POP CULTURE ET CULTURE GEEK

La pop culture et la culture geek sont des thèmes présents dans les programmes de radio et de télévision depuis la fin des années 50. Ce document vise à présenter la diversité des fonds audiovisuels disponibles et à susciter l’intérêt autour de ces sources pour la recherche, qu’il s’agisse d’un projet universitaire, professionnel ou personnel.

Depuis plus d’un demi-siècle les médias audiovisuels, radio et télévision, s’interrogent sur la légitimité d’un art populaire et de masse, souvent dévalorisé et opposé à la culture française légitime. C’est à travers les références au monde des marginalités, à l’imaginaire et aux influences étrangères que s’exprime la pop culture, qui deviendra la culture geek à partir de la fin des années 80.

Guide réalisé par Louis Barchon, étudiant en Master Patrimoine et Musées à l’Université Paris1 Panthéon- Sorbonne, président de l’association Culture 42 (C42), première association de culture geek de la Sorbonne.

Les programmes décrits dans ce guide sont tous archivés par l’INA et consultables dans  leur intégralité dans les centres de consultation de l’inathèque 

INTRODUCTION
Définitions
Les incontournables du geek
Sur la télévision
Sur le dépôt légal du web média
Sur la radio

1 – DU FANTASTIQUE A LA FANTASY
L’horreur-épouvante
Au commencement, était le gothique
La série B
Le slasher movie ou l’invention du gore
Culture du pulp, du pop et de l’underground
Le cinéma de genre
Le film d’aventure
L’héroïc-fantasy
Du fantastique médiéval à la fantasy
La dark fantasy

2 – BD ET DESSINS ANIMES
BD, Comics, Manga : de l’écrit à l’écran
La scène occidentale
La scène asiatique
Dessins animés à la télévisionPar émission de jeunesse
Par chaîne
Par dessin animé

3 –  DE L’ESPACE AU CYBERESPACE : VERS L’INFINI ET AU-DELA !
La science et la fiction
La science
La fiction
Les dessins animés
Le monde du numérique
ANNEXE : LES SOURCES ÉCRITES

FRISE CHRONOLOGIQUE INTERACTIVE
IMAGE INTERACTIVE
CONSULTATION AU FORMAT PDF

INTRODUCTION

Définitions

Souvent apparentée à la Pop Culture, la Culture Geek possède un lien de filiation fort avec cette dernière, dont elle est en partie l’héritière et le prolongement. En effet, avec l’américanisation des modes de vie, a émergé dès les années 30 aux Etats-Unis, puis dans les années 50 en France, une véritable massification de la production artistique, et plus largement culturelle. Dans une période d’hégémonie américaine rendant difficile l’expression planétaire d’autres référentiels, pas étonnant que les comics, la science-fiction, le cinéma hollywoodien et la musique des années 50 aux années 80 soient assimilées à la pop culture aussi bien qu’à la culture geek, qui se confondent alors.

Ce rapprochement entre expression populaire américaine et culture jugée illégitime explique ainsi, au-delà du snobisme intellectuel, la méfiance et la dévalorisation de la science-fiction et de l’héroïc-fantasy, deux genres principalement anglo-saxons qui devaient bientôt connaître un succès phénoménal à la fin des années 70 avec l’arrivée en France de trois œuvres : Le Seigneur des Anneaux, Star Trek et Star Wars. L’engouement généralisé que ce roman, cette série et ce film vont susciter va participer à la connaissance et à la reconnaissance d’une culture de niche par une culture de masse, qui vont depuis lors cohabiter.

C’est à partir des années 80, avec la visibilité sans précédent accordée à des communautés de fans passionnés par une œuvre ou un genre et qui se trouvaient jusqu’ici dispersés, que va pouvoir s’exprimer et s’épanouir la Culture Geek. En France apparaissent ainsi les premiers mouvements d’expression collective des fans, ce qu’on appelle la fanbase, qui en privé comme en public prend conscience d’elle-même et débat autour de ses univers favoris, la fandom. Le jeu vidéo arrive en salle d’arcades, suivi par les consoles de salon et les premiers ordinateurs personnels pour le grand public ; de nouvelles esthétiques émergent, comme celle du metal et du gothique en musique, ou encore du cyberpunk et du post-apo au cinéma. Une culture underground, spécifique aux geeks, associe ainsi la littérature, la bande-dessinée, et jusqu’aux dessins animés avec les premiers animes japonais. Enfin, c’est l’apparition du cinéma d’horreur moderne, du cinéma de genre, des conventions et du jeu de rôle. C’est la VHS qui va ensuite permettre la redécouverte du cinéma asiatique, entre les films de kung-fu hongkongais et les films de monstres japonais, mais aussi la culture du culte, avec les films de séries B et les nanars de séries Z, tantôt originaux, parfois sublimes, souvent gores, et toujours de mauvais goût.

S’il apparaît indéniablement que la culture geek profite d’une internationalisation de la culture, celle-ci est loin de se limiter à une uniformisation des modes de vie. Bien au contraire, elle se nourrit des transferts culturels et des influences que chaque pays exerce sur un autre : la science-fiction anglo-saxonne a ainsi inspiré la bande-dessinée française de science-fiction, qui a influencé les animes japonais. Les japonais étant les seuls à produire des dessins animés de science-fiction à la fin des années 70, les diffuseurs français ont alors importés en France Goldorak ou La Bataille des Planètes à la suite du succès de Star Wars, lui-même influencé par la bande-dessinée française (Valérian et l’œuvre de Philippe Druillet notamment).

Enrichie de la culture du numérique, avec l’informatique, le web, le jeu vidéo, la culture geek s’est au cours des années 90 diversifiée en d’innombrables ramifications impulsées par ce qui va devenir ses pôles majeurs d’influence (Etats-Unis, Japon, France, Royaume-Uni, Corée, Pologne, Allemagne, Scandinavie). Consacrée avec les films Marvel comme culture de masse, la culture geek n’en est pas moins restée proche de ses origines contestataires et subversives de culture de niche, comme en atteste le phénomène intentionnellement cryptique des memes. Si le dernier Infinity War apparaît à certains comme un simple divertissement, d’autres vont débattre des heures durant de la cohérence du scénario au regard de ce qu’ils savent des personnages et de l’univers ou encore des influences philosophiques et mythologiques à l’œuvre dans celui-ci. A ce sujet, les théories plus ou moins farfelues sur la suite de l’intrigue de Game of Thrones est un exemple éloquent de la passion qu’un tel succès, véritable blockbuster de la série, continue à susciter du fait de sa grande qualité.

Il s’agira ainsi à travers ce guide, et ce à défaut d’exhaustivité, de se montrer le plus éclectique possible afin d’identifier les références propres à la Culture Geek, d’en expliquer les codes et d’en repérer le public. C’est sous cette forme qu’il sera proposé de présenter un panorama aussi complet que possible de la variété de la Culture Geek.

Les incontournables du geek

Sur la télévision
Tranche horaire : La nuit Geek, Canal +, 30 novembre 2007, 7h08
Nuit thématique consacrée à la culture geek présentée par Yannick Dahan, composée de cinq programmes : l’adaptation cinématographique du jeu vidéo Silent Hill, un documentaire sur les geeks au titre racoleur (Suck my Geek !), le film fantastique de Guillermo del Toro Le labyrinthe de Pan, un épisode du dessin animé South Park et un épisode du dessin animé d’Eric et Ramzy Moot Moot.
Scott Pilgrim Long métrage : Scott Pilgrim, Opération Fanboys, Canal + Cinéma, 10 janvier 2012, 1h50
Adaptation par Edgar Wright d’un comics où le héros geek, Scott Pilgrim, doit affronter les ex de sa petite amie dans un univers bourré de références aux jeux vidéo.
Documentaire : La revanche des geeks, Pop Culture, ARTE, 28 avril 2012, 52min.
Documentaire réalisé par Jean-Baptiste Péretié, qui retrace l’histoire de la culture geek aux Etats-Unis des années 60 à nos jours. Il traite entre autres du phénomène de fusion d’une culture d’ingénieurs (Nasa, informaticiens) et d’une culture littéraire (science-fiction, héroïc-fantasy) et cinématographique (films de monstre, japanimation) à l’origine de la culture geek.
Geek, Personne ne bouge Reportage : Geek, Personne ne bouge, ARTE, 15 décembre 2013, 43min.
Reportage portant sur la définition du geek avec Thomas Sirdey, co-fondateur de la Japan Expo consacrée à la culture japonaise, de Mathieu Triclot, auteur depuis de la Philosophie des jeux vidéo, et de David Peyron, auteur du livre Culture Geek. Il aborde aussi entre autres le phénomène Donjons & Dragons et Game of Thrones.
Le Dernier Pub Avant la Fin du Monde Long métrage : Le Dernier Pub Avant la Fin du Monde, Canal +, 11 juillet 2015, 1h44
Dernier épisode de la Trilogie du Cornetto (après Shaun of the dead sur les zombies et Hot Fuzz sur le fantastique) réalisée par Edgar Wright, qui a pour thème la Science-Fiction. On y retrouve Simon Pegg et Nick Frost, avec cette fois un emballage de Cornetto vert.
Tracks Collection de magazines : Tracks, ARTE, 3 janvier 1997 — aujourd’hui, 200 numéros sur 1595
Emission composite historique de la chaîne qui aborde des sujets de la culture geek, à commencer tout naturellement par le metal et le gothique, puis l’horreur qui en est le corollaire référentiel.
Quentin TarantinoNerds  Magazines-reportages conseillés :
5 mars 1999 sur les Nerds (école d’informatique),
12 mai 2000 sur la série Z avec le label Troma,
8 novembre 2002 sur les New Barbarians du Québec,
6 mai 2004 sur le cinéma de Quentin Tarantino,
23 décembre 2004 sur le metal Nu Vikings,
23 octobre 2010 sur les fanfilms,
18 novembre 2010 sur le réalisateur Dario Argento,
16 décembre 2010 sur la culture kawaï,
18 mai 2013 sur le jeu de rôle Grandeur Nature,
8 novembre 2014 sur le manga,
24 novembre 2017 sur le festival Geek Faëries.

Sur le dépôt légal du web média
Rafik Djoumi
dl web : BiTS, Arte.tv, 2013 — aujourd’hui, 182 numéros
Magazine d’ARTE Creative consacré à la culture geek sous toutes ses formes et présenté par Rafik Djoumi. Accessible par la chaîne Youtube via le web média à partir de la saison 2.
Emissions conseillées abordant des sujets non traités ici : Geekosaurus, Post Apo, Anthropop, Final Fantasy, Gore, Troll, RPG, Fandom, Tokusatsu, Steampunk.

Voir aussi : Emission de radio sur BiTS : BiTS : la culture geek décortiquée, Pop corn sur le Mouv, MOUV, 27 décembre 2013, 1h22

Nanaroscope  DL web : Nanaroscope !, Arte.tv, 2017, 10 numéros

Emission d’ARTE Creative en partenariat avec Nanarland consacrée au genre du nanar, ou comment le nullissime peut-il être jouissif.

