du roman de science-fiction Pygmalion 2113 (Deadly Image) d’Edmund Cooper paru en France en 1959. Un ingénieur spécialisé dans la construction d’abris atomiques, Denis Lange, assiste aux dernières heures de l’humanité lorsque l’inévitable se produit : la guerre atomique. Après une hibernation de plus d’un siècle dans l’un de ses abris, il se retrouve dans Sial IV, une cité souterraine habitée par des robots ultra-perfectionnés, les Androïdes, que dirige un bien nommé Machiavel.

Plate forme 70 ou l’âge atomique, La fabrique de l’histoire, France Culture, 04.03.2002, 2h25’

Magazine présenté par Emmanuel Laurentin composé de ses rubriques habituelles suivies d’un reportage et d’un débat sur un canular radiophonique sur le thème de la peur nucléaire diffusé en février 1946. Cette fiction intitulée Plate-forme 70 ou l’âge atomique devait selon son auteur Jean Nocher, mettre en garde la population française contre les dangers de la bombe nucléaire. Or sa diffusion fut le prétexte choisi par le ministre de l’Information de l’époque, Gaston Deferre, pour démettre de ses fonctions le directeur de la Radio Diffusion Française, Claude Bourdet.

Extraits de l’émission ponctués des témoignages et commentaires de André Gillois (entretien de 1995), Paul Robert, Bernard Lauzanne, André Chanu, Claude Bourdet (archive).
Table ronde avec les historiens Agnès Chauveau, Cécile Meadel, René Duval et Jean-Jacques Becker sur les conditions de création de cette oeuvre radiophonique. Les invités rappellent le contexte politique de février 1946, les conditions et l’organisation de la diffusion radiophonique sur les ondes, l’instauration du monopole d’état, le poids de cette radio dans les médias au lendemain de la Libération. Ils analysent les réactions des auditeurs de l’époque, les raisons du limogeage du directeur de la radio de l’époque, la suite de la carrière tourmentée de Nocher, les limites de cette fiction-canular dans le paysage politique et radiophonique.
Ils répondent aux questions suivantes : pourquoi a-t-on diffusé cette émission au lendemain des explosions nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki ?
Pourquoi a-t-on orchestré ce scandale ? Pourquoi a-t-on limogé le directeur de la radio de l’époque ?

Retour au sommaire

2- Genèse et prospective des usages de l’énergie nucléaire

La France ou le chantier d’une nation nucléaire en quête de grandeur

Le développement du nucléaire français reprend son cours après la guerre sous l’impulsion du Général de Gaulle et de scientifiques comme Frédéric Joliot-Curie qui vont fonder le commissariat à l’énergie atomique (CEA). Sous la quatrième République, le programme nucléaire civil avance non sans être impacté par le climat de la guerre froide et les prérequis à un programme militaire présents dès l’origine mais qui ne se matérialisent véritablement qu’à la fin des années 1950. La recherche atomique crée de nouveaux territoires pour la recherche (Saclay, Marcoule) et l’extraction d’uranium tandis que les institutions se développent pour soutenir l’effort scientifique et préparer la transition industrielle et politique de l’atome.

Inauguration officielle de la première pile atomique française au fort de Châtillon, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 23.12.1948, 1’

Presse filmée. Près de Paris, au Fort de Châtillon, Zoé la première pile atomique française, commencée en 1945, est entrée en service. Le Président de la République, Vincent Auriol, a assisté aux premiers essais de l’engin en présence de Frédéric Joliot-Curie, administrateur du CEA.

Découverte du premier gisement français d’uranium, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 03.03.1949, 1’

Presse filmée. En Haute Vienne un important gisement de pechblende, minerai riche en uranium, a été découvert depuis novembre dernier sur la commune de Saint Sylvestre. Le Commissariat à l’énergie atomique a ouvert un chantier de prospection de la mine Henriette.

La boussole de l’avenir : le compteur radio-actif Geiger, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 20.04.1950, 2’

Presse filmée. Sujet composé d’après la revue Constellation d’André Labarthe et consacré au développement de l’usine atomique française. Visite du Fort de Châtillon, de la pile atomique Zoé et des installations souterraines. Présentation du compteur Geiger et de ses utilisations : nature des sous-sols, détection de tumeurs cancéreuses, de nuages radioactifs, et peut-être dans un avenir proche des fluctuations amoureuses de son bien aimé…

Centre de recherches nucléaires de Saclay, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 25.04.1956, 1’

Presse filmée. A Saclay, le Haut-Commissaire à l’énergie atomique a remis à des ingénieurs le diplôme d’ingénieur en génie atomique. C’est l’occasion de faire une visite des lieux de ce qui est présenté comme une industrie d’avenir qui en est à ses balbutiements.

En direct de Saclay, En direct de, 1ère Chaîne, 25.04.1957, 45’

Magazine présenté par Claude-Henri Salerne et consacré aux effets des radiations sur l’homme, ainsi que sur les mesures de sécurité prises pour protéger les personnes qui pourraient être exposées à ces radiations pendant leur travail. Entretien avec Louis Bugnard, directeur de l’Institut national d’hygiène puis découverte du centre d’études nucléaires de Saclay et interviews de chercheurs qui expliquent des expériences scientifiques. Emission réalisée avec la participation du Commissariat à l’énergie atomique.

Visite du général De Gaulle au centre nucléaire de Marcoule, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 06.08.1958, 1’

Presse filmée. Le point sur la visite du Général de Gaulle au centre atomique de Marcoule (Gard) où il a pu constater le chemin parcouru depuis 1945, date à laquelle il signe l’acte de naissance de l’industrie nucléaire en France.

A l’aube d’un monde, 1ère chaîne, 06.01.1960, 24’

Film de commande sur l’énergie nucléaire réalisé par René Lucot pour le Commissariat à l’énergie atomique et produit en 1956. Le commentaire poétique est écrit et lu par Jean Cocteau.

Atome ! Capitale Saclay !, Les grandes réalisation françaises, 1ère Chaîne, 03.05.1960, 20’

Magazine. Après l’Autoroute du Sud, la seconde émission de cette série porte sur une autre réalisation française : le Centre d’études nucléaires de Saclay, dans l’Essonne. Au cours de la visite de ce centre, les utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire sont exposées ; Saclay étant un laboratoire et non, comme Marcoule, un centre d’exploitation. Sont présentés les secteurs d’études essentiels de Saclay : la recherche théorique grâce à l’accélérateur de particules Saturne, la pile EL 3, qui permet l’étude des radioéléments et de leur utilisation en médecine, agriculture et industrie, les recherches biologiques, et la production d’énergie.

Les Joliot-Curie, Visa pour l’Avenir, 1ère Chaîne, 25.06.1964, 56’

Magazine consacré à la vie d’Irène et Frédéric Joliot-Curie, leurs découvertes en physique nucléaire, notamment celle de la radioactivité artificielle, appliquée dans les domaines nucléaire et médical. Alternance de témoignages et d’images d’archives, notamment tournées entre amis, dans leur villa ou en vacances. En 1945, Frédéric prend la tête du CEA. En 1950, ses convictions communistes et ses activités en faveur du désarmement nucléaire déclenchent sa révocation.

Collection : Les atomistes, 1ère chaîne, du 12.02.1968 au 04.03.1968, 13’, 26 épisodes

Feuilleton réalisé par Léonard Keigel, tourné dans des installations du CEA à Saclay et Cadarache. Il met en scène les joies et les déceptions d’un jeune chercheur, Richard Derol, les tentatives de corruption et d’espionnage auxquelles lui et son équipe devront faire face…

CEA : Malaise, Panorama, 1ère Chaîne, 27.11.1969, 14’

Reportage sur la grève (revendications, manifestations, grèves de la fin) ayant lieu au CEA à la suite des annonces de Georges Pompidou et d’EDF de licencier des agents et de privilégier une orientation industrielle américaine (Westinghouse) qui diverge de la filière française développée depuis les années 1950 au CEA.

Compilation génériques, Rétro vidéothèque de production, 17.09.1993, 1’

Sigle ORTF N&B : anneaux dans l’espace prenant la forme d’une représentation schématique de l’atome.

Zoé, la première pile atomique française, Le temps des sciences, France Culture, 03.02.1998, 1h25’

Documentaire scientifique. Retour sur la naissance de la première pile atomique française Zoé depuis la découverte de la radioactivité artificielle et de la fission jusqu’au au fort de Châtillon où trône toujours Zoé dont l’activité n’a définitivement pris fin qu’en 1976. Avec la participation de Bertrand Goldschmidt, cofondateur du CEA et Michel Pinault, historien des sciences.

Le CEA : 70 ans de secrets bien gardés, La marche des sciences, France Culture, 22.10.2015, 56’

Magazine consacré à l’histoire du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) situé à Fontenay-aux-Roses, en banlieue parisienne. Pour en débattre, Aurélie Luneau reçoit Maurice Mazieres, ancien directeur du centre de Fontenay-aux-Roses, Francis Netter, physicien au CEA dés 1949, Pascal Griset, historien, Odile Frossard, archiviste du CEA, Sylvie Chevillard, chercheuse au sein de son Laboratoire de Cancérologie Expérimentale (LCE) et Claire Giry, actuelle directrice du centre de Fontenay-aux-Roses et directrice des sciences du vivant au CEA.

L’épopée scientifique du CEA, La marche des sciences, France Culture, 11.02.2010, 1h

Magazine. A l’occasion du 50ème anniversaire de l’explosion de la première bombe atomique française dans le désert algérien, gros plan sur le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) et à l’état de la recherche nucléaire civile et militaire en France. Avec la participation de Marie-José Loverini, journaliste scientifique et membre du CEA, auteur de L’atome, de la recherche à ‘l’industrie le CEA, l’historienne et éditrice Véronique Lefebvre auteur d’Au coeur de la matière : 50 ans de recherches au CEA de Saclay et Jean Damien Pô, docteur en histoire, auteur de Les moyens de la puissance. Les activités militaires du CEA.

Promesses et applications utopiques de l’âge atomique

L’âge atomique donne lieu à des discours et des imaginaires utopiques, une promesse fondée sur une foi inébranlable dans l’idée de progrès. Ce progrès serait capable de s’immiscer dans toutes les composantes de la vie humaine et de la révolutionner à loisir. Cette promesse est parfois sincère, parfois farfelue, souvent exploitée par les États et les entreprises afin de donner une image positive au nucléaire qui jusqu’ici n’a donné que la bombe atomique. Cette entreprise de communication produit de nombreux films institutionnels et pédagogiques à destination du grand public et de la jeunesse. L’incarnation la plus célèbre est le programme américain lancé par le président Eisenhower : Atoms for Peace.

L’atome au travail, Le roman de la science, Programme Parisien, 06.07.1951, 30’

Magazine consacré à l’utilisation industrielle de l’énergie atomique. Jean Luc reçoit Francis Perrin, haut-commissaire à l’énergie atomique, Jules Guerault membre du CEA, Robert Legendre, rapporteur de la commission interministérielle de la turbine à gaz. En introduction, le débat est précédé d’une adaptation du conte écrit vers 1923 par l’écrivain tchèque Karel Capek La fabrique d’absolu.

Excursion dans la science : Amis pour l’atome, Fonds Agriculture et Pêche, 01.01.1952, 13’

Documentaire d’animation à vocation pédagogique produit par le United States Information Service (USIS) et réalisé par Carl Urbano. Comprendre l’énergie atomique, comment elle a été découverte et domestiquée, quels en sont les domaines d’application. En plus des emplois militaires et énergétiques, le film évoque les utilisations médicales, industrielles et agricoles des isotopes. L’animation permet d’expliquer simplement des phénomènes aussi complexes que la fission de l’atome.

Énergie atomique et médecine, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 18.1954, 2’

Presse filmée. Exposé de Mr Longchambon, secrétaire d’État à la recherche scientifique, sur l’industrie nucléaire au service de la santé. Des images tournées dans le Fort de Châtillon et dans un Institut anticancéreux illustrent la façon dont l’énergie atomique peut être employée à la guérison de certaines maladies.

Exposition « L’atome pour la paix » à Genève, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 18.08.1955, 1’

Presse filmée. Reportage sur l’exposition L’atome pour la paix qui se tient à Genève : commentaire sur images factuelles du stand français (maquette reproduisant la construction d’un réacteur nucléaire), du stand américain (l’énorme pile atomique de l’usine d’Oakridge), du stand canadien (appareil de radiation thérapeutique aux rayons Gamma) et celui de l’URSS (maquette de la 1ère centrale atomique).

Borax, une réalisation pacifique de l’énergie atomique, Fonds Agriculture et Pêche, 01.01.1956, 13’

Documentaire produit par le United States Information Service (USIS) consacré aux expériences du Laboratoire national d’Argonne de l’université de Chicago sur l’utilisation domestique de l’atome, entre 1951et 1955.

La dactylographe et le galant robot au congrès nucléaire, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 20.03.1957, 1’

Presse filmée. Reportage au Congrès nucléaire de Philadelphie : présentation d’un robot assistant de secrétaire, capable d’offrir et d’allumer une cigarette, ou d’appliquer du rouge à lèvres… et même esquisser une étreinte de la belle qui le repousse avec le sourire. Commentaire sur images du robot télécommandé par un opérateur et de la secrétaire devant sa machine à écrire.

Expo 58, Actualités Françaises, 01.01.1958, 9’

Documentaire. Les organisateurs de l’Exposition Universelle de 1958 ou Expo 58, qui s’est tenue du 17 avril au 19 octobre 1958 à Bruxelles ont voulu donner un sens précis à cette grandiose manifestation en en faisant un “bilan du monde moderne”. Le film s’ouvre et se termine sur des plans du célèbre Atomium (illuminé, la nuit) de Bruxelles, symbole de l’optimisme et de la croyance en l’âge atomique.

Fond CNC : Un atome qui vous veut du bien, 01.01.1959, 14’

Film d’animation d’Henri Gruel qui s’attache à déconstruire de supposées idées reçues sur l’usage de l’atome et les risques qu’il représente. Séquences animées et psychédéliques qui présentent les utilisations positives de l’énergie atomique sur toutes les facettes de la société (santé, transport, éducation). L’univers déployé est caricatural, très utopiste, empreint d’une certaine rhétorique civilisatrice.

La bombe atomique au service des travaux publics, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 05.12.1962,1’

Presse filmée. Dans le cadre du programme Plowshare, les États-Unis présentent les essais atomiques comme pouvant potentiellement servir à creuser des canaux ou raser des montagnes. Commentaire sur images du cratère de Sedan (Nevada), animation d’un canal.

Rompehielo atómico = Brise-glace atomique, Noticiero ICAIC Latinoamericano : Actualidades cubanas e internacionales = Actualités cubaines et internationales, Fonds ICAIC, 19.03.1962, 2’

Presse filmée cubaine. Grâce au brise-glace Lénine, l’URSS installe la station scientifique Pôle Nord 10 dans les régions arctiques. Le commentateur souligne qu’ainsi “l’URSS utilise l’énergie atomique à des fins pacifiques et constructives”.

Du soleil en bouteille, Eurêka, 1ère Chaîne, 27.05.1969, 6’

Reportage. Le point sur les recherches concernant l’élaboration de la bombe H et du réacteur thermonucléaire et des expérimentations sur le plasma. Explications techniques de plusieurs scientifiques interrogés sur le site du CEA de Saclay et interview du physicien allemand Arnulf Schlüter, pionnier de la physique des plasmas.

Les dangers de l’atome pacifique, Horizons, 2ème Chaîne, 14.02.1972, 30’

Ce reportage s’intéresse à la question des déchets et rejets du nucléaire civil : enquête auprès des élus locaux et des spécialistes d’EDF ; visite de la centrale nucléaire de Saint Laurent des Eaux (Loir et Cher) et de l’usine de retraitement du combustible nucléaire de La Hague.

La propulsion atomique, L’épopée des fusées, Planète, 17.11.2002, 55’

Documentaire. Le nucléaire au secours de la conquête spatiale : une solution aujourd’hui encore très controversée en raison des risques liés à son utilisation L’énergie nucléaire a servi aux programmes d’exploration spatiaux SNAP et Rover dans les années 50, mais également à l’envoi des sondes Galileo, en 1995, et Cassini-Huygens. L’énergie nécessaire aux instruments est alors fournie par un générateur de type nucléaire. Le stockage des matières fissiles et la cruciale phase du décollage des fusées restent des questions toutefois épineuses, tant les risques en cas d’explosion seraient grands pour l’environnement. L’exploration de Mars s’effectuerait également grâce au combustible atomique.

Retour au sommaire

3- La bombe française : de l’Algérie à la Polynésie

Quinze ans après Hiroshima, et après le retour au pouvoir du général De Gaulle, la France va en 1960 rejoindre les États possédant déjà la bombe atomique. Cette décision, permise par la recherche civile qui a préparé le terrain durant les années 1950, est motivée par des élites politiques et militaires soucieuses de redonner à la France un rang qui lui serait dû. Cette accession à la bombe atomique se traduit par la réalisation et la médiatisation d’essais nucléaires qui sont les deux faces d’une même pièce qu’est la dissuasion (montrer à ses adversaires que l’on possède une capacité, que l’on peut la reproduire et en faire la preuve). Ces essais sont effectués dans des territoires périphériques à la métropole et jugés désertiques : l’Algérie et la Polynésie. La pensée coloniale n’est jamais loin, que ce soit par des références esthétiques ou une grammaire de l’exotisme dans les commentaires. Les intervenants insistent tous sur l’absence de danger pour les populations locales.

Les essais algériens en pleine guerre d’Algérie

Les essais réalisés en Algérie sur les sites de Reggane et le massif d’In Ecker se déroulent dans le contexte particulier de la fin de la guerre d’Algérie puis de l’indépendance. En effet, malgré l’indépendance du pays, une clause secrète des accords d’Evian permet à la France de continuer à expérimenter ses armements chimiques et atomiques dans le Sahara jusqu’en 1966. Les images du service cinématographique des armées sont pensées comme des dossiers de presse relayés par la télévision, la radio et la presse filmée (journal d’actualités cinématographiques des Actualités Françaises).

Conférence de presse du général De Gaulle à Matignon, JT 20H, 1ère chaîne, 23.10.1958, 43’

Conférence de presse. Après la question de l’Algérie, De Gaulle aborde le problème du désarmement, dont la France serait “le champion”, des expériences nucléaires et de l’avenir qui fera de la France une puissance atomique : “Je dis que la France, du moment que les trois autres restent surarmés, la France ne consent pas du tout à une infériorité chronique et gigantesque”.

La bombe, pourquoi ?, Cinq colonnes à la une, 1ère chaîne, 05.02.1960, 8’

Reportage. Alors que la première explosion nucléaire française va prochainement avoir lieu dans le Sahara Cinq colonnes à la une interviewe le général Pierre Marie Gallois sur l’introduction de l’arme nucléaire en France (que redoute l’opinion publique) et sur le déroulement de l’expérience qui va être menée au cœur du désert saharien. Le général raconte ensuite ce qu’il a vu dans le Nevada lors d’une expérience similaire en 1955 et annonce un spectacle aussi grandiose dans le Sahara.

Opinion bombe A, JT 20H, 1ère Chaîne, 13.02.1960, 2’  

Micro-trottoir dans les rues de Paris. Michel Péricard recueille les réactions des Parisiens à l’annonce de l’explosion de la première bombe atomique française, le matin même.

Explosion de la première bombe atomique française, Edition Spéciale, France III Nationale, 13.02.1960, 9’

Edition spéciale du journal parlé à l’occasion de l’explosion de la première bombe atomique française. Reportage réalisé à Reggane le matin même à quelques minutes de l’explosion, décompte jusqu’à l’explosion et l’explosion. Interviews de soldats, description du champignon par le reporter qui termine par ce commentaire : “Dans ce matin tiède du Sahara, il y a comme un élément de poésie qui se dégage de ce long nuage qui s’élève”.

Exclusif : Reggane Point Zéro, Cinq colonnes à la une, 1ère Chaîne, 04.03.1960, 15’

Reportage consacré au premier essai atomique français réalisé à Reggane en Algérie, le 13 février 1960 à 07h04. Alternance d’un commentaire sur images de la ville et de ses habitants et interviews du colonel Guernon et de sa femme ainsi que d’un scientifique.

Interview du Général Ailleret sur les retombées de la bombe atomique, Paris vous parle, France I Paris-Inter, 20.02.1960, 6’

Mise au point huit jours après l’explosion de la première bombe atomique française à Reggane. Michel Texier lance le journal sur les critiques émises par les pays étrangers et Fernand Lot interviewe le général Charles Ailleret, commandant inter-armée des armes spéciales, qui explique la nature des retombées radioactives et les risques.

La bombe française : le jour J à Reggane, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 17.02.1960, 4’
Presse filmée. Le premier essai de bombe atomique française a eu lieu dans le sud du Sahara algérien, sur la base de Reggane. Retour sur l’historique de la réalisation de la bombe et explications sur sa mise en place et l’organisation de la base de Reggane et du dispositif.

Discours du général De Gaulle à Narbonne, JT 13H, 1ère Chaîne, 26.02.1960, 6’

Déclaration. Au cours du deuxième jour d’un voyage officiel dans le Sud-Est, le général De Gaulle prononce un discours à Narbonne : il évoque en particulier la bombe atomique française et tourne en ridicule l’opposition qui s’y manifeste dans certains milieux (sujet en partie muet).

A Reggane, La troisième expérience nucléaire, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 04.01.1961, 2’

Presse filmée. Retour sur l’expérience nucléaire menée dans le Sahara algérien sur la base de Reggane en décembre 1960 : description du site de tir, mise en place d’équipements témoins par les différentes branches de l’armée (casques, véhicules, avions, animaux cobayes) pour analyser les conséquences de l’explosion sur ces derniers.

L’expérience nucléaire souterraine de Reggane, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 16.05.1962, 1’

Presse filmée. Retour sur l’expérience nucléaire (un tir souterrain) menée à In Ekker dans le massif du Hoggar, au sud de Reggane. Images des installations, des tunnels creusés dans la montagne, des ouvriers. Le commentaire indique qu’il s’agit “d’envisager des usages pacifiques”, et d’exclure les “risques de retombées radioactives”. Ce test est le premier réalisé après l’indépendance de l’Algérie et s’inscrit dans le cadre secret des accords d’Evian.