Emission de radio sur le nanar : L’art du nanar, Pop fiction, France Inter, 15 mai 2016, 54min.

Sur la radio
Collection de magazines : Mauvais genres, France Culture, 1994 – 2017, 130 numéros
Magazine culturel présenté par François Angelier traitant du mauvais goût et du cinéma de genre, mais aussi de Stephen King, de science-fiction, de dragons, vampires, fantômes et zombies, de fantastique, ou encore de mangas, d’animes japonais et de Vincent Price. Chaque émission, entre 40min. et 1h10, traite d’une thématique en lien avec l’actualité culturelle (festivals, sorties).
Magazine : Conseil National du Numérique : existe-t-il une culture geek ?, Place de la toile, France Culture, 1er mai 2011, 59min.
Magazine présenté par Xavier de La Porte traitant de la révolution numérique. Après être revenu, avec Jeanne Tadeusz, sur la création du Conseil National du Numérique, entretien avec Samuel Archibald, professeur de littérature au Québec, Denis Colombi, doctorant en sociologie et Sabine Blanc, rédactrice à la revue OVNI. L’émission s’achève par une petite histoire de l’arobase par Sébastien Roussel.
  Magazine : Le geek est-il devenu notre avenir ?, Pop corn sur le Mouv, MOUV, 8 avril 2013, 1h22
Magazine présenté par Elodie Font, Nico Prat et Lorrain Sénéchal portant sur l’ouvrage de Nicolas Beaujouan Geek : la revanche. Ils essayent ensemble de définir le geek et abordent longuement la question du rapport amour-haine à George Lucas et à sa prélogie Star Wars.
  Collection : Pop fiction, France Inter, 2014-2016, 6 sur 86 numéros
Magazine culturel dédié à la pop culture et présenté par Ali Rebeihi ayant traité de six sujets geeks : « Game of Thrones, Le Hobbit : pourquoi la fantasy cartonne », « Le Trône de fer décrypté », « Les super héros, nouveaux dieux d’Hollywood », « La science-fiction », « La culture pop japonaise à l’usage de ceux qui n’y connaissent pas grand chose », « L’art du nanar ».
  Documentaire : Rendez-vous au pays des geeks, Carnet nomade, France Culture, 1er mars 2014, 1h.
Colette Fellous reçoit comme invités Jean-Baptiste Péretié, Vincent Billard, auteur d’un livre sur la philosophie geek, Julie Owono, et Rayna Stambolyska, activiste du logiciel libre, sur le thème de la culture geek.
Magazine : Geek : qui es-tu ? Modes de vie, mode d’emploi, France Culture, 5 janvier 2015, 59min.
Mathieu Garrigou Lagrange interroge David Peyron, docteur en sciences de l’information et de la communication, Nicolas Beaujouan, graphiste, auteur de « Geek, la Revanche » et Pia Jacqmart, journaliste, sur la culture geek.
A noter qu’on retrouve David Peyron dans Et toi, t’es Geek, La terrasse du Mouv, MOUV, 6 août 2013, 1h, avec Stéphanie Cabre pour aborder la sociogenèse du geek.
 Collection : Blockbuster, France Inter, 3 juillet 2017 – 28 juillet 2017, 20 numéros
Magazine culturel présenté par Frédérick Sigrist s’intéressant aux succès geeks : « Comprendre le phénomène Pokémon », « Les livres Game of Thrones », « Le jeu vidéo Zelda », « Miyazaki : hommage au maître du cinéma d’animation japonais », « Star Trek », « Dragon Ball : l’alpha et l’oméga du manga », « Street Fighter : le combo baston et convivialité », « Marvel : Spiderman contre le Bouffon du billet vert ».

 

Retour au sommaire

1 – DU FANTASTIQUE À LA FANTASY

L’horreur-épouvante

 Au commencement, était le gothique

Edgar Allan Poe

Edgar allan poe Tranche horaire : Edgar Allan Poe, Thema. Edgar Allan Poe, ARTE, 25 avril 2000, 3h53
Nuit thématique consacrée à l’œuvre d’Edgar Allan Poe avec l’adaptation de trois de ses nouvelles (La Chute de la maison Usher, Ligeia, Le système du docteur Goudron et du professeur Plume, réalisés respectivement par Jean Epstein, Maurice Ronet et Claude Chabrol), d’un de ses poèmes (Le Corbeau) et un documentaire (Poe, visionnaire de l’irréel).
Magazine : Edgar Allan Poe, Mauvais genres, France Culture, 5 décembre 2009, 1h.
Magazine animé par François Angelier en compagnie de Xavier Maumejean et Pierre Senges, romanciers et scénaristes, cette émission est consacrée à Edgar Allan Poe à l’occasion de son bicentenaire. L’émission démarre par un extrait d’interview enregistrée de Roger Corman, réalisateur américain, et s’achève par une chronique de Michel Meurger, important essayiste sur la science-fiction.
 Magazine : L’inquiétante étrangeté : Edgar Allan Poe et la poétique de l’étrange, Les nouveaux chemins de la connaissance, France Culture, 4 septembre 2013, 49min.
Interview de Jean-François Mattei, professeur de philosophie, par Adèle Van Reeth, sur la dimension fantastique de l’œuvre d’Edgar Allan Poe.

Howards Phillips Lovecraft

Lovecraft Documentaire : Toute marche mystérieuse vers un destin : le cas Lovecraft, Un siècle d’écrivains, France 3, 16 juin 1999, 47min.
Portrait d’H.P. Lovecraft réalisé par Anne-Louise Trividic, Pierre Trividic et Patrick Mario Bernard.
Magazine : Autour de Lovecraft, Mauvais genres, France Culture, 14 septembre 2002, 1h08
Emission de François Angelier consacrée à H.P. Lovecraft, avec six intervenants dont Michel Meurger, critique, essayiste, spécialiste de littérature SF.
  Série : H.P. Lovecraft, La compagnie des auteurs, France Culture, 6 — 9 juin 2016, 4 numéros
Série de magazines animée par Matthieu Garrigou Lagrange et consacrée à l’univers lovecraftien.

Tim Burton

Tim Burton Tranche horaire : Cycle Tim Burton, ARTE, 26 décembre 2012, 3h27
Nuit thématique consacrée à Tim Burton, avec la diffusion du film Ed Wood, du documentaire de Court circuit Spécial Tim Burton, et du moyen-métrage Frankenweenie.

La série B

Le film de monstre

King Kong Tranche horaire : Thema. King Kong, ARTE, 16 mars 2003, 3h32
Nuit thématique consacrée à King Kong, avec le film King Kong, la 8e merveille du monde (réalisé par Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack et sorti en 1933), le documentaire A l’ombre de King Kong réalisé par Serge Viallet, et le documentaire Chang, un drame de la vie sauvage. Ses effets spéciaux ont fortement marqué l’imaginaire collectif, de Ray Harryhausen à George Lucas, jusqu’à inspirer le personnage de Donkey Kong pour la franchise Nintendo.
Godzilla  Tranche horaire : Spécial nuit Godzilla, Ciné-club, France 2, 11 septembre 1998, 3h07
Présentée par Frédéric Mitterrand, cette soirée consacrée à Godzilla (Gojira en japonais), le fameux monstre de la Toho, est composée de deux films de monstre (kaiju eiga) : le Godzilla de 1954 réalisé par Ishiro Honda et Mothra contre Godzilla du même réalisateur. La franchise a connu un franc succès au Japon, entre nostalgiques du King Kong en stop motion et métaphore du traumatisme atomique et des catastrophes naturelles.

Les studios Hammer

Hammer Documentaire : Terreur et glamour : montée et déclin du studio Hammer, Summer of Fish’N’Chips, ARTE, 6 août 2017, 54min.
Documentaire réalisé par Jérôme Korkikian consacré à l’histoire des studios britanniques de la Hammer.
Emission : James Bernard, la voix de la Hammer, Surpris par la nuit, France Culture, 16 juin 2000, 1h30
Emission réalisée par Gilles Mardirossian et consacrée à la Hammer et à son compositeur, James Bernard.
Christopher Lee Tranche horaire : Thema. L’étrange sir Christopher Lee, ARTE, 31 octobre 2010, 57min.
Nuit thématique consacrée à Christopher Lee, composée du film Le chien des Baskerville (Terence Fisher, 1959), du documentaire Christopher Lee, l’élégance des ténèbres, et du documentaire Bienvenue au pays des monstres.
Le fantastique  Reportage : Le fantastique, Volume, 1^ère^ chaîne, 28 octobre 1971, 45min.
Reportage-magazine réalisé par Luc Favory et présenté par Gilbert Marc relatif à l’histoire du fantastique et à son actualité artistique. Avec la participation de Philippe Druillet, fer de lance de la nouvelle BD psychédélique de science-fiction, et Michel Demuth, auteur de science-fiction. Il montre la filiation graphique de Gustave Doré et Jérôme Bosch avec le cinéma, de Nosferatu à Frankenstein.

Le slasher movie ou l’invention du gore
Collection de magazines : Fantasy, Les Enfants du rock, Antenne 2, 23 janvier 1988 — 16 avril 1989, 8 numéros
Magazine présenté par Jean-Luc Delarue et Olivier Dorangeon et dédié au cinéma fantastique et de science-fiction, comme Hellraiser, Robocop, ou encore Beetlejuice.
Collection de magazines : Les Accords du Diable, La Cinq, 29 février 1988 — 13 juin 1989, 25 numéros
Magazine réalisé par Yann de Fauvreau et présenté par « Sangria », de son vrai nom Catherine Falgayrac, consacré aux films d’horreur. Exemples d’émissions :
Les monstres dans le cinéma fantastique (14 mars 1988)
Spécial Freddy (27 juin 1988)
Sangria au musée (14 juillet 1988)
Série de fiction : Buffy contre les vampires, M6, 3 juillet 1998 — 5 novembre 2005, 350 épisodes diffusés
Série culte showrunnée par Joss Whedon avec Sarah Michelle Gellar dans le rôle de Buffy Summers, qui affronte à Sunnydale vampires, loups-garous et autres créatures sataniques. Elle est diffusée sur M6 dès 1998, notamment dans La nuit d’Halloween, puis sur La Trilogie du Samedi, avec X Files (auparavant sur Les Samedis Fantastiques).
Nuit gore Tranche horaire : Nuit gore, Canal +, 25 mars 1999, 6h25
Après une émission de Philippe Gildas consacrée au gore, Canal+ propose La nuit gore, une tranche horaire composée de six programmes : trois films (Scream de Wes Craven sorti en 1997, 2000 maniaques d’Herschell Gordon Lewis sorti en 1964 aux Etats-Unis, Baby blood d’Alain Robak sorti en 1990), entrecoupés de trois documentaires (Sang % gore, Du gore encore, Du gore d’accord) réalisés par Yannick Vallet.
 Documentaire : Hellfest, le métal expliqué à ma mère, France 4, 2 août 2011, 1h
Documentaire réalisé par François Goetghebeur et présenté par Thomas VDB à Clisson, ville de Loire-Atlantique accueillant tous les ans pendant trois jours le Hellfest, festival culte de metal en France. C’est l’occasion pour lui de réaliser une enquête sur le heavy metal et ses pratiques.