Le transfert des essais atmosphériques en Polynésie française

Déjà envisagée dans les années 1950 comme un site d’essai potentiel, la Polynésie française accueille le centre d’essai nucléaire français délocalisé depuis l’Algérie. Après une période de transition, le temps de construire les installations et de s’assurer de la coopération des autorités locales, le premier essai français en Polynésie a lieu en 1966. Jusqu’en 1974, les essais sont atmosphériques (la France refusant de signer le traité d’interdiction car jugeant qu’elle a du retard sur les autres programmes), parmi eux on compte la première bombe H française en 1968. La question des retombées radioactives et des contaminations est une fois de plus balayée systématiquement par les officiels tandis que la reproduction des normes coloniales/touristiques perdure à l’écran.

Explosion nucléaire à Mururoa, JT 20H, 1ère Chaîne, 05.07.1966, 6’

Reportage sur l’explosion nucléaire à Mururoa (Polynésie française). Thierry De Scitivaux commente la procédure sur place et images factuelles de militaires et de l’explosion.

Général Charles de Gaulle à Tahiti, JT 20H, 1ère Chaîne, 11.09.1966, 4’

Reportage (sans commentaire). Visite du général De Gaulle à Tahiti. Extrait de son discours dans lequel il souligne l’importance de la Polynésie dans la politique de dissuasion française et explique que « toutes les dispositions sont prises pour que cela n’ait aucun inconvénient d’aucune sorte pour les chères populations de la Polynésie”.

Les aventures de Tanguy et Laverdure, Les Chevaliers du ciel, 1ère Chaîne, du 20.04.1968 au 11.05.1968, 25’, 4 épisodes

Feuilleton de François Villiers adapté d’une bande dessinée de Jean-Michel Charlier et Maurice Uderzo.  Dans cette deuxième série de ce feuilleton, les 3ème jusqu’au 6ème épisodes suivent un scénario original qui voit les deux aviateurs se rendre à Mururoa pour participer aux expérimentations nucléaires françaises. Ils sont confrontés à un groupe de fanatiques voulant s’emparer de la bombe française.

Canopus, premier essai de la bombe H française, Journal Les Actualités Françaises, Actualités Françaises, 04.09.1968, 1’

Presse filmée. La bombe expérimentale Canopus a explosé le 24 août au-dessus de l’atoll de Fangataufa. C’est la première bombe H française et selon les services radiologiques de l’armée elle n’a entraîné aucune contamination.

Avec ceux de Mururoa, Vingt-quatre heures sur la deux, 2ème Chaîne, 05.08.1971, 24’

Reportage. Mururoa, l’atoll au coeur du pacifique fait de la Polynésie le plus grand champ de tir nucléaire que les techniciens n’aient jamais utilisé. 13000 hommes s’y trouvent en mission spéciale dont 4500 basés à Mururoa.
A l’aide d’interviews des principaux responsables, ce document décrit étape par étape le déroulement d’un tir nucléaire dans cet atoll et veut montrer qu’aucun risque n’est encouru par le personnel et la population.

Le nucléaire au Pacifique, Un homme un événement, FR3, 22.11.1975, 15’

Reportage sur le Centre d’expérimentation du Pacifique (CEP) installé depuis 1962 sur les atolls de Mururoa et Fangataufa. Après 45 expériences, la France décide d’interrompre le programme d’expérimentation à l’atmosphère à la fin de 1974 et de procéder, à partie de 1975, à des essais souterrains. Alternance d’un commentaire sur images d’archives, images factuelles et interviews de spécialistes.

Retour au sommaire

Les vecteurs de la force de frappe

En parallèle de ses essais nucléaires, la France entreprend le développement de vecteurs c’est-à-dire de systèmes technologiques à même de contenir et projeter en toutes conditions la force de frappe nucléaire afin de la rendre crédible et donc d’assurer que dissuasion reste une donnée immuable. La France décide de développer une triade comme les autres grandes puissances : aériennes avec les Mirages IV et leur bombes, sous-marine avec les SNLE (sous-marin nucléaires lanceurs d’engins) et enfin terrestre avec les silos du plateau d’Albion. Alors que la première bombe française explose en 1960, il faut attendre le début des années 1970 pour que le plateau d’Albion et le Redoutable (premier SNLE français) entrent en service et viennent compléter la dissuasion qui ne reposait jusqu’ici que sur les Mirages IV entrés en service en 1964. La force de frappe incarnée par les vecteurs est articulée par un système de commandement qui remonte jusqu’au président de la République dont l’autorité en la matière est absolue. Les reportages sont souvent axés sur les problématiques militaires mais aussi industrielles.

Le Mirage IV, Cinq colonnes à la une, 1ère chaîne, 03.07.1959, 12’

Reportage sur le premier avion bombardier atomique français, baptisé Mirage IV et issu des ateliers Dassault. Commentaire sur images factuelles (images du premier vol) et interviews des mécaniciens, ingénieurs et pilote de l’avion et de Marcel Dassault, directeur de l’entreprise.

Le plus grand sous-marin du monde, Panorama, 1ère Chaîne, 31.03.1967, 13’

Reportage sur la construction et l’architecture du sous-marin Le Redoutable dans l’arsenal de Cherbourg. Visite guidée de l’intérieur de l’engin avec les ouvriers au travail. A l’aide d’une maquette, l’ingénieur à l’origine du projet en explique, à l’aide d’une maquette, les différentes parties. Démonstration d’un lancer de missile avec le Gymnote, sous-marin expérimental à propulsion classique et explication du principe de combustion par le commissaire en énergie atomique Jacques Chevalier. Interview du capitaine de Corvette qui va diriger le submersible.

Guerre ou paix : l’atome, Cinq colonnes à la une, 1ère Chaîne, du 03 au 05.11.1967, 1h30’, 5 émissions

Série de cinq émissions diffusée durant trois jours et consacrée à l’atome qui propose une grande enquête sur l’énergie nucléaire française envisagée sous l’angle des rapports entre les nécessités militaires et la satisfaction des besoins civils. Cinquante caméras assurent des duplex en direct avec une vingtaine de hauts lieux de l’énergie nucléaire française. Les émissions abordent successivement les thématiques suivantes : l’atome, l’électronique, les fusées, le sous-marin atomique, la menace nucléaire biologique et chimique. Débat en plateau animé par Pierre Desgraupes en compagnie d’Alexandre Sanguinetti, ancien rapporteur général du budget militaire, Nicolas Vicheney, journaliste scientifique au journal Le Monde, Jean-Jacques Servan-Schreiber, directeur du magazine l’Express.

Le gardien de l’apocalypse, Plein Cadre, 1ère Chaîne, 28.09.1972, 25’

Reportage sur la base aérienne 200 à Apt-Saint-Christol, sur le plateau d’Albion où travaille le lieutenant Jean Porcherot, officier en charge du lancement de tir de missiles stratégiques nucléaires (SSBS) en cas d’agression du territoire français. Alternance d’un commentaire sur images factuelles, témoignage de Jean Porcherot et interviews de Michel Debré, ministre de la Défense et de Maurice St-Cricq, commandant des forces aériennes stratégiques.

Pour ou contre la bombe atomique française, Les dossiers de l’écran, 2ème Chaîne, 20.11.1973, 1h31’

Diffusion du film L’Énergie nucléaire en France : documents couleur inédits du ministère des armées. Successions de séquences portant sur chacun des vecteurs de la force de frappe.

Opération Jupiter, Soir 3, FR3, 22.03.1979, 13’

Reportage sur le commandement et le secret défense de la France et le PC Jupiter situé dans les sous-sols de l’Elysée où le président Valéry Giscard D’Estaing exerce le commandement suprême sur tout le dispositif français de défense. Visite des lieux et interview du Président qui explique les buts d’exercices spécifiques pour vérifier l’efficacité de ces dispositifs, la décision nucléaire.

Forces de frappe, A2 le journal de 13H, Antenne 2, 14.07.1988, 2’

Reportage. Le point sur les éléments de la force de frappe française. Commentaire sur images factuelles (missiles sur le plateau d’Albion, mirages 4, ravitaillement en vol, sous-marin nucléaire en plongée, régiment de blindés).

Naissance d’une puissance nucléaire, représentation sociale du développement de la force de frappe (1958-1969), Vincent Nicoud, mémoire de DEA sous la direction Frank Robert, 1995

Monographie. Ce travail porte sur la naissance de la force de frappe, élément majeur de la politique de défense nationale du général De Gaulle. Elle a créé un sentiment de puissance dans l’opinion publique, avant même la fin de sa mise au point par les scientifiques : la France entrait alors dans le très fermé club nucléaire et par la même occasion pratiquait le jeu de la dissuasion. Cependant l’emploi de cette force de frappe a divisé les Français et son coût, trop élevé, est devenu un instrument de critique contre le chef de l’État.

La bombe française en question

L’accès de la France au rang de puissance nucléaire n’est pas sans poser question. Les débats télévisés se font dans le cadre de l’ORTF, ce qui réduit l’expression de positions radicalement opposées à la force de frappe à l’exception de la parole des élus. En effet, les partis de gauche dont le parti communiste et les socialistes n’ont pas encore totalement rejoint le consensus de la classe politique concernant le nucléaire militaire. Autrement, les débats portent essentiellement sur les modalités et les orientations technologiques et budgétaires liées à la dissuasion nucléaire. La question de la crédibilité de la force de frappe demeure, tout comme l’alignement de la France une fois sorti du commandement intégré de l’OTAN.

François Mitterrand, Campagne électorale officielle, 1ère Chaîne, 02.12.1965, 14’

Interview de François Mitterrand, candidat socialiste à la Présidence de la République par Georges de Caunes. Sur la force nucléaire, il est d’abord interrogé sur son frère (qui commande les forces aériennes stratégiques) mais estime que la question n’est pas son coût mais le danger d’une prolifération et la course à l’armement. Pour lui, l’arme nucléaire menace l’humanité et il s’inquiète des retombées des essais atmosphériques.

La bombe ou de A à H, Quatrième mardi, 1ère Chaîne, 23.06.1970, 1h55’

Magazine présenté par François de Closets et à la force de frappe française, ses vecteurs, son orientation stratégique, l’état de la recherche scientifique. Commentaire sur images factuelles de nombreuses installations de bases nucléaires, interviews de militaires et de Michel Debré, ministre de la Défense nationale, débats avec spécialistes et dirigeants de l’armée.

Et si un jour la bombe ? Les dossiers de l’écran, 2ème Chaîne, 20.01.1971, 1h17’

Débat sur la question nucléaire. Avec  la participation du général Albert Buchalet, directeur des applications militaires de 1955 à 1960 au CEA et père de la bombe A française, Lew Kowarski, attaché à la direction du CERN, Bertrand Goldschmidt, auteur du livre Les Rivalités atomiques, Achille Albonetti, directeur des relations internationales et des études économiques au Comité National de l’Energie Nucléaire en Italie, l’abbé Dominique Dubarle, philosophe qui a aussi travaillé dans l’équipe de Louis Leprince Ringuet, Raymond Cartier auteur de L’après-guerre, Paul Marie de La Gorce auteur de La République et son armée, Jacques Vernant, professeur à l’EHESS.

La bombe : en avoir ou pas ?, Magazine 52, 3ème Chaîne, 20.07.1973, 36’

Magazine. Dossier sur la bombe qui fait de la France l’un des cinq puissances nucléaires. Retour sur les explosions atmosphériques françaises et les mouvements contestation internationale qu’elles suscitent. Alternance d’un commentaire sur images d’archives et factuelles et interviews de scientifiques, hommes politiques qui expriment leur position face à cette politique.

De Gaulle et la défense nucléaire, Intelligence service, France Inter, 26.03.2022, 49’

Documentaire produit par Jean Lebrun. Retour sur les différentes étapes de l’histoire de la défense nucléaire française et les différentes théories qui l’ont portée. Diffusion de documents d’archives et explications de Dominique Mongin, universitaire et essayiste.

Retour au sommaire

DE CRISES EN CRISES, LA CONTESTATION DE L’ATOME, SON DEVELOPPEMENT ET SES CONSEQUENCES (1973-1996)

Au début des années 1970 et après deux décennies d’expérimentations, l’énergie nucléaire se démocratise en Europe, en URSS et aux États-Unis. L’envergure atteinte par l’industrie fait qu’elle devient un enjeu démocratique, économique et sanitaire majeur alors qu’elle s’intègre pleinement au quotidien et devient une réalité pour les populations.

En parallèle, le nucléaire militaire continue de développer son potentiel destructeur et est pleinement intégré au logiciel des élites politiques. Les épisodes de tensions de la guerre froide sont l’occasion de l’expression d’une angoisse toujours présente dans la société mais qui ne modifie pas fondamentalement le statu quo.

1- Plan Messmer et les contestations locales 

De Fessenheim au choc pétrolier

La centrale de Fessenheim, qui restera jusqu’en 2020 la plus vieille centrale du parc nucléaire français, est la première centrale à haut pressurisé (un design américain qui enterre partiellement la recherche française) construite en France. Sa construction décidée à la fin des années 1960 et son chantier débuté en 1970 et achevé en 1977 font qu’elle précède le plan Messmer et sert de laboratoire aussi bien technique que social au nucléaire en France.

En parallèle, le choc pétrolier de 1973 vient mettre un terme aux Trente Glorieuses et bouscule une société de consommation énergivore. Sous le gouvernement de Pierre Messmer, la classe politique fait alors le choix du tout nucléaire. Cette planification des tranches nucléaires va créer un héritage durable qui marque profondément le pays.

Les femmes de Fessenheim, Alsace Panorama, France 3 Alsace, 30.01.1971, 10’

Reportage. Rencontre avec trois femmes, surnommées les “Guêpes de Fessenheim”, (Françoise Bucher, Esther Peter-Davis et Annick Albrecht) qui ont constitué un comité contre la construction de la centrale nucléaire de Fessenheim. Elles organisent des débats publics et des conférences pour informer et alerter l’opinion publique.

La bataille de Fessenheim, Portraits de l’univers, 2ème Chaîne, 12.04.1971, 52’

Documentaire sur la construction du réacteur de la centrale de Fessenheim. Explications des différentes techniques existantes (filière française contre filière américaine). Interviews du directeur général d’EDF, de l’administrateur général du Commissariat à l’Energie atomique et d’industriels.

Saint-Laurent-des-Eaux : de l’atome à l’électricité, Rond Point, 1ère Chaîne, 20.11.1971, 26’

Reportage sur le fonctionnement de la centrale nucléaire EDF de Saint-Laurent-des-Eaux dans le Loir-et-Cher qui fournit le tiers de l’électricité de la région parisienne : témoignage de divers responsables et enquête auprès des cultivateurs des alentours.

Entretien Messmer, Chaîne non déterminée, 06.03.1974, 40’

Entretien couleur entre le premier ministre Pierre Messmer et le journaliste Jean-Marie Cavada. Plusieurs points sont développés par le Premier ministre et plus particulièrement celui du plan énergétique (plan Messmer) pour sortir du choc pétrolier et qui est centré sur le nucléaire civil.

Notes : Cet entretien a été diffusé sur la 2ème chaîne, après le journal télévisé de 20 heures.

Energie nucléaire : la France contre-attaque, Magazine 52, 3ème Chaîne, 30.05.1974, 26’

Magazine. Emission didactique à base d’interviews, d’images factuelles et d’archives, relatives à la politique énergétique française, son avenir et les bienfaits et dangers du nucléaire. Gros plan sur la société Framatome, chargée de concevoir et construire la majorité des centrales sur le territoire. Interviews du directeur de Framatome, de techniciens, ingénieurs, salariés, partisans et adversaires de l’énergie nucléaire.

Marcel Boiteux directeur général d’EDF, Questionnaire, 3ème Chaîne, 08.02.1974, 48’

Entretien. Jean-Louis Servan Schreiber reçoit Marcel Boiteux, directeur général de l’EDF, avec lequel il fait le point sur la situation de l’énergie nucléaire en France, peu de temps après les secousses de la crise pétrolière.

Manifestation antinucléaire à Fessenheim, Alsace soir, France 3 Alsace, 26.05.1975, 3’

Reportage. Alors que les travaux de construction de la centrale ont débuté, une manifestation franco-allemande antinucléaire contre son implantation s’est tenue à Fessenheim. Interview d’un membre du comité de sauvegarde de Fessenheim et d’un gréviste de la faim.

Alerte Atomique, IT1 20H, TF1, 22.03.1975, 5’

Reportage sur un exercice de sécurité radiologique dans une centrale nucléaire française. Commentaire sur images factuelles (évacuation, détermination de la source radioactive, démonstration du robot télécommandé V.I.R.G.U.L.E (Véhicule Intervention Radioguidé Utilisable en Laboratoire et en Extérieur) qui use de ses bras manipulateurs et de sa caméra.

Le nucléaire : Fessenheim, Question de Temps, Antenne 2, 05.10.1977, 44’
Magazine. Emission consacrée à l’industrie nucléaire française, son savoir-faire et sa mise en application à Fessenheim. Animation sur le fonctionnement de la centrale, visite du site, interviews d’employés, ingénieurs, du maire de la ville qui se dit opposé à la construction de tranches supplémentaires.

IT1 13H : Direct centrale de Fessenheim, TF1 Actualités 13H, TF1, 30.01.1979, 9’

Plateau du journal télévisé en direct de la centrale nucléaire de Fessenheim, présenté par Yves Mourousi équipé de combinaison et calot blanc. Le journaliste accompagné d’André Leblond, directeur de la centrale, sort du bâtiment où se trouve le réacteur. Les hommes décontaminent leurs vêtements. André Leblond présente la centrale de Fessenheim. Yves Mourousi interroge ensuite Michel Hug, directeur équipement EDF et Fernand Keller, contremaître section radioprotection, sur l’avenir du nucléaire et le traitement des déchets radioactifs. Le journaliste Michel Chevalet interroge Joseph Kandel, chef service technique, sur le contrôle des eaux et des rejets de la centrale.

EDF : Energie de France, Antenne 2, 25.08.1983, 1’

Message publicitaire d’EDF mettant en scène des techniciens qui nettoient un coq englué dans du mazout grâce à l’énergie française (eau, charbon, uranium) et restaurent son rayonnement.

Initiation à la physique nucléaire : livret d’accompagnement pour 10 émissions de la télévision scolaire, Commissariat à l’énergie atomique, Institut pédagogique national, 19??

Monographie. Livret destiné à accompagner un cycle de 10 émissions d’initiation à l’énergie nucléaire présentée par le CEA dans le cadre de la Télévision Scolaire.

L’information locale, Bibliothèque, Centre d’étude de presse, Centre d’Etude et de Recherche sur la Vie Locale, Pédone (Editions A.), 1980

Monographie. L’article de Philippe Garraud Politique électro-nucléaire et stratégies de l’information propose d’étudier est traité le sujet de l’énergie nucléaire par ses différents acteurs, selon leurs moyens, leurs objectifs et leurs ressources (consultation, rétention, communication).

Information scientifique émise par l’ORTF : approche sociologique et structurelle de l’information scientifique télévisuelle : analyses systématiques d’émissions d’informations scientifique produites et diffusées par l’ORTF de novembre 1971 à mai 1972, Françoise Berdot, thèse de doctorat de spécialité, 1976

Monographie. Ce travail soutenu au département de sociologie de l’Université Paris VII) examine : l’information scientifique produite et diffusée par la télévision française, du temps de l’ORTF. Le chapitre IV analyse l’émission “Atome pacifique” de la série Horizon (1972) et l’usage de l’argumentation scientifique dans une entreprise politique de promotion de l’énergie nucléaire. Comparaison des discours des experts et des médiateurs de l’émission.

Les médias et l’agenda de l’électronucléaire en France 1970-2000, Philippe Blanchard, thèse de doctorat en science politique, sous la direction de Jacques Gerstle, 2010

Monographie. Etude de la mise à l’agenda politique et médiatique de la thématique de l’énergie nucléaire en France. Analyse de la structuration du débat et de la formation d’un clivage dans l’espace démocratique.

Modes d’action : contestation politique, mouvements militants radios pirates et actes terroristes anti-nucléaires

La seconde moitié des années 1970 voit se généraliser les oppositions aux centrales au fur et à mesure que ces dernières sont disséminées aux quatre coins du territoire métropolitain. La contestation est largement relayée, à la fois par la télévision mais aussi via des initiatives militantes portées par des radios pirates qui participent à l’émergence de mouvements écologistes dans le pays. Le discours écologiste atteint la sphère politique nationale à travers des personnalités comme André Dumont. Des attentats contre les centrales en chantier ou des locaux d’EDF sont également fortement médiatisés bien qu’ils demeurent marginaux dans leur radicalité.

Conférence de René Dumont, JT 20H, 2ème Chaîne, 11.04.1974, 1’

Interview. René Dumont, professeur à l’Institut national agronomique, interrogé dans son bureau, évoque les dérives de l’urbanisation et explique rechercher un nouveau type de civilisation sans centrale nucléaire, qu’il estime être un danger effroyable et qui respecte la qualité de la vie et la vie des autres notamment celle du tiers-monde.

Survie de l’homme, JT 20H, 2ème Chaîne, 24.03.1974, 1’

Interview. René Dumont, professeur à l’Institut national agronomique, s’exprime sur les dangers de l’énergie nucléaire : “La sagesse nous dicte de refuser la solution dont on ne connaît pas les dangers”. Il préconise de développer au contraire des énergies renouvelables et non polluantes comme le solaire ou l’éolien.

Le commandant Cousteau dit non à l’implantation de la centrale nucléaire à Sennecey le Grand, JT FR3 Bourgogne, France 3 Bourgogne, 22.01.1977, 3’

Interview. Jacques-Yves Cousteau exprime l’opposition “radicale” de sa fondation contre l’utilisation de l’énergie nucléaire.

Collection : Radio Pirate : Radio Hague, FR3 Cherbourg, 01.01.1978, 20’, 7émissions

7 émissions d’une radio pirate écologiste émettant quelques heures les mercredi, jeudi et vendredi, animée par “Jules et Julie”. Contestation de l’extension du centre la Hague, débat sur l’usage de l’énergie.