Le festival du fantastique

Série documentaire : Nuits magnétiques, France Culture, 18 — 20 janvier 1978, 3 numéros
La collection comporte des magazines et documentaires consacrés au festival d’Avoriaz. Réalisés en direct, ils traitent différents thèmes abordés avec les participants, comme la littérature fantastique ou la programmation du festival, comme Eraser Head de David Lynch.
 Tranche horaire : Le quartier interdit de Jean-Pierre Dionnet. Nuit Gérardmer, Canal +, 19 janvier 2002, 5h19
Dans le cadre d’un partenariat avec le Festival du Film Fantastique de Gérardmer qui succède au Festival d’Avoriaz, Jean-Pierre Dionnet présente une tranche horaire consacrée à Tobe Hooper, avec trois de ses films (Massacre à la tronçonneuse, Marquis de Sade, Massacre dans le train fantôme), une interview du réalisateur et des rushes inédits.

 

Culture du pulp, du pop et de l’underground

Le cinéma de genre
Long-métrage : Clerks : les employés modèles, Canal +, 23 septembre 1996, 1h26
Le premier film de Kevin Smith (1994), réalisé avec seulement 27 000 $ de budget, est une satire burlesque de la vie dans une épicerie, qui raconte la journée d’un employé et de son ami tenant un vidéoclub qui essayent de passer le temps. Les dialogues qui ont fait le succès du film sont dignes d’un Tarantino.
Tranche horaire : Thema. Ciné trash, chefs d’œuvre du mauvais goût, ARTE, 5 janvier 2007, 3h02
Nuit thématique consacrée au trash dans le cinéma (contre-culture du mauvais goût, du gore à l’érotisme fantastique), avec un documentaire sur les Midnight Movies (Midnight Movies, réa Stuart Samuels) et le film culte de George A. Romero, La Nuit des morts-vivants.
Roger Corman Documentaire : Des ovnis, des monstres et du sexe : Le cinéma selon Roger Corman, Pop culture, ARTE, 10 mars 2012, 1h26
Réalisateur de série B mythique, tour-à-tour visionnaire et pape du mauvais goût, il est également producteur et a fait connaître des étoiles montantes du cinéma, comme Jack Nicholson, Martin Scorsese et James Cameron.
The rocky horror Tranche horaire : La Nuit du film culte, Canal +, 14 novembre 1996, 1h43
Programme consacré au film événement The Rocky Horror Picture Show, véritable incarnation du phénomène des Midnight Movies dont il est le chant du cygne et l’incarnation archétypale. Il est toujours rediffusé au Studio Galande à Paris, ainsi que dans de nombreuses salles partout dans le monde, où une importante communauté de fans s’adonne à des rituels très codifiés en regardant le film.
Tranche horaire : Les Jeudis de l’angoisse, M6, 1995 – 2002, 349 programmes diffusés
Soirées consacrées à l’épouvante, avec la série Les Contes de la crypte (premiers épisodes non consultables) et des films comme Le Prince des ténèbres, Halloween, L’exorciste, Carrie au bal du diable (l’adaptation du livre de Stephen King), Poltergeist, ou encore L’armée des ténèbres Evil Dead III, la suite loufoque d’Evil Dead 2 située dans un univers de dark fantasy.
dl web : Le Fossoyeur de Films, Youtube, 2012 – aujourd’hui, 34 numéros (ici #33)
URL : https://www.youtube.com/watch?v=mecSHTQw8x4
Après s’être intéressé aux Midnight Movies, à Zardoz, Barbarella ou encore Le Nom de la Rose, Le Fossoyeur s’attaque ici à un autre film de genre : le Dracula de Francis Ford Coppola adapté de Bram Stoker, en empruntant dans l’esthétique de la vidéo les codes du film de vampires.
Tranche horaire : Nuit Blair Witch, Canal +, 23 février 2001, 2h07
Programme consacré au film précurseur du found footage, Le projet Blair Witch (Daniel Myrick et Eduardo Sanchez, 1999), avec la diffusion du film puis un programme se proposant de diffuser les réalisations amateurs de films de série B : Le projet fantastico-gore.
Tranche horaire : Thema. Le cinéma de Hong Kong, du kung-fu à Wong Kar-Wai, ARTE, 30 août 2007, 3h03
Soirée thématique consacrée au cinéma hongkongais, rendu célèbre par ses films de kung-fu avec Bruce Lee, le film de gangster avec John Woo ou encore la comédie avec Jackie Chan. Sont diffusés ici le film Fist of Legend (Gordon Chan, sorti en 1994 à Hong Kong) et deux documentaires : Hongkong cinéma, in the mood for Doyle réalisé par Yves Montmayeur, et Hong kong star, Leslie Cheung réalisé par David Martinez.
Long-métrage : Kill Bill : Volume 1, Lundi Box-Office, Canal +, 23 mai 2005, 1h46
Fortement marqué par le cinéma hongkongais et par les films de sabre japonais, Quentin Tarantino rend ici un vibrant hommage au cinéma asiatique, qu’il mêle à son propre univers de vengeance et de gangster teinté de western. On notera la référence à Bruce Lee dans le costume de Beatrix Kiddo (Uma Thurman), ou les deux hommages geeks que sont la référence à Star Trek et la scène en anime manga.
 Long-métrage : Old boy, Canal +, 28 mai 2006, 2h
Faisant suite à la nouvelle vague japonaise puis hongkongaise des années 90, le cinéma coréen s’est vite popularisé en Occident grâce au film de Park Chan-Wook Old Boy, qui remporte le Grand Prix à Cannes en 2004 alors que Quentin Tarantino est président du jury. Particulièrement gore et adapté d’un manga (on note également une scène en plan 2.5 caractéristique des beat’em all), il va faire connaître le genre.

Le film d’aventure
Long-métrage : Jurassic Park, TF1, 1er novembre 2010, 2h04
Blockbuster réalisé par Steven Spielberg (1993) qui a marqué par ses effets spéciaux spectaculaires. Il suit un groupe de visiteurs qui vont devoir essayer de survivre face aux dinosaures échappés du parc crée par John Hammond.
Long-métrage : Retour vers le futur, France 2, 20 décembre 2010, 1h48
Le film de Robert Zemeckis, sorti en 1985, raconte comment Marty McFly essaye avec l’aide du Dr Emmett Brown (« Doc ») et de sa célèbre DeLorean de revenir dans le présent tout en organisant la rencontre de ses parents dans les années 50.
 Long-métrage : Les Aventuriers de l’arche perdue, Intégrale Indiana Jones, Canal +, 25 décembre 2009, 1h50
Scénarisé par George Lucas et réalisé par Steven Spielberg, le premier épisode des aventures d’Indiana Jones est sorti en 1981, suivi d’Indiana Jones et le temple maudit et d’Indiana Jones et la dernière croisade.

L’héroïc-fantasy

Du fantastique médiéval à la fantasy
Tranche horaire : Thema. Dragons et merveilles, ARTE, 4 avril 2010, 2h54
Cette soirée Théma consacrée aux dragons est composée de deux programmes : le film Willow de Ron Howard sur un scénario original de George Lucas et le documentaire Le Musée des dragons réalisé par Vincent Amouroux.
Long-métrage : Monty Python, sacré Graal, Spécial Monty Python, ARTE, 2 mai 2011
La comédie médiéval-fantastique des Monty Python réalisée par Terry Gilliam et sortie en 1975 est devenue au fil des années un film culte par son humour absurde et ses représentations fauchées d’un Moyen-Âge noir qui rappelle de nos jours la dark fantasy des années 80.
 Série de fiction : Kaamelott, M6, 2005 — 2010, 1140 diffusions ou rediffusions
Comédie de situation médiévale-fantastique d’Alexandre Astier et François Guérin parodiant la quête du Graal des Chevaliers de la Table Ronde. On y retrouve entre autres un roi Arthur désabusé, une Guenièvre sotte, un Lancelot cynique, un Merlin incompétent ou encore le duo surréaliste de Perceval et Karadoc.

Le seigneur des anneaux : du monde littéraire de Tolkien aux films de Peter Jackson

Entretien : Le Seigneur des Anneaux, Un livre des voix, France Culture, 3 – 4 avril 1973
Interview par Alain Barroux découpé en deux parties de Jean-René Major autour du livre Le Seigneur des anneaux, avec des passages lus.
Documentaire : Tolkien, Une vie une œuvre, France Culture, 1985/2014 (2 numéros)
Deux émissions consacrées à l’œuvre de Tolkien à près de 30 ans d’intervalle, l’une étant même réalisée avant la sortie du film, ce qui se ressent en partie sur le traitement sonore de l’émission (bande originale d’Edward Shore composée pour les films). La première émission est présentée par Michel Cazenave avec Jean-Pierre Le Dantec et Claude Mettra et traite de la genèse et des thèmes du Silmarillion et du Seigneur des Anneaux. La seconde est un documentaire présenté par Martin Quenehen sur l’univers de la Terre du Milieu (géographie, histoire et langues).
Long métrage : Le seigneur des anneaux, Lundi Box-Office, Canal +, 10 novembre 2003, 2h46
Réalisé en lien avec les fans, Le seigneur des anneaux, la communauté de l’anneau, est le premier volet de la trilogie de Peter Jackson, qui a participé à repopulariser la saga auprès du jeune public et des néophytes en le rendant plus accessible, tout en restant très fidèle à l’œuvre originale.
Collection : A la recherche du Hobbit, ARTE, 2014, 5 numéros, 26min.
Documentaire réalisé par Olivier Simonnet et consacré aux mythes qui ont inspiré les récits de Tolkien, en particulier les folklores celtiques, scandinaves et germaniques. Le documentaire suit John Howe, le célèbre illustrateur du Seigneur des Anneaux, sur ces lieux de légende.
Documentaire : J.R.R. Tolkien des mots des mondes, Le documentaire culturel, ARTE, 3 décembre 2014, 55min.
Enquête réalisée par Simon Backès sur l’importance de la place des langues dans l’univers fantastique de Tolkien, philologue et linguiste passionné par les mythes et les langues mortes comme nous l’explique Léo Carruthers, professeur de civilisation anglaise à la Sorbonne.
Magazine : Dossier : l’héroïc-fantasy, Temps X, TF1, 7 juin 1983, 55min.
Présentation du genre de l’héroïc-fantasy agrémenté d’extraits de films, comme Le Dragon du lac de feu ou encore le dessin animé Le Seigneur des Anneaux. On notera également la présence de Dark Crystal, film de fantasy en marionnettes de Jim Henson, créateur du Muppet Show, et Frank Oz (marionnettiste connu pour les Muppets, Sesame Street, ou encore Yoda dans Star Wars l’Empire Contre-Attaque).
 Magazine : Cinéma : L’Histoire sans fin, Temps X, TF1, 17 novembre 1984, 45min.
Film d’héroïc-fantasy de Wolfgang Petersen sorti le 21 novembre 1984 en France, qui raconte le périple d’Atreyu à travers Fantasia pour arrêter le Néant, devenu depuis une référence qui a traumatisé des générations d’enfants. Ici, le reportage s’intéresse aux lieux de tournage et aux maquettes du film. Pour l’anecdote, la chanson The NeverEnding Story chantée par Limahl est devenue un succès du hit-parade.

La dark fantasy
Reportage : Metal Fantasy, Tracks, ARTE, 13 mars 2009, 14min.
A la confluence de deux imageries de la culture geek, la musique metal et l’héroïc-fantasy, le metal fantasy mélange l’iconographie horrifique avec les peintures guerrières tribales, les traditions celtiques ou scandinaves et les univers de la fantasy, comme ce chanteur peint comme un uruk-haï ou un barbare.
Long métrage : Conan le Barbare, Soirée Conan, Direct 8, 23 avril 2009, 2h05
Adaptation pour le cinéma des nouvelles de Robert E. Howard réalisé par John Milius et sorti en 1982, avec Arnold Schwarzenegger dans le rôle titre. C’est avec la création de ce personnage qu’on estime que serait née la forme littéraire moderne de l’héroïc-fantasy.
 Long métrage : Highlander, Le grand film du mardi, France 2, 21 mars 1995, 1h48
Sorti le 26 mars 1986 en France, ce mélange de film fantastique réalisé par Russell Mulcahy, présente le combat à mort entre les Immortels, qui ne peuvent être tués que par décapitation. Avec ses décors écossais dans un passé historique du XVIe s, ses katanas et ses claymores, le film a inspiré toute une imagerie de l’arme blanche, à l’image de Blade, sorti 12 ans plus tard.

Game of Thrones

Collection : Le Trône de fer, Canal +, 2013, puis Game of Thrones, Canal + Séries ou Canal + Décalé, 2013 — aujourd’hui
La série aux sept saisons (six diffusées à la télévision pour l’instant) qui a popularisé en France le terme spoiler est l’adaptation de l’œuvre à succès de George R. R. Martin Le Trône de fer, mélange de conflits politiques et de mythes et légendes que l’auteur déclare lui-même être inspiré du Seigneur des Anneaux et des Rois Maudits.
Débat : Game of Thrones, Le débat de Game One, Game One, 10 avril 2014, 30min.
Après une émission consacrée à l’héroïc-fantasy l’année passée, Marcus revient en compagnie de ses chroniqueurs sur le phénomène de la série et de la redécouverte des livres.
Interview entretien : Game of Thrones : un nouveau médiévalisme, La Marche de l’histoire, France Inter, 14 avril 2015, 30min.
Jean Lebrun s’entretient avec Stéphane Rolet, professeur de langues anciennes, autour des inspirations des livres (Moyen-Âge, Renaissance et Antiquité) et des enjeux soulevés par la série (sur le pouvoir, la place des femmes et les incertitudes de l’avenir).
 Documentaire : David Benioff et DB Weiss : Game of Thrones, Showrunners, Série Club, 30 mars 2017, 30min.
Documentaire consacré aux deux créateurs de la série. La collection aborde aussi les séries Lost et Battlestar Galactica.

Retour au sommaire

 

2 – BD ET DESSINS ANIMÉS

BD, Comics, Manga : de l’écrit à l’écran

Collection de documentaires : Histoire de la Bande Dessinée, La Cinquième, 26 janvier 1995 – 20 avril 1995, 6 épisodes
Documentaire traitant tour à tour des origines de la bande-dessinée, des comics, du manga et de l’avenir du support.
Similaire à : Histoire du cinéma d’animation, Histoire de, France Culture, 4 — 18 décembre 2006, 4 épisodes, 20min.
 Collection de magazines : Un Monde de bulles, Public Sénat, 11 avril 2005 — 11 janvier 2015, 20 numéros sur 390
Emission présentée par Jean-Philippe Lefèvre, qui a traité le monde des comics, du manga, de la BD (Kid Paddle) ou encore du fantastique avec Tim Burton, John Howe, Thorgal ou encore la série Warhammer (Spéciale Ténèbres ! 12/02/2010).

La scène occidentale
Collection : L’impeccable, Les enfants du rock, Antenne 2, 28 février 1982 — 12 mai 1984, 7 numéros sur 22
Magazine présenté par Philippe Manœuvre et Jean-Pierre Dionnet consacré à la bande-dessinée. On notera un épisode dédié à l’héroïc-fantasy avec la présence d’Arnold Scharwezenegger pour la promotion de Conan le Barbare, ou encore une interview de Paul Gillon, BDaste de science-fiction.
Tranche horaire : Thema. La BD américaine et ses héros, ARTE, 23 décembre 2001, 3h55
Soirée thématique composée d’un film (Prince Vailant réalisé par Henry Hathaway et sorti en 1954), d’un documentaire (De Superman à Spiderman : l’aventure des super-héros réalisé par Michel Viotte), pour s’achever par deux épisodes du dessin animé Superman et d’un épisode de Popeye.
Magazine : Spécial Batman, Drevet vend la mèche, FR3, 9 septembre 1989, 56min.
Présentée par Patrice Drevet et Bernard Lehoux, cette émission est consacrée à Batman, dont le film de Tim Burton sort alors en salles. On notera les interviews du réalisateur, mais également de Bob Kane, le créateur du personnage, ainsi que d’Alan Moore et Frank Miller qui l’ont réinventé.
Collection de fictions : Smallville, M6, 4 janvier 2003, 18 octobre 2008
La série Smallville retrace la genèse de Superman en s’intéressant à la jeunesse de Clark Kent, mais aussi à la vie d’autres personnages de l’univers DC Comics comme Lex Luthor, Aquaman, Cyborg ou encore Green Arrow.
Tranche horaire : Soirée super-héros, Canal +, 27 décembre 2004, 5h13
Soirée consacrée aux super-héros de l’écurie Marvel, avec la diffusion des films Hulk et X-Men 2, ainsi que des « films faits à la maison », plusieurs courts-métrages fanmade sur l’univers des super-héros.
Long métrage : Sin City, Canal +, 8 septembre 2006, 2h01
Adaptation par Robert Rodriguez de la série de comics de Frank Miller. Le film, tout comme le comics, est en noir et blanc, et respecte scrupuleusement la mise en scène visuelle originale puisqu’il a totalement été tourné sur écran vert et coréalisé par l’auteur lui-même qui a veillé à la reproduction fidèle de ses décors. Une des séquences du film a par ailleurs été réalisée par Quentin Tarantino, ami du réalisateur.
Série de fiction : Heroes, TF1, 30 juin 2007 — 5 août 2008, 34 épisodes
Série créée par Tim Kring qui raconte comment plusieurs individus à travers le monde se découvrent des pouvoirs surnaturels qu’ils vont devoir mettre à profit pour défaire Sylar, super-vilain qui absorbe les pouvoirs des supers-héros. A noter que Sylar est interprété par Zachary Quinto, rendu célèbre ensuite pour son rôle de Spock dans les Star Trek de J.J. Abrams.
Long métrage : Batman Begins, France 2, 29 juillet 2008, 2h09
Sorti en 2005, ce reboot (qu’on pourrait traduire par reprise à zéro, sous-entendu de la trame des anciens films) de Batman par Christopher Nolan est également un prequel, puisqu’il s’intéresse à la genèse du super-héros. On y trouve, comme dans le reste de la trilogie, Christian Bale en Batman.
Long métrage : Watchmen les gardiens, Séance cinéma, Canal +, 17 juillet 2010, 2h35
Adaptation magistrale du comics d’Alan Moore par Zack Snyder. On y retrouve le même univers très sombre qui a fortement marqué la scène américaine en 1986, amorçant l’âge moderne des comics.
 Long métrage : Kick-Ass, Les séances du vendredi, Canal +, 10 février 2012, 1h52
Comics écrit par Mark Millar et adapté par Matthew Vaughn au cinéma (qui reprendront ensemble du service pour Kingsman) qui raconte de manière drôle et loufoque, mais en même temps cru et réaliste pour les scènes d’action, l’histoire d’un geek qui devient le super-héros de ses rêves.
Documentaire : Roy Lichtenstein, La grande expo, Paris Première, 19 octobre 2013, 58min.
A l’occasion de l’exposition sur Roy Lichtenstein au Centre Georges Pompidou, documentaire d’Eventhia Lachaud sur le pape geek du Pop Art, qui a porté le dessin de comics au rang d’art et a également innové par son traitement créatif du travail d’Hokusai.
Documentaire : Super-héros : l’éternel combat, ARTE, 1 — 15 février 2014, 3 numéros, 53min.
Série documentaire réalisée par Michael Kantor sur la façon dont les super-héros des comics américains ont accompagné l’histoire des Etats-Unis, de la propagande de guerre à l’évolution des mœurs en passant par l’essor de Marvel contre DC Comics.
Tranche horaire : Soirée Superman, ARTE, 8 novembre 2015, 4h
Soirée consacrée à la figure de Superman, avec la diffusion du film éponyme de 1978 réalisé par Richard Donner et un documentaire, L’incroyable histoire de Superman réalisé par Kevin Burns, avec la voix de Kevin Spacey et les interventions de Stan Lee, le génial créateur d’Hulk, Spiderman, les X-Men et Iron Man chez Marvel.