Compilation Radio Verte Fessenheim : 9 mars 1979, Fond Francis Lattuga, 09.03.1979, 1h14’

Brèves d’information. Réaction à l’annonce d’un dégagement de vapeurs radioactives survenues à la centrale de Fessenheim (à 41’) puis annonce de deux actions antinucléaires (explosion d’un pavillon d’information et explosion dans un atelier) menées contre deux centrales suisses (à 52’).

Radio Verte Fessenheim, vous reprendrez bien un peu de Radio Quetsch ?, C’est bientôt demain, France Inter, 18.06.2021, 18’

Reportage. A l’occasion des 40 ans des radios libres, cette émission revient sur Radio Verte Fessenheim, radio de lutte, qui a diffusé le 4 juin 77, un premier programme enregistré sur cassette en allemand, français et alsacien pour dénoncer la construction de la centrale nucléaire de Fessenheim. On y aurait lu un extrait du plan ORSEC subtilisé par des écologistes aux autorités. Cette première cassette a disparu mais Luc Ueberschlag qui travaille à Radio Quetsch 89.1 a réussi à retrouver les suivantes…

Attentat EDF, TF1 Actualité 13H, TF1, 09.08.1977, 2’

Reportage. Dégâts matériels dans les locaux de l’EDF, après un attentat à la bombe des écologistes anti-nucléaires. Commentaire sur images factuelles et interview de Jean Thomas, secrétaire général adjoint Fédération CGT-EDF, sur le préavis de grève des employés de l’EDF.

Attentat Creys Malville, Journal A2 20H, Antenne 2, 19.01.1982, 2’

Reportage. Fortement contesté depuis 7 ans, le plus souvent pacifiquement, le chantier de la centrale nucléaire de Creys-Malville a été l’objet d’un attentat spectaculaire au lance-roquette (de fabrication soviétique précise le commentaire) qui n’a fait aucune victime ni dommage significatif comme indiqué par les responsables d’EDF.

Rappel de toutes les actions de Greenpeace à Cherbourg, Normandie Soir, France 3 Basse Normandie, 13.08.1981, 2’

Reportage. Historique des actions menées par Greenpeace, de ses débuts, avec la lutte spectaculaire contre les baleiniers, puis à Cherbourg pour protester contre l’importation de déchets radioactifs à destination de l’usine de retraitement de la Hague.

Nucléaire : mise en route de Superphénix, Antenne 2 Midi, Antenne 2, 14.01.1986, 2’

Reportage. Le plus puissant surgénérateur nucléaire du monde Superphénix est entré en service à Creys-Malville. D’un coût de 25 milliards de francs il produira de l’électricité 2,5 fois plus cher qu’une centrale nucléaire classique. Commentaire sur images factuelles du site, et images d’archives (juillet 1977, manifestations violentes entre antinucléaires et CRS.

EDF : Electricité de France : Énergie Nucléaire, Antenne 2, 11.06.1992, 1’

Spot publicitaire EDF mettant en scène une dispute entre voisins dans immeuble à cause d’un bruit de perceuse électrique. L’homme faisant du bricolage explique que si la perceuse est électrique alors elle est nucléaire ce qui intimide son voisin.

Plogoff, un village breton face à l’État

Alors que la volonté de l’État a eu raison de l’opposition dans la plupart des régions de France, la Bretagne ne compte jusqu’à ce jour aucune centrale nucléaire (hormis le réacteur expérimental de Brennilis). Pourtant les projets et la détermination de l’État d’imposer sa volonté ne manquent pas. C’est  le cas à Plogoff dans le Finistère où la population et les élus locaux s’opposent à l’implantation d’une centrale entre 1978 et 1981, date à laquelle François Mitterrand qui vient d’arriver au pouvoir décide d’abandonner le projet. Entre-temps, Plogoff devient un laboratoire de la lutte anti-nucléaire avec une mobilisation tout aussi importante que les contingents de gendarmes venus occuper le village pour casser la contestation. La lutte donne lieu à la production de nombreux documentaires et reportages amateurs du côté des opposants.

Plogoff, des pierres contre des fusils, Zaléa TV, 15.04.2003, 1h

Documentaire réalisé en août 1980 par Félix et Nicole Le Garrec consacré au combat des habitants du petit village breton de Plogoff contre le projet étatique de construction d’une centrale nucléaire sur la commune. Interviews d’habitants opposés à ce projet et de militants anti-nucléaire.

Plogoff, atome sur mer, Affaires sensibles, France Inter, 13.11, 2018, 55’

Emission à base d’archives. Fabrice Drouelle propose de revenir sur la mobilisation du village breton de Plogoff contre l’implantation d’une centrale nucléaire, dans les années 80. La première partie est consacrée au récit de l’événement. En seconde partie, il reçoit Gilles Simon, universitaire et auteur du livre Plogoff, L’apprentissage de la mobilisation sociale. Diffusion d’archives sonores et d’un reportage d’Anaëlle Verzaux partie à la rencontre des opposants au site d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure dans la Meuse.

Plogoff, les révoltés du nucléaire, France 3, 22.04.2021, 53’

Documentaire de François Reinhardt. Au matin du 12 décembre 1974, en ouvrant leur journal, les habitants de Plogoff, en Bretagne, apprennent que leur commune fait partie des sites potentiels destinés à accueillir la plus grande centrale nucléaire jamais construite en France. Les 2 300 habitants de ce petit bourg vont alors tout mettre en œuvre pour dire non au nucléaire.

Retour au sommaire

Le nucléaire civil en débat

L’implantation des centrales sur tout le territoire métropolitain oblige l’État et EDF à communiquer pour rassurer les populations et rendre acceptable socialement l’énergie nucléaire. Les débats touchent également des cibles démographiques précises comme les jeunes ou les femmes.

La pollution et les déchets radioactifs, Le petit rapporteur, TF1, 23.03.1975, 6’

Reportage. L’humoriste Piem explique ce qu’est l’énergie nucléaire et qu’elle laisse des déchets. Il enveloppe des déchets, les place dans une valise et erre dans différents lieux de Paris pour s’en débarrasser.

Les atomes nous veulent-ils du bien, Portrait de l’univers, Antenne 2, 20.05.1975, 1h05’

Magazine consacré aux atomes, à leur utilité et à leur danger. Sont successivement évoqués : l’expansion des centrales nucléaires, le résultat d’une explosion et la lutte contre l’énergie nucléaire, le manque d’information du public, la contamination des poissons, le danger des chaînes alimentaires, les emballages et convoi de plutonium et les zones de stockage ou on enterre les déchets radioactifs. Avec la participation d’employés du CEA de La Hague, de scientifiques, syndicalistes, d’écologistes (dont Brice Lalonde).

Notes : Selon un article du Figaro du 03/04/1975 l’émission programmée initialement pour le 18.05/.1974 fut déprogrammée par Pierre Sabbagh car les syndicats de l’énergie nucléaire demandèrent qu’elle soit suivie d’un débat. De plus, 3 des participants (Louis Leprince-Ringuet, Francis Perrin et Raymond Latarjet, directeur de l’institut du radium) demandèrent l’interdiction de l’émission car “elle est empreinte de partialité et de parti pris”. Le porte-parole du gouvernement, Monsieur André Rossi, trouve alors un compromis : les interviews seront coupées, et pour apporter la contradiction un autre film (Les atomes nous veulent ils du mal ? du) sera tourné et diffusé le 19.05.1975 ; Ces deux émissions seront suivies d’un débat (Les dossiers de l’écran : Pour ou contre les centrales nucléaires diffusé le 20.05.1975).

Le nucléaire qu’est-ce que c’est ? Aujourd’hui madame, Antenne 2, 30.09.1977, 51’

Magazine. Emission présentée par Valérie Manuel et Robert Fiess. Les téléspectatrices interrogent les spécialistes sur les points qui les préoccupent. Elles font remarquer que le problème principal du nucléaire réside dans le manque d’information sur les centrales, source de l’inquiétude des gens.

Le nucléaire, Tam tam, Antenne 2, 03.11.1979, 45’

Magazine. Première diffusion de cette émission produite par l’Unité de production jeunesse, proposée et présentée par Jean-Jacques Pasquier et consacré à la question de l’énergie nucléaire en France. A la suite d’un reportage sur la centrale nucléaire de Saint Laurent des Eaux réalisé par un jeune collégien, le débat réunit six journalistes de presse écrite (Jacinte, Les dossiers de l’étudiant, Télé Poche, Le Figaro, Libération, Télé 7 jours) et de nombreux jeunes de 15 à 20 ans.

Faut-il avoir peur des déchets nucléaires civils et militaires, La marche du siècle, France 3, ,30.03.1994, 1h39’

Magazine. Que sait-on du traitement des déchets nucléaires civils et militaires ? Y a-t-il danger pour la santé publique ? La population est-elle assez informée ? L’avenir écologique est-il compromis ? Jean-Marie Cavada ouvre le débat sur la transparence de l’information au niveau du nucléaire, entouré d’invités civils et militaires.

Le nucléaire vu par des jeunes, TF4, TF1, 14.03.1980, 28’

Reportage. Quatre élèves du collège Charles Rivière à St-Olivet mènent l’enquête sur le nucléaire : visite le chantier de St-Laurent-des-Eaux, interviews d’habitants vivants à proximité. En plateau ils discutent avec Michel Hugues, directeur équipement EDF.

L’énergie nucléaire, Affaire vous concernant, Antenne 2, 21.09.1981, 2h09’

Débat sur l’énergie nucléaire animé par Roger Louis et auquel participent Robert Galley, Paul Quiles, Bernard Laponche et Pierre Pellerin directeur du SCPRI (Service central de protection des radiations ionisantes) en direct des centrales du Bugey, Three Miles Island, Nogent et La Hague. Des spécialistes répondent aux questions. Brice Lalonde parle de sa campagne contre la construction de la centrale de Nogent.

Vivre avec le nucléaire civil

Autour des centrales, la transformation des économies locales induite par leurs implantations modifie en profondeur le tissu socio-économique de milieux ruraux. De nombreux documentaires et reportages s’intéressent à la manière dont les individus et les communautés vivent ce bouleversement, souvent dans une démarche sociologique ou anthropologique. Les sciences sociales s’invitent à la télévision et permettent de mieux saisir les tendances à l’œuvre. Le territoire le plus représenté est sans doute la Normandie qui contrairement à la Bretagne s’est nucléarisée et a concentré, dans un périmètre restreint, des installations nucléaires sensibles comme l’usine de retraitement de La Hague, la centrale de Flamanville et les installations du port de Cherbourg.

Dossier du jour : l’extension du centre atomique de la Hague, Normandie Soir, France 3 Basse Normandie, 02.04.1979, 5’

Reportage. L’opération de développement des installations du CEA se déroulera sur 220 hectares appartenant déjà à la centrale et répondra aux besoins d’un pays qui se nucléarise à un rythme soutenu.

Ethnologie du nucléaire, Promenades ethnologiques en France, France Culture, du 17 au 19.08.1981, 57’, 3 émissions

Documentaire. Durant l’été 1980, Pierre Lamaison, ethnologue et Michel Treguer se sont rendus sur les sites de Creys Malville, Le Pellerin et Plogoff, tous trois destinés à accueillir des centrales nucléaires pour recueillir les paroles de ceux qui vivent près des zones concernées.

La Hague : Un pays secret, Colportage ou les matinales de l’été, France Culture, 04.08.1982, 43’

Magazine. Histoire de la Hague et de ses paysages. Avec la participation d’élus, de militants, journalistes, travailleurs immigrés et responsables de l’usine de déchets nucléaires.

Flamanville, Le pays d’ici, France Culture, du 27 au 30.06.1989, 50’, 4 émissions

Documentaire en 4 parties. Enquête à Flamanville sur l’impact socio-économique et psychologique de l’installation d’une centrale nucléaire en Normandie (visite guidée de la centrale nucléaire, le village à l’ombre du nucléaire, les problèmes de sécurité, La Hague et son usine de retraitement, l’avenir du nucléaire).

A l’ombre des centrales nucléaires, LSD la série documentaire, France Culture, du 12 au 15.06.2017, 53’, 4 émissions

Série documentaire en 4 émissions de Lydia Ben Ytzhak consacrée aux périodes historiques de développement de l’industrie nucléaire en France, devenu le pays le plus nucléarisé du monde. Interviews et diffusion d’archives sonores.

Exemple : Cruas, 18.01.2017, 24’

Chaîne : Les Films du soleil

Plateforme : Podcast

L’impact socio-économique de l’ouverture du chantier de construction de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse dans un petit village agricole ardéchois.

Electricité de France

1979 – pellicule 16mm – couleurs – 4/3 – 24’

Auteur – Réalisateur : Jacques Hubinet

C – Films du soleil [Résumé producteur]

Exporter l’expertise nucléaire française, un enjeu diplomatique et géopolitique

Pendant que la France se nucléarise, elle va simultanément entretenir une politique d’exportation de ses compétences nucléaires civiles partout dans le monde. L’industrie nucléaire devient un outil diplomatique et de rayonnement de premier rang.

Le Shah d’Iran à Marcoule, JT 20H, 28.06.1974, 5’

Reportage. Visite très médiatique du Shah d’Iran en France : visite les installations nucléaires de Saclay puis de Marcoule (et son surgénérateur Phénix) dans le cadre de la coopération industrielle entre les deux pays. L’Iran passe commande de 6 réacteurs dans un contexte post choc pétrolier et confirme les liens étroits entretenus par les deux pays.

Israël puissance atomique, IT1 20H, TF1, 13.02.1975, 3’

Reportage sur la recherche nucléaire en Israël et sur la coopération franco-israélienne qui permet à Israël de diversifier ses activités. Commentaire sur images factuelles d’installations scientifiques (Institut Weizmann, centrale nucléaire de Dimona dans le désert du Negev) et interviews de scientifiques.

Saddam Hussein et Jacques Chirac : coopération nucléaire entre la France et l’Irak, Journal A2 Dernière édition, Antenne 2, 08.09.1975, 1’

Brève déclaration de Jacques Chirac aux journalistes en présence de Saddam Hussein, à propos d’un prochain accord de coopération nucléaire entre la France et l’Irak. Jacques Chirac ne répond pas à la question portant sur le nombre de centrales nucléaires en jeu.

Centrale sud-africaine et bombe atomique : polémique, Antenne 2 Journal de 20H, Antenne 2, 22.08.1977, 1’

Reportage. Vente polémique d’une centrale nucléaire française à l’Afrique-du-Sud : extrait du discours de Louis de Guiringaud, ministre des Affaires étrangères : “Le contrat Framatome-Afrique du Sud prévoit le retraitement des combustibles en France… Il est contraire à la vérité et parfaitement malhonnête de dire que la centrale pourrait aider l’Afrique du Sud à acquérir l’arme atomique !… Les Français qui l’affirment se comportent en agent de l’étranger et en ennemi de notre pays !”.

Chine : centrales nucléaires françaises, TF1 Actualités 20H, TF1, 04.12.1978, 3’

Reportage. Signature d’un accord de coopération économique et politique entre la Chine et la France qui prévoit la vente de deux centrales nucléaires et d’autres complexes industriels.  Commentaire sur images factuelles de la visite à Pékin de Jean-François Deniau, ministre du commerce extérieur, et explications du journaliste scientifique Michel Chevalet.

Raid israélien sur Osirak : explications, Soir 3, FR3, 09.06.1981, 4’

Reportage. Au lendemain du raid de l’aviation israélienne contre la centrale nucléaire irakienne Osirak, à Tammuz près de Bagdad qui a été fournie par la France à l’Irak en vertu d’un accord de coopération nucléaire, explications, en plateau, de Dominique Baudis sur le déroulement de l’opération.

Accord nucléaire avec l’Inde, Antenne 2 Le Journal de 20H, Antenne 2, 27.11.1982, 2’

Reportage. L’accord conclu à New Delhi entre François Mitterrand et le gouvernement indien prévoit la fourniture d’uranium enrichi français à l’Inde. Commentaire sur images d’illustration et images d’archives (cuve de centrale, explosion atomique indienne en mai 1974, bras mécaniques traitant l’uranium, intérieur centrale de Tarapur) et explications du journaliste Georges Leclere.

Cogema : Japon, Publicité, 01.03.1996, 1’

Spot publicitaire de la société Cogema, ancêtre d’Areva. Un cadre de l’entreprise explique qu’un pays comme le Japon, avancé technologiquement et réputé sûr, a fait confiance à la Cogema pour le retraitement de son combustible nucléaire.

Images reflétées par les médias : manipulations, Commission internationale d’étude sur les problèmes de la communication, Unesco, 01.04.1980

Périodique. Ce numéro propose une étude de cas dans le domaine du journalisme enquêteur autour de la question de l’axe nucléaire. Exemple d’une enquête menée à travers divers pays qui a permis de mettre en lumière le lien entre le programme nucléaire militaire sud-africain et les États-Unis, la France et Israël.

Retour au sommaire

2- Mondialisation de l’opposition aux armes nucléaires

Si les états disposant de l’arme nucléaire n’entendent qu’en de très rare cas s’en passer (Afrique du Sud, Kazakhstan), les mouvements pacifistes et/ou écologistes continuent de faire pression sur les classes politiques tout au long des années 1970 à 1990.

Autour de la crise des euromissiles, la société civile face à l’équilibre de la terreur

Le début des années 1980 est marqué par l’épisode de tension Est-Ouest le plus intense depuis la crise de Cuba. Cette fois-ci, le théâtre des tensions est l’Europe occidentale où Soviétiques et Américains font stationner des ogives nucléaires “stratégiques” de portée intermédiaire. La menace d’un engrenage incontrôlable se fait ressentir. Le climat anxiogène remet au premier plan les risques d’une guerre thermonucléaire, ce qui se traduit par un regain de productions culturelles sur le sujet. Les mouvements citoyens et militants vont participer à forcer les grandes puissances à se mettre à la table des négociations.

Les chrétiens face à la dissuasion nucléaire et aux euromissiles, Le téléphone sonne, France Inter, 17.11.1983, 39’

Magazine. Père Michel Boullet, porte-parole de l’Épiscopat français (favorable à la dissuasion) et le pasteur Jacques Maury, président de la Fédération protestante (favorable à un désarmement unilatéral) répondent aux auditeurs sur plusieurs thématiques (la volonté de paix des Chrétiens, l’épiscopat et la non-violence, les problèmes d’éthique, le spirituel et temporel).

La paix a 37 ans, Droit de réponse, TF1, 08.05.1982, 1h18’

Débat. Il y a 37 ans s’achevait la deuxième guerre mondiale. Où en est la situation internationale aujourd’hui ? Introduite par des images de bombe atomique, la discussion s’engage sur l’hypothèse d’un conflit atomique, l’équilibre des forces entre les deux blocs, la course aux armements, son coût, l’accumulation démesurée de forces de destruction et en conclusion, la guerre idéologique. Avec la participation d’un possesseur d’abri anti atomique, Vladimir Boukovski, Claude Bourdet, Daniel Cohn-Bendit et Jean-Pierre Muller du mouvement pour la non-violence expose ses idées.

Bruits de guerre, Le nouveau vendredi : Caméra vive, FR3, 29.10.1982, 1h05’

Reportage. Alors que l’Europe est le théâtre d’une crise liée aux déploiements de missiles balistique de portée intermédiaire à l’Est comme à l’Ouest, la menace d’une troisième guerre mondiale, cette fois-ci nucléaire, reste présente. Alternance d’un commentaire sur images d’archives, images factuelles, interviews de généraux américains et soviétiques (Alexander Haig, Soloviov), d’un physicien (Yemelyanov), de syndicalistes français, de Valentina Tereshkova, premier femme cosmonaute, de Patricia Shroeder, députée américaine, de militants pour le désarmement et d’enfants français, soviétiques et américains sur l’éventualité d’une guerre nucléaire.

Désarmement RFA, TF1 20 Heures, TF1, 25.02.1983, 3’

Reportage. Le point sur les missiles tactiques en Europe. Commentaire sur images factuelles et d’illustration (Assemblée européenne des ministres de la défense, installations de missiles Pershing, SS-5/20, Cruise) et extrait de la déclaration d’un militaire américain qui parle du déploiement des forces étasuniennes en Europe.

Manifestations pacifistes, Antenne 2 Le journal de 20H, Antenne, 22.10.1983, 5’

Reportage. Semaine d’action des mouvements pacifistes européens contre l’installation des euromissiles américains. Revue en images des manifestations en Allemagne, Grande-Bretagne, Suède, Belgique, Italie et France.

Concert de Orchestral Manoeuvres in the Dark, France Inter, Fond Bernard Lenoir, date indéterminée, 1h30

Retransmission du concert donné par le groupe OMD qui interprète notamment son titre Enola Gay inspiré du nom du bombardier qui lança la bombe sur Hiroshima. Cette chanson exprime aussi le regain d’une peur de la guerre nucléaire, sentiment fortement présent dans les années 1980.

Notes : date d’enregistrement approximative entre 1980 et 1983

Rockline : émission du 21 avril 1984, Rockline, Antenne 2, 21.04.1984, 1h15

Magazine musical. Interprétation live du titre 99 red ballons par le groupe ouest-allemand Nena. Cette chanson fait écho à l’époque de guerre froide de forte tension durant laquelle des actes pacifistes et enfantins comme lâcher des ballons pouvaient être perçus comme des attaques nucléaires par les radars américains et soviétiques.

La java des bombes atomiques, France 3 Lorraine, 23.06.1984, 3’

Animation. Clip-musical de la chanson La java des bombes atomiques de Boris Vian écrite en 1955.

Notes : diffusion dans l’émission Crayon électronique

Interview du déserteur Jean Louis Cahu, JT Montpellier, France 3 Languedoc Roussillon, 10.01.1985, 3’

Interview. L’officier Jean-Louis Cahu a déserté son poste de tir au Plateau d’Albion et attend d’être jugé. Il est interviewé sur ses motivations pacifistes et les raisons de son acte.

Espionnes soviétiques en Grande Bretagne, TF1 Vingt Heures, TF1, 21.01.1986, 2’

Reportage. Les militantes pacifistes britanniques qui campent depuis des mois à proximité de la base américaine de Greenham-Common pour protester contre l’installation de missiles de l’OTAN, font l’objet d’une “campagne de démoralisation” : le magazine Jane’s Defence Weekly affirme qu’elles sont infiltrées par des Spetsnaz, forces spéciales soviétiques. Commentaire sur images factuelles et interviews du rédacteur en chef de la revue accusatrice et d’une militante

War in peace : public discourse in the nuclear age, Journal of communication, Georges Gerbner, 01.08.1988,

Périodique. Communication consacrée à la guerre nucléaire et ses conséquences sur les journaux d’information de télévision. Etude basée sur le traitement télévisé de l’année 1983 aux États-Unis qui voit trois éléments faire ressurgir la menace nucléaire sur le devant de la scène : le téléfilm de ABC The Day After, la théorie scientifique de l’hiver nucléaire et les discussions au sein de l’administration Reagan évaluant les possibilités de remporter une guerre nucléaire de faible intensité.

1983 : la bataille des euromissiles, L’histoire en direct, France Culture, 05.04.1999, 58’

Documentaire. En 1977, à l’Institut d’études stratégiques de Londres, le chancelier allemand Helmut Schmidt avertit les autres pays européens qu’une nouvelle menace pèse sur la paix : les soviétiques remplacent progressivement les vieux missiles à portée intermédiaire, braqués sur l’Ouest du continent, par de nouveaux engins, à triple tête nucléaire, les SS20. La bataille des euromissiles a commencé. Pendant 10 ans, mais surtout entre 1981 et 1985, cette question va dominer les rapports entre les puissances européennes, les États-Unis et l’URSS. Pourquoi la question du nucléaire est-elle devenue centrale dans les débats politiques européens du début des années 80 ? Pourquoi les États-Unis se sont-ils fait tirer l’oreille pour installer les Pershing ?

CROSSED -11 – Wargames, 05.12.2013, 13’

Chaîne : Karim Debbache

Plateforme : YouTube

Chronique cinéma du 3 juillet 2013 réalisée par le vidéaste Karim Debbache, Gilles Stella et Jérémy Morvan pour le site jeuxvideo.com. Épisode consacré au film War Games (John Badham, 1981) où un jeune homme (Matthew Broderick) fait face au risque d’une guerre thermonucléaire globale déclenché par une intelligence artificielle.

Du Rainbow Warrior I au Rainbow Warrior II, affrontement médiatique et raison d’Etat

De 1973 à 1996, l’organisation écologiste Greenpeace et l’État français s’affrontent sur le terrain médiatique au sujet des essais nucléaires français sur les atolls de Mururoa et Fangataufa. L’ONG a recours à l’image et la vidéo pour publiciser ses actions et mettre en cause l’usage de la force par les autorités françaises. En 1985, les services secrets français (DGSE) commettent un attentat à Auckland sur le navire Rainbow Warrior de Greenpeace qui venait protester contre les essais français. L’attentat, qui fait une victime, devient affaire d’État et ouvre une crise diplomatique majeure entre la France et les États du Pacifique. En 1995, après le moratoire sur les essais annoncé par François Mitterrand en 1992, Jacques Chirac, fraîchement élu, décide de relancer les essais avant la signature du traité d’interdiction en 1996. Cette année est l’occasion d’un énième affrontement médiatique entre Greenpeace et la France qui refuse d’entendre la communauté internationale et les préoccupations écologistes qui remettent en cause sa puissance nucléaire et sa souveraineté.

Attentat Rainbow Warrior, Antenne 2 Midi, Antenne 2, 23.07.1985, 1’

Reportage. Inculpation de deux personnes dans l’affaire du Rainbow Warrior. Déclarations d’Allan Galbraith commissaire chargé de l’affaire et du premier ministre néo-zélandais, David Lange affirmant qu’il n’y a pas de gouvernement impliqué dans cette affaire.

Déclaration Laurent Fabius, Soir 3, FR3, 22.09.1985, 2’

Déclaration du premier ministre Laurent Fabius depuis l’Elysée à propos de l’affaire du Rainbow Warrior de Greenpeace : il fait part des premières conclusions de l’enquête.

Droit de réponse : émission du 14 septembre 1985, Droit de réponse, TF1, 14.09.1985, 2h

Débat. Michel Polac consacre son émission à l’affaire Greenpeace. Autour de lui, une dizaine de journalistes de la presse écrite et radio ainsi que Monika Griefahn et Yves Lenoir de Greenpeace.

Vers des essais nucléaires souterrains en Creuse, Limousin Actualités, France 3 Limousin, 19.08.1985, 1’

Reportage. Brice Lalonde de Greenpeace a déclaré dans un journal parisien que le Limousin serait bien plus sûr que Mururoa pour effectuer des essais souterrains. Le bureau des applications militaire interrogé par les journalistes répond que non.

Mururoa, Antenne 2 Le Journal de J20H, Antenne 2, 14.09.1985, 2’

Reportage. Visite du président François Mitterrand sur l’atoll de Mururoa. Discours de fermeté sur la souveraineté de la France et sa volonté de conserver sa puissance nucléaire.

Essai nucléaire Mururoa, Antenne 2 Midi, Antenne 2, 25.10.1985, 5’

Reportage. Essai nucléaire souterrain à Mururoa en présence du premier ministre Laurent Fabius, du ministre de la Défense Paul Quilès et d’une dizaine de journalistes et quelques parlementaires. Commentaire sur images factuelles et interviews d’Haroun Tazieff dans l’hélicoptère d’observation au moment du tir, de Laurent Fabius et du général de Bénouville (RPR).

Le commandant Cousteau assiste à un essai nucléaire à Mururoa, A2 Le Journal de 13H, Antenne 2, 10.11.1988, 2’

Reportage. Extrait d’un film tourné par l’équipe Cousteau lors d’une mission scientifique à Mururoa, au lendemain d’un essai nucléaire. Commentaire sur images factuelles et réaction du commandant Cousteau : “Nous n’avons trouvé aucune trace d’élément radioactif dangereux produit par les explosions nucléaires. Les essais ne présentent aucun danger pour les populations de Polynésie, tout au moins dans un proche avenir…”.

Opération Rainbow Warrior, Teva, 08.09.2009, 1h40’

Téléfilm de Charlotte Brandstrom. Fiction retraçant l’affaire du Rainbow Warrior du point de vue des agents de la DGSE qui ont réalisé l’attentat contre le navire. Le téléfilm suit plus particulièrement la capitaine Dominique Prieur jusqu’à sa libération.

Jacques Chirac à Strasbourg, Inter Soir 19h, France Inter, 11.07.1995, 1’

Sujet. Au sommet européen de Strasbourg, Jacques Chirac est hué par une grande partie des parlementaires européens opposés à la reprise des essais nucléaires français.

Manifestations anti-essais nucléaires, F2 le journal 20H, France 2, 14.07.1995, 1’

Reportage. Les protestations contre la reprise des essais nucléaires français, annoncée par le nouveau président Jacques Chirac, ont perturbé les célébrations du 14 juillet dans de nombreux pays, en particulier en Europe et dans le Pacifique.

Médiatisation par la marine de l’arraisonnement des bateaux de Greenpeace, TF1 20H, TF1, 02.09.1995, 3’

Reportage. A bord de la frégate Prairial au large de Mururoa, le journaliste Jean-Pierre Quittard commente le dispositif médiatique couvrant l’arraisonnement des bateaux de Greenpeace. Images du service des armées et interview du vice-amiral Euverte commandant en chef des forces armées du pacifique expliquant sa mission.

Les manipulations de l’image et du son : rencontre internationale media defense 95 Imagina, 23 et 24 novembre 1995, Cités des Sciences et de l’Industrie, Association des journalistes de défense, INA, Collection Pluriel,

Monographie. Compte rendu des rencontres organisées par l’INA et l’association des journalistes de la Défense. Articles de Pierre Sergent Comment et pourquoi l’armée a gagné la bataille médiatique face à Greenpeace (p.93) et de Géraud Burin des Roziers Les moyens techniques de l’opération Nautile à Mururoa (p.147).

Godzilla, TF1, 25.04.2010, 2h23

Long métrage de Rolland Emrich. Remake (1998) américain du film japonais (1954) de Ishiro Honda. L’origine de Godzilla est cette fois-ci imputée aux essais atomiques français dans le Pacifique dans les années 1960 (la production du film a commençé en même temps que la reprise des essais français en 1995). L’apparition du monstre pousse un scientifique (Matthew Broderick) à abandonner ses recherches à Tchernobyl, et rencontre à New York un agent de la DGSE sous couverture (Jean Reno).

Special Halloween en 3D, Les Simpsons, Canal + 31.10.1998, 22’

Animation. Dans l’anthologie d’Halloween de 1998, le maire de Springfield insulte la France qui lui répond en lançant un missile nucléaire, depuis la tour Eiffel, sur la ville qui est atomisée à l’exception d’Homer qui se trouvait dans un abri antiatomique. L’extrême susceptibilité française et l’attachement viscéral à sa puissance nucléaire est directement inspiré de la polémique suivant reprise des essais en 1995.

Ils vont arrêter la bombe, France O, 04.06.2017, 54’

Documentaire de François Reinhardt. Retour sur un acte de contestation méconnu contre les essais nucléaires français. En 1973 une équipe de treize militants pacifistes embarquent à bord du navire Fri qui signifie liberté en danois. Leur but est de stopper les essais nucléaires français dans le Pacifique. Le navire part de la Nouvelle-Zélande pour se rendre à Mururoa. Le documentaire s’intéresse aux intrigues politiques, pressions diplomatiques, objectifs militaires et enjeux économiques et environnementaux. Commentaire sur images factuelles, images d’archives, enregistrements sonores, photographies et nombreuses interviews.

Effondrement de l’URSS et peur d’une prolifération nucléaire

Avec l’effondrement de l’URSS en 1991, qui aurait pu théoriquement mettre un terme à l’équilibre de la terreur et ouvrir la voie au désarmement généralisé, les anciennes républiques soviétiques se retrouvent avec la responsabilité de leur héritage nucléaire. Le Kazakhstan, ancien site d’essai nucléaire soviétique, renonce à l’arme nucléaire. En Occident on s’inquiète des risques de prolifération dus à l’instabilité politique en ex-URSS et de la fuite des cerveaux parmi les atomistes de l’Est. L’hypothèse du terrorisme nucléaire est sérieusement considérée.

URSS-Semipalatinsk : manifestation anti-nucléaire, le Journal 20H, La 5, 08.08.1989, 1’

Sujet. Images de la télévision soviétique d’une manifestation anti-nucléaire qui s’est déroulée à Semipalatinsk (République du Kazakhstan) où ont lieu les essais nucléaires soviétiques aériens comme souterrains depuis 1949.

Glasnost sur la bombe atomique en URSS, Résistances, Antenne 2, 05.05.1990, 11’

Reportage sur les conséquences qui touchent les habitants voisins du Polygone nucléaire de Semipalatinsk au Kazakhstan.

Le terrorisme nucléaire est-il possible ?, L’avenir du futur, TF1, 26.01.1981, 1h07’

Débat. Autour de la question “le terrorisme nucléaire est-il possible ?” Robert Clarke reçoit de nombreux invités : Alfred Kastler, Prix Nobel de physique, Bertrand Goldschmidt, chimiste ancien membre du CEA, Joseph Goldblat, juriste international expert pour les problèmes de désarmement à l’Institut international de recherche sur la Paix, Michel Pecqueur, administrateur général du CEA et l’écrivain François Nourissier. Ce débat fait suite à la diffusion du long métrage Docteur Folamour de Stanley Kubrick.

Demain l’apocalypse, France 2, 31.03.1993, 52’

Documentaire de Jean Michel Meurice. Enquête sur les réseaux et le marché noir du nucléaire. Si les trafics clandestins et les stocks mal gérés et mal surveillés de matériel nucléaire de l’ex-URSS représentent sans doute une menace, les faits révélés par la presse ne recouvrent en réalité que de petites escroqueries lucratives pour ceux qui les organisent. Danger de la fuite des cerveaux après l’effondrement de l’URSS.

La bombe du pauvre : la nouvelle menace nucléaire, DIRECT, Antenne 2, 22.01.1992, 1h23’

Magazine. L’éclatement de l’Union Soviétique a provoqué l’inquiétude des Américains et Européens qui voient les républiques indépendantes revendiquer leur droit à contrôler leur potentiel tactique nucléaire face à une Russie jugée trop ambitieuse. Doit-on pour autant agiter le spectre de l’anarchie nucléaire ?

Retour au sommaire

3- Tchernobyl, catastrophe technologique et écologique

En 1986, durant un exercice de routine, un accident nucléaire a lieu dans un des réacteurs de la centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine. La gravité de l’incident est d’abord minimisée par les autorités avant qu’elles soient obligées de reconnaître l’explosion du réacteur. Tchernobyl devient au nucléaire civil ce qu’est Hiroshima au nucléaire militaire : un symbole du danger représenté par le nucléaire. La crise sanitaire déclenchée met au premier plan les préoccupations écologistes et entame la confiance dans l’énergie nucléaire.

Avant Tchernobyl, l’accident de la centrale Three Mile Island aux Etats-Unis

Si la gravité de l’accident de Tchernobyl est incontestable, il existe des précédents dont le plus connu et le plus médiatique est celui de Three Mile Island à Harrisburg aux Etats-Unis en 1979. L’accident est le produit de défaillances humaines et techniques successives et une partie du cœur de réacteur fond sans que l’enceinte de protection soit détruite. La gestion communicationnelle de ce qui devient un événement médiatique est un des premiers exemples de communication de crise sur le nucléaire.

Accident Centrale Nucléaire, TF1 Actualité 13H, TF1, 29.03.1979, 1’

Reportage. Accident dans une centrale nucléaire en Pennsylvanie où une panne du système de refroidissement d’un réacteur a provoqué une fuite radioactive et une explosion.

Le robot de nettoyage à Three Miles Island, Antenne 2, C’est la Vie, 06.04.1979, 1’

Brève. Après l’accident sur la centrale nucléaire de Harrisburg, le président des États-Unis Jimmy Carter a insisté sur la nécessité de continuer dans la voie du nucléaire pour subvenir aux besoins énergétiques du pays tout en promettant de renforcer la sécurité. Images du robot Herman travaillant au refroidissement du cœur de la centrale nucléaire.

Centrales Nucléaires, Fonds Roger Louis, 01.01.1980, 1h26

Documentaire de Roger Louis consacré à la question du risque nucléaire civil. Après une séquence docu-fiction, mêlant images d’archives et reconstitution tournée au Bugey, qui rappelle l’incident de Three Mile Island, aux États-Unis en 1979, rappel historique de développement du nucléaire civil depuis 1945, de la recherche scientifique et des manifestations d’opposants qu’il suscite. Visite et enquête auprès des employés EDF de la centrale du Bugey et interviews de techniciens, du directeur, de syndicalistes et du cancérologue Maurice Tubiana.

Notes : film, non diffusé, produit par la Scopcolor, coopérative ouvrière de production créée par le journaliste Roger Louis et émanant du Crepac (Centre de recherche pour l’éducation permanente), association de syndicalistes et d’économistes soucieux de proposer une alternative à l’information gouvernementale relayée par une ORTF fermement reprise en main à la suite des évènements de Mai 68. 

Construire l’événement : les médias et l’accident de Three Mile Island, Eliseo Veron, Editions de Minuit,1982

Monographie. Analyse de la construction sociale et médiatique d’un “événement” autour de l’accident de la centrale nucléaire de Three Mile Island.

Une belle simpsonnerie, Les Simpson, France 3, 28.03.1992, 21’

Animation. Présente depuis le premier épisode de la série, la centrale nucléaire de Springfield est le lieu de travail d’Homer Simpson et est fréquemment au cœur du scénario du fait de sa gestion catastrophique. Dans cet épisode, Homer déclenche par mégarde la fusion du réacteur qu’il parvient miraculeusement à arrêter.

Le syndrome chinois, France 3, 31.01.2002, 1h56’

Long métrage de James Bridges. Présenté à Cannes en 1979 et sorti en salles quelques semaines avant l’accident de la centrale de Three Mile Island, ce film suit un reporter (Jane Fonda) qui durant une visite dans une centrale nucléaire californienne est le témoin privilégié d’un accident majeur. La journaliste devenue lanceuse d’alerte est confrontée au mutisme des responsables de la centrale et leurs tentatives de contrôler l’information.

La construction sociale des risques majeurs et de crise à la télévision : Quelle participation à l’élaboration d’une culture de la sécurité ? Delphine Tandé, Thèse en sciences de l’information, sous la direction de Béatrice Cormier et Jean Mouchon, 2002

Monographie. Ce travail de recherche aborde la question de l’impact social et politique de la médiatisation d’une crise (notamment de nature technologique, donc industrielle et nucléaire), de la représentation et de la mise en scène des acteurs (officiels, militants, experts).

Retour sur la catastrophe nucléaire de Three Mile Island en 1979, L’édition de 7 heures, BFMTV, 13.03.2011, 2’

Reportage. Deux jours après la catastrophe de Fukushima, retour sur l’accident de la centrale de Three Mile Island en 1979.

Couverture médiatique de l’évènement

Dans le cas de Tchernobyl, l’événement est vécu à distance durant les premiers jours où l’URSS minimise les risques et les images sont rares. Le traitement médiatique finit par se rapprocher physiquement de la centrale dans les mois et années qui suivent.

L’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl (URSS), Inter actualités de 06H00, France Inter, 29.04.1986, 6’

Correspondance. Première correspondance de Pierre Lesourd, envoyé permanent de l’AFP à Moscou, qui annonce l’accident en se basant sur le communiqué de l’agence Tass.

La catastrophe de Tchernobyl, Inter actualités de 13H00, France Inter, 30.04.1986, 12’

Correspondance depuis Moscou du journaliste Ulysse Gosset qui fait le point sur le bilan de la catastrophe à partir des informations émanant des autorités russes et explique les difficultés rencontrées pour évacuer les personnels de l’ambassade de France à Kiev, située à 130km de la centrale. Interview de François Cogne, directeur de l’Institut de Protection et de Sûreté nucléaire.

1ères images de Tchernobyl, Soir 3, FR3, 04.05.1986, 1’

Sujet. Les téléspectateurs soviétiques ont pu voir les premières images de la centrale nucléaire de Tchernobyl, neuf jours après la catastrophe accompagnées d’un commentaire rassurant. Le directeur général de l’Agence internationale l’énergie atomique est attendu prochainement à Moscou.

Parcours nuage radio-actif, Antenne 2 Midi, Antenne 2, 01.05.1986, 1’

Reportage. Retour sur la progression du nuage radioactif depuis le début de la semaine. Commentaire sur cartes infographiques, photos infrarouge prises par satellite météosat. Le service central de protection contre les radiations ionisantes a annoncé ce matin une légère hausse de la radioactivité atmosphérique non significative dans le sud-est de la France.

Visite de la région de Tchernobyl, Inter actualités de 13H00, France Inter, 10.06.1987, 3’

Reportage. Plus de 12 mois après la catastrophe, Ulysse Gosset, envoyé spécial permanent en Union soviétique, est un des rares journalistes occidentaux à avoir pu se rendre à Tchernobyl, sur le lieu même de la catastrophe. De retour à Moscou, il explique les mesures de sécurité qui ont été prises pour cette visite et décrit l’état d’abandon qui règne à Pripiat, cité jumelle de Tchernobyl.

Document exclusif : Tchernobyl – les damnés de l’atome, Reporters, La 5, 22.04.1989, 12’

Reportage. Après la catastrophe de Tchernobyl, la centrale est toujours en activité. Seules 2000 personnes ont accès à la zone contaminée. Ce sont les travailleurs nucléaires. Ils étaient là lors de l’explosion. Pour Reporters, une équipe de presse a pu tourner des images exclusives sur le lieu du travail, de la cantine aux dortoirs. Des images révèlent ce qui se passe réellement sur les lieux où éclata le drame, le 26 avril 1986.

La catastrophe nucléaire de Tchernobyl : traitement médiatique et enjeux communicationnels (26 avril 1986 – 31 mai 1996), Romy Roynard, Dir. Marie Françoise Lévy, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2012

Monographie. Mémoire de master 2 de recherche en histoire visant à analyser comment se construit une crise dans les médias, comment ces derniers véhiculent, suscitent, sollicitent une opinion publique et ses angoisses face à une catastrophe technologique qui reconfigure les représentations du danger et de l’espace politique et géographique qui y est associée.

Retour au sommaire

Les répercutions en France

Du fait des radiations, la géographie de l’événement n’est pas limitée au seul territoire environnant de la centrale mais s’étend potentiellement à toute l’Europe. Alors que des pays scandinaves ont pris des mesures de précaution drastiques pour protéger leurs populations, la France est accusée d’attentisme et de minimiser le danger.

Après Tchernobyl, Répliques, France Culture, 31.05.1986, 44’

Débat. Alain Finkelkraut et Gilles Anquetil reçoivent Georges Waysand, physicien au CNRS, auteur de La contre-révolution scientifique ou le crépuscule des chercheurs et Jean Jacques Salomon, professeur au Conservatoire national des Arts et Métiers, auteur de Prométhée empêtré. Ils abordent ensemble différentes questions : Que s’est-il passé exactement à Tchernobyl ? Quelles sont les difficultés structurelles politiques comme frein à l’information ?

L’âge nucléaire : de Three Mile Island à Tchernobyl ; 2e émission, Perspectives scientifiques, France Culture, 10.11.1986, 30’

Entretien. Deuxième émission d’une série de trois émissions consacrées à l’âge nucléaire. Autour de la question du risque majeur, entretien avec Jacques Leclerc, directeur de la production thermique chez EDF.

Tchernobyl autopsie d’un nuage, France 3, 12.10.2000, 51’

Documentaire de Jean-Charles Chatard et Solange Graziani. En France et en Biélorussie, retour sur les conséquences de l’explosion du thermo-réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, le 26 avril 1986. Le document – mêlant interviews, images factuelles et images d’archives – établit nettement un rapport entre le passage du nuage radioactif en France et l’augmentation des pathologies thyroïdiennes, ce qu’ont toujours nié les discours officiels.