La scène asiatique
Tranche horaire : Thema. Manga. Mangaka : du dessin à l’animation au Japon, 3 mars 1998, 3h07
Cette soirée thématique est consacrée au manga japonais sous sa forme littéraire et animée. Elle se compose de six documentaires (Anima nippon par Jean Quaratino, Manga au Japon, Mangaka au Japon, Samouraï ou dessinateur, Cauchemar ou fun, Mode in Europe : Soleil couchant par Myriam Tonelotto) et d’un anime, Robot carnaval.
Tranche horaire : Nuit manga, Canal +, 7 juin 2001, 4h
Soirée thématique présentée par Jean-Pierre Dionnet et dédiée au cinéma d’animation japonais. Au programme : deux épisodes de la série Lain diffusée sur Manga Manga et deux films d’animation, Perfect Blue de Satoshi Kon et Jin Roh La Brigade Des Loups de Hiroyuki Okiura et scénarisé par Mamoru Oshii, par ailleurs réalisateur et scénariste de Ghost in the Shell.
Tranche horaire : Thema. Japanimation : le cinéma d’animation asiatique, ARTE, 7 janvier 2005, 4h34
Soirée thématique dédiée à la japanimation au cinéma, avec deux documentaires (Ghibli et le mystère Miyazaki (réa Yves Montmayeur), L’art des studios de Shanghaï (réa Marie-Claire Quiquemelle et Julien Gaurichon) et deux films d’animation (Ghost in the Shell, dont on voit ici une photo, et Jin Roh la brigade des loups). Miyazaki, influencé par Paul Grimault, mais aussi Takahata et Oshii ont porté le genre à l’âge adulte.
Collection d’émissions : menu w9, 15 octobre 2006 — 17 novembre 2012, 530 numéros
Emission présentée par Benjamin Morgaine et Vincent Desagnat qui consiste en un commentaire audio du jeu télévisé japonais de Takeshi Kitano « Takeshi’s Castle » qui rivalise de situation loufoque et ridicules. Il s’accompagne également d’un zapping des vidéos les plus folles de la télé japonaise avec le programme Sushi TV.
Tranche horaire : Rétrospective Hayao Miyazaki, ARTE, avril 2010, 10 numéros
Rétrospective consacrée au célèbre réalisateur des studios Ghibli, avec la diffusion de plusieurs de ses films sur un mois (Le voyage de Chihiro, Mon voisin Totoro, Le château ambulant, Nausicaä de la vallée du vent, Princesse Mononoké, Le château dans le ciel).
Documentaire : Cosplay une peau de celluloïd, Mangas, 13 juin 2012, 1h
Documentaire réalisé par Noémie Alazard et Fabien Deljehier. Contraction du terme costume et playing, soit jouer et se costumer, le cosplay est un véritable phénomène de société, apparu aux Etats-Unis dans les conventions et popularisé au Japon d’où il a déferlé sur l’Europe. Le terme celluloïd renvoie ici à une technique d’animation très prisée par les japonais.
 Long métrage : Akira, Arte cinéma, ARTE, 12 juin 2016, 1h58
Sorti en 1988 au Japon, en 1991 en France, et seulement 25 ans plus tard sur la télévision nationale, le film de Katsuhiro Otomo a fortement marqué la scène occidentale, participant par ses thèmes matures (notamment le traumatisme atomique) à la légitimation de l’anime japonais.

Dessins animés à la télévision

Emission : Rue des Alouettes, 1ère chaîne, 20 décembre 1972, 3h03
Première diffusion du premier dessin animé japonais en France, avec Le roi Léo d’Osamu Tezuka, le père du manga moderne. Disney a avoué avoir plagié l’œuvre pour le scénario de son dessin animé Le Roi Lion. Il sera rediffusé sur Les visiteurs du mercredi (TF1) avec La Bataille des Planètes, diffusé à partir du 5 septembre 1979 en réaction à l’engouement suscité par Star Wars.
 DL web : Joueur du Grenier, Spécial/Hors-Série, 2010 — aujourd’hui
Chaîne plutôt dédiée d’habitude aux jeux vidéos rétros de très mauvaise qualité, le Joueur du Grenier consacre ici une série sur les dessins animés des années 80 et 90, et traite par là même les émissions dans lesquels ceux-ci étaient diffusés.
Exemples d’émission :
Dessins Animés : https://www.youtube.com/watch?v=i78NzJ8VBr4
Emissions et dessins animés : https://www.youtube.com/watch?v=FaLqPVB6fHA
Les super-héros : https://www.youtube.com/watch?v=ZXYo5ojdt_k

Par émission de jeunesse
Tranche horaire : Récré A2, Antenne 2, 1978 – 1988
Emission de jeunesse présentée par Dorothée, auparavant dans Les visiteurs du mercredi, et qui l’a fait connaître avec ses acolytes Jacky et François Corbier.
Elle a vu naître en France également :
Goldorak (3 juillet 1978),
Candy (18 septembre 1978),
Albator (7 janvier 1980),
Les Maîtres de l’Univers (6 janvier 1984) et son spin-off She-Ra (24 janvier 1986),
Albator 1984 (12 janvier 1984),
Le Tour du Monde en 80 Jours (12 septembre 1984),
Les Mondes Engloutis (17 septembre 1985),
Lady Oscar (8 septembre 1986),
Et aussi Sherlock Holmes de Miyazaki et Cobra auparavant diffusés sur Cabou Cadin (Canal +).
C’est le départ de Jacky pour TF1 en 1986, puis de Dorothée l’année suivante, qui sonne le glas de l’émission, et en annonce une nouvelle : ce sera le Club Dorothée.
Tranche horaire : Club Dorothée, TF1, 1987 – 1997
Avec
Ariane Carletti, Jacky et François Corbier, tous trois révélés par Récré A2, Dorothée anime une émission de jeunesse à son nom, qui révèle de nouvelles productions japonaises, parmi lesquels :
Bioman (2 septembre 1987, de pair avec Capitaine Flam), puis Power Rangers (13 avril 1994),

Dragon Ball (2 mars 1988) et Dragon Ball Z (24 décembre 1990),
Les Chevaliers du Zodiaque (Saints Seiya en VO) (6 avril 1988),
Ken le Survivant (Ashito No Ken) (31 août 1988),
Nicky Larson (City Hunter) (29 novembre 1990),
Olive et Tom (Captain Tsubasa) (20 avril 1991),
Ranma ½ (9 septembre 1992),
Sailor Moon (23 décembre 1993)
A noter que la francisation des titres correspond également à un phénomène de censure des dessins animés (scènes violentes, références allusives au sexe) et de doublage souvent médiocre, qui a sans doute accentué le phénomène japonophobe exacerbé par Canal + (L’Asie, Rapido, Canal +, 3 mars 1998, 30min.). L’influence à Canal d’Antoine de Caunes n’y est sans doute pas étrangère, sa mère, Jacqueline Joubert, ayant été la productrice de Dorothée sur Antenne 2. Il a d’ailleurs écrit les paroles des génériques de Candy, Cobra et Lady Oscar.
Enfin, il faut signaler que malheureusement les programmes sont indisponibles de 1992 à 1994.
Tranche horaire : Sam’di mat’, France 2, 1994 – 1996
Emission de jeunesse présentée par
Maureen Dor et Alexandre Delpérier avec les premières diffusion des Tortues Ninja (10 juin 1995, mais disponible qu’à partir du 17), du Tourbillon noir, dessin animé de piraterie dans un univers fantastique, les X-Men, et Double dragon, l’adaptation en dessin animé du jeu vidéo.
Tranche horaire : Les Minikeums, France 3, 1993 – 2000
Emission de jeunesse animée par des marionnettes caricaturales, sur un modèle proche des Guignols de l’Info. On y trouve les premières diffusions de dessins animés japonais, comme Signé Cat’s Eyes, mais aussi des dessins animés américains comme Extrêmes Ghostbusters (d’après l’univers du film), Kim Possible, Le laboratoire de Dexter, Les supers nanas, Les Simpson, Batman (diffusé auparavant sur Télétaz), Jumanji (auparavant sur La Planète de Donkey Kong) et des séries, comme L’Odyssée fantastique ou encore les dessins animés français Totally Spies et franco-canadien Rougemuraille, adapté de la saga Redwall de Brian Jacques.

Ces dessins animés américains marquent l’arrivée d’une nouvelle scène américaine underground et subversive dans la lignée des Tortues Ninja, avec des visuels plus matures et dans le cas des Simpson un véritable symbole de la contre-culture, avec de nombreuses références pop.
Tranche horaire : Manga Manga, Canal +, 1997 – 2001
Programme nocturne consacré à une scène manga plus mature, au dessin plus sombre et marqué par le cinéma noir et cyberpunk. On y trouve à la fois des séries comme Armitage III, Iria et Lain, mais aussi des films d’animation japonais (Les ailes d’Honneamise, Kenshin le vagabond, Tokyo Babylone).
Tranche horaire : TF! Jeunesse, TF1, 1997 — 2006
Emission pour la jeunesse ayant diffusé pour la première fois les animes Digimon et surtout
Pokémon, faisant suite au jeu vidéo sur Gameboy Advance de Nintendo et au jeu de cartes. On note également la diffusion inédite de deux dessins animés américains, La cour de récré (dont l’épisode « Le seigneur des idiots » est consacré au jeu de rôle) et Bob l’Eponge, ou encore de la production française Argaï la Prophétie.
Tranche horaire : France Truc, France 3, 2004 — 2006
Emission pour la jeunesse ayant diffusé pour la première fois Astro Boy (1er septembre 2004), le célèbre personnage crée par Osamu Tezuka sur le modèle d’un Pinocchio robotique, et Détective Conan (3 janvier 2005), détective privé du nom de Shinichi Kudo qui par l’effet d’un poison censé le tuer est bloqué dans le corps d’un enfant de 8 ans sous l’apparence duquel il résout des enquêtes, le plus souvent des meurtres sordides à la Agatha Christie.

 

Par chaîne
Chaîne de diffusion : Mangas, 1996 – aujourd’hui
Chaîne de télévision thématique , archivée à partir de 2003, entièrement consacrée aux animes, parmi lesquels tous ceux déjà cités ainsi que One Piece, Inuyasha et L’Attaque des Titans en première diffusion.
Chaîne de diffusion : Game One, 1998 – aujourd’hui
Chaîne archivée à partir de 2007, détenant désormais l’exclusivité de la diffusion de Naruto, qu’elle a partagé avec Canal J et NT1 (LGK) jusqu’en 2011.
Chaîne de diffusion : M6, 1987 – aujourd’hui
Célèbre manga puis jeu de cartes à collectionner sur le modèle de Magic : The Gathering, Yu-Gi-Oh est également un dessin animé diffusé pour la première fois le 4 septembre 2002 sur Kid et compagnie.
Le programme M6 Kid qui lui a succédé diffusait également les dessins animés français Kid Paddle et Martin Mystère.
La chaine M6 a été archivée partir de 1995.
Chaîne de diffusion : France 3, 1992 – aujourd’hui
Succédant à FR3 qui avait diffusé de nombreux animes de science fiction, France 3 a diffusé pour la première fois les deux dessins animés français Code Lyoko et Wakfu (TO3, Toowam, Ludo).
 Chaîne de diffusion : France 4, 2005 – aujourd’hui
Chaîne publique spécialisée dans la diffusion de dessins animés avec Ludo (Batman, Iron Man, Spiderman, Star Wars) et Réanimation (Archer, et surtout Rick & Morty, série de science-fiction politiquement incorrecte et truffée de références).

Par dessin animé
Série d’animation : South Park, Samedi comédie sur Canal+, SANS LE GENERIQUE mythique, puis Game One, 1998 — aujourd’hui
Série créée par Matt Stone et Trey Parker, également pères de Team America, qui imaginent l’existence burlesque d’enfants vulgaires dans la ville américaine politiquement incorrecte de South Park. Liant le goût de la dérision à l’absurde, les épisodes mêlent des références à la culture américaine avec l’actualité brûlante pour un résultat souvent polémique et drôle.
Série d’animation : Full metal Alchemist, La KAZ, Canal+, 2005
Adaptation du manga publié de 2001 à 2010, la première série animée dévie de la trame du manga, celui-ci n’étant alors pas encore achevé.
A noter que la série a fait l’objet d’une deuxième version plus fidèle, intitulée Full metal Alchemist : Brotherhood (Virgin 17, 2010).
 Série d’animation : Les Simpson, W9, 2 janvier 2006 — aujourd’hui
Diffusée chaque samedi soir en soirée spéciale, la série était suivie le plus souvent (ou était précédée à ses débuts) par Menu W9 jusqu’à l’arrêt de l’émission. A noter que les épisodes Simpson Horror Show spécial Halloween sont l’occasion de rendre hommage et de tourner en dérision le cinéma d’horreur.