Tchernobyl : un mensonge français, C dans l’air, France 5, 25.04.2005, 1h04’

Magazine. A la veille du 26ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, Yves Calvi consacre cette émission à la responsabilité des autorités françaises qui auraient dissimulé la gravité du nuage radioactif au-dessus de la France et minimisé l’ampleur des mesures à prendre. Les spécialistes invités débattent du sujet, réagissent aux reportages et répondent aux questions des téléspectateurs.

Tchernobyl et les écologistes français 1986 – 1996, Anne Sophie Baudoin, 1998

Monographie. Mémoire de maîtrise en histoire sous la direction de Philippe Levillain, Hélène Duccini, Eric Duhamel. Retour sur l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl, catastrophe écologique sans précédent qui s’est produite le 10 mai 19986, en Ukraine. Selon l’auteur, cet événement “ne semble pas avoir permis aux écologistes français de peser sur la politique nucléaire de notre pays. Comment comprendre cette situation paradoxale ?”

Anniversaires et commémoration, retours à Tchernobyl

Par son impact dans la conscience collective, à la manière d’Hiroshima, Tchernobyl est l’objet de commémorations anniversaires régulières qui reviennent en détail sur le déroulé des événements et sont l’occasion de proposer des approches plus intimes ou des angles plus originaux sur le sujet.

Tchernobyl : les habitants de la zone des dix kilomètres, Là bas, si j’y suis, France Inter, 01.12.1993, 55’

Documentaire. En 1991 le gouvernement s’engage à fermer la centrale de Tchernobyl ; en 1993 revirement, la centrale continue à fonctionner et l’Ukraine exporte l’électricité de Tchernobyl. Aucune étude sérieuse sur l’état de santé des employés et riverains n’a été menée. Daniel Mermet part à la rencontre des habitants et recueille leurs témoignages.

A Tchernobyl … dix ans après, Grand angle, France Culture, 27.04.1996, 58’

Documentaire de Patrick Cazals. Au matin du 26 avril 1986, le réacteur n° 4 de la centrale atomique de Tchernobyl explose. L’ensemble des radionucléides expulsés dans l’atmosphère est estimé à 80 millions de curies. Tchernobyl fournit environ 7% de l’électricité à l’Ukraine et assure notamment la consommation de la capitale, Kiev. Sur place, à la centrale, les 5000 ouvriers continuent leur tâche, à l’ombre du sarcophage d’acier qui recouvre le réacteur n°4. Comment vivent au quotidien les ouvriers de cette centrale ? Que sont devenus les 160 000 “liquidateurs” venus à Tchernobyl dans les semaines qui suivirent l’explosion pour nettoyer le site et repartis pour la plupart dans diverses républiques de l’ex-URSS ? Quelles répercussions la catastrophe continue-t-elle d’avoir sur la santé publique des Ukrainiens ? Retour sur les lieux avec Sergueï Perchko, journaliste indépendant de Kiev. Celui-ci traduit les descriptions du fonctionnement de la centrale. Témoignages de la population sur la vie quotidienne, la santé des habitants et les soins.

Tchernobyl, l’âge atomique, Alter ego, France Inter, 07.06.2004, 53’

Magazine. Patricia Martin reçoit Michèle Rivasi, présidente de Greenpeace France et Guillaume Grandazzi, chercheur pour son livre Les silences de Tchernobyl : l’avenir contaminé.

Tchernobyl, Fréquence Terre, Radio France Internationale, du 24.04.2005 au 15.05.2005, 20’, 4 émissions

Magazine. Série de quatre émissions d’Arnaud Jouve consacrée à la catastrophe de Tchernobyl : chronologie des événements, conséquences sanitaires, initiatives internationales.

Ukraine, Home : rushes, Fonds Home, 17.12.2007, 16 documents

Seize rushes issus du tournage du documentaire Home de Yann Arthus Bertrand. Plans aériens sur la centrale nucléaire de Tchernobyl en hiver, le sarcophage en construction, ses alentours, le fleuve, la ville de Pripiat, la forêt environnante.

Tchernobyl, une histoire naturelle ?, ARTE, 25.05.2010, 1h31’

Documentaire de Luc Riolon. Document tourné dans la région de Tchernobyl, où le 26 avril 1986 un réacteur nucléaire a explosé contaminant tout aux alentours. Dans cette zone devenue sauvage face à la radioactivité ambiante, la nature (faune et flore) reprend progressivement ses droits. Des scientifiques viennent y étudier les effets de la faible radioactivité sur la biodiversité et l’écosystème et comment les éléments ont su s’adapter.

Vacances à Tchernobyl, Envoyé Spécial. Carnet de voyage, France 2, 14.07.2011, 31’

Reportage. Depuis janvier 2011 l’Ukraine a officiellement ouvert la zone de Tchernobyl au tourisme. Ce reportage s’intéresse à ces touristes qui viennent à Tchernobyl, vingt-cinq ans après la catastrophe nucléaire et aux risques qu’ils prennent à passer plusieurs heures sur ces terres irradiées. Alternance d’un commentaire sur des images factuelles, un micro-trottoir et interview de Dimitri Zaboura, vice-secrétaire d’État au tourisme.

Sur les docks, France Culture, du 25 au 27.04.2016, 52’, 3 émissions

Série de trois documentaires (A Tchernobyl… 10 ans après ; Se souvenir, transmettre, représenter la catastrophe ; Dans les frontières indécises des territoires contaminés) qui proposent en trois volets une enquête sur l’héritage collectif de Tchernobyl en Ukraine à travers les témoignages de victimes, historiens, écrivains, cinéastes et photographes.

Tchernobyl, 30 ans après, France 5, 26.04.2016, 1h

Documentaire de Daniel Baar et Matthias Hamsch. Trente ans après l’explosion d’un réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl, un bilan économique, politique, écologique et médical de la catastrophe.

Paysages de Tchernobyl : trente ans après, Un autre jour est possible, France Culture, du 25 au 29.04.2016, 28’, 5 émissions

Magazine. Série de 5 émissions produites par Tewfik Hakem. Comment vit-on à Tchernobyl aujourd’hui ? Qui habite encore cette zone évacuée au lendemain de l’accident ? L’artiste photographe Alain-Gilles Bastide qui y a séjourné trois semaines raconte ce qu’il a vu.

Le nouveau sarcophage de Tchernobyl, France 5, 21.11.2017, 52’

Documentaire de Martin Gorst, Alex Tate, Gwyn Williams consacré aux différentes phases de la construction d’un nouveau sarcophage géant autour du réacteur accidenté de Tchernobyl, conçu par le consortium français Novarka pour contenir le précédent, datant de 1986. Commentaire sur des images factuelles et images d’archives, alternant avec les interviews d’un ancien ingénieur en chef de la centrale de Tchernobyl, d’un ancien liquidateur et d’ingénieurs chargés du revêtement.

Historia – URBEX – La mythique Centrale Nucléaire de Tchernobyl, 18.05.2018, 18’

Chaîne : Tataki

Plateforme : YouTube

Format Urbex de la chaîne YouTube Tataki, consacré à des lieux historiques. En l’occurrence, Pablo, visite les alentours de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

Tchernobyl dans l’art

Tchernobyl est le sujet de nombreuses adaptations littéraires au cinéma ou à la télévision qui proposent de suivre le point de vue des habitants ou des nettoyeurs de la zone. Le bouleversement de la vie et l’effet des radiations sous-tendent des interrogations métaphysiques sur l’existence.

Une étoile nommée absinthe : Tchernobyl, Atelier de création radiophonique, France Culture, 10.12.2000, 1h25’

Création sonore de René Farabet et Pierre Mine. Dans son livre La supplication : Tchernobyl, chronique du monde après l’apocalypse, Svetlana Alexievitch s’est moins attachée aux événements eux-mêmes qu’aux sensations de ceux qui les ont vécus. Pour elle, Tchernobyl est plus qu’une catastrophe, c’est un phénomène pour lequel nous n’avons ni système de représentation, ni analogies et qui nous plonge dans un monde totalement différent : “une nouvelle histoire des sens vient de commencer”. Aux fragments de ses textes répondent ici des documents sonores recueillis par Wladimir Tchertkoff, pour ses deux films : Nous, de Tchernobyl et Le piège atomique.

Chernokids, Canal +, 13.12.2010, 6’

Court métrage d’animation en images de synthèse. Près d’une centrale nucléaire, trois enfants difformes (l’un possède plusieurs yeux, l’autre a des pattes de dinosaures et le troisième est un siamois), se rendent à l’intérieur de l’usine où ils sont bientôt arrêtés. Film réalisé par un collectif d’étudiants de Supinfocom Valenciennes : Matthieu Bernadat, Nils Boussuge, Florence Ciuccoli, Clément Deltour, Marion Petegnieff.

Un samedi presque parfait, ARTE, 10.04.2013, 1h29’

Téléfilm d’Aleksandr Mindadze. Samedi 26 avril 1986 : un jeune homme et son amie tentent de fuir la zone de Tchernobyl, puis finissent par rester et par boire et danser toute la nuit.

La supplication, ARTE, 20.09.2016, 1h21’

Long métrage de Pol Cruchten. Une adaptation du roman La Supplication de Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de littérature 2015, écrit à partir des récits des victimes de Tchernobyl.

Tchernobyl, 30 ans après, quel son produit le nucléaire ?, La revue musicale de Matthieu Conquet, France Culture, 26.04.2016, 5’

Chronique musicale. De Kraftwerk qui révise son Radioactivity au field recording dans la zone d’exclusion de Tchernobyl, quels sons pour dire la déflagration perçue depuis le 26 avril 1986 ?

Retour au sommaire

LE NUCLEAIRE APRES LA GUERRE FROIDE, FIN DE L’HISTOIRE? (1996- 2022)

1- Anciens et nouveaux territoires nucléaires

Les irradiés : Nevada – Kazakhstan – Polynésie/Algérie

Principal obstacle à l’acceptabilité sociale du nucléaire, aussi bien civil que militaire, la question de la sécurité radiologique est devenue un tabou. Si les radiations intangibles font peur et causent des cancers les États évitent la question ou nient les effets des essais nucléaires. A l’Est comme à l’Ouest, il faut attendre le début du XXIème pour que les victimes des expérimentations deviennent audibles et fassent entendre leur combat pour la reconnaissance de leurs préjudices. En France, la loi Morin de 2010 reconnaît l’effet des essais en Algérie et en Polynésie, sans pour autant présenter d’excuses, reconnaissant au mieux “une dette”.

Dans le secret du paradis nucléaire, Dans le secret de, France 2, 13.09.2002, 1h’

Documentaire de Jacques Cotta et Pascal Martin. Retour sur les conséquences humaines des expériences nucléaires françaises en Algérie et en Polynésie. A travers les témoignages des travailleurs français et polynésiens en France et à Tahiti, les auteurs de ce document veulent montrer que ces expériences sont peut-être à l’origine de nombreux décès et de multiples maladies sur les lieux proches des expérimentations.

Les retombées des essais nucléaires français, Terre à terre, France Culture, 23.02.2002, 53’

Magazine. Succession d’interviews tentant de faire le point sur les retombées des essais nucléaires français en Algérie et en Polynésie. Interviews de Bruno Barillot de l’observatoire des armements, Danielle Ista dont le mari est mort d’un cancer et le pasteur Taarea.

Les irradiés de la République, Terre à terre, France Culture, 21.02.2004, 53’

Magazine. Ruth Stegassy s’entretient avec Bruno Barillot, auteur du livre Les irradiés de la République, dans lequel il évoque les conséquences des essais nucléaires français en Algérie et en Polynésie, sur les 150.000 techniciens français soumis au danger des rayonnements et des radiations.

Reggane (1960-1965), Pièces à conviction, France 3, 02.12.2004, 17’

Reportage. Retour à l’aide d’images d’archives sur la première bombe atomique française Gerboise bleue dans le Sahara, à Reggane. Interviews de Gérard Dellac, ancien soldat, atteint d’un cancer de la peau, de Pierre Messmer, ex-ministre des Armées en 1960-1969 et de Pierre-Marie Gallois, général, théoricien de la force de frappe française.

Polynésie (1966-1995), Pièces à conviction, France 3, 02.12.2004, 19’

Reportage. A l’aide d’images d’archives, la suite de l’histoire des essais nucléaires français, cette fois à Tahiti. Détails des expérimentations, de l’enfer thermo nucléaire, depuis 1966. Si les essais ont cessé en 1995 le secret militaire persiste sur l’état sanitaire de la région. Débat en plateau avec Elise Lucet, Pierre Messmer (ex-ministre des Armées), Michel Brugière (directeur général Médecin du Monde), Marcel Jurien de la Gravière (délégué à la sûreté nucléaire) et Jean-Paul Teissonnière, avocat.

Le cancer du tropique, Thalassa : le magazine de la mer, France 3, 09.09.2005, 1h

Reportage. Cette enquête consacrée aux conséquences de quarante années d’essais nucléaires de la France à Mururoa dans le Pacifique montre que les autorités militaires connaissaient les risques encourus et que le silence de la France sur les dangers des expérimentations ne reposait pas sur l’ignorance. Le décalage entre le discours officiel et la réalité persiste et au drame des civils polynésiens répond celui des vétérans des essais atteints de cancer. L’armée, elle, continue à nier. Un commentaire sur des images d’illustration, factuelles et d’archives alterne avec les témoignages de victimes, des représentants d’associations de défense des plaignants, des habitants de Tureia, île proche de Mururoa, du porte-parole du ministère de la Défense, d’hommes politiques, de médecins, scientifiques et d’un journaliste du Nouvel Observateur.

Les irradiés pour la France, Radio Libre, France Culture, du 06 au 07.08.2005, 1h58, 2 émissions

Documentaire d’Anice Clément (en deux parties) consacré aux victimes des essais nucléaires français dans le Sahara et en Polynésie française entre 1960 et 1996. Victimes de nombreux cancers, les personnes qui ont participé à ces essais se sont regroupées en deux associations “l’Aven” et “Moruroa et tatou”, elles souffrent aujourd’hui de différentes pathologies dont on peut penser qu’elles sont dues en grande partie à la radioactivité. Témoignages de ces personnels, victimes des essais nucléaires au Sahara.

Essais nucléaires : quelle loi pour les victimes ? Dossier urgent, La chaine parlementaire Assemblée Nationale, 16.06.2009, 30’

Magazine. Myriam Encaoua, en compagnie de Jean-Paul Delevoye, médiateur de la République, reçoit Christiane Taubira, député PRG de Guyane et Yannick Favennec, député UMP de Mayenne, pour évoquer la situation des victimes des essais nucléaires français dans les années 1960 et 1970 et le projet de loi Morin concernant l’indemnisation des victimes des essais nucléaires.

​​Diffusion d’un reportage : rencontre avec Jean-Luc Sans, ancien mécanicien dans la Marine, qui témoigne de sa participation à cinq essais nucléaires à Mururoa. Il parle de ses multiples problèmes de santé et de son combat au sein de l’association Des vétérans des essais nucléaires.

Vent de sable, le Sahara des essais nucléaires, Public Sénat, 14.12.2010, 1h

Documentaire de Larbi Benchiha. Enquête sur les essais nucléaires menés par la France au cours des années soixante dans le Sahara algérien, près de la ville de Reggane. Évocation des conséquences de ces essais sur la santé des populations locales et des militaires français. Commentaire en alternance avec des documents d’archives et des témoignages d’anciens soldats et d’habitants des villages. Images des ruines du CSEM (Centre saharien d’expérimentations militaires).

Polynésie : l’ombre de la bombe, Interception, France Inter, 14.02.2010, 47’

Magazine qui propose un reportage sur les conséquences des essais nucléaires français en Polynésie. Quatorze ans après le dernier essai, les victimes des retombées nucléaires se sont organisées. Et elles sont en passe d’obtenir en grande partie ce qu’elles demandaient : la loi Morin, du nom du ministre de la Défense, devrait entrer en application très prochainement. A qui profitera-t-elle ? Quels préjudices ont-elles subis et continuent-elles de subir ? Interviews de victimes, habitants, médecins, techniciens.

Colorado : de l’uranium à tout prix, Arte reportage, ARTE, 05.03.2011, 20’

Reportage aux États-Unis où les autorités envisagent de construire de nouvelles centrales nucléaires pour diversifier leurs énergies et renforcer leur autonomie. Exemple dans le Colorado où des mines d’uranium sont sur le point de rouvrir, en dépit des problèmes soulevés par leur exploitation, du point de vue de la santé et de l’environnement. Commentaire sur images d’archives (catastrophe écologique de Canon City) et images factuelles, en alternance avec les interviews d’acteurs de l’industrie minière (patrons, mineurs en activité ou retraités) d’habitants du Colorado et de militants écologistes.

En guerre contre la bombe, Présence protestante, France 2, 27.01.2013, 26’

Documentaire d’Arnaud Hudelot. Pendant près de trente ans, la France a fait exploser 193 bombes atomiques en Polynésie française. Après de longues hésitations et dans une quasi-solitude, l’Eglise protestante maohi s’est opposée à ces essais nucléaires. A partir d’archives et de témoignages inédits, le film revient sur plusieurs décennies de militantisme enraciné dans des préoccupations à la fois sociales, environnementales et sanitaires. Les interviews de John Doom, président du conseil oecuménique des églises, de Taaroanui Maraea, président de l’église protestante Maohi, de Jacqueline Golaz, institutrice aux Îles Gambier de 1962 à 1969, et de Mgr. Hubert Coppenrath, archevêque émérite de Papeete, alternent avec un commentaire sur images d’archives.

1962-2012 : les irradiés de Béryl, La marche des sciences, France Culture, 08.03.2012, 58’

Magazine. Emission sur les irradiés de Béryl à la suite d’un essai nucléaire français dans le désert du Hoggar en Algérie, en 1962. Des victimes se constituent en association et intentent des procès à l’Etat. Avec la participation de Louis Bulidon, ingénieur chimiste et témoin du drame et Raymond Sené, docteur en science de physique nucléaire, tous deux auteurs de Les irradiés de Béryl, lessai nucléaire français non contrôlé. Diffusion d’archives sonores et d’extraits d’un entretien mené par la reporter Catherine De Coppet auprès de Pierre Leroy alors jeune appelé de vingt ans.

Essais nucléaires, un héritage sans fin, France O, 12.12.2012, 1h05’

Documentaire de Thierry Derouet et Nathalie Barbe, qui retrace l’histoire des essais nucléaires en Polynésie française et les conséquences désastreuses sur la population et l’environnement. Commentaire sur images factuelles et d’archives en alternance avec le témoignage de la population, les interviews de Richard Tuheiava, sénateur de la Polynésie française, Jacques-Denis Drollet, ancien conseiller à l’Assemblée Territoriale de Polynésie, Yves Gregoris, Météo France, Jacky Bryant, Ministre de l’environnement de la Polynésie française, des militaires, Bruno Barillot, président du comité de suivi des conséquences des essais nucléaires, Patrick Bouisset, laboratoire d’étude et de suivi de l’environnement, Frédéric Poirier, département de suivi des centres d’expérimentation nucléaires, et les interventions de Charles de Gaulle.

Bons baisers de Moruroa, France 3 Paris Ile de France, 15.02.2016, 52’

Documentaire de Larbi Benchiha. Un tiers du personnel ayant participé aux essais nucléaires dans le Pacifique était breton. Vingt ans après leur arrêt, force est de constater que les personnes exposées aux tirs et leurs descendants paient encore un lourd tribut. Rencontres et témoignages.

 

François Dullin, un militaire à Mururoa, Instantané d’histoire, ARTE, 25.03.2017, 26’

Documentaire de Jean-Thomas Ceccaldi. Récit des essais nucléaires pratiqués par la France dans l’océan Pacifique, à travers le témoignage photographique de François Dullin, jeune officier de Saint-Cyr envoyé à Papeete en 1968. Les photos de François Dullin, qui illustrent le quotidien des soldats du 5e régiment et des autochtones, alternent avec un commentaire sur images d’archives de l’époque.

Tahiti de l’autre côté du miroir : Mururoa, le colonialisme nucléaire, LSD la série documentaire, France Culture, 03.09.2020, 55’

Documentaire. Quatrième volet d’une série de Delphine Morel consacrée à Tahiti et plus particulièrement, dans cette émission, aux essais nucléaires français à Mururoa. Avec les témoignages de Jacques Denis Drolet, homme politique tahitien, Michel Arakino, ancien militaire et plongeur, victime des essais nucléaires, Arnaud Castelnerac, médecin militaire, Richard Neuffer, avocat de Moruroa et tatou, Andreas Dettloff, artiste contemporain océanien, et Richard Tuheiava, ancien sénateur et membre du Tavini Huiraatira (parti indépendantiste à l’assemblée de la Polynésie française).

Documentaire (119), Fond ARTE : documentaire

Archives écrites. Unité comportant essentiellement des diapositives et des photos, parfois accompagnées de documents de promotion, relatifs à des documentaires, diffusés par La Sept-Arte entre 1989 et les années 2000. Parmi ceux-ci le Mururoa, le grand secret réalisé par Michel Daëron (lot de diapositives).

La prolifération : Iran, Corée du Nord, Inde et Pakistan

Malgré la signature, après la guerre froide, de traités de contrôle des armements entre la Russie et les États-Unis (traités Start I et II), la menace nucléaire ne disparaît pas au XXIème siècle. Elle prolifère et devient multipolaire : des pays comme l’Inde et le Pakistan entretiennent une dangereuse rivalité atomique, la Corée du Nord et l’Iran poursuivent leurs programmes nucléaires militaires malgré/ à cause des sanctions internationales afin de préserver leurs régimes. La discontinuité des processus diplomatiques (retrait américain des accords sur le nucléaire iranien) et la guerre en Ukraine produisent un climat de défiance généralisée propice à une course à l’armement insoluble.

Genève / Nucléaire : les Cinq sermonnent l’Inde et le Pakistan, Télé RFO Paris, 05.06.1998, 1’

Reportage. Réunis aux Nations Unies à Genève, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité ont condamné les récents essais nucléaires effectués par l’Inde et le Pakistan et ont demandé à ces deux pays de renoncer à tout nouveau test.

Iran nucléaire, Le journal des sourds et malentendants, France 2, 05.08.2005, 1’

Reportage. Hier, l’Iran a défié les États-Unis et l’Union européenne en annonçant le redémarrage de son usine de conversion d’uranium. Alors que l’Iran continue sur la voie d’un programme nucléaire militaire et refuse de coopérer pleinement avec la communauté internationale, les États-Unis s’exaspèrent tandis que le pouvoir iranien se durcit.

2ème base secrète d’enrichissement d’uranium en Iran, Le JT de Canal +, Canal +, 25.09.2009, 1’

Reportage. En marge du sommet du G20 qui se déroule à Pittsburg aux États-Unis, réactions des présidents Nicolas Sarkozy, Barack Obama et du premier ministre britannique Gordon Brown à l’annonce de la découverte d’une seconde base d’enrichissement d’uranium en Iran à Qom. Commentaire sur images factuelles, images d’illustration et cartes en alternance avec des extraits des déclarations des chefs d’états.

Une agence très spéciale, les limiers du nucléaire de l’AIEA, ARTE, 06.03.2010, 45’

Documentaire. Organisation autonome fondée en 1957 à Vienne et placée sous l’égide des Nations unies, l’AIEA est un forum intergouvernemental mondial pour la coopération technique dans l’utilisation pacifique des technologies atomiques. Elle est chargée en particulier de veiller à ce que les états ne fabriquent pas en secret des armes nucléaires. Au cœur de ce documentaire, Mohamed El Baradei, qui a présidé l’agence de 1987 à 2009, explique les succès rencontrés, mais aussi ses craintes pour l’avenir. En parallèle, on suit sur le terrain deux enquêteurs de l’AIEA : Ghislain Berthelot, qui vient de terminer sa formation d’inspecteur du nucléaire et Valérie Rouillet-Chatelus, spécialisée dans le contrôle des matières fissiles susceptibles de tomber aux mains de groupes terroristes.

L’Iran victime d’une attaque informatique, 20 Heures, France 2, 28.09.2010, 2’

Reportage consacré à l’attaque informatique frappant les systèmes informatiques iraniens. Depuis quelques mois, le virus informatique Stuxnet a infecté plus de 30 000 ordinateurs et notamment le système informatique d’une centrale nucléaire. Qualifié de “missile informatique” il est capable de perturber les organes vitaux d’un pays.

Iran, la course contre la bombe, France 5, 26.05.2013, 50’

Ce documentaire est consacré au développement clandestin d’armement de l’Iran et à son obsession de pouvoir disposer de l’arme nucléaire. Pascal Henry revient sur les relations de l’Iran avec la communauté internationale, qui tente de l’empêcher de devenir une puissance atomique.

#40 – Stuxnet et le futur de la cyberguerre, 29.05.2018, 1h06’

Auteur : Emile Gauthier et Seb Lévesque-Distorsion

Plateforme : Podcast

[Podcast] Distorsion. En janvier 2010, des problèmes mécaniques font surface dans une centrale nucléaire de Natanz en Iran. Des milliers de centrifugeuses explosent sans raison apparente. Lorsque la nouvelle vient aux oreilles des entreprises de cybersécurité, il est clair pour eux que l’on a affaire à un virus destiné à saboter les appareils de la centrale. Mais comment est-ce possible, alors que la centrale n’est même pas connectée à Internet ? La communauté d’experts en cybersécurité s’unira afin de mettre en lumière une des plus grosses attaques informatiques de notre ère. Plusieurs dénonciateurs vont parler aux médias en affirmant qu’un plan encore plus gros est en train de se mettre en place, et que la cyberguerre ne fait que commencer… Serait-ce possible que les États-Unis et Israël soient derrière cette attaque ? Emile et Seb font la lumière sur cet évènement qui a marqué à jamais l’ère numérique. [Résumé producteur]

North Korea’s Nuclear Trump Card, Panorama, BBC World, 07.10.2017, 30’

Reportage sur les tentatives parfois fructueuses des services de renseignements nord-coréen pour acquérir illégalement des plans de missiles ukrainiens et soviétiques et faire avancer le programme nucléaire du pays.

Le piège des Kim, ARTE, 06.02.2018, 52’

Documentaire d’Anthony Dufour et Minju Song retraçant l’histoire du programme nucléaire nord-coréen porté par la dynastie des Kim et de leurs relations diplomatiques avec les États-Unis, la Corée du Sud et la Chine. Commentaire sur des images factuelles et des images d’archives qui alterne avec des entretiens de plusieurs spécialistes des relations nord-coréennes et un extrait du discours du Président Donald Trump aux Nations Unis en septembre 2017.

Kim Jong-Un va-t-il (vraiment) faire péter la planète ?, C8, 19.02.2018, 1h43

Documentaire de Nathalie Tourret et Julien Alric. Portrait du dictateur nord-coréen Kim Jong-Un, à la tête depuis 2011 d’un régime brutal. Alternance d’un commentaire sur images d’archives et interviews de spécialistes et les témoignages de réfugiés en Corée du Sud.

La Corée du Nord et la bombe, Le siècle de l’Asie, histoire, 14.08.2019, 45’

Documentaire de Christopher Hale. Comment la Corée-du-Nord de Kim Jong-un a-t-elle pu développer son armement nucléaire ? Depuis la guerre de Corée en 1950-1953 jusqu’à nos jours, cet état a acquis un potentiel de déstabilisation des équilibres mondiaux. Que penser de l’aide apportée par les Soviétiques durant la guerre froide ? Des sources d’aide improbables – de l’Europe au Pakistan – sont mises en lumière dans ce documentaire, au fil d’entretiens avec des experts des relations internationales.

Accord nucléaire iranien, Trump se retire, L’info du Vrai, CNews, 09.05.2018, 2’

Magazine. Débat en plateau sur le retrait américain des accords internationaux de Vienne (2015) visant à encadrer le programme nucléaire iranien en empêchant la fabrication d’une bombe atomique. Réactions internationales (Allemagne, France, Israël).

Ukraine : la menace nucléaire, un tournant ? Le dessous des cartes, ARTE, 04.06.2022, 16’

Magazine. Le 27 février 2022, trois jours après le début de l’invasion russe en Ukraine, Vladimir Poutine a annoncé mettre les forces de dissuasion de l’armée russe “en régime spécial d’alerte au combat”. Le Kremlin était-il alors en train de bouleverser les règles du jeu nucléaire qui conditionnent les rapports de force entre les puissances depuis 1945 ? Commentaire sur cartographies.

Two minutes to midnight , ARTE, 23.05.2022, 48’

Documentaire de Yael Bartana. Réunies autour de cinq comédiennes, de véritables expertes internationales envisagent des solutions pour parvenir à la paix dans le monde. La référence à Dr Folamour et l’horloge de l’apocalypse sont explicites, sans doute pour mieux renverser le paradigme : l’assemblée est ici exclusivement féminine et cherche à sortir de l’impasse dans laquelle le monde a été placée du fait de la violence militaire, technique, politique et diplomatique d’un monde dominé par le patriarcat.

Visibilité de la force de frappe au XXIème siècle

Après la fin des essais, les vecteurs de la force dissuasion deviennent les principaux représentants de cette dernière. Ils sont exposés durant des rendez-vous comme le celui de la fête nationale du 14 juillet. Ces reportages, au cours desquels la vie des hommes et des femmes des forces stratégiques ou des sous-mariniers est montrée, sont l’occasion de réaffirmer les principes de la dissuasion française et d’assurer sa crédibilité par l’image.

La dissuasion nucléaire française ou européenne ?, Arrêt sur Image, France Culture, 10.09.1995, 25’

Magazine. François Bedin reçoit Pierre Lellouche, chargé de mission auprès du Président de la République et Jean Michel Boucheron, député PS d’Ille-et-Vilaine, pour évoquer la reprise des essais nucléaires français dans le Pacifique et l’avenir de la dissuasion nucléaire française.

Sous-marin français « le Téméraire », 20 heures le journal, France 2, 12.07.2003, 2’

Reportage à l’occasion des répétitions du défilé militaire du 14 Juillet. Visite du sous-marin nucléaire français Le Téméraire actuellement en mission de soixante-dix jours. Commentaire sur images des différentes parties et salles du sous-marin et explications de Nicolas Courseaux, officier missilier.

Reconversion du plateau d’Albion, TF1 20 Heures, TF1, 16.04.2008, 2’

Reportage consacré à l’ancien site militaire du plateau d’Albion, dans le Vaucluse, qui abritait le cœur de la défense nucléaire du pays et servait de base de lancement pour les missiles nucléaires. Après sa fermeture en 1995, la base a été reconvertie en laboratoire de recherche du CNRS. Commentaire sur images factuelles et images d’archives alternant avec l’interview de Daniel Boyer et Alain Cavaillou, ingénieurs d’études de l’université de Nice Sophia Antipolis et Stéphane Gaffet, directeur du laboratoire souterrain à bas bruit du CNRS.

Avec la force de frappe, Défilé militaire du 14 Juillet 2009, France 2, 14.07.2009, 5’

Reportage au quartier général des Forces Aériennes Stratégiques de Taverny, dans le Val d’Oise, base souterraine ultra-protégée au coeur de laquelle se trouve un bunker, le centre de commandement des forces aériennes françaises d’où partirait l’ordre d’armer la bombe atomique en cas de besoin. Présentation du fonctionnement du centre de commandement suivi d’un entraînement en condition réelle, avec simulation d’accrochage de la bombe atomique sous des chasseurs de la base de Luxeuil.

Feuilleton “Le grand Charles”, 13 heures, France 2, du 04 au 08.10.2010, 5’

Série de 5 reportages à bord du porte-avions Charles de Gaulle, symbole de l’héritage nucléaire français. Interviews des membres d’équipages et pilotes.

Cérémonies militaires : programme du 14 Juillet 2012, TF1, 14.07.2012, 4h25’

Retransmission en direct des Champs Elysées à Paris. A l’occasion du premier défilé du 14 juillet du quinquennat de François Hollande, TF1 diffuse un programme spécial. Reportage à bord du Téméraire.

La France, le président et la bombe, France 5, 22.03.2016, 53’

Le documentaire de Stéphane Gabet qui questionne les raisons du maintien d’une force de dissuasion nucléaire à la disposition du chef de l’État français : quelle est son efficacité dans les conflits modernes ? Quels sont ses fonctionnement et procédures militaires ? en détaillant également le fonctionnement et les procédures militaires. Commentaire sur des images d’illustration, d’infographies, d’archives, et interviews de militaires et hommes politiques.

Exclusif : Quand l’armée de l’air teste la riposte nucléaire, Le 20H, TF1, 13.07.2019, 6’

Reportage consacré à un exercice militaire aérien, nom de code Poker. Il doit servir à dissuader une éventuelle attaque chimique ou nucléaire à l’encontre du territoire national ou d’un appareil militaire tel que le porte-avions Charles de Gaulle.

Page été : le Redoutable, 12 13 Edition Normandie, France 3 Basse Normandie, 24.07.2020, 4’

Reportage. Le Redoutable est le tout premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins français. Il est exposé depuis 20 ans à la cité de la mer de Cherbourg dont il est l’attraction principale.

Le chant du loup, Canal +, 13.12.2019, 1h51

Long métrage d’Antonin Baudry. Dans un sous-marin, un officier, à l’oreille infaillible (François Civil) est capable de reconnaître n’importe quel sous-marin au son qu’il émet. Le pays est en alerte et ses compagnons d’armes sont en danger. Mis à pied pour avoir consommé des stupéfiants, Chanteraide ne peut partir en mission avec ses compagnons, envoyés en alerte maximale. Il convainc toutefois son supérieur (Mathieu Kassovitz) de le laisser rejoindre un autre bâtiment déjà en mer. Grandchamp (Reda Kateb) a en effet reçu l’ordre de lancer ses missiles nucléaires. Le film traite du principe de dissuasion et les biais de perception cognitive, politique et philosophique sur lesquels il repose.

Comment fonctionne l’armée française, comme dans Le Chant du Loup ?, 08.07.2021, 33’

Auteur : Binge Audio / Sorbonne Université – 7e science

Plateforme : Podcast

Entre la vie est la mort. Dans « Le chant du loup » sorti en 2019, Chanteraide est un jeune militaire qui a le don rare de reconnaître chaque son qu’il entend. A bord d’un sous-marin nucléaire français, tout repose sur son oreille, jusqu’à ce qu’il commette une erreur qui va mettre en danger l’équipage.

Qu’est-ce que la dissuasion nucléaire ? Que révèle le film sur le rapport de la société à l’armée française ? Quel est le quotidien des militaires et leur rapport au monde civil ? Invitée : Bénédicte Chéron, historienne spécialiste des questions de défense, chercheuse partenaire à Sorbonne Université et maîtresse de conférences à l’institut catholique de Paris. Référence : « Le chant du loup » (Antonin Baudry, 2019) [Résumé producteur]

Retour au sommaire

2- Fukushima, la fin du mythe de la sûreté nucléaire

Le 11 mars 2011 un séisme de magnitude 9 frappe le Japon. Le séisme, les répliques et le tsunami font 18 000 morts et provoque la fusion de 3 des 4 réacteurs de la centrale de Fukushima Daiichi. La catastrophe technologique, du niveau de celle de Tchernobyl, entraîne une onde de choc qui bouscule aussi bien le gouvernement japonais, l’entreprise Tepco que l’ensemble de la filière nucléaire dans le monde.

Couverture de l’évènement

La couverture médiatique du séisme se concentre d’abord sur les effets immédiats sur les populations et les destructions matérielles. La centrale de Fukushima se retrouve au centre de l’attention des journaux télévisés au fur et à mesure que la gravité de l’incident est reconnue par l’État japonais. Le feuilleton tient en haleine les chaînes d’information pendant plusieurs semaines.

Centrales nucléaires : l’inquiétude, Edition spéciale, M6, 11.03.2011, 1’

Reportage. Le séisme au Japon peut provoquer une catastrophe nucléaire. La préfecture de Fukushima a ordonné l’évacuation de 6000 personnes autour de la centrale dans une zone de trois kilomètres. Onze des cinq réacteurs du pays ont été stoppés. Commentaire sur images factuelles (incendie d’une raffinerie de pétrole à Chiba, vue aérienne de la centrale de Fukushima).

Japon : inquiétude sur un possible accident nucléaire à la centrale de Fukushima, Arte Journal, ARTE, 12.03.2011, 2’

Reportage. L’inquiétude grandit sur un possible accident nucléaire majeur. L’explosion n’aurait pas endommagé le réacteur mais l’enceinte de confinement qui retient les particules radioactives. Le tsunami aurait également entraîné la rupture du circuit de refroidissement du réacteur. Les mesures prises par les autorités japonaises sont résumées. La population vivant à proximité de la centrale a été évacuée. Commentaire sur images filmées depuis un hélicoptère et par des caméras de surveillance de l’explosion, du séisme, extrait de la conférence de presse donnée par Yuji Kakizaki, de l’Agence japonaise de sûreté nucléaire.

Séisme Japon / Alerte nucléaire maximale, fusions des réacteurs de Fukushima, Soir 3 Journal, France 3, 13.03.2011, 2’

Reportage. Ce soir, le présentateur de la télévision NHK a annoncé en direct que le cœur du réacteur numéro 1 de la centrale de Fukushima est en fusion. L’édifice qui entourait ce réacteur avait explosé hier libérant des vapeurs radioactives. Il semble que le gouvernement japonais ait enfin pris la mesure de la catastrophe alors que pour Greenpeace les solutions employées actuellement tiennent de l’improvisation. Commentaire sur images factuelles, déclaration du premier ministre japonais et interview d’une militante Greenpeace.

Explosions à la centrale nucléaire de Fukushima, le JT de Canal +, Canal +, 14.03.2011, 1’

Reportage. Deux explosions se sont produites au niveau du réacteur 3 de la centrale nucléaire de Fukushima N°1, accidenté à la suite du séisme et du tsunami de vendredi dernier dans le nord-est du Japon. Le commentaire alterne des images factuelles, ‘interview de Yukio Edano, porte-parole du gouvernement japonais et témoignage d’une jeune femme.

Le scénario du pire est en train de s’écrire dans la centrale de Fukushima, Ainsi va le monde, La Chaîne info, 15.03.2011, 5’

Magazine. Le gouvernement japonais de Naoto Kan multiplie les communications pour rassurer la population japonaise et la communauté internationale alors que le pays doit faire face aux conséquences du tsunami avec l’aide de l’armée américaine.

Japon : vos questions sur la catastrophe nucléaire, Allo docteurs, France 5, 17.03.2011, 25’

Magazine. Benoît Thevenet et Michel Cymes consacrent l’émission aux risques du nucléaire pour la santé tandis que les incidents se poursuivent dans les réacteurs de la centrale de Fukushima au Japon. En compagnie du Dr François Pic, conseiller médical du CEA et Jean-René Jourdain, délégué auprès du directeur de la radioprotection de l’homme à l’IRSN, ils répondent aux questions internet ou SMS des téléspectateurs. En plateau et à l’aide d’images infographiques, Michel Cymes montre les zones du corps humain qui peuvent être exposées aux radiations. Un reportage explicatif sur les effets des radiations sur les cellules vient illustrer le dossier.

Le nuage radioactif de Fukushima, Arrêt sur Info, I>TELE, 22.03.2011, 18’

Magazine. Emission présentée par Audrey Pulvar sur les conséquences sanitaires de l’accident de Fukushima, la propagation de la radioactivité dans l’atmosphère, le parallèle avec le nuage de Tchernobyl et la question de la transparence de l’autorité de sûreté nucléaire (ASN). Avec la participation de Didier Champion de l’IRSN (institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) et Monique Sené du groupement des scientifiques pour l’information sur le nucléaire.

Japon : projet de déversement des eaux contaminées de la centrale nucléaire de Fukushima, Arte Journal, ARTE, 13.04.2021, 2’

Reportage consacré au projet de rejeter dans l’océan Pacifique, les eaux contaminées, après filtrage de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon. Commentaire sur images factuelles, alternant avec un extrait de la déclaration de Yoshihide Suga, Premier ministre japonais et de Zhao Lijiang, ministre chinois des Affaires étrangères et de l’interview de Jean-Christophe Gariel, de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire

Revenir à Fukushima

Comme à Tchernobyl, l’espace entourant Fukushima est dans un premier temps évacué. Les documentaires et les reportages s’intéressent à cette région désertée pour comprendre comment les lieux ont été abandonnés. La politique du gouvernement japonais visant à repeupler la région désertée pour redonner foi en l’énergie nucléaire permet de suivre les déplacés dans leur quotidien et de prendre la mesure du séisme social et culturel qu’a été et continue d’être l’accident.

Japon nucléaire : la filière du silence, Envoyé Spécial, France 2, 14.04.2011, 30’

Reportage. La catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon est désormais classée au niveau 7 par les autorités nippones (le même que celui de Tchernobyl). D’autres centrales nucléaires sont maintenant sous surveillance. Enquête sur la réalité des informations communiquées tous les jours, sur l’efficacité des décisions prises sur le terrain et pour savoir si la catastrophe aurait pu être évitée. Commentaires sur images factuelles, images d’archives, témoignages de liquidateurs et de leurs familles, de résidents proches de la centrale, de militants anti-nucléaire et interview de responsables de l’industrie nucléaire nippon.

Fukushima Hiroshima I à IX : Carnet de route dans un Japon qui doute, Là-bas si j’y suis, France Inter, du 02 au 10.05.2011, 55’, 6 émissions

Série de 6 émissions de Daniel Mermet et Giv Anquetil. Reportage en 6 parties enregistré au Japon dans la région de Fukushima, dans les débris du tsunami du 11 mars 2011. Description des ruines et témoignages d’habitants rescapés.

Le combat de Naoto Matsumura : vivre dans la zone interdite, 24.04.2014, 1h54

Chaîne : HEP Vaud

Plateforme : Vimeo

Le 18 mars 2014 à la Haute école pédagogique de Vaud (Suisse), Naoto Matsumura, dernier habitant de Tomioka, petite ville située dans la zone des 20 km autour de la centrale nucléaire de Fukushima, est venu parler du destin qu’il a choisi en décidant de ne pas évacuer. Il était accompagné d’Antonio Pagnotta, photographe et journaliste, qui lui a plusieurs fois rendu visite dans la zone interdite et de Ren Yabuki, fondateur de Life Investigation Agency, une ONG qui œuvre pour la défense de la vie animale au Japon. [Résumé producteur]

J’étais à Fukushima, France 5, 06.03.2012, 48’

Documentaire de Shigenori Mizuno. Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 secoue le nord-est du Japon. Il est suivi d’un tsunami qui dévaste la centrale nucléaire de Fukushima. Une des plus graves catastrophes nucléaires se produit alors. Ce film propose de revivre ce drame à travers les témoignages de protagonistes. Commentaire sur images d’archives, images de synthèse, images satellite, infographies, photographies alternant avec des témoignages.

Pourquoi Fukushima ? Archives, France Culture, du 13 au 15.08.2012, 58’ ; 3 émissions

Pourquoi Fukushima ? Documentaire, France Culture, du 13 au 16.08.2012, 58’, 3 émissions

Pourquoi Fukushima ? Débat, France Culture, du 13 au 17.08.2012, 58’, 4 émissions

Ces émissions produites par Michel Pomarède et diffusées sur toute une semaine dans le cadre de la tranche horaire matinale Grandes traversées sont consacrées à la catastrophe nucléaire de Fukushima du 11 mars 2011 et ses conséquences sur la société japonaise. Chacune d’elle (documentaire ou débat ou émission à base d’archives) porte une thématique spécifique et un titre propre : La tectonique des images ; Fukushima, le récit des témoins ; Pourquoi le Japon a-t-il développé le nucléaire après 1945 ; La catastrophe dans l’imaginaire cinématographique ; Après Fukushima : le réveil de la société ; Après Fukushima : un nouveau Japon est-il possible ; 15 août 1945, la défaite du Japon ; Visages d’Hibakusha ; Après Hiroshima, Fukushima est-elle la deuxième défaite du Japon ; Comment écrire après la catastrophe.

Anti-Nuke, Nuke ta mère ! Tracks, ARTE, 24.11.2012, 9’

Reportage consacré à l’implication des groupes punk japonais dans les manifestations contre le nucléaire, après l’explosion du réacteur de Fukushima.