Retour au sommaire

3 – DE L’ESPACE AU CYBERESPACE : VERS L’INFINI ET AU-DELA ! 

La science et la fiction

La science
Collection de magazines : Temps X, TF1, 1979 – 1987, 226 numéros
Magazine hétéroclite présenté dans un décor de vaisseau spatial par Igor et Grichka Bogdanoff. Il a eu un rôle très important dans la diffusion de la culture geek en France, puisqu’on y trouvait des programmes traitant à la fois de science (principalement de l’astrophysique), de littérature SF ou fantasy, de cinéma, de BD et de musique expérimentale. Il diffusait également des séries de fiction comme Le prisonnier ou La Quatrième Dimension.
Magazine : Trois deux un contact, FR3, 27 février 1987 – 20 mars 1987, 4 numéros (Mission Espace)
Etrangement présenté comme faisant partie de la collection Récré A2, cette série de quatre émissions du programme Trois deux un contact est consacrée à l’espace dans sa dimension scientifique. L’émission mobilise une équipe internationale constituée de jeunes reporters français et américains venus interroger la NASA.
 Documentaire : Génération Spoutnik : l’âge d’or de la science-fiction, Pop culture, ARTE, 16 décembre 2016, 51min.
Documentaire réalisé par André Schafer et traitant de l’influence en France et en Allemagne de la science-fiction dans les années 60, à travers la science, la littérature anglo-saxonne, la BD avec Jean-Claude Mézières, la série allemande Commando Spatial (diffusée également en France) et le film Barbarella.


La fiction

La littérature (roman et BD)

Causerie : La science fiction aux USA, Des idées et des hommes, Programme National, 1954, 25min
Dialogue entre le présentateur Jean Amrouche, le révérend-père Dubarle, philosophe des sciences, Georges Poulet, philosophe, Jean Starobinski, philosophe, sur les origines et la définition de la science-fiction américaine. Selon le père Dubarle, celle-ci serait un développement littéraire, plus ou moins fantastique, de l’éclatement des sciences.
Reportage : Science fiction, Un sur cinq, Antenne 2,22 juin 1977, 22min.
Un des premiers reportages des frères Bogdanoff présenté par Laurent Broomhead, abordant leur thème fétiche : la science-fiction. Ils couvrent le Congrès de science-fiction de Limoges qui accueille des colloques, des collections d’artistes-peintres et des présentations d’ouvrages, que ce soit ceux de John Brunner qui intervient à l’écran ou encore des revues spécialisées créées par les fans (les fanzines).
Magazine : Art science-fiction Philippe Druillet, Temps X, TF1, 16 février 1980, 30min.
Figure incontournable de la science-fiction des années 80, fondateur de Métal Hurlant (Heavy Metal aux Etats-Unis où on comptait alors 300 000 lecteurs) et des éditions Les Humanoïdes Associés avec Jean-Pierre Dionnet, Moebius et Bernard Farkas, il est le créateur de Lone Sloane, mercenaire de l’espace, évoluant entre autres dans les univers psyché de Delirius ou Salammbô.
Interview-entretien : Enki Bilal : New SF, ARTE, 16 juillet 2009, 10min.
Cette collection, consacrée aux grandes figures des années 80, s’intéresse ici à la personnalité d’Enki Bilal, BDaste d’origine yougoslave ayant fortement influencé Ridley Scott par son traitement cyberpunk du futur, et ses histoires de style néonoir comme La Trilogie Nikopol.
Magazine : Au pays de Valérian, Un monde de bulles, Public Sénat, 19 février 2010, 30min.
Interviews conduites par Jean-Philippe Lefèvre de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières, respectivement scénariste et dessinateur de Valérian, sur l’histoire de la série et notamment sur le tome 21 « L’Ouvre Temps » qui sort alors.
Documentaire : Moebius redux une vie en images, Hommage à Moebius, ARTE, 14 mars 2012, 1h08
Documentaire réalisé par Hasko Baumann et consacré à l’homme aux trois noms (Jean Giraud, Gir, Moebius), véritable touche-à-tout ayant storyboardé Dune, travaillé sur les décors d’Alien et du Cinquième Elément, écrit L’Incal et créé le personnage du Surfer d’Argent pour Marvel.
 Documentaire : Les mondes de Philip K. Dick, Le documentaire culturel, ARTE, 2 mars 2016, 56min
Documentaire réalisé par Yann Coquart qui s’intéresse à la vie de l’auteur de science-fiction californien, dont plusieurs œuvres ont été adaptées au cinéma (Blade Runner, Minority Report, Total Recall, A Scanner Darkly).

Le cinéma et les séries

Film d’animation : La Planète Sauvage, 1ère chaine, 1972, 1h07
Dessin animé de science-fiction réalisé par René Laloux et dessiné par Roland Topor, coproduit par le service de la recherche de l’ORTF. Diffusé pour la première fois à la télévision avant de remporter le Prix spécial du Festival de Cannes en 1973, il raconte l’existence des draags et de leurs esclaves humains. René Laloux réalisera par la suite Les Maîtres du Temps en 1981 avec Moebius, puis Gandahar en 1988, aussi dessins animés de SF.

Star Trek

Magazine : Spécial Star Trek, Babylone, La 5, 24 avril 1991, 35min.
Emission présentée par Numa Gil Roda abordant le phénomène de société autour de Star Trek et de ses fans, les trekkies.
Programme : Spécial Star Trek, Canal Jimmy, 5 mars 2003, 2h55
Soirée thématique dédiée à Star Trek, avec un documentaire (Patrick Stewart, une mission de 16 ans), deux épisodes de Star Trek Deep Space Nine et un de Star Trek : La nouvelle génération.
A noter que la chaîne diffuse de 2002 à 2008 les séries Star Trek, Star Trek Deep Space Nine et Star Trek : La nouvelle génération.
Programme : Cycle Star Trek, ARTE, 26 mai — 3 juin 2013
Diffusion des sept films Star Trek avant ceux de J.J. Abrams, ainsi que de deux documentaires : Star Trek (réa Phil Stebbing) et Aux frontières de l’infini (réa Julian Jones). Aux frontières de l’infini est un documentaire en deux parties (Les Années lumières et Les Années sombres), montrant comment Star Trek a inspiré deux générations d’inventeurs.
 Documentaire : Building Star Trek, l’histoire secrète d’une série à succès, Pop culture, ARTE, 9 septembre 2016, 1h27
Réalisé par Mick Grogan. Analyse de la modernité de la série Star Trek, qui en pleine guerre froide faisait coexister pacifiquement le Russe Chekov, l’Américain Kirk et le Japonais Sulu, et dans lequel a eu lieu en 1968 le premier baiser interracial de la télévision.

Star Wars

Animation : Star Wars, Muppets Show, FR3, 24 septembre 1986, 23min.
Episode spécial Star Wars avec l’équipe des Muppets ainsi que plusieurs invités, notamment Mark Hamill dans son rôle de Luke Skywalker, Anthony Daniels en C3PO et Kenny Baker en R2D2. Ils affrontent Gonzo, devenu Dark Vador pour l’occasion, aux côtés de Princesse Piggy. Finalement, Chewbacca arrive à la rescousse pour neutraliser Gonzo. Roger Carel, l’homme aux mille doublages, double à la fois C3PO et Kermit.
Documentaire : Star Wars : l’empire des rêves, M6, 16 mai 2005, 1h34
Véritable mythe moderne, Star Wars est le résultat de l’imagination de George Lucas, réalisateur et scénariste fortement marqué par le monomythe de Joseph Campbell et subissant l’influence de ses amis du Nouvel Hollywood comme Francis Ford Coppola. Son space opera, sorti en 1977, devient très vite un véritable phénomène de société, ayant influencé moults réalisateurs par ses techniques et ses thèmes. Réalisé par Edith Becker et Kevin Burns.
Tranche horaire : Star Wars l’intégrale, Canal +, 1er janvier 2007, 9h01
Soirée thématique dédiée à la rediffusion des six films Star Wars (ce qu’on appelle un marathon dans le jargon geek) et entrecoupé de la minisérie documentaire en cinq épisodes Je rêvais d’être un jedi. Après un épisode introductif sur la saga, celle-ci est consacrée au phénomène des fanfilms, chaque épisode se concentrant sur une équipe de tournage traitant de l’Univers Etendu.
Documentaire : Star Wars : les origines d’une saga, ARTE, 25 janvier 2014, 1h30
Réalisé par Kevin Burns. En présence de Kevin Smith, J.J. Abrams, Peter Jackson, et de nombreux historiens, il est question de la place des influences mythologiques dans l’œuvre, et de sa dimension universelle réactualisée intentionnellement par le réalisateur à travers les thématiques des années 60 contestataires.
Série documentaire : Cyberpunks, France Culture, 27 — 31 mai 1991, 5 numéros, 20min
Magazine consacré au monde de l’informatique et partant des interrogations de la littérature cyberpunk. Sylvain Gire interroge différents acteurs du milieu (Thierry Gaudin, Blaise Galland, Christine Treguier, Robert Fischer, Derrick De Kerckhove) sur les conséquences de l’accessibilité de la technologie numérique.
Long-métrage : Alien, le huitième passager, Canal +, 15 juin 1996, 1h51
Rediffusion après la nuit Alien du 13 juin 1996 (NON CONSULTABLE) du film de Ridley Scott où le Lieutenant Ripley (Sigourney Weaver) tente de s’extraire des griffes du xénomorphe qui se trouve à bord du vaisseau. Le film profite du travail d’Hans Rudi Giger pour son esthétique, ainsi que des travaux préliminaires de Moebius pour le projet avorté du Dune de Jodorowsky. L’univers de Metroid est directement inspiré du film.
Collection de fictions : Stargate SG-1, M6, 1998 — 2007, 740 diffusions ou rediffusions
Série américano-canadienne de science-fiction créée par Jonathan Glassner et Brad Wright, dans laquelle le colonel à la retraite Jack O’Neill, interprété par Richard Dean Anderson (MacGyver) est rappelé afin d’explorer les Portes des Etoiles à la recherche d’extraterrestres parasites, les Goa’uld. La série est une reprise du film Stargate, la porte des étoiles de Roland Emmerich, sorti en 1994.
Long-métrage : Starship Troopers, Canal + 2 septembre 1999, 2h04
Dans son adaptation filmique au second degré du livre de science-fiction Etoiles, garde-à-vous ! de Robert Heinlein, Paul Verhoeven raconte avec une ironie mordante la guerre spatiale entre une Terre américanisée et une armée d’insectes.
Série de documentaires : 2001 L’odyssée des musiques dans le cinéma de science fiction, Les chemins de la musique, France Culture, 14 — 18 mai 2001, 5 numéros, 28min.
Documentaire présenté par Philippe Langlois en présence de François Angelier , journaliste et producteur radio, et s’intéressant à l’histoire de la musique des films de science-fiction, de Metropolis de Fritz Lang (1926) au néo-romantisme de la Guerre des Etoiles, en passant par le cinéma des années 50, le sound design et l’inspiration symphonique.
 Documentaire : Hans Rudi Giger peintre, L’art et la manière, ARTE, 29 janvier 2005, 30min.
Documentaire réalisé par Madeleine Sultan qui s’intéresse à l’œuvre torturée du suisse H.R. Giger, le créateur du monstre Alien qui lui a valu un Oscar en 1980. Il a également travaillé sur le Dune de Jodorowsky, Poltergeist 2 et les jeux vidéos Dark Seed. Son musée à Gruyères, consacré à son univers étrange, est lui-même une œuvre d’art.
Long-métrage : Terminator, Canal +, 30 décembre 2012, 1h42
Film de science-fiction de James Cameron sorti en 1985 dans lequel le T-800, interprété par Arnold Schwarzenegger, doit retrouver dans le passé Sarah Connor, la mère de John Connor, afin de l’empêcher de mettre au monde celui qui deviendra le leader de la résistance anti-robotique. Venu aussi du futur, Kyle Reese essayera de l’en empêcher.
Long-métrage : Blade Runner, France 3, 23 janvier 2010, 1h48
Véritable monument du cyberpunk, le film de Ridley Scott (ici en version director’s cut, et non final cut sortie pourtant en 2007) met en scène Harrison Ford dans le rôle de Rick Deckard, ancien Blade Runner, c’est-à-dire traqueur de réplicants, mi robots mi clones fabriqués par la Tyrell Corporation à partir d’ADN humain. L’ambiance oppressante et le thème central de l’humanité y sont omniprésents.
Long-métrage : H2G2 : le guide du voyageur galactique, TF1, 24 novembre 2011, 1h44
Adaptation filmique par Hammer & Tongs du livre de Douglas Adams, mélange absurde de science-fiction et d’humour anglais, à l’origine du Towel Day et de l’engouement autour du nombre 42.
Long-métrage : Mad Max : Fury Road, Box office. Cannes 2016, Canal +, 13 mai 2016, 1h55
George Miller revient à l’univers de la trilogie qui a révolutionné le genre du post-apo. Réalisé intégralement en prises de vue réelles, le film se nourrit visuellement des jeux vidéos Fallout ou Borderlands, eux-mêmes inspirés de Mad Max.