Fukushima chronique d’un désastre, ARTE, 07.03.2013, 47’

Documentaire de Akio Suzuki, Akihiko Nakai, Steve Burns. Reconstitution chronologique des évènements qui se sont déroulés le 11 mars 2011 dans la salle principale de commande de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon. La défaillance du système de sécurité, le manque de préparation des équipes et la vulnérabilité des réacteurs nucléaires sont pointés du doigt. Alternance d’un commentaire sur images factuelles réalisées à Fukushima et à la centrale de Millstone, images d’archives et de synthèse, séquences de reconstitution et interviews d’employés de la centrale et d’un ingénieur américain.

C’était un jour si calme, L’atelier de la création, France Culture, 14.03.2013, 59’

Documentaire de création d’Eric Cordier et Nathalie Salles.  Au Japon, rencontre avec des victimes et témoins de la catastrophe nucléaire de Fukushima. Alternance de musique électro-acoustique et de témoignages.

Sur les traces de Godzilla, Micro Fiction, France Culture, du 11 au 15.03.2013, 8’, 5 épisodes

Création sonore. Cette fiction de Christophe Fiat en cinq épisodes met en scène un écrivain, Guy Commerçon, qui atterrit à Tokyo, un mois après la catastrophe de Fukushima. Il est là pour un séjour prévu de longue date, afin d’enquêter sur Godzilla, pour son prochain roman. A ses recherches sur Godzilla vont ainsi se mêler la réalité de la tragédie, le témoignage des rescapés, la menace du nucléaire, les monstres d’hier et les fantômes d’aujourd’hui.

Exclusif : les rescapés de Fukushima, 30 millions d’amis, France 3, 17.08.2013, 9’

Reportage. Si les habitants qui ont survécu au séisme et au tsunami qui ont ravagé une partie du Japon en 2011, ont bien été évacués, des milliers d’animaux se sont retrouvés livrés à eux-mêmes et vivent aujourd’hui à l’état sauvage. C’est pour ces survivants que l’association Sauver les animaux victimes du Japon agit chaque jour. Ses membres inspectent sans relâche les terrains et les habitations afin de secourir les animaux en détresse.

Désintox : Godzilla à Fukushima, 28 Minutes, ARTE, 05.10.2015,1’30

Magazine. La rubrique Désintox débusque toutes les intox qui viennent polluer le débat public. Ici, ce sont des sites internet d’information qui sont passés au radar pour avoir relayés l’information selon laquelle l’accident nucléaire de Fukushima serait à l’origine d’une mutation ‘ effrayante ‘ des poissons qui nagent autour de la centrale.

Fukushima : retour forcé en zone contaminée, Grand reportage, Radio France Internationale, 04.09.2015, 20’

Reportage. Les 120 000 personnes, chiffre officiel, qui ont dû évacuer les zones les plus irradiées ne peuvent toujours pas rentrer chez elles à cause de la radioactivité élevée qui y règne. Mais le gouvernement japonais, fortement pro-nucléaire, veut donner l’impression d’un retour à la normale et multiplie les pressions pour inciter ces déplacés à retourner vivre en zone contaminée. Témoignages d’habitants, interviews d’experts nucléaire de Greenpeace et d’une sociologue et directrice adjointe du bureau du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à Tokyo.

Césium 137, Création on air, France Culture, 16.09.2015, 59’

Documentaire d’Amandine Casadamont. Essai radiophonique autour de la radioactivité. Enregistrements réalisés au Japon entre avril et mai 2015

Revenir à Fukushima, France 5, 16.03.2017, 52’

Documentaire de Marie Linton. Après la décontamination, la zone de Fukushima sera de nouveau habitable et les milliers de personnes évacuées auront bientôt la possibilité de rentrer chez elles. Mais est-il possible de réparer une catastrophe nucléaire, et les habitants peuvent-ils reconstruire leur vie près de la centrale nucléaire ? Les trois familles que l’on suit doivent faire ce choix. Commentaire sur images factuelles, d’illustration et infographie entrecoupé d’interviews.

Archéologie d’une catastrophe : Fukushima, Le salon noir, France Culture, 14.05.2016, 30’

Magazine. Vincent Carpentier reçoit Jean-Paul Demoule, professeur à l’Université de Paris 1 et Nathan Schlanger, professeur à l’Ecole Nationale des Chartes, pour évoquer l’archéologie du cataclysme au travers l’exemple de la catastrophe nucléaire de Fukushima, au Japon.

Furusato : rester malgré tout, ARTE, 17.12.2018, 1h30’

Documentaire de Thorsten Trimpop. Au Japon, les habitants d’une petite ville de la zone d’exclusion de Fukushima tentent de renouer avec la normalité après la catastrophe nucléaire. Entre précautions dérisoires, mesures incessantes de la radioactivité et tentatives de mettre à distance le traumatisme, portrait d’une communauté déchirée, dont le quotidien est envahi par l’incertitude, les hommes en combinaisons blanches et les enfants masqués.

Fukushima mon amour, ARTE, 07.02.2019, 1h42’

Long métrage de Dorris Dörrie. Une Allemande, traumatisée par un drame personnel, se rend à Fukushima et se lie d’amitié avec une geisha âgée qui a perdu sa maison à cause du tsunami.

Remise en cause du nucléaire civil

Après Tchernobyl, l’industrie nucléaire avait pointé du doigt la responsabilité du système soviétique et les manquements à la sécurité pour expliquer l’incident. Après l’accident au Japon, grande puissance économique et technologique, toute la filière est exposée à la critique. Des pays comme l’Allemagne font le choix de fermer leur parc nucléaire tandis que la France, pays le plus nucléarisé au monde (en pourcentage de son mix énergétique) décide de le conserver.

Alerte nucléaire, C’est pas sorcier : la magazine de la découverte et de la science, France 3, 14.01.2012, 26’

Magazine. L’équipe de C’est pas sorcier s’intéresse aux accidents nucléaires qui remettent en cause les fondamentaux du nucléaire dans le monde. Fred suit un exercice de crise à la centrale de Cruas-Meysse en Ardèche tandis que Jamy s’installe à l’IRSN, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire.

Nucléaire : fusion entre français et allemands à Fessenheim, Une semaine en Europe, France 24, 11.04.2011, 3’

Reportage. Depuis l’accident de Fukushima, au Japon, la centrale nucléaire de Fessenheim est au cœur de la polémique. Les écologistes et les élus locaux des pays frontaliers demandent un moratoire sur la centrale. Mais les habitants de la ville de Fessenheim sont confiants. Alternance d’un commentaire sur images factuelles, interviews de Claude Lederberger, vice-président de l’association tri-nationale de protection nucléaire, Dora Pfeifer-Suger, élue locale écologiste à Müllheim et Axel Mayer, directeur régional de l’association Bund.

Nucléaire : ce qui a changé depuis Fukushima, Autour de la question, Radio France Internationale, 05.04.2011, 49’

Magazine. Caroline Lachowsky reçoit Michael Schneider, consultant indépendant international sur l’énergie et la politique nucléaire, pour parler des relations homme-énergie nucléaire, après la catastrophe de Fukushima.

L’Allemagne d’Angela Merkel renonce au nucléaire, Le JT de Canal +, Canal +, 30.05.2011, 1’

Reportage. Retour sur la décision prise par la chancelière allemande Angela Merkel de renoncer au nucléaire. D’ici 2022, il n’y aura plus de centrale en activité dans le pays. Alternance d’images factuelles, d’images d’archives, d’une animation infographique et extrait de la déclaration d’Angela Merkel.

Le monde après Fukushima, ARTE, 05.03.2013, 1h20’

Documentaire de Kenichi Watanabe. Au Japon, deux ans après la catastrophe nucléaire de la centrale de Fukushima du 11 mars 2011, enquête sur le mode de vie des habitants de la région qui ont fini par intégrer la pollution radioactive dans leur vie quotidienne. Le document met également en lumière les failles du système japonais, rappelle les erreurs commises par les autorités publiques et évoque la rupture que ce désastre à produit au sein de la société japonaise alors que certaines voix s’élèvent désormais contre l’énergie nucléaire. Alternance d’un commentaire sur images factuelles, images d’archives (Atome pour la paix de Eisenhower en 1953) et interviews d’habitants, pêcheurs et agriculteurs, de spécialistes et de politiques.

Deux ans après Fukushima : l’énergie à quel prix ? Le monde d’après, France 3, 04.03.2013, 2h03’

Magazine. Franz Olivier Giesbert, entouré d’Anne Laure Barral, journaliste France Info, Julia Cagé, économiste, Fabrice D’Almeida, historien, propose de faire le point sur le challenge de l’énergie, en évoquant les bienfaits et les méfaits de ces différentes énergies, dont le nucléaire. Alternance de reportages et de débats. Avec la participation de nombreux spécialistes de différentes disciplines.

Extinctions : 5ème émission, Dialogues du ciel et de la vie, France Culture, 21.11.2004, 5h

Causerie. Dans cette dernière émission, Hubert Reeves évoque la peur nucléaire et du potentiel d’anéantissement accumulé par l’humanité.

Punir le crime d’écocide, LSD, la série documentaire, France Culture, 10.03.2022, 58’

Documentaire de Nedjma Bouakra. Richard Falk, professeur de droit international, a pointé dès 1977 les lacunes du droit international et formulé la première définition de l’écocide : explosions nucléaires, armes chimiques, pollutions graves, destruction des forêts primaires. Et si un tribunal jugeait le crime d’écocide ? Quelle définition universelle donner au crime d’écocide afin de le traiter au niveau international et de juger les responsables au même titre qu’un crime contre l’humanité ? Avec les interviews de William Bourdon, avocat, Valérie Cabanes, juriste spécialisée dans les droits de l’homme et le droit humanitaire, initiatrice du mouvement End Ecocide on Earth, Marie-Monique Robin, documentariste, Marine Calmet, juriste en droit de l’environnement et des peuples autochtones, Lucas d’Ambrosio, chercheur associé à l’Institut de recherche en droit international et européen de la Sorbonne et Barbara Glowczewski, anthropologue, directrice de recherche au CNRS.

Retour au sommaire

3- La France nucléaire, quel héritage et quel avenir?

Le futur de l’énergie nucléaire, de l’EPR à ITER

Les tranches construites dans les années 1970 arrivant à la fin prévue de leur exploitation commerciale, le parc nucléaire français doit se renouveler à moins que la France ne décide de modifier fondamentalement son mix énergétique (basé à plus de 70% sur le nucléaire). Les gouvernements successifs vont dans les années 2000 faire le choix de la construction de réacteurs de troisième génération (EPR) publicisés comme plus sûrs. Le prototype de cette série, l’EPR de Flamanville, connaît alors un chantier catastrophique (délais de livraison retardés, envolée des coûts), portant largement atteinte à l’image de la filière et l’exposant aux critiques.

A côté d’un EPR qui repose sur le procédé de fission exploité depuis plus d’un demi-siècle, le projet international ITER basé à Cadarache en France lance le chantier pharaonique d’un premier réacteur à fusion nucléaire plus sûr, moins polluant et plus puissant … sur le papier.

Nucléaire : Renouvellement, 19 20 Edition nationale, France 3, 16.02.2002, 2’

Reportage. Pour renouveler le parc nucléaire vieillissant, les industriels français et allemands travaillent en commun sur le projet d’un réacteur européen dont le budget est estimé à 3 milliards d’euros. Question de la sécurité au regard des événements de Tchernobyl et du 11 septembre 2001.

Les centrales nucléaires en France, 20 heures le journal, France 2, 28.10.2003, 4’

Reportage. Dossier sur la politique nucléaire française, au moment où se pose la question du renouvellement du parc des centrales. Alternance d’un commentaire sur images de synthèse (plans schématiques de l’EPR, réacteur de troisième génération, cartes géographiques et cartons indiquant les chiffres de production), images d’archives (premières centrales en France dans les années 60 et 70, accident de Tchernobyl), et interviews de Nicole Fontaine, ministre déléguée à l’Industrie, Laurent Stricker, responsable du parc nucléaire EDF, Michelle Rivasi, directrice générale de Greenpeace France et d’Hubert Doubre, directeur de recherche au CNRS.

La Finlande va se doter d’un réacteur nucléaire européen : L’EPR, 12 14 Edition nationale, France 3, 19.12.2003, 2’

Reportage. La Finlande vient de signer un contrat avec la France pour se doter d’un réacteur nucléaire nouvelle génération, l’EPR.

EPR à Flamanville, 19 20 Nationale, France 3, 21.10.2004, 2’

Reportage consacré à la décision d’EDF d’installer le réacteur nucléaire EPR de 3ème génération à Flamanville dans la Manche. Alternance d’un commentaire sur images factuelles et interviews de Jacques Emmanuel Saulnier, porte-parole AREVA et de Claude Gatignol, député UMP de Valognes.

Manifestations Anti-EPR à Cherbourg, 19 20 Edition nationale, France 3, 15.04.2006, 2’

Reportage sur la manifestation des militants internationaux antinucléaires à Cherbourg en souvenir de la catastrophe de Tchernobyl et en opposition à l’implantation de la centrale EPR. Interviews de Corinne Lepage, présidente de CAP 21, Dominique Voynet et de José Bové, opposés à l’énergie nucléaire.

ITER / Lancement Officiel, 13 heures le journal, France 2, 21.11.2006, 1’

Reportage. Le site français de Cadarache est retenu pour le projet international de fusion ITER. Discours de Jacques Chirac sur l’énergie et explication sommaire du fonctionnement du futur réacteur.

Greenpeace aurait été espionnée par EDF sur ses actions contre l’EPR, 19 20 Edition nationale, France 3, 31.03.2009, 2’

Reportage. Polémique EPR : mise en examen de deux hauts responsables de la sécurité à EDF accusés d’avoir espionné Yannick Jadot, directeur de Greenpeace en piratant son ordinateur. EDF se dit victime de l’un de ses sous-traitants dans une affaire révélée par Médiapart.

Polémique sécurité réacteur nucléaire EPR, Arte Info, ARTE, 03.11.2009, 1’30

Reportage. Les retards s’accumulent sur les chantiers des centrales nucléaires en France et en Finlande. Les autorités de sûreté nucléaire française, finlandaise et britannique demandent à l’industriel AREVA de revoir la conception du système de sécurité du réacteur et les organisations de protection de l’environnement réclament l’arrêt du chantier de Flamanville.

Flamanville : EPR, une explosion des coûts, Arte Journal, ARTE, 04.12.2012, 1’

Reportage. Alors qu’EDF vient d’annoncer une hausse de deux milliards d’euros pour l’État de la facture prévisionnelle de l’EPR de Flamanville (Manche), réacteur nucléaire nouvelle génération actuellement en construction, retour sur un chantier pharaonique, fiasco politique et gouffre financier dénoncé par les écologistes qui réclament l’arrêt du projet.

Crise à EDF sur la construction d’EPR en Grande Bretagne, 20 heures, France 2, 07.03.2016, 1’

Reportage. Retour sur la crise au sein d’EDF, à la suite de la démission de Thomas Piquemal, directeur financier d’EDF, opposé à la construction des EPR britanniques, le point sur la survie économique d’EDF à Hinkley Point au sud-ouest de l’Angleterre menacée par les retards et des anomalies des programmes en Norvège et à Flamanville.

La course à la fusion, Grand Central, France 4, 06.06.2016, 25’

Magazine. Reportage sur les différents moyens de produire de l’énergie nucléaire grâce à la fusion : découverte à Cadarache du fonctionnement du réacteur nucléaire ITER, puis en Angleterre, dans le comté de l’Oxfordshire, du plus grand Tokamak au monde basé sur les champs magnétiques et le plasma, et enfin, en Allemagne, près de la mer Baltique, à l’institut Max Planck de Greifswald, le point sur Wendelstein 7-X, réacteur à fusion de type Stellarator. Alternance d’un commentaire sur images factuelles, images d’archives, explications sur infographie en alternance avec les interviews de Bernard Bigot, directeur général ITER, Eva Belonohy, physicienne, Sébastien Renard, ingénieur, Michel Laberge, physicien et fondateur de Général Fusion et Jérôme Aust, économiste

EPR, le premier est chinois ! Le 20H, TF1, 07.06.2018, 1’

Reportage. Le premier réacteur de troisième génération EPR (réacteur pressurisé européen) vient de voir le jour en Chine à Taishan, un projet d’EDF avec son partenaire chinois. Les Chinois se félicitent du peu de retard que ce projet aura pris comparé à celui de Flamanville.

Vaqui 436 : ITER, l’énergie du futur, Vaqui, France 3 Provence Alpes, 08.12.2019, 11’

Magazine. Reportage en provençal (sous-titré en français). A Saint-Paul-les-Durance, visite du chantier au cœur du futur tokamak où va avoir lieu la réaction de fusion nucléaire.

Le projet ITER, La méthode scientifique, France Culture, 02.09.2020, 58’

Magazine consacré au projet de réacteur expérimental à fusion nucléaire ITER. Avec la participation d’Alain Becoulet, directeur de recherche au CEA et Jérôme Bucalossi, physicien. Reportage de Céline Loozen au CEA de Saclay.

Chine : des fuites observées dans le premiers EPR en fonctionnement dans le monde, L’info du vrai, Canal +, 15.06.2021, 2’

Magazine. Sujet sur l’annonce d’une possible fuite radioactive dans la centrale nucléaire de Taishan, en Chine, qui contient deux réacteurs EPR de technologie française. Commentaire sur images factuelles, images infographiques, images d’archives, déclaration de Babara Pompili, ministre de la transition écologique.

EPR le fiasco du nucléaire français, Affaires sensibles, France Inter, 04.04.2022, 53’

Document à base d’archives. Années après années, les retards s’accumulent et la facture s’alourdit. Plus de 10 ans de retard et un coût multiplié par quatre. Au-delà du débat entre pro et antinucléaires, retour sur l’un des plus grands fiascos de la filière française de l ‘”atome”. Avec la participation de Jacques Repussard, ancien directeur général de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

L’éternelle question de l’enfouissement des déchets nucléaires

Indépendamment des accidents, le fonctionnement normal d’une centrale à fission nucléaire produit des déchets hautement radioactifs et extrêmement dangereux pour la faune et la flore. La durée de vie de la radioactivité pouvant s’étendre sur des centaines de milliers d’années – échelle de temps qui échappe au contrôle humain – le stockage des déchets radioactifs, toujours plus nombreux, est une équation centrale. Le débat entre solution technologique future et principe de précaution est traversé par les enjeux de confiance et de transparence des autorités compétentes. Des mouvements militants se forment autour de ces questions, que ce soit pour informer le public ou contester des projets d’enfouissement comme celui de la Zone à défendre (ZAD) de Bure. Ces mouvements génèrent leurs propres contenus, le plus souvent diffusés par internet.

Oklo, France 3, 22.01.1995, 47’

Documentaire de Jean Marie Hosatte. La première partie est une fiction qui retrace les conditions de la découverte du phénomène d’OKLO. En juin 1972, un scientifique du CEA découvre qu’un échantillon d’uranium naturel présente tous les caractères d’une irradiation importante. En étroite collaboration avec un industriel rendu responsable de l’erreur humaine ayant certainement conduit à ce phénomène, il conduit sa propre enquête pour arriver à comprendre ce qui s’est passé. La seconde partie prend la forme d’un reportage sur le problème des déchets nucléaires et donne la parole à de nombreux scientifiques, hommes politiques, historiens citoyens ou militants.

Voyage au pays des déchets nucléaires, ARTE, 26.04.2016, 1h39’

Documentaire d’Edgar Hagen. Physicien atomiste britannique, Charles McCombie travaille pour des programmes nationaux et internationaux sur le nucléaire. Il contribue à la sécurité des réacteurs, au démantèlement des centrales. Depuis 35 ans, il réalise aussi des études géologiques afin de trouver le site ‘idéal’ pour se débarrasser des déchets dangereux et polluants. Sur ses pas, l’on fait ainsi étape à l’ancienne mine de gypse de Felsenau en Suisse, puis aux États-Unis, où des projets sous Yucca Mountain et Gable Mountain portaient atteinte aux droits et traditions des Amérindiens, au Nouveau-Mexique sur le site de stockage de déchets radioactifs militaires WIPP, en l’Australie, qui refuse l’énergie nucléaire et enfin, en Suède, à Osthammar, première commune au monde à s’être portée volontaire pour un centre d’enfouissement.

Bure : un cimetière du nucléaire pour l’éternité ? Reporters, France 24, 22.04.2017, 16’

Magazine. Reportage à Bure dans l’Est de la France où le secteur nucléaire projette d’enfouir ses déchets les plus radioactifs pour l’éternité. Ce projet, baptisé Cigéo, devrait voir le jour dans quelques années. Un laboratoire souterrain existe déjà. L’opposition au projet monte. Alternance d’un commentaire sur images factuelles et rencontre avec des écologistes, des habitants, Alain Rolland, directeur technique de l’ANDRA, des employés d’un centre de stockage en surface.

Le vrai coût du nucléaire, Vox Pop, ARTE, 12.07.2017, 28’

Magazine. Dossier consacré au vrai coût de l’énergie nucléaire : correspondance avec des journalistes européens pour faire le point sur le nucléaire, la sortie, le coût suivie d’un premier reportage sur la question de l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure, puis d’un second reportage sur le prix du démantèlement des centrales nucléaires en Allemagne. En fin d’émission, interview de Bernard Laponche, physicien nucléaire, polytechnicien, consultant international dans le domaine de l’énergie.

Déchets nucléaires : des affrontements ont eu lieu à Bure, CNews, 16.08.2017, 1’

Brève sur images. Des affrontements ont eu lieu à Bure entre policiers et manifestants venus protester contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires.

Au procès des 7 de Bure, 17.06.2021, 19’

Auteur : Radio Campus Angers-Radio Campus Angers

Plateforme : Podcast

Un reportage de Violette Voldoire pour Radio Parleur sur le procès très étrange de sept militant.es antinucléaire. L’enquête est tentaculaire, mais les infractions reprochées sont finalement bien maigres. Au procès des « malfaiteurs » de Bure, ces opposant·es au projet d’enfouissement nucléaire, la défense soupçonne la justice d’avoir fait du renseignement pour le compte de l’industrie du nucléaire. Récit de ces trois jours d’audience. [Résumé producteur]

RADIOactivité, 08.12.2018, 47’

Auteur : Lilith, Martine et les autres

Plateforme : Podcast

Emission féministe qui interroge les membres du collectif cinématographique expérimentale « les scotcheuses ».

Elles parlent d’elles et de Bure, une infirmière qui explique sa formation pour décontaminer les personnes en cas d’accident nucléaire, une membre du réseau sortir du nucléaire qui nous parle de l’extraction d’uranium au Niger et nous dit si c’est possible, ou non, et comment, de vivre sans nucléaire. Il y aussi des lectures de passages de la revue Z sur le nucléaire et d’un passage du livre « les femmes de Pogloff ». Vous pouvez entendre la création sonore « hyper » et de la musique : Anne Clark « poem for a nuclear romance », Portishead « chernoby » et « printemps » de Dakha Brakha. [Résumé producteur]

Écoféminisme, 1er Volet : défendre nos territoires, la terre et le corps, 06.11.2019, 56’

Auteur : Arte Radio

Plateforme : ARTE RADIO

Comment articuler féminisme et écologie ? Quel rapport entre la destruction de la planète et les violences faites aux femmes ? Entre l’énergie nucléaire et le féminisme ? Ce premier épisode d’une série d’un podcast consacrée aux éco féminismes tente de répondre à ces questions. Avec les paroles de Vandana Shiva, militante écologiste et féministe indienne, d’Emilie Hache, autrice de Reclaim, d’Isabelle Cambourakis, directrice de la collection Sorcières. Ainsi que les voix du collectif « Les bombes atomiques » réuni, fin septembre, pour une marche en non mixité choisie contre l’enfouissement de déchets radioactifs à Bure, dans l’est de la France. [Résumé producteur]

Vie (et pas mort) du déchet nucléaire, 15.12.2020, 26’

Auteur : Binge Audio-Programme B

Plateforme : Podcast

Par un miracle de la pensée moderne, le nucléaire, jadis ennemi numéro un des combats écologistes, a changé de statut. Vantant avec ferveur son côté vert et bas-carbone, la filière doit malgré tout faire avec un point noir de taille : l’insolvable question des déchets dangereux qu’elle produit en masse. À Bure, dans la Meuse, un projet au long cours d’enfouissement ne cesse d’alimenter les débats. Depuis des années, et malgré des moyens colossaux (tant politiques qu’économiques, policiers ou de communication) déployés par l’industrie, la résistance au projet tient bon, s’organise, tente de maintenir en vie l’une des plus anciennes luttes environnementales de notre pays. Une BD raconte aujourd’hui les coulisses de ce bras-de-fer inégal. Thomas Rozec interroge Cécile Guillard, Gaspard d’Allens et Pierre Bonneau, auteur·ice·s de la bande dessinée « Cent Mille Ans » (La Revue Dessinée / Seuil).”  [Résumé producteur]

Retour au sommaire

L’industrie nucléaire française, d’Areva à EDF, une géante au pieds d’argile

Le secteur nucléaire français, dont dépend la France pour son approvisionnement énergétique, connaît au XXIème des crises à répétitions. La construction et l’exploitation des centrales reposent sur une économie et des réseaux mondialisés, ce qui crée des fragilités, des dépendances et des problèmes éthiques pour ce qui concerne l’approvisionnement en matériaux fissibles. Les champions industriels comme EDF et AREVA sont affaiblis par des scandales financiers et des revirements d’orientations par les décisionnaires politiques successifs. La santé économique et structurelle du secteur nucléaire français pose question alors que l’État insiste pour en faire le pilier de la transition écologique.

AREVA : les métiers, TF1, 11.06.2007, 1’

Spot publicitaire du groupe AREVA, Un diorama d’animation présente un tour d’horizon de la filière nucléaire (extraction, centrales, recyclages, consommations dans les marchés émergents).

Niger : la bataille de l’uranium, France 5, 11.01.2009, 47’

Documentaire de Nahan Siby. Au nord du Niger, dans une région de plaines désertiques où l’entreprise française Areva exploite les mines d’uranium, des Touareg ont pris les armes. Leurs revendications : un partage équitable des revenus issus de l’extraction et des conditions d’exploitation du minerai qui respectent leur mode de vie, leur santé et leur environnement. Commentaire sur des images factuelles, des images en caméra cachée, des images d’archives, des images satellites, des cartes qui alternent avec les interviews de différents protagonistes du conflit et des spécialistes de la question.

Building on the nuclear capacity of France – 2014, 17.11.2014, 4’

Chaîne : Corner Prod.

Plateforme : Vimeo

Film de présentation du nucléaire français

Client : Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives

Description : Film réalisé pour la conférence annuelle 2014 de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique [Résumé producteur]

ARE VAH ! – Le documentaire, 05.11.2017, 54’

Chaîne : Micha Patault

Plateforme : Vimeo

L’Inde, futur géant énergétique, a des besoins croissants en électricité. Areva s’apprête à construire la plus grande centrale nucléaire du monde au sud de Mumbai, à Jaitapur. Un projet qui suscite l’inquiétude et la colère des pêcheurs locaux. L’Inde vient de s’ouvrir au marché du nucléaire civil, et les fournisseurs de technologies comme Areva convoitent ce nouvel acheteur. Mais la plus grande démocratie du monde est-elle prête pour cette « renaissance nucléaire » ? […]

Avec la participation du CNC, Centre national du cinéma et de l’image animée, de la SCAM et de Kisskissbankbank. [Résumé producteur]

La situation d’Areva au Niger, Arte Journal, ARTE, 21.09.2010, 1’

Reportage consacré aux enjeux économiques et stratégiques liés à la présence d’Areva au Niger où le groupe exploite plusieurs mines d’uranium. Des tensions ethniques compliquent cette exploitation puisque le nord du pays est occupé par les Touaregs, mais c’est à Niamey, dans le sud où vivent les Haoussa, qu’Areva verse un dividende. Un tiers des centrales françaises fonctionnent grâce à l’uranium nigérien.

Nucléaire, exception française, France 3, 04.10.2013, 1h10’

Documentaire de Frédéric Biamonti. Histoire de la filière nucléaire française. Très nombreux documents d’archives montés en alternance avec des interviews de décideurs économiques et politiques, de hauts fonctionnaires, d’ingénieurs et de militants, favorables ou opposés au nucléaire.

Double attentat au Niger : assaut de l’armée, 20 Heures, France 2, 24.05.2013, 1’

Reportage. Au lendemain du double attentat qui a causé la mort de vingt personnes dans une mine d’uranium exploitée par Areva au Niger, l’armée nigérienne a repris ses positions, aidée des forces spéciales françaises stationnées près de la mine pour lutter contre les mouvements jihadistes. Alternance d’un commentaire sur images factuelles réalisées à Agadez, images d’illustration, et interview de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense.

Areva : les secrets d’une faillite, Pièces à conviction, France 3, 19.10.2016, 1h13’

Magazine. Retour sur l’affaire Areva trois ans après le début du scandale financier Uramine. L’enquête dévoile de nouvelles découvertes sur les raisons de la chute du numéro un mondial du nucléaire. Le reportage s’attache à décrire le parcours et la personnalité d’Anne Lauvergeon, invitée de l’émission et présidente du groupe de 2001 à 2011. Alternance d’un commentaire sur images d’archives et interviews.

Areva annonce un retard de neuf ans pour son EPR finlandais, JT de Canal +, Canal +, 04.09.2014, 2’

​Reportage. Le réacteur nucléaire nouvelle génération EPR qu’Areva construit à Olkiluoto, en Finlande, devrait entrer en service en 2018, avec neuf ans de retard sur le calendrier initial, a annoncé l’entreprise française, qui a accumulé d’importants déboires sur ce chantier colossal lancé en 2005. Explications.

Alstom : le rachat du pôle énergie par General Electric : audition du 11 mars 2015, Les travaux parlementaires de l’Assemblée nationale. Commission, La chaine parlementaire Assemblée nationale, 16.03.2015, 1h30’

Retransmission de l’audition d’Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, du 11 mars 2015, par la Commission des affaires économiques présidée par François Brottes (SRC, Isère) à l’Assemblée nationale. L’audition porte sur le rachat du pôle énergie d’Alstom par General Electric.

Parti Pris. Nucléaire : les turbines rentrent à la maison ! La Chaîne Info, 07.02.2022, 4’

Chronique de François Lenglet. EDF est sur le point de racheter les turbines électriques d’Alstom, qui étaient parties aux États-Unis avec General Electric.

Renationalisation à 100% d’EDF, ça change quoi ?, Le Déj’Info 12.14 ,  BFM TV, 07.07.2022, 3’

Edito. Explications d’Emmanuel Lechypre éditorialiste économie BFM Business après l’annonce du rachat par l’État des parts qu’il ne possédait plus après la privatisation d’EDF en 2005.

La décision politique entre débat, acceptation du risque et changement climatique

EDF Nucléaire : Couple, France 2,05.11.1997, 1’

Spot publicitaire mettant en scène un couple, dans un appartement parisien, qui prennent leur petit déjeuner paisiblement grâce aux économies d’énergie réalisées par l’énergie nucléaire, présentée comme moins cher. Une deuxième version du spot (EDF Nucléaire : imagine) présente un Paris défiguré par les puits de pétrole si la France n’avait pas fait le choix du nucléaire.

Nucléaire : Faut-il continuer ? Complément d’enquête, France 2, 24.11.2003, 1h43

Magazine. Benoît Duquesne présente l’émission depuis les locaux de l’usine de retraitement nucléaire de La Hague en Normandie. Alternance de reportages (le traitement des déchets, la résistance des centrales aux épisodes de sécheresse, la perspective de l’EPR, la gestion des déchets, l’exemple de Fribourg qui a fait le choix des énergie renouvelables) et interviews, en plateau, de Corinne Lepage, ancienne ministre de l’Environnement, présidente de Cap 2, de Michèle Rivasi, directrice générale de Greenpeace France, d’Anne Lauvergeon, PDG d’Areva, et Roselyne Bachelot, ministre de l’Ecologie et du développement durable.

Nucléaire, la fin du tabou, ARTE, 22.09.2009, 42’

Documentaire de Barbara Necek. Tombée en disgrâce depuis l’accident de Tchernobyl, réputée sale et dangereuse, l’énergie nucléaire est à nouveau reconsidérée par de nombreux pays européens, notamment par la France, et même par certains écologistes. En effet, face au réchauffement climatique et à l’épuisement des énergies fossiles, cette énergie émet peu de gaz à effet de serre et produit plus d’électricité que l’énergie renouvelable. Mais s’agit-il d’une énergie verte ? Le commentaire sur images d’illustration, infographiques et d’archives dont l’extrait d’un discours de Nicolas Sarkozy, président de la République, alterne avec de nombreuses interviews et un extrait d’une publicité pour Areva.

Nucléaire et responsabilité civile – Sezin Topçu, 13.03.2014, 16’

Chaîne : Mediapart

Plateforme : Dailymotion

Entretien de documentation avec Sezin Topçu, spécialiste du nucléaire civil, réalisé par la Parisienne Libérée pour la chronique “arithmétique de l’accident nucléaire. [Résumé producteur]

Le nucléaire, une liberté trop chère payée, Flash Talk, La chaine parlementaire Assemblée Nationale, 11.12.2016, 49’

Magazine. Débat avec le public à la Cité des Sciences et de l’Industrie et les invités Charlotte Mijeon, porte-parole du collectif Sortir du nucléaire, Boris Le Ngoc, directeur de la communication de la Société Française d’Energie Nucléaire.

LE MONOCHROMATEUR de Angiola Zampieri, 27.01.2017, 15’

Chaîne : ateliersvaran

Plateforme : Vimeo

Que pense aujourd’hui de la physique nucléaire, l’homme de la rue ? Des hommes et des femmes se promènent non loin de l’imposante Cité des Sciences et de l’Industrie, Porte de la Villette Court métrage documentaire de la réalisatrice Angiola Zampieri.

Centrales nucléaires : peut-on vraiment les démanteler ? La Chaîne parlementaire Assemblée Nationale, 24.01.2019, 1h26’

Débat. Suite à la diffusion du documentaire Centrales nucléaires, démantèlement impossible ?,  Jean-Pierre Gratien anime un débat consacré au démantèlement des centrales nucléaires et à la gestion des déchets radioactifs. Il reçoit Valérie Faudon, déléguée générale de la Société française d’énergie nucléaire, Barbara Pompili, députée LREM de la Somme, Christophe Bouillon, député de Seine-Maritime, ancien de l’ANDRA, Erwan Benezet, journaliste au Parisien.

L’histoire du nucléaire, 25.01.2021, 1h28’

Auteur : Fréquence Moderne-Culture 2000

Plateforme : Podcast

Podcast de vulgarisation historique avec l’équipe du podcast 20 Minutes avant la fin du monde : “C’est une très belle histoire scientifique qui va devenir une vilaine histoire militaire et une histoire d’énergie surpuissante et pas mal dangereuse dont on ne va pas savoir exactement quoi faire. Le nucléaire c’est la découverte de l’infiniment petit, de l’atome et de comment on pète des atomes pour faire beaucoup de chaleur et beaucoup de puissance.”

Le temps du débat : émission du 14 janvier 2022, Le temps du débat, France Culture, 14.01.2022

Magazine. Le projet en débat de la Commission européenne visant à accorder un label “vert” à certaines centrales nucléaires et à gaz a réveillé les controverses autour du nucléaire comme énergie “durable”. Comment analyser l’évolution des discours autour du nucléaire ? Pour ce débat, Emmanuel Laurentin reçoit Philippe Éon, philosophe et auteur de plusieurs ouvrages sur le langage, sur l’énergie et sur le climat et Vincent Carlino, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université catholique de l’Ouest.

Le président Emmanuel Macron relance le programme nucléaire français, Arte Journal, ARTE, 10.02.2022, 2’

Reportage. Le Président Emmanuel Macron a décidé de relancer le programme nucléaire français. Il souhaite ainsi la construction de six nouveaux EPR de nouvelle génération d’ici 2050 et annonce aussi dans sa stratégie énergétique le développement des énergies renouvelables (parcs éoliens) dans le cadre de la décarbonation du pays. Le chef de l’État s’est rendu ce jour à Belfort pour officialiser le rachat par EDF de la branche nucléaire (turbines Arabelle) de l’américain General Electric.

Neutralité carbone : l’avenir est-il dans le nucléaire ? 28 Minutes, ARTE, 10.02.2022, 45’

Magazine. Débat après l’annonce d’Emmanuel Macron de la construction de six nouveaux EPR : est-ce la solution pour atteindre la neutralité carbone ? Avec la participation de Myrto Tripathi, ingénieure, présidente et fondatrice de l’association Les Voix du nucléaire, Anne Bringault, coordinatrice des programmes au Réseau Action Climat, Erwan Benezet, journaliste au service économie du Parisien.

Nucléaire : une solution pour laplanète ?, ARTE, 29.03.2022, 1h33’

Documentaire de Ghislaine Buffard Une enquête sur les enjeux écologiques et économiques de l’énergie nucléaire, à travers la question du démantèlement et du retraitement des déchets contaminés.

Vivre au coeur de la France nucléaire : état des lieux

Bientôt cinquante ans après la construction des premières centrales, le territoire métropolitain est parsemé de centrales nucléaires et autres installations indispensables à leur fonctionnement. Autour de ces sites, la contestation locale a généralement disparu et le nucléaire est devenu le premier employeur des localités alentours. Des documentaires et des reportages suivent l’évolution de ces régions qui ont domestiqué cette composante nucléaire, désormais partie intégrante de la culture locale. Avec sa fermeture, Fessenheim fait, comme lors de sa construction, office de témoin de l’impact de la désindustrialisation nucléaire d’un territoire.

Beaumont la Hague : la ville Cogema, Changement de décors, France Culture, 22.11.1997, 58’

Magazine. Dans cette troisième émission d’une série de quatre sur la région de La Hague, le point sur la Cogema, l’usine de retraitement des déchets nucléaires de la Hague. Entretien avec Philippe Tura, de la Cogema, illustré de reportages et d’un témoignage.

Environnement et nucléaire, Normandie première Basse Normandie, France 3 Basse Normandie, 19.01.1999, 6’

Reportage. Historique de la Cogema La Hague et interview de Didier Anger, professeur d’histoire-géographie et militant contre le centre de la Hague. Il raconte comment l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 a isolé pendant un temps les opposants au nucléaire et les a poussés vers des actions de blocage plus spectaculaire à Cherbourg avant que Tchernobyl ne vienne raviver l’intérêt du grand public.

Atomes-Crochus, France 3, 01.05.2000, 57’

Documentaire Originaire du Cotentin, Rémi Mauger propose une histoire de l’implantation de l’usine nucléaire de la Hague installée en 1960 dans une petite communauté rurale dont la vie a été entièrement bouleversée. Mêlant souvenirs personnels, images d’archives et très nombreux témoignages des acteurs de l’époque, le réalisateur offre une chronique de 40 ans de cohabitation parfois tumultueuse entre les agriculteurs et élus du Cotentin et l’Atome.

L’usine atomique, Champ Libre, France Culture, 03.07.2008, 58’

Documentaire consacré aux ouvriers qui travaillent dans le domaine de la maintenance en usine atomique. Des témoignages d’ouvriers qui parlent de leurs conditions de travail alternent avec les interviews de Michel Lallier, chimiste et ex-syndicaliste CGT de la centrale de Chinon et de Dominique Huez, médecin du travail.

Au pays du nucléaire, France 2, 17.09.2009, 1h13’

Documentaire d’Esther Offenberg.  Portraits de ceux qui vivent avec le nucléaire au quotidien, entre la manne économique, les préjugés, et les incertitudes quant aux risques divers liés à cette proximité. Au travers les témoignages d’habitants de La Hague et des environs, de membres d’associations contre le nucléaire, d’industriels et d’hommes politiques, se dessine peu à peu une réalité complexe.

Nogent sur Seine : une centrale près de chez vous, Environnement, France Culture, 19.12.2011, 53’

Documentaire de Jean Guy Coulange consacré à la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine située à un peu plus de cent kilomètres de Paris. Témoignages de riverains et d’employés de l’usine.

La Hague, une fission française, Attention grands travaux !, Public Sénat, 25.04.2013, 30’

Épisode d’une série documentaire consacrée à de grands aménagements et à leur impact sur la vie locale. Gros plan sur l’usine de retraitement nucléaire de La Hague. Du fait de la sensibilité de son domaine d’activité, sa présence pose de nombreuses questions, entre développement économique et préservation écologique. Le commentaire sur images factuelles, images d’archives et infographie alterne avec des séquences en son direct et des interviews.

Un peu de l’histoire nucléaire du plateau, Magazine du plateau 211 – juin 2013, 06.06.2013, 56’

Chaîne : Tele Millevaches

Plateforme : Vimeo

A partir des années 50, les terres du Limousin ont été exploitées pour leurs gisements d’uranium. Bessine-sur-Gartempe en Haute-Vienne fut un temps la capitale de l’uranium en France. Quelles traces restent-il de cette ruée vers l’or ?

Grand Central, Canal +, 09.09.2014, 1h31’

Long métrage de Rebecca Zlorowski. Jusqu’ici, Gary (Tahar Rahim) a navigué à vue dans sa vie professionnelle. Rejeté par sa famille, il enchaîne les petits boulots, sans réelle perspective d’avenir. Son existence bascule quand il est embauché dans une centrale nucléaire. Il travaille au plus près des réacteurs, où les doses radioactives sont les plus élevées. Tandis que les radiations le contaminent progressivement, une autre forme de chimie l’irradie, puisqu’il tombe amoureux de Karole (Léa Seydoux), la femme de Toni (Denis Menochet), un de ses collègues.

A l’ombre des centrales nucléaires, LSD la série documentaire, France Culture, du 12 au 15.06.2017, 53’, 4 émissions

Documentaire. Série de 5 émissions de Lydia Ben Ytzhak consacrée aux périodes historiques de développement de l’industrie nucléaire en France qui est devenu le pays le plus nucléarisé du monde.

Terres nucléaires : une histoire du plutonium, ARTE, 29.09.2015, 1h23’

Documentaire qui retrace l’histoire du plutonium, les choix militaires et économiques qui ont présidé à son utilisation, les impasses technologiques et financières auxquelles aboutit son retraitement, les conséquences sanitaires et environnementales désastreuses qui s’en suivent. Le documentariste Kenichi Watanabe se rend sur trois sites nucléaires, Hanford aux États-Unis, Rokkasho au Japon, La Hague en France, et interroge dans les trois pays des scientifiques, des riverains, habitants, acteurs politiques ou anciens employés des sites, une historienne et une sociologue françaises.

Sur la route … de l’avenir de Fessenheim, Sur la route, France Culture, 01.04.2017, 48’

Magazine consacré à la plus vieille centrale nucléaire de France, Fessenheim. Reportage avec la rencontre d’un membre d’association, d’un syndicaliste et du maire de la ville puis entretien en plateau avec Jacques Fortier (journaliste aux Dernières Nouvelles d’Alsace et écrivain de polars aux éditions du Verger) au sujet de la fermeture de la centrale et du projet de construction d’un parc d’attractions à sa place.

Fessenheim, le début de la fin du nucléaire ? La chaîne parlementaire Assemblée Nationale, 16.07.2020, 52’

Documentaire de Jean-Charles Deniau. En fonction depuis 1978, Fessenheim est la plus vieille centrale nucléaire en activité en France. Retour sur la fermeture du site, objet de débats et de rebondissements politiques au long court.

Le nucléaire un regard sociohistorique, Les lundis de l’INA, 17.10.2022, 1h28

Captation. Cette rencontre, qui s’inscrit dans le cycle consacré aux liens entre les médias et les questions climatiques et environnementales, donne la parole à l’historienne et sociologue des techniques Sezin Topçu, autrice de La France nucléaire. L’art de gouverner une technologie contestée (Seuil, 2013). Elle propose une histoire du développement de l’énergie nucléaire en la remettant dans une perspective du temps long en s’appuyant sur des documents d’archives issus des collections de l’INA.

Retour au sommaire



Citer ce billet
corinne gauthier (2023, 18 juillet). Le Nucléaire civil et militaire dans les collections de l’INA. Carnet de recherche de l'INAthèque. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4jk

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search