Les dessins animés
Collection : Ulysse 31, FR3 puis France 3, 1981 — 1999, 780 épisodes diffusés
Adaptation audacieuse de l’Odyssée d’Homère en dessin animé de science fiction, cette coproduction franco-japonaise est le résultat du travail de trois français : Jean Chalopin, Bernard Deyriès et Nina Wolmark, dont la patte progressiste et socialiste se fera sentir à nouveau sur Les Mondes engloutis. Avec 26 épisodes de 26 minutes chacun (dernier épisode diffusé seulement à partir du 27 mars 1982), la série marque la fascination pour l’espace des séries animées post-Star Wars.
Collection : Il était une fois l’espace, FR3, 1982 – 1983, 53 diffusions
Ce dessin animé de 26 épisodes est une coproduction franco-japonaise, créée par Albert Barillé, le père d’Il était une fois l’Homme dont on retrouve ici la patte graphique. Se démarquant ici nettement du principe ludo-éducatif ayant fait la marque de fabrique de cette série, on retrouve ici un univers de space opera proche de Star Trek, et abordant les mêmes enjeux progressistes.
Collection : Capitaine Flam, France 3, 1998 – 2007, 58 diffusions
Diffusé pour la première fois en 1982 sur Mer cre dis moi tout, puis rediffusé en même temps que Goldorak le 18 novembre 1987 sur Club Dorothée, il devient ensuite un monopole de France 3 à partir de 1998, où il est programmé dans Génération Albator. Comme La Bataille des Planètes, Goldorak ou Albator, il fait partie des dessins animés de science-fiction qui ont fait découvrir en France l’animation japonaise.
Série d’animation : Cowboy Bebop, Animasia, Canal +, 2000 – 2001, 57 diffusions
Dessin animé de 26 épisodes créé par Shin’ichiro Watanabe, le futur papa de Space Dandy et Samurai Champloo. La série est influencée par la culture chinoise, japonaise et américaine, par le cinéma et la musique, en particulier le bebop. A cet égard, la musique jazzy composée par Yoko Kanno et interprétée par son groupe de blues/jazz japonais The Seatbelts a été un véritable succès dans la catégorie musique instrumentale.
Collection : Futurama, NRJ 12, 2007 – 2017, 3756 diffusions
Ce dessin animé de Matt Groening, le père des Simpson, suit l’histoire de Fry, un livreur de pizzas cryogénisé la veille de l’an 2000 pour une durée de 1000 ans, et se retrouve livreur inter-galactique pour le compte de son arrière petit-neveu, le professeur Farnsworth, propriétaire de la société Planet Express. Bender, le robot alcoolique et cynique, est devenu une icône de la pop culture.
 Collection : Valérian & Laureline, Game One puis Mangas à partir de 2017, 2009 – aujourd’hui, 25min.
Dessin animé au style manga réalisé par Philippe Vidal qui suit assez fidèlement l’intrigue des BD. Le changement de style graphique ne nuit d’ailleurs pas à l’univers, tant on ressent la filiation évidente entre le dessin dans la science-fiction française et japonaise, encouragé par les nombreuses coproductions des années 80.

Le monde du numérique

Collection de magazines : TELEVISATOR DEUX, France 2, 1993 — 1994, 75 numéros
Emission présentée par Cyril Drevet et Céline Dubois, avec comme rubriques : les TRUCS ET ASTUCES (Starwing, Street Fighter II, Super Mario Bros., The Legend of Zelda…), l’Information PIRATE, le TEST, TELEVISATOR LE JEU, le DESSIN ANIME (Princesse Zelda, Beetlejuice, Albator…), l’ARCADE, le CINE, les BD, et des reportages (au salon CES de Las Vegas par exemple) et interviews (comme celle de Gary Gygax, le créateur de Donjons & Dragons).
Tranche horaire : La première nuit des jeux vidéo, France 3, 26 novembre 1993, 2h21
Réalisée par Alfred Elter et présentée par Jean-Michel Blottière, cette soirée a été enregistrée à la Sorbonne et est consacrée aux récompenses pour les meilleurs jeux de l’année, notamment Alone in the Dark II. C’est un véritable colloque qui rassemble notamment Jean Claude Larue, PDG de Philips Interactif Media, et Philippe Ulrich de la société Cryo. On retrouve également l’équipe de Microkid’s Multimedia.
Magazine : Microkid’s Multimedia, Minikeums, France 3, 1994 — 1997, 121 numéros
Magazine présenté par Jean-Michel Blottière et Delphine et consacré au jeu vidéo, comme Wing Commander, les jeux de combat ou en réseau, ainsi que les consoles et ordinateurs comme l’Amiga. On notera également la présence de deux émissions dédiées aux deux phénomènes de la pop culture que sont Star Wars et Star Trek.
Magazine : Cyber flash, Canal +, 1995 — 1998, 1017 numéros
Emission présentée par Cléo, l’animatrice en 3D qu’on retrouvera en direct du Forum Imagina sur Nulle Part Ailleurs en 1995 ou encore sur son émission C+ Cléo diffusant entre autres Les Simpson. Ce magazine est composé de quatre rubriques (JEUX, TRUCS ET ASTUCES, INTERNET, CD ROM), et a présenté notamment Myst, Resident Evil, Final Fantasy VII, et des émissions spéciales (BD, 25 ans de jeux vidéo, Blade Runner).
Magazine : Cyberculture, Canal+, 1995 — 1999, 261 numéros
Emission présentée et produite par Chine Lanzmann constituée de reportages, enquêtes, news et interviews sur la culture cyber (Japon, CES de Las Vegas, Microsoft, histoire du Mac et de la micro-informatique, Linux, les femmes et les jeux vidéo…). De nombreuses émissions sont consacrées à la cyberculture dans un pays spécifique, comme l’Allemagne, la Grande-Bretagne ou encore la Russie.
Magazine : Net plus ultra, La Cinquième, 1996 — 2001, 550 numéros
Emission présentée par Marie Montuir qui traite de l’actualité numérique, comme la personnalité de Lara Croft, le personnage de Rayman crée par le français Michel Ancel, le jeu vidéo l’Amerzone, issu de l’imagination de Benoît Sokal, également auteur de la BD Canardo, ou encore de Temps X.
Tranche horaire : La nuit cyber, Canal +, 26 janvier 1996, 7h21
Réalisée par Jean-Baptiste Erreca et présentée par un personnage virtuel, cette soirée spéciale est découpée en dix « lignes » : départ, informatique, interactivité, virtualité, cybernétique, jeux vidéo, réseau, cybersexe, musique, terminus, avec entre des portraits (John Von Neumann, Bill Gates, Jaron Lanier, William Gibson, Steve Jobs, Philippe Ulrich, Jim Clark, Laurie Anderson) et un film (Tron).
Magazine : La saison cyber, Cyberculture, 29 juin 1996, Canal +, 27min.
Emission présentée par Cléo, l’animatrice virtuelle de Cyberflash doublée par Luna Sentz, et Chine Lanzmann, présentatrice de Cyberculture, qui revient sur l’année 1995 avec le lancement de Windows 95, la guerre des consoles et le développement d’Internet en France.
  Collection de magazines : Le magazine du multimédia, Radio France International, 2002 — 2006, 11 numéros sur 444
Magazine présenté par Dominique Desaunay qui traite du numérique et notamment des jeux vidéos. On trouve ainsi une émission consacrée à Benoît Sokal, le développeur de Syberia, une émission sur les lan parties (jeu en réseau en local comme à la Lan Arena de Paris), une autre sur les jeux en lignes, ainsi qu’une émission sur le Festival Imagina 2006, enregistré par l’INA.
 Magazine : RE-7, Canal J, 2002 — 2010
Magazine présenté par Bertrand Amar dans un décor en 3D, avec des astuces et soluces de jeux, des tests (comme celui de Half Life 2) et des dossiers, comme le reportage sur les MMORPG (Massive Multiplayer Online Role Playing Game) dont World of Warcraft est l’exemple le plus connu, ou encore les tournois de cartes Yu-Gi-Oh.
Collection de magazines : Place de la toile, France Culture, 2007 — 2015, 450 numéros
Emissions mettant en valeur les enjeux politiques de la culture geek (vocabulaire, féminisme, philosophie, réflexions sur l’art, rapports transmédias, luttes des classes).
Magazine : Le journal des jeux vidéo, Canal +, 2007 — 2017, 235 numéros
Magazine présenté par Fred Moulin abordant l’actualité du jeu vidéo (Assassin’s Creed 3, Uncharted 3), avec plusieurs émissions spéciales (le salon du jeu vidéo Paris Games Week, le festival des jeux vidéos à Cannes, les adaptations de manga dans le jeu vidéo).
Magazine : Retro Game One, Game One, 2007 — aujourd’hui, 434 diffusions et rediffusions
Emission rétrospective animée par Marcus sur les jeux marquants des années 80 — 90, à travers une histoire du jeu vidéo traitant de genres alors à la mode (jeux de combat, beat’em all, arcade), ou alors de licences phares (Alone in the Dark, Final Fantasy).
Dépôt légal du web média : Stunfest, NESblog/Speed Game puis 3 Hit Combo, 2010-2018
Ces conférences, filmées lors du festival rennais crée en 2005, s’intéressent aux enjeux sociétaux du jeu vidéo, comme les représentations de la femme, de la religion ou la place des identités de genre, mais aussi à des problématiques liées aux innovations artistiques ou techniques du support et à son langage propre. Elles sont également enregistrées en podcasts audio depuis 2016.
Magazine : Level One, Game One, 2011 — 2012 (originellement de 1998 à 2007), 185 diffusions ou rediffusions
Rediffusion d’une émission phare de Game One dans laquelle Marcus essayait de terminer le premier niveau d’un jeu récemment sorti ou en exclusivité, comme The Legend of Zelda : Ocarina of Time, Crash Bandicoot 3 et Escape from Monkey Island.
Dépôt légal du web média : 3615 Usul, Usul Master, 2011-2014
« Aujourd’hui c’est dimanche comme chaque dimanche » : avec sa pipe et son Minitel en arrière-plan, Usul, reconverti depuis en journaliste politique, démarrait ainsi son émission sur jeuxvideo.com, qu’il animait avec Karim Debbache et aux côtés de Dorian, créateur quant à lui du Merci Dorian! qui succédera à la chronique.
Magazine : Soft power, France Culture, 2011 — 2018, 8 numéros sur 309
Frédéric Martel, le célèbre auteur de De la culture en Amérique, aborde des exemples de l’influence culturelle, ou soft power, concept forgé par Joseph Nye. Il s’intéresse notamment à la culture japonaise, avec les mangas, la J-Pop et la Japan Expo, ainsi qu’à l’économie du jeu vidéo, que ce soit l’e-sport ou l’industrie vidéoludique en France.
Magazine : Game One e-sport, Game One, 2013 — 2016, 253 numéros, 25min.
Magazine présenté par Pierre Boulay et Kayane, deux champions de l’e-sport (compétition professionnelle de jeux vidéo assimilé au sport par le Sénat) autour de l’actualité des championnats et des joueurs (Paris Games Week, Street Fighter 4, jeux de cartes, Versus Fighting).
Dépôt légal du web média : After Bit, 2014-2016
Cette émission musicale, ancienne chronique sur jeuxvideo.com puis Gamekult, s’intéresse aux thèmes de jeux vidéo et aux ambiances qu’elles créent en tant qu’environnement sonore. C’est aussi une manière de s’intéresser aux innovations musicales qu’elles apportent et aux réflexions qu’elles suscitent dans l’utilisation plus générale de la musique dans l’art.
Dépôt légal du web média : Chroma, Dailymotion, 2016 — 2017, 12 numéros
Membre du NESblog devenu l’une des figures phares de jeuxvideo.com avec sa chronique Crossed, Karim Debbache reprend sur Dailymotion la formule qui a fait son succès : analyser des films le plus souvent de série B et s’interroger sur le langage cinématographique.
Série : Philosophie des jeux vidéos, Les chemins de la philosophie, France Culture, 18 — 21 septembre 2017, 4 numéros
Adèle Van Reeth propose une semaine thématique sur la philosophie dans et par les jeux vidéo. Le premier épisode présenté en compagnie de Jean Zeid, journaliste et auteur de « Le Jeu vidéo à travers le temps », s’intéresse au rapport que les philosophes grecs auraient pu entretenir avec le jeu vidéo. Le deuxième épisode, en présence de Mathieu Triclot, (maître de conférence en philosophie) porte sur l’expérience et les pratiques des joueurs. Le troisième consiste en un entretien avec Olivier Nannipieri, (maitre de conférence et auteur de « Du réel au virtuel : les paradoxes de la présence ») sur la distinction entre réel et virtuel. Le quatrième se concentre enfin sur l’environnement des jeux vidéo avec Alexis Blanchet, (maitre de conférence cinéma et audiovisuel).

Retour vers le Haut

Annexe : Les sources écrites

Sur la science-fiction

Science fiction audiences : watching Doctor Who and Star Trek, Monographie, John Tulloch et Henry Jenkins, 1995
Cette étude en anglais des deux séries de science fiction les plus populaires du monde anglo-saxon (Doctor Who au Royaume-Uni, Star Trek aux Etats-Unis) nous permet d’analyser la culture de la fandom dans les années 90.

Nos années science fiction, Monographie, Alexandre Raveleau, 2013
Journaliste spécialisé dans l’histoire de la télé, Alexandre Raveleau s’intéresse ici à l’histoire de la série télévisée de science fiction des origines (années 50) à nos jours.
Space opera : 40 ans de science fiction à la télévision, Monographie, Cyril-Mickaël Callejon, 2014
Préfacé par Yvan West Laurence, le fondateur du fanzine devenu revue AnimeLand, cet ouvrage se propose de définir le genre du space opera à travers la série télévisée.
 Nos années Temps X : une histoire de la science fiction à la télévision française, Monographie, Jérôme Wybon et Jean-Marc Lainé, 2015
Le programme culte des frères Bogdanoff (qui préfacent le livre) est présenté à travers ses neuf saisons s’étalant de 1979 à 1987, et marquée chacune par des figures emblématiques de la science-fiction, des séries et des films.

Sur les séries :

Game of Thrones : série noire, Monographie, Cinéma, Mathieu Potte-Bonneville, 2015
Philosophe et maître de conférences à l’ENS Lyon, Mathieu Potte-Bonneville propose ici un ouvrage collectif s’intéressant aux différentes approches critiques et interprétatives pouvant être faites des livres et de la série, en particulier du rapport entre réel et fantastique et de ce que l’un nous apprend sur l’autre.
Game of Thrones une métaphysique des meurtres, Monographie, Le Passeur Poche, Marianne Chaillan, 2016
Professeur de philosophie, Marianne Chaillan s’efforce d’interpréter les comportements des personnages du Trône de Fer à l’aune de la philosophie occidentale.
Le guide des webséries : la nouvelle vague, Monographie, Joël Bassaget, 2016
Préfacé par François Descraques, pilier français de la websérie, cet ouvrage se propose de témoigner de la richesse et de la diversité du genre, que ce soit en termes de contenu ou de nationalité.
 L’imaginaire en séries volume 1, Monographie, Otrante, ouvrage collectif, 2017
Pour son numéro 42, la revue d’art et littérature fantastiques Otrante (en référence au premier roman gothique, Le Château d’Otrante) interroge le langage et les codes des séries cultes du genre, de Stargate SG-1 à Black Mirror.

Sur les comics :

La société des super héros : économie, sociologie, politique, Monographie, Culture pop, Jean-Philippe Zanco, 2012
Préfacé par l’essayiste et romancier Martin Winckler, l’ouvrage de ce professeur de SES analyse les soubassements qui président à l’univers des super héros, dont la personnalité, les pouvoirs et l’environnement révèlent de symboliques du pouvoir, de l’autorité ou de la marginalité pouvant donner lieu à une interprétation philosophique de la société.

Sur les dessins animés

Génération Otaku : les enfants de la postmodernité, Monographie, Haute tension, Hiroki Azuma, 2008
Cet ouvrage préfacé par Michel Maffesoli s’intéresse à la culture otaku, souvent présenté comme le geek version japonaise, et qui serait la quintessence du phénomène du postmodernisme. L’auteur y distingue trois générations, correspondant aux films de monstres (années 60), aux premiers animes (années 70), puis à l’essor de l’industrie japonaise du jeu vidéo (années 80-90).
Nos Années Récré A2, Monographie, Sébastien Carletti, 2013
Sébastien Carletti se propose de retracer l’histoire de Récré A2, le programme pour la jeunesse phare de la deuxième chaîne présenté par Dorothée. En plus de divers historiques sur chaque dessin animé diffusé, on trouve un exposé contextuel du programme avec la présentation d’autres émissions comme Club Dorothée et Disney Channel.
 Hommage au Club Dorothée : 30ème anniversaire, Monographie, Olivier Fallaix, 2017
Rétrospective des différents programmes présentés dans Club Dorothée, en particulier des dessins animés japonais qui ont marqué l’image de l’émission et lui ont valu de nombreux déboires avec Canal +.

Sur le numérique

Maîtres ou esclaves du numérique ? 2049 : Internet, notre second cerveau, Monographie, Benoît Sillard, 2011
Directeur de CCMBenchmark Group, important éditeur français de sites Internet, Benoît Sillard dresse un portrait prospectif d’une nouvelle civilisation marquée par le numérique dans son rapport au travail et à l’éducation, prédisant une ère ludique dominée par la gratuité en ligne.
 Encyclopédie de la webculture, Monographie, Titiou Lecoq et Diane Lisarelli, 2011
Mélangeant infographies, dictionnaire et histoire, cet ouvrage essaye de donner un aperçu de ce qui caractérise la culture Internet, à travers ses codes et ses secrets.

Sur le jeu vidéo

Le jeu à son ère numérique : comprendre et analyser les jeux vidéo, Monographie, Communication et Civilisation, Sébastien Genvo, 2009
Game designer puis maître de conférences spécialiste des jeux vidéo, Sébastien Genvo se propose d’expliquer les concepts qui régissent la grammaire vidéoludique.
Start ! : la grande histoire des jeux vidéo, Monographie, Erwan Cario, 2011
L’ouvrage retrace de manière très complète l’histoire des jeux vidéo de Tennis for two (projet sur oscilloscope de 1968), ancêtre de Pong, à Red Dead Redemption, sorti en 2010.
Philosophie des jeux vidéo, Monographie, Mathieu Triclot, 2011
Maître de conférences en philosophie, Mathieu Triclot dresse une histoire des jeux vidéo allant de pair avec une réflexion philosophique sur le rapport à l’espace et à l’identité véhiculé par l’univers et le personnage virtuel.
Les jeux vidéo, ça rend pas idiot !, Monographie, Stimulo, Yann Leroux, 2012
Docteur en psychologie et psychanalyste, Yann Leroux explique quelles sont les qualités propres au jeu vidéo expliquant son succès et son statut de 10è Art.
 Jeux vidéo : l’industrie culturelle du XXIème siècle ?, Monographie, Questions de culture, Jean-Pierre Benghozi et Philippe Chantepie, 2017
Cette enquête, réalisée par deux polytechniciens et parrainée par le Ministère de la Culture, porte sur les dernières statistiques en date touchant au marché du jeu vidéo et à ses pratiques de consommation.

Chronologie sur la POP CULTURE et la CULTURE GEEK

Retour au sommaire

Carte interactive

 

Nuage de tags

Retour au sommaire


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.